Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métaux dans l’Ancien Monde du Ve au XIe siècle

 | 
Maurice Lombard

La synthèse musulmane : une étape dans la « conquête minérale »

Texte intégral

1Sans vouloir réduire l’histoire des civilisations au seul dénominateur commun de l’histoire des métaux, il paraît utile de marquer le rôle essentiel joué par l’approvisionnement en métaux utiles, comme le fer, ou précieux, comme l’or et l’argent, dans l’histoire des empires et des unités économiques qui se sont constituées au cours des temps. Pour la grande masse de l’humanité les métaux sont demeurés des produits rares jusqu’à la fin du Moyen Age et même jusqu’au xviiie siècle. Cela est vrai non seulement de l’or et de l’argent, fondement de toute richesse accumulable, mais aussi du fer, généralement considéré comme trop précieux pour servir à autre chose qu’à la fabrication des armes.

2D’une époque à l’autre il est possible de retrouver les grands centres miniers, foyers des plus anciennes civilisations, et les filières par lesquelles se sont transmises de l’Extrême Orient à l’Extrême Occident, avec les connaissances et les objets d’échange, les techniques du métal, qu’elles soient utilitaires ou artistiques, et, par là même, la vie des formes.

*

3Tout au long de cet ouvrage nous avons cherché à établir les éléments d’une carte générale où seraient indiqués les grands centres métallurgiques et les principaux courants du commerce des métaux au haut Moyen Age. Nous avons vu ainsi se dessiner six régions d’importance primordiale : l’ensemble Arménie-Caucase, l’Asie centrale, le pourtour de l’Iran, l’océan Indien, l’Occident barbare, l’Afrique du Nord et son arrière-pays.

4Le Caucase et l’Arménie sont de très vieux centres miniers de l’or, de l’argent, du fer et surtout du cuivre. L’or venait de Colchide, des torrents du pays des Soanes ; le cuivre et le plomb argentifère venaient du bassin du lac d’Urmia et surtout de la chaîne de montagnes le long de la mer Noire, au sud de Trébizonde. Le cuivre était exporté par Ğebaïl, l’ancienne Byblos, au vieux passé commercial, où les Égyptiens venaient déjà le chercher en même temps que le bois du Liban. L’Égypte a toujours manqué de cuivre, ce qui explique que ce commerce se soit continué à l’époque musulmane. C’est le cuivre du Caucase qui a toujours alimenté la chaudronnerie de Damas et le travail des batteurs coptes.

5L’Asie centrale, essentiellement le massif de l’Altaï et la Transoxiane, a vu naître une des plus vieilles civilisations des métaux. La légende y place l’une des « villes du cuivre ». C’est le foyer d’origine de l’art des steppes qui s’est répandu en Chine aussi bien qu’en Europe. Le monde musulman y puisa l’or, l’argent, le fer et le cuivre.

6Tout autour du plateau iranien, dans le rebord montagneux qui l’enserre, se trouvent d’importants gisements mis en valeur dès avant l’époque sāssānide. Dans le nord, les monts de Binalud, entre Mešed et Nīšāpūr, sont riches en fer, en cuivre, en étain, en plomb, en or et en argent. Au sud, le Kirmān et le Fārs offrent les mêmes ressources.

7Le contrôle de la mer Rouge et l’ouverture sur l’océan Indien donnent accès, d’autre part, à un important horizon métallique. Sur les rives mêmes de la mer Rouge, le Midian, en Arabie du Nord, et le Sinaï constituent un important centre d’exploitation du cuivre surtout, de l’or et de l’argent ; la Nubie et le Wādï ‘Allâqī, que les attaques des Blemmyes coupèrent du monde byzantin, produisent de l’or. C’est, enfin, par Socotora et Aden qu’arrive une bonne partie des métaux produits par les régions riveraines de l’océan Indien : l’or et le fer du Sofala, l’acier de l’Inde, l’étain de Malaisie.

8A l’ouest, l’Espagne, qui fut pour les Anciens la contrée métallifère la plus importante de toute l’Europe, garde sa réputation chez les auteurs musulmans. Là aussi tous les métaux se trouvent représentés, plus particulièrement dans la partie sud-est de la péninsule, dans la région montagneuse de la sierra de Grados qui, selon un proverbe, est faite de « plus de métal que de roche », ainsi que dans les sierras de Guadix, de Baza, d’Almeria et dans la sierra Morena. Au nord, à côté des mines d’étain des « îles Cassitérides », en exploitation depuis l’époque préhistorique, les ferrières de l’Europe moyenne constituent un potentiel dont la mise en valeur ne fera que s’intensifier.

9L’Afrique du Nord possède, elle aussi, des richesses minières, surtout du fer et du cuivre, qui, peu exploitées par les Romains, ne furent vraiment mises en valeur qu’à l’époque musulmane. Mais, du point de vue de l’histoire des métaux, l’importance du Maġrib vient surtout de ce qu’il sert de débouché à l’or du Soudan, quasiment ignoré depuis les Phéniciens, et qui viendra communiquer sa puissance au monnayage musulman.

*

10De la pénurie de fer, du manque de métaux précieux à la fin du ive siècle, nous avons rassemblé les indices et tenté d’entrevoir les raisons : non pas l’épuisement des ressources disponibles — l’évolution à venir nous en est garante — mais, d’une part, la disparition de la main-d’œuvre servile, les replis et les destructions matérielles, responsables d’un abandon des sites miniers, particulièrement en Occident ; d’autre part, l’hémorragie des métaux monétaires, due au déséquilibre de la balance commerciale de l’Empire avec l’Orient ; enfin, après l’oubli de l’ancienne route phénicienne de l’or du Soudan, la coupure intermittente, puis définitive, des routes commerciales, que le conflit armé contre les Perses, puis contre les sāssānides, ne parvint pas à éviter.

11Tandis que l’Empire romain est limité à ses ressources propres, devenues insuffisantes, l’Empire sāssānide, « pays éponge », retient les métaux précieux qui lui parviennent d’Occident, réussit d’autre part à contrôler sur ses marges, chèrement disputées, les grands centres de production minière et métallurgique de l’Arménie, du Caucase et de l’Asie centrale, assure enfin les liaisons commerciales indispensables à son monométallisme argent, à l’équipement de sa puissante armée et au développement de l’artisanat des métaux. Des problèmes comparables se posent par la suite à l’Empire byzantin, dont le souci constant est de maintenir ouvertes les grandes routes de l’approvisionnement métallique. Cependant, dans les steppes du Nord, les peuples migrateurs entrent en mouvement et interdisent l’accès aux mines d’Asie centrale.

12Un changement s’amorce aux viie-viiie siècles. L’élaboration de la synthèse musulmane fournit à la métallurgie mondiale de nouvelles conditions. L’Islam, nous l’avons vu, progressa à ses débuts grâce à son armement de fer, à la force de frappe de ses épées, puis s’imposa et triompha par la puissance incontestée de son dinar d’or. Ces succès métalliques posent problème, lorsqu’on songe aux conditions qui étaient celles de sa métallurgie.

13Son domaine, en effet, ne connaît qu’une petite partie des régions minières de l’ancien monde, laissant en dehors de ses limites les centres importants de l’Arménie et du Caucase, de l’Altaï, de l’océan Indien, de l’Occident chrétien (sauf l’Espagne) et du Soudan. Si ce n’est pour le cuivre qu’il produisait en suffisance, il était tributaire des autres domaines pour compléter ses propres ressources tout particulièrement faibles en ce qui concernait les deux métaux-clés : le fer et l’or.

14Et qui plus est le monde musulman manque cruellement du combustible nécessaire pour l’exploitation de ses propres ressources minières. Les étendues asilvatiques de son domaine — si l’on excepte les quelques forêts subsistant en Espagne et en Afrique du Nord — ne lui fournissaient que fort peu. C’est pourquoi il préférait importer l’acier indien et les épées déjà manufacturées.

15Ultime faiblesse si l’on songe aux développements ultérieurs de la métallurgie dans l’Occident barbare : le monde musulman aux eaux rares ne dispose pas de l’énergie hydraulique.

  • 1 L’Algérie et la métropole, Paris, 1920, p. 124.

16Certes il y eut à l’intérieur même du domaine musulman, et particulièrement en Afrique du Nord et en Espagne, renouveau d’activité en de nombreux sites miniers, reprise et intensification de l’extraction du minerai là où elle était abandonnée depuis plusieurs siècles. Le jugement un peu hâtif prononcé par E. F. Gautier : « La mine est une des infériorités les plus curieuses de l’Islam »1 mérite d’être révisé. L’ordre revenu et une bonne organisation contribuèrent à ce nouveau départ. Les exploitations minières étaient souvent situées dans les montagnes, loin des centres. Elles offraient à la tentation leur métal précieux ou le fer nécessaire aux armes : plus que toute autre activité elles avaient besoin de sécurité. Il fallait entretenir les routes d’accès, les retenues d’eau, le boisage des galeries. Une des raisons du déclin des mines sous le Bas-Empire avait été la fuite des esclaves. Or la « paix » musulmane permit la reconstitution d’une main-d’œuvre servile à bon marché. Ajoutons enfin le perfectionnement des techniques, essentiellement celle de l’amalgame qui se généralise alors.

17A cette reprise minière à l’intérieur du domaine musulman se joint la formation d’un vaste réseau de routes terrestres et maritimes à l’échelle du monde connu. Réseau toujours plus cohérent et continu : non seulement la grande transversale est-ouest qui, par les steppes, permet, de l’Asie centrale à l’Europe du Nord-Ouest, la transmission au monde barbare des techniques et des formes puisées au creuset des vieux centres métallurgiques, mais toutes les routes qui, de l’Asie centrale à l’Atlantique, ne butent que sur trois arrêts : l’arrêt chinois dans le Turkestan, l’arrêt byzantin en Asie Mineure, et, dans la Gaule du Sud-Ouest, l’arrêt franc. C’est par ce réseau que l’appel des grandes métropoles urbaines du monde musulman va susciter jusqu’au loin la production métallique qui satisfera à ses besoins. Il s’agit de répondre à la consommation d’une civilisation en plein développement, de trouver les métaux nécessaires à la fabrication d’objets de première nécessité : outils et ustensiles divers, armes et armures, étriers, mors de chevaux, canalisations et toitures en plomb, bassins et vaisselle de cuivre, aguamaniles de bronze, mobilier métallique, portes de villes ou de mosquées, clous, ferrures et ancres de navires. Il faut pourvoir à l’approvisionnement en métaux précieux pour satisfaire au luxe métallique, objets d’art et bijoux, et surtout à la frappe des monnaies.

18C’est par ses routes, par son commerce et grâce à son dinar que, dans le domaine métallique comme dans beaucoup d’autres, le monde musulman a pu suppléer à son infériorité et compléter ses lacunes. Toutefois sa réussite est en porte à faux. A partir du xie siècle, lorsque son réseau routier se défait, l’arrivée des métaux se tarit et sa puissance économique s’affaiblit. C’est le moment où l’appel qu’il a suscité à travers le monde entier profite tout particulièrement à l’Europe occidentale. Une époque nouvelle s’ouvre pour l’exploitation de ses mines et l’essor de sa production métallurgique. Fondée sur des ressources importantes, utilisant l’atout de ses profondes forêts et l’abondance du combustible, la reprise minière en Occident renoue avec l’Antiquité et découvre une voie d’avenir : tandis qu’entrent dans l’histoire des toponymes devenus célèbres par la suite, la colonisation minière progresse vers le centre de l’Europe et les ateliers métallurgiques d’Occident trouvent dans le monde musulman des débouchés lointains, grâce à la qualité de leur production. On pourrait tenter de suivre, à travers tout le Moyen Age, bravant les interdictions officielles, la permanence d’un courant qui emporte vers l’Orient les produits des mines et des industries métallurgiques de l’Occident chrétien.

  • 2 L. de Launay, La conquête minérale, Paris, 1908.
  • 3 Voir texte cité, p. 212, n. 3.

19Dans la longue histoire de la « conquête minérale »2, qui depuis les mines d’obsidienne va jusqu’aux mines d’uranium, après la thalassocratie phénicienne qui réalisa une première synthèse métallique de la Colchide et de l’Ophir jusqu’à Tartessos, à Cerné et aux îles Cassitérides, après la synthèse eurasiatique des ateliers nomades qui, depuis les abords de la Chine jusqu’aux finistères occidentaux, s’est matérialisée par l’ubiquité de l’art des steppes, la synthèse musulmane, « du Farġāna au Ġāna »3, constitue une étape capitale.

Notes

1 L’Algérie et la métropole, Paris, 1920, p. 124.

2 L. de Launay, La conquête minérale, Paris, 1908.

3 Voir texte cité, p. 212, n. 3.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable