Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 2. Volume 1

 | 
André Miquel

Chapitre I. La terre indivise

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pourquoi terre indivise ? Y a-t-il, dans les œuvres de la première géographie arabe, un sentiment quelconque d’une communauté de destin qui lie les uns aux autres les habitants du globe, et tous les hommes ensemble à l’être même de celui-ci ? Ce serait trop sans doute que de parler, avant la lettre, d’un humanisme. Car il est vrai, comme en matière de jugements portés sur les nations1, que la conviction de la prééminence de l’Islam gêne la perception et l’énonciation, noir sur blanc, d’une destinée humaine globale. Gardons-nous cependant de nous enfermer dans les insuffisances de la conscience claire. A l’ombre de l’héritage grec, vaille que vaille réassumé, et aussi de la cosmogonie coranique, la terre est bien, d’entrée de jeu, présentée comme un tout inscrit dans cet autre tout qu’est l’univers. Avant que de répartir les hommes à sa surface2, elle se doit de rassembler ses fils en oubliant leurs différences et, peut-être, en les oubliant eux-mêmes dans cette unité qu’elle prétend...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540