Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Des femmes en action

 | 
Sandra Boehringer
, 
Violaine Sebillotte Cuchet

III. Corps des humains, corps des dieux : l'imaginaire du genre

Femmes et guerrières, les Amazones de Scythie (Hérodote, iv, 110-117)

Violaine Sebillotte Cuchet

Zusammenfassung

Dans la Grèce des cités, il existerait, selon l’opinion admise, un idéal de comportement différencié pour les filles et les garçons : faire des enfants pour les unes et la guerre pour les autres. Il existerait également un imaginaire qui exploiterait une grande variété de comportements possibles mais dans lequel un type ressortirait avec constance, celui de la vierge guerrière (déesse ou Amazone) qui refuse le mariage pour s’engager dans une fonction dévolue normalement aux hommes. Pourtant, nous disposons d’un document très connu, le récit d’Hérodote sur les Amazones de Scythie, qui ne correspond pas à cette vision générale : l’historien y mentionne des femmes guerrières et séduisantes qui ont des enfants et leur transmettent sans états d’âme leur façon d’être. Comment traiter ce récit qui tranche avec l’idée reçue d’une opposition complémentaire, sorte de norme anthropologique nette et constante, entre hommes guerriers et femmes épouses ? Chez Hérodote, les Amazones sont des guerrières comme les autres, elles sont par ailleurs des épouses et deviennent des mères dans un récit étiologique qui fait se succéder les différentes fonctions. En revanche, les Sauromates, issus des unions des Amazones et des jeunes Scythes, sont des individus qui se trouvent simultanément et selon leur sexe, revêtir les fonctions de guerrier/guerrières, époux/épouses et pères/mères. Si les femmes citoyennes sont exclues des armées régulières (comme des assemblées et des tribunaux), le texte d’Hérodote, éclairé par la documentation de son époque, montre que, dans la Grèce des cités, il pouvait être considéré comme tout à fait normal de les trouver présentes en armes, lorsque la cité avait besoin d’elles.

In Greek cities, it is commonly held, there were two very different ways of life for girls and boys: either making children or making war. It also seems that the Greek imaginaire explored a wide range of possible behaviours even if one of them emerges constantly, the model of the virgin warrior (a divinity or an Amazon) avoiding marriage to engage in a function usually limited to men. Nevertheless, there is a very well known document, Herodotus story of the Scythian Amazons, that does not fit this broad picture. In this text, Herodotus mentions seductive female warriors who beget children and teach them their own way of life without a qualm. How shall — usually presented as a anthropological norm — between male warriors and female spouses? In Herodotus, Amazons fight in war as male warriors do, and they are also spouses, becoming mothers in an etiological account that makes the different functions succeed one another. On the other hand, the Sauromatians, born from Amazons and young Scythians, are simultaneously, and according to their sex, female/male warriors, male/female spouses, fathers/mothers. If women citizens are excluded from regular armies (as from political assemblies and courts), Herodotusstory, elucidated by documentation of his time, shows that in the Greek cities, it could be absolutely normal for women to bear arms, when the city needed them we consider this outstanding story that challenges the complementary opposition — usually presented as an anthropological norm — between male warriors and female spouses? In Herodotus, Amazons fight in war as male warriors do, and they are also spouses, becoming mothers in an etiological account that makes the different functions succeed one another. On the other hand, the Sauromatians, born from Amazons and young Scythians, are simultaneously, and according to their sex, female/male warriors, male/female spouses, fathers/mothers. If women citizens are excluded from regular armies (as from political assemblies and courts), Herodotusstory, elucidated by documentation of his time, shows that in the Greek cities, it could be absolutely normal for women to bear arms, when the city needed them.

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

À la question « qui fait la guerre ? », la réponse d’aujourd’hui est toujours simple : les hommes 1. À première vue, les documents archéologiques, épigraphiques et textuels produits en général à partir du VIIIe siècle avant notre ère le laissent d’ailleurs penser. Les participants aux armées sont des hommes1, sauf cas exceptionnels. Faut-il en conclure que la différence des sexes structure de manière globale le rapport à la guerre, au sang versé, à la violence des armes ? Faut-il en conclure que la guerre révèle une division fondamentale, celle séparant les hommes d’un côté — seuls guerriers — des femmes de l’autre, exclues de la guerre parce que femmes ? Dans la mesure où la guerre n’est pas accomplie par tous les hommes (en sont exclus les jeunes, les vieux, les esclaves et parfois les lâches), de quels hommes parle-t-on ? La guerre est-elle « masculine » parce qu’elle requiert des compétences et des qualités — courage, endurance, force — qui seraient propres aux hommes ? Ou bien ...

Autor

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540