Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Des vases pour les Athéniens

Dossier : Des vases pour les Athéniens (vie-ive siècles avant notre ère)

La production « athénienne » du Peintre de Sappho, entre création et routine*

Cécile Jubier-Galinier

Résumé

La mise à jour de la liste des vases attribués au Peintre de Sappho provenant d’Athènes ou de l’Attique montre que la région représente environ 40 % des provenances connues pour cet artisan. La typologie est un critère essentiel car, outre la dizaine de lécythes attestés, ce marché concerne la totalité de ses vases rituels et funéraires, produits à l’attention de la population locale. Des images les plus convenues aux plus exceptionnelles témoignent de la diversité des goûts des clients et de la compétence de l’artisan. L’étude des contextes d’usage (tombes et sanctuaires), associée à celle du savoir-faire du peintre permet enfin d’envisager d’autres arguments que celui de l’originalité des images pour évaluer l’implication de la clientèle dans le processus de fabrication des offrandes. Si la présence de noms propres sur les plaques funéraires est depuis longtemps interprétée comme la preuve d’une commande, la combinaison inhabituelle entre un contexte, une forme et une iconographie constitue un nouvel indice que les études devront davantage envisager.

The updating of vases attributed to the Sappho Painter, coming from Athens or Attica shows that the area represents 40% of the distribution known for this craftsman. The typology is an essential criterion because, except for a few lekythoi from the abovementioned area, this market concerns the entire production of the painter’s ritual and funerary vases, made only to cater for the needs of the local population. The most conventional as well as the most exceptional images show both the great diversity of the customers’ tastes and the high skill of the painter. The study of the contexts – grave and sanctuary – associated with that of the savoir-faire of the painter points to other arguments besides the originality of images to assess the users’ implication in the making of the offerings. If the names on the funerary plaques have been from a long time understood as a proof of special commissions, the unusual combination between context, shape and iconography is a new indication that has to be further studied.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Situé à la charnière des figures noires récentes puis tardives, le Peintre de Sappho est apprécié pour sa maîtrise de techniques particulières, fond blanc et technique de Six1, et pour son iconographie souvent originale, accompagnée de nombreuses inscriptions, signifiantes à la lecture ou le plus souvent illisibles2. Son vase éponyme en technique de Six représentant la poétesse Sappho3 est, à ce double titre, un excellent exemple de sa capacité à nous surprendre. Plus que les lécythes qui constituent sa production courante4, ce sont surtout ses vases et plaques funéraires qui retiennent l’attention en tant que documents exceptionnels sur les différentes étapes du rituel5. Or quand un vase porte une iconographie inhabituelle dans le contexte ambiant, il n’est pas rare d’évoquer l’intervention d’un client pour lequel l’artisan aurait réalisé une œuvre sur commande6. Les vases funéraires du Peintre de Sappho n’échappent donc pas à cette interprétation7, d’autant plus que l’iconographie...

Auteur

Université de Perpignan, EA 2984 CRHiSM

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540