Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des femmes en action

 | 
Sandra Boehringer
, 
Violaine Sebillotte Cuchet

II. Femmes et actions en politique

La prêtresse et le roi

Réflexions sur les rapports entre prêtrise féminine et pouvoir

Louise Bruit Zaidman

Résumé

Dans la cité grecque, prêtres et prêtresses sont placés sous l’autorité et le contrôle de la polis. Que se passe-t-il lorsqu’un conflit oppose le pouvoir que représente le prêtre et l’autorité politique ? Le genre du détenteur du sacerdoce joue-t-il alors un rôle ? On sait que prêtres et prêtresses ne sont radicalement distingués ni par leur mode de désignation, ni par leurs fonctions rituelles ou administratives, ni par leurs honneurs et privilèges. À travers divers exemples empruntés à des témoignages de différentes époques, et à des sources de natures différentes, on se propose de montrer comment l’affrontement des prêtresses aux représentants de l’autorité : rois, tyrans ou assemblées, s’expliquent d’abord par leur fonction, plaçant prêtres et prêtresses dans des situations parallèles. Ils permettent de faire l’hypothèse d’une dissociation du couple que constituent la fonction et le sexe.

In the Greek city, priests and priestesses are under polis control. What happens if conflictual situation appears between priests and political authority? Does the gender of the priesthood holder matter? Nor designation, nor ritual, nor administrative or financial functions, nor honors or privileges, really distinguish priests and priestesses. We shall argue, borrowing examples from different periods, that priestesses braving authority (kings, tyrants or assemblies) are first acting as religious personalities, just as priests may also do.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étude de Vinciane Pirenne Delforge sur les prêtrises en Grèce ancienne1, confirme ce qui est généralement admis : que ni leur mode de désignation, ni leurs fonctions rituelles, administratives ou judiciaires ni leurs honneurs et privilèges ne distinguent radicalement les prêtresses des prêtres dans la cité. Christiane Sourvinou-Inwood affirmait d’autre part que dans l’univers classique, « la polis ancrait, légitimait toutes les activités religieuses et en était la médiatrice ». De même, « le rituel renforce la solidarité du groupe, » processus qui « joue un rôle fondamental dans l’établissement et la préservation de l’identité civique, culturelle et religieuse »2. Dans ce contexte, prêtres et prêtresses fonctionnaient sous l’autorité et le contrôle de la polis. Mais que se passe-t-il lorsqu’un conflit oppose le pouvoir qu’incarne la prêtrise et l’autorité politique ? Le genre du détenteur du sacerdoce joue-t-il un rôle ? Tout comportement déviant ne relève-t-il pas aussitôt du tri...

Auteur

Université Paris Diderot-Paris 7

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540