Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Soigner par les lettres

Les effets soporifiques de la parole et de la lecture d’Aristote aux médecins médiévaux et humanistes

The Soporific Effects of Speech and Reading

Virginie Leroux

Résumé

Parmi les somnifères, les Anciens mentionnent la musique, certaines incantations magiques et les berceuses, mais des interrogations demeurent sur l’usage soporifique de la lecture. C’est d’abord la nature de la parole soporifique qui est examinée à partir de l’exemple de l’invocation au sommeil divinisé, puis de la berceuse. Dans les deux cas, l’efficacité de la parole relève de la fonction performative du langage et résulte de la stricte observance d’un rituel efficace. Sont ensuite analysés deux passages difficiles de la section XVIII des Problèmes d’Aristote, consacrés à la question suivante : « Pourquoi, s’ils se mettent à lire, les uns tombent-ils de sommeil même contre leur volonté, alors que d’autres, qui voudraient dormir, en sont empêchés ? » L’accent est mis sur les effets physiologiques de la lecture, mais ces problèmes ont aussi nourri les prescriptions des médecins médiévaux et humanistes lorsqu’ils envisagent d’un point de vue pragmatique l’effet soporifique de la lecture.

Music, magic incantations and lullabies were mentioned among hypnotics by the Ancients. Nevertheless the soporific use of reading is a more problematic issue. To begin with, the nature of soporific speech is considered through the examples of the invocation of divine Sleep and of lullabies. In both cases, speech efficacy is linked to linguistic performativity and it results from the strict observance of an efficient rite. Two difficult passages belonging to the 18th section of Aristotle’s Problêmata are then analyzed. Both passages are focused on the following question: “Why is it that some people, if they begin to read, are overcome by sleep even against their will, whereas others wishing to be overcome by sleep are kept awake by taking up a book ?” The physiological effect of reading is emphasized, but also the Medieval and Humanistic interpretations of these problêmata, when physicians had still held a pragmatic view of the soporific effect of reading.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les effets soporifiques de la parole et de la lecture peuvent être recherchés ou subis et dépendent soit de la nature de la parole entendue ou du livre lu, soit de l’état de l’auditeur ou du lecteur. Un discours ou une communication peuvent endormir l’auditoire soit parce qu’ils sont soporifiques, soit parce que l’auditoire est fatigué ou en pleine digestion, les deux ne s’excluant malheureusement pas. Parmi les somnifères, les Anciens mentionnent la musique, certaines incantations magiques et les berceuses1, cependant des interrogations demeurent sur l’usage soporifique de la lecture. Celle-ci est associée à la sieste comme composante du repos méridional, et plus généralement du loisir, tandis que les lettrés prennent sur leur temps de sommeil pour lire et pour travailler, sans pour autant que la lecture soit en ce cas envisagée comme une préparation au sommeil. De fait, dans le tableau idéal qui ouvre la lettre de Fronton Sur les Vacances à Alsium III, la sieste précède l’otium li...

Auteur

Université de Reims, CRIMEL EA 3311

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540