Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Avez-vous vu les Érinyes ?

Varia

Sur l’extension de certains noms d’animaux en grec : les zoonymes pluriels

Arnaud Zucker

Résumé

Le type de catégories étudié est spécial et considéré généralement comme relevant de catégories de langue. Il s’agit des ensembles constitués par des espèces de statut biologique différent et taxinomiquement nettement distinctes — et néanmoins rangées ou réunies sous le même nom spécifique : ainsi en est-il par exemple du mot ὄνος qui dénomme l’âne, le cloporte et la merluche (poisson). Dans le cas des spécimens zoologiques, le procédé de transfert de nom apparaît très fréquemment et présente des constantes qui incitent à y voir plus qu’un accident : un processus structurant de la représentation du monde animal. Nous montrons que ce processus répond à des règles et que son usage fréquent est motivé par un réseau de correspondances à l’intérieur du monde animal, et que chacun de ces termes construit effectivement une catégorie zoologique unifiée et possédant, dans la représentation, une certaine consistance.

Texte intégral

Socrate : Il y a fort à parier, Étranger, que ces deux-là aient avec moi, je ne sais comment, quelque parenté (συγγένειάν τινα) ! En tout cas, à vous entendre, celui-là, avec la figure qu’il a, me ressemble (ὅμοιον) visiblement ; quant à celui-ci, il porte le même nom que moi, et, d’elle-même, cette appellation produit comme une communauté de famille (ἡ ϰλῆσις ὁμώνυμος οὖσα ϰαὶ ἡ πρόσρησις παρέχεταί τινα οἰϰειότητα). Il faut constamment et avec ardeur chercher par la discussion à reconnaître ceux qui nous sont apparentés (τούς γε συγγενεῖς).
(Platon, Politique, 257 d – 258 a)

  • 1 R. Fohalle, dans un article de 1930 (« Noms d’animaux et noms de plantes en grec ancien », Serta Le (...)
  • 2 Sur un survol du phénomène par lequel « le nom d’un animal [est] étendu à un autre », voir P. Louis (...)
  • 3 Nous ne nous intéressons pas à la formation lexicale, mais au transfert (lexicalement manifeste), e (...)

1L’intérêt pour la question du transfert lexical et la dérivation de noms d’animaux est relativement récent1. Les travaux sur ce sujet ont, jusqu’à présent, réfléchi à l’événement idéal de la première désignation plus qu’au régime courant de ces emplois secondaires ou à leur contexte. Ils ont visé à l’identification du sème responsable du déplacement métaphorique et abordé chaque nom d’animal à part, en traitant le transfert de nom comme un procédé accidentel et ponctuel2. L’a priori théorique qui sous tend ces études est que ce procédé est un banal phénomène linguistique, relevant de la polysémie, et qu’il est un mode de suppléance visant à pallier la pauvreté de la langue. Il semble au contraire qu’il faille envisager ces emprunts de façon globale, et ce partage de signifiants, dans le domaine zoologique, comme un régime typique du traitement symbolique et culturel des animaux. Nous voulons amorcer une réflexion sur les voies de transfert, comme exprimant un procédé régulier, intentionnel et qui, dans son ensemble, suit des voies particulières et reflète certains aspects de la représentation grecque. Comme il ne s’agit pas, selon nous, d’un cas simple de polysémie, nous appellerons ces noms des « zoonymes pluriels »3.

La formation lexicale du zoonyme pluriel

Le repérage des sèmes

  • 4 Op. cit., 1943.

2La première opération qui s’impose dans l’étude des noms transposés à d’autres animaux est le repérage des sèmes marquants qui ont servi de pivot à ce transfert. On se bornera à en rappeler succinctement les principales rubriques, à partir de l’étude approfondie de Strömberg sur les noms de poissons4. Il ne s’agit pas de spéculations modernes sur des sèmes probables puisque ces caractères sont explicitement désignés par les auteurs antiques comme les motivations du transfert (même si l’on ne peut pas certifier que ces sèmes soient effectivement les sèmes moteurs primitifs). Les aspects les plus marquants sont la couleur (ὄνος, ὀνίσϰος, σϰώψ, et ἀτταγεινός, ϰίγϰαλος, χελιδονίας), la taille (βοῦς, ἵππος, ϰριός, λέων), les vertus physiques (comme la rapidité : ἱέραξ, χελιδών), les propriétés alimentaires (comme l’insipidité : στρουθός, σπίνα, σπίγγος ; le mauvais goût : τράγος, ϰόραξ), les propriétés nocives (comme un pouvoir venimeux : σϰορπίος, ἰουλίς, δράϰων et σϰορπίς, σϰόρπαινα, σϰορπίνα).

3En étendant la recherche à l’ensemble des ichtyonymes qui ne sont pas originels, on peut identifier trois principales perspectives ou voies de transfert :

    • 5 Sont visées des propriétés notables comme une proéminence particulière de graisse, des lèvres marqu (...)

    la première concerne la morphologie (μῦς, μῦρος, λαγώς, σαύρα, δράϰων, δρ αϰαινίς, δράϰαινα, βάτραχος, ϰόρις), et s’appuie sur des ressemblances physiques particulières entre des parties anatomiques homologues5.

  1. la deuxième manifeste une attention à des caractères génériquement inhabituels comme la possession de poils pour un animal marin (le crabe poilu nommé ἄρϰτος), de voix pour un poisson (ϰίχλη, ϰόϰϰυξ, ϰάπρος), etc.

  2. la troisième éclaire des traits de comportement particuliers (la prédation – ou la dentition – : ϰύων, σϰύμνος, λύϰος, πάρδαλις, γλάνις, γαλέη, γαλεός, γαλεώτης, ἅρπη, ἅρπασος, ἀετός ; la peur de la lumière : νυϰτερίς ; le métachromatisme : ϰίχλη, ϰόσσυϕος ; le mode de déplacement : ϰάνθαρος, ϰανθαρίς, ϰόϰϰυξ, ϰίσσα, ϰολοιός ; le parasitisme : ϕθείρ).

4L’étude des cas montre qu’une bonne partie des transferts est susceptible d’être justifiée non seulement par une ressemblance physique, mais également par des traits qui n’ont de pertinence que dans le domaine zoologique : mode de déplacement, comportement, ressemblance de parties anatomiques homologues, etc. L’investissement métaphorique s’appuie originellement (ou s’enrichit diachroniquement) de plusieurs sèmes, éventuellement de registres différents.

La logique et le sens du transfert

  • 6 Ou plutôt les insectes et vers, réunis en anglais sous le vocable wug, mot forgé à partir des mots (...)
  • 7 Ne visant pas à une identification précise des espèces, nous nous contentons dans la plupart des ca (...)

5Si l’on rapporte chaque animal à sa forme de vie (poisson, oiseau, insecte6, quadrupède, mollusque) certaines constantes apparaissent également, de manière générale, dans l’orientation de ces transferts de nom. On constate en effet que le déplacement spécifique se fait sur fond d’analogie générique et met en rapport de façon non aléatoire certaines formes de vie les unes avec les autres. Le corpus aristotélicien (dans lequel les zoonymes pluriels représentent 10 % des noms d’animaux) permet de mettre en valeur certaines particularités du transfert. Voici la liste de ces noms7 :

  • 8 Sont distingués par les italiques deux zoonymes sans histoire ni frontière qui notent une couleur o (...)
  • 9 Ce nom désigne peut-être aussi un amphibien (d’après le texte des manuscrits HA, 540 a 31 : τρυγόνε (...)
  • 10 Les noms dérivés (voir note supra) n’ont pas été compris dans cette liste. Signalons ϰόραξ : le cor (...)

ἀετός : aigle/squale/aigle marin [oiseau]
αἴξ : chèvre/ vanneau ( ?)
ἀλώπηξ : renard/oreillard / requin
ἄρϰτος : ours / crustacé
ἀστερίας : squale/héron / faucon8
βατίς : raie (βάτος = raie mâle)/traquet [oiseau].
βάτραχος : grenouille/ baudroie.
βοῦς : bœuf (et buffle vel bœuf sauvage = β. ἄγριος)/ raie cornue
ἐχῖνος : oursin / hérisson
ἵππος : cheval/crabe trotteur / hippopotame
ἰχνεύμων : mangouste/ichneumon [insecte]
ϰάνθαρος : escarbot/brème de mer [poisson]
ϰάπρος : sanglier/sanglier [poisson]
ϰάραβος : langouste/cerf-volant (aussi ϰαράμβιος).
ϰίχλη : grive/labre [poisson]
ϰόϰϰυξ : coucou/coucou [poisson]
ϰόττυϕος : merle/merleau ou merlot [poisson].
ϰύων : chien/chien de mer [= squale]/ loutre
λύϰος : loup/araignée / choucas
μῦς : souris/gerboise/hermine/baleine / moule
οἶστρος : oestre/taon marin [arachnide marin]
ὄνος : âne/rhinocéros/merluche / cloporte
σαῦρος : lézard/saurel [poisson]
σϰορπίος : scorpion/scorpène [poisson]
τράγος : bouc/mendole/éponge.
τρυγών : tourterelle / pastenague9
ϕθείρ : pou / poisson-pou
χαλϰίς : chalcis [poisson]/agon [poisson]/lézard / chouette
χελιδών : hirondelle / exocet
ψύλλα : puce/lycose [araignée]10

  • 11 La « chèvre » (αἴξ) apparaît une fois dans une liste d’oiseaux (en HA, 593 a 23), mais le passage e (...)
  • 12 Ces relations privilégiées sont en partie seulement induites d’après la fréquence des déplacements (...)
  • 13 Strömberg (op. cit., 1943, pp. 98-25) recense dans la littérature grecque en général 54 ichtyonymes (...)

6De nombreux noms sont communs à des poissons et à des oiseaux ; d’autres, en nombre élevé également, communs aux quadrupèdes et aux poissons ; en revanche on ne relève qu’un terme douteux s’appliquant à la fois à un quadrupède et à un oiseau11. Il existe donc des communications prioritaires entre certaines classes, si l’on envisage les procédés sur une grande échelle et de manière globale12. Tandis que la terre et l’eau entretiennent une relation de gémellité analogique13 on note entre les animaux de l’air et les animaux de la terre un net clivage des ensembles onomastiques.

  • 14 Nous avons dans la littérature des témoins de cette priorité de la dénomination pour les espèces te (...)
  • 15 Voir Antoninus Liberalis, Métamorphoses, 22, 5 (βοῦς) ; Arist., HA, 557 a 23 (ὄνος), Théophraste, H (...)

7La communauté de nom a un sens historique et le transfert a une dimension à la fois hiérarchique et chronologique, qui, pour presque tous les noms, peut être établie avec certitude. Dans la majorité des cas où un terme désigne un mammifère, les autres dénominations sont secondes et secondaires14. Plus l’animal est fréquent dans la littérature et familier concrètement ou imaginairement, plus il est susceptible d’être utilisé comme souche pour la formation de nouvelles dénominations. Ainsi, le cercle rapproché des quadrupèdes familiers de l’homme fournit un réservoir de noms qui sont affectés à un autre animal : le bœuf, l’âne, le cheval, le chien, le singe, le loup, etc.15 La richesse sémique du nom et la profondeur de la relation que l’homme entretient avec les représentants concrets des espèces en question dispose ces animaux à en parrainer d’autres dont ils règlent et favorisent l’insertion et l’identification dans le bestiaire.

  • 16 Employé au sens large non taxinomique de groupe naturel.
  • 17 Voir Élien, NA, 13, 26 et 12, 27. Aristote, comme Galien, use plutôt de la locution ὁ ϰαλούμενος ou (...)

8Cette duplication individuelle et cet essaimage catégoriel se déroule en outre en rapport avec l’importance des distinctions (de valeurs ou de variétés zoologiques) opérées à l’intérieur d’un même genre16 : le nom passe généralement du sémantème le plus riche au plus pauvre (du bœuf à la raie cornue et du scorpion à la scorpène). De plus, pour distinguer deux espèces de même nom et de biotope différent, la langue recourt à des déterminatifs (généralement des adjectifs comme ἔνυδρος en face de χερσαῖος) ; or l’adjectif discriminant, sauf lorsqu’il y a risque d’ambiguïté, ne porte que sur le zoonyme dans son emploi secondaire : la cigale est seulement une τέττιξ alors que la cigale de mer (un crustacé) est une τέττιξ ἐνάλιος, le singe un πίθηϰος alors que le poisson du même nom est un πίθηϰος θαλάττιος, etc.17

La colonisation lexicale de la mer

  • 18 Nul doute qu’il s’agit d’une construction répandue et populaire. « Il y a dans la mer, écrivait Jea (...)
  • 19 Plutarque, 959 B – 985 C : πότερα τῶν ζῴων ϕρονιμώτερα τὰ χερσαῖα ἢ τὰ ἔνυδρα (voir aussi ibid. 667 (...)
  • 20 Oppien, Halieutiques, V, 21-34.

9Le déplacement de noms de quadrupèdes terrestres à des poissons apparaît comme une véritable construction en miroir18. Cette dualité écologique est exploitée par Plutarque qui, dans son parallèle entre les animaux de la terre et de la mer, traite ces deux biotopes comme des ensembles complets et des systèmes symétriques de significations19. De façon plus spectaculaire encore, Oppien reprend une liste de zoonymes qui désignent des animaux terrestres et aquatiques, et souligne combien, en sauvagerie, les seconds l’emportent sur les premiers : « Tous les monstres énormes (ϰήτεα πέλωρα) qui sont nourris dans les demeures de Poséidon et qu’enfante la mer ne le cèdent pas, je l’affirme, aux terribles nourrissons de la terre – ce sont les féroces terreurs de la mer qui l’emportent sur eux, en puissance comme en taille. Il y a sur terre une espèce de tortue (χελώνη), qui est sans force et inoffensive – mais nul ne s’opposera impunément dans les flots à la tortue marine ; il y a sur la terre ferme des chiens féroces (ϰύνες) – mais nul ne saurait rivaliser en impudence avec les chiens de la mer. La morsure des léopards terrestres (πορδάλιες) est terrible – mais plus funeste celle des léopards marins. Des hyènes (ὕαιναι) marchent sur la terre – mais celles qui sont au milieu des vagues sont plus effroyables ; les béliers (ϰριοί) des bergers sont des bêtes paisibles mais celui qui s’approcherait des béliers de mer ne ferait pas une rencontre agréable »20.

  • 21 Oppien cite un peu plus loin d’autres noms de squales : le bœuf — scil. sauvage — (βοῦς), le lion ( (...)
  • 22 Voir Élien, NA, 14, 24 : οἷσπερ οὖν συμϕυὴς ἡ τόλμα.
  • 23 Oppien, Halieutiques, I, 273 sq. ; Élien, NA, 14, 24. Voir Strömberg, op. cit., 1943, p. 104 sq.

10Dans ce passage, l’auteur met l’accent sur une sorte de motivation collective qui a guidé le déplacement lexical des noms de quadrupèdes aux monstres marins (ϰήτη). Au-delà des sèmes particuliers qui ont guidé les désignations particulières, on ne peut manquer d’être frappé par la constance avec laquelle les squales sont nommés et vus à partir des (vel : à travers les) quadrupèdes21. Outre la taille, qui a dû avoir une importance dans la mise en relation des deux groupes, le sème carnivore ou agressif semble jouer un rôle capital dans ces déplacements. Ce trait est d’ailleurs maintes fois souligné par les auteurs, et les squales, dont l’agressivité est un caractère « naturel »22 sont ordinairement appelés « chiens de mer » (θαλάττιοι ϰύνες)23 ou γαλέοι, nom indiscutablement lié à celui de la belette (γαλῆ).

  • 24 Voir Sophiste, 220 a 9. Platon inclut les poissons et les oiseaux dans la classe commune des νευστι (...)
  • 25 PA, 644 a 12-14.
  • 26 Voir e. g. Philon, de opificio mundi, 63, 11 : « et dès le début, il a fait des espèces des oiseaux (...)
  • 27 Le mot πτερύγιον qui désigne généralement les nageoires peut, à l’occasion, désigner les ailes des (...)

11La transposition de noms d’oiseaux à des poissons met également en valeur une analogie globale et significative entre ces deux formes de vie, qui va au-delà de la simple ressemblance ponctuelle. Celle-ci se manifeste surtout par l’exploitation importante de l’équivalence entre le vol et la nage, déjà notée par Platon24, comme pour répondre à la préoccupation d’Aristote qui dans PA écrit : « on pourrait se demander pourquoi les hommes n’ont pas dès le début désigné par un même nom et réuni dans un seul genre à la fois les animaux aquatiques et ceux qui volent. Car ils ont un certain nombre de caractères qui leur sont communs (πάθη ϰοινά) »25. Ce transfert s’autorise donc d’une parenté sensible (et explicite dans différents textes)26, ainsi que d’une analogie entre les organes locomoteurs et les modes de déplacement27.

  • 28 Il s’agit de l’exocet ou dactyloptère qui vole sans toucher la mer : HA, 535 b 26 ; voir Aratos, Ph (...)
  • 29 I. e. le grondin et la pastenague : Arist., HA, 535 b 20 et 25. Les noms régionaux de « grognant », (...)
  • 30 I. e. le labre et le merlot, qui sont noirs l’été et blancs l’hiver : HA, 607 b 14 (μεταβάλλουσι δὲ (...)

12Les sèmes-pivots qui, sur fond de correspondance de principe, assurent le transfert particulier des noms, correspondent à des caractères fréquents chez les oiseaux et exceptionnels chez les poissons, comme le métachromatisme saisonnier ou la voix. Six sur huit des noms de poissons empruntés aux oiseaux que l’on rencontre dans les textes aristotéliciens sont explicitement motivés par ces déterminations : (1) le déplacement aérien pour l’aigle de mer (ἀετός) et l’hirondelle de mer (χελιδών)28 ; (2) la voix pour le coucou (ϰόϰϰυξ) et la tourterelle de mer (τρυγών)29 ; (3) la couleur pour la grive (ϰίχλη) et le merle de mer (ϰόσσυϕος)30.

13On peut ainsi schématiser ce transfert :

Correspondance

Oiseau

=>

Poisson

sème générique

chant

atypique

sème spécifique

cri = kokkux

< — >

bruit similaire

lexème

//ϰόϰϰυξ 1//

=>

//ϰόϰϰυξ 2//

  • 31 Ainsi un sixième (20/120) des ichtyonymes aristotéliciens sont des noms empruntés — un quart si l’o (...)

14Globalement il semble donc que les animaux de l’air et de la terre se conjuguent pour fournir des noms aux espèces marines, comme si le milieu aquatique reflétait le milieu aérien31.

Le réseau du transfert

15Une étude des voies de transfert de noms fait apparaître une certaine régularité et révèle des constantes qui permettent de parler pour cette opération d’un cadre organisé. Cette dénomination analogique de la faune transcende les catégories englobantes, mais en suivant un code et des correspondances officielles, et en combinant écarts et similitudes. Le caractère qui permet le passage, sous couvert du même lexème, d’un sémantème à un autre (coucou 1 > coucou 2) est dégénérant, en ce sens qu’il déjoue les frontières et discrimine l’espèce (coucou 2) au sein de sa famille (poisson), en rappelant un trait commun avec un individu d’une autre famille et atypique au regard de sa famille ou de la forme de vie dont il relève. Dans leur affectation secondaire les zoonymes pluriels, bien qu’ils constituent l’orthonyme des animaux qu’ils désignent, fonctionnent comme des surnoms. Car, de manière à première vue paradoxale, ce transfert de nom – qui de propre devient commun – individualise dans sa classe l’espèce pour laquelle le lexème est ré-employé. Le zoonyme, devenant collectif ou patronymique, sert de déterminant analogique à un animal pour lequel l’expérience interdit de prendre le nom au pied de la lettre.

16Le transfert tient compte non seulement des caractéristiques particulières (sèmes inhérents) des espèces qui sont en jeu, mais également de leurs caractéristiques génériques puisqu’en connectant des espèces généralement éloignées du point de vue de la classification naturelle il perce ostensiblement les cloisons de base de la classification et souligne a contrario la séparation des macro-ensembles zoologiques. La relation entre les animaux connectés par un lexème commun a ainsi un double sens et témoigne à la fois d’une affinité particulière et d’une étrangeté générale. Alors que les poissons et les quadrupèdes ne sont en relation classificatoire qu’au niveau supérieur du taxème animal, le nom partagé établit singulièrement une connexion transgressive du point de vue biologique. Le transfert exige donc que soient remplies deux conditions : 1) que le trait-pivot soit caractéristique de l’espèce marraine (ou de la classe de celle-ci) ; 2) qu’il soit également caractéristique de l’espèce filleule et exceptionnel dans la classe de celle-ci.

  • 32 Au niveau des formes de vie, par exemple, voir S. Atran, « The Nature of Folkbotanical Life-Form »,(...)

17Ces groupements ne semblent pas concernés par les raisons classificatoires qui interprètent les parentés interspécifiques de manière graduelle, à partir d’une structure hiérarchisée, même si cette hiérarchie est sommaire. La proximité du lion et du rat est perçue et établie, dans la représentation, grâce à une valorisation de traits considérés comme génériques, autrement dit par le relais d’un archisémème biologique (quadrupède terrestre) qui n’a rien de naturel, même si les catégories générales de ce type sont en bonne partie intuitives et transculturelles32. La structure des catégories lexicales zoonymiques semble d’un autre type, puisqu’elle est organisée par une instance première et qu’elle est dynamique, analogique, ouverte, et apparemment sans noyau conceptuel et sémantique commun.

L’interprétation de la polysémie zoonymique

Homonyme, polysème ou davantage

18Quelles sont les implications de ce procédé et dans quelle mesure cette communauté lexicale influe-t-elle sur la perception qu’ont les Grecs du lien existant entre les animaux qui partagent un même nom ? Une similitude reconnue et attestée par un nom partagé, dans un domaine homogène (zoologique), donne-elle un air de famille (recomposée) et infléchit-elle la représentation des liens biologiques entre correspondants de catégories lointaines ?

  • 33 L’homonymia est la communauté lexicale de deux sémantèmes distincts, que cette communauté soit l’ef (...)
  • 34 Topiques, 107 a 19.
  • 35 Frg. B 26 (selon Proclus, Commentaire sur le Cratyle de Platon, 16, 6) : « Démocrite établit que le (...)
  • 36 Il va même au-delà en considérant que la main d’un homme vivant et la main d’un homme mort sont dan (...)
  • 37 Par le terme d’homonymie, qui est aux yeux d’Aristote un « mal qu’on peut toujours dissiper mais qu (...)
  • 38 Voir Métaphysique, 1006 b 12 : « le mot doit signifier une seule chose ». L’impératif d’unicité (vo (...)

19Le cas de ce type de noms n’est pas abordé dans les ouvrages linguistiques d’Aristote, dans lesquels l’homonymie désigne autre chose33. La seule fois où, dans un traité logique, Aristote prend comme exemple d’homonymie un nom d’animal, ce ne sont pas deux valeurs zoologiques qu’il met en parallèle : ὄνος, dit-il, désigne à la fois un animal et un treuil34. Il s’agirait plutôt pour lui d’une métaphore, pouvant donner lieu à des amphibologies. Démocrite considère pour sa part que le procédé, de manière générale, relève de l’homonymie… ou de la polysémie, car les deux termes paraissent être deux versants du même phénomène35. Il n’est donc pas question d’imaginer que la communauté de nom puisse être l’indice d’une communauté quelconque au niveau des signifiés, ou d’une « participation » de ceux-ci à une même nature. Dans la linguistique aristotélicienne, le nom est strictement monosémique, et le Stagirite réduit toujours la polysémie à des cas d’homonymie36 : là où il y plusieurs sens voire plusieurs emplois pour un terme, il faut considérer, selon lui, qu’il s’agit de notions radicalement différentes voire étrangères l’une à l’autre – cette réduction sémantique aboutissant à compter autant d’homonymes qu’il y a d’applications possibles d’un terme37. Cet a priori théorique, qui n’est jamais fondé par le Stagirite, est à ses yeux une condition fondamentale et même un impératif de la communication38. Mais il a pour conséquence de disqualifier les corrélations particulières (et qui peuvent être ressenties comme réelles et objectives) que sont susceptibles d’entretenir, dans la conscience linguistique, deux objets qui partagent le même nom.

  • 39 Philon déjà (de Plantatione, 151) annonce la formule célèbre de Spinoza (« la constellation du Chie (...)
  • 40 Gal., De methodo medendi, X, 128, 4. Feindre de prendre le chien qui aboie pour un poisson, voilà c (...)

20Poursuivant dans ce sens, Galien explicite la position d’Aristote sur l’exemple prometteur du chien39 : « On comprendra plus clairement < que l’unité de concept suppose une unité de substance > par l’exemple des homonymes : tous les quadrupèdes qui aboient ont une même propriété en commun (ἓν ϰαὶ ταὐτὸν ὑπάρχει), celle d’être des quadrupèdes et d’aboyer. Les bêtes rapaces de la mer, que nous désignons aussi par le nom de « chien » ont également une propriété en commun qui n’appartient pas aux terrestres ; et les seconds n’ont aucun point commun avec les premiers, pour ce qui est de leur nature de chiens, si ce n’est le nom (ὥστε μηδενὸς ἐϰεῖνα τούτοις ϰοινωνεῖν ἄλλου ϰατὰ τὴν τῶν ϰυνῶν ϕύσιν πλὴν ὀνόματος) » ; et de poursuivre : « les chiens terrestres ont de nombreuses différences par rapport aux marins, en ce qui concerne la forme du corps aussi bien que les habitudes de l’âme (τοῖς μέντοι χερσαίοις ϰυσὶ πρὸς τοὺς ἄλλους θαλαττίους ὑπάρχει πολλὰ διαϕέροντα ϰαὶ ϰατὰ τὴν τοῦ σώματος ἰδέαν ϰαὶ ϰατὰ τὸ τῆς ψυχῆς ἦθος) : les premiers sont apprivoisés et bienveillants envers l’homme ; les seconds sont malveillants et sauvages ; les premiers sont terrestres, les seconds marins ; les uns quadrupèdes, les autres non ; les uns aboient, les autres non »40.

  • 41 ἔστι δὲ δύο γένη ϰυνῶν (ibid.).
  • 42 Galien ne reprend pas seulement des traits définitoires du chien (terrestre, quadrupède) mais évoqu (...)

21Galien mène ici une analyse concrète de l’illusion que constitue à ses yeux la polysémie de ϰύων (qu’il feint d’interpréter comme une homonymie) en s’efforçant de prouver, de l’intérieur, à travers une confrontation des qualités significatives de l’un et l’autre « chien », l’absence d’intersection sémantique entre les deux types de ϰύων41 ; mais, ce faisant, il sélectionne des caractères par lesquels les deux sémantèmes s’opposent, en éliminant toute référence à des propriétés communes qui existent nécessairement42. Cette insistance à dissocier les deux espèces par des sèmes hétéroclites exprime le rejet d’une tentation profonde consistant à admettre, soit par suite de la dénomination, soit avec elle, les effets réels que produit l’assimilation langagière sur la représentation. Dans la mesure où les sémèmes impliqués partagent au moins un sème important (et souvent davantage), et où un des sémèmes dérive historiquement de l’autre – ou est connecté à l’autre –, il s’agit de polysémie ; mais dans la mesure où les sémantèmes ont un patrimoine sémique commun et où le transfert analogique (de nature métaphorique) se réalise à l’intérieur d’une isotopie, les polysèmes zoonymiques dont chien est le modèle constituent un type spécial et extrême.

  • 43 La subduction (d’après la théorie de G. Guillaume) est la relation, à l’intérieur d’un polysème, ma (...)
  • 44 Le substantif, inspiré par Platon (voir exergue) ne se rencontre pas en grec, mais ὁμόϰλητος (Nican (...)

22Le sémème de chien de mer est officiellement composé de certains sèmes hérités du chien (de terre), et constitué en partie par imprégnation du sémantème de son parrain ou patron zoologique, cette imprégnation étant susceptible, en raison de la prégnance de l’acception primaire, de se développer et s’étendre au point de construire de nouvelles similitudes. En raison du lien logique supplémentaire, organisé et constant qui caractérise cette catégorie de noms, nous proposons d’appeler ces lexèmes de condition spéciale (qui sont des polysèmes isotopiques sans subduction)43 des « homoclèses »44.

Un chien est un chien

  • 45 Élien, NA, 14, 21 (la queue du squale était aussi particulièrement appréciée et consommée [cf. Athé (...)
  • 46 Élien, NA, 1, 55.
  • 47 NA, 1, 55. Ces poissons sont un grand squale (γαλεοί, μεγέθει μέγιστοι ; cf. Odyssée, XII, 96), un (...)
  • 48 Néanmoins lorsqu’un zoonyme a plusieurs applications dérivées, il peut n’y avoir entre elles aucune (...)
  • 49 Oppien, Halieutiques, I, 373 : ἁρπαϰτῆρες ἀναιδέες.
  • 50 Oppien, Halieutiques, V, 365-375 ; ce sont des « mangeurs d’hommes » : Archestrate, Fr. 28, ap. Ath (...)

23À l’attitude théorique réductrice d’Aristote et Galien, qui dénient toute relation sémique profonde au niveau des signifiés zoologiques entre les animaux homoclétiques, s’oppose la position d’auteurs comme Élien ou Oppien qui, eux, tendent au contraire à affirmer l’homogénie de ces espèces. « J’ai déjà beaucoup parlé des chiens de mer (θαλάττιοι ϰύνες), écrit Élien ; les chiens de rivières (ϰύνες ποτάμιοι), eux, ressemblent à de petits chiens de terre (ϰύνες χερσαῖοι), et ils ont même la queue poilue »45. Ces trois sous-groupes d’animaux, qui sont évoqués simultanément, passent pour avoir entre eux une liaison réelle, qui n’est pas l’effet d’une métaphore ou d’un hasard de la nomination. Élien subdivise encore le groupe des chiens marins en trois genres (ϰυνῶν θαλαττίων τρία γένη)46, trois poissons au sens large (un squale, un cétacé, et un poisson de vase), de taille et de morphologie très différente47. Le terme régulièrement employé pour évoquer cette communauté est le mot γένος qui indique une parenté naturelle (une famille) aussi bien que classificatoire (une espèce, un genre ou une classe)48. Les sèmes qui sont mis en valeur pour motiver cette communauté chez Oppien et Élien sont le caractère insolent et agressif des squales49, leur gloutonnerie et leur régime carnivore50, des traits qui renvoient implicitement à ce que l’on peut considérer comme le parrain, voire le « prototype » de cette catégorie : le chien de terre.

L’équivoque des discriminants

  • 51 Le tiers des noms figurant dans la liste donnée plus haut apparaît accompagné d’un adjectif discrim (...)
  • 52 Élien emploie parfois des formules de ce type (NA, 11, 24 : πάρδαλις δὲ ἰχθύς ; ibid., 6, 30 : ὁ ἰχ (...)
  • 53 Ce type d’emploi est d’ailleurs attesté dès Homère qui use de la locution ϰορώνη εἰνάλια pour désig (...)
  • 54 Arist., HA, 558 a 15.
  • 55 Arist., HA, 506 b 27.
  • 56 Arist., HA, 505 b 13 ; cf. Élien, NA, 13, 23 (σϰολόπενδρα θαλαττία) ; ibid., 7, 35 (σϰολόπενδρα χερ (...)
  • 57 Arist., HA, 621 a 2. Aristote dit explicitement que ces animaux appartiennent au même genre : « les (...)

24Pour éviter dans le discours une confusion entre les différents animaux qui partagent le même nom (laquelle aurait aussi pour effet d’annuler leur parenté sous l’homonymie) les auteurs recourent à des déterminatifs qui, presque toujours, relèvent du critère spatial et distinguent l’animal θαλάττιος de l’animal χερσαῖος51. Cette formalisation de l’écart entre les animaux homoclétiques fait du biotope (contexte spatial) le marqueur le plus significatif de leur différence, alors qu’il pourrait être marqué par la mention de leur classe biologique, qui paraît offrir un critère de discrimination plus flagrant52. De plus, ces adjectifs sont couramment employés aussi pour distinguer, à l’intérieur d’un même genre conçu comme amphibie, des espèces semblables qui ne fréquentent pas le même élément, ou encore des variétés locales53. Leur emploi permet ainsi de dissocier les gros lézards terrestres des crocodiles (ϰροϰόδειλος ποτάμιος54), les tortues terrestres des tortues aquatiques (χελώνη θαλασσία55), les scolopendres des scolopendres de mer (σϰολόπενδρα θαλασσία56) ou les serpents de terre des serpents de mer (ὄϕις θαλάσσιος)57.

  • 58 Cette équivoque donne lieu à des télescopages : ainsi le lexème faucon (ἱέραξ) est un triple zoonym (...)
  • 59 Élien, NA, 9, 41. Thompson (A Glossary of greek fishes, Oxford, 1947, p. 167), rapportant le passag (...)
  • 60 Arist., HA, 535 b 27.
  • 61 Arist., HA, 490 b 19. La baudroie est aussi appelée βάτραχος θαλάττιος (Arist., Merveilles, 835 b 1 (...)

25Il ne s’agit plus ici de la logique et de la cohérence que nous soulignions plus haut pour les zoonymes pluriels marqués par un transfert inter-catégoriel, et l’on a affaire apparemment à une discrimination intra-catégorielle, comme celle qui permet de distinguer les lièvres de montagne des lièvres de plaine, ou les crabes de rivière des crabes de mer. Si les déterminants de lieu jouent bien dans ces emplois deux fonctions théoriquement distinctes, il est parfois impossible de déterminer la frontière entre ces usages58. La confusion est à son comble lorsque l’on met en parallèle les différentes locutions formées à partir de μῦς qui permet de nommer, outre l’hermine (μῦς δίπους) le rat d’eau (μῦς θαλάττιος), une tortue (μῦς θαλάττιος) et un cétacé (μῦς τὸ ϰῆτος)59. Les quatre paires homogènes d’animaux cités plus haut (lézards, tortues, scolopendres, serpents) se rencontrent dans les traités d’Aristote, mais ce dernier distingue aussi, par l’adjectif θαλάσσιος, deux « hirondelles » (χελιδών), dont l’une est un poisson (l’exocet) et l’autre un oiseau60, deux « hérissons » dont l’un est l’oursin (ἐχῖνος θαλάσσιος), etc.61

  • 62 HA, 505 b 13 sq. Elles ont aussi un type morphologique voisin (παραπλήσιαι τὸ εἶδος) ; voir Élien, (...)
  • 63 HA, 621 a 6 : « le poisson que l’on appelle scolopendre (ἥνδε ϰαλοῦσι σϰολόπενδραν) ».

26On a vu dans le texte d’Oppien cité plus haut que l’homologie entre tortues terrestres et tortues marines était mise sur le même plan que celle qui lie le léopard de terre et le requin appelé « léopard » de mer. Mais Aristote lui-même sur ce point est parfois ambigu : il dit que la scolopendre de mer est du même genre que la terrestre62 et la mentionne pourtant ailleurs parmi les poissons63. La loutre (chien de rivière) et le chien sont-ils deux espèces d’un genre amphibie ou deux animaux homoclétiques ? et le hérisson et l’oursin, qui forment un couple si constant, sont-ils moins étroitement liés, moins biologiquement semblables que les scolopendres terrestre et marin ? L’ambiguïté constatée dans l’usage des discriminants topologiques correspond à une ambivalence profonde du biotope, et à la responsabilité qui lui est attribuée en Grèce dans la constitution des organismes. Puisque le lieu de vie conditionne physiquement et morphologiquement les animaux qui s’y trouvent, la détermination de lieu peut apparaître comme entièrement responsable d’un dimorphisme constaté entre deux espèces. Aussi on ne peut sans arbitraire opposer dans la qualification locale un emploi intra-générique (e. g. les tortues), que l’on définirait comme disjonctif, et un emploi inter-générique (e. g. les hirondelles), que l’on définirait comme conjonctif. En somme, la confusion entre le procédé de distinction des espèces d’un même genre et le procédé d’association d’animaux de genres éloignés contribue à naturaliser imaginairement la communauté de nom, et elle encourage une perception des zoonymes pluriels comme exprimant une sorte d’homogénie.

L’enrichissement de la motivation

  • 64 La linguistique emploie pour désigner ces sèmes annexes ou « afférents » le terme-concept contesté (...)
  • 65 Diphilos, ap. Athénée, Deipn., VIII, 356 c.
  • 66 Élien, NA, 9, 12. Le renard de mer (ἀλώπηξ) malin comme un vrai renard, se méfie des hameçons, mais (...)
  • 67 Arist., HA, 607 b 14.
  • 68 Il l’appelle en effet βρωμώδης (Diphilos, ap. Athénée, VIII, 356 b).
  • 69 Cléarque, ap. Athénée, VIII, 325 d.
  • 70 Strömberg, op. cit., 1943, p. 122.
  • 71 Oppien, Halieutiques, II, 86 sq.

27Dans cette famille recomposée les membres tendent à se rapprocher. Les différentes propriétés de l’animal premier-nommé qui ne sont pas contenues dans la définition du mot qui le désigne, mais qui interviennent dans la représentation que les locuteurs s’en font64, contaminent la perception de l’animal auquel il prête son nom, de sorte que le nom partagé entraîne une contagion – généralement univoque – des qualités particulières qui déteignent sur le sémème secondaire. C’est sans doute ainsi que l’on peut rendre compte de certaines dénominations secondaires qui apparaissent sur-motivées car elles s’accompagnent d’un transfert massif des qualités de l’animal parrain. L’ἀλώπηξ marin (si ce poisson est bien l’Alopecias vulpes qu’on veut y voir) présente la particularité par rapport aux autres squales d’avoir une queue longue et large. Si l’on retient seulement les traits à la fois distinctifs de l’espèce « d’arrivée » par rapport à ses congénères, et typiques de l’espèce « de départ », ce trait conviendrait bien pour rendre compte du transfert lexical. Mais ce n’est pas ce que prétend le médecin Diphilos, selon lequel ce poisson tire son nom de ce que sa chair est proche de celle du quadrupède homonyme65. Élien évoque, de son côté, un autre caractère déterminant dans l’association de ces deux animaux, à savoir la ruse : « tu me diras que le renard est un animal retors ; mais c’est du renard terrestre que tu parles ; écoute donc les ruses du renard de mer, et apprends de quoi, lui aussi, il est capable »66. Semblablement le mâle de la mendole reçoit le nom de τράγος car il sent mauvais au moment du frai67, ou d’après Diphilos parce qu’il a en général une odeur nauséabonde68 ; mais Cléarque, prétend, de son côté, que son nom s’explique par la ressemblance de la poche que forme son ventre avec la barbe du bouc69, Enfin, la forme extérieure de la baudroie évoque celle de la grenouille et cette similitude expliquerait l’emprunt du nom βάτραχος pour nommer le poisson70 ; mais Oppien nous donne de nombreuses autres bonnes raisons de voir dans la baudroie une grenouille : il dit que le poisson, comme l’amphibien, est lent, que sa peau est molle, qu’il ouvre la bouche de façon hideuse, qu’il vit dans la boue et enfin que sa forme globale est celle d’une grenouille71.

  • 72 Voir Arist., Catégories, 1 a. Le zoonyme commun serait ainsi comme un hyperonyme, et à l’égard des (...)
  • 73 Voir Élien, NA, 16, 19 : οὗτός γε ἔοιϰε τῷ χερσαίῳ πάντα πάντη πλὴν τῶν τριχῶν.
  • 74 Élien signale en effet régulièrement les rapports qu’entretiennent les animaux homonymes entre eux  (...)

28Il va sans dire qu’en la matière chacun s’autorise à interpréter selon sa perspective (culinaire, psychologique, physique…) ces communautés troublantes qui se voient par là même re-motivées à l’envi, le nom servant de vecteur à une contagion naturelle, comme s’il s’agissait, au fond, dans la représentation, non tant d’un phénomène de polysémie, que d’une forme de synonymie au sens aristotélicien : les deux animaux seraient finalement identiques en nature comme en nom72. C’est ainsi qu’à l’extrême un poisson (le lièvre marin) peut en dépit de tout le reste « ressembler exactement en tous points hormis les poils » (épineux et non soyeux) à un lièvre73. Le transfert de nom n’est pas un déplacement originel et révolu : il établit un lien constant, qui s’inscrit et se répète dans la nature des animaux. Justifier la nomination, même si la théorie du langage à laquelle on souscrit est nominaliste (ou conventionnelle) comme chez Aristote, et non réaliste (ou cratyléenne), revient à exprimer zoologiquement, non par un déplacement (métaphorique) mais par des similitudes (homologiques) les affinités supposées entre différents animaux. Il n’importe pas tant de choisir, parmi ces déterminations, celle qui a probablement encouragé le transfert de nom, que de souligner cette dynamique (faite d’interprétation et de projection), et de noter la volonté affichée des auteurs (et qui est en particulier presque constante chez Élien)74, de rendre compte des liens réels qu’entretiennent entre eux les animaux désignés par les zoonymes pluriels et de fonder, dans la perspective qui est la leur, cette homoclèse. Culturellement et diachroniquement la parenté lexicale construit donc une histoire.

  • 75 Voir e. g. Élien, NA, 15, 11 : on utilise en magie la belette de mer (un petit poisson) « aux mêmes (...)
  • 76 Voir Élien, NA, 14, 24 : il existe une algue vénéneuse (le tamaris de mer) dont la fleur éclot en é (...)
  • 77 NA, 15, 17. Élien note ailleurs (12, 27) que le singe (aquatique) « présente, dans sa conformation, (...)

29La reconnaissance culturelle de ces familles s’exprime aussi dans le traitement symbolique des animaux homoclétiques, et en particulier par une assimilation fonctionnelle. Dans les usages alimentaires ou magiques deux animaux de ce type peuvent ainsi se substituer l’un à l’autre car ils passent pour avoir les mêmes propriétés75. Élien expose avec éloquence de quelle manière les zoonymes pluriels, en raison de leur cohérence, jouent un rôle important dans l’organisation réelle du champ animal, les réseaux constitués grâce à eux étant parfois très complexes76 : « Il semble exister une sorte de communion et de parenté naturelles et mystérieuses entre le lion et le dauphin (ϕυσιϰὴ δὲ ἄρα ἦν τις ϰοινωνία ϰαὶ συγγένεια λέοντι ϰαὶ δελϕῖνι ἀπόρρητος). Cela ne tient pas seulement au fait qu’ils sont tous deux rois, le premier des animaux terrestres, le second des animaux marins, mais également à ce que, lorsqu’ils déclinent et deviennent vieux, le premier prend un singe terrestre comme antidote à la vieillesse, tandis que l’autre cherche son congénère (car j’ai dit quelque part qu’il existe aussi un singe dans la mer). Et ce singe-là a pour le dauphin les mêmes vertus que le singe terrestre pour le lion »77.

  • 78 La langue dispose de nombreux moyens de créer des noms nouveaux, et de mettre en relation, d’une au (...)
  • 79 On peut objecter que ces zoonymes catégoriels désignent aussi des objets qui sont extérieurs au cha (...)
  • 80 Voir G. Lakoff, « Classifiers as a Reflection on Mind », in : C. Craig (éd.), Noun Classes and Cate (...)

30La dénomination par déplacement d’un nom déjà affecté à un animal, plutôt que la création d’un nom nouveau, n’est pas entièrement conditionnée par des raisons linguistiques et elle vise à établir une relation stable entre des espèces biologiquement séparées78. En d’autres termes, il ne s’agit pas simplement d’un transfert de nom mais d’un transfert partiel de sémantème qui instaure un lien entre les animaux de même nom et constitue une catégorie de sens79. Les zoonymes pluriels construisent ainsi des catégories homologiques et transverses par rapport aux ensembles biologiquement déterminés. Le sème « carnivore », qui motive l’application secondaire au requin du lexème chien, peut ainsi être considéré comme un sème générique, et contribuant à ce titre à la constitution du classème de chien, au sens linguistique. S’ils ne sont pas assimilables à des ensembles biologiques les zoonymes pluriels ne constituent pourtant pas seulement des catégories « lexicales » mais aussi des catégories « cognitives »80, et des catégories « sémantiques », car les items d’une même catégorie sont réunis dans une unité (un noyau sémique) souvent explicite et constamment perceptible et entretenue.

  • 81 La particularité de cette forme d’« homonymie » (au sens antique) est donc d’être dynamique et cons (...)

31Ces catégories sont organisées autour d’un archisémème (formant l’intersection des sémèmes de cette sorte de polysème), pratiquement identifiable avec le sémème primaire et la première acception du terme, laquelle déteint sur les acceptions secondaires81. À l’intérieur du polysème, la priorité historique et imaginaire d’un sémème crée une dépendance représentative et une hiérarchie historique entre les différents sémèmes couverts par le zoonyme, et elle est déterminante d’un point de vue épistémologique : les zoonymes pluriels ont une valeur primaire et une (ou plusieurs) valeur(s) secondaire(s) qui entraînent un rapport de sujétion et empêchent l’affranchissement de la dénomination secondaire.

  • 82 Apulée, un autre philosophe, se défend dans l’Apologie d’une accusation de magie et de pornographie (...)

32La communauté de noms est perçue et interprétée par les Grecs eux-mêmes comme une communauté partielle de nature, qui peut aller jusqu’à l’assimilation presque totale. Partager un nom, en dépit des protestations de Galien qui feint de ne voir qu’une coïncidence arbitraire et une ambiguïté perturbante, c’est appartenir à un même genos, et en quelque sorte partager une même nature82. Ce qui paraît au logicien absurde ou illusoire ne l’est pas pour le reste des hommes qui, filant la lettre de la métaphore, considère et soutient qu’un chien est un chien, et qu’un renard est un renard.

  • 83 Comme le dit justement J. Picoche (« Polysémie n’est pas ambiguïté », Cahiers de Praxématique, 12, (...)
  • 84 On pourrait aussi suggérer le terme de catachrèse qui exprime nettement le rapport de subordination (...)

33Le choix du terme d’homonymie ou de polysémie pour définir le cinétisme de ces zoonymes pluriels relève, en fin de compte, d’un certain arbitraire83, l’un commençant là où finit l’autre. Néanmoins, le phénomène linguistique de zoonymie plurielle se distingue nettement de la situation d’homonymie et constitue une forme spéciale et extrême de relation polysémique par son organisation sémantique originale84. En outre, il opère dans un domaine sémantique homogène et suppose, en deçà de ce processus régulier de transfert lexical, une communauté globale des animaux que ce transfert exprime de façon particulière. On a affaire ici à un transfert intentionnel, généralisé et nullement arbitraire, qui vise à souligner un rapport perçu comme réel, non seulement au niveau particulier des espèces qui partagent un nom, mais également au niveau plus général d’une communauté d’existence entre les animaux, qui peut prendre la forme presque systématique que nous avons décelée dans la projection des espèces terrestres sur le monde aquatique. Au-delà des raisons particulières qui guident tel ou tel transfert lexical, l’utilisation massive de procédés d’ordre métaphorique vise à unifier le champ zoologique.

Annexes

Annexe 1. Répartition par grands genres des zoonymes pluriels dans le corpus aristotélicien1

Annexe 2. Répartition des zoonymes pluriels supplémentaires dans la Personnalité des Animaux d’Élien

Annexe 3. Répartition des zoonymes pluriels supplémentaires dans le Lexique d’Hésychius

Notes

1 R. Fohalle, dans un article de 1930 (« Noms d’animaux et noms de plantes en grec ancien », Serta Leodiensia, pp. 141-157, Liège) est un des premiers à s’y intéresser. D’autres études ont suivi, portant sur le lexique grec ou latin, en particulier de L. Lacroix (« Noms de poissons et noms d’oiseaux en grec ancien », L’Antiquité Classique, 6 (2), 1937, pp. 264-307), R. Strömberg (Studien zur Etymologie und Bildung der griechischen Fischnamen, Göteborg, 1943 ; Griechische Wortstudien : Untersuchungen zur Benennung von Tieren, Pflanzen, Körperteilen und Krankheiten, Göteborg, 1944), et W. D’Arcy Thompson (Glossary of greek birds, 1895, Oxford ; Glossary of greek fishes, Oxford, 1947) ; voir aussi, sur le vocabulaire médical, F. Skoda, Médecine ancienne et métaphore. Le vocabulaire de l’anatomie et de la pathologie en grec ancien, Paris, 1988.

2 Sur un survol du phénomène par lequel « le nom d’un animal [est] étendu à un autre », voir P. Louis, « Animaux anonymes chez Aristote », Bulletin de l’Association G. Budé, 4e série (2), 1971, pp. 211-217.

3 Nous ne nous intéressons pas à la formation lexicale, mais au transfert (lexicalement manifeste), et à ses attendus et répercutions sémantiques. Nous limiterons notre propos aux noms qui initialement désignent une espèce animale et sont, tels quels, appliqués à d’autres animaux. Nous laissons donc de côté les cas où le nom d’animal est emprunté à des réalités extérieures au domaine zoologique (βάτος pour la raie et le traquet (oiseau) de βάτος, épine), ou lorsqu’il repose sur la couleur (χαλϰίς : poisson, lézard, chouette : brun/rouge ; cf. ἀστερίας : héron étoilé, squale étoilé) ; ainsi que les cas de dérivation avec suffixation (ϰοραϰῖνος (corvine : poisson de mer) de ϰόραξ).

4 Op. cit., 1943.

5 Sont visées des propriétés notables comme une proéminence particulière de graisse, des lèvres marquées etc. : ὕαινα, χοῖρος, ϰάπρος, ϰαπρίσϰος, τράγος, ἀλώπηξ (pour la forme de la queue), γέρανος (pour la tête), πρόβατον (pour le profil), τέττιξ (pour la présence d’ailettes derrière les ouïes). Ces ressemblances établissent parfois un lien entre des parties anatomiques non analogues (τράγος, ταώς).

6 Ou plutôt les insectes et vers, réunis en anglais sous le vocable wug, mot forgé à partir des mots worm et bug et qui désigne des petites créatures n’appartenant pas aux trois premières formes de vie (voir C. H. Brown, « Folk Zoological Life-Forms : Their Universality and Growth », American Anthropologist, 81, 1979, pp. 791-817 ; et R. W. Canon, « Environment, Utility and Universals in Ethnobiological Classification », Reviews in Anthropology, 14 (3), 1987, pp. 205-214).

7 Ne visant pas à une identification précise des espèces, nous nous contentons dans la plupart des cas de la désignation courante. Pour un tableau des croisements voir annexe 1, 2 et 3.

8 Sont distingués par les italiques deux zoonymes sans histoire ni frontière qui notent une couleur ou un motif de la robe, de la livrée ou de la peau. Le lexème ἀστερίας ou ἀστέριος) peut désigner une variété dans tous les genres et il se trouve ailleurs appliqué à une sorte d’araignée (Nicandre, Thériaques, 725), de lézard, de serpent, etc. Cf. περϰνός (voir J. Taillardat, « Noms grecs d’animaux aquatiques », Nomina rerum, 1994, Nice, pp. 383-391 [p. 388]).

9 Ce nom désigne peut-être aussi un amphibien (d’après le texte des manuscrits HA, 540 a 31 : τρυγόνες corrigé par Gesner en ϕρῦνοι).

10 Les noms dérivés (voir note supra) n’ont pas été compris dans cette liste. Signalons ϰόραξ : le corbeau/le cormoran (il a les pattes courtes, il est noir et c’est le seul à faire son nid sur les arbres : Arist., HA, 593 b 18) ; ϰοραϰῖνος : un poisson, le corbeau de mer, dérivé du ϰόραξ, en raison de sa couleur noire (Oppien, Halieutiques, I, 133 ; cf. Strömberg, 1943, p. 114) ; νεβρίας : squale (Arist., HA, 565 a 26) ; νεβρός : faon (Arist., HA, 524 b 12) ; ἵππος et ἵππουρος : hippure (Arist., HA, 543 a 22). Nous avons laissé de côté également les lexèmes à extension variable comme ϰόχλος : la littorine (Arist., HA, 528 a 1) ou le gastéropode en général (Arist., HA, 529 a 2) ; ou ὁ ϰροϰόδειλος : le crocodile/le lézard (ϰ. χερσαῖος ; cf. Hérodote, Histoires, 4, 192 ; Élien, NA, 16, 6).

11 La « chèvre » (αἴξ) apparaît une fois dans une liste d’oiseaux (en HA, 593 a 23), mais le passage est douteux et le nom est omis par plusieurs manuscrits ; il figure entre χηναλώπηξ et πηνέλοψ, au milieu de palmipèdes, ce qui s’accorde peu à son identification depuis Belon (Histoire de la nature des oyseaux IV, 17) au vanneau (Vanellus vanellus). Mais Belon suggère, en justifiant ce nom, qu’il est onomatopéique (« parce qu’en criant il semble beller comme une chievre qui dit Aex aex »). Belon mentionne aussi l’αἰγοϰέϕαλος (HA, 506 a 17 ; voir op. cit., 13), identifié à la barge, alors qu’il s’agit d’un hibou.

12 Ces relations privilégiées sont en partie seulement induites d’après la fréquence des déplacements de noms d’une classe à l’autre, et elles sont également validées par d’autres données linguistiques et culturelles.

13 Strömberg (op. cit., 1943, pp. 98-25) recense dans la littérature grecque en général 54 ichtyonymes pluriels qui se répartissent ainsi : 19 noms de quadrupèdes, 17 noms d’oiseaux, 5 noms d’insectes, 3 noms de reptiles. « De nombreux noms de poissons, écrit-il, ont été seulement, à l’origine, des termes ajoutés au mot ἰχθύς pour le caractériser (charakterisierende Beiwörter), et qui se sont autonomisés avec le temps » (ibid., p. 16).

14 Nous avons dans la littérature des témoins de cette priorité de la dénomination pour les espèces terrestres. Ces zoonymes pluriels se rencontrent en effet dès l’épopée homérique et la littérature préclassique pour dénommer des quadrupèdes ou des oiseaux, alors qu’aucun des sens que nous considérons comme secondaire n’y est représenté, les poissons ainsi dénommés étant en outre souvent des poissons rares.

15 Voir Antoninus Liberalis, Métamorphoses, 22, 5 (βοῦς) ; Arist., HA, 557 a 23 (ὄνος), Théophraste, HP, 4, 3, 6 (ὄνος ὁ πολύπους) et Gal., Simp. med., 12, 366 (ὀνίσϰος) ; en fait ce nom renvoie à plusieurs insectes (cf. Dioscoride, Mat. med., 2, 52, où il s’agit non plus de la cochenille mais d’une sorte de grillon) ; outre le cheval de mer et le cheval de fleuve, voir Arist., HA, 606 a 5 (ἱππομύρμηϰες) ; outre les différents chiens de mer et le chien de fleuve, voir Lucien, Éloge de la mouche, 12 ; outre le poisson, le nom désigne une araignée (voir Élien, NA, 6, 26) ; le loup est un poisson et une araignée (voir Arist., HA, 623 a 2 ; Nicandre, Thériaques, 734).

16 Employé au sens large non taxinomique de groupe naturel.

17 Voir Élien, NA, 13, 26 et 12, 27. Aristote, comme Galien, use plutôt de la locution ὁ ϰαλούμενος ou ὁ λεγόμενος (δεῖνα) — qui permet également d’établir nettement (à l’appui du bon sens) l’emploi secondaire. Voir Arist., HA, 552 b 26 : οἱ ἰχνεύμονες ϰαλούμενοι (pour l’insecte) ; ibid. 525 b 28 : οὓς ϰαλοῦσιν ἵππους (pour le crabe) ; ibid. 549 b 22 : ἡ ϰαλουμένη ἄρϰτος (pour le crabe) ; ibid. 557 a 30 : ἰχθὺς ὃν ϰαλοῦσιν ϕθεῖρα ; ibid. 604 b 23 : ἡ ϰαλουμένη χαλϰίς (pour le lézard) ; ibid. 607 b 5 : ϰαλοῦνται τράγοι (pour les poissons) ; ibid. 607 b 15 : οὓς ϰαλοῦσι ϰοττύϕους (pour les poissons) ; ibid. 622 b 23 : ϰαλεῖται ψύλλα (pour l’araignée) ; ibid. 622 b 29 : οἱ ϰαλούμενοι λύϰοι (pour les araignées).

18 Nul doute qu’il s’agit d’une construction répandue et populaire. « Il y a dans la mer, écrivait Jean de Léry, toutes les espèces d’animaux qui se voient sur terre » (cité par Ph. Glardon, « Les comparaisons et les monstres ; figures structurales de la description zoologique de l’Histoire de la nature des oyseaux de P. Belon du Mans », Anthropozoologica, 13, 1990, pp. 27-43). J. Amades rapporte le conte suivant du folklore catalan : « Notre Seigneur venait de créer les bêtes et, comme il voulait qu’il y ait les mêmes animaux sur la terre et dans la mer, il ordonna à toutes les bêtes de se jeter à la mer. Elles obéirent toutes immédiatement, à la volonté de Dieu. Le renard, cet animal farouche, s’approcha paresseusement de l’eau, s’y mira et, y voyant son reflet, s’exclama : “Moi, ce n’est pas la peine que je m’y jette, puisque j’y suis déjà : je vois dans la mer un de mes compagnons qui a été plus rapide que moi”. C’est pourquoi il n’y a pas de renards dans la mer, alors qu’on y trouve toutes les bêtes qui vivent sur la terre : des chevaux, des bœufs, des chats, des loups, des souris, des araignées, des langoustes, des serpents, etc. » (in M. Albert-Llorca, L’Origine des bêtes, petite cosmogonie catalane, Carcassonne, 1988, p. 289).

19 Plutarque, 959 B – 985 C : πότερα τῶν ζῴων ϕρονιμώτερα τὰ χερσαῖα ἢ τὰ ἔνυδρα (voir aussi ibid. 667 C – 669 E : εἰ ἡ θάλασσα τῆς γῆς εὐοψοτέρα).

20 Oppien, Halieutiques, V, 21-34.

21 Oppien cite un peu plus loin d’autres noms de squales : le bœuf — scil. sauvage — (βοῦς), le lion (λέων) et le renard (ἀλώπηξ).

22 Voir Élien, NA, 14, 24 : οἷσπερ οὖν συμϕυὴς ἡ τόλμα.

23 Oppien, Halieutiques, I, 273 sq. ; Élien, NA, 14, 24. Voir Strömberg, op. cit., 1943, p. 104 sq.

24 Voir Sophiste, 220 a 9. Platon inclut les poissons et les oiseaux dans la classe commune des νευστιϰά (nageurs).

25 PA, 644 a 12-14.

26 Voir e. g. Philon, de opificio mundi, 63, 11 : « et dès le début, il a fait des espèces des oiseaux pour ainsi dire des sœurs (ἀδελϕά) des espèces d’animaux qui sont dans l’eau — car les deux genres sont nageurs (νηϰτά) — sans laisser aucune espèce d’oiseau inachevée » ; Philopon, Opif., 212, 3 : « il existe une grande parenté entre les animaux nageurs [i. e. mobiles marins] (νηϰτῶν) et les animaux ailés : ils sont, les uns et les autres, pourvus d’ailes avec lesquelles ils nagent (νήχεται), les uns dans l’eau, les autres dans l’air » (voir Id., 214, 4 et 217, 16 ; cf. LXX, Gen., 1, 20 sq.).

27 Le mot πτερύγιον qui désigne généralement les nageoires peut, à l’occasion, désigner les ailes des oiseaux, à la place du mot usuel de même famille πτέρυξ (voir Arist., HA, 615 b 10 ; PA, 693 b 12). Cette analogie est criante et particulièrement marquée lorsqu’Aristote évoque les poissons volants (HA, 535 b 26-32 ; voir aussi IA, 712 a 9 sq.) Élien écrit à propos d’un poisson identifié à une raie : « il est pour ainsi dire un oiseau avec de large ailes déployées, et quand il nage il semble voler (ὡς εἰπεῖν ὄρνις εἶναι τὰς πτέρυγας ἁπλώσαντα ϰαὶ νηχόμενος γε ἔοιϰε πετομένῳ) » (NA, 12, 27). L’idée se trouve également chez Homère (Od., 11, 125 ; Id., 23, 272).

28 Il s’agit de l’exocet ou dactyloptère qui vole sans toucher la mer : HA, 535 b 26 ; voir Aratos, Phénomènes, 944-5 (cf. ἱέραξ en Oppien, Halieutiques, I, 428 ; Élien, NA, 9, 52).

29 I. e. le grondin et la pastenague : Arist., HA, 535 b 20 et 25. Les noms régionaux de « grognant », « grondin », « gronau », etc. signalent en France cette caractéristique du trigle (coucou) ou du rouget (genre Trigla ; cf. allemand Knurrhahn [gargouiller/coq]).

30 I. e. le labre et le merlot, qui sont noirs l’été et blancs l’hiver : HA, 607 b 14 (μεταβάλλουσι δὲ ϰαὶ οὓς ϰαλοῦσι ϰοττύϕους ϰαὶ ϰίχλας τὸ χρῶμα ϰατὰ τὰς ὥρας ὥσπερ ἔνια τῶν ὀρνέων).

31 Ainsi un sixième (20/120) des ichtyonymes aristotéliciens sont des noms empruntés — un quart si l’on tient compte de la dérivation et des autres cas écartés au début (voir notes 3 et 10). Au contraire, aucun nom, à notre connaissance n’a été importé du monde aquatique vers le monde terrestre (voir Strömberg, op. cit., 1943, p. 134).

32 Au niveau des formes de vie, par exemple, voir S. Atran, « The Nature of Folkbotanical Life-Form », American Anthropologist, 87, 1985, pp. 218-315 ; et Fondements de l’histoire naturelle : pour une anthropologie de la science, Bruxelles, Complexes/P. U. F, 1986. La remarque est également valable pour certaines classes de niveau inférieur, même si ces taxèmes ne sont pas explicités (ainsi, parmi les quadrupèdes, l’importance pour l’homme de la relation de prédation contribue à distinguer un ensemble formé par les animaux carnivores, parfois lexicalisé comme chez Aristote).

33 L’homonymia est la communauté lexicale de deux sémantèmes distincts, que cette communauté soit l’effet d’une convergence accidentelle (homonymie) ou une identité originelle (le double sens relevant de la connotation, de la polysémie, de la métaphore, etc.). « On appelle homonymes les choses dont le nom seul est commun, tandis que la notion désignée par le nom est diverse » (Catégories, 1 a 1 ; voir Alexandre, Topiques, 107, 31 sq.). Les homonymes n’ont de commun que le nom et ne partagent pas de caractère essentiel (cf. Éthique à Nicomaque, 1179 a 30). Il arrive pourtant à Aristote de motiver l’origine d’un déplacement lexical, comme le mode de déplacement du crabe ἵππος (HA, 525 b 8) ou celui de l’araignée ψύλλα (HA, 535 b 19).

34 Topiques, 107 a 19.

35 Frg. B 26 (selon Proclus, Commentaire sur le Cratyle de Platon, 16, 6) : « Démocrite établit que les noms existent par convention et s’appuie sur quatre arguments. Le premier est tiré de l’homonymie (ἐϰ τῆς ὁμωνυμίας) : des choses différentes (διάϕορα πράγματα) sont désignées par un même nom (τῷ αὐτῷ ὀνόματι), donc le mot n’existe pas par nature […]. Démocrite appelle le premier argument celui de la polysémie (πολύσημον) ». La désignation la plus répandue est celle d’homonymie (voir Élien, NA, 13, 27 : ὕαινα ἰχθὺς ὁμώνυμος τῇ χερσαίᾳ ὑαίνῃ ἐστί).

36 Il va même au-delà en considérant que la main d’un homme vivant et la main d’un homme mort sont dans une relation d’homonymie (GA, 726 b 24), puisque l’exercice de la fonction manuelle est un sème essentiel du concept de main.

37 Par le terme d’homonymie, qui est aux yeux d’Aristote un « mal qu’on peut toujours dissiper mais qui ne cesse de renaître » (B. Cassin, « Homonymie et amphibolie, ou le mal radical en traduction », Revue de Métaphysique et de Morale, 94 (1), 1989, pp. 71-78 [p. 71]), le Stagirite se débarrasse de toutes les difficultés liés à la pratique de la langue et confond des relations sémiologiques différentes : Aristote dit que l’homme et le cheval sont dans une relation synonymique par rapport à ζῷον (pluralité de référents eidétiques) et que l’homme vivant (ἄνθρωπος) et l’homme figuré sont dans un rapport d’homonymie (Catégories, 1 a 2). Il s’agirait plutôt ici de ce que nous appellerions une polysémie d’acception (résultat de l’occultation d’un sème afférent ; voir R. Martin, Pour une logique du sens, Paris, P. U. F., 1983).

38 Voir Métaphysique, 1006 b 12 : « le mot doit signifier une seule chose ». L’impératif d’unicité (voir B. Cassin, art. cit., p. 77) est d’autant plus vigoureusement affirmé qu’il est destiné à la fois à nier la notion platonicienne de participation et à disqualifier les paralogismes des sophistes, qui se plaisent à prendre les mots au pied de la lettre et à en tirer des propositions qui non seulement défient la logique mais menacent la possibilité même de formuler des définitions ontologiques.

39 Philon déjà (de Plantatione, 151) annonce la formule célèbre de Spinoza (« la constellation du Chien n’aboie pas », Éthique, I, 16, scolie) en distinguant pour illustrer le phénomène d’homonymie « le chien terrestre qui aboie », « le chien de mer » et « le chien céleste » : ἡ ϰυνὸς ϕωνὴ πάντως ὁμώνυμος ἐμϕερομένων πλειόνων ἀνομοίων, ἃ δι᾿ αὐτῆς σημαίνεται · τό τε γὰρ χερσαῖον ὑλαϰτιϰὸν ζῷον ϰύων ϰαὶ θὴρ ὁ θαλάττιος ϰαὶ ὁ οὐράνιος ἀστήρ.

40 Gal., De methodo medendi, X, 128, 4. Feindre de prendre le chien qui aboie pour un poisson, voilà ce qu’Alexandre appelle un syllogisme (Alexandre, Réfutations sophistiques, 78, 25) ou un paralogisme (ibid., 25, 16 ; il parle aussi d’homonymie ou amphibologie : ibid., 81, 14).

41 ἔστι δὲ δύο γένη ϰυνῶν (ibid.).

42 Galien ne reprend pas seulement des traits définitoires du chien (terrestre, quadrupède) mais évoque des traits non biologiques (apprivoisé, aboyeur), qu’il privilégie au détriment d’autres déterminations (pourvu de dents disposées en scie, prédateur carnivore, vivipare, impudent, etc.).

43 La subduction (d’après la théorie de G. Guillaume) est la relation, à l’intérieur d’un polysème, marquée par un appauvrissement sémique, entre une acception riche en sèmes (dite « plénière ») et une acception pauvre en sèmes. Le terme de transduction, introduit par J. Picoche, exprime une relation sans appauvrissement, comme celle qui peut justement lier les acceptions des zoonymes pluriels (voir Structures sémantiques du lexique français, Paris, Nathan, 1986, p. 41 sq.).

44 Le substantif, inspiré par Platon (voir exergue) ne se rencontre pas en grec, mais ὁμόϰλητος (Nicandre, Thériques, 882…) et ὁμοϰλῆς (Pindare, fr. 70…) sont attestés.

45 Élien, NA, 14, 21 (la queue du squale était aussi particulièrement appréciée et consommée [cf. Athénée, Deipnosophistes, VIII, 328 f]). Les chiens de mer ressemblent, eux aussi, à des chiens (Élien, NA, 15, 11).

46 Élien, NA, 1, 55.

47 NA, 1, 55. Ces poissons sont un grand squale (γαλεοί, μεγέθει μέγιστοι ; cf. Odyssée, XII, 96), un petit requin (ϰεντρίνης ; cf. ibid., 14, 24), un poisson de vase. Selon Strömberg (op. cit., 1943, p. 69) ce nom désignerait aussi un phoque (à cause de la ressemblance de la voix de ce dernier avec celle d’un chien), mais cette acception ne figure pas à notre connaissance dans les textes grecs (et l’auteur ne l’accompagne d’aucune référence).

48 Néanmoins lorsqu’un zoonyme a plusieurs applications dérivées, il peut n’y avoir entre elles aucune intersection sémantique : elles peuvent exprimer différents sèmes de l’archétype et n’avoir de parenté qu’à travers lui. Un même nom peut ainsi être réemployé pour des animaux qui partagent avec l’espèce patronymique, chacun de son côté, un ou plusieurs traits typiques. Le crabe trotteur et l’hippopotame sont également désignés par le mot ἵππος mais cette dénomination repose sur des sèmes indépendants : le crabe trotteur par la rapidité de sa course et sa démarche (Arist., HA, 525 b 8 : « il court si vite qu’on a du mal à le rattraper »), et l’hippopotame en raison de ses soufflements, de son goût pour les baignades (HA, 605 a 13), ou de sa taille, sa voix, voire ses organes internes (HA, 502 a 9-15).

49 Oppien, Halieutiques, I, 373 : ἁρπαϰτῆρες ἀναιδέες.

50 Oppien, Halieutiques, V, 365-375 ; ce sont des « mangeurs d’hommes » : Archestrate, Fr. 28, ap. Athénée, Deipn., III, 163 d.

51 Le tiers des noms figurant dans la liste donnée plus haut apparaît accompagné d’un adjectif discriminant de ce type : ἀλώπηξ (Élien, NA, 9, 12), βάτραχος (Élien, NA 13, 5), ἐχῖνος (Élien, NA, 16, 12), ἵππος (Élien, NA, 1, 26), ϰάνθαρος (Élien, NA, 1, 26), ϰόϰϰυξ (Athénée, Deipn., VII, 309 e ; Élien, NA, 10, 11), ϰύων (Élien, NA, 14, 21), ὄνος (Élien, NA, 5, 20), τρυγών (Élien, NA, 1, 56), χελιδών (Arist., NA, 535 b 27 ; Élien, NA, 9, 52).

52 Élien emploie parfois des formules de ce type (NA, 11, 24 : πάρδαλις δὲ ἰχθύς ; ibid., 6, 30 : ὁ ἰχθὺς ὁ ὄνος). Apparemment équivalentes ces désignations répondent à une logique tout à fait différente et correspondent plutôt à une interprétation polysémique classique de ces noms. Elles sont néanmoins très minoritaires, et concernent aussi des polysèmes qui ne visent qu’un seul animal (voir NA, 1, 3 : ὁ ἰχθὺς ὁ ϰέϕαλος) et ne présentent aucune ambiguïté dans le contexte (voir ibid., 6, 30 : ὁ ἰχθὺς ἡ νάρϰη), voire des mots non polysémiques (voir ibid., 1, 5 : ὁ ἰχθὺς ὁ τρώϰτης).

53 Ce type d’emploi est d’ailleurs attesté dès Homère qui use de la locution ϰορώνη εἰνάλια pour désigner une sorte de mouette (Odyssée, V, 66 ; cf. Élien, NA, 15, 23).

54 Arist., HA, 558 a 15.

55 Arist., HA, 506 b 27.

56 Arist., HA, 505 b 13 ; cf. Élien, NA, 13, 23 (σϰολόπενδρα θαλαττία) ; ibid., 7, 35 (σϰολόπενδρα χερσαία).

57 Arist., HA, 621 a 2. Aristote dit explicitement que ces animaux appartiennent au même genre : « les serpents se rencontrent dans deux éléments. En effet, la plupart des serpents sont terrestres, mais un petit nombre de serpents aquatiques vivent dans les eaux de rivière. Il y a même des serpents marins, qui pour le reste ont une forme voisine de celle des serpents terrestres, mais qui ont la tête du congre » (HA, 505 b 6-10) ; cf. cependant Arist., HA, 621 a 6, où la scolopendre est mentionnée parmi les poissons.

58 Cette équivoque donne lieu à des télescopages : ainsi le lexème faucon (ἱέραξ) est un triple zoonyme qui connaît deux formes marines : le « faucon de mer » (ἱέραξ θαλάσσιος) et le « faucon de haute mer » (ἱέραξ πελάγιος) ; mais le premier est un poisson volant (voir Élien, NA, 9, 52) tandis que le second est un rapace marin (ibid. 6, 45 ; cf. Oppien, Halieutiques, I, 427-8 : εἰνάλιοί περ ἐόντες τευθίδες ἱρήϰων τε γένος βυθίη τε χελιδών).

59 Élien, NA, 9, 41. Thompson (A Glossary of greek fishes, Oxford, 1947, p. 167), rapportant le passage à une mention dans le poème d’Oppien (Halieutiques, I, 174 : μυῶν χαλεπὸν γένος) conclut que le cétacé d’Élien serait une tortue (sic).

60 Arist., HA, 535 b 27.

61 Arist., HA, 490 b 19. La baudroie est aussi appelée βάτραχος θαλάττιος (Arist., Merveilles, 835 b 13) ; cf. les poux (ϕθείρ) et les poux de mer, qui ressemblent d’après Aristote à des araignées (HA, 557 a 25).

62 HA, 505 b 13 sq. Elles ont aussi un type morphologique voisin (παραπλήσιαι τὸ εἶδος) ; voir Élien, NA, 7, 35.

63 HA, 621 a 6 : « le poisson que l’on appelle scolopendre (ἥνδε ϰαλοῦσι σϰολόπενδραν) ».

64 La linguistique emploie pour désigner ces sèmes annexes ou « afférents » le terme-concept contesté de « virtuème » (voir B. Pottier, Présentation de la linguistique ; fondements d’une théorie, Paris, Klincksieck, 1967, pp. 11-27).

65 Diphilos, ap. Athénée, Deipn., VIII, 356 c.

66 Élien, NA, 9, 12. Le renard de mer (ἀλώπηξ) malin comme un vrai renard, se méfie des hameçons, mais lorsqu’il est pris il pratique sa manœuvre favorite et se renverse (ἐϰτρέπεται). Voir Plutarque, 977 C : πέϕυϰε γὰρ δι᾿εὐτονίαν ϰαὶ ὑγρότητα μεταβάλλειν τὸ σῶμα ϰαὶ στρέϕειν.

67 Arist., HA, 607 b 14.

68 Il l’appelle en effet βρωμώδης (Diphilos, ap. Athénée, VIII, 356 b).

69 Cléarque, ap. Athénée, VIII, 325 d.

70 Strömberg, op. cit., 1943, p. 122.

71 Oppien, Halieutiques, II, 86 sq.

72 Voir Arist., Catégories, 1 a. Le zoonyme commun serait ainsi comme un hyperonyme, et à l’égard des deux noms d’animaux comme animal à l’égard de bœuf et homme. Mais en l’occurrence c’est un lexème unique (chien, par exemple) qui exprimerait les trois éléments liés : l’énoncé de l’essence (animal) et les deux items synonymiques (bœuf et homme).

73 Voir Élien, NA, 16, 19 : οὗτός γε ἔοιϰε τῷ χερσαίῳ πάντα πάντη πλὴν τῶν τριχῶν.

74 Élien signale en effet régulièrement les rapports qu’entretiennent les animaux homonymes entre eux : le πίθηϰος ressemble au χερσαῖος par sa couleur et sa face (12, 27) comme le λαγώς (16, 19), le ϰύων (loutre : 14, 21) et le τέττιξ (13, 26), etc.

75 Voir e. g. Élien, NA, 15, 11 : on utilise en magie la belette de mer (un petit poisson) « aux mêmes fins que la belette terrestre ».

76 Voir Élien, NA, 14, 24 : il existe une algue vénéneuse (le tamaris de mer) dont la fleur éclot en été et atteint son paroxysme de nocivité lors du lever de la constellation du Chien ; elle est appelée pankynion (tout-chien) en raison de l’astre (chien 2) et fascine les chiens de mer (chien 3) pour lesquels elle est mortelle ; Élien précise dans le même chapitre qu’elle vient au deuxième rang, en nocivité, après la pivoine terrestre (ou mandragore) appelée kynospastos (arraché par le chien), mortelle aux chiens de terre (chien 1).

77 NA, 15, 17. Élien note ailleurs (12, 27) que le singe (aquatique) « présente, dans sa conformation, une ressemblance de nature avec le singe terrestre », συμϕυς τῇ τοῦ χερσαίου πλάσει ϰαὶ ϰατὰ τοῦτο ὁ ἰχθὺς εἰϰασμένος. La réalité du lien homoclétique est encore manifestée, à propos du lion, par son antipathie profonde pour le « lion marin » (un crustacé) ; ce dernier est cependant un antispasmodique efficace pour son correspondant terrestre, « si l’on broie la carapace du lion marin et qu’on en jette la poudre dans de l’eau » que boit le lion terrestre (NA, 14, 9).

78 La langue dispose de nombreux moyens de créer des noms nouveaux, et de mettre en relation, d’une autre façon, les animaux. L’organisation du champ zoonymique peut relever d’une autre logique, comme c’est le cas dans la langue inuit où les animaux semblables, dans un même genre, sont nommés surtout d’après une espèce exemplaire, par adjonction de différents affixes (en particulier — jaq = ressemblant à) au spécième paradigmatique. Les animaux nommés d’après un autre sont des espèces satellites, mais il n’existe pratiquement aucune connexion transcatégorielle par partage de nom (voir V. Randa, « Qui se ressemble s’assemble. Logique de construction et d’organisation des zoonymes en langue inuit », Études/Inuit/Studies, 26, 1, 2002, pp. 71-108).

79 On peut objecter que ces zoonymes catégoriels désignent aussi des objets qui sont extérieurs au champ de l’animalité : ϰύων, βοῦς, ὄνος sont en effet employés métaphoriquement pour désigner des objets, des plantes, des parties anatomiques etc. ; nous supposons cependant que le champ zoologique forme une unité conceptuelle, ce qui permet de reconnaître que la polysémie de certains lexèmes zoologiques constitue un réseau de métaphores internes.

80 Voir G. Lakoff, « Classifiers as a Reflection on Mind », in : C. Craig (éd.), Noun Classes and Categorization, Typological Studies in Language, 7, Amsterdam/Philadelphie, 1986, pp. 13-51.

81 La particularité de cette forme d’« homonymie » (au sens antique) est donc d’être dynamique et constamment réactualisée par le rappel du noyau sémantique commun aux animaux qui partagent le même signifiant.

82 Apulée, un autre philosophe, se défend dans l’Apologie d’une accusation de magie et de pornographie dans laquelle son accusateur lui reproche de s’être procuré trois poissons au nom évocateur ou obscène pour ses drogues : le lepus marinus, le veretilla et le virginal. Apulée insinue que le mot n’a rien à voir avec la chose : « il n’est pas moins ridicule de prétendre qu’on a eu recours, pour des manœuvres amoureuses à des animaux de mer aux noms obscènes qu’il ne le serait de dire qu’on s’est procuré un peigne marin pour peigner ses cheveux, un poisson épervier pour attraper des oiseaux, un poisson apriculus pour chasser le sanglier, des crânes marins pour évoquer les morts » (De Magia, 33-34).

83 Comme le dit justement J. Picoche (« Polysémie n’est pas ambiguïté », Cahiers de Praxématique, 12, 1988, pp. 75-89 [p. 78]), « la polysémie commence où s’arrête (éventuellement où le lexicologue décide d’arrêter…) l’homonymie, définie par la coexistence sous un même Signifiant de Signifiés totalement disjoints sans le moindre rapport sémantique les uns avec les autres tels la baie du groseillier et la baie de Rio ». S. Auroux, dans le Dictionnaire des notions philosophiques abonde dans ce sens : « Il est difficile de distinguer l’homonymie de la polysémie : dans les dictionnaires on se fie souvent à l’étymologie pour choisir entre la première (on fait plusieurs entrées) et la seconde (une seule entrée). Par là, on tente de rationaliser les choix que l’on fait, sans jamais pouvoir toutefois réduire la contingence et l’arbitraire » (1990, I, p. 1166). Signalons que le lexicographe ancien Hésychius présente les animaux homoclétiques sous une entrée commune alors qu’il propose souvent plusieurs entrées pour un même nom couvrant différentes acceptions.

84 On pourrait aussi suggérer le terme de catachrèse qui exprime nettement le rapport de subordination des emplois, mais ce dernier terme est rare et peut, en raison de son sens étymologique (abus), prêter à confusion : « la langue paraissant parfois ne pouvoir offrir de terme propre, on a recours à une dénomination tropologique, qui parfois se lexicalise. <…> la catachrèse est synecdochique, métonymique ou métaphorique (langue source et langue cible), mais elle opère toujours une dénotation, et non une connotation » (B. Dupriez, Gradus, Paris, 1984, p. 104). J. Fontanier la considère comme « l’emploi, sinon toujours primitivement, du moins actuellement forcé, de telle ou telle des trois grandes espèces que nous avons reconnues [i. e. métaphore, métonymie et synecdoque] » (Figures du discours [1830], Paris, Flammarion, 1977, p. 213).

Notes de fin

1 Nous utilisons la convention suivante : un cas (+), de deux à quatre cas (++), de 5 à 9 cas (+++), plus de 10 cas (++++). Les reptiles, les crustacés et les céphalopodes n’ont pas de nom en commun.

Auteur

CEPAM, Université de Nice

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540