Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Les « mystères »

Dossier : Les « mystères » : questionner une catégorie

Les mystères dionysiaques pour penser les mystères antiques ?

Anne-Françoise Jaccottet

Résumé

Le cas particulier des « mystères dionysiaques » permet de reprendre la réflexion sur les catégories antiques et modernes de « mystères ». L’analyse notamment du corpus épigraphique des associations dionysiaques débouche sur plusieurs perspectives : la liberté et la diversité rituelles attestées dans les rites mystériques associatifs mènent à ouvrir la définition des mystères et de l’initiation à la pluralité rituelle, dans l’esprit polythéiste, loin de toute unicité et universalité surimposée. Les réunions associatives, répétées, conduisent à repenser le rapport respectif de l’initiation, ponctuelle, et des mystères, susceptibles de se « rejouer » régulièrement entre initiés. L’analyse du vocabulaire en jeu va dans le sens d’une succession sémantique entre orgia et mustêria, au fil des siècles, bien plus que dans le sens d’une opposition rituelle entre ces deux familles linguistiques. Ces divers constats mènent à une réflexion sur la pluralité et la souplesse de la conception de « mystères », dans l’antiquité, et sur les conséquences à en tirer sur l’usage catégorisant moderne.

“Dionysiac mysteries” are a good case-study for a renewed reflection on the modern and ancient conception of “mysteries” in general. Examination of epigraphical testimonies of Dionysiac associations opens towards new perspectives. The ritual liberty and diversity attested for mysteric rites within associations is an invitation for envisioning a definition of mysteries and initiation that takes into account the ritual plurality coining a polytheistic frame, and not an unity and universality artificially imposed. The many meetings of the associations force to revisit the relation between the initiation, that is specific, and the mysteries that can be regularly re-acted with the same initiates. Attention to the relevant vocabulary leads to reconstruct a semantic succession along the time, rather than a ritual opposition between orgia and mustêria. These statements open towards a reflection on the plurality and flexibility of the ancient conception of “mysteries”, and on the subsequent conclusions one reaches on our modern, categorizing use.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Penser ou repenser les mystères antiques, comme se propose de le faire ce thème de recherche du programme CHRONOS, sous-entend un travail d’équipe, une construction réflexive commune par la juxtaposition et la mise en commun d’approches ponctuelles et sectorielles, en autant de biais éclairant la question générale. Dans l’élaboration de cette mosaïque, la tesselle dionysiaque m’a paru former un biais susceptible, par ses caractéristiques, de nourrir une réflexion sur les contours antiques et modernes des « mystères ».

Force est de constater d’entrée de jeu qu’il n’y a pas d’unité de vue, dans la recherche moderne, sur le sens et l’extension du concept de « mystères dionysiaques ». N’y a-t-il de « vrais mystères » qu’à partir de l’époque hellénistique1 ? Reconnaît-on les mystères à la mixité des participants, les hommes étant alors le critère déterminant du véritable mystérisme – pour ne pas dire mysticisme – opposé à l’orgiasme que l’on serait rassuré de ne savoir que féminin2 et qui...

Auteur

Uniservité de Genève

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540