Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Avez-vous vu les Érinyes ?

Résumés

Texte intégral

DOSSIER : Avez-vous vu les Érinyes ?

1Catherine Darbo-Peschanski

2La folie pour un regard.

3Oreste et les divinités de l’échange (Érinyes, Euménides, Charites)

4Érinyes/Euménides et Charites, deux groupes de divinités ambivalentes, sont associées à Oreste par l’étiologie des cultes. Elles engagent dans des échanges, notamment des échanges de regards qui enferment dans une relation dangereuse. L’article s’efforce d’analyser de quoi sont faites cette relation et la folie à laquelle elle conduit. Amorcée dans l’échange de regard, l’assimilation physique à l’Érinye, qui en est le premier stade, n’est pas le signe d’une transmutation en un autre être, car les déesses sont à proprement parler d’une nature insaisissable et irreprésentable. Il s’agit plutôt d’une perte de soi. Mais là ne réside pas le fin mot de la folie d’Oreste. L’Érinye renvoie à l’infra-corporéité du sang familial, c’est-à-dire de son propre sang, mais versé, répandu, et corrompu. Enfin, le regard de l’Érinye qui inaugure le processus, trouble le regard de sa victime. C’est la carrière ouverte aux illusions et hallucinations de la folie où l’Oreste des récits étiologiques côtoie celui de la tragédie et celui de la théorie stoïcienne de la représentation.

5Françoise Frontisi-Ducroux

6L’étoffe des spectres.

7Comment donner à voir l’invisible ? Cette enquête comporte deux volets. Elle examine d’abord les procédures, verbales et visuelles, utilisées par Eschyle pour porter sur la scène tragique des créatures par définition sans visage : les Érinyes, dont la tradition indique qu’il s’agit de leur première apparition devant un public. Le second document, purement verbal, consiste en un passage du poème du pseudo-Hésiode, Aspis, le Bouclier. On y analyse la façon dont est décrite une entité horrible, Achlus, censée incarner l’abolition de la vision.

8François Lissarrague

9Comment peindre les Érinyes ?

10L’article examine comment les peintres de vases, à Athènes puis en Grande Grèce, ont cherché à rendre visibles ces figures d’invisibilité que sont les Érinyes. Cadrage, composition, couleur, utilisation de signes discriminants comme les ailes, les serpents, le vêtement : tous ces éléments ne sont pas simplement des détails iconographiques, ils sont constitutifs du sens que les peintres cherchent à donner à une figure récente du répertoire athénien, paradigme de l’instabilité visuelle et de la phantasia en image.

11Jean-Louis Labarrière

12Faut voir à voir !

13«Longin» se sert de la mise en images par Euripide de la folie d’Oreste pour faire état d’une nouvelle conception de la phantasia qui fait appel à l’enthousiasme et aux passions pour donner à voir à l’auditeur ce qui est apparu à l’auteur, poète ou orateur. Qu’en est-il de cette nouvelle conception ? Que doit-elle aux stoïciens, chez qui la folie d’Oreste est régulièrement évoquée dès qu’il s’agit de phantastikon et de phantasma ? Existe-t-il des liens entre cette nouvelle conception, dont fait aussi état Quintilien, et la conception aristotélicienne de la phantasia ? Comment comprendre l’absence de la phantasia dans la Poétique d’Aristote ? Telles sont les questions développées par l’auteur dans cette étude qui cherche aussi à montrer qu’il faut se garder de tout anachronisme dans l’interprétation de certains des principes de la Poétique.

VARIA

14Arnaud Zucker

15Sur l’extension de certains noms d’animaux en grec : les zoonymes pluriels.

16Le type de catégories étudié est spécial et considéré généralement comme relevant de catégories de langue. Il s’agit des ensembles constitués par des espèces de statut biologique différent et taxinomiquement nettement distinctes — et néanmoins rangées ou réunies sous le même nom spécifique : ainsi en est-il par exemple du mot ὄνος qui dénomme l’âne, le cloporte et la merluche (poisson). Dans le cas des spécimens zoologiques, le procédé de transfert de nom apparaît très fréquemment et présente des constantes qui incitent à y voir plus qu’un accident : un processus structurant de la représentation du monde animal. Nous montrons que ce processus répond à des règles et que son usage fréquent est motivé par un réseau de correspondances à l’intérieur du monde animal, et que chacun de ces termes construit effectivement une catégorie zoologique unifiée et possédant, dans la représentation, une certaine consistance.

17Jesús Carruesco

18La rame et l’aiguillon. Les morts d’Ulysse.

19L’analyse conjointe des diverses versions du mythe de la mort d’Ulysse permet de cerner un champ sémantique commun, dans lequel s’inscrit aussi bien le motif de la rame plantée en terre par Ulysse dans la prophétie de Tirésias que celui de l’aiguillon venimeux de la lance de Télégonos qui tue le héros. Ce champ sémantique tourne autour du mot (a)blechrós, dont on étudie la signification et les connotations, et il nous renvoie à un contexte de navigation et de fondation, représenté par la figure mythique du Vieux de la Mer.

20David-Artur Daix

21Réalités et vérités dans la Théogonie et les Travaux et les Jours d’Hésiode.

22Dès les premiers vers de ses deux grands poèmes, Hésiode nous apprend qu’il va nous faire entendre la vérité. Toutefois, ce constat ne fait qu’ouvrir la voie à de nouvelles questions. Et, d’abord, quelle est cette vérité qu’Hésiode appelle tantôt les ἀληθέα, tantôt les ἔτυμα ? «Poétique», elle s’exprime au sein d’une composition littéraire : n’est-elle pas dès lors nécessairement «fiction» alors même qu’elle est véridique ? Divine dans la Théogonie, humaine dans Les Travaux et les Jours, la vérité dans l’œuvre d’Hésiode offre, paradoxalement, deux visages, selon qu’elle habite le temps des dieux ou celui des hommes, l’histoire de Prométhée et de Pandora ou le mythe des races.

23Nicola Cusumano

24Polivalenze funzionali e figurative. Osservazioni su Zeus Meilichios.

25Le culte de Zeus Meilichios fournit un champ d’observation particulièrement approprié pour discuter de la pluralité problématique des représentations des dieux dans le polithéisme grec, qu’il s’agisse de figurations anthropomorphiques ou zoomorphiques ou bien du soi-disant «aniconisme». Dieu bienveillant, présent dans toutes les aires du monde grec et sur une très longue période, Zeus Meilichios opère dans un espace symbolique et social de médiation. Il exerce également un rôle essentiel de charnière entre les dimensions du public et du privé, afin de reconstituer un tissu politique et social continuellement exposé à des déchirures (le cas de la stasis d’Argo et de la lex sacra de Sélinonte sont à ce propos exemplaires). La pluralité de figures propre à Zeus Meilichios permet de proposer quelques élements de réflexion non seulement sur le rapport entre les différents modes de représentations, mais aussi sur le thème de la présentification de l’invisible : des reliefs anthropomorphiques à la désanthropomorphisation, cette dernière obtenue à travers le zoomorphisme ou à travers cette classe particulière d’objets «aniconiques» qui est composée d’argoi lithoi, de tetragonoi lithoi, de pyramides, de kiones et de bien d’autres formes.

26Pierre Sineux

27Une nuit à l’Asklépieion dans le Ploutos d’Aristophane : un récit dans le théâtre pour l’étude du rite de l’incubation.

28Le passage du Ploutos d’Aristophane, dans lequel Carion fait à sa maîtresse le récit de la nuit au sanctuaire d’Asklépios où il a assisté à la guérison de Ploutos, est souvent cité pour les pratiques rituelles qui se rapportent à l’incubation qu’il est censé évoquer. Or, l’examen des conditions d’énonciation — et non du seul énoncé — permet en fait d’interroger non seulement la conception que les Anciens se faisaient de cette expérience singulière, «voir la divinité», mais aussi certaines des modalités utilisées pour la «dire». Esclave glouton et sans scrupules, Carion voit ce qu’il ne devrait pas voir, à savoir l’intervention du dieu auprès des malades : n’ayant accompli aucun cheminement rituel, il occupe une position transgressive, mais tel un spectateur de théâtre, il reste extérieur à l’action qui se déroule. Dans le récit qu’il entreprend alors, on observe comment se superposent des emprunts et des sources de différentes natures (iamata d’Épidaure, Corpus hippocratique, etc.). Carion incarne en réalité une fonction de médiation analogue à celle qu’occupent les rédacteurs des «stèles de guérison» d’Épidaure qui, à partir de l’expérience singulière des rêveurs du sanctuaire, construisent, en définitive, à l’intention du public un discours sur le dieu et ses pouvoirs.

29Luc Renaut

30Ptolémée Philopator et le stigmate de Dionysos.

31L’initiation dionysiaque allait-elle de pair avec un marquage corporel à la feuille de lierre ? La cautérisation coercitive mentionnée par l’ordonnance apocryphe de 3 Maccabées ne saurait être alléguée dans ce sens. Contrairement à ce que laisse entendre la notice manifestement corrompue de l’Etymologicon magnum, Ptolémée Philopator n’a jamais été tatoué de feuilles de lierre. Chez Plutarque, les mutilations prêtées au même souverain n’ont aucune visée graphique ; elles concernent d’ailleurs le culte de Cybèle et non celui de Dionysos. À Doxato, l’épitaphe bachique évoque seulement l’approbation des mystes par Bromius : signare y est entendu dans son acception abstraite et non concrète.

32Florence Gherchanoc

33Le(s) voile(s) de mariage dans le monde grec : se voiler, se dévoiler. La question particulière des anakaluptêria.

34Le voile comme tout vêtement est un indicateur visuel révélateur de codes sociaux. Il est aussi un marqueur d’identité. Dans cette perspective, l’article explore la nature, les fonctions et les valeurs du voile de la numphê et des anakaluptêria (moment du dévoilement et cadeaux du même nom offerts à l’épousée), à l’intérieur du rituel matrimonial grec, dans un jeu où se succèdent «voilement» et dévoilement de la jeune fille.

35Marc Domingo Gygax

36Les origines de l’évergétisme. Échanges et identités sociales dans la cité grecque.

37Cet article s’attache à la définition de l’évergétisme, considéré comme un phénomène à double sens, qui implique tant les dons volontaires effectués par des individus à la cité, que la reconnaissance par cette dernière de ces offrandes comme bienfaits publics, sur le mode du contre-don. Par l’analyse historique et structurelle des principaux mécanismes de l’évergétisme, l’auteur tente, en une démarche originale, de bâtir un modèle général qui permette de comprendre les origines et l’évolution de ce phénomène (dont les premières attestations remontent à l’époque archaïque) pour poursuivre son étude jusqu’au début de la période hellénistique. La reconstruction historique de l’évolution de l’évergétisme fait apparaître différents degrés et modes de participation des individus à l’évergétisme, en fonction de leur position sociale en tant qu’étrangers, athlètes, militaires, hommes politiques ou, simplement, citoyens riches. L’auteur montre ainsi comment le cercle des personnes impliquées dans ce processus ne cesse de croître jusqu’à ce que les conditions de son plein épanouissement soient réunies à l’époque hellénistique.

38Constantinos Macris

39Becoming divine by imitating Pythagoras ?

40Deux des «hommes divins» les plus connus de l’époque impériale, Apollonius de Tyane (ier s.) et Alexandre d’Abonoutichos (iie s.) sont présentés dans les sources littéraires comme des imitateurs conscients de Pythagore. Partant de ce renseignement, l’étude proposée ici examine dans un premier temps l’influence diachronique de l’héritage pythagoricien, et plus spécialement de l’exemplum Pythagorae, avec ses deux aspects, ascétique et charismatique : a) influence sur les représentations littéraires des hommes divins pythagoriciens, b) sur leur réception culturelle et leur reconnaissance sociale, et c) sur leur auto-perception et auto-définition identitaire. Dans un deuxième temps, l’attention est focalisée sur le processus de divinisation d’Apollonius et d’Alexandre et sur leur caractère pythagoricien, tels qu’ils ressortent de la documentation disponible, notamment littéraire et épigraphique.

41Vaios Vaiopoulos

42Femineae artes et la thématique des Héroïdes XVIII et XIX d’Ovide.

43L’image dans Ovide, Heroïdes, XIX, lorsque Héro, au clair de la lampe à l’huile, s’occupe du tissage en attendant Léandre, jusqu’au moment où elle se livre épuisée au sommeil, constitue à la fois une scène domestique typique du monde romain, et en même temps un locus littéraire conventionnel que l’on peut également trouver surtout dans la comédie et l’élégie romaine. Cette figure de la matrona conquise par Héro renvoie à celle de Pénélope et de Lucrèce. Les coïncidences observées, entre les textes ovidiens examinés et les poèmes de Tibulle et de Properce ne se limitent pas seulement à l’usage des loci communes de l’élégie romaine, puisque Ovide choisit de transformer les thèmes et les caractères de l’élégie traditionnelle, tout en soulignant l’originalité de sa poésie.

CONFÉRENCE GERNET

44Geoffrey Lloyd

45La santé, les valeurs, l’autorité : perspectives comparées sur la Grèce et la Chine anciennes.

46Partant du secteur bien balisé du discours médical en Grèce et en Chine, on cherche à repérer ce qui, dans chacune de ces deux cultures, donne autorité à tel discours plutôt qu’à tel autre dans un climat de concurrence ; une autorité que les philosophes disputent aux médecins et dont ils voudraient avoir le monopole lorsqu’il s’agit, non de la santé du corps, mais de la santé, bien plus problématique, du corps politique.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540