Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métaux dans l’Ancien Monde du Ve au XIe siècle

 | 
Maurice Lombard

III. Metaux et metallurgies dans le monde musulman (viiie-xie siecles)

Texte intégral

1. LA FORCE DE FRAPPE DES BEDOUINS CONQUERANTS

1On a souvent souligné l’étonnante rapidité avec laquelle furent conquis l’Empire perse sāssānide et les provinces orientales de l’Empire byzantin par les troupes de Bédouins chameliers sortis du désert d’Arabie. C’est, en fait, la ploutocratie mekkoise qui parvint à grouper sous sa direction la force représentée par ces Arabes bédouins (de l’arabe badwī) et à lancer ces « nomades du désert » à la conquête des riches pays voisins (Syrie et Mésopotamie) en leur faisant miroiter l’appât du pillage. Ce faisant, les Mekkois écartaient un danger qui, au début du viie siècle, se faisait de plus en plus pressant.

2L’Arabie, intermédiaire entre le domaine de l’océan Indien et celui de la Méditerranée, avait pu jusque-là maintenir son indépendance, son autonomie économique entre le commerce de l’Empire sāssānide et celui de l’Empire byzantin. La classe qui dominait le grand commerce caravanier de la péninsule, depuis les ports du Yémen et de l’Oman jusqu’aux terminus sāssānides et byzantins, avait tiré jusqu’alors de ce trafic d’énormes bénéfices. Mais des conditions nouvelles apparaissent au vie siècle et au début du viie siècle. Ce sont, tout d’abord, les tentatives du commerce alexandrin vers la mer Rouge et la conversion de l’Éthiopie au christianisme : les marchands et les missionnaires de l’Égypte byzantine font peser une menace sur le monopole arabe. C’est d’autre part l’hégémonie perse, la mainmise sur le Yémen, la domination de toutes les routes de l’océan Indien, avec l’installation de comptoirs persans sur les côtes de l’Afrique orientale, à Ceylan et en Inde. En même temps, les Perses s’emparent de la Syrie et de l’Égypte byzantine : ils sont ainsi maîtres de tous les débouchés des routes caravanières arabes. Cette offensive perse est suivie de la contre-offensive d’Héraclius. Les Perses sont chassés d’Égypte et de Syrie, et les années byzantines avancent à travers l’Arménie perse jusqu’en Mésopotamie : l’hégémonie byzantine succède à l’hégémonie sāssānide. L’Arabie se trouve donc prise entre les rivalités byzantino-perses, rejetée hors des grands courants économiques ; elle voit se dessécher son commerce et disparaître les avantages de sa position.

3Dans cette nouvelle conjoncture, qui menace leur richesse, les citadins réagissent : l’Islam peut être considéré comme l’unification des tribus arabes, orientée vers la conquête hors de la péninsule, pour la possession des terminus des routes commerciales, partant en étoile de l’Arabie vers la Mésopotamie, la Syrie et l’Égypte. De là, utilisant le relais des populations déjà conquises, les Arabes continueront, le long des routes de commerce, et constitueront, de l’Asie centrale à l’océan Atlantique, un immense domaine économique, fermé par trois arrêts : l’arrêt chinois, dans le Turkestan, l’arrêt byzantin, en Asie Mineure, l’arrêt franc, en Gaule du Sud-Ouest.

4L’armement des Bédouins du désert d’Arabie a été décrit par les poètes antéislamiques (Imru 1-Qays, Antara). Sept de leurs œuvres, en signe d’honneur, avaient été « suspendues » (mu’allaqāt) dans le temple païen de la Ka’ba, centre des cultes arabes avant l’Islam. Ces poèmes peignent la société bédouine, la vie du désert, le campement, les troupeaux de chameaux, les beuveries, les razzias sur les caravanes, les vendettas de famille, les guerres de tribu à tribu. Ils parlent de l’armement qui se composait alors d’une cotte de mailles, avec un capuchon pour protéger la tête, d’un casque, d’une lance et d’une grande épée droite. Les combats se faisaient à chameau, ou plutôt à dromadaire, les chevaux étant peu répandus : les centres d’élevage se trouvaient, par delà le désert de Syrie, en Mésopotamie et en Syrie byzantine ; dans de nombreuses sourates du Coran, Mahomet recommande la diffusion et l’intensification de l’élevage du cheval.

  • 1 H. Lammens, « Les Ahābīs et l’organisation militaire de la Mecque au siècle de l’hégire », Journal (...)

5La fourniture d’armes aux bédouins du désert intérieur était le fait des riches commerçants de la Mekke1. Leurs maisons étaient de véritables arsenaux, dépôts d’armes privés. Les Bédouins, alternativement convoyeurs ou pilleurs de caravanes, accordaient, moyennant un droit de passage — une véritable assurance — leur protection sur le terrain de parcours qui allait du Yémen jusqu’à la Mésopotamie et à la Syrie. Le fait qu’ils disposaient des cottes de mailles, des casques et des épées indispensables assurait aux marchands de la Mekke l’autorité sur leur clientèle de Bédouins. Dans les poèmes arabes, abondent les épigrammes contre les citadins mekkois, leur couardise, leur rapacité, leurs procédés d’usuriers.

6Quelques indications précises sont fournies, d’autre part, par les hadith, traditions sur la vie de Mahomet : sur le champ de bataille de Badr, un hāšimite, Naufal ibn al-Ḥāriṯ, fait prisonnier par les troupes du Prophète, rachète sa liberté en livrant 1 000 lances. Son dépôt d’armes était à Ğudda, port de la Mekke. Au moment où il parvient à établir sa domination sur la Mekke, Muhammad puise dans les réserves d’armes des riches Qurayšites, ainsi que dans leurs coffres : le seul Naufal peut alors lui céder 3 000 lances. Ṣafwān ibn Umayya, un des plus riches banquiers de la ville, du clan dirigeant de Qurayš, qui donna naissance à la première dynastie califale, avait un gros dépôt d’armes dans les caves de son palais : épées, lances, une trentaine de cuirasses. Les armes étaient des objets de luxe : épées, casques, cuirasses surtout, étaient un capital qui se passait de père en fils, ainsi la fameuse épée d’Ali, gendre de Muhammad, le quatrième calife.

  • 2 Cf. J. de Hammer-Purgstall, « Sur les lames des orientaux », ibid., 5e série, III, janv. -juin 1854 (...)

7Où les marchands qurayšites se procuraient-ils les armes qui s’entassaient dans leurs hôtels de la Mekke ? Pour toutes ils étaient tributaires de l’étranger. On a beaucoup d’indications d’épées, de cottes de mailles yamani, hindi, ou serendibi. Il s’agit d’armes fabriquées en Inde avec l’acier au creuset, ou au Yémen avec une matière première importée en lingots de l’Inde du Sud. L’historien al-Kindī2, dans son mémoire sur les épées dans le monde musulman, mentionne en outre les épées serendibi « de Ceylan ». Parmi les épées yamani « du Yémen », forgées avec de l’acier indien, il distingue plusieurs catégories : l’épée « à lame large », se terminant en deux languettes du côté à encastrer dans le manche (la marque des lames les plus anciennes, celles qui remontent à une époque antérieure à l’Islam, est une décoration de deux serpents et d’un sonbok, « sabot de cheval » ?) ; l’épée « gravée » (mahfūr), creusée de sillons très profonds qui servaient à l’écoulement du sang ; l’épée « à vernis noir » : dont le vernis se mettait sur les veines de l’acier moiré ou rubané ou sur les dessins et sur les lettres ornant la lame ; une formule augurale au nom du propriétaire était souvent inscrite sur la partie voisine de la garde. L’épaisseur de la lame était fixe : quatre pouces. Une sous-variété de la même épée était ornée d’écritures et de figures animales dorées.

8On est en droit de se demander si l’emploi de ces épées « indiennes », fabriquées en Inde même ou forgées au Yémen, n’a pas été décisif dans la force de choc des escadrons de chameliers arabes lancés à la conquête de la Mésopotamie perse, de la Syrie et de l’Égypte byzantines. Ces armes de tout premier ordre ont-elles pu jouer un rôle analogue à celui de la longue épée barbare des grandes invasions, obtenue grâce aux procédés du recuit et du forgeage à répétitions à partir de fils tressés de métal de dureté variable ? La question mérite d’être posée. La solution ainsi proposée au problème de la rapidité et de la facilité des premières conquêtes arabes serait peut-être plus proche de la réalité que l’explication traditionnelle par le « fanatisme » islamique : le bédouin d’Arabie est un rude manieur d’épée, mais pas du tout un mystique, pas plus que ses chefs de guerre, les bourgeois réalistes de la Mekke.

9Après avoir attiré l’attention sur l’excellent armement des Bédouins d’Arabie dans leur sortie victorieuse du désert, il faut maintenant dresser la carte des métaux dans le monde musulman une fois constitué : métaux utiles et métaux précieux, gisements qui se trouvent à l’intérieur des limites du nouvel Empire, et courant d’appel, grâce au grand commerce, à des mines extérieures à ce domaine.

2. CARTOGRAPHIE DE LA METALLURGIE DU FER

  • 3 M. Lombard, « Un problème cartographié. Le bois dans la Méditerranée musulmane (viie-xie siècles) » (...)

10Une carte des mines de fer fait apparaître aussitôt la dispersion de petits gisements à l’intérieur même du monde musulman et la localisation sur des positions périphériques des centres principaux de production : en Asie centrale et au Caucase (vieux centres métallurgiques) ainsi qu’en Espagne (antique centre minier de Taršiš). Une carte du bois fait apparaître parallèlement la pauvreté du monde musulman en forêts3, donc le manque de combustible nécessaire au travail des métaux : il faut, en effet, compter quarante à cinquante tonnes de charbon de bois pour traiter une tonne de minerai.

  • 4 Il a été étudié dans le Moyen-Atlas, au sud de Demnat, par A. Paris et F. Ferriol, « L’industrie du (...)

11On utilisait le four à bas-foyer. Les impuretés qui subsistaient dans la masse spongieuse et insuffisamment carburée étaient ensuite éliminées par des forgeages successifs. Le soufflet de forge employé était constitué par deux outres couplées, manœuvrées au pied ou à la main, avec une grande dépense de force. Ce système de soufflet à deux outres apparaît en Égypte au début du Nouvel Empire, comme le montrent les bas-reliefs et les peintures des mastabas. Il est probablement importé du vieux centre métallurgique du Caucase. A la fin de l’époque romaine, apparaît le soufflet à plaques et à soupape, au débit plus régulier et de maniement plus aisé. Le premier système, le plus primitif, existe encore de nos jours en Afrique centrale, dans des petites forges ambulantes ; le second système, déjà plus perfectionné, est encore utilisé par les Berbères du Maroc et de Kabylie4. Les deux soufflets cylindriques sont faits de peau de bœuf, tendue sur des cerceaux de bois ; les buses de ces soufflets se réunissent sans se confondre dans le trou qui traverse le contre-feu jusqu’au four. Le combustible est le charbon de bois qui est introduit par couches stratifiées avec le minerai par l’ouverture supérieure de l’appareil, tandis que les scories sont ôtées par le bas. Le lingot obtenu et recueilli au fond de la cavité, spongieux et impur, est épuré par des forgeages successifs. La soufflerie, détachée du four, peut être adaptée à la forge pour cette nouvelle opération.

Fig. vi. Haut fourneau berbère du Maroc

Fig. vi. Haut fourneau berbère du Maroc

d’après A.Paris et F. Ferriol, “L’industrie du fer chez les Berbères du Maroc”, Hesperis, II, 1922, p.341

12On faisait appel à un minerai facile à concasser, sans doute faute de martinet, et de fusion relativement aisée : fer météorique, grains de magnétites, oxydes particulièrement fusibles sur des affleurements altérés ou remaniés de filons et d’autres gisements plus profonds. Les énormes besoins en fer pour les instruments, les outils, les armes, entraînèrent une exploitation poussée, à l’intérieur du monde musulman, mais nécessitèrent aussi l’appel aux domaines extérieurs.

a) L’Occident musulman

13On intensifia tout d’abord, l’extraction dans les vieilles mines des pays de la Méditerranée auxquelles s’étaient approvisionnées les civilisations de l’Antiquité classique et de Byzance.

1° L’Espagne

  • 5 « On rencontre aussi chez nous... des mines d’argent, d’or, de cuivre, de fer, d’étain, de plomb... (...)
  • 6 Pline, Hist. nat., iii, 30 ; iv, 112 ; xxxiv, 149 ; Strabon, iii, 2, 4, 6, 8 ; Martial, iv, 55 ; xi (...)
  • 7 « Il y a aussi dans [le pays d’] Elvira des gisements de minerais précieux comme l’or et l’argent e (...)
  • 8 R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique, Paris, 1940 (Bibl. des Éc. fr. d’Athènes et (...)

14Pour les auteurs d’époque musulmane, l’Espagne est « riche en fer » et exporte vers l’Orient une grande partie de son importante production5. Les gisements sont les mêmes qu’à l’époque romaine, pour laquelle on possède de nombreuses références latines et grecques6. Ils se trouvent dans la région de Carthagène, la Bétique, où de gros travaux avaient été entrepris par les Romains, à Illiberis7, au nord de Grenade, dans la région d’Huelva8 et la bordure de la sierra Morena, enfin, sur le plateau de Castille et dans les sierras centrales.

  • 9 Murcie était très renommée pour ses cotes de mailles, ses cuirasses et toutes sortes d’armures de f (...)
  • 10 Moro Rasis, trad. E. Lévi-Provençal, dans Al-Andalus, XVIII, 1953, § 15 sq. ; kuwī, trad. J. de G (...)
  • 11 Idrīsī, Nuzhat al-muštāq-fitirāq al-āfāq, trad. part, par R. Dozy et M. J. de Goeje, Description d (...)
  • 12 « On y [à Huesca] fabrique des cottes de mailles, des épées et des ustensiles de cuivre et de fer » (...)
  • 13 Ibn Fal Allāh al-’Umarī, Masälik al-abār fī mamālik al-amār, trad. M. Gaudefroy-Demombynes, Voya (...)
  • 14 Cit. C. Davillier, op. cit., p. 16.

15Le fer de la région avait fait de Carthagène et de Murcie des centres de fabrication de lances, d’arbalètes, de cottes de mailles à capulets9. Les villes d’Ilbīra, l’ancienne Illiberis, entre Cordoue et Grenade10, et d’Alméria, au pied de la sierra Nevada fabriquaient toutes les variétés d’ustensiles de fer et de cuivre11 ; les lames de Saragosse, les épées et les cottes de mailles de Huesca, en Aragon, étaient réputées12 ; Malaga s’était spécialisée dans la fabrication des couteaux et des ciseaux13. Les armes, écrit Ibn Sa’īd, vers 1250, les armures et les équipements militaires de toutes sortes comme boucliers, épées, épieux, carquois, flèches, selles, mors, brides, et autres harnachements des fabriques d’Andalūs surpassent celles des autres contrées du monde14.

  • 15 A Salṭīš : « On y travaille le fer, sorte d’industrie à laquelle on répugne ailleurs de se livrer p (...)

16Dans le golfe de Cadix, face à Huelva, au débouché de l’estuaire de l’Odiel, l’île de Šaltiš, où se concentrait une forte population, vivait de la métallurgie du fer ; c’était un chantier pour les ferrures de navires et le matériel de pêche ; l’île fut à plusieurs reprises attaquée et prise par les Normands15.

  • 16 Moro Rasis, loc. cit., trad. Lévi-Provençal, c. 43, p. 83 ; Idrīsī, trad. Dozy, pp. 207-256.
  • 17 Moro Rasis, loc. cit. ; Yāqūt, Mu’ǧam al-buldān, éd. F. Wüstenfeld, Geographisches Wörterbuch aus d (...)
  • 18 Yāqūt, éd. Wiistenfeld, II, p. 332, et IV, p. 346 ; Raw al-mi’ār, loc. cit., p. 203.

17Au nord de la vallée du Guadalquivir, dans l’importante région métallifère du rebord de la sierra Morena, à « Constantina du Fer » (Kostantinat al-Ḥadīd), entre Almodovar et Gibraleon, on extrayait en abondance un fer, d’excellente qualité, qui s’exportait dans toutes les provinces de l’Espagne16 ; de même à Firrïš17, aujourd’hui Castillo del Hierro (le « château du Fer »), non loin de Constantina ; enfin, dans la région de Niebla (Labla-al-Hamrā’), vaste territoire couvert d’oliviers, coulait une source chargée de sulfate de fer18.

17. Le fer en Espagne

  • 19 ‘Aǧā’ib, in : E. Fagnan, Extraits inédits relatifs au Maghreb, p. 35 ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 229 ;(...)
  • 20 En 965, al-Ḥakam II envoie en présent à Don Sanche, roi de Léon, des produits de cette manufacture. (...)

18Les gisements de cuivre et de fer des cordillères centrales et de la Meseta, dans les monts de Tolède19 approvisionnaient la manufacture d’armes de Tolède, qui pratiquait la trempe de l’acier dans le Tage, et fut restaurée sous ‘Abd ar-Raḥmān II (822-852)20.

2° L’Afrique du Nord

  • 21 S. Gsell, « Vieilles exploitations minières dans l’Afrique du Nord », Hespéries, VIII, 1928, pp. 11 (...)

19En Tunisie, en Algérie et au Maroc, les vestiges de vieilles exploitations ont pu être relevées, grâce aux dépôts de scories et aux traces de travaux21. On en a trouvé en Tunisie, dans le pays de Nefza, à l’est de Tabarka, au nord de Béja et dans la région du Kef. En Algérie, les sites sont nombreux : au nord de Tebessa, à la frontière algérotunisienne : à l’ouest de Bône, à Aïn Mokra, à Um et Tébul, où les scories sont très abondantes ; à l’est et à l’ouest de Philippeville, dans le massif du Filfila et dans la région du cap Bougaroun ; dans la région de Djidjelli et de Bougie ; dans la région du cap Ténès, dans le Dahra ; à l’est d’Orléansville ; au nord de Saïda (Ġawr al Ḥadīd) ; dans les monts de Tlemcen. Enfin, au Maroc dans le Ğabal al-Ḥadīd, prolongement oriental du Grand Atlas. Or, presque tous ces vestiges datent de l’époque musulmane. Il y a peu d’indications d’importante exploitation romaine en Afrique du Nord ; la conquête minérale ne date ici que du viiie-ixe siècle.

20Quelles sont les mines de fer de l’Afrique du Nord exploitées à l’époque contemporaine ? Près de Bône, Aïn Mokra est un gisement de magnétite facilement exploitable et traitable, qui a produit sept millions de tonnes entre 1865 et 1914 ; il est maintenant épuisé. Les mines d’Ouenza, à la frontière algéro-tunisienne, les gisements de la Kabylie des Babors (Petite Kabylie) et du Dahra sont aussi mis en valeur.

  • 22 Ya’qūbī, Kitāb al-buldān, trad. G. Wiet, Les pays, Le Caire, 1937, p. 211 ; Ibn awqal, trad. Wiet, (...)

21Après ces deux constatations : vestiges des exploitations anciennes et exploitations récentes, quels sont les témoignages des sources ? L’Ifrīqiya (en gros, la Tunisie) est considérée comme une région possédant des mines de fer importantes : Maǧǧānat al-Mā’din (Maǧǧānat « des mines »), à 4 ou 5 journées de Kairouan, au nord de Tébessa, dans la région du Kef-Ouenza, est signalé par Ya’qūbī et Ibn Ḥawqal22 pour son fer.

  • 23 Idrīsī, trad. Dozy, p. 137.
  • 24 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 72 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 226 ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 136 ; Abū (...)
  • 25 Bakrī, Kitāb al-masālik wal-mamālik, trad. G. de Slane, « Description de l’Afrique septentrionale.. (...)
  • 26 Voyages dans plusieurs provinces de la Barbarie, trad. française, La Haye, 1743, t. I, p. 306 ; v. (...)
  • 27 Léon l’Africain, nouv. éd. de la trad. de J. Temporal par Ch. Schefer, Description de l’Afrique...,(...)
  • 28 Aujourd’hui Calā à une trentaine de kilomètres au sud-est de Mostaganem, Bakrī, trad. de Slane, XII (...)
  • 29 Bakrī, ibid., p. 121.
  • 30 Léon l’Africain, III, p. 33.

22C’est le principal centre minier jusqu’à l’invasion hilalienne (xie siècle). Le fer d’El Orbos, sur l’oued Mellègue, au sud-ouest du Kef, est également mentionné23. Les mines de fer des environs de Bône et de la montagne qui domine la ville, le Ğabal Edough, sont exploitées du xe au xive siècle24. Le très bon minerai extrait à bas prix des montagnes du pays de Qtama, en Petite Kabylie, dans le Ğabal Filfila, est exploité par le port de Bougie25. Encore au xviiie siècle, le voyageur Shaw26 signale que les Kabyles forgeaient le fer en petites barres et produisaient des ustensiles variés, vendus à Bougie et à Alger. Au xvie siècle, on battait dans la région de petites pièces de fer du poids d’une demi-livre qu’on utilisait comme monnaies27. Entre Tlemcen et Tahert, se trouvait la mine de Qal’a Hawwara28 et une autre près d’Arzeu29. Les habitants de Tefzara, se contentaient d’extraire le fer et le portaient ensuite à Tlemcen, où il était transformé30.

  • 31 Abd al-hid al-Marrākušī, trad. E. Fagnan, Histoire des Almohades, Revue Africaine, 37, 1893, p. (...)
  • 32 Al-Marrākušī, loc. cit.
  • 33 Au sud de Safi, au nord d’Essaouira. D. Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis..., éd. A. E. da S (...)
  • 34 Léon l’Africain, I, p. 233 et p. 232, n. 1.
  • 35 Léon l’Africain, I, p. 163.
  • 36 Léon l’Africain, III, p. 239.

23Le Rif et les montagnes du Ġaret exportaient leur fer par Melilla ; les commerçants de Fès venaient l’acheter contre de l’huile et des harnachements ; les artisans y fabriquaient des houes, des pics, des fourches et des socs...31. Les autres régions de production du Maġrib al-Aṣä étaient, au sud du Moyen Atlas, la région de Haskura (Demnat), entre Salé et Marrakech32, le « Ğabal al-Ḥadīd », appelé plus tard par les Portugais : « Serra das Ferrarias »33 ; enfin, le rebord du Haut Atlas, la région habitée par les Guzzūla. Marmol dira que les forgerons de cette tribu furent les premiers à fondre le fer et à le mettre en boule, secret alors inconnu des Africains34 ; les monts de Demensera, dont le fer était troqué contre l’argent35 ; les montagnes au-dessus de Māssa, les mines de Qsūr, qui fournissaient toute la province de Siǧilmāsa36.

18. Le Fer en Afrique Du Nord

  • 37 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 67 : « Un mur en pierre entoure la ville [Sfax] dont les portes sont rev (...)
  • 38 A Mahdiyya, chaque battant des deux portes de ville pesait 100 quintaux et comprenait trois épaisse (...)
  • 39 ir-i-usraw, Safemāmè, trad. Ch. Schefer, Safer Nameh. Relation du voyage de Nassiri Khosrau en (...)

24D’une extrémité à l’autre de l’Afrique du Nord, les portes des villes étaient en fer ; ainsi, à Sfax37, à Sabra Manṣūriyya, à Mahdiyya38, à Siǧilmāsa, où al-Yasd fit construire en 814-815 une muraille percée de douze portes, dont huit étaient en fer39. Le fer constituait une des exportations du Maġrib vers l’Orient.

3° La Sicile

  • 40 Yāqūt, Mu’gam al-buldān, éd. M. Amari, Biblioteca arabo-sicula, Leipzig, 1857, pp. 116-118 ; ‘Aǧaib (...)
  • 41 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 122.
  • 42 Dans l’énumération des neuf portes de Palerme, Ibn awqal cite « la porte des Noirs, vis-à-vis du m (...)

25Les principaux gîtes métallifères de l’île se trouvaient dans les montagnes de Messine40, dont le fer était exporté vers les pays voisins, et, près de Palerme. A côté de cette ville et de la source « du Fer », ‘Ain al-adīd (source d’Algaria ou de Santa Dominica), existait une mine qui était propriété du souverain et produisait du fer directement pour l’arsenal et la flotte41 ; il y avait à Palerme une « porte de Fer » et un quartier des forgerons42.

b) L’Égypte et la Syrie

  • 43 Maqrīzī, Hia, I, p. 194.
  • 44 Idrīsī, trad. Dozy, p. 52 ; Ibn Sa’īd, ap. Léon l’Africain, II, app., p. 384 ; Ibn al-Wardī, trad. (...)

26L’Égypte est aussi pauvre en fer qu’en argent, et le bois y est inexistant : c’est le seul pays où la superstructure des barques soit en argile. Quelques gisements périphériques sont signalés dès l’Antiquité et encore exploités à l’époque musulmane, en Nubie et dans le désert arabique, le long de la mer Rouge, dans le pays des Bedjas. Le Ğabal ‘Urf est cité par Maqrïzï43. Dans les oasis extérieures et le désert de Libye une région de grès quartzeux alterne avec des bandes d’un très riche minerai de fer, le tout recouvert par les sables. Les sites sont ceux de Santarya, du Ğabal Tantana, du sud du Fezzan44 ; l’exportation du fer se faisait par pistes caravanières vers le Fayyūm et la vallée du Nil.

19. Le fer en Égypte

  • 45 Usāma Ibn Munqi, Kitāb al-i’tibār, trad. H. Derembourg, Un émir syrien..., Paris, 1895, p. 347.
  • 46 J. Hammer-Purgstall, « Les lames des Orientaux », Journal Asiatique, 5e série, III, janv. -juin, 18 (...)
  • 47 Ibn Iyās, trad. G. Wiet, Journal d’un bourgeois du Caire, t. II, p. 173.
  • 48 P. Casanova, Essai de reconstitution topographique de la ville d’al-Fustat ou Misr, Le Caire, 1916 (...)
  • 49 sir-i-Huraw dit avoir vu à Miṣr une paire de ciseaux apportée de Tinnis et qui valait 5 dinars m (...)
  • 50 Ya’qūbī, trad. Wiet, Les Pays, Le Caire, 1937, p. ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 59 ; Abū ālih, éd. et t (...)
  • 51 H. I. Bell, Greek Papyri in the British Museum, Catalogue with texts vol. IV : The Aphrodito Papyri (...)

27L’Égypte devait faire appel au fer étranger (Inde, Syrie, Afrique du Nord, Espagne) pour satisfaire les importants besoins de ses gros centres urbains, du marché militaire, et des industries du delta. Le Caire avait un marché de fabricants d’épées sūq as-Sūyūfiyyīn)45 ; les lames qui y étaient trempées dites « misriyeh » étaient parmi les plus estimées46. L’arsenal de la ville fabriquait et entreposait l’armement. Au xve siècle, sous les sultans mameluks, il équipait encore les fonctionnaires de cottes de mailles, d’épées et de carquois47. L’industrie privée était également prospère : sous les voûtes du marché de Fusṭāṭ, les fabricants d’arbalètes voisinaient avec les vendeurs-fabricants d’aiguilles (‘abbārīn), les forgerons (addādīn), les graveurs-ciseleurs (naqqāšīn), les fabricants de couteaux, de ciseaux, de forces, nécessaires à l’industrie textile48 La production d’objets de fer se dispersait dans de petites villes et des villages : à Tinnis, on fabriquait des couteaux, des ciseaux, des sécateurs49 ; à Dalāṣ, sur la rive est du Nil, 300 forgerons fabriquaient des mors réputés50 ; déjà à l’époque byzantine, les habitants du village d’Aphrodito transformaient le fer brut et impur qui leur était livré par les magasins du gouvernement en fer pur et en clous destinés aux bateaux de l’arsenal de Babylone51. La situation de l’Égypte et son rôle dans le commerce international expliquent le développement de ses métiers du fer, en dépit de la pénurie de métal indigène.

  • 52 T. Frank, Economic Survey of Ancient Rome, IV, Syria, p. 157.
  • 53 « Beīrout est dominée par une montagne où l’on trouve des mines de fer. Ce métal est susceptible de (...)
  • 54 Ibn Baṭṭūa, éd. et trad. C. Defrémery et B. R. Sanguinetti, Les voyages d’Ibn Batouta, Paris, 1855 (...)
  • 55 Idrīsī, trad. Jaubert, II, p. 304 ; Dimašqī, trad. A. F. Mehren, Manuel de la Cosmographie du Moyen (...)

28En Syrie, les conditions sont sensiblement différentes. Dès l’Antiquité, quelques gisements ont fait l’objet d’une première exploitation, ce qui a entraîné leur épuisement progressif et le déboisement du Liban. Ils étaient situés principalement dans les régions limitrophes de la Syrie du Nord, comme Germanicia (Mar’aš) et leur production était exportée vers l’Égypte par Beyrouth52. A l’époque musulmane, le fer du Liban est évoqué par idrïsï53 ; Ibn Baṭṭūṭa, signale celui de la montagne qui domine Beyrouth, qui était exporté en partie vers l’Égypte54. Mais la région la plus riche en fer demeure la Cilicie — la petite Arménie du temps des Croisades — dont le port de Laïas exportait lui aussi vers l’Égypte des quantités importantes de ce métal55.

  • 56 J. Hammer-Purgstall, art. cit., p. 78.
  • 57 Les sabres mūšrafi, les plus estimés de Syrie, étaient fabriqués à Mouta, sur la frontière sud de l (...)
  • 58 N. T. Belaiev, « Damascene steel », Journal of Iron and Steel Institute, 1918, I, pp. 417 et suiv ; (...)
  • 59 A. Zeki Validi-Bonn, « Die Schwerter der Germanen nach arabischen Berichten des 9. -11. Jahrhundert (...)
  • 60 J. Hammer-Purgstall, art. cit., p. 67 ; E. Rey, Les colonies franques de Syrie aux xiie et xiiie si (...)

29La Syrie a joué un rôle de premier plan dans le commerce international du fer et des armes, mais aussi dans le travail du fer, puisque Damas a donné son nom à l’une des techniques les plus élaborées de la transformation du métal. C’est aux marges de la Syrie, à Boṣrā, qu’a prospéré, pendant des siècles, un marché des armes, décrit, à la veille de l’hégire, par les poètes arabes56 ; on pouvait s’y procurer les épées d’Aš-Šarāt, près de Petra57, faites de fer doux venu de l’Inde, les épées de Rūm, également de fer doux, effilées, sans gorge pour le sang, les épées de Damas, tachetées de points quand elles étaient de fabrication ancienne. Quant au travail du fer à Damas, Bīrūnī nous en a laissé une description technique approfondie. Dans sa composition entraient, outre le fer doux (narmāhan) et l’acier (šāburaqān), un troisième élément (dw), qui était de la fonte blanche manganésique additionnée peut-être de carbone. Fer doux et fonte blanche étaient en proportion égale fondus dans un creuset et complètement mélangés, afin d’obtenir l’acier ordinaire dur et résistant ; ou bien on empêchait par un moyen approprié la fusion complète de ces divers éléments afin que chaque sorte de métal conservât ses propriétés en se cristallisant : on obtenait alors le fameux acier damassé58.Bīrünī cite aussi l’acier corroyé, technique venue du Sind, et qui, selon lui, aurait été propagée par les Russes (Rūs). Il ajoute enfin des précisions sur la fabrication par un célèbre forgeron de Damas, Mazyad ibn-’Alī, de lames damassées avec du fer doux, qui, à l’acide, révélait les dessins de l’acier59. L’industrie des armes, florissante à Damas depuis l’époque romaine, fait de la Syrie, à l’époque musulmane, un des grands foyers méditerranéens de la technique et du commerce international60. Par leur variété, leur perfection, leur acier incrusté d’or ou décoré de vernis noir, les épées de Damas font parfois penser aux belles pièces d’armement de la Renaissance italienne.

c) L’Orient musulman

  • 61 Yāqūt, éd. Wüstenfeld, IV, p. 480.

30Si quelques sites miniers sont signalés en Mésopotamie, ainsi, près de la ville de Hīnī, ou au nord de Bālis, à Arġana Ma’din61, les grandes zones productrices de fer étaient situées sur le plateau iranien et sur ses confins montagneux. C’étaient, au nord-ouest : l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Caucase ; au nord-est : le Hurāsān et l’Asie centrale ; au sud : le Kirmān et le Fārs. Les plus importantes étaient les deux premières, qui possédaient aussi les principales forêts.

1° L’Arménie, l’Azerbaïdjan et le Caucase

  • 62 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 145.
  • 63 Chau Ju-Kua. His work on the Chinese and Arab trade in the twelth and thirteenth centuries, entitle (...)

31Sur le rebord du plateau iranien, le fer des environs de Mossoul, servait à fabriquer des vases, des couteaux, des pointes de flèches, des cottes de mailles, des chaînes, des clous et des outils divers, produits exportés vers les grands centres de Bagdad et Baṣra et, au delà, vers l’océan Indien62. Dans sa relation sur le commerce chinois vers les mers du Sud et du Sud-Est aux xiie-xiiie siècles, Chao Ru-gua (Tchao Ju-kua) a laissé une notice sur Baṣra, où il mentionne les mille gardes qui environnent le gouverneur désigné par Bagdad : tous sont à cheval, revêtus d’armures d’acier ; les officiers portent des cottes de mailles63.

  • 64 Pseudo-Moīse de Khoren, trad. A. Soukry, Géographie de Moīse de Khoren, Venise, 1882, pp. 40-41 et (...)
  • 65 Yāqūt, éd. Wüstenfeld, I, p. 480, et IV, p. 92 ; F. W. Schwarzlose, Die Waffen der alten Araber aus (...)
  • 66 Pseudo-Denys de Tell-Mahré, éd. et trad. J. B. Chabot, Chronique de Denys de Tell-Mahré, Paris, 189 (...)
  • 67 Thomas de Margā, éd. et trad. E. A. W. Budge, The Book of Governors, being the Historia Monastica o (...)

32En arrière des mines de fer de Mossoul, les centres d’Arménie, décrits par le Pseudo-Moïse de Khorén dans sa Géographie, composée au viiie ou au ixe siècle sont l’Arzanène, au nord du haut Tigre, Douron-Péran, à l’est de la ive Arménie64 ; d’autres signalent Qusäs, où l’on fabriquait les épées qusāsī65, Tutis, dans la ive Arménie66, Vaspouragan (lac de Van). Dans le palais d’Aġtamar, chez les Ardzrounis du Vaspouragan, on employa, au début du xe siècle, plus de 200 000 livres de fer. Le fer d’Arménie, en lingots ou travaillé dans les vallées, était exporté par radeaux sur le Tigre vers les grands centres urbains de Mésopotamie, en particulier Bagdad67.

  • 68 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 485.
  • 69 Abū āmid al-Ġarnāī, Tuhfat al-albāb, éd. G. Ferrand, Journal Asiatique, t. 207, 1925, p. 116 ; R. (...)

33L’Azerbaïdjan possédait des mines de fer à Darmān, près de l’Araxe68. Le Tuhfat al-albāb69, parle des sabres fabriqués en Azerbaïdjan, exportés par des marchands de Bulġar, chez les Wīsū (les Ves, les peuplades finnoises à l’est des Slaves) et échangés contre des fourrures de castor ; à leur tour, les Wīsū allaient troquer ces sabres contre des peaux de martre dans le pays voisin « des Ténèbres » (océan Arctique).

  • 70 Mas’Ūdī, Prairies d’or, éd. et trad. C. Barbier de Meynard, t. II, ch. 17, pp. 39 et suiv.
  • 71 AbŪ āmid al-Ġarnāī, loc. cit., pp. 84-85 et n. p. 257 ; C. Barbier de Meynard, Dict. géogr., hist (...)
  • 72 Le mot arabe qui désigne la cotte de mailles zarad, persan zirah, vient du nom des Zireh Garān, spé (...)

34A l’est du Caucase, le Daghestan, habité par des peuplades lezghiennes, est une plaine littorale étroite, le long de la Caspienne. Au col de Derbend, appelé en arabe Bāb-al-Abwāb (la « Porte des Portes »), les sāssānides et les califes avaient construit et entretenaient une muraille adossée à la montagne et pénétrant jusque dans les eaux de la Caspienne. On la franchissait par des portes de fer. C’était là un important poste de péage séparant le territoire musulman de celui des Hazars et des autres peuples de la steppe. Dans les montagnes environnantes, on exploitait les mines et l’on travaillait le fer. A Tabarsaron, à l’ouest de Derbend, vivaient les Zireh-garān (en persan, zireh — « cuirasse ») ; c’est aujourd’hui Kubači (en turc, Köbeči, de köbe = « cuirasse »). Une notice de Mas’ūd ī70 et un passage du Tufat al-albāb71 confirment que les Zireh-garān fabriquaient des cottes de mailles72, des étriers, des épées et toutes sortes d’autres armes. Le prince chrétien du Sarīr, dans les montagnes, était allié à la fois au prince juif de Samandar, parent du roi des Hazars, et au gouverneur musulman, représentant le calife à Derbend.

20. Le fer dans l’Orient musulman

2° Le Hurasan et l’Asie centrale

  • 73 S. Julien, « Documents sur les T’ou-kiue », Journal Asiatique, 1864, p. 331 ; Chavannes, Doc. sur l (...)
  • 74 Cf. les nos 300 et 301 au musée Cernuschi et A. M. Tallgren, Zur Archāologie Eastis, Dorpat, 1922-1 (...)
  • 75 R. Grousset, Sur les traces du Bouddha, Paris, 1929, pp. 52 et suiv. Voir les peintures rapportées (...)

35La zone métallifère de l’Asie centrale, importante pour le cuivre et l’argent, se prolonge vers l’Altaï, producteur d’or ; c’est un des grands centres où vient s’alimenter l’art des steppes. Les sources musulmanes décrivent, en outre le Bilād al-Atrāk, « pays des Turcs », comme une région riche en fer. Les esclaves turcs étaient très recherchés dans le monde musulman pour leur habileté à travailler ce métal et surtout comme armuriers : le calife al Mu’taṣim acheta des esclaves turcs et fit de l’un d’eux, Wasïf, son grand armurier. Les sources chinoises parlant des Tu-que (T’ou-kiue) confirment ces indications73. La production était variée : arcs, flèches à empennage de métal, dont on a des exemples datant du viiie siècle et provenant de Sibérie méridionale (Minussinsk), cuirasses, lances, sabres, épées, ceintures avec des ornements en creux et en relief, des hampes garnies de crins de cheval et surmontées de loups en or74. Les fresques de Qizil et de Qumtura, près de Kutčā (ve-viiie siècles) font revivre la cavalerie des rois de Kutčā bardée de fer, armée de casques coniques, de corselets à bandes mobiles, de cottes de mailles, de longues lances, de grandes épées droites d’estoc et de taille ; les peintures de la région de Turfan représentent des divinités portant cuirasses et casques ; ce sont encore des figures années que l’on voit sur les fresques rupestres de Sulek, près de Minussinsk75.

  • 76 H. A. R. Gibb, The Arab Conquests in Central Asia, 1923, p. 34.

36Idrïsï parle d’une ville située près de Kutčā, grand marché où étaient travaillés et vendus toutes sortes d’objets remarquables en fer, exportés ensuite vers la Chine. Rappelons aussi qu’au moment de la prise de Buẖārā par Qutaïba (705), les musulmans recueillirent un riche butin d’armes de prix et que depuis cette époque, dans la poésie arabe, l’épithète de « sogdienne » s’est attachée aux armes de grande valeur76. Des fresques du viie siècle dans la région de Buẖārā, font défiler des cavaliers équipés de cuirasses et de casques pointus à couvre-nuques de mailles descendant sur les épaules.

  • 77 G. Le Strange, The Lands of the Eastern Caliphate, Cambridge, 1905, pp-458-459.
  • 78 Éd. de Goeje, p. 268.
  • 79 G. Le Strange, op. cit., pp. 429-430.
  • 80 Communication orale de M. A. Mazahéri.

37Les ateliers du Hwārizm, grand centre commercial entre la route de la Chine, la route des fleuves russes et la route de Mésopotamie, produisaient des serrures en fer ouvragées, des aiguilles, des ciseaux, des pelles de fer, des étriers, des mors, des hauberts, des épées et des cottes de mailles77. La tradition du travail du fer était très ancienne, car on a daté des premiers siècles de notre ère les fers de lances et de flèches retrouvés à Toprak-Kala et des sculptures de guerriers revêtus de cuirasses à écailles de fer. D’après Ibn Hurdāḏbeh (ixe siècle), les pays turcs de Transoxiane payaient « un tribut de 1 300 pièces en pelles et plaques de fer, la moitié de chaque »78. Nīšāpūr, en Hurāsān, avait la spécialité des grosses aiguilles et des couteaux79. Le musée de Mešed conserve des bassins et des aiguières en acier datant du Moyen Age. Mais cette fabrication semble avoir été très peu répandue. Déjà les sāssānides, zélés « zoroastriens » à qui leur religion interdisait de manger et de boire dans des plats ou des bouteilles de terre, n’employaient pas le fer à cet usage parce qu’il rouillait et parce qu’il était réservé à d’autres usages surtout militaires, où il était irremplaçable. Leurs vases destinés à contenir l’eau et leur vaisselle étaient en cuivre ou en bronze. Les aiguières, bassins et cuillers en acier damasquiné dont on trouve des échantillons chez les antiquaires sont tout à fait inusités. Ce sont des pièces fabriquées en Perse, à Isfahān ou Mešed, le plus souvent au xixe siècle, pour satisfaire la clientèle occidentale avide de « curiosités »80.

  • 81 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 325 ; E. Bretschneider, Medieval Researches from Eastern Asiatic Source (...)
  • 82 « Il y a dans les montagnes de Kaboul des mines de fer très connues. Ce métal est d’une couleur gri (...)
  • 83 kuwī, trad. de Guignes, p. 517 ; cf. G. Le Strange, op. cit., p. 487.
  • 84 A. Zeki Validi-Bonn, « Schwerter », loc. cit., p. 21 : production de lingots d’acier damassé de for (...)
  • 85 Ibid., pp. 34-35.
  • 86 « Tanbia’, principale ville du Bagargar a douze portes de fer... [Bakhwan] a des bazars où l’on fai (...)

38D’après les sources arabes et chinoises les montagnes d’Asie centrale fournissent une grande partie du fer employé dans le Farġāna, le Hurāsān, le Fārs et l’Iraq, et qui donne lieu à une lointaine exportation ; plaques, lingots, objets de fer travaillé vont en Iran et en Mésopotamie81. Dans les environs de Kābul, chez les tribus turques qarlūq, des mines de fer produisent, selon Idrïsï, un fer excellent82 ; il faut signaler aussi celui du Šāš, du Farġānā83, et du sud d’Harāt84. D’après des sources chinoises, du fer est exporté des régions situées à l’est du moyen Tian-shan, dans la région de Kutčā et d’Aqsū85. Idrïsï, utilisant des données du ixe siècle, parle de la ville de Farman, près d’Aqsū, dont le marché présente exclusivement la production des armuriers. Des arrivées de fer du Tibet sont aussi signalées sur les places d’Asie centrale86.

  • 87 A. Z. Validi-Bonn, « Schwerter », p. 33 ; E. Bretschneider, Mediaeval Researches, t. II, pp. 39-32.
  • 88 A. Z. Validi-Bonn, « Schwerter », pp. 35-36.

39Un problème de vocabulaire permet de préciser l’importance de l’Asie centrale pour le travail et le commerce du fer. Les sujets slaves des Rûs n’avaient aucun mot pour désigner l’acier damassé, et, dès l’époque prémongole, employaient le mot haralūġ, mot que l’on a rapproché du nom de la tribu turque qarlūq (Harluẖ), qui, du ve au ixe siècle, habita dans les montagnes du Tian-shan, du Pamir et de l’Hindu-kush ; parmi leurs sites d’habitat, figuraient le bassin de l’Hilmend, entre l’actuel Giršik et Kābul, et le haut Heri-Rud, contrées bien connues aux xe et xie siècles par leurs gisements de fer87. On a pu cependant penser que le choix du nom de Qarlūq pour désigner l’acier damassé est plutôt dû à la puissance politique exercée par ce peuple au haut Moyen Age en Asie centrale qu’à son habileté à travailler le fer : il est, en effet, significatif que les épées d’origine ou de technique indienne, qui étaient exportées vers le nord-ouest à travers ou depuis le pays des Qarlūq, étaient attribuées par les peuples des steppes ponto-caspiennes à ces mêmes Qarlūq habitant les montagnes. Les sources anciennes en russe qualifient les meilleurs sabres de « ẖazars » et les meilleurs heaumes de « avars » ou de « latins »88.

40Il reste que l’on retrouve ainsi du côté des vieilles civilisations (Chine, Iran) ressoudées à l’époque musulmane par l’extension des conquêtes, les grandes aires de production du fer et des autres métaux que connaissaient les sociétés équestres de la steppe. Comme la région du Caucase, l’Asie centrale possède un versant sédentaire et un versant nomade, et elle les approvisionne tous deux ; c’est là le fondement de son importance « mondiale ».

3° Le Kirman et le Fars

  • 89 Ibn Sa’īd, Bibl. nat. ms. arabe 2 234, fol. 77 v°.
  • 90 Mas’ūdī, Prairies d’or, t. I, ch. x, pp. 242-243 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 47 ; kuwī, trad. d (...)
  • 91 Marco Polo, The Description of the World, éd. et trad. A. C. Moule et P. Pelliot, Londres, 1938, I, (...)

41L’Iran du Sud présente de notre point de vue un intérêt moindre, les mines ayant un caractère plus local, et le bois manquant pour réduire le minerai. Ibn Sa’ïd cite la ville de Ğïruft, dans les montagnes du Kirmān, dont les mines permettent de fabriquer les épées dites kirmaniya89 ; ces mines avaient déjà été signalées par Mas’ūdī, Muqaddas ī et al-Bâkuwĩ90 ; c’est la région où Marco Polo indique la présence de mines d’« ondanique »91, persuadé que fer et acier sont les produits de deux minerais naturels distincts. Il est probable qu’il s’agit des mines de Parpa, sur la route de Kirmān à Šīrāz.

  • 92 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 443 ; Ibn awqal, trad. Wiet, pp. 294-295 ; Iṣṭa, Kitāb al masālik w (...)
  • 93 kuwī, trad. de Guignes, p. 442.
  • 94 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 392 ; Qazwīnī, Āār al-bilād, éd. F. Wüstenfeld, al-Cazwini’s Kosmograp (...)

42Dans le Fārs ou Fârsistan, citons les mines de fer de Nayriz, et celles des collines d’Iṣṭaẖr92. Le fer était travaillé dans les souqs des villes : Šīrāz s’était fait une spécialité des couteaux93 et Iṣfahān, des cadenas94.

d) Le commerce des épées

  • 95 Dans les lois des peuples barbares le meurtre d’un orfèvre ou d’un forgeron d’armes était puni d’un (...)
  • 96 Six des neuf épées carolingiennes trouvées en Scandinavie et étudiées par A. L. Lorange portent des (...)

43Nous avons insisté au début de cette troisième partie sur le rôle décisif qu’a pu jouer l’armement des escadrons arabes dans la rapide conquête musulmane. Au terme de cette revue des centres métallurgiques, nous reviendrons sur le produit par excellence de l’artisanat du fer : l’épée. L’industrie de l’armement a toujours été prospère. En raison des techniques subtiles que mettait en œuvre leur art complexe et le prix attaché aux armes en un temps d’insécurité quasiment perpétuelle et à cause des secrets de fabrication jalousement conservés, les forgerons et les armuriers étaient entourés d’un respect presque superstitieux95. Le luxe des armes sévissait d’un bout à l’autre du monde. Elles étaient la production renommée d’ateliers spécialisés. Les épées portaient souvent la marque de ceux qui les avaient forgées. On leur donnait un nom96. Des auteurs prirent le soin d’écrire des traités sur les lames, où ils dressaient un catalogue minutieux des différentes variétés connues, dont ils estimaient les prix, souvent fort élevés. Les chansons de geste d’Occident comme les poésies islamiques vantent les bonnes épées, compagnes des héros. Les pères les transmettaient à leur fils. Il ne faut pas négliger le climat humain de cette production matérielle.

44A l’époque qui nous occupe, mis à part les centres de fabrication musulmans, il existe deux grandes aires de commerce des épées, pareillement étendues : celle des épées hindī ou hindāwani c’est-à-dire « de l’Inde », celle des épées de Firanǧa ou « franques ». Les premières se rencontrent dans les pays des fleuves russes et jusque dans le domaine carolingien ; on trouve les secondes dans tout le monde musulman, jusqu’en Asie centrale et aux frontières de l’Inde. Dans ces mondes divers, seules les lames étaient souvent importées, la poignée et son décor étant exécutés dans le pays où elles étaient utilisées.

  • 97 Cf. J. Hammer-Purgstall, « Lames des Orientaux », loc. cit., pp. 68 et suiv.
  • 98 Voir supra, p. 152.

45En un saisissant tableau, al-Kindï, auteur d’un mémoire déjà cité sur les épées97, traduit par son souci de rationalisation la place qu’occupait le commerce des armes dans le monde musulman, la diversité de ses horizons et le rôle de carrefour des grands centres d’échanges de l’Orient. Chez lui, la classification des différentes sortes de fer et d’épées, selon les caractéristiques du métal et sa provenance ou son lieu d’élaboration est d’ordre à la fois technique et commercial. Il part de la distinction des qualités propres des matériaux employés ; au fer « qui se trouve dans les mines » (ma’dani), dur ou doux (šāburqān ou narmāhan), il oppose le fer « qui ne se trouve pas dans les mines », l’acier « purifié », le folakh ou wootz indien. Il classe les produits finis en trois catégories : 1) les épées « antiques », celles du Yémen, de Qal’a et de l’Inde, qui constituèrent l’armement de base des Bédouins du désert98 ; 2) les épées « modernes » ; 3) les épées « ni antiques ni modernes », parmi lesquelles il distingue les « lames du pays » et les « lames étrangères ». Les « lames du pays » portent le nom de l’endroit où elles ont été travaillées à base de fer indigène : lames du Hurāsān, de Baṣra, de Damas, de Miṣr (Égypte) ; les « lames étrangères » sont, d’une part celles qui viennent directement de l’étranger, comme les épées de Ceylan (serendïbi) ou celles des infidèles occidentaux, d’autre part celles qui ont été forgées au Yémen, au Hurāsān, dans le Fārs et à Manṣūra, avec du fer importé.

  • 99 C. Cahen, « Un traité d’armurerie composé pour Saladin », extr. du Bulletin d’Études Orientales, XI (...)
  • 100 Kindī (800-870), Des diverses sortes d’épées, cité par A. Mazahéri, « Le sabre contre l’épée ou l’o (...)

46Par rapport à la liste des épées dressée au début du xiiie siècle par Faẖr-i-Mudabbir99 la classification d’al-Kindï présente l’intérêt de témoigner d’une vive conscience des courants commerciaux à l’intérieur d’une vaste unité territoriale, celle du monde musulman, et d’oppositions techniques fondamentales, rendues perceptibles grâce à une description minutieuse. Citons-en pour preuve deux exemples : parlant des épées salmaniya, Kindï indique que l’acier dont on les fait provient de Selman (au delà de l’Oxus), et que les fondeurs d’Asie centrale en font des épées de même taille que les épées qala’i ; mais que ces épées sont, en fonction de la demande en Mésopotamie, refondues et « moulées » parfois en épées yéménites. Quant à l’épée des Grecs et des Infidèles occidentaux, « en fer grossier, pointue, à double tranchant, avec une gorge médiane », Kindï signale qu’elle n’est ni « damassée » ni uniforme dans ses dimensions, et que, sous les sāssānides, l’épée romaine était appelée « damas raté » (guher na-kam)100.

  • 101 Bīrūnī (973-1048), « Fi dikh el-ḥadīd », Kitāb el-Jemahir, éd. par The Dairatul Mearif, Hyderabad, (...)
  • 102 Au vie siècle, Cassiodore décrit les épées « plus précieuses que l’or » offertes à Théodoric, roi d (...)
  • 103 Le Moine de Saint-Gall raconte comment des princes normands ayant envoyé de l’or, de l’argent et de (...)
  • 104 Éd. Wüistenfeld, II, pp. 334-335.
  • 105 A. Z. Velidi-Togan, « Die Schwerter der Germanen nach arabischen Berichten des 9. -11. Jahrhunderts (...)

47A propos de l’aspect des épées de Firanǧa, Bïrunï, après Kindï, insiste sur l’opposition technique fondamentale entre l’épée damassée grâce à la structure interne de l’acier fondu au creuset, et l’« épée occidentale », qui, par forgeages successifs, aboutit à un aspect décoratif « œuvre d’un dessinateur habile et non du hasard »101. Il fallait un minerai d’une qualité exceptionnelle, comme celui de Rhénanie, de Catalogne et du Norique, et une habileté artisanale consommée pour obtenir, par corroyage et soudure intime de fers de duretés différentes, les armes admirables de l’époque carolingienne. Les forgeages répétés faisaient apparaître sur la lame des épées par l’enchevêtrement des baguettes de métal aplaties ensemble des tresses, des nervures, des arborescences, texture « vermiculée »102 qui leur conférait résistance et souplesse. Elles ployaient dans les deux sens et se redressaient ensuite103. Pour Qazwïnï elles étaient mieux forgées que celles de l’Inde104. On les payait, en Égypte, jusqu’à mille dinars105.

21. L’exportation des épéés de FiranĞa

  • 106 E. A. Gessler, Die Trutzwaffen der Carolingerzeit vom VIII. bis XI. Jahrhundert, Bâle, 1908, pp. 96 (...)
  • 107 Voir p. 92 et croquis ii : Le fer du Massif Central aux Ardennes.
  • 108 Li romans d’Alexandre (composé vers 1180), éd. Michelant, Stuttgart, 1846, p. 132, vers 32.

48Du nombre des trouvailles, de la forme et des dimensions très comparables de ces armes, on peut conclure à une fabrication à grande échelle et destinée à l’exportation. Charlemagne s’intéressa personnellement à la production du fer qui fut activement poussée, surtout en Rhénanie, d’Aix-la-Chapelle à Solingen106. Cologne devint sous les Ottons une des grandes places d’exportation des épées dites « al-Lamaniya » par les auteurs arabes. Nous l’avons vu107, la zone qui s’étend du Rhin aux pays de la Saône et jusqu’au Berry fut toujours une grande région métallurgique grâce à l’abondance du fer pisolithique des ferrières superficielles, qui se présentait sous une forme facilement exploitable, grâce aussi à la densité des forêts qui fournissaient le combustible nécessaire. Les documents occidentaux parlent de « l’acier verdunois », bien que Verdun soit non pas un centre de fabrication mais seulement d’exportation108.

  • 109 Audouin, « Recueil de documents concernant le commerce et la ville de Poitiers », Arch. Hist. du Po (...)
  • 110 « Au nord des monts de Croatie, contiguë aux montagnes de Lombardie, est la ville de Saint-Gall où (...)
  • 111 Cf. E. A. Gessler, op. cit., p. 140.

49D’autres foyers étaient également très actifs comme la Biscaye et la Catalogne ou le Poitou qui, au xiiie siècle, produisait à Poitiers et à Saint-Maixent un acier réputé109 ; les ateliers ecclésiastiques du Nord, comme Saint-Riquier et Saint-Pierre de Corbie ; en pays germanique, la région d’Amberg, qu’on a pu appeler la « Ruhr du Moyen Age »110 ; la Suisse alémanique111 ; le Norique, avec les centres industriels de Passau et de Ratisbonne ; dans les Alpes orientales, le pays de Salzbourg, la Styrie et la Carinthie, dont la production, déjà connue à l’époque romaine, ne cessa de se développer jusqu’à l’époque moderne ; les Alpes italiennes enfin, où la toponymie, la persistance au long du Moyen Age des traditions métallurgiques, les célèbres lames de Brescia, attestent le développement ancien de l’industrie du fer.

  • 112 Le terme de frakka se trouve dans un des plus anciens poèmes norvégiens. Cf. A. L. Lorange, op. cit
  • 113 Sur les textes carolingiens interdisant les exportations d’armes, sur les ports de passage des Alpe (...)

50En Gaule, le christianisme et l’évolution des rites funéraires font disparaître des tombes à l’époque carolingienne les épées et les armes qu’on y trouvait en abondance à l’époque précédente. Mais, dans les cimetières païens de Scandinavie, de Russie, de la vallée du Danube, on a retrouvé des épées carolingiennes. Les sagas attribuent toutes pour origine aux frakka des chefs vikings, appelées aussi « lames de Flandre » (fer flamingr), la Gaule et la région rhénane112 Les épées franques firent la force des ennemis des Francs : Normands, Avars, Slaves et aussi Musulmans, qui en importaient malgré les interdictions répétées des empereurs carolingiens113.

  • 114 Ibn Falān, Riāla, éd. Frähn, pp. 4-5, et Abū Hāmid al-Ġarnātī, Tufat al-albāb, éd. G. Ferrand, J (...)
  • 115 Par Rūs il faut entendre aussi les Suédois et les Brūs ou Prussiens d’Ibrāhīm ibn Ya’qūb, peuples v (...)
  • 116 Selon Ibn Faḍlān. M. Canard, « Ibn Faḍlān chez les Bulġars de la Volga », Annales de l’Institut d’É (...)

51A côté des épées de Firanǧa, le monde musulman recevait des épées slaves dites épées des Rūs ou des aqāliba114. Il faut entendre par là les peuples germains du Nord115. Dans quelle mesure ces épées « slaves », qui se définissaient, comme les épées « franques », par leur « faux damas »116, étaient-elles de fabrication Scandinave ? Ne leur donnait-on pas ce nom seulement parce que les Scandinaves furent de grands transporteurs et marchands d’armes, faisant parcourir aux épées d’Occident, comme à leurs concurrentes indiennes mais en sens inverse, les vastes espaces qui séparaient la Baltique de la Caspienne ?

52Cependant les fouilles archéologiques et les études métallographiques ont fait apparaître que sur la route des fleuves russes, utilisant les minerais locaux, des artisans surent, dès le xe siècle, fabriquer de l’acier ; on a relevé que les glaives des tumuli du ixe siècle, attribués communément à l’importation Scandinave, contenaient une forte proportion de nickel, existant dans le minerai proche de Smolensk. Des constatations de cette nature permettent de nuancer la valeur qu’il convient d’attribuer aux classifications des contemporains arabes.

3. LES METAUX NON FERREUX

a) Le cuivre

  • 117 Le laiton se dit en grec oreikhalkos, d’où le latin aurichalcum qui a donné archal. L’espagnol azof (...)

53Le monde musulman est riche en cuivre : la preuve en est dans l’importance et le nombre des œuvres d’art qui ont été fondues en cuivre pur, en bronze (alliage de cuivre et d’étain) ou en laiton (alliage de cuivre et de zinc)117 Nous avons conservé beaucoup de superbes échantillons de cette industrie.

  • 118 Strabon, xiv, 6, 5 ; v. aussi, iii, 4, 15.
  • 119 Trad. angl. V. Minorsky, The regions of the world. A Persian Geography, 372 A. H. -982 A. D., Londr (...)

54Les mines du monde musulman sont situées d’abord à Chypre. Activement exploitées dans l’Antiquité, elles ont hâté le déboisement de l’île, dont les arbres si précieux pour les constructions navales, étaient nécessaires au traitement du minerai de cuivre118. Les centres d’extraction se trouvaient de part et d’autre du mont Troodos, au sud de l’île ; on y a découvert de gros culs de scories très pauvres en métal, ce qui laisse deviner l’habileté des Chypriotes dans l’extraction. Le udūd al-’alām, au xe siècle, mentionne l’importante production de cuivre de Chypre119.

  • 120 C. Cahen, « Le Diyar Bakr au temps des premiers Urtukides », Journal Asiatique, t. 227, 1935. p. 27 (...)
  • 121 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 295.
  • 122 Muqaddasī, trad. A. Miquel, La meilleure répartition pour la connaissance des provinces, Damas, 196 (...)
  • 123 Trad. Schefer, p. 81.
  • 124 Éd. et trad. Defrémery et Sanguinetti, t. I, p. 136.
  • 125 Ibn Ğubayr, Rila, trad. Schiaparelli, Rome, 1906, p. 259 ; Ibn Baṭṭūa, rééd. V. Monteil, t. I, p. (...)
  • 126 ir i-Husraw, trad. Schefer, p. 152.

55En Syrie, quelques gisements du Liban sont à l’origine de l’industrie du cuivre à Damas ; par la suite, la production de métal se révéla insuffisante et on dut faire appel à des gisements plus lointains. Parmi ceux-ci, les mines d’Arġana Ma’din, en Haute-Mésopotamie, qui sont encore exploitées de nos jours et celles de Ma’din Hapur, dans le bassin supérieur du Tigre120. Ibn Ḥawqal mentionne un gisement de cuivre, à Sardan, dans le Fārs, dont la production était dirigée vers Baṣra et ailleurs121. La montagne du Maġarat fournissait un minerai de cuivre abondant qu’on exportait vers Diyarbakir, Erzeroum, Trébizonde, ou qu’on battait sur place, alimentant ainsi un grand marché aux chaudrons pour toute la région du haut Tigre. L’industrie de la chaudronnerie, originaire d’Asie centrale, se répandit jusqu’à Mossoul sur le Tigre moyen, et jusqu’à Damas, ainsi que l’art du cuivre estampé, repoussé et incrusté de cuivre rouge sur cuivre jaune ou de matières précieuses. Mossoul et Damas furent les grands centres de dispersion des techniques sāssānides du cuivre qui passèrent dans le monde méditerranéen après que les conquêtes islamiques eurent opéré la jonction entre le domaine perse et le domaine byzantin : monde syncrétique où les techniques ont cheminé librement de l’est à l’ouest. Muqaddasï parle des portes de la grande mosquée des Umayyades à Damas qui étaient faites de plaques de cuivre doré122 et Nāṣir i-Husraw de l’une de celles de la mosquée de Jérusalem, faite d’un cuivre brillant comme de l’or et couverte d’incrustations en argent niellé où on Usait le nom du calife al-Mamūn et il ajoute : « Cette porte fut, dit-on, envoyée de Bagdad par ce prince. »123. A propos d’une anecdote relative à Abu Ya’kūb Yussef et survenue dans un village près de Damas, Ibn Baṭṭūṭa écrit : « C’est un des usages de ces contrées-là, que le père fournisse le trousseau à sa fille. La partie la plus importante de ce mobilier consiste en ustensiles de cuivre. Ces gens se glorifient de posséder de tels ustensiles et ils en font l’objet de stipulations particulières »124. La galerie des fondeurs en cuivre ou chaudronniers s’étendait le long de la paroi méridionale de la mosquée des Umayyades à Damas et c’était un des plus beaux marchés de la ville125. Sa production était exportée jusqu’en Égypte. Cinq mille seaux de cuivre de Damas, brillants comme de l’or, susceptibles de contenir chacun trente mens (soit environ quarante-cinq litres) d’eau, pouvaient être loués journellement à Fusṭāṭ, au début du xie siècle126. Au xiiie siècle, les monnaies d’argent disparaîtront de Mossoul, remplacées par des monnaies de cuivre, frappées avec le métal des mines voisines.

  • 127 H. Hubert, « De quelques objets de bronze trouvés à Byblos », Syria, 1922, pp. 273 et suiv.
  • 128 En 1936, l’archéologue américain Nelson Glueck a trouvé à une vingtaine de kilomètres au nord d’Eil (...)
  • 129 Maqrīzī, Hia, I, p. 194 ; A. Lucas, « Copper in ancient Egypt », The Journal of Egypiian Archaeol (...)

56L’Égypte manquait de cuivre. Dans l’Antiquité elle s’approvisionnait dans les régions du Caucase et des caravanes acheminaient le métal jusqu’à Byblos d’où il était transporté par mer jusqu’aux ports du delta127. Ce commerce se perpétua à l’époque musulmane. Le cuivre du Caucase continua d’être la matière première utilisée par les Coptes comme par les chaudronniers damasquins. Aux xiiie et xive siècles, le cuivre sera une des grosses importations des villes italiennes dans la vallée du Nil. Cependant la vallée de Maġāra, au nord-ouest du mont Sinaï, offre du cuivre qu’exploitaient déjà les Pharaons128 et dans le désert arabique le pays des Bedjas, surtout à Abū Seyal, comptait aussi des mines de cuivre129.

  • 130 Bakrī, trad. de Slane, XIII, p. 149 ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 85 ; Menahiǧ, trad. Fagnan, Extraits, (...)

57Le Maġrib avait, dans la région montagneuse des Qtama (Kabylie des Babors) des gisements dont les habitants exportaient le minerai en Ifrīqiya, par les ports de Djidjelli et surtout de Bougie130. L’autre grand centre du cuivre en Afrique du Nord, était le Maroc central et le Sūs al-aqṣā.

  • 131 Bakrī situe Hisn Daī « la forteresse de Daī » sur la route d’Aġmāt à Fès, au sud de l’oued Derna : (...)
  • 132 Cette couleur vient d’un alliage naturel avec le zinc.
  • 133 Idrīsī, trad. Dozy, p. 85.
  • 134 Cf. L. Massignon, Le Maroc dans les premières années du xvie siècle, tableau géographique d’après L (...)

58Au Maroc central, le pays du Daï131 et la région de Tadla, au pied de la chaîne du Daran (Atlas), produisaient un cuivre « en général très pur, de qualité supérieure et de couleur blanchâtre »132 qui s’alliait facilement avec les autres métaux. On l’employait pour la fabrication de mors en cuivre argenté. Lorsqu’on le bat, ajoute Idrīsī, sa qualité s’améliore et il n’est pas sujet à se fendre comme les autres cuivres133. « La ville cuivrière de Hisn Daï comptait de nombreux orfèvres et batteurs de cuivre juifs. Les ruines de cette cité correspondent aujourd’hui à la localité de Somaa, village à un kilomètre environ à l’est de Beni Mellal. A 25 kilomètres au sud-est de cette dernière ville on a découvert un amas de scories d’environ 3 000 tonnes et des vestiges de galeries. A proximité se trouve le gisement cuivrier récent d’Irherhère134.

  • 135 Ibn Haldūn, II, p. 159 ; Kitāb al-istibār, trad. E. Fagnan, « L’Afrique septentrionale au xiie siè (...)
  • 136 Kasba Tadla ne fut construite que vers 1687. Sur tout ceci : E. F. Gautier, « Medinat ou-Daī », Hes (...)

59La présence de cuivre dans le bassin alluvionnaire de l’oued Daï (rivière de Beni Mellal) ou de l’oued Derna, affluent de l’Um ar-Rabia, est impossible géologiquement. La ville d’Hisn Daï servait simplement d’entrepôt à la production, c’était un lieu de marché et de fabrication d’objets en cuivre. C’est là que se formaient les caravanes qui exportaient le métal brut ou les objets manufacturés. La mine se trouvait dans la montagne qui dominait la ville. Ibn Haldūn parle de Teniat al-Ma’din « le défilé de la Mine », endroit qui s’appelle aussi Bani Fazaz135. La ville de « Madīnat ou Daï » fut détruite par les Almoravides. Elle fut remplacée par Tefza (Fichtala), à mi-chemin entre Beni Mellal et l’oued Derna, que Léon l’Africain mentionne, au xvie siècle, comme la capitale du Tadla. Le site de cette ville correspondait à l’actuel Taġzirt, sur la rive droite de l’oued Derna136. Au haut Moyen Age, le métal était concentré à Hisn Daï et expédié de là vers le nord, à Fès, et, par le port de Nekour (île d’Alhucemas), vers la Méditerranée orientale. Il en partait aussi vers Siǧilmāsa et le pays des Noirs, sous forme de lingots ou de vases de cuivre.

22. Le cuivre marocain

  • 137 Marmol, L’Afrique, t. II, p. 28.
  • 138 Bakrī parle des mines de cuivre de Tīhammamīn et de Ten Oudaden, respectivement à deux et trois jou (...)
  • 139 Voir L. Massignon, Le Maroc dans les premières années du xvie siècle, p. 201. Taroudant ne fut fond (...)
  • 140 Bakrī, trad. de Slane, Journal Asiatique, XIII, 1859, p. 481 ; Kitāb al-istibṣār, trad. Fagnan, loc (...)

60Le « Sūs extrême » (Sūs al-aqṣä), c’est-à-dire le sud du Maroc, dont le chapelet d’oasis très fertiles produisait du coton, du sucre et du henné, était connu pour son laiton sūssī d’excellente qualité137. Le minerai venait du Grand Atlas, de la région habitée par les Guzzūla138. Au xie siècle, la « grande, vaste et très ancienne ville » d’Igli, capitale idrisside élevée au viiie siècle au débouché du col de Goundafi sur le haut Sūs139, était le centre métallurgique où l’on fondait le cuivre. Celui-ci était ensuite exporté par le relais de Nul Lamṭa vers le « pays des Infidèles », c’est-à-dire des Noirs140, sous forme de lingots et de bassins.

  • 141 Trad. de Slane, I, pp. 75-76. Sur la légende d’une ville d’airain, cf. Ibn al-Faqīh, qui fournit un (...)
  • 142 Voir infra, p. 186.
  • 143 Les baguettes rapportées se trouvent à l’IFAN, Dakar. Elles ont été datées du début du xiie siècle. (...)

61Cette abondante production cuivrière avait donné naissance à une légende dont Mas’ūdī se fit l’écho : « Dans le désert de Siǧilmāsa existait une « Ville de cuivre » (Madīnat an-Nuās), construite entièrement en cuivre ». Avec son habituel sens critique, Ibn Haldūn, dans un passage de ses Prolégomènes141 fait justice de cette croyance très répandue. Il n’en demeure pas moins qu’à l’origine de la légende subsiste l’étonnement et l’émerveillement des voyageurs devant l’extraordinaire quantité de métal brut et de chaudrons et ustensiles en cuivre accumulés dans les bazars des villes cuivrières et dans les ballots des caravanes en partance pour les rives du Niger. Une tradition similaire place aussi, nous le verrons142, une « ville du cuivre » (Madīnat an-Nuās) en Asie centrale, au cœur d’une autre grande région de production du cuivre. Des archéologues russes ont localisé cette dernière ville à 90 kilomètres de Taškent. En 1965, Th, Monod découvrait dans les dunes de l’Ijāfen, au Sahara occidental, un dépôt de 2 000 barres de cuivre accompagnées de cauris, dépôt sans doute constitué par une caravane marocaine en route pour le Soudan et qui s’était trouvée en difficulté. Il s’agissait de baguettes de laiton longues d’environ 70 centimètres, pesant en moyenne près de 500 grammes et portant sur une de leurs faces une sorte de cannelure. Une cargaison entre beaucoup d’autres, qui, elles, parvinrent à destination. Une telle découverte témoigne de l’importance de l’exportation du cuivre marocain vers le sud et le pays des Noirs143.

  • 144 YĀqūt, in : M. Amari, Biblioteca arabo-sicula, p. 108 ; Qazwīnī, ibid., pp. 138 et suiv. ; Bākuwī, (...)
  • 145 Voir les textes cités supra, ch. 1, p. 14, n. 3, et R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de (...)
  • 146 Hudūd al-’ālam, trad. Minorsky, p. 154 ; Moro Rasis, trad. Lévi-Provençal, n° 12, p. 66 ; Raw al-m (...)

62La Sicile exploitait quelques mines144. Enfin, l’Espagne était riche en cuivre. Dans l’Antiquité, les mines situées près de Cordoue produisaient un cuivre plus renommé que celui de Chypre145. Les auteurs musulmans insistent aussi sur l’excellence du cuivre de Cordoue, des monts de Tolède, du pays d’Elvira et de Pechina146. Mais, fait curieux, les mines de Huelva et de Rio Tinto, déjà exploitées par les Romains, auxquels on attribue les vestiges de scories retrouvés, ne sont pas signalées particulièrement par les auteurs du Moyen Age musulman.

  • 147 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 436 ; G. Le Strange, Lands, pp. 202 et 293-295.
  • 148 Muqaddasī, éd. de Goeje, pp. 324-325 ; « On y fabrique [à Harat] des vases de cuivre incrustés d’ar (...)

63Tels sont les centres importants de la production cuivrière du monde musulman. Mais on trouvait également du cuivre dans le sud de l’Iran, le Sigistān, le Kirmān, les collines d’Iṣṭaẖr147, dans le Farġāna et le Šāš. Marw, Samarqand, Buẖārā, Tūs, Harāt, produisaient de grands chaudrons, des récipients de toutes dimensions et une grande variété d’articles de « dinanderie » parmi lesquels des étriers148.

  • 149 Nicou, « Le cuivre en Transcaucasie », Annales des Mines, 8e série, VI, 1904, pp. 13-34 ; J. de Mor (...)
  • 150 Ibn, Baṭṭūa éd. et trad. Defrémery, II, p. 294. Ailleurs Ibn Baṭṭūta décrit un baīsūs : « On appel (...)

64Hors du monde musulman, on faisait appel à trois grandes zones de production : le Caucase, l’Asie centrale et l’Oural. Le Caucase était de toute ancienneté un important centre de production du cuivre grâce à des métaux oxydés d’un traitement aisé149 ; de là partaient les vieilles routes du cuivre vers la Mésopotamie et la Syrie du Nord. Les auteurs musulmans apportent des indications sur les mines et le travail du métal en Azerbaïdjan. Arzanǧan, en Arménie, fabriquait des vases et des baïsūs, ou grands candélabres en cuivre150.

  • 151 abarī, Annales, II, p. 1186 ; V. V. Barthold, Turkestan, pp. 117-118.

65A la Sibérie méridionale, grosse productrice de cuivre, le commerce musulman avait également accès. C’est dans les steppes de l’Asie centrale que la légende localise la « Ville de cuivre » Madīnat an-Nuās, peuplée de mineurs et d’artisans d’une science consommée ; ils auraient façonné des chaudrons immenses, le mobilier, les portes, les fenêtres, les toitures de cuivre brillant de leur ville. Une expédition archéologique russe a retrouvé, avant la dernière guerre, les ruines de cette Ville du cuivre, sur le site de Tunket, à 90 kilomètres de Taškent. C’est l’antique Paykand, dont on sait qu’elle commerçait avec la Chine et les pays de la mer d’Aral151. La ville est caractérisée par ses rues larges et droites, ses vastes places, ses énormes réservoirs d’eau ; on distingue les ruines de grands caravansé rails et de marchés, un vaste quartier industriel, reconnaissable à l’abondance des scories de cuivre, témoins de la fonte du minerai. Dans les montagnes voisines on a découvert les vestiges de mines très anciennes exploitées aux ixe et xe siècles.

  • 152 Idrīsī, trad. Jaubert, II, p. 407.

66Dans l’Oural, enfin, un millier de mineurs extrayaient un métal très abondant qu’on transportait dans le Hwārizm, dans le Šāš et chez les Turcs152. Un tribut imposé au Mā warā’ an-Nahr (Transoxiane) par les califes abbassides comportait plusieurs milliers de chaudrons.

  • 153 Exemples dans G. Migeon, Manuel d’art musulman. Arts plastiques et industriels, I, pp. 370 et suiv. (...)

67Grâce aux mines de son propre domaine et à son commerce lointain, le monde musulman disposait donc d’une abondante matière première. Il connut toutes les techniques de la fonte et du travail du cuivre et du bronze. Il pratiqua l’incrustation suivant les procédés damasquin (alla damaschina) ou persan (alla aǧemina). La première de ces techniques consistait à fixer dans une rainure faite dans le métal à incruster un fil de métal précieux, or ou argent, qui restait souvent en relief. Dans la seconde, un éperon à bord de lime était passé sur le métal et le fil était fixé à coups de marteau sur le sillon ainsi tracé. Les incrustations d’argent ou de cuivre rouge sur bronze étaient une spécialité des ateliers d’Asie et d’Égypte. Métal malléable, le cuivre rouge ou jaune était battu comme les « dinanderies » du monde occidental. Les œuvres conservées, originaires d’Espagne aussi bien que de Perse, attestent de la maîtrise atteinte par les artisans dans ce domaine d’un bout à l’autre du monde musulman : bassins et plateaux, fontaines et aquamaniles, lampes et lustres, candélabres, brûle-parfums, en cuivre massif, ajouré ou damasquiné, objets d’usage courant ou de luxe, et ces grandes portes de bronze qu’on retrouve en Syrie, en Égypte, en Afrique du Nord, en Espagne et dont l’art de fabrication gagna l’Italie du Sud, Byzance et l’Occident153. Les centres principaux de cette industrie étaient Mossoul, Damas, Le Caire et le sud du Maroc, qui exportait les bassins, les bracelets et les anneaux de cuivre destinés au commerce avec le Soudan.

b) L’étain

  • 154 « Il y a dans cette île une mine abondante d’étain. Le métal est très pur et très brillant mais les (...)

68Indispensable à la fabrication du bronze, l’étain provient de deux sources principales, l’une occidentale (Grande-Bretagne) et l’autre orientale (monde malais), auxquelles correspondent les deux termes employés en arabe : qasdīr (du grec kassiteros « l’étain », qui a donné leur nom aux îles Cassitérides) désigne l’étain de Cornouailles ; kala’ī154 est employé pour l’étain malais.

  • 155 R. J. Forbes, Studies in Ancient Technology, vol. IX, rééd. Leyde, 1971, pp. 126 et suiv. et carte (...)

69Les Anciens connurent de petits gisements de cassitérite sous forme de veines dans des roches granitiques155. Rarement des veines d’étain pouvaient voisiner avec des mines de cuivre — on ne trouve jamais étain et cuivre dans la même veine. Les premiers métallurgistes en fondant ensemble les deux minerais obtinrent du bronze avant d’avoir su les allier délibérément, résultat auquel ils arrivèrent peu après 2500 av. J. -C.

  • 156 « Le fleuve qui coule au Midi [La Garonne] est remonté par les navires qui viennent de la mer envir (...)
  • 157 En 966, les princes francs de Catalogne envoient au calife de Cordoue, al-Ḥakam II, de l’étain avec (...)
  • 158 A. Solmi, éd. Tarif de la porte Saint-Ours d’Aoste (c. 960) et Honorantie civitatis Papie (avant 10 (...)

70Dans l’Antiquité l’étain de Grande-Bretagne gagnait la Méditerranée sur des bateaux phéniciens jusqu’à Gadès, ou bien il était transporté jusqu’à Marseille et Narbonne à dos de chevaux ou par les fleuves : Loire, Rhône et Garonne ; ou encore par les cols des Alpes, la vallée du Pô et l’Adriatique, il atteignait le bassin méditerranéen. Au viiie siècle, Bède le Vénérable fait encore état de ces exportations. Au xiiie siècle, l’auteur magrébin Ibn Sa’īd décrit la route de l’étain et du cuivre anglais et irlandais jusqu’en Égypte par Bordeaux (Burdāl), où ils étaient troqués contre du vin, la Garonne, Toulouse et Narbonne156. Aux ixe et xe siècles l’étain s’exportait par la Gaule du Sud vers l’Espagne musulmane157. Aux xe et xie siècles, les tonlieux des villes d’étapes attestent le passage de l’étain et du plomb sur les routes des cols alpins158, en direction de Venise qui les expédiait dans le monde musulman. Le commerce anglo-saxon portait l’étain directement par mer vers l’Espagne musulmane en même temps que les fourrures du Nord et les esclaves. Les mêmes routes que dans l’Antiquité restent donc en usage pendant le Moyen Age : route de l’océan, route par les fleuves à travers la Gaule et route par les cols des Alpes vers l’Adriatique.

  • 159 Ibn Hurdādbeh, éd. de Goeje, pp. 45 et 51 ; Idrīsī, trad. Jaubert, I, pp. 51 et 80 ; Ibn al-Wardī, (...)
  • 160 G. Le Strange, Baghdad during the Abbasid caliphate, Oxford, 1900, p. 257.
  • 161 Au iiie siècle avant J. -C. et encore à l’époque romaine, l’Inde recevait l’étain d’Alexandrie et n (...)

71L’étain oriental profite, à l’époque musulmane, du développement du commerce de l’océan Indien et de l’Asie du Sud-Est. Cet étain de « Kalah », atteint les ports musulmans du golfe Persique et de la mer Rouge159 ; l’Égypte marque les limites de sa desserte. C’est avec cet étain (Raṣāṣ Kala’ī) qu’était fait le grand bassin poli, plus brillant que l’argent, de 30 coudées de long sur 20 de large (15 m x 10 m) alimenté en eau par une conduite également en étain, signalé près du Firdaūs, le « Paradis », palais des califes de Bagdad, et qui devait orner le centre du nouveau kiosque (al-Jawsak al-Muhdith) au milieu des jardins160. Mais on peut se demander si les ouvrages semblables signalés en Égypte sous les Fātimides étaient composés d’étain malais ou d’étain anglais, car ce dernier parvenait aussi jusqu’à Alexandrie161. D’une façon générale, l’étain, métal trop cher, était réservé à la fabrication du bronze et les récipients en étain, parfois mêlé de plomb, sont de caractère exceptionnel. Comme les pots chinois en plomb ils étaient censés posséder des vertus médicinales.

c) Le plomb

72A l’époque musulmane, le plomb et ses dérivés — la galène (sulfure de plomb), la litharge (protoxyde de plomb fondu et cristallisé) utilisé comme vernis pour poteries et pour la fabrication du cristal ; le minium, colorant rouge, et la céruse (carbonate de plomb) substance blanche et friable, servant de colorant et de fard — sont produits à partir de gisements très dispersés de l’Occident à l’Extrême-Orient, et donnent lieu à de vastes échanges.

  • 162 Dioscoride, v, 102. Voir références aux auteurs musulmans, supra, p. 185, n. 4.
  • 163 C. J. Tissot, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, Paris, 1884-1891, I, pp. 256-25 (...)

73Comme pour d’autres métaux, les sources arabes prolongent les témoignages des auteurs grecs et latins sur les mines de plomb de Méditerranée occidentale : mines de Sicile162, de Sardaigne, mais essentiellement d’Espagne et d’Afrique du Nord163, où le plomb voisine avec les minerais de cuivre, de zinc et d’autres métaux plus rares.

  • 164 Pline, Hist. nat., iv, § 112 ; xxxiv, § 156, 158, 159 et 164 ; Strabon, Géogr., iii, 2, 10. Cf. les (...)
  • 165 Hudūd al-’alam, trad. Minorsky, p. 154 ; Moro Rasis, trad. Lévi-Provençal, n° 12, p. 66 ; Ibn awqa (...)

74Parmi les mines espagnoles citées ou décrites par Pline et Strabon164 les auteurs arabes165 signalent particulièrement les mines de plomb de la région d’Elvira (Ilbīra), celles du pays d’Almeria, dans la sierra de Gador, les mines de Berja et de Cabra, la galène (al-kul), ou sulfure de plomb, des régions de Tortosa et de Baza.

  • 166 Ya’qūbī, trad. Wiet, Les pays, p. 211.
  • 167 Trad. de Guignes, p. 455. Peut-être est-ce Maǧǧānat ?
  • 168 V. infra, p. 236, n. 4.
  • 169 V. supra, p. 189, n. 5.

75En Ifrīqiya, le plomb se trouve presque toujours associé au zinc, sous forme de calamine, ou à l’argent. Ya’qūbī mentionne le gisement de Maǧǧānat, à quatre étapes de Kairouan, dans une région de crêtes et de défilés166 ; et Bākuwī, la mine de (litharge) mortak et de plomb de « Maǧiāṭ » (Qala’at Bašar)167. A l’époque de Léon l’Africain, sur la ligne des oasis, à 20 milles du Grand Atlas vers le sud, une veine de plomb et d’antimoine était travaillée par les habitants de Qsūr, qui apportaient leur ouvrage à Fès168. Du Kef à Uǧda, d’autres mines de plomb étaient sans doute en exploitation à l’époque musulmane, et nourrissaient, comme les mines de l’Espagne du Sud-Est, une exportation vers l’Orient, attestée pour la litharge de Tunis, la céruse, ou blanc d’Espagne, et le plomb des royaumes de Tunis et de Bougie, dont des traités réserveront, aux xiiie et xive siècles, le trafic en franchise aux commerçants vénitiens169.

  • 170 Hia, I, p. 194. Cf. E. A. Floyer, Etude sur le Nord-Etbaī, pp. 30 et 78.
  • 171 Idrīsī, trad. Jaubert, I, p. 464 ; J. de Morgan, Mission scientifique au Caucase, t. I, Paris, 1889 (...)
  • 172 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 490.

76Dans la partie orientale du domaine musulman, Maqrīzī mentionne les mines de plomb du pays des Bedjas, dans le désert arabique170. En Asie Mineure, on extrait le minium de Cappadoce, le plomb argentifère de la chaîne qui borde la mer Noire, en Mysie, et surtout des gisements d’altitude du Taurus, à Bulġār Ma’din et Bereketli Ma’din. En Haute-Mésopotamie, dans le bassin du Tigre occidental, on extrait le plomb argentifère à Ma’din Hapur, et, à la jonction des deux branches du haut Euphrate, à Kyöban-Ma’din. Caucase et Arménie sont riches en plomb, surtout dans le Daghestan171, au bord de la Caspienne, près de Ğurǧan, en Azerbaïdjan, entre Marāġa et Zanǧān, où se trouvent les mines de Šīz172 ; on extrait aussi le plomb argentifère du Sehend, dans le bassin du lac d’Ourmia.

  • 173 Ya’qūbī, trad. Wiet, p. 103 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 324 ; cf. G. Le Strange, Lands, p. 430.
  • 174 Iṣṭa, éd. de Goeje, p. 155 ; Ibn awqal, trad. Wiet, p. 294.
  • 175 G. Le Strange, Lands, p. 295.
  • 176 V. V. Barthold, Turkestan down to the Mongol Invasion, p. 164.
  • 177 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 468.
  • 178 Qazwīnī, éd. Wüstenfeld, II, p. 362 ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. 517.

77En Iran, ce sont les mines de Bāmiyān, près de Balẖ173 : les minerais de plomb y sont associés au vitriol et à l’arsenic ; les mines des collines d’Iṣṭaẖr174, du Fārs175, zone très riche en gisements de fer, de plomb, de soufre et de naphte, les mines du Kirmān, de Ṭūs, de Gūzgān, de Huzdar (Beloutchistan), d’Harāt, de la montagne de Binalūd, entre Mešed et Nīšāpūr, de Nih, près de Seistān, de Taft, à 20 kilomètres au sud de Yazd, des environs de Boġabad, au nord de Bahramabad. Plus loin vers l’Asie centrale, ce sont les mines de plomb du haut Nāryn176, dans le Farġāna, l’abondante production de plomb argentifère du Mā warā’an-nahr177, les mines de la région de Taškent, dans le Šāš178.

  • 179 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 388 ; Iṣṭa, éd. de Goeje, p. 226 ; T. Lewicki, » Znaczenie handlove D (...)
  • 180 Éd. A. Kunik et W. Rosen, Saint-Pétersbourg, p. 35.
  • 181 Idrīsī, trad. Jaubert, II, p. 221.

78Par les fleuves russes et le centre d’Arṭa’, le plomb d’Europe orientale et de l’Oural pénétrait aussi dans le monde musulman. Arṭā’, dépendance de Kiev, exportait, au xe siècle, par le fleuve Sura, en direction de la mer Noire le plomb produit par les tribus Erza ; le plomb de Pologne (mines d’Olkusz, mentionnées au xive siècle) servait à sceller les peaux d’écureuil utilisées comme monnaies par les peuples slaves179, et Ibrahim ibn Ya’qūb raconte que Slaves, Musulmans et Turcs venaient avec leurs marchandises à Cracovie et surtout à Prague, où ils achetaient du plomb des mines d’Europe centrale, sans doute du Harz180. Du pays des Hazars, étaient exportés en grandes quantités, l’argent et le plomb de qualité supérieure que fournissaient les monts Oural181.

  • 182 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 97 ; Isāq B. al-usayn, éd. et trad. A. Codazzi, « Il ompendio geograf (...)
  • 183 Song-shi, 186, 18 b ; cité dans Hirth et Rockhill, Chaujuhua. His work on the Chinese and Arab trad (...)
  • 184 Hirth et Rockhill, op. cit., p. 53 (plomb vendu contre du riz au Zhenla) ; p. 49 (plomb importé au (...)

79Nous avons quelques indications sur le commerce du plomb dans l’océan Indien. On en importait dans le monde musulman par Baṣra182, depuis la « cité de az-Zabaǧ », c’est-à-dire les îles de la Sonde, et l’on en importait parallèlement en Chine et dans diverses régions des mers du Sud ; le nom de ce produit figure dans une liste des denrées dont il était fait commerce à Canton en 999183 et le Zhu-fan-zhi le signale également184, lorsqu’il parle du Cambodge, du Champa, et même de Bornéo et des Philippines, où l’on s’en servait pour alourdir les filets de pêche.

  • 185 Ya’qübī, trad. Wiet, p. 154 ; ‘Abd al-Laīf, éd. et trad. S. de Sacy, Relation de l’Égypte par Abd- (...)
  • 186 Muqaddasī, trad. A. Miquel, p. 197 ; v. aussi, p. 192.
  • 187 Ibid., p. 169.

80Ces courants commerciaux étaient fondés sur l’utilisation du plomb, en quantités importantes et pour des usages divers. D’abord, comme à l’époque romaine, pour les conduites d’eau : en Égypte, en Arabie, à Samarqand, les canalisations amenant l’eau dans les villes, les installations de chauffage des bains publics et privés, souvent renouvelées, étaient en plomb185. Ensuite, pour les toitures et les chenaux des vastes édifices du monde musulman : les 45 000 plaques de plomb pour la couverture de la mosquée al-Aqṣā à Jérusalem186, les toits de la mosquée des Umayyades à Damas187, les chenaux de la grande mosquée de Cordoue.

  • 188 P. Casanova, « Mémoires sur les sceaux arabes en plomb », Revue Numismatique, 1894, p. 99.
  • 189 J. Chevrier, « Fouilles de Saint-Jean-des-Vignes », Mém. de la Soc. Archéol. et Hist. de Chalon, II (...)
  • 190 G. Wiet, « Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks », Cahiers d’histoire égyptienne, 1955, (...)
  • 191 Nāir-i-Husraw, trad. Schefer, p. 228 : « Les transactions commerciales se font au moyen de plomb c (...)

81En dehors de cette consommation massive de plomb, il faut signaler le glaçage de la poterie, la fabrication du cristal, les besoins des chancelleries arabes et byzantine qui scellaient leurs actes avec du plomb188, le développement des insignes de pèlerinage et des médailles de piété en Occident189, le commerce des parfums enfermés dans de petits récipients de plomb190, et même l’utilisation du plomb comme monnaie : on a vu le rôle des sceaux sur les fourrures d’écureuil, mais dans l’océan Indien, à Lahsa et à Ğudda, le plomb, contenu dans des couffes au poids constant, était un instrument d’échanges au rayon limité en raison de son poids191.

d) Le zinc

82Le zinc se présente soit sous la forme d’un sulfure, la blende, associé le plus souvent aux minerais de plomb et d’argent, soit par altération superficielle des sulfures, sous forme d’oxydes carbonatés et silicatés, qui sont la calamine ou aurichalcite.

  • 192 Papyrus médical copte, éd. et trad. E. Chassinat dans Mém. de l’Inst. Fr. d’Archéol. Or. du Caire, (...)
  • 193 Avicenne, éd. Holmyard et Mandeville, liv. 11, p. 262 ; Ibn al-Bayār, trad. L. Leclerc, nos 437 et (...)
  • 194 Cf. Pap. méd. copte, pp. 95-98.

83Mais sous le terme de calamine (ϰαδμεία en grec, cadmia en latin), la littérature scientifique latine et arabe entend aussi un oxyde métallique, qui se dépose en couche grisâtre sur les parois des fourneaux servant à la fonte du cuivre ou de minerais de plomb contenant du zinc192 : la cadmie des fourneaux est d’autre part confondue parfois dans les textes avec la tutic (τουτία en grec, tuia en arabe) qui est aussi un oxyde de zinc ; la différence entre cadmie et tutie est notée par Avicenne qui distingue le sublimé volatil, la tutie proprement dite, et le produit qui se dépose en suie lors de la fonte ou cadmie193. De même qu’il existe une cadmie ou calamine fossile, il existe aussi une tutie minérale, se rattachant aux vitriols. Le médecin espagnol Ibn Wāfid (ap. Ibn al-Bayṭār) décrit trois sortes de tuties : la blanche, venant d’Afrique ou de Syrie, avec laquelle le cuivre rouge est teint en jaune ; la verte, venant d’Asie, et la jaune tachetée de rouge194.

84Ces différents oxydes, quels que fussent leur mode et leur heu de production, avaient le même rôle dans la chimie métallurgique : cadmie et tutie étaient utilisés avec le cuivre pour élaborer le laiton par le procédé dit de « cémentation » : on chauffait le cuivre dans des creusets en présence de ces oxydes de zinc et du charbon. Le zinc formé par réduction de l’oxyde diffusait dans le cuivre et formait l’alliage connu sous le nom de laiton (ar-ātūn ?, esp. latón, ital. ottóne). Le laiton présente de multiples avantages : sa malléabilité, sa ductibilité, sa facilité de fusion et de moulage, sa résistance mécanique qui permettent de l’utiliser de diverses façons. Par ailleurs, son poli et sa coloration le font parfois adopter en bijouterie.

  • 195 S. de Sacy, Chrestomathie arabe, III, pp. 452-464 ; J. Briz-Martinez, Historia de la fundación y an (...)

85La toutenague (tutiyanak, en persan), métal blanc, alliage de cuivre, de zinc et d’une faible quantité d’oxyde d’arsenic, servait à la production d’ustensiles de ménage en Orient, où on la désignait aussi sous le nom de « pierre de Chine » (hārsīnī), et en Espagne, où elle apparaît dans des textes plus tardifs sous la désignation de cazeni (argentum kazini)195.

  • 196 Hist. nat., xxxiv, 22, x.
  • 197 Pap. méd. copte, pp. 95-98, form. xii ; M. Berthelot, La chimie au Moyen Age, Paris, 1893, I, p. 87
  • 198 Al-Marrākušī, trad. Fagnan, Revue Africaine, 37, 1893, p. 237 ; Léon l’Africain, III, p. 462 et sup (...)

86Quelles étaient les principales régions productrices de ces oxydes de zinc, généralement associés à d’autres métaux ? D’après Pline, la meilleure cadmie était celle de Chypre196 et l’on sait par le Papyrus medical copte que la tutie blanche tachetée, utilisée pour teinter le cuivre rouge en jaune, était importée en Égypte depuis la Syrie et l’Afrique197. Par Afrique, il faut entendre les mines anciennement exploitées que nous avons énumérées pour le plomb, particulièrement la mine de Qsūr, au pied de l’Atlas marocain, où la tutie était séparée du plomb avec le soufre198.

  • 199 Raw al-mi’ār, éd. et trad. Lévi-Provençal, p. 31 ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. 507 ; Maqqarī, An (...)
  • 200 Moro Rasis, loc. cit., p. 37. Bākuwī parle d’une mine de tutie d’où l’on tire des charges de chamea (...)
  • 201 Yāqūt, Muǧam, III, p. 348 ; Moro Rasis, loc. cit., n° 12, p. 66 ; Maqqarī, Analectes, 1, p. 72 ; Me (...)
  • 202 E. Lévi-Provençal, Esp. Mus., p. 177.

87En Espagne, la tutie était extraite comme le minerai de plomb dans le pays d’Ilbīra, qui produisait la qualité la plus pure et la plus forte pour teinter le cuivre199, aux environs de Cordoue200, à Salobreña201, Paterna202 et dans toute la zone littorale.

  • 203 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 47 ; Bākuwī, tr. de Guignes, pp. 436 et 452.
  • 204 G. Faider-Feytmans, « Les arts du métal dans la vallée de la Meuse du ier au xe siècle », in : L’Ar (...)

88En Iran, la tutie du Kirmān était, selon Muqaddasī, la meilleure du monde203. En Occident, la calamine ou silicate de zinc était très répandue dans la vallée de la Meuse, en Ardenne et dans la région d’Aix-la-Chapelle ; il servit à fabriquer les seaux de laiton et les bassins de Gressenich204, et fut une des bases de la technique de la chaudronnerie entre Dinant et Charleroi et entre Clèves et Juliers.

  • 205 S. Gsell, « Vieilles exploitations minières dans l’Afrique du Nord », Hespéris, VIII, 1928, p. 18 ; (...)
  • 206 Bakrī, trad. de Slane, XIII, p. 143.
  • 207 Léon l’Africain, III, pp. 238 et 462.
  • 208 Menahiǧ, trad. E. Fagnan, Extraits, pp. 60 et 65 ; Bākuwī, tr. de Guignes, p. 519.
  • 209 Yāqūt, Muǧam, éd. Amari, BAS, p. 107 ; Qazwīnī, Āār, ibid., p. 138 ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. (...)
  • 210 Iṣṭa, éd. de Goeje, p. 203 ; Ibn awqal, trad. Wiet, p. 364.
  • 211 G. Le Strange, Lands, pp. 81-82.

89Oxyde de zinc impur, l’antimoine se présente souvent sous la forme de stibine ou sulfure d’antimoine ; elle était utilisée en métallurgie pour rendre le métal plus dur. Elle donnait un son plus clair aux cloches. Les gisements d’antimoine sont les mêmes que ceux de la tutie minérale, à laquelle les textes l’assimilent souvent : en Ifrīqiya, Maǧǧanat al-Ma’din, au sud de Kairouan205, Taount, sur le littoral algérien à l’est de Nemours206 ; Qsūr, au pied de l’Atlas marocain207, et la région de Ceuta ; en Espagne, Ilbīra, Salobreña, Mures, près de Jaén, et Tortosa, qui produisait les meilleurs fards de noir d’antimoine, le koheul (ar. kul)208, en Sicile209, en Iran : à Ispahan, une des mines les plus réputées210 et à Huzdar au Bélutchistan. L’antimoine était importée en Egypte et exportée par Baṣra en Extrême-Orient211.

4. LE PROBLEME DE L’OR

90A la veille des conquêtes musulmanes circulait encore en Syrie et en Égypte une masse de monnaies d’or relativement importante. Néanmoins trois causes principales avaient contribué à réduire l’aire de circulation de l’or dans l’ancien monde et à diminuer le volume de métal jaune en circulation : le caractère linéaire et à sens unique, d’ouest en est, de la balance commerciale, la thésaurisation, la faiblesse et l’irrégularité des apports d’or neuf.

  • 212 Sur cette question voir M. Lombard, « Les bases monétaires d’une suprématie économique. L’or musulm (...)

91La formation du monde musulman va permettre à des économies, jusque-là distinctes, de fusionner, et va profondément modifier les conditions générales du grand commerce en changeant le sens des courants monétaires et en augmentant considérablement la masse d’or monnayée212. Le nouvel afflux d’or sur le marché est rendu possible d’une part par la remise en circulation des trésors immobilisés dans les palais et les églises, d’autre part par l’intensification de l’exploitation dans les mines déjà connues, enfin et surtout par la « capture » d’une source nouvelle d’une importance capitale : l’or du Soudan.

a) La remise en circulation de l’or thésaurisé

92Constatons tout d’abord que les pays conquis par les Musulmans sont ceux où s’est accumulé tout l’or du monde : pays mangeurs d’or, pays-éponges, comme la Mésopotamie et l’Iran sāssānide, où l’or ne circule pas et est immobilisé sous forme de bijoux, de trésors, de mobilier précieux, comme l’Égypte et la Syrie byzantine qui retiennent leurs bénéfices de transitaires. Les immenses quantités d’or thésaurisées dans les palais perses comme dans les églises et les monastères de Syrie et d’Égypte vont être remises en circulation par les conquêtes musulmanes.

1° Le butin

  • 213 Mas’ūdī, Prairies d’Or, iv, pp. 200 et 224.

93Les palais sāssānides sont dévastés et les trésors que le souverain traînait dans sa fuite sont saisis. En 637, les richesses perses accumulées dans le « château blanc » de Ctésiphon sont à leur tour pillées : objets en or massif, mobiliers, vaisselles, bijoux, lingots, et aussi objets d’art, comme le fameux tapis de soie brodé d’or et de perles appelé le « printemps de Chosroes » ( Vahār ī Khusrō), qui mesurait plus de 1 000 m2 et qui fut envoyé à la résidence du calife ‘Umar à Médine : il était estimé 3 600 000 dirhems. Un énorme volume de métaux précieux est jeté en quelques jours sur le marché. Les chroniqueurs arabes en ont noté les conséquences immédiates213 ; la valeur de l’or baissa subitement tandis que montait en flèche le prix de toutes choses ; l’équilibre monétaire et économique s’était trouvé brusquement modifié.

  • 214 Voir supra, chap. 1, p. 43, n. 3.
  • 215 Balāurī, Kitāb futū al-buldān, éd. de Goeje, p. 255 ; Mas’ūdī, Prairies d’Or, iv, pp. 207-225.

94Avant même la prise de Ctésiphon et le pillage des palais sāssānides de la ville, la bataille décisive de al-Kādisīya, où le généralissime perse Rustam fut défait et tué, avait apporté un butin considérable aux vainqueurs. Ceux-ci trouvèrent notamment dans le camp sāssānide abandonné, l’étendard des vaincus, le drafš-ī-kāvyān ; en peaux de panthère ornées de rubis, de perles et d’autres pierres précieuses, il était monté sur des hampes de bois emmanchées les unes dans les autres et mesurait 12 aunes de long sur 8 de large (environ m x 3, 50 m)214. Coupé en morceaux, il fut partagé et vendu pour 30 000 dinars, mais, d’après le chroniqueur qui nous rapporte le fait, il en valait bien quatre fois plus. C’est à la suite de cette bataille et de l’immense butin qui y fut fait, que le calife ‘Umar, en accord avec les principaux compagnons de Muhammad, édicta les règles précises qui devaient présider au partage du butin. Après la prise de Ctésiphon, dans un combat livré pendant la retraite de Yazdagard vers le plateau de l’Iran, les Arabes s’emparèrent du célèbre trésor de Naẖārǧan, une précieuse parure féminine215.

  • 216 Idrisi, éd. et trad. Dozy, p. 228 ; Maqqarī, Analectes, I, p. 182 ; E. Lévi-Provençal, Histoire de (...)

95En Égypte, les troupes musulmanes conduites par Abdallah poussent, en 644, vers la haute vallée du Nil. Dongola est prise ; l’église y contient une grande quantité d’or, car ce pays est l’entrepôt de la région aurifère ; tout cet or de Nubie et d’Ethiopie est confisqué, comme, plus tard, celui des temples indiens par les Espagnols lors de la conquête du Nouveau Monde. En Espagne, après la défaite des Wisigoths de Rodrigue, en 711, le butin est énorme. Le trésor des rois goths à Tolède contient, « entre autres richesses, 170 couronnes d’or enrichies de perles et de pierres précieuses, mille sabres royaux, quantité de vases d’or et d’argent » ainsi que la table de Salomon, fils de David, prise à Jérusalem par Titus, transportée de Rome à Carcassonne par Alaric, et de Carcassonne à Tolède par les rois wisigoths216. En Inde, lorsque Muhammad ibn Kasim atteint les bouches de l’Indus, en 712, remonte sa vallée et se rend maître du Pendjab, la grande idole d’or du temple de Multān est fondue.

  • 217 Der moderne Kapitalismus, Munich, 1921-1928, I, pp. 520 et suiv.

96L’importance du butin dans la vie économique, par l’afflux brusque de richesses thésaurisées sur le marché, par la rupture de l’équilibre et le déplacement des masses monétaires, a été bien mise en lumière par W. Sombart217. Le conquérant ne veut pas seulement la domination de nouveaux horizons, il est surtout poussé par la soif de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, des trésors, tels Alexandre en Asie, les Romains en Orient (Titus et les trésors de Salomon à Jérusalem), les Normands en Occident et en Orient, les Croisés en Syrie et à Constantinople (dont la prise et le pillage provoquèrent, en 1204, un afflux de métal précieux en Italie), les conquistadors en Amérique... Ce qui s’est passé lors des conquêtes musulmanes est du même ordre.

2° L’or des églises

97A côté de ce processus brutal, un autre, beaucoup plus lent, mais tout aussi important, va rappeler à la vie active les richesses en métaux monétaires accumulées dans les églises et les monastères de Syrie et d’Égypte. L’administration musulmane ne fait d’abord que continuer le régime byzantin. Le clergé est exempté de la capitation (ǧizya) et les biens des monastères sont laissés en dehors des recensements officiels, échappant ainsi à l’impôt foncier, le arāǧ ; comme à l’époque byzantine, nombreux sont les Coptes qui prennent l’habit monastique pour se soustraire à l’impôt. Mais il n’en va plus de même à partir des dernières années du viie siècle, sous le califat d’‘Abd-al-Malik (685-705), époque capitale au point de vue monétaire, car on frappe alors les premiers dinars au type musulman.

98Les membres du clergé, comme les autres sujets, sont alors astreints au paiement d’une pièce d’or par tête, et les biens du clergé, désormais recensés, sont soumis à de lourds impôts fonciers. Le papyrus d’Aphrodito (viiie siècle) contient l’ordre envoyé au monastère de Saint-Barbarios de payer les impôts des moines. Ceux-ci sont sévèrement recensés ; pour les empêcher de passer d’un monastère à l’autre, on leur fait porter au bras gauche un bracelet de fer sur lequel est gravé leur nom, celui du monastère et la date à laquelle le dernier impôt a été acquitté. Aussi, dès la fin du viiie siècle, les monastères et les églises sont-ils obligés de mettre en gage jusqu’à leurs vases sacrés pour s’acquitter de charges de plus en plus lourdes.

  • 218 Éd. et trad. Chabot, p. 96.
  • 219 Exemples dans Yahya B. Sa’īd al-Antaki, éd. Cheikho, Beyrouth, 1909, et dans Sévère d’Ašmūnayn, His (...)
  • 220 Abū ālih, éd. et trad. Evetts, p. 136 ; voir aussi F. stenfeld, Macrizi’s Geschichte der Copten (...)

99Le Pseudo-Denys de Tell-Mahré mentionne le fait pour la Syrie218 ; en Égypte, le gouverneur Kurra ibn Šarīk appauvrit tellement les églises que les prêtres durent se servir de calices en verre et de patènes en bois219. D’après le chroniqueur byzantin Théophane, le calife abbasside augmenta, vers 757, les impôts des chrétiens, même ceux des ermites et des stylites, mettant sous scellés les sacristies et poussant les Juifs à acheter les vases sacrés. Au ixe siècle, les églises d’Égypte sont obligées de vendre leurs domaines et même certains lieux de culte. Pour payer les impôts demandés par Ibn Ṭulūn, le patriarche Michel II (881-899 ?) vend aux Juifs une église à Fusṭāṭ (Qaṣr aš-šam), outre les propriétés des églises d’Alexandrie et les troupeaux de chameaux des moines du monastère de Saint-Macaire220. Enfin, au début du xe siècle, en 925, un rescrit califien décide que la ǧizya ou capitation ne serait plus imposée aux évêques, aux moines et aux laïques nécessiteux.

100Quel est le sens de ces mesures ? Du viiie au ixe siècle, les églises syriennes et égyptiennes, si riches à l’époque byzantine, sont obligées de faire appel, pour payer leurs impôts, successivement à l’or thésaurisé, aux vases précieux, aux domaines et enfin aux édifices du culte eux-mêmes. Au xe siècle, le calife peut se montrer bon prince : l’éponge a rendu tout son liquide. Tout l’or thésaurisé a été remis en circulation. Comme les trésors des temples dans l’Antiquité, les trésors des églises et des monastères ont joué, dans le monde musulman, du viie au ixe siècle, le rôle de réserves de métal monétaire où le souverain puise à certains moments.

101A la même époque, les empereurs iconoclastes confisquent les trésors des églises et des monastères byzantins, tandis que Charles Martel dépouille églises et monastères de leurs biens. Les premières dispositions des califes Umayyades pour faire sortir l’or des églises, datent d’environ 700 ; les premières mesures des empereurs isauriens pour confisquer les trésors du clergé sont prises en 726 ; la politique de spoliation de Charles Martel commence en 730-731. Cette similitude des dates dessine un mouvement qui semble se propager de l’est vers l’ouest, du monde musulman vers Byzance, puis vers l’Occident franc, et qui met fin à un cycle de thésaurisation.

3° L’or des tombeaux pharaoniques

  • 221 Ibn Haldūn, Prolégomènes, trad. de Slane, p. 335.
  • 222 Ibn Sa’īd, éd. K. Vollers, Fragmente aus dem Mugrib, Berlin, 1894, p. 18.
  • 223 Mas’Ūdī, Prairies d’Or, 11, p. 417.
  • 224 Éd. et trad. Vonderheyden, Hist. des rois Obaīdites, Alger-Paris, 1927, p. 83 ; Maqrīzī, Hia, 1, (...)

102Une troisième source de richesses inactives remises alors en circulation ne doit être ni négligée ni sous-estimée : les trésors enfouis dans les tombeaux pharaoniques qui représentent une véritable « thésaurisation funéraire ». Les auteurs orientaux mentionnent fréquemment la découverte de semblables trésors. Voici ce qu’écrit Ibn Haldūn à ce sujet : « Ce qui donne lieu, en Egypte, à la recherche des trésors et des dépôts enfouis, c’est que ce pays a été pendant deux mille ans ou plus sous la domination des Coptes (les anciens Égyptiens), peuple qui ensevelissait ses morts avec ce qu’ils possédaient d’or, d’argent, de pierres précieuses et de perles, suivant l’usage des anciennes nations. Quand l’empire des Coptes fut détruit et que les Perses furent devenus maîtres de ce pays, ils ouvrirent les sépultures pour chercher ces richesses, et ils en retirèrent des trésors immenses ; ils en trouvèrent dans les pyramides, qui étaient les tombeaux des rois, et dans les autres sépultures. Les Grecs, après les Perses, en usèrent de même. En conséquence, les tombeaux des Coptes ont eu la réputation, depuis ce temps jusqu’à nos jours, de recéler des trésors. Effectivement, on trouve souvent des richesses qu’on y avait ensevelies ou bien des coffrets et des cercueils d’or ou d’argent consacrés à la sépulture des morts et faits exprès pour cela ; aussi, depuis plusieurs milhers d’années, on a continué à regarder ces tombeaux comme des endroits où l’on peut trouver des objets précieux ; et c’est ce qui a inspiré aux habitants de l’Égypte cette passion pour la recherche des trésors. Ce métier est si commun parmi eux que chaque dynastie égyptienne, lorsqu’elle tirait vers sa fin et qu’elle mettait des impositions sur les divers genres d’industrie, y soumettait aussi les chercheurs de trésors »221. Sous Ibn Ṭūlūn (868-883), au cours d’une partie de chasse, un anneau fut découvert dans le sable ; les fouilles entreprises mirent au jour une dalle qui recouvrait un trésor évalué à un million de dinars, c’est-à-dire 4 000 kilogrammes d’or222. Sous les Iẖšīdides, dynastie de gouverneurs abbassides qui succéda aux Tūlūnides (935-969), des fouilles effectuées en 932 dans le voisinage des pyramides amenèrent la découverte de statues, de pierres précieuses, « de visages d’or et d’argent », c’est-à-dire de masques de momies223. Ibn Ḥammād décrit ainsi l’origine des énormes trésors entassés par les Fātimides : « On dit au sujet de l’origine de ces richesses que les revenus de l’impôt foncier n’auraient pu suffire aux frais que les califes faisaient de tout temps pour l’entretien des armées, des villes, des résidences, pour les dépenses de représentation et la solde des fonctionnaires et des troupes. Ils tiraient simplement leurs ressources des trésors qu’al-Ḥāim (996-1020) avait retirés du sol de cette Égypte, où foisonnaient dans l’antiquité les temples, les tombeaux, les grandes villes. Il s’aidait pour cela de l’astrologie. Ces richesses sont dues à cette hétérodoxie »224.

  • 225 Nāir-i-Husraw, trad. Schefer, p. 170.

103Les champs de recherche s’étendaient de chaque côté de la vallée du Nil, dans les falaises rocheuses qui limitent le désert libyque, au voisinage des pyramides et du sphinx, et dans le désert arabique, dans les carrières du Ğabal Mokattam et de la vallée des Rois. Des fouilleurs venaient de partout, non seulement des provinces égyptiennes, mais du Maġrib et de la Syrie225. Les chercheurs de trésors formaient une véritable corporation, les aṣḥāb al-maālib (de talaba : « rechercher »). Ils étaient astreints à ce titre à l’impôt sur les corps de métier. Le cinquième des trouvailles revenait au souverain ; à partir d’Ibn Ṭūlūn, les fouilles ne furent plus permises qu’avec autorisation officielle et les chercheurs d’or durent être accompagnés d’un représentant du prince ; la profession de chercheur de trésor fut étroitement rattachée à l’Hôtel des Monnaies (Dār as-sikka), sous la direction d’un eunuque de la cour.

  • 226 Lorsque ‘Umdat ad-Dawla fut tué dans un combat, « ses richesses étaient si considérables qu’il fall (...)
  • 227 Ces spécialistes de la recherche des trésors pharaoniques ressemblent fort aux guaqueros du Pérou, (...)

104D’après Nâsir-i-Husraw226, l’eunuque ‘Umdat ad-Dawla (« appui de l’État »), « qui était chef des matālib possédait de grands biens et une immense fortune... Les maṭālib supportent de grandes fatigues et dépensent beaucoup d’argent pour leurs recherches dans les montagnes, dans les rochers et les carrières. Beaucoup d’entre eux trouvent des richesses enfouies, mais d’autres dissipent de grosses sommes sans rien découvrir. On dit que les trésors des Pharaons sont cachés dans ces lieux. Lorsqu’on en met un au jour, on en abandonne le cinquième au Sultan et on garde le reste »227.

  • 228 Éd. et trad. Ahmed Kamal Bey, Le Caire, Service des Antiquités, 1907, 2 vol., trad. part. G. Daress (...)

105Dans le monde musulman, toute une littérature, technique pourrait-on dire, traite de la recherche des trésors, des indices à relever dans les vieux monuments en ruines, des influences astrologiques à observer, des conjurations et des paroles magiques propres à favoriser la découverte de ces précieux dépôts ; par exemple, le Livre des perles enfouies et du mystère précieux, au sujet des indications, des cachettes, des trouvailles et des trésors228.

106S’agit-il de légendes, d’exagérations orientales ? Le poids d’or fin retiré du tombeau de Tut-Ankh-Ammon est évalué à plusieurs milliers de kilos, soit le double de l’encaisse-or de la Banque d’Égypte, et il ne s’agissait que d’un pharaon de petite envergure. Mais ce dépôt n’avait pas été touché, alors que les tombes des grands pharaons Tutmès, Ramsès,... avaient toutes été violées et vidées de leurs richesses. Tous les objets découverts dans la tombe de Tut-Ankh-Ammon sont allés enrichir le musée des Antiquités égyptiennes du Caire où ils emplissent presque tout le premier étage, un immense bâtiment. Ces énormes quantités d’or que les Pharaons immobilisaient, car ils ne frappaient pas de monnaie, sont à nouveau bloquées par une « thésaurisation scientifique » qui n’existait pas au Moyen Age, époque où les masses d’or retrouvées, loin d’être soustraites à nouveau à leur rôle monétaire, étaient rejetées dans la circulation.

107Ce vaste processus s’est échelonné, soutenant l’activité économique, du viie au xie siècle. Aux viie-viiie siècles, c’est la période d’organisation administrative, où les métaux précieux accumulés dans les sacristies d’Égypte et de Syrie rentrent dans le circuit monétaire ; aux ixe-xie siècles, c’est la période des recherches systématiques en Égypte, inaugurée par Ibn Ṭūlūn, et la remise au jour des richesses enfermées dans les tombeaux pharaoniques. A une époque où le volume d’or neuf extrait des mines n’est pas encore très considérable et n’a rien de comparable avec la production actuelle, cette remise en circulation de l’or thésaurisé équivaut à la découverte de nouveaux gisements métalliques.

b) L’intensification de la production dans les mines anciennes

108A cette remise en circulation de l’or thésaurisé, vient s’ajouter le produit accru de l’exploitation minière ; dans ce domaine, la conquête musulmane marque une étape décisive, tant par l’ouverture de nouveaux filons que par les progrès de la technique (emploi de l’« amalgame »). De par l’extension de leur Empire, les Musulmans contrôlent, sinon toutes les mines d’or connues, du moins toutes les routes par où arrive la production de ces mines.

  • 229 Trad. Jaubert, II, p. 340 ; trad. Dozy, p. 31.

109En Arabie occidentale, on exploite l’or du Yémen (pays de Sabā), du Ḏahaban (Havila), du Ḥiǧāz (Banu Sulaïm), du pays de Midian. Au Caucase et en Arménie, d’où a été chassé le commerce byzantin, l’appel des centres musulmans de Mésopotamie et de Syrie a remplacé celui de Byzance. A la suite de Strabon et d’autres auteurs de l’Antiquité, les sources arabes et persanes des ixe-xie siècles, Idrīsī229 au xiie siècle, mentionnent l’exploitation de ces mines, dont on a relevé les traces. Plus au nord, la domination musulmane s’étend sur les plaines qui bordent la Caspienne (chez les Hazars), et progresse dans la région des fleuves russes, de la Volga et de ses affluents, la Samara et la Kama, vers l’Oural, la montagne de l’or. Au nord-ouest, l’Islam étend son empire sur les peuplades turques qui gardent les abords des mines de l’Altaï, les itinéraires commerciaux passent par la ligne des oasis vers les Hurāsān, l’Iran et la Mésopotamie. Au sud-est, la vallée de l’Indus, débouché des voies amenant l’or du Tibet, est conquise. Des colonies commerçantes musulmanes s’installent sur la côte de Malabar où arrivent les routes portant l’or du Dekkan (mines de Maisūr).

  • 230 Qazwīnī, Ātār al-bilād, éd. Wüstenfeld, II, pp. 12 et 29 ; voir L. M. Devic, Le pays des Zendjs...,(...)
  • 231 Buzurg B. Šāhriyār, Kitāb ‘aǧā’ib al-Hind, éd. et trad. P. A. Van der Lith et M. Devic, Les merveil (...)
  • 232 « Dans tout le pays de Sofala, on trouve de l’or en abondance et d’excel lente qualité. Cependant l (...)

110Sur la côte orientale de l’Afrique, les navires arabes viennent charger l’or apporté de l’intérieur, de la région des Grands Lacs ; le portage se fait à dos d’homme jusqu’aux échelles de la côte : le Zanǧbar, le Sufālat a-ahab (« Sofala de l’or »). Le troc muet de l’or est analogue à celui que décrit Cosmas Indicopleustès au vie siècle : contre de la pacotille, les nègres échangent le tibr, or pur en poudre, en pépites ou en baguettes tressées230, Les Merveilles de l’Inde rapportent au xe siècle qu’un singe enseigne à arracher du sol « des racines d’or entrecroisées comme les mailles d’un filet (le tibr) »231. D’après les sources arabes, l’or devient de plus en plus abondant à mesure qu’on va vers le sud ; elles notent aussi que les nègres ne connaissent pas le procédé au mercure : « Ils le font fondre dans le désert au moyen d’un feu alimenté par de la fiente de vache, sans avoir besoin de mercure »232. Les vieilles ressources en or du pays d’Ophir sont donc activement drainées par le commerce musulman, par les boutres arabes de la mer Rouge, d’Aden et de Socotora, et aussi du golfe Persique, du Bahrein et de l’Oman. En même temps, l’Islam pénètre vers l’intérieur de l’Afrique par la côte orientale.

111Les mines de Nubie et d’Ethiopie (Senaar, Fazūgl, Etbaï du Nord) ont été coupées de l’Égypte par les Blemmyes à l’époque byzantine, après avoir ravitaillé pendant des siècles les souverains d’Axum, de Meroé, les pharaons d’Égypte (en une année elles avaient rapporté à Toutmès III, 2 400 livres) et les Ptolémées. Dès 651, le gouverneur d’Égypte, Abdallah, lance contre les pillards Bedjas une expédition qui dégage la route des mines d’or de Nubie. En 654, Dongola, principal entrepôt du commerce de l’or éthiopien, est occupé. Dans le traité qui suit, les Nubiens s’engagent à laisser leur frontière ouverte à tous les Musulmans, commerçants et chercheurs d’or. Une mosquée devait être élevée à Dongola et chaque année, outre un tribut d’esclaves, les Nubiens devaient fournir 300 chameaux pour le transport de l’or vers la frontière de l’Égypte.

  • 233 Ya’qūbī, trad. Wiet, pp. 189-191 ; voir aussi Hūdud al-’Ālam, trad. Minorsky, pp. 68 et 81.

112A la suite des chercheurs d’or et des marchands, l’Islam pénètre vers le cœur de l’Afrique par la haute vallée du Nil. Prospecteurs et trafiquants accourent de tous les points du monde musulman vers les pays des champs d’or ; les mines du haut Nil entrent dans une activité fiévreuse décrite par le géographe arabe du ixe siècle, Ya ‘qūbī. Les principaux centres étaient situés dans la vallée desséchée du Wādī Allāqī, un affluent de droite du Nil. Le port d’embarquement était tout près, ‘Ayḏāb (Bereniké Panchrysos), sur la côte de la mer Rouge : « Le Wādī ‘Allāqī est comme une immense ville, très peuplée de toutes sortes d’individus, Arabes et non-Arabes, tous chercheurs d’or, et c’est une ville très commerçante, pourvue de marchés. Les habitants boivent de l’eau des puits creusés dans la vallée... ; commerçants ou non, ils ont à leur service des esclaves nègres qui travaillent à l’exploitation de ces mines. Les pépites d’or se présentent comme du sulfure d’arsenic (Zarnī afar), puis on le met en barres ». Suit une longue énumération des différents points d’extraction : « Telles sont les mines d’or que visitent les chercheurs d’or musulmans »233.

  • 234 Trad. Jaubert, I, pp. 41-42 ; trad. Dozy, p. 31.

113Les méthodes des prospecteurs sont également décrites par Idrīsī au xiie siècle : « Dans les premières et dans les dernières nuits du mois » (il s’agit du mois arabe lunaire, donc pendant les nuits sans lune), « les chercheurs d’or notent les endroits où ils voient des scintillements produits par la poudre d’or dans l’obscurité. Ils passent la nuit là et le lendemain se mettent à l’œuvre chacun dans la portion de sable qu’il a reconnue ; ils chargent ce sable sur leur chameau, le transportent au puits, le lavent dans des baquets de bois d’où on retire le métal. Puis on le mêle avec du mercure et on le fait fondre. Après cette opération, ils se vendent et s’achètent les uns aux autres ce qu’ils ont pu recueillir, et les marchands transportent l’or dans les contrées étrangères »234. Dans les camps de chercheurs d’or, des tractations avaient lieu entre les chercheurs heureux, et les marchands qui drainaient la récolte, comme en Amérique, au milieu du xixe siècle.

  • 235 Trad. Wiet, p. 189.
  • 236 A. Grohmann, Corpus papyrorum Raineri Archiducis Austriae, III, Series arabica, Vienne, 1923, n° 77 (...)

114Le point d’attache et de ravitaillement était situé à l’entrée de l’Égypte, à Assouan (première cataracte) ; Ya’qūbī parle de « la grande ville d’Assouan, où habitent ceux qui exploitent les mines, sur la rive orientale du Nil »235. C’est là que se traitaient les affaires touchant la prospection et l’exploitation. De là, l’or éthiopien ou nubien était réexpédié en bourses scellées, par des courtiers spécialisés dans ce commerce, à leur correspondant de Fusṭāṭ -Le Caire et d’Alexandrie. Un papyrus de la collection de l’archiduc Rainer à Vienne avise d’un envoi d’or de Nubie : les pièces, or en barres, en fils (tibr) et en poudre, sont enfermées dans des bourses scellées. Il est recommandé de bien vérifier le sceau à la réception et le destinataire devra écrire pour faire savoir s’il désire encore un nouvel envoi d’or236.

  • 237 Diodore de Sicile, iii, 12 à 14, éd. Müller, Geographi Graeci minores, I. p. 233.

115Sous les Fātimides (xe-xie siècles), des agents du calife dirigent eux-mêmes sur place les troupes d’esclaves-mineurs chargés de l’extraction. On est revenu aux beaux temps de l’exploitation ptolémaïque, telle que la décrit un texte d’Agatharchide, cité par Diodore de Sicile237 ; les procédés sont restés les mêmes à l’époque musulmane, aussi bien pour l’extraction du minerai que pour le traitement de celui-ci, à un gros progrès près : l’emploi du mercure.

  • 238 L’Anonyme d’Almeria mentionne encore, au xie siècle, les sables aurifères du rio Segre, de l’Èbre e (...)

116Du côté du haut Nil, les Musulmans ont réalisé ce qu’avaient vainement tenté les Byzantins tenus à l’écart des routes de l’or par les pillards Blemmyes ; ils se sont assuré un large et sûr accès aux richesses minières de Nubie et d’Éthiopie, en soumettant les tribus Bedjas. Ainsi le rythme d’exploitation des champs d’or de l’époque ptolémaïque est-il retrouvé à l’époque musulmane238.

117Enfin, la capture d’une source d’or nouvelle, la plus importante de toutes, alimente le principal courant d’or neuf vers la Méditerranée du viiie au xve siècle, celui de l’or du Soudan. La question étant d’une importance capitale, nous nous y attarderons davantage et l’envisagerons dans toute son épaisseur géographique, sociale et politique.

c) La capture d’une source nouvelle : l’or du Soudan

118La source elle-même est renouvelée plus que nouvelle, mais la capture est opérée par un itinéraire entièrement nouveau. Les Phéniciens, puis les Carthaginois à partir du périple d’Hannon, au milieu du ve siècle avant notre ère, suivaient la route de mer le long de la côte occidentale de l’Afrique jusqu’à l’îlot de Cerné, point de contact avec les nègres, où se pratiquait le troc muet de l’or. Des chapelets de postes puniques les amenaient jusqu’à Lixus et aux Colonnes de Melqart vers le monde méditerranéen et les anciennes grandes civilisations orientales. Ce fructueux trafic continua jusqu’à la destruction de Carthage, et du commerce punique par Rome. Or celle-ci ne poursuivit pas, de ce côté, l’œuvre de Carthage. La route maritime vers Cerné et l’or du Soudan fut négligée, oubliée. L’Empire romain se replia sur la Méditerranée. A partir du ixe siècle, les Musulmans devaient par une autre voie, la voie de terre, qui traverse le Sahara, drainer à nouveau vers le nord la riche récolte des orpailleurs soudanais. Comment a pu s’opérer cette deuxième capture de l’or soudanais au profit des pays méditerranéens, orientaux et aussi occidentaux ?

1° Le Sahara avant l’arrivée des Musulmans

  • 239 S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, Paris, 1913, t. I, pp. 60 et suiv. ; E. F. Gautie (...)

119Revenons en arrière. Au iie siècle, après J. -C., le chameau est introduit en Afrique du Nord. Une première mention — exceptionnelle — signale 22 chameaux dans le butin fait par César sur l’armée du roi Juba Ier, en 46 avant J. -C.239. Cet animal est ensuite introduit dans l’armée romaine d’Égypte : des dromedarii sont incorporés dans la cohorte montée des Lusitaniens servant en Égypte. Le chameau apparaît dans une tribu dissidente du désert arabique, les Blemmyes, dont les Romains châtient une incursion sous Hadrien, entre 117 et 138 ; notons au passage l’incapacité des Byzantins à dégager la route des mines d’or de Nubie, où ils se heurtent à l’obstacle des nomades chameliers. Cependant, d’Égypte, le chameau n’a pas encore pénétré chez les Maures d’Afrique du Nord sous Antonin le Pieux. On le signale, sous Septime Sévère, en Tripolitaine. Dès lors il progresse rapidement.

120En 363, le général Romanus exige des habitants de Leptis Magna (Tripoli) 4 000 chameaux pour ses transports. Ils sont introduits dans l’armée romaine d’Afrique sans doute pour la défense contre les nomades cavaliers du limes. Mais cette arme se retourne contre son premier utilisateur ; sous la poussée des puissantes tribus berbères, le limes est crevé. Au vie siècle, les troupes byzantines d’Afrique s’épuisent en luttes stériles contre les razzias de chameliers. Le chameau apparaît dans l’Espagne wisigothique et dans la Gaule mérovingienne : en 613, Brunehaut est promenée, avant son supplice, liée sur un chameau.

23. La progression du dromadaire en Afrique (ive-viiie siècles)

121Ce « chameau » d’Afrique, dont l’extension vers l’ouest s’opère à la fin de l’Antiquité et aux premiers siècles du Moyen Age, est le dromadaire arabe à une bosse. Le principal centre de dispersion est l’Arabie (le Naǧd est dit « la mère des chameaux ») ; un centre secondaire est l’Éthiopie du Nord, grande zone d’élevage. C’est de là qu’il a gagné l’Egypte, la Tripolitaine, la bordure septentrionale du Sahara, bon centre d’élevage, où il se multiplie, puis l’Espagne et la Gaule. Il progresse aussi vers le sud, grâce aux Berbères Sanhāǧa, Lamṭa, Lamṭuna, Ġazzula, les mulaṭimun, c’est-à-dire « les voilés ». Les oasis du Sahara sont construites avec de la main-d’œuvre nègre, recrutée parmi les premiers occupants réduits en esclavage, et les qsours du Sahara sont alors élevés tandis que se répand le palmier-dattier. Les pistes sont explorées, organisées : avec les points d’eau sont reconnus les pâturages pour dromadaires, dans le lit des anciens fleuves quaternaires où des nappes souterraines dorment à petite profondeur. Le chameau et le palmier, la caravane et l’oasis permettent l’aménagement du désert, comme, depuis longtemps, en Arabie.

122On peut parler d’une véritable colonisation du Sahara par les Berbères chameliers du ive au viiie siècle, au cours d’une histoire dont le détail chronologique et les progrès géographiques nous échappent faute de sources. Le contact finit par être établi avec la bordure soudanaise, au sud du désert, près du coude du Niger, le « Nil des noirs ». Les transporteurs vont faire désormais le lien entre les sédentaires de l’« île du Maġrib » au nord, et les sédentaires du Sahel « le rivage » soudanais au sud. C’est là un des grands faits du haut Moyen Age, dont l’évolution s’étend sur un espace de temps contemporain des Mérovingiens : un désert a été aménagé, le contact établi avec de nouvelles civilisations, et l’or du Soudan capturé. La poussée nomade et la domination sur le sédentaire ont instauré une véritable seigneurie saharienne au haut Moyen Age. Notons aussi la force d’expansion énorme de la masse berbère pendant cette période, malgré la rivalité entre Sanhaǧa et Zanāta. Du ive au viiie siècle, elle se manifeste au Sahara, au viiie siècle en Espagne, du viiie au ixe siècle en Sicile avec les Aġlabides, au xe siècle en Égypte sous les Fātimides.

123Le réseau de relations entre le Maġrib au nord et le Soudan au sud est donc déjà établi par les chameliers berbères à l’arrivée des Musulmans en Afrique du Nord, à la fin du viie siècle. Devant la résistance des Berbères, la conquête est difficile : les sédentaires des massifs montagneux et les nomades des hauts plateaux et du désert, où ils trouvent refuge, s’opposent efficacement aux troupes arabes qui comptent aussi des chameliers. La domination musulmane s’établit cependant sur les tribus berbères après les raids lancés par ‘Uqba vers le sud, en Tripolitaine en 664 et au Maroc en 681, raids qui permettent d’occuper les terminus des pistes caravanières du Sahara ; la conversion à l’Islam, l’extension du commerce musulman vers le sud devaient, dès le ixe siècle, rattacher le réseau des relations sahariennes au domaine économique méditerranéen et permettre d’organiser l’acheminement de l’or du Soudan, par les pistes du désert, vers les marchés de l’Afrique du Nord, et de là, vers l’Occident et l’Orient musulmans.

124La position qu’occupe alors l’Afrique du Nord et l’importance qu’elle a acquise sont celles-là même que présentera l’Espagne au xvie siècle. Entre la Méditerranée et l’océan de sable, la ǧazirat al-Maġrib, « l’île du Couchant », reçoit, porté par les « vaisseaux du désert », l’or du Soudan, qui parvient aux terminus des pistes caravanières : Siǧilmāsa, Wargla, Ġadamès, de même qu’au xvie siècle, les flottes portant les métaux précieux d’Amérique arrivaient aux ports espagnols, Séville surtout. Des terminus caravaniers du Sahara septentrional, le tibr du Soudan est alors dirigé sur les grands centres du monde musulman et au delà de celui-ci.

125Nous envisagerons successivement : les gisements d’or du Soudan et l’extraction de l’or ; les routes de l’or entre les régions d’extraction et les cités caravanières du Sahara septentrional ; le commerce de l’or, le volume de la production et le débit des caravanes ; la lutte entre les États musulmans d’Afrique du Nord, de l’Égypte et de l’Espagne pour la domination des routes de l’or soudanais.

2° Les gisements d’or soudanais et l’extraction de l’or

126Actuellement encore, l’exploitation est pratiquée par les indigènes de l’Afrique occidentale, au Haut Sénégal et en Guinée, dans la sierra Leone et en Côte de l’Or. Sous la couche de latérite qui recouvre l’ensemble du pays, on retrouve des alluvions anciennes sous forme de terrasses au-dessus de la pénéplaine : ce sont les placers fossiles. Pour atteindre les sables aurifères, les orpailleurs noirs creusent des puits circulaires dans la latérite et des galeries sous boisage vers 8 mètres de profondeur. Les sables et les graviers sont remontés à la surface avec une calebasse et des cordes, et lavés à la batée, opération qui se pratique au mois d’août, quand les cours d’eau en crue offrent assez d’eau pour le lavage. Chaque orpailleur peut extraire en moyenne 3 grammes d’or par mois ; la poudre d’or est fondue en lingots sous la forme de baguettes entrelacées. Toute cette technique est très ancienne ; les sources arabes médiévales en parlent, bien que les auteurs des récits sur les champs d’or soudanais, pas plus que leurs informateurs, n’aient eu connaissance de visu de l’extraction de l’or.

Fig. vii. Extraction de l’or soudanais

Fig. vii. Extraction de l’or soudanais
  • 240 Trad. M. Hadj-Sadok, p. 51.
  • 241 Trad. Gaudefroy-Demombynes, Voyages des yeux dans les royaumes des différentes contrées. L’Afrique (...)

127Les Musulmans ne connaissent, en effet, toutes ces opérations que par ouï-dire, par une série d’intermédiaires placés entre les champs d’or et les marchés d’échange où se rencontrent marchands berbères et courtiers nègres. Cette transmission nourrit des récits fantastiques, où l’on retrouve cependant l’écho des techniques véritables de l’or. Pour beaucoup de ces auteurs, l’or est un produit agricole qui pousse « dans des champs d’or » ; au début du xe siècle, Ibn al-Faqïh peut ainsi affirmer : « Au pays de Ġāna, l’or pousse dans le sable comme des carottes (jazar). On l’arrache au lever du soleil »240. De même, Ibn Faḍl-Allāh al-’Umarī, au xive siècle : « Il y a deux plantes qui produisent l’or... On creuse des trous et on trouve les racines d’or sous forme de pierres » ; ce qui correspond à l’explication que pourrait donner quelqu’un qui aurait vu ou auquel on aurait décrit les petits puits d’extraction destinés à trouer la couche de latérite pour atteindre les pépites. Et plus loin : « L’or commence à pousser au mois d’août, à l’époque où le Nil des Noirs (le Niger) commence à s’élever et à grossir »241 ; nous avons vu, en effet, que, pour laver l’or à la batée, il fallait que la crue ait apporté de l’eau.

  • 242 Trad. Jaubert, I, p. 18.

128Idrīsī nous décrit l’exploitation dans le pays du Wanǧāra : Le Wanǧāra, à huit jours du Ġāna, est le pays « qui est renommé à cause de la quantité et de la bonté de l’or qu’il produit. Il forme une île de 300 milles de longueur sur 150 de large que le Nil entoure de tous côtés et en tout temps. Vers le mois d’août, lorsque la chaleur est extrême et que le Nil est sorti de son lit, l’île ou la majeure partie de l’île est inondée durant le temps accoutumé ; ensuite le fleuve commence à décroître. Les nègres de tout le Soudan se rassemblent et viennent vers cette contrée pour y faire des recherches, durant tout le temps de baisse du Nil ; chacun ramasse la quantité d’or, grande ou petite, que Dieu lui a accordée, sans que personne soit entièrement privé du fruit de ses peines. Lorsque le fleuve est rentré dans son Ut, chacun vend l’or qui lui est échu en partage et ils se le revendent les uns aux autres. La majeure partie est achetée par les habitants du Wardjelan et par ceux de l’extrémité de l’Afrique occidentale, où cet or est porté dans les hôtels des monnaies, frappé en dinars et échangé dans le commerce contre des marchandises. C’est ainsi que la chose se passe tous les ans. C’est la principale production du pays des Noirs : grands et petits, ils en tirent leur subsistance. Il y a, dans le pays du Wanǧāra, des villes florissantes et des forteresses renommées. Ses habitants sont riches ; ils possèdent de l’or en abondance... »242.

129Le pays des champs d’or s’étendait plus loin vers le sud que les grands marchés de l’or ; cette distance entre la mine et le marché explique les à-peu-près de ces récits. Les marchands d’or, en effet, retenus par la peur de tarir la source de leur commerce et de leurs immenses bénéfices, n’ont jamais osé dépasser les bornes que leur assignaient les producteurs noirs. Les marchés de l’or, où arrivaient les pistes du désert, sont toujours restés en dehors de la zone aurifère. Au xve siècle, le Génois Antonio Malfante rapportait, dans une lettre envoyée du Touat à Gênes, les propos d’un caravanier qui lui avait servi de guide : « Je suis resté quatorze ans chez les nègres, jamais je n’ai vu quelqu’un qui pût me dire, de science certaine : voilà ce dont j’ai été témoin ; voilà comment on trouve et on recueille l’or. Aussi est-il à penser qu’il vient de loin ». Les croyances des indigènes animistes contribuaient à ce que l’extraction de l’or restât un secret entouré de mystère : le champ d’or a une âme qu’il faut se concilier par des rites magiques ; tout ce secret, ces rites, cette personnification du champ d’or qui peut se venger, étaient une efficace protection de la propriété. Les orpailleurs soudanais formaient une tribu close, jalouse de ses secrets.

  • 243 Paysans d’Afrique occidentale, Paris, 1941, p. 220.
  • 244 Dans le Haut Cavally, certaines batées donnaient jusqu’à 30 grammes de poudre d’or à la tonne, alor (...)

130Aujourd’hui, les centres où la production de l’or est la plus importante sont situés dans deux zones : la première appartient au réseau hydrographique du Haut Sénégal, elle est localisée entre deux de ses affluents de gauche, le Bafing et la Falémé ; c’est le Bambouk ou Wanǧāra (cf. le flumen Bambotum du périple d’Hannon, le Bambouk des auteurs arabes du Moyen Age) ; la seconde se situe sur le Haut Niger, c’est le Bouré, dans le cercle de Siguiri (Haute Guinée) ; les Noirs la préfèrent actuellement aux gisements du Bambouk. En 1938, près de 4 000 kg d’or étaient déclarés, mais la production est difficilement contrôlable. D’après H. Labouret, sur 110 000 habitants en 1935, 35 000 vivaient uniquement de la culture, le même nombre de la culture et de l’extraction de l’or et 40 000 de l’or seulement ; 70 000 étrangers arrivaient sur ces placers au moment favorable des crues243. En 1953, les journaux ont signalé de nouvelles découvertes dans cette région, au sud du Bouré244, que les géographes arabes appelaient Royaume de Mali.

131Deux autres zones étaient encore plus lointaines par rapport aux marchés du coude du Niger et du Bas Sénégal : les auteurs arabes ne nous donnent aucune indication sur elles ; comme en Afrique orientale, l’or en était apporté à dos d’homme jusqu’aux lieux d’échange. C’était d’abord la sierre Leone, qui comptait plusieurs centres produisant environ une tonne d’or en 1938. Quant à la Gold Coast, c’est de là que des marins dieppois rapportèrent de l’or en 1382. En 1471, deux navigateurs portugais lui donnèrent le nom de Ouro da Mina. Au début du xixe siècle, cette région produisait annuellement quatre tonnes d’or que les Blancs échangeaient contre de la pacotille. En 1940, la production atteignait près de 30 000 kg.

132Il est utile de rappeler ces chiffres quand on tente de rendre compte de l’ordre de grandeur de la production pendant le haut Moyen Age et des quantités transportées par les caravanes.

3° Les routes de l’or

Les marchés méridionaux

133Les points de départ méridionaux des caravanes de l’or sont établis en demi-cercle depuis le coude du Niger jusqu’à l’embouchure du Sénégal, en bordure de la savane. L’essor de ce commerce n’affecte pas un ou deux centres au plus, mais plusieurs en même temps, à l’orée de ce monde nouveau qu’est le Soudan : Kawkaw (Gao), Tombouctou, Ġāna. Gadiaro, Sillā, Takrūr.

  • 245 Sur Eldan ben Mahli ha Dani, marchand du ixe siècle, ses voyages et ses écrits, voir The Jewish Enc (...)

134Ġāna est le plus important et le plus anciennement mentionné. Il est situé à l’ouest du coude du Niger, dans la région du delta fossile du haut Niger. L’empire du Ġāna, qui tirait son nom du titre de son roi, le ġāna, était peuplé de Peuhls, pasteurs blancs d’origine sémitique venus par migrations depuis le nord de l’Éthiopie vers la Nubie, le désert libyque et le Sahara occidental jusque dans ces régions nigériennes, mauritaniennes et guinéennes. Les auteurs arabes et hébreux du Moyen Age (Eldad le Danite) font allusion à un grand empire « juif » du Sahara méridional, souvenir de cette grande coulée de peuples sémitiques vers le Soudan245. Vers 300 de notre ère, ces pasteurs peuhls, installés d’abord en voisins, subjuguèrent les populations antérieures, puis s’emparèrent de la ville de Ġānaet fondèrent l’empire de Ġāna. Les historiens arabes comptaient 44 souverains de dynastie peuhle de 300 à 800. Leur richesse consistait en troupeaux et se fondait aussi sur l’or, dont ils étaient les grands intermédiaires, et que leur transmettaient les nègres nuset sauvages qui le recueillaient plus au sud, au Bambouk, au Wanǧāra et au Mali.

  • 246 Voir M. Lombard, L’Islam, dans sa première grandeur (viiie-xie siècle), Paris, 1971, p. 64 et carte (...)

135Cet empire peuhl de Ġāna fut détruit à la fin du vxiie siècle par les Noirs Soninké dont la domination s’étendit vers l’est jusqu’au Niger, vers l’ouest jusqu’à l’Atlantique, au sud jusqu’au Wanǧāra et au nord jusqu’au Sahara, domaine des Berbères. Au xe siècle, ils entrèrent en lutte avec les Lamṭouna établis à Awdaġost, dont ils s’emparèrent en 990, dominant ainsi un des terminus méridionaux des pistes caravanières. Le commerce de l’or est un véritable fil d’Ariane pour comprendre l’histoire des royaumes nègres du sud du Sahara, tout comme celle des royaumes musulmans du Maġrib sur la bordure septentrionale du désert246.

  • 247 Parlant du sultan Djata (mort en 1373-1374) du pays de Kaw-Kaw, Ibn Haldūn écrit : « Il porta si lo (...)
  • 248 Dans les Séances de Harīrī (1054-1121), un marchand de Bagdad déclare : « La fougue de la jeunesse, (...)

136La domination des Soninké se termina en 1076, quand les Berbères almoravides, après avoir pris Awdaġost, en 1055, envahirent le Ġāna, massacrant une partie de ses habitants et convertissant les autres à l’Islam ; la ville de Ġānafut détruite en 1240. Cette époque du ixe au xie siècle nous intéresse plus particulièrement. Le nombre des guerriers Soninké s’élève alors à 200 000 environ. Leur capitale comprenait une ville musulmane, habitée par les marchands berbères et leurs facteurs, agents des maisons commerciales du Maġrib ; une ville impériale aussi, dont le bois sacré était le cadre d’un culte animiste. « Ġānala grande », selon l’expression d’Idrīsī, était la ville la plus considérable, la plus peuplée, la plus commerçante du pays des Noirs. La richesse fabuleuse du souverain de Ġānareposait sur les bénéfices du transit de l’or ; le roi possédait un bloc d’or d’une seule pièce, d’un poids de trente livres, selon Idrīsī, semblable à une grosse pierre selon Bakrī, pesant vingt kintars d’après Ibn Haldūn247. Sa garde était armée de sabres à poignée d’or, les princes vassaux portaient des bijoux d’or aux tresses de leur chevelure et ses chiens, des colliers d’or à grelots. L’endroit était le principal entrepôt de l’or provenant de toute la région du Haut Sénégal et du Haut Niger ; son nom était connu dans tout le monde musulman248.

137Gadiaro, Sillā, Kūġa, Takrūr, étaient aussi de très anciens marchés de l’or ; tous ces centres secondaires étaient situés vers le Ġānaet sur la route de Ġānaà la grande saline d’Aūlil, au nord de l’embouchure du Sénégal. L’or raffiné qu’ils exportaient, réduit en fils tordus, était réputé le meilleur et le plus pur du monde.

138A l’est, Gao avait été créé au début du xie siècle par les Berbères venus du nord, en même temps que l’Islam pénétrait dans le pays (vers 1010). Les progrès de l’Islam qui accompagnent le commerce de l’or — comme sur la côte orientale de l’Afrique et sur le haut Nil — se répétèrent dans la seconde moitié du xie siècle, lorsque les Almoravides conquirent les villes nègres du Niger avant de se lancer vers le nord, vers le Maġrib al-Aqsä et l’Espagne.

  • 249 M. Mercier, « Note sur une architecture berbère saharienne », Hespéris, VIII, 1928, pp. 413-429.

139L’Islam et l’art du Maġrib rayonnent alors sur les populations soudanaises ; les grands magasins collectifs de l’Atlas (Tiġremt, Agadir) inspirent les édifices soudanais249 ; en sens inverse, les instruments de musique à percussion, tabal ou timbale, tam-tam ou tambour, portent les rythmes de la musique nègre aux compositeurs musulmans ; des plantes aussi, comme la noix de cola, certaines espèces de millet, franchissent alors le désert. Toutes ces routes commerciales sont donc des routes artistiques et des routes d’influence religieuse, permettant le contact d’une civilisation à l’autre. A KawKaw dans le Dendi, sur le moyen Niger, comme dans les centres de l’ouest, une ville royale se juxtapose à la ville des marchands étrangers ; de même à Tombouctou, fondée au xiie siècle par les Almoravides.

Les itinéraires des caravanes250

  • 250 Sur les itinéraires des caravanes de l’or soudanais, et leur chronologie, voir M. Lombard, L’Islam (...)

140Les routes de l’ouest comptaient trois grandes pistes, fondées chronologiquement de l’ouest à l’est. Le principal point de départ était Awdaġost, le point d’arrivée Siǧilmāsa. Du Bas Sénégal, on pouvait rejoindre directement l’oued Draa, au Sūs al-Aqṣä ; cette route drainait l’or en même temps que les esclaves et les produits de la côte, la gomme adragante nécessaire à la soierie du Maroc et d’Espagne, et l’ambre gris parfumé de l’Océan, concrétion qu’on trouve dans la tête des baleines et des cachalots. La piste longeait la côte jusqu’au cap d’Arguin, puis s’en éloignait en suivant une ligne de puits jusqu’au Rio de Oro ; ce tracé était sans doute celui que suivaient les transporteurs nègres de l’Antiquité, qui se rendaient au marché punique de l’or de Cerné. Elle rejoignait enfin le Seguiat al-Hamra, l’oued Draa, et enfin Siǧilmãsa, le grand port de l’or à partir du ixe siècle. C’était la route la plus ancienne, la route antique. Dè la fin du viiie siècle apparaît la route d’Awdaġost et de l’Adrar par Abweir (Chinguetti) et les salines d’Idjil. Les Berbères Lamṭa et Ġazzūla y établirent des péages. La piste traversait le Ğabal Bani au sol pierreux, mauvais pour les pieds des chameaux, avant de rejoindre le Tafilet et Siǧilmãsa. Dans la première moitié du xie siècle, Bakrī décrit la route presque en ligne droite qui, par les salines de Taġâza et un désert affreux, débouchait aussi sur Sigilmāsa.

141On compte donc d’ouest en est une piste côtière qui reliait Awdaġost à Aulil et Siǧilmãsa, en un parcours de deux mois ; une piste médiane, d’Awdaġost à l’Adrar et Siǧilmãsa, qui ne demandait qu’un mois et demi ; une piste intérieure, enfin, d’Awdaġost à Taġāza et Siǧilmãsa, de même durée que la seconde.

142Les routes du centre comprenaient d’abord celle qui naissait d’un embranchement de la route venue de Ġānaet d’Awdaġost ; elle se dirigeait depuis Taġāza vers le nord-est, et, par le Touat et Gouara, au nord-ouest du plateau de Tadémaït, atteignait Wargla et le Ğarïd tunisien. La seconde route centrale partait de Gao, traversait Tadmakka (aujourd’hui Essouk : as-Sūq), peuplée de Berbères voilés dominant une population noire, l’Adrar des Ifoġas, (Touareg que Corippus signalait au vie siècle dans le sud de la Tunisie) et arrivait à Wargla : c’était une route courte, mais très pénible.

  • 251 Bakrī, trad. de Slane, XII, pp. 443 et 448.

143Parmi les routes de l’est, celle de Ġadāmès partait de Gao, passait par l’Adrar des Ifoġas, Tadmakka, Ġat et se dirigeait ensuite vers le Ğarīd ou vers Tripoli. Une piste partait de Kaw-Kaw et rejoignait la première à Ġat, par l’Aïr. Une troisième quittait Kaw-Kaw sur le moyen Niger pour le Kanem, au nord du lac Tchad ; elle touchait Kawar et ses mines de sel, puis empruntait un couloir de 80 kilomètres nord-sud, à mi-chemin entre le Fezzan et le Kanem, séparé du premier par un hamada, et du second par un erg ; elle atteignait ensuite le Fezzan conquis par ‘Uqba en 643, dominé au début du xe siècle par les Huwwāra résidant à Zawīla, puis Awǧila, une ville très peuplée, selon Bakrī, qui avait des marchés, des places et des mosquées251 ; de là elle menait en Cyrénaïque, à Aǧdābiya et Barca, ou à Siwā, l’oasis de Jupiter Ammon, et en Egypte. D’Égypte au Soudan il fallait 80 journées de marche.

144Il existait une jonction entre les deux dernières routes, celles du Fezzan et de Ġat. Mentionnons aussi la grande route commerciale d’est en ouest qui reliait le Kawar riche en sel, à l’Aïr, Takadda et ses mines de cuivre, Gao, Tirekka, Ġāna, Gadiaro, Sillā, Takrūr, ces quatre dernières, importants marchés de l’or, Aūlil, productrice de sel, enfin l’embouchure du Sénégal. Cette « route sahélienne » suivait la lisière du Soudan et du Sahara ; elle permettait un commerce actif du sel, du cuivre, des esclaves, de la gomme ou de l’ambre gris, et surtout de l’or ou de la pacotille, des tissus, des dattes du Ğarīd, d’Wargla et du Tafilet, ou du blé arrivé du nord. Cette route méridionale subdésertique était une véritable route de rocade des pays de l’or.

Les ports magrébins

  • 252 Voir le croquis 25 qui fait apparaître la position du Maġrib, redistributeur de l’or du Soudan vers (...)

145Ces trois faisceaux, occidental, central et oriental, des itinéraires transsahariens aboutissaient à des terminus septentrionaux : Nūl-Lamṭa et Siǧilmāsa ; Wargla, les villes du Mzāb et les villes du Ğarīd ; Tripoli et les villes de Cyrénaïque, Aǧdābiya et Barca252.

146Siǧilmāsa était le grand port du désert, le point d’arrivée principal de l’or soudanais ; l’importance capitale de cette cité caravanière la rendait comparable à Palmyre, Pétra ou La Mekke en Orient. La ville était située au centre de la longue palmeraie du Tafilet, sur l’oued Ziz ; elle avait été fondée vers 757 par les parents des Zénètes, les Miknasa ẖarigites qui, trouvant un refuge au désert, créèrent le royaume des Banū Midrar. En 786, Siǧilmāsa étend sa domination sur les oasis du désert et l’oued Draa. Dès la fin du viiie siècle et le début du ixe, elle attire les convoitises et, au ixe siècle, elle passe de main en main, enjeu des luttes pour la domination des ports de l’or. Cependant, l’apogée de ce grand marché se place au xe siècle ; il domine alors le commerce caravanier avec le Soudan ; une colonie de Siǧilmāsa est établie à Awdaġost, le grand point de départ berbère au sud du désert. Au xie siècle, pourtant, elle se heurte à la concurrence de Nūl-Lamta.

147Nūl-Lamta est la rivale sanhaǧa de Siǧilmāsa. C’est une oasis de l’oued Nūn, au nord du Draa. Les Sanhaǧa sont de grands nomades éleveurs de chameaux ; leurs déplacements à long rayon d’action leur permettent de couper les pistes partant de Siǧilmāsa, loin vers le sud. Ils en pillent les caravanes ou leur offrent une protection à titre onéreux. Au xie siècle, ils dominent plusieurs points et fondent Nūl-Lamṭa, qui envoie aussi une colonie à Awdaġost. L’extension de la puissance des Sanhāga et leur poussée depuis l’ouest doivent expliquer la recherche et la construction successive de routes de plus en plus orientales pour relier le Ġānaà Sǧilmāsa.

148Une fraction de ces Sanhāǧa, les Almoravides, pousse au xie siècle vers le sud en menant la guerre sainte contre les Noirs fétichistes ; ce sont eux qui entreprirent des expéditions guerrières vers le sud contre les nègres, et aussi vers le nord contre les Zénètes ; un corps de 30 000 méharistes prit Siǧilmāsa en 1053-1054, puis marcha vers le sud et s’empara d’Awdaġost (1054-1055). Désormais l’empire almoravide progresse sur deux fronts ; vers le nord, le Maroc est conquis, Marrakech fondée en 1062, l’Andalousie bientôt dominée après la grande victoire remportée sur les troupes des royaumes chrétiens espagnols à Zalacca (Sagrajas), en 1087. Vers le sud, Ġānaest prise en 1076, entraînant dans sa chute l’empire des Noirs soninkés ; Tombouctou est fondée au xiie siècle. Tombouctou, Siǧilmāsa, Marrakech, l’Espagne : voici l’axe de l’Empire almoravide par lequel l’or des marabotins allait pénétrer dans l’Occident chrétien.

149L’arrivée des routes soudanaises de l’or au Maġrib extérieur exigeait que fût franchi l’Atlas par plusieurs cols importants ; les deux principaux étaient ceux de Tizi n’Teluet, déblayé par l’érosion de l’oued Ouarzazat, et de Tizi n’Telġemt (oued Ziz). On gagnait par eux Fès, où régnaient les Idrīssides depuis la fin du viiie siècle, ou Marrakech, et, par delà, le détroit de Gibraltar et l’Espagne.

150Les terminus des routes du centre, Wargla et les villes du Mzäb, ouvraient l’accès au Maġrib central par la dépression du chott Melġir et du Hodna. Elles débouchaient sur Tāhart (aujourd’hui Tiaret), la capitale des Rustémides depuis la fin du viiie siècle, et sur Qal’a des Banū Hammād ; de là, elles rejoignaient le port de Bougie. Ou encore, elles menaient dans le sud tunisien au Ğarïd et au port de Gabès. Vers le nord, elles arrivaient à Kairouan ou à Tunis dominées par les Aġlabides depuis la fin du viiie siècle, puis passées aux Fātimides au début du xe siècle, et enfin, quand les Fātimides s’installèrent en Égypte en 972, à leurs parents et vassaux, les Zīrides.

  • 253 T. Lewicki et A. Basset, « Une chronique ibādite... », Revue des Études Islamiques, 8, 1934, pp-59- (...)

151Wargla (Wargalan « du désert », selon Idrīsī) avait été fondée par les Ibādites ẖarigites ; avec le Ğabal Nefūsa, elle était la principale porte d’entrée du désert pour le grand royaume des Rustémides253 En 908, les Fātimides chiites prirent Tāhart, la capitale de ce royaume ; les Hārigites chassés de Tāhart vinrent fonder, près de Wargla, Sedrāta, nouvelle tête de ligne des routes vers le Ġānaet vers le Niger.

24. Routes de transmission des techniques a travers l’Afrique

152Persécutés à Wargla et à Sedrāta, les Ibādites émigrèrent en 1075 pour aller s’établir plus à l’ouest dans un pays montagneux et désert, la chebka du Mzāb. Ils y creusèrent des puits d’une profondeur étonnante, construisirent des machines élévatoires pour alimenter en eau les palmeraies, et édifièrent des qsours. Leur instinct commerçant fit d’eux les grands animateurs des échanges transsahariens et du commerce du Soudan. C’est le moment, en effet, où les terminus orientaux des pistes du désert sont bloqués par l’invasion hilālienne (1050), tandis que les terminus occidentaux sont aux mains des Almoravides. On conçoit l’importance du commerce mzābite qui draine au xiie siècle, par les itinéraires centraux, l’or du Soudan vers Mers el-Kebir, où les navires italiens viennent en prendre livraison.

  • 254 Idrīsī, trad. Dozy, pp. 121-124

153A l’est, l’or soudanais qui va irriguer l’Égypte et l’Ifrīqiya arrive par les villes du Ğarīd, la Tripolitaine et la Cyrénaïque. Les premières, groupées autour du chott al-Ğarïd, sont Qasṭiliya au nord, Nefzawa au sud, et encore Tozeur et Nefta, « le port du Sahara »254 ; sur la côte, Gabès était à la fois « ville méditerranéenne et saharienne ». Après la chute de la Carthage punique, Leptis Magna, l’actuelle Tripoli, était devenue le centre principal des rapports avec les oasis de l’intérieur, Cydamus (Ġadāmès) et Phazania (Fezzan) le pays des Garamantes (autour de Germa). C’est par là et par le Ğarïd que le chameau pénètre dans le Sahara occidental, permettant la poussée des tribus berbères, Zanāta et Sanhāǧa, dotées maintenant de ce merveilleux instrument de transport, à travers le désert. La conquête et la domination musulmanes, en accentuant l’appel des grands centres, ont provoqué une nouvelle poussée du commerce du désert vers l’ouest et le sud.

154Les terminus en Cyrénaïque sont Aǧdàbiya et Barca ; à Awgila, la route se divisait et un embranchement rejoignait Siwā, l’oasis de Jupiter Ammon ; il était capital, pour le maître de l’Égypte, de dominer ces aboutissements des réseaux orientaux parcourus par les caravanes de l’or. Ces « ports du désert » orientaux et le commerce qu’ils recevaient étaient du reste plus anciens que les terminus centraux et occidentaux. C’est par là que l’Antiquité avait poussé le plus loin vers l’intérieur du continent noir. C’est de là aussi qu’était parti le grand mouvement de colonisation berbère du Sahara aux iiie-ive siècles. Le dispositif est mis en place aux ixe-xiie siècles, comme en font foi les géographes et les voyageurs musulmans.

  • 255 Ibn awqal, trad. Wiet, pp. 63 et suiv. Au sujet de Barca, celui-ci écrit : « C’est la première gra (...)
  • 256 N. Slousch, « Les Juifs et le Judaīsme aux Indes », Revue du Monde Musulman, IV, 1908, pp. 728-769.
  • 257 G. Marçais, Manuel d’art musulman, L’Architecture, I, Paris, 1926, pp. 88-90.
  • 258 G. de Gironcourt, « Sur l’analogie des sépultures islamiques du début de l’Hégire au Niger et en Ég (...)

155Correspondant à la grande route de rocade du sud du désert —route sahélienne d’est en ouest par où ont progressé les populations peuhles et les influences orientales — une autre route, celle des qsours suit la rive nord du désert d’est en ouest. Elle dessert des agglomérations sahariennes enfermées dans leurs remparts, aux rues en escaliers souvent couvertes pour gagner de la place et pour consolider l’ensemble, construites en pisé et en troncs de palmiers. D’ouest en est, elle traverse Nūl-Lamṭa, Siǧilmāsa, Wargla, le Ğarīd et Tripoli ; elle rejoint en Cyrénaïque la route qui mène en Egypte par les oasis intérieures, celle qu’ont suivie les armées d’invasion fâtimides au milieu du xe siècle. Tous les géographes arabes ont décrit cette route des qsours, parcourue constamment par les nomades et les marchands255 et par laquelle denrées et techniques ont circulé d’est en ouest : techniques de l’irrigation, avec ces foġġara ou conduites souterraines, qui ont pour lointains prototypes les qānat d’Iran et d’Asie centrale, et dont l’apport a été attribué à des populations juives, ou plutôt à des Berbères judaïsés, qui progressèrent d’est en ouest en une coulée parallèle à celle des Peuhls au sud du désert256 ; techniques du cuir, qu’on peut suivre depuis Taïf en Arabie, par la Haute Égypte, l’oasis libyenne de Zawīla, dont elles font la renommée, Ġadāmès, (cuirs Ġadamsī), Siǧilmāsa (cuirs filali ou du Tafilet), Aġmāt et Marrakech, renommée pour ses « maroquins », jusqu’à Cordoue qui fabrique des guadameciles (cuirs de Ġadāmès, cuir cordouan) ; techniques d’élevage du chameau, qui progressent de haras en haras depuis l’Éthiopie jusqu’à l’oued Draa ; techniques artistiques enfin : l’art de Sedrāta (entre 908 et 1075) manifeste, dans son décor de plâtre sculpté, l’influence de l’art copte et des édifices égyptiens des ixe-xe siècles, eux-mêmes influencés par l’art mésopotamien de Bagdad et de Samarra — décor qu’on retrouve à Tobna, sur le rebord oriental du Hodna257. Comme le long de la route sahélienne du sud, la disposition des nécropoles, la structure des stèles, les formes de l’épigraphie sont partout semblables des bords du Nil à ceux du Niger258. Fait immense, dans maint domaine, que cette colonisation du Sahara grâce à la construction d’un réseau d’oasis, à l’établissement d’itinéraires nord-sud et aussi est-ouest, entre l’Égypte et le sud du Maroc d’une part, l’Égypte et le Sénégal de l’autre. Plus importante encore pour l’histoire économique a été la capture de l’or du Soudan par la Méditerranée.

4° Le commerce de l’or soudanais

Les objets d’échange

156Les objets échangés contre l’or créent, vers le pays des Noirs, un courant d’exportation des productions agricoles et industrielles du Maġrib et de l’Égypte. Certains de ces produits sont fabriqués spécialement pour le trafic avec les nègres, semblables en cela à la pacotille que les comptoirs européens des xviie et xvxiie siècles échangeaient sur la côte d’Afrique occidentale contre des esclaves et de la poudre d’or.

  • 259 «... Les maisons de Tacaddā sont bâties avec des pierres rouges ; son eau traverse des mines de cui (...)
  • 260 J. Denuce, L’Afrique au xvie siècle et le commerce anversois, Anvers, 1937. (Coll. pour l’hist. du (...)

157Les principaux postes de commerce sont le blé, puis les dattes, les figues et les raisins secs qu’on exportait surtout pour les besoins des Magrébins installés à Awdaġost ou dans d’autres comptoirs. Venaient après les textiles spécialement tissés pour la clientèle noire : pagnes (chiggué) et étoffe pour turbans ; certains centres textiles d’Egypte et du Maroc du Sud s’étaient spécialisés dans le tissage de ces pièces d’étoffe. C’était ensuite les colliers de verroterie, les perles de verre bleu dont on faisait des bracelets, des bagues, des colifichets pour sauvages. Les mines de cuivre de l’Atlas et ses fonderies permettaient aussi l’exportation d’ustensiles, de bassins et d’anneaux de cuivre ; Igli produisait des objets en laiton pour ce commerce. Ibn Baṭṭūṭa signale, au xive siècle, la seule mine de cuivre du Sahara, celle de Takadda, à l’ouest de l’Aïr, dont le métal était échangé dans le pays des Noirs259. Au xive siècle, les Anversois pratiqueront aussi un immense trafic d’objets de cuivre et de laiton, anneaux, bracelets, bassins, avec l’Afrique noire260.

25. Innervation de l’économie musulmane par l’or du Soudan

  • 261 Trad. Schefer, p. 149.
  • 262 Trad. Jaubert, II, pp. 6 et 168.

158Les cuirs de Zawīla, Ġadāmès, Āġmāt ou du Tafilet étaient aussi portés au pays des Noirs, ainsi que des bois résineux et du goudron pour assainir et rendre étanches les outres et soigner la gale du chameau. Grande était l’importance des outres pour les caravanes qui restaient souvent huit jours sans eau fraîche. Le corail, les coquillages, les écailles de tortues étaient travaillés en Égypte ; le voyageur persan Nāṣir i-Husraw décrit au xie siècle le marché spécial du Caire consacré à la taille, au polissage et à l’enfilage de ces matières261. Idrīsī mentionne également celui de Ceuta, dans le Maroc du Nord, où l’on s’occupait à tailler, à polir, à arrondir, à percer et enfin à enfiler le corail et les coquillages. C’est un des principaux articles d’exportation : « La majeure partie en est transportée à Ġānaet dans tout le Soudan où on en fait grand usage »262. Les cauris servaient encore récemment de monnaie en Afrique centrale. On exportait encore le takaout, galle du tamaris du Tafilet (Maroc), nécessaire au tannage des cuirs.

159Une marchandise particulièrement importante était le sel qui devait satisfaire le besoin physiologique qu’en avait le monde noir. Le Sahara possède quelques salines, à Aūlil au nord de l’embouchure du Sénégal, à Idjil dans l’Adrar de Mauritanie, à Taġāza (Taoudeni) et à Bilmā dans l’oasis du Kawar. De nos jours encore, le trafic se fait par de grandes caravanes (azalaī) comptant jusqu’à 20 000 chameaux, qui vont y chercher les barres de sel gemme qu’elles distribuent dans les villes du Soudan. Tous les auteurs arabes du Moyen Age décrivent ce commerce et l’extraction du sel : les barres, d’une trentaine de kilogrammes chacune, et dont quatre faisaient la charge d’un chameau, étaient découpées avec des instruments de pierre. Les salines du Sahara ont attiré à elles le tracé des lignes caravanières : les caravanes du Nord y trouvaient un fret toujours prêt consistant en une marchandise dont la vente était assurée sur les marchés du Soudan. Le sel était acquis dans les salines moyennant une partie de la pacotille emportée du Maġrib et d’Égypte.

  • 263 Trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 202.

160Du nord du Sahara au Soudan, c’étaient donc des objets de peu de valeur propre qui étaient emportés. Certes, ils étaient valorisés par les besoins des Noirs et les difficultés d’un long et pénible voyage à travers le désert. Mais, du point de vue économique général, la cession par le monde musulman d’objets sans grande valeur contre du métal de frappe a permis d’injecter constamment de l’or dans la circulation monétaire. A Siǧilmãsa et à Wargla, des ateliers se chargeaient de transformer immédiatement en dinars le tibr apporté par les caravanes. Ibn Faḍl-Allāh al-’Umarī pouvait affirmer : « Ils emportent des marchandises sans valeur et rapportent l’or brut à pleines charges de chameaux »263.

L’organisation des caravanes

  • 264 Le lam est une sorte de grande antilope. La darga lamiya a donné l’ardarga espagnole et la large (...)

161La contrepartie naturelle des immenses bénéfices que retiraient les marchands de leur trafic avec les Noirs, de ce commerce dont la structure était toute à leur avantage, était les longues fatigues, les risques énormes, les graves dangers d’une route tracée dans un milieu physique et humain hostile : égarement, simoun, soif, chaleur, menace des pillards, guettaient les voyageurs. Un rezzou pouvait apparaître brusquement de derrière une dune et fondre sur la riche caravane, lorsqu’au retour les chameaux étaient chargés d’or ; grande est la similitude avec les dangers encourus par les galions espagnols emplis de l’or et de l’argent d’Amérique au xvie siècle, face aux corsaires et aux pirates atlantiques. Afin de parer à ce danger, la diplomatie des grands marchands négociait des traités de protection avec les nomades sur le parcours desquels les caravanes devaient circuler. « Les voilés » vêtus de pièces d’étoffe bleue, armés de la lance et du grand bouclier blanc en peau de lam264, dominaient les points d’eau et les oasis où ils pouvaient s’embusquer sur la route des caravanes. C’est avec ces tribus, ou ces fractions de tribus Lamṭa, Lamṭūna, Gazzūla, Msūfa... que les ententes étaient conclues ; véritables seigneurs péagers du désert, elles fournissaient les guides, le personnel de transporteurs, et les chameaux élevés par immenses troupeaux de 50 000 têtes sur l’oued Draa et le Sakiat al-Hamra ; les marchands les achetaient au départ et les revendaient à l’arrivée, évitant ainsi de les entretenir pendant la durée de leur séjour.

  • 265 Trad. Jaubert, I, pp. 108-109.

162La technique caravanière est très développée. Les départs sont réguliers ; la caravane, (kārwān en persan, qayrawān en arabe) suppose une vaste organisation. Par la meilleure piste, elle ne trouve des points d’eau que de deux en deux jours, rarement tous les jours sur quelques courts tronçons ; une semaine sans eau est assez fréquente et sur certaines routes, on peut rester deux semaines sans en trouver. Quand on a épuisé les provisions d’eau contenues dans les outres de peau de chèvre (guerba) goudronnées et entourées de chiffons, on tue les chameaux pour récupérer leurs réserves. Le voyage dure environ deux mois ; Idrīsī décrit ainsi la traversée du désert par où passaient les voyageurs qui se rendaient à Awdaġost ou à Ġāna : « C’est en automne que les caravanes traversent le désert Voici la manière de voyager : on charge les chameaux de très bonne heure et on marche jusqu’au moment où le soleil s’est levé sur l’horizon, au point de communiquer à la terre une chaleur insupportable. Alors on s’arrête, on décharge les chameaux et on les entrave ; on met en ordre les bagages et on tâche de se procurer de l’ombre, afin d’éviter l’influence fâcheuse de la chaleur des rayons solaires. A trois heures après midi (al-’asr), c’est-à-dire lorsque le soleil commence à baisser, on repart et on marche jusqu’à la nuit close (al-’atma), époque à laquelle on s’arrête à nouveau, quelque part qu’on se trouve, et on se repose durant le reste de la nuit. Tel est l’usage constamment suivi par les voyageurs qui se rendent au Soudan, car les rayons du soleil seraient mortels pour quiconque s’exposerait à leur action lorsqu’ils tombent verticalement »265.

  • 266 Éd. et trad. Defréremy, IV, p. 381.

163La vitesse horaire du chameau est de trois à trois kilomètres et demi ; la caravane parcourait environ 35 kilomètres par jour, distance que pouvaient couvrir ceux qui la suivaient à pied, serviteurs et esclaves. Les meharis qui ne sont pas encombrés de ballots peuvent marcher 120 kilomètres par jour, vitesse exceptionnelle qui était celle du courrier précédant la caravane. D’après Ibn Baṭṭūṭa, takšīf (éclaireur) était le nom donné à tout individu de la tribu des Msūfa, au sud de Siǧilmāsa, que la caravane payait pour la précéder à Iuālāten ; il prenait les lettres que les voyageurs écrivaient à leurs amis de cette ville pour qu’ils louent des maisons et viennent à leur rencontre avec de l’eau à quatre jours de marche266. La caravane était ainsi accueillie à quelques étapes en avant par une troupe de correspondants, d’agents fixés au Soudan ; des réjouissances, le son du tambour saluaient ce grand événement de l’année.

  • 267 Voir aussi Isḥāq b. al-usayn, éd. et trad. A. Codazzi, p. 453.

164Dans les marchés situés en avant du Sénégal et du Niger, les marchands berbères s’associaient avec des intermédiaires noirs qui transportaient jusque-là l’or des lointains centres de production. De l’autre côté du fleuve était pratiqué le troc muet par des peuplades qui ne se montraient pas. Écoutons Yāqūt : « Les marchands annoncent leur arrivée par des battements de tambour. Les noirs des pays aurifères sortent alors de leurs cachettes et attendent, sans bouger, à une certaine distance. Les commerçants déballent leurs marchandises, puis s’éloignent. Les noirs s’approchent, déposent une quantité déterminée de poudre d’or auprès de chaque tas de marchandises, puis se retirent. Les marchands reviennent ensuite et chacun prend ce qu’il trouve d’or à côté de son tas de marchandises. Ils s’en retournent en battant du tambour pour annoncer leur départ »267. Cette pratique était déjà en vigueur sur le rivage du Rio de Oro, à Cerné, au temps des Phéniciens.

Le volume du commerce

165Idrīsī affirme que chaque riche commerçant d’Āġmāt avait dans la caravane du Soudan au moins 70, et souvent 80 ou 100 chameaux « chargés de marchandises » ; il faut ajouter les chameaux destinés à porter l’eau, les vivres, ou à servir de monture aux notables de la caravane. La charge normale d’un chameau est de 100 à 120 kilogrammes ; avec 200 kilogrammes il est écrasé. La caravane du Soudan au Caire comptait au xive siècle, d’après Ibn Haldūn, 12 000 dromadaires ; au xve siècle, celles qui apportaient l’or de Tombouctou à Tunis se composaient de 700 chameaux chargés, selon Diego Gomez ; au début du xxe siècle, la caravane de sel (azalaï) comprenait 20 000 chameaux ; un millier de tonnes de sel était transporté chaque année de Bilmā dans l’Aïr et au pays du Niger.

166Aujourd’hui, où l’exploitation est restée primitive, à la différence de l’Afrique australe, et permet la comparaison, la production totale depuis le Côte de l’Or jusqu’au Bambouk, atteint environ 30 000 kilogrammes (il s’agit de la production officiellement contrôlée, la production réelle étant bien supérieure). La production médiévale était sûrement plus élevée : la demande était plus importante, les gisements moins épuisés, et l’on poursuivait l’extraction à des taux extrêmement bas, considérés comme non rentables aujourd’hui.

  • 268 « Mu’tazz, à l’époque où il gouvernait la ville comme émir, y prélevait des impositions sur les car (...)

167En considérant ce chiffre de 30 tonnes comme un minimum, le commerce de l’or aurait demandé 250 à 300 chameaux chargés, sans compter naturellement les chameaux montés et ceux qui transportaient vivres et eau. Ibn Ḥawqal rapporte que, sous le règne du Fāṭimide al-Mu’izz (952-975), le conquérant de l’Égypte — moment où la domination fāṭimide s’étendait à tous les terminus septentrionaux des routes sahariennes de l’or — la taxe qu’on levait à Siǧilmāsa sur les caravanes revenant du Soudan, plus les taxes qui frappaient les marchandises au départ, les droits sur la vente des bêtes de somme et le produit de l’affermage de l’Hôtel des Monnaies, rapportaient 400 000 dinars par an au souverain268. Comme nous savons que ces droits ad valorem s’élevaient à 10 % dans le monde byzantin et le monde musulman, on peut estimer que le mouvement commercial à Siǧilmāsa, dans la seconde partie du xe siècle, représentait une valeur de 4 millions de dinars, en poids d’or environ 17 tonnes. Si l’on se souvient que la trouvaille d’un trésor pharaonique sous Ibn Ṭūlūn, avait été évalué à un million de dinars, soit à 4 000 kilogrammes d’or, on mesurera l’importance de la capture de l’or soudanais pour le monde méditerranéen.

  • 269 Dans les pays où circule l’or, l’orfèvrerie est d’argent. Inversement, dans ceux où ne circule que (...)
  • 270 Trad. Schefer, p. 152.

168Le Maġrib était un pays de l’or : Bakrī assure que ni dans le Sus ni dans les oasis du Tafilet, on ne trouvait de dirhems ; l’or seul y était frappé. En guise de menue monnaie on se servait de morceaux de bijoux en argent269. Les dinars d’or magrébins étaient recherchés pour leur titre élevé, dû à la pureté de leur métal, dans tous les pays islamiques. D’après le persan Nāṣir i-Husraw, au xie siècle, trois dinars magrébins en valaient trois et demi de Perse270. Des pièces d’or frappées au Maġrib au xe siècle ont été trouvées le long des fleuves russes.

La classe des marchands

169Les dominateurs de ce commerce transsaharien étaient les marchands citadins des villes de la Berbérie ou du Soudan, alors que les nomades se faisaient transporteurs, guides ou convoyeurs. Chaque caravane comptait des marchands de toutes les villes du Maġrib et provoquait une véritable osmose d’intérêts. La classe des gros négociants sahariens constituait une ploutocratie qui dirigeait les villes du Maġrib et du Sahel.

  • 271 Cité par J. J. Barges, Tlemcen, ancienne capitale du royaume de ce nom..., Paris, 1859, pp. 206-211

170On entrevoit le fonctionnement des maisons de commerce, organisées en sociétés familiales. Le père restait à la maison-mère, à Siǧilmāsa ou à Wargla, pour assumer la direction des affaires générales. Parmi les fils, les neveux, les gendres, les uns voyageaient, accompagnant les marchandises dans les caravanes, les autres restaient au Soudan comme agents ; leur quartier général était Awdaġost-Tadmakka. C’est de là que des colonies berbères influentes étaient parties s’établir dans les grands marchés du Sénégal et du Niger, où un quartier musulman, nous l’avons vu, était accolé à la ville noire du souverain, à Ġāna et à Gao (Kawkaw). Maqqarī, né à Tlemcen, donne de précieuses indications sur les relations qui unissaient cette ville avec le Soudan vers le milieu du xiiie siècle. Il décrit une des puissantes sociétés commerciales de type familial, comparables à celle de l’Orient musulman. Il s’agit de parents à lui, cinq frères qui « avaient mis leurs biens en commun et formé une association d’après laquelle ils se partageaient d’une manière égale le produit de leurs opérations commerciales respectives. » Deux d’entre eux étaient restés à Tlemcen ; l’aîné était allé s’installer à Siǧilmāsa ; les deux frères cadets étaient allés fonder une maison de commerce à Walata. « Le Tlemcinois expédiait au Saharien les marchandises que celui-ci lui demandait et le Saharien expédiait au Tlemcinois des peaux, de l’ivoire, des noix et de la poudre d’or. Quant à celui qui résidait à Siǧilmāsa, tel que le poids de la balance, il leur faisait connaître la hausse et la baisse des prix, les tenait au courant des affaires des négociants et leur mandait toutes les nouvelles du pays qui pouvaient les intéresser. » Grâce à leur association les cinq frères avaient acquis une fortune considérable. « Ils facilitaient la route du Sahara, soit en creusant des puits, soit en procurant la sécurité aux marchands voyageant en caravane et ils se faisaient payer une certaine redevance pour les guides qu’ils fournissaient aux voyageurs. » Ils n’hésitaient pas à engager le combat, les armes à la main, pour défendre leurs intérêts et les souverains les traitaient en amis. Le roi de Tlemcen rappelait que les marchands qui trafiquent avec le Sahara « exportent des marchandises de vil prix et importent de la poudre d’or, métal auquel tout obéit en ce monde ; les autres marchands, au contraire, exportent notre or et nous donnent en échange des objets dont les uns s’usent promptement et disparaissent, dont les autres finissent au bout de quelque temps par n’être plus à la mode, ou bien servent à corrompre les mœurs des sots et des imprudents »271.

  • 272 « J’ai vu à Audaghust une reconnaissance de dette par laquelle un négociant d’Audaghust se reconnai (...)
  • 273 Trad. Defrémery, IV, pp. 282 et 376.

171Le texte de Maqqarī se réfère au milieu du xiiie siècle, mais, aux siècles précédents, les conditions du commerce transsaharien ne devaient pas être très différentes. Au xiie siècle, Idrīsī mentionne aussi de richissimes bourgeois d’Äġmāt qui avaient leurs correspondants au Soudan. Au xe siècle, Ibn Ḥawqal voit à Awdaġost un papier commercial d’une valeur de 40 000 dinars, soit 180 kilogrammes d’or272 ; il est notable qu’un tel transport de fonds se soit fait par billet à ordre, par lettre de change. Au xive siècle, Ibn Baṭṭūṭa loge à Siǧilmāsa chez un jurisconsulte dont il avait rencontré le frère à Kandjenfou en Chine273. En 1447, la fortune d’un des plus puissants marchands du Touat était estimée à 100 000 dinars (= 425 kgs d’or).

172Ces grosses fortunes font des grands marchands les amis très intimes et très chers des rois et des roitelets au nord et au sud du Sahara. Ils entretiennent une correspondance suivie avec eux, ils en sont les conseils, ils leur prêtent de l’argent. Les petits-fils commencent à gaspiller la fortune qu’ils ont amassée, ils laissent la place à de nouvelles couches de grands marchands. La richesse fabuleuse de cet Eldorado soudanais a inspiré le dicton du Maġrib : « Comme le goudron guérit la gale du chameau, ainsi la pauvreté trouve son meilleur remède au Soudan ».

5° La lutte pour la domination des terminus septentrionaux des routes de l’or

173Le commerce de l’or rapportait d’immenses bénéfices aux marchands qui s’y livraient, puisque des marchandises de peu de prix étaient échangées contre des charges d’or pur. Il en procurait aussi aux tribus nomades qui contrôlaient les itinéraires caravaniers, pillant ou grevant de péages les caravanes au retour du Soudan. Leurs activités provoquaient des luttes entre tribus ou fractions de tribus pour s’assurer le contrôle des pistes caravanières, et le détournement des itinéraires pour échapper au pillage ou à des exigences exorbitantes. Comme dans l’Occident médiéval, où les itinéraires variaient suivant les conditions locales, ce réseau commercial vivait.

  • 274 Voir supra, p. 226.

174Ce commerce rapportait enfin de très importants revenus aux États qui en tenaient les terminus ; nous l’avons vu à Siǧilmāsa, au xe siècle274. Aussi les divers États ont-ils lutté pour s’en assurer la domination au sud ou au nord. Au sud du Sahara, les marchands berbères d’Awdaġost, à l’ouest, et de Tadmakka, à l’est, entrent en compétition avec les royaumes nègres de Ġāna, de Gao et du Kanem. Après bien des vicissitudes, les Berbères almoravides vainquent les principautés noires et établissent un grand empire des champs d’or depuis le Soudan jusqu’à l’Espagne. Au nord, les États musulmans d’Afrique du Nord, d’Espagne et d’Égypte tiennent solidement chacun un faisceau de routes et l’un des terminus sahariens tout en rêvant d’établir un monopole sur tous les terminus. Ce monopole a été réalisé une première fois par les Rustémides de Tahert au ixe siècle, une seconde fois par les Fāṭimides au xe siècle. Pour l’une et l’autre dynastie, il a été la source d’immenses richesses et de puissance.

  • 275 Voir M. Lombard, L’Islam dans sa première grandeur, p. 63, croquis 4 : Le terrain nagrébin et les d (...)

175Les péripéties de la lutte pour la domination des points d’arrivée des caravanes de l’or au Maġrib permettent de démêler l’histoire confuse et décousue de l’Afrique du Nord pendant le haut Moyen Age. Elle autorise à la découper en cinq périodes logiques275 :

  1. — fin du viiie-ixe siècle : les Rustémides de Tāhart sont maîtres de tout le commerce de l’or ;

  2. — première moitié du xe siècle : les Fāṭimides ont le monopole des routes de l’or ;

  3. — du milieu du xe au milieu du xie siècle : le commerce est partagé ; les Fāṭimides du Caire ont les itinéraires orientaux ; les itinéraires occidentaux sont aux Umayyades de Cordoue. Par clients berbères interposés, les deux dominations sont restées en lutte permanente. A l’est, les Ṣanhāǧa (Zīrides et Ḥammādides) sont clients des Fātimides ; à l’ouest, les Zanāta le sont des Umayyades ;

  4. — milieu du xie siècle : à l’est, s’opère l’invasion hilālienne ; à l’ouest, les Almoravides installent leur empire ; le centre reste aux Mzābites ;

  5. xiie-xiiie siècles : les marchands chrétiens mettent progressivement la main sur le courant d’or soudanais à la sortie du Maġrib.

1 — Fin viiie-ixe siècle : les Rustémides de Tāhart
  • 276 Cf. T. Lewicki, « L’État Nord-Africain de Tahert », loc. cit.. p. 528.

176Héritier des grands mouvements ẖārigites qui ont secoué le Maġrib pendant toute la première partie du viiie siècle, le royaume des Rustémides de Tāhart (Tiaret) occupe tout le Maġrib central et la domination de ses imāms s’étend à l’est jusqu’au Ğabal Nefūsa et à l’île de Djerba, au sud de l’État aġlabide d’Ifrīqiya. Un moment même, il pousse jusqu’à Tripoli et assiège Gabès. A l’ouest, c’est-à-dire au sud des États idrīssides du Maroc, il s’étend jusqu’à Siǧilmāsa où règne la dynastie des Midrārides, fondateurs ẖarigites de la ville vers le milieu du viiie siècle. Une alliance étroite, que scelle le mariage d’un Midrārite avec la fille d’’Abd ar-Rahmān ibn-Rustem, unit les Harigites de Tāhart à ceux de Siǧilmāsa276. Au centre, enfin, la domination rustémide s’étend loin vers le sud, par la trouée du Hodna jusqu’à Wargla. Contre les Idrīssides de Fès, les Rustémides recherchent l’alliance des Umayyades de Cordoue.

177Au ixe siècle, les Rustémides sont maîtres de la ligne des qsours depuis le sud du Maroc jusqu’au golfe de Gabès ; tous les terminus des caravanes de l’or, du Ğabal Nefūsa à Siǧilmāsa en passant par Wargla, sont à eux ainsi que toutes les pistes caravanières. L’État rustémide est un État de transporteurs et c’est sur le commerce, où ils s’engagent eux-mêmes, que sont fondées la richesse et la puissance des imāms. Tāhart est une « petite Baṣra », l’émule du grand port abbasside sur le golfe Persique où aboutissait tout le commerce de l’océan Indien.

2 — Première moitié du xe siècle : les Fāṭimides

178Le mouvement fāṭimide est parti de Kabylie. En 909, les Fāimides marchent sur Siǧilmāsa et, au passage, ils prennent et ruinent la Tāhart ibādite. L’Ifrīqiya est conquise sur les Aġlabides et une nouvelle capitale, Mahdiyya est fondée. Dès la première moitié du xe siècle, les Fāimides sont maîtres des routes de l’or du Ğarīd à Siǧilmāsa.

179Sous le deuxième calife, al-Kaïm, en 944, la révolte d’Abū Yazid fait courir un danger mortel à leur domination. Abū Yazid est un Hārigite du Ğarīd qui pratique, avec son père le commerce du Soudan dont il connaît les routes et les marchands. Le centre du mouvement antifatimide se situe donc à l’un des débouchés des itinéraires soudanais. La révolte est cependant écrasée, et le calife fāṭimide se retrouve maître de toutes les arrivées de l’or. Rappelons que la taxe à Siǧilmāsa lui rapporte 400 000 dinars. Ces immenses ressources en or lui permettent de constituer un puissant trésor de guerre pour l’accomplissement du grand dessein : la conquête de l’Égypte. Des sommes considérables sont consacrées à la propagande fāṭimide en Égypte. Puis, lorsqu’en 972 Ğawhar l’Esclavon, chef de l’armée fāṭimide d’invasion, quitte l’Ifrïqiya et se dirige vers l’Égypte par la route des oasis, il emporte 1 000 charges de chameaux d’or pour la solde de ses troupes, les gratifications, les frais de guerre... Une anecdote rapporte comment la noblesse du Fāṭimide était fabriquée en or du Soudan : lorsqu’il arriva en Égypte après la conquête le calife al-Mu’izz fut invité à prouver son ascendance alide ; tirant alors son épée du fourreau, il dit : « Voilà ma généalogie ! », et, répandant autour de lui des pièces d’or, il ajouta : « Et voilà ma noblesse ! ».

3 — Milieu du xe-milieu du xie siècle : les Fāṭimides du Caire et les Umayyades de Cordoue

180Après la conquête de l’Égypte et leur installation dans leur nouvelle capitale du Caire, les imides abandonnent le gouvernement de leurs possessions d’Afrique du Nord à leurs clients Ṣanhāǧa, les Banī Zīri, et ceux-ci, à leur tour, en détachent les marches occidentales, c’est-à-dire le Maġrib oriental au profit de leurs cousins, les Banī Ḥammād.

181De leur côté, les Umayyades de Cordoue lancent en avant leurs clients zénètes du Maġrib occidental. Ils étendent grâce à eux leur influence sur les terminus occidentaux des routes sahariennes. A la fin du xe siècle, Siǧilmāsa échappe à la zone d’influence imide pour passer dans celle des Umayyades. En 974, en effet, les Idrīssides de Fès qui, pour se défendre contre les ambitions africaines des émirs de Cordoue, s’étaient alliés aux imides, sont battus, obligés d’abord d’abandonner Tanger aux Umayyades, et finalement déportés en Espagne. Désormais, les Umayyades de Cordoue dominent, par l’intermédiaire de leurs clients zénètes, le Maġrib occidental et l’Ifrīqiya, c’est-à-dire les routes orientales et centrales de l’or.

182Cette situation entretient un état de guerre perpétuel entre les deux blocs : guerre navale sur les côtes, mais surtout guerre continentale entre Ṣanhāǧa et Zanāta. La zone frontière se déplace constamment, menaçant les Ibādites de Wargla, de Sedrāta et du Mzāb. Le courant d’or du Soudan se divise en deux : il coule vers l’ouest, vers l’émirat puis califat de Cordoue, et vers l’est jusqu’au califat du Caire. L’arrivée de l’or du Soudan en Espagne est marquée par le développement de la frappe des dinars d’or par le souverain umayyade. Son enrichissement permet l’entretien d’une cour somptueuse, une politique de grandes constructions (la mosquée de Cordoue, l’Alcazar, Mādinat az-Zahrā, le « Versailles des Umayyades ») et de mécénat envers poètes, musiciens, savants et jurisconsultes. La vie urbaine se développe et Cordoue devient une grande métropole.

183A l’est, l’or du Soudan se répand aussi dans le domaine imides, depuis le Maġrib oriental et la Sicile jusqu’en Syrie. En Égypte, son courant conflue avec celui venant de Nubie et d’Éthiopie, auquel s’ajoute l’or des trouvailles faites dans les tombeaux pharaoniques. Leur richesse permet aux califes imides de pratiquer la politique du dinar ; les beaux dinars magrébins qui avaient servi à travailler l’opinion égyptienne et à assurer la nouvelle dynastie, continuent d’exercer leur rôle politique. Us servent à acheter la retraite des Qarmates qui assiègent Le Caire, à remuer l’opinion des Villes saintes, La Mekke et Médine, dont les chérifs ne restent pas insensibles à leur pouvoir. Comme en Espagne, l’or du Soudan alimente une cour fastueuse et ses fêtes ; il achète sur les marchés d’Afrique et d’Orient les esclaves innombrables ; il est frappé en piécettes qu’on jette à la foule dans les cortèges... Il provoque là aussi le mécénat et l’essor urbain : une nouvelle capitale, Le Caire, est construite et sans cesse agrandie à côté de Fusṭāṭ. L’or du Soudan est pour la plus grande part le support matériel de la belle civilisation des bords du Nil aux xe et xie siècles.

4 — Milieu du xie siècle

184C’est là une date cruciale pour l’histoire générale de l’Afrique du Nord et pour le commerce de l’or soudanais en particulier. Tandis que l’invasion hilālienne déferle à l’est sur l’Ifrīqiya, à l’ouest, l’empire almoravide se construit du Sahara à l’Espagne, et, au centre, le grand commerce mzābite se développe entre le Tell et le Soudan.

  • 277 G. Marçais, Les Arabes en Berbérie du xie au xive siècle, Paris, 1913, pp. 39 et suiv. ; H. R. Idri (...)

185En 1050, les Fāṭimides du Caire et leur vassal zīride de Kairouan en arrivent à la rupture ; le Zīride fait acte d’obédience au calife abbasside. Pour se venger, le Fāṭimide lance sur l’Ifrïqiya des tribus arabes, les Banī-Hilāl et les Banī-Sulaym. En quelques années celles-ci s’infiltrent en Ifrïqiya en plusieurs vagues. Leur irruption est une grande catastrophe pour la Berbérie médiévale277. Pendant toute la seconde moitié du xie siècle, leur domination s’étend sur tout le sud de l’Ifrïqiya et gagne progressivement vers le Maġrib ; Kairouan puis Qala’a des Banū Ḥammād sont ruinées. Les derniers Zïrides se réfugient sur la côte, à Mahdiyya, en 1057, et les Ḥammādides se replient sur Bougie, en 1090. Les Hilāliens coupent les routes commerciales transsahariennes de l’est et tarissent le courant d’or soudanais qui alimentait l’Orient musulman ; ils provoquent ainsi la décadence de l’Égypte fāṭimide, dont la frappe d’or s’affaiblit progressivement et s’arrête au xiie siècle, quand les stocks de métal jaune sont épuisés. A l’âge du dinar succède alors celui du dirhem. Cet appauvrissement de l’Orient musulman facilitera les entreprises des marchands chrétiens dans le Levant et les expéditions guerrières des Croisés dans le bassin oriental de la Méditerranée.

26. La coupure des routes au xie siècle

186A l’autre extrémité du Maġrib, le long des routes occidentales de l’or soudanais se construit vers la même époque l’Empire almoravide. La prise de Siǧilmāsa en 1053-1054, la construction de Marrakech en 1062, la victoire espagnole de Zallaca-Sagrajas en 1087, la fondation de Tombouctou au xiie siècle, marquent les étapes de son expansion. Ces chameliers voilés du désert se rendent maîtres des marchés de l’or du Sahel soudanais et du faisceau de pistes du Sahara occidental. Le flot d’or s’écoule directement vers le Maroc et l’Espagne. Les beaux marabotins d’or, ou dinars almoravides, sont imités dans les royaumes chrétiens du nord de la péninsule ibérique.

187Enfin, au centre, Wargla, Sedrāta et le Mzāb profitent de l’interruption des routes orientales du commerce soudanais pour disputer aux Almoravides une partie du trafic qui se fait par les pistes occidentales. Le grand commerce mzābite se développe à la fois vers le Soudan et vers le Tell, où l’or est acheminé. Cette activité est le support du commerce de gros et de détail que pratiquent les commerçants mzābites dans les villes du Maġrib, central. Dès cette époque, de grandes quantités de métal jaune commencent à être enfouies dans la chebka du Mzāb.

5 — xiie-xiiie siècles
  • 278 F. Braudel, « De l’or du Soudan à l’argent d’Amérique », Annales ESC, I, 1946, pp. 8-22.

188L’invasion hilālienne a coupé la Berbérie de l’Orient ; l’installation des Normands en Sicile, à partir du milieu du xie siècle, accentue encore cette césure. Cet état de chose favorise les entreprises des marines chrétiennes dans le bassin occidental comme dans le bassin méridional de la Méditerranée. Au xiie siècle, les navires génois viennent charger à Mers el-Kebir, près d’Oran, l’or du Soudan acheminé par les pistes centrales contrôlées par les Mzābites. Au xiiie siècle, les bateaux chrétiens prennent à Massā, au Sūs alAqṣä, sur la côte sud du Maroc, les cargaisons d’or acheminées par les pistes occidentales vers Nül-Lamṭa. Aux xiiie-xive siècles, tandis que les Hilāliens continuent leur lente poussée vers l’ouest par les hauts plateaux, les vieilles routes orientales connaissent un regain d’animation et l’on voit paraître à Tunis les Vénitiens venus échanger l’argent d’Allemagne contre l’or soudanais arrivé par Ġadāmès. Aux xive-xve siècles, les Génois se lancent sur les pistes caravaniè-res du Sahara occidental, comme en témoigne la lettre envoyée du Touat à Gênes par Antonio Malfante ; ils progressent aussi, avec les Dieppois et surtout les Portugais, le long des côtes de l’Afrique occidentale. C’est ainsi que la quête de l’or amène les Portugais jusqu’à l’Ouro da Mina, la Gold Coast, et que l’or soudanais est à nouveau capturé par la route maritime jadis suivie par les Phéniciens. Avec cet or, les Portugais alimenteront leur commerce de l’océan Indien278.

5. L’ARGENT

189Les grandes régions productrices d’argent restent celles de l’Antiquité : l’Espagne méridionale, l’Atlas marocain, l’Iran septentrional et l’Asie centrale, le Caucase et l’Oural, enfin la région du Taurus (Bulġār-Ma’din).

L’Espagne

  • 279 Pline, Hist. nat., xxxiii, 21, § 5 et 6 ; Strabon, Geogr., iii, 2, 10 ; v. supra, p. 24 et n. 2 et (...)
  • 280 R. Thouvenot a constaté que les morceaux de scories retrouvés ne peuvent tous être datés de l’époqu (...)
  • 281 Prairies d’or, I, c. 16, p. 367.
  • 282 Voir le texte cité supra, p. 156, n. 1.

190Après avoir alimenté le commerce phénicien, puis celui de Carthage, l’Espagne était restée, nous l’avons vu279, à l’époque romaine, le pays de l’argent par excellence. A l’époque musulmane, l’activité minière, interrompue ou très ralentie à l’époque wisigothique, connaît une puissante reprise280. Les invasions barbares, en effet, avaient provoqué la désorganisation de l’extraction ; les mineurs — des esclaves — s’étaient enfuis. En revanche, l’argent d’Espagne est mentionné par tous les géographes arabes, et il semble que la production ait été alors très importante. Mas’ūdi affirme que « l’argent d’Espagne est exporté dans tous les pays musulmans et infidèles »281. Dans la lettre que le vizir juif d’Abd-ar-Raẖmān III, Hasdāi ben Šaprūṭ, adressait au roi de Hazars converti au judaïsme au milieu du xe siècle, les mines d’argent d’Espagne figurent en bonne place282.

  • 283 « Les gisements d’argent et d’or dans un endroit appelé Tudmīr (Murcie)... La mine d’argent est au- (...)

191Les principaux gisements que signalent les auteurs arabes du Moyen Age sont ceux de la région de Murcie ; ils correspondent aux importantes mines que Pline et Strabon indiquaient dans les environs de Carthagène. D’autres richesses étaient situées dans les environs de Cordoue, à Hornachuelos, à Totalica dans le district de Béja, dans la province de Péchina283. De nos jours, à la suite d’une exploitation aussi prolongée qu’intensive, ces mines ne produisent plus guère qu’un plomb très peu argentifère.

Atlas marocain

  • 284 B. Rosenberger, « Autour d’une grande mine d’argent du Moyen Age marocain : le jbel Aouam », Hespér (...)
  • 285 Ibn Hurdābeh, trad. de Goeje, p. 63 ; « Un lieu nommé Tazraret, où se trouve une ancienne mine d’a (...)
  • 286 Ibn HurdĀḎbeh, éd. de Goeje, p. 87 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 231 ; Ya’qūbī, trad. Wiet, p. 225  (...)
  • 287 Léon l’Africain, I, p. 180. Il s’agirait de la mine de Tamjoute au sud-est d’Igli. Cf. B. Rosenberg (...)

192Dès l’Antiquité, les mines du Maroc étaient exploitées par les indigènes et leur produit exporté par les Phéniciens de Lixus et par les Puniques vers la Méditerranée. Elles étaient situées dans le Haut-Atlas (Ğabal Awam)284 et au sud, dans l’Anti-Atlas (Ğabal Addana). Les plus connues étaient celles de Tazrart et de Tāmadālt (Tamdelt)285 dans le pays de l’oued Draa. Aux ixe-xe siècles, ces mines appartiennent à la zone de domination de Siǧilmāsa. L’argent de l’Atlas méridional allait alimenter le travail des orfèvres de Nūl Lamṭa, où l’on fabriquait des mors de chevaux en cuivre argenté286. Les mines étaient encore en exploitation au xvie siècle et leur propriété provoquait des guerres civiles287. De nos jours, on a reconnu des gisements dans l’Atlas méridional.

Iran septentrional et Asie centrale

  • 288 Hūclūd al-’Ālam, trad. Minorsky, p. 64 ; Ibn awqal, trad. Wiet, pp. 430 et 447 ; Yāqūt, éd. Wüsten (...)
  • 289 Agapius de Manbiǧ, éd. et trad. Vasiliev, Patrologia Orientalis, VIII, pp. 544-545. Deux siècles ap (...)
  • 290 Ibn Hurdābeh, éd. et trad. de Goeje, p. 20.

193Les sāssānides ont longuement exploité la grande zone argentifère qui s’étend au nord-est du plateau iranien pour la frappe de leurs dirhems, surtout quand ceux-ci se sont répandus, au début du vie siècle, dans tout le Moyen-Orient, dans les plaines ponto-caspiennes et dans l’océan Indien. L’exploitation a continué, aussi intensive, à l’époque musulmane. La plus grande mine était celle de Ma’din Benǧhïr, près de Kābul dans l’Afġanistan. Il y en avait d’autres dans le Siǧistān et dans les montagnes situées entre la vallée du Kābul et celle de l’Indus. Yāqūt à décrit la ville minière, qui était bâtie sur une colline et habitée par 10 000 mineurs ; la montagne était trouée par les puits de descente d’où partaient d’étroits boyaux ; les hommes y travaillaient à la lueur des torches. Idrïsï nous vante l’habileté de ces mineurs dans l’exploitation des filons et celle des ouvriers qui procédaient à la fonte du métal288. Un auteur syriaque, Agapius de Manbiǧ, mentionne aussi, au xe siècle, une ville du Hurāsān proche d’une montagne d’argent, où 30 000 ouvriers persans, qui se révoltèrent sous al-Mansūr, travaillaient à l’extraction et à l’épuration du métal289. A l’entrée du Mā warā’ an-Nahr, une taxe était levée au passage de l’Oxus (Amu-Darya) et, selon Muqqadasï, dans la seconde moitié du xe siècle, les voyageurs étaient fouillés rigoureusement « parce que les lingots d’argent qu’on porte à Buẖārā font l’objet d’un commerce important »290.

27. Les mines d’argent d’Asie centrale

  • 291 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 221.
  • 292 Trad. Jaubert, II, p. 342.

194Un autre point d’extraction était la mine du Šāš (Ma’din aš-Šāš) en Asie centrale, au delà du Iaxarte, au nord-ouest du FarĠāna291. A l’est du Hurāsān, écrit Idrïsï, « il existe une mine d’argent des plus abondantes et des plus riches ; on dit que le minerai brut produit un quart d’argent pur ; on en extrait des quantités considérables. Les marchands du Šāš s’y rendent avec des objets d’échange, achètent beaucoup de ce métal et le transportent ensuite de tous côtés »292.

195L’usage est de frapper la monnaie près de la mine. Des monnaies d’argent sont frappées à Pandjhir (Ma’din Benǧhīr) par le Ṣaffāride Ya’qūb b. al-Layth, en 873 et 874 ; d’autres sont au nom du calife abbasside Hārūn ar-Rašīd, datées de 805 et portant l’indication de l’atelier monétaire : Ma’din aš-Šāš. On frappe aussi, comme à Siǧilmāsa et à Wargla pour l’or, dans la ville où le métal est apporté par caravanes : de nombreux dirhems portant son nom attestent que Buẖārā possédait un important atelier monétaire. Sous al-Ma’mūn (813-833), ces régions à l’est du Hurāsān furent imposées chaque année pour 3 000 lingots d’argent. Il n’est pas douteux que cette zone argentifère ait été fort importante pour le monde musulman.

  • 293 M. Dekówna, « L’état des recherches sur l’exploitation des mines d’argent et sur la crise d’argent (...)

196Les anciens gisements d’argent d’Asie centrale ont été reconnus de nos jours. Un article récent a regroupé et présenté les résultats des recherches archéologiques menées par des savants soviétiques sur l’exploitation des mines d’argent en Asie centrale293. Il distingue quatre principaux centres d’extraction : en Afġanistan, dans la région de l’Ilak, dans la vallée de la rivière Angren, dans la vallée orientale du Talas et dans les monts du Pamir. D’après les fouilles et les observations faites sur place, les gisements de l’Ilak, déjà exploités à l’âge du Bronze, virent une nette augmentation de l’extraction à la fin du vie et au viie siècle. Sous le règne des sāssānides, la vallée de l’Angren fut le deuxième centre argentifère d’Asie centrale, après le bassin afghan, puis l’activité de ces mines baissa vers la fin du xe siècle, sans doute à cause de leur épuisement. La belle époque de l’exploitation et du développement des villes, centres de travail des métaux, se place à l’époque musulmane, aux ixe-xe siècles.

197C’est aussi le cas pour le centre minier de la vallée du Talas : argent, plomb et or. Mais l’extraction s’y développe plus tardivement et elle est particulièrement intensive au xie siècle, époque où elle s’amenuise dans l’Ilak, pour baisser à son tour au xiie siècle. La période qui va du ixe au xie siècle est celle de l’épanouissement, lié à la métallurgie, des agglomérations voisines.

198Les premiers résultats des recherches dans les gisements du Pamir — nous manquons d’informations sur le bassin argentifère du territoire afghan — ont donné des résultats analogues : l’exploitation y eut son plus grand essor aux ixe-xie siècles pour péricliter ensuite. La crise de l’argent en Asie centrale n’est pas due à la pénurie du minerai — les ressources étaient encore considérables — mais à l’abandon de l’exploitation due aux transformations économiques et aux événements politiques en Asie centrale à partir du xe siècle. L’arrêt des exportations d’argent, désormais réservé à la frappe de la monnaie, ne suffit pas et on dut affaiblir le titre des pièces d’argent et émettre des monnaies d’or.

Caucase et Oural

  • 294 Yāqūt, i, p. 409.
  • 295 « Bien que Mahomet-Mahadi [775-785 ap. J. -C.] augmentât encore les impôts, néanmoins le pays, à ca (...)

199Dans le Caucase, les mines d’Aẖtala produisaient 3 000 kilogrammes d’argent par an. L’Azerbaïdjan avait à Ahriǧ, sous les sāssānides, un atelier monétaire qu’alimentaient les montagnes voisines fort riches en minerai d’argent294. De nos jours, la région du lac Urmia recèle beaucoup de plomb argentifère. En Arménie du Nord, près de Sper, on découvrit de nouvelles mines d’argent à la fin du viiie siècle295.

  • 296 Trad. Jaubert, II, p. 404.

200Idrīsī mentionne encore les mines de l’Oural : « Dans le pays des Hazars, il existe une chaîne de montagnes qui s’étend du nord au sud (l’Oural) et où se trouvent des mines d’argent et des mines de plomb. Ces métaux sont de qualité supérieure et on en exporte en grande quantité dans les pays les plus lointains »296.

201Toute cette bande argentifère d’Arménie, du Caucase et de l’Oural prolonge la zone argentifère de l’Asie centrale, et du bord septentrional du plateau iranien.

La région du Taurus cilicien

  • 297 Le udūd al-’Ālam, à la fin du xe siècle, y mentionne des mines d’argent. Trad. Minorsky, p. 59.

202La région minière s’étend au delà des portes ciliciennes sur le versant septentrional du Bulġār daġ à Bulġār ma’din. Elle se prolonge à Chypre297. Dans l’Antiquité, la production d’argent était exportée vers l’Égypte pharaonique qui en était dépourvue et l’appréciait particulièrement. Les auteurs musulmans parlent des mines d’argent de Lu’lu’a : ce sont les mêmes. Luluon était une forteresse élevée par les califes abbassides contre les invasions des Byzantins, car dans cette zone-frontière située entre le califat et l’Empire, les razzias et les dévastations étaient périodiques. Aussi ces mines ne recommencèrent-elles à fournir d’importantes ressources en argent que lorsque les Turcs furent maîtres de toute l’Asie Mineure et que la région de Bulġār ma’din se trouva loin de la frontière.

203L’Espagne à l’extrême ouest, l’Asie centrale et le nord de l’Iran à l’extrême est approvisionnent donc les ateliers du monde musulman qui frappent les dirhems. La première fournit l’Occident msulman, la seconde ravitaille l’Orient musulman et les pays du Moyen Orient. A la limite de la desserte, la Syrie reçoit l’argent iranien aussi bien que celui d’Espagne. Parmi les causes de la décadence de l’Égypte fāṭimide la coupure des routes de l’argent iranien par les Turcs salǧūqīdes, au xie siècle, figure à côté de la rupture de contact avec l’Eldorado soudanais.

6. LES TECHNIQUES ET LES PRODUITS NECESSAIRES AU TRAVAIL DES METAUX

204Au point de vue des techniques le monde musulman héritait de traditions antiques et éprouvées, des méthodes des ouvriers du bronze et du cuivre du Proche-Orient, célèbres depuis les temps bibliques, de l’expérience et de l’outillage des mineurs et des fondeurs de la Bétique romaine : lampe frontale, étayage et boisement des galeries, épuisement de l’eau par la vis d’Archimède et la roue à godets, chauffage des fours bas au charbon de bois et soufflerie par outres de cuir manœuvrées à bras.

  • 298 Voir supra, p. 166.

205Le manque de bois limita à quelques centres secondaires la production du fer et empêcha probablement, comme nous l’avons dit, la diffusion dans le monde musulman du procédé de l’acier au creuset connu en Inde et en Chine. Il faut signaler néanmoins quelques produits spécialisés qui témoignent de la haute technicité des artisans musulmans : d’une part les grandes portes de villes et de palais ou de mosquées, parfois en bronze mais aussi en fer, en métal massif, à vantaux formés de plaques ou ornés de ferrements, dont on trouve des exemples depuis l’Iran jusqu’à Siǧilmāsa et qui furent imitées en Occident, notamment en Italie méridionale ; d’autre part la technique de la damasquinure ou incrustation d’un fil d’or ou d’argent sur fer, acier ou cuivre, que les ateliers syriens portèrent à une rare perfection298. Cette technique, déjà connue à Byzance et dans la steppe, se perfectionna à Damas où, grâce à la proximité du fer du Liban et des eaux du Barada, la technique de la trempe était connue de longue date. De là, la « damasquinure » se répandit jusqu’en Espagne musulmane, où le centre palatin de Cordoue cherchait à imiter les splendeurs syriennes. A Tolède, les mêmes conditions qu’à Damas se trouvèrent rassemblées grâce à la proximité des mines de fer et des eaux du Tage. Il est probable aussi que les armuriers musulmans jouèrent un rôle dans le transfert de la cotte de mailles qui n’apparaît à l’ouest qu’à la fin de l’époque carolingienne.

  • 299 « Suivant l’ancien usage égyptien, les petits objets en métal de la période Fātimite étaient presqu (...)
  • 300 Cf. Encyclopédie de l’Islam, s. v. dhahab, i, pp. 979-980 ; et surtout Migeon, Manuel d’Art musulma (...)

206Toutes les techniques de l’orfèvrerie étaient également pratiquées dans les ateliers palatins et urbains du monde musulman : soudure, alliage, coulée du métal299, ajourage, repoussé, gravure, ciselure, teinture de l’or par adjonction d’acides, argent niellé et doré300. Mentionnons encore l’emploi des fils d’or dans la fabrication des tissus et l’usage de la poudre d’or pour les manuscrits.

207Nous envisagerons maintenant quelques produits annexes nécessaires au travail des métaux en commençant par celui qui fut de loin le plus important.

a) Le mercure et l’emploi généralisé de l’amalgame

  • 301 Agatharchide, cité par Diodore de Sicile, iii, 13 ; v. supra, p. 204, n. 4.

208Le procédé au mercure dans le traitement du minerai d’or est connu dès l’époque hellénistique301. Il s’est développé et considérablement étendu à l’époque musulmane. Il permettait l’exploitaton de gisements ou de mines tout à fait inexploitables autrement. Son emploi équivalait à la mise en service de mines plus nombreuses, s’il élevait peut-être le coût de la production. Amalgame, amalgama dans le latin des alchimistes, vient du mot grec altéré malagma par l’intermédiaire de l’arabe al-maǧma’ « réunion » ou ‘amal-al-ǧam’ « opération de réunion ». Le mot a donné almagama en espagnol, langue où le nom du mercure : azogue dérive aussi d’un terme arabe : az-zāw’ūq.

  • 302 Trad. Jaubert, I, pp. 66-67 ; v. le texte cité p. 202, n. 4.

209A propos des mines d’or d’Afrique occidentale, Idrïsï rapporte ainsi les caractéristiques de la technique de l’amalgame : « Les habitants réunissent leurs fragments d’or, les mêlent avec du mercure, mettent le mélange en fusion au moyen d’un feu de charbon de bois, en sorte que le mercure s’évapore et qu’il ne reste que le corps de l’or fondu et pur ». Il ajoute qu’en Nubie et en Éthiopie le métal était fondu après lavage sans qu’on ait besoin d’avoir recours à ce procédé302. Ce traitement n’est pas mentionné non plus en Nubie dans l’Antiquité.

210Le mercure servait en outre à la dorure et à l’argenture. Par amalgame on obtenait une combinaison liquide, facile à étendre sur la surface à recouvrir. Puis, en chauffant, on obtenait la décomposition de l’amalgame : le mercure se dégageait et le métal restait seul.

  • 303 « On exporte de la Turdétanie... du cinabre qui vaut pour la qualité la terre de Sinope », Strabon,(...)

211Almaden « del Azogue » (Ma’din az-Zā’wūq, Fahṣ al-Ballūt’) ou Almaden (de l’arabe al-ma’dan « la mine ») est situé à 125 kilomètres au nord de Cordoue, dans la sierra de Almaden, dans l’actuelle province de Ciudad Real. Le cinabre, sulfure de mercure d’où l’on obtient par sublimation le mercure, était exploité par les Romains à la grande mine de Sisapo, la seule connue des Anciens. Le cinabre ou minium était utilisé comme colorant303. La mine fut d’abord sous le contrôle de l’État et exploitée par une société de publicains chargée d’extraire et de transporter à Rome le minerai en blocs estampillés. Un monopole d’État (vectigal populi romani) fut ensuite établi. On en importait à Rome, où il était raffiné, 10 000 livres par an, soit 3 tonnes et demie (au xixe siècle, la production atteignait 1 200 tonnes).

  • 304 Trad. Dozy, p. 265, Sur les mines de mercure en Espagne, à Almaden et dans ses environs, voir aussi (...)

212Interrompue à l’époque wisigothique, l’extraction reprend après la conquête musulmane, pour les besoins du traitement de l’or ; non seulement à Almaden, mais à Mestanza et plus près de Cordoue, à Abāl (Obel). « Au nord de Cordoue, à une journée de distance..., écrit Idrïsï, sont situées des mines de mercure d’où l’on extrait ce métal, ainsi que le cinabre, destinés à être exportés dans toutes les parties du monde. L’exploitation se fait au moyen de plus de 1 000 ouvriers dont les uns descendent dans les puits et travaillent à l’extraction du minerai. Les autres sont employés au transport du bois nécessaire pour la combustion du minerai. D’autres à la fabrication des vases où l’on fond et où l’on sublime le mercure et, enfin, d’autres au service des fours. J’ai visité moi-même ces mines et j’ai été informé que leur profondeur à partir de la surface du sol jusqu’au point le plus bas est de plus de 250 brasses (environ 120 mètres de profondeur) »304.

  • 305 Au xvie siècle, le mercure d’Espagne joua un grand rôle dans le traitement des minerais d’or et d’a (...)
  • 306 Mas’ūdī, Prairies d’or, I, ch. 16, p. 367.
  • 307 Trad. Wiet, pp. 95 et 113.
  • 308 H. Munier et G. Wiet, Précis de l’histoire d’Égypte. II. L’Égypte byzantine et musulmane, Le Caire, (...)
  • 309 Chau Ju-Kua, loc. cit., p. 134. V. aussi p. 16, n. 1.
  • 310 Trad. Jaubert, II, p. 224.
  • 311 Il s’agit probablement d’alluvions aurifères apportées par l’érosion fluviale. Les auteurs musulman (...)

213L’Espagne reste le grand centre de production pendant tout le Moyen Age305. Elle travaille pour l’exportation lointaine. Mas’ūdï parle du mercure espagnol transporté jusque dans la terre des Noirs, le Bilād as-Sūdān306 ; des marchands berbères le fournissaient aux intermédiaires nègres, leurs correspondants sur les marchés de l’or du Sénégal et du Niger. Ibn Ḥawqal rapporte que le mercure espagnol figure parmi les produits du Maġrib, c’est-à-dire de « l’Occident », exportés vers les pays d’Orient, l’Égypte, la Syrie, la Mésopotamie et la Perse307. Sous Humarawai, fils d’Ibn Ṭūlūn, un grand bassin rempli de mercure était placé devant un pavillon de plaisance et une nacelle retenue par des cordelettes de soie y portait le lit de repos du souverain, que cette installation devait guérir de ses insomnies...308. Zhao Ru-gua (Chau Ju-Kua) signale, au xiiie siècle, l’importation, par les Persans, du mercure en Chine ; le mercure était connu comme un produit de « l’Empire des Da-shi (Ta-che) », c’est-à-dire de l’Empire abbasside309. Au xvie siècle, les navigateurs portugais trouvent dans les ports de la mer Rouge et du golfe Persique, à Ğudda, Aden, Hormuz, du mercure prêt à être exporté vers les pays de l’océan Indien. D’après Idrīsī310 le procédé au mercure était employé sur toutes les côtes du pays de Kimakié, quelque part en Extrême Orient : « La mer, au moment des tempêtes, dépose de l’or311. Les Turcs riverains vont à la recherche de ce métal dans des lieux connus d’eux. Ils l’extraient et le ramassent selon l’usage, le lavent ensuite à grande eau, puis mêlent les parcelles d’or avec du mercure, mettent le tout en fusion dans de la bouse de vache et en recueillent des quantités considérables. Le roi prend ce qui lui est dû, achète ce qu’on veut lui vendre, et le reste passe dans le commerce ». Allusion probable à la technique des orfèvres chinois.

214Au xiie siècle, seules les régions aurifères de l’Afrique orientale, comme le remarque Idrīsī, n’employaient pas encore le mercure pour extraire l’or du minerai ; dans ces pays sauvages, les techniques du monde civilisé n’avaient pas encore pénétré.

  • 312 Bakūwī, trad. de Guignes, p. 443.
  • 313 Bakrī, Journ. Asiatique, XIII, p. 121. Voir sur la découverte de mercure natif près d’Arzeu en 1847 (...)
  • 314 Menahiǧ, éd. E. Fagnan, Extr., p. 49.
  • 315 Ibn awqal, éd. Wiet, pp. 295, 447, 468 et 492.

215Nous connaissons aussi l’existence de mines de mercure312 en Sicile et en Afrique du Nord : à Arzeu, au nord-est d’Oran313 et à Qala’at Huwwāra314. Il y en avait à Darabǧird dans le Fārs et dans le Farġāna, ainsi qu’à Ma’din Benǧhïr315. Mais la production de ces gisements n’avait que peu d’importance en comparaison de la production espagnole. Les mines de mercure d’Almaden sont, de nos jours encore, les plus célèbres et les plus riches d’Europe.

216Détenteurs du monopole du mercure, les Musulmans sont maîtres de la technique de l’or ; le vocabulaire en témoigne : les termes espagnols d’amalgama, azogue, batea, empruntés à l’arabe, et leurs correspondants français : amalgame et batée. La bâtée est un récipient de terre, de verre ou de bois de forme conique qui sert à laver les sables aurifères. Les Musulmans restent, du viie au xie siècle, les maîtres de l’or, non seulement par les importantes réserves qu’ils remettent en circulation, mais aussi grâce à toutes les grandes mines d’or du monde dont ils drainent la production. C’est, à l’échelle des ressources en métal précieux d’alors — échelle infiniment moins grande que de nos jours —, ce que serait aujourd’hui une Amérique qui posséderait non seulement les plus gros stocks d’or de la terre, mais qui contrôlerait aussi, en plus de ses propres richesses minières, toutes les ressources d’or neuf de l’Afrique australe, de l’Australie et de l’URSS. Les conséquences de cette maîtrise, d’ordre monétaire, économique et social, touchent non seulement le monde musulman, mais aussi les domaines économiques voisins ; car l’or musulman, s’échappant du premier va irriguer l’économie de ceux-ci.

b) Les produits utilisés pour la fonte et l’alliage

217Un certain nombre de produits étaient, en outre, nécessaires au travail des métaux, surtout au stade de la fusion, où ils jouaient le rôle de fondant ou de purificateur, mais également lors des opérations de finissage, pour l’étamage, le décapage, le polissage ou l’aiguisage des objets de métal travaillé.

  • 316 Dioscoride, v, 129 ; Pline, Hist. nat., xxxi, 46.
  • 317 M. Berthelot, La chimie au Moyen Age, Paris, 1893, II, p. 164.
  • 318 Qazwīnī, éd. Wüstenfeld, II, p. 212.
  • 319 Ibn al-Bayār, trad. Leclerc, nos 381 et 2 016.

218Le borax a la vertu spécifique de rendre plus facile la fonte des métaux en les protégeant de l’oxydation et en abaissant le point de fusion des scories, gangues et impuretés des minerais. Ce sel de l’acide borique et de la soude était classé par les Anciens sous la dénomination de nitrum dans un groupe de sels316, mais ce n’est à vrai dire que depuis deux siècles environ que le terme de borax est limité à la substance que l’on désigne aujourd’hui sous ce nom317. Dans des usages voisins, qui ont favorisé la confusion, on trouve dans les textes relatifs à la métallurgie318 le natron, le tinkar importé de l’Inde, la chrysocolle, sel de cuivre, confondue avec le borax en raison de son emploi en orfèvrerie, alors qu’elle en diffère essentiellement, et le mystérieux « sable des orfèvres ».319

  • 320 Ibn Hurdābeh, trad. Schefer, pp. 60 et 62.
  • 321 On le nommait « sable de la Mekke ». Il était utilisé en Perse. Nāīr-i-Husraw, trad. Schefer, pp. (...)
  • 322 Pap. méd. copte, p. 69, form. vii, et p. 89, form. xi ; Ibn awqal, trad. de Slane, p. 248 ; J. Lau (...)
  • 323 Qazwīnī, éd. Wüistenfeld, II, p. 212.
  • 324 Chau Ju-Kua, op. cit., p. 116.

219Le borax venait du « lac fétide », de la mer Morte320, et était aussi recueilli en Syrie, sous le nom de « sable des orfèvres », sur la route d’Acre à Haïfa, et, à la sortie de Césarée, sur la route de Ramleh321. On en trouvait également en Mysie intérieure, en Arménie à Varajanik, sur l’Euphrate, au nord-ouest du lac de Van, d’où il était porté en Syrie et, de là, en Égypte ; le borax arménien était considéré comme le meilleur322. On signale aussi le borax de Zerawend et du Kirmān, en Iran323. Un courant d’exportation se dessine à l’époque arabe vers la Chine par l’intermédiaire de Musulmans324.

  • 325 L’alun est un sulfate de potasse et d’alumine qu’on trouve sous forme de veines dans les roches éru (...)
  • 326 « Le cuivre est doré : on applique les feuilles d’or à l’aide d’un amalgame de pierre-ponce, d’alun (...)
  • 327 Hérodote, ii, 180 ; Pap. méd. copte, p. 134, form. xxxiv.
  • 328 Kitāb aš-šifā’, éd. Holmyard et Mandeville, II, p. 104.

220De l’alun325, qui servait, entre autres usages, de purificateur pour les métaux326, on distinguait trois sortes ; selon Hippocrate : le lamellax, l’alun de Mélos et celui d’Égypte, le plus estimé, exploité dès l’Antiquité pharaonique327 ; Pline et Dioscoride connaissent l’alun capillaire, l’alun globuleux, que l’on calcinait avant l’emploi, et l’alun liquide ; pour Avicenne, il existe toujours trois sortes d’alun ; l’alun fossile du Yémen, l’alun en boules et l’alun humide328.

  • 329 Ibn Sa’īd Ġarnaṭī, éd. E. Fagnan, Extraits inédits relatifs au Maghreb, p. 19 ; Marmol, ap. Léon l’ (...)
  • 330 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 396.
  • 331 Ibn Sa’īd, ap. Léon l’Africain, xi, app. p. 385.
  • 332 Bakrī, trad. de Slane, Journ. Asiat., XII, p. 450.
  • 333 Rāzī, cf. J. Ruska, Das Buch der Alaune und Sālze, Berlin, 1935 ; Ibn Hurdābeh, éd. de Goeje, 134/ (...)
  • 334 Yāqūt, in : M. Amari, BAS, pp. 106 et suiv.
  • 335 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 523 ; Yāqūt, éd. Wüstenfeld, II, pp. 332-333.

221Les lieux de production étaient, dans l’Antiquité, l’Égypte qui fournissait les meilleures qualités, l’Espagne, l’Afrique, la Sardaigne, les îles Lipari et le Stromboli et, en Orient, le Pont, l’Arménie, la Macédoine et l’île de Mélos. A l’époque arabe, on cite une mine dans le Sūs-al-aqṣä329, sur l’Océan, à Tafāwa330, une autre dans le nord du Sahara, près de Ġadāmes ; des mines dans les oasis égyptiennes, al-Waḥāt331, al-Farfarūn (l’ancienne Porphyrion)332 ; d’autres dans le Yémen333 ; les mines de Sicile334 ; la source de Kabla en Espagne, près de Séville335 ; en Asie Mineure, la célèbre mine de Phocée, qui fut plus tard concédée par Byzance aux marchands génois, et la mine de Kara-Nissar dans le nord-est de l’Anatolie.

  • 336 C’est ainsi que dans la technique du damasquinage on recouvrait d’une composition bitumineuse noire (...)
  • 337 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 521 ; G. Le Strange. Lands, pp. 487-488 ; v. v. Barthold, Turkestan, p (...)
  • 338 « Il y a des mines de poix, des fontaines de naphte, dont on tire par jour plus de deux cents charg (...)
  • 339 Iṣṭa, éd. de Goeje, p. 154 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, pp. 422, 428 et 442.
  • 340 Ibn Hawqal, trad. Wiet, pp. 182 et 492.
  • 341 Ibn Ğubayr, trad. C. Schiaparelli, pp. 218 et 222-223 ; Ibn Baṭṭūa, trad. Defrémery, II, pp. 105-1 (...)

222Le bitume asphalte ou poix, sous ses formes diverses, est un dérivé du pétrole, une substance organique fossile. Il est utilisé lors de la fusion en métallurgie336. On en trouvait dans le FarĠāna337, à Bakou338, dans le Fārs, où il portait le nom de mūmiyā339. Le bitume de Judée était réputé ; des sources bitumineuses se trouvaient en Haute Mésopotamie, le long du mont Barma340, entre Kūfa et Baṣra, également sur la route de Takrït à Mossoul (al-Kayyāra), où, dans des terrains noirâtres, des réservoirs avaient été creusés ou se rassemblait la poix visqueuse et fumante ; on allumait du feu à la surface pour la dessécher ; elle était ensuite coupée en morceaux et exportée, en particulier par la Syrie et Akka (Acre)341.

  • 342 Voir références supra, p. 185, n. 4.
  • 343 Rāzī, op. cit.
  • 344 Nāir-i-Husraw, trad. Schefer, pp. 9-10.
  • 345 « Je ne connaissais aucune province de l’empire musulman où l’on trouvât du sel ammoniac, en dehors (...)
  • 346 « De ces mêmes régions [montagnes du Farġāna] et du territoire des Turcs on reçoit du sel ammoniac (...)
  • 347 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 468 ; Iṣṭa,, éd. de Goeje, pp. 327 et 381.
  • 348 «... Dans le massif du Buttam... on trouve des gisements d’or, d’argent, de vitriol et du sel ammon (...)

223Le sel ammoniac était utilisé pour le décapage, l’étamage et la soudure des métaux. En Occident, il était produit en grandes quantités sur les flancs de l’Etna, d’où il était exporté vers les grands centres du travail des métaux, particulièrement en Espagne342. On l’extrayait aussi en Égypte343 et en Cyrénaïque ; c’est de l’oasis d’Ammon (Siwa, Santariya) qu’il tira son nom. En Iran, il était extrait, avec le soufre, d’un cratère naturel, dans le Levassan, sur le mont Demavend, entre Rayy et Amol : on en remplissait des peaux de bœuf, qui étaient roulées jusqu’au bas de la montagne, parce qu’il n’y avait pas de chemin344. Il était également produit en Asie centrale, dans le FarĠāna345, le Turkestan346, le Buttam347, le Hurāsān, le Mā warā’ an-Nahr, grand centre métallurgique du cuivre, entre Buẖārā et Samarqand348.Le sel ammoniac était absolument indispensable pour étamer. On étamait souvent les récipients de fer ou de cuivre pour éviter la rouille et le vert-de-gris.

  • 349 Dioscoride, v, 104 ; Pap. méd. copte, p. 89, form. xi, et p. 226, form, CVII.

224La chrysocolle (silicate basique de cuivre hydraté), employée comme fondant en orfèvrerie pour la soudure de l’or, venait d’Egypte ou d’Arménie, où elle était recueillie dans les mines d’or, d’argent et de cuivre349.

  • 350 R. J. Forbes, loc. cit., p. 163 et carte p. 168.
  • 351 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 519 ; Menaliiǧ, trad. Fagnan, p. 65. V. aussi Ya’qūbī, trad. Wiet, p. (...)

225L’antimoine et l’arsenic sont chimiquement des métalloïdes. Leurs minerais (stibine, orpiment, réalgar) sont si semblables à celui du plomb (galène) qu’ils ont été souvent confondus avec lui. On les connaissait dès l’Antiquité, mais on ne les préparait pas sur une large échelle. L’arsenic entrait, en faible quantité, dans la fabrication de la toutenague (persan tūtiyanak, littéralement « semblable à la tutie »), alliage blanc avec lequel on fabrique en Orient des ustensiles de ménage. L’antimoine, facile à pulvériser, se mêle facilement au cuivre, au plomb et à l’étain, dont il augmente la dureté si le pourcentage est limité. Mais quand on trouve de l’antimoine dans les premiers alliages de bronze on doit les attribuer aux impuretés naturelles du minerai, non à une addition intentionnelle pendant la fonte du cuivre350. A l’époque musulmane on trouvait l’antimoine en Espagne, en Afrique du Nord, en Sicile, et près d’Ifahān. Il servait à la préparation des couleurs, mais surtout à la fabrication des collyres et des fards (kohol). Pour cet usage, le meilleur était celui de Tortosa, qui ne le cédait pas à celui d’Iṣfahān351.

  • 352 Ibn Hurdābeh, trad. de Goeje, pp. 43 et 51 ; Merveilles de l’Inde, p. 180 ; Abū ālih, éd. et trad (...)
  • 353 V. la miniature du Psautier d’Utrecht (ixe siècle) reprod. par E. Salin, op. cit., III, Les techniq (...)
  • 354 Maqqarī, Analectes, I, 91 ; H. Pérès, La poésie andalouse en arabe classique, Paris, 1937, p. 289. (...)

226Pour le polissage des métaux, comme pour celui du cristal de roche et des pierres précieuses, on employait la poudre d’émeri de Nubie ou de Ceylan352. Pour finir les lames on les passait à la meule353 ; puis on les frayait à l’émeri pour enlever les traits de la meule et, enfin, on les fourbissait. Pour polir des dorures on se servait d’hématites (aǧar aš-šādina)354. Pour le nettoyage de l’argenterie on utilisait une argile rougeâtre ou « rouge indien » (al-maqraf, esp. almagra).

  • 355 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 98 ; Abū l-Fidā, trad. Reinaud, II, 1, p. 119. Nāir i-Husraw signale (...)
  • 356 Yāqūt, éd. Wüstenfeld, I, p. 631 ; G. Le Strange, The Lands, p. 423. Cf. l’argile à creuset du Cond (...)

227Les pierres à aiguiser (mišad) venaient d’une montagne voisine de Yambo, près de Médine, et du désert arabique. Elles étaient exportées partout355. Enfin, pour être tout à fait complet, il faut signaler que le Ğabal al-Bisri, dans le désert de Syrie, fournissait une argile réfractaire, qui convenait particulièrement à la fabrication des creusets à l’intérieur desquels s’opérait la fonte du fer356.

*

  • 357 Vers 1110 à Limoges, vers 1140 dans la Meuse.

228On le voit par le bref tableau esquissé ci-dessus, les artisans musulmans avaient à leur disposition une gamme très étendue de techniques qu’ils avaient amenées à un haut degré de perfection. Il n’est guère qu’un seul procédé qui ait été inventé au Moyen Age en dehors de leur domaine : le champlevé, qui consiste à couler l’émail dans les creux préalablement évidés dans le métal et qui fit la renommée de Limoges et des pays mosans et rhénans357.

Notes

1 H. Lammens, « Les Ahābīs et l’organisation militaire de la Mecque au siècle de l’hégire », Journal Asiatique, 11e série, VIII, juil. -déc. 1916, pp. 425-482.

2 Cf. J. de Hammer-Purgstall, « Sur les lames des orientaux », ibid., 5e série, III, janv. -juin 1854, pp. 66-80.

3 M. Lombard, « Un problème cartographié. Le bois dans la Méditerranée musulmane (viie-xie siècles) », Annales ESC, 1959, pp. 234-254.

4 Il a été étudié dans le Moyen-Atlas, au sud de Demnat, par A. Paris et F. Ferriol, « L’industrie du fer chez les Berbères du Maroc. Hauts fourneaux berbères des Aīt Chitachen », Hespéris, II, 1922, pp. 339-345 et le schéma du haut fourneau reproduit fig. VI.

5 « On rencontre aussi chez nous... des mines d’argent, d’or, de cuivre, de fer, d’étain, de plomb... », Lettre de Hasdaī Ben Šafrūt au roi des Hazars, publ. par E. Carmoly, Itinéraires de la Terre Sainte, du xiiie au xviie siècle, traduits de l’hébreu, Bruxelles, 1847, p. 36 ; Ibn awqal, trad. J. H. Kramers et G. Wiet, Configuration de la terre, I, p. 113.

6 Pline, Hist. nat., iii, 30 ; iv, 112 ; xxxiv, 149 ; Strabon, iii, 2, 4, 6, 8 ; Martial, iv, 55 ; xii, 18 ; Justin, xliv, 3 ; Solin, xxiii, 2. Voir supra,p. 13.

7 « Il y a aussi dans [le pays d’] Elvira des gisements de minerais précieux comme l’or et l’argent et aussi du cuivre, du fer, du plomb et de la tutie (calamine) », Ibn ‘Abd al-Mun’im al-imyarī, Kitāb ar-raw al-mi’ār... éd. et trad. E. Lévi-Provençal, La péninsule ibérique au Moyen Age, Leyde, 1938, P. 31.

8 R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique, Paris, 1940 (Bibl. des Éc. fr. d’Athènes et de Rome, fasc. 149), p. 250.

9 Murcie était très renommée pour ses cotes de mailles, ses cuirasses et toutes sortes d’armures de fer incrustées d’or. Ibn Sa’id, cit. Ch. Davillier, Recherches sur l’orfèvrerie en Espagne au Moyen Age et à la Renaissance, Paris, 1879, p. 16 ; v. aussi H. Pérès, La Poésie andalouse en arabe classique au XIe siècle, Paris, 1937, p. 202 et p. 352.

10 Moro Rasis, trad. E. Lévi-Provençal, dans Al-Andalus, XVIII, 1953, § 15 sq. ; kuwī, trad. J. de Guignes in : Notices et extraits des manuscrits de la bibliothèque du Roi, II, 1789, p. 507

11 Idrīsī, Nuzhat al-muštāq-fitirāq al-āfāq, trad. part, par R. Dozy et M. J. de Goeje, Description de l’Afrique et de l’Espagne par Edrisi..., Leyde, 1886, p. 240 ; Raw al-mi’ār, éd. et trad. Lévi-Provençal, p. 222 ; Al-Marrākušī, trad. Fagnan, Revue Africaine, 37, 1893, p. 237.

12 « On y [à Huesca] fabrique des cottes de mailles, des épées et des ustensiles de cuivre et de fer », Anonyme d’Alméria (xie siècle) éd. R. Basset in : Homenaje à Francisco Codera, Saragosse, 1904, p. 644.

13 Ibn Fal Allāh al-’Umarī, Masälik al-abār fī mamālik al-amār, trad. M. Gaudefroy-Demombynes, Voyages des yeux dans les royaumes des différentes contrées. L’Afrique (moins l’Égypte), Paris, 1927, p. 241.

14 Cit. C. Davillier, op. cit., p. 16.

15 A Salṭīš : « On y travaille le fer, sorte d’industrie à laquelle on répugne ailleurs de se livrer parce que le fer est d’un travail difficile, mais qui est très commun dans les ports de mer, dans les lieux où mouillent les grands et lourds bâtiments de transport. Les Madjous [Normands] se sont emparés à plusieurs reprises de cette île... », Idrīsī, trad. Dozy, p. 216 ; « Elle forme une agglomération dense, sans espace vide entre les constructions. Il s’y trouve un atelier pour la métallurgie du fer, travail difficile auquel ne se livrent pas les gens de l’intérieur du pays et dans quoi se spécialisent les habitants des ports fréquentés par les navires... Son port... est pourvu d’un chantier où l’on construit les navires », Rawd al-mi’ṭār, éd. et trad. Lévi-Provençal, pp. 135-136.

16 Moro Rasis, loc. cit., trad. Lévi-Provençal, c. 43, p. 83 ; Idrīsī, trad. Dozy, pp. 207-256.

17 Moro Rasis, loc. cit. ; Yāqūt, Mu’ǧam al-buldān, éd. F. Wüstenfeld, Geographisches Wörterbuch aus den Handschriften zu Berlin, Sanct-Petersburg und Paris, Leipzig, 1866-1873, III, pp. 889-890 ; Idrīsī, trad. Dozy, pp. 207-254 ; cf. E. Lévi-Provençal, L’Espagne musulmane au xe siècle, Paris, 1932, p. 176.

18 Yāqūt, éd. Wiistenfeld, II, p. 332, et IV, p. 346 ; Raw al-mi’ār, loc. cit., p. 203.

19 ‘Aǧā’ib, in : E. Fagnan, Extraits inédits relatifs au Maghreb, p. 35 ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 229 ; Raw al-mi’ṭār, éd. et trad. Lévi-Provençal, p. 160.

20 En 965, al-Ḥakam II envoie en présent à Don Sanche, roi de Léon, des produits de cette manufacture. Il reçoit, en 961, de son ḥāǧib Ğa’far aṣ-Ṣaqlabi, entre autres cadeaux, 320 cottes de mailles, 300 heaumes d’acier, 300 piques catalanes, des épées, des lances, des boucliers et des casques. Maqqarī, trad. P. de Gayangos, The History of the Mohammedan Dynasties in Spain, Londres, 1840-1843, II, p. 158.

21 S. Gsell, « Vieilles exploitations minières dans l’Afrique du Nord », Hespéries, VIII, 1928, pp. 11-15

22 Ya’qūbī, Kitāb al-buldān, trad. G. Wiet, Les pays, Le Caire, 1937, p. 211 ; Ibn awqal, trad. Wiet, I, p. 81 ; BĀkuwī, trad. de Guignes, p. 455.

23 Idrīsī, trad. Dozy, p. 137.

24 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 72 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 226 ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 136 ; Abū l-Fidā’, Taqwīm al-buldān, trad. M. Reinaud et S. Guyard, La géographie d’Aboulféda, Paris, 1848-1883, II, p. 194 (d’après Ibn Sa’īd).

25 Bakrī, Kitāb al-masālik wal-mamālik, trad. G. de Slane, « Description de l’Afrique septentrionale... », Journal Asiatique, 5e série, t. XII, p. 498 ; t. XIII, p. 149 ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 105.

26 Voyages dans plusieurs provinces de la Barbarie, trad. française, La Haye, 1743, t. I, p. 306 ; v. aussi p. 112.

27 Léon l’Africain, nouv. éd. de la trad. de J. Temporal par Ch. Schefer, Description de l’Afrique..., Paris, 1896-1898, III, pp. 189-190.

28 Aujourd’hui Calā à une trentaine de kilomètres au sud-est de Mostaganem, Bakrī, trad. de Slane, XIII, p. 120 ; Menahiǧ al-fikr, trad. E. Fagnan, Extraits inédits relatifs au Maghreb, Alger, 1924, p. 49.

29 Bakrī, ibid., p. 121.

30 Léon l’Africain, III, p. 33.

31 Abd al-hid al-Marrākušī, trad. E. Fagnan, Histoire des Almohades, Revue Africaine, 37, 1893, p. 237 ; Léon l’Africain, (II, 319-320) parle des mines de fer.

32 Al-Marrākušī, loc. cit.

33 Au sud de Safi, au nord d’Essaouira. D. Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis..., éd. A. E. da Silva Dias, Lisbonne, 1905, t. I, chap. 19.

34 Léon l’Africain, I, p. 233 et p. 232, n. 1.

35 Léon l’Africain, I, p. 163.

36 Léon l’Africain, III, p. 239.

37 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 67 : « Un mur en pierre entoure la ville [Sfax] dont les portes sont revêtues d’épaisses lames de fer », Idrīsī, trad. Dozy, p. 125.

38 A Mahdiyya, chaque battant des deux portes de ville pesait 100 quintaux et comprenait trois épaisseurs de plaques de fer reliées entre elles par de gros clous rivés au feu dont chacun pesait six livres. Elles avaient été exécutées sur le modèle de celles de Rafiqa sur la rive gauche de l’Euphrate. Ibn awqal, trad. Wiet, p. 67 ; « La ville d’El-Mehdiyya a deux portes de fer, dans lesquelles on n’a pas fait entrer le moindre morceau de bois ; chaque porte pèse mille quintaux et a trente empans de hauteur ; chacun des clous dont elles sont garnies pèse six livres. Sur ces portes on a représenté plusieurs animaux. » Bakrī, trad. de Slane, XII, p. 485 ; Yāqūt, Mu’ǧam, IV, pp. 693-696.

39 ir-i-usraw, Safemāmè, trad. Ch. Schefer, Safer Nameh. Relation du voyage de Nassiri Khosrau en Syrie, en Palestine, en Égypte, en Arabie et en Perse pendant les années de l’Hégire 437-444 (1033-1042), Paris, 1881, p. 120, n. 1.

40 Yāqūt, Mu’gam al-buldān, éd. M. Amari, Biblioteca arabo-sicula, Leipzig, 1857, pp. 116-118 ; ‘Aǧaib al-Malūqāt, ibid., p. 139 ; kūwī, trad. de Guignes, p. 443.

41 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 122.

42 Dans l’énumération des neuf portes de Palerme, Ibn awqal cite « la porte des Noirs, vis-à-vis du marché des forgerons ; ensuite la porte de Fer, par laquelle on sort en direction du quartier des Juifs », ibid., p. 121 ; v. aussi p. 118.

43 Maqrīzī, Hia, I, p. 194.

44 Idrīsī, trad. Dozy, p. 52 ; Ibn Sa’īd, ap. Léon l’Africain, II, app., p. 384 ; Ibn al-Wardī, trad. de Guignes, p. 28.

45 Usāma Ibn Munqi, Kitāb al-i’tibār, trad. H. Derembourg, Un émir syrien..., Paris, 1895, p. 347.

46 J. Hammer-Purgstall, « Les lames des Orientaux », Journal Asiatique, 5e série, III, janv. -juin, 1854 p. 67.

47 Ibn Iyās, trad. G. Wiet, Journal d’un bourgeois du Caire, t. II, p. 173.

48 P. Casanova, Essai de reconstitution topographique de la ville d’al-Fustat ou Misr, Le Caire, 1916 (Mém. de l’Inst. d’Arch. Or. du Caire, XXXV), § xxxvi-xl.

49 sir-i-Huraw dit avoir vu à Miṣr une paire de ciseaux apportée de Tinnis et qui valait 5 dinars magrébins : « Ils s’ouvraient lorsque l’on poussait en haut le ressort et ils coupaient lorsqu’on le poussait en bas. » Ce genre de fabrication était en liaison avec l’industrie textile du Delta. Trad. Schefer, p. 114.

50 Ya’qūbī, trad. Wiet, Les Pays, Le Caire, 1937, p. ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 59 ; Abū ālih, éd. et trad. B. Evetts, The churches and monasteries of Egypt and some neighbouring countries..., Oxford, 1895, p. 254.

51 H. I. Bell, Greek Papyri in the British Museum, Catalogue with texts vol. IV : The Aphrodito Papyri..., p. p. W. E. Crum, Londres, 1910, nos 1408 et 1435.

52 T. Frank, Economic Survey of Ancient Rome, IV, Syria, p. 157.

53 « Beīrout est dominée par une montagne où l’on trouve des mines de fer. Ce métal est susceptible de prendre une trempe excellente et on en débite beaucoup dans toute la Syrie », trad. Jaubert, I, p. 355. Au xixe siècle subsistaient quelques petits gisements traités dans les fours de la Biqā’ et utilisant pour combustible les forêts de chênes voisines.

54 Ibn Baṭṭūa, éd. et trad. C. Defrémery et B. R. Sanguinetti, Les voyages d’Ibn Batouta, Paris, 1855-1858 ; rééd. Monteil, 1969, t. I, p. 133.

55 Idrīsī, trad. Jaubert, II, p. 304 ; Dimašqī, trad. A. F. Mehren, Manuel de la Cosmographie du Moyen Age, Copenhague, 1874, p. 214. En 964, les Qarmates obtiennent des Hamḏanides d’Alep la fourniture du fer indispensable à leur armement avant une expédition en Syrie. G. Wiet, Précis de l’histoire d Égypte, Paris, 1932, p. 175. En 1279, un négociant de Laīas expédie un chargement de fer extimé à 2 500 dirhems. Le sultan d’Égypte impose au roi d’Arménie un tribut de 10 000 fers de chevaux chaque année, Arch. de l’Orient latin, I, p. 498, n° x.

56 J. Hammer-Purgstall, art. cit., p. 78.

57 Les sabres mūšrafi, les plus estimés de Syrie, étaient fabriqués à Mouta, sur la frontière sud de la Syrie. kuwī, trad. de Guignes, p. 461.

58 N. T. Belaiev, « Damascene steel », Journal of Iron and Steel Institute, 1918, I, pp. 417 et suiv ; « O bulatach i charaluche », Recueil d’études dédiées à la mémoire de N. P. Kondakov, Prague, 1926, pp. 179-182.

59 A. Zeki Validi-Bonn, « Die Schwerter der Germanen nach arabischen Berichten des 9. -11. Jahrhunderts », Zeitschrift der deutsch. Morgenländ. GeselIschaft, 90, 1936, pp. 20 et suiv.

60 J. Hammer-Purgstall, art. cit., p. 67 ; E. Rey, Les colonies franques de Syrie aux xiie et xiiie siècles, Paris, 1883, pp. 29-31.

61 Yāqūt, éd. Wüstenfeld, IV, p. 480.

62 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 145.

63 Chau Ju-Kua. His work on the Chinese and Arab trade in the twelth and thirteenth centuries, entitled Chu fan Chi, éd. et trad. F. Hirth et W. W. Rock-hill, 2e éd. Amsterdam, 1966, p. 137.

64 Pseudo-Moīse de Khoren, trad. A. Soukry, Géographie de Moīse de Khoren, Venise, 1882, pp. 40-41 et 42-44 ; Idrīsī, trad Jaubert, II, p. 172.

65 Yāqūt, éd. Wüstenfeld, I, p. 480, et IV, p. 92 ; F. W. Schwarzlose, Die Waffen der alten Araber aus ihren Dichtern dargestellt..., Leipzig, 1886, p. 136.

66 Pseudo-Denys de Tell-Mahré, éd. et trad. J. B. Chabot, Chronique de Denys de Tell-Mahré, Paris, 1895, p. 173.

67 Thomas de Margā, éd. et trad. E. A. W. Budge, The Book of Governors, being the Historia Monastica of Thomas, Bishop of Marga, A. D. 840, Londres, 1893, t. II, pp. 204 et 234 ; cf. J. Laurent, L’Arménie entre Byzance et l’Islam depuis la conquête arabe jusqu’en 886, Paris, 1919, pp. 41 et 49.

68 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 485.

69 Abū āmid al-Ġarnāī, Tuhfat al-albāb, éd. G. Ferrand, Journal Asiatique, t. 207, 1925, p. 116 ; R. Hennig., « Der nordeuropaīsche Pelzhandel in den älteren Perioden der Geschichte », Vierteljahrschrift für Sozialund Wirtschaftsgeschichte, 23, 1930, p. 18.

70 Mas’Ūdī, Prairies d’or, éd. et trad. C. Barbier de Meynard, t. II, ch. 17, pp. 39 et suiv.

71 AbŪ āmid al-Ġarnāī, loc. cit., pp. 84-85 et n. p. 257 ; C. Barbier de Meynard, Dict. géogr., hist. et litt. de la Perse..., Paris, 1861, p. 69 et n. 1 ; cf. N. Iakovlev, « Les Études sur le Caucase septentrional », Journal Asiatique, t. 209, 1926, p. 116.

72 Le mot arabe qui désigne la cotte de mailles zarad, persan zirah, vient du nom des Zireh Garān, spécialisés dans cette fabrication. Il a donné en espagnol : jacerina et dans l’Occident chrétien : jaseran, jazerenc ; cf. Dozy et Engelmann, Glossaire des mots esp. et portugais dérivés de l’arabe, Leyde-Paris, 1869, p. 289.

73 S. Julien, « Documents sur les T’ou-kiue », Journal Asiatique, 1864, p. 331 ; Chavannes, Doc. sur les T’ou-kiue occidentaux, Saint-Pétersbourg, 1903.

74 Cf. les nos 300 et 301 au musée Cernuschi et A. M. Tallgren, Zur Archāologie Eastis, Dorpat, 1922-1926, 2 vol., fig., pl. et cartes, et Z. Takacs, Coll. Tovostine..., Helsingfors, 1917, fig. et pl.

75 R. Grousset, Sur les traces du Bouddha, Paris, 1929, pp. 52 et suiv. Voir les peintures rapportées au musée de Berlin par M. von Le Coq et reprod. dans son ouvrage : Die buddhistiche Spätantike in Mittelasien.

76 H. A. R. Gibb, The Arab Conquests in Central Asia, 1923, p. 34.

77 G. Le Strange, The Lands of the Eastern Caliphate, Cambridge, 1905, pp-458-459.

78 Éd. de Goeje, p. 268.

79 G. Le Strange, op. cit., pp. 429-430.

80 Communication orale de M. A. Mazahéri.

81 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 325 ; E. Bretschneider, Medieval Researches from Eastern Asiatic Sources, Londres, 1888, t. II, p. 42 ; V. V. Barthold, Turkestan down to the Mongol Invasion, Oxford, 1928, p. 169.

82 « Il y a dans les montagnes de Kaboul des mines de fer très connues. Ce métal est d’une couleur grise, marbrée et devient très tranchant », Idrīsī, trad. Jaubert, I, p. 183 ; «... on en tire du fer... Les Turcs... portent en Chine... beaucoup d’armes et d’armures, telles que des cottes de mailles, des cuirasses, des boucliers et des javelots... », ibid., p. 499 ; v. aussi Ibn awqal, trad. Wiet, pp. 436 et 447 : « Il y a dans le pays des gisements de fer, dont l’exploitation est excédentaire et dépasse les demandes du commerce. »

83 kuwī, trad. de Guignes, p. 517 ; cf. G. Le Strange, op. cit., p. 487.

84 A. Zeki Validi-Bonn, « Schwerter », loc. cit., p. 21 : production de lingots d’acier damassé de forme ovoīde exportés vers le nord de l’Inde pour la fabrication d’épées.

85 Ibid., pp. 34-35.

86 « Tanbia’, principale ville du Bagargar a douze portes de fer... [Bakhwan] a des bazars où l’on fait toute sorte d’ouvrages en fer avec une rare perfection... ; la majeure partie des ouvrages en fer qu’on y fabrique est destinée pour le Tibet et pour la Chine... Djermac est une place forte... munie de quatre portes de fer. Il n’y a point, dans la ville, de bazar autre que celui où l’on fabrique les armes... Ce pays est celui des Turcs tibétains. Ses habitants entretiennent des relations avec ceux du Ferghanah, du Botm et avec les sujets du Khakan ; ils voyagent dans la majeure partie de ces contrées et ils y portent du fer, de l’argent, etc. », Idrīsī, trad. Jaubert, I, pp. 491-492.

87 A. Z. Validi-Bonn, « Schwerter », p. 33 ; E. Bretschneider, Mediaeval Researches, t. II, pp. 39-32.

88 A. Z. Validi-Bonn, « Schwerter », pp. 35-36.

89 Ibn Sa’īd, Bibl. nat. ms. arabe 2 234, fol. 77 v°.

90 Mas’ūdī, Prairies d’or, t. I, ch. x, pp. 242-243 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 47 ; kuwī, trad. de Guignes, p. 436.

91 Marco Polo, The Description of the World, éd. et trad. A. C. Moule et P. Pelliot, Londres, 1938, I, p. 118, c. 35.

92 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 443 ; Ibn awqal, trad. Wiet, pp. 294-295 ; Iṣṭa, Kitāb al masālik wa l-mamālik, éd. de Goeje, p. 155.

93 kuwī, trad. de Guignes, p. 442.

94 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 392 ; Qazwīnī, Āār al-bilād, éd. F. Wüstenfeld, al-Cazwini’s Kosmographie, t. II, Göttigen, 1849, p. 250. Les poètes persans mentionnent les cadenas isfahānī et alānī au xe et au xie siècle. Le musée de Mešed conserve plusieurs cadenas cylindriques fabriqués à Iṣfahān. Nous ne savons rien des cadenas alani ou du Caucase. Rappelons toutefois qu’on a retrouvé en Russie (à Bolgary, au confluent de la Volga et de la Kama) des cadenas plats en bronze de type fortement influencé par l’art des steppes et dont la technique serait chinoise. Ils sont en forme de quadrupèdes dont la queue recourbée pénétrant dans le cou forme la boucle du cadenas. Pour les ouvrir on introduisait dans la poitrine de l’animal une tige avec laquelle on repoussait le mécanisme de la queue qui formait fermeture. Des cadenas de ce type ont été découverts en Russie, à Rhodes, en Hongrie et en Roumanie. Cf. J. de Baye, Bull, de la Soc. des Antiquaires de France, 1899, pp. 156-160, figures.

95 Dans les lois des peuples barbares le meurtre d’un orfèvre ou d’un forgeron d’armes était puni d’un châtiment plus fort que celui de tout autre artisan. Cf. Lex Alamannorum a Hlotliario lnstituta, lib. ii, tit. 81, 7 : « Faber aurifex aut spatarius qui publice probati sunt, occidentur, 40 sol. componat ». Même chose dans la Lex salica et la Lex Burgundionum.

96 Six des neuf épées carolingiennes trouvées en Scandinavie et étudiées par A. L. Lorange portent des inscriptions Ingel... ou Ulfvehrt. La forme bert appartient aux seuls Francs et Lombards. Bergens Museum. Den Yngre jernalders Svaerd... [Les épées du second âge du fer, contribution à l’histoire et à la technologie de l’époque des Vikings (avec un résumé en français)], Bergen, 1889. — Parlant des Francs dont les épées parviennent dans le domaine musulman, un auteur arabe du Xe siècle écrit : « Leur écriture ressemble à celle des Grecs, mais elle est plus jolie et plus symétrique : nous le voyons parfois sur les épées franques », cité par G. Jacob, Welche Handelsartikel bezogen die Araber aus den nordisch-baltischen Ländern, Berlin, 1891, p. 67. Les épées de Roland et de Charlemagne s’appelaient Durandal et Joyeuse.

97 Cf. J. Hammer-Purgstall, « Lames des Orientaux », loc. cit., pp. 68 et suiv.

98 Voir supra, p. 152.

99 C. Cahen, « Un traité d’armurerie composé pour Saladin », extr. du Bulletin d’Études Orientales, XII, 1947-1948, p. 161.

100 Kindī (800-870), Des diverses sortes d’épées, cité par A. Mazahéri, « Le sabre contre l’épée ou l’origine chinoise de l’acier au creuset », Annales ESC, 1958, p. 671.

101 Bīrūnī (973-1048), « Fi dikh el-ḥadīd », Kitāb el-Jemahir, éd. par The Dairatul Mearif, Hyderabad, 1355 H., pp. 247 et suiv. ; J. Chardin, Voyage en Perse et aux Indes Orientales, éd. Ernst, Paris, 1894, t. III, p. 355, et t. IV, p. 137 ; cf. A. Mazahéri, « Le sabre contre l’épée », loc. cit., pp. 669-686.

102 Au vie siècle, Cassiodore décrit les épées « plus précieuses que l’or » offertes à Théodoric, roi des Ostrogoths, par Trasamond, roi des Vandales : «... Splendet illic claritas expolita, ut intuentium facies fideli puritate restituant, quarum margines in acutum tali aequalitate descendunt, ut non limis compositae, sed igneis fornacibus credantur effusae. Harum media pulchris alveis excavata, quibusdam videntur crispari posse vermiculis : ubi tanta varietatis umbra concludit ut intextum magis credas variis coloribus lucidum metallum... Enses qui pulchritudine sui putentur esse Vulcani, qui tanta elegantia fabrilia visus est excolere, ut quod ejus manibus formabatur, non opus mortalium sed crederetur esse divinum... ». Variae, v, 1, éd. Migne, Patrologie latine, t. LXX, col. 645. Au viiie siècle, Paul Diacre vante l’adresse des Lombards dans la fabrication des armes : « Arma quoque praecipua sub eo [Alboin, rege Langobardorum] fabricata fuisse a multis huc usque narratur », De gestis Langobardorum, I, 27, éd. Muratori, Scr. rer. italicarum, I, 1, p. 424.

103 Le Moine de Saint-Gall raconte comment des princes normands ayant envoyé de l’or, de l’argent et des épées à l’empereur Louis, ce dernier dédaigna les métaux précieux mais ordonna qu’on lui apporte les épées. Il essaye l’élasticité de l’une d’entre elles qui se brise entre ses fortes mains. Mais l’un des messagers tire alors du fourreau sa propre épée et garantit qu’il la trouvera flexibilis et rigida à son désir. « Qua Cesar accepta... ab ora ultima capulotenus in modum viminis contraxit et sensim ad statu m pristinum redire permisit », Gesta Karoli, ii, 18, M. G. H., Scr., II, p. 761.

104 Éd. Wüistenfeld, II, pp. 334-335.

105 A. Z. Velidi-Togan, « Die Schwerter der Germanen nach arabischen Berichten des 9. -11. Jahrhunderts », Zeitschrift der deutschen morgenländischen Gesellschaft, XC, 1936, pp. 29 et suiv.

106 E. A. Gessler, Die Trutzwaffen der Carolingerzeit vom VIII. bis XI. Jahrhundert, Bâle, 1908, pp. 96 et suiv.

107 Voir p. 92 et croquis ii : Le fer du Massif Central aux Ardennes.

108 Li romans d’Alexandre (composé vers 1180), éd. Michelant, Stuttgart, 1846, p. 132, vers 32.

109 Audouin, « Recueil de documents concernant le commerce et la ville de Poitiers », Arch. Hist. du Poitou, XLIV, p. xxv.

110 « Au nord des monts de Croatie, contiguë aux montagnes de Lombardie, est la ville de Saint-Gall où l’on fabrique des épées allemandes bien connues », Ibn Sa’īd, Bibl. nat., ms. arabe 2 234, fol. 104 v°... Voir aussi : l’« Hymne au fer » du Moine de Saint-Gall, ii, c. 17, M. G. H., Scr., II, pp. 759-761 ; Abu l-Fida’, Géogr., II, 1, p. 311

111 Cf. E. A. Gessler, op. cit., p. 140.

112 Le terme de frakka se trouve dans un des plus anciens poèmes norvégiens. Cf. A. L. Lorange, op. cit.

113 Sur les textes carolingiens interdisant les exportations d’armes, sur les ports de passage des Alpes et des Pyrénées et le commerce fructueux de contrebande, voir M. Lombard, Monnaie et Histoire d’Alexandre à Mahomet, Paris, 1971, pp. 210-211. Dès la fin du ixe siècle, Ibn Hurdābeh mentionne les épées parmi les objets de commerce qui parvenaient depuis l’Occident jusqu’au monde musulman par l’intermédiaire des marchands juifs raḏānites, éd. et trad. de Goeje, p. 153. Sur les routes suivies par ce commerce, v. M. Lombard, « La route de la Meuse et les relations lointaines des pays mosans entre le viiie et le xie siècle », in : L’Art Mosan, pp. 9 et suiv. Lors de l’avènement d’al-Ḥakam II de Cordoue, en 961, le ḥāǧib Ğa’far al-Muṣḥafī lui offrit, entre autres présents, 300 piques catalanes, voir supra, p. 159, n. 1. Les princes de Barcelone et de Tarragone firent à ce même alḤakam un cadeau de cent armures esclavones et de cent épées franques, Maqqarī, Analectes, trad. P. de Gayangos, II, p. 166. A la bataille d’Alcoraz (1096), le roi Pierre Ier d’Aragon fut secouru par un vassal qui lui apporta dix charges de masses de Gascogne, Cronica de San Juan de la Peña, Saragosse, 1876, cap. xviii. V. aussi les nombreuses mentions d’épées, de lances, de cuirasses et autres pièces de fer en provenance de la France dans J. M. Lacarra, « Un arancel de aduanas del siglo xi », Actos del Primer congreso internacional de Pireneistas, Saragosse, 1950, pp. ii et suiv.

114 Ibn Falān, Riāla, éd. Frähn, pp. 4-5, et Abū Hāmid al-Ġarnātī, Tufat al-albāb, éd. G. Ferrand, Journal Asiatique, CCVII, 1925, pp. 116-117.

115 Par Rūs il faut entendre aussi les Suédois et les Brūs ou Prussiens d’Ibrāhīm ibn Ya’qūb, peuples voisins des Yarègues, qui avaient la réputation de couper le fer en petits morceaux, de le mélanger à de la pâte et de le donner à manger à des oies ou à des canards. Purifiés après plusieurs passages dans l’estomac de ces volailles, les petits morceaux de fer étaient fondus et servaient à forger des épées. Ce thème de l’acier purifié par les secrétions internes des volailles se retrouve dans les poèmes épiques allemands (Théodoric de Berne) et norvégiens, au xiiie siècle, mais également en Asie centrale, A. Z. Velidi-Togan, art. cit., pp. 23-24.

116 Selon Ibn Faḍlān. M. Canard, « Ibn Faḍlān chez les Bulġars de la Volga », Annales de l’Institut d’Études Orientales, XVI, 1958, p. 118 et n. 284.

117 Le laiton se dit en grec oreikhalkos, d’où le latin aurichalcum qui a donné archal. L’espagnol azofar vient de l’arabe as-sufar. Les minerais de cuivre et de zinc associés ne sont pas rares. Leur fonte donne un métal, l’auricalque, qui simule l’or. Fréquemment employé jusqu’au viiie siècle en Occident, il devient plus rare par la suite, peut-être à cause de l’arrivée de l’or. Cf. E. Salin, Le fer à l’époque mérovingienne, p. 88.

118 Strabon, xiv, 6, 5 ; v. aussi, iii, 4, 15.

119 Trad. angl. V. Minorsky, The regions of the world. A Persian Geography, 372 A. H. -982 A. D., Londres, 1937. p. 59.

120 C. Cahen, « Le Diyar Bakr au temps des premiers Urtukides », Journal Asiatique, t. 227, 1935. p. 271.

121 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 295.

122 Muqaddasī, trad. A. Miquel, La meilleure répartition pour la connaissance des provinces, Damas, 1963, p. 171.

123 Trad. Schefer, p. 81.

124 Éd. et trad. Defrémery et Sanguinetti, t. I, p. 136.

125 Ibn Ğubayr, Rila, trad. Schiaparelli, Rome, 1906, p. 259 ; Ibn Baṭṭūa, rééd. V. Monteil, t. I, p. 207.

126 ir i-Husraw, trad. Schefer, p. 152.

127 H. Hubert, « De quelques objets de bronze trouvés à Byblos », Syria, 1922, pp. 273 et suiv.

128 En 1936, l’archéologue américain Nelson Glueck a trouvé à une vingtaine de kilomètres au nord d’Eilat, les vestiges de mines antiques. De nos jours, l’usine de cuivre de Timna a repris la tradition. Le minerai de cuivre y est d’une assez bonne teneur (2 %).

129 Maqrīzī, Hia, I, p. 194 ; A. Lucas, « Copper in ancient Egypt », The Journal of Egypiian Archaeology, XIII, 1927, pp. 162-171 ; E. A. Floyer, Étude sur le Nord-Etbaī entre le Nil et la mer Rouge, Le Caire, 1894, p. 78.

130 Bakrī, trad. de Slane, XIII, p. 149 ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 85 ; Menahiǧ, trad. Fagnan, Extraits, p. 45 ; Dimišqī, p. 235, ap. Al-Umarī, trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 112, n. 2.

131 Bakrī situe Hisn Daī « la forteresse de Daī » sur la route d’Aġmāt à Fès, au sud de l’oued Derna : « Ce château est situé au milieu d’une grande forêt, composée de diverses espèces d’arbres. On y tient un marché qui est très fréquenté et qui attire de Fès, de Baṣra et de Siǧilmāsa plusieurs caravanes chargées d’effets et de marchandises. » Trad. de Slane, XIII, p. 414.

132 Cette couleur vient d’un alliage naturel avec le zinc.

133 Idrīsī, trad. Dozy, p. 85.

134 Cf. L. Massignon, Le Maroc dans les premières années du xvie siècle, tableau géographique d’après Léon l’Africain, Alger, 1906, p. 206 ; B. Rosenberger, « Les vieilles exploitations minières et les centres métallurgiques du Maroc ; essai de carte historique », Revue de Géographie du Maroc, n° 17, 1970. p. 93.

135 Ibn Haldūn, II, p. 159 ; Kitāb al-istibār, trad. E. Fagnan, « L’Afrique septentrionale au xiie siècle de notre ère... », in : Recueil des Notices et Mémoires de la Société archéologique de Constantine, vol. XXXIII, 1899, p. 132.

136 Kasba Tadla ne fut construite que vers 1687. Sur tout ceci : E. F. Gautier, « Medinat ou-Daī », Hespéris, VI, 1926, pp. 5-25.

137 Marmol, L’Afrique, t. II, p. 28.

138 Bakrī parle des mines de cuivre de Tīhammamīn et de Ten Oudaden, respectivement à deux et trois journées de marche de l’oued Draa sur la route qui menait à SIǧilmāsa. Trad. de Slane, Journal Asiatique, XIII, 1859, pp. 410 et 416. Tīhammamīn se trouvait dans le Sarhro, très riche en plombs cuprifères, et Ten Oudaden vers Oumjerane et Bou Kerzia, entre Siǧilmāsa et Zagora. B. Rosenberger, loc. cit., p. 87 et carte. Ailleurs il nous apprend qu’on expédie du Sus, vers Awdaġost des « cuivres travaillés », ibid., p. 475. « Il y a encore dans la même contrée du Sous deux mines de cuivre et une mine de tutie minérale dont on se sert pour étamer le cuivre rouge et le rendre jaune », Abd al-Wāhid al-Marrākušī, trad. E. Fagnan, « Histoire des Almohades », Revue Africaine, 37, 1893, p. 237. Ibn Sa’īd al-Garnātī, trad. E. Fagnan, Extr., p. 19. « Là [au Sus] se trouvent plusieurs minières de fer et de cuivre, faisant avec iceux des vases qu’ils font puis après transporter en divers lieux et paīs, les trocquans contre draps, chevaux, espèces de toutes choses qu’ils voyent leur estre necessaires », Léon l’Africain, i, p. 233.

139 Voir L. Massignon, Le Maroc dans les premières années du xvie siècle, p. 201. Taroudant ne fut fondé qu’au xiie siècle.

140 Bakrī, trad. de Slane, Journal Asiatique, XIII, 1859, p. 481 ; Kitāb al-istibṣār, trad. Fagnan, loc. cit., p. 186. « Les habitants de Silla au nord du Sénégal emploient comme monnaie... des anneaux de cuivre », Bakrī, loc. cit., p. 502. Au xive siècle, Ibn Baṭṭūa signale la mine saharienne de cuivre de Takadda. V. texte cité infra, p. 22, n. 1.

141 Trad. de Slane, I, pp. 75-76. Sur la légende d’une ville d’airain, cf. Ibn al-Faqīh, qui fournit un des plus anciens textes la concernant : Description du Maghreb et de l’Europe au iiie-ixe siècle..., trad. Hadj-Sadok, Alger, 1949 (Bibl. arabe française, VI), pp. 53-61 et les références groupées p. iii, n. 79.

142 Voir infra, p. 186.

143 Les baguettes rapportées se trouvent à l’IFAN, Dakar. Elles ont été datées du début du xiie siècle. Sur cette très importante découverte v. T. Monod, « Le ‘Ma’den Ijâfen’. Une épave caravanière ancienne dans la Majâbat al-Koubrâ », Actes du premier colloque intern. d’archéol. africaine, 11-16 déc. 1966, in : Études et doc. tchadiens, Mémoires I, 1969, pp. 286-320.

144 YĀqūt, in : M. Amari, Biblioteca arabo-sicula, p. 108 ; Qazwīnī, ibid., pp. 138 et suiv. ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. 443.

145 Voir les textes cités supra, ch. 1, p. 14, n. 3, et R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique, Paris, 1940, pp. 239-249.

146 Hudūd al-’ālam, trad. Minorsky, p. 154 ; Moro Rasis, trad. Lévi-Provençal, n° 12, p. 66 ; Raw al-mi’ār, éd. et trad. Lévi-Provençal, p. 31 ; Idrisi, trad. Dozy, p. 229 ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. 507 ; ‘Aǧā’ib, trad. Fagnan, Extr., p. 35.

147 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 436 ; G. Le Strange, Lands, pp. 202 et 293-295.

148 Muqaddasī, éd. de Goeje, pp. 324-325 ; « On y fabrique [à Harat] des vases de cuivre incrustés d’argent dont on fait un grand commerce », Bākuwī, trad. de Guignes, p. 501 ; G. Le Strange, Lands, pp. 429, 471 et 487.

149 Nicou, « Le cuivre en Transcaucasie », Annales des Mines, 8e série, VI, 1904, pp. 13-34 ; J. de Morgan, Mission scientifique au Caucase. Et. archéol. et hist. I. Les premiers âges des métaux dans l’Arménie russe, Paris, 1889, pp. 38 sq.

150 Ibn, Baṭṭūa éd. et trad. Defrémery, II, p. 294. Ailleurs Ibn Baṭṭūta décrit un baīsūs : « On appelle ainsi une espèce de colonne ou candélabre de cuivre porté sur trois pieds ; à son extrémité supérieure il a une sorte de lampe, aussi de cuivre, au milieu de laquelle il y a un tuyau pour la mèche. Cette lampe est remplie de graisse fondue et on place à son côté des vases de cuivre, pleins de graisse, et dans lesquels se trouvent des ciseaux pour arranger les mèches... », ibid., p. 264.

151 abarī, Annales, II, p. 1186 ; V. V. Barthold, Turkestan, pp. 117-118.

152 Idrīsī, trad. Jaubert, II, p. 407.

153 Exemples dans G. Migeon, Manuel d’art musulman. Arts plastiques et industriels, I, pp. 370 et suiv. ; F. Sarre et F. R. Martin, Die Ausstellung von Meisterwerken muhammedanischer Kunst in München, Munich, 1919, II, pl. 125 et suiv.

154 « Il y a dans cette île une mine abondante d’étain. Le métal est très pur et très brillant mais les marchands le mêlent frauduleusement après son extraction de la mine et le transportent ensuite partout ailleurs », Idrīsī, trad. Jaubert, I, p. 80.

155 R. J. Forbes, Studies in Ancient Technology, vol. IX, rééd. Leyde, 1971, pp. 126 et suiv. et carte p. 128.

156 « Le fleuve qui coule au Midi [La Garonne] est remonté par les navires qui viennent de la mer environnante avec de l’étain et du cuivre appportés de l’Angleterre et de l’Irlande ; de Toulouse, ces métaux sont transportés à dos d’animaux à Narbonne d’où on les expédie sur des navires francs pour Alexandrie », Bibl. nat., ms arabe 2234, fol. 94 v° et 109 v°, cité par AbŪ l-Fidä, Taqwīm al-buldān, trad. Reinaud et Guyard, La géographie d’Aboulféda, II, 1, p. 307.

157 En 966, les princes francs de Catalogne envoient au calife de Cordoue, al-Ḥakam II, de l’étain avec des armes franques. Maqqarī, Analectes, trad. Gayangos, II, p. 166. L’Espagne possédait des mines d’étain dans l’Algarve et en Galice. L’étain espagnol arrivait sur le marché romain pendant la période républicaine et impériale. Elles furent fermées vers 250 de notre ère car l’étain de Bretagne suffisait. L’extraction reprit dans le district d’Ocsonoba dans l’Algarve à l’époque musulmane, ibid., I, p. 91. V. aussi la lettre de hasdai ibn šaprūt au Haqan des Hazars, éd. et trad. Carmoly, p. 36.

158 A. Solmi, éd. Tarif de la porte Saint-Ours d’Aoste (c. 960) et Honorantie civitatis Papie (avant 1024) : « L’Amministrazione finanziaria nel regno italico nell’alto medio evo », Bollettino della Soc. Pavese di Stor. Patr., XXXI, 1931, pp. 245 et 21.

159 Ibn Hurdādbeh, éd. de Goeje, pp. 45 et 51 ; Idrīsī, trad. Jaubert, I, pp. 51 et 80 ; Ibn al-Wardī, trad. de Goeje, pp. 43 et 58.

160 G. Le Strange, Baghdad during the Abbasid caliphate, Oxford, 1900, p. 257.

161 Au iiie siècle avant J. -C. et encore à l’époque romaine, l’Inde recevait l’étain d’Alexandrie et non de Malacca. L. A. de Launay, La géologie et les richesses minérales de l’Asie..., Paris, 1911, p. 17.

162 Dioscoride, v, 102. Voir références aux auteurs musulmans, supra, p. 185, n. 4.

163 C. J. Tissot, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, Paris, 1884-1891, I, pp. 256-257. Aux xiiie et xive siècles, les traités de commerce réservèrent aux Vénitiens l’exportation du plomb des royaumes de Tunis et de Bougie. Cf. Mas-Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des Chrétiens avec les Arabes dans l’Afrique septentrionale, Paris, 1866-1872, p. 222.

164 Pline, Hist. nat., iv, § 112 ; xxxiv, § 156, 158, 159 et 164 ; Strabon, Géogr., iii, 2, 10. Cf. les art. plumbum et stannum, de M. Besnier, in : Daremberg-Saglio-Pottier, Dictionnaire des Antiquités.

165 Hudūd al-’alam, trad. Minorsky, p. 154 ; Moro Rasis, trad. Lévi-Provençal, n° 12, p. 66 ; Ibn awqal, trad. Wiet, p. 113 ; Raw al-mi’ār, éd. et trad. Lévi-Provençal, pp. 31 et 49 ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. 507 ; Yāqūt, Mu’ǧam, IV, p. 162 ; al-Marrākušī, éd. Fagnan, Rev. Africaine, 37, 1893, p. 237 ; Qazwīnī, éd. Wüstenfeld, I, p. 171, et II, p. 338 ; Ibn Fal Allah Al-’Umarī, trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 245, n. 3 ; Maqqarī, Analectes, pp. 75 et 91.

166 Ya’qūbī, trad. Wiet, Les pays, p. 211.

167 Trad. de Guignes, p. 455. Peut-être est-ce Maǧǧānat ?

168 V. infra, p. 236, n. 4.

169 V. supra, p. 189, n. 5.

170 Hia, I, p. 194. Cf. E. A. Floyer, Etude sur le Nord-Etbaī, pp. 30 et 78.

171 Idrīsī, trad. Jaubert, I, p. 464 ; J. de Morgan, Mission scientifique au Caucase, t. I, Paris, 1889, pp. 10 et suiv.

172 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 490.

173 Ya’qūbī, trad. Wiet, p. 103 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 324 ; cf. G. Le Strange, Lands, p. 430.

174 Iṣṭa, éd. de Goeje, p. 155 ; Ibn awqal, trad. Wiet, p. 294.

175 G. Le Strange, Lands, p. 295.

176 V. V. Barthold, Turkestan down to the Mongol Invasion, p. 164.

177 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 468.

178 Qazwīnī, éd. Wüstenfeld, II, p. 362 ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. 517.

179 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 388 ; Iṣṭa, éd. de Goeje, p. 226 ; T. Lewicki, » Znaczenie handlove Drohiczyna », Kwartalnik Hist., IV, 1956 ; M. Malowist, « L’évolution industrielle en Pologne du xive au xviie siècle », Mélanges Sapori, t. I, Milan, 1957, p. 580.

180 Éd. A. Kunik et W. Rosen, Saint-Pétersbourg, p. 35.

181 Idrīsī, trad. Jaubert, II, p. 221.

182 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 97 ; Isāq B. al-usayn, éd. et trad. A. Codazzi, « Il ompendio geografico arabo di Ishaq ibn al-Husayn », in : Rendiconti della Reale Accademia dei Lincei (Classe delle Sc. mor. stor. e filol. ), 6e série, t. V, 1929, p. 460 ; Ibn al-Wardī, trad. de Guignes, p. 43.

183 Song-shi, 186, 18 b ; cité dans Hirth et Rockhill, Chaujuhua. His work on the Chinese and Arab trade in the twelfth and thirteenth centuries, entitled Chu-fan-chī, rééd. Amsterdam, 1966, p. 19.

184 Hirth et Rockhill, op. cit., p. 53 (plomb vendu contre du riz au Zhenla) ; p. 49 (plomb importé au Zhan-cheng) ; p. 156 (plomb importé à Po-ni) ; pp. 160 et 162 (plomb importé à Ma-yi et à San-xu).

185 Ya’qübī, trad. Wiet, p. 154 ; ‘Abd al-Laīf, éd. et trad. S. de Sacy, Relation de l’Égypte par Abd-Allatif..., Paris, 1810, pp. 297-298 ; V. Barthold, Turkestan, p. 85.

186 Muqaddasī, trad. A. Miquel, p. 197 ; v. aussi, p. 192.

187 Ibid., p. 169.

188 P. Casanova, « Mémoires sur les sceaux arabes en plomb », Revue Numismatique, 1894, p. 99.

189 J. Chevrier, « Fouilles de Saint-Jean-des-Vignes », Mém. de la Soc. Archéol. et Hist. de Chalon, III, 2e partie, 1857, pl. xvi, fig. 1.

190 G. Wiet, « Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks », Cahiers d’histoire égyptienne, 1955, p. 108.

191 Nāir-i-Husraw, trad. Schefer, p. 228 : « Les transactions commerciales se font au moyen de plomb contenu dans des couffes dont chacune a le poids de six mille dirhems. Quand on conclut un marché, on compte un certain nombre de corbeilles et on les enlève ; cette monnaie ne peut être exportée. »

192 Papyrus médical copte, éd. et trad. E. Chassinat dans Mém. de l’Inst. Fr. d’Archéol. Or. du Caire, t. XXXII, 1921, pp. 131-132, form. xxix.

193 Avicenne, éd. Holmyard et Mandeville, liv. 11, p. 262 ; Ibn al-Bayār, trad. L. Leclerc, nos 437 et 1. 826.

194 Cf. Pap. méd. copte, pp. 95-98.

195 S. de Sacy, Chrestomathie arabe, III, pp. 452-464 ; J. Briz-Martinez, Historia de la fundación y antiguedades de S. Juan de la Peña, Saragosse, 1620, p. 439 où, dans le testament de Ramiro, roi d’Aragon (1061), on trouve : « et illos vassos... de plata aut de cazeni » ; voir les exemples des ixe et xie siècles cités par R. Dozy et W. H. Engelmann, Glossaire des mots espagnols et portugais dérivés de l’arabe, 2e éd. Paris-Leyde, 1869, pp. 294-295.

196 Hist. nat., xxxiv, 22, x.

197 Pap. méd. copte, pp. 95-98, form. xii ; M. Berthelot, La chimie au Moyen Age, Paris, 1893, I, p. 87.

198 Al-Marrākušī, trad. Fagnan, Revue Africaine, 37, 1893, p. 237 ; Léon l’Africain, III, p. 462 et supra, p. 184, n. 1.

199 Raw al-mi’ār, éd. et trad. Lévi-Provençal, p. 31 ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. 507 ; Maqqarī, Analectes, 1, 72.

200 Moro Rasis, loc. cit., p. 37. Bākuwī parle d’une mine de tutie d’où l’on tire des charges de chameaux estimées chacune à environ 500 dinars. Trad. de Guignes, pp. 521-522.

201 Yāqūt, Muǧam, III, p. 348 ; Moro Rasis, loc. cit., n° 12, p. 66 ; Maqqarī, Analectes, 1, p. 72 ; Menahiǧ, trad. Fagnan, pp. 58-59.

202 E. Lévi-Provençal, Esp. Mus., p. 177.

203 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 47 ; Bākuwī, tr. de Guignes, pp. 436 et 452.

204 G. Faider-Feytmans, « Les arts du métal dans la vallée de la Meuse du ier au xe siècle », in : L’Art Mosan, rec. publ. par P. Francastel, Paris, 1953. p. 31.

205 S. Gsell, « Vieilles exploitations minières dans l’Afrique du Nord », Hespéris, VIII, 1928, p. 18 ; Ya’qūbī, trad. Wiet, p. 211 ; Bākuwī, tr. de Guignes, p. 425.

206 Bakrī, trad. de Slane, XIII, p. 143.

207 Léon l’Africain, III, pp. 238 et 462.

208 Menahiǧ, trad. E. Fagnan, Extraits, pp. 60 et 65 ; Bākuwī, tr. de Guignes, p. 519.

209 Yāqūt, Muǧam, éd. Amari, BAS, p. 107 ; Qazwīnī, Āār, ibid., p. 138 ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. 443.

210 Iṣṭa, éd. de Goeje, p. 203 ; Ibn awqal, trad. Wiet, p. 364.

211 G. Le Strange, Lands, pp. 81-82.

212 Sur cette question voir M. Lombard, « Les bases monétaires d’une suprématie économique. L’or musulman du viie au xie siècle », Annales ESC, II, 1947, pp. 143-160, et Monnaie et Histoire d’Alexandre à Mahomet, Paris, 1971.

213 Mas’ūdī, Prairies d’Or, iv, pp. 200 et 224.

214 Voir supra, chap. 1, p. 43, n. 3.

215 Balāurī, Kitāb futū al-buldān, éd. de Goeje, p. 255 ; Mas’ūdī, Prairies d’Or, iv, pp. 207-225.

216 Idrisi, éd. et trad. Dozy, p. 228 ; Maqqarī, Analectes, I, p. 182 ; E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, I, Le Caire, 1944, p. 18 ; La péninsule ibérique, pp. 158-160.

217 Der moderne Kapitalismus, Munich, 1921-1928, I, pp. 520 et suiv.

218 Éd. et trad. Chabot, p. 96.

219 Exemples dans Yahya B. Sa’īd al-Antaki, éd. Cheikho, Beyrouth, 1909, et dans Sévère d’Ašmūnayn, Histoire des Patriarches d’Alexandrie, éd. et trad. Evetts.

220 Abū ālih, éd. et trad. Evetts, p. 136 ; voir aussi F. stenfeld, Macrizi’s Geschichte der Copten aus den Handschriften zu Gotha und Wien, mit Ubersetzung und Anmerkungen, Göttingen, 1845, p. 6.

221 Ibn Haldūn, Prolégomènes, trad. de Slane, p. 335.

222 Ibn Sa’īd, éd. K. Vollers, Fragmente aus dem Mugrib, Berlin, 1894, p. 18.

223 Mas’Ūdī, Prairies d’Or, 11, p. 417.

224 Éd. et trad. Vonderheyden, Hist. des rois Obaīdites, Alger-Paris, 1927, p. 83 ; Maqrīzī, Hia, 1, pp. 85 et 112.

225 Nāir-i-Husraw, trad. Schefer, p. 170.

226 Lorsque ‘Umdat ad-Dawla fut tué dans un combat, « ses richesses étaient si considérables qu’il fallut deux mois pour les transporter de son trésor dans celui du sultan », ibid.

227 Ces spécialistes de la recherche des trésors pharaoniques ressemblent fort aux guaqueros du Pérou, qui, après la conquête espagnole, s’étaient lancés à la recherche des tombes indiennes anciennes : les guacas. Dans le Moyen Age occidental aussi, la violation de sépulture est un phénomène fréquent et une industrie répandue ; ceux qui s’y livraient était nommés « larrons fossiers », mais leur activité se déployait à une échelle bien moindre que celle des chercheurs des tombeaux des pharaons ou des Incas.

228 Éd. et trad. Ahmed Kamal Bey, Le Caire, Service des Antiquités, 1907, 2 vol., trad. part. G. Daressy dans Bull, de l’Inst. Fr. d’Archéol. Or. du Caire, XIII, 1917, pp. 175-230, et xiv, 1918, pp. 1-32.

229 Trad. Jaubert, II, p. 340 ; trad. Dozy, p. 31.

230 Qazwīnī, Ātār al-bilād, éd. Wüstenfeld, II, pp. 12 et 29 ; voir L. M. Devic, Le pays des Zendjs..., Paris, 1883.

231 Buzurg B. Šāhriyār, Kitāb ‘aǧā’ib al-Hind, éd. et trad. P. A. Van der Lith et M. Devic, Les merveilles de l’Inde, Leyde, 1883-1886, p. 73.

232 « Dans tout le pays de Sofala, on trouve de l’or en abondance et d’excel lente qualité. Cependant les habitants préfèrent le cuivre et ils font leurs orne ments avec ce dernier métal. L’or qu’on trouve dans le territoire de Sofala surpasse en quantité comme en grosseur celui des autres pays, puisqu’on en rencontre des morceaux d’un ou de deux mithcal, plus ou moins, et quelquefois même d’un rotl. On le fait fondre dans le désert au moyen d’un feu alimenté par de la fiente de vache, sans qu’il soit nécessaire de recourir, pour cette opération, au mercure, ainsi que la chose a lieu dans l’Afrique occidentale ; car les habitants de ce dernier pays réunissent leurs fragments d’or, les mêlent avec du mercure, mettent le mélange en fusion au moyen du feu de charbon, en sorte que le mercure s’évapore et qu’il ne reste que le corps de l’or fondu et pur. L’or de Sofala n’exige pas l’emploi de ce procédé, mais on le fond sans aucun artifice qui l’altère », Idrīsī, trad. Jaubert, I, pp. 66-67.

233 Ya’qūbī, trad. Wiet, pp. 189-191 ; voir aussi Hūdud al-’Ālam, trad. Minorsky, pp. 68 et 81.

234 Trad. Jaubert, I, pp. 41-42 ; trad. Dozy, p. 31.

235 Trad. Wiet, p. 189.

236 A. Grohmann, Corpus papyrorum Raineri Archiducis Austriae, III, Series arabica, Vienne, 1923, n° 770, p. 204.

237 Diodore de Sicile, iii, 12 à 14, éd. Müller, Geographi Graeci minores, I. p. 233.

238 L’Anonyme d’Almeria mentionne encore, au xie siècle, les sables aurifères du rio Segre, de l’Èbre et de l’embouchure du Tage, connus dans l’Antiquité. R. Basset, « Description de l’Espagne », in : Homenaje à F. Codera, Saragosse, 1904, pp. 643 et suiv.

239 S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, Paris, 1913, t. I, pp. 60 et suiv. ; E. F. Gautier, Les siècles obscurs du Maghreb, Paris, 1927, ch. m : L’apparition des grands nomades chameliers.

240 Trad. M. Hadj-Sadok, p. 51.

241 Trad. Gaudefroy-Demombynes, Voyages des yeux dans les royaumes des différentes contrées. L’Afrique (moins l’Égypte), Paris, 1927, pp. 94-95 ; voir aussi udūd al-’ālam, trad. Minorsky, pp. 153-165.

242 Trad. Jaubert, I, p. 18.

243 Paysans d’Afrique occidentale, Paris, 1941, p. 220.

244 Dans le Haut Cavally, certaines batées donnaient jusqu’à 30 grammes de poudre d’or à la tonne, alors qu’une exploitation est rentable à partir de 1, 5 gramme d’or à la tonne.

245 Sur Eldan ben Mahli ha Dani, marchand du ixe siècle, ses voyages et ses écrits, voir The Jewish Encyclopedia, t. V, pp. 90-91.

246 Voir M. Lombard, L’Islam, dans sa première grandeur (viiie-xie siècle), Paris, 1971, p. 64 et carte 4.

247 Parlant du sultan Djata (mort en 1373-1374) du pays de Kaw-Kaw, Ibn Haldūn écrit : « Il porta si loin sa manie de dépenser qu’il vendit la célèbre pierre d’or, regardée comme un de leurs trésors les plus rares. Cette masse de métal pesait vingt kintars ; elle était telle qu’on l’avait retirée de la mine, n’ayant jamais été travaillée ni soumise à l’action du feu. Ce prince dissipateur la vendit à vil prix à des marchands égyptiens qui avaient l’habitude de visiter son pays... », trad. de Slane, II, p. 115. Sur la valeur du kintar, sur laquelle on n’est pas d’accord, voir la note de de Slane, I, p. 210, n. 2. Le roi Mença Mouça arriva de son pays au Caire, en route vers la Mekke, avec « 80 charges de poudre d’or pesant chacune 3 kintars. » Il s’agit de charges de chameaux, ibid., II, p. 113.

248 Dans les Séances de Harīrī (1054-1121), un marchand de Bagdad déclare : « La fougue de la jeunesse, le désir du gain, m’emportèrent jusqu’à me faire parcourir le monde du Farġāna au Ġāna. »

249 M. Mercier, « Note sur une architecture berbère saharienne », Hespéris, VIII, 1928, pp. 413-429.

250 Sur les itinéraires des caravanes de l’or soudanais, et leur chronologie, voir M. Lombard, L’Islam dans sa première grandeur, pp. 223-224 et carte 26, ainsi que D. et S. Robert et J. Devisse, Tegdaoust I, Recherches sur Aoudaghost, Paris, 1970, surtout pp. 15-27 : « Le dossier des sources écrites par J. Devisse ; pp. 33-38 : « Itinéraire de Tamadalt à Awdaghost selon al-Bakri » par S. Daveau ; pp. 109-156 : « La question d’Audaġust » par J. Devisse. Voir aussi T. Lewicki, « L’État Nord-Africain de Tahert et ses relations avec le Soudan occidental à la fin du viiie et au ixe siècle », Cahiers d’Études Africaines, vol. II, 8, 1962, pp. 513-535, et « Traits d’histoire du commerce transsaharien, marchands et missionnaires ibadites au Soudan occidental et central au cours des viiie-ixe siècles », Etnografia Polska, VIII, 1964, pp. 294 sq.

251 Bakrī, trad. de Slane, XII, pp. 443 et 448.

252 Voir le croquis 25 qui fait apparaître la position du Maġrib, redistributeur de l’or du Soudan vers les pays de transit et vers les pays de production (orfèvrerie et frappe des monnaies).

253 T. Lewicki et A. Basset, « Une chronique ibādite... », Revue des Études Islamiques, 8, 1934, pp-59-78. et 275-305 ; 10. 1936. pp. 267-285.

254 Idrīsī, trad. Dozy, pp. 121-124

255 Ibn awqal, trad. Wiet, pp. 63 et suiv. Au sujet de Barca, celui-ci écrit : « C’est la première grande cité que rencontre le voyageur sur la route d’Égypte à Kairouan : il s’y fait un grand commerce, à cause de l’affluence considérable des étrangers et des chalands ; ils s’y rendent sans interruption et de tout temps pour effectuer des achats et partent de là vers l’occident et vers l’orient... Il y a des marchés où de très nombreux acheteurs trouvent toujours en vente... toutes sortes de denrées en provenance de l’orient ou importées de l’occident... ». — Cf. M. Lombard, L’Islam dans sa première grandeur, schéma 5 et carte 26.

256 N. Slousch, « Les Juifs et le Judaīsme aux Indes », Revue du Monde Musulman, IV, 1908, pp. 728-769.

257 G. Marçais, Manuel d’art musulman, L’Architecture, I, Paris, 1926, pp. 88-90.

258 G. de Gironcourt, « Sur l’analogie des sépultures islamiques du début de l’Hégire au Niger et en Égypte », Congrès international des Orientalistes, Le Caire, 1925, IV. pp. 309-310.

259 «... Les maisons de Tacaddā sont bâties avec des pierres rouges ; son eau traverse des mines de cuivre, et c’est pour cela que sa couleur et son goût sont altérés... La mine de cuivre se trouve au dehors de Tacaddā. On creuse dans le sol, et l’on amène le minerai dans la ville pour le fondre dans les maisons. Cette besogne est faite par les esclaves des deux sexes. Une fois que l’on a obtenu le cuivre rouge, on le réduit en barres longues d’un empan et demi [environ 35 centimètres], les unes minces, les autres épaisses. Quatre cents de celles-ci valent un ducat d’or ; six cents ou sept cents de celles-là valent aussi un ducat d’or. Ces barres servent de moyen d’échange, en place de monnaie : avec les minces, on achète la viande et le bois à brûler ; avec celles qui sont épaisses, on se procure les esclaves mâles et femelles, le millet, le beurre et le froment. » Ibn Baṭṭūa énumère ensuite les différents endroits du pays des nègres infidèles où sont transportées ces baguettes de cuivre. Voyages, trad. C. Defrémery et B. R. Sanguinetti, rééd. V. Monteil, IV, pp. 438-442. Le site de Takadda doit être identifié avec Azelik, à l’ouest de l’Aīr.

260 J. Denuce, L’Afrique au xvie siècle et le commerce anversois, Anvers, 1937. (Coll. pour l’hist. du commerce sous le patronage de la Chambre de commerce, II. )

261 Trad. Schefer, p. 149.

262 Trad. Jaubert, II, pp. 6 et 168.

263 Trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 202.

264 Le lam est une sorte de grande antilope. La darga lamiya a donné l’ardarga espagnole et la large du Moyen Age occidental à laquelle les dictionnaires donnent une étymologie germanique. Le mot, d’origine persane : la darika ou bouclier de cuir est passé en arabe : darga. Peut-être a-t-il prêté son nom au Targui (Touareg). Cf. Ibn awqal (trad. Wiet, p. 454) qui compare les palais de Buẖārā, vus du haut de sa citadelle à des « rondaches blanches en cuir d’antilope ». J. Vullers, Lexicon persico-latinum, etymologicum..., Bonn, 1855, t. I, p. 832.

265 Trad. Jaubert, I, pp. 108-109.

266 Éd. et trad. Defréremy, IV, p. 381.

267 Voir aussi Isḥāq b. al-usayn, éd. et trad. A. Codazzi, p. 453.

268 « Mu’tazz, à l’époque où il gouvernait la ville comme émir, y prélevait des impositions sur les caravanes s’en allant vers le pays des Noirs, ainsi que le dîme, l’impôt foncier et les droits anciens sur la vente et l’achat des chameaux, des moutons et des bœufs, ainsi que des redevances sur toutes les marchandises à destination ou en provenance de l’Ifrīqiya, de Fès, de l’Espagne, du Sus, d’Aghmat, enfin d’autres revenus relevant de l’administration de la frappe de monnaies. Tout cela se montait à environ 400 000 dinars, pour le chef-lieu et la province. J’ai déjà dit que le revenu du Maghreb, d’un bout à l’autre, était de 800 000 dinars, ou même légèrement davantage, bien qu’il en manque parfois beaucoup. Or les recettes de Sidjilmasa sont limitées à la cité et à son canton, ce qui fait une superficie de cinq jours de marche sur trois. » Trad. Wiet, p. 98. Encyclopédie de l’Islam, nouv. éd., II, pp. 872-873.

269 Dans les pays où circule l’or, l’orfèvrerie est d’argent. Inversement, dans ceux où ne circule que l’argent, comme le domaine sāssānide, les bijoux sont d’or. Dans le Sus, « dans les marchés, on se sert de morceaux de bijoux brisés en guise de monnaie d’argent, car les dirhems frappés y sont très rares. » Bakrī, trad. de Slane, XIII, p. 482.

270 Trad. Schefer, p. 152.

271 Cité par J. J. Barges, Tlemcen, ancienne capitale du royaume de ce nom..., Paris, 1859, pp. 206-211.

272 « J’ai vu à Audaghust une reconnaissance de dette par laquelle un négociant d’Audaghust se reconnaissait débiteur envers un habitant de Sidjilmāsa d’une somme de 42 000 dinars. Nulle part en Orient, je n’ai constaté ou entendu dire quelque chose de pareil. J’ai raconté ce fait, en Iraq, dans le Fars et dans le Khorassan ; partout on l’a considéré comme inouī. » Trad. Wiet, pp. 97-98. Voir aussi ibid., p. 58. Cf. A. Lewis, Naval Power and Trade in the Mediterranean A. D. 500-1100, Princeton, 1951, p. 171.

273 Trad. Defrémery, IV, pp. 282 et 376.

274 Voir supra, p. 226.

275 Voir M. Lombard, L’Islam dans sa première grandeur, p. 63, croquis 4 : Le terrain nagrébin et les dominations musulmanes.

276 Cf. T. Lewicki, « L’État Nord-Africain de Tahert », loc. cit.. p. 528.

277 G. Marçais, Les Arabes en Berbérie du xie au xive siècle, Paris, 1913, pp. 39 et suiv. ; H. R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides aux xe et xie siècles, Paris, 1962, 2 vol. L’importance de l’invasion hilālienne en Ifrīqiya a été minimisée par J. Poncet qui souligne que le pays subissait une grave crise économique depuis 1030 : « Le mythe de la catastrophe hilalienne », Annales ESC, 1967, pp. 1099-1120. Cf. ibid., 1968, pp. 390-396 et 660-662. Il est difficile cependant de récuser entièrement le témoignage d’Idrīsī sur les graves dommages causés au pays par l’invasion hilalienne. Voir aussi C. Cahen, « Quelques mots sur les Hilaliens et le nomadisme », Journal of the Economic and Social History of the Orient, XII, 1969.

278 F. Braudel, « De l’or du Soudan à l’argent d’Amérique », Annales ESC, I, 1946, pp. 8-22.

279 Pline, Hist. nat., xxxiii, 21, § 5 et 6 ; Strabon, Geogr., iii, 2, 10 ; v. supra, p. 24 et n. 2 et 3.

280 R. Thouvenot a constaté que les morceaux de scories retrouvés ne peuvent tous être datés de l’époque romaine. Essai sur la province romaine de Bétique, Paris, 1940. S. Gsell a fait la même remarque pour les mines d’Afrique du Nord. Hespéris, VIII, 1928, p. 1621.

281 Prairies d’or, I, c. 16, p. 367.

282 Voir le texte cité supra, p. 156, n. 1.

283 « Les gisements d’argent et d’or dans un endroit appelé Tudmīr (Murcie)... La mine d’argent est au-dessus d’une ville appelée Jayyan (Jaén). » Ibn al-Faqīh, trad. M. Hadj-Sadok, p. 51 ; Iarī, éd. de Goeje, p. 44 ; awqal, éd. Kramers, p. 75 ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 207 ; Yāqūt, éd. Wüstenfeld, III, p. 562.

284 B. Rosenberger, « Autour d’une grande mine d’argent du Moyen Age marocain : le jbel Aouam », Hespéris-Tamuda, V, 1966, pp. 15-78, 16 phot.

285 Ibn Hurdābeh, trad. de Goeje, p. 63 ; « Un lieu nommé Tazraret, où se trouve une ancienne mine d’argent, dont le minerai est très abondant ». Bakrī, trad. de Slane, XIII, p. 478 ; dans le territoire de Tamedelt, à six journées de marche au sud d’Īglī : « On y voit une mine d’argent, très riche en minerai », ibid., p. 483 ; Abd al-Wāhid al-Marrākusī, trad. Fagnan, « Histoire des Almohades », Revue Africaine, 37, 1893, pp. 236-237.

286 Ibn HurdĀḎbeh, éd. de Goeje, p. 87 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 231 ; Ya’qūbī, trad. Wiet, p. 225 ; Bakrī, trad. de Slane, XIII, p. 483. Al- Marrākušī signale des mines d’argent près de Meknès et dans le Sus. Trad. E. Fagnan, Rev. Africaine, 37, 1893, p. 237.

287 Léon l’Africain, I, p. 180. Il s’agirait de la mine de Tamjoute au sud-est d’Igli. Cf. B. Rosenberger, art. cit., Rev. de Géogr. du Maroc, 17, 1970, p. 81.

288 Hūclūd al-’Ālam, trad. Minorsky, p. 64 ; Ibn awqal, trad. Wiet, pp. 430 et 447 ; Yāqūt, éd. Wüstenfeld, I, p. 743. « Les habitants de Hariana... se livrent à l’exploitation des mines. Il est impossible, en effet, de voir rien de plus parfait que le métal qu’on en extrait et que celui qu’on tire des mines de Bendjehir... Les ouvriers qui travaillent à l’une et à l’autre de ces mines s’occupent avec beaucoup de persévérance, d’industrie et d’habileté de cette exploitation, de la fonte, de l’extraction du métal des scories et en général de ce qui concerne leur art. » Idrīsī, trad. Jaubert, I, p. 476.

289 Agapius de Manbiǧ, éd. et trad. Vasiliev, Patrologia Orientalis, VIII, pp. 544-545. Deux siècles après, Idrīsī note à son tour : « La montagne d’argent est située sur la route de Herat à Sarakhs, non loin des lieux nommés Kau et Kawakir ; elle porte ce nom parce qu’il existe sur son sommet une mine d’argent très riche, très productive, mais qu’on a cessé d’exploiter à cause de la profondeur de la mine et du manque de bois nécessaire pour la fusion du métal. » Trad. Jaubert, I, p. 464.

290 Ibn Hurdābeh, éd. et trad. de Goeje, p. 20.

291 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 221.

292 Trad. Jaubert, II, p. 342.

293 M. Dekówna, « L’état des recherches sur l’exploitation des mines d’argent et sur la crise d’argent en Asie centrale ». Article en polonais avec un résumé français et 3 cartes, publié dans Archeologia Polski, 16, 1-2, 1971, pp. 483-502.
En 1946, une expédition scientifique explorant la chaîne de montagnes de Chadimir, à la recherche de la bibliothèque de Tamerlan, a découvert une mine d’argent remontant à l’époque du conquérant. Aux dires des experts, on pourrait extraire de cette mine, nommée la « caverne de la mort » parce qu’on y a découvert des squelettes à côté du minerai, plus d’un million et demi d’onces d’argent, sans compter 15 000 tonnes de plomb et du manganèse.

294 Yāqūt, i, p. 409.

295 « Bien que Mahomet-Mahadi [775-785 ap. J. -C.] augmentât encore les impôts, néanmoins le pays, à cause de l’abondance de l’argent, souffrit moins surtout parce que sous son règne on découvrit, dans les montagnes de l’Arménie, les mines d’argent vierge d’où l’Hôtel des Monnaies tira des sommes considérables. » Ghevond, trad. V. Chahnazarian, Histoire des guerres et des conquêtes des Arabes en Arménie, Paris, 1856, p. 149. Cf. Ibn Baṭṭūa, trad. Defrémery, II, p. 293. En turc, ces mines sont appelées : gümüsdagh « montagne d’argent » et gümüskhanè « maison d’argent ».

296 Trad. Jaubert, II, p. 404.

297 Le udūd al-’Ālam, à la fin du xe siècle, y mentionne des mines d’argent. Trad. Minorsky, p. 59.

298 Voir supra, p. 166.

299 « Suivant l’ancien usage égyptien, les petits objets en métal de la période Fātimite étaient presque toujours coulés dans des moules, faits d’une pierre verte, schisteuse, à grain très fin, facile à entailler et n’éclatant pas à la chaleur. Chaque moule était formé de deux pièces se joignant par leurs faces polies et maintenues au moyen de reliefs et de creux ménagés pour s’emboîter les uns dans les autres. Il est facile de se rendre compte de ce dispositif sur les exemplaires fort intéressants qui sont conservés au Musée arabe du Caire, salle v, vitrine des moules de bijoutiers ». M. Jungfleisch, « Un poids fatimite en plomb », Bulletin de l’Institut d’Égypte, IX, 1926-1927, p. 116.

300 Cf. Encyclopédie de l’Islam, s. v. dhahab, i, pp. 979-980 ; et surtout Migeon, Manuel d’Art musulman. Arts plastiques et industriels, Paris, 1927, II, pp. 5 et suiv.

301 Agatharchide, cité par Diodore de Sicile, iii, 13 ; v. supra, p. 204, n. 4.

302 Trad. Jaubert, I, pp. 66-67 ; v. le texte cité p. 202, n. 4.

303 « On exporte de la Turdétanie... du cinabre qui vaut pour la qualité la terre de Sinope », Strabon, Geogr., iii, 2, 6. « Minium celeberrimum ex Sisaponensi regione in Baetica », Pline, Hist. nat., xxxiii, 114.

304 Trad. Dozy, p. 265, Sur les mines de mercure en Espagne, à Almaden et dans ses environs, voir aussi Ibn al-Faqīh, trad. Hadj-Sadok, p. 51 ; Moro Rasis, trad. Lévi-Provençal, n° 12, p. 66 (à Salobreña et Paterna) ; Idrīsī, trad. Dozy, p. 242 ; al-Marrākušī, trad. Fagilan, Revue Africaine, 37, 1893, p. 237 ; Raw al-mi’ār, trad. Lévi-Provençal, p. 170 ; Yāqūt, iv, p. 528 ; Maqqarī, Analectes, 1, p. 91.

305 Au xvie siècle, le mercure d’Espagne joua un grand rôle dans le traitement des minerais d’or et d’argent d’Amérique. Le mercure d’Almaden fut largement utilisé depuis les quinze quintaux envoyés pour la première fois, en 1495, de Séville aux Indes occidentales. Pour éviter la spéculation à la hausse que projetaient les banquiers allemands, la couronne espagnole transforma les mines d’Almaden en une régie et fit de l’expédition du mercure aux Indes occidentales un monopole d’Etat. Les Umayyades de Cordoue avaient réagi de la même manière.

306 Mas’ūdī, Prairies d’or, I, ch. 16, p. 367.

307 Trad. Wiet, pp. 95 et 113.

308 H. Munier et G. Wiet, Précis de l’histoire d’Égypte. II. L’Égypte byzantine et musulmane, Le Caire, 1932, p. 159.

309 Chau Ju-Kua, loc. cit., p. 134. V. aussi p. 16, n. 1.

310 Trad. Jaubert, II, p. 224.

311 Il s’agit probablement d’alluvions aurifères apportées par l’érosion fluviale. Les auteurs musulmans nous parlent ailleurs de paillettes d’or déposées par l’Océan à l’embouchure du Tage, sur la côte occidentale de la péninsule ibérique.

312 Bakūwī, trad. de Guignes, p. 443.

313 Bakrī, Journ. Asiatique, XIII, p. 121. Voir sur la découverte de mercure natif près d’Arzeu en 1847, ibid., n. 1.

314 Menahiǧ, éd. E. Fagnan, Extr., p. 49.

315 Ibn awqal, éd. Wiet, pp. 295, 447, 468 et 492.

316 Dioscoride, v, 129 ; Pline, Hist. nat., xxxi, 46.

317 M. Berthelot, La chimie au Moyen Age, Paris, 1893, II, p. 164.

318 Qazwīnī, éd. Wüstenfeld, II, p. 212.

319 Ibn al-Bayār, trad. Leclerc, nos 381 et 2 016.

320 Ibn Hurdābeh, trad. Schefer, pp. 60 et 62.

321 On le nommait « sable de la Mekke ». Il était utilisé en Perse. Nāīr-i-Husraw, trad. Schefer, pp. 60 et 62.

322 Pap. méd. copte, p. 69, form. vii, et p. 89, form. xi ; Ibn awqal, trad. de Slane, p. 248 ; J. Laurent, L’Arménie entre Byzance et l’Islam depuis la conquête arabe jusqu’en 886, Paris, 1919, p. 41.

323 Qazwīnī, éd. Wüistenfeld, II, p. 212.

324 Chau Ju-Kua, op. cit., p. 116.

325 L’alun est un sulfate de potasse et d’alumine qu’on trouve sous forme de veines dans les roches éruptives. Sur l’alun, cf. C. Singer, The earliest Chemical Industry. An Essai in the Historical Relations of Economic and Technology Illustrated from the Alun Trade, Londres, Folio Society, 1948 ; C. Cahen, « L’Alun avant Phocée. Un chapitre d’histoire islamo-chrétienne au temps des Croisades », Revue d’Hist. Econ. et Soc., 41, 1963, pp. 433-447 ; voir enfin le premier chapitre de J. Delumeau, L’alun de Rome, xve-xvie siècles, Paris, sevpen, 1962, où l’auteur précise les multiples usages de l’alun dans l’industrie ancienne.

326 « Le cuivre est doré : on applique les feuilles d’or à l’aide d’un amalgame de pierre-ponce, d’alun et de vif argent. L’alun opère sur le cuivre comme le plomb sur l’or : il l’épure. » Pline, Hist. nat., xxxiii, 20. L’alun servait surtout de mordant pour la teinture des tissus.

327 Hérodote, ii, 180 ; Pap. méd. copte, p. 134, form. xxxiv.

328 Kitāb aš-šifā’, éd. Holmyard et Mandeville, II, p. 104.

329 Ibn Sa’īd Ġarnaṭī, éd. E. Fagnan, Extraits inédits relatifs au Maghreb, p. 19 ; Marmol, ap. Léon l’Africain, I, p. 167, n. 1.

330 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 396.

331 Ibn Sa’īd, ap. Léon l’Africain, xi, app. p. 385.

332 Bakrī, trad. de Slane, Journ. Asiat., XII, p. 450.

333 Rāzī, cf. J. Ruska, Das Buch der Alaune und Sālze, Berlin, 1935 ; Ibn Hurdābeh, éd. de Goeje, 134/172 ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. 403 ; Ishāq B. al-usayn en signale à Ḥadramaūt dans l’océan Indien, éd. et trad. Codazzi, p. 64.

334 Yāqūt, in : M. Amari, BAS, pp. 106 et suiv.

335 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 523 ; Yāqūt, éd. Wüstenfeld, II, pp. 332-333.

336 C’est ainsi que dans la technique du damasquinage on recouvrait d’une composition bitumineuse noire la surface du cuivre qui séparait les traits entaillés du dessin destinés à recevoir l’argent. Migeon, Manuel..., II, p. 35.

337 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 521 ; G. Le Strange. Lands, pp. 487-488 ; v. v. Barthold, Turkestan, p. 164 ; Ibn awqal, trad. Wiet, p. 468.

338 « Il y a des mines de poix, des fontaines de naphte, dont on tire par jour plus de deux cents charges de mulets ; à côté est une autre source de naphte blanc comme du mercure et gras, qui coule jour et nuit ; on en tire pour mille drachmes », Bākuwī, trad. de Guignes, p. 509.

339 Iṣṭa, éd. de Goeje, p. 154 ; Muqaddasī, éd. de Goeje, pp. 422, 428 et 442.

340 Ibn Hawqal, trad. Wiet, pp. 182 et 492.

341 Ibn Ğubayr, trad. C. Schiaparelli, pp. 218 et 222-223 ; Ibn Baṭṭūa, trad. Defrémery, II, pp. 105-106 et 133-134.

342 Voir références supra, p. 185, n. 4.

343 Rāzī, op. cit.

344 Nāir-i-Husraw, trad. Schefer, pp. 9-10.

345 « Je ne connaissais aucune province de l’empire musulman où l’on trouvât du sel ammoniac, en dehors de la Transoxiane ; j’en ai vu en Sicile, mais il n’a pas la même action que celui de la Transoxiane ». Ibn awqal, trad. Wiet, p. 447 ; Bākuwī, trad. de Guignes, p. 521 ; G. Le Strange, Lands, p. 487.

346 « De ces mêmes régions [montagnes du Farġāna] et du territoire des Turcs on reçoit du sel ammoniac en abondance, de la même qualité que celui qu’on retire du Buttam. » Ibn awqal, trad. Wiet, p. 493.

347 Ibn awqal, trad. Wiet, p. 468 ; Iṣṭa,, éd. de Goeje, pp. 327 et 381.

348 «... Dans le massif du Buttam... on trouve des gisements d’or, d’argent, de vitriol et du sel ammoniac ; ce dernier produit est exporté vers de nombreux endroits et contrées de la terre. Dans chacune de ces montagnes il y a une caverne au-dessus de laquelle on a construit une sorte de chambre ; on en ferme les portes et les fenêtres. Il y a dedans une source dont s’élève une vapeur qui durant le jour ressemble à de la fumée et à du feu pendant la nuit. Cette vapeur se dépose en couches sur les parois et le plafond de cette chambre, et l’on en extrait le sel ammoniac. Personne ne peut entrer dans cette pièce, par suite de la chaleur torride, et on risquerait d’être brûlé si l’on ne revêtait des tenues de feutre mouillé, et l’on y pénètre furtivement comme un voleur pour en tirer ce que l’on peut prendre. Comme cette vapeur se transporte de place en place, on creuse le sol à sa recherche jusqu’à ce qu’elle paraisse. Quand elle se cache en un point, on continue à creuser sur un autre point jusqu’à ce qu’on trouve. Cette vapeur ne nuit pas à ceux qui en approchent quand on n’a pas construit, au-dessus, une chambre qui l’empêche de se répandre dans l’atmosphère, mais si on la met sous pression dans un endroit clos, elle brûle quiconque y pénètre, par suite de l’intensité de la chaleur », Ibn awqal, trad. Wiet, pp. 483-484.

349 Dioscoride, v, 104 ; Pap. méd. copte, p. 89, form. xi, et p. 226, form, CVII.

350 R. J. Forbes, loc. cit., p. 163 et carte p. 168.

351 Bākuwī, trad. de Guignes, p. 519 ; Menaliiǧ, trad. Fagnan, p. 65. V. aussi Ya’qūbī, trad. Wiet, p. 211 ; Bākuwī, p. 425 ; Bakrī, Journ. Asiat., XIII, 1859, p. 143.

352 Ibn Hurdābeh, trad. de Goeje, pp. 43 et 51 ; Merveilles de l’Inde, p. 180 ; Abū ālih, éd. et trad. Evetts, p. 263.

353 V. la miniature du Psautier d’Utrecht (ixe siècle) reprod. par E. Salin, op. cit., III, Les techniques, fig. 24.

354 Maqqarī, Analectes, I, 91 ; H. Pérès, La poésie andalouse en arabe classique, Paris, 1937, p. 289. La technique de la dorure s’appliquait à divers métaux, au cuir, au parchemin et au papier, ainsi qu’à la corne : 20 cornes de buffle dorées figurent sur la liste des présents offerts à al-Ḥakam al-Mustanṣir par son ḥāǧib, en 961. Maqqarī, II, p. 158.

355 Muqaddasī, éd. de Goeje, p. 98 ; Abū l-Fidā, trad. Reinaud, II, 1, p. 119. Nāir i-Husraw signale à La Mekke deux bains dont le pavé était fait de ces pierres vertes « qui servent à repasser les couteaux ». Trad. Schefer, p. 188 ; Idrīsī, trad. Jaubert, I, pp. 332-333 ; Ibn al-Wardī, trad. de Guignes, p. 32

356 Yāqūt, éd. Wüstenfeld, I, p. 631 ; G. Le Strange, The Lands, p. 423. Cf. l’argile à creuset du Condroz, dans la vallée de la Meuse, utilisée lors de la fonte des dinanderies.

357 Vers 1110 à Limoges, vers 1140 dans la Meuse.

Table des illustrations

Titre Fig. vi. Haut fourneau berbère du Maroc
Légende d’après A.Paris et F. Ferriol, “L’industrie du fer chez les Berbères du Maroc”, Hesperis, II, 1922, p.341
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 17. Le fer en Espagne
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende 18. Le Fer en Afrique Du Nord
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 19. Le fer en Égypte
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende 20. Le fer dans l’Orient musulman
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 21. L’exportation des épéés de FiranĞa
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende 22. Le cuivre marocain
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende 23. La progression du dromadaire en Afrique (ive-viiie siècles)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. vii. Extraction de l’or soudanais
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 24. Routes de transmission des techniques a travers l’Afrique
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende 25. Innervation de l’économie musulmane par l’or du Soudan
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende 26. La coupure des routes au xie siècle
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende 27. Les mines d’argent d’Asie centrale
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/278/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 286k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540