Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930. Tome 1

 | 
Catherine Coquery-Vidrovitch

I. Les conditions

Chapitre II. La création des compagnies

Texte intégral

1. Le décret-type de concession

  • 1 « Commission consultative sur les demandes de concession », constituée par décret le 16 juil. 1898
  • 2 Le projet-type de décret est publié dans Coquery-Vidrovitch [154], pp. 24-25, et le décret appliqu (...)

1Devant la fièvre de colonisation qui s’emparait tout à coup des commerçants intéressés au Congo, le Ministre des Colonies Trouillot prit le parti de réunir une Commission extra-parlementaire, sous la présidence du Conseiller d’État Cotelle, chargée d’élaborer le programme concessionnaire1. La tâche était ardue : il fallait, d’une part, n’abandonner aucun droit de l’État aux futures Sociétés de crainte de s’aliéner le Parlement, mais d’autre part éviter de transgresser ouvertement l’Acte Général de Berlin qui interdisait tout monopole commercial dans le Bassin conventionnel du Congo. Le décret et le cahier des charges-types préparés par la Commission furent approuvés dès le début de l’année suivante par le nouveau Ministre, Guillain, et complétés par la circulaire ministérielle interprétative du 24 mai 18992.

2Ils accordaient pour trente ans sur le territoire concédé tout droit de jouissance et d’exploitation agricole, forestière et industrielle, à l’exclusion des mines que l’on espérait déceler ultérieurement et dont on souhaitait réserver le rapport ; on avait tourné la clause imposée par l’accord de Berlin en parlant, non pas d’un monopole commercial (comme pour la S.H.O.), mais d’un monopole d’exploitation des produits du sol.

3Le concessionnaire ne recevait aucune délégation de souveraineté et l’on recommandait d’éviter de mettre à la disposition directe de ses agents les forces de police qui pouvaient être fournies à sa demande pour protéger les factoreries éloignées – clause d’application difficile, il est vrai, dans la mesure où les frais d’entretien de cette milice incombaient précisément à la Société. En échange de ses prérogatives, la compagnie versait annuellement à la colonie, d’une part une redevance fixe qui variait suivant la superficie de la concession (de 500 à 50 000 frs), augmentée à partir de la cinquième et de la onzième année, et d’autre part un pourcentage de 15 % sur les bénéfices. Elle devait en outre déposer un cautionnement (de 8 000 à 100 000 frs selon les cas), participer à l’établissement des postes de douane rendus nécessaires par ses opérations et, le cas échéant, à la construction des lignes télégraphiques traversant son territoire. Elle était astreinte à entretenir, sur son réseau fluvial, un nombre défini de bateaux à vapeur de petit et grand modèle et à mettre en terre au moins cent cinquante pieds de plantes à caoutchouc par tonne exportée.

  • 3 Inspecteur Laperge à M.C., Brazzaville, 19 mars 1929, Rapport d’ensemble sur le régime concessionn (...)

4En revanche, toute terre mise en valeur par ses soins devenait, en fin de contrat, sa propriété pleine et entière. La définition de cette « mise en valeur » était d’ailleurs fort extensive : c’était une récolte de caoutchouc sur vingt pieds à l’hectare, ou des constructions sur un dixième du sol. La domestication d’un éléphant donnait droit à cent hectares. Certes, il était entendu que les Africains conservaient les villages qu’ils occupaient et un droit de jouissance sur les terres de forêt, de pâturage et de culture qui leur étaient « réservées ». Mais la délimitation de ces réserves fut l’occasion de difficultés inextricables. Les mœurs, coutumes, organisation et religion locales devaient être respectées. Tout manquement grave (abus contre les travailleurs, commerce d’armes prohibées, inexploitation ou abandon du territoire) était sanctionné par une mise en demeure suivie, le cas échéant, d’une procédure de déchéance. L’expérience prouva en ce domaine la carence complète du contrôle local et l’insuffisance de l’armature légale prévue pour garantir les intérêts de l’État3.

2. La constitution des Sociétés4

  • 4 La procédure intéressait les seules concessions supérieures à 10 000 hectares : toutes les autres, (...)

5En l’espace d’un an, quarante Sociétés se partagèrent 70 % du territoire. La plus petite, la Nkémé-Nkéni, recevait 1 200 km2 ; la plus grande, la Cie des Sultanats du Haut-Oubangui, 140 000 km2.

6Comparés à ceux des entreprises commerciales de la métropole, les capitaux mis en œuvre paraissaient raisonnables. Mais confrontés à l’immensité des territoires ils se révélaient insignifiants : de 300 000 frs (Cie Bretonne du Congo, 3 000 km2) à 3 millions (Cie Française du Congo, 43 000 km2). Exceptionnellement, les Sultanats atteignaient 9 millions.

  • 5 Soit environ 160 millions 1965, d’après le coefficient indiqué par Sauvy [49], I, p. 502.

7Théoriquement, le capital global s’élevait à près de 60 millions de francs5. En fait, il fut beaucoup plus faible et ne dépassa pas 40 millions car la plupart des Sociétés, suivant une pratique courante, n’appelèrent pas la totalité des actions : le cas extrême fut probablement celui de la Cie des Sultanats du Haut-Oubangui qui, sur un capital nominal de 9 millions de francs, n’en appela jamais que 2 251 500.

8Autrement dit, le Département dut précocement se rendre à l’évidence : les sociétés concessionnaires, créées pour inventorier, récolter et commercialiser les produits du sol (caoutchouc et ivoire) et destinées à assurer sur leur territoire une traite active grâce à l’importation massive de marchandises que les Africains se disputeraient par leur travail, refusèrent de faire bénévolement, aux dépens de leurs profits immédiats, les investissements énormes devant lesquels l’État avait lui-même reculé.

  • * D’après une série de documents non classés consultés dans les sous-sols de la Maison des Étudiants (...)

État de l’importance des capitaux engagés vers 1914 en A.E.F. par les sociétés concessionnaires*

État de l’importance des capitaux engagés vers 1914 en A.E.F. par les sociétés concessionnaires*

Les concessions au Congo (Conc., X-2).

Carte 3. Les concessions en 1900. Carte au 1 /3 760 000 éditée par là pêche Coloniale, s. d. (S.O.M., Service Cartographique, n° 311).
Cette carte contient quelques erreurs : – Le n° 39 doit se décomposer en : a) (rive gauche Ombella) : Cie de l’Oubangui-Ombella, b) 40 (rive droite) : Société Bretonne du Congo. – Le n° 40 est en fait le n° 41 : Cie Propriétaire du Kouilou-Niari. – Le n° 41 est en fait le n° 42 : Cie de l’Ouhamé-Nana.

3. L’origine des capitaux

9C’est qu’à la différence des Belges ou des Britanniques entraînés par Léopold, le grand capital français répugnait à se lancer dans une opération qui lui paraissait hasardeuse. Les hommes intéressés aux affaires du Congo eurent à l’origine peu de liens avec les milieux bancaires.

10Les plus sérieux d’entre eux étaient des colons déjà avertis du pays, qui voyaient dans le nouveau régime un moyen d’étendre leurs affaires à peu de frais. Un des meilleurs exemples fut, à cet égard, la S.H.O. Cette société avait repris, en novembre 1894, en même temps que la concession proprement dite, l’exploitation des anciens établissements Daumas et Cie, fixés depuis une vingtaine d’années sur la côte d’Afrique. Son capital demeurait limité à 2 millions de francs en 4 000 actions de 500 frs, dont la moitié avait été remise au fondateur Médard Béraud, liquidateur Daumas, en représentation de ses apports (comptoirs, mobilier, flottille et clientèle).

  • 6 Médard Béraud prit 400 actions, ce qui portait son avoir à 2 400 actions. Son neveu Paul Béraud pr (...)

11Au 1er décembre 1894, il s’agissait donc d’apporter une somme minime : 250 000 frs, puisque les actions furent libérées du quart seulement à la souscription. Le nombre d’actionnaires fut réduit : 76, dont 36 étaient des négociants qui souscrivirent plus de la moitié des actions (1 102)6.

  • 7 Augmentation de capital de deux à trois millions, 29 mai 1897 (un quart versé). Conc., LI(1).
  • 8 La banque Muller (487 actions) et le courtier Halphen (287 actions), et les principaux négociants  (...)

12En 1897, la première augmentation de capital (un million) confirma la tradition de cette affaire familiale dont les Béraud tenaient solidement la barre7. 62 actionnaires se partageaient cette fois-ci la souscription. Mais 7 seulement en assurèrent les deux tiers8.

  • 9 Arch. S.H.O.

13La dernière augmentation de capital qui eut lieu avant guerre (de 3 à 4 millions, en 1901) présentait encore des traits analogues : 95 actionnaires seulement, avec le soutien confirmé de la banque Henrotte et Muller (605 actions) et la part considérable d’un nombre stable de commerçants (552 actions réparties entre 35 négociants dont 20 de Dunkerque, 2 du Havre, 2 Marseillais et 3 Anglais)9. A cette époque et jusqu’en 1920, les Béraud (2 774 actions) assistés de leur bras droit, le commandant Barré (300 actions) et soutenus par leur banque (1 092 actions) disposaient de la majorité absolue dans leur affaire (4 166 actions sur 8 000).

  • 10 E. de Cointet, Lettres à sa famille, du Congo et du Chari (Mission Gentil), 1899-1900, 2 vol. dact (...)
  • 11 Mazenot [304], pp. 106-111. Le terrain de Brazzaville avait été accordé aux frères Tréchot par Bra (...)

14Ce rôle prépondérant d’un nombre restreint de négociants aux capitaux limités se retrouvait dans d’autres sociétés : la Cie Française du Haut-Congo (C.F.H.C.) était elle aussi l’affaire d’un petit groupe d’hommes très au fait des problèmes du Congo. Les cinq frères Tréchot étaient d’anciens agents de la maison Daumas, arrivés au Congo en 1888, qui s’étaient établis à leur compte en 1892 « avec presque rien »10. Seuls Français alors parvenus dans le Congo supérieur, ils s’étaient d’abord fait mercantis et chasseurs d’éléphants, puis avaient progressivement étendu leur champ d’action commercial. Invités par Brazza, toujours impatient d’encourager les initiatives privées, à le suivre en haute Sangha, ils en obtinrent une recommandation auprès de son fournisseur Conza. Cette garantie leur assura enfin des capitaux à Paris : ils fondèrent en octobre 1897, avec le négociant Georges Brack, seul commanditaire, une société en nom collectif « Tréchot frères et Cie » au capital de 300 000 frs, dite Cie Française du Haut-Congo, qui exploitait le fleuve à l’aide de deux vapeurs, à partir des entrepôts de Brazzaville et Loango et des factoreries progressivement fondées à Djoundou au confluent de l’Oubangui (1894) et à Bonga à l’embouchure de la Sangha (1896)11.

  • 12 Tréchot à M.C., 1er févr. 1899, Conc., LI(1). Mazenot [304], chap. IX.
  • 13 Sautter [117], p. 290.
  • 14 Attribuées par moitié aux frères Tréchot et aux souscripteurs d’origine, à raison d’une part par a (...)
  • 15 Assemblée générale des actionnaires de la banque, compte rendu du bilan annuel 1901-1902, Arch. Cr (...)

15Quand les Tréchot déposèrent leur demande de concession, ce fut en connaissance de cause, puisqu’ils se trouvaient alors à la tête de cinq factoreries dirigées par douze Européens et qu’ils venaient de sillonner la région en passant des traités avec les chefs de Mozaka, Moukanda et Loboko12. S’ils avaient jeté leur dévolu sur la zone marécageuse et mal connue du pays des rivières, c’est parce qu’en présence de concurrents mieux armés – la Société Anonyme Belge pour le Commerce du Haut-Congo (S.A.B.) et la Compagnie Hollandaise N.A.H.V. – ils avaient su estimer à sa valeur un champ d’action originale aisément pénétrable à partir d’un réseau hydrographique remarquable. « Énergiques, durs au travail et durs aux autres, les frères Tréchot, qui exigeaient beaucoup des Congolais, [s’étaient] imposés par leur force herculéenne et par leur caractère. »13 Mais leur nouvelle Société, issue du décret de concession, ne disposait guère de moyens supérieurs à la précédente. Les apports des cinq frères étaient représentés par 10 000 parts bénéficiaires14. Le reste du capital, 2,5 millions de francs, était souscrit en espèces en 5 000 actions de 500 frs. Nous ne connaissons malheureusement pas les souscripteurs. Tout laisse supposer que le cercle restreint des premiers collaborateurs de l’affaire fut en mesure de se partager la plupart des actions. Les milieux bancaires furent-ils intéressés ? Nous savons seulement que la Banque d’Outre-Mer de Bruxelles, très ouverte au Congo, y avait pris dès l’origine une participation limitée à 297 actions15. Mais les éléments extérieurs n’eurent apparemment aucune influence sur un Conseil d’administration très stable de six membres où l’on retrouve régulièrement, à côté de trois des frères Tréchot, leur premier associé Georges Brack, Joseph Rémond, négociant à Audilly (Seine-et-Oise) et Émile Ponche, rentier à Amiens.

  • 16 Gazengel était venu en 1886 à la suite de Brazza. Il avait été cinq ans administrateur à Ndjolé (c (...)

16D’autres « Congolais », ex-administrateurs ou colons déjà installés dans le pays, obtinrent des concessions : Gazengel ou Monthaye avaient été des agents de Brazza16. Jobet, concessionnaire de l’Ongomo, était un ancien directeur en Afrique de la S.H.O. La Société du Bas-Ogooué était déjà constituée auparavant. Izambert était un planteur connu du Gabon, et Guynet était apparemment dès cette époque un colon influent élu au Conseil Supérieur des Colonies depuis 1897. A l’exception de la Kadeï-Sangha de Gazengel, au capital d’un million de francs, et de la Cie du Fernan-Vaz d’Izambert (un million et demi), les sociétés suscitées par ces hommes du pays, parfois mieux informés mais généralement désargentés, comptèrent parmi les plus modestes (capital de 300 000 à 800 000 frs seulement).

  • 17 Michel [103], p. 108.
  • 18 Les Hollandais (la banque Mees de Rotterdam, les négociants de Bloeme et Philippi, Pieters et Bess (...)

17Y eut-il cependant, parmi les concessionnaires, de grosses affaires soutenues par un capital financier important ? Un exemple de transition en est offert par les sociétés dérivées de la Compagnie Hollandaise. Celle-ci engendra en effet, nous l’avons vu, à côté de la Brazzaville, entreprise libre (au capital de 500 000 frs), deux sociétés concessionnaires, la Cie Commerciale de Colonisation du Congo Français (C.C.C.C.F. dite 4 C.F., capital un million) et l’Ouhamé-Nana (deux millions). Ces entreprises rappelaient, dans une certaine mesure, les affaires de type familial évoquées jusqu’à présent, par leur capital modéré et le rôle déterminant de leur directeur commun en Afrique, Anton Greshoff, que les Bakongo avaient surnommé Foumou N’Tangou, le Roi-Soleil. Un peu à la manière des frères Tréchot, il avait eu un rôle de pionnier sur le Congo. Le premier négociant à atteindre les Falls pour y commercer avec le célèbre Tïppou-Tib, il fut aussi le premier à vendre aux Batéké les couvertures écarlates qu’ils appréciaient tant. Au service de la Compagnie Hollandaise dont l’établissement de Banane remontait à 1860, il en accrût singulièrement l’importance en établissant des factories à Setté-Cama, Mayumba, Cabinda, Kinshasa (en 1886) et Brazzaville (en 1888) puis sur l’Oubangui. Il demeura jusqu’en 1905 à la tête des compagnies concessionnaires dont il avait en 1898-1899 négocié l’attribution17. Mais les trois sociétés constituaient ensemble un groupe relativement puissant et surtout très homogène, autant par leur administration assurée de Rotterdam par les deux co-directeurs de la N.A.H.V., de Bloeme et Philippi, que par leurs capitaux, fournis par un nombre restreint d’individus : quatorze seulement se partageaient les mille actions de la Brazzaville, quinze les deux mille actions de la 4 C.F., et vingt-sept les quatre mille de l’Ouhamé-Nana. Les plus gros actionnaires, communs aux trois sociétés, étaient évidemment les répondants de la N.A.H.V.18

18Les trois Conseils d’administration étaient, à quelques noms près, confondus :

Administrateurs du groupe.

Administrateurs du groupe.
  • 19 Art. 5 du décret de concession : « Les trois quarts des membres du Conseil d’Administration, dont (...)
  • 20 Mazenot [304].
  • 21 C’était :

19Le prête-nom commun était Victor Flachon, directeur du journal La Lanterne et mandataire de l’homme d’affaires français Béhagle assassiné en 1897 au Tchad sur les ordres de Rabah. Le décret de concession stipulait en effet la nécessité pour les sociétés d’être françaises et de n’employer, sauf dérogation, que des agents français au Congo19. Cette clause rend compte de la difficulté à déterminer l’origine des capitaux utilisés. Dans le contexte violemment nationaliste de la fin du siècle, l’opinion publique veillait jalousement à ce qu’aucune parcelle du patrimoine national ne profitât à l’étranger. Le mouvement n’était pas seulement antisémite (d’où le pseudonyme de François Nicol utilisé par le concessionnaire Finchelstein de la Société de l’Afrique Équatoriale20). Il s’opposait d’une façon confuse au capital international et, précisément au Congo, aux milieux d’affaires belges. Or ceux-ci, bien que parfois difficilement décelables, s’intéressèrent vivement à l’expérience française. Un document de l’époque affirmait qu’une vingtaine des sociétés congolaises étaient « en réalité belges par leurs actionnaires »21. Il exagérait sans doute. Mais il est incontestable que les Belges mirent à profit le peu d’intérêt que manifestaient alors les Fançais à l’égard du Congo.

  • 22 Girault [33], pp. 2-7.
  • 23 J. Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, Paris, Sevpen, 1961, 2 vol., 938 p.
  • 24 Lettre de l’attaché financier russe à Paris, Arthur Raffalovitch, à son Ministre Witte, 17 mai 189 (...)

20Non que les entrepreneurs aient manqué en France à la fin du siècle. Il ne faudrait pas, sur l’exemple du Congo, exagérer la vision classique du bourgeois français d’avant la première guerre mondiale, « gagne-petit, fils de paysans prudents, rentier de fait ou d’intention sans esprit d’entreprise »22. Suivant l’exemple du chef de file de la banque française, Henri Germain, Président du Crédit Lyonnais de 1863 à 190523, les milieux financiers étaient surtout soucieux d’éviter ou d’éliminer les risques. A leur image, les industriels avaient tendance à gérer leur portefeuille avec une grande prudence, à l’abri de la concurrence internationale derrière leurs barrières douanières. Aussi les ministres devaient-ils faire preuve d’une grande habileté, voire user de subterfuges pour obtenir les crédits destinés aux colonies ou à l’étranger24.

  • 25 « Nous sommes écrasés sous le poids de l’argent. Nous ne savons qu’en faire », écrivait le Crédit (...)

21Il existait pourtant un fort courant d’exportation à long terme de capitaux français qui, à partir des années 1854-1855, avait été favorisé par la mise en place d’un système bancaire qui ressentit très vite la nécessité de placements en dehors. Le mouvement s’était accéléré entre 1870 et 1890 (Crédit Lyonnais en 1863, Société Générale en 1864, Banque de Paris et des Pays-Bas en 1872), grâce à la concentration accrue des firmes et à la multiplication de réseaux d’agences bancaires qui permirent de rassembler des masses considérables de dépôt. Dans le même temps, le mouvement de récession intérieur rendait les placements sur le marché national de moins en moins rentables : l’exportation des capitaux devint vitale25. Mais le capital financier français manifesta peu d’intérêt pour l’expansion coloniale proprement dite qui avait suscité, à son corps défendant, plus de théoriciens que de praticiens de l’impérialisme militant. Les banques préféraient à l’ensemble des possessions coloniales, Algérie et Indochine comprises jusqu’à une date tardive, le champ d’action prometteur des « semi-colonies » d’Europe orientale – Russie et Turquie. Les grands emprunts destinés à couvrir les dépenses d’infrastructure ferroviaire s’annonçaient en effet bien plus rémunérateurs que l’exploitation élémentaire, en somme peu coûteuse, de la « traite » africaine – nous venons de le constater sur les quelques exemples cités – des sociétés commerciales sans grand appui financier, mais animées par les négociants de certaine ports spécialisés (Le Havre, Dunkerque, Bordeaux, Marseille). En outre, l’Afrique équatoriale était au sein même de l’empire français une possession mineure – ce qui n’était pas le cas du Congo pour la Belgique. Rien d’étonnant, en vérité, à ce que les Belges eussent cherché – et partiellement réussi – à l’annexer à leur domaine.

  • 26 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.
  • 27 Le Commissaire général du Congo de Lamothe, et l’un des membres de la Commission des Concessions C (...)
  • 28 Mise en valeur du Congo français..., op. cit.
  • 29 Dampierre [384], pp. 484-485 et 489-493.
  • 30 Liste des associés :
  • 31 Sur 18 000 actions de 500 frs, 4 429 revenaient à des Belges, presque tous d’Anvers, et 980 à Vall (...)

22Leur première tentative avait visé le vaste territoire limitrophe de l’État Indépendant qui s’étendait sur la rive droite du haut Oubangui. Le colonel Thys, directeur général de la Cie du Chemin de Fer du Congo et promoteur de la plupart des grosses entreprises de l’État Indépendant, avait demandé, au nom de la Société Franco-Belge du Haut-Congo, de bénéficier dans cette région d’une concession de trente millions d’hectares26. Malgré des négociations assez poussées, l’affaire échoua27. En effet, à la nouvelle de l’initiative belge, les Français s’inquiétèrent de laisser échapper le deuxième « versant d’une même vallée, situé sous le même climat et renfermant les mêmes richesses naturelles [...], quand nos voisins réalisaient d’immenses fortunes sur la rive gauche »28. Le Syndicat Français des Bassins du Tchad et de l’Oubangui, présidé par Étienne Watel, émit une vive protestation, fort de la mission de Béhagle qu’il avait financée en 1897 dans le bassin du Tchad, puis de la seconde expédition qu’il avait lancée en 1898-1899 sous la direction de Bonnel de Mézières auprès des sultans du Mbomou (Bangassou, Rafaï, Sémio et Tamboura). Il arguait d’un traité conclu le 18 décembre 1898 avec Bangassou qui lui réservait le monopole du commerce dans la région. Pour mettre fin au différend, le Ministre prit alors la décision qu’« aucune concession ne serait établie dans les Sultanats »29. Mais devant l’afflux des candidatures, la Commission des Concessions prit l’initiative de concentrer les capitaux en course en une seule vaste affaire, la Cie des Sultanats du Haut-Oubangui30. L’affaire comportait encore une importante participation belge. Vallette-Duc, industriel lyonnais résidant à Anvers, avait intéressé à l’entreprise le négociant Victor Dhanis, parent du baron Dhanis qui dirigeait les forces de l’État Indépendant. Autour d’eux les actionnaires belges (60 sur 142) possédaient près du tiers des actions31.

  • 32 La Cie de l’Afrique Équatoriale, la Société de l’Afrique Française, la Cie Française du Congo, la (...)

23D’autres groupes analogues s’étaient constitués. Les compagnies de l’Ibenga et du Baniembé étaient réputées être à forte majorité belge. Le Comptoir Colonial Français, société anonyme au capital de neuf millions de francs entièrement libéré, animée par Nicol, concessionnaire de la Société de l’Afrique Équatoriale et directeur de la Cie Commerciale d’Exportations et d’Importations réunies, était en fait un groupe belge qui contrôlait près d’une dizaine de compagnies concessionnaires32. Ses statuts l’habilitaient à connaître :

  • 33 Souligné par nous. La société apportait, à sa constitution, des comptoirs exploités sur le rio Jav (...)

« [...] toutes affaires de colonisation et de commerce, plus spécialement dans les pays d’Outre-Mer ; toutes affaires coloniales, commerciales, industrielles, maritimes, financières ; l’obtention et l’exploitation de toute concession, etc., et généralement toutes affaires quelconques, sans limitation ni réserve.
[...] La participation, sous quelque forme que ce soit, à toutes opérations se rattachant à l’objet social. La société pourra aussi s’intéresser, seule ou en participation, comme apporteur et fondateur, prêter son concours à des sociétés constituées ou à constituer, généralement y prendre tous les intérêts qu’elle jugerait utiles. »33

  • 34 Alexis Mols participait en outre à la Société Agricole de Mayoyombé, à la Société Isanghi et à la (...)
  • 35 On retrouve, dans toutes les sociétés du groupe, au moins quatre et plus souvent cinq administrate (...)
  • 36 Société au capital d’un million de francs, qui avait pour objet la « participation à toutes les en (...)
  • 37 La Société Agricole et Commerciale de l’Alima comptait 16 actionnaires français possédant ensemble (...)

24Des six membres du Conseil d’administration, trois étaient des Belges influents de l’État Indépendant : A. Ostierreth, et surtout Alexis Mols et A. Lambrechts, qui administraient également l’Anversoise, l’Abir, la Société Générale Africaine et le Comptoir Commercial Congolais34. Les industriels du nord liés aux milieux textiles belges avaient également constitué un véritable ensemble autour de la concession de la M’Poko, de la Cie Française du Congo et du consortium réalisé officieusement sous le nom d’Al-Ké-Lé (sociétés Alima, Nkémé-Nkéni et Léfini) dont un administrateur était nommément « délégué pour la Belgique »35. Les promoteurs en étaient, à côté des frères Gratry, fabricants de cotonnades lillois, l’industriel J. Richmond et le député de Roubaix E. Motte, manufacturier et président des Mines de Lens, administrateur des Caoutchoucs de l’Indochine et l’un des souscripteurs de l’Association Coloniale d’Anvers36. Les actionnaires de l’Al-Ké-Lé, peu nombreux, regroupaient quelques négociants et fabricants en tissus et surtout des diamantaires de Paris et d’Anvers37.

  • 38 A l’Assemblée générale du 30 décembre 1903, Arthur Roose représentait 3 133 actions et Camille d’H (...)
  • 39 « Les courriers sont adressés à la Cie de la Mobaye, 30 avenue de l’Opéra, à Paris. Vous pouvez co (...)
  • 40 Agence de Bruxelles à M.C., 31 janv. 1907, et réponse de M.C. au bureau de Paris, 14 févr. 1907, r (...)

25Enfin, sans appartenir nécessairement à l’un des groupes relativement puissants énumérés jusqu’à présent, des sociétés isolées telles que l’Ongomo (dont le capital de 1,2 million de francs fut souscrit par dix personnes seulement et qui comptait parmi ses administrateurs le Belge Janssens) ou la Mobaye dissimulaient sous une façade parisienne des investissements d’origine belge. La Mobaye, animée par le Belge Arthur Roose38, administrateur de la Banque Africaine de Bruxelles, et liée à la Cie des Produits Végétaux du Haut-Kasaï, avait à Paris une agence formelle, mais ses représentants en Afrique recevaient directement leurs ordres de Bruxelles39. La Société fut d’ailleurs en difficulté avec le Ministère lorsqu’il s’aperçut, en outre, que les contrats conclus avec le personnel étaient « établis et signés en Belgique, que les voies de transport imposées étaient belges, et que le siège de la Société était indiqué comme se trouvant en Belgique »40.

4. Les regroupements d’intérêts

26Bref, en dépit du chauvinisme officiel, il n’était guère de société concessionnaire qui ne révélât, par un de ses administrateurs au moins, ses liens avec les milieux d’affaires belges. Mais à la différence des entreprises de l’État Indépendant, la plupart des sociétés françaises n’en périclitèrent pas moins, pour des raisons diverses que nous analyserons ultérieurement de façon détaillée : méconnaissance du pays, faiblesse des capitaux, pénurie de main-d’œuvre, retard des découvertes en richesses minérales, mais surtout absence de cette cohésion de l’exploitation coloniale (réalisée, en revanche, au maximum sous l’impulsion de Léopold par l’association intime de l’administrateur et du commerçant, d’ailleurs confondus en la même personne sur le « Domaine privé ») – toutes raisons qui ne firent jamais du « système » français qu’un pâle reflet, fragmentaire et velléitaire, du « système » belge.

  • 41 Résultats financiers, 1930, Parts bénéficiaires de l’État, Conc., XI-B(1).
  • 42 Arch. Crédit Lyonnais.
  • 43 Sur le détail de cette affaire, voir Mazenot [304], chap. V.
  • 44 Commission des Concessions Coloniales, P.V. de la séance du 20 déc. 1904, Conc., XI-B(l).

27Au Congo français, les tiraillements incessants entre l’autorité administrative et les prérogatives concessionnaires jouèrent le rôle d’un frein : frein à l’exploitation du pays, mais aussi aux excès qui en étaient l’accompagnement naturel. Les « scandales du Congo » furent le reflet atténué de ceux de l’État Indépendant, de même qu’au boom de l’État voisin correspondit la stagnation. En effet, dès les premières années, avant même 1905, l’État avait compris son erreur. Le démarrage avait été décevant. Une seule Société se trouvait en 1902 en mesure de distribuer des dividendes (la Cie des Sultanats), deux en 1903, sept seulement, chiffre maximum, en 1905-1906, mais à nouveau trois en 1907 et deux en 190841. Le Comptoir Colonial Français, qui avait misé sur le régime concessionnaire, entra en liquidation dès 190242. En 1903, une dizaine de Sociétés étaient en voie d’extinction. Six disparurent presque aussitôt : la Cie de l’Afrique Équatoriale et la Mambéré-Sangha parce que, à la suite d’une erreur cartographique, elles n’existaient que sur le papier : la Cie de l’Afrique Équatoriale (S.A.E.) avait reçu le bassin du « Lebaï-Nghié », supposé déboucher directement dans la Sangha. Il s’agissait, en fait, du Lengoué, affluent de la Likouala-Mossaka ; la S.A.E. se trouvait donc, en arrière de la concession Tréchot, dépourvue d’une voie d’accès directe43. La Mambéré-Sangha, qui avait théoriquement reçu 560 000 ha, se retrouvait avec seulement 12 300 ha à la suite d’une reconnaissance de la frontière franco-allemande. Elle se mit en liquidation en 1903-190444.

  • 45 J.O.C.F., 24 mai 1902.
  • 46 Ibid., 27 déc. 1902.
  • 47 Ibid., arrêté du 4 mai 1904. Elle englobait également le territoire de la Cie Franco-Congolaise de (...)
  • 48 Assemblée générale annuelle de la C.F.C.O., 1906, Arch. Crédit Lyonnais.

28Les autres Sociétés disparurent parce qu’elles étaient isolées, relativement exiguës, difficilement pénétrables et surtout incapables, avec leurs faibles capitaux, de mettre en valeur un territoire sous-peuplé et peu fertile, marécageux ou sablonneux :l’Ouban gui-Ombella demanda sa dissolution anticipée en juin 1901, en raison de la situation embarrassée de son principal actionnaire, le Comptoir Colonial Français, qui possédait 1 290 actions sur 1 600. La Cie Coloniale du Gabon opta pour une exploitation agricole sur un territoire très restreint. La Cie Franco-Congolaise argua de son territoire en majeure partie inondé et très peu habité45. La Cie de l’Afrique Française fit valoir également qu’elle avait dépensé en vain les trois quarts de son capital sur des marécages inondés huit mois sur douze à part quelques îlots46. D’autres Sociétés fusionnèrent, ce qui leur permit, soit d’officialiser un état de fait dissimulé jusqu’alors pour obtenir la concession, soit de réduire leurs frais généraux : la Ngoko-Sangha réunit la Ngoko-Ouesso et la Cie des Produits de la Sangha-Lippa-Ouesso47. L’Ekela-Kadeï-Sangha regroupa l’Ekela-Sangha et la Société Commerciale et Agricole de la Kadeï-Sangha. Le Kouango Français additionna les concessions de la rive droite et de la rive gauche du Kouango. D’autres ententes restèrent tardivement occultes – comme le groupe Al-Ké-Lé (Alimaïenne, Nkémé-Nkéni et Léfini) dont le Ministère refusa d’entériner l’association, et le groupe gabonais Du Vivier de Streel – ainsi désigné du nom du Président-directeur général commun – qui comprenait les compagnies du Congo Occidental (C.F.C.O.), du Setté-Cama, du Fernan-Vaz et du Littoral Bavili ; la cohésion de l’ensemble fut assurée par l’emprise progressive de la C.F.C.O. qui acquit la presque totalité des actions des Sociétés voisines, soit directement, soit par l’entremise de sa filiale, l’Union Commerciale pour les Colonies et l’Étranger, et avec l’appui du Crédit Foncier et Agricole d’Algérie. L’opération de regroupement s’acheva en 1906 par le rachat de 7 000 des 9 000 actions de la Haute-N’Gounié, ce qui assurait dorénavant au groupe – auquel s’adjoignirent bientôt les Factoreries de Ndjolé et l’Ogooué-N’Gounié – un « bloc compact de plus de dix millions d’hectares avec plus de 300 kilomètres de côtes [...], l’un des plus beaux champs d’exploitation qui existe dans le monde entier »48.

  • 49 7. Les liens entre administrateurs et sociétés ont été établis, outre les références indiquées ult (...)

29Bref, en 1903-1904, il n’existait plus que trente Sociétés rassemblées en plusieurs groupes aux intérêts enchevêtrés et répartis en quatre zones49 :

  • Le littoral : groupe Du Vivier de Streel et Ongomo ;
  • La Sangha : Sangha Équatoriale, Cie de la Sangha, Ngoko-Sangha, Kadeï-Sangha, Haute-Sangha et Ekela-Kadeï-Sangha ;
  • Le Moyen-Congo : Al-Ké-Lé et C.F.H.C./Alimaïenne (ces dernières réunies en 1911) ;
  • L’Oubangui : groupe belge Ibenga/Baniembé, Cie Française du Congo, M’Poko, Bretonne du Congo, Kouango Français, Mobaye, Kotto, groupe Brazzaville (Ouhamé-Nana et 4 C.F.) et Sultanats du Haut-Oubangui.
  • 50 La Mobaye en 1911, la Kotto en 1918, le Kouango Français en 1921, les Sultanats en 1922, l’Ouhamé- (...)
  • 51 En 1911, la S.A.F.I.A. regroupa les Sociétés du littoral et la C.F.S.O. (Cie Forestière Sangha-Oub (...)

30A la suite de résiliations anticipées50 ou de modifications de contrats51, ce chiffre tomba à six seulement à la fin de la période trentenaire (Ongomo, C.F.H.C./Alimaïenne et Al-Ké-Lé), non compris la Cie Propriétaire du Kouilou-Niari et la Société du Haut-Ogooué.

5. Les animateurs

  • 52 Lettres du 5 et 7 mai 1897, Du Vivier de Streel, chef de cabinet, à la S.H.O., Arch. S.H.O., et Su (...)
  • 53 A. Lindeboom, Duvignau de Lanneau et A. Vergnes, soit, en comptant Du Vivier de Streel, quatre adm (...)

31Au total, le régime concessionnaire stricto sensu n’avait mis en œuvre aucun capital financier d’envergure. Cependant des groupes s’étaient constitués, dont certains furent durables. Ils furent presqu’exclusivement le fait de colons acharnés qui, à partir d’un apport très limité, élaborèrent progressivement leur fortune par l’extension régulière de leur activité commerciale. Un seul fit exception à la règle : Du Vivier de Streel. Cet homme politique mit apparemment à profit la fonction de chef de cabinet du Ministre des Colonies Lebon qu’il exerçait en 1897 pour favoriser l’obtention d’une série de concessions homogènes sur le littoral gabonais52. Il en prit aussitôt la présidence qu’il conserva jusqu’à la fin, à la tête de la S.A.F.I.A., assisté d’un corps d’administrateurs fidèles53. Mais l’entreprise, constamment déficitaire, est un exemple-type de cette catégorie de Sociétés dont nous reparlerons, constituées, par des hommes ignorants des affaires du Congo, à des fins spéculatives. Elle mérite l’attention dans la mesure seulement où elle paralysa toute activité dans la région jusqu’à l’essor de l’économie forestière sur la côte méridionale, après 1925.

  • 54 L’Ekela-Kadeï-Sangha, la Cie Française du Congo, l’Alimaïenne, les Factoreries de Ndjolé, l’Ibenga
  • 55 La Haute-Sangha et le Kouango Français.

32Ailleurs, outre les frères Tréchot, deux ou trois personnages seulement firent véritablement figure d’entrepreneurs. Le plus puissant fut William Guynet, installé au Gabon dès la fin du xixe siècle, qui partagea sa vie entre la métropole et le Congo. Concessionnaire d’une petite Société mal située, l’Ekela-Sangha (capital : 700 000 frs), il siégeait en 1903 dans cinq Conseils d’administration54 et fut appelé dans deux autres en 190655. L’année suivante, il acceptait de tenter le redressement de la Mobaye moribonde. En même temps, il participait aux Messageries Fluviales du Congo puis, en 1909, entrait au conseil des Factoreries de Ndjolé. Ensuite, jusqu’à sa retraite en 1924, il assura la présidence de l’immense Cie Forestière. Mais il semble n’avoir jamais joué de rôle actif ailleurs qu’au Congo.

  • 56 Statuts de la Guinéenne publiés dans l’annexe du Moniteur Belge, 19 févr. 1899, p. 817.
  • 57 La concession de la Cie de Casamance fut prorogée par Delcassé en 1894. A la suite d’avatars ultér (...)
  • 58 Aux côtés du député A. Motte et de J. Richmond, qui participait en sus à la Sangha, à la Sangha Eq (...)

33Albert Cousin, autre membre du Conseil Supérieur des Colonies (en 1899) et concessionnaire de l’Alimaïenne, était apparemment lié davantage aux milieux financiers de l’État Indépendant. Était-il parent de Victor Cousin, actionnaire important de la Société Anonyme Belge pour le Commerce du Haut-Congo ? Il participait en tout cas à la Guinéenne, société anonyme franco-belge d’Anvers, à laquelle il fit en 1899, conjointement à la firme allemande N. Mallinkrod et Cie, l’apport « de ses relations et de ses études dans la Guinée Portugaise »56. Il animait également depuis 1889 la Cie Agricole et Commerciale de Casamance qui, grâce à la prospérité de son exploitation forestière, réussit à éliminer des sociétés rivales solidement implantées auparavant57. Au Congo, il administrait â la fois l’Ongomo, la Mobaye, et la Société Commerciale et Coloniale de la Kadeï-Sangha. Gratry, tête de file des industriels du Nord, siégeait pour sa part aux conseils de la M’Poko, de la Cie Française du Congo, de la Kotto et du groupe Al-Ké-Lé58 avant d’administrer la Cie Forestière.

  • 59 Voir p. 127.
  • 60 J.O.C.F., 1er mai 1899, p. 15.
  • 61 La C.G.T.A.E. assure les transports fluviaux sur le réseau du Congo.
  • 62 C.G. à M.C., Brazzaville, 14 déc. 1905, Conc., XIV-E.
  • 63 Jean Weber, agrégé de l’Université, chef de bureau de l’Administration centrale des Colonies, fut (...)
  • 64 Il négocia en 1920-1925, pour le compte du Kouango Français, l’exemption de l’imposition extraordi (...)

34Mais le plus représentatif de ces « self-made men » fut Fondère, naguère administrateur du Gabon, qui s’était notamment distingué en 1899 par sa brutalité quand il percevait l’impôt dans la région de Ndjolé59. Il fut l’un des premiers à bénéficier de l’autorisation ministérielle de « donner aux agents du Congo qui en feraient la demande des congés de trois ans pour servir à l’industrie [afin], tout en les maintenant dans leur situation de fonctionnaires, [de] leur permettre de donner leur concours aux sociétés concessionnaires »60. Dès lors, on le vit d’année en année progresser dans le petit monde des affaires du Congo : devenu administrateur de l’Ekela-Kadeï-Sangha en 1903, de la Haute-Sangha et des Factoreries de Ndjolé en 1906, il reprit en main le groupe Du Vivier de Streel grâce à son entrée à la C.F.C.O. en 1907 et dans l’Ogooué-Ngounié en 1908, aux côtés de Guynet. Il fut surtout, avec Guynet, le fondateur des Messageries Fluviales du Congo, qui reprirent à leur compte le service de navigation imposé par le cahier des charges aux sociétés du groupe du Moyen-Congo et de la Sangha, et devint la Société Afrique et Congo en 1907. Celle-ci se doubla d’une affaire commerciale à partir de ses entrepôts de Brazzaville et de Bangui et remit en 1926 son service de Messageries, toujours sous la même direction, à la Cie Générale des Transports en Afrique (C.G.T.A.) devenue aujourd’hui la C.G.T.A.E.61 Fort de cette double appartenance au régime libre et au régime concessionnaire, Fondère menaçait, dès 1905, la Cie des Sultanats d’organiser sur son territoire « une maison de commerce libre dans le haut Oubangui », sous le prétexte que l’ivoire, ne participant de l’exploitation ni agricole, ni forestière, ni industrielle, ne relevait pas du monopole à accorder aux compagnies concessionnaires62 – ce qui ne l’empêcha pas, quelques années plus tard, d’apparaître au Conseil d’administration de cette vaste Société. Après la guerre, il était devenu l’un des deux hommes clés des affaires du Congo. L’autre était Jean Weber, naguère haut fonctionnaire de l’Administration coloniale63, chargé pendant une dizaine d’années de contrôler les comptes des Sociétés du groupe de la Sangha avant d’entrer précisément au service de la Cie Forestière dont il devint, en 1913, le Directeur général, puis le Président en 1925 après la retraite de Guynet64.

  • 65 En 1906-1908, Engeringh entra aux Conseils des Sultanats, de la Kotto et du Kouango Français. En 1 (...)

35A ce titre, et par le biais des administrateurs communs, il acquit également une place prépondérante dans les Sociétés voisines du Kouango Français65, de la Kotto et des Sultanats.

36Ces quelques hommes dynamiques et habiles tissèrent entre les affaires du Congo un réseau de liens subtils à la fois par le jeu des capitaux et celui de leur participation à divers Conseils d’administration :

  • 66 Desouches, à la tête d’« un groupe d’actionnaires détenant la majorité des actions », fit changer (...)
  • 67 Desouches négocia en 1927 l’acquisition partielle de la S.A.F.I.A., dont il était devenu en 1928 l (...)
  • 68 Desouches obtint du G.G. Antonetti la concession des droits miniers du territoire de la C.P.K.N. e (...)
  • 69 Suret-Canale [210], p. 220.

37Les liens entre Sociétés s’accrurent encore lorsque, entre 1925 et 1928, le groupe de l’Union Minière et Financière Coloniale, animé par Desouches, s’assura d’une participation prépondérante auprès du Kouango Français66, de la Haute-N’Gounié (liée à la S.A.F.I.A)67 et de la C.P.K.N. (affilée à la S.E.D.E.C., Société Anonym d’Entreprises Commerciales au Congo Belge, filiale de Lever)68. Après la guerre, en effet, les assises financières des entreprises d’Afrique équatoriale se modifièrent profondément. Jusqu’alors, il s’était agi de petites affaires qui, même imbriquées les unes aux autres, remuaient peu de capitaux et dont l’impact demeurait assez étroitement localisé. Après 1920, on vit enfin se profiler derrière les Sociétés du Congo de grandes puissances bancaires. Le groupe Desouches se confondait apparemment avec la Financière Française et Coloniale, c’est-à-dire la Banque d’Indochine, dont la Cie Forestière et ses annexes devinrent des filiales après la seconde guerre mondiale69. La Banque d’Indochine et la Banque de Paris et des Pays-Bas (de même que derrière la S.H.O. la banque protestante de l’Union Parisienne) jouèrent alors seulement un rôle prédominant pour des raisons dont nous analyserons les causes dans la dernière partie de cet ouvrage.

38Auparavant, les quelques hommes qui s’étaient emparés des commandes du territoire concessionnaire avaient durant vingt ans tenu entre leurs mains le destin du Congo. Leur pusillanimité, redevable à leur peu de moyens, pesa d’un poids très lourd sur l’évolution du pays.

Notes

1 « Commission consultative sur les demandes de concession », constituée par décret le 16 juil. 1898.

2 Le projet-type de décret est publié dans Coquery-Vidrovitch [154], pp. 24-25, et le décret appliqué à la Cie des Sultanats se trouve in extenso dans Dampierre [384], pp. 509-514.

3 Inspecteur Laperge à M.C., Brazzaville, 19 mars 1929, Rapport d’ensemble sur le régime concessionnaire, Conc. L1(7)-C(9).

4 La procédure intéressait les seules concessions supérieures à 10 000 hectares : toutes les autres, provisoires ou définitives, rurales ou urbaines, restaient, en vertu du décret du 28 mars 1899, du ressort du chef de la colonie qui ne se fit d’ailleurs pas faute d’en user. Conc. XIII-A(1).

5 Soit environ 160 millions 1965, d’après le coefficient indiqué par Sauvy [49], I, p. 502.

6 Médard Béraud prit 400 actions, ce qui portait son avoir à 2 400 actions. Son neveu Paul Béraud prit 12 actions. Un groupe de négociants du Havre et de Dunkerque (Raoul-Duval, les frères Terquem et les Honoré, et Amédée Prince) souscrivit 220 actions. Les deux banquiers et le courtier de la société (Muller, Rassovitch et Halphen) eurent chacun 50 actions. Béraud entretenait traditionnellement de bons rapports avec les négociants étrangers, surtout britanniques, qui participèrent au capital : un Belge et dix Anglais (de Liverpool, Manchester et Londres) se répartirent 115 actions. Souscription du 1er déc. 1894, Arch. S.H.O.

7 Augmentation de capital de deux à trois millions, 29 mai 1897 (un quart versé). Conc., LI(1).

8 La banque Muller (487 actions) et le courtier Halphen (287 actions), et les principaux négociants : Béraud (329 actions) et son adjoint le commandant Barré (170 actions), Amédée Prince (107 actions), Brandicourt d’Amiens (100 actions) et Raoul-Duval (32 actions), soit, à eux sept, 1512 actions sur 2 000.

9 Arch. S.H.O.

10 E. de Cointet, Lettres à sa famille, du Congo et du Chari (Mission Gentil), 1899-1900, 2 vol. dactylogr., Fort-Lamy, et Arch. de la Guerre, Vincennes. Tréchot à M.C., 1er févr. 1899, Conc., LI(1). Chavannes [74], p. 379.

11 Mazenot [304], pp. 106-111. Le terrain de Brazzaville avait été accordé aux frères Tréchot par Brazza le 20 décembre 1894 et concédé à titre définitif et gratuit par un arrêté du 2 mars 1899. Conc., LI(8).

12 Tréchot à M.C., 1er févr. 1899, Conc., LI(1). Mazenot [304], chap. IX.

13 Sautter [117], p. 290.

14 Attribuées par moitié aux frères Tréchot et aux souscripteurs d’origine, à raison d’une part par action.

15 Assemblée générale des actionnaires de la banque, compte rendu du bilan annuel 1901-1902, Arch. Crédit Lyonnais.

16 Gazengel était venu en 1886 à la suite de Brazza. Il avait été cinq ans administrateur à Ndjolé (chef de poste de 1re classe en 1891, lettre de Gazengel au Commissaire général, Libreville, 7 juil. 1891, Fonds Brazza) puis avait fondé, à l’instigation de Brazza, une exploitation agricole de 50 ha en relation avec la maison parisienne de commission Alvarado et Cie.

17 Michel [103], p. 108.

18 Les Hollandais (la banque Mees de Rotterdam, les négociants de Bloeme et Philippi, Pieters et Besselaer) avaient souscrit 400 actions de la Brazzaville, 800 de la 4 C.F. et 1 600 de l’Ouhamé-Nana. Les actionnaires français communs étaient Victor Flachon (publiciste), Dupuy-Dutemps (avocat), Guinard (négociant), Mainard (propriétaire), Cabaret (rentier) et Flament (sans profession). Au total, les onze actionnaires communs aux trois sociétés détenaient 5 327 actions sur 7 000, c’est-à-dire largement la majorité absolue. Documents du 13 mars 1900, Conc., XXXI(1)-A.

19 Art. 5 du décret de concession : « Les trois quarts des membres du Conseil d’Administration, dont le Président et les vice-présidents, devront être Français [...]. Le Siège social devra être en territoire français. » Art. 11 : « [...] A partir de la sixième année de la concession, tous les agents non indigènes de la société seront Français. Toutefois la société pourra exceptionnellement [...] employer des étrangers [...] munis individuellement d’une autorisation du Gouverneur. »

20 Mazenot [304].

21 C’était :

  1. La Société des Produits de la Sangha-Lippa-Ouesso
  2. La Société des Caoutchoucs et Produits de la Lobaye
  3. La Haute-Sangha
  4. La Cie de la Kadeï-Sangha
  5. La Cie Coloniale de l’Ogooué N’Gounié
  6. La Société Commerciale et Agricole de l’Alima
  7. La Société Coloniale du Baniembé
  8. L’Ibenga
  9. La Société Franco-Congolaise de la Sangha
  10. La M’Poko
  11. L’Alimaïenne
  12. La Cie Coloniale du Fernan-Vaz
  13. La Société de la Haute-N’Gounié
  14. La Société de l’Ongomo
  15. La Cie des Sultanats du Haut-Oubangui
  16. La Cie Française du Commerce Africain
  17. La Cie de l’Ekela-Sangha
  18. La Société d’Explorations Coloniales (dont finalement la concession ne fut pas accordée)
  19. La Cie Propriétaire du Kouilou-Niari
  20. L’Omnium Colonial (regroupement de capitaux dont nous reparlerons).

A. Poskin, Bilans congolais, Bruxelles, 1900, pp. 72-73.

22 Girault [33], pp. 2-7.

23 J. Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, Paris, Sevpen, 1961, 2 vol., 938 p.

24 Lettre de l’attaché financier russe à Paris, Arthur Raffalovitch, à son Ministre Witte, 17 mai 1898, cité par Girault [33].

25 « Nous sommes écrasés sous le poids de l’argent. Nous ne savons qu’en faire », écrivait le Crédit Lyonnais à son envoyé en Italie. Cité par J. Bouvier, Origines et traits particuliers de l’impérialisme français, note ronéotée, C.E.R.M., 1969.

26 Cointet, Lettres à sa famille..., op. cit.

27 Le Commissaire général du Congo de Lamothe, et l’un des membres de la Commission des Concessions Coloniales, Boucard, Maître des Requêtes au Conseil d’État, se rendirent en octobre 1898 à Bruxelles pour négocier avec le colonel Thys cette affaire qui leur paraissait alors « de nature à être [...] facilement accueillie ». Gérard, Ambassadeur de France à Bruxelles, à E. Delaisie, Bruxelles, 15 oct. 1898, G.C., XIX-4(b).

28 Mise en valeur du Congo français..., op. cit.

29 Dampierre [384], pp. 484-485 et 489-493.

30 Liste des associés :

  • R. Bouchard : négociant en vins à Beaune, malteur et administrateur des Faïenceries de Saint-Amand-les-Eaux et Hainage, Nord.
  • Couvreux, Paris : Ingénieur et administrateur de la Cie du Port de Bizerte.
  • Devos, Paris : négociant-commisionnaire en graines et huiles.
  • Duchanoy, Mascard et Laurencin, Paris : ingénieurs, soutenus par la Banque Française d’Afrique du Sud.
  • Émile Gauthey, Paris : ingénieur et administrateur de la Société des Établissements Cail et de la banque russe la Saint-Pétersbourgeoise.
  • Lemoine, Paris : ingénieur.
  • Mante, Marseille : armateur.
  • Tandonnet, Bordeaux : armateur.
  • Vallette-Duc, Lyon et Anvers : fabricant de papier à cigarettes.
  • Watel, Paris : ingénieur, président du Syndicat Français des Bassins du Tchad et de l’Oubangui.

Cotelle, président de la Commission des Concessions, à M.C., 31 juil. 1899, G.C., XV-29 (a).

31 Sur 18 000 actions de 500 frs, 4 429 revenaient à des Belges, presque tous d’Anvers, et 980 à Vallette-Duc. Sur 37 gros actionnaires, 13 étaient Belges ; 33 possédaient de 100 à 980 actions, 4 seulement capitalisaient 6 234 actions (Banque Coloniale de Belgique, Bruxelles : 1 000 actions ; Banque Française de l’Afrique du Sud : 1 764 actions ; Cie Française Coloniale et Industrielle : 1 550 actions ; Et. Watel : 1 820 actions). La liste des actionnaire (ibid.) est publiée sans commentaire par Dampierre [384], pp. 515-518.

32 La Cie de l’Afrique Équatoriale, la Société de l’Afrique Française, la Cie Française du Congo, la Haute-N’Gounié, la Nkémé-Nkéni, la Société Agricole et Commerciale de Setté-Cama, la Société Commerciale et Industrielle de la Léfini, la Ngoko-Ouesso, l’Oubangui-Ombella, la C.P.K.N. Conc., XXV-D (1).

33 Souligné par nous. La société apportait, à sa constitution, des comptoirs exploités sur le rio Javary à Nazareth (Pérou), Santa Cruz, Manaos et Para (Brésil), des comptoirs établis au Soudan, en Guinée et au Sénégal, et ses droits à l’obtention d’une concession de plantation de caoutchouc dans la Sangala et à deux concessions de terrains dans le port de Konakry (Guinée). Statuts déposés en 1900, ibid.

34 Alexis Mols participait en outre à la Société Agricole de Mayoyombé, à la Société Isanghi et à la Société d’Agriculture et de Plantation au Congo. Plus de 10 000 des 18 000 actions du Comptoir Colonial étaient détenues par des Belges : Banque Internationale de Bruxelles, Cie Anversoise d’Entreprises Coloniales et Industrielles Ostierreth, Fuch de Decker et Cie, Ernest Grisar, Alexis Mols, Banque Centrale Anversoise, A. Lambrechts, Cie« Commerciale Agricole Anversoise, Baelde Frères, J. Allard, etc. E. D. Morel, « Trading monopolies in West Africa », West Africa, 9 nov. 1901, p. 1304.

35 On retrouve, dans toutes les sociétés du groupe, au moins quatre et plus souvent cinq administrateurs communs : A. et J. Gratry, J. Richmond, Arnold et Debayser. Dossier sur l’Al-Ké-Lé, Conc., XI-B(2).

36 Société au capital d’un million de francs, qui avait pour objet la « participation à toutes les entreprises coloniales ou industrielles constituées ou à constituer, tant en Belgique qu’à l’étranger, à toutes opérations commerciales, industrielles, financières, de banque, de crédit, agricoles, forestières ou minières, à toutes entreprises de travaux publics ou privés », Le Moniteur Belge, avr. 1900, et A.E. à M.C., Paris, 11 avr. 1900, Conc., XIV-A.

37 La Société Agricole et Commerciale de l’Alima comptait 16 actionnaires français possédant ensemble 1 820 actions de 500 frs sur 2 400, dont 10 négociants diamantaires, joailliers ou orfèvres, 3 filateurs et tisseurs (dont Gratry), 2 ingénieurs, et 1 négociant à Paris et Alexandrie. Trois actionnaires anversois (un négociant diamantaire, un agent de change et un industriel) se partageaient 580 actions. Conc., XI-B(2).

38 A l’Assemblée générale du 30 décembre 1903, Arthur Roose représentait 3 133 actions et Camille d’Heygère, mandataire de l’Africaine, 2 924 actions sur 10 000. Bilan 1903 et Rapport du Délégué du Département des Colonies à M.C., 27 févr. 1910, Conc., XXVII-A.

39 « Les courriers sont adressés à la Cie de la Mobaye, 30 avenue de l’Opéra, à Paris. Vous pouvez continuer à les y adresser, mais si vous receviez de l’Administration centrale des instructions contradictoires avec celles qui vous sont données par la présente ou par M. Van Grunderbeck, veuillez nous en aviser par premier courrier, afin que nous prenions ici les mesures pour vous éviter les ennuis que cette contradiction pourrait vous susciter. Quant aux produits, veuillez [...] donner toujours des instructions formelles [...] de les faire embarquer au nom de la Cie de la Mobaye, 30 avenue des Arts à Bruxelles. » A. Roose à Cosmidis, agent en Afrique, Bruxelles, 25 févr. 1902, ibid.

40 Agence de Bruxelles à M.C., 31 janv. 1907, et réponse de M.C. au bureau de Paris, 14 févr. 1907, renvoyant « ce dossier irrégulier » et demandant qu’il soit refait par le siège de Paris. Rapport sur la Mobaye de l’Inspecteur du contrôle local Audema, 30 avr. 1907, ibid.

41 Résultats financiers, 1930, Parts bénéficiaires de l’État, Conc., XI-B(1).

42 Arch. Crédit Lyonnais.

43 Sur le détail de cette affaire, voir Mazenot [304], chap. V.

44 Commission des Concessions Coloniales, P.V. de la séance du 20 déc. 1904, Conc., XI-B(l).

45 J.O.C.F., 24 mai 1902.

46 Ibid., 27 déc. 1902.

47 Ibid., arrêté du 4 mai 1904. Elle englobait également le territoire de la Cie Franco-Congolaise de la Sangha, entrée en liquidation en 1903. Note sur les Sociétés concessionnaires, 1919, Aix, 8 Q.

48 Assemblée générale annuelle de la C.F.C.O., 1906, Arch. Crédit Lyonnais.

49 7. Les liens entre administrateurs et sociétés ont été établis, outre les références indiquées ultérieurement, en confrontant les listes par compagnie et par année des Conseils d’administration, rassemblées en partie dans Conc., XIII-A(2) et XIII-B(l).

50 La Mobaye en 1911, la Kotto en 1918, le Kouango Français en 1921, les Sultanats en 1922, l’Ouhamé-Nana et la 4 C.F. en 1924, la Ngoko-Sangha devenue Congo-Cameroun en 1925.

51 En 1911, la S.A.F.I.A. regroupa les Sociétés du littoral et la C.F.S.O. (Cie Forestière Sangha-Oubangui) engloba onze Sociétés du Moyen-Congo et de l’Oubangui-Chari.

52 Lettres du 5 et 7 mai 1897, Du Vivier de Streel, chef de cabinet, à la S.H.O., Arch. S.H.O., et Suret-Canale [210], p. 36.

53 A. Lindeboom, Duvignau de Lanneau et A. Vergnes, soit, en comptant Du Vivier de Streel, quatre administrateurs communs sur un maximum de cinq ou six, selon les Sociétés.

54 L’Ekela-Kadeï-Sangha, la Cie Française du Congo, l’Alimaïenne, les Factoreries de Ndjolé, l’Ibenga.

55 La Haute-Sangha et le Kouango Français.

56 Statuts de la Guinéenne publiés dans l’annexe du Moniteur Belge, 19 févr. 1899, p. 817.

57 La concession de la Cie de Casamance fut prorogée par Delcassé en 1894. A la suite d’avatars ultérieurs, elle se lia à l’industrie textile (comme la Gratry M’Poko au Congo) et fusionna avec les Textiles de Fiers. R. Pasquier, in [157], p. 12.

58 Aux côtés du député A. Motte et de J. Richmond, qui participait en sus à la Sangha, à la Sangha Equatoriale et à la Bretonne du Congo.

59 Voir p. 127.

60 J.O.C.F., 1er mai 1899, p. 15.

61 La C.G.T.A.E. assure les transports fluviaux sur le réseau du Congo.

62 C.G. à M.C., Brazzaville, 14 déc. 1905, Conc., XIV-E.

63 Jean Weber, agrégé de l’Université, chef de bureau de l’Administration centrale des Colonies, fut nommé délégué du Département près les Sociétés concessionnaires par un arrêté du 10 août 1905 et confirmé dans ce poste par un arrêté du 23 juillet 1910. Il fut mis en disponibilité en 1911. Lettre de J. Weber à M.C., Congo-Cameroun 1911, « Situation économique de la Sangha », Aix, 2 D.

64 Il négocia en 1920-1925, pour le compte du Kouango Français, l’exemption de l’imposition extraordinaire sur les bénéfices de guerre. Assemblées générales des actionnaires de la société, Arch. Crédit Lyonnais.

65 En 1906-1908, Engeringh entra aux Conseils des Sultanats, de la Kotto et du Kouango Français. En 1906, Charles Pierre, administrateur des Sultanats, apparut au Kouango Français et le banquier Adrien Josse, administrateur de la Banque Française de l’Afrique et président de la Banque Commerciale Africaine, qui devait s’emparer en 1909 de la présidence de l’Ogooué-N’Gounié aux côtés de Fondère et du Belge Alexis Mols, participait à la fois à la Kotto et au Kouango. On peut noter, également, l’ascension commerciale de Superville, autre ancien fonctionnaire de la colonie depuis 1886, qui devint un des hommes clés de la Kotto et du Kouango.

66 Desouches, à la tête d’« un groupe d’actionnaires détenant la majorité des actions », fit changer la direction du Kouango Français en 1925. Arch. Crédit Lyonnais. « Ce groupe nouveau, déclarait Desouches en 1926, s’est imposé à la société et va lui apporter, avec de nouvelles directives, son concours financier, afin de lui permettre d’exploiter rationnellement son remarquable domaine. » Vie Financière, 6 oct. 1926.

67 Desouches négocia en 1927 l’acquisition partielle de la S.A.F.I.A., dont il était devenu en 1928 le principal actionnaire. Assemblée générale extraordinaire, 11 juil. 1927, et Assemblée ordinaire de 1928, Arch. Crédit Lyonnais.

68 Desouches obtint du G.G. Antonetti la concession des droits miniers du territoire de la C.P.K.N. en juin 1927. Note de la maison Lever, s.l.n.d., Arch. Niger Français. Le groupe Desouches, ébranlé par la crise, fut relayé à partir de 1934 par l’Équatoriale des Mines. Dossiers C.P.K.N. et Kouango Français, Arch. Crédit Lyonnais.

69 Suret-Canale [210], p. 220.

Notes de fin

* D’après une série de documents non classés consultés dans les sous-sols de la Maison des Étudiants, Brazzaville. Documents reversés aujourd’hui au Centre d’Enseignement Supérieur de Brazzaville.

Table des illustrations

Titre État de l’importance des capitaux engagés vers 1914 en A.E.F. par les sociétés concessionnaires*
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Les concessions au Congo (Conc., X-2).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Carte 3. Les concessions en 1900. Carte au 1 /3 760 000 éditée par là pêche Coloniale, s. d. (S.O.M., Service Cartographique, n° 311).Cette carte contient quelques erreurs : – Le n° 39 doit se décomposer en : a) (rive gauche Ombella) : Cie de l’Oubangui-Ombella, b) 40 (rive droite) : Société Bretonne du Congo. – Le n° 40 est en fait le n° 41 : Cie Propriétaire du Kouilou-Niari. – Le n° 41 est en fait le n° 42 : Cie de l’Ouhamé-Nana.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/373/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Administrateurs du groupe.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/373/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/373/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable