Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Les « mystères »

Varia

Réévaluer la réflexion grecque sur l’économie : de la science économique à la philosophie de l’économie

Étienne Helmer

Résumé

Depuis la fin du xixe siècle, la plupart des historiens de la pensée économique estiment que les Grecs, étrangers à la rationalité scientifique moderne, n’ont pas eu de réflexion économique articulée et cohérente. Cette vision des choses ne résiste pourtant pas à l’analyse du cadre théorique commun sur fond duquel les philosophes des époques classique et hellénistique ont formulé les questions et les concepts leur permettant d’étudier les phénomènes, les pratiques et les institutions économiques. Le présent article expose les trois axes principaux de cette armature théorique, sans occulter la diversité des positions des différents auteurs ou des différentes écoles philosophiques.

According to most of the historians of the economic thought since the end of the 19th century, Greeks were alien to the modern scientific rationality and had neither articulated nor coherent economic theories. My claim is that such a vision does not withstand the close study of the common theoretical framework within which the philosophers of the Classical and Hellenistic periods have framed specific issues and concepts to understand economic phenomena, practices and institutions. This paper outlines the three main components of this theoretical framework, and tries to give voice to the large range of positions held by the different philosophers or philosophical schools.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

À de rares exceptions près, les réflexions grecques sur l’économie, toutes formulées par des philosophes, ont été sous-évaluées et mal évaluées par la modernité. En témoigne le fait qu’à l’exception d’Aristote et de Xénophon, auxquels de nombreuses études ont été consacrées depuis longtemps1, l’examen de ces réflexions n’a jusqu’à présent consisté qu’à les résumer avec plus ou moins de détails, au détriment de l’analyse rigoureuse de leurs concepts et des questions qui les firent naître2. La raison d’une telle attitude tient à un cadre épistémologique inadéquat qui, notamment sous l’influence de J.A. Schumpeter et de M.I. Finley3, a réservé le monopole de la rationalité et de la rigueur théoriques à la science économique, niant ainsi la pertinence et la légitimité de la réflexion philosophique sur ce sujet. Paradoxalement, les adversaires de ces historiens, comme S. Todd Lowry en particulier, ont abouti à un résultat similaire : en considérant les Grecs comme des précurs...

Auteur

Université de Porto Rico

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540