Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Troisième partie. L'influence européenne (Les mutations)

Chapitre XV. L’acculturation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. LES NOUVEAUX INSIGNES DE SOUVERAINETÉ

Comme nous l’avons vu dans un précédent chapitre, les articles de fabrication européenne, que les Portugais introduisaient chez les Congolais en même temps que le christianisme, leur paraissaient tout aussi chargés de puissance sacrée que les paroles des missionnaires.

Afin de rehausser l’éclat de leur majesté, les rois congolais n’ont pas hésité à choisir certains de ces objets comme insignes de souveraineté et même, parfois, à les substituer à des insignes traditionnels.

Voici comment, dans le premier quart du xviie siècle, le roi se présentait à la vue de ses sujets :

Il donnait audience « assis sur une chaise à dossier, de tissu cramoisi à clous dorés, posée sur un très beau tapis, le bas du corps somptueusement revêtu d’un riche tissu jaune du pays ; au cou, il avait de nombreuses chaînes d’or et des colliers de corail à même la peau ; il portait un manteau de damas jaune rayé de velours ; sur la tête, il avait une coiffure toute brodée d’or...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540