Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930. Tome 1

 | 
Catherine Coquery-Vidrovitch

II. Prinicipes et modalités le « système »

Chapitre VII. Les abus

Texte intégral

1Parce qu’il était fondé sur la contrainte, le régime concessionnaire engendra des abus graves et multiples. Les concessionnaires s’ingénièrent à dévier la doctrine en leur faveur, par l’appropriation des produits du sol entraînant la médiocrité des salaires payés aux producteurs, l’exagération de la valeur des marchandises importées et surtout l’utilisation du travail forcé sous le couvert d’un impôt en nature dont la rétrocession leur était assurée.

I. LES ABUS DU RÉGIME CONCESSIONNAIRE

2Ces principes d’autorité étaient appliqués localement par des agents de commerce isolés qui n’avaient souvent ni les capacités, ni la force d’âme suffisante pour résister à l’épreuve du climat et de la solitude. Investis de pouvoirs absolus sous réserve du contrôle tardif de la direction de Paris, ils eurent tendance à user de moyens expéditifs pour répondre à l’attente de leur société : fournir le maximum de produits au coût le plus bas possible. Les scandales éclatèrent dans deux cas privilégiés : soit qu’un commerçant sans scrupule fût livré à lui-même, hors de la portée du contrôle administratif en raison de l’éloignement de son champ d’action et du sous-équipement de la colonie, soit même qu’il collaborât avec un fonctionnaire aussi peu regardant que lui sur les procédés à utiliser envers ses administrés.

3A trois reprises au moins, l’affaire monta jusqu’à Paris : en 1905, à l’occasion de la mission de Brazza ; en 1907, quand fut étouffé le scandale de la M’Poko. En 1928 enfin, à la suite de la publication du Voyage au Congo d’André Gide.

1. La mission d’inspection de Brazza.

  • 1 Les travaux récents de H. Brunschwig (Séminaire E.P.H.E., 1969-70) tendent à démontrer que le scan (...)

4A la suite du scandale Gaud et Toqué sur la route des portages du Chari révélé par un article sensationnel du Petit Parisien le 15 février 1905, et repris le lendemain par Le Matin, le Gouvernement avait décidé de procéder à une enquête approfondie sur la situation générale du Congo. Face aux attaques virulentes lancées contre la politique belge et française en Afrique équatoriale par la Congo Reform Association de E.D. Morel dont se faisait l’écho, en France, aussi bien la grande presse que l’équipe socialiste des Cahiers de la Quinzaine (Charles Péguy et Pierre Mille), le Ministère manifestait apparemment sa volonté de faire toute la lumière sur les graves maux dont souffrait le Congo en nommant, à la tête de la mission, une personnalité auréolée de prestige : l’ancien Commissaire général Savorgnan de Brazza, officiellement écarté depuis janvier 18981.

  • 2 Communication orale de Félicien Challaye, citée par Rendu [200]. Ce mémoire de qualité, rédigé à u (...)

5Brazza accepta d’enthousiasme. Sa seule condition aurait été de choisir librement ses collaborateurs, car il ne voulait ni des créatures du Ministère ni, pire encore, des concessionnaires2.

  • 3 Les papiers personnels de Gentil, microfilmés par la S.O.M., révèlent la véritable conjuration qui (...)
  • 4 La présence de ce quotidien d’extrême gauche anticlérical auprès du journal des hommes d’affaires (...)

6La mission s’embarqua le 5 avril 1905 à Marseille. En quelques mois (Brazza mourut à son retour, à Dakar, le 14 septembre 1905), elle effectua un travail considérable, malgré l’accueil mitigé du Commissaire général Gentil3 et la violente campagne d’hostilité orchestrée par le milieu concessionnaire dans La Dépêche Coloniale et La Lanterne4.

  • 5 Hoarau-Desruisseaux [171], p. 360.

« Contre nous agissaient et parlaient des hommes qui avaient un intérêt direct, un intérêt d’argent à ce que subsistent les monstrueux abus des deux Congo. Le premier de ces hommes était le roi des Belges Léopold [...]. Les autres, qui étaient en France, assiégaient à toute heure les bureaux, les gazettes, les antichambres des hommes politiques. Le Congo, c’était leur affaire, dont ils vivaient. Et pour lutter contre une coalition si forte nous étions bien pauvres et bien petits. »5

  • 6 [203]. Rouanet entreprit également de faire connaître à l’opinion l’œuvre de la mission de Brazza (...)
  • 7 Haorau-Desruisseaux [171]. Britsch [142] et [143]. Saintoyant [204] ; l’ouvrage, préfacé par Ch. A (...)

7Il n’entre pas dans notre propos de nous attacher aux détails du déroulement de la mission ni de ses démêlés avec les colons et le Commissaire général en exercice, mais seulement d’en tirer les enseignements sur le procès du régime concessionnaire au Congo. Les faits sont déjà partiellement connus par les interpellations à la Chambre des Députés de Rouanet et Le Hérissé6, et les témoignages d’Amédée Britsch, de Jules Saintoyant et surtout de Félicien Challaye, le seul des membres de la mission « qu’aucune fonction officielle n’obligeait au silence [et qui put donc] écrire dans des revues, parler dans des conférences et révéler l’horrible état où se trouvait une colonie livrée à la rapacité de quelques intérêts particuliers »7.

  • 8 Brazza 1905, quatre boîtes. La correspondance de Brazza avait été partiellement communiquée à Améd (...)

8Le dépouillement des archives, jusqu’à présent inédites, de la famille de Brazza et la consultation du rapport de la mission, resté confidentiel à l’époque, apportent toutes les précisions voulues8. Les instructions de Brazza lui prescrivaient d’examiner lui-même la situation jusqu’au Chari. Les points à élucider concernaient :

  • L’amélioration des finances locales : le Congo, qui faisait pour la première fois état, le 30 juin 1904, d’une réserve d’un million de francs, n’avait-il pas en contre-partie opéré une réduction exagérée du personnel nécessaire, européen et africain ?
  • L’impôt de capitation : devait-il être généralisé ou au contraire restreint ou même, dans certains cas, supprimé ?
  • Les excès de pouvoir commis par certains fonctionnaires et demeurés impunis.
  • Les violences exercées par les agents des entreprises privées à l’égard des Africains et, d’une façon générale, le fonctionnement de la « justice indigène ».
  • Les réformes éventuelles de l’Administration coloniale et la comparaison avec le Congo Belge de façon à pouvoir établir, « le moment venu, que le système des concessions territoriales [...] repose sur des principes différents de celui qu’a inauguré l’État du Congo [et] qu’on n’a jamais vu au Congo français toute une entreprise publique ou privée recourir par principe, pour subsister ou pour accélérer son succès, à des procédés de tyrannie méthodique analogue à ceux employés dans les parties de l’État Indépendant du Congo actuellement soumises à une enquête »9.
  • 10 La composition de la commission était la suivante : J. L. de Lanessan, député, ancien ministre, pr (...)
  • 11 A.E., Notes au sujet de la publication du rapport de la Commission, destinées à M. le Président du (...)

9Mais le diagnostic fut sévère. Le rapport de synthèse, rédigé pourtant dans un style très mesuré, beaucoup moins percutant que celui de la brochure d’Amédée Britsch, par des hommes dont on ne peut que louer la hauteur de vue et la claire vision des vrais problèmes, fut loin de satisfaire à la dernière exigence du Département10. Le Ministère des Affaires étrangères, consulté, demanda expressément, au nom de l’intérêt national, qu’il fût spécifié que le rapport, même après avoir subi quelque quarante-sept corrections, n’engageait « pas l’opinion du Gouvernement non plus que ses décisions sur l’usage qu’il lui conviendra d’en faire »11.

  • 12 Lettre à M.C., 26 juin 1907, ibid.
  • 13 Note pour le M.C., confidentiel, Paris, 23 mars 1906, ibid.

10Finalement, malgré les réclamations de la Ligue Française pour la Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen12, le Département, mettant à profit la crise ministérielle pour alléguer que « l’engagement pris par M. Clémentel ne saurait lier [...] les membres du nouveau Gouvernement », renonça à publier ce texte « conçu dans un esprit de sincérité absolue, mais aussi de sévérité implacable »13.

  • 14 Gentil fut finalement innocenté, en dépit des accusations relevées contre lui par les membres de l (...)

11Non content de faire le procès du régime commercial et du système concessionnaire, qui avaient apporté peu de capitaux et participaient de façon très modérée à l’outillage et à la mise en valeur du pays malgré les privilèges dont disposaient ses bénéficiaires, le rapport, dans sa première partie, dressait le bilan des abus les plus graves : problème de la responsabilité du Commissaire général Gentil, sévices commis sur la personne de divers indigènes, abus dans la perception de l’impôt, le ravitaillement par portage et la répression des mouvements de rébellion14.

  • 15 Société de la Sangha Équatoriale : Merlet, administrateur en mission, 5 juin 1905, Brazza, 1905-1. (...)

12La mission d’inspection avait recueilli les récits d’un certain nombre de brutalités exercées sur les Africains par des agents concessionnaires15. Les affaires les plus graves dont Brazza eut connaissance furent celles dites des « femmes de Bangui » et des « femmes de Fort-Sibut ». Elles révélaient la collusion existant entre certains administrateurs et les Sociétés, dans le premier cas de la Lobaye, dans le second de l’Ou-hamé-Nana.

  • 16 Le gérant incriminé, Chapiteau, traduit en justice, fut condamné à trois mois de prison et 200 frs (...)
  • 17 Renseignements fournis par Gouné, garde régional de l’Oubangui-Chari, d’origine yakoma, Ouadda, 19 (...)

13La Société de la Lobaye s’était déjà manifestée par ses procédés expéditifs. En avril 1904, le gérant de la factorerie de Bagandou avait, de sa propre autorité, fait arrêter et tuer à coups de chicotte le fils du chef principal Betou qui ne lui fournissait pas assez de porteurs. L’insurrection avait gagné la région. Les factoreries avaient été brûlées et pillées et les traitants noirs massacrés16. Mais l’administrateur de Bangui (Marsault) avait reçu le renfort d’une compagnie de miliciens et continuait de collaborer avec la Société dont il gérait le territoire. Après avoir soumis à l’appréciation du directeur de la Lobaye son plan d’impôt en nature (caoutchouc) pour l’année 1904, il confia à son adjoint Culard (un ancien adjudant) le soin de récolter le produit sur la concession. Culard se rendit à Mongoumba, siège de la Société, où il s’installa chez le directeur, également ex-sous-officier. De là, il fit rayonner ses gardes dans les villages alentour. Quelques habitants apportèrent un peu de caoutchouc, mais la plupart s’enfuirent vers l’État Indépendant voisin. Culard voulut « frapper un grand coup » : il chargea un détachement de cerner, la nuit, le village de Ngouakombo, d’où furent enlevées une quarantaine de femmes qui furent enfermées à la factorerie. Au chef venu les réclamer, le Blanc répondit de « faire du caoutchouc ». Bien que le village en eût apporté à cinq reprises, les femmes furent, au bout de dix jours, expédiées par voie d’eau à Bangui, en compagnie d’une vingtaine d’autres raflées dans les villages environnants, sous la conduite de gardes yakoma qui s’approprièrent leurs vivres. A leur arrivée, les survivantes (cinquante-huit femmes et dix enfants) furent enfermées dans un local sans aération de 6 m sur 4,25 m17.

  • 18 Tout contrevenant était passible de 1 à 15 frs d’amende et/ou de un à cinq jours de prison. Arrêté (...)

14L’affaire ne sortait pas de la routine et la méthode n’était pas nouvelle. Elle avait déjà été dénoncée par un arrêté local de 1887 qui, « considérant que l’usage établi au Gabon de remettre aux créanciers des femmes et des enfants comme otages en garantie des dettes commerciales constitue [...] une véritable situation d’esclaves qui ne saurait être tolérée par nos mœurs et nos lois », avait interdit de telles pratiques18. Les fonctionnaires n’en était pas moins venus, à leur tour, à enlever des otages pour assurer la perception de l’impôt. Rien d’étonnant, donc, à ce que le 16 mai, à son retour de la M’Poko, l’administrateur Marsault eût maintenu en détention des femmes pour lesquelles il n’avait pourtant reçu aucun motif d’arrestation.

  • 19 « J’aurais vivement désiré garder le secret à ce sujet en renvoyant chez elles les quelques surviv (...)

15Or, faute de soins, il mourut en cinq semaines quarante-cinq femmes et deux enfants. L’affaire fut éventée par un inspecteur de passage à Bangui19. Il signala aussitôt les faits au Commissaire général, accompagnés du rapport médical suivant :

  • 20 Docteur Fulconis, 27 juin 1904, Brazza 1905-I.

« Les trois corps dans les derniers soubresauts de l’agonie que j’ai trouvés devant l’infirmerie au moment de la visite, à des jours différents, présentaient les caractères physiques suivants :
Amaigrissement extraordinaire dépassant celui de n’importe quelle maladie chronique : peau vidée, sèche, terreuse. Tissu cellulaire absolument dépourvu de graisse. Muscles atrophiés. Ventres plats. Plus d’intelligence, plus de faculté de se mouvoir, plus de voix. Pas de traces de sévices et de mauvais traitements. L’état de marasme et de consomption laissait soupçonner que les individus ont été séquestrés dans un endroit malsain – et qu’ils sont morts par suite d’inanition, après avoir survécu relativement longtemps en prenant de temps en temps quelques aliments. Il ne m’a jamais été demandé de rapports d’autopsies et les cadavres ont été en silence jetés au fleuve, dit-on. »20

  • 21 C.G. à Yaeck, 23 juil. 1904, Brazza 1905-III.
  • 22 Il avait été absent de Bangui (en opération de répression précisément en Lobaye) du 26 mai au 2 ao (...)
  • 23 Culard à Yaeck, Loko, 20 juil. 1904, Brazza 1905-III.
  • 24 Renseignements fournis par Gouné, Ouadda, 19 juin 1905, et Pamboko, Bangui, 5 août 1905, Brazza 19 (...)

16Gentil fit immédiatement déplacer Marsault et ordonna une enquête21. Elle n’aboutit pas. L’Administration fit retomber la responsabilité sur ses subordonnés22. Culard prétendit avoir recueilli par humanité les femmes abandonnées en brousse23. La réponse des Africains n’avait pourtant pas tardé : la factorerie de Loko fut brûlée et les Sénégalais de la Société tués. Culard partit avec ses gardes opérer une nouvelle répression et l’affaire fut momentanément étouffée24 :

  • 25 [Sic]. Note épinglée à la lettre de Marsault, 4 août 1904, jointe au dossier communiqué à Brazza s (...)

« Communiqué à M. le chef du service judiciaire p.i.
L’examen du dossier ne révèle à la charge d’aucun des agents de l’Administration dont la personnalité est mise en jeu à raison de ces événements regrettables, aucune responsabilité pénale pouvant donner lieu à une action judiciaire.
Ni crime, ni délit, faute d’intention éléments nécessaires pour justifier une poursuite.
Signé : E.D. (illisible)25 »

  • 26 Note s.l.n.d., Brazza, 1905-I, et Note de l’inspecteur Saurin, « chargé par Brazza de résumer le d (...)

17La tolérance de l’Administration supérieure encourageait évidemment la répétition de tels procédés. Un an plus tard, Brazza surprit dans la même région, à Fort-Sibut (Krebedjé), un nouveau camp de concentration, cette fois-ci de 119 femmes et enfants enlevés au cours d’une opération sur le territoire de l’Ouhamé-Nana : révoltés contre deux traitants noirs de la Société, les habitants d’un village de la haute Koumi, Ouroubingui, les avaient poursuivis et blessés. L’agent de la Société, en résidence à Fort-Sibut, s’était plaint au fonctionnaire des entraves apportées à ses transactions par les populations. Bien que l’enquête préalable eût conclu à la provocation des traitants (qui furent licenciés et l’un d’eux condamné à la prison), l’administrateur continua de sommer les habitants de lui livrer les coupables. Devant leur refus, il ordonna la répression, conduite par un milicien accompagné de l’agent concessionnaire. Les villages furent détruits, les femmes enlevées. Le 15 juillet Brazza, qui avait su interpréter au cours d’un tam-tam le message transmis par la danse rampante d’un Africain simulant l’évasion d’un prisonnier, se fit apporter le journal de poste et découvrit la vérité. Mais depuis la veille, à l’annonce de son arrivée, les femmes avaient été renvoyées chez elles à l’occasion de la fête du 14 juillet26.

18Brazza concluait à la généralisation, dans la région visitée, de l’enlèvement des femmes « comme le complément naturel de toute répression » et le moyen de pression communément employé pour réquisitionner les porteurs et faire rentrer l’impôt en nature sur les territoires concédés.

  • 27 Rendu [200], « Le silence », pp. 64-72, et « L’étouffement », pp. 74-101.

19La réprobation suscitée en métropole par la révélation de telles pratiques, malgré le silence assez rapidement obtenu sur l’affaire27, mit sans doute fin à des excès de ce type, dont on ne trouve plus que de rares échos ultérieurement. De ce point de vue, la mission Brazza marqua un tournant ; à partir de cette date, en effet, l’Administration prit le contre-pied du régime concessionnaire. Il ne fut plus question pour le fonctionnaire, érigé localement en censeur de l’agent commercial, de collaborer aussi étroitement avec lui sur le terrain.

20Mais les excès de pouvoir, aussi bien des administrateurs que des concessionnaires, n’en disparurent pas pour autant. Dans l’un et l’autre cas, ils étaient inhérents au système colonial fondé sur la contrainte que nous avons décrit dans un chapitre précédent. Les fonctionnaires du Chari ne pouvaient se dispenser de moyens de pression extrêmes pour lever l’impôt ou recruter les porteurs, ni les concessionnaires pour faire rentrer le caoutchouc en quantité suffisamment rentable.

2. L’affaire Gratry-M’Poko

  • 28 Mamadou Diakaba, traitant de la C.F.C.O., condamné par le tribunal de Mayumba. Rapport s.l.n.d. (1 (...)
  • 29 R.G., S.C., 1909, Conc. IV-9.

21Les agents de commerce, qui ne disposaient plus aussi librement de l’appui de la milice coloniale, organisèrent dans certains cas leurs propres forces d’intervention. En 1904, des excès furent dénoncés sur le territoire de la Cie Française du Congo Occidental et de la Haute-N’Gounié. Un traitant de cette dernière Société fut condamné à cinq ans de travaux forcés pour l’attaque d’un village28. Cela ne mit pas fin aux violences, puisque deux nouvelles condamnations intervinrent pour la même raison en 190929.

22Quant à la S.H.O., elle fut en 1907 rappelée à l’ordre pour avoir maltraité une équipe de cinquante-quatre porteurs, d’origine loango ou mayumba, engagés à Samba pour assurer le portage entre les diverses factoreries du cercle dont les deux extrêmes étaient éloignés de plus de douze jours. Sur une équipe de onze travailleurs examinés, un seul était bien portant :

  • 30 Commissaire spécial, Rapport sur les contrats de travail, S.H.O., 1907, Arch. S.H.O.

« Les autres sont malingres, chétifs, rongés par des ulcères et en proie à une misère physiologique profonde. Les uns se traînaient sur les genoux, d’autres ne pouvaient se tenir debout, même durant leur interrogatoire ; ils ne témoignaient d’ailleurs d’aucune force de résistance et répondaient d’une voix passive sans même manifester de mécontentement. Des enfants avaient des traces profondes de calvitie, produite par le portage sur la tête. L’équipe, qui se composait au début de 20 hommes, a perdu au cours de son premier voyage à Haut-Scoï 4 hommes, morts de fatigue, de faiblesse et de privations. »30

23Dans la M’Poko, zone où la pénétration administrative était encore inexistante, le système connut, plusieurs années durant, une perfection meurtrière qui atterra les premiers enquêteurs.

  • 31 Année où l’action de 100 frs, rapportant un dividende de 10 frs, était cotée (au marché libre) aux (...)
  • 32 C.G. p.i. à M.C., Brazzaville, 10 oct. 1907, Conc., XXXIII-A(2). Le nouvel administrateur fut nomm (...)
  • 33 Témoignage du Gouverneur Guibet, recueilli en mars 1966.

24La Compagnie était considérée, depuis le début, comme une affaire prospère. Elle fut une des rares Sociétés, avec les Sultanats et la C.F.H.C., à déclarer des bénéfices à partir de 1904. Ses méthodes furent découvertes en 1907 seulement31. Pour assurer l’occupation d’un pays qui avait jusqu’alors échappé à tout contrôle, le Commissaire général Gentil, à son passage à Bangui en octobre 1906, avait créé le Cercle de la M’Poko. La zone, démunie d’un personnel absorbé par ailleurs par les répressions de l’Ibenga et la Lobaye, était en effet défavorisée par son éloignement de Brazzaville, situé à près de 1 500 km, bien que la capitale de l’Oubangui-Chari fût toute proche32. C’est d’ailleurs à Bangui que résida momentanément le nouvel administrateur-adjoint Guibet, chargé de déterminer sur la concession l’emplacement de son poste, qu’il installa à Bimbo, en pays banziri, à quelques dizaines de mètres de la factorerie principale de la Société. Le directeur commercial le convoqua aussitôt, et protesta qu’au Ministère on l’avait assuré de la non-ingérence de l’Administration. Faisant état de ses liens avec les milieux politiques, il représenta à Guibet que, fonctionnaire débutant et isolé, il ne pouvait rien contre l’équipe organisée des agents de la Société. Il lui proposa donc une enveloppe et de l’avancement s’il se tenait tranquille33.

Carte 11. La concession de la M’Poko. (D’après les dossiers de la Cie, Conc., XXXVIII.)

  • 34 Butel, inspecteur des concessions, au Commissaire spécial, Yatumbo, 19 nov. 1907. Conc., XXXIII-A( (...)

25Courageusement, le jeune fonctionnaire poursuivit sa tâche. Elle lui permit de convaincre la M’Poko d’un millier de meurtres. Il ne s’agissait pas d’un événement fortuit. L’exploitation du territoire avait été, dès le départ, « basée sur le crime »34.

  • 35 Ibid.

26Le premier directeur, Schiötz, accompagné d’un ou deux agents, avait remonté la rivière M’Poko et créé en passant à Badjingo, Konga, Bwali, une série de factoreries. D’abord volontiers accueilli par les habitants qui lui apportaient des vivres en abondance, il leur réclama du caoutchouc en menaçant de ses rigueurs les villages qui continueraient de prétexter de leur ignorance des procédés de récolte. Sous peine de représailles, les chefs furent obligés de fournir des travailleurs qui partirent en forêt sous la conduite d’instructeurs armés. Le procédé ne s’avérant pas suffisamment efficace, l’agent de Konga entreprit de passer à la production directe, en plaçant les villages sous la surveillance de gardes généralement haoussa. Après s’être présenté comme le « Commandant » de la M’Poko, il affirma son autorité en tuant à coups de chicotte, en présence de ses hommes, deux femmes et un enfant dont les cadavres furent jetés à l’eau, et donna l’ordre d’amarrer les femmes des récalcitrants : « Vous n’aurez, toi et les autres, qu’à tirer des coups de fusils sur les indigènes s’ils veulent vous [en] empêcher. »35 Depuis que le pays était organisé pour la production, vers 1902, des hommes armés étaient installés dans presque tous les villages. Ils pratiquaient couramment les séquestrations d’otages, les châtiments corporels et les exécutions :

  • 36 Cité par Butel, ibid.

« Si la récolte du caoutchouc du village était jugée insuffisante [racontait un garde convaincu d’avoir tué dix Africains dans la zone de Yaka], le dimanche, jour auquel on l’apportait à la factorerie, l’agent européen nous frappait à coups de chicotte et faisait partager notre sort au chef de village. Le lundi matin, nous faisions l’appel dans les villages et comptions les hommes avant de les faire partir au caoutchouc. S’il en manquait à l’appel, nous allions, guidés par un des récolteurs, les chercher dans leur lieu de refuge. Nous devions amarrer les fuyards, ramasser leurs femmes et mener celles-ci à la factorerie d’où elles n’étaient retirées que contre du caoutchouc ; mais si les récalcitrants s’enfuyaient à notre approche, nous tirions dessus.
[...] D’ailleurs, chaque fois que nous avons tué des femmes, nous en avons rendu compte au Blanc qui nous approuvait ; nous représentions les étuis et il nous donnait de nouvelles cartouches. »36

27En 1906, une quarantaine d’Européens, à la tête de 400 gardes armés, tenaient le pays.

  • 37 Chef du service judiciaire au G.G. p.i., Brazzaville, 1er sept. 1908, ibid.
  • 38 Butel, inspecteur du contrôle local, était accompagné de son adjoint Gillon, du juge Michelet et d (...)
  • 39 Cougoul, chef du service judiciaire du Congo français, au Lieutenant-gouverneur du Gabon Martineau (...)
  • 40 R.G., S.C., 1911, Aix, 8 Q.

28En juillet, le juge de paix de Fort-de-Possel, Michelet, avait déjà été alerté par la condamnation à deux ans de prison d’un agent convaincu du meurtre d’un porteur. La véritable affaire débuta en novembre. Le chef Gaho, du village de Boukiri, probablement averti de l’arrivée prochaine du nouvel administrateur, vint se plaindre à Bangui des violences dont ses hommes étaient l’objet et demander qu’on leur accordât quelques mois de répit pour travailler aux plantations37. Guibet entreprit alors une première tournée dans le pays. Il saisit la justice en janvier 1907. Ses révélations provoquèrent l’envoi, en juin, de la mission d’inspection Butel qui, jusqu’à la fin de l’année, visita successivement les zones nord (secteurs de Bogangolo et de Bodera) et sud de la concession (Sabokiry, Yaka, Bimo, Busse)38. Un dossier accablant de plus de 900 pièces, pesant ensemble près de douze kilos, conclut à l’inculpation de 236 personnes dont 17 Européens convaincus de 750 meurtres établis et 1 500 probables39. Ajoutons que l’affaire n’était pas exceptionnelle puisque à la même époque une enquête analogue concluait à la nécessité du licenciement général du personnel au service de la Compagnie voisine du Kouango Français40.

  • 41 M.C. au Président de la République et au Président du Conseil, Ministre de l’Intérieur, Paris, 14 (...)
  • 42 M.C. au Président de la R.F., 30 sept. 1907, ibid.

29On ne se trouvait pas en présence de simples défaillances individuelles, mais d’une méthode d’exploitation « prescrite et suivie dans toute la région concédée »41, « où les colons n’avaient reculé devant aucun moyen de coercition »42.

30« Il n’est jusqu’à présent aucun point par nous parcouru, notait l’inspecteur Butel en août 1907, qui ait été épargné. » Or, c’était pire encore à Bodera : la construction de deux nouvelles factoreries y

  • 43 Butel, rapport cité, Bogangolo, 3 août 1907, ibid.

« a donné lieu, il y a six mois, à des hécatombes. C’est la ‘prise en main’ du pays : des hommes sont tués, des femmes [...] sont ramenées en captivité [...], enfin l’œuvre est couronnée par la confiscation des cabris, boucs et chèvres, qui viennent sans frais accroître les troupeaux des factoreries. »43

  • 44 Témoignage du Gouverneur Guibet.

31Si, par la suite, le chef oublieux d’une promesse extorquée par la force montrait quelque réticence à apporter chaque dimanche le nombre de paniers requis, une équipe d’hommes armés était aussitôt envoyée du « poste noir » voisin pour aller, « selon l’expression d’un agent de la Société, réveiller dans le village les bonnes volontés endormies ». On tirait à vue sur les hommes rencontrés en forêt occupés à d’autres tâches que le caoutchouc – notamment à la récolte du vin de palme44. Un nouveau lot de femmes servait à

  • 45 Butel, rapport cité, Bogangolo, 3 août 1907, ibid.

« assurer, pendant leur captivité [...], l’entretien des routes de la factorerie et de ses alentours [...]. Le dimanche suivant, après un bel arrivage de caoutchouc, on daigne pardonner au village récalcitrant et les femmes sont remises en liberté après avoir satisfait aux caprices des travailleurs armés, voire même des Européens. »45

32L’emprise de la Société s’exerçait de façon plus insidieuse au-delà du rayon d’action de chaque factorerie : pour atteindre les zones protégées par leur éloignement, les Européens accordaient à certains chefs l’autorisation de partir en guerre contre leurs voisins. La bonne volonté des chefs « amis » était entretenue par la promesse de fusils à piston ; de plus, ils recevaient chaque semaine, outre le prix du caoutchouc, une allocation de quatre ou cinq capsules. Ces luttes, qui augmentaient le nombre des producteurs, procuraient aux agresseurs l’occasion de récupérer, par le pillage des vaincus, les sagaies, flèches, boucliers, outillage divers et petit bétail dont ils avaient été eux-mêmes spoliés.

  • 46 Ainsi, au nord, la factorerie de Boudoupoua, près de Bodera, inspecteur Butel, rapport de tournée, (...)
  • 47 Lünd, Rapport mensuel, sept. 1905. Note pour la commission des concessions coloniales, 16 juil. 19 (...)

33Il en résulta, certes, un accroissement de la production du caoutchouc, mais, en contrepartie, l’appauvrissement général du pays. La plupart des factoreries avoisinaient la tonne mensuelle46. Au sud, celle de Salanga, « joyau » de la concession, recueillit jusqu’à cinq tonnes par mois. La confrontation de la production mensuelle du poste et du nombre correspondant de coups de fusil tirés permet de vérifier la formule lapidaire du chef de la zone nord : « Plus d’hommes armés, plus de caoutchouc. »47

Graphique 1. Factorerie de Salanga : consommation des munitions et production de caoutchouc.

  • 48 C’était, par rapport au chiffre de population, énorme, si l’on considère qu’un bon travailleur ava (...)

34La période la plus dure de l’exploitation remontait à 1904 : en six mois (janvier-juillet), on obtint alors d’une dizaine d’agglomérations, dirigées par 21 chefs, une production mensuelle de 6,7 t de caoutchouc frais, soit 4,4 t de caoutchouc sec48. Au total, durant cette période, 40 t de caoutchouc de première qualité furent payées au prix moyen de 29 centimes seulement le kilo frais. Un changement probable de direction fit abaisser de moitié, à partir du mois de juin 1904, la consommation des munitions. Avec un léger décalage, aisément explicable, la production tomba aussitôt à 3 t mensuelles. Lorsque, à partir de février 1906, le nombre de coups de feu devint inférieur à cent, la production se réduisit de 2 à 1 t seulement, pour devenir presque nulle à partir de l’intervention de Guibet. Dans le même temps, les prix doublèrent : mais à soixante centimes le kilo frais, le taux était encore nettement inférieur à la moyenne.

35Aussi les villages, qui possédaient auparavant des troupeaux et des cultures suffisant à leurs besoins, étaient-ils misérables. Les razzias les avaient privés de leur bétail. La récolte intensive du caoutchouc et la détention des femmes les avaient empêchés de renouveler leurs plantations. Les gens de l’intérieur étaient devenus tributaires, pour les vivres, des villages de la rive qui, comme Bobassa, avaient pu éviter leur sort en se plaçant sous l’autorité de l’administrateur de Bangui :

  • 49 Butel au Commissaire spécial, Rapport sur la zone sud, Yatumbo, 19 nov. 1907, ibid.

« Quand, venant de Bobassa, village qui a échappé à la servitude du caoutchouc, on arrive à Salanga, on est péniblement impressionné. Tandis que les indigènes de Bobassa sont tous vêtus de beaux pagnes et paient facilement l’impôt, ceux de Salanga exhibent encore les pagnes en écorce qu’ont connus leurs aïeux. »49

  • 50 Propos entendu à bord du vapeur Eugène Étienne par l’inspecteur Butel et l’administrateur Bruel, B (...)

36Les premiers possédaient poulets et bananeraies, « les seconds n’ont plus rien ». Les pagnes et la pacotille obtenus en trois ans par la vingtaine de villages environnants contre 100 t de caoutchouc leur avaient tout juste permis de ne pas mourir de faim : le directeur en Afrique de la même Société, Schiötz, ne reprocha-t-il pas à l’administrateur Guibet d’avoir accordé aux paysans l’autorisation de créer des plantations car « du moment que ces indigènes auront de quoi manger, ils ne feront plus de caoutchouc » ?50

  • 51 J. Audema, Rapport d’inspection sur la Bretonne du Congo, sept.-oct. 1906, Aix, 8 Q. La Société, q (...)
  • 52 Par exemple les villages de Bimo et de Bussé, proclamés par la Société comme des centres rebelles (...)
  • 53 En zone sud, surtout, l’enquête fut facilitée par sa présence et par le fait que les villages, voy (...)

37Les conséquences de cette exploitation furent probablement considérables. A la différence d’autres régions, les rapports ne citent aucun exemple de fuite de villages. On voit mal, en effet, quel avantage ils auraient retiré à glisser, au nord-est, vers la route des portages ou, à l’ouest et au sud, vers les territoires de deux autres Compagnies non moins réputées pour leur brutalité, la Lobaye et la Baniembé, ou celui de la Compagnie-sœur Bretonne du Congo dont Schiötz, depuis 1905, cumulait la direction avec celle de la M’Poko51. On ne possède pas non plus de données précises sur le recul démographique probable, dû non seulement aux massacres, mais à la désorganisation de la vie familiale résultant des enlèvements systématiques de femmes – qui, à la différence des décès, ne furent pas chiffrés par l’enquête. Même si le recul économique de ces sociétés d’autosubsistance ne fut pas considérable, en revanche tout progrès fut probablement entravé pour longtemps. Nous n’avons malheureusement pas eu le loisir de nous rendre sur place, mais il est probable que, sur une zone relativement peu étendue et précisément délimitée, la connaissance de faits de cette ampleur remontant à un passé récent devrait apporter de précieux éléments de compréhension à une étude socio-économique des populations locales. Celles-ci se montrèrent, en effet, décidées à ne renouer « à aucun prix [...] avec un Blanc, quel qu’il fût »52. Leur réticence accrut d’ailleurs les difficultés de l’enquête ; seule la confiance qu’inspirait Guibet à ses administrés put arracher la vérité à ces gens terrorisés53.

  • 54 Demandes de mise en déchéance : Butel au Commissaire spécial, Bogangolo, 3 août 1907. Télégramme a (...)
  • 55 Télégramme M.C. à C.G., 14 nov. 1907, ibid.
  • 56 Kongabouka, chef des hommes armés au service de la Société, fut condamné à 20 ans. Yafouta à 10 an (...)

38A la suite de la mission d’inspection, les méthodes de la Société furent évidemment révisées, encore qu’on y eût ultérieurement relevé à plusieurs reprises des procédés condamnables et que Gide, vingt ans plus tard, eût noté la brutalité des mœurs commerciales dans la région. Car en dépit des demandes réitérées de mise en déchéance, les poursuites judiciaires n’aboutirent pas54. Malgré la recommandation du Ministère d’agir « avec célérité, prudence, impartialité »55, la cour criminelle de Brazzaville, en janvier suivant, relaxa les deux Belges (Flébus et Sailly) poursuivis par Guibet à la suite de la plainte du village de Boukiri. Certes, sept miliciens (dont l’un avait reconnu quinze meurtres) furent condamné à des peines allant de cinq à vingt ans de travaux forcés56. Mais les Européens bénéficièrent des contradictions qui ne manquèrent pas de se produire entre les déclarations des gardes, notamment au sujet des dates dont les Africains ne possédaient qu’une notion approximative. Ils se retranchèrent surtout derrière l’écrasante responsabilité de leur directeur en Afrique, Schiötz, qui avait regagné la Norvège.

  • 57 Chef de la police judiciaire à C.G. p. i., Libreville, 8 août 1908, et Brazzaville, 1er sept. 1908 (...)
  • 58 Note pour le Ministre, 2 oct. 1908, ibid.
  • 59 L’instruction exigeait la confrontation de ces cinq prévenus avec leurs co-inculpés africains. Le (...)
  • 60 Butel au Commissaire spécial, Bogangolo, 3 août 1907, ibid., et témoignage du Gouverneur Guibet.

39« Profondément écœuré [par un verdict sanctionnant] les simples exécuteurs d’ordres donnés par les coupables », le juge Michelet songea un moment à renoncer, puis se ravisa et reprit l’instruction57. On assista dès lors, de la part de la justice coloniale, à ce que le Ministère qualifia d’« un esprit de tolérance un peu exagéré à l’égard des accusés »58. Tandis que plus de soixante Africains étaient sous les verrous (sans compter les évasions et les décès), on renvoya en Europe, pour raison de santé, cinq Belges détenus à Brazzaville59. Les autres, remis en liberté par le juge d’instruction de la capitale qui avait traité l’affaire de « pseudo-procès criminel », s’empressèrent d’en faire autant. Quant au chef de la zone nord, l’ex-officier de marine suédois Lünd, il s’était suicidé dans sa factorerie le lendemain de l’arrivée impromptue de la mission d’inspection60.

  • 61 Témoignage du Gouverneur Guibet, mars 1966.

40Bref, on constatait fin 1908 que, sur 27 inculpés européens, il n’y en avait plus un seul au Congo. L’affaire fut étouffée, après que le Ministre eût appelé Guibet pour lui demander de se taire, au nom du prestige colonial de la France, afin d’éviter un nouveau scandale Gaud et Toqué61. La M’Poko se fondit en 1910 dans la vaste Cie Forestière Sangha-Oubangui.

3. La Cie Forestière

  • 62 Lieutenant-gouverneur de l’Oubangui-Chari-Tchad, Rapport du 4 juil. 1913, S.O.M., A.E.F., XV-39.
  • 63 10 et 11 avr. 1913, ibid.
  • 64 Chef de la Circonscription de Mbaiki, 29 oct. 1912, ibid.

41Celle-ci, on le sait, offrit à André Gide, en 1927, l’occasion de rappeler au grand public la mentalité des « fermiers » d’Afrique équatoriale. A l’expérience guerrière et sanglante de l’ancienne M’Poko avait succédé une exploitation d’apparence moins brutale, mais qui n’était toujours que du « commerce armé »62. On surprit encore, en 1913, sur l’ancienne concession Gratry, des gardes armés envoyés à Bongoudo par l’agent européen de Bouali pour « faire du caoutchouc », avec mission d’attacher le chef et les femmes du village si les habitants ne s’inclinaient pas, et d’autres, munis de sagaies et de flèches, pourvus par le Blanc de Mossambelé d’ordres analogues63. Quelques mois auparavant, l’agent européen de la C.F.S.O. à Boubangui avait fait saisir par ses capitas un villageois récalcitrant, l’avait frappé et fait jeter dans une mare et le malheureux, roué de coups et à demi-noyé, était mort dans l’après-midi sans avoir repris connaissance64. Une enquête de 1919 sur les troubles de l’Ikélemba révélait que 24,88 % des décès étaient imputables à la Compagnie, par violence, insuffisance de soins et maladies, plus 8 % résultant exclusivement de brutalités :

  • 65 10 et 11 avr. 1913, ibid.

« Les agents de la C.F.S.O. ont manqué à la plus élémentaire sollicitude, à la plus sommaire conscience vis-à-vis de leurs travailleurs comme à la plus indispensable surveillance vis-à-vis de leurs capitas noirs. »65

42Bref, il n’était pas d’année où quelque excès ne fût signalé. Un rapport d’inspection concluait en 1925 :

  • 66 Inspecteur général Tixier, Rapport du 19 mai 1925, ibid. On se reportera également à l’évocation s (...)

« Des sociétés concessionnaires, les unes ont su se ruiner, un tout petit nombre d’autres s’enrichir sans faire quoi que ce soit ni pour l’indigène, qui a été cyniquement exploité dans l’ensemble, ni pour le pays ; elles laisseront trop souvent le souvenir des sévices et des cruautés que leurs agents du début, mal payés, mal recrutés, ont exercé sur les Noirs trop souvent traités comme des serfs, sinon comme des esclaves à la disposition entière de leurs intérêts commerciaux. »66

43Nous n’insisterons pas sur les faits, rapportés par André Gide, qui par la répétition d’excès analogues prouvaient la longévité du système. La Forestière procédait désormais par amendes, qu’elle infligeait aux habitants qui n’apportaient pas de caoutchouc en quantité suffisante. La prison attendait l’homme incapable de fournir ces 40 frs – c’est-à-dire le salaire d’un bon mois. Sur l’ancien territoire de la Lobaye, Gide découvrit encore des voies de fait : ainsi la répression de Bodembéré, où douze hommes avaient été exécutés, des femmes massacrées et cinq enfants brûlés vifs, et le « bal de Boda » au cours duquel :

  • 67 Le « bal » remontait au 8 sept. 1926. Gide [165], pp. 87-92. Pierre Kalck [405], qui fut administr (...)

« dix récolteurs de caoutchouc (vingt disent les renseignements complémentaires) de l’équipe Goundi, travaillant pour la Cie Forestière – pour n’avoir pas apporté de caoutchouc le mois précédent (mais, ce mois-ci, ils apportaient double récolte, de 40 à 50 kilogrammes) – furent condamnés à tourner autour de la factorerie sous un soleil de plomb et porteurs de poutres de bois très pesantes. Des gardes, s’ils tombaient, les relevaient à coups de chicotte [...] tout le long du jour sous les yeux de MM. Pacha [l’administrateur] et Maudu-rier, agent de la Forestière [...]. Tout ceci se passait en présence des habitants de Bambio rassemblés, et de tous les chefs des villages voisins venus pour le marché. »67

  • 68 Gide [165], p. 175.

44Plus au nord, sur l’ancienne Ouhamé-Nana, en pays baya à Bossa non loin de Bizou, il découvrit onze fuyards enchaînés par un capita, d’un « aspect si misérable que le cœur se serrait de pitié à les voir »68, puis à Bossangoa un camp d’otages :

  • 69 Ibid., p. 181.

« abondant troupeau d’enfants des deux sexes, de neuf à treize ans, parqués en pleine nuit froide auprès d’insuffisants feux d’herbe. [Ils] auraient été emmenés de leurs villages, la corde au cou ; on les fait travailler depuis dix jours sans salaire, et sans leur donner rien à manger. »69

  • 70 Ibid., pp. 159 et 186. II est regrettable qu’ait été apparemment perdue la correspondance échangée (...)

45Gide fut surtout frappé de la misère et de l’apathie des habitants, « si craintifs, si terrorisés qu’ils feignent de ne comprendre point [...] pour n’avoir pas à nous répondre ». Presque partout, ils faisaient le vide devant la caravane, de peur que ces Blancs ne fussent venus, comme à l’accoutumée, pour s’emparer d’eux de force : « On ne peut imaginer bétail humain plus misérable. »70

  • 71 Il s’attira, le 8 févr. 1928, une vigoureuse réponse d’André Gide. Celui-ci avait également publié (...)
  • 72 L’attitude des sociétés concessionnaires vis-à-vis des indigènes, Rapport s.l.n.d. (1936), S.O.M., (...)
  • 73 Toqué [212].

46Le rententissement de l’ouvrage fut considérable. Léon Blum en rendit compte dans Le Populaire, tandis que le Journal des Débats prenait, au contraire, la défense de la Cie Forestière71. La Chambre des Députés fut saisie du scandale concessionnaire. Le député Fontanier, le 23 novembre 1927, lut à la tribune de nombreux passage du Voyage au Congo. Le Ministre des Colonies, Léon Perrier, annonça la liquidation des dernières concessions. Mais l’incident ne mit pas fin aux abus. Encore en 1935, un agent de la C.F.S.O. (dont le privilège avait été prolongé jusqu’à cette date, malgré les promesses faites) était poursuivi en Lobaye pour coups et blessures et séquestrations arbitraires72. Ce genre de pratiques ne disparut que très progressivement, avec l’extinction des derniers privilèges et les progrès accrus de l’occupation. Sauf pour certains cas d’une gravité extrême – comme les agissements de la Lobaye ou de la M’Poko – nous n’avons fait qu’en glaner çà et là quelques exemples, ceux qui furent eux-mêmes découverts au hasard des tournées d’inspection. Mais celles-ci étaient peu fréquentes et renouvelées rarement à de courts intervalles dans la même région. C’est dire combien le système était en cause, plutôt que la folie meurtrière de certains agents irresponsables. Toqué l’avait déjà violemment exprimé au début du siècle à la suite de son procès73. Plus réfléchi, le rapport de la mission de Brazza avait abouti à la même conclusion. Reprenant une parole de l’ex-Gouverneur général Augagneur, Gide le répétait à son tour :

  • 74 Gide [165], p. 78.
  • 75 Gide, Retour du Tchad, Paris, éd. La Pléiade, 1954, pp. 1039-1040.

« Qu’ont fait les colons en A.E.F. ? Assez peu de choses, et ce n’est pas à eux qu’il faut s’en prendre, mais au régime détestable qui a été imposé à l’Afrique Équatoriale, le régime des grandes compagnies concessionnaires. »74
« Il est grand temps de se ressaisir, de mettre fin à un régime qui n’est pas seulement stupide et déplorablement onéreux, mais inhumain et déshonorant pour la France. »75

II. LE SYSTÈME COLONIAL

47Le régime concessionnaire était incontestablement nocif. Mais fut-il, comme on aurait tendance à l’inférer des écrits de l’époque, le seul responsable ? Il est juste de reconnaître que, dans certains cas, les abus précédèrent le système et qu’ils lui survécurent. La fameuse mission d’inspection de Brazza fut décidée à la suite d’un scandale qui avait révélé les procédés irréguliers, non des concessionnaires, mais de certains fonctionnaires. Tout était solidaire. Le système concessionnaire fut adopté pour décharger l’Administration locale, elle-même incapable, faute de crédits, de personnel et d’un programme cohérent et suivi, de mener à bien les tâches insurmontables qu’elle était supposée assumer.

  • 76 Le Code de l’Indigénat, toujours pour le même motif (« refus de payer l’impôt ») permettait d’infl (...)

48Les abus qui eurent sur le pays les effets les plus durables résultèrent moins du régime économique que du sous-équipement chronique du pays. Nous avons déjà évoqué la qualité médiocre d’un personnel européen restreint et les méfaits d’« auxiliaires indigènes » investis, faute de mieux, de responsabilités exagérées en brousse : recensement des villageois, levée des impôts, recrutement des prestataires. Ils eurent souvent tendance à vivre sur le pays, raflant les vivres, enlevant les femmes, terrorisant, en un mot, des populations sans recours contre leurs exactions. Certains administrateurs européens continuèrent aussi, même après la guerre, à pratiquer les « crochages de femmes » par incarcérations collectives76.

49Mais la plaie du Congo résulta, dès l’origine, de la conjonction de deux facteurs : l’absence de moyens de communication dans un pays tragiquement sous-peuplé. L’Administration fut contrainte d’y remédier par des mesures coercitives qui mobilisèrent, dans toute l’A.E.F., les forces vives du pays : le portage jusqu’à la première guerre mondiale incluse, la construction des pistes et surtout du chemin de fer Congo-Océan après 1920.

1. Le problème du portage

  • 77 Sur la description et le fonctionnement de la piste des caravanes : Vennetier [322]. Sur les incid (...)
  • 78 Dès 1900, le Comité d’Études et de Défense des Intérêts des Concessionnaires, réuni à Brazzaville (...)

50Le portage exerça ses ravages aussitôt qu’il fallut approvisionner régulièrement en troupes, en vivres et en marchandises les zones dépourvues d’une liaison fluviale continue. Les deux points névralgiques furent le bas Congo et le haut Chari. La piste des caravanes de Brazzaville à Loango avait commencé de fonctionner à plein avec la prise de possession du pays, en 1885. L’épuisement des porteurs Loango et Bakongo culmina en 1896-1897, quand il fallut assurer, en quelques semaines, le passage des 90 t de la mission Marchand (3 000 charges)77. La nécessité fit loi : la révolte des Bassoundi fut jugulée de façon expéditive par le chef de mission auquel Brazza fut contraint de laisser les mains libres. Mais à la fin du siècle, l’achèvement du chemin de fer Matadi-Léopoldville permit de mettre momentanément fin au portage – repris seulement à titre d’appoint lorsque, assez vite, la voie fut saturée78.

51En revanche, vers le Tchad, les difficultés ne faisaient que commencer à l’époque de la mission Marchand. Ce fut l’expédition Gentil, en 1899, qui commença de marquer durement le pays : 3 000 charges, regroupées à Krebedjé, durent être ventilées en quelques semaines. Pour recruter ses porteurs, Émile de Cointet utilisait

  • 79 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

« 50 mètres de forte chaîne et une solide chicotte [...]. Après avoir obéi au début et surtout par curiosité, ils commencent à en avoir assez [...]. Ce sont des populations très primitives et très craintives, mais si on ne sait pas les prendre, ils feront ce qu’ils ont déjà fait : le vide autour de nous. »79

  • 80 Rapport du capitaine Thomasset, Commandant du Cercle de Gribingui (Fort-Crampel), 1er janv. et 1er (...)

52L’importance stratégique de la région l’avait précisément fait exclure du partage concessionnaire. Aussi les mesures prises furent-elles entièrement le fait des administrateurs. A mesure que s’accélérait la cadence des missions, la levée des porteurs devint de plus en plus ardue. Au temps de l’exploration de Maistre (1892-1893), la rive droite du Gribingui était encore habitée – bien que les populations fussent déjà raréfiées par les razzias de Senoussi. En 1901, elle était déserte. En janvier, la fuite des porteurs N’Gao de la mission Bernard-Huot décida l’administrateur Georges Bruel à diriger contre eux une opération de répression80. Dès cette époque, on avait officialisé dans la zone la pratique de camps d’otages destinés à faire pression sur les travailleurs en capturant leurs femmes :

  • 81 Ibid.

« Ordre a été donné pour construire à proximité de chaque poste, mais en dehors de son enceinte, un camp des otages, constitué par une dizaine de cases mandjias entourées d’une palissade en rondins jointifs ne présentant qu’une porte d’accès. Des ordres confidentiels très sévères ont été donnés au chef de poste de Nana, afin de maintenir une propreté rigoureuse et une discipline absolue dans ces camps, particulièrement en ce qui concerne les relations avec les garnisons du poste. »81

  • 82 De Rolle, Rapport politique, Fort-Crampel, 30 mars 1902, Brazza 1905-I.
  • 83 Avril et mai 1902, ibid.
  • 84 Juin 1902, ibid.
  • 85 Cahier de correspondance, Cercle de Krébedjé, chef du poste de Fort-de-Possel, signé P.N. Brazza 1 (...)

53En mars 1902, deux chefs de village de la Nana, N’Grio et Gribanda, avaient essayé de se soustraire au portage en émigrant chez les N’Gao. Le garde qui leur fut envoyé « pour leur parler » s’empara d’une quinzaine de femmes et d’enfants, que l’administrateur de Fort-Crampel décidait de garder jusqu’à ce qu’ils eussent exécuté l’ordre donné et renoncé à leur projet de fuite82. Le mois suivant, la même opération fut renouvelée à trois reprises contre le campement en fuite du chef Pindo : la trentaine d’otages enlevés au total représentait la quasi-totalité des femmes du groupe83. En juin, l’administrateur prévoyait à nouveau « une tournée dans les zones les plus récalcitrantes, avec répression énergique s’il le faut », afin d’enserrer le pays dans un réseau de petits postes chargés de réprimer toute tentative d’exode et d’aller à dates fixes chercher aux mêmes endroits les mêmes porteurs sévèrement punis en cas de dérobade84. L’année suivante, le chef de poste de Fort-de-Possel mit en chantier un plan de création de « villages de liberté » exclusivement constitués de femmes destinées, en attirant les hommes, à favoriser le repeuplement le long de la route des portages. Un premier lot de 54 femmes et enfants fut envoyé à dix kilomètres du poste. Un second village était envisagé vers le kilomètre 20. L’affaire n’eut apparemment pas de suite85.

54Dans le Cercle de Krébedjé le portage, secondé par les transports fluviaux sur la Tomi qui pouvaient à certaines époques y suppléer complètement, demeurait supportable : le parcours Krébedjé-Ungourras, qui nécessitait deux jours, représentait une corvée limitée, d’autant qu’un roulement régulier avait été organisé entre les villages banda relativement nombreux et assez favorablement disposés à établir des relations de commerce et de salariat avec les Blancs.

  • 86 2 205 en avril, 2 137 en mai.
  • 87 Ces chiffres concernant les porteurs, livrés par l’administrateur en poste à la date correspondant (...)

55Mais au-delà, dans le Cercle de Gribingui peuplé de Mandja, les exigences en hommes étaient hors de proportion avec le potentiel du pays. Au cours du premier trimestre 1902, 5 629 porteurs avaient travaillé dans l’ensemble du haut Chari. Malgré les cris d’alarme lancés par l’administrateur, la cadence s’accrut encore au trimestre suivant. 3 070 charges avaient été transportées de janvier à mars à Gribingui. Le nombre de porteurs dépassa ensuite 2 000 par mois86. Malgré le début de l’hivernage, il y en eut encore 1 645 en juin, 1 034 en juillet87.

  • 88 Bobichon, Brazza 1905-I.
  • 89 Instructions du Délégué permanent, texte cité par Bobichon, Rapport sur le portage, 1905, Brazza 1 (...)

56Les porteurs devaient assurer quatre jours de marche, des Ungourras à Fort-Crampel, tête de pont de la navigation sur le réseau du Chari – ce qui représentait, pour chacun, une absence moyenne de six à huit jours. Au transport des charges en provenance de la côte s’ajoutait la nécessité d’approvisionner en vivres du pays le poste de Fort-Crampel, entouré d’une zone déserte d’une dizaine de kilomètres de rayon. Les porteurs de farine et de mil venus du Kaga-M’Brés et du Batangafo assuraient un déplacement mensuel moyen de dix à douze jours. Or les salaires étaient très faibles. En 1904, la journée de portage était payée une cuillerée de perles, soit 10 centimes, alors que dans les autres colonies elle revenait à un franc en argent88. L’année suivante, malgré les révélations de la mission Brazza, elle n’atteignait pas encore 25 centimes (7 centimes la journée à vide et 22 centimes la journée en charge)89. Aussi les recruteurs devaient-ils se livrer à une véritable chasse à l’homme à travers les villages vides et les plantations abandonnées. Il n’était pas de mois où des gardes ne fussent attaqués, blessés et, fréquemment, tués. Refoulés partout par les postes de surveillance confiés à des auxiliaires indigènes, les Mandja traqués se réfugiaient en brousse où ils vivaient misérablement de racines, jusqu’à mourir de faim :

  • 90 De Rolle, Commandant du Cercle de Fort-Crampel, Rapport de remise de service, 26 sept. 1902, G.C., (...)

« Depuis plus d’un an, la situation devient de jour en jour plus difficile. Les Mandjias épuisés n’en peuvent plus et n’en veulent plus. Ils préfèrent tout actuellement, même la mort, au portage.
Depuis plus d’un an, la dispersion des tribus est commencée. Les villages se désagrègent, les familles s’égaillent, chacun abandonnant sa tribu, son village, sa famille, ses plantations, va vivre dans la brousse comme un fauve traqué pour fuir le recrutement. Plus de cultures, partant plus de vivres. La famine en résulte et c’est par centaines que, ces derniers mois, les Mandjias sont morts de faim et de misère [...]. Tout a été tenté... Il le fallait. Le ravitaillement prime toute autre considération. Les armes, les munitions, les marchandises d’échange devaient passer. Douceur et encouragements, menaces, violences, répressions, cadeaux et salaires, tout échoue aujourd’hui devant l’affolement terrible de cette race Mandjia, il y a quelques années, quelques mois encore riche, nombreuse et groupée en immenses villages.
Quelques mois encore et toute la partie du Cercle de Gribingui, comprise entre le Gribingui à l’est, la Fafa à l’ouest, les Ungourras au sud et Fort-Crampel au nord ne sera plus qu’un désert, semé de villages en ruines et de plantations abandonnées. Plus de vivres, plus de main-d’œuvre, la région est perdue. »90

57Si l’on songe, en effet, que pour récolter deux tonnes annuelles de mil, provision nécessaire à une famille de trois à quatre personnes, les Mandja devaient cultiver au moins un hectare et demi, et assurer le travail durant 150 à 200 jours puisque le cycle de la plante s’étalait sur plus de sept mois, de mai à décembre, on comprend à quel point le portage put bouleverser les fondements économiques de la société. Dès le mois d’octobre la famille Mandja avait épuisé ses réserves. La famine s’installait durant deux longs mois de soudure.

  • 91 E. Merlin à C.G., Note, à bord de la Valérie, 27 mai 1905, Brazza 1905-II.

58En 1903 la situation, déjà dramatique, s’aggravait encore. Le chef du poste de Crampel était Gaud, surnommé Niama Gounda, la « bête féroce ». Les Africains fuyaient le poste où ils ne pouvaient se plaindre des exactions accrues des miliciens yakoma, insuffisamment surveillés, qui avaient remplacé les Sénégalais licenciés en 1901-1902 par mesure d’économie91.

  • 92 « Tout indigène envoyé au poste pour le plus futile prétexte est fusillé séance tenante. Quelquefo (...)
  • 93 Le même au même, Rome, 17 févr. 1905, ibid. Gaud lui-même écrivit, quelques années plus tard, une (...)

59Le scandale Gaud et Toqué, révélé à la suite du pétard criminel du 14 juillet, n’était en fait que le reflet d’un phénomène d’une beaucoup plus vaste ampleur. Une lettre privée de Georges Bruel, alors administrateur en chef de la Région, révèle que, déjà averti du « régime des grandes terreurs » instauré par Proche à Krébedjé92, il était demeuré impuissant devant le système : « On n’a pas voulu à temps faire le nécessaire, on a tendu la machine au point que tout a cassé, ou à peu près, et on a abouti à l’abîme, comme cela était logique. »93

60Il est malheureusement impossible d’évaluer les pertes subies par les Mandja durant cette période. Il faudrait connaître non seulement le nombre des porteurs morts à la tâche, mais aussi celui des malades irrécupérables, des victimes des opérations de police et, d’une façon plus générale, des décès imputables à la malnutrition résultant de l’abandon des plantations et de la désertion des villages.

  • 94 Britsch [143], p. 27.

61On ne peut que noter la concordance des témoignages des administrateurs qui se succédèrent dans la région, décrivant, année après année, la dislocation des groupements. Le centre de la Nana, qui fournissait naguère la presque totalité des porteurs et ravitaillait Fort-Crampel en vivres frais, ne pouvait plus subvenir à ses propres besoins, bien qu’il ne comptât plus qu’un seul village de quelque importance – Pakandjia, 143 cases – et cinq campements de 25 à 30 cases chacun. Tous les autres s’étaient disséminés en brousse parmi les N’Gao, M’Bré, Ungourras, etc. Selon l’évaluation du chef de poste la population, dans la seule région du Chari, aurait fondu de moitié en deux ans, passant de 40 000 à 20 000 individus94.

62Or, malgré les promesses faites et une violente épidémie de variole qui faucha des villages entiers en 1905, le fardeau ne fit que s’accroître. Il fallut, en pleine saison des pluies, au moment où les villageois auraient dû s’occuper des cultures, assurer le transport du D’Uzès destiné à la navigation sur le Chari et des vivres supplémentaires fournis aux travailleurs affamés. A partir de la Mobaye, les réquisitions de porteurs reprirent de plus belle :

  • 95 Capitaine Mahieu, commandant la région du Haut-Oubangui, à Brazza, Mobaye 2 août 1905, Brazza 1905 (...)

« Les travailleurs du D’Uzès qui étaient tous partis en bonne santé sont revenus à l’état de squelettes. A la date actuelle, on ne peut encore établir combien sont morts, on ne le saura que quand tous seront venus réclamer les cadeaux [...]. Le cercle de Mobaye a fourni, pour sa part, 140 porteurs [...]. Jusqu’ici, on a pu constater [...] un déchet de 22 %. »95

  • 96 Administrateur de Fort-Crampel, Rapport politique, sept. 1902, Brazza 1905-I.
  • 97 Mi-blanches, mi-rouges.
  • 98 Le kilomètre revint à 371,75 frs. Les engagements furent portés de 10 à 15 jours et le salaire aug (...)
  • 99 Ibid.
  • 100 Janv.-févr. 1905, ibid.
  • 101 Brazza à M.C., 10 janv. 1905, G.C., XLX-4(b).

63Par ailleurs, on avait enfin reconnu l’urgence de créer rapidement une route de Fort-Crampel à Nana qui, par des travaux de débroussement, la construction de ponts de fortune ou même de gués, pourrait devenir carrossable en saison sèche. On avait envisagé d’y faire circuler des charrettes susceptibles de porter chacune une vingtaine de charges (600 kg) remorquées par des animaux de trait – ânes, bœufs ou chevaux sara – que l’on comptait toujours acclimater malgré les déboires subis jusqu’alors96. Dans un premier temps, le projet se traduisit par un supplément de corvée imposé aux travailleurs recrutés pour effectuer les terrassements. Les travaux commencèrent à Fort-Crampel en mars 1904. 10 825 journées de manœuvre assurées jusqu’en juin par engagements de dix jours payés en perles bayaka97 permirent d’aménager une dizaine de kilomètres98. Mais la piste s’avéra dès l’année suivante dans un état si « pitoyable que les porteurs évitent soigneusement cette soi-disant route pour prendre, chaque fois qu’ils le peuvent, le sentier de la Mission du Chari [...] aménagé en 1901 »99. En 1905, on résolut enfin d’alléger la charge des Mandja en faisant coopérer au portage les populations installées dans un rayon de quatre à cinq jours de Fort-Crampel. Mais il était prévisible qu’elles se lasseraient vite de ces absences longues et fréquentes100. Brazza avait imposé la suppression du système des réquisitions pour confier le portage à une équipe de 500 volontaires importés du bas Congo par le service colonial101. Environ 250 hommes furent effectivement recrutés parmi les populations bakongo et bakounie, entre Brazzaville et Loudima. Un tiers d’entre eux fut envoyé en mars 1905 à Krébedjé (Fort-Sibut), un tiers aux Ungourras en avril, le dernier tiers à Nana en juin. Lors du passage de Brazza dans la région, début juillet, il restait seulement 67 porteurs valides : 17 étaient morts, les autres ne valaient guère mieux :

  • 102 Rapports du médecin aide-major Trautmann à Brazza, Nana, 10 juil., Ungourras, 12 juil. et Krébedjé (...)

« Tous sont amaigris, quelques-uns presque squelettiques, atteints de diarrhée rebelle [...]. Le surmenage ne peut être invoqué [...] puisque depuis leur arrivée 77 hommes ont porté 69 charges seulement et cela pendant deux jours [...]. C’est au dépaysement et au changement de nourriture que me paraît devoir être rattaché l’état morbide de ces indigènes. Les Bakouniés, en effet, touchent pour leur ration des étoffes et perles avec lesquelles ils achètent du mil aux indigènes du pays ; or, ils ne peuvent s’assimiler cette nourriture absolument nouvelle pour eux ; ils ne peuvent non plus dans les villages voisins se procurer une quantité suffisante de manioc, ces villages en cultivant très peu. »102

  • 103 Ch. Bobichon mit en regard le volume minimum de porteurs susceptibles d’être fournis par les diffé (...)

64Brazza incrimina l’Administration locale qui avait prescrit d’appliquer immédiatement une mesure qui, pour réussir, exigeait d’être préparée. En pratique, le portage continua donc, à peu de choses près, comme par le passé. Cependant, le rythme en devint plus régulier ; on se préoccupa de dresser un tableau mensuel des recrutements en fonction des possibilités des villages. On s’aperçut, à cette occasion, que l’on demandait au pays un effort évalué au double de ses possibilités103. Sans pour autant ralentir la cadence, on usa de procédés plus humains envers les prestataires et l’on cessa surtout de verser la ration en marchandises inutilisables puisque le trajet ne comportait pas de villages susceptibles d’approvisionner les convois. Les porteurs la reçurent plus régulièrement en nature :

  • 104 Capitaine Mahieu, Commandant de la Région du Haut-Oubangui, à Brazza, Mobaye, 2 août 1905, Brazza (...)

« C’est une légende qui a eu cours trop longtemps que celle du nègre vivant dans la brousse, se nourrissant indéfiniment de racines, pouvant supporter sans inconvénient des fatigues et des jeûnes prolongés. Ils sont certes résistants, d’une façon à peine croyable, mais ils souffrent, tout comme les autres, de la faim et de la fatigue et finissent par en mourir. »104

  • 105 Fin 1915, la colonie du Gabon avait fourni approximativement 30 000 hommes. Gabon, Rapport annuel, (...)

65Dans l’ensemble, le portage cessa progressivement d’être un fléau. Les derniers mauvais souvenirs furent laissés par l’effort exceptionnel imposé pendant la guerre par les recrutements de porteurs destinés aux colonnes du Cameroun105. C’est seulement avec la construction définitive d’une route carrossable, entreprise en 1914 seulement de Fort-Sibut à Fort-Crampel (153 km) par l’artillerie coloniale, et l’apparition des premiers véhicules automobiles que disparut la contrainte du portage. Malgré le rêve caressé à la veille de la guerre, au moment du vote de l’emprunt d’outillage de 171 millions, de faire de cette voie la plate-forme du futur chemin de fer du Tchad, on se contenta d’achever, en 1918, le prolongement de la route vers le sud jusqu’à Bangui (340 km). La création d’un service automobile géré par la colonie et destiné à assurer la liaison avec le Tchad fut décidée la même année.

66Il employa des voitures et des camionnettes américaines et françaises conduites par des chauffeurs originaires d’A.O.F. instruits en France pendant la guerre, puis par des Africains recrutés sur place. Le service, bien que gêné par l’irrégularité des arrivages de l’essence ou des pièces de rechange commandées au Congo Belge ou en Europe, fonctionna utilement à partir de 1919 pour le transport des courriers postaux, des fonctionnaires ralliant leur poste, des médecins et des relèves militaires à destination du Tchad. Suivant cet exemple, la plupart des chefs de maisons de commerce adoptèrent l’automobile pour se rendre sur les marchés, visiter les factoreries et évacuer sur Bangui les produits de valeur, notamment l’ivoire.

67En 1925, la colonie de l’Oubangui-Chari disposait de 34 véhicules (4 voitures de tourisme, 28 camions et 2 motocyclettes). Les particuliers et les maisons de commerce en possédaient 78 :

  • 106 Vingt jours de bateau de Bordeaux à Matadi. Deux jours de chemin de fer Matadi/ Kinshasa. Traversé (...)
  • 107 Gide [165], p. 74.

68La voie fédérale permettait dorénavant de relier Fort-Lamy à la côte en un mois au minimum106. A partir de 1920, de part et d’autre de l’axe nord-sud, des pistes nouvelles, exécutées à l’initiative du Gouverneur Lamblin par les administrateurs improvisés ingénieurs et agents-voyers, s’allongèrent vers les principaux centres de l’intérieur. En 1925, tous les postes administratifs étaient accessibles de Bangui par automobile. Le réseau atteignait 3 800 kilomètres (4 200 au passage de Gide)107. Les convois à destination du Tchad empruntaient, depuis 1919, la piste de 380 km qui reliait Bangui à Batangafo sur le Bahr-Sara, nouvelle tête de pont de la navigation sur le réseau du Chari. Les routes, dont l’élargissement à 6 m était partout entrepris, empierrées de gravier de latérite, étaient progressivement pourvues de fossés. Les grandes rivières étaient traversées au moyen de bacs faits de pirogues accolées et surmontées d’un plancher ; on procéda également, sur les petits cours d’eau, au remplacement progressif des ponts de bois, trop rapidement détériorés par les termites, par des ponts faits de poutrelles de fer.

69Dès que la menace du portage se fut amenuisée, les villages naguère refoulés en brousse comprirent l’intérêt qu’ils avaient à revenir se fixer au bord d’une grande voie de communication. Mais bien que les avantages du réseau routier eussent fini par être reconnus, le portage était loin d’avoir entièrement disparu de l’Oubangui-Chari : les véhicules des commerçants servaient presque exclusivement au transport de leurs personnes. Plus les affaires étaient actives, plus ils réclamaient des hommes à l’Administration pour expédier les produits aux lieux d’embarquement et faire venir les marchandises. En 1925 plusieurs milliers de porteurs furent encore recrutés par le commerce dans l’Ombella M’Poko, l’Ouham et le bas Mbomou, malgré l’existence, dans cette dernière circonscription, de la route carrossable Ouango-Rafaï doublée d’une voie navigable, le Mbomou, naguère fréquentée, mais sur laquelle les négociants riverains avaient négligé d’entretenir un matériel fluvial.

  • 108 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, Arch. C.G.T.A.E., Brazzaville.

70La colonie prit alors des mesures énergiques : la réquisition de porteurs pour le commerce fut interdite dans le bas Mbomou en 1925, dans l’Ombella-M’Poko et la Kemo-Gribingui à partir du 1er juin 1926, et la suppression complète du portage des produits « riches » (ivoire, caoutchouc, cire, coton, café) fut prévue pour 1927 sur toute l’étendue du réseau routier. Les négociants furent avertis d’avoir à s’équiper en charrettes à bandages de fer n’excédant pas, en charge, 400 kg, et de camions de 3,5 t108.

  • 109 De même qu’en pays de forêt, partout où n’existait pas de voies fluviales. En 1926, le Gabon compt (...)
  • 110 Gide [165], pp. 163-164.

71En brousse et sur les axes secondaires, le portage continuait cependant d’être couramment utilisé109. Gide parcourut par ce moyen toute la partie occidentale de l’Oubangui-Chari, de Mbaïki (non loin de Bangui) à la Haute-Sangha (Nola, Berberati, Carnot) et de là, vers le nord, à Bouar et Bozoum où il retrouva l’automobile. A son passage, le tarif de l’Administration était de 1 fr par jour en charge, de 50 centimes par jour d’immobilité et de 25 centimes à vide110. Compte tenu de l’inflation (un franc 1925 correspondant à peu près à 20 centimes-or) le tarif n’avait donc pas augmenté depuis 1905.

2. Le chemin de fer Congo-Océan

  • 111 Sautter [273].
  • 112 Carte des circonscriptions d’origine des travailleurs et du rapport des années d’absence au chiffr (...)
  • 113 Ibid., p. 250.
  • 114 Soit, au total, près de 15 000 morts, ibid., p. 269.
  • 115 Ibid., pp. 271-285.

72La lutte de la colonie contre l’usage abusif des porteurs s’expliquait certes par des raisons humanitaires. Mais elle visait aussi à libérer une main-d’œuvre réduite en vue de l’atteler à de nouvelles tâches : les recrutements autoritaires pour les chantiers du Congo-Océan prirent, sur une plus vaste échelle, le relais du portage. D’abord organisée sur le plan local, comme pour l’ancienne piste des caravanes, la levée des travailleurs s’avéra presque aussitôt très difficile dans le Mayombé, région déjà vidée de ses habitants. Or les mesures contre le portage furent prises en Oubangui-Chari l’année précisément où le Gouverneur Antonetti décidait d’y recruter un premier contingent de mille hommes pour le Congo-Océan. Renvoyant, sur ce sujet, à l’étude exhaustive publiée par Gilles Sautter, nous n’insisterons pas sur le déplacement de main-d’œuvre de grande ampleur qui greva dès lors, pour dix ans, l’évolution économique du pays tout entier – Gabon (ménagé à cause de ses chantiers forestiers) et Tchad pastoral exceptés111 Rappelons seulement que, de 1921 à 1932, 127 250 hommes, totalisant 138 125 années d’absence, furent recrutés sur l’ensemble du territoire, dont 79 850 au Moyen-Congo (52 500 années d’absence) et, pour des contrats de plus longue durée, 41 975 en Oubangui-Chari (74 650 années d’absence) et 5 425 au Tchad (10 975 années d’absence)112. La faillite du ravitaillement régional et les insuffisances du contrôle sanitaire rendirent cette contrainte insupportable. L’annonce d’un recrutement, pratiqué sans douceur au moyen d’opérations de police où les hommes les moins robustes se faisaient prendre, suscitait une « terreur panique » car il revenait, au moins jusqu’en 1928, à une probable « condamnation à mourir »113. Au total, on décompta officiellement au moins 10 200 morts de 1921 à 1928 inclus, aussi bien au cours des voyages que sur les chantiers, plus 1 300 en 1929 et 2 600 de 1930 à 1932114. Compte tenu des décès masqués par les désertions, une vingtaine de milliers d’hommes au moins payèrent de leur vie la construction du chemin de fer, surtout durant la période des recrutements à longue distance avant que ne fût sérieusement améliorée la vie sur les chantiers, dans « les années tragiques » 1925-1928115.

  • 116 Ibid., p. 291.

73Sans mettre en cause l’utilité indéniable de la voie ferrée et la réalité des énormes difficultés résultant de la conjonction malheureuse de deux facteurs – la rareté de la main-d’œuvre obligée d’affronter les complications techniques d’un massif forestier chaotique –, on ne peut que souligner le caractère tragiquement improvisé de l’entreprise, malgré l’exemple qu’aurait dû offrir la voie belge réalisée trente ans auparavant sur l’autre rive. On pallia le manque chronique de crédits, de personnel et de moyens mécaniques adaptés au terrain et au climat par le recours au pouvoir discrétionnaire de l’Administration coloniale sur des populations hors d’état de lui résister : « On fit bon marché de leur misère et de leurs angoisses, on négligea le signal d’alarme de leurs protestations, pour se réveiller un beau jour en plein drame. »116

74Redevables aux difficultés propres du pays (l’absence de moyens de transport jointe à la très faible densité de la population), les efforts imposés par le portage, puis par la construction du chemin de fer et, dans une moindre mesure, par les chantiers routiers de l’Oubangui-Chari-Tchad et du Moyen-Congo intérieur furent générateurs d’abus inévitables. Leurs causes ne différaient pas fondamentalement de celles des abus concessionnaires proprement dits. Mais leurs conséquences furent sans doute plus durables, car les excès des concessionnaires furent probablement, au total, moins meurtriers, parce que plus localisés.

75L’administrateur, d’abord tenu de lever un impôt incompris des habitants et d’un taux relativement élevé, obligé d’assurer coûte que coûte l’évacuation des marchandises et des produits, de satisfaire aux réquisitions de travailleurs réclamés non seulement par la colonie, mais aussi par les entrepreneurs privés, enfin d’imposer la construction et l’entretien des routes et la mise en place des cultures obligatoires, ne pouvait éviter l’usage permanent de mesures coercitives. De l’exercice du pouvoir à son excès, la marge était étroite et la limite fut souvent franchie. Lorsque les mesures prises le furent à l’échelle fédérale, comme ce fut le cas pour le Congo-Océan, leur retentissement fut profond. Le travail forcé entraîna la dispersion des tribus et des villages, par les déplacements et la fuite, voire le recul des populations. Les circuits économiques pré-coloniaux furent désorganisés. Les graves perturbations du rythme vivrier accrurent les risques de famine par la rupture d’un équilibre déjà très précaire. Bref, on assista, dans tous les domaines, au bouleversement des valeurs traditionnelles et de la vie des populations et des régions.

Notes

1 Les travaux récents de H. Brunschwig (Séminaire E.P.H.E., 1969-70) tendent à démontrer que le scandale fut, à l’origine, lancé par le Ministère des Colonies lui-même, désireux d’imposer les réformes jugées nécessaires. Mais il fut rapidement débordé par la nomination inopinée et non désirée (apparemment suggérée par la Présidence de la République) de Brazza à la tête d’une mission d’abord prévue comme ne sortant pas de la routine. La réforme projetée se limita à une réorganisation administrative et budgétaire visant à une nouvelle répartition du pouvoir entre le C.G. et les gouvernements locaux (B.O.C., décret du 11 févr. 1906).

2 Communication orale de Félicien Challaye, citée par Rendu [200]. Ce mémoire de qualité, rédigé à une époque où les archives de la période n’étaient pas encore ouvertes, traite l’affaire du point de vue de la politique coloniale française. Les collaborateurs de Brazza (dont certains, notamment les inspecteurs des colonies, furent, en fait, conseillés à Brazza par le Ministère) furent :

  • Les inspecteurs des colonies Hoarau-Desruisseaux, Loisy et Saurin
  • Le docteur Cureau
  • L’administrateur des colonies Poiret
  • Le secrétaire d’ambassade Clinchant
  • Le capitaine Mangin et le lieutenant Saintoyant, officiers d’ordonnance
  • Robert de Jouvenel, attaché au Ministère des Colonies, seule personnalité véritablement « imposée » à Brazza
  • Félicien Challaye, jeune agrégé de philosophie, recommandé par Charles Péguy et envoyé spécial du Temps.

Rendu [200], pp. 29-30.

3 Les papiers personnels de Gentil, microfilmés par la S.O.M., révèlent la véritable conjuration qui se fit contre l’action de Brazza.

4 La présence de ce quotidien d’extrême gauche anticlérical auprès du journal des hommes d’affaires congolais s’expliquait par son directeur Victor Flachon, concessionnaire de l’Ouhamé-Nana et de la C.C.C.C.F. L’intérêt que portait La Lanterne aux entreprises du Congo n’était pas nouveau puisque le fils de son ancien directeur, Rochefort, avait participé en 1883-1885 à la 3e mission de Brazza.

5 Hoarau-Desruisseaux [171], p. 360.

6 [203]. Rouanet entreprit également de faire connaître à l’opinion l’œuvre de la mission de Brazza en publiant chaque jour dans L’Humanité, du 24 sept. au 26 oct. 1905, un grand article de première page sous le titre : « La barbarie coloniale ».

7 Haorau-Desruisseaux [171]. Britsch [142] et [143]. Saintoyant [204] ; l’ouvrage, préfacé par Ch. A. Julien, contient en annexe les interpellations de Rouanet à la Chambre sur l’affaire. Challaye [147], [148] et [149]. Mille et Challaye [189] (conclusion après les débats).

8 Brazza 1905, quatre boîtes. La correspondance de Brazza avait été partiellement communiquée à Amédée Britsch par la famille de Brazza-de Chambrun. Ministère des Colonies, Rapport de la commission d’enquête sur le Congo, présidée par M. de Lanessan, Impr. nat., 1907, 115 p. Tiré à dix exemplaires seulement. G.C., XIX-4(b).

9 M.C. Clémentel à Savorgnan de Brazza, Instructions confidentielles, Paris, 13 mars 1905, Brazza 1905-I.

10 La composition de la commission était la suivante : J. L. de Lanessan, député, ancien ministre, président. MM. Beau, Gouverneur général de l’Indochine ; Binger, directeur des Affaires d’Afrique ; Gallieni, Gouverneur général de Madagascar ; Meray et Picquié, inspecteurs généraux des Colonies ; Rouvre, Gouverneur général de l’A.O.F., membres. MM. A. Duchêne, sous-directeur à l’Administration centrale des colonies et J.V. Vollenhoven, chef-adjoint du Cabinet du Ministre, secrétaires.

11 A.E., Notes au sujet de la publication du rapport de la Commission, destinées à M. le Président du Conseil, 27 févr. et 20 mars 1906, G.C., XIX-4(b).

12 Lettre à M.C., 26 juin 1907, ibid.

13 Note pour le M.C., confidentiel, Paris, 23 mars 1906, ibid.

14 Gentil fut finalement innocenté, en dépit des accusations relevées contre lui par les membres de la mission. Il est vrai qu’il avait préalablement stigmatisé lui-même les excès du portage dans deux rapports adressés au M.C. Doumergue (août et nov. 1904), cités lors des interpellations à la Chambre [203] (mais aujourd’hui introuvables aux Archives). Il n’avait été, en somme, que le premier exécutant, discipliné jusqu’à la rigidité, d’un système qui, tout en refusant d’en reconnaître la réalité, impliquait les excès dénoncés.

15 Société de la Sangha Équatoriale : Merlet, administrateur en mission, 5 juin 1905, Brazza, 1905-1. S.H.O. : affaire Treuil, condamné à trois ans de prison. Affaire Pujet, démentie par la Société. P. Béraud au député Rouanet, à propos des accusations de L’Humanité, 24 oct. 1905, Paris, 25 oct. 1905. G.C., XLX-4(b).

16 Le gérant incriminé, Chapiteau, traduit en justice, fut condamné à trois mois de prison et 200 frs d’amende. Note s.l.n.d., Brazza 1905-I.

17 Renseignements fournis par Gouné, garde régional de l’Oubangui-Chari, d’origine yakoma, Ouadda, 19 juin 1905 ; par Rihané, dit Arabo, garde régional de l’Oubangui-Chari à Sémio (Haut-Oubangui), Bangui, 5 août 1905 ; par Pamboko, garde régional de l’Oubangui-Chari né à Abisa (Haut-Oubangui), Bangui, 5 août 1905. Interrogatoire de Dazo, ou Yago, ex-garde régional, agent de police à Mobaye, né à Bala (État Indépendant), Fort-de-Possel, 24 juil. 1905. Renseignements fournis par le chef Ngouakambo et par Daro, sa femme, Mongoumba, 9 août 1905. Brazza 1905-I et III. La plupart de ces documents furent consultés par le député Rouanet qui en fit état dans son interpellation à la Chambre du 19 févr. 1906 [203].

18 Tout contrevenant était passible de 1 à 15 frs d’amende et/ou de un à cinq jours de prison. Arrêté du 5 sept. 1887, Libreville, Brazza 1905-I.

19 « J’aurais vivement désiré garder le secret à ce sujet en renvoyant chez elles les quelques survivantes si [...] la répercusion retentissante qui peut en résulter et la négligence vraiment excessive de la part de l’autorité responsable [...] ne me faisaient un devoir de vous exposer les faits. » Yaeck, délégué permanent à Bangui du C.G. Gentil, au C.G., Brazza 1905-III.

20 Docteur Fulconis, 27 juin 1904, Brazza 1905-I.

21 C.G. à Yaeck, 23 juil. 1904, Brazza 1905-III.

22 Il avait été absent de Bangui (en opération de répression précisément en Lobaye) du 26 mai au 2 août. Marsault à Yaeck, Bangui, 4 août 1904, Brazza 1905-III.

23 Culard à Yaeck, Loko, 20 juil. 1904, Brazza 1905-III.

24 Renseignements fournis par Gouné, Ouadda, 19 juin 1905, et Pamboko, Bangui, 5 août 1905, Brazza 1905-I.

25 [Sic]. Note épinglée à la lettre de Marsault, 4 août 1904, jointe au dossier communiqué à Brazza sur sa demande, Brazza 1905-III. L’instruction, reprise à la suite du rapport de la mission Brazza, aboutit en 1907 à l’arrestation de Culard. Note pour le Ministre, 15 oct. 1907, Conc., XXXIII-A(2).

26 Note s.l.n.d., Brazza, 1905-I, et Note de l’inspecteur Saurin, « chargé par Brazza de résumer le dossier existant au poste de Krebedjé sur cette affaire », G.C., XIX-4(b).

27 Rendu [200], « Le silence », pp. 64-72, et « L’étouffement », pp. 74-101.

28 Mamadou Diakaba, traitant de la C.F.C.O., condamné par le tribunal de Mayumba. Rapport s.l.n.d. (1936), S.O.M., A.E.F., XV-39. P.V. des enquêtes de l’inspecteur Cercus, déc. 1906, sur les abus de la C.F.C.O., Aix, 8 Q.

29 R.G., S.C., 1909, Conc. IV-9.

30 Commissaire spécial, Rapport sur les contrats de travail, S.H.O., 1907, Arch. S.H.O.

31 Année où l’action de 100 frs, rapportant un dividende de 10 frs, était cotée (au marché libre) aux environs de 250 frs. Arch. Crédit Lyonnais.

32 C.G. p.i. à M.C., Brazzaville, 10 oct. 1907, Conc., XXXIII-A(2). Le nouvel administrateur fut nommé par arrêté du 22 nov. 1906.

33 Témoignage du Gouverneur Guibet, recueilli en mars 1966.

34 Butel, inspecteur des concessions, au Commissaire spécial, Yatumbo, 19 nov. 1907. Conc., XXXIII-A(2).

35 Ibid.

36 Cité par Butel, ibid.

37 Chef du service judiciaire au G.G. p.i., Brazzaville, 1er sept. 1908, ibid.

38 Butel, inspecteur du contrôle local, était accompagné de son adjoint Gillon, du juge Michelet et de l’administrateur-adjoint Guibet qui les escortait avec vingt miliciens. Butel au Commissaire spécial près les sociétés concessionnaires, Bogangolo, 3 août 1907, ibid.

39 Cougoul, chef du service judiciaire du Congo français, au Lieutenant-gouverneur du Gabon Martineau, Libreville, 8 août 1908, ibid. La plupart de ces pièces se trouvent dans le dossier Conc., XXXIII-A(2), Partout les déclarations furent vérifiées « à fond, minutieusement et en s’entourant de toutes les garanties, tant en prévision d’une campagne de presse qu’en raison de l’importance des intérêts en jeu ». Butel au Commissaire spécial, 19 nov. 1907, ibid.

40 R.G., S.C., 1911, Aix, 8 Q.

41 M.C. au Président de la République et au Président du Conseil, Ministre de l’Intérieur, Paris, 14 sept. 1907, Conc., XXXIII-A(2).

42 M.C. au Président de la R.F., 30 sept. 1907, ibid.

43 Butel, rapport cité, Bogangolo, 3 août 1907, ibid.

44 Témoignage du Gouverneur Guibet.

45 Butel, rapport cité, Bogangolo, 3 août 1907, ibid.

46 Ainsi, au nord, la factorerie de Boudoupoua, près de Bodera, inspecteur Butel, rapport de tournée, Région de Bodéra, Bondjio, 31 août 1907, ibid.

47 Lünd, Rapport mensuel, sept. 1905. Note pour la commission des concessions coloniales, 16 juil. 1908, ibid. Le graphique mettant en rapport le nombre de coups de feu et le tonnage du caoutchouc de Salanga a été dressé d’après les registres de comptabilité de Salanga et le rapport Butel du 19 nov. 1907, ibid. « Comme il était interdit aux touroucous [gardes] de se servir de leurs armes pour chasser, chaque étui vide représentait une vie humaine », Cougoul, chef du Service judiciaire, au Lieutenant-gouverneur du Gabon, Libreville, 8 août 1908, ibid. Le nombre de cartouches de chasse était d’ailleurs infime par rapport à celui des munitions destinées à des armes de guerre (fusils Gras, Albini ou Remington, revolvers, etc.).

48 C’était, par rapport au chiffre de population, énorme, si l’on considère qu’un bon travailleur avait besoin de quatre jours pour « faire » 1 kg de caoutchouc. La production équivalait au travail sans relâche de 800 à 1 000 travailleurs, soit probablement la quasi-totalité des habitants en état de se mouvoir.

49 Butel au Commissaire spécial, Rapport sur la zone sud, Yatumbo, 19 nov. 1907, ibid.

50 Propos entendu à bord du vapeur Eugène Étienne par l’inspecteur Butel et l’administrateur Bruel, Butel au Commissaire spécial, 19 nov. 1907, ibid.

51 J. Audema, Rapport d’inspection sur la Bretonne du Congo, sept.-oct. 1906, Aix, 8 Q. La Société, qui avait à peine mis sa concession en exploitation, fut surtout convaincue d’avoir activement organisé la contrebande des armes. Mais Schiötz y jouissait « de l’estime générale ».

52 Par exemple les villages de Bimo et de Bussé, proclamés par la Société comme des centres rebelles au point que les factoreries qu’elle y avait installées durent être abandonnées, n’avaient qu’une seule idée : éviter tout nouveau contact avec l’Européen. Butel au Commissaire spécial, Yatimbo, 19 nov. 1907, ibid.

53 En zone sud, surtout, l’enquête fut facilitée par sa présence et par le fait que les villages, voyant la mission rester à l’œuvre une année durant, finirent pas être persuadés de sa volonté de réforme. Butel au C.G., 19 nov. 1907, ibid.

54 Demandes de mise en déchéance : Butel au Commissaire spécial, Bogangolo, 3 août 1907. Télégramme au C.G. Gentil à M.C., Libreville, 1er oct. 1907. C.G. p.i. à M.C., Brazzaville, 10 oct. 1907, C.G. à M.C., Brazzaville, 16 janv. 1908, ibid.

55 Télégramme M.C. à C.G., 14 nov. 1907, ibid.

56 Kongabouka, chef des hommes armés au service de la Société, fut condamné à 20 ans. Yafouta à 10 ans. Les autres (Sandoukou, Dassa, N’Zoni, Youka et Langou) à 5 ans. C.G. à M.C., 16 janv. 1908, Brazzaville, ibid.

57 Chef de la police judiciaire à C.G. p. i., Libreville, 8 août 1908, et Brazzaville, 1er sept. 1908, ibid.

58 Note pour le Ministre, 2 oct. 1908, ibid.

59 L’instruction exigeait la confrontation de ces cinq prévenus avec leurs co-inculpés africains. Le 6 juillet, un télégramme de Brazzaville informait le chef du Service judiciaire, en résidence à Libreville, que le Conseil de santé estimait impossible de les faire remonter à Bangui. Il répondit de les confronter aux 26 miliciens déjà transférés dans la capitale. Le procureur lui fit savoir alors que « MM. Wrancks, Gauty et Wolf viennent de rentrer malades en Europe » et que les deux autres étaient sur le point d’en faire autant, ibid.

60 Butel au Commissaire spécial, Bogangolo, 3 août 1907, ibid., et témoignage du Gouverneur Guibet.

61 Témoignage du Gouverneur Guibet, mars 1966.

62 Lieutenant-gouverneur de l’Oubangui-Chari-Tchad, Rapport du 4 juil. 1913, S.O.M., A.E.F., XV-39.

63 10 et 11 avr. 1913, ibid.

64 Chef de la Circonscription de Mbaiki, 29 oct. 1912, ibid.

65 10 et 11 avr. 1913, ibid.

66 Inspecteur général Tixier, Rapport du 19 mai 1925, ibid. On se reportera également à l’évocation saisissante, par L.F. Céline [25], de la « Cie Pordurière » qui exploitait « la naissance dans chaque tirailleur d’un client, combinaison commercialo-militaire, en somme, beaucoup plus moderne, plus hypocrite ».

67 Le « bal » remontait au 8 sept. 1926. Gide [165], pp. 87-92. Pierre Kalck [405], qui fut administrateur à Boda, eut encore l’occasion d’y rencontrer des Africains aux oreilles coupées « par la Société ». Il recueillit les révélations d’un informateur dont Gide avait respecté l’anonymat

68 Gide [165], p. 175.

69 Ibid., p. 181.

70 Ibid., pp. 159 et 186. II est regrettable qu’ait été apparemment perdue la correspondance échangée entre André Gide et le directeur général de la C.F.S.O., Jean Weber – correspondance dont a gardé le souvenir l’actuel P.D.G. de la Société mais que Weber emporta avec lui à sa retraite.

71 Il s’attira, le 8 févr. 1928, une vigoureuse réponse d’André Gide. Celui-ci avait également publié, dans la Revue de Paris du 15 oct. 1927, un article de fond sur « La détresse de notre Afrique équatoriale ».

72 L’attitude des sociétés concessionnaires vis-à-vis des indigènes, Rapport s.l.n.d. (1936), S.O.M., A.E.F., XV-39.

73 Toqué [212].

74 Gide [165], p. 78.

75 Gide, Retour du Tchad, Paris, éd. La Pléiade, 1954, pp. 1039-1040.

76 Le Code de l’Indigénat, toujours pour le même motif (« refus de payer l’impôt ») permettait d’infliger uniformément quinze jours de prison aux récalcitrants. En mars 1917 un habitant sur 50 de la subdivision de Madjingo était en prison pour cette raison. Rapport de synthèse des seize rapports détaillés de l’inspecteur Picanon, 1919, Aix, 3 D.

77 Sur la description et le fonctionnement de la piste des caravanes : Vennetier [322]. Sur les incidents de la mission Marchand : Michel [103], IIe Partie.

78 Dès 1900, le Comité d’Études et de Défense des Intérêts des Concessionnaires, réuni à Brazzaville le 10 mai, écoutait Henri Tréchot réclamer la réouverture de la route des caravanes. Le 13 mai, le même Comité soutenait un vœu analogue présenté par Ponel et adressé au C.G. et au président de l’U.C.F. Conc., XXV-D(2).

79 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

80 Rapport du capitaine Thomasset, Commandant du Cercle de Gribingui (Fort-Crampel), 1er janv. et 1er nov. 1901, G.C., XIX-4(b).

81 Ibid.

82 De Rolle, Rapport politique, Fort-Crampel, 30 mars 1902, Brazza 1905-I.

83 Avril et mai 1902, ibid.

84 Juin 1902, ibid.

85 Cahier de correspondance, Cercle de Krébedjé, chef du poste de Fort-de-Possel, signé P.N. Brazza 1905-1 et G.C., XIX-4(b).

86 2 205 en avril, 2 137 en mai.

87 Ces chiffres concernant les porteurs, livrés par l’administrateur en poste à la date correspondante, sont nettement supérieurs à ceux du bilan (en charges de 30 kg) dressé par l’administrateur Bobichon en 1904 :
Débit du portage entre les Ungourras et Fort-Crampel (Cercle du Gribingui) en charges de 30 kg*.
Image img03.jpg
* Bobichon, Commandant le secteur du Gribingui, Rapport du 1er sem. 1904, Brazza 1905-11.

88 Bobichon, Brazza 1905-I.

89 Instructions du Délégué permanent, texte cité par Bobichon, Rapport sur le portage, 1905, Brazza 1905-I. Un porteur recevait pour le trajet de Fort-Crampel à Nana (2 étapes : 55 km) 14 cuillerées à café de perles de 20 g chacune, à raison de 3 seulement au départ (2 jours de ration et un jour à vide) et 11 à l’arrivée. Au prix payé par l’Administration à la Cie Ouhamé-Nana (2,16 frs le kilo de perles), cela mettait à 0,6048 fr le salaire de deux jours de portage plus le retour à vide au village. Note, s.l., juil. 1905, Brazza 1905-II.

90 De Rolle, Commandant du Cercle de Fort-Crampel, Rapport de remise de service, 26 sept. 1902, G.C., XIX-4(b).

91 E. Merlin à C.G., Note, à bord de la Valérie, 27 mai 1905, Brazza 1905-II.

92 « Tout indigène envoyé au poste pour le plus futile prétexte est fusillé séance tenante. Quelquefois c’est une file entière qui y passe sans jugement [...]. Le Maart [...] te couvrira littéralement des cadavres sanguinolents de Proche, des crevages de faim, de chicotage jusques et y compris la crevaison... » Lettre de G. Bruel à A. Fourneau, citant une lettre de Toqué à lui adressée en juin, Fort-Archambault, 25 août 1903, Aix, Fonds Alfred Fourneau, 4 Y.

93 Le même au même, Rome, 17 févr. 1905, ibid. Gaud lui-même écrivit, quelques années plus tard, une étude sur les Mandja qui prouvait qu’il avait compris la responsabilité du système. [393] (notamment pp. 475-511, « Contact avec les civilisés ») et [394].

94 Britsch [143], p. 27.

95 Capitaine Mahieu, commandant la région du Haut-Oubangui, à Brazza, Mobaye 2 août 1905, Brazza 1905-I.

96 Administrateur de Fort-Crampel, Rapport politique, sept. 1902, Brazza 1905-I.

97 Mi-blanches, mi-rouges.

98 Le kilomètre revint à 371,75 frs. Les engagements furent portés de 10 à 15 jours et le salaire augmenté de 10 g de sel pour lutter contre les désertions. Ch. Bobichon, Rapport politique, 1er sem. 1904, Brazza 1905-I.

99 Ibid.

100 Janv.-févr. 1905, ibid.

101 Brazza à M.C., 10 janv. 1905, G.C., XLX-4(b).

102 Rapports du médecin aide-major Trautmann à Brazza, Nana, 10 juil., Ungourras, 12 juil. et Krébedjé, 17 juil. 1905, Brazza 1905-I.

103 Ch. Bobichon mit en regard le volume minimum de porteurs susceptibles d’être fournis par les différents groupements du Cercle de Gribingui (2 775 porteurs de janvier à juin) et la situation des transports effectués durant le premier semestre 1905 (5 276 porteurs ayant transporté 5 088 charges pour un salaire global de 6178,33 frs plus 433,26 frs de nourriture). Rapport sur le portage dans le Cercle du Gribingui, 1905, Brazza. 1905-I.

104 Capitaine Mahieu, Commandant de la Région du Haut-Oubangui, à Brazza, Mobaye, 2 août 1905, Brazza 1905-I.

105 Fin 1915, la colonie du Gabon avait fourni approximativement 30 000 hommes. Gabon, Rapport annuel, 1916, Aix, 4 (1) D.

106 Vingt jours de bateau de Bordeaux à Matadi. Deux jours de chemin de fer Matadi/ Kinshasa. Traversée du Pool. Dix jours de vapeur du Pool à Bangui. Deux jours de route Bangui/Batangafo. Huit à quinze jours de navigation Batangafo/Fort-Lamy. Mais une enquête révéla que l’on réceptionnait encore, en janvier 1922, à Fort-Lamy, du matériel expédié de France en 1920. Cabot [437], pp. 164-165

107 Gide [165], p. 74.

108 Oubangui-Chari, Rapport économique, 1925, Arch. C.G.T.A.E., Brazzaville.

109 De même qu’en pays de forêt, partout où n’existait pas de voies fluviales. En 1926, le Gabon comptait seulement 12 km de route carrossable. Gide [165], p. 74.

110 Gide [165], pp. 163-164.

111 Sautter [273].

112 Carte des circonscriptions d’origine des travailleurs et du rapport des années d’absence au chiffre de la population masculine adulte, ibid., pp. 260-261.

113 Ibid., p. 250.

114 Soit, au total, près de 15 000 morts, ibid., p. 269.

115 Ibid., pp. 271-285.

116 Ibid., p. 291.

Table des illustrations

Légende Carte 11. La concession de la M’Poko. (D’après les dossiers de la Cie, Conc., XXXVIII.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 982k
Légende Graphique 1. Factorerie de Salanga : consommation des munitions et production de caoutchouc.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540