Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930. Tome 1

 | 
Catherine Coquery-Vidrovitch

II. Prinicipes et modalités le « système »

Chapitre VI. Le mécanisme de la traite

Texte intégral

1La contrainte, dont nous avons précédemment analysé les divers aspects, était la condition sine qua non d’une traite rentable. Elle dispensait en effet de renchérir sur les prix offerts aux Africains en échange de leurs produits. Or, plus les prix d’achat étaient faibles, plus les bénéfices étaient élevés. Ces pratiques aboutirent en ce pays déshérité à la négation de la mise en valeur. L’objectif était le suivant : importer les marchandises les plus médiocres et les plus surévaluées possible, et les échanger en Afrique contre des produits très sous-estimés. Le gain était double :

  • sur la valeur des marchandises,
  • sur la valeur des produits.

I. LES MARCHANDISES

1. Les types de marchandises

2Les marchandises se répartissaient en trois catégories principales :

  • 1 Sautter [313], p. 37.

3Les étoffes, poste majeur, venaient surtout de Grande-Bretagne. Les arrivages en provenance de territoires africains (Nigeria, Soudan, Afrique du Sud) se firent progressivement de plus en plus importants. Mais les importations hollandaises, qui dominent aujourd’hui, furent postérieures à la période. C’était des cotonnades dites guinées les plus variées (coton écru, rayé bleu et blanc – nicanées des Popo – ou rouge, indiennes imprimées, andrinoples), des pagnes et toiles, foulards, mouchoirs et couvertures, voire des bonnets et slips de bain qui commençaient, pour les hommes, à remplacer les pagnes traditionnels en fibre d’écorce. Elles constituaient dans beaucoup de régions, avec le nombre de femmes, une démonstration de richesse : c’était traditionnellement le cas en pays téké, où « les morts surtout contraignaient les vivants à d’immenses destructions de biens. Ils étaient enfouis avec une bonne partie de ce qu’ils possédaient, emballés dans une énorme quantité de tissus [...]. Pour ensevelir un muvana onkoo, il fallait jadis, en sus des pagnes de raphia et des nattes de pays, jusqu’à cinq bankami (les fameuses ’couvertures rouges’, insigne d’autorité) et soixante-dix à quatre-vingts kongassi (pagnes rouges). Quant aux rois, leur emballage mortuaire immobilisait des centaines de pièces de tissus de traite... Voici peu d’années, Ngwayolo, descendant du dernier uganzinèmou en titre, a été porté en terre enroulé dans quinze pagnes, soixante couvertures ordinaires et, trésor inestimable, trois couvertures rouges d’autrefois. »1

  • 2 Troisième mission Brazza, dite de l’Ouest Africain, Inventaire, 15 juin 1885, S.O.M., Mission 38.

4Le commerce des étoffes, qui s’est d’ailleurs maintenu et même renforcé jusqu’à nos jours, était ancien : dès 1884, deux ans avant la fondation de la colonie l’Administration de Brazza estimait les besoins du Congo pour l’année à 60 000 m d’indienne « à porteur » destinée à payer les salariés de la mission française, 20 000 m de coton blanc et 40 à 50 000 m de belles étoffes assorties pour les chefs ; c’était alors, de loin, le poste le plus important des dépenses (400 000 frs)2.

  • 3 Elles « ont hérité de tissus invendables sur le territoire du Congo Belge, je le tiens des commerç (...)

5D’une façon générale, les tissus étaient de mauvaise qualité ; certaines compagnies s’approvisionnèrent dans les stocks de rebut qui n’avaient pu trouver preneur dans l’État Indépendant du Congo3. Le groupe Gratry de Roubaix écoulait sur sa concession de la M’Poko le résidu de ses manufactures métropolitaines ; la moindre de ces opérations était bénéficiaire, puisque la mévente de ces tissus de qualité inférieure aurait entraîné, sinon, une perte sèche.

6La quincaillerie était surtout originaire d’Allemagne. C’était l’étain (article le plus recherché après les tissus et le sel), des machettes et couteaux, fil et aiguilles, casseroles et cuvettes émaillées, etc. Il faut y ajouter les boîtes de conserves, en majeure partie britanniques (saumon, « corned beef », etc.), qui étaient presque aussi recherchées vides que pleines, car elles servaient alors de récipients.

7Les produits alimentaires enfin étaient de provenance variée. Au sel – fondamental – et aux conserves s’ajouta bientôt le riz, à mesure que le besoin croissant de main-d’œuvre obligea de concentrer des approvisionnements plus considérables que ne pouvait en offrir l’autosubsistance traditionnelle. Les alcools de traite (alougou) étaient importés de France et d’Allemagne (c’était généralement un mélange d’eau-de-vie et de tafia c’est-à-dire de genièvre coloré au caramel, au goût relevé par des grains d’anis). La colonie importait, en année moyenne, entre 3 et 500 000 l d’alcool. Le Gabon n’était pas compris, en effet, dans le Bassin conventionnel du Congo, et les mesures contre la vente des alcools prises par la Conférence de Berlin de 1885 ne le concernaient pas.

  • 4 Colonie du Gabon, Rapport d’ensemble, 2e sem. 1904, Paris, 1905, p. 86.
  • 5 Arrêté du 12 oct. 1899, Libreville, J.O.C.F., 1e r nov. 1899, p. 14.
  • 6 Arrêté du 20 déc. 1900, Libreville, avec effet au 1er avr. 1901, et prohibition définitive au 1er (...)
  • 7 Acte de Bruxelles, art. 92, convention du 8 juin 1899 ratifié par décret le 8 juin 1900, J.O.C.F., (...)
  • 8 Arrêté du 24 déc. 1901, J.O.C.F., 28 déc. 1901.

8Dès l’origine du régime, on s’était inquiété de restreindre la consommation « effrayante » des populations côtières : Loango, Cama, M’Pongwé4. On avait au moins interdit la circulation et la vente de l’alcool dans l’Ogooué au-dessus de Lambaréné, dans le bassin de la N’Gounié et dans le Rembo N’Coni jusqu’à Fernan-Vaz5. La prohibition fut étendue à la région de Brazzaville en 19016. En même temps-les droits d’entrée furent alourdis : dans la zone méridionale relevant du Bassin conventionnel du Congo, les taxes avaient été fixées à 70 frs par hectolitre à 50°, ou 1,40 fr par degré, en application de l’Acte de Bruxelles7 ; elles furent portées dès 1900 à 90 frs par hectolitre8, c’est-à-dire au même taux que dans le reste de la colonie. Le frein ainsi imposé à l’importation fut sensible, mais non décisif ; les importations baissèrent de moitié entre 1900 et 1901. Mais à peine une demi-douzaine d’années plus tard, les importations étaient remontées à plus de 700 000 1 sous l’impulsion du commerce libre :

  • * [16]. La presque totalité de ces chiffres intéresse les alcools de traite. Il faudrait en déduire (...)

Alcools importés*.
(en litres)

Alcools importés*.(en litres)

9L’alcoolisme, qui sévissait au Gabon depuis l’apparition de la traite européenne, n’a fait jusqu’à nos jours qu’accroître ses ravages. Jusqu’à la première guerre mondiale, l’État fut partagé entre son désir de réprouver ce fléau et la tentation d’utiliser l’accroissement des droits perçus sur l’alcool pour asseoir l’équilibre du budget. L’arrêté du 28 septembre 1909 interdit formellement la vente aux Africains d’alcools supérieurs à 60° ; mais comme les alcools de traite ne titraient en moyenne que 45°, il s’agissait d’une clause de style. Certes, le Gouverneur général se réservait le droit d’interdire la vente des boissons de traite partout où il le jugerait nécessaire. En attendant, l’article 4 qui abrogeait « toutes dispositions contraires au présent arrêté » annulait les mesures de prohibition appliquées précédemment en amont de Lambaréné sur l’Ogooué et de Kongo sur le Como. En dépit des hausses douanières successives, le commerce recommença d’inonder le bas Congo de ses alcools. Dans l’arrière-pays, l’Administration n’était pas toujours hostile à l’introduction d’une denrée qui, dans certains cas, favorisait sa politique : ainsi à Ouesso, sur la Sangha, le droit de vendre de l’eau-de-vie était la seule supériorité des commerçants français sur leurs concurrents allemands mieux achalandés :

  • 9 L. Famechon, chef du service des Affaires économiques, en mission, au G.G., Ouesso, 24 oct. 1913, (...)

« Pour obtenir du traitant, à titre de cadeau, le petit verre d’eau-de-vie dont ils sont très friands, les Noirs consentent à faire leurs achats sur place au lieu d’aller faire leurs achats à N’Gali, M’Birou, Tiboundi ou Molundou, si la différence entre les prix de vente locaux et ceux de ces centres n’est pas trop considérable. »9

10L’administrateur local se récriait en 1911 contre son prédécesseur, qui avait « entravé les affaires » en interdisant le commerce des alcools parfumés à l’absinthe ou à d’autres essences, même s’ils titraient moins de 60°. Il arguait du prix élevé de la boisson (14 frs la bouteille de rhum de 80 cl) pour réfuter le danger de propagation de l’alcoolisme.

Importation des vins ordinaires.
(en milliers de litres)

Importation des vins ordinaires.(en milliers de litres)
  • * Années 1900 à 1914 : [16].

11Note**

  • ** Les chiffres manquent, ou sont indiqués seulement en valeur et non en quantité.

12Note****

  • *** [15].

13Note******

  • **** Annuaire statistique de l’A.E.F. [12], p. 267. Les importations d’alcools réapparurent seulement da (...)

14Note********

  • 10 Note pour M.C., 3 févr. 1913, Conc., L(3).
  • 11 Seule est autorisée la vente, le samedi exclusivement, d’un nombre contingenté de canettes de bièr (...)
  • 12 Angoulvant [57], p. 71.
  • 13 La mesure était une application de la convention sur le régime des spiritueux en Afrique conclue l (...)

15Une seule Société s’enorgueillit d’avoir toujours préservé son territoire de cette plaie : la Société du Haut-Ogooué. Mais, dans les factoreries qu’elle entretenait en dehors de sa concession, elle se réservait le droit « de suivre les concurrents et de vendre aux indigènes les boissons de traite qu’on leur offre de tout côté – tout en tenant à honneur de protester à cet égard »10. On doit noter qu’aujourd’hui encore, fidèle à sa tradition, la Société S.H.O.-Bois interdit sur ses chantiers forestiers la vente, par les boutiques S.H.O.-Commerce, de boissons alcoolisées11. Ailleurs, il fallut attendre l’après-guerre pour voir le Gouverneur général Angoulvant entreprendre la lutte contre l’alcoolisme, « fléau redoutable par son extension rapide, ses conséquences déplorables sur la natalité et les ravages qu’il cause en pays noir »12. Le 8 novembre 1919, il interdit aux Africains la vente et la consommation de tout alcool « aussi bien d’importation que de fabrication locale », y compris le vin de palme (dont la production, la circulation et la vente furent condamnées par l’arrêté du 31 décembre suivant). Malgré les dérogations prévues à l’occasion de fêtes ou de cérémonies coutumières, cette dernière mesure était difficilement applicable et d’autant moins logique qu’en revanche toute liberté était laissée aux « boissons hygiéniques » : vins et bières titrant moins de 15°13.

16Dans les statistiques, le volume des « vins ordinaires » fit plus que doubler l’année suivante et progressa régulièrement à partir de 1925, comblant ainsi la place laissée vide par les eaux-de-vie d’importation, malgré un nouveau relèvement des droits d’entrée sur l’alcool.

17Cependant deux sortes de marchandises disparurent progressivement du marché pour des raisons opposées : les armes et la pacotille.

18L’importation des fusils de traite fut limitée par les nations européennes, pour des raisons évidentes de sécurité. En 1890, l’Acte Général de Bruxelles, ratifié par la France en 1892, en avait restreint et, dans certains cas, interdit le commerce. Le décret de concession stipula d’ailleurs :

« Le commerce des armes à feu et des munitions est formellement interdit à la société concessionnaire et à ses agents, sauf dans le cas où ils seront autorisés par le Gouverneur à se livrer à ce commerce sous le contrôle des agents de la Colonie. »

19Cependant, le Congo importait alors environ 20 000 fusils à silex et 150 t de poudre par an :

  • 14 [16].

Importation des armes et de la poudre de traite en A.E.F.14

Importation des armes et de la poudre de traite en A.E.F.14
  • * [16].

20Note**

  • ** Dont 900 fusils à destination du Tchad, mais pas nécessairement « de traite ».

21Note****

  • *** *** Dont, à partir de cette date (sauf en 1914 où 3,7 t furent expédiées au Gabon), la quasi-totali (...)

22Note******

  • 15 Pour l’usage des armes à feu dont l’introduction était autorisée dans le Bassin conventionnel du C (...)
  • 16 1re catégorie : armes de salon, comprenant les Flobert, les pistolets et revolvers ; 2e catégorie  (...)
  • 17 Décret du 21 août 1903 réglementant l’introduction et la vente des armes à feu et des munitions au (...)
  • 18 Dont les vieux fusils modèle 1866-1874 (Chassepot) venaient d’être remplacés, notamment dans les p (...)
  • 19 La capsule, inventée en 1818, mise en service en Angleterre à partir de 1828, permettait la mise à (...)

23En principe, l’introduction des armes dites « perfectionnées » était strictement limitée. Le permis de port d’armes avait été institué en 189915 et ses règles précisées en 1901, au grand dam des concessionnaires16. Les fraudes incitèrent en 1903 le Gouvernement de la colonie à préciser minutieusement la réglementation17 : l’introduction et la vente des armes étaient interdites, à l’exception de celles destinées aux troupes et à la police18, ou sur une autorisation individuelle exceptionnelle. Toutes les armes perfectionnées et leurs munitions devaient être enregistrées dans les trois mois, les Africains détenteurs d’une arme à feu, quelle qu’elle fût, devaient la déclarer et la faire estampiller. Les contrevenants s’exposaient à des peines sévères : de mille à deux mille francs d’amende ou de trois à douze mois de prison. Seules pouvaient être autorisées, par le Commissaire général, l’importation, la vente, le transport et la détention des poudres communes dites « poudres de traite » et des fusils à silex non rayés, c’est-à-dire le vieux modèle, antérieur à 1842, à pierre ou à capsule19.

  • 20 Rapport de l’Inspecteur général Frézouls, Brazzaville, 31 mars 1911, Conc., IV-9. « Nous nous trou (...)

24Le Protocole signé à Bruxelles le 22 juillet 1908, pour une première période de quatre ans, à compter du 15 février 1909, prohiba définitivement « l’importation, la vente et la détention d’armes destinées à l’usage des indigènes ». Les chiffres chutèrent brutalement, mais pour peu de temps, du moins pour les fusils (30 000 en 1908 et 23 000 en 1909, 215 seulement en 1910, mais déjà près de 9 000 l’année suivante). Deux raisons à cela : le commerce des fusils, capsules et poudre était depuis l’origine, au Gabon, l’un des éléments d’échange fondamentaux avec les Fang (l’autre étant l’alcool). Leur usage n’était d’ailleurs pas exclusivement réservé à la guerre. Un administrateur soulignait judicieusement, en 1911, leur utilité : depuis que les Gabonais ne pouvaient plus ni entretenir leurs armes, ni les remplacer, ils étaient contraints, pour se procurer de la viande, ou pour détruire les animaux qui ravageaient leurs plantations, d’en revenir aux procédés traditionnels, pièges et chasse à la sagaie20.

  • 21 Mobaye à M.C., Paris, 9 févr. 1903, Conc., XXVII-A. L’autorisation fut accordée le 19.
  • 22 500 cartouches destinées à l’usage personnel de l’agent Valenti. C.G. à M.C., Brazzaville, 14 févr (...)
  • 23 Affaire Yaka, Abéché (Tchad), 1913-1914. Vols d’armes et de munitions par les auxiliaires de polic (...)

25Les fusils étaient surtout la seule marchandise d’échange volontiers acceptée contre l’ivoire. Aussi donnèrent-ils lieu à une contrebande intense. Le plus souvent, les armes étaient introduites sous le couvert de la chasse ou de la défense. Les premières années, il s’agissait d’une simple formalité. En 1903, la Mobaye obtenait le permis d’importer 10 fusils Albini et 6 000 cartouches pour assurer l’armement de ses « agents Blancs – qui laissait beaucoup à désirer »21. En 1906, la C.C.C.C.F. introduisait pour le même motif des cartouches de chasse22. Mais les armes dûment enregistrées disparaissaient le plus souvent des magasins et des inventaires sans laisser de traces. Dans certains cas, il s’agissait seulement de rapines : ainsi la bande de gardes sénégalais qui opéra, cinq mois durant, dans les magasins d’Abéché confiés à leur garde23.

  • 24 Vol de sept fusils à tir rapide par l’ex-sergent de l’Infanterie coloniale Grandvaux avec la compl (...)
  • 25 R.G., S.C., 1910, Conc., IV-9.
  • 26 Affaire découverte par le capitaine Modat et enquête judiciaire du Juge de paix de Bangui, R.G., S (...)

26Les vols étaient parfois organisés par les agents Européens24. Enfin la contrebande proprement dite sévissait partout : dans la Haute-Mossaka, la S.H.O., la Ngoko-Sangha et la Cie Française du Haut-Congo s’accusèrent mutuellement de faire commerce de poudre et de fusils. L’enquête prescrite fut impossible à mener, en raison de l’inoccupation du pays et de l’impossibilité d’obtenir les précisions nécessaires des populations locales25. Dans l’Oubangui-Chari, après la prise de Ndélé, on retrouva dans le tata du sultan Senoussi la correspondance de Cauderatz, agent du Kouango, et d’un employé de la Brazzaville (Pochard) où « les fusils seraient désignés sous le nom de bois et les caisses de : = seraient des caisses de cartouches »26. Ce commerce illicite atteignit son point culminant dans le Haut-Oubangui, où la force des sultans reposait précisément sur la qualité de leur armement. Grâce à leurs contacts avec les Égyptiens ou les officiers de l’État Indépendant, les sultans avaient précocement bénéficié d’armes perfectionnées. Ils avaient, de cette façon, vendu leurs services à la mission Marchand, et méprisaient les caducs fusils à silex en faveur des fusils à piston dont la prohibition ne fit qu’augmenter la valeur.

27Sémio était le mieux armé des sultans :

« En principe, tous les fusils en service appartiennent au sultan, qui les confie à ses chefs pour armer les bazinguers. En plus [...], le sultan possède dans sa zériba un arsenal complet sur lequel il est impossible d’avoir des renseignements. »

28Le total des fusils recensés par l’Administration française atteignait près de 1 400 pièces :

  • * Nombre de fusils de tous modèles (Gras, mousquetons, Albini, fusils à tabatière, Chassepot, Remingt (...)

29Note**

30En comptant ses réserves, Sémio disposait probablement au moins du double :

  • 27 Rapport du Commandant du Cercle de Sémio au Commissaire du Gouvernement dans l’Oubangui, 4 août 19 (...)

« En 1895, il m’a déclaré avoir 3 000 fusils dont la moitié à tir rapide. J’ai constaté moi-même que sur tous les hommes rassemblés chez lui en ce moment, il n’y en avait pas plus d’un tiers armés de fusils à piston. On y voit surtout des Remington, tous une médiocre transformation du fusil Chassepot en fusil tirant une cartouche étui métallique, et beaucoup de fusils Albini. La baïonnette est inconnue. »27

  • 28 Rapport sur les compagnies concessionnaires de l’Oubangui-Chari, 1905, Brazza 1905-IV.
  • 29 Quant à Bangassou, il n’en avait alors que 40 dont 13 en mauvais état. Dampierre [384], p. 466.
  • 30 État dressé par le sergent Paulin, Commandant du Cercle de Rafaï, sept. 1907, Rapport S.S.S., 1908 (...)

31En quelques années, les activités de la Cie des Sultanats, en important pour ses échanges un minimum de 4 200 fusils à silex et de 26 t de poudre28, permirent à son voisin le sultan de Rafaï – qui possédait seulement, avant le passage de Marchand 300 mauvais fusils29 – de l’égaler : en 1907 on comptait en circulation, dans trente-deux villages recensés, 2 041 fusils, dont 1 549 à piston, un seul à pierre, et le restant à tir rapide30.

  • 31 L’abus avait été signalé dès 1902 au Ministre qui prescrivit une enquête et, la fraude une fois co (...)
  • 32 L’inspecteur Siadous interrogea à Rafaï le Zandé Bazonna qui lui raconta son voyage en France, en (...)
  • 33 Matériel entré à Sémio le 31 janv. 1905, remis au sultan le 31 mars. Livre-Journal de la factoreri (...)
  • 34 Rapport sur les compagnies..., 1905, op. cit.

32La Cie des Sultanats mit en place une véritable industrie de transformation des fusils à pierre en fusils à piston. Pour éviter de se mettre elle-même en infraction31 elle forma à cet usage des artisans dépendants des sultans : trois Africains, un par Sultanat, furent expédiés subrepticement par le directeur de la Société (Charles Pierre) à Hambourg, par la voie du Nil. Ils revinrent au bout de six mois, ayant appris le métier32. La Compagnie leur fournit, en 1905, l’outillage nécessaire (perceuses, taraudes, filières, limes, etc.) importé sous le couvert de servir à la réparation des baleinières33. Quant aux pièces à adapter sur les fusils malformés (cheminées, chiens), elles furent, dès 1902, introduites en fraude en raison de leur volume réduit34. Ainsi le directeur Wahl-Sée put-il, afin de lever la prohibition des fusils retenus en douane à Brazzaville, affirmer sur l’honneur le 13 mai 1907 :

« Je soussigné, sous-directeur de la Cie des Sultanats du Haut-Oubangui, m’engage formellement et sur l’honneur [...] à ne transformer aucun fusil à silex en fusil à piston, et à ne laisser rentrer dans la concession susdite aucune pièce de rechange et aucune capsule. »

  • 35 Des 353 armes à tir rapide dont faisaient état les statistiques de la Douane, le directeur de la C(...)

33Les fusils à tir rapide donnèrent également lieu à une fraude de moindre volume, mais qu’il est évidemment très difficile de chiffrer35. Les inspecteurs décelèrent, çà et là, la vente aux Africains de fusils Gras, Albini et Remington, et surtout le trafic de pièces de rechange (ressorts de platine, à boudin, vis), « toutes pièces délicates, dont la détérioration immobilise l’arme, et que les indigènes ne peuvent eux-mêmes fabriquer [...]. Il est permis de supposer que d’assez fortes provisions de pièces de rechange sont entre les mains des sultans et de leurs principaux chefs [...]. Leur armement est certainement entretenu en bon état, et les espoirs que nous aurions pu légitimement former, alors que, contraints, nous faisions assez chichement cadeau aux Sultans de quelques armes à tir rapide, de croire que le temps les détruirait peu à peu certainement, sont devenus chimériques par le fait de la Société. »

  • 36 Interrogatoires sur les « boutons de cuivre », Sémio, nov. 1907, Rapport S.S.S., 1908, op. cit.
  • 37 A titre d’exemple : le 8 juil. 1905, la factorerie acheta 416 kg d’ivoire contre 955 « gros bouton (...)

34Enfin les cartouches furent à l’origine d’un trafic considérable. Dès 1904, on écarta par prudence des livres de compte le terme de « cartouches Gras » pour lui substituer celui de « gros boutons de cuivre »36 Pour la seule factorerie de Sémio, on en vendit près de 17 000 de 1901 à 1907, « pour achats d’ivoire et de caoutchouc et pour transports et cadeaux »37 :

Cartouches Gras vendues par la factorerie de Sémio.
(unités)

Cartouches Gras vendues par la factorerie de Sémio.(unités)
  • 38 Dans le magasin général de la factorerie de Bangassou, trois caisses contenant respectivement 3 00 (...)
  • 39 Affaire de l’adjudant Decaen, du poste de Bangassou, qui en 1901 échangea avec la factorerie 16 00 (...)
  • 40 Circulaire sur laquelle s’appuya l’administrateur de la Région du Haut-Oubangui pour céder 1 500 c (...)
  • 41 Rapport sur les compagnies..., 1905, op. cit.
  • 42 M.C. aux S.S.S., 3 août 1908, Rapport S.S.S., 1908, op. cit.
  • 43 Ibid.

35La Société n’hésita pas, à plusieurs reprises, à fausser les inventaires38, quitte à corrompre certains fonctionnaires pour se procurer la marchandise39, grâce à une vieille circulaire de 1904 qui permettait « aux administrateurs de région de céder aux sociétés concessionnaires se trouvant sur leur territoire des cartouches Gras de nos magasins »40. Ces fraudes furent découvertes seulement en 1907-1908. Le Ministère prit des mesures énergiques : alors que le précédent Commissaire général, Gentil, avait autorisé l’introduction de 1 000 fusils, sous réserve qu’ils seraient écoulés en trois ans concurremment avec des étoffes et des perles41, un nouvel arrêté « interdit d’une façon absolue l’introduction des armes et des munitions dans le Haut-Oubangui, et par suite dans la région occupée par la Cie des Sultanats »42. Mais la contrebande demeura intense même après l’interdiction définitive du commerce des armes : « Je sais pour ma part que les agents de l’État écoulent des capsules et des fusils à piston dans leurs achats d’ivoire. Le paiement est fait en marchandises, mais lorsque la quantité d’ivoire est suffisante, quarante kilos pour certains, le vendeur reçoit en cadeau un fusil à piston. [... Quant à la Cie des Sultanats, elle] glane très largement sur le territoire de l’État, et toutes les factoreries échelonnées sur le M’Bomou, et même peut-être celles de l’intérieur, Kaka par exemple certainement, traitent couramment avec les chefs de l’État Indépendant. »43

  • 44 20 caisses de 25 boîtes d’un kilo de poudre
    2 000 cartouches de chasse calibre 12
    1 000 cartouches d (...)
  • 45 La Brazzaville à M.C., 25 avr. 1911, Conc., XXVII-B(3).
  • 46 La Brazzaville à M.C., 24 mai 1911, ibid.
  • 47 Le G.G. Merlin confirma, le 19 septembre 1911, à M.C. « ne voir aucun inconvénient à l’autorisatio (...)

36Après 1909, le seul moyen d’importer des armes était de le faire sous le couvert de l’usage personnel des agents (chasse ou défense). Malgré les contrôles, il semble qu’il y eut des fuites : en 1911, par exemple, le Ministère jugea excessive la demande de permis présentée par la Brazzaville pour faire transiter par l’État Indépendant des munitions destinées à Bangui44. Après avoir d’abord assuré que ces marchandises « ne seraient pas mises dans le commerce »45, la Compagnie avoua qu’elle disposerait de la poudre de traite « comme d’habitude, sous les yeux de l’Administration »46. La colonie accorda cependant le permis47.

  • 48 S.S.S. au Lieutenant-gouverneur, Brazzaville, 25 août 1901, Conc., XIV-B.

37Cependant, les négociants substituèrent progressivement au trafic des armes, trop risqué, celui de l’or, qui permettait aux sultans d’acquérir les fusils convoités sur la rive belge ou, mieux encore, par l’intermédiaire de traitants arabes ou britanniques, sur le Nil ou sur la côte orientale d’Afrique, régions nullement gênées par l’Acte Général de la Conférence de Bruxelles48.

  • 49 Arrêté du G.G., 31 juil. 1913, Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D. A Ouesso, on souha (...)

38Dès lors, le Gouvernement local ne vit plus la nécessité de maintenir la prohibition dans toute sa rigueur. Une fois de plus, l’argument fut celui d’un Trésor aux abois ; la fraude, impossible à réprimer absolument, privait la colonie d’appréciables recettes douanières49 :

  • 50 Le contingentement fut supprimé par le décret du 7 sept. 1915, promulgué par l’arrêté du 13 oct. 1 (...)
  • 51 Coût du permis :
  • 52 Recensement nominatif des détenteurs d’armes de traite, au 31 déc. 1913, Moyen-Congo, Rapport géné (...)
  • 53 Dont 9 armes perfectionnées. Situation des armes et munitions de traite au 31 déc. 1923, Moyen-Con (...)
  • 54 Oubangui-Chari, Rapport annuel, 1920, Aix, 4 (3) D.

39Le Protocole de Bruxelles fut donc dénoncé par la France à compter du 15 février 1913 et remplacé par le décret du 9 avril suivant : dorénavant, le Gouvernement local pouvait déterminer, chaque année, les régions pacifiées où le commerce d’un nombre d’armes de traite contingenté était autorisé50. Des autorisations d’achat étaient accordées aux seuls Africains « présentant des garanties suffisantes » et préalablement munis d’un permis de port d’armes qui donnait également lieu à la perception d’une taxe51. Sans jamais atteindre les proportions du commerce d’avant-guerre, le trafic des fusils de traite se prolongea durant toute la période. Mais pour limiter l’armement indigène, l’arrêté du 3 février 1920 fixa le nombre maximum de permis à la moyenne d’une arme pour 25 habitants, tandis que les administrateurs recevaient la tâche de répertorier, voire de confisquer les fusils existants. A partir de cette date, le chiffre parait être demeuré remarquablement stable : au Moyen-Congo, on dénombrait aux mains des Africains 11 791 fusils en 191352, contre seulement 10 073 en 192353. De la même façon, les 7 273 fusils (dont seulement 5 746 de traite et les autres à tir rapide) recensés en 1920 en Oubangui-Chari équivalaient, à peu de choses près, à ceux introduits par les sultans au début du siècle54.

  • 55 Mais en valeur 35 000 frs seulement contre 400 000 frs de tissus, en raison du prix de revient dér (...)
  • 56 Leur commerce était encore attesté dans la Sangha vers 1913. Note de l’administrateur-stagiaire Da (...)

40La pacotille disparut du marché pour une raison opposée. Le commerce des grelots, sonnettes, pipes, flûtes, petits miroirs, pots de pommade, perles, etc., avait constitué, du xve au xixe siècle, un des postes majeurs de la traite, au même titre que les tissus, les armes ou l’alcool. En 1883, il constituait encore en volume le tiers des apports de Brazza55. Mais dès le début du xxe siècle, les Africains avaient fait le partage entre la camelote qui avait émerveillé leurs ancêtres, et les articles de première nécessité – bougies, allumettes, savon, aiguilles, articles en fer – qu’ils recherchaient désormais. Seules les perles subsistèrent tardivement56.

  • 57 Cosmidis, agent de la factorerie de Mowanda, au directeur de la Mobaye, Mowanda, 12 juin 1903, Con (...)
  • 58 Le même au même, 22 oct. 1903, ibid.

41Ce saut, les compagnies concessionnaires ne surent pas le faire. Peu disposées à faire un effort d’adaptation, elles partaient du principe que les Africains étaient des brutes susceptibles d’accepter n’importe quoi. Les comptoirs de l’intérieur étaient les plus mal pourvus : deux ou trois sortes d’étoffes, un peu de quincaillerie, des perles, des ceintures, des allumettes et des bougies, du sucre, du sel, quelques conserves et un peu de parfumerie à bas prix composaient, au mieux, tout leur avoir. Les factoreries s’encombrèrent tardivement d’un stock inutile. L’agent de la Mobaye s’en avisait dès 1903 : « A part les tissus, le restant n’a pas grande valeur. Les perles rubis ne passent plus. Nous n’avons pas de fusils à piston, de poudre, de capsules, et dans ces conditions, il est matériellement impossible d’acheter de l’ivoire. »57 Il n’avait d’autres recours que de payer « avec des briques de savon et des caleçons de bain » le personnel africain qui refusait dorénavant les articles de bimbeloterie58.

42Ce qui est plus grave, c’est que pour éviter des pertes dans l’immédiat les Sociétés s’obstinèrent à vouloir écouler à tout prix leurs articles périmés. Tous les rapports le signalaient. En 1909, par exemple :

  • 59 R.G., 1909, op. cit.

« Les Sociétés concessionnaires auront un réel avantage à liquider à n’importe quelles conditions et à faire totalement disparaître, à brève échéance, de leurs établissements, tout le stock suranné des approvisionnements qui y sont en dépôt. »59

43En 1910 :

  • 60 R.G., 1910, op. cit.

« Beaucoup de factoreries [du Moyen-Congo] ne possèdent que d’anciens stocks de marchandises avariées ou ne répondant pas exactement au goût de leur clientèle. »60

44En 1912 encore :

  • 61 R.G., 1912, op. cit.

« Les Sociétés encombrent leurs magasins d’articles n’ayant plus cours. »61

2. Les prix

  • 62 R.G., 1910, op. cit.
  • 63 Moyen-Congo, R.G., S.C., 1914, Aix, 8 Q.

45D’une façon générale, les factoreries étaient mal approvisionnées, les marchandises étaient mal choisies et de qualité médiocre. Or les inspecteurs constataient que chaque fois qu’elles étaient de valeur, elles se vendaient facilement : en 1910, par exemple, l’Ouhamé-Nana fit un essai concluant en renonçant aux articles dits « de traite » en faveur de marchandises utiles (sel, étoffes de qualité, bougies, allumettes, cassonade) à des prix raisonnables62. En 1914, à Makoua, le chiffre d’affaires de la factorerie passa de 1 000 à 3 ou 4 000 frs par mois lorsque l’agent général consentit à baisser des prix jusqu’alors prohibitifs : à 45 frs la dame-jeanne de 20 1 de vin ou à 1,50 fr le kilo de farine, il trouvait soudain preneur pour ses vivres d’Europe63.

46Les tarifs étaient en effet excessifs. Certes, les prix de revient (y compris l’emballage, le transport et les taxes diverses) étaient élevés. Mais ils seraient demeurés abordables si les Compagnies n’avaient exigé des marges bénéficiaires énormes.

  • 64 R.G., S.C., 1912, op. cit.

47Sur le territoire de la S.H.O., la valeur variait en fonction de l’éloignement : le chef de cercle fixait le prix de vente aux factoreries de l’intérieur des marchandises reçues de France, en majorant leur prix de revient de 40 %. Les gérants des factoreries ajoutaient 40 à 60 %, plus 25 % pour leur bénéfice personnel ; les traitants noirs prélevaient à leur tour leur gain, en fonction du caoutchouc qu’ils devaient fournir en retour. Rien d’étonnant à ce qu’on en fût arrivé à échanger un kilo de caoutchouc (d’une valeur de 15 frs environ en Europe) contre un kilo de sel (25 centimes en Europe) ou deux aiguilles. Et l’inspecteur de conclure : « Grâce à ces méthodes regrettables et à son monopole, les affaires de la Société sont prospères. »64

  • 65 Rapport de 1912 cité par Laperge, Rapport sur l’Al-Ké-Lé, 1928, op. cit.
  • 66 Factorerie de Gambona, Rapport du Chef de Circonscription Alima-Léfini. 3e trim. 1926, cité par La (...)

48Ces procédés n’avaient rien d’exceptionnel. Les marchandises étaient immuablement les mêmes. « Elles sont hors de prix, [un prix] excessivement élastique, et ne correspondent pas aux besoins des indigènes. »65 Sur le territoire de l’Al-Ké-Lé, le prix du sel atteignait 7 frs le kilo66.

  • 67 Le procédé fut encore utilisé, en 1919, par la C.F.H.C., qui en raison de la dévaluation haussa br (...)
  • 68 La mesure n’affectait, en effet, ni les travailleurs des factoreries, ni les pagayeurs de la Socié (...)

49Aux Sultanats du Haut-Oubangui, la direction décida brutalement, le 25 décembre 1906, de majorer unilatéralement le prix de toutes ses marchandises de 120 %67. Cette mesure eut pour effet de renforcer l’emprise de la Société sur le pays, en défavorisant tous les agents de l’Administration, noirs (miliciens ou tirailleurs) et blancs68.

  • 69 Prix de revient d’un kilo de sel rendu à Ouango, aux portes des Sultanats :
    (...)

50Le prix de revient d’un kilo de sel, largement calculé, était alors estimé sur l’Ou-bangui à 1,25 fr69. Il était jusqu’alors vendu 2,50 frs, ce qui représentait déjà un bénéfice substantiel. Il passa d’un seul coup à 5 frs. De même, la pièce de 8 m de cotonnade vendue 8,55 frs passa à 19,70 frs, et tout à l’avenant. Le prix des marchandises aux Sultanats devenait ainsi largement supérieur à ceux de la Compagnie voisine de l’Ou-hamé-Nana :

  • * Extrait du rapport S.S.S., 1908, op. cit.

Valeur en francs de quelques marchandises vendues par la Cie des Sultanats**.

Valeur en francs de quelques marchandises vendues par la Cie des Sultanats**.
  • ** Poste (sur le M’Bomou) le plus occidental des S.S.S.

51Note****

  • *** Après la protestation de l’inspecteur, qui obtint du directeur Wahl-Sée, à son passage à Bangassou, (...)

52Note******

  • 70 R.G., S.C.,1914, op .cit.
  • 71 Ibid.

53Le procédé n’avait rien d’exceptionnel, puisqu’en 1914 encore le directeur du groupe Al-Ké-Lé fit doubler le prix des marchandises vendues pour compenser le peu d’affaires de ses factoreries70. A cette époque, les prix de vente pratiqués par les Sociétés du Moyen-Congo étaient à peu près comparables71 (v. tableau de la p. 157).

II. LE NUMÉRAIRE

  • 72 Lieutenant-gouverneur du Moyen-Congo au G.G., 31 juil. 1914, cité par Laperge, Documentation relat (...)

54Ces majorations excessives expliquent l’hostilité ouverte des commerçants contre l’introduction du numéraire. L’usage de la monnaie eût permis d’élargir le marché et de développer les transactions. A ce titre, il était souhaité par l’Administration : dès 1902, elle vit précisément dans l’impôt le moyen d’encourager la circulation monétaire. Mais les Sociétés savaient que le troc était leur seule chance de survie ; d’une part, il permettait d’abuser plus aisément le Noir sur la valeur de la marchandise d’échange. D’autre part et surtout, l’absence d’argent liquide était une garantie complémentaire du monopole : l’Africain était obligé de porter l’ivoire et le caoutchouc à la factorerie, seule habilitée à les recevoir ; en revanche, avec de l’argent, il aurait pu s’adresser à un commerçant libre, établi sur une réserve du voisinage, pour se procurer à meilleur compte des articles plus conformes à ses désirs : « Le primitif apprend très vite à connaître la valeur de ses produits, il devient plus exigeant, il réclame de l’argent pour payer son impôt et c’en est fini des beaux projets de l’ère du troc. »72

55Pour lutter contre le numéraire, les Sociétés eurent recours à la pratique du double tarif.

  • 73 R.G., S.C., 1912, op. cit.

56La Kotto distinguait en 191273 :

  • le tarif de revient, c’est-à-dire le prix de revient majoré de 100 % ;
  • et le tarif de vente, c’est-à-dire le précédent à nouveau majoré de 100 %.

57Le tarif de vente, le seul officiellement connu, était réservé aux achats contre numéraire. Mais le tarif de revient était une prime réservée aux producteurs pratiquant le troc. Autrement dit, l’Africain porteur d’un kilo de caoutchouc recevait à la factorerie une quantité de sel double de celle à laquelle lui aurait donné droit l’argent liquide obtenu en échange du même kilo de caoutchouc.

  • 74 Voir tableau ci-dessus.
  • 75 Laperge, Rapport sur l’Al-Ké-Lé, 1928, op. cit.

58Sous des formes plus ou moins discrètes, cette pratique fut utilisée partout. Aux Sultanats, la valeur des marchandises contre espèces était de deux à trois fois supérieure à leur valeur contre produit74. Dans l’Alima : « La pièce de tissu, d’un prix de revient inférieur à 5 frs, est toujours cotée 5 frs dans les transactions avec l’indigène en tant qu’achat de produits ; en tant que vente au comptant, elle est cédée au prix de 6 frs. »75

  • 76 Rapport de l’administrateur local, 1912, cité par Laperge, ibid.

« Il serait intéressant de se présenter à la factorerie avec deux indigènes, l’un porteur de 12 boules de caoutchouc, et l’autre de 30 boules ; le premier recevrait une pièce de tissu, le second une pièce de 5 frs. Il faudrait, alors, faire le deuxième (indigène) se représenter ensuite au bureau de vente pour acheter la même pièce de tissu que son camarade ; il lui faudrait donc non seulement sa pièce de 5 frs, mais encore ajouter 1 fr, et je doute fort qu’il comprenne quelque chose ou, du moins, il comprendra qu’il ne doit jamais demander d’argent [...]. Je trouve ce procédé particulièrement bizarre. »76

  • 77 R.G., S.C., 1912, op. cit.
  • 78 Rapport Likouala-Mossaka, 1923, Sautter [314], p. 53.
  • 79 « Les commerçants allemands achètent le caoutchouc très cher : 3 frs à 4,50 frs le kilo. Mais ils (...)

59Cette politique était plus difficilement applicable aux alentours des postes où les agents se sentaient surveillés et où les Noirs, avant de se rendre au comptoir de la factorerie, venaient s’informer de la valeur approximative de leurs produits : Au Moyen-Congo, la C.F.H.C., l’Alima, le groupe Al-Ké-Lé, l’Ongomo et le Kouango ne payaient en espèces que dans les centres administratifs, sur demande des producteurs77. Les apports d’argent étaient inévitables près des grandes artères fluviales et surtout dans les zones frontières, où ils étaient assurés par les bateaux, le commerce libre et les étrangers. La concurrence permettait alors de lutter contre les excès du monopole : la C.F.H.C. fut obligée de hausser les prix d’achat là où s’approvisionnaient les traitants du Cameroun ; en 1912, en basse Likouala, dans le Kouyou ou la Haute-Bokiba, elle payait en numéraire le caoutchouc 2 frs, et l’ivoire de 3 à 8 frs le kilo ; partout ailleurs, le prix d’achat de l’ivoire restait de 2 à 6 frs, celui du caoutchouc de 1 fr seulement ; dans la région de Liouesso, seul le troc était autorisé. Dix ans plus tard, la Société achetait encore l’huile de palme 20 centimes le litre, tandis que les Portugais de Picounda (sur la Sangha, en dehors de la concession) en donnaient 80. Le prix des pointes, de 8 à 15 frs en territoire concédé, passait de 18 à 20 frs à Ouesso, et atteignait jusqu’à 50 frs en territoire libre78. Quant à la Ngoko-Sangha, ses déboires vinrent de ce qu’elle s’obstinait à bloquer le prix du kilo de caoutchouc à 2 frs, avec en outre une défalcation exagérée de 33 % pour dessication, tandis que les Portugais ou les Allemands le payaient aisément 3 à 4 frs79.

  • 80 R.G., S.C., 1912, op. cit.
  • 81 R.G., S.C., 1914, op. cit.

60Pour lutter plus efficacement contre le numéraire, certaines sociétés n’hésitèrent pas à frapper une sorte de monnaie fictive, seule acceptée dans leurs factoreries : la C.F.H.C. émit des jetons à l’effigie des frères Tréchot. La S.H.O. distribua des neptunes, grands plats de cuivre embouti, utilisés depuis les débuts de la traite portugaise, que les Noirs thésaurisaient pour le paiement des dots. Les neptunes subirent la même dépréciation que le numéraire : remis à l’Africain pour 2 frs environ, ils étaient repris par les factoreries pour 1,25 fr seulement. L’Administration avait envisagé d’en interdire l’usage en l’assimilant à une fausse monnaie, et en poursuivant la Société pour abus de confiance. Mais elle fut déboutée : le Parquet général estima qu’il s’agissait seulement d’un objet d’échange n’ayant aucune des caractéristiques de la fausse monnaie (ni effigie, ni valeur fixe)80. La C.F.H.C. agissait d’ailleurs de même avec une monnaie locale, le midjoko, sorte de bracelet de cuivre massif, qu’elle acceptait au prix courant de 1,50 fr mais revendait ensuite 2 frs aux mêmes individus81. Il faut noter au passage l’impuissance de l’autorité administrative qui, en raison du principe de l’assimilation cher aux colonisateurs français, ne disposait que de l’arsenal juridique métropolitain, notoirement inadapté aux structures africaines.

61Enfin, dès que la colonie, découragée par la résistance des concessionnaires, eut provisoirement renoncé à rendre obligatoire la perception de l’impôt en argent, les Sociétés entravèrent résolument sur leur territoire l’expansion du numéraire. La S.H.O. refusa de payer ses employés en argent :

  • 82 Lettre d’un agent de la Ci e, résidant à Samba, au chef-lieu de la subdivision administrative, 22 (...)

« La question du paiement en espèces d’une partie de la solde de nos porteurs est tellement incompatible avec les usages et mœurs des indigènes que nous employons, qu’un changement de notre mode de paiement risquerait de compromettre le service de transports auquel nous travaillons depuis quinze ans. En conséquence, jusqu’à nouvel ordre, nous ne changerons pas notre mode de paiement. »82

  • 83 Ibid.

62La Kotto interdit à son personnel la vente contre espèces de toutes les marchandises appréciées dans la région : étoffes bleues et blanches, sel, étain, etc., réservées aux seuls échanges contre produits riches. La Compagnie des Sultanats refusa la vente au comptant chaque fois qu’elle était à court de marchandises, afin de « réserver le peu qui reste pour les vendeurs ne cédant leurs produits que contre marchandises »83. Par lettre-circulaire du 22 juin 1907, elle supprima même de ses transactions l’usage de l’argent. La mesure visait à annuler la concurrence accrue de l’État voisin du Congo, depuis la majoration exagérée du prix des marchandises de la Société décidée l’année précédente :

  • 84 Seuls les gens d’Ouesso pouvaient encore être réglés en espèces, mais à condition que leur solde c (...)

« Vu les fuites qui se produisent dans les espèces remises par nous au personnel noir (vers l’aval ou chez les Belges), et étant donné que nous ne sommes nullement forcés de donner à notre personnel la ration, des avances, et même le règlement total de leur avoir autrement qu’en marchandises [...], à partir de la réception de la présente, toutes les rations, avances et règlements doivent se faire uniquement en marchandises. »84

  • 85 10 frs le panier de 5 kg. Ibid.

63Cette décision affama les employés. Les marchandises données au titre de la ration étaient insuffisantes. Le prix d’échange excessif des denrées alimentaires (jusqu’à 5 frs le kilo de sel, 6 frs le kilo de farine ou le litre de vin, et même 2 frs le kilo de manioc85 à Rafaï où les vivres étaient rares) condamnait le personnel, qui recevait – gain plus ration – une valeur de 6,75 frs seulement, à manger la quasi-totalité du salaire en indemnités de vivres, ou à voler.

  • 86 Arrêté du 25 août 1897, portant création d’une agence spéciale à Dem Ziber, Dampierre [384], p. 47 (...)

64La Société entreprit même de vider la région du numéraire qui pouvait y circuler encore. Chaque factorerie reçut l’ordre de conserver en fin de mois une encaisse en argent de 500 frs au maximum. L’excédent devait être restitué à la direction. La seule espèce autorisée fut l’or. Thalers en argent de Marie-Thérèse (à l’effigie de 1780) et pièces d’or circulaient dans la région dès avant l’arrivée des concessionnaires : Liotard, Commissaire dans le Haut-Oubangui, avait même légalisé l’usage du premier au cours de 3 frs français86. La Société continua de les utiliser :

  • 87 Le sous-directeur des Sultanats, Charles Pierre, au Commissaire spécial près les sociétés concessi (...)

« Depuis déjà près de cinq ans, nous payons une partie de nos travailleurs que nous fournit le sultan Sémio en pièces d’or, mais jusqu’à présent nous n’avons jamais pu lui faire accepter d’autre numéraire. »87

65En réponse aux protestations de l’Administration, la direction en arguait pour assurer :

  • 88 Charles Pierre à l’administrateur de Bangassou, 8 mai 1907, ibid.

« Voici [...] de nombreux mois que la Cie des Sultanats a introduit dans sa concession les espèces, justement dans le but de faciliter à l’Administration la perception de ses impôts. Le sultan Bangassou serait parfaitement à même, grâce aux importants paiements en espèces qu’il reçoit mensuellement de notre Société, d’acquitter sa dette en numéraire, car non seulement lui, mais tous les chefs où nous avons des comptoirs sont maintenant en possession d’espèces. »88

66En fait, les sorties en espèces des trois factoreries principales furent, de 1905 à 1907, en francs :

67Le 31 août 1907, l’encaisse totale en espèces de la Société, en Afrique, se montait seulement à 42 498 frs dont 19 980 frs en or.

68Mais l’or était un faux numéraire ; non seulement sa circulation était réduite, mais elle avait pour seul résultat de lui faire fuir le territoire : dans toutes les concessions (Sultanats, Ngoko-Sangha, etc.) l’or servait exclusivement de marchandise de troque contre l’ivoire, puis au Cameroun ou dans l’État Indépendant contre les fusils.

  • 89 Le C.G. Grodet recommandait aux concessionnaires de songer « à se munir du numéraire nécessaire au (...)

69Tant que l’introduction de monnaies divisionnaires, souhaitée dès 1902 par l’Administration89, ne parvint pas à s’imposer, l’usage du numéraire demeura fictif : la Compagnie des Sultanats ignorait par exemple les pièces inférieures à 50 centimes ; en revanche, dans le territoire voisin du Soudan égyptien, un Africain pouvait acheter un plat de fèves pour un demi-centime seulement.

  • 90 R.G., S.C., 1914, op. cit.

70L’opinion persista tardivement que l’introduction de la monnaie dans le pays serait la mort des sociétés concessionnaires. Cela risquait en effet de sonner le glas des prélèvements usuraires effectués à la faveur des échanges en nature sur la valeur des produits « riches » (ivoire et caoutchouc) cédés à des taux dérisoires par les Africains. Les petites Sociétés mirent seulement en circulation des sommes infimes : 30 000 frs pour l’Alimaïenne, 40 000 frs pour la Nkémé Nkéni, 3  000 frs pour l’Alima90. Quant aux autres, même si elles réalisèrent localement quelques progrès (ainsi la C.F.H.C. qui effectuait en 1914 ses achats en espèces et payait ses travailleurs en numéraire dans la Mossaka et le Kouyou), elles pratiquèrent un système commercial qui les assurait de voir refluer vers leurs caisses le peu d’argent qu’elles distribuaient, ou que les Africains retiraient de leur commerce de vivres avec les postes administratifs ou les bateaux de passage. Le reste était absorbé par le paiement de l’impôt.

  • 91 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D.
  • 92 Gabon, Rapport d’ensemble, 1904, [333].

71Avant guerre, la Trésorerie du Moyen-Congo diffusa en moyenne un million de francs par an en numéraire (630 000 frs seulement en 1913, en raison de l’arrêt des transactions dû à la mévente des caoutchoucs)91. Mais l’usage des petites coupures ne se répandit guère avant la fin de la guerre ; le papier-monnaie contribua dès lors à faire disparaître les anciennes monnaies d’échange, tels que bracelets et barrettes de cuivre (midjoko), petits marteaux de fer (guindja), pagnes en raphia (n’fa) ou même tabac en « cortades » d’Amérique92.

  • 93 Commandant du Cercle de Gouro au Gouverneur, 5 juin 1913 ; Administrateur du Cercle de Séguéla au (...)
  • 94 Lieutenant-gouverneur de Côte d’Ivoire au Trésorier-Payeur d’Abidjan, Bingerville, 25 oct. 1933, A (...)

72Les difficultés de propagation du numéraire, accrues par la malveillance des concessionnaires, ne furent cependant pas le fait du seul Congo français : en Côte d’Ivoire, par exemple, on fut encore en 1915, par suite de l’insuffisance de la monnaie de billon, et malgré un arrêté de confiscation, obligé de « tolérer » les sombé, monnaie locale en fer fabriquée par les forgerons d’Odienné et utilisée (à raison d’environ 5 centimes pièce) par les Dioula pour acheter le caoutchouc et la kola93. En Haute-Volta, on luttait encore en 1933 contre le paiement de l’impôt en cauris (coquillages qui servaient de monnaie traditionnelle)94.

  • 95 Lieutenant, Chef de la Circonscription de Yokadouma au Commissaire du Cameroun, 15 mai 1923, Arch. (...)

73Les Africains acceptaient mal, en effet, le papier, de conservation difficile : « dans leur ignorance de la valeur du billet, ils exigent, d’une manière générale, le paiement en écus ». L’évolution se serait accomplie plus tôt si la colonie avait pu propager largement la monnaie de billon (monnaie de bronze de 5 et 10 centimes), très vite adoptée par les Africains pour leurs petites transactions quotidiennes. On y renonça en raison de son poids : le coût du transport des espèces jusqu’en brousse puis leur retour par le biais de l’impôt était trop élevé. Pendant la guerre, le cours forcé des billets fut considéré par l’Administration comme une bonne occasion de les faire pénétrer en milieu traditionnel. Mais les coupures de 5 frs étaient mal acceptées, d’abord à cause de leur nouveauté, de leur maniement délicat et de leur valeur intrinsèque nulle, mais aussi parce qu’elles ne pouvaient servir au paiement des dots et parce que le cours légal les immobilisait et les rendait improductives95 : dans les centres, les Africains qui recevaient un billet à l’agence couraient acheter à la poste un timbre de deux sous, pour troquer leur coupure contre de l’argent et du billon. Souvent aussi, par crainte d’être escroqués avec de faux papiers, ils n’utilisaient ces coupures que pour constituer des réserves en vue de l’impôt, contrariant ainsi les efforts en faveur de la circulation monétaire.

  • 96 L’autorisation d’importer les jetons-monnaies des Chambres de Commerce fut donnée à l’A.E.F. le 31 (...)
  • 97 M.C. au Commissaire de la République, Paris, 25 nov. 1920, Arch. Yaoundé, NF-2931.
  • 98 Société Nationale du Cameroun au Commissaire de la République au Cameroun, Manoka, 10 avr. 1924, A (...)
  • 99 « J’ai répondu qu’il était délicat de faire des observations au sultan Diagara pour avoir apporté (...)

74A partir de 1920 commença de se généraliser, autour de Brazzaville, l’usage de jetons émis par la Chambre de Commerce de Paris96. Les Chambres de Commerce de province, les succursales de la Banque d’Afrique Occidentale et les diverses colonies et territoires (Togo, Cameroun, Maroc, Tunisie) suivirent cet exemple en émettant une série de jetons-monnaie de nickel et de bronze d’aluminium de deux francs, un franc et cinquante centimes. L’usage de ces jetons répondait à la nécessité de pallier à la fois le peu de succès des billets et la pénurie de monnaie divisionnaire (accrue à la suite de la guerre) par « la création d’un franc colonial frappé à un titre inférieur au franc métropolitain »97. Les jetons remplaçèrent progressivement les espèces d’or et d’argent dont le Département des Finances ordonna en 1924 le rapatriement98. En dépit des efforts de l’Administration, celles-ci continuèrent d’être thésaurisées localement ; en 1925, par exemple, le sultan Diagara du nord-Cameroun paya son impôt exclusivement en billets et en jetons (pour 40 000 frs) en déclarant n’avoir reçu aucune pièce d’argent : « Il n’est pas douteux que l’argent ramassé par lui lui a servi à faire du commerce. Diagara a affirmé [...] que les Blancs ont fixé le cours des monnaies et qu’il a appliqué pendant sa tournée les principes des Blancs, acceptant le billet pour 5 frs le jeton pour 1 fr... Il les a perçus au moment où le jeton était peu aimé et a dû l’avoir au cours faible. »99

  • 100 Le même au même, ibid.
  • 101 Marchand, Commissaire de la République, au Chef de la Circonscription de Garoua, 8 avr. 1924, Arch (...)

75L’introduction des jetons, tout en favorisant les transactions, n’empêchait donc pas le pays d’être périodiquement vidé de son numéraire, à l’issue notamment des perceptions d’impôts (Diagara, pour reprendre cet exemple, avait « ramassé tout ce qu’il avait pu avoir de ces jetons et actuellement Fort-Lamy se trouve démuni de toute monnaie »100 : on assistait encore, en 1924, à la pratique suivant laquelle, faute de monnaie divisionnaire, les paiements aux Africains étaient effectués après groupement des créanciers de manière à réduire au minimum l’apport nécessité par des paiements individuels101.

  • 102 A titre d’exemple, le Cameroun disposa en 1924 de 6 millions de francs en jetons-monnaie (décret d (...)
  • 103 G.G.A.E.F., Brazzaville, 20 juil. 1923, Arch. Yaoundé, NF-2931.
  • 104 Commissaire de la République au G.G.A.E.F., Brazzaville, 20 juil. 1923, Arch. Yaoundé, NF-2931.
  • 105 Administration du Cercle de Bouaké au G.G., 24 août 1932 ; Lieutenant-gouverneur à l’Administratio (...)

76En outre, les négociants s’ingénièrent à obtenir avec avantage les produits locaux, en exploitant la préférence des populations envers les devises métalliques pour spéculer sur la dépréciation des billets : les Africains, conscients de l’impossibilité d’échanger leurs coupures dans les caisses publiques contre des jetons-monnaie, en nombre insuffisant102, n’acceptaient la monnaie de papier qu’avec une prime (au Cameroun le billet français de 5 frs, qui circulait normalement en A.E.F. où aucune banque n’avait encore reçu le privilège d’émission, valait seulement 3,50 marks, mais surpassait encore de 1 fr le billet de l’A.O.F.)103. Les maisons de commerce répandirent partout leurs jetons. Le problème devint inextricable dans les zones limitrophes de frontières régulièrement ignorées par les courants commerciaux régionaux comme entre Nigéria, Tchad, Cameroun et Moyen-Congo, où les Africains ne comprenaient pas la raison pour laquelle telle valeur, admise par une caisse, était refusée par une autre : les habitants du Moyen-Congo qui se rendaient au Cameroun pour y récolter le caoutchouc et vendre le produit sur place, afin d’éviter le portage, étaient payés en jetons locaux ou en billets de la banque de l’A.O.F. qui n’étaient pas acceptés au titre de l’impôt dans leur territoire d’origine104. Jusqu’à une date tardive, le problème fut seulement résolu à l’amiable entre colonies voisines. Le même problème existait d’ailleurs partout : en 1933, la Côte d’Ivoire se préoccupait de confisquer tous les jetons en circulation émis par le Cameroun et l’A.E.F. : « Il n’est pas douteux que les détenteurs sont de bonne foi en très grande majorité ; tous les jetons portent la devise République française, ce qui donne aux porteurs une sorte de garantie. [Mais] ces espèces ont été introduites par les Maisons de commerce à l’insu de l’Administration, contrairement à la réglementation en vigueur. »105

  • 106 Loi du 5 août 1914. Le maximum d’émission de la Banque de France passa de 6,8 à 12 milliards (1914 (...)
  • 107 Loi du 25 juin 1928. La stabilisation de fait fut acquise dès la fin de 1926.

77Les compagnies commerciales acceptèrent donc dans les années 1920 seulement de participer à la vulgarisation du numéraire. C’est qu’elles y avaient enfin intérêt : l’inflation provoquée par le cours forcé et le relèvement du maximum d’émission106 avait entraîné une brutale hausse des prix. Alors qu’avant-guerre il fallait 25,22 frs pour avoir une livre sterling, il en fallait 240 au point extrême de dépréciation, en juillet 1926, avant qu’une stabilisation ne fût obtenue à 125 frs environ107. Autrement dit, le franc d’après guerre valait à peu près le cinquième du franc germinal ou 20 centimes-or. Dès lors, les commerçants ne voyaient plus d’obstacles à offrir aux Africains, en échange de leurs produits, une valeur nominalement identique à celle d’avant-guerre (1 fr par kilo de caoutchouc par exemple) au lieu d’affronter leur incompréhension en leur proposant une marchandises ridiculement inférieure à celle à laquelle ils avaient été accoutumés.

  • 108 Rapport de 1922 cité par Laperge, Documentation relative à la C.F.H.C., op. cit.

78Tout en faisant de leur mieux pour répandre les petites coupures puis les jetons métalliques, les administrateurs, désabusés, constataient que les Sociétés acceptaient seulement d’abandonner le troc au moment où elles trouvaient avantage à payer les services des Africains en monnaie dépréciée108.

III. LES PRODUITS

  • 109 Les expériences (trois mois de séchage sur claies) avaient démontré que le caoutchouc perdait au m (...)
  • 110 R.G., S.C., 1912, op. cit.

79Bien qu’en valeur l’ivoire fût loin d’être négligeable, son commerce demeurait limité, en raison du faible volume produit (la meilleure année fut 1905, avec 196 t exportées ; la production oscillait en année moyenne autour d’une centaine de tonnes). En revanche, le caoutchouc fut pour les concessionnaires le produit rentable par excellence. Entre 1900 et 1920, le prix d’achat du kilo oscilla officiellement de 1 à 3 frs. Partout où la Société n’avait à craindre ni la concurrence, ni l’Administration, il ne dépassa guère 1,50 fr. Le prix réel d’achat était plus bas encore, puisqu’il était acquitté en marchandises fortement surévaluées : en 1908, un kilo de caoutchouc acheté 1,50 fr était payé en fait 65 centimes ; la somme varia généralement de 25 à 80 centimes. En outre, le caoutchouc brut était affecté d’un taux de dessication élevé, généralement de 33 %, alors qu’il n’excédait pas en fait 15 à 20 % ; autrement dit, pour recevoir le prix d’un kilo de caoutchouc, l’Africain devait en livrer 1 330 grammes. Le taux de 20 %, attesté par l’expérience, ne fut guère adopté que par les Sultanats (en principe), l’Ouhamé-Nana, la Cie Forestière Sangha-Oubangui dans le petit secteur voisin du Cameroun, de l’Ombella et de la Haute-M’Poko109. L’unique Société à pratiquer des tarifs comparativement plus raisonnables fut le Kouango qui, le 1er octobre 1912, porta son prix d’achat à 2 frs le caoutchouc d’herbes et 5 frs le caoutchouc de lianes, payables en principe en numéraire aux Africains qui le demandaient, avec un taux de dessication de 10 % seulement110.

  • * Extrait du R.G., S.C., 1912, op. cit.

Prix moyen d’achat de l’ivoire et du caoutchouc en 1912 dans quelques établissements soumis à la surveillance de l’Administration**.

Prix moyen d’achat de l’ivoire et du caoutchouc en 1912 dans quelques établissements soumis à la surveillance de l’Administration**.

80Hors du contrôle administratif, les prix s’abaissaient : un inspecteur citait le cas de 8 kg de caoutchouc payés 7,70 frs par un agent européen (soit moins d’1 fr le kilo), de 8,2 kg payés 5 frs, ou de 2,8 kg payés 1,50 fr par un clerc indigène (soit à peine 60 centimes le kilo). Encore heureux si le Blanc ne faussait pas la pesée ou ne dépréciait pas exagérément les pointes d’ivoire, pratiques en tous les cas communément employées par les traitants affranchis de toute surveillance. Ces irrégularités, signalées notamment par le Lieutenant-gouverneur du Congo à la direction de la C.F.S.O., ne donnèrent lieu qu’à des « raisons spécieuses qui n’infirmaient en rien l’illégitimité des procédés employés ».

  • 111 Administrateur de la Bokiba, R.G., S.C., 1914, op. cit.
  • 112 R.G., S.C., 1912, op. cit.

81Devant ces abus « malheureusement trop fréquents », les Africains demeuraient sans défense. Au départ, ils ignoraient la valeur des objets ou des étoffes qui leur étaient offerts, « discutant mollement et sans grande conviction, puis finissant toujours par accepter ce qu’on leur présente en paiement »111. Ils se plaignaient rarement. « Quand ils le font, la preuve est difficile à faire, et le caractère pénal de l’acte impossible à établir : tout se borne à des observations de l’administrateur, la plupart du temps sans effet. »112

  • 113 Résultats confirmés par le rapport du lieutenant-colonel Le Meillour, 14 sept. 1912, que mettait l (...)

82On fit, en 1911, une série de calculs pour déterminer les sommes revenant à chaque village par quintal de caoutchouc récolté. Un récolteur recevait en moyenne 83 centimes par kilo, compte tenu du caoutchouc (calculé forfaitairement à 6 % du total) issu des « réserves » indigènes extérieures à la concession et, de ce fait, toujours payé plus cher. Il fallait, pour « faire » un kilo de caoutchouc, 33 heures au moins, soit quatre jours de travail, à un ouvrier habile et minutieux travaillant sans relâche sur des lianes riches et situées à proximité du village. Le salaire quotidien atteignait donc au maximum 21 centimes, soit environ 1,25 fr 1965113.

  • 127 Lieutenant-gouverneur du Moyen-Congo au G.G., 31 juil. 1914, cité par Laperge, Documentation relat (...)

83Or le commerce libre payait couramment 3 frs et jusqu’à 5 frs le kilo, en numéraire ou en marchandises de meilleure qualité. Aussi, dans les zones frontières à proximité du Cameroun ou sur les rives de l’Oubangui, de nombreux Africains refusaient-ils de se livrer à la cueillette chaque fois qu’ils pouvaient par d’autres moyens se procurer l’argent nécessaire à l’impôt. Des inspecteurs ne cessèrent de souligner le danger de la politique du moindre coût pratiquée par les Sociétés. Dans la zone cédée en 1912 à l’Allemagne, où les Africains ne récoltaient « que grâce aux conseils des agents de l’Administration », une circulaire du Gouvernement impérial n’enjoignait-elle pas, en guise d’avertissement, le 12 mars 1912, à ses fonctionnaires de s’abstenir désormais de toute immixtion dans les conflits entre commerçants libres et concessionnaires ? Ceux-ci « devraient comprendre que les vieux procédés commerciaux, consistant à vendre peu et à réaliser de gros bénéfices sur chaque opération, ne contribuent pas au développement économique du pays et doivent prendre fin [...]. Il est plus impolitique encore d’avilir les prix que de les exagérer »127.

  • 115 Prix de revient en Europe du kilo de caoutchouc (frais généraux non compris) environ 3 frs, soit :

84Mais les concessionnaires, qui s’estimaient propriétaires des produits, refusèrent toujours à ce titre de tenir compte du cours mondial du caoutchouc dans le calcul de leur prix d’achat. Cela leur permit de faire des bénéfices énormes. Il est difficile de calculer le prix de revient du produit rendu sur le marché européen ; un document de 1905 permet de l’estimer approximativement au triple de son prix d’achat soit environ 3 frs le kilo115. En 1913 l’’évaluation probablement très généreuse d’un grand concessionnaire multipliait ce chiffre par deux au moins. Compte tenu, en sus, des frais généraux de la Compagnie, le prix de revient atteignait alors de 6 à 9 frs le kilo selon la Société, le lieu et l’année de la production.

85Or, le cours moyen des meilleures sortes congolaises sur le marché européen était, jusqu’à la crise de 1913, au moins deux fois supérieur :

1904-1913 (cour moyen) 12,50 frs
1910 (cours maximum) 25,50
1913 janvier 11,50
Juillet 6,25
Octobre 4,75

  • 116 A Mossaka, l’ivoire qui ne provenait pas de la concession était acheté jusqu’à 23 frs le kilo (pri (...)
  • 117 Ibid.

86Les bénéfices réalisés sur l’ivoire étaient du même ordre : payé en moyenne à l’Africain de 2 à 10 frs le kilo, suivant la zone, le grain et le poids (inférieur ou égal à 6 kg) de la pointe, il était vendu en Europe de 30 à 60 frs environ116. Quant à l’huile de palme, achetée 25 centimes le litre au producteur, elle était revendue 75 centimes aux capitaines de bateaux et 1 fr aux Africains eux-mêmes117.

87L’Administration coloniale n’était pas habilitée à intervenir dans les transactions coloniales. Elle était d’ailleurs consciente de la difficulté d’associer le producteur à la vie économique métropolitaine :

  • 118 Rapport de l’administrateur de la Mossaka, 1917, cité par Laperge, ibid.

« Il est bien évident que les prix d’achat [...] sont abusifs au détriment de l’indigène. D’un autre côté, [...] la politique qui consiste à associer l’indigène aux fluctuations des cours est, non seulement préjudiciable au rendement, mais encore à notre bonne renommée. Lorsque nous prévenons le producteur indigène que ce qui valait 150 frs la tonne en janvier n’est plus payé que 125 frs en mars [...], [il] est persuadé que la différence est partagée entre les commerçants et le fonctionnaire. Donc, en principe, ne diminuons jamais les prix. Fixons-en un moyen... »118

  • 119 Voir Chap. V.
  • 120 Commission des Concessions Coloniales, séance du 26 juil. 1920, Conc., XXV-B(2).

88En fait, l’Administration était impuissante, ne pouvant user que de persuasion. L’unique recours de la colonie était d’agir sur les prix en fixant, deux fois par an, le taux de rétrocession des produits de l’impôt119 : mais le prix officiel du rachat du caoutchouc, en raison de la résistance des concessionnaires, n’excéda jamais 3 frs le kilo (maximum atteint seulement en 1911-1912). Pour tenter de remédier à la pénurie de la main-d’œuvre et à la fuite des travailleurs, et pour échapper au cycle infernal de la contrainte, des révoltes et des répressions, le Gouverneur général Angoulvant essaya vainement d’obtenir une variation du salaire qui tînt compte du cours en Europe. Après la guerre, il plaida à la Commission des Concessions Coloniales pour une « association d’intérêt entre le travailleur indigène et la direction européenne ». Les concessionnaires répliquèrent qu’« à leur avis, c’était une erreur économique et sociale de déterminer le salaire de l’ouvrier d’après le prix de la marchandise »120.

89En revanche, lorsque à partir de la guerre les cours s’effondrèrent à moins de 6 frs le kilo, les concessionnaires furent les premiers à réclamer une échelle mobile des prix, mais dans l’autre sens : ils firent ramener partout le taux de rétrocession à 1 fr le kilo.

90Cependant le caoutchouc de cueillette, désormais vendu en Europe au prix coûtant ou même à perte, était condamné. Les directions des Sociétés ordonnèrent à partir de 1921 d’en restreindre, puis d’en suspendre les achats. Celles qui n’avaient pas développé d’activités de remplacement – plantations ou commerce – disparurent les unes après les autres. Elles le firent sans laisser de trace, preuve qu’elles n’avaient guère contribué à la mise en valeur du pays.

91Depuis longtemps, les observateurs avaient dénoncé leur but « âprement commercial » qui les condamnait au « provisoire permanent ». Deux ans seulement après la fondation de la Cie Forestière, un inspecteur estimait :

  • 121 R.G., S.C.. 1912, op. cit.

« Cette puissante Société n’a pas fait œuvre de colonisation ; elle a négligé systématiquement tout ce qui était étranger à la cueillette du caoutchouc. Aussi peut-on affirmer qu’à l’expiration de son contrat, elle ne laissera aucune œuvre durable témoignant d’un but autre qu’un intérêt commercial immédiat. »121

92En somme, les Sociétés vécurent de la traite, mais dans un régime faussé par le pouvoir démesuré de contrainte dont disposait [les concessionnaires. Le système demeura rudimentaire et par suite extrêmement sensible aux crises périodiques que subissait le marché du caoutchouc. Aussi, nous le verrons ultérieurement en analysant les résultats économiques, ne répondit-il en rien à ce qu’en 1898 ses promoteurs attendaient de lui ; blocage économique, abus incontrôlés, résistance des populations et appauvrissement général du pays, tels furent ses résultats les plus tangibles.

Notes

* [16].

1 Sautter [313], p. 37.

2 Troisième mission Brazza, dite de l’Ouest Africain, Inventaire, 15 juin 1885, S.O.M., Mission 38.

3 Elles « ont hérité de tissus invendables sur le territoire du Congo Belge, je le tiens des commerçants eux-mêmes ». Rapport de 1910, cité par Laperge, Rapport sur le groupe Al-Ké-Lé, 23 nov. 1928, Aix, 3 D.

4 Colonie du Gabon, Rapport d’ensemble, 2e sem. 1904, Paris, 1905, p. 86.

5 Arrêté du 12 oct. 1899, Libreville, J.O.C.F., 1e r nov. 1899, p. 14.

6 Arrêté du 20 déc. 1900, Libreville, avec effet au 1er avr. 1901, et prohibition définitive au 1er juil. suivant seulement afin de permettre l’écoulement des stocks, J.O.C.F., 1e r janv. 1901.

7 Acte de Bruxelles, art. 92, convention du 8 juin 1899 ratifié par décret le 8 juin 1900, J.O.C.F., 1er janv. 1901.

8 Arrêté du 24 déc. 1901, J.O.C.F., 28 déc. 1901.

9 L. Famechon, chef du service des Affaires économiques, en mission, au G.G., Ouesso, 24 oct. 1913, Congo-Cameroun, Mission de Délimitation Cottes et Périquet, Aix, 2 D.

10 Note pour M.C., 3 févr. 1913, Conc., L(3).

11 Seule est autorisée la vente, le samedi exclusivement, d’un nombre contingenté de canettes de bière.

12 Angoulvant [57], p. 71.

13 La mesure était une application de la convention sur le régime des spiritueux en Afrique conclue le 10 septembre 1919 entre les U.S.A., la Belgique, l’Empire britannique, la France, l’Italie, le Japon et le Portugal. Interdiction était faite en Afrique (sauf au Maghreb, en Libye, en Égypte et en Union Sud-Africaine) de « l’importation, la circulation, la vente et la détention des alcools de traite de toute nature et des boissons auxquelles sont mélangées ces sortes d’alcool ». Les autres boissons distillées étaient soumises à un droit d’entrée au moins égal à 800 frs par hectolitre d’alcool pur. J.O.A.E.F., 1er sept. 1922, pp. 394-396.

14 [16].

15 Pour l’usage des armes à feu dont l’introduction était autorisée dans le Bassin conventionnel du Congo, en vertu de l’article 9 de l’arrêté du 19 mai 1892. Arrêté du 27 avr. 1899, Libreville, J.O.C.F., 1er juin 1899.

16 1re catégorie : armes de salon, comprenant les Flobert, les pistolets et revolvers ; 2e catégorie : armes de chasse ; 3 e catégorie : autres armes à feu. Arrêté du 16 févr. 1901, Libreville, J.O.C.F., 2 mars 1901. Protestations adressées au Lieutenant-gouverneur de Brazzaville, des Sultanats, le 25 août 1901, de l’Ibenga, le 26, de la Haute-Sangha, le 27.

17 Décret du 21 août 1903 réglementant l’introduction et la vente des armes à feu et des munitions au Congo français, et rappelant les décrets du 4 mai 1903 destiné à l’A.O.F. et du 30 déc. 1902 pour le Sénégal et Congo français, J.O.C.F., 24 oct. 1903.

18 Dont les vieux fusils modèle 1866-1874 (Chassepot) venaient d’être remplacés, notamment dans les postes de douane, par des fusils modèle 1874 (Gras). Décision du Lieutenant-gouverneur, Libreville, 8 oct. 1898, J.O.C.F.

19 La capsule, inventée en 1818, mise en service en Angleterre à partir de 1828, permettait la mise à feu à l’aide d’une amorce fulminante dont l’emploi diminuait le nombre de ratés : fusil à capsule (modèle 1842) et à percussion (modèle 1857).

20 Rapport de l’Inspecteur général Frézouls, Brazzaville, 31 mars 1911, Conc., IV-9. « Nous nous trouvons ici en face de l’éternelle question qui tourmente le Noir africain : manger. Il mangeait autrefois ses semblables ; nous l’en empêchons, il se rejette sur le gibier ; nous lui retirons les armes qui lui permettaient de choisir sa proie, il détruit donc au hasard. »

21 Mobaye à M.C., Paris, 9 févr. 1903, Conc., XXVII-A. L’autorisation fut accordée le 19.

22 500 cartouches destinées à l’usage personnel de l’agent Valenti. C.G. à M.C., Brazzaville, 14 févr. 1906 ; visa des A.E. accordé le 3 avr. 1906, Conc., XXX-A.

23 Affaire Yaka, Abéché (Tchad), 1913-1914. Vols d’armes et de munitions par les auxiliaires de police Ishaka, Maghné, Bokar et Oumar Madongo. Les armes furent vendues par des receleurs vers le Darfour, au Massalit et au Sila. Conc., XXIX(2)-A(5).

24 Vol de sept fusils à tir rapide par l’ex-sergent de l’Infanterie coloniale Grandvaux avec la complicité des agents de la Cie des Sultanats, Belleville et Castanet : le chef Yapoapoa avoua notamment avoir reçu l’offre de deux fusils 1874 et de cartouches Gras volés au service local. Vente de capsules aux Africains par Boullanger, agent de la même Société, condamné le 11 mai 1911 à 1 000 frs d’amende par le tribunal de Bangui, R.G., S.C., 1909 et 1910, Conc., IV-9.

25 R.G., S.C., 1910, Conc., IV-9.

26 Affaire découverte par le capitaine Modat et enquête judiciaire du Juge de paix de Bangui, R.G., S.C., 1910, Conc., IV-9. L’affaire rappelait le trafic des armes au Dahomey organisé par la maison Regis de mèche avec les maisons allemandes à l’époque de la guerre de conquête, vers 1890.

27 Rapport du Commandant du Cercle de Sémio au Commissaire du Gouvernement dans l’Oubangui, 4 août 1900, Rapport S.S.S., 1908, op. cit.

28 Rapport sur les compagnies concessionnaires de l’Oubangui-Chari, 1905, Brazza 1905-IV.

29 Quant à Bangassou, il n’en avait alors que 40 dont 13 en mauvais état. Dampierre [384], p. 466.

30 État dressé par le sergent Paulin, Commandant du Cercle de Rafaï, sept. 1907, Rapport S.S.S., 1908, op. cit.

31 L’abus avait été signalé dès 1902 au Ministre qui prescrivit une enquête et, la fraude une fois constatée, invita la Société à renoncer à ces activités. Ibid.

32 L’inspecteur Siadous interrogea à Rafaï le Zandé Bazonna qui lui raconta son voyage en France, en compagnie de Zonguobeï, de Zénio et de Bakoul, de Bangassou.

33 Matériel entré à Sémio le 31 janv. 1905, remis au sultan le 31 mars. Livre-Journal de la factorerie et registre « Entrées et sorties », avr. 1903-janv. 1905. A Bangassou « la machine perforatrice est actuellement cassée et, déjà réparée plusieurs fois, est à peu près inutilisable ». Inspecteur Siadous, 10 nov. 1907, Rapport S.S.S., 1908, op. cit.

34 Rapport sur les compagnies..., 1905, op. cit.

35 Des 353 armes à tir rapide dont faisaient état les statistiques de la Douane, le directeur de la Cie des Sultanats prétendait en 1905 en avoir conservé 258 (lettre du capitaine Mahieu, 5 mai 1905), puis seulement 174 deux ans plus tard (déclaration du 14 sept. 1907). Où étaient passées les autres ? De façon analogue, la Cie du Kouahgo reconnut en 1905 avoir « prêté » des fusils Gras au chef Baran-Bakié (Haut-Oubangui), et la Kotto fut convaincue d’avoir vendu au même sept fusils Albini contre sept pointes d’ivoire. Ibid.

36 Interrogatoires sur les « boutons de cuivre », Sémio, nov. 1907, Rapport S.S.S., 1908, op. cit.

37 A titre d’exemple : le 8 juil. 1905, la factorerie acheta 416 kg d’ivoire contre 955 « gros boutons de cuivre », 4 pièces d’indigo dull (cotonnade) et 1 kg de savon. Ibid.

38 Dans le magasin général de la factorerie de Bangassou, trois caisses contenant respectivement 3 000 capsules pour douilles Gras, 3 000 pour douilles Remington et 3 000 pour calibre 8 portaient la mention « pas en compte » et ne figuraient pas à l’inventaire. P.V. de constat, 17 sept. 1907, ibid.

39 Affaire de l’adjudant Decaen, du poste de Bangassou, qui en 1901 échangea avec la factorerie 16 000 capsules neuves contre le même nombre de capsules avariées. P.V. de constat, Bangassou, 25 sept. 1907, ibid.

40 Circulaire sur laquelle s’appuya l’administrateur de la Région du Haut-Oubangui pour céder 1 500 cartouches à la factorerie de Bangassou, ibid.

41 Rapport sur les compagnies..., 1905, op. cit.

42 M.C. aux S.S.S., 3 août 1908, Rapport S.S.S., 1908, op. cit.

43 Ibid.

44 20 caisses de 25 boîtes d’un kilo de poudre
2 000 cartouches de chasse calibre 12
1 000 cartouches de chasse calibre 16.

45 La Brazzaville à M.C., 25 avr. 1911, Conc., XXVII-B(3).

46 La Brazzaville à M.C., 24 mai 1911, ibid.

47 Le G.G. Merlin confirma, le 19 septembre 1911, à M.C. « ne voir aucun inconvénient à l’autorisation ». Le permis accordé le 10 novembre 1911 donnait à MM. Gones, Turillon, Maire, Veron et à la compagnie la Brazzaville l’autorisation de faire transiter des armes et des munitions destinées « à leur usage ou à l’usage de leurs factoreries ». Ibid.

48 S.S.S. au Lieutenant-gouverneur, Brazzaville, 25 août 1901, Conc., XIV-B.

49 Arrêté du G.G., 31 juil. 1913, Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D. A Ouesso, on souhaitait également, grâce à la vente des fusils, faire pièce à la concurrence allemande : « Il y a lieu de hâter les formalités nécessaires pour que, dès le 1er janvier prochain, le commerce puisse vendre par petites quantités de la poudre et des fusils de traite aux indigènes résidant en territoire français, étant bien entendu que le chiffre global des quantités à admettre en consommation sera réparti entre tous les commerçants de la place, proportionnellement aux patentes payées, car il serait inadmissible de donner un monopole de fait à la C.F.H.C. qui a un stock de 13 tonnes de poudre à Ouesso. » L. Famechon, chef du Service des Affaires Économiques, à G.G., Ouesso, 24 oct. 1913, Missions de délimitation Cottes et Périquet, Aix, 2 D.

50 Le contingentement fut supprimé par le décret du 7 sept. 1915, promulgué par l’arrêté du 13 oct. 1915 (J.O.A.E.F.) : les Lieutenants-gouverneurs devenaient libres d’apprécier le bien-fondé des autorisations d’introduction sollicitées. Ainsi entendait-on supprimer les monopoles de fait qui risquaient de s’établir à la faveur de demandes exagérées des principales maisons d’importations.

51 Coût du permis :
Image img07.jpg

52 Recensement nominatif des détenteurs d’armes de traite, au 31 déc. 1913, Moyen-Congo, Rapport général, 1913, Aix, 4 (2) D. A côté des 11 791 fusils effectivement recensés, l’évaluation d’un total probable de 28 450 fusils paraît exagérée.

53 Dont 9 armes perfectionnées. Situation des armes et munitions de traite au 31 déc. 1923, Moyen-Congo, Rapport politique, Aix, 4 (2) D.

54 Oubangui-Chari, Rapport annuel, 1920, Aix, 4 (3) D.

55 Mais en valeur 35 000 frs seulement contre 400 000 frs de tissus, en raison du prix de revient dérisoire de ces articles. Coquery-Vidrovitch [80], pp. 41-43.

56 Leur commerce était encore attesté dans la Sangha vers 1913. Note de l’administrateur-stagiaire Darré : Procédés politiques avec lesquels l’Administration allemande espère d’abord maintenir les indigènes dans ses territoires, avr. 1913, Aix, 2 D, Missions de délimitation Cottes et Périquet.

57 Cosmidis, agent de la factorerie de Mowanda, au directeur de la Mobaye, Mowanda, 12 juin 1903, Conc., XXVII-A.

58 Le même au même, 22 oct. 1903, ibid.

59 R.G., 1909, op. cit.

60 R.G., 1910, op. cit.

61 R.G., 1912, op. cit.

62 R.G., 1910, op. cit.

63 Moyen-Congo, R.G., S.C., 1914, Aix, 8 Q.

64 R.G., S.C., 1912, op. cit.

65 Rapport de 1912 cité par Laperge, Rapport sur l’Al-Ké-Lé, 1928, op. cit.

66 Factorerie de Gambona, Rapport du Chef de Circonscription Alima-Léfini. 3e trim. 1926, cité par Laperge, ibid.

67 Le procédé fut encore utilisé, en 1919, par la C.F.H.C., qui en raison de la dévaluation haussa brutalement le prix des marchandises d’importations de 100 %, mais en maintenant ses prix d’achat au cours d’avant-guerre. Rapport de l’administrateur de la Bokiba, 1919, cité par Laperge, Documentation relative à la C.F.H.C., op. cit.

68 La mesure n’affectait, en effet, ni les travailleurs des factoreries, ni les pagayeurs de la Société, dont le chiffre créditeur fut à la même date augmenté de 120 % de sa valeur, « car il faudra que ces gens puissent obtenir en nos magasins la même quantité de marchandises qu’ils obtenaient avant la majoration ». Rapport S.S.S., 1908, op. cit.

69 Prix de revient d’un kilo de sel rendu à Ouango, aux portes des Sultanats :
Image img08.jpg
Soit, prix de revient d’un kilo : 1,25 fr. Rapport S.S.S., 1908, op. cit.

70 R.G., S.C.,1914, op .cit.

71 Ibid.

72 Lieutenant-gouverneur du Moyen-Congo au G.G., 31 juil. 1914, cité par Laperge, Documentation relative à la C.F.H.C., op. cit.

73 R.G., S.C., 1912, op. cit.

74 Voir tableau ci-dessus.

75 Laperge, Rapport sur l’Al-Ké-Lé, 1928, op. cit.

76 Rapport de l’administrateur local, 1912, cité par Laperge, ibid.

77 R.G., S.C., 1912, op. cit.

78 Rapport Likouala-Mossaka, 1923, Sautter [314], p. 53.

79 « Les commerçants allemands achètent le caoutchouc très cher : 3 frs à 4,50 frs le kilo. Mais ils le payent presque toujours en marchandises, ayant très peu de numéraire. » Note de l’administrateur-stagiaire Darré, op. cit.

80 R.G., S.C., 1912, op. cit.

81 R.G., S.C., 1914, op. cit.

82 Lettre d’un agent de la Ci e, résidant à Samba, au chef-lieu de la subdivision administrative, 22 mai 1912, R.G., S.C., 1912, op. cit.

83 Ibid.

84 Seuls les gens d’Ouesso pouvaient encore être réglés en espèces, mais à condition que leur solde créditeur fût réduit de 60 % de sa valeur. Lettre-circulaire du directeur-général Wahl-Sée aux chefs de zone, 22 juin 1907, reproduite dans un texte du 24 juin, Bangassou, Rapport S.S.S., 1908, op. cit.

85 10 frs le panier de 5 kg. Ibid.

86 Arrêté du 25 août 1897, portant création d’une agence spéciale à Dem Ziber, Dampierre [384], p. 471.

87 Le sous-directeur des Sultanats, Charles Pierre, au Commissaire spécial près les sociétés concessionnaires, 27 juil. 1905, Rapport S.S.S., 1908, op. cit.

88 Charles Pierre à l’administrateur de Bangassou, 8 mai 1907, ibid.

89 Le C.G. Grodet recommandait aux concessionnaires de songer « à se munir du numéraire nécessaire aux transactions et, principalement et dans la mesure du possible, de monnaies divisionnaires ». Circulaire du 5 déc. 1902 sur l’impôt de capitation, Conc., XXV-D(l).

90 R.G., S.C., 1914, op. cit.

91 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D.

92 Gabon, Rapport d’ensemble, 1904, [333].

93 Commandant du Cercle de Gouro au Gouverneur, 5 juin 1913 ; Administrateur du Cercle de Séguéla au Gouverneur, Bingerville, 8 mai 1915 ; Rapport en Conseil d’administration, Bingerville, 27 mars 1915 ; et Circulaire du Gouverneur aux Commandants de Cercle sur la nécessité de répandre l’usage des billets, Bingerville, 14 sept. 1916, Arch. Abidjan, V-33-31. L’arrêté d’interdiction des manilles était du 5 oct. 1914, celui des sombé du 27 mars 1915. Les sombé se vendaient par paquets de vingt, les Sri. Comme au Congo, les commerçants français (notamment l’Africaine Française) s’ingéniaient à tirer profit du commerce de cette monnaie locale prisée des habitants.

94 Lieutenant-gouverneur de Côte d’Ivoire au Trésorier-Payeur d’Abidjan, Bingerville, 25 oct. 1933, Arch. Abidjan, V-33-31.

95 Lieutenant, Chef de la Circonscription de Yokadouma au Commissaire du Cameroun, 15 mai 1923, Arch. Yaoundé, NF-2931.

96 L’autorisation d’importer les jetons-monnaies des Chambres de Commerce fut donnée à l’A.E.F. le 31 août, et au Cameroun le 25 nov. 1920. M.C. au Commissaire de la République du Cameroun, Paris, 25 nov. 1920, Arch. Yaoundé, NF-2931.

97 M.C. au Commissaire de la République, Paris, 25 nov. 1920, Arch. Yaoundé, NF-2931.

98 Société Nationale du Cameroun au Commissaire de la République au Cameroun, Manoka, 10 avr. 1924, Arch. Yaoundé, NF-2931.

99 « J’ai répondu qu’il était délicat de faire des observations au sultan Diagara pour avoir apporté tout son impôt en jetons métalliques sans monnaie d’argent, puisque nous donnons à nos jetons la valeur des pièces d’argent. » Chef de la Subdivision de Fort-Foureau au Chef de la Circonscription de Maroua, et réponse du Commandant de la Région Nord, Garoua, 20 juil. 1925, Arch. Yaoundé, NF-2931.

100 Le même au même, ibid.

101 Marchand, Commissaire de la République, au Chef de la Circonscription de Garoua, 8 avr. 1924, Arch. Yaoundé, NF-2931.

102 A titre d’exemple, le Cameroun disposa en 1924 de 6 millions de francs en jetons-monnaie (décret du 20 janv. 1924) passés à 10 millions en 1925 (décret du 25 juil. 1925). Mais le Commissaire de la République estimait alors à 26 millions le chiffre total des devises métalliques nécessaires à l’appoint dans les transactions, à raison de 9 frs par tête pour une population de 3 millions d’habitants. Commissaire de la République à M.C., 25 oct. 1925, Arch. Yaoundé, NF-2931. Il fut donc obligé d’avertir ses administrateurs : « Territoire ne devra plus compter sur nouvel envoi billon pendant plusieurs mois et sur jetons-monnaie pendant plusieurs années. Jetons-monnaie ne doivent pas servir dans paiement pour remplacer billets de cinq frs sauf dans cas tout à fait exceptionnels et en quantité très restreinte [...]. Toutes monnaies doivent être acceptées par indigènes et devez sévir contre ceux qui refusent certaines pièces, telles que jetons de 2 frs ou pièces nickel 0,25. » Télégramme du Commissaire de la République, Douala, 17 nov. 1925, Arch. Yaoundé, NF-2931.

103 G.G.A.E.F., Brazzaville, 20 juil. 1923, Arch. Yaoundé, NF-2931.

104 Commissaire de la République au G.G.A.E.F., Brazzaville, 20 juil. 1923, Arch. Yaoundé, NF-2931.

105 Administration du Cercle de Bouaké au G.G., 24 août 1932 ; Lieutenant-gouverneur à l’Administration de Bouaké, 1er oct. 1932 ; Lieutenant-gouverneur au Président de la Chambre de Commerce d’Abidjan, Bingerville, 15 sept. 1932, et M.C. au G.G.A.O.F., Paris, 17 juil. 1933. Arch. Abidjan, VI-37-104.

106 Loi du 5 août 1914. Le maximum d’émission de la Banque de France passa de 6,8 à 12 milliards (1914), puis en septembre 1920 à 41 milliards, et en 1926 à environ 55 milliards. G. Pirou, La monnaie française depuis la guerre, 1914-1936. Inflation, stabilisation, dévaluation, Paris, Sirey, 1936, 113 p.

107 Loi du 25 juin 1928. La stabilisation de fait fut acquise dès la fin de 1926.

108 Rapport de 1922 cité par Laperge, Documentation relative à la C.F.H.C., op. cit.

109 Les expériences (trois mois de séchage sur claies) avaient démontré que le caoutchouc perdait au maximum 25 % de son poids entre le moment où il était préparé et celui où il était complètement asséché. La plus grande évaporation (de l’ordre de 18 %) se produisait dans les quinze premiers jours. Or l’Africain était souvent obligé d’aller fort loin de chez lui pour récolter le latex ; il lui fallait encore entreprendre un voyage de plusieurs jours avant de rencontrer une factorerie. Son produit avait donc perdu la majeure partie de son humidité au moment où il le livrait au commerçant. R.G., S.C., 1914, op. cit.

110 R.G., S.C., 1912, op. cit.

111 Administrateur de la Bokiba, R.G., S.C., 1914, op. cit.

112 R.G., S.C., 1912, op. cit.

113 Résultats confirmés par le rapport du lieutenant-colonel Le Meillour, 14 sept. 1912, que mettait l’indigène pour produire un kilo de caoutchouc ; j’ai fait faire en ma présence deux expériences, l’une sur du caoutchouc d’oreli, l’autre sur du caoutchouc de liane. Avec l’oreli, l’indigène met au moins trois jours (trente-trois heures de travail) dans les conditions les plus avantageuses pour recueillir les trois litres de latex qui, coagulés, lui donneront un kilo de caoutchouc, c’est-à-dire pour gagner 1,05 fr si le village a un contrat avec la Société [C.F.S.O.], 0,83 fr dans le cas contraire. Ce chiffre de trente-trois heures m’a été confirmé le lendemain par la factorerie de Boyali. »

115 Prix de revient en Europe du kilo de caoutchouc (frais généraux non compris) environ 3 frs, soit :

  • Prix d'achat en Afrique, environ 1 fr
  • Transport maritime (de Libreville, Loango, Banane, Boma, Matadi à Bordeaux) 80 frs le quintal, pour 1 kg 0,08
  • Transport de Bordeaux à Liverpool, Anvers, etc., 20 frs le quintal, ou de Bordeaux à Paris-Roubaix 32 frs le quintal, soit pour 1 kg, environ 0,02
  • Frais de transport en Afrique, emmagasinage, assurances, commissions en Europe, etc. 0,9
  • Frais de toute nature payés au Havre estimés au total 1,75
  • Prix de revient rendu au Havre, environ 3

Application des frais généraux de la Société congolaise, lourds en raison de l'éloignement, de la cherté des vivres et du coût élevé des salaires, environ 2
Prix de revient total minimum (frais généraux n.c.) 5 frs
Comité consultatif de l'Agriculture, du Commerce et de l'Industrie du Ministère des Colonies au Ministre, Rapport sur le marché du caoutchouc de Bordeaux, 5 juil. 1905, Conc., XXV-B(3).
  • Prix de revient en factorerie payé à l'Africain 1 à 1,25 frs
  • Frais de transport, douane, vente, commission :

Messageries fluviales du Congo
réduits de 280 à 187 frs la tonne pour Mongoumba, Brazzaville, soit pour 1 kg 0,18
Chemins de fer du Congo
réduits de 419 à 136,50 frs la tonne, de Kinshasa à Matadi, soit pour 1 kg 0,13
Chargeurs Réunis
dégrèvement temporaire de 10 frs par tonne soit pour 1 kg environ 0,01
droits de sortie, ramenés par le G.G. de 0,60 à 0,30
J. Weber, administrateur-directeur général de la C.F.S.O., Note sur la crise du caoutchouc et ses conséquences pour l’A.E.F., 6 nov. 1913, Conc., XXV-B.
La même année, J. Weber déclarait à l’Assemblée générale de sa Société, le 16 déc. 1913, que le prix de revient du kilo incluant les frais généraux était en tous les cas inférieur à 6,25 frs. Arch. C.F.S.O.

116 A Mossaka, l’ivoire qui ne provenait pas de la concession était acheté jusqu’à 23 frs le kilo (prix consenti pour drainer l’ivoire qui descendait en fraude du Kouyou et du Congo). Après la guerre, la distorsion devint encore plus flagrante : en 1926, le kilo d’ivoire, payé sur la concession de 2 à 20 frs selon la grosseur des pointes, valait en territoire libre de 40 à 100 frs le kilo. Rapports des administrateurs de la Likouala-Mossaka, cité par Laperge, Documentation relative à la C.F.H.C., op. cit.
Prix d’achat de l’ivoire en 1910 dans la Circonscription de la Likouala-Mossaka :
Image img13.jpg

117 Ibid.

118 Rapport de l’administrateur de la Mossaka, 1917, cité par Laperge, ibid.

119 Voir Chap. V.

120 Commission des Concessions Coloniales, séance du 26 juil. 1920, Conc., XXV-B(2).

121 R.G., S.C.. 1912, op. cit.

127 Lieutenant-gouverneur du Moyen-Congo au G.G., 31 juil. 1914, cité par Laperge, Documentation relative à la C.F.H.C., op. cit.

Notes de fin

* [16]. La presque totalité de ces chiffres intéresse les alcools de traite. Il faudrait en déduire quelques milliers de litres affectés à la consommation européenne. Les importations à destination de l’Oubangui-Chari-Tchad ne furent distinguées qu’à partir de 1909 par les statistiques. Elles furent toujours très inférieures à celles du Gabon :
En 1909 22 800 l
1910 60 000
1911 30 000
1912 35 000
1913 42 000
1914 58 000

* Années 1900 à 1914 : [16].

* Nombre de fusils de tous modèles (Gras, mousquetons, Albini, fusils à tabatière, Chassepot, Remington, fusils à piston), à l’exclusion de fusils à pierre. Quatre villages n’avaient pas été recensés : Kadjema, Badoumga, Kaka, Tassara. Rapport annuel du Commandant du Cercle de Sémio, 1904, Rapport S.S.S., 1908, Conc., XXIX(2)-A(4).

* Extrait du rapport S.S.S., 1908, op. cit.

* Extrait du R.G., S.C., 1912, op. cit.

** Les chiffres manquent, ou sont indiqués seulement en valeur et non en quantité.

** Dont 900 fusils à destination du Tchad, mais pas nécessairement « de traite ».

** Poste (sur le M’Bomou) le plus occidental des S.S.S.

*** [15].

*** *** Dont, à partir de cette date (sauf en 1914 où 3,7 t furent expédiées au Gabon), la quasi-totalité à destination de l’Oubangui-Chari-Tchad.

*** Après la protestation de l’inspecteur, qui obtint du directeur Wahl-Sée, à son passage à Bangassou, « qu’il diminue pour les fonctionnaires le prix d’achat de certaines marchandises. Mais il est inadmissible que cela reste une faveur. » Rapport S.S.S., 1908, op. cit.

**** Annuaire statistique de l’A.E.F. [12], p. 267. Les importations d’alcools réapparurent seulement dans les statistiques en 1931, avec un total limité de 33 507 l (dont 22 998 au Gabon, 3 938 au Moyen-Congo, 6 162 en Oubangui-Chari et 409 au Tchad). [16], 1931.

Table des illustrations

Titre Alcools importés*.(en litres)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Importation des vins ordinaires.(en milliers de litres)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Importation des armes et de la poudre de traite en A.E.F.14
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/378/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Cartouches Gras vendues par la factorerie de Sémio.(unités)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/378/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/378/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Valeur en francs de quelques marchandises vendues par la Cie des Sultanats**.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/378/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/378/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/378/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Prix moyen d’achat de l’ivoire et du caoutchouc en 1912 dans quelques établissements soumis à la surveillance de l’Administration**.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/378/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 782k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540