Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Des vases pour les Athéniens

Varia

Pleurer comme un homme à la fin de la République romaine, ou comment construire l’autorité par les larmes1

Philippe Akar

Résumé

De nombreuses sources sur la fin de la République montrent que les hommes pleuraient fréquemment et qu’il s’agissait d’une pratique encadrée. Les larmes des hommes étaient le plus souvent de larmes de supplication, c’est-à-dire un geste de dégradation volontaire, servant à construire l’autorité de celui à qui elles étaient adressées et qui ne pleurait jamais. Mais nos sources nous ont également transmis quelques cas de magistrats pleurant afin de rétablir leur autorité sur des citoyens qui devaient en principe leur obéir. Le magistrat pleurait dans un contexte militaire, afin de persuader les soldats soit de s’engager dans une sédition, soit d’y renoncer. De plus, les larmes s’intégraient à un discours, conçu comme une performance. Elles venaient accroître l’efficacité de la partie verbalisée du discours, afin d’opérer un retournement de l’opinion des soldats. Les larmes contribuaient ainsi à restaurer l’autorité du magistrat, en démontrant sa capacité à user un type de langage perçu ordinairement comme incompatible avec l’exercice d’une autorité.

Numerous works about the end of the Republic show that men cried frequently and that it was a controlled practice. Most of the time, men’s tears were tears of pleading, that is, a voluntary gesture of humiliation, meant to reinforce the authority of the one to whom the tears were addressed, and who never cried. Nevertheless, there were exceptions to this model: our sources passed on to us some cases of magistrates crying in front of citizens who were supposed to obey them. The magistrate cried in a military context to persuade the soldiers either to initiate or abandon a revolt. Furthermore, tears were an integral part of speeches, conceived as performances. They served to increase the efficiency of the verbal part of the speech, to bring about a reversal of the soldiers’ opinion. In this way, tears contributed to the restoration of the authority of the magistrate, by demonstrating his capacity to use a type of language usually perceived as incompatible with the exercise of authority.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 67 av. J.-C., L. Licinius Lucullus, en charge de la guerre en Orient depuis son consulat en 74, dut affronter une mutinerie d’une partie de ses soldats2. Ces derniers refusaient de le suivre, alors que l’armée de Mithridate menaçait les troupes romaines installées dans Le Pont. Face à ce mouvement de rébellion, Lucullus n’eut d’autre choix que de tenter de négocier avec eux. D’après Plutarque, le général fit le tour du camp, saluant les soldats, leur prenant la main et versant des larmes3. Lucullus échoua dans cette tentative de convaincre les soldats révoltés et, si ces derniers, finalement, acceptèrent de demeurer avec lui, c’est à la demande des autres soldats qui craignaient l’offensive de l’armée de Mithridate. Cet épisode pose donc, d’une part, le problème de savoir pourquoi Lucullus a pu croire, dans ce contexte, en l’efficacité des larmes, d’autre part, celui des raisons de leur échec. Or, nous allons voir, dans une première partie de cette étude, que cet échec n’avait a ...

Auteur

UMR 8210 ANHIMA, Paris

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540