Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Soigner par les lettres

Déclamer pour soigner son corps

L’anaphonèse chez Antylle et Oribase1

Declaiming in order to Heal One's Body: anaphonêsis in Antyllus and Oribasius

Antoine Pietrobelli

Résumé

Cet article se penche sur une pratique vocale ancienne aujourd’hui oubliée qui porte le nom d’« anaphonèse ». Curieusement, les indications les plus précises sur cette technique se trouvent dans un traité de médecine. Au livre VI des Collections médicales d’Oribase, on trouve trois chapitres (8, 9 et 10) sur l’anaphonèse attribués à Antylle, un médecin pneumatique de l’époque impériale. Les médecins anciens prescrivaient l’anaphonèse comme un remède pour certaines pathologies, mais aussi comme pratique de santé. Après une mise au point sur cet auteur peu connu, l’étude des trois chapitres est l’occasion d’explorer les modalités de cette technique de déclamation très en vogue chez l’élite romaine et utilisée par les orateurs, les comédiens, les chanteurs, les hérauts, mais aussi par les médecins. Enfin, le chapitre 10 d’Oribase ne semble pas devoir être attribué au médecin Antylle, mais plutôt à un phônaskos ou professionnel de la voix.

This chapter focuses on an ancient voice practice called anaphōnēsis, which is nowadays forgotten. Curiously, the most precise evidence on this vocal technique is given in a medical treatise. In the sixth book of Oribasius’ Collectiones medicae, three chapters (8, 9 and 10) are devoted to anaphōnēsis. They are attributed to Antyllus, a physician from the imperial age belonging to the Pneumatic school. Ancient physicians used to prescribe anaphōnēsis as a cure for some bodily pathologies and as a health practice. After a development on the unknown Antyllus, the three chapters are interpreted in order to explore the modalities of the declamatory technique which was highly popular with the Roman elite and used by orators, actors, singers, heralds, but also physicians. Finally, the attribution of chapter 10 is discussed: it could be attributed to a phōnaskos or voice coach rather than to the physician Antyllus.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous sommes souvent étonnés, quand nous entendons à la radio, à la télévision ou sur internet les enregistrements des discours de Malraux ou de De Gaulle. La diction de ces voix graves et puissantes, lentes et musicales, nous est devenue complètement étrangère, voire exotique. Il y a encore cinquante ans avaient cours une technique vocale et une éloquence aujourd’hui complètement disparues. Les hommes politiques préfèrent désormais soigner leur image et leur « com », plutôt que leurs discours et leur élocution. Le cinéma et la télévision privilégient le ton de la conversation intime à celui de la déclamation publique, la phrase courte à la période longue. De nos jours, la plupart des performances vocales sont assistées par la technologie du micro et rares sont les niches – du moins en France – où l’art oratoire est encore pratiqué et valorisé, comme c’est le cas aux États-Unis, par exemple chez les prêcheurs évangélistes. Ces bouleversements sont assez récents à l’échelle de l’human...

Auteur

Université de Reims, IUF

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540