Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des femmes en action

 | 
Sandra Boehringer
, 
Violaine Sebillotte Cuchet

III. Corps des humains, corps des dieux : l'imaginaire du genre

Porter la culotte : enquête sur l’imaginaire du pantalon dans le monde grec

Adeline Grand-Clément

Résumé

L’étude récente de C. Bard a montré que l’histoire du port du pantalon et de sa conquête par les femmes au cours de l’époque contemporaine mobilise la question du genre, de l’autorité et du pouvoir. Mais qu’en est-il en Grèce ancienne, où la norme vestimentaire repose principalement sur le recours à des pièces d’étoffes drapées ? À quel type d’individus ce « vêtement bifide fermé » se trouve-t-il associé ? Sert-il, dans certains contextes, à marquer une frontière entre les sexes, les activités et les espaces qui leur sont impartis, comme cela a été le cas dans la France contemporaine ? Pour mettre au jour le système de valeurs et de représentations associé au pantalon dans l’imaginaire social grec et retrouver les catégories de pensée antiques, l’enquête débute par une analyse du lexique. Les occurrences du terme « anaxyrides » dans les sources littéraires révèlent notamment qu’il s’agit d’un élément caractéristique du costume de l’uniforme militaire des Mèdes, des Scythes et des Perses, mais plus largement d’une tenue fonctionnelle pour les cavaliers et archers étrangers. Le port de ce « sac à jambes » (thulakoi) qui recouvre le bas du corps, le dissimule, concerne plutôt des hommes, qu’il tend parfois à féminiser, opérant alors un brouillage des genres. Les données iconographiques procurent un éclairage différent et complémentaire : les caleçons fonctionnent comme un signe iconique qui permet un jeu d’opposition entre l’hoplite grec et l’« autre guerrier », archer ou cavalier — voilà pourquoi c’est le type de vêtement qu’arborent les Amazones. Au terme de l’étude, il apparaît donc que, dans l’imaginaire hellénique, le pantalon relève surtout d’une éthique militaire et d’un modèle socio-politique perçus comme étrangers à ceux de la cité.

As C. Bard recently showed, the history of the wearing of the trousers and of its «conquest» by women through the contemporary era involves matters such as gender, authority and power. But what about Ancient Greece, where the clothing norm relies mainly on the resort to pieces of draped fabric? What kinds of individuals are associated to this «bifid closed garment»? Is it used, in some specific contexts, to mark a border between sexes and their assigned activities and spaces? In order to shed light on the value system associated to trousers in the Greek mind, the inquiry starts from an analysis of the lexicon. The use of the word «anaxyrides» in literary texts shows that it is a characteristic element of the military uniform of the Medes, the Scythians and the Persians, but more generally a functional outfit for foreign horseme or bowmen. The wearing of these « bags for legs » (thulakoi) that cover the lower part of the body, that conceal it, concerns rather men and may tend to feminize them. The iconographic data bring a different and complementary light: the pants function as an iconic sign that draw opposition between the Greek hoplite and the «other warrior», bowman or horseman — that’s why Amazons often wear such kind of costume. We may conclude therefore that, in the Greek mind, trousers are related to a military ethic and a socio-political model perceived as foreign to those of the city.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une ordonnance du préfet de police de Paris datant du 26 brumaire an IX (17 novembre 1800) stipule que « toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture pour en obtenir l’autorisation ». Que faut-il entendre par « s’habiller en homme » ? Il s’agit de porter le pantalon, ce « vêtement bifide fermé » dont Christine Bard a écrit récemment l’histoire1 et qui est alors l’apanage des hommes. Lié à des fonctions et activités exercées par les personnes de sexe masculin, il est réservé à ceux qui monopolisent les postes d’autorité. Les femmes demandant à « s’habiller en hommes » font donc l’objet d’un contrôle strict et doivent justifier d’une activité spécifique ou de raisons de santé particulières. L’ordonnance de 1800 a pour but de réaffirmer le primat du système patriarcal au sein de la société française, après les « désordres » de la Révolution2. En retraçant les étapes de la conquête du pantalon par les femmes aux XIXe et XXe siècles, Christine Bard a mis en ...

Auteur

Université Toulouse II-Le Mirail

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540