Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Mères et maternités en Grèce ancienne

Dossier : Mères et maternités en Grèce ancienne

La maternité, désirée ou refusée

Quelle stratégie pour elle et lui, l’oikos, la cité ?

Lydie Bodiou et Pierre Brulé

Résumé

Plongé dans un contexte démographique contraignant, pris en tenaille entre la nécessité de faire des enfants pour pérenniser l’oikos, assurer leurs vieux jours et la volonté de maîtriser une descendance trop nombreuse, dangereuse car trop coûteuse, le couple utilise toutes les techniques qui lui permettent de contrôler sa descendance. Il a recours aux médecins qui tiennent aux femmes et à leurs maris deux discours en apparence contradictoires : celui incitatif qui affirme que la maternité est un besoin physiologique et un gage de bonne santé et l’autre par lequel ils prescrivent des médications ou des techniques abortives et contraceptives. En se plaçant dans la perspective interventionniste pour une limitation de la descendance, ils s’intéressent aussi aux tentatives de sélection du sexe.

In ancient Greece, demographic needs presented a challenge; a couple had to have children in order to assure the sustainability of the oikos and old day and at the same time, it had to control its own fertility so that the offspring is not too large. Since too many children would threaten the lives of mothers and the wealth of family a couple would have used all available means in order to control birth. The doctors to whom women and their husbands could turn to for advice made contradictory claims. They said that motherhood is a physiological need that guarantees good health, and they also advised on how to select the gender of children. At the same time, they prescribed medication for birth control and offered information about abortion technics.

Texte intégral

1Avant-hier et aujourd’hui : « Un enfant si je veux, quand je veux ! ». On dira : ce slogan féministe des années soixante et au-delà est bien de son temps, tant son objectif n’était devenu réalisable qu’à partir du moment où la mise au point puis la maîtrise de moyens anticonceptionnels efficaces – évidemment, la pilule – et aussi de techniques gynécologiques d’avortement permises par la loi ont offert aux femmes des garanties suffisantes de fiabilité et de sécurité. Et, d’un seul coup, le passé est devenu lointain. L’opinion commune imagine que dans ce passé-là, la reproduction humaine était entièrement vouée aux hasards de la « nature ». Un temps indéfini et uniforme où, les humains étaient condamnés, pour nous, à la soumission aux mécanismes de la génération et, pour eux, à la volonté divine à laquelle l’autorité religieuse ajoutait ses arrêts. Comment n’en conclurait-on pas qu’il était naturel que la résignation et le fatalisme s’emparassent des esprits ? À suivre les représentations communes de ce passé, ce temps très long d’avant la pilule, pour dire court, serait donc celui de l’absence de ce vouloir qui caractérise ce slogan.

2Tout cela est faux. Quelle que soit l’opinion que nous nous faisons de l’impuissance des populations anciennes à agir sur leur génération, les humains ont toujours cherché à contrôler leur descendance ou ont, au moins, pris conscience des conséquences de leur activité sexuelle. C’est évidemment le cas en Grèce antique. Alors, n’ayons pas peur des sujets difficiles : comment cette question se présentait-t-elle en ce monde ?

3On ne saurait proposer de réponses à l’alternative principale – en avoir ou pas – de même qu’à l’alternative secondaire – en avoir maintenant ou plus tard – sans une connaissance des moyens utilisés pour agir et des circonstances qui influencent les choix des partenaires quand il s’agit de se reproduire ou non. C’est au contexte démographique général (considéré en quelque sorte in abstracto) qui « encadre » les choix du couple qu’est consacrée la première partie de cette mise au point, alors que les moyens d’agir dans un sens ou dans l’autre au sein du couple seront étudiés dans une seconde partie à l’aide d’une abondante littérature antique.

1. Contextualiser les choix de descendance du couple

  • 1 Nous échappe totalement ou presque cette autre partie de la population des cités grecques que l’on (...)

4Étant entendu que, même en se limitant aux politai et à leurs épouses, les situations familiales, sociales, économiques et politiques des partenaires de l’acte sexuel nous échappent et qu’il est donc impossible de raisonner dans un cadre individuel, nous n’étudierons ces « circonstances » que dans un cadre collectif – sociologique –. Pour cela, nous nous fonderons sur les caractéristiques démographiques de ces sociétés. Pour chacun des partenaires, pour le couple, pour l’oikos et pour la polis, c’est dans le cadre d’un contexte démographique, dont chacun n’a qu’en partie conscience, que les citoyens (ou peut-être, plus largement, les astoi) tentent d’établir une stratégie de reproduction citoyenne1.

5L’historien doit préalablement poser une question cruciale, plus que de méthode, de principe. Peut-il, s’agissant de l’Antiquité, avec le seul appui de l’arithmétique de la démographie, restituer une logique de comportement des couples ? Les règles auxquelles il soumet son travail permettent-elles d’affirmer (e. g.) qu’en fonction du nombre des filles vivantes dans l’oikos à l’instant T, du montant estimé de leur dot, l’époux-père pourra souhaiter éviter d’autres naissances féminines ? De même (toujours e. g.), qu’en fonction de la surface de l’exploitation agricole et du nombre de naissances masculines vivantes, le citoyen-époux-père-propriétaire foncier pourra soit souhaiter avoir rapidement un garçon, soit éviter que ne surviennent d’autres naissances masculines ? Prenant le maximum de précautions possibles, nous avons choisi depuis longtemps, et n’avons pas varié, de répondre oui à ces questions, pensant qu’il est préférable de s’approcher, par approximations progressives, de la réalité d’une structure démographique et d’en vérifier quand c’est possible la validité plutôt que de se contenter d’une vision impressionniste.

Maternités, désirées ou non : la règle du jeu

6Alors que depuis 50 ans, ce sont les femmes qui ont clairement posé la question de l’enfant désiré, seuls les hommes-citoyens-époux antiques se trouvaient en position de choisir, ces dilemmes sonnent fort modernes : faire ou non des enfants, les élever ou non, choisir (pourquoi pas ?) d’avoir des garçons ou des filles, ces questions s’emboîtent. On ne les résumera pas par la formule contemporaine de « contrôle des naissances », car il s’agit de plus que de cela (on intervient aussi après les naissances), c’est du « contrôle de la descendance » dans l’oikos qu’il s’agit. Quelles sont les conditions sociales – démographiques – de ces sociétés que la recherche a réussi à amener au jour et dont on peut penser qu’elles influencent les stratégies mises en place par les couples en leur intimité en vue de contrôler la taille de leur oikos ?

  • 2 Que le lecteur pardonne à l’un des auteurs la pratique prétentieuse de l’autocitation, sa seule exc (...)

7« Directement », nous ne savons rien. Aucun auteur antique ne s’est intéressé à cela, aucun ne dit combien un couple avait d’enfants, en moyenne, au cours de sa vie reproductive. Rien sur l’âge moyen des hommes et des femmes à leur mort, rien sur la fréquence de leurs relations sexuelles, ni sur les parts de leur vie sexuelle consacrées à la reproduction ou à la récréation. Pourtant, de nombreux indices montrent que les communautés humaines s’inquiétaient de ce que nous appelons la démographie. À ne prendre que l’exemple de la polis, passer de la constatation de « trous » dans les rangs de la phalange à l’inquiétude à propos des effectifs militaires disponibles, légiférer sur la nécessité de donner des héritiers aux épiclères, doter les orphelines pour « repeupler » la cité : tout cela relève du coup par coup et concerne la superstructure politique ; mais qu’en pense-t-on chez soi ? Pour l’interpréter au mieux, nous avons pensé qu’il convenait de dresser le tableau de ce qu’on peut appeler un certain complexe démographique, et cela au cœur de l’océan de nos ignorances et de nos incertitudes. Que les astoi en aient conscience ou non, c’est au sein de ce complexe qu’ils faisaient leurs choix dans le contrôle de leur descendance2.

Un certain complexe démographique

8Un constat (un record du monde) : l’âge au mariage des époux et leur écart. Il est nécessaire de partir de là, parce que plusieurs caractéristiques démographiques grecques en découlent. La figure commune c’est celle de pères de 60 ans remettant des numphai [jeunes mariées] de quinze ans à des gendres de trente. Peut-être plus tôt d’un côté et plus tard de l’autre, d’où un écart de quinze à vingt ans. Les causes et conséquences de cet état de fait sont au cœur du fonctionnement démographique de cet isolat que constitue le groupe des astoi.

Conséquences structurelles

  • 3 Brulé 1999 (= Brulé 2007, p. 57-58).
  • 4 Cox 1998, p. 120-121.

9C’est vers trente – trente-cinq ans, en moyenne, que le fils hérite, succède à son père, installe son propre oikos, accède aux plus hautes charges politiques. On retrouve ailleurs ce rythme trentenaire des générations (à Athènes en tout cas3). Si la composition de la fratrie de descendance n’a été influencée ni par la décision préalable du couple de choisir le sexe des enfants à élever, ni par l’exposition d’enfants d’un certain sexe, c’est-à-dire si la composition de la fratrie est aléatoire, compte tenu de leur âge au mariage, le père mariera les filles avant leurs frères4. Il assurera la dot des filles avant de se préoccuper du mariage (de l’établissement) des garçons.

Causes et conséquences démographiques

10Autre constat : un déficit notable, parfois spectaculaire, en filles à la puberté. Toutes choses égales par ailleurs, cet écart que certaines sources permettent de constater à ce moment, vient de loin, il a pris sa source dans l’inégalité initiale entre les effectifs de filles et de garçons, une différence qui ne date pas de la naissance proprement dite, mais peu de temps après, en raison de la pratique durable de l’exposition préférentielle des filles. Le remède (probablement inconscient) à ce déséquilibre consiste en une compensation quantitative fondée sur ces âges inaccoutumés au mariage.

11Si ces effectifs déséquilibrés de filles et de garçons, au même âge, devaient constituer des couples de reproduction au même âge ou à peu près, un tel appariement laisserait trop d’hommes « sur le carreau » à leur âge au gamos. Dans leur réalité arithmétique, les âges au mariage rétablissent une certaine harmonie dans les effectifs des épousables. Plus les maris potentiels sont vieux, moins ils sont nombreux. Cet écart d’âge entre les partenaires influence directement et indirectement la démographie de la cohorte des époux.

Mortalité

  • 5 Nous revenons plus loin sur ces aspects.

12Inéluctablement, le jeu différentiel de la mortalité par âge diminue plus vite l’effectif des maris. Ce différentiel est, il est vrai, partiellement compensé par la mortalité périnatale des mères : lors de fièvres puerpérales, causes de septicémies mortelles, et par les dangers de certaines méthodes thérapeutiques5.

  • 6 Cf. Brulé 1999 (= Brulé 2007, p. 64-65).
  • 7 Hunter 1989.

13Toutefois, ces facteurs sont sans commune mesure avec les effets (cumulatifs) de la mortalité des hommes à la guerre dans cette phase de leur vie où les facultés reproductives sont les plus efficaces6, ce qui entraîne un grand risque de veuvage féminin précoce et important7. La veuve est une figure commune des sociétés grecques antiques ; celles de moins de vingt ans ne sont pas rares. Cette mortalité des « jeunes » maris entraîne aussi un phénomène de classes creuses. Un mari mort ne fait plus d’enfant et la facilité d’un remariage varie en fonction de l’importance de la dot. Nombre d’unions n’ont pas le temps d’être fécondes, ce qui nous conduit à envisager les conséquences sur la natalité.

Natalité

  • 8 Thompson 1972.

14Cette destruction, mécanique et/ou conjoncturelle, des unions constitue un facteur important de baisse de la natalité citoyenne générale. Il existe des palliatifs particuliers à la cité grecque à cette situation dangereuse. Psychologique : certaines règles juridiques du mariage, certains comportements font douter qu’il fût pensé comme nécessairement viager. Économique : le régime de la dot, « ombre de la femme », permet une accélération de la circulation matrimoniale des veuves qui compense en partie ce déficit de natalité. À Athènes, en tout cas, les remariages sont fréquents8.

Âges au mariage et reproductibilité du couple

15Marier si jeunes les filles de leur père, allonger vers des âges fort tendres la durée de la période de reproductibilité féminine, cette précocité du premier rapport sexuel ne devrait-elle pas augmenter le nombre de grossesses, donc la reproduction nette du couple ?

16Le sens commun se trompe : l’allongement vers l’amont de la période de fécondabilité n’entraîne pas une augmentation proportionnelle de la fécondité générale. Les épouses n’ont pas d’autant plus d’enfants qu’elles sont mariées plus jeunes. C’est même l’inverse comme l’ont montré les études de démographie historique appliquées à d’autres périodes historiques. Il existe des échos des problèmes créés par la précocité des rapports sexuels chez Aristote et Soranos d’Éphèse. Autre variable dont le sens commun fait peu de cas : le rôle du partenaire masculin ; celui-ci est « vieux » non seulement relativement à son épouse, mais dans l’absolu. À partir de trente – trente-cinq ans, période où beaucoup de Grecs se marient, la diminution de la fertilité masculine est sensible puis augmente assez vite.

  • 9 Voir le tableau présenté dans Brulé 1987, p. 373, note 3.

17Le déséquilibre entre les effectifs des époux, dû à la différence d’âge au mariage et à la mortalité différentielle des maris, s’amplifie avec le vieillissement des partenaires, de sorte qu’à soixante ans on compte plus d’un tiers de veuves9. Selon que l’homme s’est marié à trente ou trente-cinq ans, entre un cinquième et un quart des épouses ne peuvent terminer leur cycle de reproductibilité dans le couple par défaut de partenaire. Évidemment, leur fécondité en diminue d’autant…

  • 10 Cf. Dasen and Pache Huber 2010.

18En démographie « théorique », dans l’hypothèse d’une absence de contraception, le nombre d’enfants vivants par femme ne varie pas seulement en fonction de la durée de sa fécondabilité et de l’utilisation effective de cette potentialité, mais aussi en fonction de la durée des intervalles inter-génésiques. En imaginant que le mari soit toujours fécond et lui ou le couple décidés à féconder, pour qu’une femme théorique mette au monde douze, treize, quatorze, quinze enfants et plus au cours de sa vie, il faut que durant la période pendant laquelle elle est fécondable (trente-quatre à trente-cinq ans théoriques), les intervalles entre deux fécondations soient les plus courts possibles, que les reprises d’ovulation soient les plus rapides. Or, dans les conditions de l’Antiquité, en l’absence de raisons qui tiendraient à des pratiques thérapeutiques ou, rarement chez les astoi, à des cas d’aménorrhée de famine, la cause la plus « naturelle » du retour rapide des règles après une naissance est la suspension de l’allaitement maternel10. Quelles peuvent en être les causes ? La mort périnatale de l’enfant, son exposition, sa mise en nourrice, qui a tendance à augmenter la mortalité infantile. Même si nous ne disposons d’aucun moyen pour évaluer quantitativement les conséquences de ces trois pratiques, il est toutefois probable qu’elles agissent notablement (selon une différenciation sociale) sur le taux de natalité général.

19Tenant compte de tous les facteurs qui limitent le nombre d’enfants élevés (le nombre des enfants vivants à un an par exemple), le rapport entre cette descendance nette et le nombre de conceptions est assez désastreux. Par conséquent, pour que le renouvellement des générations soit assuré, que l’oikos se maintienne, il faut que l’épouse soit très souvent enceinte au cours de sa vie de mère potentielle. Négligeant la question du sexe de l’enfant, on peut présenter l’hypothèse suivante comme fort probable : il faut huit, neuf ou dix conceptions (avec un ou plusieurs partenaires) qui aboutiront à cinq, six ou sept naissances vivantes, d’où trois ou quatre enfants élevés, sur lesquels deux ou trois pourront eux-mêmes atteindre l’âge de la reproduction. Il est vrai qu’un correctif législatif échappe à nos représentations arithmétiques : en l’absence de reproduction biologique, les lois sur l’adoption permettent au citoyen de se fabriquer un fils. Une législation qui, du strict point de vue démographique, permet donc une sorte de partage de la descendance citoyenne vivante.

Et l’oikos ?

  • 11 Gallant 1991, p. 7-30.

20Il faut considérer avec intérêt les travaux de Thomas W. Gallant11 sur ce sujet. Celui-ci tente de décrire un cycle de l’oikos, qui s’emplit et se vide, en périodes de trois ans (les enfants y sont des enfants qu’on élève). Sa lecture vaut bien des commentaires.

Âge de l’épouse

Âge de l’époux

Structure de l’oikos

15

30-35

Couple + mère du mari veuve + jeune frère ou sœur

18

33-38

Couple + enfant + mère du mari veuve + jeune frère ou sœur

21

36-39

Couple + 2 enfants

24

39-42

Couple + 3 enfants

27

42-45

Couple + 3 enfants

30

45-50

Couple + 3 enfants

33

48-55

Veuve + 1 adulte (fille mariée et garçon aîné adulte) + enfant

36

51-56

Veuve + couple (fils aîné marié) + jeune frère ou sœur

21Aussi bien la situation de l’oikos décrite par ce tableau que ce qu’on a pu raisonnablement avancer à propos de la démographie citoyenne, sont confirmés par la lecture, même la plus superficielle, du corpus hippocratique : le souci principal des oikoi (mari et couple), jusqu’à devenir obsessionnel, c’est précisément de maintenir leur potentiel de reproductibilité, et par voie de conséquence, celui des femmes.

22Toutefois, on y trouve aussi la trace, et cela y prend même plus de place, de cette autre obsession : l’ajustement du nombre des enfants à faire avec le souci de n’avoir pas trop de dots à verser, ni de devoir partager le gâteau d’héritage en un trop grand nombre de parts : contrôler le nombre des hoirs et leur sexe si possible… Formidable ambivalence de deux attitudes. D’autres arguments pour « manipuler » la descendance sont forts, eux aussi : le maintien du nom, les soins à recevoir dans la vieillesse, les honneurs à rendre aux morts, le plaisir des petits-enfants, la crainte de voir l’oikos tomber en quenouille ou, pire, devenir désert. Alors, comment s’y prendre ?

2. Le regard des médecins, reflet des obsessions génésiques

23L’importance quantitative des traités gynécologiques dans la collection hippocratique reflète certes les préoccupations des médecins, mais elle s’explique aussi par la nécessité de faire face aux demandes des maris – et, au-delà, des oikoi et de la cité –, inquiets de maintenir le potentiel reproducteur de leurs épouses et filles. Si les organes sexuels de la femme sont l’objet de tant de soins, c’est, indirectement, parce qu’un couple ne peut laisser un oikos en déshérence et c’est, directement, parce que la maternité est un devoir féminin. La femme apais représente un investissement sans rentabilité, un poids dont il faudra se débarrasser. Les maladies communes intéressent peu les médecins, chez eux, la femme ne semble malade que de son sexe : matrice oblique ou volatile, règles trop ou pas assez abondantes, lésions diverses… Derrière tout cela, la maladie par excellence reste la stérilité.

24Le balancement de leur discours reflète les fortes attentes antagoniques dont ils sont l’objet. D’un côté, ils tiennent un discours fortement incitatif et « populationniste », qui est fondé sur deux arguments : la maternité est un besoin physiologique et un gage de bonne santé ; de l’autre, prescrivant des médications ou des techniques pour chasser le fœtus, pratiquant des avortements ou pour le moins soignant des femmes qui avortent, spontanément ou délibérément, ils se placent dans la perspective interventionniste pour une limitation de la descendance. En puis, tant qu’à mettre au monde des petits, autant qu’ils soient héritiers, donc mâles. Les médecins s’intéressent par conséquent aussi aux tentatives de sélection du sexe. Au nombre des moyens de limitation de la taille de la famille, il y a aussi l’exposition, mais les médecins l’évoquent peu.

25Ce discours, entre incitation à la génération et volonté anticonceptionnelle, entre exhortation et rejet, témoigne surtout des préoccupations du mari ou du partenaire, du couple peut-être, donc de l’oikos, et, en arrière-plan, de celles de la cité. Toutefois, il n’est pas contradictoire qu’il révèle aussi certaines pratiques féminines :

  • 12 Le médecin pense aux troubles gynécologiques.
  • 13 Hippocrate, Maladies de femmes I, 62 (Littré, VIII, 127). Sauf mention contraire les traductions so (...)

Parfois elles ne savent pas elles mêmes quel est leur mal12, avant d’avoir l’expérience des maladies provenant des menstrues et d’être plus avancées en âge. Alors, la nécessité et le temps leur enseignent la cause de leurs maux. Souvent, chez les femmes qui ne connaissent pas la source de leurs souffrances, les maladies sont devenues incurables, avant que le médecin ait été instruit par la malade de l’origine du mal. En effet, par pudeur, elles ne parlent pas, même quand elles savent ; et l’inexpérience et l’ignorance leur font regarder cela comme honteux pour elles. En outre, les médecins commettent la faute de ne pas s’informer exactement de la cause de la maladie et de traiter comme s’il s’agissait d’une maladie masculine […]. Il faut, dès le début, interroger soigneusement sur la cause ; car les maladies des femmes et celles des hommes diffèrent beaucoup pour le traitement13.

L’exhortation à la maternité

  • 14 Voir aussi Bodiou, Brulé et Pierini 2005.

26Reflet d’obsessions du corps social et politique, la question de la fécondité est centrale : maintenir toujours le potentiel de reproductibilité14. Souci itérarif du médecin à chaque étape de la vie biologique de la femme : du fœtus féminin in utero, à la parthenos en proie aux maux de sa matrice errante, à la numphê qui ne parvient pas à concevoir, à celle qui souffre de fausses couches, à celle qui a interrompu une grossesse non désirée et à celle, déjà mère, qui ne parvient plus à porter de fruit. Le médecin déploie tout un savoir précis afin d’agir sur les règles, la matrice (ses maladies spécifiques et ses errances) et les maladies de la grossesse. Il préconise un arsenal de moyens thérapeutiques, chimiques ou mécaniques, pour rétablir la femme dans sa faculté reproductive. Répétons-le, la femme n’est malade que de cet appareil génital trop ou trop peu fécond, mutilé, rendu stérile par des accouchements difficiles, des médications inadéquates ou mal administrées.

27Pour la parthenos, la mère, le médecin, le premier signe à considérer est l’arrivée bienvenue du sang des règles, signe de leur capacité reproductrice. Tôt mariées, vite mères. Le médecin des Maladies de jeunes filles affirme que seul le mariage pourra « libérer » la vierge des désordres de son corps. Le sang qui bouillonne dans son corps la fragilise, l’instabilité de sa matrice lui cause des maux qui peuvent la mener à la mort. Le diagnostic est facile et la thérapie imparable :

  • 15 Hippocrate, Des maladies de jeunes filles I (Littré, VIII, 467).

Elles sont délivrées de cette maladie quand rien n’empêche l’éruption du sang. Je recommande aux jeunes filles, éprouvant des accidents pareils, de se marier le plus tôt possible ; en effet, si elles deviennent enceintes, elles guérissent15.

28Ainsi, le père pourrait, s’il le fallait, se recommander d’un besoin physiologique pour donner précocement sa fille en mariage.

29Le médecin scrute la venue du sang, sa régularité, sa bonne couleur, signe d’un bon fonctionnement ou « d’une bonne physiologie ». Cette régularité des règles fournit l’évidence de la disponibilité de ce corps à la maternité :

  • 16 Hippocrate, De la génération XV, 4 (trad. R. Joly).

De la sorte, si la femme se vide de sang, elle devient enceinte ; si elle en est pleine, ce n’est pas le cas. Lorsque la matrice et les veines sont vides de sang, les femmes deviennent enceintes ; c’est en effet après les règles que les femmes deviennent enceintes16.

  • 17 Comme ce catalogue d’Hippocrate, Nature de la femme CIX (trad. F. Bourbon), qui annonce des « Remèd (...)
  • 18 Hippocrate, Maladies des femmes II, 133 (Littré, VIII, 303).
  • 19 Hippocrate, Nature de la femme II, 3.
  • 20 Pollux, VIII, 58, citant Démosthène, et Plutarque, Vie de Solon XX, 4.

30Cela justifie des thérapies à n’en plus finir pour « faire revenir les règles » : purgatifs, emménagogues, pessaires et autres glands irritants17 pour que revienne la rougeur bienvenue. Pour tous, – femme, couple, médecin –, l’apparition du sang menstruel annonce à la fois la réussite du traitement et la potentialité d’une maternité. Le médecin n’en reste pas là : « Une fois que [les règles] sont arrivées ce qu’il y a de mieux pour ces femmes, c’est de devenir enceintes »18. Il se fait impérieux : « si les règles sont revenues, qu’elle couche (sunkoimasthai) avec son mari »19. La prescription n’est plus seulement médicale, elle est aussi intime : c’est au mari de prendre le relais. Il faut se souvenir que, selon la loi athénienne, obligation absolue est faite au preneur de l’épiclère de coucher avec elle au moins trois fois par mois20.

  • 21 « Quand la matrice se porte vers le foie, la femme perd sur le champ la voix, les dents se serrent, (...)

31Inlassablement, le médecin cherche à vider le corps de la femme, tandis qu’il revient au mari de le remplir. D’ailleurs ce corps se trouve bien de ces prescriptions : le meilleur remède aux maux du corps de la femme apais, vieille fille ou veuve, c’est la grossesse21. Les rapports sexuels font du bien dit un médecin :

  • 22 Hippocrate, De la génération IV, 3.

Si elles ont des rapports avec les hommes, elles sont mieux portantes ; sinon, moins bien. C’est que, d’une part, la matrice dans le coït devient humide et non sèche ; or, quand elle est sèche, elle se contracte violemment et plus qu’il ne convient ; et en se contractant violemment, elle fait souffrir le corps. D’autre part, le coït, en échauffant et en humectant le sang, rend la voie plus facile pour les règles ; or, quand les règles ne coulent pas, le corps des femmes devient malade22.

32L’acte sexuel devient, ainsi, une nécessité physiologique et un argument thérapeutique. Il s’ensuit que le coït est bon pour tout : pour la matrice, pour la menstruation, pour la femme, mais pour le mari aussi, pour leur koinônia, pour la prospérité de l’oikos, et pour la cité enfin.

33Si le mariage et le coït font partie des prescriptions médicales, c’est parce que l’état de santé est celui où le liquide menstruel s’écoule et où l’enfant peut prendre place dans le corps.

La maternité c’est la santé

  • 23 Hippocrate, Nature de la femme II, 5.
  • 24 Hippocrate, Maladies de femmes II, 115 (Littré, VIII, 251).

34Dans son oikos, la numphê intègre vite la crainte du ventre vide ou mal rempli. Le médecin s’en fait l’écho positif, concluant souvent ses prescriptions par : « Si elle enfante, elle guérit »23 ou : « Il est très bon pour la femme de devenir enceinte »24. Il vérifie leur capacité à concevoir par des tests dont le plus fameux est celui de l’odeur :

  • 25 Hippocrate, Nature de la femme XCVI, 1. Voir aussi Des femmes stériles 214 (Littré, VIII, 415-417).

Test : une tête d’ail, que vous aurez ébouillantée, à appliquer contre la matrice ; le jour suivant […] : voir si la bouche exhale une odeur. Si ce n’est pas le cas, recommencer l’application. Test : un peu d’huile d’amandes amères, que vous aurez enroulée de laine ; appliquer et voir quelle odeur s’exhale de la bouche25.

  • 26 Cette expérience est reprise de manière plus développée dans Hippocrate, Des femmes stériles 219 (L (...)

35Reposant sur une conception du corps féminin ouvert aux deux extrémités26, ce test vérifie l’efficacité des prescriptions et sa disponibilité pour la conception.

36Le médecin va plus loin, il aide la femme, le couple, à optimiser leur reproductibilité : avoir des rapports sexuels, oui, mais pas n’importe quand :

  • 27 Hippocrate, Maladies de femmes I, 17 (Littré, VIII, 57).

La femme ira auprès de son mari […] au début et à la fin des règles ; le mieux est quand elles ont cessé. C’est surtout dans ces jours qu’il faut essayer si elle peut concevoir ; car ils sont les plus décisifs. Si la femme ne conçoit pas sur le champ, tout en étant bien du reste, rien n’empêche que dans les autres jours elle n’ait des rapports car le traitement excite les désirs, les veines sont béantes et si la semence de l’homme concourt directement avec celle de la femme, il y aura conception27.

37Manger, boire, bouger, se laver…. tout est observé, contrôlé, en vue d’être configuré de manière optimale pour la conception :

  • 28 Hippocrate, Maladies de femmes I, 11 (Littré, VIII, 47-49).

Elle usera aussitôt du coït et si la semence de l’homme ne vient pas au-dehors, elle étendra ses jambes, les croisera et se tiendra immobile. […] Elle se privera d’aliments solides et de bains, elle boira de la farine d’orge à l’eau sans sel, deux ou trois fois le jour. […] Elle restera sans bains et se gardera de se donner du mouvement. Si elle veut se promener, elle se promènera en terrain plan et uni, évitant absolument les montées et les descentes. Elle se tiendra assise sur des sièges mous […] Pour aliments de céréales, elle aura le pain, la pâte d’orge ; pour viandes, le pigeon et autres semblables ; pour poisson de mer, tout ce qui resserre le ventre ; elle s’abstiendra des herbages âcres ; elle usera d’un vin noir ; les viandes seront plutôt rôties que bouillies, aussi bien d’animaux domestiques que de gibier28.

  • 29 Le médecin propose aussi des recettes simples pour optimiser la reproduction : « Excellent moyen po (...)

38Organisant avec savoir et finesse les moments, les régimes, les meilleures dispositions, le médecin accommode et coordonne les conditions d’une meilleure fécondité du corps féminin29.

39Ce discours médical étonne par la maîtrise du corps qu’il reconnaît à la femme. La question de la décision au sein du couple restant ouverte :

  • 30 Hippocrate, De la superfétation 26 (Littré, VIII, 491). Aussi Des femmes stériles 220 (Littré, VIII (...)

Quand elle paraît être en bon état et qu’elle doit aller auprès de son mari, la femme sera à jeun, et l’homme ne sera pas ivre, il aura pris un bain froid et les aliments convenables. Si elle connaît qu’elle a reçu la semence, elle n’ira pas dans les premiers moments auprès de son mari, mais elle se tiendra tranquille. Or elle le connaîtra si, l’homme disant avoir éjaculé, la femme ne s’en aperçoit pas à cause que les parties sont sèches ; mais, si la matrice laisse ressortir la semence et que les parties deviennent humides, la femme s’unira de nouveau à son mari jusqu’à ce que la semence soit reçue30.

  • 31 « La saison la plus efficace pour la conception est le printemps : l’homme ne sera pas en état d’iv (...)

40C’est l’efficacité de l’acte sexuel qui prime, le médecin aide la femme à y parvenir. Quant à l’homme, qu’il se place dans des dispositions minimales31, qu’il se montre fort et vigoureux et qu’il « consomme » l’acte sexuel jusqu’à ce qu’il soit productif.

  • 32 Voir Bodiou et Brulé 2011, 155-172. Cf. Euripide, Médée 250-251 : « Être en ligne trois fois le bou (...)

41Les femmes entre elles se le racontent : faire des enfants est une épreuve terrible et redoutée, risquée, que ce soit pour les porter à terme ou les mettre au monde32. Mais la stérilité est peut-être pire. Il est dès lors difficile de mesurer la part de désir personnel de maternité quand la pression exercée par le mari, par l’avenir de l’oikos et celui de la cité sont si forts, quand le chemin vers la maternité est si ardu. On frémit en effet à la lecture des terribles descriptions des procédés que les médecins préconisent pour faire venir les règles puis l’enfant. Longs dans le temps, éprouvants dans la chair, aussi douloureux physiquement que psychologiquement, faisant se succéder diètes et régimes de toutes sortes, pessaires divers et autres sondes, bâtonnets de pin ou glands introduits, des heures passées assises au-dessus d’un vase dégageant des fumées ou secouées harnachées à un lit… procédés parfois si effarants qu’on peine à croire qu’ils aient été appliqués. Le discrédit qui touche l’inféconde est sans doute si fort qu’elles sont prêtes à toutes les épreuves pour remplir le rôle qu’on leur assigne et dans lequel elles se reconnaissent aussi. La vie de leur ventre résume en grande partie la leur : tentatives, espoir, douleur, attente, déception, autant d’oscillations qui dépendent de lui, et du mari et du médecin.

42Celui-ci n’enregistre que rarement le désir féminin de maternité, même si un traitement pour encourager la stérilité peut débuter ainsi :

  • 33 Hippocrate, De la superfétation 29 (Littré, VIII, 495) et Des femmes stériles 217 (Littré, VIII, 41 (...)

Quand une femme qui désire (deitai, à sa demande, pour répondre à ses besoins) devenir enceinte et avoir des enfants, soit n’ayant pas conçu, soit ayant conçu mais étant en état de concevoir […] dans ces cas, les règles ne viennent pas ou en moindre quantité qu’il ne faut et à de plus longs intervalles33.

  • 34 Hippocrate, Nature de la femme XCIV. 1.

43Le plus souvent c’est le médecin qui parle : « Si vous voulez qu’il y ait une grossesse […] 2. Si vous voulez qu’une femme puisse engendrer »34. Au nom de qui parle-t-il ? À qui s’adresse-t-il ? Qui « veut qu’elle puisse engendrer » ? Le mari sans aucun doute, qui craint plus que tout de laisser à sa mort son oikos erêmos et de manquer d’appuis pour sa vieillesse.

44Entre le discours médical qui prône la maternité comme un signe optimal de bonne santé, la cité des pères qui attend des petits et sans doute le devoir féminin de se reproduire, les objectifs des uns et les pratiques des autres semblent concordants. Mais, à faire l’amour pour une bonne santé, faire des enfants pour apaiser la matrice, on a tôt fait d’en faire trop. Cela signifiera se ruiner en dots de filles, diviser son oikos jusqu’à l’exiguïté.

Faire moins d’enfants

45Aucun doute : le couple dispose de toute une gamme de moyens contraceptifs et abortifs. C’est admis. Y compris chez ceux qui font profession de soigner, qui les relaient :

  • 35 Hippocrate, Maladies de femmes I, 67 (Littré, VIII, 141).

Quand la femme est affectée d’une grande plaie à la suite d’un avortement (trôsmos) ou quand la matrice a été ulcérée par des pessaires âcres, ce qui arrive, vu tant de pratiques et de traitements que les femmes font de leur chef, ou quand le fœtus étant chassé par l’avortement (kai to embruon phtharêi)… Si elle est traitée promptement, elle guérira, mais restera stérile35.

  • 36 Hippocrate, De la nature de l’enfant 13, 1 (trad. R. Joly).

46Ces pratiques sont connues et partagées au sein d’une certaine communauté des femmes « qui se disent [les choses] entre elles »36 et le recours au médecin est ultime. Les recettes qui figurent dans des catalogues interminables proposent emménagogues, diurétiques, purgatifs, tous prescris pour « purger » et « faire revenir le sang des règles », la rendre au plus vite féconde, si ces recettes ne sont pas spécifiquement abortives ou contraceptives, elles le deviennent.

  • 37 Hippocrate, Du fœtus de huit mois IX, 5 (trad. R. Joly) : « Les quarantaines, elles, jugent d’abord (...)
  • 38 Hippocrate, Du fœtus de huit mois IX, 2. Ainsi clairement dans Hippocrate, De la nature de l’enfant(...)

47Quand les partenaires s’entendent pour rester stériles, le médecin agit pour empêcher le mélange des deux semences et expulser le sperme au plus tôt37 ; il ne s’agit encore que de pertes (ekrusies38). Selon le médecin, la femme maîtrise en partie ce qui se passe dans son corps, elle peut se charger de faire échouer la fécondation :

  • 39 Hippocrate, De la génération V, 1.

Si, après le coït, la femme ne doit pas concevoir, d’habitude le sperme provenant des deux [partenaires] sort, quand la femme le veut ; si elle doit concevoir, la semence ne sort pas, mais reste dans la matrice. […] Si la femme a de l’expérience des enfantements et constate quand le sperme est resté au lieu de sortir, elle saura quel jour elle a conçu39.

48Aussi peut-elle faire en sorte de n’être pas enceinte, de chasser le sperme reçu au plus vite avant que l’enfant ne prenne corps, ce qui s’apparente davantage à une pratique contraceptive.

  • 40 Bodiou 2005.
  • 41 Hippocrate, Nature de la femme XCVIII, 1.
  • 42 Hippocrate, Nature de la femme XXXII, 22.

49C’est surtout après qu’on fait appel au médecin qui prescrit des préparations abortives (ekbolion) destinées à des fœtus morts, mais aussi dans certains cas, en cours de développement40. Des préparations chimiques : « Si elle ne veut pas concevoir : du misu, la valeur d’une fève, à délayer avec de l’eau et à donner à boire : elle ne conçoit pas de l’année »41. Il est remarquable que l’administration du contraceptif réponde à une volonté de la patiente. Mais on peut aussi trouver ce moyen aussi bref que radical : « Chasse aussi le fœtus (embruon exelaunei) : tige tendre d’un chou, dont vous aurez huilé l’extrémité avec de l’huile d’amandes amères : frapper (tupsai) »42. Les techniques sont souvent violentes et dangereuses, le médecin en est conscient :

  • 43 Hippocrate, Maladies de femmes I, 72 (Littré, VIII, 153). Aussi Maladies de femmes, I, 78 (Littré, (...)

Les dangers sont plus grands pour la femme qui avorte, les avortements (phthorai), étant plus pénibles que les accouchements. Il n’est pas possible, en effet, qu’il n’y ait pas violence dans l’expulsion de l’embryon, soit par un purgatif, soit par une boisson, soit par un aliment, soit par des pessaires, soit par tout autre chose. Or la violence est mauvaise, amenant le risque ou de l’ulcération ou de l’inflammation de la matrice ; ce qui est très périlleux43.

50C’est en fonction de ces risques que le Serment donne une limite restrictive :

  • 44 Hippocrate, Serment (trad. J. Jouanna in L’Art de la médecine, Paris, 1999).

Je ne remettrai à personne une drogue mortelle si on me le demande, ni ne prendrai l’initiative d’une telle suggestion. De même, je ne remettrai pas non plus à une femme un pessaire abortif (pesson phthorion)44.

  • 45 Tampons de laine imbibés dans des substances irritantes diluées dans une base huileuse ou graisseus (...)

51L’interdiction ne viserait pas la pratique elle-même, mais seulement les médications dangereuses comme celle du suppositoire vaginal45, le médecin a pu en constater les dégâts et il tente peut-être de préserver la mère.

  • 46 Se reporter à Dasen and Pache Huber 2010.

52Un tout autre facteur, passif celui-ci, et en grande partie inconscient, permet de limiter la descendance : allonger les intervalles inter-génésiques. La durée de la période de fécondabilité de la femme, ainsi que la fréquence des fécondations, constituent des variables fondamentales de la descendance potentielle : comptent le nombre des unions et le nombre de cycles ovariens. Or, sans faire varier le nombre d’unions, deux phénomènes caractéristiques de la démographie grecque influencent le retour des cycles en interrompant rapidement la lactation : le recours à la nourrice46 et la pratique de l’exposition, comme on l’a déjà dit ; ils abrègent le temps de retour de l’ovulation. Inversement, le sevrage tardif entraîne une aménorrhée assez significative pour que la fécondité diminue et ainsi la natalité.

53Nul doute que la contraception active a libre cours dans la Grèce des cités. Du ressort des femmes elles-mêmes, assistées parfois du médecin qui constate, témoin et acteur, impuissant souvent, mais tentant de limiter les risques sur la santé des femmes. Il est difficile de se prononcer sur la question de savoir si cette contraception, comme aussi le désir d’enfant, dépendait d’une décision d’un des partenaires ou d’un accord entre les deux. On pense plutôt que, baignant dans le complexe démographique décrit plus haut, la décision du couple était en grande partie sur-déterminée.

En faire des meilleurs : des garçons

54En raison des valeurs familiales, morales, politiques, militaires attachées au masculin, pour assurer la transmission du patrimoine, du nom, plus qu’un enfant, ce qui est espéré, c’est un garçon. Dans les cités classiques n’a-t-il pas été regardé comme au moins une imperfection, au pire une tare d’enfanter trop de filles ? En Grèce comme ailleurs, derrière un refus de l’enfant se profile souvent le refus d’un genre.

  • 47 Hippocrate, Aphorismes V, 48 (trad. J. Jouanna in L’Art de la médecine, Paris, 1999). Voir, Lloyd 1 (...)
  • 48 Hippocrate, Aphorismes V, 38.
  • 49 Hippocrate, Des femmes stériles 216 (Littré, VIII, 417).

55Aussi le médecin va-t-il tenter d’identifier les signes d’une grossesse féminine ou masculine, facilitant peut-être la décision d’une interruption de la grossesse. Jouant sur des caractéristiques du genre, polarisantes, attendues et convenues qui valorisent la droite et déprécient la gauche (« les embryons mâles se trouvent plutôt à droite, les embryons femelles plutôt à gauche »47), opposent l’humidité et la sécheresse (« chez une femme enceinte, si l’un des seins se dessèche alors qu’elle attend des jumeaux, il y a avortement d’un des embryons ; et si c’est le droit qui se dessèche, c’est de l’embryon mâle ; si c’est le gauche, de l’embryon femelle »)48 et le haut du bas (« [Chez] les femmes […] enceintes, […] quand les mamelons sont tournés vers le haut ; si en bas, une fille »)49. Des tests pratiques sont même proposés, jouant là encore sur les mêmes oppositions en ajoutant le feu d’un côté et l’informe de l’autre :

  • 50 Hippocrate, Des femmes stériles 216 (Littré, VIII, 417).

Prendre du lait de femme, le pétrir avec de la farine, former un petit pain, et le faire cuire sur un feu doux ; s’il se calcine, elle est grosse d’un garçon ; s’il s’entrouvre, d’une fille. Recevoir ce même lait sur des feuilles et l’exposer au feu ; s’il se coagule, c’est un garçon ; s’il entre en déliquescence, c’est une fille50.

  • 51 Hippocrate, Aphorismes V, 42.
  • 52 Hippocrate, Des femmes stériles 216 (Littré, VIII, 417).

56Comme une grossesse marque le corps et particulièrement les traits du visage, le médecin peut y lire les signes différenciés qui prédisent le sexe de l’enfant à naître (« Une femme, si elle est enceinte d’un garçon, a bon teint. Mais si c’est d’une fille, elle l’a mauvais »)51 ou encore (« Les femmes qui, enceintes, ont des tâches de lentigo au visage, sont grosses d’une fille, celles qui conservent un bon teint, le sont la plupart du temps d’un garçon »)52. On ne s’étonnera pas de la dépréciation physique qui stigmatise le corps d’une femme enceinte d’une fille.

  • 53 Hippocrate, Des femmes stériles 230 (Littré, VIII, 445) : « Le cotylédon large paraît procréer des (...)

57Tous ces critères de distinction n’apparaissent que lorsque la grossesse est déjà bien avancée. Le médecin du Régime propose une diète préalable afin de mettre toutes les chances de son côté pour choisir le sexe de son enfant53 :

  • 54 Hippocrate, Du régime I, XXVII, 1 (trad. R. Joly).

Voici autant que possible, comment se forment mâles et femelles. Les femelles venant plutôt de l’eau, se développent à partir d’aliments, de boissons et d’un genre de vie froids, humides et mous ; les mâles, venant plutôt du feu, à partir d’aliments et d’un régime secs et chauds. Si on veut avoir une fille, il faut user d’un régime aqueux ; et si l’on veut un garçon, il faut avoir un genre de vie igné. Et ce n’est pas seulement l’homme qui doit s’y soumettre, mais aussi la femme car ce n’est pas seulement ce qui provient de l’homme qui contribue à la croissance, mais aussi ce qui provient de la femme54.

58Là encore, la prescription s’appuie sur la commune vision binaire du corps : d’un côté, le feu, le sec, le chaud, le mâle et, de l’autre, l’humide, le froid, le mou, le féminin.

59On peut se demander à quoi servent ces signes d’une identification précoce du sexe de l’enfant à naître. Et surtout à qui ? Aux mères sans doute d’abord, qui peuvent décider de ne pas mener à terme une nième grossesse qui ne sera pas couronnée du mâle espéré, aux médecins comme aux maris et aux pères, qui expliquent « scientifiquement » que de manière congénitale le féminin, depuis sa conception, est « naturellement » déprécié.

60Toutefois, reconnaître sur le corps de la femme enceinte les signes montrant le sexe de l’enfant à naître est sans doute de peu d’importance par rapport aux pratiques sexuelles orientées vers la production « genrée » d’enfants. Ainsi, dans le traité Superfétation :

  • 55 Hippocrate, De la superfétation 31 (Littré, VIII, 501).

Si l’homme veut engendrer un garçon, il a des rapports avec sa femme à la fin des règles ou quand elles viennent de cesser ; il enfonce autant qu’il peut, jusqu’à l’éjaculation ; s’il veut une fille, il a des rapports au plus fort des règles ou du moins coulant encore, il se liera le testicule droit autant qu’il pourra le supporter. Pour un garçon, il se liera le testicule gauche55.

  • 56 Repris dans Hippocrate, Épidémies V, 4, 21 (Littré, V, 313) : « À la puberté, suivant le testicule (...)

61Dans la volonté de choisir le sexe de sa descendance, on peut encore chercher à intervenir « cinétiquement ». La clé est dans la position de la verge : qu’elle soit bien enfoncée et ce sera un garçon, en retrait dans le vagin, ce sera une fille. La ligature du testicule reprend les principes de latéralisation du corps : à droite les garçons, à gauche les filles56.

Rapports sexuels

Obtenir des filles

Obtenir des garçons

Temps dans le cycle

Pendant les règles

Fin des règles ou après

Position du pénis pendant le coït

[rien n’est dit]

peu enfoncé

Ligature du testicule

Laissant le gauche libre

Laissant le droit libre

62Il faut tenir compte du cycle féminin (à la femme de l’en informer, ce qui suppose un accord des partenaires). Remarquons que le fait de jouer sur un certain retrait du pénis n’est pas sans rapport avec le procédé du coït interrompu. Ainsi un refus d’enfant est-il proche de la procréation d’une fille.

  • 57 Se souvenir du citoyen de soixante-dix ans dont Aristote dit qu’au-delà, il sera « déchargé de l’ob (...)

63Populationniste à l’assemblée, prudent malthusien à la maison, tels sont les termes d’une schizophrénie dont est saisi tout citoyen en puissance de reproduction57. Il s’ensuit que le corps de l’épouse est pris en otage entre ces deux nécessités de produire des garçons, c’est-à-dire un successeur et un héritier, et aussi des filles pour les échanger avec des proches et se donner des petits-enfants, mais point trop à cause des dots, à cause des règles grecques de l’héritage foncier. Ce que confirme la littérature médicale avec cette représentation qu’elle construit de l’action du médecin qu’on voit s’introduire entre les deux termes de ce chiasme schizophrénique. D’un côté, une médecine positive, pour la santé de l’épouse, pour le bien de la maison et de la cité, qui doit assurer le bon fonctionnement et la fréquence des maternités (se souvenir que pour huit ou neuf grossesses, on aura de deux à quatre enfants vivants à l’âge de la reproduction), de l’autre, une médecine qui propose des béquilles contre les conceptions, qui n’ignore pas la contraception et qui prescrit des remèdes abortifs tout en cherchant corrélativement à en limiter les dégâts… Difficile position que celle du médecin, au service du mari qui demande que soit maintenue la potentialité de fécondation de son épouse, tout en se refusant parfois à élever les enfants qui en sont les fruits.

64Bien des questions restent sans réponse assurée. À qui s’adresse réellement le médecin ? Donne-t-il aux femmes, aux maris, des garanties sur son savoir ? Du côté du couple, dans quelle mesure chacun des partenaires participe-t-il à la décision ? Énigme absolue. Cependant, on distinguera le cas des pratiques contemporaines de l’accouplement (comme le coït interrompu) qui peuvent être l’objet d’un consensus, des décisions relatives à la contraception et l’avortement, uniquement féminines ou partagées par le couple, enfin de l’exposition malthusienne qui semble du ressort ultime et décisif du mari.

Bibliographie

Bodiou 2005 : Lydie Bodiou, « Le Serment d’Hippocrate et les femmes grecques », Clio Histoire, Femmes et Sociétés 21, 2005, p. 231-238.

Bodiou et Brulé 2011 : Lydie Bodiou et Pierre Brulé, « Naître en Grèce antique : des accouchements pour le moins mouvementés », in Lydie Bodiou, Véronique Mehl et Myriam Soria (éd.), Corps outragés, corps ravagés de l’Antiquité au Moyen Age, Turnhout, 2011.

Bodiou, Brulé et Pierini 2005 : Lydie Bodiou, Pierre Brulé et Laurence Pierini, « La douloureuse obligation de la maternité », Clio Histoire, Femmes et Sociétés

21, 2005, p. 17-42.

Brulé 1987 : Pierre Brulé, La fille d’Athènes. La religion des filles à Athènes à l’époque classique : cultes, mythes et société, Paris, 1987.

Brulé 1990 : Pierre Brulé, « Enquête démographique sur la famille grecque antique. Étude de listes de politographie d’Asie Mineure hellénistique », Revue des Études Anciennes 3-4, 1990, p. 233-258.

Brulé 1992 : Pierre Brulé, « Infanticide et abandon d’enfants. Pratiques grecques et comparaisons anthropologiques », Dialogues d’Histoire Ancienne 18, 2, 1992, p. 53-90 (repris dans Brulé 2007, p. 21-46).

Brulé 1995 : Pierre Brulé, « Le pays et les hommes », in Pierre Briant et Pierre Lévêque (éd.), Le monde grec aux temps classiques, t. 1, Le Ve siècle, Paris, 1995, p. 7-16.

Brulé 1999 : Pierre Brulé, « La mortalité de guerre en Grèce classique : l’exemple d’Athènes de 490 à 322 », in Francis Prost (éd.), Armées et sociétés de la Grèce classique. Aspects sociaux et politiques de la guerre aux Ve et IVe s. av. J.-C., Paris, 1999, p. 51-68 (repris dans Brulé 2007, p. 47-67).

Brulé 2001 : Pierre Brulé, « Les pratiques contraceptives chez les Grecs », L’Histoire 259, déc. 2001, p. 66-69.

Brulé 2007 : Pierre Brulé, La Grèce d’à côté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce ancienne, Rennes, 2007.

Brulé 2009 : Pierre Brulé, « L’exposition des enfants en Grèce antique : une forme d’infanticide », Enfances et PSY 44, 2009, p. 19-28.

Cox 1998 : Cheryl Anne Cox, Household Interests. Property, Marriage Strategies, and Family Dynamics in Ancient Athens, Princeton, 1998.

Dasen and Pache Huber 2010 : Véronique Dasen and Véronique Pache Huber (ed.), Politics of Child Care in Historical Perspective. From the World of Wet Nurses to the Networks of Family Child Care Providers, Paedagogica Historica 46, 2010.

Dasen 2002 : Véronique Dasen, « Métamorphoses de l’utérus d’Hippocrate à Ambroise Paré », Gesnerus 59, 2002, p. 167-186.

Gallant 1991 : Thomas Gallant, Risk and Survival in Ancient Greece. Reconstructing the Rural Domestic Economy, Stanford, 1991, p. 7-30.

Hanson 1995 : Ann Ellis Hanson, « Uterine Amulets and Greek Uterine Medecine », Medicina nei secoli 7, 1995, p. 281-299.

Hunter 1989 : Virginia J. Hunter, « The Athenian Widow and her Kin », Journal of Family History 14, 1989, p. 291-311.

Lloyd 1962 : Geoffrey E. R. Lloyd, « Right and Left in Greek Philosophy », Journal of Hellenic Studies 82, 1962, p. 55-66.

Lloyd 1991 : Geoffrey E. R. Lloyd, Methods and Problems in Greek Science, Cambridge, 1991.

Oulhen 2004 : Jacques Oulhen, « La société athénienne », in Raymond Descat et Pierre Brulé (éd.), Le monde grec aux temps classiques. Le IVe siècle, Paris, 2004, p. 251-305.

Thompson 1972 : Wesley E. Thompson, « Athenian Marriage Patterns, Remarriage », California Studies in Classical Antiquity 5, 1972, p. 211-225.

Notes

1 Nous échappe totalement ou presque cette autre partie de la population des cités grecques que l’on ne peut définir avec précision mais qui, pour l’essentiel, est constituée de non-citoyens ; une population disparate : les esclaves, bien sûr, mais aussi tous ces bâtards qui vivent parfois en famille, les prostitué (e) s, les étrangers sans statut… Même s’il peut y avoir des nuances, nous considérons, en revanche, comme probable que la population métèque se comporte démographiquement de la même façon que la population citoyenne.

2 Que le lecteur pardonne à l’un des auteurs la pratique prétentieuse de l’autocitation, sa seule excuse étant que le complexe démographique qu’il décrit résulte moins d’une synthèse de travaux de divers collègues que d’une maturation à partir de ses propres travaux portant sur la démographie ; au lecteur de les critiquer. Successivement : Brulé 1987, p. 360-387 ; 1990 ; 1992 ; 1995 ; 1999 ; 2001 ; 2009. Au nombre des synthèses sur la démographie de la famille grecque antique (surtout athénienne, mais qu’y faire ?), il faut souligner l’intérêt de celle de Jacques Oulhen (2004).

3 Brulé 1999 (= Brulé 2007, p. 57-58).

4 Cox 1998, p. 120-121.

5 Nous revenons plus loin sur ces aspects.

6 Cf. Brulé 1999 (= Brulé 2007, p. 64-65).

7 Hunter 1989.

8 Thompson 1972.

9 Voir le tableau présenté dans Brulé 1987, p. 373, note 3.

10 Cf. Dasen and Pache Huber 2010.

11 Gallant 1991, p. 7-30.

12 Le médecin pense aux troubles gynécologiques.

13 Hippocrate, Maladies de femmes I, 62 (Littré, VIII, 127). Sauf mention contraire les traductions sont celles de la Collection des Universités de France. Certaines traductions de la collection hippocratique sont celles d’Émile Littré, signalées entre parenthèses.

14 Voir aussi Bodiou, Brulé et Pierini 2005.

15 Hippocrate, Des maladies de jeunes filles I (Littré, VIII, 467).

16 Hippocrate, De la génération XV, 4 (trad. R. Joly).

17 Comme ce catalogue d’Hippocrate, Nature de la femme CIX (trad. F. Bourbon), qui annonce des « Remèdes qui purgent les femmes si la purification menstruelle ne s’effectue pas », remèdes qualifiés par leur effet purgatif (kathartêria). Les traitements sont multiformes (applications, vapeurs, potions…).

18 Hippocrate, Maladies des femmes II, 133 (Littré, VIII, 303).

19 Hippocrate, Nature de la femme II, 3.

20 Pollux, VIII, 58, citant Démosthène, et Plutarque, Vie de Solon XX, 4.

21 « Quand la matrice se porte vers le foie, la femme perd sur le champ la voix, les dents se serrent, la coloration devient livide. Elle éprouve soudainement, en pleine santé, ces accidents. Ils surviennent surtout chez de vieilles filles ou chez des veuves qui, étant encore jeunes, gardent le veuvage ; ils surviennent particulièrement chez les femmes sans enfants et stériles, parce qu’elles sont en dehors des accouchements ; chez elles, en effet, il n’y a point de purgation lochiale, l’utérus ne se gonfle pas, ne s’assouplit pas, ne régurgite pas. […] Voilà ce qu’il faut que fasse la veuve, le mieux est de devenir enceinte ». Hippocrate, Maladies de femmes II, 127 (Littré, VIII, 273-275). Aussi Maladies de femmes II, 128 (Littré, VIII, 277) : pour un déplacement de la matrice, « la solution de cette maladie est une grossesse ».

22 Hippocrate, De la génération IV, 3.

23 Hippocrate, Nature de la femme II, 5.

24 Hippocrate, Maladies de femmes II, 115 (Littré, VIII, 251).

25 Hippocrate, Nature de la femme XCVI, 1. Voir aussi Des femmes stériles 214 (Littré, VIII, 415-417).

26 Cette expérience est reprise de manière plus développée dans Hippocrate, Des femmes stériles 219 (Littré, VIII, 425). Un autre test est proposé par le médecin, externe celui-là, celui de la pierre rouge sans doute une hématite : « Si vous voulez vérifier si une femme est féconde ou non, avec une pierre rouge, oindre doucement ses yeux ; si le médicament pénètre, elle se trouve féconde, sinon elle ne l’est pas », Hippocrate, Nature de la femme XCIX. 1. Voir Hanson 1995 et Dasen 2002.

27 Hippocrate, Maladies de femmes I, 17 (Littré, VIII, 57).

28 Hippocrate, Maladies de femmes I, 11 (Littré, VIII, 47-49).

29 Le médecin propose aussi des recettes simples pour optimiser la reproduction : « Excellent moyen pour la conception : donner à une femme de la nielle dans du vin noir astringent », Hippocrate, Des femmes stériles 231 (Littré, VIII, 445). D’autres réclament plus d’ingrédients et divers moyens mis en œuvre (boisson puis pessaire) : « Si vous voulez faire concevoir, administrer en boisson 7 graines de lierre ou des feuilles de lierre, chaque mois, dans du vin vieux, à la fin des règles ; ou faites cuire une écorce de grenade dans du vin pur de bonne odeur, faites-en un pessaire que vous appliquerez jusqu’à midi ou broyez fin de l’alun d’Égypte, attachez-le dans un lainage et appliquez-le en pessaire jusqu’à ce que le soleil se couche ; puis, le retirant, la femme se lavera avec du vin de bonne odeur, cela se fera à la fin des règles », Hippocrate, Maladies de femmes I, 23 (Littré, VIII, 63). Voir aussi Maladies de femmes I, 19 (Littré, VIII, 59).

30 Hippocrate, De la superfétation 26 (Littré, VIII, 491). Aussi Des femmes stériles 220 (Littré, VIII, 425).

31 « La saison la plus efficace pour la conception est le printemps : l’homme ne sera pas en état d’ivresse ; il aura bu non pas du vin blanc, mais du vin pur très fort ; il aura mangé des aliments très substantiels ; il n’aura pas pris de bain chaud ; il sera en bonne force, en bonne santé et il se sera abstenu des aliments qui ne sont pas convenables à l’objet », Hippocrate, De la superfétation 30 (Littré, VIII, 499-510), repris dans Des femmes stériles 218 (Littré, VIII, 423).

32 Voir Bodiou et Brulé 2011, 155-172. Cf. Euripide, Médée 250-251 : « Être en ligne trois fois le bouclier au flanc, je le préfèrerais à enfanter une seule ».

33 Hippocrate, De la superfétation 29 (Littré, VIII, 495) et Des femmes stériles 217 (Littré, VIII, 419).

34 Hippocrate, Nature de la femme XCIV. 1.

35 Hippocrate, Maladies de femmes I, 67 (Littré, VIII, 141).

36 Hippocrate, De la nature de l’enfant 13, 1 (trad. R. Joly).

37 Hippocrate, Du fœtus de huit mois IX, 5 (trad. R. Joly) : « Les quarantaines, elles, jugent d’abord pour les fœtus ; celui qui dépasse les quarante premiers jours échappe d’ordinaire à l’avortement : les avortements sont plus fréquents dans la première quarantaine que les autres ».

38 Hippocrate, Du fœtus de huit mois IX, 2. Ainsi clairement dans Hippocrate, De la nature de l’enfant 13, 1-2 : « Une femme que je connais avait une chanteuse renommée ayant commerce avec les hommes ; il ne fallait pas qu’elle devînt enceinte pour ne pas perdre de sa valeur. Cette chanteuse avait entendu ce que les femmes disent entre elles : que si une femme doit devenir enceinte, le sperme ne sort pas mais reste dans la matrice. […] Dès qu’elle s’aperçut que le sperme ne sortait pas ; elle le dit à sa maîtresse et le propos vint jusqu’à moi. Et moi, j’invitai à sauter en faisant aller ses talons jusqu’à ses fesses. Elle l’avait déjà fait sept fois lorsque le sperme coula à terre en faisant un bruit ». Il y a là assurément prescription médicale, méthode clairement énoncée et issue certaine.

39 Hippocrate, De la génération V, 1.

40 Bodiou 2005.

41 Hippocrate, Nature de la femme XCVIII, 1.

42 Hippocrate, Nature de la femme XXXII, 22.

43 Hippocrate, Maladies de femmes I, 72 (Littré, VIII, 153). Aussi Maladies de femmes, I, 78 (Littré, VIII, 173-199).

44 Hippocrate, Serment (trad. J. Jouanna in L’Art de la médecine, Paris, 1999).

45 Tampons de laine imbibés dans des substances irritantes diluées dans une base huileuse ou graisseuse et placés dans la matrice.

46 Se reporter à Dasen and Pache Huber 2010.

47 Hippocrate, Aphorismes V, 48 (trad. J. Jouanna in L’Art de la médecine, Paris, 1999). Voir, Lloyd 1962 et 1991, p. 27-33.

48 Hippocrate, Aphorismes V, 38.

49 Hippocrate, Des femmes stériles 216 (Littré, VIII, 417).

50 Hippocrate, Des femmes stériles 216 (Littré, VIII, 417).

51 Hippocrate, Aphorismes V, 42.

52 Hippocrate, Des femmes stériles 216 (Littré, VIII, 417).

53 Hippocrate, Des femmes stériles 230 (Littré, VIII, 445) : « Le cotylédon large paraît procréer des filles et le cotylédon petit et serré, des garçons ».

54 Hippocrate, Du régime I, XXVII, 1 (trad. R. Joly).

55 Hippocrate, De la superfétation 31 (Littré, VIII, 501).

56 Repris dans Hippocrate, Épidémies V, 4, 21 (Littré, V, 313) : « À la puberté, suivant le testicule qui se développe le premier, l’individu engendrera des garçons si c’est le droit ; des filles si c’est le gauche ».

57 Se souvenir du citoyen de soixante-dix ans dont Aristote dit qu’au-delà, il sera « déchargé de l’obligation de mettre des enfants au monde » (Politiques VII, 16, 1335b 36).

Auteurs

Université de Poitiers

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540