Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre II. Effectifs et distribution de la classe ouvrière chinoise

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il convient, avant de tenter le recensement de la population ouvrière chinoise en 1919, de préciser le sens donné ici à ce terme. On ne peut se satisfaire d’un critère purement technique, et ne prendre en considération que les ouvriers des entreprises industrielles modernisées et mécanisées ; on ne peut non plus recourir simplement à un critère numérique, comme le faisaient à cette époque un certain nombre d’enquêtes chinoises1 ; l’historien du mouvement ouvrier ne saurait en effet accepter d’exclure de son enquête des secteurs d’industrie peu mécanisés comme les mines et la manutention, ou largement représentés par de petites entreprises telles que les ateliers mécaniques de Changhai et de Canton et les imprimeries. Mineurs et dockers se sont révélés en effet, dès avant 1919, des éléments très actifs dans le domaine des luttes revendicatives et déjà de l’organisation ; mécaniciens et imprimeurs seront les premiers en 1919-1920 à se donner des syndicats ouvriers relativement dégagés...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540