Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Première partie. Les fondements africains originels

Chapitre V. La fiscalité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il s’agit là d’une notion assez vague au Congo, mais il faut bien aborder le thème, car c’est au fait qu’un tribut lui est versé, à la régularité des versements et à la façon plus ou moins rationnelle dont la perception en est organisée, que l’on peut évaluer le niveau de développement de l’État, l’emprise réelle du pouvoir central sur le territoire qu’il se targue de posséder.

Les Congolais payaient un tribut à leur chef de village, celui-ci le faisait parvenir au gouverneur de la province, qui, à son tour, le remettait au roi. A chaque échelon, le responsable gardait pour lui un certain pourcentage.

Au niveau du village, lors de la récolte, les femmes « ... assemblaient en un tas toutes les favéoles, en un autre le bled turc [maïs] et ainsi de reste, puis donnant au Macolonte [Nkuluntu] pour sa subsistance, et séparant ce qu’on destine à semer ; le reste est partagé par cabane, selon la quantité de gens qu’il y a »1.

Au niveau de la province, voici ce qu’en dit un témoin de 1607 : « ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable