Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930. Tome 1

 | 
Catherine Coquery-Vidrovitch

I. Les conditions

Chapitre III. Le sous-équipement du Congo

Texte intégral

1Étrangères ou non, les compagnies connurent les mêmes déboires. Le pays était pauvre et le régime défectueux. Le volume dérisoire des capitaux mis en œuvre rendait les difficultés insurmontables. Au nord, la savane à peine connue était hors d’atteinte : il fallait compter quatre mois pour gagner le Tchad, assuré seulement en 1900 ; l’exploitation était impossible tant qu’elle restait subordonnée au portage. Au sud, la forêt, impénétrable à perte de vue, peuplée seulement le long des voies d’eau, était un milieu malsain, souvent mortel aux Européens, à peine plus clément aux Africains affaiblis par le paludisme ou décimés par la maladie du sommeil que l’extension des échanges contribuait à propager.

  • 1 Avenant du 8 juin 1897 à la Convention de concession, Conc., L(l).

2Aux obstacles de l’éloignement, du climat et de la végétation s’ajoutait la pénurie totale de matériel : ni bateaux, ni pistes, ni ponts, ni même matériaux de construction puisqu’au début, faute de scieries, on importait encore en ce pays couvert de forêts des planches de sapin du nord. L’État avait fini par concevoir les compagnies comme des sociétés d’investissement de biens d’équipement. Mais aucun texte ne le précisa jamais. Si l’on excepte l’entretien de quelques caboteurs, aucune Société, sauf la S.H.O., ne reçut expressément la charge de travaux publics. La Société fut d’ailleurs incapable, faute de crédits suffisants, d’achever la piste qui devait doubler, sur la rive de l’Ogooué, le cours du fleuve rendu impraticable par les rapides de Booué à l’Ivindo1.

  • 2 Note imprimée de 1898, Conc., X-3.
  • 3 Par exemple : disputes sur la « zone neutre » aux confins de la S.H.O., de la C.F.H.C et de l’Alim (...)
  • 4 U.C.F. à M.C., 12 mars 1901, Conc., XIV-B(2).

3Ces négligences traduisaient, certes, l’intervention des hommes intéressés à l’entreprise auprès de l’Administration centrale et leur influence sur les pouvoirs de décision. Mais elles révélaient surtout le tragique manque d’information, aussi bien du législateur que des concessionnaires, à tous les niveaux : du point de vue territorial, on en était réduit à des conjectures. Selon les règlements en vigueur, le demandeur devait justifier sa requête par une note portant non seulement sur ses ressources et ses appuis financiers, mais aussi sur les établissements qu’il possédait au Congo, les études scientifiques ou commerciales qu’il avait faites dans la région, les mesures qu’il comptait prendre pour assurer la mise en valeur de la concession et l’installation des factoreries, enfin le personnel technique dont il disposerait2. En fait, les plans sommaires joints aux dossiers étaient bourrés d’inexactitudes. La répartition des concessions donna lieu à de grossières erreurs dont nous avons déjà cité les plus flagrantes : les compagnies de la Mambéré-Sangha et de l’Afrique Équatoriale furent condamnées à disparaître faute d’exister sur le terrain. Pour d’autres, la délimitation ultérieure de confins mal définis donna lieu à d’interminables contestations3. Les estimations démographiques restèrent longtemps fantaisistes : dix millions de Congolais, estimait-on en 1901, devaient produire 10 000 t de caoutchouc et 200 000 pointes d’ivoire4. Or, le premier sondage sérieux, en 1914, faisait état de deux millions et demi d’habitants seulement.

  • 5 L’évolution détaillée de la production sera traitée dans la cinquième partie de l’ouvrage.

4Quant aux précisions d’ordre économique, elles ne reposaient sur aucune étude valable, ni climatique, ni pédologique, ni agronomique. Le pays produisait presque exclusivement de l’ivoire et du caoutchouc ; l’ivoire (1,4 million de francs en 1896) était en régression : les trésors thésaurisés dans les villages s’épuisaient et les éléphants étaient massacrés ; le maximum fut atteint en 1905 (210 tonnes, 4 millions de francs) ; en 1920 l’exportation était tombée à 97 t. Quant au caoutchouc, le record de 1906 (1950 t, la moitié de la production d’A.O.F.) resta inégalé jusqu’à la guerre. L’exploitation du bois était à peine amorcée ; les seules essences recherchées furent longtemps l’ébène et le bois rouge (teintures). Si l’exportation globale des bois fit un bond de 2 000 t en 1898 à près de 150 000 t en 1913, l’inventaire des richesses forestières du Gabon était encore à faire5.

5Avec un commerce général de 10,5 millions en 1898 contre 101 millions pour l’A.O.F., le Congo apparaissait comme le parent pauvre des colonies françaises. Cette évolution ne fit que s’aggraver. Nous verrons que, moins qu’à la médiocrité de ses ressources, il le dut aux déficiences du système économique pratiqué. Les compagnies concessionnaires se livrèrent à une traite plus rigoureuse qu’en A.O.F., mais avec un minimum de capitaux et de moyens. Le personnel des Sociétés, mal payé, fut toujours très peu nombreux. Mais le nombre de fonctionnaires ne valait guère mieux et le contrôle de l’État était inexistant. Dans ces conditions, il ne pouvait y avoir ni encadrement, ni contrôle administratif, ni mise en valeur réelle.

I. LE PAYS VERS 1900

  • 6 Coquery-Vidrovitch [80].
  • 7 Les travaux entrepris par J.-C. Nardin de collecte des documents relatifs à la période intermédiai (...)
  • 8 Union Congolaise Française à M.C., 28 mars 1905, Conc., XXV-D(l).

6On reste confondu par l’immobilisme de la colonie depuis sa création par Brazza en 1886. Nous n’insisterons pas sur la description du pays et des peuples à l’époque, entreprise dans un ouvrage précédent6. Il ne semble pas que la connaissance du terrain ait progressé depuis cette date de façon notable7 : « On oublie trop, rappelait un document de 1905, que le Congo n’a jamais été conquis, qu’il n’y a pas eu prise de possession effective des vastes territoires de notre colonie. »8

1. La forêt : pays et peuples

7Le relief accidenté au voisinage des côtes – Monts de Cristal au nord de l’Ogooué, massif du Mayombé au sud – et la forêt dense qui s’étendait depuis l’Atlantique jusqu’au nord de Bangui rendaient la circulation difficile sauf dans l’îlot de savane de la région de Brazzaville prolongé par la vaste étendue sablonneuse et sèche du plateau Batéké. Les seules voies de pénétration étaient les fleuves. Mais, rendus impraticables par les rapides de leur cours inférieur, ils traversaient en amont un pays à peine plus accessible par l’enchevêtrement des lagunes encombrées de bois mort et des forêts marécageuses. On s’était contenté de jalonner leurs rives de postes et d’établissements commerciaux. En arrière le pays continuait d’être inconnu :

  • 9 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

« Nous n’y avons aucun moyen d’action, aucune influence. Pour t’en citer un exemple personne n’a jamais pénétré à dix kilomètres de Libreville. En réalité, il n’y a d’occupé et de connu que la côte et les lignes fluviales. On n’a pas de moyens suffisants pour pénétrer dans l’intérieur. »9

  • 10 Ibid.

8Sur la côte, outre Libreville, bourgade riante étagée sur un coteau boisé attenant à la forêt, on trouvait seulement au Cap Lopez quelques factoreries qui servaient d’entrepôt aux établissements de l’Ogooué, desservis par un petit bateau à roues appartenant aux Chargeurs Réunis. Au sud, Setté-Cama était « un trou avec quatre ou cinq cases servant de factoreries »10. Plus loin subsistaient seulement les ruines des anciens barracons d’esclaves qui avaient prospéré jusqu’en 1880. L’embouchure inondée du Kouilou portait quelques entrepôts. Seul Loango, tête de pont de la piste des caravanes qui, à travers le massif du Mayombé, puis par la plaine du Niari reliait Brazzaville à la côte, présentait une certaine animation, menacée depuis 1898 par la mise en service du chemin de fer belge.

  • 11 Ils disposaient d’un remorqueur de quatre tonnes tirant quinze tonnes, de pirogues capables de tra (...)

9En revanche, la voie ferrée favorisa l’essor de Brazzaville, point de transit nécessaire vers l’autre rive du Pool. Les frères Tréchot assuraient la traversée moyennant un tarif de 40 frs la tonne – autant que le prix du passage Europe-Afrique11. Au nord de l’agglomération s’étalaient les concessions commerciales de la Compagnie Hollandaise et de la C.F.H.C. qui possédait également deux vapeurs sur le fleuve. Au sud, quelques paillotes naguère édifiées pour la mission Marchand servaient de bâtiments militaires.

  • 12 Navire de 35 m de long sur 6 de large, avec roue arrière à onze palettes et un pont inférieur pour (...)
  • 13 Le Brabant et le Hainaut qui « accaparent tout le trafic de notre intérieur en faisant débarquer c (...)

10Entre Brazzaville et Bangui, il n’existait plus que deux malheureux postes, Bonga à l’embouchure de la Sangha (tenu par un douanier et deux soldats) et Liranga au confluent de l’Oubangui (un fonctionnaire et onze miliciens). La remontée du fleuve restait une véritable expédition. Elle était assurée par le vapeur à roues de la N.A.H.V., le Foumoun Tango, qui portait 45 t12. Mais à la moindre baisse des eaux, il s’échouait sur les bancs de sable et il fallait décharger et le dégager à la cordelière. En saison sèche, il s’arrêtait en aval des rapides de Zinga, à quatre ou cinq jours de Bangui où il fallait envoyer chercher des convois en pirogue. En cas de surcharge, on recourait aux vapeurs plus puissants de l’État Indépendant13. Des mesures furent enfin prises lorsque le Commissaire général de Lamothe, bloqué deux mois en 1900 à Bangui faute de transport au retour d’une tournée en Oubangui-Chari, se décida à organiser un service moins précaire.

  • 14 Voir la description de ce commerce dans Sautter [117], pp. 369-373, et Coquery-Vidrovitch [80], pp (...)
  • 15 Sur les migrations des Bakongo à cette époque, voir Sautter [117], pp. 472-480, et Balandier [62], (...)

11Avec de tels moyens, on n’avait depuis quinze ans presque rien appris sur les populations locales, et guère agi sur elles. Les gens de la côte, les plus ouverts à la pénétration, furent aussi les plus touchés. Autour de Libreville et dans le bas Ogooué, les Mpongwé ou « Gabonais », intermédiaires traditionnels entre les Blancs et l’arrière-pays, étaient progressivement entrés au service des Européens. Naguère seulement traitants, ils étaient devenus surtout boys, petits employés et commis de boutique. Au sud, les Loango et surtout les Bakongo s’étaient vu dépossédés de leur monopole de courtiers du grand commerce congolais par les premières sociétés européennes : la maison Daumas-Béraud, la Société Anonyme Belge pour le Commerce du Haut-Congo (S.A.B.) et la Compagnie Hollandaise14. Autrefois maîtres des marchés de transit autour du Pool, ils gardèrent le souci de n’être pas tenus à l’écart du mouvement de marchandises entre la côte et Brazzaville et devinrent travailleurs sur les premières plantations de cacao ou de café et surtout porteurs sur la route des caravanes. C’était pour les colons et l’Administration une source commode de main-d’œuvre, dont le renouvellement était assuré par le progrès de la migration bakongo vers le nord du fleuve, accéléré par le repli batéké15. Mais leur maniabilité les rendit particulièrement vulnérables : à la fin du xixe siècle, les Loango surtout, épuisés par le portage, étaient décimés par la maladie du sommeil, tandis qu’en arrière les groupements bassoundi chassés par la répression militaire de la mission Marchand s’étaient réfugiés dans le bassin supérieur du Djoué.

  • 16 Balandier [62], p. 76.
  • 17 Renseignement communiqué par Jan Vansina.
  • 18 A. Dolisie, Lieutenant-gouverneur du Moyen-Congo, « Notice sur les chefs batéké avant 1898, » Bull (...)
  • 19 M. Ibalico, « Où il est question du royaume Anzicou et de la station de Ncouna. suivi de quelques (...)

12En revanche, dans l’arrière-pays, la vie traditionnelle n’avait pas subi de bouleversement notable depuis l’apparition des Français au Congo. Sur l’Ogooué, la progression des Fang vers le sud-ouest avait partiellement dépossédé les anciennes tribus riveraines (Eshira, Akélé, Okandé, Adouma). Les Fang, qui gravitaient autour des factoreries, assuraient dorénavant les transactions commerciales avec l’« hinterland » encore fermé aux Blancs16. Dans le Moyen-Congo, le trafic boubangui du pays des Rivières, entravé vers l’aval, s’était poursuivi sans trouble majeur sur le réseau des affluents de la rive droite (Nkéni, Alima, Kouyou et Sangha, Likouala et bas Oubangui). Les perdants étaient les Batéké, refoulés par les Balali-Bassoundi et relégués sur leur plateau depuis que l’autorité coloniale, ayant obtenu du Makoko la souveraineté du pays, ne ressentait plus la nécessité de les protéger. La population avait choisi de se retirer plutôt que de se soumettre. Quant au roi, il était inféodé aux Blancs qui, dès la mort (en 1892)17 du Makoko Ilo – celui de Brazza – songèrent « à rechercher et à soutenir, parmi les successeurs éventuels [...], qui est celui qui se prêterait le plus à la réalisation de nos idées en matière d’impôt »18. Nguebili, successeur désigné, mourut d’ailleurs à Brazzaville où, à la suite d’une attitude peu conciliante, il avait été amené de Mbé en captivité – fait sacrilège pour les Batéké dont le roi ne devait pas fouler le sol de ses États, sous peine de les condamner à la stérilité19.

  • 20 Arrêté du Commissaire général p.i. Dolisie, Libreville, 26 août 1898, J.O.C.F., 1er sept. 1898.

13Bref, si l’autorité coloniale était encline à se plaindre de cette mosaïque de peuples segmentaires où l’emprise du chef dépassait rarement le cadre du village, elle n’était pas en mesure d’y remédier. De place en place, elle s’efforçait d’organiser le pays en un nombre limité de chefferies administratives en favorisant des chefs choisis en fonction de leur docilité plus que de leur prestige traditionnel : Ossimamba fut intronisé chef des villages Fang, et Bahaké chef des villages Boulou de la région de Sibangue, Victor Aleka fut placé à la tête des villages Mpongwé du nord-ouest de Libreville. Mais leur autorité restait à peu près nulle sur un territoire dont la délimitation restait à faire20.

2. Le nord

  • 21 Principales missions d’exploration lancées sous le Commissariat de Brazza :
    – 1891 : Brazza en Moye (...)

14L’aménagement interne de la colonie était paralysé par la médiocrité d’un budget dont la majeure partie servait à financer la marche vers le nord, par la Sangha ou l’Oubangui, dans le cadre de la course au Tchad ou au Nil21. L’éloignement et le manque de moyens de transport grevaient lourdement la vie de relation. En amont des rapides de Bangui, poste protégé, par une trentaine de miliciens, des populations hostiles environnant Bondjo, les rares expéditions progressaient en pirogue, jusqu’à Kemo. D’abord accueillies sans réticences et même parfois volontiers, en raison de leur générosité qui faisait bien augurer du commerce, elles en vinrent rapidement à fatiguer puis à terroriser les gens. Les procédés violents utilisés pour recruter pagayeurs et porteurs avaient contribué à éloigner des rives les populations sacrifiées aux objectifs du Bahr-el-Ghazal et du Nil : cultivateurs Sabanga, M’Baga et N’Dys, puis entre Oubangui et Gribingui, tribus Ouadda et surtout Mandja étaient disséminées en villages dépourvus d’une organisation centrale susceptible de résister aux exigences sans cesse accrues des missions de pénétration.

  • 22 Traité de 1897 conclu avec E. Gentil. Traité du 18 févr. 1903 conclu avec A. Fourneau et G. Bruel. (...)

15Au-delà, les peuplades animistes – N’Gao, Boubou, etc. – étaient périodiquement razziées par les sultans du nord et du nord-est, établis souvent à la fin du xixe siècle à la suite des brassages politiques favorisés par la conquête du Bahr-el-Ghazal et du Haut-Nil par les Égyptiens. Leur essor fut encouragé par les progrès de la pénétration européenne depuis le Soudan et l’État Indépendant, tels les sultans du Haut-Oubangui (Bangassou, Rafaï, Sémio et Tamboura) – dont nous évoquerons plus loin l’appareil militaire et économique centralisé – ou, plus au nord, le sultan Senoussi de Ndélé qui traita pour la première fois en 1897 avec les Français, mais n’accepta la création d’un poste sur son territoire qu’en 1903 et fut éliminé seulement en 191022.

  • 23 Le lieutenant belge Van Gèle avait signé le 14 juin 1890 un traité avec le sultan Bangassou. Dampi (...)
  • 24 Traités passés avec Bangassou, 23 févr. 1909, Rafal, 31 mars 1909, et Sémio, 12 avr. 1909. Dampier (...)

16A la création des concessions, le pays était donc presque ignoré. Liotard, Commissaire du Haut-Oubangui, avait en 1895 succédé dans la région aux premiers occupants belges23. Mais les sultans restaient des « chefs alliés » qui avaient certes contribué volontiers au passage de la mission Marchand (automne 1897), mais pour lesquels l’influence française se traduisit seulement en 1909 par des traités de protectorat en bonne et due forme24. La jonction des troupes françaises se fit en 1900 seulement au lac Tchad où la bataille de Kousseri et la mort de Rabah (22 avril 1900) marquèrent la fin de l’ère de la conquête.

  • 25 Carte au 1 : 2 500 000 établie sur les indications du lieutenant-colonel Destenave. Tous les itiné (...)

17La première carte du bassin du Chari fut entreprise en 190225. Le pays n’en demeurait pas moins encore le domaine des marchands d’esclaves venus du nord-est ou de l’ouest. Les sultans du Mbomou vivaient des razzias exercées sur les Boubou, leurs voisins de Poutre-Kotto.

  • 26 Rapport sur l’occupation et l’organisation du Cercle du Moyen-Logone, par G. Bruel, administrateur (...)

18De la même façon, les Foulbé venus de l’ouest opéraient dans le bassin du Logone. Ceux de Ngaoundéré descendaient entre le Lim et la Mambéré. Le long des cours d’eau, ils avançaient très loin vers l’est, jusqu’au village de Mbal : 10 000 personnes environ disparaissaient annullement de ces régions au début du siècle, tuées dans les razzias, vendues comme esclaves ou mortes sur les routes de l’exil26.

  • 27 Témoignage recueilli à Fort-Lamy, déc. 1968.

19Même avec la disparition de la traite négrière, en dépit des efforts de l’Administration pour évacuer les produits vers le sud en créant des courants commerciaux jusqu’au Congo, le long de la Sangha ou du Chari-Oubangui, les itinéraires caravaniers traditionnellement orientés est-ouest, du Soudan au Nigéria, résistèrent durablement dans la moitié nord du pays. Il n’est que d’entendre le témoignage d’un vieux négociant bornouan de Fort-Lamy, Kanouri, venu s’installer dans les années 1925 dans le pays pour pratiquer à l’origine le commerce du poisson sec apporté du Cameroun contre le sel du nord. Il s’enrichit progressivement en organisant le trafic entre les tissus, les bijoux et la kola de Nigéria et les troupeaux transhumants du Soudan : « Que pouvait faire, dit-il, un administrateur isolé installé au chef-lieu 7 » La contrainte des frontières, à l’en croire, ne fut guère ressentie avant la seconde guerre mondiale27.

20Au début du xxe siècle, on n’avait donc pas encore abandonné la phase d’exploration inaugurée par Brazza pour passer à l’occupation effective et à l’organisation. La pénurie de fonctionnaires et le handicap du régime concessionnaire retardèrent celles-ci encore longtemps.

II. LA PÉNÉTRATION

  • 28 Questionnaire de deux pages adressé à tous les chefs de poste et administrateurs, 4 juil. 1900, J. (...)
  • 29 A l’exception d’un bref récit d’un agent concessionnaire, E. Dusseljé, sur les Tégué de l’Alima, A (...)

21En dépit des recommandations faites aux administrateurs, la pénétration du pays demeura rudimentaire jusqu’à la guerre de 1914. Certes, une circulaire détaillée de 1900 leur enjoignait de rassembler toute la documentation possible sur le territoire et ses habitants : géographie physique (limites des régions, sols, climat, cartographie...) ; géographie politique (populations : races, tribus, etc. ; état des recensements ; mœurs et coutumes, religion, industrie, mouvements migratoires...) ; géographie économique (couverture végétale, moyens de communication, main-d’œuvre, agriculture, produits, commerce, monnaies, prix...)28. Ces instructions restèrent lettre morte faute de personnel, et peut-être aussi parce qu’à la vague de découvertes, débordantes de curiosité, inaugurée par les premiers voyageurs qui s’avancèrent dans l’arrière-pays (de Du Chaillu à Brazza et à ses compagnons) avait succédé une phase de prise en main administrative, plus soucieuse de l’organisation des services du chef-lieu que de révélation scientifique. On est surpris de l’indigence de la bibliographie sur la période 1900-1920 comparée à l’abondante littérature qu’avaient suscité les explorations antérieures jusque dans les plus modestes revues scientifiques ou géographiques de province29.

22La population européenne, composée essentiellement de fonctionnaires, de commerçants et de missionnaires, et d’un pourcentage réduit de femmes et d’enfants, surtout avant-guerre, fut toujours faible dans ce pays réputé pour son climat insalubre. Passée de 800 à 2 000 habitants durant la première phase de l’exploitation concessionnaire (1900-1911), elle ne doubla à nouveau qu’après le démarrage de l’économie forestière et du commerce de traite, à partir de 1925.

  • * Annuaire statistique de l’A.E.F. [12], p. 34.

Population européenne en A.E.F.*
(unités)

Population européenne en A.E.F.* (unités)

23Le nombre d’Européens resta surtout limité en brousse où, compte-tenu de la progression du port de Pointe-Noire, il eut même tendance à régresser au Moyen-Congo après la guerre :

  • * Moyen-Congo, Rapports annuels, Aix, 4 (2) D.

Moyen-Congo. Européens résidant hors de Brazzaville**.

Moyen-Congo. Européens résidant hors de Brazzaville**.
  • 30 Gabon, Rapport d’ensemble, 2e sem. 1904. Le Gabon comptait alors environ 400 Européens (200 dans l (...)

24Au début du siècle, bien que Libreville fût encore le chef-lieu du Congo, Brazzaville, carrefour du commerce, venait déjà en tête avec 248 habitants (dont 7 femmes) contre 156 seulement à Libreville30.

  • * Moyen-Congo, Rapport annuels, Aix, 4 (2) D, et Annuaire statistique de l’A.E.F. [12], p. 41.

Population européenne de Brazzaville**.

Population européenne de Brazzaville**.
  • 31 Commissaire spécial Bobichon au C.G., Rapport du 4e trim. 1904, Brazzaville, 21 janv. 1905, Aix, 8 (...)

25Le transfert à Brazzaville des services fédéraux assura l’essor de la ville. Les demandes d’achat ou de location de terrains affluèrent, surtout sur le « Plateau »31. Mais, jusqu’à la guerre, la plupart des édifices – à l’exception du comptoir de La Brazzaville et des magasins des Messageries Fluviales – constituaient encore des installations provisoires en torchis et en bois, couvertes en tôle ou en paille. Cependant la ville, avec mille habitants en 1931, compta régulièrement le quart environ de la population européenne d’A.E.F.

  • 32 Le contenu de la circulaire Merlin est analysé en détail par Mazenot [304], chap. VIII.

26Le programme général de l’occupation administrative fut lancé seulement le 1er août 1909 par une circulaire du Gouverneur général Merlin. Il y exposait la nécessité d’une pénétration méthodique, le plan d’action à suivre (« tactique enveloppante » plutôt que tache d’huile exercée, par ordre d’urgence, sur les régions les plus peuplées et les mieux situées), le choix de la cellule d’occupation (« de préférence [...] le point extrême de navigation en amont des rivières d’où l’on peut toujours aisément descendre dans la basse vallée ») et le rôle des agents chargés de l’animer par de fréquentes tournées et le recours aux chefs traditionnels32. Ces instructions furent suivies d’un début de réalisation. Mais la pénurie de personnel et la faiblesse du budget en limitèrent singulièrement les effets.

1. Le Gabon

  • 33 Gabon, Rapport d’ensemble, 1904, [333], pp. 14-16.
  • 34 Gabon, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (1) D.

27A la veille de la guerre, le Gabon restait le pays le plus mal connu. La carte dressée en 1911 de l’occupation administrative est éloquente : seules les populations maritimes, connues depuis longtemps, étaient soumises. Seules, elles avaient payé l’impôt. Au nord, tout le pays fang – région côtière, Woleu Ntem et Ivindo – était défiant. On en était encore à acheter le concours des premiers chefs Fang de la région de Libreville. Quatre-vingt-quatre d’entre eux, venus du haut Como à la suite du chef des Bekoué jusqu’alors révolté, furent reçu solennellement au chef-lieu en 190433. Vers le sud, les Bakota de la rive droite de l’Ogooué, les Ishogo de la Ngounié, les Obamba autour de Franceville, les peuples de l’Ofooué et de la Lolo, qui « paraissaient » être des plus importants, demeuraient impénétrables : « A la fin de 1910, aucune de ces peuplades n’obéit à nos ordres. »34

Carte 4. L’occupation du Gabon à la veille de la première guerre mondiale, 1911. (Source : Rapports généraux, 1911 à 1916, Aix, 4 (1) D.)

  • 35 La première commission de délimitation franco-allemande remontait au début du siècle (mission Cure (...)
  • 36 Gabon, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (1) D.

28La première action d’envergure fut entreprise en 1911. Sur la côte, la tâche administrative était « à peine commencée ». Il restait à organiser les populations, à instituer des chefs dociles, à mettre au travail les adultes, « œuvre de longues années » que la disparition des sociétés concessionnaires sur les lagunes et le bas Ogooué allait, espérait-on, faciliter. A l’intérieur, on entreprit une série d’« opérations » de pénétration. Aucune tentative n’avait été faite au Woleu-Ntem depuis qu’en 1907 la mission Cottes avait reconnu la zone frontière disputée entre la Cie de la Ngoko-Sangha et les commerçants venus du Cameroun35. L’occupation fut accélérée par les accords conclus en 1911 avec l’Allemagne, qui exigeaient de délimiter les territoires cédés au Cameroun. Bitam et Minvoul furent occupés. Mais l’autorité française y était nulle et sur la côte les Oyerk et les Essofia, en lutte contre les Attamakek, avaient tenu les tirailleurs en échec. On ne parlait encore que de « châtier » les villages – tel Aboma, qui s’était « rendu coupable en 1920 d’une agression contre un détachement »36. Seuls les Dzimou (Djem) de Souanké acceptaient de participer aux travaux d’aménagement des pistes et même d’acquitter leurs redevances, au point d’être utilisés comme auxiliaires armés de la colonne d’opération. Mais l’occupation du Woleu-Ntem, interrompue par la guerre, fut reprise seulement en 1915 et le pays fut tenu militairement jusqu’en 1921.

Carte 5. L’occupation du Gabon en 1916. (Ibid.)

Carte 6. L’occupation du Moyen-Congo à la veille de la première guerre mondiale. (Source : Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D.)

  • 37 Gabon, Rapport politique, 1922, Aix, 4 (1) D.

29Ailleurs, en pays Fang, dans l’Okano et dans l’Ivindo, où les Sanga-Sanga avaient brûlé des villages et où les Bakota refusaient de se soumettre, on n’avait pas non plus dépassé le stade des opérations de répression, énumérées année après année dans les rapports administratifs. Dans le haut Ogooué, les deux postes de Lastour-ville et de Franceville, abandonnés jusqu’alors à la Société du Haut-Ogooué, furent rétablis seulement en 1911. Dix ans plus tard, la situation n’était toujours « pas fameuse ». Seules étaient ralliées quelques tribus établies autour des postes de Bavoumbou, d’Akanigui et d’Obamba. Mais « l’immense région des Bakota rest[ait] inconnue et le groupe bakota, important au sud-est d’Okondja, toujours insoumis et hostile »37.

  • 38 Voir Chap. VIII.
  • 39 Gabon, Rapport annuel, 1916, Aix, 4 (1) D.

30Au sud du fleuve, les populations étaient apparemment « calmes et tranquilles », En fait, dans la Nyanga, la force d’inertie la plus totale avait succédé à la révolte qui sévit avec violence de 1904 à 190938. Quand leurs villages venaient à être découverts, les populations de l’Ofooué-Ngounié les abandonnaient pour établir des campements en forêt. Quant au pays Awandji, au sud de Lastourville, il restait complètement fermé aux Européens. Au total, « l’hinterland [était] aussi fermé, aussi hostile qu’en 1910 ». On ne commença guère avant 1916, à la suite des instructions sévères données dans le cadre de l’effort de guerre, à lutter par le regroupement obligatoire contre la dissémination des populations en une multitude de campements isolés, « principa. obstacle auquel se heurte notre œuvre politique, administrative et économique »39. Il fallut attendre 1920 pour que le Gouverneur général Angoulvant se résolût à lancer des opérations définitives. Mais en 1927-1929, le soulèvement des Awandji rappelait encore la précarité de l’équilibre intérieur.

2. Le Moyen-Congo et l’Oubangui-Chari

  • 40 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D. Il restait désormais trois groupes réfractaires :
  • 41 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (2) D.
  • 42 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D.

31Au Moyen Congo, dont la position clé au cœur de la colonie, au carrefour des échanges de toute la cuvette congolaise, suscitait les espoirs les plus vifs, l’occupation fut moins tardive. Au sud, les circonscriptions du Pool, des Bakongo et des Bakougni voie de passage, réservoir de main-d’œuvre et pays des mines de cuivre (Mboco-Songho), étaient depuis longtemps entrées dans la mouvance coloniale, à l’exception de quelques zones refuges avoisinant la ligne de faîte Congo-Niari et la frontière gabonaise. Les opérations furent entreprises en avril 1911 dans l’arrière-pays de la Louessé, contre les Bayaka, les Bakougni et les Ballali. La création de Mossendjo et la construction d’une piste assurèrent dorénavant la liaison, confirmée l’année suivante par la jonction Bikié-Omoï à travers des tribus bakota et bansanghi jusqu’alors inviolées40. En revanche, le plateau Batéké, peuplé de Téké, d’Achikuya, de Tégué (sur l’Alima) et de Djikini (sur le Kouyou), resta longtemps fermé. Fin 1910, la situation était « des plus précaires ». Seuls les Batéké les plus proches du fleuve, entre Léfini et Nkéni, et les Boubangui du Congo reconnaissaient un semblant d’autorité. Mais ces derniers, « répartis en petits villages sans liens communs bien apparents », passaient sur la rive belge à la moindre alerte. Les autres « se bornaient à commercer de façon très irrégulière avec les agents de factoreries qu’ils toléraient », tandis que les Mbochi de Mbaïa et de Béié « continuaient à agir selon leur bon plaisir ». Une opération de police aboutit en 1911 à la prise de Mbaïa. Bien que le chef Gambona se fût réfugié en brousse, une centaine de villages acceptèrent de se soumettre entre Nkhémi et Alima41. Mais le plateau Kukuya restait « le refuge de toutes les fortes têtes »42. En 1913, l’installation de deux postes à Djamballa sur la haute Mpama et à Djambani sur le Lékéti ne résolut pas le problème, non plus qu’une « démonstration de force » en novembre, malgré l’arrestation du « meneur », le vieux chef Gamdou-mou, et la soumission du féticheur Gansessé, influent dans le bassin de l’Alima.

  • 43 Voir à ce propos : Coquery-Vidrovitch [288].
  • 44 Congo-Cameroun 1911. Missions de délimitation Cottes et Périquet, dossier Situation économique de (...)
  • 45 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (2) D, pp. 34-35.

32Vers le nord, Brazza avait fait porter les efforts sur la haute Sangha (Circonscriptions Baya, Mbimou, Yanghéré et Haoussa). Certes, les fluctuations de la « politique indigène », parfois favorable aux agriculteurs baya animistes, plus souvent accueillante aux pasteurs et commerçants bororo et haoussa plus ou moins islamisés et liés aux lamibe de l’Adamaoua, avaient encouragé des troubles qui se prolongèrent jusque dans les premières années du siècle43. Comme au Gabon, la proximité du Cameroun éveilla la sollicitude de l’Administration. A partir de 1911, les activités économiques de l’enclave de Ouesso furent jalousement protégées44. Au nord, l’instabilité des populations mouvantes de part et d’autre de la frontière, la résistance du pays de Bouar et des groupements du bassin de la Mbali aboutirent à une « opération de police » contre le cagama (chef) de Loukoti qui s’opposait à l’ingérence de l’Administration : le regroupement en cinq agglomérations de tous les villages de la zone marqua la fin des hostilités45.

  • 46 P. Bourdarie, « Organisation et perception de l’impôt indigène. La mission H. Bobichon », B.C.A.F. (...)
  • 47 L’histoire de l’occupation « en trois phases » de la Likouala-Mossaka, de 1910 à 1914, est retracé (...)
  • 48 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1911, Aix, 4(2) D, p. 25.

33Ailleurs, en arrière des voies navigables, la pénétration, comme au Gabon, ne progressa guère avant 1911. Cette année-là fut entreprise, à la suite du pillage d’une factorerie de la C.F.H.C. (à Djokoakila, au nord d’Etoumbi), l’occupation du pays des Rivières qu’avait seulement parcouru jusqu’alors la mission Bobichon (juin 1903-mars 1904) chargée de reconnaître le pays pour y déterminer les conditions du maintien de l’ordre et de la perception de l’impôt46. Mais l’épaisseur de la forêt, la nature marécageuse du sol et les grands espaces entre les rares villages avaient découragé les efforts47. Autour de Makoua, les hommes du chef redouté de Moali, Kibanidja, se refusaient à toute tentative de conciliation. Cent gardes furent requis pour venir à bout de deux mille guerriers retranchés derrière de multiples ouvrages de défense. Ce véritable combat eut un certain retentissement sur les populations alentour qui commencèrent dès lors d’accepter les opérations de recensement48. Un poste fut créé en 1913 à Etoumbi. Mais le pays était un refuge difficile à pénétrer et les Bakota du nord-ouest continuaient de faire le vide à l’approche des Blancs.

  • 49 Dampierre [384], pp. 520-543.

34A l’est, dans la circonscription militaire de l’Ibenga-Motaba, seules les rives de l’Oubangui étaient acquises. A mesure que l’on s’éloignait vers l’intérieur, les tribus se montraient de plus en plus réfractaires : Bondongo, Bondjo et Banja se réfugiaient dans les épaisseurs de la grande forêt, vers la haute Likouala qui abritait tous les dissidents du voisinage. Au-delà, en Oubangui-Chari, on maintint longtemps sur le Mbomou la politique incertaine des protectorats, en utilisant jusqu’à leur mort l’intermédiaire commode des sultans – Sémio jusqu’en 1912 et Labasso, successeur de Bangassou, jusqu’en 1917 (Hetman demeura sultan de Rafaï jusqu’en 1940). Malgré quelques tentatives d’administration directe (après la mort de Bangassou, en 1913), on se garda généralement de toute intervention. Après la guerre seulement, le démembrement des Sultanats, décapités du fait des Blancs, favorisa l’emprise d’une administration française qui resta toujours assez théorique en raison de l’éloignement49.

  • 50 Oubangui-Chari, Rapport politique, 1920, Aix, 4 (3) D.

35Vers l’aval, seules les populations riveraines de pagayeurs du Mbomou et de l’Ou-bangui étaient entrées depuis longtemps en contact avec les Européens. Quant au couloir de portage qui, de la Tomi au Gribingui (de Fort-Sibut à Fort-Crampel), reliait le bassin du Congo à celui du Tchad, il devint une zone désertée par les Mandja révoltés et épuisés par les efforts que l’on exigeait d’eux toujours davantage. Dans le reste du pays, on se contenta jusqu’à la guerre de faire sur les rivières – Lobaye, M’Poko, Ouaka, Kotto – de sporadiques démonstrations de force. Le rapport de 1920 s’en expliquait encore avec la plus grande sévérité : en haute Kotto, le Chef de Circonscription, qui avait engagé contre les Togbo de la rive gauche une violente répression armée, fut formellement averti d’avoir à « s’en tenir à la simple besogne de police administrative qui lui avait été tracée ». Contre les Boubou de la Mobaye, qui « échappaient encore complètement à notre action il y a trois ans », on avait engagé en août 1920, avec une « rigueur excessive [...], une action importante de large répression » pour laquelle on ne disposait d’ailleurs pas des moyens nécessaires. Contre les Karé réfugiés dans les montagnes du nord de Bozoum et du nord-est de Bouar, on avait partout pratiqué « la même rigueur impitoyable, les mêmes ‘nettoyages’, les mêmes violences exercées sur des hommes, des femmes et des enfants [...] tués ou capturés le plus souvent par des patrouilles, par des détachements opérant sans direction ni contrôle efficace »50.

36Ordre fut donné aux divers responsables de suspendre immédiatement les opérations et d’entrer en contact avec les chefs par le biais d’émissaires bien choisis. Les rapports soulignaient depuis longtemps la vanité de ces reconnaissances lorsqu’elles n’étaient pas « renouvelées souvent au cours de l’année. » Mais ce « contact permanent » prôné depuis la circulaire Merlin restait un rêve impossible tant que persisterait l’extrême faiblesse des effectifs administratifs et militaires :

  • 51 Ibid.

« L’insoumission de ces groupements, dont la dispersion loin de toute surveillance est si souvent signalée, n’est en aucune façon une manifestation d’hostilité ; elle n’est que le désir d’échapper à l’impôt, aux prestations, aux travaux d’entretien des villages et des plantations, à toutes les obligations [...]. Contre ce genre de résistance, ce n’est pas la politique du ‘coup de fusil’ qu’il convient de pratiquer [à l’égard de] gens apeurés et mal armés ou même désarmés. Elle est inefficace. La politique à suivre, politique du bon sens [...], est celle qui nous permettra, dans ce pays où nous n’avons pas encore la collaboration de l’indigène, de prendre réellement contact avec la population par le moyen d’un personnel suffisamment nombreux. »51

III. L’ADMINISTRATION

37La pénétration fut lente et ses résultats décevants parce que les moyens étaient inexistants. La pénurie attisait les querelles de clocher qui envenimaient une situation déjà fort compromise :

  • 52 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

« Il est de règle au Congo que tous les pouvoirs civils, militaires et religieux doivent être en lutte perpétuelle. C’est une maladie très connue dans la colonie et qu’on appelle la congolite. »52

  • 53 En 1903, les recettes du Congo français s’élevaient à 5 655 396 frs (recettes ordinaires : 3 607 9 (...)
  • 54 Annuaire de l’École Coloniale, 1900 et 1905 (2e éd.), relevant les administrateurs administrateurs (...)
  • 55 Budget général du Congo français (en francs) :
    (...)

38Au début du siècle, sur un budget total d’un peu plus de cinq millions de francs, les frais d’administration et de personnel en absorbaient à eux seuls les deux tiers53. Cela permettait tout juste d’entretenir, sur un territoire (non compris le Tchad) d’environ 1 200 000 km2, peuplé de deux à trois millions d’habitants, une poignée de fonctionnaires dont le nombre réduit n’avait guère plus augmenté que celui des postes depuis la fondation de la colonie : Brazza était naguère arrivé, en 1883, avec une quarantaine de compagnons. En 1900, le nombre d’administrateurs et assimilés était de 34 seulement54. Tombé même à 30 en 1904, il remonta à la suite de la réforme administrative consécutive à la mission de Brazza : on peut estimer que le nombre total de fonctionnaires (y compris les agents subalternes), certainement inférieur à une centaine au début du siècle, se stabilisa autour de 500 à partir de 1909-1910, date où apparaissent les premiers relevés réguliers de personnel. Dans ce pays très vaste à la densité extraordinaire faible, l’occupation était coûteuse. Les dépenses d’administration d’une circonscription dépassaient jusqu’à cinq et six fois les recettes qu’elle pouvait procurer. Or, au moment de la guerre, la Métropole supprima toute subvention. En 1920, malgré l’inflation, le budget général du Congo était plus faible que celui de 191455.

  • 56 Subvention métropolitaine, 1920 (en francs) :
    (...)

39En dépit d’une mission d’inspection qui concluait à la nécessité de rétablir une contribution métropolitaine de cinq millions au minimum, celle-ci lui fut en 1920 inférieure d’un million. Encore continuait-on d’estimer qu’elle « pouvait et devait disparaître dans quelques années »56.

1. Le Gabon

40Bon an mal an, le Gabon comptait un personnel civil européen de plus d’une centaine de personnes :

  • * Gabon, Rapports politiques, 1911 à 1916, Aix, 4 (1) D.

Gabon. Personnel civil européen**.

Gabon. Personnel civil européen**.
  • 57 L’organisation administrative du Gabon fut fixée par l’arrêté du 9 septembre 1909. En 1922, le Gab (...)

41Une grande partie des fonctionnaires résidait à Libreville. En brousse, plusieurs circonscriptions, mêmes civiles, restèrent confiées – faute de personnel – à des militaires, la plupart du temps des sous-officiers. Après la guerre, le manque de cadres obligea même de restreindre le nombre de circonscriptions, passé de dix-sept en 1909 (dont quatre militaires) à douze seulement en 1922 (dont trois militaires)57.

Gabon. Personnel affecté en brousse.

Gabon. Personnel affecté en brousse.

2. Le Moyen-Congo

  • 58 Moyen-Congo, Rapports annuels, 1911 à 1923, Aix, 4 (2) D.
  • 59 Les 13 circonscriptions de 1913 : 8 civiles (Bakougnis, Bakongo, Djoué, Pool (Brazzaville), Batéké (...)

42Au Moyen-Congo, le nombre de circonscriptions, plus stable, avoisinait également la douzaine58. Mais le personnel administratif décrût de façon analogue. En 1924, il n’y avait en brousse que 71 fonctionnaires (dont un instituteur) sur un territoire de plus de 300 000 km259.

Moyen-Congo. Personnel d’occupation.

Moyen-Congo. Personnel d’occupation.

3. L’Oubangui-Chari

  • 60 Oubangui-Chari, Rapport annuel, 1920, Aix, 4 (3) D.

43L’Oubangui-Chari était encore moins bien pourvu. En 1920, dix circonscriptions très étendues (au lieu de douze précédemment) – dont quatre militaires – recouvraient quarante subdivisions dont trente seulement étaient occupées faute de titulaires. Sur 90 fonctionnaires, 31 résidaient à Bangui ; 59 seulement surveillaient le reste du pays. La plupart du temps, l’administrateur disposait, au mieux, d’un agent des services civils chargé de la comptabilité. Au lieu d’assurer les fréquentes tournées en brousse dont ses supérieurs lui rappelaient la nécessité, il était trop souvent retenu au chef-lieu par la besogne quotidienne, n’ayant personne pour l’aider, ne pouvant être utilement et valablement suppléé durant ses absences60.

  • 61 Ibid.

44Même à Bangui, le personnel était réduit de façon dramatique : pas d’inspecteur, pas de magistrat ; un receveur des Domaines en même temps greffier du Tribunal et chargé de la garde régionale, un chef de service des Finances à la fois Président du Tribunal et chef du service des Transports automobiles ; le chef du bureau des Affaires civiles assumait la fonction de Procureur de la République ; enfin le service des Finances « fut pendant de longs mois si complètement désemparé qu’il faudra toute l’activité et le dévouement de son chef [...] pour le sortir du gâchis »61.

  • 62 Ibid.

45L’absence de tout effort d’enseignement interdisait de recourir à des auxiliaires africains : il n’y avait ni « représentants qualifiés de la population [...], intermédiaires utiles dans les circonscriptions, [ni] secrétaires, comptables, commis d’ordre, etc., dans les bureaux »62.

Carte 7. Oubangui-Chari. Organisation administrative, 1920. (Source : S.O.M., Service Cartographique, n° 913.)

4. L’évolution

46Les chefs successifs du Congo multiplièrent les cris d’alarme :

  • 63 Gabon, Rapport politique, 1922, Aix, 4 (1) D.

« Rien à faire avec un personnel réduit, l’économie même n’est qu’apparente. Il est inhumain, en outre, de laisser isolé en forêt, privé de tout horizon, un Européen. Son caractère se transforme, son énergie s’émousse, son système nerveux se détraque sans qu’il y puisse remédier, il ne fait plus qu’une besogne insuffisante, inefficace sinon dangereuse. »63

  • 64 Mort du chef N’Dajara dans les chutes de la rivière Nana. Note au C.G., à bord de la Valérie, 27 m (...)
  • 65 Mort du chef Mossakandye, de Djéouandi et de Pica Modzia, de M’Pakoua qui devait être fusillé et q (...)
  • 66 Toqué [212].

47Nous aurons à revenir sur les excès dramatiques révélés à l’époque par le scan dale Gaud et Toqué – qui fut à l’origine de la mission d’inspection de Brazza en 1904-1905. Trois administrateurs de Fort-Crampel, plaque tournante du portage vers le Tchad, y étaient impliqués : Proche avait fait fusiller sans jugement deux Africains qui s’étaient enfuis à l’arrivée des gardes, Toqué avait laissé noyer un Noir coupable du vol de quelques cartouches64, Gaud surtout était accusé d’avoir fait sauter un prisonnier à la dynamite en guise de festivité, le 14 juillet 190365. L’affaire révélait d’abord les tares d’un système de pénurie dénoncé par Toqué lui-même dans un ouvrage d’une rare virulence66. Il est aussi vrai que les hommes désignés pour cette colonie mal notée étaient souvent de qualité médiocre :

  • 67 C.G. à M.C., Libreville, 7 janv. 1898, « Personnel et confidentiel », Dossier personnel A. Goujon.

« Si les conditions matérielles dans lesquelles doit s’exercer l’autorité du Commissaire général sont essentiellement défectueuses, il faut bien avouer que ce n’est pas la qualité du personnel actuellement placé sous ses ordres qui pourrait aider à leur amélioration. »67

  • 68 Secrétariat du Gouvernement, Commandement de la milice, Commissariat de surveillance près la socié (...)

48En 1898, sur un total de dix-neuf administrateurs titulaires, six étaient en France, quatre – « et des meilleurs » – étaient affectés à l’occupation militaire du Haut-Oubangui et du Tchad, trois exerçaient des fonctions spéciales. Sur les six restants, l’un « devait être liquidé à bref délai pour des raisons déjà indiquées dans ses notes individuelles », un autre était sous le coup d’une enquête pour brutalité, deux « extrêmement fatigués par le climat » ne pouvaient plus assumer de responsabilités. Le cinquième était incapable de « servir autrement qu’en sous-ordre ». Bref, il restait un seul administrateur « en mesure d’exercer dans des conditions normales le commandement d’une région quelque peu étendue »68 :

  • 69 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

« La canaillerie, l’incapacité, la jalousie atteignent un développement d’autant plus grand que les gens sont plus livrés à eux-mêmes. Le personnel administratif du Congo est d’une composition extravagante : anciens polards, sergents devenus facteurs, sous-officiers ratés, officiers en réforme, etc. Il y a de tout et cela autant qu’il est possible en attendant que les concessionnaires du père de Lamothe viennent rafler vivement ce qu’il peut y avoir pour obtenir sur leurs actions une hausse qui leur permette de passer la main à des gogos qui subiront tôt ou tard le krach du Congo belge puis du Congo français. »69

49L’appareil administratif, désorganisé ensuite par les mobilisations, connut son apogée en 1911-1913.

  • * Antonetti [61], p. 33, Arch. Yaoundé, APA-11239.

Personnel du Congo français**.

Personnel du Congo français**.

50Malgré les progrès réalisés dans la décennie 1920-1930, il est étonnant de constater à quel point le nombre de fonctionnaires se modifia peu jusqu’à la fin de la période.

51Qualitativement, l’évolution fut cependant notable. Après 1920, le pourcentage des administrateurs décrût sensiblement en faveur d’agents spécialisés (techniciens forestiers, agronomes ou enseignants) dont le contingent, inexistant en 1900, passa de 194 en 1913 à 445 en 1928.

52La démission de l’État, déjà révélée par l’option concessionnaire, se prolongea longtemps après que le régime eût été définitivement récusé. On comprend notamment pourquoi la colonie fut tardivement tenue de faire appel aux cadres de l’armée. Les régions occupées militairement disposaient en général de plus grandes facilités de personnel. Mais les opérations de « nettoyage », aisément pratiquées par les colonnes répressives, soulevaient le tollé des administrateurs civils qui, lorsqu’ils recevaient un nouveau territoire des mains des militaires, s’empressaient d’attribuer leurs difficultés aux pratiques nocives de leurs prédécesseurs :

  • 70 Oubangui-Chari, Rapport annuel, 1920, Aix, 4 (3) D.

« Il n’est pas difficile de voir les résultats de telles opérations qui, d’ailleurs, faute de moyens d’action suffisants, ne furent suivi d’aucune occupation, d’aucune tentative d’organisation des régions dans lesquelles on avait ainsi employé la force. On obtint exactement le contraire de ce qui devait être recherché, et ce fut bientôt partout plus de méfiance ou de crainte, plus de désordre et de vagabondage, plus de rancune aussi. »70

IV. LES AUXILIAIRES DE L’OCCUPATION : MILICIENS ET TIRAILLEURS

53Non que l’Administration civile, faute de moyens et parfois de compétence, ne fût exempte des mêmes errements. Au contraire, sommée de trouver de l’argent et d’exécuter les ordres en matière d’impôt, de portage, de prestations et de cultures obligatoires, elle suppléa à l’absence de personnel et de « politique indigène » cohérente par le recours aux tirailleurs sénégalais et à la milice locale des « gardes régionaux » utilisés comme agents de surveillance et de renseignements et trop souvent lâchés sur le pays sans contrôle suffisant.

  • 71 Arrêté du C.G., organisant la milice du Congo français, Libreville, 30 nov. 1897, J.O.C.F., 1er (...)

54La fondation du corps remontait à 189771. 630 hommes, dirigés par une quinzaine d’Européens (un officier et quatorze inspecteurs et gardes principaux) devaient assurer le service d’ordre et l’escorte des missions dirigées sur l’intérieur.

  • 72 Ration à la côte, en kilos et par jour (arrêté du 30 nov. 1897) :
    (...)
  • 73 Coquery-Vidrovitch [80], pp. 86-87.
  • 74 Prime de rengagement : arrêté du 8 mars 1900, J.O.C.F., 15 avr. 1900 : 75 frs pour deux ans, 150 f (...)
  • 75 « Je crains que tous ces prélèvements [...] en faveur du Congo ne finissent par nuire sérieusement (...)

55Le recrutement se faisait par engagements volontaires : un milicien touchait une solde annuelle de 240 à 480 frs, un gradé de 540 à 1200 frs, non compris la ration72. Dès 1885, Brazza avait lancé l’idée d’utiliser sur place, comme « auxiliaires naturels », les populations locales qui, employées hors de leur région d’origine, favoriseraient la fusion des peuples et l’élaboration de la nation, un peu à la manière du « creuset » américain73. Mais les tacticiens de la colonisation, partisans d’assurer l’ordre à l’aide de troupes étrangères au pays, l’avaient emporté. Les premiers miliciens furent recrutés au Sénégal. L’idée d’un recrutement local fut reprise, faute de candidats, malgré la prime de rengagement74 Sénégalais, Soudanais ou Dahoméens, qui avaient seuls jusqu’alors « supporté toutes les réquisitions de troupes [...] pour Madagascar et pour le Congo », répugnaient, en effet, à prolonger la durée de leur séjour sur un territoire de si piètre réputation75.

  • 76 Autorisation de recrutement donnée par l’arrêté du 23 juil. 1898, J.O.C.F., 1er nov. 1898.
  • 77 Création d’une classe de miliciens auxiliaires recrutés sur place, pour deux à cinq ans, à 15 frs (...)
  • 78 Arrêté du 26 nov. 1902, Libreville, J.O.C.F., 29 nov. 1902 ; Moyen-Congo, Rapport annuel, 1911, Ai (...)
  • 79 Les troupes en service au Chari (quatre compagnies) furent reversées au début de l’année dans la m (...)

56L’expérience visa d’abord des Bakongo, acceptés comme auxiliaires à 10 frs par mois (plus une ration de manioc, sel et piment)76. La mesure fut étendue l’année suivante à l’ensemble de la colonie77. Bientôt en effet, les miliciens recrutés de préférence parmi « les races guerrières » – Yakoma, Bondjo, Baya et Bangala, puis à partir de la guerre Tchadiens réputés plus robustes, indemnes de la maladie du sommeil et surtout plus nombreux – furent de toutes les expéditions78. Leur effectif, insuffisant, passa en 1900 à 1 500 hommes79.

  • 80 Arrêtés des 21 nov. et 1er déc. 1902.
  • 81 Organisation des troupes stationnées au Congo, dépêche ministérielle du 22 oct. 1902, suivant le d (...)
  • 82 Gabon, Rapport d’ensemble, 2e sem. 1904, p. 22 ; Gabon, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (1) D.
  • 83 Tirailleurs du Moyen-Congo*.
    (...)

57En 1902, le corps fut scindé en deux groupes, l’un étranger, l’autre autochtone80. La force armée d’occupation constituait un « régiment d’infanterie indigène », réparti en huit compagnies de tirailleurs, la plupart Sénégalais81. Le nombre en augmenta progressivement au fur et à mesure de la pénétration. L’effectif des tirailleurs du Gabon stationnés dans l’Ogooué, abaissé d’abord par économie de 175 à 80 fusils en 1904, fut porté en 1911 à six compagnies pour l’occupation de l’Ivindo, en 1912 à deux bataillons de quatre compagnies chacun82. Dans le même temps, les tirailleurs du Moyen-Congo passaient de 600 à 1 200 hommes83.

  • 84 Brouillon [de Brazza ?] s.l.n.d., Brazza 1905-III. L’arrêté du 26 nov. 1902 faisait redescendre le (...)
  • 85 Il s’agissait d’« indigènes » (Bakongo ?) venus de Brazzaville, conduits par le lieutenant Groul. (...)
  • 86 « Tant qu’ils n’ont eu à combattre que des gens mal armés et qui fuyaient devant eux, c’était parf (...)

58Quant aux auxiliaires de la milice de la fin du xixe siècle, ils furent reversés en 1902 dans un corps analogue de « gardes régionaux » spécialement créés pour les opérations de police – en fait « de véritables colonnes de guerre marchant avec les tirailleurs sénégalais, soit dans l’Ogooué, soit au Gabon »84. Les cinquante « sapeur armés » de Brazzaville envoyés en 1905 dans la Mossaka menèrent la répression sur le territoire de la C.F.H.C.85 Les Yakoma du Haut-Oubangui surtout, attirés par la prime d’un fusil en fin d’engagement, contribuèrent à la lutte contre les populations islamisées du Chari et acquirent une réputation détestable dans les opérations de réquisition des Mandja de la route des portages86.

  • 87 Décret du 30 juil. 1919 et arrêtés d’application, 10 déc. 1919 et 10 janv. 1920.
  • 88 Angoulvant [57], pp. 69-70.

59Mais c’est après la guerre seulement que fut posé le principe d’un recrutement local systématique par le service obligatoire des jeunes de vingt à trente-cinq ans, dont trois ans dans l’armée d’active87. L’effort prévoyait au début d’entretenir seulement un corps d’occupation de 2 000 hommes recrutés par engagements volontaires. Si besoin, un appel aurait lieu en sus « parmi les sédentaires du Territoire du Tchad aux aptitudes guerrières marquées », puis en Oubangui-Chari, au Moyen-Congo et au Gabon, mais en ménageant les populations les plus éprouvées par la maladie du sommeil88. Théoriquement, les tirailleurs – que l’administrateur avait la faculté de réquisitionner en cas de besoin – et les gardes régionaux jouaient un rôle strictement défini d’auxiliaires : cette

  • 89 Circulaire du C. G. Grodet, op. cit., Conc., XIV-B.
  • 90 Circulaire du C. G. Gentil, Libreville, 21 avr. 1904, Conc., VIII-A.

« force militaire solide, fortement encadrée, bien commandée, [destinée à] maintenir la tranquillité et l’ordre, [devrait offrir] toute facilité pour établir l’impôt de capitation, en effectuer le recouvrement, donner aux compagnies concessionnaires, en obligeant [...] l’indigène à travailler, l’aide effective [...] nécessaire. »89
« [Leur] rôle consiste, purement et simplement, à rappeler aux chefs des différentes tribus [...] qu’ils doivent venir au poste pour verser entre nos mains les sommes dont ils sont redevables [...]. Vous préviendrez les indigènes qu’en aucun cas ils n’auront à payer leur redevance aux Sénégalais. »90

  • 91 Les trois compagnies supplémentaires de tirailleurs sénégalais envoyées dans la Sangha, le Haut-Ou (...)
  • 92 Témoignage du Gouverneur Guibet recueilli en 1965. Ce fut lui qui, jeune administrateur de la M’Po (...)

60Le manque de personnel conduisit cependant à leur confier des postes responsables : chargés d’effectuer les recensements – avec l’accord implicite du Département91 – ils assuraient la répression contre les villages réfractaires et raflaient leur quote-part au moment de l’impôt. Leurs méfaits terrorisèrent les populations. Tel administrateur scrupuleux rappelait s’être aperçu que, même lorsqu’il prenait la tête d’un détachement, il arrivait à des traînards de mettre derrière lui le feu aux cases qu’il venait de visiter : il fit dorénavant en sorte de toujours entrer le premier dans un village et d’en sortir le dernier92 :

  • 93 Oubangui-Chari, Rapport politique, 1920, Aix, 4 (3) D.

« Ces ravageurs [...], tirailleurs ou miliciens réunis en groupes plus ou moins importants sous l’appellation de ‘patrouilles’ ou de ‘reconnaissances’, livrés à eux-mêmes sans direction ni contrôle, perdant tout contact, pendant plusieurs jours, avec le chef européen, ces auxiliaires commettent des actes abominables. »93

  • 94 Des « travailleurs armés » avaient notamment été engagés de 1901 à 1903 sur la route de portage de (...)
  • 95 G. Mestayer à Yaeck, Délégué du C.G., Tumba, 24 avr. 1901, Brazza 1905-II.
  • 96 Factures du Trésorier-Payeur de la colonie, 9 mars 1905, réclamant le remboursement des soldes du (...)
  • 97 En 1883, à l’arrivée de la troisième mission Brazza, 80 Sénégalais environ (anciens laptots qui av (...)

61La catégorie la plus redoutable fut assurément celle des « travailleurs armés » expérimentés sur les chantiers au début du siècle, mais licenciés en 1904, probablement à la suite de leurs excès94. En territoire concessionnaire, l’expérience se prolongea plus longtemps. Le décret de concession autorisait en effet les Sociétés à solliciter l’établissement d’un poste de police sur les parties de leur territoire jugées peu sûres ou trop éloignées du chef-lieu. Comme elles en assumaient les frais, elles estimaient pouvoir en disposer à leur gré, le plus souvent comme « capitas » chargés de surveiller la main-d’œuvre. La Cie des Produits de la Sangha, par exemple, engageait en 1901 dix miliciens sénégalais pour pallier la suppression des postes de la Sangha à la suite de compressions budgétaires95. La Mobaye entretint trente, puis soixante miliciens jusqu’en 190296. La Kotto reprit la même année les trente miliciens licenciés par la colonie de l’Oubangui-Chari – ce qui portait son effectif à soixante hommes. D’une façon générale, les compagnies engageaient volontiers d’anciens tirailleurs ou miliciens pour surveiller et intimider travailleurs et villageois de leur domaine. Elles ne faisaient d’ailleurs que prolonger une tradition adoptée de longue date par les maisons de commerce dont nombre de traitants étaient Sénégalais97.

  • 98 Trois projets de décret sur les gardes particuliers furent successivement rejetés par le M.C. en 1 (...)
  • 99 Arrêté agréant « certains indigènes en qualité de gardes particuliers » de la C.F.S.O., de la C.F. (...)

62Les Sociétés obtinrent enfin de la colonie l’attribution de gardes particuliers assermentés, destinés à pallier l’insuffisance des moyens de police locaux. Malgré les réticences du Département qui, d’une part, ne faisait pas grand fonds sur le droit des gardes à verbaliser contre les agents d’un concessionnaire dont ils tenaient leur situation et leur solde, et d’autre part craignait une dualité fâcheuse entre l’autorité des administrateurs et celle d’agents dévoués aux intérêts des sociétés98, la pratique se poursuivit tardivement. En 1924 encore, six gardes de la Cie Forestière prêtaient serment devant le juge de paix de leur circonscription (Ouesso-Bayanga – Nola – Mongoumba et Dongou), vingt-sept autres Africains faisaient de même pour le compte de la C.F.H.C. et de l’Alimaïenne99. Certes, ces agents, qui devaient présenter des garanties d’honorabilité, n’étaient pas comparables aux miliciens incontrôlés que nous venons d’évoquer. Ils n’en apportaient pas moins encore la preuve du sous-équipement de la colonie.

V. LES MISSIONS RELIGIEUSES

63Dans certains pays, la pénétration religieuse avait suppléé dans une large mesure aux insuffisances de l’armature administrative, surtout en matière de santé et d’enseignement. Le Congo ne fit pas exception à la règle. Mais à la fin du xixe siècle, les initiatives missionnaires étaient encore à peine amorcées.

  • 100 Surnoms donnés par les Fang. Témoignage du pasteur fang Mengome, recueilli à Ndjolé, nov. 1965.
  • 101 P.V. de la 5e conférence tenue à Talagouga du 14 au 18 janv. 1898, Arch. de la Mission Évangélique (...)
  • 102 Il n’existait encore en 1924 que trois hôpitaux publics en A.E.F.

64Les Presbytériens américains, apparus à Libreville en 1875 et à Lambaréné l’année suivante, firent place au début du xxe siècle à la Mission Évangélique française. Une petite équipe stable et dévouée (parmi lesquels les pasteurs Bonzon, Haug et surtout Faure – Akogle à kure ekyena, le rocher – et Allégret – Mbeng, le bon100) centra ses activités sur le Moyen-Ogooué. En 1898, elle gérait deux stations : Lambaréné et Talagouga (île de Ndjolé). Cette année-là fut décidée l’installation dans la région des lacs, au village de Ngomo101. L’année suivante Samkita dédoubla la station trop chargée de Talagouga, afin de permettre aux missionnaires d’avancer vers l’amont, en direction de la rivière Okano. En 1902, les Presbytériens américains leur remirent Fula Bifoum sur le Como et surtout l’établissement de Baraka à Libreville. Localement, le prestige des protestants était grand. Il s’accrut encore à partir de 1913 avec l’arrivée à Lambaréné du Docteur Schweitzer, seul capable jusqu’à la guerre de pratiquer des soins sérieux dans l’arrière-pays102. Mais en 1901, six écoles leur permettaient tout juste de toucher trois cents enfants, généralement des Fang.

  • 103 Mission Picanon, Rapport du Bas-Ogooué, 1919, Aix, 3 D.
  • 104 Société Agricole et Industrielle de l’Ogooué. 4e conférence de Talagouga, 14-18 janv. 1898 et copi (...)

65Les missionnaires Évangéliques contribuèrent également à animer la vie économique régionale. Dès 1898, ils avaient formulé le projet de fonder une Société Protestante d’Agriculture et d’Industrie dans l’Ogooué, avec un ou deux agents de culture, une scierie et une briqueterie. L’idée, reprise en 1906, donna naissance en 1914 à la S.A.I.O.103. La Société présenta, en 1919, deux demandes de concession agricole, de 2 500 ha chacune, le long du lac Oghemoné. Avec, à N’Gomo, une scierie à vapeur et une fabrique de planches à parquet exportables, c’était alors une des rares entreprises dynamiques du Gabon. 104

  • * Arch. Baraka, Libreville.

Statistiques scolaires de Vannée 1901**.

Statistiques scolaires de Vannée 1901**.
  • 105 La préfecture apostolique du Congo français remontait à 1886, l’année de la fondation de la coloni (...)
  • 106 De Witte [471].

66Cependant, les Catholiques de la mission des Pères du Saint-Esprit jouèrent auprès de l’Administration coloniale un rôle beaucoup plus actif d’agents politiques. Au Congo, le Père Augouard avait même rencontré Stanley sur le Pool où il était arrivé presque en même temps que Brazza en 1881. Devenu en 1890 vicaire apostolique de l’Oubangui (détaché du Bas-Congo), cette haute figure de l’histoire missionnaire quitta Brazzaville en 1919 seulement105. L’action de cet ardent nationaliste devança plutôt qu’elle n’accompagna la pénétration française106.

  • 107 Gabon, Rapport d’ensemble, [333], p. 55.
  • 108 Missions de Brazzaville-Ste-Radegonde (Basse-Alima), Saint-François (Moyenne-Alima), Lékéti (Haute (...)

67A l’aube du xxe siècle, les missions catholiques s’égaillaient le long de la côte et des principales artères fluviales : Estuaire, Ogooué et Ngounié au Gabon, Loango sur la côte méridionale. Sur le réseau du Congo, la liberté de mouvement des missionnaires était assurée depuis 1886 par le petit vapeur Léon XIII. Une vingtaine de Pères animaient au Gabon onze écoles peuplées de 750 enfants107. Le vicariat de l’Oubangui regroupait dans ses neuf établissements 22 Pères (dont 14 Français) et 7 religieuses108.

  • 109 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

« Les missionnaires font tous les métiers, ils sont architectes, maçons, constructeurs de bateaux à vapeur, jardiniers. Ils rendent de grands services aux colons encore rares du pays, mais leur action sur les nègres est presque insignifiante. Ils arrivent bien à récolter dans les villages quelques enfants plus ou moins abandonnés et à les élever dans la mission, mais dès qu’ils sont grands ils reprennent leurs habitudes de sauvages. »
« Ce que les missionnaires arrivent à faire de plus durable [...], c’est la pénétration [...], grâce à leur contact habile avec les Noirs, et à la connaissance parfaite du pays et de sa langue. »109

  • 110 « Malheureusement, nos ressources ont considérablement diminué par suite de la triste situation de (...)
  • 111 Comité d’Action Républicaine, Note du 22 févr. 1911, Arch. C.F.H.B.C. conservées à l’évêché de Bra (...)

68Les ateliers de briqueterie ou de menuiserie tenus par les apprentis et les plantations et les jardins soigneusement entretenus par les enfants des écoles jouèrent un rôle exemplaire. Cependant, l’influence des missionnaires se limita, plus encore que celle des administrateurs, aux régions les plus accessibles situées de part et d’autre des rivières. Aussi leur concours, particulièrement efficace dans la phase pionnière d’exploration, devint-il ensuite beaucoup moins sensible, en raison de leur nombre restreint et du coup assez rude que leur porta la loi sur la séparation de l’Église et de l’État110. En 1908 fut supprimée la subvention versée au titre de l’Assistance publique, remplacée par un crédit de 500 000 frs affecté l’année suivante à la création d’écoles publiques111. Le nombre des Catholiques gabonais se stabilisa en 1905 pour près de vingt ans. Le recrutement du personnel s’africanisa, mais l’effectif ne progressa pas (cf. p. suiv.).

Carte 8. Les missions catholiques au Gabon, 1904. (Gabon, Rapport d’ensemble, 2e sem. 1904, [333], p. 53.)

Carte 9. Les missions protestantes au Gabon, 1904. (Ibid., p. 56.)

69Au Congo, Augouard était un partisan de l’autorité favorable au Commissaire général Gentil ; il accueillit assez mal les prémices de réforme annoncées par la mission d’inspection de Brazza en 1904-1905. Certes, il s’élevait contre les méfaits des colonnes expéditionnaires et les brutalités des collecteurs d’impôt « levé sans difficultés ni contraintes là seulement où nous avions des centres chrétiens et même de simples écoles rurales en pays encore païen ». Il stigmatisait aussi la grande pénurie du Congo :

  • 112 Mgr Augouard à Mme de Brazza, Brazzaville, 31 déc. 1904, Brazza, 1905-II.

« On n’a encore fait aucun travail d’utilité publique [...]. Pas d’hôpital pour Blancs et c’est la mission qui donne toujours ses propres chambres aux malades. Pas d’infirmerie pour Noirs : ce sont les Sœurs qui recueillent les malades et parfois même les cadavres qui traînent dans les sentiers de Brazzaville. Pas d’écoles et d’ateliers, sinon ceux et celles de la mission. Pas de chemins entretenus, sinon ceux qui sont notre propriété [...]. Le commerce le plus florissant est celui des mastroquets qui vendent aux Noirs de l’absinthe pure à un franc le petit verre. »112

  • * Arch. de l’archevêché, Libreville.

Gabon. Population catholique et personnel missionnaire**.

Gabon. Population catholique et personnel missionnaire**.
  • 113 Lettre du missionnaire de Liranga, 19 sept. 1913, Arch. C.F.H.B.C, évêché de Brazzaville.
  • 114 Mgr Augouard à Guynet, Poitiers, 19 août 1912, ibid.
  • 115 « M. Augouard, en attaquant, sans apporter de preuves, l’honorabilité de M. Tréchot [...], colon q (...)

70Mais il se garda de prendre parti sur le régime concessionnaire. S’il lutta contre les frères Tréchot, c’est essentiellement pour des raisons religieuses : les Tréchot, partisans résolus de la laïcité, comptaient parmi les fondateurs de la loge maçonnique de Brazzaville. Les missionnaires les accusaient d’entraver l’activité de leurs écoles de Boundji, Lékéti et Liranga situées sur la concession113. Augouard multiplia les dénonciations contre François Tréchot, accusé de frauder le service des Douanes et de pratiquer la contrebande des armes, et s’éleva violemment contre sa nomination comme agent consulaire de France à Matadi. Mais comme l’évêque ne se cachait pas de « préparer une sérieuse campagne où Tréchot, Merlin, le Congo passeront un fort mauvais quart d’heure »114, il ne réussit guère à convaincre le gouvernement d’agir, « ainsi qu’il s’exprime lui-même, dans l’unique souci de l’Honneur de la France »115.

  • 116 2 juin 1907, signature de la convention avec la S.H.O. à propos de Saint-Médard de l’Okano. Annuai (...)

71Les principaux hommes d’affaires du Congo, Fondère et Guynet, jouèrent entre Augouard et Tréchot le rôle de conciliateurs. Ailleurs, la collaboration s’établit sans difficulté majeure. L’illustration la plus pittoresque en est probablement fournie par la mission de l’Okano, consacrée en 1907 à saint Médard... en l’honneur de Médard Béraud, chef de la Société du Haut-Ogooué116. Dans l’ensemble, les missionnaires entretinrent des relations cordiales avec les colons du Congo.

CONCLUSION

  • 117 Voir à ce propos Coquery-Vidrovitch [80], « Le commerce sur l’Ogooué », pp. 79-92, et « La vie de (...)

72Tel se présentait le Congo en 1900 – tel il demeura, au moins jusqu’en 1920 : très mal connu sauf dans les zones les plus accessibles, côtes et rives fluviales, très insuffisamment administré sur toute son étendue, peuplé de tribus peu denses et disparates, déséquilibrées depuis quinze ans par l’intrusion européenne, indifférentes, réticentes ou hostiles – à l’exception de certains peuples disposés à collaborer (Fang de l’Ogooué, Boubangui, Bakongo, Loango), les uns parce qu’ils étaient, sur les côtes, accoutumés de longue date à la présence des Blancs, les autres parce que leurs aptitudes commerciales traditionnelles les incitaient à jouer dans l’arrière-pays le rôle rémunérateur de courtiers des maisons européennes117. Mais tous voyaient leur existence gravement menacée par les tâches démesurées que l’on exigeait d’eux. Bon gré mal gré, à défaut de crédits et de personnel, la colonie avait opté pour une politique répressive pratiquée souvent par des auxiliaires irresponsables. Ce faisant, l’État avait refusé d’assumer la responsabilité et les charges de la mise en valeur du pays. En regard, on perçoit déjà la vanité des espoirs suscités par la solution de rechange des compagnies privilégiées : dans ce pays impénétrable, aux ressources inconnues et difficiles à exploiter, l’effort à fournir était immense. Les compagnies n’étaient en aucun cas disposées à l’assurer. A quel point, et avec quelle rapidité, l’attente des inventeurs du régime concessionnaire fut déçue, voici où nous en arrivons. Il ne s’agit pas seulement de rappeler les abus du système (portages abusifs, camps d’otages plus ou moins exterminés, massacres même). Ces abus ne furent pas, comme on se plut à l’époque à le dire, des cas exceptionnels ni même isolés, œuvre d’individus tarés ou subitement atteints de folie sous l’effet du climat, de l’alcool ou de la solitude. Ils furent la manifestation inévitable de la nocivité du système. Les sociétés concessionnaires échouèrent parce qu’elles reposaient sur des principes faux. De par la démission de l’État elles étaient condamnées avant de naître. Les seules qui réussirent, ou qui donnèrent un moment le change, le firent précisément au prix de ces excès. C’était leur unique chance de survie, d’ailleurs précaire, puisque les sociétés qui ne surent pas, ou ne voulurent pas modifier leurs structures après 1920 s’éteignirent d’elles-mêmes : telle la Cie des Sultanats du Haut-Oubangui qui, après avoir pendant quinze ans tiré des bénéfices substantiels de son territoire, sollicita en 1918 sa dissolution anticipée, dès que le système fut devenu caduc.

Notes

1 Avenant du 8 juin 1897 à la Convention de concession, Conc., L(l).

2 Note imprimée de 1898, Conc., X-3.

3 Par exemple : disputes sur la « zone neutre » aux confins de la S.H.O., de la C.F.H.C et de l’Alimaïenne, Conc., XXVII-B. Rectification des frontières nord-ouest de l’Ouhamé-Nana, contestations entre Ngoko-Sangha et S.H.O., entre C.F.H.C. et S.H.O. Conc., L-3(D), etc.

4 U.C.F. à M.C., 12 mars 1901, Conc., XIV-B(2).

5 L’évolution détaillée de la production sera traitée dans la cinquième partie de l’ouvrage.

6 Coquery-Vidrovitch [80].

7 Les travaux entrepris par J.-C. Nardin de collecte des documents relatifs à la période intermédiaire du Commissariat général de Brazza (1886-1897) apporteront à cet égard les précisions souhaitables. Le document le plus précis, à l’aube de notre période, est celui de la mission de l’Inspecteur des Colonies Blanchard : résumé d’ensemble, Paris, 15 mai 1898 (14 p.), reprenant le contenu de 57 communications, dont 14 rapports généraux et 25 rapports particuliers, plus une correspondance diverse. S.O.M., Inspection des Colonies, et Aix, 3D.

8 Union Congolaise Française à M.C., 28 mars 1905, Conc., XXV-D(l).

9 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

10 Ibid.

11 Ils disposaient d’un remorqueur de quatre tonnes tirant quinze tonnes, de pirogues capables de transporter de une à trois tonnes et d’un surf-boat portant quatre tonnes. Par contrat avec le Gouvernement local, ils faisaient un ou deux voyages par jour, à huit tonnes environ par voyage (le chargement d’un wagon). Cointet, ibid.

12 Navire de 35 m de long sur 6 de large, avec roue arrière à onze palettes et un pont inférieur pour les Noirs.

13 Le Brabant et le Hainaut qui « accaparent tout le trafic de notre intérieur en faisant débarquer chez eux les marchandises venant de la Sangha, de l’Alima, de la Lobaye, etc., tout l’ivoire et le caoutchouc, etc., passent sous le nez de nos deux chefs de poste qui n’y peuvent rien ». Cointet, ibid.

14 Voir la description de ce commerce dans Sautter [117], pp. 369-373, et Coquery-Vidrovitch [80], pp. 79-92 et 105-112.

15 Sur les migrations des Bakongo à cette époque, voir Sautter [117], pp. 472-480, et Balandier [62], pp. 285-290.

16 Balandier [62], p. 76.

17 Renseignement communiqué par Jan Vansina.

18 A. Dolisie, Lieutenant-gouverneur du Moyen-Congo, « Notice sur les chefs batéké avant 1898, » Bulletin de Recherches Congolaises, 1927, pp. 44-49.

19 M. Ibalico, « Où il est question du royaume Anzicou et de la station de Ncouna. suivi de quelques anecdotes » (recueil de traditions orales), Liaison, 1954, n° 44, pp. 65-68.

20 Arrêté du Commissaire général p.i. Dolisie, Libreville, 26 août 1898, J.O.C.F., 1er sept. 1898.

21 Principales missions d’exploration lancées sous le Commissariat de Brazza :
– 1891 : Brazza en Moyenne-Sangha.
– 1892 : Expédition (privée) du duc d’Uzès (Duchesse d’Uzès, Voyage de mon fils au Congo, Paris, 1894, 343 p.).
– 1892-1893 : Mission Maistre Congo-Niger.
– 1893 : Expédition Monteil (avortée). Decazes atteint le Haut-Oubangui.
– 1894-1895 : Mission Clozel en Haute-Sangha.
– 1895-1899 : Mission Marchand vers le Haut-Nil.
– 1897 : 1re mission Gentil.
Après Brazza :
– 1898 : Mission Bretonnet.
– 1899-1900 : 2e mission Gentil vers le Chari-Tchad.

22 Traité de 1897 conclu avec E. Gentil. Traité du 18 févr. 1903 conclu avec A. Fourneau et G. Bruel. Brazza, 1905-II.

23 Le lieutenant belge Van Gèle avait signé le 14 juin 1890 un traité avec le sultan Bangassou. Dampierre [384], p. 465.

24 Traités passés avec Bangassou, 23 févr. 1909, Rafal, 31 mars 1909, et Sémio, 12 avr. 1909. Dampierre, ibid., pp. 522 et 551-554 (texte du traité conclu avec Hetman, sultan de Rafaï).

25 Carte au 1 : 2 500 000 établie sur les indications du lieutenant-colonel Destenave. Tous les itinéraire parcourus depuis 1901 étaient marqués en rouge, tous les cours d’eau en bleu. Destenave, Commissaire du Gouvernement p. i., à M.C., Goulfeï, 15 janv. 1902.

26 Rapport sur l’occupation et l’organisation du Cercle du Moyen-Logone, par G. Bruel, administrateur de la Région du Chari, Fort-Archambault, 28 sept. 1903, Arch. Fort-Lamy.

27 Témoignage recueilli à Fort-Lamy, déc. 1968.

28 Questionnaire de deux pages adressé à tous les chefs de poste et administrateurs, 4 juil. 1900, J.O.C.F., 15 juil. 1900.

29 A l’exception d’un bref récit d’un agent concessionnaire, E. Dusseljé, sur les Tégué de l’Alima, Anvers, 1910, 325 p., on ne trouve plus guère, au début du XXe siècle, de ces témoignages révélant un réel souci de regarder et de décrire, tels que les œuvres de Du Chaillus de Mary Kingsley ou du Docteur Nassau (My Ogowè, publié à New York en 1914 mai, égrenant des souvenirs de la fin du xixe siècle).

30 Gabon, Rapport d’ensemble, 2e sem. 1904. Le Gabon comptait alors environ 400 Européens (200 dans la région de Libreville, 150 dans l’Ogooué, 30 au Cap Lopez et 25 au Fernan-Vaz).

31 Commissaire spécial Bobichon au C.G., Rapport du 4e trim. 1904, Brazzaville, 21 janv. 1905, Aix, 8 Q.

32 Le contenu de la circulaire Merlin est analysé en détail par Mazenot [304], chap. VIII.

33 Gabon, Rapport d’ensemble, 1904, [333], pp. 14-16.

34 Gabon, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (1) D.

35 La première commission de délimitation franco-allemande remontait au début du siècle (mission Cureau, 1900-1903). S.O.M., Mission 14, 105 et 107, et G.C., ffl-21(c). Consulter à ce propos Mangongo-Nzambi [350]. La mission Cottes eut lieu de 1905 à 1907. S.O.M., Mission 107, et Aix, Mission de délimitation Congo-Cam, eboim1911, Série 2 D. La question diplomatique est longuement analysée par Mangongo-rNuazn ibid., pp. 26-42.

36 Gabon, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (1) D.

37 Gabon, Rapport politique, 1922, Aix, 4 (1) D.

38 Voir Chap. VIII.

39 Gabon, Rapport annuel, 1916, Aix, 4 (1) D.

40 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D. Il restait désormais trois groupes réfractaires :

  • Les Bakota à l’ouest de Sibiti,
  • Les Balali au nord de Mouyondzi,
  • Les Batéké au nord-est de Kimboto.

Moyen-Congo, Rapport annuel, 1915, Aix, 4 (2) D.

41 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (2) D.

42 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D.

43 Voir à ce propos : Coquery-Vidrovitch [288].

44 Congo-Cameroun 1911. Missions de délimitation Cottes et Périquet, dossier Situation économique de la Sangha, Aix, 2 D.

45 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (2) D, pp. 34-35.

46 P. Bourdarie, « Organisation et perception de l’impôt indigène. La mission H. Bobichon », B.C.A.F., 1906, pp. 50-57, Conc., LI(1) ; « Mission Bobichon », Aix, 3 D.

47 L’histoire de l’occupation « en trois phases » de la Likouala-Mossaka, de 1910 à 1914, est retracée de façon détaillée par Mazenot [304], Chap. VII.

48 Moyen-Congo, Rapport annuel, 1911, Aix, 4(2) D, p. 25.

49 Dampierre [384], pp. 520-543.

50 Oubangui-Chari, Rapport politique, 1920, Aix, 4 (3) D.

51 Ibid.

52 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

53 En 1903, les recettes du Congo français s’élevaient à 5 655 396 frs (recettes ordinaires : 3 607 984 frs ; recettes extraordinaires, prélèvement sur fonds de réserve et reliquat de l’emprunt 1900 : 2 047 411 frs. La subvention métropolitaine était de 700 000 frs seulement, l’impôt de capitation avait assuré 361 085 frs et les droits de douane 1 195 847 frs. Les « dépenses ordinaires » (personnel et services) s’élevaient à 2 999 361 frs. Il restait 1 513 986 frs pour les travaux d’aménagement (achats de chaloupe, balisage, lazaret, lignes télégraphiques, construction de routes, bacs, adduction d’eau etc.). Compte définitif des Recettes et Dépenses. Exercice 1903. Congo français, Paris, Impr. Nationale, 1905, 23 p. Brazza 1905-II.

54 Annuaire de l’École Coloniale, 1900 et 1905 (2e éd.), relevant les administrateurs administrateurs-adjoints et stagiaires en activité de service, brevetés de l’École ou réintégrés, dans la nouvelle formation à dater de 1896.

55 Budget général du Congo français (en francs) :
Image img07.jpg
Angoulvant [57], p. 44.

56 Subvention métropolitaine, 1920 (en francs) :
Image img08.jpg
Ibid., p. 38.

57 L’organisation administrative du Gabon fut fixée par l’arrêté du 9 septembre 1909. En 1922, le Gabon céda sa côte méridionale à la colonie voisine du Moyen-Congo. Les dernières circonscriptions militaires disparurent en 1923. Gabon, Rapports annuels, 1913 à 1922, Aix, 4 (1) D. Voir les croquis des limites administratives du Gabon en 1911 et en 1933 dressés par Sautter [117], p. 184.

58 Moyen-Congo, Rapports annuels, 1911 à 1923, Aix, 4 (2) D.

59 Les 13 circonscriptions de 1913 : 8 civiles (Bakougnis, Bakongo, Djoué, Pool (Brazzaville), Batéké, Kouyou, Mossaka, Bokiba) et 5 militaires (Louessé, Bouenza, Alima, Likouala et Ibenga, Motaba) furent augmentées d’une unité l’année suivante mais redescendirent à 11 en 1915 (à la suite des fusions Bakougnis-Bouenza et Batéké-Alima). Elles se stabilisèrent à 12 de 1922 à la fin de la période (Pool, Bouenza-Louessé, Kouilou, Chemin de fer, Alima-Léfini, Karagoua-Koudou, Bokiba Ndaki, Ibenga-Likouala, Haute-Sangha (fusion Mambéré-Lobaye Kadeï-Sangha) et Lobayc). Sur l’évolution de la carte administrative du Moyen-Congo, on consultera les excellents schémas dressés pour les années 1913, 1920, 1921 et 1933 par Sautter [117], pp. 180-181.

60 Oubangui-Chari, Rapport annuel, 1920, Aix, 4 (3) D.

61 Ibid.

62 Ibid.

63 Gabon, Rapport politique, 1922, Aix, 4 (1) D.

64 Mort du chef N’Dajara dans les chutes de la rivière Nana. Note au C.G., à bord de la Valérie, 27 mai 1905, Brazza, 1905-II.

65 Mort du chef Mossakandye, de Djéouandi et de Pica Modzia, de M’Pakoua qui devait être fusillé et que Gaud exécuta avec une cartouche de dynamite, ibid. et Le Temps, 23 sept. 1905. Saintoyant [204], p. 163.

66 Toqué [212].

67 C.G. à M.C., Libreville, 7 janv. 1898, « Personnel et confidentiel », Dossier personnel A. Goujon.

68 Secrétariat du Gouvernement, Commandement de la milice, Commissariat de surveillance près la société concessionnaire des transports, Dossier personnel A. Goujon.

69 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

70 Oubangui-Chari, Rapport annuel, 1920, Aix, 4 (3) D.

71 Arrêté du C.G., organisant la milice du Congo français, Libreville, 30 nov. 1897, J.O.C.F., 1er févr. 1898, p. 5.

72 Ration à la côte, en kilos et par jour (arrêté du 30 nov. 1897) :
Image img14.jpg
La ration était distribuée à l’intérieur en vivres du pays. Le C.G. de Lamothe l’avait fixée à 1 kg de manioc, 250 g de riz et 0,010 g de sel (arrêté du 18 avr. 1899). L’arrêté du 15 févr. 1898 prévoyait de lui substituer une indemnité journalière de 50 centimes « par suite des approvisionnements restreints actuellement en magasin ». Les Européens recevaient une solde annuelle de 1 600 à 3 000 frs, doublée par le supplément colonial. Arrêté du 30 nov. 1897, J.O.C.F., 1er févr. 1898.

73 Coquery-Vidrovitch [80], pp. 86-87.

74 Prime de rengagement : arrêté du 8 mars 1900, J.O.C.F., 15 avr. 1900 : 75 frs pour deux ans, 150 frs pour trois ans, 50 frs par année supplémentaire.

75 « Je crains que tous ces prélèvements [...] en faveur du Congo ne finissent par nuire sérieusement au recrutement [des tirailleurs] en rebutant les indigènes du Sénégal [...]. La colonie du Congo devrait commencer à recruter parmi les habitants de ce pays. » Général Houry, Commandant supérieur des troupes de l’A.O.F., au G.G.A.O.F., Saint-Louis, 20 mars 1902, Conc., XVI(1)

76 Autorisation de recrutement donnée par l’arrêté du 23 juil. 1898, J.O.C.F., 1er nov. 1898.

77 Création d’une classe de miliciens auxiliaires recrutés sur place, pour deux à cinq ans, à 15 frs par mois plus la ration réduite d’un quart. Arrêté du 17 mai 1899, J.O.C.F., 1er juin 1899.

78 Arrêté du 26 nov. 1902, Libreville, J.O.C.F., 29 nov. 1902 ; Moyen-Congo, Rapport annuel, 1911, Aix, 4(2)D ; Angoulvant [57], pp. 69-70.

79 Les troupes en service au Chari (quatre compagnies) furent reversées au début de l’année dans la milice. Arrêté du 8 janv. 1900, Bangui, J.O.C.F., 15 avr. 1900. Les nouveaux effectifs (1 500 hommes et 32 Européens) furent répartis en dix compagnies (plus une section hors rang) dans les différentes régions de la colonie :
Image img15.jpg
Arrêté du 15 févr. 1900, J.O.C.F., 15 juin 1900. Voir également les rapports sur la milice et la police du Congo (Paris, 24 juin et 29 juil. 1901) de la mission Bouchaud, 1900-1901, et sur la Garde Régionale (Libreville, 28 mars 1904) de la mission Bruand-Revel, 1903-1904. S.O.M., Inspection des Colonies.

80 Arrêtés des 21 nov. et 1er déc. 1902.

81 Organisation des troupes stationnées au Congo, dépêche ministérielle du 22 oct. 1902, suivant le décret du 5 oct., J.O., 10 oct. 1902, et J.O.C.F., 13 déc. 1902. Circulaire du C.G. Grodet aux administrateurs de Basse-Sangha, Haute-Sangha et Haut-Oubangui, sur « la substitution à la milice de votre région d’une garnison de tirailleurs sénégalais », Conc., XIV-B. En 1903, on comptait 75 % de Sénégalais dans le bataillon du Chari-Tchad, 50 % dans la 6e compagnie (Haut-Ogooué), 35 % seulement dans les 5e, 7e et 8e (Sangha, Ogooué et Brazzaville). J.O.C.F., 1er août 1903.

82 Gabon, Rapport d’ensemble, 2e sem. 1904, p. 22 ; Gabon, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (1) D.

83 Tirailleurs du Moyen-Congo*.
Image img16.jpg
* Moyen-Congo, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (2) D.

84 Brouillon [de Brazza ?] s.l.n.d., Brazza 1905-III. L’arrêté du 26 nov. 1902 faisait redescendre les effectifs à 700 hommes répartis en 7 brigades. J.O.C.F., 29 nov. 1902. L’arrêté du 3 juin 1903 regroupait les gardes en deux portions centrales autour de Libreville (Libreville, Cap Lopez, Fernan-Vaz, Ogooué, Mayumba, Loango) et Brazzaville (Brazzaville, Basse-Sangha, Moyen-Congo, Bangui). J.O.C.F., 20 juin 1903. Les effectifs s’élevèrent ensuite à nouveau, puisqu’en 1911 la seule colonie du Moyen-Congo comptait une force de police de 720 hommes. Moyen-Congo, Rapport annuel, 1911, Aix, 4 (2) D.

85 Il s’agissait d’« indigènes » (Bakongo ?) venus de Brazzaville, conduits par le lieutenant Groul. Mazenot [304].

86 « Tant qu’ils n’ont eu à combattre que des gens mal armés et qui fuyaient devant eux, c’était parfait. Mais [...] les Arabes ont le plus profond mépris pour ces sauvages cannibales A N’Délé, dans une conférence, Senoussi a dit en ma présence : ‘Je suis l’ami des Français, je ne toucherai jamais à un de leurs hommes, pas même à un Yakoma’. » En 1905, la suppression du fusil et la révélation que « le métier de milicien ne va pas toujours sans risques » ralentirent sensiblement le recrutement. Capitaine Mahieu, Commandant la Région du Haut-Oubangui, à Brazza, Mobaye, 2 août 1905, Brazza, 1905-II.

87 Décret du 30 juil. 1919 et arrêtés d’application, 10 déc. 1919 et 10 janv. 1920.

88 Angoulvant [57], pp. 69-70.

89 Circulaire du C. G. Grodet, op. cit., Conc., XIV-B.

90 Circulaire du C. G. Gentil, Libreville, 21 avr. 1904, Conc., VIII-A.

91 Les trois compagnies supplémentaires de tirailleurs sénégalais envoyées dans la Sangha, le Haut-Oubangui et Libreville « pourront, écrivait le M.C. au C.G., trouver des renforts appréciables dans vos miliciens pour faire les recensements » préalables à l’impôt. M.C. à C.G., 14 mai 1902, Conc., XXV-D(1).

92 Témoignage du Gouverneur Guibet recueilli en 1965. Ce fut lui qui, jeune administrateur de la M’Poko, découvrit et révéla des massacres dont nous reparlerons.

93 Oubangui-Chari, Rapport politique, 1920, Aix, 4 (3) D.

94 Des « travailleurs armés » avaient notamment été engagés de 1901 à 1903 sur la route de portage de l’Oubangui-Chari. Bobichon, Commandant le secteur du Gribingui, 1er sem. 1904, Brazza, 1905-III.

95 G. Mestayer à Yaeck, Délégué du C.G., Tumba, 24 avr. 1901, Brazza 1905-II.

96 Factures du Trésorier-Payeur de la colonie, 9 mars 1905, réclamant le remboursement des soldes du détachement, Conc., XXVII-A.

97 En 1883, à l’arrivée de la troisième mission Brazza, 80 Sénégalais environ (anciens laptots qui avaient achevé leur temps de service à la colonie) trafiquaient pour le compte des maisons J. Holt, Hatton Cookson, Woermann et Conquy. Coquery-Vidrovitch [80], p. 60.

98 Trois projets de décret sur les gardes particuliers furent successivement rejetés par le M.C. en 1901-1902, Conc., XIII-A(3).

99 Arrêté agréant « certains indigènes en qualité de gardes particuliers » de la C.F.S.O., de la C.F.H.C. et de l’Alimaïenne, Moyen-Congo, 9 sept. 1924, J.O.A.E.F., pp. 629-630.

100 Surnoms donnés par les Fang. Témoignage du pasteur fang Mengome, recueilli à Ndjolé, nov. 1965.

101 P.V. de la 5e conférence tenue à Talagouga du 14 au 18 janv. 1898, Arch. de la Mission Évangélique de Baraka, Libreville.

102 Il n’existait encore en 1924 que trois hôpitaux publics en A.E.F.

103 Mission Picanon, Rapport du Bas-Ogooué, 1919, Aix, 3 D.

104 Société Agricole et Industrielle de l’Ogooué. 4e conférence de Talagouga, 14-18 janv. 1898 et copies de lettres, Ngomo, 1900-1915, Arch. Baraka, Libreville.

105 La préfecture apostolique du Congo français remontait à 1886, l’année de la fondation de la colonie. Elle fut divisée en 1890 en deux vicariats, Bas-Congo et Oubangui. Du vicariat du Congo furent détachés les diocèses de Loango en 1907, puis en 1909 de l’Oubangui-Chari, de Berberati et du Moyen-Congo, en 1922 de Brazzaville (ultérieurement : Fort-Lamy, Bangui, Bossangoa, Pointe-Noire, Fort-Rousset, Moundou et Bangassou). Annuaire de l’archidiocèse de Libreville, Gabon, 1964, Arch. de l’archevêché, Libreville.

106 De Witte [471].

107 Gabon, Rapport d’ensemble, [333], p. 55.

108 Missions de Brazzaville-Ste-Radegonde (Basse-Alima), Saint-François (Moyenne-Alima), Lékéti (Haute-Alima), Franceville (Haut-Ogooué), Liranga (Bas-Oubangui), Bangui, Mission de la Sainte-Famille (Haut-Oubangui). Etat du personnel, 15 mai 1900, Conc., XXV-D(2).

109 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

110 « Malheureusement, nos ressources ont considérablement diminué par suite de la triste situation de la France et je ne sais vraiment pas comment cette année je vais pouvoir nourrir mes 54 missionnaires blancs et les 1 400 enfants de nos écoles. » Augouard à Mme de Brazza, Brazzaville, 31 déc. 1904, Brazza, 1905-II. En 1913, le Moyen-Congo comptait trente écoles (17 laïques, 10 catholiques et 3 protestantes) touchant 1 908 élèves. Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D. En 1934, les missions catholiques, avec 82 établissements au Congo français, s’adressaient à 7 706 enfants (contre 6 584 relevant des 89 écoles de l’enseignement public). Annuaire statistique de l’A.E.F. [12], pp. 69 et 70.

111 Comité d’Action Républicaine, Note du 22 févr. 1911, Arch. C.F.H.B.C. conservées à l’évêché de Brazzaville.

112 Mgr Augouard à Mme de Brazza, Brazzaville, 31 déc. 1904, Brazza, 1905-II.

113 Lettre du missionnaire de Liranga, 19 sept. 1913, Arch. C.F.H.B.C, évêché de Brazzaville.

114 Mgr Augouard à Guynet, Poitiers, 19 août 1912, ibid.

115 « M. Augouard, en attaquant, sans apporter de preuves, l’honorabilité de M. Tréchot [...], colon qui a donné au Congo un exemple méritoire de travail et d’énergie, ne manque pas seulement de la charité qui conviendrait à un évêque, mais n’est même pas animé d’un esprit de simple justice [...]. Je ne le crois pas exempt de toute passion en dehors de celle du bien public. » G.G.A.E.F. à M.C., Brazzaville, 5 déc. 1910, Conc., LI-8.

116 2 juin 1907, signature de la convention avec la S.H.O. à propos de Saint-Médard de l’Okano. Annuaire de l’archidiocèse de Libreville, Gabon, 1964.

117 Voir à ce propos Coquery-Vidrovitch [80], « Le commerce sur l’Ogooué », pp. 79-92, et « La vie de relation sur le Congo », pp. 105-112.

Notes de fin

* Annuaire statistique de l’A.E.F. [12], p. 34.

* Moyen-Congo, Rapports annuels, Aix, 4 (2) D.

* Moyen-Congo, Rapport annuels, Aix, 4 (2) D, et Annuaire statistique de l’A.E.F. [12], p. 41.

* Gabon, Rapports politiques, 1911 à 1916, Aix, 4 (1) D.

* Antonetti [61], p. 33, Arch. Yaoundé, APA-11239.

* Arch. Baraka, Libreville.

* Arch. de l’archevêché, Libreville.

Table des illustrations

Titre Population européenne en A.E.F.* (unités)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Moyen-Congo. Européens résidant hors de Brazzaville**.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Population européenne de Brazzaville**.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Carte 4. L’occupation du Gabon à la veille de la première guerre mondiale, 1911. (Source : Rapports généraux, 1911 à 1916, Aix, 4 (1) D.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Carte 5. L’occupation du Gabon en 1916. (Ibid.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Carte 6. L’occupation du Moyen-Congo à la veille de la première guerre mondiale. (Source : Moyen-Congo, Rapport annuel, 1913, Aix, 4 (2) D.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Gabon. Personnel civil européen**.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Gabon. Personnel affecté en brousse.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Moyen-Congo. Personnel d’occupation.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Carte 7. Oubangui-Chari. Organisation administrative, 1920. (Source : S.O.M., Service Cartographique, n° 913.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Personnel du Congo français**.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Statistiques scolaires de Vannée 1901**.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Carte 8. Les missions catholiques au Gabon, 1904. (Gabon, Rapport d’ensemble, 2e sem. 1904, [333], p. 53.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Légende Carte 9. Les missions protestantes au Gabon, 1904. (Ibid., p. 56.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Gabon. Population catholique et personnel missionnaire**.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/374/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540