Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 2. Volume 1

 | 
André Miquel

Chapitre IV. L’Afrique Noire, ou un continent entrevu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Afrique : un mystère à peu près total pour l’antiquité classique1. Mais un mystère attirant, au moins pour ceux qui veulent trafiquer d’or, d’ivoire, d’esclaves ou de fauves. L’Islam, quand il s’installe dans l’histoire, recueille à la fois les incertitudes d’une vieille tradition livresque ou légendaire et les inquiétudes des gens d’affaires, que soutiennent, à l’occasion, les politiques2.

Des savants péremptoires et des marchands tenaces

L’héritage antique est représenté par Ptolémée (fig. 19), qui dessine la carte du continent d’une main résolue, voire imaginative, et par Galien, dont l’autorité cautionne une ethnographie stéréotypée de la race noire3 En face, ceux qui entendent voir les choses de leurs yeux : les marchands d’abord, arabes et persans4. Ici encore, l’Islam hérite d’un passé, mais ce passé, il le relance, l’amplifie : la création des villes, les besoins de leurs riches et de leurs princes en produits de luxe et en esclaves, développent la prospection des rivages de...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540