Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930. Tome 1

 | 
Catherine Coquery-Vidrovitch

II. Prinicipes et modalités le « système »

Chapitre VIII. Les révoltes

Texte intégral

1A l’intrusion violente des forces administratives et commerciales européennes, les Africains répondirent par une attitude généralement curieuse et bienveillante au départ – mais qui devint souvent en brousse tantôt passive et tantôt révoltée. L’introduction de la capitation provoqua localement de vives réactions. Périodiquement, on signalait l’attaque et le pillage de factoreries isolées, dont les agents étaient blessés, tués, voire mangés par des villageois exaspérés auxquels un « sorcier » distribuait le médicament qui rendait invulnérable aux balles.

  • 1 Arrêtés du C.G., du 17 avr. 1899, établissant de nouvelles taxes de consommation, puis du 15 nov. (...)

2L’une des premières révoltes organisées fut, en 1901-1902 sur l’Ogooué, celle du chef fang Emane Tole – surnommé Assang-Méfa (« celui qui frappe à coups de coupe-coupe ») – qui résolut de fermer le fleuve à Ndjolé en représailles de l’augmentation du prix des marchandises décrétée par la S.H.O. pour pallier la crise survenue sur le caoutchouc et le relèvement des droits de douane1. Déjà, en février 1901, un traitant avait été tué entre Booué et Bikouala où un autre chef fang, Makouengay, excitait les riverains contre les Blancs. A Ndjolé, on assista à une action concertée : les pirogues furent arrêtées, les convois attaqués. De janvier à juillet, aucun ne put passer. Une seule embarcation atteignit le haut fleuve jusqu’à la fin septembre, tandis que le personnel de la concession était mis dans l’impossibilité de descendre en aval.

  • 2 Emane Tole y mourut en 1914. Son fils, Tole Emane, revint au Gabon mais, par prudence, il quitta N (...)

3A l’indignation de la S.H.O., le Commissaire général, ne prenant « même pas les précautions nécessaires pour défendre les concessionnaires et négociants », venait de licencier, à fin de compressions budgétaires, la plupart des gardes stationnés dans le pays. Aussi l’agent général de la Société prit-il sur lui d’engager une cinquantaine de miliciens. A leur tête, un de ses employés s’empara en septembre 1902, dans l’Otombi, d’Emane Tole et de son fils, dont la tête avait été mise à prix. Faits prisonniers « par ruse », ils furent remis à Ndjolé au Commissaire général en tournée. Les deux hommes, évoqués aujourd’hui encore à Ndjolé comme des héros de la résistance fang, furent déportés à Grand-Bassam en 19042. La crise prit fin sur le fleuve avec l’envoi à Booué de cinquante tirailleurs qui établirent en mars 1903 un poste en amont, à Dillo-Bikouala, pour protéger la factorerie voisine.

  • 3 L. Taverne, greffier-notaire de Brazzaville, Sarlat, 22 févr. 1905, Brazza 1905-II.
  • 4 Affaire Ourson et Sampic, directeur de la Haute-N’Gounié à M.C., Paris, 6 avr. 1905, G.C., XIX-4(b (...)

4L’année 1902 fut, un peu partout, marquée par des troubles graves. En basse Sangha, les agents de la Cie des Produits de la Sangha, Labbé et Miévil, furent attaqués dans leur factorerie de Noki (rive droite en aval d’Ouesso) ; Cazeneuve, agent de la Cie de la Sangha Ndaki, subit le même sort à Ikelemba (rive gauche, un peu plus bas), de même que Fortin en face, à Pembe (Société de l’Afrique Française) et Bourrieu à M’Boko (Cie Franco-Congolaise). De tels faits se reproduisirent à plusieurs reprises dans les années suivantes : en 1903, des Noirs furent arrêtés pour avoir tué et mangé un Blanc, Livry, agent de la Baniembé3. En Haute-Ngounié, les Ishogo et les Apinji attaquèrent plusieurs fois les factoreries, qui furent brûlées et pillées. Trois agents furent tués, deux autres gravement blessés4. La Cie de l’Ibenga faisait également état de plusieurs agents massacrés en septembre 1904 dans ses factoreries d’Ibenga, d’Enyella et de Bera N’Joco.

  • 5 Cie Coloniale du Fernan-Vaz à M.C., Paris, 22 mars 1905, ibid.

5Les concessionnaires stigmatisèrent l’impéritie de l’Administration qui, non contente, faute de personnel, d’abandonner sans protection ses ressortissants, excitait la colère des Africains en exigeant un impôt impopulaire qu’elle faisait percevoir par des colonnes incontrôlées de « miliciens envoyés seuls faire des tournées qui sont de véritables rafles »5.

6L’Administration, pour sa part, soutint que l’impôt ne suffisait pas à expliquer ces explosions. La conclusion du rapport de la mission Brazza était à cet égard explicite :

  • 6 Rapport de la Commission d’enquête du Congo, Paris, 1907, p. 37.

« M. l’inspecteur Loisy conteste que cet impôt (une fois établi) soit une cause de troubles. Il cite comme exemple les régions de Brazzaville, de Loango, du Bas-Congo où [il] rentre facilement. Il en donne pour raison que c’est dans ces régions que notre occupation déjà ancienne est incontestablement admise par les indigènes. Il pense que si la perception de cet impôt a donné lieu à des troubles, comme l’affirment notamment les représentants des Sociétés de la Lobaye et de la Baniembé, c’est que des heurts se sont produits au premier contact avec les Européens, et que les exigences quelquefois excessives des agents des compagnies concessionnaires ont contribué à susciter l’hostilité des populations. »6

  • 7 30 fusils Gras et 2 000 cartouches à Ikelemba, autant de fusils et 3 000 cartouches à Pembé, 40 fu (...)

7L’Administration coloniale incrimina donc l’imprudence des concessionnaires qui laissaient seuls et sans défense leurs agents européens à la tête de quantité de marchandises, fusils à tir rapide, cartouches, etc. Les tribus riveraines, qui servaient jusqu’alors d’intermédiaires au commerce, avaient vu sans plaisir l’installation des Européens réduire leurs bénéfices. Elles auraient mis à profit le retrait dans la région, afin de réduire les frais généraux, de la majeure partie du personnel européen et africain pour s’emparer des stocks à leur portée7.

  • 8 L. Taverne (à propos de Livry et de la Baniembé), Sarlat, 22 févr. 1905, Brazza 1905-II.

8Les manifestations localisées de pillage et d’anthropophagie étaient, en général, des actes de vengeance, certains des agents exécutés « ayant – c’est triste à dire – mérité la mort non pas une fois, mais dix fois peut-être, chaque fois [qu’ils avaient eux-mêmes tué] pour le plaisir de créer de la souffrance »8.

9Il est à tout le moins troublant de noter la coïncidence entre les régions les plus troublées – Nyanga et Haute-Ngounié, Ibenga et Lobaye – et celles où les concessionnaires commirent des violences graves. En fait, les deux facteurs allaient de pair, puisque l’exploitation commerciale incontrôlée, tout comme les brutalités des tirailleurs, était redevable au sous-équipement général du pays. C’est bien aux excès du portage administratif, et non au régime concessionnaire, que l’on doit par exemple attribuer les révoltes du pays Mandja, de 1902 à 1905. Quant aux troubles des Baya, qui redoublèrent sous le régime de la C.C.C.C.F., ils remontaient aux origines de l’intervention des Européens dans la région, antérieurement à la création des Sociétés. Dans les zones où des populations relativement moins disséminées et parfois – comme chez les Ishogo – plus structurées qu’ailleurs étaient longtemps restées à l’écart de la pénétration, de véritables mouvements de résistance d’une ampleur parfois considérable succédèrent aux premières explosions de colère : la Ngounié, la moyenne Sangha et les pays Mandja résistèrent jusqu’en 1905, la Lobaye de 1902 à 1908, la Haute-Ngounié de 1903 à 1909. Sans qu’il fût toujours aisé de discerner les causes parfois complexes des soulèvements, ils constituaient incontestablement une réponse au bouleversement des valeurs traditionnelles qui se traduisit aussi par l’apparition de mouvements messianiques dont l’influence fut durable.

I. LA RÉPONSE AUX ABUS

10Nous ne nous appesantirons pas sur les incidents de la Lobaye et de la Ngounié, aisément expliqués par les pratiques coloniales que nous avons précédemment évoquées :

  • 9 Administrateur Marsault au délégué spécial du C.G., Bakola, 3 juil. 1904, Brazza 1905-III.

« Je vous ai donné l’origine du soulèvement [de la Lobaye], mon Dieu, il revient à ceci : les concessionnaires veulent du caoutchouc, je le comprends, et les indigènes ne veulent pas travailler, de là palabres, difficultés, fuite, puis situation troublée. »9

  • 10 Comptes rendus annuels de la Société, 1902 à 1909, Arch. Crédit Lyonnais.
  • 11 Comptes rendus annuels de la Société, 1905 à 1908, Arch. Crédit Lyonnais.

11Aux attaques de factoreries succédèrent les répressions conduites contre les villages responsables. Dans la Haute-Ngounié, en pays Ishogo, l’incendie de deux factoreries avait fermé le pays au commerce en 1904. Faute de disposer des contingents nécessaires, la colonie chargea seulement soixante hommes, l’année suivante, de s’emparer du chef Bombi. Leur échec provoqua à nouveau, en 1906, l’envoi d’une colonne de 150 tirailleurs vers Mouilla. Mais, malgré les fortifications du poste, ils durent l’évacuer et la factorerie ferma. La région du Labo fut réoccupée en 1909 seulement10. Dans la Nyanga, sur le territoire de la C.F.C.O., les troubles avaient débuté en mai 1905 dans le Mocabe par l’assassinat d’un traitant sénégalais. L’administrateur organisa une première répression. Deux ans plus tard (mai 1907), le pillage de la factorerie de Kouméramba entraînait la liquidation de tous les comptoirs du haut fleuve. La dernière factorerie de l’arrière pays, Mongo-Nyanga, à douze kilomètres de la côte, était à nouveau incendiée et pillée. Un corps de 150 tirailleurs fut envoyé en juin 1909 mais, en ce pays de forêt favorable aux embuscades, il ne « put infliger aux rebelles une leçon profitable ». En 1909, la Société se plaignait encore de l’insuffisance des forces militaires « dirigées sur un autre point où la sécurité était, paraît-il, plus gravement menacée encore »11. Au nord, dans la Ngoko et l’Ivindo, où l’hostilité des Bakouli avait provoqué, en 1907, l’installation sur le Djoua du poste de Viel, l’insurrection ouverte éclata en mai 1908. La factorerie de Massinegala fut incendiée, neuf travailleurs y furent tués. Les autres établissements commerciaux furent bloqués. Le poste de Viel fut cerné. Cent tirailleurs et une vingtaine de gardes régionaux réussirent tout juste à dégager le magasin de Madjingo. Mais en septembre les populations, exaspérées par la présence des troupes, attaquèrent les factoreries d’Etoumbi, Godébé, Maza, Bodo, Moasi, Manyélé et Manyolo.

  • 12 Par le capitaine Curault, envoyé de Brazzaville en janvier 1909 pour prendre la direction de la zo (...)

12Un agent de la Ngoko-Sangha tomba dans un guet-apens entre Souanké et Sembé et son cadavre fut découpé en morceaux. Toutes les communications furent interrompues et l’insécurité gagna, à l’est, le bassin de la Koudou et de la Sembé, affluents de la Ngoko. L’insurrection fut matée seulement l’année suivante12.

  • 13 « La zone soumise s’étend aujourd’hui sur le quart inférieur de la rivière Mpoko, sur la basse et (...)
  • 14 Début 1908, les travailleurs de la factorerie de la Cie Française du Congo à Djekenabotolo se révo (...)

13A la même époque, une compagnie de tirailleurs stationnait en permanence en Lobaye dont la « pacification » se prolongea par une série d’opérations échelonnées de septembre 1907 à novembre 190813. En basse Sangha, des troubles sporadiques ne cessaient d’éclater14.

  • 15 Rapport de Toqué et Pujol, administrateurs en mission, Fort-Sibut, 26 févr. 1904, Brazza 1905-I.
  • 16 Traduit par un interprète, ibid.

14Lorsque le fauteur de troubles était non pas le concessionnaire mais l’Administration, comme dans le haut Chari, les ennemis du « Blanc Commandant » eurent tendance à lier partie avec les « Blancs factoreries ». Un des chefs principaux de la rébellion mandja, en 1903-1904, Mvélé, s’en fut à la factorerie « voir d’où venait le vent ». Fort bien accueilli par des cadeaux d’étoffes, il retourna en brousse chargé d’expliquer qu’il y avait deux sortes de Blancs. En revanche, contre l’Administration, la lutte fut inexpiable. Le mouvement se propagea entre mai et décembre 1903, après la récolte définitive du mil, dans un pays exaspéré par les exactions des miliciens chefs de poste restés incontrôlés d’octobre 1901 à avril 190315. Le prétexte avait été fourni par une répression particulièrement sévère entreprise en septembre 1902 sous la conduite de deux gardes chefs de colonne. L’un d’eux avait exécuté le chef Serifinda bien que celui-ci, très écouté des siens dans toute la moyenne Koumi, fût partisan de la « temporisation » et conseillât aux Mandja de travailler en attendant les jours meilleurs que leur promettaient les Blancs. Ainsi fut répandu le mot d’ordre : « Quand les hommes ne font rien, les Blancs ne leur disent rien ; quand ils font bon service on les tue ; les Mandja n’ont pas besoin de travailler pour les Blancs. »16

15Ce qui frappait dans ce pays habituellement si morcelé, c’était l’ensemble du mouvement : tous les villages, sans exception, établis le long de la Koumi et de ses affluents, s’enfuirent dans la brousse – le cakou, les kassa – où ils se sentaient à l’abri. Les fourrés impénétrables, les fondrières de la Bakouma, les ravins abrupts de la Koumi leur offraient des retranchements qui leur permirent de mener de véritables attaques contre leurs adversaires. Les Mandja manifestèrent l’intention de résister par tous les moyens et jusqu’au bout. Ils abandonnèrent les plantations qui n’étaient pas encore mûres. Dans le souci de rassembler toutes leurs forces vives, ils sacrifièrent les inutiles, femmes et enfants laissés dans les villages désertés :

  • 17 Témoignage de prisonnières, 29 janv. 1904, ibid.

« Les Mandjas nous ont dit : tu ne pourras pas te battre contre les Blancs ; il n’y a pas assez de place dans le Bakou pour tout le monde, nous allons te laisser ici ; peut-être les hommes des Blancs te verront et te tueront [...]. Mon mari m’a dit : il faut que tout le monde se batte contre le Blanc, les femmes solides et les enfants, il m’a mis ce gri-gri dans les cheveux en me disant que personne ne pourrait me toucher. »17

16On comprend dès lors l’épisode des 119 femmes découvertes par Brazza, qui concluait une répression particulièrement violente.

  • 18 Village de Keba, Région de Bangui, C.G. à M.C., Libreville, 30 déc. 1902, G.C., IV-19 (Dossier « R (...)
  • 19 A. Dessort, directeur de l’Ibenga, à M.C., 7 janv. 1905, Brazza 1905-II. A. Lamarque, directeur de (...)

17Un peu partout avait donc lieu des escarmouches égrenées, année après année, par les rapports des administrateurs locaux. La plupart du temps, elles restaient peu meurtrières : tel village surprenait ses « gardes pavillon » qu’il chassait après avoir volé leurs armes18, tel autre se volatilisait en brousse sans avoir payé son impôt. Mais elles faisaient régner dans le pays un climat général d’insécurité. Les Sociétés arrêtèrent leurs activités et ne manquèrent pas d’en arguer pour demander à l’État l’exonération de leur redevance annuelle, voire une indemnité pour les pertes subies19.

II. LE MOUVEMENT DE RÉSISTANCE EN HAUTE-SANGHA

18Ce type de révoltes prit fin avec la réduction progressive des abus qui les avaient engendrées. Cependant, certains troubles furent particulièrement tenaces. Le cas de la Haute-Sangha apparaît exemplaire, par la continuité de l’agitation qui, autour des mêmes chefs, s’y manifesta depuis les dernières années du xixe siècle jusque vers 1930. C’est que le mouvement de résistance était bien plus qu’une simple réponse à l’insolence ou à la brutalité d’une poignée d’Européens. Il correspondait à un malaise profond du pays soumis à des pressions de plus en plus contraignantes : l’équilibre précaire établi, vers la fin du xixe siècle, entre les agriculteurs séden aires du pays baya et leurs voisins occidentaux, les pasteurs foulbé de l’Adamacua, razzieurs d’esclaves, fut successivement rompu, au nord par l’extension de l’empire de Rabah, puis au sud par l’arrivée des Européens. Les débuts de la colonisation s’inséraient dans une évolution d’ensemble en achevant de désorganiser des structures déjà ébranlées par une insécurité croissante. Incapables de résister, les habitants trouvèrent finalement refuge, à partir des années 1920, dans des mouvements de type messianique.

19Dès 1895, la complexité des populations de cette région avait éveillé l’intérêt des premiers observateurs.

20Les pays de Haute-Sangha s’étendaient au nord du confluent Kadeï-Mambéré où se trouvait le poste de Nola, point limite au-delà duquel la connaissance du pays était sommaire et les communications épisodiques avec les centres de la colonie, Libreville et Brazzaville. Au-delà on ne connaissait que Bania sur la Mambéré et Berbérati légèrement plus au nord – postes récemment fondés par Brazza – et Gaza sur un affluent de la Kadeï que Mizon, venant du nord, avait en 1892 traversé pour la première fois à son retour d’une exploration partie du Niger et de la Bénoué, après avoir visité les villes foulbé de l’Adamaoua : Yola sur la Bénoué, Ngaoundéré au centre du Cameroun et Koundé proche de la frontière orientale (non encore fixée à l’époque).

  • 20 Brazza à Chavannes, Bania, 4 et 25 janv. 1892, Gaza, 23 mai 1892, etc. B.N. 12807.

21Bien qu’à peu près inconnu, le pays était paradoxalement d’un accès plus aisé que la zone congolaise proprement dite, puisque au-delà de Nola la forêt fait progressivement place à la zone de savane de plus en plus claire au fur et à mesure que l’on progresse vers le nord. Pour les Blancs qui arrivaient du Congo ou du Gabon, le climat apparaissait d’autant plus sain que l’altitude sur ce rebord oriental du plateau de l’Adamaoua est toujours supérieure à 500 m. Aussi Brazza fut-il dès l’abord frappé de la densité de la population, de l’abondance relative des vivres et de l’importance des courants commerciaux entre ces tribus variées qui se complétaient les unes les autres20.

22Deux grands groupes s’affrontaient et leur juxtaposition faisait l’originalité du pays et sa nouveauté aux yeux des Européens :

  • Les Foulbé, musulmans de l’Adamaoua,
  • Les tribus animistes, Baya surtout, Yanghéré également, de la Haute-Sangha proprement dite.
  • 21 Clozel, Rapport général, Libreville, 31 mars 1895, et Rapport politique, Langrune-sur-Mer, 25 août (...)

23La différence des religions, l’opposition des cultures semblaient avoir longtemps dressé un mur d’incompréhension entre ces deux groupes. Pourtant, depuis quelques années – une dizaine aux dires de Clozel qui parcourut le pays en 1895 et fonda le poste de Carnot21 – on assistait, semble-t-il, à un rapprochement entre Baya et Foulbé naguère hostiles, rapprochement dû à l’apparition de menaces communes. Ces menaces étaient de deux sortes :

  • Au nord, c’était la pression exercée par l’essor, autour du lac Tchad, du puissant empire de Rabah22,
  • Au sud, l’arrivée des Blancs.
  • 23 Brazza à Chavannes, Bania, 4 janv. 1892, B.N. 12807.
  • 24 Gaza, 23 mai 1892, ibid.
  • 25 Brazza à Dolisie, Bania, 11 juil. 1892, ibid.

24Les Baya étaient essentiellement, et sont d’ailleurs restés, des cultivateurs ; ils produisaient « en abondance » la farine de maïs, les bananes et le manioc qu’ils stockaient dans le grenier du village23. Le bétail fourni par les Foulbé permettait de disposer de viande et de produits laitiers24 et Brazza se vit servir, à Koundé, de l’aïoli fait à l’huile de sésame et au véritable ail d’Europe qui poussait en abondance ainsi, dit-il, que le blé25.

  • 26 Clozel, Rapport politique, op. cit.

25Chez ces agriculteurs, il n’existait pas d’agglomération considérable ; les villages s’égrenaient le long d’un sentier en chapelets interrompus de plusieurs kilomètres par groupes de dix à vingt cases rondes aux murs d’argile et au toit de chaume. Plusieurs de ces hameaux obéissaient au même chef et ces petits chefs à leur tour au chef de l’ensemble qui formait un clan. L’organisation du clan paraît avoir été assez poussée : le pouvoir du chef était héréditaire, à condition que l’héritier (irma) fût d’âge à combattre et à commander, car il participait à la direction des affaires ; du chef de clan dépendaient également un ou plusieurs chefs de guerre (kaïgama) et un intendant interprète (dogali), toutes dignités qui semblent avoir été empruntées aux Foulbé ou aux Bornouans26.

Carte 12. La Haute-Sangha.

26Cette organisation remarquable permit aux premiers voyageurs de traverser le territoire des Baya dans une sécurité garantie par les chefs : car au-dessus des clans existait une grande solidarité de la tribu, consciente de son unité bien qu’elle ne formât pas un corps constitué, encore que sous la pression du danger il pouvait arriver qu’un chef de clan influent groupât autour de lui la tribu tout entière. Le cas s’était produit fréquemment pour repousser les incursions foulbé et, à la veille du passage de Clozel, pour résister à l’arrivée des Blancs : en 1891, en effet, le chef Bafio, du clan des Bouhan, réussit à dresser contre le tout premier explorateur de la haute Sangha, Fourneau, la tribu Bayanda toute entière ; la lutte se poursuivit durant plusieurs années, et Bafio ne fit sa soumission qu’en 1894, à la suite de sévères opérations de répression conduites par un administrateur dont nous reparlerons, Goujon, peu soucieux de la régularité ni de l’humanité des méthodes employées.

27La cohésion des Baya leur avait permis de résister à la pression de leurs redoutables voisins, les Foulbé musulmans de l’Adamaoua. L’Adamaoua était l’un des nombreux états fondés au début du xixe siècle sous la tutelle religieuse du souverain de Sokoto, Ousman dan Fodio ; à la fin du siècle, la dépendance de l’Adamaoua vis-à-vis de Sokoto était devenue purement nominale. L’organisation du pays paraît pouvoir être qualifiée de féodale : sous la suzeraineté plus ou moins effective de l’émir de Yola, un certain nombre de grands vassaux, les lamibé, gouvernaient les provinces ; au centre du Cameroun, le lamido de Ngaoundéré, qui nous intéresse ici, était fort indépendant puisqu’il se contentait de verser à son avènement au souverain de Yola un cadeau d’assez mince valeur, et se gardait surtout de jamais se rendre en personne dans la capitale, de peur d’y être réduit à l’impuissance. Élu à vie parmi les membres de la famille régnante, le lamido gouvernait à l’aide d’un conseil, ou Fada, dont les Européens ne connaissaient que deux membres : le Serki N’Fada, sorte de Ministre des Affaires étrangères, et le Serki Yaki, Ministre de la Guerre.

  • 27 « Il y a 7 ans », dit Clozel (Rapport politique, op. cit.), ce qui ferait 1888. Or, J.C. Froelich, (...)

28La guerre, ou plutôt la razzia d’esclaves était en effet l’un des fondements de la vie économique du pays. Pendant longtemps, la colonne annuelle lancée par le lamido de Ngaoundéré avait razzié ses voisins immédiats : les Baya. Ainsi le lamido Ardo Issa mourut-il des fièvres lors d’une expédition qui l’avait conduit sur les rives de la Kadéï27. Mais le climat d’insécurité entretenu sur les confins mêmes du territoire par ces guerres incessantes contre des adversaires opiniâtrement décidés à la résistance menaçait par trop l’équilibre interne du pays. Aussi, depuis quelques années, les Foulbé lançaient-ils leurs expéditions toujours plus loin vers l’est ; ils ne demandaient plus aux Baya que les vivres et le libre passage : la colonne, concentrée vers Koundé, suivait la vallée du Logone pour commencer ses opérations chez les Laka.

  • 28 Goujon estimait en année moyenne à 8 ou 10 000 le nombre d’esclaves razziés. Goujon au C.G., Nola, (...)

29La razzia de 1895 chez les Laka, entre Laï et Lamé, aurait, aux dires de Goujon, rapporté 11 585 esclaves28. Quelle était leur destination ? Ils servaient essentiellement à alimenter le commerce d’échange avec les pays barbaresques, et surtout avec les autres états Peul du Soudan. Si ce commerce était à bref délai menacé d’extinction à la suite de l’occupation par les Européens des pays producteurs comme des pays importateurs, l’activité commerciale était encore, à la fin du xixe siècle, relativement intense. Mais les Foulbé eux-mêmes n’étaient pas des marchands : guerriers, cavaliers et pasteurs, ils conduisaient à cheval les razzias d’esclaves ou élevaient de grands troupeaux de bœufs sur les plateaux de l’Adamaoua ; la commercialisation de ces produits était aux mains de négociants haoussa ou bornouans qui parcouraient les territoires païens et payaient tribut au lamido de Ngaoundéré ; c’est sous leur influence que la pénétration chez les Baya était devenue éminemment commerciale, sous leur influence que l’acculturation commençait entre musulmans et animistes. Car nombre de chefs païens, attirés par l’appât du gain, se considéraient désormais comme clients du lamido ; cette dépendance se traduisait par le paiement assez irrégulier de redevances en nature et la présence dans le pays Baya de quelques esclaves de confiance du suzerain, souvent originaires de la région, mais parlant la langue Peul et plus ou moins islamisés.

  • 29 Brazza à Dolisie, Gaza, 19 mai 1892, Bania, 11 juil. 1892 et 5 déc. 1892, Djambala, 29 juin 1893, (...)

30Toujours attentif aux questions économiques, Brazza soulignait l’intensité du commerce est-ouest qu’il rêvait de dévier vers le sud ; le commerce des bœufs surtout, dont l’un des grands marchés était Koundé, au contact du pays producteur, lui fit espérer un moment approvisionner par la Sangha les pays du Congo ravagés par le trypanosome29. En échange de leurs bœufs, les Foulbé recevaient l’ivoire des pays bantu, qui menaçait cependant de s’épuiser. Et la variété des produits vendus sur le marché révélait l’extension du commerce soudanais :

  • 30 Brazza à Chavannes, Gaza, 23 mai 1892, ibid.

« Ici l’on vend de tout : de l’indigo, de la teinture jaune, du fil à broder de diverses couleurs, des bonbons et de l’étoffe tissée à la main, des burnous et des perles de Venise qui viennent à travers le Sahara [...], du sel d’herbe, des purgatifs et jusqu’à du salpêtre qui vient du Tchad, enfin de l’huile de sésame, des pistaches, du miel, des petits gâteaux, voire même des berlingots. »30

31Mais l’équilibre entre Foulbé, Haoussa et Baya restait instable et les courants d’échange demeuraient limités. Ils furent incapables de résister aux forces nouvelles qui surgirent dans les dernières années du siècle ; les débuts de la colonisation instaurèrent un ordre nouveau qui désorganisa les structures économiques et sociales préexistantes.

  • 31 Goujon au C.G., Nola, 16 juil. 1895, G., IV-13.

32La voie du nord avait été coupée par Rabah qui, arrivant par l’est, ravagea le Baguirmi puis s’attaqua en 1893 au Bornou, immédiatement au nord de l’Adamaoua. La menace se précisait car, arrêté dans sa marche vers l’ouest par le sultan de Sokoto, Rabah s’apprêtait en 1895 à se retourner contre le sud. Certains Foulbé et plusieurs des miliciens sénégalais amenés dans la région par l’Administration française désertaient déjà pour aller grossir les rangs de son armée31.

  • 32 Clozel, Rapport politique, op. cit.

33Contrairement aux explorateurs contemporains, Mizon ou Gentil notamment, qui présentèrent Rabah comme un chef de bande obéissant exclusivement à l’appât du gain et à la nécessité de faire vivre ses troupes sur le pays conquis, Clozel comprit que le simple désir du lucre d’une bande d’aventuriers ne suffisait pas à expliquer l’ampleur du mouvement : il souligna dès le début la force du principe religieux sur lequel s’appuyait Rabah, émanation probable de la puissante confrérie des Senous-sya qui regroupait autour d’un Mahdi, nouveau prophète destiné à purifier et à sauver l’Islam, l’un des courants du renouveau musulman à la fin du xixe siècle32.

34C’est à ce moment précis que, surgissant du sud, les Blancs bloquèrent la seconde issue ; c’est en février 1894 que fut signé le Protocole franco-allemand fixant la frontière orientale du Cameroun (sous réserve d’une délimitation sur le terrain), frontière d’ailleurs aberrante car, alignée le long d’un méridien, elle ne respectait ni les faits géographiques, ni les données historiques, sociologiques ou économiques : Koundé notamment, marche-frontière du lamidat de Ngaoundéré, était placé isolément dans la zone d’influence française, et les colonnes foulbé continuaient de parcourir le pays sans tenir compte de ces nouvelles contraintes.

35Ce double danger accéléra le rapprochement entre Baya et Foulbé ; aussi les Européens trouvèrent-ils à leur arrivée des forces relativement organisées, résolues sinon à la guerre, du moins au blocus économique : le Madougou Inda, Gouverneur peul de Koundé, mit en 1895 des droits prohibitifs sur l’exportation des bœufs vers la Sangha.

36Face à cette situation critique, quelles furent l’attitude et la politique des nouveaux arrivants, en l’occurence des Français ? Tiraillées entre deux tendances contradictoires, pro-animiste ou promusulmane, elles furent malheureusement à la fois incertaines et brutales. C’est qu’en 1895 la politique coloniale n’était pas encore définie au Congo ; la colonie n’avait pas dépassé le stade pionnier de l’organisation. Les régions excentriques telle que la haute Sangha étaient abandonnées au bon vouloir de l’unique Blanc chargé de les administrer, assisté de quelques miliciens sénégalais.

37Si Brazza et après lui Clozel subirent la séduction de l’Islam, la malchance voulut qu’au moment même où Clozel adoptait une attitude favorable aux Foulbé, l’administrateur en place, Goujon, pratiquât au contraire une politique farouchement anti-musulmane. Aussi la situation devint-elle bientôt intenable : le résultat fut la dislocation des anciens courants commerciaux déjà affaiblis depuis le milieu du siècle, l’appauvrissement accéléré du pays et, finalement, l’abandon quasi total de la région par l’Administration qui, impuissante à trouver une solution, préféra s’en remettre au secteur privé, en l’occurence la compagnie concessionnaire C.C.C.C.F.

38Goujon était un bon représentant d’un certain type de ces premiers administrateurs coloniaux subalternes qui, à une époque où nulle formation professionnelle n’existait encore, étaient souvent des aventuriers sortis du rang, plus ou moins inadaptés en métropole, venus chercher outre-mer l’aventure et la fortune, et qui se révélaient sur place hommes d’action avant tout, souvent efficaces mais parfois dangereux.

  • 33 Rapport de Goujon au C.G., Nola, 16 juil. 1895, G., IV-13.

39Fonctionnaire jusqu’alors nonchalant et mal noté, longtemps employé à la mairie d’Oran, il avait été choisi en raison de sa connaissance de la langue arabe ; mais seul, loin de tout contrôle, à plus d’un mois de Brazzaville, il fut étourdi par ses soudaines responsabilités. Au lieu de considérer les Foulbé comme une puissance organisée susceptible d’être utilisée, il ne voulut y voir qu’une autorité rivale, donc redoutable, qu’il était urgent de mater : « Comme tous les peuples à demi-sauvages, les Foulbé ne respectent que la force. Lorsqu’ils auront été bien battus et qu’ils seront convaincus par expérience que la lutte est impossible, ils se tiendront tranquilles. »33 Fort de ces principes, l’administrateur conclut à la nécessité d’anéantir les forces foulbé au moment où leur razzia périodique les entraînait à franchir la frontière. Mais pour mettre ce projet à exécution, il entreprit, paradoxalement, de pratiquer les méthodes de guerre traditionnelles du pays, celles justement contre lesquelles il proclamait la nécessité de la répression : la razzia systématique.

  • 34 Rapport général de Goujon au C.G., Nola, 23 déc. 1896, ibid.
  • 35 Ibid.
  • 36 « Maintenant si vous pouvez, vous, punir le Madougou Inda [qui avait mis à Koundé des droits prohi (...)
  • 37 Blom à Brazza, Nola, 7 déc. 1896, ibid.
  • 38 20 janv. 1896.
  • 39 Pour plus de précisions sur cette affaire, voir Coquery-Vidrovitch [288].

40Assisté d’une cinquantaine de miliciens sénégalais, il leva une armée de Noirs parmi les tribus baya dont il s’était assuré la clientèle ; ses troupes, selon les moments, comptèrent de 200 à 6 000 hommes à qui il distribua fusils, poudre, pierres à feu et barrettes coupées en guise de balles34. Après avoir adressé au lamido de Ngaoundéré un ultimatum menaçant35, il alla « razzier à fond tous les chefs baya qui avaient fourni des contingents aux Foulbé »36. Parti en campagne le 6 mars, il ne cessa ses opérations que le 9 septembre, date à laquelle un nouvel administrateur, Blom, envoyé en hâte dès que son action fut connue, lui remit son changement d’affectation et dispersa ses troupes37. Le bruit – dont Le Figaro s’était fait l’écho38 – avait en effet circulé en France que Goujon s’était rebellé contre l’Administration du Congo : ce qui n’était pas le cas puisque, n’ayant pas demandé d’instructions, il n’en avait pas reçu39.

  • 40 Lieutenant-gouverneur Dolisie, Libreville, 2 mai 1897, G., IV-13.

41Les opérations de Goujon furent sans doute sensiblement plus meurtrières que les guerres intestines qui, quelques années auparavant, ravageaient encore le pays ; ce chef autoritaire sachant « manier, discipliner et mener au combat des troupes de plusieurs milliers d’hommes »40 pourvues d’un armement de meilleure qualité exerça sur le pays une action déterminante :

  • D’une part, il compromit sérieusement les liens patiemment noués par ses prédécesseurs ; les Foulbé ni les Baya ne percevaient guère de différences entre les méthodes utilisées au nord par Rabah ou au sud par Goujon qui avait en sus contre lui d’être un Infidèle ;
  • D’autre part et surtout, il contribua de façon appréciable à accélérer la rupture de l’équilibre économique du pays. Le climat d’insécurité entretenu en attisant les querelles entre clans41, en brûlant les villages et en capturant les troupeaux paralysa l’agriculture de subsistance ; en outre, pour abattre la résistance du lamido décidé à défendre Koundé, Goujon occupa en mai 1895 cette ville-marché qui abritait une importante colonie de commerçants haoussa. Ces commerçants, il résolut de les transférer d’autorité le jour même à Carnot, sur la Mambéré, à 200 km de là, avec leur stock de 20 kg d’ivoire ; c’était ce que Brazza avait rêvé d’obtenir par la persuasion : supprimer le marché d’esclaves et ruiner les échanges commerciaux est-ouest qui contribuaient à alimenter au-delà la Royal Niger Company, au profit d’un nouveau courant d’échange, en direction du sud, par la Sangha vers le Congo.
  • 42 Rapport de Gaboriaud, Carnot, 30 juin 1901, G., IV-13.

42Au début du xxe siècle le nouvel administrateur, Gaboriaud, renoua la tradition pro-musulmane en recevant avec faste, en 1901, à Carnot, une ambassade du lamido42.

43Cette ambassade poursuivait un double but :

44Le premier était d’entériner la situation de fait qui maintenait à Carnot les Haoussa considérés jusqu’alors comme des prisonniers de guerre : pour consolider leur établissement, l’administrateur, qui les encourageait à faire de nouvelles plantations afin de les attacher à la terre, profita de cette ambassade pour inaugurer une mosquée récemment construite et pour supprimer l’autorité abusive de leur vieux Madougou, remplacé par un Conseil de lettrés jugeant selon la Loi coranique.

  • 43 Binger à Gentil, 13 nov. 1901, Note de Gentil, s.d., et projet de réponse du M.C. au C.G. Grodet, (...)
  • 44 A.E. à M.C.

45Le second objectif était plus ambitieux : c’était d’inciter le lamido lui-même à abandonner sa résidence de Ngaoundéré, à franchir la frontière et à venir se placer sous protection française, afin de supprimer définitivement la tentation des échanges est-ouest qui favorisaient Allemands et Anglais. Ce plan, quelque peu simpliste, fut favorablement accueilli par Gentil, alors Commissaire du Gouvernement dans les Pays et Protectorats du Tchad, et par suite par le Ministère des Colonies43. Mais le Quai d’Orsay, conscient des implications internationales du problème, se hâta de s’opposer à ce projet44.

  • 45 Lieutenant-gouverneur du Moyen-Congo à G.G.A.E.F., Brazzaville, 3 janv. 1911, Conc., XXXI(1)-A.
  • 46 Juge d’instruction E. Douillet, Rapport sur l’instruction des diverses inculpations relevées contr (...)
  • 47 Lieutenant Denisart, Rapport sur les opérations effectuées contre le chef Baboua, Haute-Sangha, 16 (...)

46Quant aux Baya, ils étaient dorénavant abandonnés à l’autorité concessionnaire. Par manque de personnel, l’Administration confia à des miliciens sénégalais la surveillance des postes de Bania et de Nola et abandonna provisoirement Koundé. Les troubles reprirent, à l’incitation, cette fois-ci, de la Cie Commerciale de Colonisation du Congo Français. Une nouvelle révolte éclata en 1902. Le lieutenant Denisart traversa de Carnot à Koundé, où il ralliait son poste, un pays en effervescence – ou, du moins, se le fit décrire comme tel par l’agent de factorerie hollandais établi au village de Baboua, sur la rive droite de la Mambéré. Apparemment, le chef Baboua s’était soumis depuis l’épisode Goujon. Considéré comme un allié fidèle, il payait assez régulièrement son impôt, mais supporta mal l’emprisonnement à Brazzaville de ses fils Semba et Yerina, convaincus d’avoir razzié une dizaine de villageois qu’ils se disposaient à aller échanger comme esclaves à Ngaoundéré contre deux bœufs chacun45 – fait qui atteste, soulignons-le au passage, le maintien d’une collaboration commerciale et politique existant de part et d’autre de la frontière46. Les mobiles de la 4 C.F. étaient obscurs. Sans doute voulut-elle imputer à Baboua, chef écouté de la région, des extorsions à main armée et des sévices qu’elle avait elle-même exercés dans la partie nord de sa concession47.

  • 48 Ils furent, en outre, convaincus, malgré leurs dénégations et le dépôt d’une plainte en vol, d’avo (...)
  • 49 Lieutenant Denisart à l’Administration de Haute-Sangha, Koundé, 21 juin 1901, Conc., XXX.
  • 50 Denisart, Rapport..., op. cit.
  • 51 Ibid.

47Toujours est-il que Baboua, avant d’engager les hostilités, avait rendu visite à la factorerie. Les Blancs lui avaient confirmé que « tout le pays appartenait aux ‘Landais’ [Hollandais] qui avaient acheté le pays et qui possédaient tout [...], jusqu’aux cheveux sur la tête des indigènes ». Ce sont eux qui l’auraient incité, depuis deux ans, à ignorer les ordres de Carnot48. Quant au suicide à Koundé de l’agent général de la Compagnie à la suite de l’intervention de Denisart, il semblait confirmer sa compromission dans l’affaire. Convoqué à Souka, Baboua refusa d’obtempérer. Le jeune officier, arrivé depuis un mois à peine en pays Baya, décida non sans légèreté de passer à l’attaque dans un pays difficile qu’il ne connaissait pas. Il décréta pour un mois l’état de siège sur tout le territoire situé entre Mambéré et Nana et partit, à la mi-juin, à la tête d’une trentaine de tirailleurs soutenus par les guerriers des chefs alliés Souka et Mouri49. Mais en dépit de « fatigues inouïes dues au mauvais état des sentiers, à la traversée de deux cents marigots [dans un pays] extraordinairement tourmenté et raviné par les pluies », la colonne ne rencontra que des villages désertés. Les Baya échappaient à toute poursuite en se dissimulant dans la brousse, généralement aux abords des plantations d’où, cachés par les hautes herbes, armés de flèches courtes et légères et de petites sagaies peu dangereuses, ils tendaient des embuscades. Du 5 juin au 9 juillet, la colonne, s’épuisant en marches et en contremarches, parcourut sans résultat 800 km, brûlant les villages sur son passage. Elle ne subit aucune perte, mais revint dans un état déplorable : un tiers des tirailleurs étaient atteints de craw-craw ; les autres avaient des plaies aux jambes ou souffraient de bronchite ; le lieutenant et les deux sous-officiers s’alitèrent. Début juillet Denisart, après avoir abandonné tous ses prisonniers au chef Mouri, rival et successeur désigné de Baboua qui s’était enfui vers le nord, décidait de ramener ses hommes à bout de forces et sans vivres et de laisser, dans le pays évacué, « la révolte s’éteindre d’elle-même »50. Cependant, quelques jours plus tard, il apprenait l’expulsion du Cameroun, par le lamido, du chef Baboua, qui se laissait arrêter sans résistance près de son village avec deux de ses fils et une douzaine de fusils. Il le fit défiler à Koundé pour le 14 juillet devant quatre-vingts chefs du pays : « l’impression produite fut énorme. »51

  • 52 4 CF. à M.C., 12 mars 1903.
  • 53 4 CF. à M.C., 27 déc. 1902, télégramme M.C. à C.G., 12 janv. 1903. M.C. à 4 CF., janv. 1903. Grode (...)
  • 54 Comité de protection et de défense des indigènes, Paris, 14 mai 1909. L’Humanité, « Les crimes col (...)
  • 55 Moyen-Congo, Rapport trimestriel, 3e trim. 1907, Aix, Registres anciens, n° 77.
  • 56 Ibid., 1er trim. 1908.

48L’enquête de 1903, lancée à la suite d’une plainte de la 4 C.F., révéla à la fois le rôle douteux de la Compagnie et le caractère irresponsable de l’intervention militaire52. Finalement, le concessionnaire l’emporta. Denisart fut rappelé à Libreville53. L’affaire fit long feu, puisqu’en 1909 la compagnie faisait rouvrir l’enquête sur l’officier et arguait toujours de l’incident pour réclamer une indemnité54. Aussi l’Administration préféra-t-elle à l’avenir éviter les interventions. Cependant le pays ne cessa pas d’être agité. En 1907, un clerc de la 4 C.F. fut assassiné55. L’année suivante, on décida de transférer à Baboua le poste de Koundé, afin d’assurer un contact plus immédiat « avec une population superficiellement soumise, toujours prête à se dérober »56.

  • 57 Le mouvement venait du Cameroun. Les gens se procuraient le fétiche de guerre dans la Région de Ou (...)
  • 58 G.G. Antonetti [61], pp. 30-31.
  • 59 Fieschi-Vivet, Note au sujet des troubles de la Haute-Sangha, 1928-1929, Yaoundé, 16 avr. 1935, Ar (...)

49Dans les premières années du siècle, on avait déjà signalé dans la Sangha des mouvements de « fanatisme indigène » animés par des « féticheurs dont le chef vendait des médicaments préservant des balles des Blancs »57. Après la guerre, le mouvement s’amplifia. En 1924, dans un guet-apens, cinq miliciens furent assassinés et mangés. Trouvant que l’Administration, dans son désir d’éviter l’emploi de la force contre l’ensemble de la population pour arrêter les coupables, n’agissait pas assez vite, « ils réglèrent eux-même, à la première occasion, un compte dont ils trouvaient que nous nous désintéressions »58. Ce n’est probablement pas un hasard si, l’année suivante, apparut dans la région un prophète, sorcier redouté, annonçant que grâce à son pouvoir il chasserait les Blancs. Karno (ou Karinou) était originaire du village bayangha de Bounia, non loin de Bouar. Après avoir passé deux ans dans une mission catholique, il y avait commencé ses prédications. Mais, chassé par le chef qui craignait des ennuis avec le poste, il avait disparu dans la forêt, où il subit une difficile initiation. Revenu parmi les siens auréolé de mystère et de science, couvert de cicatrices correspondant chacune à une maîtrise particulière, il s’établit à Nahim, sur les bords de la Nana, où il reçut le meilleur accueil59.

  • 60 Leroux, chef de circonscription de la Haute-Sangha, à G.G.A.E.F., Berbérati, 16 août 1928. Arch. c (...)

50C’était alors un homme décharné qui portait encore le pagne d’écorce – par refus des étoffes d’importation – et proclamait que c’en était fini de l’autorité des Blancs : représentant de Dieu sur terre, il promettait qu’on ne travaillerait plus – sauf pour les plantations qui seraient toujours florissantes –, que tous auraient de la viande en abondance et des marchandises en quantité, et que le bonheur règnerait sur le pays. Dans sa case, très vaste, qui ressemblait étrangement à une église avec son clocher, la foule entrait librement et assistait à ses visions prophétiques, très clairement orientées contre l’oppression coloniale : Karno, doué du don de ventriloquie, s’expliquait avec le Commandant, qui criait et tempêtait. On entendait quelques mots français : « Sale nègre », « Cochon », « payer l’impôt », « bloc », « prison », « amende », « jurons ». Puis la voix changeait et le prophète se lamentait, protestant de ses bons sentiments et hurlant comme si on le frappait60. Que ne racontait-on pas sur lui : sa voix résonnait quand il ouvrait la bouche, comme si elle sortait de terre. Ses yeux étaient de feu et son regard brûlant. Il commandait aux animaux, à l’eau et à la foudre.

51Cependant Karno, homme de Dieu, recommandait de ne pas verser le sang. Si le Commandant venait, il lui dirait : « Tue-moi si tu le veux, je ne me défendrai pas. » Dieu le vengerait en expulsant les Français. Le prophète irait à Berbérati causer avec les hommes de Dieu des Blancs (les missionnaires) qui partiraient également pour laisser le pays aux Noirs. Mais en attendant ces jours meilleurs, il fallait refuser de travailler pour les Européens, cesser de payer l’impôt, ne rien leur vendre ni leur acheter :

  • 61 Fieschi-Vivet, Note..., op. cit.

« Tuez et mangez votre bétail, répudiez vos femmes, brûlez vos cases, coupez les ponts, tout ce qui a connu le Blanc est impur, et doit disparaître [...]. Prenez mon médicament, le Kougowara, et je serai avec celui qui le portera à son cou et je le rendrai invisible et invulnérable. »61

  • 62 La tradition orale de la région invoque le travail imposé aux femmes comme une des causes majeures (...)
  • 63 G.G. Antonetti [61].
  • 64 Karinou fut tué le 11 nov. 1928. G.G.A.E.F. au Gouv. Commissaire de la R.F. au Cameroun, Berbérati (...)
  • 65 Il serait évidemment souhaitable de suivre l’évolution ultérieure de la région. L’étude en était r (...)

52Le mouvement xénophobe connut bientôt une grande ampleur. Depuis la guerre, les paysans étaient exaspérés par le poids croissant de l’Administration. La route ouverte d’ouest en est, du Cameroun à l’Oubangui, avait exigé trois années de prestations. Au nord de la piste, vers l’Ouham, les Baya avaient été contraints à la campagne du coton, culture à peu près inconnue, difficile et peu rémunératrice. Au sud, la Cie Forestière recrutait pour la cueillette du caoutchouc des centaines de récolteurs que les gens de Baboua et de Bouar devaient nourrir par la descente mensuelle, sur 150 km, de femmes et d’enfants chargés de paniers de farine de manioc payée seulement 10 centimes le kilo62. Une contrebande active d’armes et de munitions s’organisa. Tous les villages alentour versaient au prophète un tribut en manioc et en poulets : son influence s’étendait jusqu’à Batouri et Ngaoundéré au Cameroun ; il envoya des émissaires vers Baïbokoum au nord, jusqu’à Nola, Bozoum et Berbérati à l’est. Le pays tout entier était agité. Sa parole s’infiltra dans la grande forêt entre Sangha et Oubangui. Certains attendaient les événements. Mais beaucoup voulaient agir. En 1928, environ deux mille révoltés étaient dispersés de la vallée de la Nana aux environs de Bouar. L’administrateur, qui voulut se rendre à Nahim, fut reçu par des sagaies et des flèches. Puis les guerriers prirent peur et se dispersèrent. Karinou resta seul dans sa case. Mais le fonctionnaire, mal informé, se replia sur Berbérati : son départ fut interprété comme une victoire miraculeuse. Le prestige du prophète devint immense. Certains parlèrent d’aller détruire le poste installé à Baboua et de réduire les Blancs en esclavage afin de faire débrousser par le « Commandant » les plantations du village. En même temps, la vieille hostilité Baya/Bororo se ranimait, renforcée par le courant pro-islamique de l’Administration française : des Bororo, attaqués au passage de la Nana, perdirent plusieurs centaines de bœufs. La révolte utilisa d’abord le cadre traditionnel. Le chef Samba, le fils précisément du Baboua molesté au début du siècle, « crut le moment venu de régler un vieux compte avec un voisin » : pour venger une attaque où six personnes de son village avaient trouvé la mort, dont sa fille enceinte, il enleva cinq hommes et une femme de la tribu voisine qu’il fit à son tour exécuter puis fit prendre la brousse à son village63. Mais, en quelques semaines, les bases s’élargirent et le pays tout entier se souleva ; les opérations furent entreprises pendant la saison sèche, entre novembre 1928 et avril 1929. Une centaine d’hommes répartis en trois colonnes furent envoyés aux confins de l’Oubangui-Chari et du Moyen-Congo. Karinou fut tué, la route dégagée, Nahim occupé64. Le soulèvement ne cessa pas pour autant. Il gagna toute la région située entre Bangui et Carnot et s’étendit au Cameroun, au Tchad et à la basse Sangha. La lutte devint une meurtrière guerre d’embuscades. Les « nettoyages », entrepris systématiquement par les patrouilles militaires, acculèrent la population au désespoir. Kaka et Yanghéré luttèrent jusqu’à la mort plutôt que de se soumettre. Les troubles se prolongèrent jusqu’en 1933 au moins. Ils laissèrent le pays appauvri et déserté. Le calme revenu ne mettait pas fin à un malaise profond dont les racines étaient anciennes65.

  • 66 Voir à ce propos : Balandier [62], pp. 417-520, et [282]. A. Margarido, « Movimenti profetici e me (...)
  • 67 Avec près d’un siècle de retard, les Baya, confrontés à la domination française, connaissaient une (...)

53L’épisode du « sorcier de Nahim » est révélateur. Il est remarquable de noter qu’il survenait en haute Sangha précisément au moment où des mouvements analogues se dessinaient un peu partout en Afrique équatoriale, notamment avec la prédication de Simon Kimbangou depuis 1921 en pays bakongo et les courants messianiques d’Angola66. C’était, après les explosions de révolte du début du siècle, brutales mais de faible portée et généralement sans lendemain, l’émergence d’une forme nouvelle de résistance, susceptible d’une plus large diffusion grâce à son appel aux forces religieuses. Ses étonnantes manifestations de « contamination », voire de syncrétisme la faisait aussi apparaître, paradoxalement, comme l’un des fruits de la colonisation contre laquelle elle prétendait lutter67.

III. LA RÉVOLTE DITE DES AWANDJI HOSTILES

54Après 1920, les révoltes très localisées se firent rares. Avec les progrès de la pénétration administrative et la rapidité accrue d’intervention des forces de police, il devenait de plus en plus difficile d’échapper aux prestations et à l’impôt. D’ailleurs ceux-ci, sauf dans le cas extrême des recrutements imposés pour le Congo-Océan, avaient fini par être admis. Les villages, regroupés le long des axes principaux, fluviaux ou routiers, étaient devenus plus aisés à surveiller. Quant aux campements en fuite disséminés en forêt, ils étaient hors d’état d’organiser une lutte sérieuse. Les seuls mouvements de résistance notables s’organisèrent sur le plan régional, dans les zones à forte cohésion ethnique et jusqu’alors peu pénétrées. C’était, dans une certaine mesure, le cas du pays baya. Ce fut aussi celui du dernier secteur incontrôlé du Gabon, le pays awandji, au sud de Lastourville.

  • 68 Administrateur Turenne au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Lastourville, 7 août 1928. Administrateu (...)

55Bien que la zone en effervescence se limitât à un carré d’une vingtaine de kilomètres de côté, il fallut plus d’un an pour en venir à bout. Certes, le chef Wongo payait l’impôt depuis 1923, mais, sauf rares exceptions, l’administrateur des Adoumas n’avait jamais pénétré dans le pays sans s’exposer à quelque coup de fusil68. Une révolte généralisée éclata en 1928. Elle débordait largement les limites du territoire proprement dit de Wongo (village Bembekani, sur la terre de Beladi) pour englober les villages des terres voisines de la Louvedi, du Badékoulou, de la Licondo, de la Lehibou et de la Licondi. On assistait, autrement dit, à la coalition d’une bonne douzaine de chefs qui apportèrent un concours effectif en hommes, en armes et en vivres.

Résidence de la famille des Nianga, ligne paternelle de Wongo.

Résidence de la famille des Nianga, ligne paternelle de Wongo.

Résidence des principaux membres de la famille des Boukondzo, ligne maternelle de Wongo.

Résidence des principaux membres de la famille des Boukondzo, ligne maternelle de Wongo.
  • 69 Ce chiffre semble corroborré par deux indications : si l’Administration avait enregistré 590 fusil (...)

56L’autorité de Wongo, renforcée par d’étroits liens de parenté entretenus avec les villages voisins à la faveur d’échanges matrimoniaux, fut en effet reconnue par tous. La densité relativement élevée des villages sur un espace restreint encourageait la cohésion de l’ensemble. A combien peut-on estimer, en l’absence surprenante de toute évaluation démographique tentée par les observateurs de l’époque, la population touchée par le mouvement ? A guère plus d’un millier d’habitants, semble-t-il, 1 500 au maximum, dans cette zone où le village groupait généralement une famille, au plus deux ou trois, sa parenté et sa clientèle, et comptait rarement plus de cinquante à cent habitants69.

Carte 13. Le pays Awandji, 1928. (D’après le rapport du lieutenant Cordier, Lastourville, 25 nov. 1928, Arch. Lastourville.)

  • 70 Administrateur Turenne au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Lastourville, 5 juin 13 juil. et 7 août (...)

57Les premiers incidents survinrent en mai-juin 1928 : deux miliciens envoyés sur la terre de Beladi pour convoquer des prestataires ne trouvèrent à Bembekani que le chef Lessibi, du village voisin de Lékolé qui, entouré d’hommes armés, refusa de les conduire à Wongo et de se plier à leurs exigences. Quinze jours plus tard, une escouade fut surprise à coups de fusils, près de Miporapossa. Enfin, début juillet, quarante gardes qui se dirigeaient vers le village de Wongo furent à nouveau attaqués près de Massoukou par les habitants de ce village assistés de ceux de Mikouma70.

  • 71 Renseignement fourni par N’Zala, de Poungui, recueilli le 3 août 1929 au village de Sacamicanda pa (...)

58Il ne s’agissait pas de simples manifestations isolées de mauvaise humeur. Ces troubles sporadiques étaient les premiers symptômes d’un mouvement apparemment préparé de longue date : il semble que, depuis quelques mois, les villages stockaient la poudre achetée dans les factoreries les plus proches, à Maouia et Mouanda, Pembé et Doumé sur l’Ogooué, à raison de deux coups pour un marteau (monnaie locale de fer) et sept coups pour un cabri71 :

  • 72 Turenne au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Lastourville, 10 oct. 1928.

« L’on est d’accord aujourd’hui pour déclarer que les Awandji n’utilisaient pas la poudre qu’on les autorisait à acheter, ni celle qu’ils pouvaient se procurer assez facilement d’une façon illicite. »72

  • 73 Le même au même, 7 août 1928.
  • 74 « Village Djondi. Le nommé Doumi est celui qui arrange les fusils pour Wongo et dans son village e (...)

59590 fusils étaient répertoriés dans la subdivision. L’administrateur parvint à s’en faire rendre 20073 Mais le reste – la plupart du temps des fusils à silex, fortement chargés de morceaux de fonte provenant de marmites fractionnées – fut caché un peu partout dans les villages74.

60Si l’exigence de l’impôt (depuis 1923) et des prestations (dont les premières furent demandées en 1926) était fort mal accueillie, il semble que la cause immédiate de la révolte fut l’organisation des marchés. Le ravitaillement du poste de Lastourville était, en effet, insuffisant et irrégulier. En décembre 1927, on entreprit d’y remédier par la création d’un marché analogue à celui de Franceville. La contribution de chaque terre à son ravitaillement fut discutée avec les chefs intéressés. Théoriquement, la fréquence et l’importance des apports étaient fonction de l’éloignement et des ressources des agglomérations. Les terres les plus rapprochées venaient tous les quinze jours. Les autres tous les 21, 28 ou 42 jours. Le portage des vivres mobilisait un quart ou un tiers des habitants – qui, avec une bonne organisation, ne seraient donc venus au marché qu’une fois sur trois.

  • * Note sur les marchés, les prestations et l’impôt, Lastourville, 1929.

Périodicité des villages au marché de Lastourville, janvier-avril 1929*.

Périodicité des villages au marché de Lastourville, janvier-avril 1929*.
  • 75 Les prestataires devaient, en outre, pendant leurs quinze jours de travail, être ravitaillés à qua (...)

61L’obligation n’était pas, en soi, exagérément pesante. Mais le marché devint aussitôt l’occasion, pour le chef de poste, d’établir des relations régulières avec ses administrés : c’est ce jour-là qu’il réclamait les prestataires et se faisait apporter l’impôt, fixé à 15 frs, en même temps que les vivres75 :

  • 76 Ibid.

« Le ravitaillement périodique du marché permettait de tenir directement les chefs en haleine, et l’on ne relève point, comme durant les années précédentes, des peines disciplinaires pour refus ou pour mauvaise volonté. »76

  • 77 Turenne au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Lastourville, 10 oct. 1928.
  • 78 Traditions recueillies en nov. 1965 et confirmées par les renseignements fournis par M. Mangongo-N (...)

62Les Awandji, qui n’avaient « jamais entendu accomplir des prestations ou contribuer aux obligations communes », supportèrent mal cette nouvelle servitude, prélude probable à l’injonction d’aller travailler sur les chantiers du Congo-Océan que leur apprenaient à redouter les transfuges de la région de Franceville venus chercher abri chez eux77. Dès le départ, ils manifestèrent une telle mauvaise volonté qu’ils se firent convoquer au poste en mai 1928. Bien que les archives soient muettes à cet égard, les traditions recueillies sur place confirment qu’il faut effectivement voir dans l’institution des marchés l’origine de la révolte78.

  • 79 Lieutenant Cordier à l’administrateur des Adoumas, Lastourville, 21 nov. 1928.
  • 80 Lieutenant-gouverneur du Gabon à l’administrateur des Adoumas, Libreville, 22 déc. 1928.

63La première opération sérieuse eut lieu en novembre 1928 : le lieutenant Cordier, à la tête de 77 hommes (y compris les porteurs) armés de 30 fusils et de 4 000 cartouches, entreprit d’aller installer un poste provisoire de surveillance au centre de la zone dissidente, à Poungui. Malgré la prise du village, le harcèlement des adversaires le contraignit à abandonner la partie cinq jours plus tard après avoir perdu huit hommes79. « Il faut donner à cette opération son véritable nom : c’est un échec. »80

  • 81 Lieutenant-gouverneur du Gabon à l’administrateur des Adoumas, 5 janv. 1929.
  • 82 « Le feu est déclenché avec ensemble, par salves correctes [...]. Il est vraisemblable qu’ils tire (...)

64La guerilla ne prit fin qu’en août de l’année suivante, à la suite d’un véritable plan de conquête mis au point par l’administrateur Le Testu, envoyé en janvier 1929 en mission spéciale dans la région81. Malgré tous ses efforts, il ne put faire aboutir ses tentatives pour démanteler la résistance awandji en négociant séparément avec les chefs. Les Awandji, utilisant remarquablement un terrain humide et forestier qui d’ailleurs s’y prêtait, pratiquèrent une guerre de partisans. Informés par leurs voisins et par des guetteurs à l’affût sur toutes les grandes pistes, ils montaient une garde vigilante autour de l’assaillant, s’efforçant d’attaquer ses corvées, voire, de nuit, son camp. Ils ne livraient aucun assaut, mais agissaient par embuscades répétées sur un terrain généralement préparé par une série d’obstacles soigneusement dissimulés. Il était clair qu’il existait chez eux un commandement effectif ; chaque troupe postée, de dix à quarante hommes au maximum, possédait également un chef qui ordonnait les salves au moment opportun82.

  • 83 Lieutenant Cordier au Commandant militaire du Gabon, Lastourville, 14 août 1929.
  • 84 Témoignage recueilli à Lambaréné, en sept. 1965, de M. Werly, comptable de la S.H.O. depuis 1921. (...)

65Les opérations de guerre proprement dite durèrent deux mois et demi, de la mi-mai au 9 août. Il fallut trois jours pour reprendre le village de Poungui (24-27 mai). Un renfort de 88 hommes, s’ajoutant aux 80 gardes équipés de 30 000 cartouches qui agissaient jusqu’alors, permit finalement, à partir du 15 juillet, de venir à bout des quatre groupes awandji d’une soixantaine de fusils chacun83. La déroute finale serait due à la venue d’un petit hydravion monté jusqu’à Lambaréné sur aviso, qui aurait survolé la région rebelle pour affoler la population84.

  • 85 Au total, de juil. 1928 à août 1929, il y eut 9 tués, 18 blessés et 2 morts de maladie. Le Testu a (...)
  • 86 Témoignage de M. Werly, cité.
  • 87 Docteur Olivry, Omoy, 8 août 1929. Seuls furent déférés au Tribunal indigène ceux qui avaient été (...)
  • 88 Arrêté du G.G.A.E.F., 18 févr. 1930.
  • 89 Ils moururent à bord de l’Albert Dolisie et furent inhumés, respectivement, Lessibi à Mossaka le 1 (...)

66Wongo se rendit le 9 août, livrant cent fusils. Du côté des tirailleurs, la révolte n’avait pas été très meurtrière85. Les pertes awandji, probablement très supérieures, ne furent pas chiffrées. Mais un ancien agent de la S.H.O. évoquait l’horreur laissée dans le pays par les exécutions collectives effectuées sur les rebelles, la tête couchée sur un billot, par les tirailleurs de Booué86. Il y eut au moins 150 prisonniers87. Wongo et Lessibi furent condamnés à dix ans de détention politique à Bangui88. Morts trois mois plus tard au cours de leur transfert, ils entrèrent aussitôt dans la légende, et leur souvenir est resté vivace dans la région89. Car la soumission du pays était encore loin d’être acquise. Il restait à poursuivre le désarmement des habitants, et surtout à mettre sur pied un programme ultérieur d’occupation :

  • 90 Lieutenant-gouverneur du Gabon à l’administrateur des Adoumas, Libreville, 24 août 1929.

« Il s’agit là, je n’en doute point, d’un travail de longue durée qui nécessitera beaucoup de patience, de doigté, de méthode et surtout de ténacité. [Les villages] devront être très souvent visités et des conseils donnés à leurs habitants de façon à leur enlever toute idée de s’ajoindre à nouveau au reste des dissidents qui, ainsi isolés de leur village et de leur famille, finiront bien, un jour ou l’autre, par faire, eux aussi, leur soumission. »90

  • 91 T. O. Ranger, « Connexions between ‘Primary Resistance’ movements and modern mass nationalism in E (...)
  • 92 Elles seront analysées au Chap. XVIII.

67Le soulèvement des Awandji avait exigé une véritable opération de conquête. Ce fut la dernière de cette ampleur. En 1930, l’ensemble du pays était occupé. Par ailleurs, les abus les plus graves étaient résorbés ; la plupart des compagnies concessionnaires avaient disparu. Les autres, entrées dans le régime général, étaient progressivement soumises à un contrôle plus attentif. Quant aux chantiers du Congo-Océan, presque achevé, ils étaient enfin organisés de façon à peu près satisfaisante, tant du point de vue sanitaire que dans le domaine de l’intendance, et le travail n’y inspirait plus l’horreur des années précédentes. Les révoltes de type ancien, telles que nous les avons évoquées, n’avaient plus les mêmes raisons d’être. Celles-ci avaient révélé, jusqu’à une période relativement tardive, leur évidente continuité avec le passé précolonial, aux malaises exacerbés par le premier contact avec l’Administration européenne. Ni la révolte de Wongo ni, à plus forte raison, la guerre baya ne peuvent se réduire à une réponse conjoncturelle aux exigences accrues de la pression coloniale dans l’entre-deux-guerres. Elles reflétaient un déséquilibre aux racines bien plus lointaines, révélateur de la profonde mutation subie par les populations depuis trente ans. Ces mouvements relevaient tous, en fin de compte, de révoltes de type ancien, de la première phase coloniale, par opposition aux luttes modernes d’émancipation et, de ce point de vue, la coupure généralement admise de la guerre de 1914-1918 n’est pas valable au Congo. La rébellion awandji, survenue en 1929 seulement, en est un exemple typique : les chefs locaux, perturbés par la contrainte coloniale (impôt, corvée, etc.) qui les menaçait pour la première fois, répondirent par une guerre tribale. Même la révolte baya, en dépit de son radicalisme désespéré, rappelait étrangement, par ses alliances de chefs et son messianisme rudimentaire, les mouvements analogues décelés à la fin du xixe siècle, par exemple par Ranger en Afrique orientale91. Comme eux, elle s’exposait à une rapide et totale défaite militaire, profondément traumatisante. Visant exclusivement à restaurer le temps d’« avant les Blancs », elle ne débouchait ni sur une organisation politique, ni sur une idéologie nationaliste de type contemporain. Le seul mouvement moderne au Congo fut probablement celui d’André Matswa, écrasé en 1929, que l’on pourrait rapprocher des premières formes de résistance politique, décelables seulement dans les toutes dernières années de la période autour des capitales92.

  • 93 D’après les chiffres de Périquet et de Le Testu, la population serait passée, dans les deux circon (...)
  • 94 Balandier [62].

68Car la condition des villageois ne s’était pas améliorée : nous verrons, au contraire qu’elle s’était souvent dégradée depuis la première guerre mondiale. La dévaluation du franc n’avait guère eu d’écho sur les prix payés au producteur, restés analogues à ceux d’avant-guerre. Les ravages de la maladie du sommeil et les épidémies de grippe espagnole et de variole, suivies de terribles famines, achevèrent de désorganiser des structures économiques déjà très déficientes. La grande crise, qui stoppa les transactions, plongea une partie de la population dans le dénuement le plus complet. On peut se demander pourquoi certaines régions particulièrement atteintes – comme le pays Fang ravagé par la famine jusque vers 1926, et auparavant guère plus administré que le pays Awandji –, ne furent pas le théâtre de rébellions comparables. Sans doute parce que la population, qui avait fondu au moins du tiers en vingt ans93, était descendue au-dessous du seuil de densité permettant, en dépit d’une cohésion ethnique assez forte, un regroupement efficace des forces de résistance. Mais aussi parce que les Fang, comme l’a mis en lumière Georges Balandier, étaient loin d’être, en principe, rebelles à l’influence européenne. Ils se montrèrent, au contraire, volontiers susceptibles d’adapter leurs structures traditionnelles ébranlées aux formes nouvelles imposées par la colonisation94. Or, localement, des faits positifs commencèrent d’apparaître à l’extrême fin de la période. Le développement de l’industrie forestière, les premiers essais couronnés de succès de cultures d’exportation (cacao du Woleu-Ntem, café et cacao de l’Oubangui) permettaient à l’économie moderne de pénétrer de plus en plus loin en brousse, où l’ingérence administrative était, de ce fait, mieux acceptée. Aux sursauts de colère contre le « Blanc caoutchouc » ou contre le « Commandant » allait succéder un mécontentement plus réfléchi, aux incidences politiques, qui ne devait pas nécessairement se traduire par la violence. Mais ce mouvement n’en était encore, en 1930, qu’à ses premiers balbutiements.

Notes

1 Arrêtés du C.G., du 17 avr. 1899, établissant de nouvelles taxes de consommation, puis du 15 nov. 1901 augmentant les droits sur les tissus, le tabac, la poudre et les fusils. Compte rendu à l’Assemblée des actionnaires, 1901, Arch. S.H.O.

2 Emane Tole y mourut en 1914. Son fils, Tole Emane, revint au Gabon mais, par prudence, il quitta Ndjolé et alla fonder le village Mvam-Zamam dans la rivière Ezanga, en aval de Lambaréné. Témoignages de F. Meyé, Fang originaire de Ndjolé, et du pasteur Mengome recueillis à Ndjolé et Libreville en sept. 1965. Compte rendu à l’Assemblée des actionnaires, 1902, Arch. S.H.O. Meyé [353].

3 L. Taverne, greffier-notaire de Brazzaville, Sarlat, 22 févr. 1905, Brazza 1905-II.

4 Affaire Ourson et Sampic, directeur de la Haute-N’Gounié à M.C., Paris, 6 avr. 1905, G.C., XIX-4(b).

5 Cie Coloniale du Fernan-Vaz à M.C., Paris, 22 mars 1905, ibid.

6 Rapport de la Commission d’enquête du Congo, Paris, 1907, p. 37.

7 30 fusils Gras et 2 000 cartouches à Ikelemba, autant de fusils et 3 000 cartouches à Pembé, 40 fusils Gras à Ndaki. Rapport du C.G. sur le meurtre de Labbé et Cazeneuve, 20 mars 1902-13 juil. 1902, Conc., XIII-A(1).

8 L. Taverne (à propos de Livry et de la Baniembé), Sarlat, 22 févr. 1905, Brazza 1905-II.

9 Administrateur Marsault au délégué spécial du C.G., Bakola, 3 juil. 1904, Brazza 1905-III.

10 Comptes rendus annuels de la Société, 1902 à 1909, Arch. Crédit Lyonnais.

11 Comptes rendus annuels de la Société, 1905 à 1908, Arch. Crédit Lyonnais.

12 Par le capitaine Curault, envoyé de Brazzaville en janvier 1909 pour prendre la direction de la zone insurgée, constituée provisoirement en circonscription autonome sous le nom de « Région du Djoua-Sembé ». Moyen-Congo, Rapport annuel, 1908, Aix, 4 (2) D.

13 « La zone soumise s’étend aujourd’hui sur le quart inférieur de la rivière Mpoko, sur la basse et moyenne Lobaye et sur le bas Ibenga [...]. Cette région est beaucoup trop vaste pour les forces d’occupation dont l’administrateur dispose et pour le caractère encore sauvage et indompté des indigènes. » Ibid.

14 Début 1908, les travailleurs de la factorerie de la Cie Française du Congo à Djekenabotolo se révoltèrent. Deux employés de la Cie Sangha-Ndaki étaient assassinés sur la Bali, affluent de la Likouala-aux-Herbes. Ibid.

15 Rapport de Toqué et Pujol, administrateurs en mission, Fort-Sibut, 26 févr. 1904, Brazza 1905-I.

16 Traduit par un interprète, ibid.

17 Témoignage de prisonnières, 29 janv. 1904, ibid.

18 Village de Keba, Région de Bangui, C.G. à M.C., Libreville, 30 déc. 1902, G.C., IV-19 (Dossier « Répressions 1902-1903 »).

19 A. Dessort, directeur de l’Ibenga, à M.C., 7 janv. 1905, Brazza 1905-II. A. Lamarque, directeur de la Haute-N’Gounié, à M.C., Paris, 6 avr. 1905, G.C., XIX-4(b). Voir aussi l’affaire de la Ngoko-Sangha, Chap. XIII.

20 Brazza à Chavannes, Bania, 4 et 25 janv. 1892, Gaza, 23 mai 1892, etc. B.N. 12807.

21 Clozel, Rapport général, Libreville, 31 mars 1895, et Rapport politique, Langrune-sur-Mer, 25 août 1895, G.C., III-15.

22 Sur Rabah, à défaut d’ouvrage récent renouvelant la question, on pourra se référer au témoignage d’un contemporain : E. Gentil, La chute de l’empire de Rabah, Paris, 1902, 308 p.

23 Brazza à Chavannes, Bania, 4 janv. 1892, B.N. 12807.

24 Gaza, 23 mai 1892, ibid.

25 Brazza à Dolisie, Bania, 11 juil. 1892, ibid.

26 Clozel, Rapport politique, op. cit.

27 « Il y a 7 ans », dit Clozel (Rapport politique, op. cit.), ce qui ferait 1888. Or, J.C. Froelich, dans Le commandement et l’organisation sociale..., op. cit., situe sa mort en 1878.

28 Goujon estimait en année moyenne à 8 ou 10 000 le nombre d’esclaves razziés. Goujon au C.G., Nola, 16 juil. 1895, G., IV-13. En 1895 le lamido Abbou de Ngaoundéré préleva pour son cinquième de suzeraineté 2 317 esclaves, sans compter ceux qui, pris par ses propres esclaves, lui appartenaient de droit comme propriétaire de leurs capteurs. A l’occasion de ce succès les notables de la ville se réunirent pour le proclamer « le plus grand chef de sa race ».

29 Brazza à Dolisie, Gaza, 19 mai 1892, Bania, 11 juil. 1892 et 5 déc. 1892, Djambala, 29 juin 1893, B.N. 12807.

30 Brazza à Chavannes, Gaza, 23 mai 1892, ibid.

31 Goujon au C.G., Nola, 16 juil. 1895, G., IV-13.

32 Clozel, Rapport politique, op. cit.

33 Rapport de Goujon au C.G., Nola, 16 juil. 1895, G., IV-13.

34 Rapport général de Goujon au C.G., Nola, 23 déc. 1896, ibid.

35 Ibid.

36 « Maintenant si vous pouvez, vous, punir le Madougou Inda [qui avait mis à Koundé des droits prohibitifs sur l’exportation des bœufs vers la Sangha], cela est ce que je désire ; si vous ne pouvez pas le punir, j’irai à Koundé et je le donnerai en exemple aux fauteurs de désordre qui veulent mettre le trouble et l’inimitié entre vous et moi, ‘ceux qui font le mal sauront de quel châtiment ils seront frappés’ (Coran, Chap. 26, verset 228). » Goujon au C.G., Nola, 16 juil. 1895, ibid.

37 Blom à Brazza, Nola, 7 déc. 1896, ibid.

38 20 janv. 1896.

39 Pour plus de précisions sur cette affaire, voir Coquery-Vidrovitch [288].

40 Lieutenant-gouverneur Dolisie, Libreville, 2 mai 1897, G., IV-13.

41 Bitaré, chef de Laï et son voisin Béka soutenaient les Foulbé : Goujon envoya Narké, frère de Bitaré, brûler le village de Béka les 22 et 23 mai : les deux chefs désormais brouillés disloquèrent leurs troupes et regagnèrent leurs villages. Rapport général de Goujon, 23 déc. 1896, ibid.

42 Rapport de Gaboriaud, Carnot, 30 juin 1901, G., IV-13.

43 Binger à Gentil, 13 nov. 1901, Note de Gentil, s.d., et projet de réponse du M.C. au C.G. Grodet, G., IV-13.

44 A.E. à M.C.

45 Lieutenant-gouverneur du Moyen-Congo à G.G.A.E.F., Brazzaville, 3 janv. 1911, Conc., XXXI(1)-A.

46 Juge d’instruction E. Douillet, Rapport sur l’instruction des diverses inculpations relevées contre les sieurs Denisart, Brusseaux, Sayers et Baboua, 30 juin 1903, Conc., XXX.

47 Lieutenant Denisart, Rapport sur les opérations effectuées contre le chef Baboua, Haute-Sangha, 16 juin-13 juil. 1902, ibid.

48 Ils furent, en outre, convaincus, malgré leurs dénégations et le dépôt d’une plainte en vol, d’avoir vendu au chef un revolver et un fusil perfectionné contre trente charges de caoutchouc. Douillet, Rapport..., op. cit.

49 Lieutenant Denisart à l’Administration de Haute-Sangha, Koundé, 21 juin 1901, Conc., XXX.

50 Denisart, Rapport..., op. cit.

51 Ibid.

52 4 CF. à M.C., 12 mars 1903.

53 4 CF. à M.C., 27 déc. 1902, télégramme M.C. à C.G., 12 janv. 1903. M.C. à 4 CF., janv. 1903. Grodet à M.C., 14 janv. 1903. Conc., XXX.

54 Comité de protection et de défense des indigènes, Paris, 14 mai 1909. L’Humanité, « Les crimes coloniaux », 4 juin 1909. Note pour le directeur des services militaires sur l’affaire Denisart, 4 août 1909. Le 6 févr. 1909, le Conseil d’État rejeta le pourvoi introduit par la 4 CF. sans exclure l’éventualité d’une indemnité que la Société évaluait à 263 000 frs. Lieutenant-gouverneur du M.C. à G.G.A.E.F., Brazzaville, 3 janv. 1911, Conc., XXXI(1)-A.

55 Moyen-Congo, Rapport trimestriel, 3e trim. 1907, Aix, Registres anciens, n° 77.

56 Ibid., 1er trim. 1908.

57 Le mouvement venait du Cameroun. Les gens se procuraient le fétiche de guerre dans la Région de Ouesso. Rapport du C.G. du Congo français sur le meurtre de Cazeneuve et Labbé, 13 juil. 1902, Conc., XIII-A(1).

58 G.G. Antonetti [61], pp. 30-31.

59 Fieschi-Vivet, Note au sujet des troubles de la Haute-Sangha, 1928-1929, Yaoundé, 16 avr. 1935, Arch. Yaoundé, APA-12052/H.

60 Leroux, chef de circonscription de la Haute-Sangha, à G.G.A.E.F., Berbérati, 16 août 1928. Arch. consultées en nov. 1965 dans les sous-sols de la Maison des Étudiants, versées depuis lors au Centre d’Enseignement Supérieur, Brazzaville. Compte rendu à l’Assemblée générale des actionnaires, 20 juin 1929, Arch. C.F.S.O. Voir également Michel [417].

61 Fieschi-Vivet, Note..., op. cit.

62 La tradition orale de la région invoque le travail imposé aux femmes comme une des causes majeures du soulèvement.

63 G.G. Antonetti [61].

64 Karinou fut tué le 11 nov. 1928. G.G.A.E.F. au Gouv. Commissaire de la R.F. au Cameroun, Berbérati, 8 janv. 1929, Arch. Yaoundé, APA-11239.

65 Il serait évidemment souhaitable de suivre l’évolution ultérieure de la région. L’étude en était rendue difficile par l’impossibilité de consulter les archives d’outre-mer regroupées à Paris et à Aix, ouvertes en 1971 seulement jusqu’en 1940.

66 Voir à ce propos : Balandier [62], pp. 417-520, et [282]. A. Margarido, « Movimenti profetici e messianici angolesi », Rivista Storica Italiana, LXXX, fasc. III, 1968, pp. 538-592.

67 Avec près d’un siècle de retard, les Baya, confrontés à la domination française, connaissaient une réaction analogue à celle des Xhosa d’Afrique du Sud, qui répondirent à la progression des Blancs de la « frontière » par le sacrifice purificateur de la quasi-totalité de leur troupeau (1857). L. Thompson et M. Wilson, The Oxford History of South Africa, 1969, t. I, pp. 256-260.

68 Administrateur Turenne au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Lastourville, 7 août 1928. Administrateur Le Testu au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Lastourville, 28 août 1929. Arch. Lastourville, Gabon, Dossier Awandji. Tous les documents sur la question provenant de ce fonds, nous n’en répéterons plus la référence. Voir Le Testu [346].

69 Ce chiffre semble corroborré par deux indications : si l’Administration avait enregistré 590 fusils répartis dans la subdivision de Booué, au plus fort de sa lutte, en juin 1929, Wongo avait réuni quatre groupes de guerriers estimés au total à un peu plus de 200.

70 Administrateur Turenne au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Lastourville, 5 juin 13 juil. et 7 août 1928.

71 Renseignement fourni par N’Zala, de Poungui, recueilli le 3 août 1929 au village de Sacamicanda par le Chef de la Subdivision de Koula-Moutou.

72 Turenne au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Lastourville, 10 oct. 1928.

73 Le même au même, 7 août 1928.

74 « Village Djondi. Le nommé Doumi est celui qui arrange les fusils pour Wongo et dans son village en cache probablement [...]. A mon village Madoukou, nous avons rendu quelques fusils au Commandant et lui avions juré que nous n’en avions plus, mais c’est faux. » Renseignements cités fournis par N’Zala, de Poungui, et par Rima, chef de Missengué, 26 juil. 1929. Lieutenant Cordier à l’administrateur des Adoumas, Lastourville, 25 nov. 1928.

75 Les prestataires devaient, en outre, pendant leurs quinze jours de travail, être ravitaillés à quatre ou cinq reprises par les femmes de leur village. Le 19 janv., 30 furent levés dans la Beladi et 30 dans la Lehibou. Le 6 févr., 30 à Macadioum. Le 21, 40 à Mouvodi. Le 23 avril, 20 à Badia et 20 à Lehibou.

76 Ibid.

77 Turenne au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Lastourville, 10 oct. 1928.

78 Traditions recueillies en nov. 1965 et confirmées par les renseignements fournis par M. Mangongo-Nzambi, descendant d’une famille de notables Bandjabi de Koula-Moutou.

79 Lieutenant Cordier à l’administrateur des Adoumas, Lastourville, 21 nov. 1928.

80 Lieutenant-gouverneur du Gabon à l’administrateur des Adoumas, Libreville, 22 déc. 1928.

81 Lieutenant-gouverneur du Gabon à l’administrateur des Adoumas, 5 janv. 1929.

82 « Le feu est déclenché avec ensemble, par salves correctes [...]. Il est vraisemblable qu’ils tirent au coude à coude, sur appui si possible, par groupes de quatre à cinq et même plus dans leurs abris. La salve tirée, ils s’enfuient. » Renseignements recueillis sur la méthode de combat des Awandji et de leurs alliés, 20 nov. 1928.

83 Lieutenant Cordier au Commandant militaire du Gabon, Lastourville, 14 août 1929.

84 Témoignage recueilli à Lambaréné, en sept. 1965, de M. Werly, comptable de la S.H.O. depuis 1921. Le fait, vraisemblable, n’est cependant pas vérifié par d’autres témoignages.

85 Au total, de juil. 1928 à août 1929, il y eut 9 tués, 18 blessés et 2 morts de maladie. Le Testu au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Lastourville, 28 août 1929.

86 Témoignage de M. Werly, cité.

87 Docteur Olivry, Omoy, 8 août 1929. Seuls furent déférés au Tribunal indigène ceux qui avaient été pris en flagrant délit. Lieutenant-gouverneur du Gabon à l’administrateur des Adoumas, Libreville, 24 août 1929.

88 Arrêté du G.G.A.E.F., 18 févr. 1930.

89 Ils moururent à bord de l’Albert Dolisie et furent inhumés, respectivement, Lessibi à Mossaka le 19 mai et Wongo à Boubangui le 21. Lieutenant-gouverneur du Gabon à l’administrateur des Adoumas, Libreville, 28 juil. 1930.

90 Lieutenant-gouverneur du Gabon à l’administrateur des Adoumas, Libreville, 24 août 1929.

91 T. O. Ranger, « Connexions between ‘Primary Resistance’ movements and modern mass nationalism in East and Central Africa », J.A.H., 1968, nos 3 et 4, pp. 437-454 et 631-642.

92 Elles seront analysées au Chap. XVIII.

93 D’après les chiffres de Périquet et de Le Testu, la population serait passée, dans les deux circonscriptions de l’Okano et du Woleu-Ntem, de 142 000 habitants en 1911 à 65 000 en 1933. Sautter [117], p. 871.

94 Balandier [62].

Notes de fin

* Note sur les marchés, les prestations et l’impôt, Lastourville, 1929.

Table des illustrations

Légende Carte 12. La Haute-Sangha.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Résidence de la famille des Nianga, ligne paternelle de Wongo.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Résidence des principaux membres de la famille des Boukondzo, ligne maternelle de Wongo.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Carte 13. Le pays Awandji, 1928. (D’après le rapport du lieutenant Cordier, Lastourville, 25 nov. 1928, Arch. Lastourville.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/380/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Périodicité des villages au marché de Lastourville, janvier-avril 1929*.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/380/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 600k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540