Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Aitia

Dossier : Aitia, causalité juridique, causalité philosophique

De l’aitios juridique à l’aitia platonicienne quelques suggestions

Catherine Darbo-Peschanski

Résumé

Cet article revient sur la répartition des rôles entre les Rois et les Éphètes au début de la loi de Dracon sur l’homicide par le biais du sens à donner à aitios. Dans « le fait d’être aitios », cette loi procédurale met en lumière le schème sémantique de « l’implication dans ». L’enquête passe alors à la tragédie en cherchant à montrer comment celle-ci crée différentes formes préfixées d’aitios/aitia qui lui permettent d’articuler les différentes relations des dieux et des hommes, notamment quand il est question d’homicide. Ainsi apparaissent de nouveaux sens comme « l’implication aux côtés de », « l’implication conjointe » et différentes façons de prendre part à un meurtre. Enfin, l’article suggère que la philosophie de Platon peut, au moins en partie, reposer sur une telle notion d’aitios/aitia quand elle élabore une notion de cause impliquant à la fois la combinaison et la hiérarchie entre les causes primaires et intelligentes, d’une part ; les causes secondaires ou auxiliaires, de l’autre.

This paper first returns to the interpretation of the Basileis’and the Ephetai’s respective roles at the beginning of Drakon’s law on the homicide, through the meaning of aitios. In “being aitios ” this procedural law highlights the semantic pattern of “the implication in”. Then the inquiry moves on to show how the tragedy creates many prefixed forms that develop this meaning in order to problematize the relationships of the gods and human beings, especially when homicides are concerned. Thus emerge various meanings such as “the implication with somebody”, “the common implication”, and different levels of participation in a murder. Finally, the paper suggests that the platonic philosophy can, at least partially, rely on such notion of aitios/aitia in elaborating a notion of cause, which implies both a combination and a hierarchy between the primary or intelligent and secondary or contributory causes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Soient des inscriptions juridiques et des tragédies, deux types de textes en rapport plus ou moins direct avec la sphère juridique, à partir desquels il s’agira de prolonger quelques voies que la réflexion philosophique classique a pu suivre pour investir le champ notionnel de l’aitia et le mettre au centre d’une élaboration du concept de cause. Deux exemples à travers lesquels essayer de comprendre quelques conditions de la perméabilité entre le domaine juridique et le domaine philosophique.

LA LOI DE DRACON SUR L’HOMICIDE

Le premier de ces exemples est d’ordre strictement juridique : il s’agit de la loi de Dracon sur l’homicide. Comme on le sait, ce texte date du VIIe siècle avant notre ère1 mais nous connaissons indirectement une partie de sa teneur grâce aux fragments qui nous restent de la stèle sur laquelle il a été gravé à l’occasion la grande révision des lois à laquelle procéda Athènes, plus de deux siècles plus tard, en 409-408 av. J.-C.2. On peut donc dire qu’il s’agit d’un...

Auteur

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540