Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Les « mystères »

Dossier : Les « mystères » : questionner une catégorie

Mystères et interférences. De Jan Bremmer aux Naassènes

Philippe Borgeaud

Résumé

En se séparant du judaïsme le christianisme postule l’importance prophétique du judaïsme, devenu oracle annonciateur, inconscient de son importance, et ignorant sa vérité, donc condamnable. Il en va de même entre le mystère chrétien et les mystères « païens ». Le mystère chrétien n’a rien à voir avec les mystères païens, il ne se les approprie pas, ni n’en est « influencé ». Mais ceux-ci néanmoins, pour méprisables qu’ils soient, le préfigurent. Telle est la doctrine avancée par certains gnostiques, les Naassènes en particulier.

Breaking away from Judaism, Christianity postulates the prophetic significance of Judaism. The Hebrew Bible becomes an oracle unaware of its importance, and ignoring its truth, something despicable. A similar process is going on between the Christian « mystery » and the pagan « mysteries »: the Christian mystery has nothing to do with the pagan mysteries. It does not appropriate them, nor is it “influenced” by them. But they are just foreshadowing them. Such is the doctrine advanced by some Gnostics, the Naasseni in particular.

Entrées d'index

Keywords :

mysteries, Naasseni, Attis, Gnostics

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On sait que le terme mustês tend à se répandre comme une traînée de poudre dans les milieux polythéistes à l’époque impériale. Il en va de même des mustêria. Mais cette banalisation n’est pas privée d’intérêt. Mustêrion (au singulier, renvoyant à une révélation indicible) est un terme avant tout, bien que pas exclusivement, utilisé par le christianisme. Comme le dit Jan Bremmer dans son Introduction aux mystères, l’usage au singulier est plus fréquent dans les Évangiles et chez les auteurs chrétiens postérieurs, que l’usage pluriel, « even though we can find the singular also in second-century AD pagan inscriptions » (SEG 6. 59. 21)1.

Si l’on adopte le point de vue chrétien attesté dès les Évangiles, il y aurait donc un mystère révélé aux élus, opposé à des mystères relevant, eux, des erreurs des nations.

Telle est, globalement, la situation.

Comme Jan Bremmer le remarque dans son livre2, la Septante connaît déjà de nombreuses attestations du terme mustêrion, au singulier comme au plur...

Auteur

Université de Genève

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540