Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Des vases pour les Athéniens

Varia

Les vies de Schliemann : l’autobiographie comme lieu de savoir

Annick Louis

Résumé

La légende d’Heinrich Schliemann (1822-1890), l’archéologue autodidacte qui a excavé les sites des anciennes villes de Troie et Mycènes, repose sur le récit qu’il fit de sa carrière et de la naissance de sa vocation scientifique dans son autobiographie. L’analyse des quatre versions qu’il rédigea à différents moments de sa carrière montre une instrumentalisation du récit de vie, dont l’objectif semble être de se faire un nom dans le monde savant et de diffuser l’image du « self-made man homme de science » auprès du grand public. Notre analyse s’émancipe du débat autour de la véridicité de l’autobiographie de Schliemann, afin de mettre en évidence les enjeux narratifs de ce récit, ainsi que les perspectives qu’ils ouvrent à la réflexion sur l’histoire des sciences. Nous tenterons de saisir le fonctionnement de l’autobiographique entre l’espace public et l’archéologie, une discipline qui reste, à l’époque de Schliemann, en cours de définition et de professionnalisation.

Heinrich Schliemann’s legend is based on the autobiography he wrote and published, where he explains the birth of his vocation. Famous for having established the site of the Homeric Troy, as self-educated archeologist, he instrumentalised the story of his life to legitimate his scientist position, and to impose himself to the public as a “self-made scientist man”. However, the study of the four versions of his autobiography shows that a narratologic approach opens new perspectives to the history of science. Archeology being, at the time, a discipline in course of definition, the case of Schliemann contributes to prove the central role played by narrative in social sciences at the end of the 19th century.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Longtemps, l’autobiographie de Heinrich Schliemann (1822-1890), l’archéologue autodidacte qui a excavé les sites des anciennes villes de Troie et Mycènes, a été considérée comme une biographie attestée, autant par le grand public que par les spécialistes1. À l’origine de cette situation, qui n’est pas inhabituelle dans le cas des hommes célèbres, se trouve la volonté de Schliemann ; mais dans la mise en place de la série de légendes qui entoure sa vie, la fascination du public pour un mode particulier de récit autobiographique a également joué un rôle2. Schliemann reste le symbole du combat victorieux d’un enfant pauvre et illettré, passionné par la Grèce Antique, qui réussit à se faire un nom dans le monde de l’archéologie. Une perspective peu critique en appelant souvent une autre, la croyance aveugle dans son récit autobiographique fit place, à partir des années 1970, à une remise en question radicale de celui-ci3. L’édifice Schliemann sembla chavirer, puisque la question se posa...

Auteur

Université de Reims. Centre de Recherches sur les Arts et le Langage (CNRS-EHESS)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540