Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 2. Volume 1

 | 
André Miquel

Chapitre III. L’Extrême-Orient, ou de grandes civilisations inachevées

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Extrême-Orient n’épuise pas, tant s’en faut, la littérature exotique des ixe-xe siècles. Mais il est un de ses chevaux de bataille, et des plus anciens : de tous les livres1 arabes consacrés aux terres étrangères, le plus vieux que l’histoire nous ait sauvé, en 237/851, porte le titre de Relation de la Chine et de l’Inde (Ahbār as-Sīn wa l-Hind). Directement lié à la grande époque de Bagdad et Sāmarrā, et aux besoins nés de ces villes en direction des mers orientales, l’ouvrage justifie, à lui seul, qu’on entame par l’Est ce panorama du monde non musulman. Mais auparavant, quelques mots sur l’œil de l’observateur, en quelque endroit du globe qu’il se trouve.

La littérature exotique : les affaires et l’Islam

Et d’abord, les affaires : de la politique ou du négoce. Avant d’écrire pour eux, pour le plaisir, s’ils y ont jamais songé, ambassadeurs comme Ibn Fadlān et Abū Dulaf Mis’ar, ou marins-marchands de la Relation, tous écrivent pour quelqu’un : gens du pouvoir ou collègues en mal d...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable