Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Les « mystères »

Varia

L’écriture en action dans des règlements religieux des cités grecques

Stella Georgoudi

Résumé

Quelle est la place accordée par les Grecs à l’écrit, à la parole écrite, dans l’organisation de leur vie en communauté ? Pour reconsidérer cette question, souvent débattue, on propose ici une expérimentation qui prend pour exemple le statut de l’écriture dans certains règlements religieux. On explore ainsi les multiples aspects de cet acte de graphein, considéré comme un moyen indispensable pour établir des règles qui régissent les relations entre les hommes et leurs dieux.

What is the place granted by Greeks to the act of writing in the organization of their public life? To reconsider this question, often debated, a experimentation is proposed in this article, taking as example the statute of writing in certain religious regulations. The multiple aspects of the act of graphein are explored, an act considered as an indispensable means to fix rules governing the relations between men and their gods.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un précédent article, présenté comme « l’ébauche d’une longue enquête en cours qui cherche à mieux définir la forme, le contenu, les traits particuliers de ce que les modernes ont pris l’habitude d’appeler lois sacrées »1, j’avais commencé, à la suite des questions qu’a posées Robert Parker2, par la critique de cette dénomination conventionnelle, aussi inadéquate qu’erronée. En entreprenant une réflexion plus générale sur la nature de ces textes, j’avais examiné, sommairement, certains termes présents dans ces documents, comme nomoi, nomima, patria, diagramma, antigraphon, etc. J’avais surtout insisté sur le fait que les Grecs eux-mêmes renvoyaient parfois à des textes qu’ils qualifiaient de hieroi nomoi (« lois sacrées »), ce qui constitue une raison supplémentaire pour rejeter ce titre que les modernes ont donné à des regroupements de documents construits artificiellement (voir aussi infra, note 28).

Cependant, bien que certains acceptent l’inadéquation de ce nom, ils continue...

Auteur

EPHE – PSL Research University Paris, ANHIMA – UMR 8210

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540