Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930. Tome 1

 | 
Catherine Coquery-Vidrovitch

Remerciements

Texte intégral

1Nous tenons à exprimer ici tout ce que nous devons à M. Henri Brunschwig, qui a guidé nos premiers pas en histoire africaine et nous a suggéré le thème de la présente étude. Avec le souci constant de respecter notre liberté de recherche, il n’a pas ménagé sa peine chaque fois qu’il s’est agi de nous aider dans l’exercice de notre métier d’historien. Nous exprimons également notre gratitude à M. Hubert Deschamps, qui a dirigé notre travail avec une bienveillance et une cordialité Jamais démenties en nous apportant le constant témoignage de son expérience africaine, à M. Gilles Sautter, dont la science, la connaissance précise du terrain et les conseils nous ont été précieux, enfin à M. Jean Bouvier qui, autant par ses travaux que par ses remarques attentives, a déterminé l’orientation définitive de notre ouvrage.

2Nous devons beaucoup à l’École Pratique des Hautes Études qui nous a permis à deux reprises de nous rendre en Afrique et nous a apporté, pour la réalisation de cet ouvrage, l’aide morale et matérielle nécessaire. Le C.N.R.S. nous a également accordé une mission en Afrique. Nos remerciements vont, en particulier, à l’équipe du Laboratoire de Cartographie Thématique de l’Institut de Géographie de Paris qui, sous la direction compétente et dynamique de M. Mallet, s’est penchée durant près de deux mois sur nos cartes, et à Aleksandra Derlicka, du Laboratoire de Cartographie de l’E.P.H.E., qui a réalisé tous nos graphiques ; enfin, nous savons gré à Mlle Ferrier d’avoir dactylographié l’ensemble du manuscrit.

3Chez tous ceux auprès desquels nous avons cherché à recueillir des informations, nous avons trouvé le même accueil chaleureux. Que M. Laroche et Mlle Ménier, conservateurs de la Section Outre-Mer des Archives nationales, M. Boyer, conservateur du Dépôt d’Aix-en-Provence, et le colonel Chapelle, responsable des archives de Fort-Lamy, soient, en particulier, remerciés de leur concours attentif.

4Enfin, nous devons beaucoup à tous les informateurs, Africains et Européens, qui sur les deux continents ont exhumé pour nous leurs papiers ou égrené leurs souvenirs. Nous en énumérons la liste dans notre bibliographie, mais tenons à leur exprimer publiquement notre gratitude : sans eux, ce travail n’aurait pu aboutir.

5C.C.V.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540