Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Des vases pour les Athéniens

Dossier : Des vases pour les Athéniens (vie-ive siècles avant notre ère)

Des vases plastiques attiques pour les Athéniens du ive siècle1

Violaine Jeammet

Résumé

Au sein de l’abondante production de vases plastiques fabriqués à Athènes au IVe siècle et largement diffusés dans le Bassin méditerranéen, trois catégories spécifiques semblent former une production propre aux besoins cultuels des Athéniens : il s’agit des vases plastiques en forme d’amande, des vases figurant un enfant (Dionysos et/ ou Éros), et des loutrophores à appliques féminines en haut relief. Ces catégories, et notamment la dernière, sont vraisemblablement l’un des jalons qui permettent d’expliquer l’éclosion et l’explosion de la production des figurines improprement appelées Tanagras au XIXe siècle. Les scènes mythologiques peintes sur les vases grecs – expression de la pensée grecque par excellence – sont sans doute devenues trop complexes pour être comprises par les « nouveaux » Grecs de la période hellénistique. Ceci explique le passage à la figuration d’êtres humains (surtout des femmes et des enfants) reflétant les croyances que chacun voulait leur donner.

Among the mass of Attic plastic vases spread throughout of the Greek world in the 4th c. B. C., three categories seem to be particular to religious Athenian purposes. They are almond form plastic vases, figurine-vases with a child (Dionysos and/or Eros) and loutrophoroi adorned with women in high relief. In the third quarter of the 4th c. these figurine-vases particularly could constitute the connecting link between the last expression of pottery and the first “Tanagra” figurines in the real sense of that term (which is indeed a modern one). It shows anyway that Attic workshops seem to be as important as before. The very wide diffusion of these Athenian artefacts (figurinevases and “Tanagra” figurines) does indeed reflect the success of the new formula. Myth painted on Greek vases – the expression of Greek thought par excellence – maybe became too complex to be understood for the “new” Greeks of the Hellenistic period. It gave way, through plastic vases and clay sculpture, to the figuration of human being (especially women and children), reflecting the beliefs anyone wished to give them.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les vases plastiques1, catégorie intermédiaire entre la céramique et la coroplathie, constituent à n’en pas douter un ensemble fondamental pour la compréhension des ateliers artisanaux qui travaillent l’argile au IVe siècle av. J. -C. : ils permettent d’expliquer l’évolution qui mène des derniers vases à figures rouges, qui ont fait la gloire d’Athènes, aux figurines en argile dont la production va subitement exploser dans le dernier tiers de ce siècle et connaître par là-même une diffusion sans précédent. Ces figurines produites en masse, que le XIXe siècle se plaira à appeler « Tanagras », sont en réalité et avant tout des statuettes créées à Athènes vers 340-330 av. J. -C. en réponse à de nouveaux impératifs techniques et thématiques afin de satisfaire des besoins locaux, qui vont in fine largement dépasser le strict cadre d’Athènes : le type se diffusera très rapidement et pendant plus d’un siècle dans tout le Bassin méditerranéen2. Il est ainsi légitime de présenter cette catég...

Auteur

Conservateur en chef, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre
HALMA-IPEL UMR 8164

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540