Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Les « mystères »

Dossier : Les « mystères » : questionner une catégorie

Les hiérophantes marqueurs des « mystères » ? Le cas de l’Artémis éphésienne

Nicole Belayche

Résumé

L’examen de la très riche épigraphie d’Éphèse démontre que la fonction de hiérophante dans les groupes courétiques qui pratiquaient les « mystères » de la déesse Artémis est tardive (iie siècle) et que sa primauté ne s’est affirmée que progressivement. En suivant l’évolution de cette fonction pas à pas, l’auteure conclut qu’elle s’inscrit dans le mouvement de hiérarchisation des élites au sein des sociétés civiques – en recourant à un titre prestigieux –, et qu’elle ne trahit pas de forme rituelle qui correspondrait à l’ajout d’un dévoilement pendant l’expérience mystérique. Ce dossier oblige à relativiser le recours systématique à une matrice éleusinienne dès qu’il est question de mystères à l’époque romaine. Il invite à examiner prudemment et, au cas par cas, la composante « mystérique » lorsqu’elle n’est postulée qu’à partir de titres d’agents rituels en – phantês.

The very rich epigraphic evidence from Ephesus demonstrates that the function of hierophant within the groups of Couretes who performed the “mysteries” of the goddess Artemis is a late one (second century). Moreover the primacy of hierophants within these groups was a progressive process. The paper follows of the function closely along two centuries. It concludes that the evolution reflects the trend towards hierarchization within the social elites – appealing to a prestigious title –, and not the addition of a ritual function focused on a moment of “revelation” during the mysteric performance. This case study pleads for caution with systematic call for an Eleusinian model as soon as mysteries are on stage in the Roman period. It invites for analyzing carefully “mysteric” features when they are envisioned but after the title of ritual agents in – phantês.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parmi les savoirs considérés comme acquis dans la reconstruction moderne des « cultes à mystères » du monde classique, grec puis romain, on trouve, non sans fondement, le titre de ἱεροφάντης et son existence parmi les personnels cultuels de l’Artémis éphésienne qui pratiquaient ses μυστήρια1. À Éleusis, le hiérophante était l’agent rituel en chef qui officiait lors des mystères (à côté du dadouque), notamment lors du rituel nocturne de l’initiation dans le telestêrion2. Or le modèle éleusinien a souvent servi de paradigme pour tous les mystères antiques, chez les auteurs anciens d’abord3, puis dans l’historiographie4. Quant aux mystères de la déesse éphésienne5, bien qu’ils ne soient pas évoqués dans les ouvrages généraux sur les mystères6, ils étaient notoirement connus dans l’Antiquité, et τὰ μυστήρια τῆς θεοῦ se lit souvent dans les inscriptions d’époque romaine7. À défaut d’informations sur le contenu de leurs cérémonies, les desservants cultuels de la confrérie courétique qui a...

Auteur

EPHE – PSL Research University Paris, ANHIMA – UMR 8210

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540