Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930. Tome 2

 | 
Catherine Coquery-Vidrovitch

V. Le bilan

Chapitre XVI. L’économie de traite

Texte intégral

1Dès avant la guerre de 1914, le régime concessionnaire était, en principe, condamné. Une conclusion s’était du moins imposée : dans ce pays « neuf et primitif », où les capitaux français hésitaient encore à se risquer, c’était à l’État que revenait la tâche de frayer les voies du développement économique. Crédits, matériel, techniciens et main-d’œuvre furent enfin assurés au chemin de fer Congo-Océan. En brousse, les administrateurs s’affairaient à dégager les pistes, édifier les premières routes carrossables, imposer les cultures obligatoires destinées à approvisionner les chantiers et à remédier aux famines, mais aussi à entretenir le commerce d’exportation.

2A la doctrine concessionnaire avait fait place le mythe de l’efficacité de l’économie libérale :

  • 1 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, Arch. C.G.T.A.E., Brazzaville.

« Au Congo comme ailleurs, la liberté du commerce, la concurrence, avec la meilleure rémunération du travail indigène qui en résulte, est le régime le plus propre à pousser le Noir à la production économique ; c’est sous ce régime qu’ont prospéré nos colonies de la côte occidentale d’Afrique. »1

3A l’exception de la zone côtière gabonaise où l’exploitation des bois commença de prendre une tournure industrielle (que nous analyserons en détail dans le prochain chapitre), les hommes d’affaires affirmèrent résolument leur vocation commerciale, préoccupés de réalisations immédiates portant volontiers sur des produits traditionnels à rendement assuré : achat du caoutchouc (C.F.S.O.), des palmistes (C.F.H.C), plus tard du café (de l’Oubangui-Chari) ou du cacao (du Woleu-Ntem), voire, à l’extrême fin de la période, du coton (Oubangui-Chari-Tchad).

1. L’essor du commerce concurrentiel

4Concessionnaires ou privés, les colons, malgré quelques essais de plantations à caractère industriel, se refusèrent généralement à pratiquer l’exploitation directe et se désintéressèrent de l’organisation de la production, laissée aux mains des Africains soumis aux directives de l’administrateur. On est étonné de constater, à côté de la prolifération des établissements commerciaux, le très faible pourcentage des entreprises à caractère agricole ou industriel.

Graphique 12. Tableau comparatif des exportations des sociétés concessionnaires et du commerce libre, Gabon, 1912.

5Les commerçants libres, jusqu’alors entravés par le régime concessionnaire, commencèrent à la veille de la guerre de s’implanter avec succès aux deux extrémités du territoire. Dans la vieille colonie du Gabon, bien située à proximité de l’Océan, ils ne firent que reprendre et amplifier l’exemple de maisons anciennes et prospères. Dans l’Oubangui-Chari-Tchad, pays éloigné mais qui offrait, de ce fait, un champ d’action vierge, ils innovèrent résolument. Dans l’un et l’autre cas, les sociétés concessionnaires offraient peu de résistance : au Gabon elles étaient depuis longtemps paralysées ; la S.H.O. seule demeurait redoutable mais son domaine, oriental, ne gênait pas les entreprises tournées vers la zone côtière. Dans l’Oubangui-Chari la Cie des Sultanats était encore prospère ; mais grâce à un système périmé de contrainte que les nouveaux-venus savaient condamné, ils eurent peu de peine à la contrer sur son propre terrain en pratiquant une politique des prix moins excessive.

6C’est paradoxalement au cœur de la colonie, dans le Moyen-Congo commandé par la capitale fédérale de Brazzaville, que les privilèges des concessionnaires se maintinrent avec le plus de rigueur.

  • 2 « Plusieurs maisons de Libreville et de Cap Lopez ont manifesté l’intention de s’établir dans les (...)
  • 3 Inspecteur général Frézouls à M.C., Brazzaville, 31 mars 1911, Conc., IV-9.

7Au Gabon, dès que furent connus les nouveaux accords, des maisons de commerce locales, françaises et étrangères, prirent leurs dispositions2. L’Administration voyait avec satisfaction « les indigènes eux-mêmes [...] se réjouir de cette évolution imminente »3. Les progrès furent immédiats ; ils furent même sensibles, à Libreville, fief, depuis longtemps, du commerce libre : six comptoirs nouveaux s’y ouvrirent en 1912. Au Cap Lopez, le nombre de factoreries passa en un an de 39 à 52, dirigées par 63 Européens au lieu de 43, qui faisaient travailler quelque 15 000 Africains. La Banque Française de l’Afrique Équatoriale y établit une succursale.

  • 4 R.G., S.C., 1912, Conc., IV-9.

8Dans le Como, quatre nouveaux commerçants apparurent. Au Fernan-Vaz, douze traitants ambulants et sept sous-factoreries gérées par des Africains vinrent s’ajouter aux comptoirs tenus par John Holt et Thomas Brothers. Sur la côte médidionale, on trouvait dix factoreries à Bongo (dont cinq dirigées par des Européens) et douze à Nyanga (dont huit européennes). Les maisons britanniques demeuraient les plus puissantes, avec 115 comptoirs ; Woodin & C° possédait 38 postes de vente, Thomas Brothers 36, Hatton & Cookson 21, John Holt 20, disséminés un peu partout. Mais les Français (65 comptoirs environ) se faisaient plus nombreux : la Cie Française de l’A.E.F. comptait 24 établissements, Anciaux 18, Rousselot 7, et Peyrebere 5. Ensuite venait, avec chacun un ou deux comptoirs, les négociants Brunet et Miraud, Decamps et Robichon, Quignon, Robin, Sarlabane et Termont, sans compter une poussière d’établissements portugais ou sénégalais4.

9Au total, le mouvement général du commerce libre dépassait de beaucoup au Gabon celui des sociétés concessionnaires :

Mouvement commercial. (en millions de francs)

Mouvement commercial. (en millions de francs)

10Mais les factoreries ne s’éloignaient guère de la côte : l’absence de voies praticables paralysait à l’intérieur le ravitaillement en argent, en vivres et en marchandises d’échange. Enfin, sur le haut Ogooué, la S.H.O. demeurait toute puissante et les tiers ne pouvaient encore s’y aventurer.

  • 5 Rapports mensuels du Moyen Chari, mars et août 1910, Arch. Fort-Lamy.
  • 6 Recensement du village de Fort-Archambault, 10 févr. 1912, ibid.

11Dans l’Oubangui-Chari, l’essor du commerce libre était en 1912 un fait nouveau. A quelques exceptions près, le M’Bomou, à l’est, demeurait le fief de la Cie des Sultanats ; au nord-ouest subsistaient les compagnies-sœurs de la Brazzaville, C.C.C.C.F. et Ouhamé-Nana ; le sud relevait de la Cie Forestière. Mais les zones « réservées » étaient relativement vastes : le haut Oubangui et le couloir du nord, entre Ouhamé- Nana et Sultanats, commandèrent jusqu’à l’adjonction du Cameroun au domaine français l’approvisionnement du Tchad, par l’ancienne route de portage de sinistre mémoire reliant, à travers la vallée du Gribingui, le bassin du Congo au bassin du Tchad. Quelles que fussent les difficultés d’acheminement et le coût des transports, la voie était vitale et un trafic minimum assuré. Dans les premières années du siècle, les difficultés avaient paru insurmontables aux entreprises privées : l’Administration assumait la responsabilité du portage, dans un pays à peine pacifié, vers une zone encore sous autorité militaire. En 1911-1912, pourquoi le commerce sembla-t-il tout-à-coup prendre le départ ? Sans doute parce que l’on sortait enfin de la période pionnière de conquête pour entrer dans une phase d’installation. C’était l’époque où l’administrateur de Fort-Archambault — « point de passage obligé » au carrefour des routes du moyen Logone, du Baguirmi, du Tchad, de N’Délé, de Fort-Crampel et de Bangui — décidait de créer une grande foire mensuelle où « chaque race viendrait vendre ses produits et se mettre en contact avec nous, pour attirer les Bornouans et les Haoussas, seuls capables de concourir au développement économique du pays »5. Une centaine d’entre eux vinrent s’y établir en décembre 19116 : jusqu’alors, seule l’Ouhamé-Nana possédait à Fort-Archambault une succursale, destinée surtout à assurer le service des transports sur le Chari.

  • 7 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, op. cit.
  • 8 Opération du 6 au 19 févr. 1912 en pays Bata, assurant la « pacification complète » du pays qui fo (...)

12Dans tous les postes administratifs on imita cette politique en créant des marchés hebdomadaires où les employés de la colonie et les maisons de commerce achetaient les produits du cru. Dans le sud, les riverains du fleuve jusqu’à Mobaye tirèrent des ressources appréciables de la vente de vivres de toute nature à la population de Bangui7. Vers le nord, les opérations de « pacification » menées bon train dès 1912 semblaient devoir garantir pour tous la liberté de circulation8. On était loin des mesures d’expulsion prises contre les Musulmans au début du siècle. Avec le progrès des voies de communication et l’effacement des concessionnaires, on comprenait au contraire l’intérêt de protéger l’activité des commerçants en bétail qui transitaient du Soudan au Nigéria, échangeant bêtes sur pied et peaux contre tissus et autres marchandises, et des colporteurs haoussa et bornouans qui introduisaient dans les coins de brousse les plus écartés le sel et la pacotille européenne (pagnes, verroterie, etc.).

13En outre, la cession à l’Allemagne, en 1911, du « Bec de Canard » qui coupait en deux la colonie promettait au réduit intérieur une autonomie plus grande vis-à-vis de Brazzaville, et faisait miroiter des contacts profitables avec le Cameroun, au besoin par le biais de la contrebande. Les tiers qui possédaient factoreries et traitants en territoire allemand pouvaient faire transiter par l’est produits et marchandises ; ils échappaient du même coup aux « taxes de récoltes » perçues à l’exportation sur l’ivoire et le caoutchouc qui les brimaient depuis 1907-1909, et bénéficiaient de taxes d’importation inférieures pour leur pacotille.

14Les négociants subirent aussi la contagion de ceux qui, un peu partout dans la colonie, comptaient mettre à profit la fin du règne absolu des concessionnaires, annoncée par la novation des contrats, au Gabon du groupe Du Vivier de Streel, au Moyen-Congo de la Cie Forestière, en Oubangui-Chari du Kouango Français. Maisons solides ou petits commerçants se mirent à essaimer de Bangui vers le nord, à Fort- Sibut (quatre comptoirs), Fort-Crampel (deux) et Fort-de-Possel (deux), à Grimari (trois comptoirs), aux M’Brés (trois) et même à N’Délé récemment conquis sur le sultan Senoussi.

Carte 30. Les établissements commerciaux en Oubangui-Chari.
(Source : Rapports généraux, 1912 à 1925, Aix, 4 (J) D.)

15Bangui jouait le rôle d’une plaque tournante, vers le haut Oubangui, le Tchad et le Cameroun oriental. Douze maisons y avaient ouvert des succursales ou leur siège principal, pour le commerce de gros ou de détail :

16Gros, demi-gros, et détail :

  • La Comfina (Société Commerciale et Financière Africaine) (Société belge de commerce en gros)
  • La Brazzaville (franco-hollandaise)
  • Georgalas (maison grecque)

17Détail :

  • Goor et Cie
  • Ruet et Cie } (françaises)
  • Afrique-Congo9 (+ succursale alimentation)
  • Simaro (espagnole)
  • Sampaio
  • Carvalho et Fernandes } (portugaises)
  • Gomes

18Dans le reste du pays on comptait quarante établissements dont la plupart dépendaient des maisons du chef-lieu :

19— La Brazzaville avait ouvert des succursales à :

20Fort-de-Possel

21Grimari

22Fort-Sibut

23Les M’Brés

24N’Délé

25— La maison Ruet et Cie avait des comptoirs à :

26Bakoundou

27Diouma

28Grimari

29Fort-Sibut

30Dékoa

31Fort-Crampel

32Les M’Brés

33Kabo

34N’Délé

35— Goor avait des factoreries à :

36Fort-Sibut

37Fort-Crampel

38Les M’Brés

  • 10 La maison Weissenthaner faisait, sur son propre territoire, une concurrence importante à la Cie de (...)
  • 11 La maison ouvrit successivement des agences à Fort-Sibut, Grimari, Dékoa, Fort- Crampel et aux M’B (...)

39Parmi les comptoirs restants, quatre dépendaient des firmes du chef-lieu. Les autres relevaient des maisons locales, dont les deux principales étaient Weissenthaner (siège social à Ouango)10 et Lordebard et Ruet (installée à Fort-de-Possel en 1912)11.

40Le commerce libre n’avait donc pas de mal à remuer une quantité de marchandises bien supérieure (en poids comme en qualité) à celle importée par les sociétés concessionnaires, et à menacer la Cie des Sultanats elle-même dans l’exploitation de l’ivoire et du caoutchouc :

  • 12 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, op. cit.
  • 13 Il y avait en 1925 seize maisons françaises et dix-sept étrangères (quatre belges, dont la Comfina (...)

41Mais après la guerre, la situation n’avait pas progressé. Le nombre de commerces naguère dits « libres » s’était maintenu de façon assez stable (52 points de vente en 1912, 49 en 1925)12. La Cie du Congo Belge et la S.E.D.E.C. (filiale Unilever) s’étaient solidement implantées. Mais, si l’on excepte les succursales de la Comfina et la maison Georgalas, la plupart des boutiques avaient changé de mains — ce qui révèle le peu d’assise de petites affaires trop éloignées de la côte13.

  • 14 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, op. cit.

42En revanche, s’il n’existait plus de monopole, sauf pour la C.F.S.O., les ex-compagnies concessionnaires avaient maintenu une solide emprise commerciale sur leur ancien domaine (5 Sociétés, 41 comptoirs)14.

  • 15 Inspecteur général Frézouls à M.C., Brazzaville, 31 mars 1911, Conc., IV-9.
  • 16 Rapport de l’administrateur de la Haute-Sangha sur la C.F.H.C, 1913, et de la Mossaka, 1914, Aix, (...)
  • 17 Pathé Cissé obtint un permis régulier d’occuper un terrain de 4 200 m2 (arrêté du 15 juin 1923). R (...)
  • 18 Laperge, Rapport sur la C.F.H.C. et l’Alimaïenne, 6 nov. 1928, Aix, 3 D.

43Au Moyen-Congo, on avait aussi prévu, notamment sur l’immense territoire de la nouvelle Cie Forestière, un progrès du commerce libre. Les tiers n’avaient certes pas la liberté de ceux de l’Oubangui-Chari. Mais ils jouissaient désormais de la faculté de pénétrer dans le pays, et de se livrer à toutes les opérations autres que la récolte et le commerce du caoutchouc, avec la perspective d’étendre leur champ d’action dans un délai de dix ans15. On avait compté sans les difficultés du transport, aggravées par les tarifs prohibitifs du chemin de fer belge, et surtout sans le caractère plus combatif des sociétés concessionnaires. La C.F.H.C. des frères Tréchot et la C.F.S.O. s’accrochèrent tardivement à leur monopole, contre des tiers qui étaient le plus souvent d’anciens agents désireux de mettre à profit, aux dépens de leur ex-patron, la connaissance qu’ils avaient acquise du pays. Avant la guerre, Lecomte fut le seul commerçant à s’aventurer dans un village de la Mossaka, sur le territoire de la C.F.H.C.16 Malgré la neutralité affichée par l’Administration, les Tréchot prétendaient encore, après la guerre, faire expulser leurs rares concurrents, tel le Sénégalais Pathé Cissé, qui pourtant pratiquait seulement la vente au comptant dans sa concession de Bocania17. Les Tréchot s’ingénièrent jusqu’à nos jours à se réserver l’achat exclusif de l’huile de palme ou de bambou afin d’en sauvegarder les très faibles prix d’achat ; ils ripostèrent à leurs concurrents par des contrats passés avec les chefs locaux qui s’engageaient à leur livrer toute la production. Ainsi procédèrent-ils contre un ancien agent, Puylorac, qui prétendait acheter les produits des réserves dans la Likouala-Mossaka. Le contrat, conclu en octobre 1924, autorisait les agglomérations indigènes à la récolte des produits naturels sur tout le territoire, à l’exception des terrains cultivés ou aménagés par la Société. Elle attribuait aux producteurs les 6/100 de la récolte, et leur allouait, pour le prix d’achat de ces 6 %, un surplus à forfait fixé au début de chaque année. Mais cette clause ne semble pas avoir été appliquée18.

44Dans certains villages, vingt ans après l’expiration du monopole, les habitants croyaient encore être astreints à l’obligation de livrer à la C.F.H.B.C. la totalité de la production commercialisable.

  • 19 R.G., S.C., 1914, Moyen-Congo, Aix, 8 Q.
  • 20 Parente vint s’établir à Nola en juin 1920. Rapport de l’administrateur de Nola, 1920, Aix, 8 Q. I (...)
  • 21 « Dans l’Oubangui, la Société [...] s’est accordée avec M. Audier, précédemment son concurrent, et (...)

45De la même façon, la Cie Forestière limita les entreprises des autres commerçants, exploitants, boutiquiers et petits concessionnaires ruraux, propriétaires de factoreries et acheteurs de produits non concédés. Dès le début, elle avait neutralisé ses concurrents, d’ailleurs en difficulté, en patronnant l’association en participation (d’un montant total de 200 000 frs) qu’avait conclue Paul Mary avec les autres commerçants du lieu. La C.F.S.O. lui afferma pour trois ans la fraction de son territoire comprise entre la rive droite du Congo et de l’Oubangui, la Likouala-aux-Herbes et la Sangha. Outre sa participation aux bénéfices, Mary recevait une rémunération annuelle de 8 000 frs et 500 frs par mois pour frais de nourriture, à charge de livrer à la compagnie tous les produits achetés, récoltés ou tués par lui ou par son personnel. Le caoutchouc lui était compté 5,50 frs le kilo (correspondant à un prix moyen de vente en Europe de 11 frs) et l’ivoire de 2 à 20 frs le kilo, suivant la grosseur des pointes. La mort de Mary, en octobre 1914, accéléra la chute de l’entreprise. Les factoreries abandonnées (Boyenghé et Djékéna Botolo sur la Likouala-aux-Herbes, Enyellé sur l’Ibenga et Mombellé sur la Motaba) et les neuf postes à bois furent rouverts par la Société sous l’autorité de deux de ses agents19. Elle avait vu d’un mauvais œil l’établissement à Dongou, dans l’Ibenga-Motaba, de deux de ses anciens employés, Audier et Marchand. Elle fit tout pour paralyser l’essor de leurs magasins de détail bien achalandés où ils acquéraient l’ivoire et l’huile de palme, et de la petite huilerie qu’ils lançaient à Manfouti. Les chefs, menacés de prison s’ils leur vendaient leur ivoire, vinrent trouver, affolés, l’administrateur. Malgré ses assurances, Audier dut céder en 1917. Même processus à Nola où échouèrent successivement, en 1920 et en 1921, deux commerçants portugais d’Ouesso, Parente et Avias20. Chaque fois, la C.F.S.O. finit par absorber ses concurrents, pauvres en capitaux, en leur reprenant leur exploitation à ferme21.

  • 22 D’après une série de documents non classés, consultés dans les sous-sols de la Maison des Étudiant (...)

Capitaux des Sociétés autres que les concessionnaires, 191422.

Capitaux des Sociétés autres que les concessionnaires, 191422.
  • 23 Sur le détail des capitaux investis par les sociétés concessionnaires, voir Chap. II.

46Au total, à la veille de la première guerre mondiale, les capitaux investis par le « commerce libre », avec 34 975 000 frs dont 28 912 000 appelés, n’atteignaient pas les deux tiers de ceux engagés par le régime de 1899 (plus la S.H.O. et la C.P.K.N.)23.

47Au Gabon, le pourcentage tombait à la moitié (6,9 millions versés contre 11,4 par les concessionnaires), dans l’Oubangui-Chari au quart seulement (1,4 million contre 5,6).

  • 24 Coelho et Vieira, Continho, Diniz et Irmaez, Carvailho et Fernandes, Marsal et Baptista, Seixas, S (...)

48La part relativement importante des capitaux « libres » au Moyen-Congo (20,5 millions contre 23,5 aux concessionnaires) ne doit pas faire illusion : la plupart étaient issus de Sociétés créées dans la mouvance des concessions (C.F.B.C., Messageries Fluviales, ou même Afrique et Congo), de la Banque de l’A.E.F. et de la seule entreprise industrielle, celle des Mines de Mindouli. Mais, jusque vers 1925, le commerce libre demeura timide, sauf à Brazzaville même où proliféraient les boutiques portugaises24. Ailleurs, trois solides Sociétés seulement pouvaient prétendre égaler les compagnies concessionnaires : l’ancienne N.A.H.V., Afrique et Congo, et la Cie Française du Bas-Congo (C.F.B.C.), filiale de la C.F.H.C., née en 1911.

2. L’utilisation du commerce libre par les concessionnaires

49Les Sociétés les plus dynamiques étaient, en fait, le fruit d’un compromis : tout en luttant contre les « tiers », les concessionnaires étaient conscients de l’intérêt d’imiter leurs pratiques. Dès avant la première guerre mondiale, les plus avisés avaient compris que le mouvement était irréversible : l’avenir était à la libre concurrence. Plutôt que de se borner à évincer leurs rivaux, ils songèrent à les utiliser afin de combiner les avantages de leur ancien monopole, désormais décrié mais toujours avantageux, à des techniques plus évoluées qui bénéficiaient par surcroît de la bienveillance de l’État. La N.A.H.V. (société libre) et la C.F.H.C. (compagnie concessionnaire) se dédoublèrent : la Brazzaville, émanation de la Compagnie Hollandaise, travailla de concert avec les sociétés concessionnaires Ouhamé-Nana et C.C.C.C.F. La C.F.H.C. suscita une compagnie sœur mais libre, la C.F.B.C.

  • 25 Lindeman, directeur de la Brazzaville, à l’administrateur de Fort-Crampel, Krebedjé, 16 janv. 1903 (...)

50La Brazzaville essaya dès l’origine de combiner les avantages des deux régimes : dans la région libre du Chari, elle assurait le trafic de l’ivoire et du caoutchouc sous la direction du même agent que l’Ouhamé-Nana (H. Lindeman). Les deux Sociétés, conjuguant leurs opérations, s’assuraient le monopole au sein et en dehors de la concession. Le Gouvernement de la colonie s’avisa en 1903 de leur association, lorsque la Brazzaville demanda de transférer sa factorerie de Fort-Crampel sur un ancien terrain de l’Ouhamé-Nana (situé d’ailleurs hors concession), afin d’y reprendre à son compte les bâtiments déjà entrepris. L’administrateur, fort des instructions qui lui recommandaient de favoriser le régime concessionnaire aux dépens du commerce libre, et sensible au caractère douteux de ce cumul, accorda l’autorisation, mais à l’Ouhamé-Nana, à condition qu’elle y établît seulement un poste de transit (et non de commerce) et enregistrât réglementairement ce terrain de 10 ha situé en dehors de ses limites25. La Brazzaville se plaignit de cette entrave à la liberté du commerce avec autant d’énergie que sa voisine — sous le même nom — pouvait en mettre à revendiquer son monopole :

  • 26 La Brazzaville à M.C, Paris, 24 juil. 1903, ibid.

« Nous sommes autorisés à acheter aux indigènes tous produits du sol, des forêts et de la chasse aussi bien dans les Pays et Protectorats du Tchad que dans toutes les parties du Congo non concédées [...]. Il n’y a, a priori, aucune raison pour que l’Administration locale ne favorise pas la création de nos établissements dans la mesure la plus large, »26

  • 27 Rapport de l’inspecteur général Frézouls à M.C, 31 mars 1911, Aix, 3 D.

51La Brazzaville avait la chance d’être une compagnie admise de longue date. L’État fut davantage alerté par la création, en 1910, de la Cie Française du Bas-Congo (C.F.B.C.), compagnie sœur, mais hors concession, de la C.F.H.C. En fait, le principe était le même. La compagnie concessionnaire des frères Tréchot fit dorénavant passer au compte de sa filiale une partie de son commerce d’importation, lésant ainsi l’État de la part bénéficiaire prévue au cahier des charges. Le procédé fut utilisé par d’autres Sociétés : sur la côte gabonaise, la Cie du Fernan-Vaz ne fit officiellement en 1910 aucune exportation de bois, et celle du Setté-Cama sortit seulement 664 billes, mais le groupe Du Vivier de Streel avait constitué sans l’accord du Gouvernement un consortium qui avait donné procuration à une maison non concessionnaire fixée au Cap Lopez (Anciaux et Cie) pour assurer les exportations de l’ensemble27.

  • 28 Assemblée générale extraordinaire pour la constitution de la C.F.B.C., 25 oct. 1910, Arch. Crédit (...)

52Ce n’est pas la première fois que la C.F.H.C. tentait de dissimuler par des artifices comptables ses bénéfices, nous l’avons vu en analysant l’histoire de la Société. Elle ne dissimulait pas que son but était bien de réduire cette contribution « très justifiée lorsqu’elle porte sur les bénéfices de la concession territoriale de la Likouala-Mossaka [mais] abusive lorsqu’elle porte sur les bénéfices des opérations commercîales faites en dehors de tout appui du gouvernement et de tout secours administratif »28.

  • 29 Rapport du 30 juin 1904, Conc., LI-(B).
  • 30 Lettre à M.C, 8 juin 1910, Conc., LI. Avis favorable de la Commission des Concessions Coloniales, (...)
  • 31 Assemblée générale extraordinaire du 21 déc. 1910, Arch. Crédit Lyonnais.
  • 32 Conseil d’administration de la C.F.B.C. en l911 : Joseph Rémond, Président ; Émile Ponche, Vice-pr (...)

53La C.F.H.C. avait, en effet, repris des postes établis auparavant par les frères Tréchot au Congo français (Brazzaville et Loango) et au Congo Belge (Matadi et, depuis 1901, Kinshasa, aux deux extrémités de la voie ferrée). Elle y avait installé des entrepôts et des magasins, mais aussi un hôtel pour voyageurs et des gîtes d’étape pour les troupes et le personnel africain. Le bilan de 1909 faisait état, sur un bénéfice brut total de 1 million, de 402 000 frs redevables à l’activité de ces comptoirs. Depuis longtemps, les Tréchot avaient sollicité l’autorisation de distinguer les deux catégories d’opérations : dès 1904, le Ministère avait refusé d’entériner un procédé destiné à « distraire [...] sur les revenus afférents à leurs établissements du Congo Belge, la part [...] revenant à l’État »29. La Société profita du règlement de son conflit avec la Brazzaville dans la zone neutre pour arracher enfin l’accord officiel30. Le capital social de la C.F.H.C. passa de 2,5 à 2 millions par la réduction des actions de 500 à 400 frs. En revanche, celui de la C.F.B.C. fut constitué de 6 500 actions de 100 frs chacune entièrement libérées, dont 500 attribuées par droit de préférence aux anciens actionnaires en contrepartie de la réduction subie, et le reste incorporé à l’actif de la Société, en représentation de ses apports31. Il s’agissait évidemment d’un artifice. La majeure partie des porteurs et des administrateurs se trouvèrent confondus, de même que le siège social des Sociétés, dont les assemblées eurent désormais lieu à la même date32.

54L’État s’impatienta de laisser échapper une partie de ses revenus alors que les autres concessionnaires qui exerçaient presque tous des activités commerciales extérieures à leur territoire ne tournaient pas la loi. En 1913, le Département signalait au Gouverneur général :

  • 33 Cité par une Note de Brazzaville, 4 sept. 1926, Conc., XI-B(1).

« On peut se demander s’il n’y aurait pas complaisance de la part de la C.F.H.C., envers sa filiale la C.F.B.C., pour augmenter les bénéfices de celle-ci qui ne sont pas tributaires de 15 % envers l’État. Enfin il serait intéressant de savoir s’il n’y aurait pas confusion de gestion entre les deux Sociétés. »33

55Les produits de la C.F.H.C. étaient effectivement cédés à la C.F.B.C. à des prix représentant seulement la moitié, le tiers, voire le quart de leur valeur : en 1924, un lot d’ivoire de 5 t fut vendu 31 frs le kilo alors qu’il valait plus du double. Deux lots d’huile de palme vendus 220 frs la tonne en valaient au moins 1 000 : par ces seules opérations, l’État se trouvait frustré de plus de 20 000 frs :

  • 34 Ibid.

« J’estime que le montant total des sommes à récupérer par la colonie doit être évalué entre 1 à 2 millions, vraisemblablement plus près de deux que d’un. En tout cas, pour le seul exercice 1924, et d’après les premiers renseignements connus, la somme à réclamer dépasse 140 000 frs » (contre 96 000 effectivement versés)34.

  • 35 Mazenot [304], chap. IX : « Les Tréchot et la C.F.H.C. », pp. 353-359.
  • 36 Les chiffres de la C.F.H.C. ne permettent malheureusement de distinguer que pour quatre années les (...)

56En fait, rien n’est moins sûr. Le Département n’avait pas communication des comptes de la C.F.B.C., sur laquelle il n’avait aucun droit de contrôle. La confrontation entre les bénéfices bruts de la C.F.H.C. et ceux de la C.F.B.C. issus des seules opérations commerciales (à l’exclusion de ceux résultant de l’exploitation des hôtels, des locations d’immeubles, des escomptes et commissions) montre qu’en dépit des soupçons de l’État tenus pour acquis par des études récentes35, le détournement fut moins considérable que les Tréchot eux-mêmes ne l’avaient probablement escompté, d’autant que les bénéfices des comptoirs de la C.F.B.C. provenaient aussi bien de la vente des marchandises importées ou de l’achat de caoutchouc et d’ivoire à des tiers que de l’apport de la concession36.

  • 37 Bilans annuels, Arch. Crédit Lyonnais. Chiffres arrondis au millier de francs.

Bénéfices37. (en milliers de francs)

Bénéfices37. (en milliers de francs)

57On constate notamment que les activités de la C.F.B.C. à partir de 1912 ne suffirent pas à compenser la chute simultanée des bénéfices bruts de la C.F.H.C., dus apparemment davantage à la crise du caoutchouc, puis à la guerre, qu’au démarrage de sa filiale. La comparaison des bénéfices nets corrobore le diagnostic. La guerre entrava bientôt l’essor de la nouvelle compagnie, dont le bilan se solda à deux reprises par des pertes, en 1914 et en 1916. Lorsque, après 1920, elle prit son essor, elle le dut sans doute plus à l’économie de traite sur l’ensemble du pays qu’à l’exploitation de la concession.

58La création de la Société n’en apporte pas moins la preuve que les compagnies concessionnaires avaient compris les avantages du commerce concurrentiel sur le monopole traditionnel : le bond qui, à la suite de l’effort de guerre, fit passer la production de caoutchouc de la C.F.H.C. (qui avait plafonné les années précédentes à 46 t) à 139, 135 et 137 t entre 1915 et 1917, ne s’explique que par le recours au commerce libre. Dorénavant, les compagnies d’antan, qu’elles eussent ou non transformé leurs statuts en conséquence, s’alignèrent sur les autres Sociétés coloniales. Non que le monopole fût nécessairement exclu : au lieu d’être un privilège juridique octroyé par l’État, il devint le résultat d’une entente économique entre les « grands » du commerce outre-mer.

3. L’économie de traite

  • 38 Santini à Lidjoimbo et Ligier à Bakolo (caoutchouc). Marques à Bayangha. Ajax Saint- Clair à Carno (...)

59C’est seulement à l’extrême fin de la période que s’affirma au Moyen-Congo le progrès commercial des tiers. Le nouveau tournant fut pris vers 1925. Dans la Ngoko-Sangha, la traite fut prise en mains par la Société Anonyme d’Entreprises Commerciales au Congo Belge (S.E.D.E.C.), filiale de Lever, auprès de laquelle travaillaient les maisons Williams et Manques et les Sénégalais Pathé Cissé et Mamadou. En Haute-Sangha, la S.E.D.E.C. installa également deux comptoirs à Nola et à même du caoutchouc38.

  • 39 — M. Sartiri : 375 ha demandés à Berbérati en vue d’y créer une entreprise agricole et d’élevage :(...)

60L’arrivée des maisons de commerce dans le pays correspondait à l’apparition du café dont l’exploitation démarra surtout après 1930. Alors qu’ailleurs la traite était seulement approvisionnée par la production villageoise, cette région fut l’une des rares à attirer, à partir des années 1926-1928, des entreprises de petite colonisation « constituant au premier chef des éléments sérieux de mise en valeur », puisqu’elles s’apprêtaient à défricher 1 200 ha susceptibles de porter plus d’un million de caféiers39.

  • 40 « Plusieurs caisses de savon ont déjà été expédiées à Bangui et de grosses quantités sont en sécho (...)
  • 41 Village du chef de terre Brazza, Rapport de l’administrateur, 2e trim. 1927, id.
  • 42 Sur la définition de ce terme, voir Dresch [31].
  • 43 Rapport de l’administrateur de la Haute-Sangha, 1925, Aix, 8 Q, cité par Laperge, op. cit., p. 135

61A part les premières huileries mécaniques de la C.F.H.C., il n’y eut pas d’autre essai d’industrialisation — sinon à Impfondo sur le Congo où fonctionnait une savonnerie de la Cie du Congo Belge40, qui avait aussi promis un pressoir à huile à un village voisin41. Cette époque n’en vit pas moins s’effondrer la toute puissance des dernières compagnies concessionnaires pour donner naissance, en Afrique équatoriale, à l’économie moderne de traite42. Mais celle-ci, en dépit des espoirs qu’elle avait suscités, inquiétait les administrateurs qui, estimant que les méthodes de la C.F.S.O. avaient entraîné l’appauvrissement des régions concédées, pensaient non sans raison n’avoir « aucun intérêt à laisser suivre cet exemple ailleurs, sous le couvert du commerce libre »43 :

« La plupart des commerçants de la région, Noirs ou Blancs, n’aident que d’une façon très secondaire et assez contestable à la mise en valeur de la colonie. Ils se bornent à acheter à l’indigène tous les produits déjà connus sur le marché : ivoire, caoutchouc, palmiste, mais ne cherchent aucunement à créer une nouvelle source de profit pour nos administrés, à aiguiller le travail de l’indigène vers la récolte ou l’exploitation d’un produit nouveau pour lui, ou peu connu, tel le café, le copal, etc.

  • 44 Rapport économique de l’administrateur de la N’Goko-Sangha, 1928, Aix, 8 Q, cité ibid.

Ils sont sans initiative. Aucune culture industrielle n’est entreprise par eux. Ce sont, exception faite des compagnies concessionnaires, des marchands en seconde ou troisième main, des revendeurs. Ils créent une multiplicité de comptoirs pour drainer plus facilement les produits et aller chercher, en quelque sorte, l’indigène chez lui, dans son village. Évidemment, ils se font concurrence, et il en résulte une hausse des prix d’achat des produits dont bénéficient les Noirs. C’est le seul avantage retiré par ces derniers du grand nombre de commerçants installés dans la circonscription. »44

  • 45 Rapport de l’administrateur du Bas-Oubangui, 3e trim. 1928, Aix, 8 Q, cité ibid.
  • 46 Ibid.

62Que le commerce fût aux mains de Sociétés françaises et belges ou de commerçants indépendants de toute nationalité, il était pratiqué de façon identique : dans les régions productives et aux points les plus facilement accessibles par voie d’eau, le commerçant, installé dans sa factorerie, à la fois bureau, entrepôt et magasin de gros et de détail, rassemblait les produits de la cueillette ou des plantations locales, bruts ou grossièrement élaborés selon des techniques restées le plus souvent archaïques. Il répandait le moins possible de numéraire restitué d’ailleurs presque aussitôt à la boutique achalandée en marchandises d’importation (tissus, vêtements confectionnés, sel, quincaillerie, etc.). Les gérants de ces comptoirs étaient secondés par « un grand nombre de traitants et de colporteurs indigènes [qui] sillonnent [le pays] en tous sens et font de multiples opérations de vente et d’achat de marchandises »45 : la seule circonscription du Bas-Mbomou délivra en 1925 148 patentes de traitants46. Les commerçants Noirs, dont les uns étaient commandités par des Européens, les autres opéraient par leurs propres moyens, avaient évidemment tendance à payer les produits au prix le plus bas en se servant parfois de marchandises prohibées (poudre et capsules) comme monnaie d’échange. Mais, d’une façon générale, les Africains, instruits par les cours des marchés, obtenaient des prix analogues à ceux résultant des enchères publiques pratiquées dans les postes.

  • 47 Le marché fut institué le 1er avr. 1915 et fonctionna à partir d’août. Moyen-Congo, Rapport annuel (...)

63La création de marchés aux prix surveillés par l’Administration avait été préconisée dès 1902 par le Commissaire général Grodet. Mais l’institution n’avait pu fonctionner que dans les régions non concédées. Elle s’était propagée dans toute la colonie au fur et à mesure du recul des concessionnaires. A Brazzaville, le « marché industriel » des produits d’exportation remontait à 1915 seulement : créé pour « assurer à nos administrés une meilleure rémunération de leur travail sans toutefois favoriser une firme aux dépens des autres », il visait à relancer le commerce des palmistes, car les Africains, payés en marchandises au lieu du numéraire dont ils avaient besoin pour acquitter l’impôt, avaient cessé leur production47.

64Placé sous le contrôle de l’administrateur-maire chargé de surveiller les paiements en espèces, d’assurer les arrivages et de lancer les enquêtes visant à écouler les produits nouveaux, le marché, en dépit de ses très faibles transactions comparées au volume total traité sur la place, assurait un rôle régulateur en entretenant des contacts permanents avec les négociants et en s’efforçant d’informer les pro locales de la mévente (malfaçon, impuretés, humidité, etc.).

  • 48 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, op. cit.

65Après la guerre, l’exemple fut suivi un peu partout autour des postes où se tenaient, chaque mois ou tous les deux mois, des ventes aux enchères. Mais le jeu de la concurrence fut rapidement faussé par des ententes conclues entre commerçants pour empêcher la hausse des prix : un seul enchérisseur se présentait et achetait les produits au cours le plus bas. Après quoi de nouvelles enchères clandestines avaient lieu. A Bangui, l’Administration dut en 1925 fixer des prix de base « pour empêcher une exploitation scandaleuse de l’indigène [...], intervention parfaitement légitime puisque, la plupart du temps, leur culture ou leur exploitation, encore aujourd’hui, n’est activée que sous la pression des fonctionnaires chargés du commandement territorial »48. Mais, à son passage deux ans plus tard, Gide constatait les mêmes abus.

  • 49 Voir Chap. VIII.

66Avec l’extension progressive, hors des grands centres, de l’usage du numéraire, les Africains manifestèrent leur préférence pour les traitants qui les visitaient dans leurs villages et auxquels ils arrachaient, au prix de longues discussions, des gains analogues à ceux qu’ils auraient fait sur le marché, tout en s’épargnant la peine d’y porter leurs produits. La désaffection envers les marchés fut à l’origine de la longue et violente révolte des Awandji, en 1927-1929, au sud de Lastourville49.

67En définitive, l’économie de traite d’après guerre consacrait l’abandon du rêve des vastes « entreprises de colonisation » conçu à la fin du siècle précédent avec l’élaboration du régime concessionnaire. Cependant, face à ce premier échec, l’économie commerciale, malgré tous ses défauts, constituait un progrès incontestable. Une page était tournée. Les Africains ne recevaient plus seulement d’une société concessionnaire toute puissante le maigre salaire de leur travail de cueillette. Le modèle à imiter n’était plus le Congo Belge, décrié par les excès de son dirigisme économique, mais l’A.O.F. qui avait affirmé dès le début du siècle la prospérité de ses grandes Sociétés de traite : la C.F.A.O. (Cie Française d’Afrique Occidentale) depuis 1887, la S.C.O.A. (Société Commerciale de l’Ouest Africain) depuis 1906, et le Niger Français, dernier-né (en 1913) des trois « grands » d’Afrique noire. Nous avons vu comment les seules compagnies concessionnaires qui résistèrent à la débâcle furent celles qui, négligeant la plupart de leurs privilèges territoriaux, se consacrèrent à l’exploitation commerciale proprement dite : la S.H.O. avait préparé sa mutation dès 1920. La C.P.K.N. donna naissance à la Société Commerciale du Kouilou-Niari (S.C.K.N.), filiale d’Unilever. La Forestière-Commerce rêva longtemps d’égaler la S.C.O.A. à laquelle elle dut finalement céder en 1930, l’Ouhamé-Nana survécut grâce à la traite du coton, enfin même les frères Tréchot entérinèrent, par la fusion de leurs affaires au sein de la C.F.H.B.C., leur vocation de traite et de commerce.

  • 50 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, op. cit.
  • 51 Suret-Canale [119], pp. 217-220.

68En A.E.F. comme en A.O.F., mais avec vingt ans de retard, l’apparition des banques témoignait de l’accroissement du mouvement des affaires. En 1925, deux agences s’installèrent à Bangui50. Certes, l’essor commercial du Congo, qui correspondait à la phase d’euphorie précédant le krach de 1929, se révéla en grande partie factice. A partir de 1930, la crise allait disperser la plupart des entreprises, incapables, en raison de la faiblesse de leurs capitaux, de résister à la tourmente. Mais les grandes Sociétés soutenues depuis les années 20 par le capital financier se redressèrent après 1935. La S.H.O. avait derrière elle la banque protestante ; la Société Financière Française et Coloniale, créée en 1920 sous les auspices de la banque Lazard, contrôlait la S.A.F.I.A. et la Cie Commerciale de l’Afrique Équatoriale fondée en 1909 (anciens établissements Brandon et future C.C.A.E.F.). Du Vivier de Streel et Guynet, par le biais du Comité Cotonnier de l’A.E.F., de Say et des Sucreries et Raffineries de l’Indochine, entrèrent, de même que le groupe Fondère (Afrique et Congo et C.G.T.A.) dans la mouvance de la Banque de l’Indochine et de la Banque de Paris et des Pays-Bas51.

69En 1930, il restait à dépasser le niveau de la traite, qui ne pouvait indéfiniment alimenter les appétits et les besoins d’un nombre toujours croissant de commerçants concurrents :

« Beaucoup partiront, quelques-uns végéteront mais certains resteront, probablement, et s’attacheront à une autre forme de mise en valeur [...].

  • 52 Rapport de l’inspecteur Barthes sur la C.F.S.O., 9 févr. 1929, cité par Laperge, op. cit.

La diffusion des installations commerciales est un des premiers stades de l’organisation économique. Il n’y a pas lieu de s’en attrister. Il convient seulement d’espérer que cette organisation n’en restera pas là, et que, les circonstances générales se faisant plus favorables, on en viendra dans ce pays, comme ailleurs, à une exploitation où se créeront et se renouvelleront des richesses. Il n’y faut que des capitaux, des terrains, et des bras. »52

70Si l’on excepte le bois du Gabon, richesse naturelle exceptionnelle qui a fait la fortune du pays, les prévisions du rapport Laperge se sont-elles réalisées en Afrique équatoriale ? Autrement dit, les plantations se sont-elles développées aussi rapidement qu’on aurait pu le souhaiter, une fois liquidé le régime concessionnaire, incapable d’assumer l’exploitation directe ? Jusqu’à la seconde guerre mondiale, les résultats ne furent guère concluants dans l’ensemble : ni les palmistes, ni même le café, le cacao ou le coton ne progressèrent de façon spectaculaire. Certes, les causes de ce retard étaient multiples : sols et climats difficiles, main-d’œuvre inexistante, infrastructures ferroviaire, fluviale et routière insuffisantes, voire inexistantes. Constatons seulement, une fois de plus, qu’il ne suffisait pas pour ce pays d’attendre un développement spontané, qu’il fût fondé sur le monopole ou au contraire sur la dynamique des rivalités d’intérêt dans un système de libre concurrence.

Notes

1 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, Arch. C.G.T.A.E., Brazzaville.

2 « Plusieurs maisons de Libreville et de Cap Lopez ont manifesté l’intention de s’établir dans les territoires qui font retour à la colonie en vertu des conventions de 1911 et n’attendent pour cela que la délimitation des lots alloués en toute propriété aux Sociétés. » Gabon, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (1) D.

3 Inspecteur général Frézouls à M.C., Brazzaville, 31 mars 1911, Conc., IV-9.

4 R.G., S.C., 1912, Conc., IV-9.

5 Rapports mensuels du Moyen Chari, mars et août 1910, Arch. Fort-Lamy.

6 Recensement du village de Fort-Archambault, 10 févr. 1912, ibid.
Image img03.jpg

7 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, op. cit.

8 Opération du 6 au 19 févr. 1912 en pays Bata, assurant la « pacification complète » du pays qui fournit porteurs, prestataires et impôt. Colonne du 14 déc. 1911 au 15 mars 1912 (80 fusils) soumettant les tribus hostiles de la subdivision de Moïssala (Bala, Mongo, Kan, au sud ; M’Banga à l’ouest). Ibid., févr.-mars 1912.

9 Maison au capital de S millions de francs, dont le siège principal était à Brazzaville. Ses intérêts liés à ceux des Messageries Fluviales (Cie de transport du Congo, émanation des compagnies concessionnaires) lui assuraient un chiffre d’affaires élevé.

10 La maison Weissenthaner faisait, sur son propre territoire, une concurrence importante à la Cie des Sultanats. Ses succursales étaient à Bangassou, Basso, Koumbou et Rafaï. Elle comptait également cinq postes de transit : Bangui, Baguessi, Boségui, Erikassa et Gozo-bangui.

11 La maison ouvrit successivement des agences à Fort-Sibut, Grimari, Dékoa, Fort- Crampel et aux M’Brés, pour le commerce de détail et l’achat du caoutchouc et de l’ivoire.
Les autres maisons étaient :
— Gerbillat à Fort-de-Possel, Mobaye et Grimari
— Fereira da Costa à Fort-Sibut
— Guibet à Kouango
— Pinto à Bangassou et Mobaye.
R.G., S.C., 1912, op. cit.

12 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, op. cit.

13 Il y avait en 1925 seize maisons françaises et dix-sept étrangères (quatre belges, dont la Comfina et la S.E.D.E.C, dix portugaises, deux syriennes, et une grecque). Une seulement possédait quatre comptoirs. Trois en possédaient trois, et sept en géraient deux seulement. Vingt-deux se réduisaient à une boutique. Ibid.

14 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, op. cit.

15 Inspecteur général Frézouls à M.C., Brazzaville, 31 mars 1911, Conc., IV-9.

16 Rapport de l’administrateur de la Haute-Sangha sur la C.F.H.C, 1913, et de la Mossaka, 1914, Aix, 8 Q.

17 Pathé Cissé obtint un permis régulier d’occuper un terrain de 4 200 m2 (arrêté du 15 juin 1923). Rapport de l’administrateur de Liouesso, 1920 et 1923, ibid.

18 Laperge, Rapport sur la C.F.H.C. et l’Alimaïenne, 6 nov. 1928, Aix, 3 D.

19 R.G., S.C., 1914, Moyen-Congo, Aix, 8 Q.

20 Parente vint s’établir à Nola en juin 1920. Rapport de l’administrateur de Nola, 1920, Aix, 8 Q. Il partit l’année suivante, mais revint en 1922, au moment où le Portugais Marques s’établit également. Rapport de l’administrateur de Nola, 1922, ibid.

21 « Dans l’Oubangui, la Société [...] s’est accordée avec M. Audier, précédemment son concurrent, et l’a laissé seul acheteur pour les palmistes, les différents produits oléagineux et l’ivoire [...]. Il est astreint à remettre le caoutchouc à un prix de reprise fixé. Dans la Likouala-aux-Herbes le fermier, M. Gondran, réside à Boyanghé, et ceci laisse à penser [...] qu’il y avait eu également dans cette région substitution d’un fermier à la C.F.S.O. » Rapport de l’administrateur d’Impfondo, 1917, Aix, 8 Q.

23 Sur le détail des capitaux investis par les sociétés concessionnaires, voir Chap. II.

24 Coelho et Vieira, Continho, Diniz et Irmaez, Carvailho et Fernandes, Marsal et Baptista, Seixas, Simarro. Une succursale Hatton & Cookson et quelques commerçants français s’étaient également établis : Quintou, Calvocoressi et Bertrand. Dans les environs de Brazzaville (dans le Boula N’Tangou), des Portugais et des traitants sénégalais encourageaient la cueillette du caoutchouc d’herbe. R.G., S.C., 1912, Conc., IV-9.

25 Lindeman, directeur de la Brazzaville, à l’administrateur de Fort-Crampel, Krebedjé, 16 janv. 1903. Réponse de l’administrateur à Lindeman, directeur de l’Ouhamé-Nana, Fort-Crampel, 23 janv. 1903, Conc., XXVII-B.

26 La Brazzaville à M.C, Paris, 24 juil. 1903, ibid.

27 Rapport de l’inspecteur général Frézouls à M.C, 31 mars 1911, Aix, 3 D.

28 Assemblée générale extraordinaire pour la constitution de la C.F.B.C., 25 oct. 1910, Arch. Crédit Lyonnais.

29 Rapport du 30 juin 1904, Conc., LI-(B).

30 Lettre à M.C, 8 juin 1910, Conc., LI. Avis favorable de la Commission des Concessions Coloniales, et approbation du M.C, 21 oct. 1910. Compte rendu de l’Assemblée générale, 25 oct. 1910, Arch. Crédit Lyonnais.

31 Assemblée générale extraordinaire du 21 déc. 1910, Arch. Crédit Lyonnais.

32 Conseil d’administration de la C.F.B.C. en l911 : Joseph Rémond, Président ; Émile Ponche, Vice-président ; Georges Brack, administrateur-délégué à Paris ; François Tréchot, administrateur-délégué au Congo ; Henri et Louis Tréchot.

33 Cité par une Note de Brazzaville, 4 sept. 1926, Conc., XI-B(1).

34 Ibid.

35 Mazenot [304], chap. IX : « Les Tréchot et la C.F.H.C. », pp. 353-359.

36 Les chiffres de la C.F.H.C. ne permettent malheureusement de distinguer que pour quatre années les quantités de caoutchouc et d’ivoire sorties de la concession de celles achetées à des commerçants libres. Ils suffisent néanmoins à montrer l’importance des achats aux tiers lorsque les cours étaient avantageux :

(en tonnes :)
Image img07.jpg

38 Santini à Lidjoimbo et Ligier à Bakolo (caoutchouc). Marques à Bayangha. Ajax Saint- Clair à Carnot. Coulom et Wiart à Nola. Varella à Djoko Bondo. Rapport de l’administrateur de la Haute-Sangha, 1928, Aix, 8 Q, cité par Laperge, op. cit.

39 — M. Sartiri : 375 ha demandés à Berbérati en vue d’y créer une entreprise agricole et d’élevage :
40 ha en caféiers (30 000 pieds)
25 ha en ricin
30 ha en manioc
2 ha en arachides 20 bovidés ;
— Ajax Saint-Clair, à Carnot : 50 ha accordés à titre provisoire, pour plantations de caféiers (75 000 plants au 31 déc. 1926) ;
— Coulon et Wiart : 150 ha à Berbérati, pour la création de cultures vivrières et industrielles (20 ha en caféiers, 40 000 pieds) ;
— Bruneau de Laborie : 1 600 ha à Berbérati, demandés dans le même but ;
— Collongy : 100 ha à Carnot : plantation de caféiers en cours ;
— Gilbert : 100 ha à Carnot : idem ;
— Robinet : 300 ha à Boudounou (Bouar) : idem ;
— Xavier : 100 ha à M’Baïki : idem ;
— MM. Tiago, Romeuf, Koudjilli et la North British Rubber C° : concession de 4 032 ha pour des plantations d’arbres à caoutchouc (1926).
Rapport de l’administrateur de la Haute-Sangha, 1926, et Bulletin Agricole, 3 e trim. 1927, cités par Laperge, op. cit.

40 « Plusieurs caisses de savon ont déjà été expédiées à Bangui et de grosses quantités sont en séchoir. » Rapport de l’administrateur, 2e trim. 1927, Aix, 8 Q, cité ibid.

41 Village du chef de terre Brazza, Rapport de l’administrateur, 2e trim. 1927, id.

42 Sur la définition de ce terme, voir Dresch [31].

43 Rapport de l’administrateur de la Haute-Sangha, 1925, Aix, 8 Q, cité par Laperge, op. cit., p. 135.

44 Rapport économique de l’administrateur de la N’Goko-Sangha, 1928, Aix, 8 Q, cité ibid.

45 Rapport de l’administrateur du Bas-Oubangui, 3e trim. 1928, Aix, 8 Q, cité ibid.

46 Ibid.

47 Le marché fut institué le 1er avr. 1915 et fonctionna à partir d’août. Moyen-Congo, Rapport annuel, 1915, Aix, 4 (2) D.

48 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, op. cit.

49 Voir Chap. VIII.

50 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, op. cit.

51 Suret-Canale [119], pp. 217-220.

52 Rapport de l’inspecteur Barthes sur la C.F.S.O., 9 févr. 1929, cité par Laperge, op. cit.

Notes de fin

22 D’après une série de documents non classés, consultés dans les sous-sols de la Maison des Étudiants, aujourd’hui versés au Centre d’Enseignement Supérieur, Brazzaville.

37 Bilans annuels, Arch. Crédit Lyonnais. Chiffres arrondis au millier de francs.

Table des illustrations

Légende Graphique 12. Tableau comparatif des exportations des sociétés concessionnaires et du commerce libre, Gabon, 1912.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Mouvement commercial. (en millions de francs)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/397/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Carte 30. Les établissements commerciaux en Oubangui-Chari.(Source : Rapports généraux, 1912 à 1925, Aix, 4 (J) D.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/397/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/397/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Capitaux des Sociétés autres que les concessionnaires, 191422.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/397/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre Bénéfices37. (en milliers de francs)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/397/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter