Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Soigner par les lettres

Les petits chiens guérisseurs : le soin par contact ?

The Little Healer Dogs: Healing through Contact?

Thomas Galoppin

Résumé

L’Histoire naturelle de Pline l’Ancien énonce une pratique consistant à transférer une maladie à un petit chien, entraînant la mort de l’animal que l’on doit enterrer pour des raisons explicitement rituelles. Or, si on suit la piste des savoirs rituels pour expliquer cette pratique, on retrouve des éléments structurants dans les attestations relatives au periskulakismos, un rite de purification grec (katharmos) que l’on reconstitue comme l’application de petits chiens contre le corps humain. Dans ce contexte, l’animal devient un katharsion qu’il convient donc d’enterrer. La pertinence rituelle du petit chien a été souvent mise en relation avec une impureté, mais en croisant la place des chiens dans les rituels, la médecine et les mirabilia, on peut reconnaître à l’animal les caractéristiques d’un pharmakon, ambivalent et propre à servir aux remèdes rituels. On peut dès lors relever la fluidité des registres de savoir énoncés entre pouvoir rituel et naturalisme.

In the Historia naturalis, Pliny the Elder describes the transfer of illness from man to a puppy. The animal dies and has to be buried, an action depending explicitly on some ritual consideration. Looking for a ritual knowledge behind the practice, some striking similarities may be found in what we know of the periskulakismos, a Greek purification ritual (katharmos) in which a puppy is laid upon the human body. In this respect, the puppy becomes indeed a katharsion, the ritual burial of which we know about. The ritual function of the dog has long been related to its supposed impurity, but a cross-reading of ritual and medical knowledge, along with some mirabilia, helps to understand that the dog is a pharmakon, and as such an ambiguous remedy. Hence it is necessary to pay attention more closely to the means of enunciation, which contribute to a flow of knowledge between ritual power and natural power.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans sa monumentale Histoire naturelle, Pline l’Ancien (ier siècle de notre ère) a fait un inventaire imposant des remèdes tirés des animaux (les trois livres XXVIII à XXX et le livre XXXII). Au moment de traiter les maladies du système digestif, au livre XXX, Pline a tenu compte d’une pratique qui consiste en un transfert de maladie dans le corps d’un chien :

Praecordia uocamus uno nomine exta in homine. Quorum in dolore cuiuscumque partis si catulus lactans admoueatur adprimaturque his partibus, transire in eum dicitur morbus, idque exinterato perfusoque uino deprehendi uitiato uiscere illo quod doluerit homini, sed obrui talis religio est. Ii quoque quos Melitaeos uocamus stomachi dolorem sedant adplicati saepius ; transire morbos aegritudine eorum intellegitur, plerumque et morte.

Nous appelons d’un seul mot, praecordia, les viscères de l’homme. S’ils souffrent en quelqu’une de leurs parties et qu’un chiot non sevré est approché et pressé contre cette partie, on dit que le mal pas...

Auteur

LabEx Hastec, LEM UMR 8584

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540