Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Les « mystères »

Dossier : Les « mystères » : questionner une catégorie

Teletê peut-elle être déesse ? Note épigraphique (SEG 50, 168)

Vinciane Pirenne-Delforge

Résumé

Dans le calendrier sacrificiel de la tétrapole de Marathon (SEG 50, 168), le terme teletê au datif a été largement interprété comme la personnification du nom commun qui désigne une « célébration mystérique ». Cette occurrence épigraphique désignerait dès lors la déesse Teletê, à laquelle une offrande était prévue dans le calendrier en question. Afin d’évaluer la pertinence de cette interprétation, le présent article reprend le petit dossier de la Teletê personnifiée dans les différents types de documents où elle apparaît – littéraires, iconographiques, épigraphiques. Cette analyse conclut que c’est bien la teletê au sens d’une cérémonie – quelle qu’elle soit – et non une personnification que désigne l’entrée de la ligne 10 de la deuxième colonne du calendrier de Marathon.

In the sacrificial calendar of the Marathonian Tetrapolis (SEG 50, 168), the term teletê in the dative has been interpreted in past and current scholarship as the personification of the noun designating a “mystic celebration”. This occurrence of teletê would accordingly not allude to a ritual process, but rather to the goddess Telete receiving an offering. The present paper aims at confronting this interpretation with a reappraisal of the evidence concerning the divinisation of Telete – in literature, iconography, epigraphy. The analysis shows that the 10th line of the calendar (second column), containing the entry in question, must refer to a ceremony – whatever its precise character may have been – and not to a deity.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les divinités grecques n’ont pas forcément des noms transparents et bien des efforts ont été consentis pour percer l’étymologie du nom d’Aphrodite ou de celui d’Apollon. Une catégorie d’êtres divins semble pourtant échapper à l’obscurité d’une dénomination : il s’agit des personnifications dont la puissance divine est intimement liée au nom qui les désigne. Une telle limpidité n’est toutefois qu’apparente. Comme l’a bien montré Jean Rudhardt, celles qui furent longtemps conçues comme des « abstractions divinisées », voire des allégories, sont redevables d’une analyse qui mette en lumière toute leur complexité religieuse1. En effet, elles peuvent être de véritables entités divines dont la puissance est à l’œuvre dans le cosmos, dans la vie sociale ou individuelle, et ressentie comme telle par ceux qui les honorent. Qu’il suffise d’évoquer Thémis, les Charites ou Peitho, projetant dans la sphère divine une certaine idée de l’Ordre divin, de la Grâce ou de la Persuasion. Certes, toutes...

Auteur

F.R.S.-FNRS – Université de Liège

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540