Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930. Tome 1

 | 
Catherine Coquery-Vidrovitch

Introduction

Texte intégral

1Cette étude se veut d’abord économique. Il n’entre dans nos intentions ni de reconstituer le passé de la zone dans sa totalité ni, en particulier, de retracer le détail de l’élaboration progressive de l’administration coloniale. Du pays, de ses peuples, de leur histoire, des modalités de la pénétration et de l’emprise française, nous avons seulement retenu les éléments nécessaires à la compréhension de l’évolution économique de l’ensemble passé, de 1900 à 1930, d’un état de type traditionnel à une situation d’économie coloniale.

2A la fin du xixe siècle, une activité de traite exclusivement commerciale était aux mains de firmes peu nombreuses, surtout étrangères (anglaises, allemandes, belges, hollandaise) autour desquelles gravitait une masse de tribus courtières et de traitants (M’Pongwé, Fang, Bakongo, Boubangui) qui tiraient encore des bénéfices appréciables de leur rôle privilégié d’intermédiaires entre la côte et l’arrière-pays. Celle-là seule était véritablement occupée, encore que de façon discontinue, autour des postes de Libreville et de Loango et au débouché des principales artères navigables, Ogooué (Cap Lopez), Muni ou Kouilou. Mais vers l’intérieur, les points les mieux situés le long des grands axes fluviaux – Brazzaville sur le Pool, Ouesso sur la Sangha ou Bangui vers l’amont – restaient des postes minuscules, rarement traversés par des missions d’exploration tâtonnant vers le nord ou le nord-est, en quête du Tchad ou du Nil.

3A la veille de la grande crise, le pays était transformé. Les cultures de plantation prenaient de l’extension. Les chantiers forestiers du Gabon industrialisaient leur équipement, les gisements miniers (or du Mayombe, or et diamant de l’Oubangui-Chari) étaient en voie de prospection. Une administration coloniale solidement établie venait d’imposer sa loi aux dernières populations réfractaires. Celles-ci, durement éprouvées par cette première phase d’exploitation, commençaient d’échapper au cycle infernal des répressions, des épidémies et des famines pour participer à la modernisation de l’économie : les premiers planteurs villageois faisaient leur apparition, le numéraire commençait de circuler en brousse, le salariat se développait, la migration vers les villes s’accentuait.

4Notre propos n’est pas, pour autant, de livrer une tranche d’« histoire coloniale », mais d’analyser l’évolution du pays à l’ère coloniale, ce qui est bien différent. Certes, le Congo, à partir de 1898, se définit d’abord comme le champ d’application des théories alors élaborées par les expansionnistes français sur la rentabilité de vastes entreprises privées de colonisation mieux à même que l’État, pensait-on, de mettre en valeur les territoires nouvellement conquis. L’histoire économique du Congo, voulue par la métropole, intéresse à ce titre l’histoire de l’impérialisme occidental. Mais cet aspect reste pour nous secondaire : s’il nous faut élucider, pour la compréhension de l’ensemble, les origines d’une politique conçue hors d’Afrique, notre objet demeure fondamentalement l’étude des modalités et des implications de cette politique en Afrique, la réponse des peuples concernés et le devenir du pays.

  • 1 Et tout récemment, depuis l’achèvement de cet ouvrage, jusqu’en 1940.

5De fait, les recherches sur les origines de l’Afrique Noire contemporaine sont à peine amorcées. Les raisons en sont multiples. Outre la difficulté d’accéder aux sources, puisque les archives, d’ailleurs très fragmentaires, ont seulement été ouvertes depuis peu jusqu’en 19201, la réticence des ex-colonisateurs à se prononcer sur leur œuvre ou, au contraire, le refus de principe des « anti-colonialistes » ne comptèrent pas parmi les moindres. Il s’agit pourtant d’une époque charnière : celle où fut rompu un fragile équilibre interne, où les sociétés et l’économie « traditionnelles », surtout en Afrique équatoriale où elles étaient moins cohérentes, furent littéralement brisées par l’impact colonial. De cette période, longue et confuse, de désadaptation naquit l’Afrique moderne. Si l’on songe par exemple que les grandes productions du pays (okoumé du Gabon, coton de l’Oubangui-Chari-Tchad, café, diamants, etc.) sont apparues à cette époque, que la plupart des firmes actuelles ont hérité de l’histoire leurs activités, leurs habitudes ou leurs privilèges, on comprendra mieux la nécessité de restituer ce passé. L’analyse de la mise en place des nouvelles structures économiques et de leur lente maturation à l’aube du xxe siècle devrait aider à la compréhension de phénomènes contemporains tels que le sous-peuplement ou, d’une façon plus générale, le sous-développement du pays.

6Non que ce travail apporte de grandes satisfactions. D’un strict point de vue économique, le cas du Congo français est décevant. La période, au moins jusqu’en 1920, fut caractérisée par son immobilisme. Le régime concessionnaire paralysa le pays, et le bilan se résoud trop souvent au néant. Bien que l’effort paraisse parfois vain au chercheur, il n’est pas inutile : car le constat de ce rien, sur une si longue période et à une si vaste échelle, est déjà un fait historique essentiel.

Le plan

7Nous avons regroupé notre étude par grands thèmes, non nécessairement chronologiques car, en dépit des transformations du régime économique, on retrouve tout au long de la période une série de constantes.

8La première partie tente néanmoins de faire le point à l’origine et de dresser le cadre général dans lequel s’est déroulée l’évolution. L’année 1898, qui sanctionnait le départ de Brazza, marquait un tournant. C’était la fin de la phase d’exploration. On décidait enfin de mettre en exploitation un territoire que l’on ambitionnait de voir concurrencer l’État voisin du Congo. L’instauration du régime concessionnaire, préconisé dès 1890, mais ébauché seulement en 1893-1895 (création de la Société du Haut-Ogooué et de la Société d’Études du Congo Français) et entériné finalement par les quarante décrets de 1899-1900, traduisait l’adoption au Congo d’une doctrine économique cohérente – celle des compagnies à monopole d’exploitation destinées, en principe, à assumer les investissements dont l’État refusait la charge.

9Mais l’indifférence durable du grand capital français entrava ce programme. Les sociétés les plus sérieuses du Congo étaient de médiocres affaires familiales fondées sur la traite élémentaire des produits de cueillette dits « riches » (ivoire et caoutchouc). A la différence du Congo de Léopold (qui avait commencé par engloutir dans son entreprise les millions qui firent toujours défaut au Congo français), l’A.E.F., au moins jusqu’en 1920, resta entre les mains d’un petit nombre de colons solidaires mais dénués de capitaux et sans esprit d’entreprise, dont l’inertie paralysa la vie économique du pays. Ils étaient sans recours devant l’immensité du territoire, les obstacles naturels et le sous-peuplement. De la forêt dense au sahel tchadien, le manque de voies de pénétration et l’indifférence des populations de l’arrière-pays interdisaient toute initiative. Les moyens étaient inexistants. L’occupation ne fut guère entreprise avant 1911. L’absence de crédits et l’insuffisance du personnel condamnaient le système à l’échec.

10Car il s’agissait bien d’un système dont nous analysons les divers éléments dans la seconde partie. Celui-ci ne se réduisait pas au régime concessionnaire : beaucoup de ses caractéristiques survécurent aux concessions qui n’en étaient qu’un aspect, et dont plusieurs prirent fin dès avant la guerre. Le système colonial congolais résultait directement de la pénurie des moyens mis en œuvre. Pour pallier les maux chroniques du pays – l’absence d’infrastructure et de personnel, résultat de la pénurie des capitaux, et le manque de main-d’œuvre consécutif à un sous-peuplement accentué – on eut recours à des procédés autoritaires. A défaut de moyens et de bras, l’édifice reposa sur la contrainte érigée en principe de colonisation. Celle-ci justifiait un travail forcé à peine dissimulé, imposé par le biais d’une taxe de capitation d’abord payée en nature, symbole de l’association du fonctionnaire et du commerçant. Les salaires étaient minimes, les marchandises exagérément surévaluées, le numéraire à peu près inconnu. Ce système déprédateur, encouragé par l’impunité du monopole, engendra des abus graves et multiples, dénoncés de Brazza (1905) à Gide (1927), mais cependant renouvelés jusqu’à la fin de la période. Des révoltes incessantes en résultèrent, qui s’égrenèrent au fil des années. Aux explosions localisées de colère du début du siècle, riposte de peuples à peine conquis aux excès les plus criants, succédèrent des mouvements de résistance aux origines plus complexes et aux ramifications plus étendues. Les soulèvements les plus sérieux, aggravés encore par le poids de la crise économique, eurent seulement lieu entre 1928 et 1932 (révolte awandji et rébellion baya).

11Après l’examen du mécanisme d’ensemble, la troisième partie reprend l’évolution chronologique du régime concessionnaire, de l’époque du monopole incontrôlé à celle de son élimination progressive au profit d’une économie concurrentielle analogue, non plus à celle de l’État Indépendant, mais à celle qui avait fait ses preuves en Afrique occidentale dès le début du siècle. Les privilèges juridiques des concessionnaires, suffisamment enracinés pour ne pouvoir être légalement éliminés, furent finalement impuissants devant le dynamisme d’un « commerce libre » à l’affût de ressources nouvelles et d’une incitation au travail fondée sur le profit, plus efficace que le seul recours à la force. Le poids des concessions n’en demeura pas moins jusqu’à la fin : aucune réforme ne vint à bout des privilèges, dont le pays conserve encore l’empreinte puisque près d’un million d’hectares furent finalement abandonnés aux anciennes sociétés. Le bilan du régime trentenaire était maigre : travaux publics inexistants (à l’exception du Congo-Océan, assumé par l’État), investissements à peu près nuls, production encore stagnante caractérisaient les compagnies dont plusieurs s’étaient cependant assuré une relative prospérité.

12En effet, si le régime fut solidaire, les entreprises connurent des fortunes diverses. La quatrième partie, consacrée aux études de cas, s’efforce d’établir une typologie des sociétés. La plupart se soldèrent par des échecs, soit par incapacité (groupe du littoral gabonais), soit parce qu’il s’agissait d’« entreprises-fantômes » destinées seulement à spéculer sur les actions ou sur d’hypothétiques indemnités en métropole (scandale de la Ngoko-Sangha). Cependant, certaines furent considérées à l’époque, avec plus ou moins de raison, comme de bonnes affaires. A la première période, antérieure à la guerre de 1914-1918, correspondit l’essor d’entreprises fondées sur une économie de pillage. Après la guerre, la Cie Forestière Sangha-Oubangui poursuivit cette tradition condamnée après 1930. Mais, dans le même temps, la Cie Française du Haut-Congo s’assurait un revenu régulier en combinant à l’économie de traite traditionnelle une amorce d’économie de plantation liée à un produit agricole et non plus de cueillette (l’huile de palme). En fait, l’avenir était réservé aux sociétés commerciales qui s’affirmèrent après 1920 : commerce né du monopole puis étendu au reste de l’Afrique occidentale (Société du Haut-Ogooué) ou commerce fondé sur l’essor urbain (Société Commerciale du Kouilou-Niari). Mais, dans ce pays à population plus clairsemée, aux besoins moins développés, l’activité commerciale s’avérait à elle seule insuffisante. Les sociétés devaient après 1930 s’orienter vers une formule mixte – ni pure société d’exploitation comme au Congo Belge, ni stricte société de traite comme en A.O.F., mais entreprise souvent bivalente, susceptible d’adjoindre à ses activités marchandes des formes diverses d’investissement, dans le bois (S.H.O.), les plantations (café de la Cie. Forestière, coton de l’Ouhamé-Nana) ou les mines (Kouango Français).

13La dernière partie vise enfin à dresser le bilan économique au sortir de la période, après trente années de « mise en valeur ». Le régime concessionnaire avait agi comme un frein jusqu’à la guerre. L’A.E.F. sortit lentement de la stagnation après 1925. La disparition progressive de la contrainte du caoutchouc, le développement des premières cultures obligatoires (cacao du Woleu-Ntem, café de l’Oubangui-Chari, coton du Tchad) et surtout le démarrage de l’économie forestière au Gabon datent de cette époque. Mais ce « décollage », qui faisait suite à vingt années de déprédation, fut payé chèrement. A la contrainte imposée sans discernement à des populations exsangues répondirent les famines, les épidémies, un dépeuplement encore accentué. Les recrutements supplémentaires imposés par les premiers grands travaux (voie ferrée et chantiers forestiers) ne furent pas compensés par une amélioration du pouvoir d’achat, au contraire : les salaires ne suivirent ni l’accroissement du taux de la capitation, ni l’augmentation du prix des marchandises consécutive à l’inflation. Survint la crise de 1930 : la plupart des entreprises congolaises sombrèrent dans la débâcle, les Africains, qui avaient vu leur sort empirer dans la dernière décennie, tombèrent dans le dénuement. Les premiers effets positifs des efforts entrepris ne se firent guère sentir avant 1936, dans les années qui précédèrent immédiatement la seconde guerre mondiale.

14On pourrait certes épiloguer sur le sort différent qu’aurait connu le pays sous un régime autre que le système concessionnaire. Mais il semble évident que le refus durable des capitaux nécessaires, aussi bien de la part de l’État que du secteur privé, dans un pays apparemment dépourvu de ressources appréciables et tragiquement dénué de force de travail, condamnait l’entreprise à la faillite. Le régime fut lourd et le bilan sévère.

Les sources

15La proximité de ce passé nous vaut des sources écrites, d’origine européenne, à la fois surabondantes et fragmentaires.

16Le premier écueil réside dans l’extrême dispersion des fonds. A Paris, la Section Outre-Mer des Archives nationales renferme, outre la correspondance politique générale au départ, une série variée de documents surtout politiques et militaires, accessoirement économiques et financiers. Mais le fonds, très appauvri après 1902-1905, est pratiquement vide au-delà de 1910. Il faut se reporter au dépôt d’Aix-en-Provence où sont rassemblées les archives de l’ex-Gouvernement général de Brazzaville. La correspondance politique (au départ de la colonie) et les rapports annuels, par territoire, sur toute la durée de la période, constituent des séries fondamentales et à peu près complètes que nous avons pu préciser par tous les documents de détail (comptes rendus de tournées, journaux de postes, rapports de circonscriptions) repérés en brousse, au cours de deux campagnes de recherches, en 1965 et en 1968.

17Sur le problème concessionnaire proprement dit, Paris dispose de cent cartons (données générales ou monographies par sociétés) dont l’inconvénient est de traiter seulement des sujets jugés dignes, à l’époque, de monter jusqu’au Département. Une quarantaine de dossiers non classés complète, à Aix, la série. Mais bien souvent, sans raison apparente, certains documents relatifs à une même affaire sont dispersés entre les archives locales, à Pointe-Noire ou à Brazzaville, au service des Domaines ou à l’ancien Secrétariat général. Le tout exige un minutieux travail de repérage et de classement.

18Inépuisables sur le contentieux administratif, riches sur les opérations militaires ou les questions politiques, les archives publiques sont plus discontinues dans le domaine économique. Cependant, les sociétés concessionnaires, soumises au contrôle de l’État, étaient tenues, à ce titre, de fournir au Ministère une documentation assez à jour, au moins jusqu’à la guerre de 1914. Par ailleurs, en 1928, la mission d’inspection Laperge chargée de leur liquidation en dressa un bilan fort instructif, réparti entre les fonds d’Aix et de Paris. Bien que les bilans officiels soient sujets à caution – les compagnies ayant intérêt à minimiser des bénéfices dont elles devaient abandonner un pourcentage – la confrontation patiente des chiffres, année après année, permet de cerner, avec quelque précision, les résultats de l’exploitation et de dresser, lorsque la documentation ne souffre pas de trop vastes lacunes, le bilan d’ensemble du régime.

19Pour les sociétés non contrôlées – entreprises étrangères ou non concessionnaires – et pour celles exerçant leur activité dans l’entre-deux-guerres, les recherches sont plus délicates. Quelques déséquilibrées que se fussent révélées les sources officielles, elles ont au moins, avant 1920, le mérite d’exister. Ensuite, il en va tout autrement. Les archives publiques viennent d’être ouvertes en France. Il est vrai qu’en Afrique nous avons fait feu de tout bois, en rassemblant tout ce qui était encore repérable dans les anciens postes de brousse. Nous avons heureusement pu avoir accès, malgré tout, à la majeure partie des archives publiques jusqu’en 1930 et, dans plusieurs cas, aux archives privées des sociétés – Société du Haut-Ogooué, Cie. Propriétaire du Kouilou-Niari (Niger Français), Cie. Forestière Sangha-Oubangui, Cie. Générale de Transports en Afrique–jusque vers le milieu du siècle. Non que ces documents soient abondants. Point n’est besoin d’incriminer le désir des entreprises de dissimuler certains papiers compromettants pour rendre compte de leur disparition : en Afrique, ni le climat ni les conditions de vie des pionniers ne se prêtaient à leur conservation ; en France, ils furent dispersés au hasard des transferts du siège social ou mis au pilon de dix ans en dix ans. Reste surtout, outre quelques liasses de correspondance, les actes de propriété, parfois les listes d’actionnaires, les comptes rendus annuels aux assemblées générales et les procès-verbaux des séances du conseil d’administration, la plupart du temps très succincts. Sur l’ensemble, enfin, les renseignements financiers rassemblés par le Service documentaire du Crédit Lyonnais nous ont fourni de précieux compléments.

20Mais les documents publiés n’avaient souvent rien de confidentiel. Du côté de l’État, nous disposions seulement des journaux officiels et des publications statistiques du commerce extérieur. Le problème fondamental restait le suivant : était-il possible d’atteindre à une connaissance relativement satisfaisante de l’évolution économique de l’entre-deux-guerres en recourant, pour l’essentiel, à des publications accessibles au grand public ? Nous espérons avoir démontré qu’en ce domaine l’historien a tout à gagner même si, au départ, il se sent démuni. Le tableau des structures de l’économie coloniale sera probablement enrichi par l’exploitation des archives récentes. Il en devient d’autant plus nécessaire de s’attaquer, dès aujourd’hui, au passé proche de l’Afrique, avec des techniques d’analyse analogues à celles qui ont fait leurs preuves pour les périodes plus anciennes.

21Enfin, les récits, les observations, les impressions de voyage des fonctionnaires en exercice ou en mission, ou des agents de commerce qui furent appelés à sillonner le pays, ne sont pas rares dans les fonds publics, surtout dans les archives de brousse, lorsqu’elles ont subsisté. Beaucoup ont donné matière à des articles ou même à des ouvrages qui fournissent, dans le domaine ethnographique (description des peuples, de leur genre de vie, recueil des traditions entendues à l’époque, etc.), des informations d’autant plus appréciables que les documents administratifs restent pauvres en la matière. Certaines revues spécialisées, telle que la Revue Coloniale, le Bulletin de la Société des Recherches Congolaises ou le Bulletin du Comité de l’Afrique Française, méritent d’être, à ce titre, dépouillées.

22Mais la bibliographie de l’époque, si elle paraît à première vue abondante, ne remplit guère ses promesses. Tout se passe comme si, après la première phase d’exploration (1880-1895) où les voyageurs, passionnés par la découverte et la conquête d’un monde nouveau, l’avaient observé attentivement et décrit avec une précision ethnographique remarquable pour l’époque, les fonctionnaires ou les colons qui leur succédèrent n’eurent plus ni le loisir ni le souci de se consacrer à l’observation scientifique. Les premiers, très insuffisamment secondés, étaient submergés par la routine administrative, et d’abord soucieux de « mater » et « dresser » les « grands enfants » qui leur étaient confiés ; les seconds étaient souvent recrutés parmi de médiocres aventuriers, préoccupés davantage de faire des affaires que d’apprécier les qualités originales de civilisations méconnues, sinon qualifiées de superstitions cruelles ou stupides qu’il fallait s’ingénier à extirper. Le cas d’un Georges Bruel ou d’un Auguste Chevalier, dans les années 1900-1920, apparaît en A.E.F. assez exceptionnel. Quant aux études économiques, il s’agissait le plus souvent d’essais qui, fréquemment sous la forme de thèses de Droit, reprenaient les principales données fournies par les concessionnaires eux-mêmes (tels les ouvrages du capitaine Renard, secrétaire de l’Union Congolaise Française, ou des Cuvillier-Fleury).

23Lorsque les renseignements fournis ne sont pas infirmés par les documents d’archives, ils n’y ajoutent généralement pas grand-chose, et nécessitent surtout d’être reprécisés et réinterprétés, afin de dégager la réalité d’une gangue de jugements de valeur trop souvent tendancieux. Les publications les plus utiles demeurent les derniers récits d’exploration (de Bonnel de Mézières ou de Colrat de Montrozier dans le Haut-Oubangui, du capitaine Julien chez Senoussi, etc.), auxquels on peut assimiler les comptes rendus de missions de contrôle ou de délimitation (de Bobichon dans la Likouala, de Cottes et de Périquet au Woleu-Ntem, etc.), de tournées d’inspection (publications de la mission Brazza, 1905), et les rapports scientifiques (tel celui sur la maladie du sommeil, en 1906-1908). Après la guerre, outre le témoignage d’André Gide, il s’y ajoute quelques études techniques, à propos du chemin de fer, du bois ou de l’exploitation forestière, qui permettent de pallier l’absence d’archives sur la période.

  • 2 [305], [258], [344], [322], [437] et [117].

24Enfin, les travaux contemporains de géographes nourris de références au passé récent sont indispensables : sur les Batéké (L. Papy), l’okoumé (G. Lasserre), Libreville (G. Lasserre), Pointe-Noire (P. Vennetier), le Moyen-Logone (J. Cabot), et surtout, sur l’ensemble du Gabon-Congo, l’ouvrage fondamental de Gilles Sautter2.

*

25Le gros écueil de notre étude fut l’imprécision des sources. Jusqu’à une époque récente, le Congo français demeura très mal connu. Cette ignorance nous posa des problèmes parfois ardus en deux domaines : la cartographie et les statistiques.

26Cartes et croquis furent nombreux dès le début du siècle. On répartit géographiquement les concessions. Chaque société fut tenue de délimiter son domaine. Les fonctionnaires, les voyageurs multiplièrent les relevés d’itinéraires. Ils étaient tous entachés d’erreurs : tracés fantaisistes de rivières, méridiens aberrants, chevauchements de territoires abondent. A chaque carte, nous étions placé devant le même dilemme : ou bien respecter le croquis original – toujours inexact, aussi bien dans le tracé que la toponymie – ou bien reporter les données sur un fonds moderne, ce qui posait parfois des problèmes insolubles. Non seulement on ne peut se fier à des sources apparemment moins anciennes (l’atlas Grandidier, par exemple, utilise en 1934 les fonds de carte Delingette, remontant à 1911), mais même les cartes au 1/200 000 éditées par l’I.G.N. n’existent encore parfois qu’à l’état de croquis provisoires réalisés d’après des relevés d’itinéraires pas toujours vérifiés. Selon les cas, nous avons opté pour l’une ou l’autre solution. La reproduction du croquis historique fut préférée lorsqu’il s’agissait d’illustrer un cas précis qui avait donné à l’époque l’occasion de raisonner sur un schéma inexact (cas, par exemple, de la « zone neutre » disputée entre la S.H.O., la C.F.H.C. et l’Alimaïenne), ou lorsque la réévaluation du dessin s’avérait par trop hypothétique (itinéraires de l’agent S.H.O. Quéru en pays Ishogo). La plupart du temps, nous avons néanmoins essayé de traduire les faits sur un fonds aussi valable que possible, sans pour autant pouvoir toujours garantir l’exactitude du résultat (par exemple en resituant les territoires concédés autour du bassin réel de chaque rivière, et non à partir du réseau imaginé en 1900).

  • 3 L’annuaire en trois volumes publié par Chemin-Dupontès [13] pour les années 1896-1905 ne recoupe p (...)
  • 4 [12], années 1936 à 1950.
  • 5 Rapport du Chef du Service des Douanes demandé par l’Inspecteur Laperge le 24 nov. 1928, 45 p. dac (...)

27La même incertitude entoure les données numériques. Toutes les sources de la période sont sujettes à caution. Les séries fondamentales sont constituées par les statistiques annuelles d’importations et d’exportations, en valeur et en tonnage, regroupées dans deux publications : les Statistiques coloniales pour Vannée... 1890 à 1914 et 19313, et les Renseignements généraux sur le commerce des colonies françaises, 1914-1918 (2 vol. succincts) et 1920-1928. Aucune publication spécialisée ne semble avoir couvert les années suivantes, et il faut se reporter, pour le détail, au Supplément statistique du J.O.A.E.F. (1924-1936), au Bulletin économique de l’A.E.F. ou, pour une vue d’ensemble, à la Statistique générale de la France et à l’Annuaire statistique de l’A.E.F.4 Nous avons relevé, par année et par produit, les principaux chiffres. Mais les problèmes furent innombrables. Les valeurs en francs se sont avérées inutilisables : calculées à partir des cours approximatifs de l’année précédente, elles étaient le plus souvent falsifiées – généralement sous-estimées – puisqu’elles servaient à établir le montant des droits de douane. En fonction de ces chiffres, les fluctuations de prix à l’unité apparaissent, d’une année sur l’autre, aussi importantes qu’inexplicables. Quant aux estimations en tonnage, elles restent approximatives. Outre d’évidentes « coquilles », on rencontre parfois des incohérences. Tantôt le chiffre correspond au volume des produits fournis par la seule colonie, tantôt à celui des exportations ayant transité par le territoire (cette remarque est surtout valable pour le Gabon et, dans une moindre mesure, pour le Moyen-Congo). D’une année sur l’autre, les colonnes changent, les regroupements par colonie ou par produit également (l’Oubangui-Chari est parfois joint au Moyen-Congo, parfois confondu avec le Tchad ; l’okoumé fait partie tantôt des « bois communs », tantôt des « essences précieuses »...). Comme les limites administratives ont varié, il faudrait opérer, chaque fois, une pondération (par exemple lorsque, après 1922, la côte méridionale du Gabon fut cédée au Moyen-Congo). Seuls les chiffres concernant l’ensemble de l’A.E.F. présentent une certaine continuité. Mais, là encore, le moindre regroupement fait problème. L’entreprise paraissait parfois désespérée, tant les résultats étaient contradictoires, tant les documents d’époque eux-mêmes s’accordaient pour souligner le caractère approximatif des évaluations disponibles. Un rapport de 1928 constatait déjà ces difficultés : la confrontation, aux statistiques générales, des renseignements fournis par les états mensuels des produits du cru exportés par la colonie, quand ils étaient disponibles, se soldait presque toujours par des différences. Le défaut d’archives à la Direction du Service des Douanes interdisait déjà toute vérification5. Quant à la confrontation entre l’activité concessionnaire et celle du commerce privé, elle est impossible de façon régulière, aucun service central n’étant alors chargé de collecter ces données. Il n’empêche qu’à force de mettre en regard toutes nos sources (recueils imprimés, rapports locaux, renseignements fournis par les entreprises intéressées, etc.), nous pensons avoir pu donner des activités de l’Afrique équatoriale une image aussi proche que possible de la réalité et redresser, autant que faire se peut, les erreurs résultant de la méconnaissance profonde que les Européens de l’époque avaient du pays.

  • 6 L’indice des prix de gros des 45 articles porte surtout sur les matières premières et les produits (...)

28Tous les graphiques que nous publions sans indication de source procèdent d’un patient travail de recoupements et d’approximations dont il nous a paru fastidieux de préciser chaque fois le détail. Ils apparaissent d’autant moins satisfaisants – comme la plupart de nos calculs – que le problème de l’inflation, à partir de la guerre, rendait périlleuses les confrontations avec la période antérieure. Lorsqu’il s’agissait seulement de comparer entre elles des courbes d’évolution, nous avons conservé les francs courants. Mais parfois (par exemple dans le calcul des taux de profit, ou de la place relative des investissements avant et après 1914), nous avons déflaté les chiffres bruts en francs constants, en utilisant l’indice des prix des 45 articles (base 100 : juillet 1913, moyenne annuelle)6. Qu’on prenne donc nos résultats pour ce qu’ils sont : l’indication d’un ordre de grandeur, aussi proche que possible de la réalité. Mais on ne peut accepter ces données qu’en se gardant d’en tirer des conclusions trop assurées.

29D’une façon générale, en dépit de leur abondance, les sources écrites – archives ou publications – sont d’utilisation difficile, parce que déséquilibrées. Tout ce qui relève de la compétence coloniale a donné l’occasion d’entasser des dossiers pondéreux mais d’un intérêt parfois limité lorsqu’il s’est agi de régler des contentieux entre services ou des querelles fréquentes, bien que superficielles, entre fonctionnaires. Les opérations militaires ont aussi inspiré des rapports circonstanciés, mais généralement limités à l’énumération de marches et de contremarches, sans élucider les raisons de telle révolte ou le contexte de tel mouvement de résistance. Il faut, parmi cette multiplicité de documents éparpillés entre des fonds disparates, trier, dégager l’essentiel du superflu, et surtout faire le point de tout ce qui manque. Bien souvent les populations n’apparaissent qu’épisodiquement, masse confuse de « sauvages » auxquelles il s’agissait d’imposer travail et « Civilisation ». Ainsi la révolte des Awandji (Gabon oriental), analysée dans deux épais dossiers, l’un conservé à Lastourville, l’autre à Aix-en-Provence, n’apparaît que sous l’angle des colonnes répressives qui opérèrent plusieurs mois durant. Nulle part n’est évoqué le problème des origines du soulèvement. C’est alors qu’intervient la nécessité de l’interprétation des documents, et du recoupement des sources par le recours à l’enquête orale : la présence sans commentaire, dans un carton, d’une liste des marchés administratifs donne toute sa valeur aux réponses des villageois interrogés, qui attribuent précisément la révolte à la contrainte de ces marchés périodiques, source de déplacements coûteux à peine rémunérés, et occasion de faciliter la perception des impôts et le recrutement des prestataires.

  • 7 M. P. Gentil, à Ouango, Bangassou et Bria, 1954-1956.
  • 8 Voir en fin de volume, dans la bibliographie (Archives, IV, 5, p. 548), la liste de nos principaux (...)

30Cependant, sauf exception, le caractère récent des événements ne leur a pas permis d’être intégrés à la tradition. Il s’agit de témoignages ou de souvenirs remontant, au plus, à deux générations. Les habitants des Sultanats ont pu confier à leur ancien administrateur7 le souvenir des excès de la période concessionnaire ; ceux de Boda se rappellent les méfaits des agents de la Cie. Forestière et certains vieillards y montrent encore leurs oreilles mutilées en guise de châtiment. Les Fang de l’Ogooué décrivent les ravages de la grande famine des années 1922-1925, les villageois de la Likouala évoquent la figure quasi légendaire des frères Tréchot. Ces commentaires permettent d’approfondir l’arrière-plan des événements relatés dans les archives, de préciser certains épisodes naguère passés presque inaperçus des colons (telle la révolte du chef fang Emane Tole de Ndjolé). Ils complètent aussi les témoignages, non moins révélateurs, recueillis auprès des Européens témoins de cette époque révolue – administrateurs, agents de commerce, missionnaires8. Mais ils souffrent tous de la même imprécision dans les dates et les chiffres, que les sources écrites permettent généralement de corriger (impossible, par exemple, de situer exactement dans le temps le salaire perçu par les bûcherons interrogés, d’être assuré que tel événement – comme le survol d’un petit avion militaire – eut bien lieu en liaison avec la répression évoquée et non à une autre occasion). Nous avons eu la chance de parcourir une grande partie du pays : Gabon de Libreville et Port-Gentil jusqu’à la région des lacs, Lambaréné, Ndjolé et, vers l’est, Lastourville et Franceville ; Congo de Pointe-Noire à Kakamoeka sur le Kouilou, à Brazzaville et à Ouesso ; République Centrafricaine occidentale de Bangui aux confins du Cameroun et du Tchad par le pays baya (Bouar, Bozoum, Bossangoa) ; Tchad oriental enfin, de Fort-Lamy à Mongo. Nous y avons rencontré et questionné de nombreux témoins du passé. Mais l’ampleur même du terrain concerné ne nous a malheureusement pas donné le loisir d’enquêter longuement dans certaines zones qui furent le théâtre d’événements marquants : tel le bassin de la Mpoko où sévit une équipe concessionnaire particulièrement sanguinaire, ou le pays baya qui fut la proie d’un vaste soulèvement à partir de 1928. Certes, en de tels cas, les sources écrites, à condition d’être décantées de leur subjectivité « coloniale » et interprétées avec suffisamment de soin, permettent de restituer le passé de façon satisfaisante. Mais nous ne saurions trop souhaiter voir des anthropologues s’attacher à discerner, aujourd’hui, sur le terrain, le retentissement de cette histoire sur l’évolution ultérieure des peuples de l’Afrique équatoriale.

Notes

1 Et tout récemment, depuis l’achèvement de cet ouvrage, jusqu’en 1940.

2 [305], [258], [344], [322], [437] et [117].

3 L’annuaire en trois volumes publié par Chemin-Dupontès [13] pour les années 1896-1905 ne recoupe pas toujours les chiffres des Statistiques coloniales. De même, les chiffres fournis pour les années 1899 à 1912 inclus dans une brochure éditée en 1913 à Paris par le Gouvernement général (L’évolution économique des possessions françaises de l’Afrique équatoriale) ne coïncident pas toujours avec les données précédentes.

4 [12], années 1936 à 1950.

5 Rapport du Chef du Service des Douanes demandé par l’Inspecteur Laperge le 24 nov. 1928, 45 p. dactylogr., Brazzaville, 23 févr. 1929, Aix, 3 D.

6 L’indice des prix de gros des 45 articles porte surtout sur les matières premières et les produits agricoles. Très sensible à la conjoncture, il permet de comparer le mouvement des produits nationaux (29 articles) et des produits importés (16 articles). La conversion en francs constants reflète donc mieux les possibilités réelles d’une firme commerciale que la réduction en francs-or. Tables des indices : Sauvy [49], I, p. 497, et II, p. 494 ; Indices généraux du mouvement économique en France, 1931, pp. 69-72, et 1941, pp. 177 et 180.

7 M. P. Gentil, à Ouango, Bangassou et Bria, 1954-1956.

8 Voir en fin de volume, dans la bibliographie (Archives, IV, 5, p. 548), la liste de nos principaux informateurs.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540