Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Avez-vous vu les Érinyes ?

Varia

Ptolémée Philopator et le stigmate de Dionysos

Luc Renaut

Résumé

L’initiation dionysiaque allait-elle de pair avec un marquage corporel à la feuille de lierre ? La cautérisation coercitive mentionnée par l’ordonnance apocryphe de 3 Maccabées ne saurait être alléguée dans ce sens. Contrairement à ce que laisse entendre la notice manifestement corrompue de l’Etymologicon magnum, Ptolémée Philopator n’a jamais été tatoué de feuilles de lierre. Chez Plutarque, les mutilations prêtées au même souverain n’ont aucune visée graphique ; elles concernent d’ailleurs le culte de Cybèle et non celui de Dionysos. À Doxato, l’épitaphe bachique évoque seulement l’approbation des mystes par Bromius : signare y est entendu dans son acception abstraite et non concrète.

Texte intégral

  • 1 Voir L. Renaut, Marquage corporel et signation religieuse dans l’Antiquité, Thèse de doctorat sous (...)

1Les études sur Dionysos et son culte recèlent un petit dossier rarement compulsé par les hellénistes de l’époque classique, mais auquel les historiens de l’époque hellénistique et romaine font régulièrement allusion, celui du marquage corporel indélébile que certains mystes de Bacchus auraient eu l’heur de s’infliger. Ce dossier, unaniment reçu en l’état par ceux qui, de près ou de loin, s’en sont fait l’écho, sort tout droit d’une époque où les cultes non-indigènes de l’époque hellénistique et romaine se devaient d’apparaître sous des dehors suffisamment exotiques pour sonner le glas des vieilles modes, bouleverser le « sentiment religieux » et préfigurer la décomposition finale du paganisme traditionnel. À leur tour, les dévôts de Cybèle, d’Isis, de Mithra et de la « Déesse syrienne » de Hiérapolis – de même que certains chrétiens hétérodoxes, Carpocratiens et Montanistes – ont été crédités de marquages corporels dont l’existence, pour assurée qu’elle soit aux yeux de beaucoup, montre cependant une faible résistance à l’examen1.

  • 2 Entre autres P. Perdrizet, « Le fragment de Satyros sur les dèmes d’Alexandrie Revue des Études Anc (...)
  • 3 R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (Liber). Documentation littéraire (...)

2Les commentateurs modernes2 invoquent en faveur du marquage cultuel bachique quatre sources anciennes que R. Turcan vient encore récemment de réunir dans ce sens3. Les trois premières concernent Ptolémée IV Philopator (221-205) dont l’historiographie a voulu faire le grand promoteur de la cautérisation et/ou du tatouage dionysiaque à la feuille de lierre. Le dernier document invoqué – une épitaphe latine de Doxato (Macédoine, iiie s. apr. J.-C.) – mentionne des Bromio signatae mystides. La critique des différentes pièces du dossier, qui restait à faire, montrera si l’existence de « mystes marqué (e) s par Bromius » est avérée.

1. 3 MACCABÉES ET LE DÉCRET VENGEUR DE PHILOPATOR

  • 4 Éd. R. Hanhart, Maccabaeorum liber III (Septuaginta IX, fasc. 3), Göttingen : Vandenhoeck & Ruprech (...)
  • 5 J. Mélèze-Modrzejewski, « Le Troisième Livre des Maccabées », dans La Bible Écrits intertestamentai (...)

3Le Troisième livre des Maccabées (3M)4 attribue à Ptolémée IV Philopator (221-205) un décret ordonnant entre autres d’infliger aux Juifs une cautérisation à la feuille de lierre (3M 2, 29). Cette fiction à prétention historique pose des problèmes de tous ordres : sources, composition, mobile(s), auteur(s), datation, etc. Je reviendrai dans mon analyse sur certaines de ces questions. Cette matière sera plus amplement traitée par Joseph Mélèze-Modrzejewski, qui s’apprête à faire paraître une traduction commentée de 3M5. Je tiens à le remercier pour ses nombreuses remarques et pour la discussion que nous avons engagée ensemble.

a) Mise en contexte

  • 6 La bataille de Raphia, remportée par Philopator le 22 juin 217 av. J.-C. (Polybe, Histoires, V, 79- (...)
  • 7 Gouverneur lagide de la Coelé-Syrie (Polybe, V, 40, 1-3), il était passé dans le camp d’Antiochos I (...)
  • 8 3M se réfère très probablement à Dosithéos fils de Drimylos, mentionné dans les papyrus du IIIe siè (...)
  • 9 Chez Polybe (Histoires, V, 83, 3) ce sont Ptolémée, Arsinoé, Andromaque et Sosibios qui encouragent (...)
  • 10 On relève ici un parallèle avec 2M où Héliodore, envoyé par Séleucos IV réquisitionner les richesse (...)

4Ptolémée Philopator, accompagné de sa sœur Arsinoé, marche avec son armée sur la ville de Raphia afin de reprendre les positions prises par Antiochos III (224-187) en Coelé-Syrie (3M 1, 1)6. L’un de ses généraux, Théodotos7 – qui agit secrètement pour le compte de l’adversaire – tente d’assassiner Philopator, mais l’entreprise est déjouée par un certain Dosithéos8, fidèle de Philopator, que 3M décrit comme « un Juif de naissance qui, par la suite, changea de coutumes et s’écarta des doctrines de ses pères » (1, 3). Grâce aux encouragements que sa sœur Arsinoé prodigue aux soldats9, Philopator remporte la bataille de Raphia (317 av. J.-C.) et fait de nombreux prisonniers (1, 4-5). Il visite les cités voisines et fait des donations aux temples (1, 7). Une délégation juive composée de membres du Conseil et d’anciens vient à la rencontre du souverain le féliciter pour ses hauts faits, lui offrir de nombreux présents et l’inviter à Jérusalem (1, 8). Arrivé auprès du lieu saint (ὁ τόπος), Philopator offre « des sacrifices d’action de grâce au Dieu très haut », s’émerveille de la beauté du temple et projette d’entrer dans le sanctuaire (εἰς τὸν ναὸν εἰσελθεῖν) (1, 9-10). Il se heurte à la résistance des Juifs qui se rassemblent et demandent à Dieu d’empêcher la profanation. Le grand prêtre prononce une longue prière (2, 1-20), à laquelle Dieu répond en provoquant la paralysie instantanée du souverain (2, 22)10. Ptolémée Philopator se relève finalement de son châtiment. Revenu en Égypte, il nourrit désormais à l’égard des Juifs un vif ressentiment qu’entretiendront ses « compères buveurs (συμπόται) et compagnons éloignés de toute justice » (3M 2, 25). Il répand des calomnies sur le compte des Juifs et affiche une ordonnance vengeresse :

3M 2, 27 Προέθετο δημοσίᾳ ϰατὰ τοῦ ἔθνους διαδοῦναι ψόγον ἐπὶ τοῦ ϰατὰ τὴν αὐλὴν πύργου στήλην ἀναστήσας ἐϰόλαψεν γραϕὴν 28 μηδένα τῶν μὴ θυόντων εἰς τὰ ἱερὰ αὐτῶν εἰσιέναι, πάντας δὲ τοὺς Ἰουδαίους εἰς λαογραϕίαν ϰαὶ οἰϰετιϰὴν διάθεσιν ἀχθῆναι, τοὺς δὲ ἀντιλέγοντας βίᾳ ϕερομένους τοῦ ζῆν μεταστῆσαι, 29 τούς τε ἀπογραϕομένους χαράσσεσθαι ϰαὶ διὰ πυρὸς εἰς τὸ σῶμα παρασήμῳ Διονύσου ϰισσοϕύλλῳ, οὓς ϰαὶ ϰαταχωρίσαι εἰς τὴν προσυνεσταλμένην αὐθεντίαν. 30 Ἵνα δὲ μὴ τοῖς πᾶσιν ἀπεχθόμενος ϕαίνηται, ὑπέγραψεν Ἐὰν δέ τινες ἐξ αὐτῶν προαιρῶνται ἐν τοῖς ϰατὰ τὰς τελετὰς μεμυημένοις ἀναστρέϕεσθαι, τούτους ἰσοπολίτας Ἀλεξανδρεῦσιν εἶναι.

  • 11 Le palais (αὐλή, comme chez Polybe) occupait une large zone à côté du quartier juif, au Nord-Est d’ (...)

3M 2, 27 Il prescrivit de publier un blâme contre la nation [juive] ; érigeant une stèle sur la tour près du palais11 il grava le texte [suivant] : 28 Ceux qui n’offrent pas de sacrifices n’auront pas le droit d’entrer dans leurs temples ; tous les Juifs seront amenés au recensement populaire (λαογραϕία) et à la condition servile ; les opposants seront soumis aux tortures jusqu’à ce que mort s’ensuive. 29 Ceux que l’on aura recensés seront marqués au feu sur le corps d’une feuille de lierre, l’emblème de Dionysos, et assignés à l’autorité absolue (αὐθεντία) qui était auparavant limitée. 30 Afin de ne pas paraître odieux à tous, (Philopator) ajouta : Si certains d’entre eux choisissent de se rallier à ceux qui ont été initiés aux mystères, ceux-là seront citoyens au même titre que les Alexandrins.

Notes de traduction

  • 12 A. Kasher, « The Civic Status of the Jews in Ptolemaic Egypt », Ethnicity in Hellenistic Egypt, Aar (...)
  • 13 Notons qu’αὐθεντία est d’emploi plutôt tardif. Voir Pseudo-Hippolyte, Réfutation, VII, 28, 2 et 33, (...)

2, 28 – On s’est étonné de voir les synagogues désignées par τὰ ἱερά, alors que 3M 7, 20 appelle la synagogue de Ptolémaïs τόπον προσευχῆς. Mais il peut s’agir d’une incorrection volontairement mise dans la bouche de Philopator : ce dernier ne distingue pas entre synagogues et sanctuaires païens. On peut comprendre cette directive de deux manières : a) Les cultes juifs sont soumis aux mêmes exigences que les cultes païens : sacrifier pour le salut de la dynastie. Évidemment, pour la diaspora orthodoxe, cette directive est irréalisable, car le temple de Jérusalem est seul habilité à recevoir des sacrifices. b) On peut aussi lire τῶν μὴ θυόντων comme une périphrase désignant les Juifs (et donc rejeter éventuellement le τοὺς Ἰουδαίους de la suite comme une glose). Dans ce cas, Philopator interdit purement et simplement la religion juive.
2, 29 – La plupart de mes prédécesseurs voient dans προσυνεσταλμένην (hapax) αὐθεντίαν un « statut auparavant restreint » auquel les Juifs seraient rétrogradés. Aryeh Kasher imagine ainsi Philopator revenant sur l’affranchissement que Ptolémée II Philadephe aurait promulgué au bénéfice des Juifs ramenés captifs de Palestine en 301 (cf. Lettre d’Aristée 3, 22 ; 4, 37)12. Mais αὐθεντία = statut n’est attesté nulle part. Je propose de revenir à l’acception courante d’αὐθεντία (autorité absolue, domination implacable et coercitive exercée par les souverains et les dieux sur leurs sujets)13. Les Juifs perdent le bénéfice de leur statut antérieur : comptés au rang des indigènes, passibles de la peine de mort et marqués comme les captifs personnels du souverain (voir infra), ils sont désormais exposés à l’arbitraire d’une αὐθεντία sans bornes.

5Hormis quelques traîtres qui cherchent à collaborer avec le roi, les Juifs dans leur ensemble tentent d’échapper au recensement par la corruption. Philopator en prend ombrage et entend appliquer les mesures de rétorsion prévues en 2, 28 contre les opposants. Il décide donc de rassembler tous les Juifs d’Égypte, ceux d’Alexandrie et de la chôra, et de les mettre à mort (3, 1 τοῦ ζῆν μεταστῆσαι). Avant que cette seconde décision ne soit appliquée, le narrateur insère une longue lettre que Ptolémée adresse à ses stratèges et à ses soldats, dans laquelle le souverain rappelle ce qui s’est réellement passé selon lui depuis l’incident du Temple. À Jérusalem, les Juifs auraient empêché Philopator de déposer des offrandes au Temple. Le souverain lagide, revenu victorieux de Coelé-Syrie, n’aurait pas tenu compte de leur « sottise » (3, 20 ἄνοια). En effet, pour récompenser les Juifs de leur soutien militaire, il aurait même décidé de « les juger dignes de la citoyenneté alexandrine et de les établir comme détenteurs de prêtrises perpétuelles » (3, 21 ϰαὶ πολιτείας αὐτοὺς Ἀλεξανδρέων ϰαταξιῶσαι ϰαὶ μετόχους τῶν ἀεὶ ἱερέων ϰαταστῆσαι). Les Juifs auraient rejeté « l’inestimable citoyenneté » (3, 23 τὴν ἀτίμητον πολιτείαν) et tenu dans le plus grand mépris ceux d’entre eux qui s’étaient montrés les mieux disposés envers le souverain. Maintenant, craignant que les Juifs hostiles, tels des traîtres ou des barbares (3, 24 προδότας ϰαὶ βαρβάρους… πολεμίους), engendrent des troubles, Ptolémée ordonne à ses stratèges de les lui amener de tout le pays, avec femmes et enfants, entièrement enchaînés, soumis aux outrages et aux sévices (μετὰ ὕβρεως ϰαὶ σϰυλμῶν), pour être exécutés. Le narrateur reprend la parole et brosse un tableau pathétique de la déportation (4, 3-8).

6Après avoir embarqué sur un bateau et remonté le Nil, les Juifs sont débarqués sur les quais de Schedia (à quelques kilomètres d’Alexandrie), puis parqués dans l’hippodrome situé à l’extérieur de la ville. Lorsque Ptolémée apprend que des Juifs d’Alexandrie viennent secrètement se lamenter sur le sort de leurs compatriotes, il ordonne un recensement général aux visées plus funestes encore que le précédent. Cette fois, tous les Juifs devront être torturés puis exécutés :

3M 4, 14 ἀπογραϕῆναι δὲ πᾶν τὸ ϕῦλον ἐξ ὀνόματος, οὐϰ εἰς τὴν ἔμπροσθεν βραχεῖ προδεδηλωμένην τῶν ἔργων ϰατάπονον λατρείαν, στρεβλωθέντας δὲ ταῖς παρηγγελμέναις αἰϰίαις τὸ τέλος ἀϕανίσαι μιᾶς ὑπὸ ϰαιρὸν ἡμέρας.

Que toute la race [des Juifs] soit recensée nominativement, non pour le service accablant de travaux brièvement notifié auparavant, mais pour que la mort les anéantisse en l’espace d’une journée, après qu’on les aura soumis aux tortures prescrites.

  • 14 Bien attesté dans les papyrus dès le IIIe siècle, ce village était appelé Πτολεμαῒς Ὅρμου, « Ptolém (...)
  • 15 7, 20 διά τε γῆς ϰαὶ θαλάσσης ϰαὶ ποταμοῦ. La « mer » n’est autre que le Lac Mœris dans le Fayoum, (...)

7Les Juifs sont si nombreux qu’après quarante jours de labeur les scribes de Philopator ne sont toujours pas parvenus à achever leur enregistrement (ἡ ἀπογραϕή). Le souverain décide d’en finir : il ordonne que des éléphants enivrés avec « de larges poignées d’encens et beaucoup de vin pur » (5, 2) soient lâchés sur les captifs. À deux reprises, le roi est plongé dans le sommeil et l’oubli, et ne parvient pas à finaliser son projet. Au troisième jour cependant, Philopator, plus résolu que jamais, jure que les éléphants feront cette fois passer les Juifs de vie à trépas. Il promet même d’aller ensuite dévaster la Judée et détruire le temple de Jérusalem. Mais, au dernier moment, les prières du prêtre Éléazar sont exaucées : une glorieuse épiphanie divine (6, 18) détourne les bêtes sur les soldats. Philopator, effrayé, puis pris de pitié et de remords, prononce un discours de repentir (6, 24-28), et se fait le mécène d’une fête de délivrance où les Juifs dansent et chantent des psaumes de louange (6, 30-33, 35). Les Juifs établissent une « coutume générale » (6, 36 ϰοινὸν… θεσμόν) pour que, tant que durera leur « séjour » (παροιϰία) en terre d’Égypte, les générations à venir célèbrent la mémoire de cette délivrance survenue « διὰ Θεόν ». Les Juifs demandent à Philopator l’autorisation d’exécuter les renégats (7, 14-16 : trois cents d’entre eux sont mis à mort), et ceux de la chôra obtiennent du souverain une lettre d’ordres protégeant leur retour. Un cortège radieux quitte Alexandrie pour gagner le port de Ptolémaïs (dans le nome Arsinoïte)14 où une flotte a été mise à la disposition des Juifs. Nouveau banquet de libération (πότον σωτήριον). On convient de consacrer sur une stèle la mémoire de ces jours de réjouissance, et de poser les fondations d’une synagogue (7, 20 τόπον προσευχῆς). Chacun rentre chez soi « qui par terre, qui par mer, qui par fleuve »15 après avoir récupéré ses biens (7, 22 ἐξ ἀπογραϕῆς, d’après l’inventaire de saisie). L’ouvrage s’achève par une formule de louange adressée au grand Dieu « libérateur d’Israël » (7, 23).

b) Analyse

  • 16 L’étude stylistique et lexicale de 3M reste à faire. On se réfère habituellement à E. J. Bickerman, (...)
  • 17 Pour 2M, voir supra n. 10. Dans sa prière (3M 6, 6), Éléazar évoque les trois Hébreux sauvés de la (...)

8À quelle époque 3M a-t-il été composé ? Les datations proposées s’échelonnent du premier siècle avant au premier siècle après. Un terminus post quem semble acquis pour l’état actuel du texte : certaines particularités en rendraient la fixation impossible avant l’an 100 av. J.-C.16. Les rapports de 3M avec d’autres écrits judéo-grecs (2M, Esther grec, Lettre d’Aristée) invitent également à reculer la rédaction d’au moins un siècle par rapport au règne de Philopator17. On s’accorde enfin sur un terminus ante quem à 70 apr. J.-C. (destruction du Temple).

  • 18 I. Abrahams, « The Third Book of the Maccabees », The Jewish Quarterly Review, 9, 1, 1896, pp. 39-5 (...)
  • 19 H. Willrich, « Der historische Kern des III. Makkabäerbuches », Hermes, 39, 1904, pp. 244-258 ; J. (...)
  • 20 F. Parente, « The Third Book of Maccabees as Ideological Document and Historical Source », Henoch, (...)
  • 21 S. R. Johnson, Historical Fictions and Hellenistic Jewish Identity : Third Maccabees in its Cultura (...)

9La valeur historique des différents épisodes mis en scène par l’auteur a été très diversement appréciée. Le cadre général des événements (Philopator, Arsinoé, Antiochos III et la bataille de Raphia), en grande partie corroboré par Polybe, ne pose pas réellement de problème. Il n’en va pas de même de la situation conflictuelle décrite par 3M. Certains y voient l’écho de mesures prises par Philopator (A)18. D’autres pensent que 3M illustre une crise survenue au lendemain de l’annexion romaine, dans les années vingt av. J.-C. (B), ou une soixantaine d’années plus tard, sous le règne de Gaius Caligula (C)19. D’autres encore militent pour une rédaction en plusieurs temps achevée à l’époque romaine et faisant à la fois référence à A et à B20. Dernièrement, Sara R. Johnson a proposé de dater ce texte autour de l’an 100 av. notre ère21.

  • 22 Flavius Josèphe, Contre Apion, II, §§ 53-55.
  • 23 Voir supra, n. 10.

10L’un des points fréquemment discutés concerne l’épisode des éléphants enivrés, dont une variante se lit dans le Contre Apion22. F. Josèphe nous ramène au règne de Ptolémée VIII Physcon (c. 145-116) et précise que l’anniversaire de ce jour de délivrance était toujours fêté par les Juifs d’Alexandrie au ier siècle de notre ère. Qui transmet la bonne version ? F. Josèphe ou 3M ? Aucune réponse satisfaisante ne semble pouvoir être apportée à cette question. En effet, les deux variantes dont nous disposons dépendent probablement d’un archétype commun (une légende-cadre étiologique expliquant l’origine d’une fête de délivrance) dont la reconstitution ne peut être qu’hasardeuse. Ce cas de figure, on l’a vu, a également été envisagé pour l’épisode de la visite de Philopator au Temple de Jérusalem23.

  • 24 V. Tcherikover, « The Third Book of the Maccabees as a Historical Source of Augustus’ Time », Scrip (...)
  • 25 Sur cette question, voir l’excellente étude de D. Rathbone, « Egypt, Augustus and Roman Taxation »,(...)

11Autre dossier sensible, celui de la λαογραϕία (3M 2, 28), littéralement « enregistrement du peuple ». À la suite de Victor Tcherikover24, beaucoup ont reconnu dans ce terme l’impôt par tête (tributum capitis) introduit en Égypte peu après 30 av. notre ère, auquel étaient astreints tous les hommes âgés de 14 à 62 (ou 65) ans, à l’exception des citoyens. L’actualisation des registres fiscaux impliquait de recenser le peuple assujetti à l’impôt tous les quatorze ans au moins25. Les Juifs, soudainement ravalés au rang des indigènes par les autorités romaines, se seraient vu imposer les mêmes charges que les Égyptiens de souche, et 3M exprimerait leur amertume.

  • 26 O. Bodl. II 407 (23 av. J.-C.), 1 ; O. Stras. 38 (22/21 av.), 2-3 ; O. Ashm. Shelton 6 (21/20 av.), (...)
  • 27 P. Tebt. 103, 1-2 ; P. Tebt. 121 r°, iv, 60-61 ; P. Tebt. 189 r°, 1-2.
  • 28 Je me base sur les données fournies par D. Rathbone [art. cit. n. 25], p. 87 et 91. La σύνταξις, qu (...)
  • 29 D. Rathbone [art. cit. n. 25], p. 96.

12Le terme λαογραϕία, qui désigne bien le tributum capitis dès les années vingt av. J.-C. (ostraca de Thèbes26), n’est cependant pas inconnu de l’administration des derniers Lagides : trois papyrus de Tebtunis27 (première moitié du ier siècle av. J.-C.) utilisent λαογραϕία au sens propre, pour désigner une « liste de personnes » assujetties à la σύνταξις, une taxe dont la nature précise reste encore mal définie. Dominic Rathbone propose de voir dans la σύνταξις de Tebtunis un impôt annuel, impôt dont le montant semble avoir été environ huit à dix fois moindre que celui de la λαογραϕία romaine28. Je retiens de son étude trois idées importantes : a) les impôts directs perçus annuellement par les Ptolémées (comme la σύνταξις ou la taxe sur le sel) représentaient une charge beaucoup plus légère que le tributum capitis ; b) aucun d’entre eux n’était désigné par le terme λαογραϕία ; c) en revanche, un enregistrement annuel des populations, appelé λαογραϕία (cf. papyrus de Tebtunis) était apparemment en vigueur à l’époque ptolémaïque. Cette λαογραϕία, qui constituait l’un des outils de contrôle de l’administration fiscale des Lagides, semble avoir facilité la tâche des gestionnaires romains chargés d’introduire le tributum capitis. Il leur a en effet suffi, comme l’imagine judicieusement D. Rathbone29, d’adapter cet ancien système à leurs besoins propres, d’où le terme λαογραϕία appliqué au nouvel impôt.

  • 30 V. Tcherikover, 1961 [art. cit. n. 24], p. 13 : « This poll-taw was a mark of degradation and ensla (...)

13En somme, si en 3M 2, 28 λαογραϕία désignait explicitement un impôt, comme sur les papyrus de Tebtunis, il serait légitime d’y voir une référence (volontaire ou non) au nouveau système romain de capitation. Est-ce vraiment le cas ? En 2, 28, et surtout en 4, 14 (cité supra), le recensement est associé à la « condition servile » et à un « service accablant de travaux ». Il s’agirait selon V. Tcherikover30 d’une allusion au statut dégradant qu’impliquait l’assujettissement au tributum capitis. Si l’on relit l’ensemble du décret attribué à Philopator, on constate cependant que les mesures prises à l’encontre des Juifs excèdent de beaucoup une simple rétrogradation au statut de contribuables ordinaires. J’en veux pour preuve le χαράσσεσθαι διὰ πυρός, décrété en 3M 2, 29, qui renvoie au marquage des esclaves récalcitrants ou à celui des prisonniers de guerre. Arrêtons-nous quelques instants sur cette singularité, avant de revenir sur le problème de la datation en conclusion.

  • 31 Voir à ce sujet C. P. Jones, « Stigma : Tattooing and Branding in Graeco-Roman Antiquity », The Jou (...)
  • 32 Comparer P. Harris I, 77, 5-6 et la scène de marquage sculptée en bas-relief à l’extérieur du templ (...)
  • 33 D. Arnaud, « Un document juridique concernant les oblats », Revue d’Assyriologie et d’Archéologie O (...)
  • 34 L. Renaut [op. cit. n. 1], pp. 336-343.
  • 35 Pour l’époque romaine, voir Y. Rivière, Le cachot et les fers. Détention et coercition à Rome, Pari (...)
  • 36 Aristophane, Les Oiseaux, 760-761 (le fugitif tatoué, δραπέτης ἐστιγμένος) ; Lysistrata, 330-331 (l (...)
  • 37 Voir Théophane, Chronographie, anno mundi 6285 : en 791, Constantin VI « écrivit en puncture noire (...)
  • 38 Grégence, Les lois Himyarites, 5 (PG 86, 1, 583B-C).

14L’identification des êtres humains s’est rarement faite au moyen du fer rouge31. Pour reproduire un signe, un symbole et surtout des caractères d’écriture, le tatouage, plus net et plus précis, l’emporte sur la cautérisation (ou ferrade). Ramsès III s’en sert pour marquer « en son nom » les captifs qu’il transforme en esclaves32. À l’époque néo-babylonienne, les serviteurs donnés ou promis au temple d’Uruk sont tatoués sur la main par leur maître au nom et au symbole du temple (l’étoile d’Ištar)33. Des indices sur le tatouage servile pourraient même se trouver dans des documents remontant à l’époque paléo-babylonienne (xviiie-xviie s.)34. Les Juifs d’Éléphantine (ve s.) et de Samarie (ive s.) connaissaient également le procédé. On ne tatouait généralement que les esclaves « à risque », susceptibles de s’enfuir ou d’être détournés35, d’où l’idée de coercition fréquemment associée au marquage servile : le tatoué, le στιγματίας, est un esclave de mauvaise réputation que les comiques se plaisent à mettre en scène36. La stigmatisation pénale, lorsqu’elle n’impliquait pas la reproduction d’une inscription proprement dite37, pouvait aussi bien se faire au fer rouge, comme le prévoit un projet de code pénal destiné aux Himyarites : « après les avoir marqués au front de quelque signe ou sceau, avec un fer rougi au feu (σημείῳ τινὶ ἤγουν σϕραγῖδι σιδηρᾷ σϕραγῖσαντες πεπυραϰτωμένῃ ἐπὶ τοῦ μετώπου), relâchez-les en les livrant au public dans cet état, dévêtus »38. C’est l’alternative choisie par 3M. Pour imprimer une simple feuille de lierre, nul besoin d’aiguilles ou de lancettes : la ferrade est plus rapide et plus facile à mettre en œuvre.

  • 39 Dernièrement P. S. Alexander, « 3 Maccabees », Eerdmans Commentary on the Bible, éd. J. D. G. Dunn (...)
  • 40 Clément d’Alexandrie, Protreptique, 54.
  • 41 Fragment transmis conjointement par Théophile d’Antioche (IIe s. apr. J.-C., À Autolycus, II, 7) et (...)
  • 42 Voir F. Dunand, « Les associations dionysiaques au service du pouvoir lagide (IIIe s. av. J.-C.) »,(...)
  • 43 Callixène de Rhodes, apr. Athénée, Deipnosophistes, V, 197e-199a (voir P. Goukowsky, « Fêtes et fas (...)

15Contrairement à ce que certains ont pu penser39, le marquage à la feuille de lierre ne saurait être considéré comme un pré-requis à l’initiation dionysiaque proposée en 3M 2, 30. Si tel avait été le cas, cette mesure aurait seulement été appliquée aux Juifs acceptant de participer au culte officiel (3M 2, 30). En tant qu’emblème de Dionysos, la feuille de lierre renvoie surtout à la personne même du roi : « Ptolémée IV était appelé Dionysos (Πτολεμαῖος δὲ ὁ τέταρτος Διόνυσος ἐϰαλεῖτο) », nous assure Clément d’Alexandrie40. L’historien hellénistique Satyros41 reproduit de son côté une généalogie en grande partie mythique faisant remonter la dynastie lagide jusqu’à Dionysos, à partir de Ptolémée IV. Ce dernier ne fut évidemment ni le premier ni le dernier souverain lagide à avoir recruté Dionysos dans son service de communication42. Une cinquantaine d’années avant Philopator, Ptolémée Philadelphe fit défiler une grandiose procession dionysiaque dans le stade d’Alexandrie. Le lierre, qui est bien « l’emblème de Dionysos » (3M 2, 29), constituait le motif principal des ornements exhibés par ceux qui marchaient sous les couleurs du dieu43.

  • 44 Hérodote, Histoires, VII, 233. Les στίγματα βασιλήια infligés aux Thébains sont les duplicatas du n (...)
  • 45 La scène du temple de Médînet Habou (supra n. 32) montre des scribes à l’ouvrage, tandis que d’autr (...)

16En signalant l’appartenance à Dionysos, la marque au fer rouge de 3M 2, 29 renvoie sans ambiguïté au souverain lagide lui-même, auquel les Juifs sont désormais soumis, tels des captifs pris sur l’ennemi. Les Juifs de la chôra que Philopator projette finalement de déporter en masse sont d’ailleurs considérés comme des séditieux, des « ennemis traîtres et barbares » (3, 24). En somme, 3M met en scène un Ptolémée qui, comme Xerxès avant lui, marque ceux qui lui ont résisté de στίγματα βασιλήια44. Il est intéressant de noter qu’à l’époque ramesside le marquage des captifs allait de pair avec un enregistrement des personnes45. 3M 2, 30 réunit lui aussi marquage (χαράσσεσθαι) et catalogage (ϰαταχωρίσαι), un catalogage que l’on pourrait comparer à la note d’infamie portée sur les registres par le censeur romain : en cas de poursuite judiciaire, la privation de droits qu’elle impliquait exposait parfois aux mauvais traitements. C’est à certains égards le sort réservé aux Juifs, désormais soumis à un exécutif implacable dont les limitations antérieures ont été abrogées (ϰαταχωρίσαι εἰς τὴν τρoσυνεσταλμένην αὐθεντίαν).

  • 46 C. Préaux, L’économie royale des Lagides, Bruxelles, 1939, pp. 305-307. Voir C. Ord. Ptol. 22 et 25
  • 47 P. Hibeh 198 (vers 250-260 av. J.-C.), 85-96. Un jeu précis d’équivalences permet d’associer les «  (...)

17En somme, je vois dans le premier décret promulgué par Philopator davantage qu’une simple réduction au statut indigène : marqués à l’emblème de la dynastie comme prisonniers de guerre ou rebelles, les Juifs deviennent propriété personnelle du roi et doivent accomplir « un service accablant de travaux » (3M 4, 14). Les souverains Lagides, on le sait, contrôlaient le marché des esclaves remportés sur l’ennemi (taxation ou ventes publiques)46. La couronne se réservait également le droit d’asservir ses propres sujets pour dettes fiscales. La servitude forcée pouvait donc intervenir à titre de sanction pénale. Un dernier élément de comparaison nous est fourni par un papyrus du IIIe siècle av. notre ère. Il y est question de marins « portant la marque » (τὸν χαραϰτῆρα ἔχοντας) également appelés « marins du roi » (βασιλι [ϰοὶ] ναῦται). Lorsque ces derniers étaient interceptés par la police fluviale après avoir déserté leur équipage, les contrôleurs du Nil devaient impérativement les déférer aux autorités sous peine de devoir eux-même prendre leur place47. Ces galériens témoignent de l’existence d’une catégorie de forçats marqués appartenant en propre à la couronne. Or cette catégorie me semble précisément être celle à laquelle 3M veut faire allusion dans le premier décret.

18L’auteur de 3M, on l’a dit, pourrait dépendre de 2M. Parmi les mesures draconiennes prises par Antiochos IV Épiphane (174-164) pour forcer les Juifs à adopter les cultes hellénistiques chez les Juifs, l’une d’entre elles associe culte dynastique et culte dionysiaque :

Il n’était pas possible de célébrer le sabbat, ni de garder les fêtes des pères, ni simplement de confesser que l’on était Juif. Par une contrainte cruelle, [les Juifs] accomplissaient chaque mois un sacrifice, le jour de la naissance du roi, et, lorsque arrivaient les fêtes dionysiaques, ils étaient forcés de marcher en procession pour Dionysos en portant des lierres (ἠναγϰάζοντο ϰισσοὺς ἔχοντες πομπεύειν τῷ Διονύσῳ) (2M 6, 6-7).

19Sans ignorer le sens général de ce passage, l’auteur de 3M n’était-il pas à même de s’en inspirer ? Il lui suffisait d’imaginer derrière πομπεύειν τῷ Διονύσῳ un défilé de captifs menés en triomphe, et de compléter le tableau en se représentant les ϰισσοὺς ἔχοντες comme des Juifs marqués à la feuille de lierre. Cette conjecture, à supposer qu’on l’admette, n’a cependant pas d’incidence sur la signification de 3M 2, 29. Ce verset, je le répète, n’implique pas de lien de cause à effet entre la participation au culte de Dionysos et le marquage à la feuille de lierre.

c) Conclusion

  • 48 A. Paul, « Le Troisième livre des Maccabées », ANRW II, 20, 1, 1987, p. 314.
  • 49 J. Mélèze-Modrzejewski, 1991 [op. cit. n. 18], p. 124-125, qui fait allusion au décret fameux retro (...)
  • 50 F. Parente [art. cit. n. 20], p. 164.

20L’ordonnance que Philopator fait placarder sur la tour du palais ne saurait être considérée comme authentique. Elle n’est pas, comme le croit A. Paul, « la reprise, revue et corrigée par l’auteur de 3M, d’un document existant et, dans son état originaire, certainement contemporain de Ptolémée IV »48, ou la conséquence d’un malentendu, comme l’imaginait il y a quinze ans J. Mélèze-Modrzejewski : « Philopator a pris les Juifs pour une secte dionysiaque à laquelle il a voulu appliquer la réglementation prévue par son décret »49. Comme la suite va le montrer, il n’y a pas non plus lieu de suivre F. Parente qui voit dans la marque de Dionysos « le signe-même que Philopator portait »50.

  • 51 Voir K. Blouin [op. cit. n. 19], pp. 36-40 et 60-64.
  • 52 Philon d’Alexandrie, Legatio ad Gaium, 197-310 ; Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, II, 185, 194, 1 (...)
  • 53 Philon d’Alexandrie, Legatio ad Gaium, 132-138 ; Id., In Flaccum, 41-43.
  • 54 Antiochos IV pille le Temple en 169 av. J.-C. (1M 1, 20-24 ; 2M 5, 15-21) et le dédie à Zeus Olympi (...)
  • 55 Voir Philon d’Alexandrie, In Flaccum, 58-96 où ces sévices sont décrits par le menu.
  • 56 Ibid., 74-75.
  • 57 Ibid., 80.
  • 58 Ibid., 84.
  • 59 Philon précise ailleurs que les provocateurs et les séditieux sont habituellement « tatoués (στιζόμ (...)

21Le terme λαογραϕία apparaît dans un contexte qui ne permet pas de l’associer au domaine fiscal. La procédure d’enregistrement qu’il désigne s’apparente plutôt à une conscription de captifs réduits en esclavage. Doit-on pour autant faire remonter la rédaction de 3M à l’époque lagide ? L’auteur de 3M pourrait avoir été plus astucieux qu’on ne le pense. Le fait que le tributum capitis ait été en vigueur à son époque ne l’empêchait nullement d’employer λαογραϕία sous une acception différente. En lui donnant une signification hautement dramatique, il pouvait même espérer renforcer son message. En somme, rien n’empêche (mais rien ne prouve) que 3M ait été rédigé après l’annexion romaine de l’Égypte. Peut-on dès lors envisager de retarder notre texte jusqu’à la crise des années 38-41 apr. J.-C. ? Cette possibilité n’est pas à exclure. Je me contenterai de mentionner les arguments principaux qui fondent cette hypothèse, sans pousser plus loin l’analyse, car aucun d’entre eux ne me semble en mesure de l’établir positivement. a) Ni Philon (ca. 54) ni Flavius Josèphe (apr. 100) ne connaissent 3M. b) Aucun pogrom, aucune répression anti-juive susceptible d’avoir inspiré l’auteur de 3M n’est connue avant l’époque romaine. Les dédicaces royales des synagogues du iiie s. av. J.-C. suggèrent même des rapports assez sereins avec les autorités. c) La question de la citoyenneté, offerte aux Juifs qui acceptent de participer au culte officiel, mais refusée par la plupart (2, 30 ; 3, 21 et 23), était brûlante en 38-41, et pour partie liée à des questions fiscales51. d) La tentative de violation du Temple par Philopator pourrait faire écho à celle, fameuse, de Caligula en 39/40 de notre ère : l’empereur avait projetté d’installer sa statue dans le Temple de Jérusalem52. Lors du pogrom de 38, des effigies de Gaius avaient même été établies de force dans les synagogues d’Alexandrie53. La question de la violation du Temple par un souverain étranger n’est cependant pas nouvelle54. e) On peut se demander si l’imposition de la marque au fer rouge et les nombreuses scènes d’outrages de 3M ne répercutent pas certains sévices effectivemment mis en œuvre à l’époque romaine contre des opposants juifs, en particulier lors de la crise de 3855. Cette année-là, le préfet Flaccus fit arrêter 38 membres du Conseil juif (γερουσία), qu’il fit défiler dans les rues, enchaînés, jusqu’au théâtre. Devant la foule assemblée, on les déshabilla et on les fouetta cruellement56. Philon se scandalise d’un tel procédé, habituellement réservé « aux plus obscurs des Égyptiens [de souche] coupables des plus grands crimes », alors que les Juifs d’Alexandrie étaient habituellement « frappés avec les instruments réservés aux hommes libres et aux citoyens »57, à savoir les baguettes plates (σπάθαι). Flaccus organisa même des exécutions publiques dans le théâtre à l’occasion desquelles des condamnés furent crucifiés, après avoir été fouettés et torturés « par le fer et par le feu » (ϰαὶ πυρὶ ϰαὶ σιδήρῳ)58. La stigmatisation dégradante faisait peut-être partie des tortures auxquelles les condamnés étaient soumis59, et ce motif pourrait avoir retenu l’attention de l’auteur de 3M. Mais nous avons vu qu’une documentation plus ancienne offrait déjà un parallèle très éclairant au marquage collectif décrété par Philopator.

  • 60 J. R. C. Cousland, « Reversal, Recidivism and Reward in 3Maccabees : Structure and Purpose », Journ (...)

22Peut-on provisoirement écarter la question du contexte historique, et analyser 3M comme une œuvre littéraire ? Une telle approche a récemment permis à Robert C. Cousland d’éclairer le dispositif narratif de 3M – structuré autour d’une série de retournements de situation – et de retrouver, derrière les contradictions apparentes du texte, une visée d’ensemble cohérente, à savoir « promouvoir l’orthopraxie au sein de la communauté juive expatriée »60. À lire R. C. Cousland, on en vient presque à se demander si l’unité rédactionnelle de 3M ne devrait pas être défendue contre les scénarios d’élaboration en plusieurs étapes proposés par certains. Je crois en tous cas que l’hétérogénéité (toute relative) de la documentation exploitée par notre opuscule ne prouve nullement, comme on l’a souvent prétendu, qu’il ait été écrit à plusieurs mains, en plusieurs temps. On peut également se rallier aux conclusions d’ensemble de S. R. Johnson qui étudie 3M à côté d’autres écrits comme 2M, Aristée, Esther grec ou même Daniel : ajuster le passé aux nécessités présentes, réécrire l’histoire pour asseoir et façonner l’identité judéo-hellénistique, tel est bien le projet général de cette littérature.

  • 61 Voir ci-dessous, n. 90.

23En reprenant la figure maudite de Ptolémée Philopator – que les Grecs eux-mêmes tenaient en piètre estime61 – et en l’animant de sombres desseins à leur égard, 3M permettait aux Juifs d’Alexandrie d’exprimer leurs différends et leurs inquiétudes vis-à-vis des Grecs, tout en espérant une pacification à laquelle ils avaient intérêt. C’est d’ailleurs le sens général de l’histoire qui nous est contée, puisque le cruel Ptolémée est en définitive appelé à se repentir devant la puissance de Dieu et à restaurer les Juifs dans leurs biens et leur sécurité.

2. PHILOPATOR D’APRÈS L’ETYMOLOGICON MAGNUM

  • 62 P. Perdrizet [art. cit. n. 2], p. 238.
  • 63 Ibid., pp. 230-234.
  • 64 F. Dunand [art. cit. n. 42], pp. 85-103.
  • 65 Ce que fait encore dernièrement R. Turcan, qui cite la notice de l’Etymologicon magnum en tête du p (...)

24À en croire certains commentateurs, nous l’avons vu, l’emblème de Dionysos mentionné par 3M aurait été porté par Philopator lui-même, et ce dernier aurait voulu « l’imposer aux néophytes dont il croyait augmenter sa secte »62. Pour justifier cette interprétation, on insiste sur la dévotion particulière que Ptolémée Philopator aurait eue à l’égard de Dionysos63 – une dévotion qui n’était toutefois pas exceptionnelle pour un souverain lagide64 – et sur son goût prononcé pour les mystères. Enfin, sans la moindre prudence historique, on produit un texte extrêmement tardif dans lequel Philopator est dit avoir été lui-même tatoué d’une feuille de lierre65. Ce passage se lit dans l’Etymologicon magnum (c. xie siècle au plus tôt), qui donne s. v. γάλλος les précisions suivantes :

  1. Γάλλος : Ὁ ϕιλοπάτωρ Πτολεμαῖος διὰ τὸ ϕύλλοις ϰισσοῦ ϰατεστίχθαι, ὡς οἱ γάλλοι.

    • 66 T. Gaisford (éd.), Etymologicon magnum, Oxford, 1848 (repr. Amsterdam, 1994), col. 631 = f° 220, l. (...)

    Ἀεὶ γὰρ ταῖς Διονυσιαϰαῖς τελεταῖς ϰισσῷ ἐστεϕανοῦντο66.

  1. Galle : Philopator en fut un, pour avoir été tacheté de feuilles de lierre, comme les Galles.

  2. Car, lors des cérémonies dionysiaques, [les Galles] se couronnaient toujours de lierre.

  • 67 M.-F. Baslez, « Les Galles d’Anatolie : images et réalités », Res Antiquae, 1, 2004, pp. 233-245, i (...)
  • 68 Voir ibid., pp. 241-242 (gallare, γαλλάζειν, γαλλαῖος attestés dans des contextes cultuels indéterm (...)
  • 69 Strabon, Géographie, VII, 5, 4 : les Iapodes « sont tachetés comme les autres Illyriens et Thraces  (...)
  • 70 J. Tollius, Insignia itinerarii italici, quibus continentur antiquitates sacrae, Utrecht, 1696, p. (...)

25Cette notice, dans son état actuel, présente trois singularités. Premièrement, l’emploi de γάλλος à propos du culte de Dionysos. Cette acception n’est pas impossible en théorie – Galle désigne effectivement « un certain comportement rituel » qui peut aussi être celui de la « transe dionysiaque »67 – mais elle n’apparaît à ma connaissance nulle part ailleurs dans la documentation68. Deuxièmement, l’emploi de ϰαταστίζειν (tacheter, parsemer, bigarrer, maculer), rarement utilisé à propos du tatouage proprement dit69. Troisièmement, le lien de cause à effet que γάρ introduit entre les deux propositions a et b. S’il s’agit bien de tatouage, ce lien est incompréhensible : on ne voit pas comment la coutume de se couronner de lierre expliquerait que les Galles (et Philopator) aient été « tatoués » de lierre. Dans ses notes critiques, Thomas Gaisford signale deux corrections proposées jadis par le philologue et alchimiste allemand Jacob Tollius (1630-1696) afin d’harmoniser les deux propositions70. Une première solution consistait à remplacer ἐστεϕανοῦντο par ἐστίζοντο :

  1. Γάλλος : Ὁ ϕιλοπάτωρ Πτολεμαῖος διὰ τὸ ϕύλλοις ϰισσοῦ ϰατεστίχθαι, ὡς οἱ γάλλοι.

  2. Ἀεὶ γὰρ ταῖς Διονυσιαϰαῖς τελεταῖς ϰισσῷ ἐστίζοντο.

  1. Galle : Philopator en fut un, pour avoir été tacheté de feuilles de lierre, comme les Galles.

  2. Car, lors des cérémonies dionysiaques, [les Galles] se tatouaient toujours de lierre.

26Cette correction présente deux inconvénients majeurs. Elle suppose d’abord une grave erreur du copiste, qui aurait modifié profondément et l’orthographe et le nombre des lettres du verbe original. Elle rend enfin la proposition b pour le moins incohérente : l’action est censée se reproduire à chaque (ἀεί) cérémonie ou initiation, ce qui s’accorde mal avec une démarche aussi irréversible que le tatouage. La seconde solution, qui a la préférence de J. Tollius, me paraît aussi plus convaincante. Il s’agit cette fois de remplacer ϰατεστίχθαι par ϰατεστέϕθαι :

  1. Γάλλος : Ὁ ϕιλοπάτωρ Πτολεμαῖος διὰ τὸ ϕύλλοις ϰισσοῦ ϰατεστέϕθαι, ὡς οἱ γάλλοι.

  2. Ἀεὶ γὰρ ταῖς Διονυσιαϰαῖς τελεταῖς ϰισσῷ ἐστεϕανοῦντο.

  1. Galle : Philopator en fut un, pour avoir été couronné de feuilles de lierre, comme les Galles.

  2. Car, lors des cérémonies dionysiaques, [les Galles] se couronnaient toujours de lierre.

  • 71 Ibid., s. v. Εἰρεσιώνη (« branche d’olivier entourée de laine »), au f° 303, l. 29-30 : ἐρίοις ϰατα (...)
  • 72 Dans un ouvrage que nous n’avons pas pu localiser. Son célèbre lexique de l’Ancien Testament, qui r (...)
  • 73 Face au silence de l’apparat critique de Gaisford, il faut croire en effet que ϰατεστίχθαι est tran (...)

27Κατεστέϕθαι est l’infinitif parfait passif de ϰαταστέϕειν, dont le sens premier est « entourer, ceindre autour », et que la plupart des textes emploient au sens de « couronner ». Cet infinitif a l’avantage de présenter exactement le même nombre de caractères que ϰατεστίχθαι et d’avoir en commun avec lui 9 lettres sur 11. L’erreur du copiste porte donc seulement sur deux lettres. On doit d’ailleurs noter que l’Etymologicon magnum n’ignore pas le verbe ϰαταστέϕειν : on le trouve employé un peu plus loin à l’infinitif moyen71. Cette seconde conjecture de Tollius, que T. Gaisford qualifie lui-même de probabilis, aurait été adoptée par le philologue Johannes Friedrich Schleusner (fin xviiie – début xixe s.)72. Elle me paraît tout à fait recevable, et pourrait même améliorer l’intelligence du passage. Grâce à elle, chaque proposition sauvegarde sa logique propre, et toutes deux s’harmonisent au mieux autour de la conjonction γάρ. Il reste à souhaiter que l’édition critique des Etymologica byzantins, entreprise il y a maintenant trente ans, se poursuive73.

3. PLUTARQUE ET LES ἘΓΧΑΡΆΞΕΙΣ DE PHILOPATOR

  • 74 F. J. Dölger, Sphragis [op. cit. n. 2], pp. 42-43 : « Von Ptolemaios Philopator wissen wir, daß er (...)

28Un dernier passage concernant Philopator, extrait de Plutarque, a parfois été allégué en faveur du marquage dionysiaque74 :

  • 75 Plutarque, traité 4 (De adulatore = Les moyens de distinguer le flatteur d’avec l’ami), ch. 12 (= 5 (...)

[…] la louange qui accoutume aux vices comme aux vertus […] signa l’arrêt de mort de l’Égypte en appelant piété et dévotion (εὐσέβειαν ὀνομάζων ϰαὶ θεῶν λατρείαν) les mœurs efféminées de Ptolémée (τὴν Πτολεμαίου θηλύτητα), sa superstition (θεοληψία), ses hurlements (ὀλολυγμοί), les lacérations de krina et de tympana (ϰαὶ ϰρίνων ϰαὶ τυμπάνων ἐγχαράξεις)75.

  • 76 Lecture reprise par R. Turcan [op. cit. n. 3], p. 19.
  • 77 Athénée, Deipnosophistes, III, 114f.
  • 78 M. Halm-Tisserant, Réalités et imaginaire des supplices en Grèce ancienne (Association Guillaume Bu (...)
  • 79 Voir en part. Damascius, Vie du philosophe Isidore (apr. Photius, Bibliothèque, 242, 185) où, au co (...)
  • 80 Plutarque, Sur l’alimentation carnée, 1, 5 (= 995a) : l’homme est dépourvu de l’outillage naturel d (...)

29Les traducteurs de la CUF voient dans ϰαὶ ϰρίνων ϰαὶ τυμπάνων ἐγχαράξεις les « stridences des danses et des tambourins »76. L’acception figurée ἐγχάραξις = stridence n’est pourtant pas attestée. Ils considèrent en outre ϰρίνον, dont le sens premier est lis, comme une danse, en s’appuyant sur un fragment isolé transmis par Athénée77. Je crois que le terme ἐγχάραξις doit être pris pour ce qu’il est : un substantif dérivé du verbe ἐγχαράσσειν, entailler, graver, faire une incision, lacérer, scarifier (chez les médecins antiques). On ne peut admettre cependant « scarifications [en forme] de lis et de tambourins ». Un type de mutilation aussi nouveau et étrange n’aurait-il pas réclamé de Plutarque au moins quelques mots d’explication ? Il faut préférer s’orienter vers l’acception bien attestée de τύμπανον comme instrument de torture78. Le substantif dépend du verbe τύπτειν (frapper) et τυμπανίζειν (frapper/torturer), et peut désigner : a) l’instrument de percussion que l’on frappe ; b) le poteau sur lequel on frappe un condamné ; c) le bois noueux avec lequel on frappe une victime79. Cette dernière acception se trouve chez Plutarque lui-même80. Dans un autre passage du De adulatore, également consacré aux débordements moraux de Ptolémée Philopator, Plutarque exploite sciemment les polysémies respectives de τυμπανίζειν (jouer du tambourin, ou frapper, torturer) et de τελεῖν (initier, mais aussi achever ou exécuter un condamné) :

  • 81 Plutarque, De adulatore, ch. 17 (= 60a). Voir encore Plutarque, Frag. 178 (Sur l’âme) : « mourir (τ (...)

ὠμότητι δὲ χρωμένου ϰαὶ ὕβρει ϰαὶ τυμπανίζοντος ϰαὶ τελοῦντος οὐδεὶς ἐνέστη τῶν τοσούτων81.

Alors qu’il usait de cruauté et de violence, qu’il torturait et qu’il exécutait (ou : qu’il jouait du tambourin et qu’il initiait), personne parmi les gens [de son entourage] ne s’y opposa.

30Cet indice interne extrait du ch. 17 est très précieux : il autorise en effet à comprendre les τυμπάνων ἐγχαράξεις du ch. 12 comme des entailles et des blessures provoquées par des coups de τύμπανον.

  • 82 Sur une dizaine de mss, échelonnés du XIe au XIVe siècle, deux des plus anciens omettent cependant (...)
  • 83 Sur les outils à lacérer, cf. M. Halm-Tisserant [op. cit. n. 78], p. 37.
  • 84 César, Guerre des Gaules, VII, 73, 3 : « on appelle lis (lilium) » des pièges constitués d’un pieu (...)

31Que signifient cependant « les lis » (ϰρίνα) ? Les manuscrits anciens transmettent bien ϰαὶ ϰρίνων, et il n’y a aucune raison de rejeter ou de corriger cette lectio difficilior82. En même temps, on ne voit pas comment ces ϰρίνα pourraient être entendus au sens propre. Le contexte invite plutôt à y voir quelque objet tranchant susceptible de meurtrir la peau. La tige lisse, les pétales ou le pistil pourraient avoir motivé l’association du lis avec un instrument de torture. Je pense au grappin dont les crochets recourbés pouvaient facilement être comparés à la corolle de pétales pointus du lis. Cet instrument et d’autres objets apparentés servant à lacérer la peau ou même à traîner les condamnés à terre sont désignés en grec et en latin par des substantifs familiers entendus au sens figuré, comme ὄνυξ et uncus (ongle, griffe, d’où crochet, croc), ou encore ϰόραξ (litt. corbeau, par analogie avec le bec crochu)83. Les recherches que j’ai menées chez les auteurs grecs n’ont donné aucun résultat. L’acception figurée de lis se rencontre cependant en latin84.

  • 85 Plutarque, Cléomène, 36, 7.
  • 86 Anth. pal., VI, épigr. 51 (couteaux rouges de sang) ; Anth. pal., VI, épigr. 94 (fer à double tranc (...)
  • 87 Lucien de Samosate, La déesse syrienne, 50 : les ministres de la déesse « accomplissent des rites o (...)
  • 88 Lucien de Samosate, La mort de Pérégrinos, 17 : Pérégrinos, auprès du philosophe cynique Agathobule (...)
  • 89 Plutarque, De la superstition, 5 (167c) ; 12 (171a) ; 10 (170a).

32Cette lecture est confortée par la nature des reproches que Plutarque adresse à Philopator. Les vices « religieux » que le moraliste condamne nous orientent non vers le culte de Dionysos, mais vers celui de Cybèle. Ailleurs, dans la Vie de Cléomène85, Plutarque se moque de notre Ptolémée en le qualifiant de μητραγύρτης, un terme réservé aux mendiants itinérants de la Grande Mère, qui parcouraient les villes en quête de subsides, accompagnés de tambours et de flûtes. Ces μητραγύρται ou ces Galles avaient en outre la réputation d’être efféminés et de pousser des hurlements (ὀλολυγμοί – ὀλολυγαί – ὀλολύγματα), et Plutarque utilise ὀλολυγμοί dans notre passage. Autre trait caractéristique du culte métroaque, les automutilations : plusieurs épigrammes de l’Anthologie grecque mentionnent, à côté des tambourins, des cymbales et des costumes féminins, les instruments tranchants86. Coutelas et poignards n’étaient pas réservés à la castration : les Galles les utilisaient aussi pour se lacérer au cours de séances extatiques87. Et c’est bien, je crois, ce à quoi Plutarque fait allusion dans le De adulatore, en parlant de ϰαὶ ϰρίνων ϰαὶ τυμπάνων ἐγχαράξεις qui constituent une manifestation typique de δεισιδαιμονία88. La superstition apparaît d’ailleurs chez Plutarque comme l’une des passions les plus funestes : ceux qui la cultivent en viennent à se mutiler eux-mêmes ou à menacer la vie d’autrui89.

  • 90 Voir C. Préaux, « Polybe et Ptolémée Philopator », Chronique d’Égypte, 40, 1965, p. 367.
  • 91 Athénée, Deipnosophistes, VI, 246c.
  • 92 Strabon, Géographie, XVII, 796.

33En faisant de Philopator un modèle de dépravation, Plutarque poursuit une tradition déjà amorcée par Polybe qui avait consacré une cinquantaine de pages aujourd’hui perdues à dénoncer les vices de Ptolémée90. Un des courtisans de Philopator, un autre Ptolémée (originaire de Mégalopolis et fils d’Agesarchos) avait même écrit des Histoires sur Philopator où l’on pouvait lire plusieurs épisodes se rapportant aux beuveries célèbres du souverain91. Cette figure dépravée de Philopator est restée vive dans la mémoire des auteurs postérieurs : 3 Maccabées, on l’a vu, s’en est fait l’écho. Strabon, quant à lui, n’hésite pas à dater du règne de Ptolémée Philopator le début de la dégénérescence lagide92.

4. LES BROMIO SIGNATAE MYSTIDES DE DOXATO

  • 93 La plaque a disparu (ou reste à retrouver). Tous les éditeurs dépendent du relevé de L. Heuzey et H (...)
  • 94 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 1261-1272. W. Vollgraff imagine que notre épitaphe a été co (...)
  • 95 Odyssée, XXIV, 36-94, en part. 44-45 : on lave le « beau corps » (χρόα ϰαλόν) d’Achille dans l’eau (...)

34Les auteurs antiques sont parvenus à faire de Ptolémée Philopator une figure emblématique où la dévotion excessive rejoint la cruauté : cruauté envers soi-même (les ἐγχαράξεις chez Plutarque) et envers les autres (la ferrade infligée aux Juifs en 3M). Ce portrait à charge ne suffit cependant pas à établir l’existence d’un rituel de marquage pratiqué par les mystes ordinaires de Bacchus. Un document épigraphique a cependant semblé établir le fait de manière plus directe : un enfant trop tôt disparu y était déploré, et l’on assurait qu’il serait accueilli dans l’au-delà par des Bromio signatae mystides, une formule dans laquelle on croit reconnaître des « mystes marquées par Bacchus ». L’inscription, qui paraît dater du iiie s. apr. J.-C., provient de Doxato (Philippes) en Macédoine, et comptait 24 lignes. L’édition des 22 lignes restantes se heurte à toutes sortes de difficultés93. Je paraphrase le début avant de citer les derniers vers conservés : Le dédicant se compare (v. 1-2) à Hercule pleurant son jeune compagnon Hylas94 et fait également allusion (v. 3-4) aux funérailles du corps d’Achille95. Vénus n’a certes pas doté le défunt d’un aussi beau visage (que le héros homérique, s’entend), mais elle demeurait dans tous les replis de son cœur (v. 5-6). En sa poitrine régnait une sobria virtus, que n’amoindrissaient ni son jeune âge ni son origine (lire loco et non ioco) modeste (v. 7-8). Les douleurs du dédicant, aussi violentes soient-elles, n’arracheront pas le défunt à la mort, mais il est permis de pleurer un enfant (puer) (v. 9-10) [lacune d’une ligne et demie].

et reparatus item vivis in Elysiis.
Sic placitum est divis a [e] terna vivere for [m],
15 qui bene de supero [n] umine sit meritus.
Quae tibi castifico promisit munera cursu
olim iussa deo simplicitas facilis.
Nunc seu te Bromio signatae mystid [e] s a [d] se
florigero in prato congreg [em ] Satyrum
20 sive canistriferae poscunt sibi Naïd [e] s aequ [e],
qui ducibus taedis agmina festa trahas.
Sis quo [d] cumque, puer, quo te tua protulit aetas,
dummodo
……………………………………
………………………………………………

et toi, renouvelé à l’identique, tu vis aux Champs Élysées. Telle est la volonté des dieux : que vive sous une éternelle beauté celui qui se sera montré méritant auprès de la Puissance d’en-haut. Ce qui, au cours de ta chaste vie, t’a garanti ces récompenses, c’est une candeur naturelle de longue date conforme au dieu. Désormais, soit que les Bromio signatae mystides (te réclament) comme Satyre réuni à leur troupe dans la prairie fleurie, soit que les Naïades cistaphores te réclament également à leurs côtés, afin que tu mènes des cortèges de fêtes, torches en tête. Demeure quoi qu’il en soit, mon enfant, là où ton âge t’a porté, pourvu que …

H = éd. Heuzey ; M = éd. Haupt dans Mommsen ; B = Bücheler ; V = Vollgraff 14 a [l] terna H V, a [e] terna M B | 15 [l] umine H M, [n] umine B | 18 mystidis aise ( ?) H, mystides at se M, mystides ad se B (apparat crit.) mystides axe V | 19 congre [gat] in satyrum H, congre [gem uti] satyrum M, congregium Satyrum B (apparat crit.) | 20 Naïdis aequ [um] H, Naïdes aequ [e] M B, Naïdes aequ [ae] V.

  • 96 Voir à ce propos K. Zimmermann, « Tätowierte Thrakerinnen auf griechischen Vasenbildern », Jahrbuch (...)
  • 97 P. Perdrizet [art. cit. n. 2], p. 237.
  • 98 P. Perdrizet, Cultes et mythes du Pangée, Paris/Nancy, 1910, pp. 96-97.
  • 99 F. J. Dölger, Sphragis [op. cit. n. 2], p. 42.
  • 100 F. J. Dölger, « Zur Frage der religiösen Tätowierung im trakischen Dionysoskult : “Bromio signatae (...)
  • 101 F. J. Dölger, ibid., pp. 115-116.
  • 102 J. Ysebaert, Greek Baptismal Terminology. Its Origins and Early Development, Nijmegen, 1962, p. 189
  • 103 W. Vollgraff [art. cit. n. 93], pp. 363-367. Autres interprétations contestables : au v. 15, qu’on (...)

35Qui sont les Bromio signatae mystides (v. 18) ? Étant entendu que la région de Philippes est voisine de la Thrace, P. Perdrizet a le premier cru reconnaître dans l’épitaphe de Doxato une « persistance jusqu’à l’époque impériale du rite du tatouage dans le culte thrace de Bacchos ». Le défunt serait un jeune initié aux mystères de Dionysos, et les mystides des bacchantes tatouées comme le sont les femmes thraces décorant les vases grecs96 : « les signatae mystides qui accueilleront le Dionysiaste dans la prairie d’outre-tombe sont marquées du signe mystique, tatouées de l’image d’un chevreau ou d’un faon, sur la jambe ou sur le bras, car tel devait être le tatouage des bacchantes »97. Ailleurs, P. Perdrizet affirme que ce « signe mystique » en forme de chevreau ou de faon était un souvenir de l’ômophagie pratiquée par elles98. F. J. Dölger crut dans un premier temps, comme P. Perdrizet, que le défunt de notre inscription appartenait à une communauté dionysiaque exigeant de ses adeptes un tatouage religieux99. Mais, dans une publication postérieure restée malheureusement confidentielle100, F. J. Dölger nuancera considérablement son propos. Pour mieux débrouiller la question, il entreprend l’examen de plusieurs figurations de femmes thraces tatouées. F. J. Dölger appelle ménades les protagonistes de la mort d’Orphée représentées sur les vases grecs, un nom habituellement réservé aux bacchantes, bien que μαινάδες (furies) puisse tout aussi bien s’appliquer aux meurtrières déchaînées du poète mythique. Pour autant, il reconnaît que, parmi les tatouages portés par ces « ménades », aucun ne peut être compris « comme un véritable tatouage religieux au sens d’une consécration à un dieu »101. Cette dernière mise au point de F. J. Dölger ne convaincra pas J. Ysebaert qui croit possible que des initiés à Dionysos « aient marqué leur peau avec divers signes en l’honneur du dieu »102. W. Vollgraff entend lui aussi maintenir l’idée d’un marquage religieux, en proposant de restaurer la fin du vers 17 de la façon suivante : Bromio signatae mystid [e] s a [x] e = « les initiées marquées au signe du char dionysiaque ». Le char exprimerait, de la part des initiés, l’espoir de se voir un jour transporté au ciel par Dionysos. Ce symbole ne ferait que s’ajouter aux quatre autres marques corporelles bachiques connues (sic !) : la feuille de lierre, le lis, le chevreau (ou le faon, ou le cerf), et enfin l’échelle103. N’accablons pas W. Vollgraff : il a été en partie victime de ses prédécesseurs.

  • 104 Dionysos et Lycurgue, roi des Édoniens : Eschyle, Lycurgie (H. J. Mette, Die Fragmente der Tragödie (...)
  • 105 F. Frontisi-Ducroux, « Images du ménadisme féminin : les vases des “Lénéennes” », L’Association dio (...)
  • 106 Cléarque de Solos apr. Athénée, Deipnosophistes, XII, 524d-e.
  • 107 Phanoclès, Amours ou beaux garçons, fr. 1, 9-10 ; 23-27, éd. J. Defradas Les élégiaques grecs, Pari (...)
  • 108 Hérodote, Histoires, V, 6 : chez les Thraces, « être tatoué est jugé noble, tandis que le fait de n (...)
  • 109 Les Doubles dits (Δισσοὶ λόγοι, fin du Ve s. av. J.-C.), fr. 2, 23 : « Chez les Thraces, le tatouag (...)
  • 110 Dion Chrysostome, Discours 14 : Sur l’esclavage et la liberté, 19-20 : les femmes thraces « ont des (...)

36Les rapports (essentiellement littéraires) entretenus avec la Thrace par Dionysos et ses bacchantes, aussi nombreux soient-ils104, ne permettent pas de considérer les tatouages qui apparaissent sur les vases grecs comme une composante du culte de Bacchus. En effet, l’iconographie des vases nous donne deux informations importantes : d’une part, le tatouage n’y est pas l’apanage des meurtrières d’Orphée (il apparaît aussi sur d’autres femmes que les peintres ont souhaité caractériser comme Thraces), d’autre part, les meurtrières d’Orphée tatouées n’arborent jamais le costume traditionnel des bacchantes, représenté pourtant sur d’autres vases de la même époque105. Elles sont simplement vêtues d’une tunique grecque, à laquelle s’ajoute parfois un élément de costume censé rappeler leur origine barbare. De leur côté, les textes n’entendent nullement rattacher le tatouage des femmes thraces au culte de Dionysos. Cléarque de Solos et Phanoclès parlent d’une flétrissure punitive, conformément au rôle qu’avait le stigmate corporel chez les Grecs : les Thraces auraient ainsi été outragées par leurs ennemies scythes106 ou bien punies par les hommes pour avoir tué Orphée107. De façon beaucoup plus vraisemblable, Hérodote108, les Doubles dits109 et Dion Chrysostome110 attribuent au tatouage thrace une fonction décorative en lien avec le genre et la position sociale. Rien par conséquent qui permette de parler d’insigne cultuel ou de marque de consécration.

  • 111 F. J. Dölger [art. cit. n. 100], p. 116.
  • 112 Voir en part. Tertullien, Apologétique, 9, 10 : boire le sang tiré d’une cuisse ouverte « confirme  (...)
  • 113 R. O. Fink, Roman Military Records on Papyrus (Philological Monographs of the American Philological (...)

37F. J. Dölger a donc tout à fait raison de refuser d’expliquer le signatae de l’épitaphe de Doxato comme une marque corporelle : selon lui, il s’agirait seulement d’une locution exprimant le fait que les compagnes mythiques de Dionysos dont parle l’inscription ont été « consacrées (signatae) à Bacchus comme mystes »111. Parler ici de consécration me semble cependant excessif. Je préfère entendre signare sous l’acception dérivée de σϕραγίζειν = sceller, confirmer, telle qu’elle apparaît à plusieurs reprises dans l’œuvre de Tertullien112 et, à l’époque de notre inscription funéraire, sur des documents militaires où les expressions aestimatus ab, probatus ab, signatus ab (= confirmé, homologué par) sont équivalentes et n’impliquent pas de marquage corpore113.

  • 114 Sur cette vision d’un au-delà bachique, exprimée par d’autres documents, voir A.- F. Jaccottet [op.(...)
  • 115 J. Keil et P. Herrmann, Tituli Asiae Minoris, vol. 5 : Tituli Lydiae linguis graeca et latina consc (...)

38Tout cela m’incite à voir dans les Bromio signatae mystides des « mystes confirmées/homologuées par Bromius », c’est-à-dire des bacchantes défuntes méritantes que Dionysos a choisi d’agréger à ses fêtes d’outre-tombe114, à l’instar de ce Julien d’Ayazviran (Lydie), qui explique dans son épitaphe : « Bromios, avec les Moires, m’a choisi (εἵλατο), moi son comparse, afin de m’avoir comme compagnon-myste pour ses propres danses (συνμύστην εἵν’ἔχῃ με χορείαις ταῖς ἰδίαισιν) »115. Jusqu’à un certain point, cet emploi d’αἱρεῖν peut nous aider à contrôler le sens que revêt signare à Doxato. En aucun cas les Bromio signatae mystides n’ont été tatouées par le dieu. Dionysos peut se jouer de Penthée et lui faire perdre de la face. Mais il ne flétrit pas ses bien-aimées.

Notes

1 Voir L. Renaut, Marquage corporel et signation religieuse dans l’Antiquité, Thèse de doctorat sous la dir. d’A. Le Boulluec, Paris : École Pratique des Hautes Études, décembre 2004, pp. 405-661. À l’heure où l’on me lit, une version remaniée de ma thèse devrait avoir paru dans la collection des monographies du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance (Collège de France/CNRS).

2 Entre autres P. Perdrizet, « Le fragment de Satyros sur les dèmes d’Alexandrie Revue des Études Anciennes, 12, 1910, pp. 234-247 ; F. J. Dölger, Sphragis. Eine altchristliche Taufbezeichnung in ihren Beziehungen zur profanen und religiösen Kultur des Altertums, Paderborn, 1911, pp. 42-43 ; H. Jeanmaire, Le messianisme de Virgile, Paris, 1930, p. 142 ; H. Lillebjörn, Über religiöse Signierung in der Antike mit besonderer Berücksichtigung der Kreuzsignierung, Uppsala, 1933, p. 90 ; J. Tondriau, « Tatouage, lierre et syncrétismes », Aegyptus, rivista italiana di Egittologia e di Papirologia, 30, 1950, pp. 57-66 ; H. Jeanmaire, Dionysos. Histoire du culte de Bacchus, Paris, 1951, p. 451 ; G. W. H. Lampe, The Seal of the Spirit, Londres/New York/Toronto, 1951, p. 10 ; C. P. Jones, « Stigma : Tattooing and Branding in Graeco-Roman Antiquity », The Journal of Roman Studies, 77, 1987, p. 152 ; W. Burkert, Les cultes à mystères dans l’Antiquité (1987), trad. fr., Paris, 2003, p. 102 et n. 91 (p. 154) ; R. Turcan, Les cultes orientaux dans le monde romain, 2e éd., Paris, 1992, p. 297.

3 R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (Liber). Documentation littéraire, inscrite et figurée (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 27), Paris, 2003, pp. 18-19.

4 Éd. R. Hanhart, Maccabaeorum liber III (Septuaginta IX, fasc. 3), Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 1980, pp. 41-70. 3M ne parle pas de la famille de Judas Maccabée, mais, avec 4M – traité philosophique illustré d’exempla, Antioche ( ?), Ier s. de notre ère –, il constitue la « contrepartie diasporique des chroniques asmonéennes » 1M et 2M (J. Mélèze-Modrzejewski, « La diaspora face aux tyrans païens : Maccabées 3 et 4 dans la Septante », Le Monde de la Bible, 168, nov.-déc. 2005, pp. 37-40).

5 J. Mélèze-Modrzejewski, « Le Troisième Livre des Maccabées », dans La Bible Écrits intertestamentaires, 2, dir. A. Caquot et M. Philonenko (Bibliothèque de La Pléiade), Paris, Gallimard, et dans la collection de La Bible d’Alexandrie, Paris, Cerf (en préparation).

6 La bataille de Raphia, remportée par Philopator le 22 juin 217 av. J.-C. (Polybe, Histoires, V, 79-86).

7 Gouverneur lagide de la Coelé-Syrie (Polybe, V, 40, 1-3), il était passé dans le camp d’Antiochos III et avait effectivement tenté d’assassiner Philopator (Id., V, 81, 1-7).

8 3M se réfère très probablement à Dosithéos fils de Drimylos, mentionné dans les papyrus du IIIe siècle av. J.-C., qui occupait des fonctions importantes à la cour de Ptolémée III Évergète (246-221) et de Ptolémée IV. L’anecdote prêtée à ce personnage par 3M rappelle celle du Livre d’Esther où Mardochée, un Juif portier au palais du roi perse Assuérus, déjoue un complot ourdi contre le souverain par deux eunuques de ses collègues (Est 2, 21-23 ; Est grec 1m).

9 Chez Polybe (Histoires, V, 83, 3) ce sont Ptolémée, Arsinoé, Andromaque et Sosibios qui encouragent conjointement les soldats.

10 On relève ici un parallèle avec 2M où Héliodore, envoyé par Séleucos IV réquisitionner les richesses du Temple, tombe à terre, sans connaissance, après que les Juifs ont supplié leur dieu d’écarter l’opprobre (2M 3, 13-30). Selon certains, ce parallèle n’impliquerait cependant pas que 3M fasse ici le décalque de 2M (S. R. Johnson, Historical Fictions and Hellenistic Jewish Identity : Third Maccabees in its Cultural Context, Berkeley, University of California Press, 2004, p. 15, n. 27). D’autres canevas légendaires proches ont en effet été repérés au Proche-Orient, et l’un d’entre eux remonte à l’époque néo-babylonienne (N. Stokholm, « Zur überlieferung von Heliodor, Kuturnahhunte und anderen missglückten Tempelräubern », Studia Theologica : Scandinavian Journal of Theology, 22, 1968, pp. 1-28).

11 Le palais (αὐλή, comme chez Polybe) occupait une large zone à côté du quartier juif, au Nord-Est d’Alexandrie. Les βασίλεια que décrit Strabon (Géographie, XVII, ch. 1, §§ 8-9) comptaient plusieurs résidences royales, des ports privés, le complexe du Musée avec la bibliothèque, des temples et des espaces de réception. Voir P. M. Fraser, Ptolemaic Alexandria, 1, Oxford, 1972, pp. 22-23 et notes afférentes ; K. Ahmed, Les monuments civils d’Alexandrie à l’époque gréco-romaine, Thèse de doctorat sous la dir. de J.-Y. Empereur, Lyon, Université Lumière – Lyon II, 2003, 2e partie, ch. 7.

12 A. Kasher, « The Civic Status of the Jews in Ptolemaic Egypt », Ethnicity in Hellenistic Egypt, Aarhus University, 1992, pp. 101-102.

13 Notons qu’αὐθεντία est d’emploi plutôt tardif. Voir Pseudo-Hippolyte, Réfutation, VII, 28, 2 et 33, 2 (chez les gnostiques, αὐθεντία = souveraineté suprême exercée sur le cosmos) ; traité hermétique Poimandrès, 1, 2 (« Je suis Poimandrès, ὁ τῆς αὐθεντίας νοῦς »). Quand αὐθεντία désigne l’autorité suprême, Jean Chrysostome la qualifie parfois de « royale » (PG 49, 323 ; PG 54, 754) ou de « despotique » (PG 48, 788, 800, 804 ; PG 50, 643). Αὐθεντία = « potere assoluto, autorità » également chez A. passoni Dell’acqua, « Il terzo libro dei Maccabei. Introduzione, traduzione, note e bibliografia », Apocrifi dell’Antico Testamento, 3, dir. P. Sacchi, Brescia, 2000, pp. 571-664. Anna Passoni Dell’Acqua y voit le décret lui-même, et traduit τὴν προσυνεσταλμένην αὐθεντίαν par « la suddetta ordinanza ».

14 Bien attesté dans les papyrus dès le IIIe siècle, ce village était appelé Πτολεμαῒς Ὅρμου, « Ptolémaïs du Port » (auj. El-Lahun). Ptolémaïs donnait accès au réseau fluvial du Fayoum depuis le Bahr Youssef. On y faisait transiter d’importants tonnages de blé fiscal à destination d’Alexandrie. L’absence d’administration portuaire spécifique laisse penser que ce trafic était directement contrôlé depuis la capitale. Le lieu était donc stratégique : au IIIe siècle av. J.-C., une résidence servait au roi et à ses fonctionnaires lors de leurs déplacements. Voir D. Bonneau, « Ptolémaïs Hormou dans la documentation papyrologique », Chronique d’Égypte, 54, 1979, pp. 310-326. Les Juifs dont nous parle 3M s’apprêtent donc à rejoindre différentes localités du Fayoum, une région où leur présence est attestée dès le IIIe siècle av. J.-C. (voir aussi note suivante).

15 7, 20 διά τε γῆς ϰαὶ θαλάσσης ϰαὶ ποταμοῦ. La « mer » n’est autre que le Lac Mœris dans le Fayoum, comme l’a bien montré I. Abrahams, [art. cit. n. 18], pp. 50-52.

16 L’étude stylistique et lexicale de 3M reste à faire. On se réfère habituellement à E. J. Bickerman, « Makkabäerbücher (III.) », RealEnc. 27, 1928, col. 798 et à la manière dont ce dernier apprécie les formules liminaires des lettres attribuées à Philopator en 3M 3, 12 et 3M 7, 1 : Βασιλεὺς Πτολεμαῖος Φιλοπάτωρ τοῖς […] χαίρειν ϰαὶ ἐρρῶσθαι. L’expression χαίρειν ϰαὶ ἐρρῶσθαι n’est effectivement connue que par une ordonnance de 99 av. J.-C. (M.-T. Lenger, Corpus des ordonnances des Ptolémées, Bruxelles, 1964 [= C. Ord. Ptol.] n° 63, ailleurs χαίρειν seul ou ἔρρωσο seul). En revanche, les épithètes divines (du type Φιλοπάτωρ, Φιλομήτωρ, Εὐεργέτης, etc.) sont attestées dès 140 av. J.-C. (C. Ord. Ptol. 47 puis 51-52), et peut-être même dès le règne de Ptolémée IV (C. Ord. Ptol. 82 où les θεοὶ Φιλοπάτορες seraient Ptolémée IV et Arsinoé).

17 Pour 2M, voir supra n. 10. Dans sa prière (3M 6, 6), Éléazar évoque les trois Hébreux sauvés de la fournaise par le Seigneur « instillant de la rosée » (δροσίσας), un détail qui trahit l’utilisation de la version grecque de Daniel 3, 50 (πνεῦμα δρόσου). Les parallèles avec Esther sont nombreux : scénario général, lettres et décrets du roi, etc. Sur Aristée, voir M. Hadas, « Aristeas and III Maccabees », The Harvard Theological Review, 42, 1949, pp. 175-184. Contrairement à ce qu’affirme M. Hadas, Aristée et 3M militent tous deux pour une pacification des rapports avec le pouvoir.

18 I. Abrahams, « The Third Book of the Maccabees », The Jewish Quarterly Review, 9, 1, 1896, pp. 39-58 et 175-176 ; S. L. Wallace, « Census and Poll-Tax in Ptolemaic Egypt », The American Journal of Philology, 59, 1938, pp. 418-442 ; A. Kasher, The Jews in Hellenistic and Roman Egypt. The Struggle for Equal Rights (Texte und Studien zum Antiken Judentum, 7), Tübingen, 1985 ; Id., 1992 [op. cit. n. 12] ; J. Mélèze-Modrzejewski, Les Juifs d’Égypte. De Ramsès II à Hadrien, Paris, Errance, 1991, pp. 117-125 ; Id., 2005 [art. cit. n. 4].

19 H. Willrich, « Der historische Kern des III. Makkabäerbuches », Hermes, 39, 1904, pp. 244-258 ; J. J. Collins, Between Athens and Jerusalem : Jewish Identity in the Hellenistic Diaspora, Grand Rapids (Michigan), W. B. Eerdmans, 2000, pp. 121-131. La crise du premier siècle est reconstituée en détail par K. Blouin, Le conflit judéo-alexandrin de 38-41. L’identité juive à l’épreuve, Paris, L’Harmattan, 2005.

20 F. Parente, « The Third Book of Maccabees as Ideological Document and Historical Source », Henoch, 10, 1988, pp. 143-182 ; J. Tromp, « The Formation of the Third Book of Maccabees », Henoch, 17, 1995, pp. 311-328.

21 S. R. Johnson, Historical Fictions and Hellenistic Jewish Identity : Third Maccabees in its Cultural Context, Berkeley, University of California Press, 2004, pp. 129-143. Tous ses arguments ne sont cependant pas d’égale valeur.

22 Flavius Josèphe, Contre Apion, II, §§ 53-55.

23 Voir supra, n. 10.

24 V. Tcherikover, « The Third Book of the Maccabees as a Historical Source of Augustus’ Time », Scripta Hierosolymitana, 7, 1961, pp. 1-26 (précédemment paru en hébreu dans la revue Zion, 10, 1944, pp. 1-20).

25 Sur cette question, voir l’excellente étude de D. Rathbone, « Egypt, Augustus and Roman Taxation », Cahiers G. Glotz, 4, 1993, pp. 81-112.

26 O. Bodl. II 407 (23 av. J.-C.), 1 ; O. Stras. 38 (22/21 av.), 2-3 ; O. Ashm. Shelton 6 (21/20 av.), 3-4.

27 P. Tebt. 103, 1-2 ; P. Tebt. 121 r°, iv, 60-61 ; P. Tebt. 189 r°, 1-2.

28 Je me base sur les données fournies par D. Rathbone [art. cit. n. 25], p. 87 et 91. La σύνταξις, qui peut désigner ailleurs d’autres types de charges, n’est donc pas ici une « taxe occasionnelle », comme le prétend S. R. Johnson [op. cit. n. 21], p. 135 à la suite de V. Tcherikover, 1961 [art. cit. n. 24], p. 12.

29 D. Rathbone [art. cit. n. 25], p. 96.

30 V. Tcherikover, 1961 [art. cit. n. 24], p. 13 : « This poll-taw was a mark of degradation and enslavement ».

31 Voir à ce sujet C. P. Jones, « Stigma : Tattooing and Branding in Graeco-Roman Antiquity », The Journal of Roman Studies, 77, 1987, p. 139-155, qui a été le premier à combattre cette idée reçue.

32 Comparer P. Harris I, 77, 5-6 et la scène de marquage sculptée en bas-relief à l’extérieur du temple de Médînet Habou (panneau XV, voir The Epigraphic Survey of the Great Temple of Medinet Habu, vol. 1, Chicago, 1930, pl. 42). Avec Bernadette Menu, je pense que la scène de Médînet Habou représente l’application d’un tatouage, plutôt qu’un marquage au fer rouge (B. Menu, « Captifs de guerre et dépendance rurale dans l’Égypte du Nouvel Empire », La dépendance rurale dans l’Antiquité égyptienne et proche-orientale, Le Caire, 2004, p. 199).

33 D. Arnaud, « Un document juridique concernant les oblats », Revue d’Assyriologie et d’Archéologie Orientale, 67, 1973, pp. 147-156.

34 L. Renaut [op. cit. n. 1], pp. 336-343.

35 Pour l’époque romaine, voir Y. Rivière, Le cachot et les fers. Détention et coercition à Rome, Paris, 2004, pp. 279-308, largement préférable à W. M. Gustafson, « Inscripta in fronte : Penal Tattooing in Late Antiquity », Classical Antiquity (California Studies in Classical Antiquity), 16, 1997, pp. 79-105.

36 Aristophane, Les Oiseaux, 760-761 (le fugitif tatoué, δραπέτης ἐστιγμένος) ; Lysistrata, 330-331 (les deux classes de la domesticité athénienne : servantes et στιγματίαι) ; Diphile apr. Athénée, Deipnosophistes, VI, 225 a-b (un ἐστιγμένος tente de dissimuler son tatouage derrière ses cheveux) ; le célèbre Mime V d’Hérondas (en part. 27-28, 65-67, 77-79) ; toujours en Égypte, au IIIe s. av. J.-C., comme mesure pénale contre un esclave : « qu’il le fouette d’au moins cent coups et le tatoue au front (στίξατο τὸ μέτω [πον]) » (P. Lille 29, ii, 33-36).

37 Voir Théophane, Chronographie, anno mundi 6285 : en 791, Constantin VI « écrivit en puncture noire sur le visage (ἐπιγράψας τὰ πρόσωπα μέλανι ϰεντητῷ) [des rebelles d’Asie Mineure] : « traître de l’Arméniakon », et les dispersa en Sicile et dans d’autres îles ».

38 Grégence, Les lois Himyarites, 5 (PG 86, 1, 583B-C).

39 Dernièrement P. S. Alexander, « 3 Maccabees », Eerdmans Commentary on the Bible, éd. J. D. G. Dunn et J. W. Rogerson, Grand Rapids/Cambridge, Eerdmans, 2003, p. 870 (« that brand was surely meant as a sign of acceptance of the cult ») et N. Hacham, « 3 Maccabees : An Anti-Dionysian Polemic », Ancient Fiction : The Matrix of Early Christian and Jewish Narrative, Atlanta, Society of Biblical Literature, 2005, pp. 167-183, en part. p. 172. Cet essai, qui fait la part belle aux conjectures les plus improbables, ne convainc pas.

40 Clément d’Alexandrie, Protreptique, 54.

41 Fragment transmis conjointement par Théophile d’Antioche (IIe s. apr. J.-C., À Autolycus, II, 7) et P. Oxy. 2465 (IIe siècle apr. J.-C., The Oxyrhunchus Papyri, XXVII, 1962).

42 Voir F. Dunand, « Les associations dionysiaques au service du pouvoir lagide (IIIe s. av. J.-C.) », L’Association dionysiaque dans les sociétés anciennes, Rome, 1986, pp. 85-103.

43 Callixène de Rhodes, apr. Athénée, Deipnosophistes, V, 197e-199a (voir P. Goukowsky, « Fêtes et fastes des Lagides », Alexandrie au IIIe siècle av. J.-C. Tous les savoirs du monde ou le rêve d’universalité des Ptolémées, dir. de C. Jacob et F. de Polignac, Paris, Autrement, 1992, pp. 152-165).

44 Hérodote, Histoires, VII, 233. Les στίγματα βασιλήια infligés aux Thébains sont les duplicatas du nom royal (tatoués et non cautérisés). Voir aussi Quinte-Curce, Histoires, V, 5 : les hommes d’Alexandre retenus prisonniers par les Perses auraient été mutilés (amputations diverses) et cautérisés « avec les marques brûlantes de lettres barbares » (inustis Barbarorum litterarum notis).

45 La scène du temple de Médînet Habou (supra n. 32) montre des scribes à l’ouvrage, tandis que d’autres préposés marquent les captifs sur l’épaule.

46 C. Préaux, L’économie royale des Lagides, Bruxelles, 1939, pp. 305-307. Voir C. Ord. Ptol. 22 et 25.

47 P. Hibeh 198 (vers 250-260 av. J.-C.), 85-96. Un jeu précis d’équivalences permet d’associer les « marins portant la marque » aux « marins du roi », catégorie à laquelle appartient « celui qui a abandonné son bateau » (ὁ τὴ [ν να] ῦν λελο [ι] π [ώς]). La menace qui pèse sur les contrôleurs tient au caractère liturgique de leur charge. Voir le riche commentaire de M.-T. Lenger dans E. G. Turner, The Hibeh Papyri, part 2 (Graeco-Roman Memoirs, 32), Londres, Egypt Exploration Society, 1955, pp. 97-102.

48 A. Paul, « Le Troisième livre des Maccabées », ANRW II, 20, 1, 1987, p. 314.

49 J. Mélèze-Modrzejewski, 1991 [op. cit. n. 18], p. 124-125, qui fait allusion au décret fameux retrouvé au verso d’un prêt de blé daté de 215/214 av. notre ère (C. Ord. Ptol. 29). Comme je le montrerai dans une note en préparation pour la revue Kernos, ce décret ne vise pas à harmoniser les différentes « théologies » dionysiaques, mais, plus prosaïquement, à établir l’inventaire des prêtrises et des différentes charges liées au culte officiel de Dionysos, pour en planifier la taxation.

50 F. Parente [art. cit. n. 20], p. 164.

51 Voir K. Blouin [op. cit. n. 19], pp. 36-40 et 60-64.

52 Philon d’Alexandrie, Legatio ad Gaium, 197-310 ; Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, II, 185, 194, 197, 202, 266 ; Id., Antiquités judaïques, XVIII, 257-309 ; Tacite, Histoires, V, 9, 2.

53 Philon d’Alexandrie, Legatio ad Gaium, 132-138 ; Id., In Flaccum, 41-43.

54 Antiochos IV pille le Temple en 169 av. J.-C. (1M 1, 20-24 ; 2M 5, 15-21) et le dédie à Zeus Olympien (2M 6, 1-2). Pompée pénètre dans le Saint des Saints en 63 av. J.-C. (Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, I, 150-154 ; Id., Antiquités judaïques, XIV, 71-74) ; Crassus pille le trésor du Temple en 54 av. J.-C. (Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, I, 179 ; Id., Antiquités judaïques, XIV, 105-109).

55 Voir Philon d’Alexandrie, In Flaccum, 58-96 où ces sévices sont décrits par le menu.

56 Ibid., 74-75.

57 Ibid., 80.

58 Ibid., 84.

59 Philon précise ailleurs que les provocateurs et les séditieux sont habituellement « tatoués (στιζόμενοι), fouettés et amputés » avant leur exécution (De somniis, II, 84).

60 J. R. C. Cousland, « Reversal, Recidivism and Reward in 3Maccabees : Structure and Purpose », Journal for the Study of Judaism, 34, 2003, pp. 39-51. Du même, moins abouti et moins convaincant : « Dionysus theomachos ? Echoes of the Bacchae in 3Maccabees », Biblica, 82, 2001, pp. 539-548. Avec J. R. C. Cousland, il faut rejeter l’hypothèse artificielle de D. S. Williams, « 3Maccabees : A Defense of Diaspora Judaism ? », Journal for the Study of the Pseudepigrapha, 13, 1995, pp. 17-29, qui veut faire de 3M une apologie du judaïsme de la Diaspora adressée aux Juifs de Palestine autour de 100 av. notre ère.

61 Voir ci-dessous, n. 90.

62 P. Perdrizet [art. cit. n. 2], p. 238.

63 Ibid., pp. 230-234.

64 F. Dunand [art. cit. n. 42], pp. 85-103.

65 Ce que fait encore dernièrement R. Turcan, qui cite la notice de l’Etymologicon magnum en tête du paragraphe qu’il consacre au « tatouage » bacchique (R. Turcan [op. cit. n. 3], p. 18) – une notice qui lui permet d’affirmer, dans son introduction (p. viii), que Ptolémée Philopator « portait comme marque de son appartenance à un thiase le tatouage à la feuille de lierre ».

66 T. Gaisford (éd.), Etymologicon magnum, Oxford, 1848 (repr. Amsterdam, 1994), col. 631 = f° 220, l. 19-21.

67 M.-F. Baslez, « Les Galles d’Anatolie : images et réalités », Res Antiquae, 1, 2004, pp. 233-245, ici pp. 242-243.

68 Voir ibid., pp. 241-242 (gallare, γαλλάζειν, γαλλαῖος attestés dans des contextes cultuels indéterminés, mais où interviennent vaticination, transe ou mélopées particulières). L’Etymologicon magnum donne d’ailleurs une deuxième entrée « métroaque » à Γάλλος, où se lisent les lieux communs habituels sur les disciples de Cybèle : ils font des orgies pour la Mère des dieux ; en se châtrant, ils changent leur nature d’homme, au point de n’être plus ni homme ni femme.

69 Strabon, Géographie, VII, 5, 4 : les Iapodes « sont tachetés comme les autres Illyriens et Thraces » (ϰατάστιϰτοι δ’ὁμοίως ϰαὶ τοῖς ἄλλοις Ἰλλυριοῖς ϰαὶ Θρᾳξί) ; Philon d’Alexandrie, De specialibus legibus, I, 58 à propos de marques corporelles comparées aux écritures (γράμματα) que l’on parsème (ϰαταστίζοντες) sur des certificats (ἐν χαρτιδίοις) ; Souda, s. v. Ἐπιμενίδης : longtemps après la mort du sage, « on retrouva sa peau tachetée de lettres » (τὸ δέρμα εὑρῆσθαι γράμμασι ϰατάστιϰτον) ; Irénée de Lyon, Contre les hérésies, I, 15, 4 : la figure symbolique de la Vérité imaginée par le gnostique Marc est décrite comme une « idole tachetée des lettres de l’alphabet » (εἴδωλον… τοῖς τοῦ ἀλϕαβήτου γράμμασιν ϰατεστιγμένην). Voir aussi Souda, s. v. ϰατεστιγμένον = πεποιϰιλμένον (chamarré, bigarré, bariolé). Attesté au sens de ponctuer (Basile de Césarée, Lettre, 333) ou accentuer un texte (Hérodien, Traité d’accentuation générale, fin du prologue). Qualifie les animaux bigarrés dans les traités de zoologie. Chez les Pères de l’Église, évoque les ulcères de la lèpre et, par extension, les souillures du péché (G. W. H. Lampe, A Patristic Greek Lexicon, Oxford, 1961, s. v. ϰαταστίζω, p. 721).

70 J. Tollius, Insignia itinerarii italici, quibus continentur antiquitates sacrae, Utrecht, 1696, p. 20, qui se demande si le passage de l’Etymologicon « est bien conservé, et s’il ne faut pas plutôt y lire ϰατεστέϕθαι, […] puisqu’à la suite on a : Ἀεὶ γὰρ ταῖς Διoνυσιαϰαῖς τελεταῖς ϰισσῷ ἐστεϕανοῦντο. Il faudrait par conséquent, pour que cette explication ait un sens, corriger ἐστεϕανοῦντο en ἐστίζοντο. Mais il est clair, d’après de nombreux auteurs, que les bacchantes et les bacchants ont l’habitude de se couronner dans les fêtes de Dionysos – rien n’est en effet plus courant ».

71 Ibid., s. v. Εἰρεσιώνη (« branche d’olivier entourée de laine »), au f° 303, l. 29-30 : ἐρίοις ϰαταστέϕεσθαι (« s’entourer de laine »).

72 Dans un ouvrage que nous n’avons pas pu localiser. Son célèbre lexique de l’Ancien Testament, qui recouvre les apocryphes deutérocanoniques, ne comporte aucune remarque de ce type.

73 Face au silence de l’apparat critique de Gaisford, il faut croire en effet que ϰατεστίχθαι est transmis par les trois mss principaux, P (Codex Parisiensis n° 2654, A. D. 1273), M (Bibliothèque de S. Marco à Venise n° 530, fin XIIIe s.) et V (un codex que posséda Isaac Vossius, auj. à la Bibliothèque de Leyde, fin XIIIe s.). Voir Etymologicum magnum genuinum/Symeonis Etymologicum/Etymologicum Magnum Auctum, éd. F. Lasserre et N. Livadaras, vol. 1 (α – ἀμωσγέπως), Rome, 1976 ; vol. 2 (ἀνά – βώτορες), Athènes, 1992. S’il paraît un jour, le prochain volume de cette édition synoptique monumentale, qui accorde le premier rang à l’Etymologicon magnum, comportera l’entrée γάλλος.

74 F. J. Dölger, Sphragis [op. cit. n. 2], pp. 42-43 : « Von Ptolemaios Philopator wissen wir, daß er ein Stigma in der Form eines Tympanons (= Efeublatt) trug » (sic !).

75 Plutarque, traité 4 (De adulatore = Les moyens de distinguer le flatteur d’avec l’ami), ch. 12 (= 56e), dans Œuvres morales, t. 1, 2e part., éd. et trad. (modifiée) R. Klaerr, A. Philippon, J. Sirinelli, CUF, 1989, p. 101.

76 Lecture reprise par R. Turcan [op. cit. n. 3], p. 19.

77 Athénée, Deipnosophistes, III, 114f.

78 M. Halm-Tisserant, Réalités et imaginaire des supplices en Grèce ancienne (Association Guillaume Budé, Collection d’Études Anciennes, série grecque, n° 125), Paris, 1998, pp. 122-123 ; pp. 158-162 ; pp. 184-185 et passim.

79 Voir en part. Damascius, Vie du philosophe Isidore (apr. Photius, Bibliothèque, 242, 185) où, au cours d’une séance de bastonnade, τύμπανον est utilisé conjointement à βαϰτηρία (bâton noueux).

80 Plutarque, Sur l’alimentation carnée, 1, 5 (= 995a) : l’homme est dépourvu de l’outillage naturel dont disposent les authentiques carnivores (bec crochu, griffes, crocs acérés, estomac et sucs digestifs capables de décomposer la chair crue). Il est incapable de faire périr sa nourriture « sans utiliser ni coutelas, ni tympanon, ni hache » (μὴ χρησάμενος ϰοπίδι μηδὲ τυμπάνῳ τινὶ μηδὲ πελέϰει).

81 Plutarque, De adulatore, ch. 17 (= 60a). Voir encore Plutarque, Frag. 178 (Sur l’âme) : « mourir (τελευτᾶν) et être initié (τελεῖσθαι) sont proches quant au mot et quant à l’effet ».

82 Sur une dizaine de mss, échelonnés du XIe au XIVe siècle, deux des plus anciens omettent cependant ϰαὶ ϰρίνων : G (Barberinianus gr. 182, XIe s.) et Y2 (Marcianus gr. 249, XIe–XIIe s.).

83 Sur les outils à lacérer, cf. M. Halm-Tisserant [op. cit. n. 78], p. 37.

84 César, Guerre des Gaules, VII, 73, 3 : « on appelle lis (lilium) » des pièges constitués d’un pieu taillé en pointe et fiché dans un trou, « ex similitudine floris » (i. e. pistil du lis dressé au milieu de sa corolle de pétales).

85 Plutarque, Cléomène, 36, 7.

86 Anth. pal., VI, épigr. 51 (couteaux rouges de sang) ; Anth. pal., VI, épigr. 94 (fer à double tranchant avec lequel le dédicant s’est émasculé).

87 Lucien de Samosate, La déesse syrienne, 50 : les ministres de la déesse « accomplissent des rites orgiastiques, se tailladent les avant-bras et, les uns les autres, se frappent sur le dos » ; Prudence, Le livre des couronnes, Hymne X, 1061-1065 : « Un fanatique tire un couteau contre ses muscles ; il apaise la Déesse Mère avec ses bras tailladés ; que le myste délire et tournoie est trouvé légitime ; la main qui rechigne à taillader est dite impie ; le ciel (ou le ciseau : jeu de mot sur caelum) récompense la cruauté des blessures ».

88 Lucien de Samosate, La mort de Pérégrinos, 17 : Pérégrinos, auprès du philosophe cynique Agathobule, s’était fait frapper les fesses (τὰς πυγὰς) avec une férule (νάρθηϰι) ; 28 : les ministres de Pérégrinos seront assurément « prêtres de fouets ou de cautères, ou de toute autre charlatanerie de ce genre » ; Id., La philosophie de Nigrinos, 27 : Nigrinos condamne ces philosophies qui exigent de leurs néophytes de pénibles épreuves, par exemple en les fouettant ou en leur raclant la peau au fer (μαστιγοῦντες... σιδήρῳ τὰς ἐπιϕανείας αὐτῶν ϰαταξύοντες).

89 Plutarque, De la superstition, 5 (167c) ; 12 (171a) ; 10 (170a).

90 Voir C. Préaux, « Polybe et Ptolémée Philopator », Chronique d’Égypte, 40, 1965, p. 367.

91 Athénée, Deipnosophistes, VI, 246c.

92 Strabon, Géographie, XVII, 796.

93 La plaque a disparu (ou reste à retrouver). Tous les éditeurs dépendent du relevé de L. Heuzey et H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine, Paris, 1876 [paru en fasc. avant 1868], pp. 128-129 ; M. Haupt dans T. Mommsen, CIL III, 1, 1873, p. 126, n° 686 ; F. Bücheler, Anthologia latina, II : Carmina latina epigraphica, fasc. 2, BT, 1897, n° 1233, pp. 577-579 ; W. Vollgraff, « Remarques sur une épitaphe latine de Philippes en Macédoine », Hommages à Joseph Bidez et à Franz Cumont (Collection Latomus, 2), Bruxelles, 1949, pp. 353-373 ; A.-F. Jaccottet, Choisir Dionysos. Les associations dionysiaques ou la face cachée du dionysisme, t. 2 : Documents, Zürich, Kilchberg, 2003, n° 29, pp. 65-68.

94 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 1261-1272. W. Vollgraff imagine que notre épitaphe a été commandée par un maître d’école accablé par la perte de son jeune élève et amant.

95 Odyssée, XXIV, 36-94, en part. 44-45 : on lave le « beau corps » (χρόα ϰαλόν) d’Achille dans l’eau tiède avant de l’oindre.

96 Voir à ce propos K. Zimmermann, « Tätowierte Thrakerinnen auf griechischen Vasenbildern », Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, 95, 1980, pp. 163-196.

97 P. Perdrizet [art. cit. n. 2], p. 237.

98 P. Perdrizet, Cultes et mythes du Pangée, Paris/Nancy, 1910, pp. 96-97.

99 F. J. Dölger, Sphragis [op. cit. n. 2], p. 42.

100 F. J. Dölger, « Zur Frage der religiösen Tätowierung im trakischen Dionysoskult : “Bromio signatae mystides ” in einer Grabinschrift des dritten Jahrhunderts n. Chr. », Antike und Christentum, 2, 1930, pp. 107-116.

101 F. J. Dölger, ibid., pp. 115-116.

102 J. Ysebaert, Greek Baptismal Terminology. Its Origins and Early Development, Nijmegen, 1962, p. 189.

103 W. Vollgraff [art. cit. n. 93], pp. 363-367. Autres interprétations contestables : au v. 15, qu’on lise supero lumine ou supero numine, Vollgraff est persuadé d’avoir affaire à Mithra ; au v. 16, castifico… cursu, qui désigne à n’en pas douter le cours d’une existence irréprochable, désignerait, d’après Vollgraff, « le taurobole, l’immolation du taureau suivie de l’aspersion par son sang, cérémonie par laquelle les adorateurs de Cybèle entendaient se sanctifier » (sic !).

104 Dionysos et Lycurgue, roi des Édoniens : Eschyle, Lycurgie (H. J. Mette, Die Fragmente der Tragödien des Aischylos, Berlin, 1959, fr. 69-100) ; Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 65, 6. Satres de Thrace et leur sanctuaire oraculaire de Dionysos : Hérodote, Histoires, VII, 111. Les bacchantes thraces meurtrières d’Orphée : Virgile, Géorgiques, IV, 520 ; Ovide, Métamorphoses, XI, 17 ; Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, I, 3, 2. Les bacchantes thraces : Horace, Odes, III, 25, 8-14 ; II, 19, 19-20 ; Plutarque, Vie d’Alexandre, 2, 7.

105 F. Frontisi-Ducroux, « Images du ménadisme féminin : les vases des “Lénéennes” », L’Association dionysiaque dans les sociétés anciennes. Actes de la table ronde organisée par l’École française de Rome (Rome 24-25 mai 1984) (Collection de l’École française de Rome, 89), Rome, 1986, pp. 165-176.

106 Cléarque de Solos apr. Athénée, Deipnosophistes, XII, 524d-e.

107 Phanoclès, Amours ou beaux garçons, fr. 1, 9-10 ; 23-27, éd. J. Defradas Les élégiaques grecs, Paris, 1962, pp. 103-104.

108 Hérodote, Histoires, V, 6 : chez les Thraces, « être tatoué est jugé noble, tandis que le fait de n’être pas tatoué est jugé vil » (τὸ μὲν ἐστίχθαι εὐγενὲς ϰέϰριται, τὸ δὲ ἄστιϰτον ἀγενές).

109 Les Doubles dits (Δισσοὶ λόγοι, fin du Ve s. av. J.-C.), fr. 2, 23 : « Chez les Thraces, le tatouage des jeunes filles est un ornement » (τοῖς δὲ Θραιξὶ ϰόσμος τὰς ϰόρας στίζεσθαι).

110 Dion Chrysostome, Discours 14 : Sur l’esclavage et la liberté, 19-20 : les femmes thraces « ont des tatouages d’autant plus nombreux et bigarrés qu’elles apparaissent nobles ou de meilleure extraction » (τοσούτῳ πλείονα ἐχούσας στίγματα ϰαὶ ποιϰιλώτερα ὅσῳ ἂν βελτίους ϰαὶ ἐϰ βελτιόνων δοϰῶσιν).

111 F. J. Dölger [art. cit. n. 100], p. 116.

112 Voir en part. Tertullien, Apologétique, 9, 10 : boire le sang tiré d’une cuisse ouverte « confirme » (signat) les entaillés de Bellone ; voir aussi Adversus Judaeos, 8, 5 et 12 et les occurrences de signaculum, consignare. Cette acception est déjà celle de σϕραγίς/σϕραγίζειν dans le Nouveau Testament, comme l’a bien montré M. Trimaille, « Sceau dans le Nouveau Testament », Supplément au Dictionnaire de la Bible, 12, Paris, 1996, col. 212-228.

113 R. O. Fink, Roman Military Records on Papyrus (Philological Monographs of the American Philological Association, 26), Princeton, 1971, p. 340 : préfets homologuant la remise d’un cheval à un cavalier (vers 250). Cette ratification n’implique aucune ferrade. Lorsque une marque d’éleveur existe, elle est simplement signalée dans la description du cheval par le verbe notare.

114 Sur cette vision d’un au-delà bachique, exprimée par d’autres documents, voir A.- F. Jaccottet [op. cit. n. 93], p. 67.

115 J. Keil et P. Herrmann, Tituli Asiae Minoris, vol. 5 : Tituli Lydiae linguis graeca et latina conscripti, fasc. 1 : Regio septentrionalis ad Orientem vergens, Vienne, 1981, p. 152, n° 477 (240-241 apr. J.-C.), l. 2-6 ; A.-F. Jaccottet [op. cit. n. 93], n° 112, pp. 202-203 (à qui j’emprunte ma traduction).

Auteur

Docteur EPHE, Paris

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540