Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métaux dans l’Ancien Monde du Ve au XIe siècle

 | 
Maurice Lombard

I. Les métaux dans l’ancien monde à la fin du ve siècle

Texte intégral

1A la fin du ve siècle après J. -C., deux domaines économiques et techniques différents sont séparés par une frontière quasi étanche, le limes syrien, où la paix n’est qu’une série de trêves : le vieux monde méditerranéen d’une part, et d’autre part, l’Empire sāssānide, installé depuis le iiie siècle en Mésopotamie et en Iran, ouvert vers l’océan Indien par le golfe Persique et la mer Rouge, et sur l’Asie centrale par la route de la soie chinoise et les passes des Indes. Les mondes barbares du Nord (Sibérie, Scandinavie, Europe centrale) réalisent le trait d’union entre techniques orientales et techniques méditerranéennes par la face nord du monde méditerranéen. Comment, à l’intérieur de ces différents domaines, se posait le problème des métaux ?

I. L’AFFAIBLISSEMENT DU MONDE ROMAIN

a) Répartition des centres métallurgiques

1° Le fer

  • 1 « Occurrit Chalybum memorabilis Ilua metallis
    Qua nihil uberius Norica gleba tulit.
    Non Biturix larg (...)

2Rutilius Namatianus, poète gaulois et préfet de la Ville sous Honorius, dont le De reditu suo (416)1 est l’itinéraire en vers d’un voyage à travers l’Empire romain, vante les ressources en fer de l’île d’Elbe où cette exploitation du fer a succédé à celle du cuivre et donnera son nom à la capitale, Porto Ferraio.

  • 2 Dans cette région on a trouvé de nombreuses traces de ces multiples petites forges : ferrières des (...)
  • 3 Notitia imperii dignitatum per G allia, in : Script, rer. gallic, et francic., t. I, p. 126. Cf. C(...)

3Mais bien d’autres sources d’approvisionnement en fer existaient dans l’Empire romain et, tout d’abord, en Gaule, la vaste zone de dépôts tertiaires ferrugineux, gisements affleurants, qui s’étend de Cologne à Bourges, où le minerai pisolithique est facile à recueillir à la surface du sol ou à une faible profondeur2, facile aussi à fondre dans des bas fourneaux primitifs selon les conditions techniques du moment. Nous savons qu’au ive siècle, huit manufactures officielles d’armes existaient sur le sol de la Gaule ; il y en avait trois près des frontières et trois près des gisements de matière première : on fabriquait des épées à Reims, des épées et des boucliers à Amiens, des boucliers et des balistes à Trèves ; des boucliers, des cuirasses et des balistes à Autun, des flèches à Mâcon ; enfin, Argenton, grâce aux ferrières du Berry, était le siège de la plus importante de ces manufactures3.

1. Gisements métalliques dans le monde romain

2. Le fer de Norique

  • 4 Voir croquis 2 : Le fer de Norique.

4D’autres centres d’extraction et du travail du fer apparaissent très tôt en pays germanique, dans l’Odenwald, en Basse-Franconie, en Souabe, mais surtout dans le Norique (Styrie et Carinthie actuelles), dont le minerai d’Eisenerz et de Hüttenberg, célèbre pour son excellence, alimentait les industries et le commerce d’Aquilée, et fournissait en armes le limes danubien4.

  • 5 Voir E. Ardaillon, art. Metalla, in : Dict. antiq. grec, et rom., t. VI, pp. 1840-1873 et les réfé (...)
  • 6 Diodore, v, 33, éd. Teubner, II, p. 47 ; Martial, iv, 55, 11, éd. et trad. H. J. Izaac, Paris, 196 (...)
  • 7 Sénèque, De Beneficiis, v, 24, 3, éd. et trad. F. Préchac, II, Paris, 1927, P32.

5L’Espagne était une des grandes régions métallurgiques de l’Antiquité5. On y extrayait, outre le fer, l’étain, le plomb, le cuivre, l’argent. Les entreprises phéniciennes et puniques s’expliquent en partie par la recherche du métal. Le minerai était travaillé à l’époque romaine dans des sites très anciens comme Tartessos, Gadès, Malaga, Carthagène, sur le plateau de Castille, à Bilbilis, à Tolède, dans la sierra Morena (le Mons Marianus des Romains), à Italica, où l’exploitation reprit sous le califat de Cordoue. La valeur des produits manufacturés destinés à l’exportation tenait plus, d’après les auteurs anciens6, à la qualité du travail qu’à la qualité du minerai ; elle s’expliquait aussi par les propriétés de certaines eaux, comme celle du Tage, pour la trempe : c’est ainsi que les coutelas espagnols (machaerae hispanae) étaient renommés dans l’Antiquité7.

6En Orient, deux centres principaux : d’une part, le Liban, avec Damas, dont l’arsenal fut fondé par Dioclétien, et Bosra, à la limite du désert syrien, centre d’un commerce d’armes surveillé pour le compte des Romains par les Ġassanides, policiers du désert ; d’autre part, l’Asie Mineure, où la production des Chalybes est en liaison avec le centre du Caucase, un des plus anciens foyers de l’industrie du fer.

2° Le cuivre

  • 8 Chypre « possède à Tamassos des mines de cuivre très riches, donnant en même temps de la couperose (...)
  • 9 E. Dhorme, « Les Amorrhéens », Revue biblique, 1931, p. 164 ; T. Frank, An Economic survey of anci (...)

7Les vieux gisements orientaux sont plus ou moins épuisés, des civilisations successives y ayant fait appel. A Chypre, les mines de Tamassos, d’Amathos, de Soli, exploitées par les Phéniciens, puis par les Grecs, étaient toujours en activité à l’époque romaine8. En Eubée, Chalcis, célèbre marché du cuivre de l’Antiquité grecque, était abandonné à l’époque romaine. En Syrie, Qinnasrīn, au sudouest d’Alep, fut exploité dans l’Antiquité assyrienne, puis hittite : c’est le « pays de Nuhašše » des lettres de Tell al-Amarna (le cuivre se dit en hébreu nehoššeth, en arabe nahas). Qinnasrīn est l’ancienne Chalcis ad Bellum9. Le Sinaï et le désert arabique, entre le Nil et la mer Rouge, furent les sources du cuivre pour la civilisation pharaonique, attestées par des inscriptions grecques d’époque ptolémaïque et latine ; l’exploitation se poursuivit jusqu’au iiie siècle de notre ère et fut interrompue par l’épuisement des gisements et par les troubles.

  • 10 Daremberg et Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris, 1877-1919, s. v. met (...)
  • 11 Strabon (d’après Posidonius), iii, 2, 9 : Dans les mines de Turdétanie (Bétique), « le cuivre pur (...)

8Les grands foyers de production, à l’époque romaine, sont situés en Occident : en Grande-Bretagne, où le cuivre se trouve avec l’étain et le plomb ; dans l’ancienne Étrurie (Volterra), où sont nées les splendides statues de bronze étrusques, et surtout en Espagne, dans la sierra Morena, dans la région d’Huelva et de Rio Tinto ; on y a retrouvé les vestiges de grandes exploitations, commencées à l’époque carthaginoise, poursuivies à l’époque romaine, qui permettent de décrire la technique minière des Romains : galeries, soutènements, roues hydrauliques, vis d’Archimède pour épuiser les nappes d’eau souterraines, et l’outillage du mineur : le marteau, le pic, la lampe frontale d’argile10. Des textes viennent à l’appui, ceux de Strabon et de Pline11. L’Espagne possédait les plus grands centres de production du monde romain.

  • 12 P. V. Hill, R. A. G. Carson et J. P. C. Kent, Late Roman bronze coinage (A. D. 324-498), Londres, (...)

9Le monnayage de bronze reste assez abondant en Gaule et en Italie jusqu’à la fin du ve siècle. En Gaule, à Arles, il cesse en 425 ; Lyon produit les mêmes pièces jusqu’en 425 et Trèves jusque vers 450. En Italie, les ateliers fonctionnent à Rome jusqu’en 491, à Aquilée jusqu’en 423, à Milan entre 457 et 461 et à Ravenne entre 457 et 461, puis entre 476 et 49312.

3° L’étain et le plomb

  • 13 Strabon, III, 2, 9.
  • 14 O. Davies, Roman Mines in Europe, Oxford, 1935, p. 147.

10L’étain occidental vient du nord de l’Espagne (Asturies et côte cantabrique), d’Armorique et surtout de Cornouailles et des îles Cassitérides. D’après Strabon, l’étain espagnol régnait sur le marché romain dans la période républicaine et impériale13. Les mines de Cornouailles ne furent plus exploitées après l’occupation de la Bretagne et jusqu’au milieu du iiie siècle, époque où elles redeviennent prospères, peut-être parce que les mines espagnoles épuisées, fermèrent aux environs de 250 de notre ère14.

11De Méditerranée, l’étain anglais était exporté par Alexandrie vers la mer Rouge et l’océan Indien où il rencontrait l’étain oriental. La jonction des deux routes de l’étain se déplacera vers l’ouest à l’époque musulmane : c’est en Égypte que convergèrent l’étain anglais et l’étain d’Insulinde.

  • 15 Pline, Hist. nat., xxiv, 49, pp. 162-163.

12Comme pour l’étain, les deux grands centres de production du plomb sont l’Espagne et la Grande-Bretagne, et de la même manière, la découverte et l’exploitation des minerais de plomb plus abondants et plus riches en Bretagne porta un coup très grave à l’industrie extractive du plomb espagnol15. Les mines espagnoles se situaient dans l’arc de cercle Carthagène-Huelva : Carthagène, Baebulo, Castulo, Carteia, Ilipa, Sissapo, en Lusitanie et dans le pays des Cantabres (Ovetum). Depuis la fin du iiie siècle, il n’est plus question que du plomb de Bretagne, qui suit les mêmes routes vers la Méditerranée que l’étain et le cuivre. Dans les premières années du ve siècle, les attaques des Saxons conduisent à l’abandon de l’île par les armées romaines (412 ou 430), et c’est le tarissement de la source principale du plomb, comme de l’étain occidental.

b) Ressources en métaux précieux

1° La rétraction de l’horizon romain

13L’appel de la consommation s’explique, d’une part, par l’essor de l’économie monétaire et la frappe, et, d’autre part, par le développement du luxe et de l’ornement métallique : orfèvrerie, joaillerie, arts de l’incrustation, arts de la broderie de fils d’or et d’argent, damasquinage des armes : les barbaricarii, ouvriers spécialisés dans ces techniques difficiles, dépendent du comes largitionum, chef des finances, qui veille à l’exécution des dons de l’empereur ; ils passeront en Orient sous le contrôle du magister officiorum, chef des bureaux centraux de l’armée (ornement des armes).

14Les grands centres d’appel sont donc les ateliers monétaires et les villes. Mais, en Occident, la classe riche est de moins en moins nombreuse, l’activité urbaine décline et les décurions émigrent à la campagne. Rome est abandonnée pour Constantinople où est transféré l’essentiel de l’immense chantier que constitue le Palais. La cour byzantine emprunte à la cour sāssānide l’étiquette orientale, la pompe, le luxe du décor. Autre centre d’appel : l’Église qui, après la paix constantinienne, accumule les trésors et les précieux objets de culte.

15Or cette demande massive coïncide avec une baisse de l’approvisionnement en métaux précieux.

  • 16 R. Dussaud, sur le poème phénicien de « La naissance des dieux gracieux et beaux », C. r. de l’Aca (...)

16Le premier fait à noter est l’abandon, l’oubli complet de la route maritime punique vers l’or du Soudan. Rappelons brièvement que la vocation première des Phéniciens a été le commerce des métaux précieux, la course aventureuse vers de lointains Eldorados16, vers le pays d’Ophir, et aussi vers l’ouest : l’Espagne, et, par delà les colonnes d’Hercule, la côte marocaine et le Rio de Oro (île de Cerné), où arrive l’or du haut Sénégal (bords de la Falémé, région de Bambouk).

  • 17 Hérodote, Histoires, iv, 196, éd. et trad. Legrand, Paris, 1939.
  • 18 J. Carcopino, Le Maroc antique, Paris, 1943, ch. II. Le Maroc marché punique de l’or, pp. 73-163.

17Le troc muet de l’or avec les Noirs est déjà décrit par Hérodote17, comme il le sera par les auteurs arabes du Moyen Age, et encore au xixe siècle, par les voyageurs européens. Hérodote écrit au milieu du ve siècle avant notre ère, au moment où Carthage substitue sa domination propre à celle de sa métropole, Tyr, sur les lointaines colonies de l’Atlantique, têtes de ligne vers le pays de l’or : Gadès et Lixus. L’héritage phénicien dans toute la région occidentale est recueilli par la grande république marchande de Carthage, qui monte la garde devant le détroit, les routes du Maroc et de l’Atlantique, et cela, aussi longtemps que dure sa marine et sa puissance, c’est-à-dire jusqu’aux guerres puniques et à sa destruction par Rome18.

18Or Rome n’a pas continué de ce côté l’œuvre de Carthage : la route maritime vers l’or du Soudan est abandonnée, oubliée. A l’époque de Strabon (Ier siècle après J. -C.), la colonisation punique au delà des colonnes d’Hercule, le long de la côte mauritanienne, et le commerce de l’or avec les Noirs de l’intérieur, apparaissent comme déjà purement légendaires, comme des fables absurdes. De même, remarquons-le en passant, Rome perdit la trace des grands voyages d’exploration et de commerce entrepris par la marine phénicienne vers le nord de l’Atlantique : Thulé (Ultima Thule) est une île irréelle pour Strabon et les autres géographes latins. L’Empire romain s’est limité entre le Maroc du Nord (Volubilis) et la Bretagne du Sud. La Méditerranée romaine est un lac et non plus la grande route de commerce entre Extrême-Orient et Extrême-Occident : ce qu’elle avait été à l’époque punique, ce qu’elle sera à nouveau à l’époque musulmane.

19Comment expliquer ce retrait, ce resserrement de l’horizon géographique et commercial de Rome ? La cause paraît en avoir été la « mise en exploitation » de l’Orient : le rapt des richesses accumulées dans les villes et les palais de la Méditerranée orientale, les trésors des Attales à Pergame, ceux des Lagides, ceux de la reine de Palmyre. Pourquoi se lancer sur des routes peu connues et dangereuses, selon la tradition des légendes et récits carthaginois, alors qu’on peut, par la force des armes, s’emparer facilement des trésors entassés, immédiatement utilisables, des vieilles civilisations de l’Orient ?

20D’autre part, par l’intermédiaire des peuples de l’Orient classique (Syriens, Juifs, Égyptiens), héritiers des entreprises phéniciennes vers l’est (mer Rouge, golfe Persique, océan Indien), l’or oriental continue d’affluer dans les villes du Levant méditerranéen, remplaçant dans une certaine mesure les vieux stocks d’or absorbés par Rome et par l’Occident : c’est la grande époque du commerce des villes de Méditerranée orientale, qui dure jusqu’au iiie siècle de l’ère chrétienne.

21Nous envisagerons successivement les principales mines d’or à l’intérieur de l’Empire romain, puis les mines extérieures à la production desquelles il devait faire appel.

2° Les ressources de l’Empire en métal jaune

  • 19 «... Il est très rare qu’un pays possède au même degré l’un et l’autre avantage : fertilité du sol (...)

22Pars Occidentis. Posidonius d’Apamée et Strabon manifestent le même étonnement devant la conspiration des phénomènes géographiques qui font la richesse de la Bétique : un sol exceptionnellement fertile et des mines polymétalliques19. Strabon énumère les ressources de la Turdétanie, de la région du Guadalquivir et du Guadiana, de l’estuaire du Tage, des mines des Artabres, au N. -O. de la Tarraconaise. Il indique qu’il existe en Turdétanie plus de laveries d’or que de mines, celles-ci ayant été épuisées par l’exploitation forcenée des Romains ; il donne des détails sur la cueillette de l’or qui se fait au moyen de la drague. On trouve des sables aurifères dans les cours ; d’eau, mais aussi dans des endroits secs ; on arrose alors pour faire luire les paillettes. Le sable est lavé dans des auges ou dans des sébilles, et l’or est ainsi isolé : on trouve parfois des pépites (pales) d’une demi-livre, qui ont à peine besoin d’être purifiées. Ces pépites son soumises à une première cuisson et mêlées à une terre alumineuse ; elles donnent une scorie d’or amalgamé à de l’argent, l’électrum, qui est cuite de nouveau ; l’argent est brûlé, et l’or seul demeure. On emploie plutôt un feu de paille dont la chaleur est moins forte que celle d’un feu de charbon, pour avoir moins de perte de métal.

  • 20 Strabon (d’après Posidonius), ibid.
  • 21 « Aurum invenitur in nostro orbe : ut omittamus indicum a formicis aut apud Scythas gryphis erutum (...)

23Le Tage et ses affluents charrient des paillettes d’or, d’où la légende arabe des paillettes d’or rejetées par la mer, qui a donné à l’embouchure du Tage son nom de « Mer de Paille ». Dans le pays des Artabres, sur la côte de Corogne, « les femmes ratissent soigneusement le sable aurifère et le lavent ensuite dans des sas ou tamis, tressés à la façon de paniers » 20. Analogue à cette petite exploitation par lavage de sables aurifères est l’exploitation des sables charriés par le Rhin (Rheingold), par les cours d’eau des Alpes, affluents du Rhône et du Pô, par les cours d’eau descendus des Pyrénées (Ariège = Aurigera)21.

  • 22 Strabon, vii, Fragm., 37, 39 ; voir M. Lombard, Monnaie et Histoire, p. 98.

24Pars Orientis. Les deux anciens grands centres de la production de l’or dans l’antiquité hellénique étaient d’une part la Thrace, la Macédoine et Thasos, d’autre part, l’Asie Mineure. Ils étaient l’un et l’autre épuisés à l’époque romaine. Strabon énumère dans sa géographie « historique », et, par conséquent, périmée, les exploitations, filons ou laveries, qui firent la richesse fabuleuse de Tantale, de Cadmos, de Priam, de Midas et de ses successeurs, et qui avaient totalement disparu de son temps ; seules étaient encore en activité les mines de Thrace (mont Pangée), dont Philippe de Macédoine avait réussi à s’emparer en 357, éliminant la concurrence des Athéniens22.

25Les mines les plus importantes à l’époque romaine sont les mines de l’Illyrie, et surtout de Dacie. La conquête de la Transylvanie par Trajan apporta un afflux d’or neuf. Sous Gallien et Aurélien (2e moitié du iiie siècle), le monnayage d’or était encore important. Mais ces mines furent abandonnées aux barbares, aux Sarmates et aux Goths, et à ceux qui vinrent derrière eux, Vandales et Gépides. Le tarissement de cette source d’or explique les difficultés monétaires du Bas-Empire. Comme les autres métaux, l’or connaît une baisse de production à l’intérieur de l’Empire romain.

3° Les centres de production de l’or importé

  • 23 Voir le croquis 5 : L’or du Caucase.
  • 24 «... Les torrents de leur pays roulent des paillettes d’or que ces Barbares [les Soanes] recueille (...)

26Caucase et Arménie23. Le débouché de cette région aurifère sur la mer Noire est la Colchide, où les Argonautes de Jason allèrent en quête de la Toison d’or. Strabon24 décrit la recherche de l’or dans les torrents du pays des Soanes (Swanétie actuelle) : les sables aurifères sont lavés sur des vans percés de trous recouverts de toisons de moutons, où les paillettes d’or sont retenues par les poils. Les Soanes étaient le plus puissant des peuples des sommets dominant Dioscurias, ancienne colonie grecque du nord du Phase. Récemment encore, les orpailleurs de Swanétie recueillaient les paillettes dans les fleuves, et surtout dans l’Ingour, dont le cours supérieur entaille la bande aurifère des schistes argileux quartzifères du Caucase central.

  • 25 Strabon, xi, 14, 9.

27En Arménie d’autre part, dans le massif situé au sud du Caucase qui s’étend de Tiflis à Erivan, de nombreux travaux antiques sont attestés dans les vallées des affluents de la Koura (Cyrus), ainsi qu’à Ispir, dans la vallée du Tchorokh (Coru), où des mines d’or sont exploitées depuis des temps immémoriaux. Alexandre voulut s’assurer la possession des mines d’or d’Arménie. Il y envoya un détachement armé commandé par Ménon. Mais celui-ci fut massacré par les montagnards du pays125. De même en Ossétie, dans la vallée de l’Ouroukh, petit affluent du Térek, où l’on a fait des trouvailles funéraires : vêtements avec des pépites d’or cousues, bonnets ornés de plaques d’or, nombreux bijoux. Selon la tradition, les patriarches arméniens portaient la barbe tissée de fils d’or.

3. L’or du Caucase

  • 26 Grégoire l’Illuminateur, de Césarée de Cappadoce (mort vers 326), convertit Tiridate iii d’Arménie (...)

28Au ive siècle, la lutte ardente pour l’Arménie s’explique par l’attrait de l’or. Les routes de l’évangélisation et les routes du commerce de l’or sont confondues26 comme elles le seront en Éthiopie à l’époque de Justinien. Mais au ve siècle, la domination perse s’étend en Arménie ; en 428, l’ancienne dynastie est remplacée par le gouverneur sāssānide Marzban, et les Perses exploitent intensivement le pays.

  • 27 Psaumes, lxxii, 15 ; Rois, 10.
  • 28 « Le territoire occupé par ces peuples est traversé par un fleuve qui roule des paillettes d’or ; (...)

29Arabie. On y trouve l’or sous forme de petits gisements ou dans les sables aurifères : en Arabie du Sud, au Yémen, qui est proprement la « région de Saba », entre San’ā et Ma’rib, dans le site de Hawlān (qui est peut-être le Hawīla de la Bible)27 ; dans le pays de Ḏahaban (Debae, de Strabon)28, les pépites d’or non raffinées sont échangées par les indigènes contre des métaux travaillés. (Ḏahaban tire son nom d’un mot arabe ḏahab signifiant « or ») ; dans le Ḥiğāz et le Nağd, ce sont les mines des Bani Solaim. En Arabie du Nord, l’or du pays de Midian est exporté par les Nabatéens de Petra vers la Syrie et l’Égypte. Dans cette dernière zone, on retrouve la concurrence entre l’Empire romain et les Sāssānides, par tribus arabes interposées : les Ġāssanides de Bosra, sous influence romaine et les Laẖmides de Hïra sous l’influence sāssānide. Les mouvements incessants des nomades sur la frontière interrompent souvent aux ive et ve siècles les arrivées d’or d’Arabie dans l’intérieur de l’Empire.

  • 29 Strabon, xvii, 2, 2 ; Diodore de Sicile, iii, 12-14.

30Nubie et Ethiopie. La Nubie, Dar an-Nūba, est « le pays de l’or » ; nub est l’or, en égyptien ancien. C’est la région du haut Nil et de ses affluents jusqu’aux Grands Lacs, où l’on trouve à la fois des mines et des sables aurifères. C’est aussi le Wādī ‘Allāqī, entre le Nil et la mer Rouge. Strabon parle des gisements d’or de l’île de Méroé et Diodore de Sicile décrit le travail des mineurs, concasseurs et affineurs29. On a identifié les galeries et les villages de mineurs de l’époque antique en Etbaï, à Kordofan, Fazoglū, Senaar, sur les bords du Sobat. L’or arrivait par la vallée du Nil, sur les biefs navigables entre les cataractes, et par portage pour contourner les rapides, ou par des pistes à travers le désert pour raccourcir le chemin. Il était amené à Syène (Assouan), grand entrepôt de l’or, dans l’île de Philae, à la première cataracte, et, de là, allait jusqu’au delta. L’exportation se faisait aussi par les ports de la mer Rouge, Bereniké Panchrysos, ou Adulis.

31Les royaumes d’Axoum, de Méroé, de Napata, et les Pharaons d’Égypte disposaient de ressources énormes en or ; en une année, les mines de Nubie rapportaient à Thoutmès III 2 400 livres. Les Ptolémées poussèrent la production, par une organisation et une administration très précises des mines d’or : travail des esclaves, surveillance des intendants, caravanes à travers le désert, flottilles sur le Nil.

32L’exploitation continua à l’époque romaine, mais ici aussi des mouvements de peuples nomades, les Blemmyes, vinrent interrompre les routes de l’or nubien et éthiopien vers l’Empire romain. Pour se défendre d’eux, Dioclétien installa les Nobates au sud de Syène et leur confia la protection de la vallée du Nil ; mais pillages et incursions armées coupèrent les routes aux ive et ve siècles.

  • 30 Voir J. Filliozat, Les Relations extérieures de l’Inde. I. Les Échanges de l’Inde et de l’empire r (...)

33Or arrivant par l’océan Indien. Les pulsations du commerce alexandrin par la mer Rouge rythment les arrivées d’or en provenance de l’Inde et de l’Afrique Orientale. L’or du Tibet et du Dekkan est exporté par les ports que fréquentent les navires alexandrins, Barygaza, Musiris, et arrive par Socotora30. Mais c’est surtout l’or de la région des Grands Lacs, et, plus au sud, du Mashonaland et du Matébéléland, les grands champs d’or de l’Afrique australe, où s’épanouira la civilisation noire dont subsistent les ruines de Zimbabwe. De l’intérieur, l’ivoire et surtout la poudre d’or étaient portés à dos d’homme vers la côte ; la région d’Ophir, qui sera, à l’époque musulmane, « le Sofala de l’or » (Sofalat-aḏ-ḏahab) ou le « pays des nègres » (en perse : Zangbar, Zangistān, et en arabe : Bilād-az-Zanğ), les réexpédie, dès l’époque hellénistique, par une série de comptoirs, dont Rapta.

34Alexandrie était l’emporium de l’or de l’océan Indien ; des marchands alexandrins circulaient en Extrême-Orient, dans les ports indiens et à Ceylan, ainsi que dans les « Échelles d’Azanie » (Azania, Azandjia, c’est-à-dire le pays des Zanğ ; sur la côte d’Afrique). Le canal qui faisait communiquer le Nil avec la mer Rouge, périodiquement désensablé, le fut encore sous Trajan (Amnis Trajani). Mais, au ve siècle, la belle époque du commerce alexandrin est révolue. La ville a beaucoup souffert des troubles du ive siècle et, surtout, le puissant empire des Perses sāssānides, constitué au iiie siècle, a étendu sa domination à partir du golfe Persique jusque sur les côtes de l’Arabie méridionale, jusqu’en Oman, dont les ports arment pour le grand commerce avec le pourtour de l’océan Indien.

4. Les arrivées d’or dans l’Empire romain d’Orient

35L’Empire romain connaît donc à la fin du ve siècle un arrêt presque total des importations d’or extérieur, tant par suite de l’oubli de la route maritime de l’or occidental (depuis la chute de Carthage) que par les arrêts fréquents, voire l’interruption complète des arrivées d’or en provenance des mines orientales (Caucase et Arménie, Arabie, Nubie et Éthiopie, océan Indien). Que les routes soient coupées par des nomades barbares et pillards, ou qu’elles soient dominées par son grand rival, l’Empire sāssānide, l’Empire romain est maintenant limité à ses ressources intérieures en or — ressources qui, nous l’avons vu, commencent à s’épuiser.

4° L’argent

  • 31 Strabon, iii, 2, 8-11 ; voir croquis 5 : L’argent d’Espagne.
  • 32 « Polybe nous parle, en décrivant Carthage-la-Neuve, de mines d’argent très considérables situées (...)
  • 33 « Reperitur [argentum] in omnibus paene provinciis, sed in Hispania pulcherrimum... », Hist. nat.,(...)
  • 34 Hérodote, Hist., éd. et trad. Legrand, III, 57, p. 78 ; cf. M. Lombard, Monnaie et Histoire, p. 10 (...)

36Pars Occidentis. L’Espagne, Strabon l’a noté, est le paradis des métaux, plus spécialement de l’argent31. Après la défaite de Carthage, Rome reprit l’exploitation, plaça les mines d’or sous monopole d’État, mais laissa à l’entreprise privée les mines d’argent. Les mines les plus importantes étaient situées près de Carthago Nova (Carthagène), où, selon Polybe32, au iie siècle avant notre ère, 40 000 ouvriers travaillaient toute l’année ; à Castulo (Castlon), entre le cours supérieur du Bétis (Guadalquivir) et celui de l’Anas (Guadiana), au pied du Mons Argyrus, qui faisait l’admiration de Pline33, c’est-à-dire dans la sierra de Segura, flanc sud de la sierra Morena, où l’Anas prend sa source ; chez les Artabes de Lusitanie, où les minerais superficiels étaient mêlés à l’or34. L’argent espagnol s’exportait par Gadès, Malaga, Carthagène.

37Autre région argentifère, l’Atlas marocain : la montagne d’argent, le Casaphus Mons (kasaph désigne « l’argent » en phénicien). Comme pour l’or du Soudan, le Lixus en était l’entrepôt.

38En Gaule, on exploitait l’argent dans le Poitou, aux environs de Melle (à 10 km au sud-est de Niort) ; la légende locale de la fée Mélusine, femme à corps de serpent, animal chtonien, est peut-être l’indice d’une très ancienne exploitation minière. De l’atelier monétaire de Melle sont sortis à l’époque romaine des lingots d’argent à inscriptions ; Metulo figure encore sur de nombreuses monnaies mérovingiennes. Signalons enfin, en Bretagne, des gisements de plomb argentifère de composition plus riche en plomb qu’en argent.

5. L’argent d’Espagne

39Pars Orientis. Ce sont, en Asie Mineure, de petits gisements, d’exploitation intermittente, qui ne représentent qu’un faible apport à l’époque romaine. Le plus important est au sud-ouest de la péninsule, dans le Taurus, près d’Héracleia Cybistra, (le « Bulgār Ma’din » des Arabes), celui qui avait été la grande source d’argent pour l’Empire hittite, et exportait, par l’intermédiaire des Crétois, vers l’Égypte.

  • 35 Cf. M. Lombard, Monnaie et Histoire, pp. 109-110.

40Dans les Cyclades, Siphnos, qui alimenta le monnayage grec, en particulier, la frappe des tortues d’Égine35, était complètement épuisé à l’époque romaine. Il en est de même pour les mines d’argent de Macédoine, de Thrace, du Laurion, antiques sources du monnayage athénien. Les différentes veines, exploitées tour à tour, n’étaient plus d’aucun rendement.

41En somme, l’Orient était épuisé, tandis que l’Occident et surtout l’Espagne, possédait encore d’importantes réserves.

c) L’ère des difficultés

42Au moment de la chute de l’Empire romain, deux aspects du problème des métaux sont à envisager : d’une part, la pénurie et ses causes, d’autre part la disproportion des réserves entre la Pars Orientis et la Pars Occidentis.

1° La pénurie métallique

43Il existe en ce sens des indications qui concordent mais n’ont pas été encore regroupées, et, pour commencer, celles qui concernent l’évolution de l’armement. Les descriptions des auteurs et les représentations sculptées, celles en particulier des bas-reliefs des arcs de triomphe, nous permettent de la reconstituer.

  • 36 P. Couissin, Les armes romaines. Essai sur les origines et l’évolution des armes individuelles du (...)
  • 37 Hist. nat., xxxiv, 41, p. 157.
  • 38 L’épée longue parvint, depuis l’Iran et l’Asie centrale, jusqu’en Occident, par l’intermédiaire de (...)

44Les ressources en fer de l’Empire romain, en Occident — Gaule, Espagne, Norique, île d’Elbe — et dans quelques centres de la Pars Orientis avaient fait la force des légions36. Il est à remarquer que l’évolution de l’armement est fait dès l’origine d’emprunts successifs à l’ennemi : d’abord le gladius ibericus, épée courte, tranchante et pointue, qui frappe d’estoc et de taille, originaire du vieux centre espagnol des métaux, forgée puis trempée « à l’huile », aux dires de Pline37 ; puis, la cotte de mailles et le ceinturon à plaques métalliques, empruntés aux Gaulois ; enfin, au Bas-Empire, la spatha, empruntée aux Germains, épée longue, tranchante et pointue, portant surtout des coups de taille38. Végèce dans son De re militari, dédié à la fin du iie siècle à Valentinien II, déplore l’abandon de l’épée courte et regrette l’escrime savante.

  • 39 Pline, Hist. nat., xxxiv, 41, p. 157 ; cf. infra, pp. 36-37.

45La production du fer et des armes fut longtemps suffisante dans l’Empire romain et donna même lieu à une exportation chez les Germains, chez les Parthes et les Sāssānides. En sens inverse la Méditerranée romaine importait du fer d’Orient et surtout de l’acier indien39.

Fig. i. Casque embouti. ier siècle (trouvé à Weisenau, près de Mayence) Technique romaine. Survivances jusqu’au viie siècle

Fig. i. Casque embouti. ier siècle (trouvé à Weisenau, près de Mayence) Technique romaine. Survivances jusqu’au viie siècle

Fig. i bis. Casque rivé. Fin du ive siècle (Worms) Technique barbare, introduite par les Ostrogoths, employée par les Mérovingiens

Fig. i bis. Casque rivé. Fin du ive siècle (Worms) Technique barbare, introduite par les Ostrogoths, employée par les Mérovingiens

d’après L. Lindenschmidt. Reprod. P. Couissin, Les armes romaines,fig. 103 et 190

46Or, à la fin du ive et au début du ve siècle, les armées romaines abandonnent les armes lourdes. Des javelots légers en bois remplacent le pilum ; les armes de jet : frondes, arcs, sont de plus en plus nombreuses ; le bouclier ovale ou en écu, emprunté à la cavalerie légère des Goths, remplace le grand bouclier demi-cylindrique, qui servait à faire la « tortue » ; la cuirasse métallique enfin, les bandes articulées de la lorica et le tissu de mailles protégeant les bras et les cuisses, qui donnaient sa silhouette typique au légionnaire romain des iie et iiie siècles, sont remplacés par la cuirasse de cuir. Végèce, qui regrette cet abandon, le date du règne de Gratien (375-383).

  • 40 Voir fig. I.

47La décadence des techniques avait fait remplacer le casque embouti par le casque rivé40. Puis le casque disparaît. Dans les représentations figurées de la fin du ive et du ve siècle, les protectores des cohortes prétoriennes entourant l’Empereur se montrent tête nue, vêtus de tuniques sans cuirasses, armés de la lance et de la longue épée (spatha). Quel est le sens de cette évolution ?

  • 41 C’est celle que donne P. Couissin, op. cit., p. 513.

48C’est d’abord l’arrivée en masse des Barbares dans l’armée romaine. Certes ils sont habitués à un armement léger, refusent le port du casque et de la cuirasse et l’Empire n’a plus la force de les leur imposer. Voilà l’explication traditionnelle41. Mais, c’est bien plutôt la baisse de la production en fer dans l’Empire romain qui explique la disparition de l’armement lourd ; le fait est capital pour comprendre l’effondrement de la puissance romaine.

  • 42 Voir infra, p. 34, n. 3.
  • 43 Julien, In Constantii laudem, 1, 37 : cf. P. Couissin, op. cit., p. 515.

49Il faut cependant signaler le lourd équipement des cataphractaires (cataphractarii, clibanarii) : ils ont emprunté aux cataphractaires perses, qui les transmettront aux Sāssānides, la cuirasse articulée et la cotte de mailles. Ammien Marcellin42 décrit les densae laminae, écailles dont sont recouverts les soldats iraniens (comme les Sarmates de la colonne trajane), les rigentes juncturae, « solides jointures », protégeant les articulations, comme les cubitières et genouillères médiévales. Cet armement lourd apparaît dans les bas-reliefs de Tāq-i-Bostān et de Naqš-i-Rustem (Iran). Mais pour les cuirassiers romains, le seul témoignage de l’empereur Julien (361-363), dans un passage du In Constantii laudem43, est rédigé dans des termes vagues et embarrassés qui laissent à penser que ce type d’armement était un prototype certainement peu courant dans la cavalerie romaine. Sans doute y eut-il un essai pour introduire dans l’armée romaine une cavalerie lourde afin de l’opposer aux cavaliers perses lourdement armés ; si cet effort a échoué, c’est par manque de métal.

50Autre indice, la raréfaction de la monnaie. La monnaie d’or devient rare et, au cours du ve siècle, le monnayage du cuivre s’interrompt presque en Gaule et en Espagne. La production métallique baisse dans l’Empire, tandis que l’arrivée d’or importé des pays extérieurs se tarit. L’or qui subsiste, enfin, s’écoule vers l’Orient, pour l’achat de produits nécessaires au luxe romain. A la balance défavorable s’ajoute la thésaurisation, qui retire de la circulation un important stock de métal précieux.

  • 44 Code Théodosien, x, 19, 8 et 13.
  • 45 E. Schönbauer, « Beiträge zur Geschichte des Bergbaurechts », Münchener Beiträge zur Papyrusforsch (...)

51Les mesures prises par l’État en matière de politique minière et douanière témoignent également du problème angoissant que pose la pénurie de métaux. D’abord dans le régime des mines : tantôt monopole du fisc, en vertu du droit de l’État sur le sous-sol ; tantôt droit accordé aux propriétaires d’exploiter ce sous-sol44. Sous Théodose, il y eut temporairement libre exploitation, moyennant une double indemnité, l’une au propriétaire de la surface, l’autre à l’État. La politique est aussi hésitante et même incohérente, vis-à-vis de la main-d’œuvre : les mineurs (metallarii) sont asservis et placés sous le contrôle de procurateurs spéciaux ; leur condition est très dure. En 365, Valentin rend la liberté aux prospecteurs d’or, tout en les soumettant à des redevances. Dès 369, un décret nouveau ordonne de faire la chasse dans tout l’Empire à ces chercheurs d’or et de les ramener dans leur lieu d’origine. Ces contradictions témoignent d’une incapacité à promouvoir la production du métal45.

52Mêmes hésitations en ce qui concerne les exportations. L’exportation du fer et des armes est interdite vers l’Empire perse : c’est une des causes de la rupture entre Constantin et Šāpūr. Elle est également interdite vers les tribus arabes du limes d’Arabie. A plusieurs reprises, il est même interdit d’exporter les monnaies d’or vers l’Orient (océan Indien, Arabie et Empire sāssānide).

53Tous ces indices concordent et attestent la pénurie de métaux dont souffre l’Empire romain à la fin du ive et au ve siècle. Il faut donc poser le problème : y a-t-il affaiblissement des ressources métalliques ? Si oui, est-ce par épuisement des mines ou en raison d’exportations excessives ? Y a-t-il baisse de l’exploitation minière et déclin des fabrications ?

  • 46 Roman Mines in Europe, p. 2.

54Oliver Davies a vu dans le déclin des ressources minières, surtout en Occident, la cause principale du transfert du centre de l’Empire de l’Occident à l’Orient46. Cette interprétation n’est pas exacte : l’Occident romain demeure, nous l’avons vu, une région riche en réserves minières. Si l’or s’épuise dans les laveries, la production d’argent, de plomb, de cuivre, de fer demeure importante et surtout n’entame pas les réserves. La preuve en est dans la reprise de l’exploitation minière au Moyen Age. Le chevalier médiéval porte un armement lourd : heaume, haubert, cotte de mailles, épée, masse d’armes, lance, éperons, étriers ; le cheval est harnaché et protégé par des pièces métalliques, et surtout ferré. Il y a là un prodigieux appel de la consommation, qui est satisfait par les ressources de l’Occident.

55Faut-il alors incriminer les exportations excessives ? Pline notait déjà la fuite de l’or vers l’est ; des masses d’or sortent chaque année du monde romain vers le domaine oriental pour payer les matières premières de luxe dont ce dernier est le seul détenteur : soie, pierres précieuses, ivoire, épices, etc. Cette hémorragie va de pair avec l’épuisement des mines d’or de l’Empire, la thésaurisation et la coupure des routes par où arrivait l’or extérieur. Il se peut aussi que le fer et les armes aient pris la même voie et aient donné lieu à un gros trafic vers l’Orient : on a retrouvé des épées romaines à Bosra et dans l’Arabie antéislamique.

  • 47 Code Théodosien, iv, 6, 3.

56Mais il s’agit essentiellement d’un déclin dans l’exploitation et la fabrication dont sont en partie responsables la structure sociale de l’Empire romain et l’organisation étatique. Les ouvriers des mines (metallarii), des arsenaux (fabricenses), des ateliers de frappe (monetarii) sont esclaves de père en fils dans le même métier, selon le système héréditaire des castes du Bas-Empire, et soumis à une hiérarchie d’administrateurs publics, les procuratores. En dehors des ateliers d’État, les collegia sont des corporations étroitement réglementées, où la main-d’œuvre servile est de même très importante, en partie fournie par des condamnés47. Cette structure étatique envahissante correspond aux tentatives de l’administration impériale de faire face à la dépression économique en fixant les personnes par des édits et règlements très précis dans leurs fonctions et métiers. Cette armature s’effondre au moment où s’effondre l’État.

  • 48 M. Bloch, « Comment finit l’esclavage antique », Annales ESC, II, 1947.

57Une des raisons de la baisse des exploitations minières et du déclin des fabrications est le problème de la main-d’œuvre : les frontières stabilisées sont sur le défensive, les sources de l’esclavage se tarissent48 ; en 378, les ouvriers mineurs des Balkans, dont la condition était très dure, sympathisent avec les Goths. Le système rigide du Bas-Empire, qui pousse de plus en plus au travail forcé des hommes libres, est la conséquence directe d’une baisse de recrutement de la main-d’œuvre servile pour le travail des mines et des ateliers.

58L’autre raison du déclin de la production et des fabrications est sans conteste l’insécurité, les troubles civils et les invasions fréquentes dans l’Empire d’Occident. Les esclaves mineurs se joignent aux envahisseurs barbares dans les Balkans, en Gaule, en Espagne : autant de mines abandonnées aux ive et ve siècles. Les mines d’or de Dacie avaient déjà été délaissées dès le milieu du iiie siècle. Des villes, centres d’ateliers de fabrication, sont détruites. Aquilée, par exemple, qui fabriquait avec le fer des Alpes occidentales les armes expédiées vers le limes danubien, est rasée en 451 ; on ne retrouvera même plus trace de ses ruines. La ville ne fut reconstruite qu’au ixe siècle.

59La mise en sommeil de l’exploitation minière et la décadence des fabrications d’objets de métal s’expliquent donc à la fois par la pénurie de main-d’œuvre et par les destructions matérielles.

2° La disproportion des réserves entre la Pars Occidentis et la Pars Orientis

  • 49 S. Gsell, « Vieilles exploitations minières dans l’Afrique du Nord », Hespéris, VIII, 1928, pp. 1- (...)

60L’Occident romain est depuis toujours la grande région métallifère, l’Eldorado des Phéniciens, puis des publicains romains. Nous avons vu que le manque de main-d’œuvre, les troubles et les invasions barbares ont interrompu l’exploitation minière et la fabrication. Mais des réserves très importantes demeurent, et, par ailleurs, de nombreux gisements n’ont jamais été exploités par les Romains ; S. Gsell a démontré, par exemple, contrairement à l’opinion reçue, la très restreinte exploitation des mines de Berbérie avant la conquête musulmane49. La tentation est fréquente devant la découverte archéologique de sites miniers d’y voir des vestiges d’exploitation romaine ; en réalité, l’exploitation est souvent plus tardive.

61A la fin du monde romain, l’Occident, c’est-à-dire le bassin occidental de la Méditerranée et l’Europe du Nord-Ouest, est donc une région neuve au point de vue minier. L’interruption du travail minier au début de l’époque barbare lui a donné une nouvelle virginité. Les possibilités demeurent considérables, dans l’Espagne et l’Afrique du Nord musulmane, et dans le monde carolingien et ottonien.

62En revanche, l’Orient, c’est-à-dire le bassin oriental de la Méditerranée (Égypte, Syrie, Asie Mineure, Balkans), n’est plus, à la fin du monde romain, une grande région métallifère. Les gisements y ont été exploités à force par les vieilles civilisations en Asie Mineure, à Chypre, en Thrace, en Syrie, au Sinaï. Cette exploitation a été destructrice, en ce sens qu’il n’existe plus de réserves, de même qu’après le déboisement les ressources forestières ne s’y sont pas reconstituées. La seule solution pour ces régions, désormais privées de minerai et de combustible, est le développement des relations commerciales, pour aller chercher au loin des métaux qui manquent complètement, et les importer depuis les centres miniers extérieurs à l’Empire : le Caucase, l’Arabie, la Haute-Égypte. Cette arrivée des métaux dépend de l’état des relations extérieures et des routes commerciales. Or, à la fin de l’Empire romain, ces routes sont coupées : la route du Caucase et celle d’Arabie, par les Sāssānides et les mouvements des nomades arabes ; la route de l’océan Indien, par l’interruption du commerce lointain d’Alexandrie ; la route de Nubie, par les incursions des Blemmyes.

63La reprise générale du grand commerce se produira aux viiie et ixe siècles dans le monde musulman, qui ressoudera l’Orient et l’Occident, depuis l’Asie centrale et l’océan Indien jusqu’à la Méditerranée.

2. LA RENAISSANCE METALLIQUE DU MONDE SĀSSĀNIDE

64A la fin du ive siècle et au début du ve siècle, l’Empire sāssānide est la plus grande puissance, en rivalité directe et continuelle avec le monde romain. Par delà le limes syro-mésopotamien, il constitue une vaste aire de civilisation, et occupe la position d’un intermédiaire obligé du commerce mondial vers la Méditerranée : la route des oasis et des caravanes depuis la Chine et l’Inde par l’Asie centrale et le plateau d’Iran aboutit en Mésopotamie au coude de l’Euphrate ; la route du golfe Persique par la côte de l’Iran et par Oman débouche en Mésopotamie et en Syrie du Nord. La route de la mer Rouge, où sont utilisés les transporteurs arabes du Yémen, du Ḥiğāz et de Nabatène et qui se dirige vers la Syrie et l’Égypte demeure la seule qui ne soit pas dominée par les Sāssānides.

65La création de l’Empire sāssānide est un fait capital de l’histoire mondiale, dont la signification a échappé aux écrivains romains. Le royaume des Parthes Arsacides était au début du iiie siècle en anarchie totale, comparable à la décomposition du califat de Cordoue au xie siècle. Entre 224 et 226, une famille de grands seigneurs, prêtres du zoroastrisme, issue de la Perside, se révolta contre le pouvoir central. Le Fārs, puis tout l’Empire parthe furent conquis après la bataille où fut défait et tué le roi Ardavān (Artaban V). Le fondateur de la nouvelle dynastie est Ardašer ier. A la fin du ive siècle et au début du ve siècle, la puissance des sāssānides s’affermit, avec les règnes de Šāpūr II (309-379), vainqueur de Valérien, de Vahran IV (388-399) et de Yazdagard Ier (399-421).

66Le pouvoir est à nouveau concentré entre les mains d’un « Roi des Rois ». Les tendances iraniennes sont accentuées : le zoroastrisme est religion d’État et l’Église est toute puissante ; la politique extérieure est un impérialisme conquérant, sur le modèle des Achéménides et des monarchies hellénistiques (Séleucides). Le renouveau économique, fondé sur la domination des routes commerciales de l’océan Indien et de l’Asie intérieure vers la Méditerranée, entraîne le recul du commerce des villes de l’Orient romain : Antioche, Alexandrie. La monnaie d’argent, le direm, qui circule largement, chasse de ses positions orientales le nomisma byzantin, comme le commerce arabo-perse élimine peu à peu d’Orient le commerce des Levantins, ressortissants de l’Empire romain. Les princes sāssānides sont de grands bâtisseurs de ville ; les arts industriels se développent, mais aussi l’agriculture pour satisfaire aux besoins des agglomérations. Cette civilisation avancée, héritière de l’Orient antique et de l’époque hellénistique, fait appel aux matières premières pour ses industries (objets courants et fabrication de luxe) et en particulier aux métaux.

a) Le primat du fer

1° Une armée « cuirassée »

67La consommation de fer est importante tant pour l’armement offensif que pour l’armement défensif. Les sāssānides ont organisé une puissante armée, souvent victorieuse des armées romaines.

  • 50 Ammien Marcellin, officier d’origine grecque, qui servit dans l’armée romaine du limes mésopotamie (...)

68La cavalerie cuirassée (asvārān) était la fleur de l’armée, comme la phalange macédonienne ou les cataphractarii parthes. Elle était composée de chevaliers nobles montés sur de gros chevaux iraniens, ceux qui, pendant tout le Moyen Age et jusqu’aux temps modernes, ont été exportés vers les Indes par les ports du golfe Persique. Cette cavalerie occupait la première place dans l’ordre de bataille. Les Iraniens jetaient dans le combat des masses ordonnées de cavaliers lourdement armés, en rangs tellement serrés que leurs cuirasses réfléchissaient une splendeur éblouissante, telle une seule masse incandescente50. Les bas-reliefs sāssānides, dans les rochers de Naqši-Rustem et Tāq-i-Bostān, et certaines coupes d’argent représentent le roi à cheval entouré de cavaliers. Les troupes de cavaliers paraissent faites de fer (tanūrigh) : le cheval est cuirassé, le corps du cavalier est couvert de plaques de fer collantes (poitrail et cuissards) s’articulant par des jointures rigides (le harnois plein du Moyen Age occidental). Le casque à visière protégeait tout le visage, aucune flèche ne pouvait y rester fichée, sauf dans les minces ouvertures pratiquées pour les yeux et les narines. Le bouclier de fer était rond.

  • 51 Cf. la description de Tabarï, trad. all. de T. Nöldeke, Leyde, 1879, pp. 248-249.
  • 52 A. Christensen, L’Iran sous les sāssānides, Copenhague, 1936, pp. 202 sq. et p. 363.

69L’armement offensif se composait d’une épée, d’une lance, d’une masse d’armes fixée à la ceinture, d’une hache, d’un carquois contenant deux arcs avec des cordes et trente flèches (plus deux cordes tordues attachées à l’arrière du casque)51,et surtout d’une grande épée droite, supportée par un baudrier au fourreau richement orné. Les souverains sāssānides sont représentés assis sur leur trône, appuyés sur leur épée, ou à cheval, l’épée au côté ; les nobles ne quittent pas même leur épée quand ils s’asseyent à la table des festins52.

  • 53 L’armure épousait les formes du corps ; le métal chauffait au soleil. Ammien dit qu’au cours du co (...)

70Ammien Marcellin fait l’éloge du courage des Perses, mais dit qu’ils ne sont pas assez endurants dans la mêlée, sans doute parce qu’ils étaient gênés par leur armement lourd53. Ils combattent par charges massives de lourds escadrons, puis se retirent comme une nuée d’orage, en faisant pleuvoir leurs flèches sur ceux qui les poursuivent, à la manière des Parthes. La composition de ces corps armés est empruntée aux cataphractaires lanciers de la phalange macédonienne, et la tactique à la cavalerie légère des peuples archers de la steppe (Huns hephtalites et Turcs). L’armée sāssānide est supérieure à la légion romaine par sa rapidité et sa puissance, supérieure aussi aux barbares de la steppe, nomades légèrement armés, ce qui lui permet de défendre les frontières de l’Iran contre les invasions des peuples touraniens.

71Elle est divisée en ğund, grands corps de troupe, puis en divisions plus petites ayant leurs drapeaux (drafš). Elle comprend des corps spéciaux : un corps de 10 000 cavaliers, appelés « immortels » (varhranīġān) comme à l’époque achéménide. Un autre corps d’élite est celui des ğān-avspār, « ceux qui sacrifient leur vie ». Il existe aussi des corps auxilliaires de peuples sujets (cavalerie arménienne), des éléphants, et une arrière-garde d’infanterie (pāïġān = piétaille), constituée de paysans enrôlés comme serveurs, et qui n’ont pas une grande efficacité militaire. Les armes sont conservées et entretenues selon des prescriptions religieuses : les métaux sont sacrés et on ne doit pas les laisser s’oxyder. Magasins (ambāraġ) et arsenaux (ganz), entrepôts d’armes, de matériel, de chevaux, de vivres, sont placés sous le contrôle d’un haut fonctionnaire, l’Erān-ambāraġbaḏ.

  • 54 F. W. Schwarzlose, Die Waffen dey alten Araber aus ihren Dichtern dargestellt, Leipzig, 1886 ; et (...)
  • 55 P. H. Lammens, « Les Ahabis et l’organisation militaire de La Mecque au siècle de l’Hégire », Jour (...)

72En marge du grand Empire sāssānide, qui, au ve siècle, occupe les côtes arabes du golfe Persique, de l’embouchure du Tigre et de l’Euphrate jusqu’au Baḥrayn et à l’Oman, les combattants d’Arabie occidentale (Yemen, Ḥiğāz et région de contact avec la Syrie) disposent d’un armement analogue à celui des sāssānides : casque, cotte de mailles, grande épée droite et lance. Nous sommes surtout renseignés à ce sujet par les poètes qui écrivent immédiatement avant l’Islam, à la fin du vie siècle et au début du viie siècle54. A La Mekke, il n’y avait pas d’arsenaux d’État, mais les clans les plus importants des Qurayš avaient des dépôts d’armes privés. On connaît aussi l’armement des bédouins, convoyeurs des caravanes pour le compte des riches commerçants mekkois : cuirasses, casques, épées, héritage transmis de père en fils ; une cuirasse et une épée valent 100 dinars — somme énorme à l’époque du Prophète. Il n’y avait pas de production dans le pays, on faisait appel aux armes fabriquées au loin, en Perse sāssānide, en Inde, en Éthiopie, en Syrie romaine, à Bosra, terminus des caravanes arabes, dont les lames étaient en fait fabriquées à Damas, dans l’arsenal fondé par Dioclétien, avec le fer du Liban. Plus tard, les autorités byzantines chercheront à réduire l’exportation d’armes et de cuirasses chez les Bédouins55.

2° Les mines de fer et l’appel à l’étranger

  • 56 Voir infra, p. 173 sq.

73D’après les indications d’auteurs musulmans, nous savons que les ressources en fer des pays qui composaient le domaine sāssānide étaient insuffisantes, en raison de la faiblesse des gisements et du manque de bois pour traiter le minerai. Quelques mines se trouvaient au Fārs, dans les collines dominant Istahr ; dans le Kirmān, à Nïšāpūr, où l’on fabriquait aiguilles et couteaux ; à Mossoul, où l’on utilisait le fer et le cuivre d’Argāna-Ma’din et où l’on produisait des couteaux, des chaînes, des cottes de mailles56.

  • 57 La cotte de mailles se dit en arabe zirah, d’où, en espagnol : jacerina, et dans l’Occident chréti (...)

74Les deux grandes régions productrices de fer se trouvaient en bordure de la domination sāssānide : en Arménie centrale et Caucase, d’une part, en Asie centrale, de l’autre. On fabriquait des bêches et des armes en Azerbaïdjan (Atropatène). Les villages des Ziri Garan, dans le Caucase, forgeaient des cottes de mailles57 vendues aux cavaliers sarmates et dont quelques-unes ont été retrouvées lors des fouilles des kourganes en Russie du Sud. L’Asie centrale, de son côté, fournissait la matière première nécessaire aux fabrications du Hwārizm (Choresmie) : épées et surtout cuirasses.

  • 58 Firdawsī, auteur du Šāhnāmè (Livre des Rois), mourut en 1020. Son œuvre est une source importante (...)

75En raison de l’importante consommation de fer, on faisait appel aux pays lointains, en premier lieu à l’Inde. On importait de l’Inde l’acier brut, mais aussi les épées, célèbres dans le monde sāssānide, et qui étaient échangées contre des chevaux iraniens. Firdawsī parle des « épées indiennes » dans son Šāhnāmè (« Livre des Rois »), écrit à la fin du xe siècle pour Maḥmūd le Ġaznévide, histoire légendaire des rois d’Iran, mais rédigée à partir de nombreux documents d’archives et d’ouvrages narratifs aujourd’hui perdus58. L’Empire sāssānide faisait également appel au fer exporté de l’Empire romain, jusqu’à l’interdiction décrétée sous Constantin, et qui fut, nous l’avons vu, une des causes de la rupture, en 336, avec Šāpūr II.

76Le problème du fer se posait donc de façon aiguë. Les gisements dans les limites de l’Empire étaient très insuffisants ; la mainmise sur les grands centres miniers d’Arménie, du Caucase et de l’Asie centrale rendait nécessaire la domination politique ou, au moins, commerciale de ces régions, ce qui impliquait : d’une part, des luttes avec les Romains, puis avec les Byzantins, pour l’Arménie et les débouchés des routes du Caucase ; d’autre part, l’extension de la domination sāssānide sur les oasis de l’Asie centrale où, pour se défendre contre les nomades destructeurs, l’Empire se fit payer en fer le tribut qu’il imposait aux roitelets devenus ses vassaux.

77L’Empire devait, enfin, nécessairement faire appel à des pays lointains producteurs de fer : l’Inde et l’Empire romain. Vers l’Inde, les routes maritimes étaient dominées par le commerce arabo-perse : la production était concentrée à Ceylan et dans différentes échelles de la côte de Malabar. Les navires arabes et perses débarquaient ces produits dans les ports du golfe Persique. Du côté de l’Empire romain, la chose était moins facile : les exportations de fer et d’armes étaient interdites pour éviter de donner des armements puissants au grand adversaire, ce qui n’empêchait pas la contrebande, mais à des prix élevés et de façon irrégulière.

78Pour garder ouvertes les routes du fer, pour garantir la puissance de ses armées et le ravitaillement de son industrie, l’Empire sāssānide devait donc déployer sa diplomatie et maintenir le réseau de ses relations commerciales.

3° Le cuivre et l’étain

79L’Iran et la Mésopotamie ont été des centres de chaudronnerie célèbres dans l’Antiquité : cuivre battu, dont plusieurs chefs-d’œuvre ont été conservés de l’époque sāssānide, et travail d’incrustation sur cuivre, origine de la fameuse damasquinure iranienne. Ces techniques, par l’intermédiaire de Mossoul, se sont répandues en Syrie et dans le monde méditerranéen oriental, et par l’intermédiaire des Barbares, ont pénétré en Gaule et dans la Méditerranée occidentale. Les mines de cuivre se trouvent dans le Fārs (collines d’Iṣtaẖr), à Yazd, dans le Kirmān et le Seistān, à Mossoul (Arġāna Ma’din), qui, encore de nos jours, fournit en cuivre l’Irak et l’Arménie par la voie du Tigre, vers l’amont et vers l’aval.

80Mais, comme pour le fer, les deux grands centres de production du cuivre sont le Caucase (mines de Tubal, citées par la Bible) et surtout l’Asie centrale et l’Iran du Nord-Est (Hurāsān) : Fargāna, Šaš, Marw, Tūs aux chaudrons réputés, Nīšāpūr Samarqand. Nos sources datent de l’époque musulmane mais l’antiquité du travail du cuivre dans ces régions est certaine. A Samarqand existait tout un quartier de chaudronniers, fabriquant fontaines et bassins de cuivre. D’où la légende de la « ville du cuivre » (Madīnat an-nuhas, des écrivains arabes), située quelque part au delà des steppes du Mā warā’ anNahr, au delà de l’Iaxarte ou Syr Daria, dans le pays de Gog et Magog : ville aux portes et aux toitures de cuivre, aux rues pavées de cuivre, au mobilier de cuivre, et dont tous les habitants étaient batteurs ou fondeurs de cuivre.

  • 59 « Ce pays produit de l’or, de l’argent, du laiton, du cristal de roche. », Mémoires sur les contré (...)

81Ce qu’on appelle « l’art des steppes » appartient aussi au domaine des activités métallurgiques. Les Turcs qui transmirent leur tradition au califat, toutes les civilisations de l’Asie centrale, vieilles civilisations du cuivre, qui apparaissent dans l’épopée de Firdawsī, ont laissé chaudrons, plats, coupes, bijoux, manches d’ustensiles divers, et tous les ornements de cuivre, pour les chevaux, les chariots et les cavaliers, d’une civilisation équestre et guerrière : gardes d’épées, plaquettes pour fourreaux et carquois, plaques de chaussures, ceinturons. Quant à l’Iran, sa richesse en cuivre est signalée par un voyageur chinois du début du viiie siècle, Xuan-zang (Hiuen-tsang)59.

82Il existait quelques petits gisements d’étain dans les montagnes d’Asie centrale, mais bien insuffisants. L’étain utilisé par les Sāssānides venait probablement de Malaisie ; les textes parlent de Kalaī, produit du « Bazbahar » (« contrées maritimes »), ce qui pose la question des navigations persanes dans l’océan Indien.

83Procope, généralement bien informé des choses de la Perse, dit que les souverains sāssānides, craignant sans doute une attaque maritime dans le golfe Persique, avaient fait planter des pieux à l’embouchure du Tigre et de l’Euphrate pour interdire la navigation. Or, par ailleurs, on a de multiples preuves de l’activité des Persans dans la navigation vers les côtes de l’Inde ou vers les côtes d’Afrique (la Zangeia des auteurs grecs, le pays des Zanğ) ; les places commerciales de l’océan Indien étaient dominées par les marchands persans. L’explication est la suivante : les pieux plantés par les sāssānides au fond du golfe Persique et qu’on retrouve dans les sources de l’époque musulmane (Hasābāt, c’est-à-dire « pièces de bois »), loin d’être destinées à interdire la navigation dans le fond du golfe Persique, étaient chargés de la favoriser ; ils indiquaient aux navires les basfonds sableux qui se déplaçaient et rendaient difficile l’approche des ports de Basse-Mésopotamie, construits en arrière de la côte, précisément pour éviter l’ensablement ; sur ces pieux étaient allumés la nuit de grands feux en guise de phares, pour guider les pilotes.

84Les relations maritimes entre les vieilles civilisations de Babylonie et les civilisations de l’Inde, (Mohendjo-Dāro, embouchure de l’Indus) n’ont jamais été interrompues. Sous Alexandre, l’expédition de Néarque dans l’océan Indien est présentée comme une opération aventureuse dans une direction inconnue par les écrivains grecs qui en firent une relation pompeuse. En réalité, il s’agit de vieux itinéraires maritimes, depuis longtemps reconnus et suivis par les navigateurs et les marchands des bords de l’océan Indien, ce grand domaine dont l’économie, les techniques, la civilisation, sont différentes mais non inférieures à celles des pays méditerranéens.

85Ardašer Ier (224-241), premier roi sāssānide, développa l’activité des anciennes places maritimes et en créa de nouvelles, utilisant les vieilles populations du golfe Persique, Arabes et Persans. Ce qui explique l’ouverture sur l’océan Indien, le commerce vers le pays de l’étain. La Malaisie de l’Antiquité et du Moyen Age dut être la grande source de l’étain pour les civilisations de la Chine, de l’Inde et du Moyen-Orient. Le bronze produit à l’époque sāssānide est presque blanc, c’est-à-dire qu’il contient beaucoup d’étain.

86Quant au plomb, les principaux gisements de l’Empire sāssānide sont ceux du Fārs, du Kirmān, du Seīstān (plomb argentifère), des environs de Yazd, et surtout du Hurāsān, dans les montagnes entre Mešed et Nīšāpūr, et aux environs de Balẖ.

4° Le manque de bois

  • 60 M. Lombard, « Un problème cartographié. Le bois dans la Méditerranée musulmane (viie-xie siècles)  (...)

87Les gisements métallifères : fer, cuivre et plomb, sont donc relativement riches et nombreux. Mais la grande infériorité de l’Orient — comme celle des rives méridionales de la Méditerranée aussi d’ailleurs — est le manque de forêts, donc de combustible60 L’Occident, au contraire, a des forêts épaisses, aux réserves presque inépuisables. Aux défrichements de l’Occident s’oppose le déboisement de l’Orient.

88Dans l’Empire sāssānide, les forêts bordent en amphithéâtre, au nord-ouest, le bassin de la Mésopotamie, dans le Tabaristān et l’Azerbaïdjan, la Syrie du Nord, le Caucase et l’Arménie. Les bois sont lancés par flottage sur le Tigre sous forme de radeaux soutenus par des outres, (les kelek de nos jours) qui sont dépecés dans les villes d’aval : Séleucie, Ctésiphon, Babylone. A Bagdad, on utilise le bois de palmier, de médiocre qualité, pour faire les plafonds, et le charbon de bois qui offre plus d’énergie pour moins de poids vient de très loin. Du désert d’Iran jusqu’aux steppes d’Asie centrale, le seul bois qu’on trouve est celui des arbres fruitiers des oasis ; dans les montagnes, les forêts ont été épuisées par le travail des métaux. Les grosses pièces de bois nécessaires pour les machines hydrauliques, le bois de construction, le boisement des navires sont importées des forêts de teck de l’Inde, par la côte de Malabar et de Coromandel, et arrivent par le golfe Persique et la mer Rouge.

b) La thésaurisation du métal jaune

1° Répartition des mines d’or

89Les centres miniers sont répartis à la périphérie de l’Empire sāssānide.

90Caucase et Arménie. Nous avons déjà mentionné ces régions à propos de l’approvisionnement en or du monde romain ; des trouvailles nombreuses y ont été faites : vestiges d’exploitation minière, bijoux. La production d’or, qui, par la Colchide, s’écoulait vers l’Empire romain, a été détournée vers l’Empire sāssānide : c’est l’enjeu principal de sa conquête.

91Arabie occidentale. Sa production a été de même aspirée par les pistes caravanières vers la Mésopotamie sāssānide.

  • 61 Cf. les travaux archéologiques russes sur l’Asie centrale et la Sibérie du Sud et l’excellente mis (...)
  • 62 M. Lombard, Monnaie et Histoire, p. 100 et fig. 3.

92Oural-Altaï. C’est une grande région aurifère, et qui l’est demeurée. Des Samoyèdes de la Léna aux Ottomans de Constantinople, le même nom est donné à l’or : altun, altyn, iltyn, dont le lien est évident avec Altaï. Il reste de nombreux vestiges d’exploitation minière très ancienne dans les vallées de l’Altaï61 ; or, dans les légendes rapportées par Hérodote, les Issédons, peuple nomade transitant vers les Scythes et le monde méditerranéen, obtenaient l’or par troc des Arimaspes, que l’on situe aux abords de l’Altaï, et qui eux-mêmes « l’arrachaient à des Griffons » ; c’est là une des légendes qui foisonnaient sur les Eldorados lointains, et que l’on retrouve dans la littérature arabe médiévale. Quant à l’or de l’Oural, il arrivait, d’après les auteurs anciens, par l’intermédiaire des Argippéens, puis des Scythes, dans les colonies grecques du Pont62. D’après Aristote, l’Empire perse tirait aussi son or des sables aurifères de l’Oxus (Amu-Daria).

93A la fin de l’Antiquité, les mines de l’Altaï exportaient leur or vers la Chine et vers l’Empire sāssānide, et alimentaient la frappe de peuples d’Asie centrale, comme les Kouchans et les Tokhariens ; l’Oxus était sous la domination des Perses sāssānides ; l’Oural commerçait vers la mer d’Aral, la Choresmie et l’Iran sāssānide ; la rupture des relations suivies avec la mer Noire date des ive et ve siècles, au temps des invasions des steppes ponto-caspiennes.

  • 63 « Onésicrite parle, en outre, d’un fleuve de la Carmanie qui roule des paillettes d’or », Strabon, (...)

94Sud de l’Iran. Strabon63 signale qu’une rivière de Carmanie charrie de l’or, et les géographes de l’époque musulmane le confirment (alluvions aurifères du Kirmān).

  • 64 Hist., III, 102-105. Il s’agit de peuplades de la région aurifère du Nord de l’Inde, qui creusaien (...)

95Tibet. Hérodote64 rapporte la légende des « fourmis » chercheuses d’or, auxquelles il fallait ravir leurs trésors, quelque part au nord de l’Inde. Du pied de l’Himalaya, cet or allait par la passe de l’HinduKush vers l’Iran, ou par le cours de l’Indus vers les ports de l’océan Indien et le golfe Persique, où, à la belle époque de leur trafic, les navires alexandrins venaient le chercher ; à l’époque musulmane, ce sont des navires arabo-persans qui iront vers Baṣra.

96Inde. L’or du centre du Dekkan était acheminé vers les ports de la côte de Malabar et, de là, était importé avec le bois de teck et l’acier indien, par le golfe Persique.

97Afrique orientale et australe. Depuis le golfe Persique, la navigation est ancienne vers les côtes des Zanğ. L’or parvenait-il, dès le ive siècle, dans l’Empire sāssānide ? Plus tard c’est certain, car aux vie et viie siècles la domination perse s’étend à toutes les routes de l’océan Indien.

  • 65 « ... minimaque computatione miliens centena milia sestertium annis omnibus India et Seres et paen (...)

98A toutes ces sources d’or, il faut ajouter, nous l’avons vu, celui qui arrive du domaine méditerranéen, en raison de la balance commerciale déficitaire de l’Empire romain vis-à-vis du monde perse. Pline note, au ier siècle de notre ère, les grosses sorties d’or de l’Empire vers l’Orient, destinées à payer les importations de luxe65. Au BasEmpire, ces sorties d’or deviennent catastrophiques, au fur et à mesure que diminue l’arrivée d’or neuf ; les stocks d’or méditerranéen ne se reconstituent pas ; c’est un des aspects de la crise métallique générale.

2° L’Iran « pays-éponge »

99Cet or afflue dans le domaine des sāssānides, intermédiaires obligés sur toutes les grandes routes d’Extrême-Orient : la route de la soie, qui, depuis la Grande Muraille de Chine, par les caravanes de l’Asie centrale, arrive aux oasis de l’Iran oriental ; la route des épices, depuis les îles de la Sonde, par l’océan Indien jusqu’au golfe Persique. La Perse retient l’or au passage et joue le rôle d’un pays-éponge : en effet, cet or ne circule pas sous forme monétaire dans l’Empire, qui pratique le monométallisme argent. Les pièces d’or du monde romain puis byzantin sont thésaurisées, s’accumulant dans les palais et les temples du feu, ou fondues, converties en lingots, bijoux et mobilier précieux. Tout au long de l’histoire de l’Antiquité et encore au Moyen Age, les « trésors » perses hantent les imaginations.

  • 66 « Reges Parthorum non potest quisquam salutare sine munere », Sénèque, Lettres, xvii, II, éd. Préc (...)

100Ce luxe métallique est connu pour la fin de l’époque parthe. Les écrivains romains décrivent la tiare élevée (tağ), les boucles d’oreille, l’anneau qui orne la barbe des empereurs ; c’est une tradition achéménide, qui se continue à l’époque sāssānide. Le mobilier impérial était d’or : le roi dormait dans un lit d’or et, alors que les marzbans ou gouverneurs avaient des trônes d’argent, il s’asseyait sur un trône d’or, privilège royal qui fut concédé à l’époque sāssānide au marzban šahrdār, gouverneur perse de la marche alano-ẖazare du Caucase, le « maître du trône ». Le trône d’or de Ctésiphon tomba en 115 entre les mains de Trajan, vainqueur en Mésopotamie (Parthicus maximus). La tradition était, pour tout étranger arrivant dans une grande ville parthe, d’adorer la statue d’or du Roi, et pour tout étranger présenté à la Cour d’apporter « un présent », d’or vraisemblablement66.

  • 67 Voir le bas-relief de Naqš-i-Rustem qui représente le triomphe de Šāpūr Ier sur Valérien.
  • 68 A. Christensen, op. cit., p. 468.
  • 69 Plusieurs auteurs nous ont laissé la description de ce drafš ī kavyān qui mesurait 8 aunes de larg (...)

101A l’époque sāssānide, le luxe métallique est encore plus grand ; luxe du costume : tiares, couronnes, ceintures, colliers, boucles d’oreilles, bracelets, ornements de chevaux67 ; mobilier et vaisselle d’or ; tissus brodés d’or, tapis de soie avec pièces métallique brodées en relief à l’aiguille (susanğird) comme le tapis de Khusrō II, qui avait 30 mètres de côté et donnait pendant l’hiver l’illusion du printemps (Vahār ī Khusrō)68 ; « étendard de Kāvagh », drapeau des rois iraniens, en peau surchargée d’or, d’argent et de pierres précieuses69.

  • 70 Nīzām al-Molk, éd. et trad. Ch. Schefer, Siasset Namèh, t. II, p. 50 ; voir aussi p. 37.

102Ce luxe n’est pas seulement le fait du Roi et de son entourage, car toute l’aristocratie perse est couverte de bijoux et porte des armes incrustées d’or ; Nizām al-Molk70 raconte l’anecdote de Khusrō et d’un gouverneur d’Azerbaïdjan, qui s’était emparé du champ d’une pauvre vieille ; une enquête est faite, et il est prouvé que le grand personnage en question possède, en argent monnayé, auquel il ne touche pas : deux millions de dinars ; en vaisselle et mobilier de métal précieux : 500 000 dinars ; et en bijoux : 600 000 dinars, cela indépendamment de toutes ses autres richesses...

  • 71 Kitāb at-tanbīh, éd. de Goeje, p. 95, trad. Carra de Vaux, p. 137.
  • 72 A. Christensen, op. cit., pp. 159 et suiv.

103Il faut également compter les trésors des grands temples ; Āḏur-Farzbāġ, « le feu des prêtres », à Kāriyān en Perside, entre Sīrāf et Dârâbğird ; et surtout Āḏur-Gušnasp (« le feu royal ») à Gandjak (Šīz) dans l’Azerbaïdjan, entre Hamaḏān et Urūmia ; les rois sāssānides faisaient des pèlerinages à cette grande pyrée aux heures de détresse ; ils le dotaient libéralement de biens fonciers et d’or. Maṣ’ūdï71 écrit : « Chaque roi de Perse, à son avènement, visitait ce temple à pied avec grand respect ; il y formait des vœux et y apportait des présents et de l’argent. » Ardašer Ier (224-241) célèbre sa victoire sur le Parthe par de grandes offrandes en or à Āḏur-Gušnasp. Mais il est encore d’autres pyrées, très vénérées et riches72. Les énormes masses métalliques accumulées et improductives dans ces multiples trésors permettent de qualifier l’Empire sāssānide de « pays mangeur d’or ».

  • 73 O. M. Dalton, Treasure of the Oxus, Londres, 1905.
  • 74 A. Christensen, op. cit., p. 473, fig. 48.

104De l’orfèvrerie sāssānide, il ne reste rien ou peu de chose : la civilisation musulmane a refondu et retravaillé cet or thésaurisé, en partie frappé en monnaie. Une étude serait à faire sur cette orfèvrerie d’après les monuments figurés, les bas-reliefs, mais aussi d’après les monnaies d’argent représentant par exemple les diadèmes propres à chaque souverain, et les objets d’argent, retrouvés pour la plus grande part dans des dépôts constitués dans les pays voisins : Sibérie méridionale et bords de la Caspienne73. Prenons un exemple : Sur une coupe d’argent, Khusrō II à la chasse est représenté avec une couronne ailée, des boucles d’oreilles, colliers et pectoraux, bracelets aux poignets et aux chevilles, ceinture et poignard, son épée à garde ciselée, son carquois richement orné, et le harnachement précieux de son cheval74.

c) Le monométallisme argent

1° Répartition des mines d’argent

  • 75 Voir infra, p. 238.
  • 76 Voir infra, p. 239 et n. 1.

105Une première localisation correspond à une vaste bande de filons argentifères purs ou mêlés à du sulfure de plomb (galène), allant de la mer Noire à l’Asie centrale. Ce sont les montagnes d’Arménie, du Lazistan, du Caucase. C’est d’autre part le rebord nord du plateau d’Iran : l’Azerbaïdjan (Ahriğ, où les sāssānides eurent un atelier monétaire et où de nos jours on extrait beaucoup de plomb argentifère dans la région du lac d’Urmia), l’Elburz, au sud de la Caspienne, dominant le Tabaristan et le Mazendéran, le Hurāsān, entre Marw et Tus, la Sogdiane, le Farġānā, enfin, le Šāš, au nord-ouest du Farġānā, où se trouve une mine importante (« Ma’din Sġs » des géographes arabes signalée à la fin du xe siècle par Muqaddas et un siècle et demi plus tard, par Idrīsī)75. Les recherches archéologiques ont montré que les mines du Šāš, dans la haute et la moyenne vallée de la rivière Angren connurent une intensification de leur mise en valeur à la fin du vie et au viie siècle76.

  • 77 Voir infra, p. 238 et texte cité n. 1.

106Seconde localisation importante : les montagnes qui s’étendent entre la vallée de Kābul et la vallée de l’Indus, en particulier la grande mine de Pendjhīr (Pandjagiri, « les sept collines, ») la Ma’din Benğhīr que décriront les auteurs musulmans77. Les mines du rebord septentrional du plateau iranien, du Šāš et de Pendjhīr étaient de grosses exploitations dont la production était comparable à celle de l’Espagne dans l’Antiquité.

107Il existait enfin des gisements moins importants dans les deux régions minières du sud de l’Iran : le Fārs (Perside) et le Kirmān (Caramanie), zone d’oasis entre le Fārs et la vallée de l’Indus.

2° Le travail de l’argent

  • 78 J. de Morgan, Mission scientifique au Caucase, T. I. Les premiers âges des métaux dans l’Arménie r (...)
  • 79 W. Wroth, Catalogue des monnaies parthes, Londres, 1903.
  • 80 Cf. Xuan-Zang, à propos du royaume de Po-la-sse (Parsa) : « Dans le commerce ils font usage de lar (...)

108Cette grosse production est sans doute à l’origine du monométallisme argent de l’Empire sāssānide78. Déjà les Parthes n’avaient aucune monnaie d’or, mais frappaient en quantités considérables des drachmes d’argent sur le modèle de la drachme attique (4, 25 gr). Avec la décomposition de l’Empire parthe, au iiie siècle, cette monnaie s’était altérée jusqu’à devenir du bronze argenté79 Avec les sāssānides et la restauration de l’État et de l’activité économique, la qualité du numéraire s’améliore ; poids et aloi des monnaies d’argent restent immuables jusqu’à la fin de l’époque sāssānide80. Le direm pehlvi, frappé sur le modèle de la drachme attique, deviendra le dirhem de l’époque musulmane.

109La drachme sāssānide fut frappée en grande quantités ; il existait de nombreux ateliers monétaires ; les monnaies retrouvées dans les fouilles de Suse et de Hamadān portent l’indication « Šuša » et « Ahmatana ». La plupart des ateliers étaient lointains, dans le Hurāsān ou l’Azerbaïdjan, à proximité des mines. Ces monnaies ont intensément circulé et rayonné hors du domaine sāssānide, en Asie centrale, dans les pays de la Caspienne et des fleuves russes, où elles se sont substituées au nomisna grec, et jusque dans l’océan Indien (Inde, Ceylan). A remarquer que l’Inde et toute l’Asie méridionale ont eu une monnaie d’argent et que la « roupie » tire son nom du sanskrit rūpya, qui signifie « argent ».

  • 81 J. I. Smirnoff, Argenterie orientale, Saint-Pétersbourg, 1909.

110L’argent fut également utilisé dans l’Empire sāssānide pour l’orfèvrerie et les arts du métal : mobilier précieux, coupes, aiguières, plats comparables à ceux produits par Antioche à la même époque. De cette argenterie sāssānide on peut voir de beaux exemples au musée de l’Ermitage81. L’argent fut cependant moins employé dans la décoration que l’or : dans les pays à monométallisme argent, les bijoux sont surtout en or ; c’est l’inverse dans les pays où l’or circule en priorité, comme l’Égypte ou l’Afrique du Nord.

d) Techniques et décors

111En bref, avec l’Empire sāssānide, les vieilles techniques éprouvées du travail des métaux connaissent une renaissance. L’habileté des artisans produit alors des chefs-d’œuvre, depuis les grosses pièces d’armure et les épées jusqu’à la plus délicate orfèvrerie.

  • 82 Voir les ouvrages essentiels de Ch. de Linas, Les origines de l’orfèvrerie cloisonnée. Recherches (...)

112Un problème se pose : quelles sont les origines de l’art qui s’épanouit ainsi ? D’où viennent les méthodes artisanales et les partis pris décoratifs qui ont présidé à cet essor ? Il est intéressant de rappeler ici tout d’abord quelles furent les diverses interprétations proposées successivement par Strzygowski82.

113L’art du haut Moyen Age d’une façon générale est en rupture avec l’art classique ; il correspond à de nouvelles sources d’inspiration, thèmes, agencement décoratifs, techniques, surtout dans l’orfèvrerie, dont les tombes barbares nous ont livré en abondance des exemplaires variés ; c’est une orfèvrerie originale, qui n’utilise pas le haut-relief, et dont l’ornementation est exécutée en gravure ou en incrustation, surtout de l’or sur le fer ; elle se complaît aux thèmes géométriques et à la stylisation : figures animales ou représentations végétales en quelques lignes simples.

114La première idée de Strzygowski fut que l’origine de ces nouveaux partis pris est à chercher dans les grandes villes hellénistiques de l’Orient méditerranéen : Alexandrie et Antioche. En deuxième analyse, il pensa que c’était en arrière de ces villes du Proche-Orient, en Mésopotamie et en Iran, qu’il fallait chercher l’origine profonde de cet art nouveau et qu’il prolongeait les vieilles civilisations orientales, de la Chaldée, de l’Assyrie et de la Perse chez lesquelles on retrouve les motifs décoratifs préférentiels des animaux s’entredévorant, entrelacés, affrontés de chaque côté de l’arbre de vie, le haôuma sacré. A partir des iiie et ive siècles, cet art, grâce au rayonnement de la civilisation sāssānide, se serait propagé vers la Méditerranée, mais aussi vers Touran, vers les peuples de la steppe, et, par l’intermédiaire du monde barbare, aurait été transmis aux Germains, et par eux en Occident, lors des grandes invasions. Mais il y eut un troisième état de la pensée de Strzygowski : ce seraient les peuples barbares eux-mêmes, monde touranien et monde nordique, qui auraient créé cet art si particulier et qui auraient exercé leur influence sur les vieilles civilisations de la Chine, de l’Asie centrale, de l’Iran et de la Méditerranée.

115Selon nous, mieux vaut s’arrêter à la deuxième position, qui définit un art élaboré depuis longtemps dans ses thèmes, ses techniques, son répertoire décoratif, par les vieilles civilisations du Moyen-Orient : Mésopotamie, Iran. C’est un art animalier de premier ordre (la « lionne blessée » assyrienne), un art utilisant un répertoire décoratif fait de répétitions (la « frise des archers » de Suse) ; employant des couleurs vives (céramiques, fresques, verroterie de couleur), connaissant parfaitement la technique du cloisonné (alvéoles contenant pierres fines et pâtes de verre, dans des fragments assyriens trouvés lors des fouilles d’Ur et de Van) et dont le décor, d’origine chaldéenne, se nourrit d’entrelacs, des enchevêtrements de l’arbre de vie et des palmettes que l’on retrouvera dans les œuvres d’art barbares.

  • 83 Ch. de Linas, op. cit., p. 394.
  • 84 Ibid., p. 453.

116On peut suivre la transmission du cloisonné, depuis le trésor de l’Oxus, découvert en Afghanistan en 1877 (bracelet en verroterie cloisonnée persane du ve siècle avant. J-C.) jusqu’à l’art sāssānide : un des sommets de cette technique est « la coupe de Chosroès » du Cabinet des Médailles à la Bibliothèque Nationale83. C’est un ensemble de plaques de cristal de roche taillé, serties dans une armature d’or, comme un vitrail ; fleurs rouges et losanges vert émeraude ; le roi sculpté sur la plaque centrale en cristal de roche ; le bord de la coupe et le cadre de l’image centrale sont formés de grenats sertis dans des alvéoles rectangulaires. Un autre exemple est fourni par le bas-relief sāssānide de Tāq-i-Bostān, où l’épée de Chosroès II a un pommeau couvert de pierreries cloisonnées84. La magnificence de ces œuvres laisse loin derrière elle les objets trouvés dans les tombes barbares, ainsi la « plaque de Wolfsheim », découverte en 1870, près de Mayence, plaque d’orfèvrerie cloisonnée portant en écriture pehlvie une inscription au nom d’Artassater (Artaxerxès).

117Que la technique du cloisonné soit bien antérieure à l’époque sāssānide, les découvertes faites en Sibérie, en Russie ou au Turkestan le prouvent, en particulier les objets trouvés dans les tombes des peuples nomades (Scythes, Sarmates, Turcs), antérieures à l’ère chrétienne : ainsi, l’animal en or du musée de l’Ermitage, découvert dans une tombe du Kuban, qui date au moins du vie siècle avant J. -C., dont les oreilles sont des disques de verroterie cloisonnée et dont la queue est mouchetée d’ornements géométriques. Mais il s’agit là d’un vieux fond oriental, auquel les éléments helléniques ont été incorporés à l’époque hellénistique, et qui fleurit dans tout l’Orient antique, hellénistique, parthe, sāssānide. Les nomades de l’Asie centrale, qui ont périodiquement envahi l’Iran et la Mésopotamie, se sont bornés à copier ces chefs-d’œuvre, avec la schématisation que l’on retrouve dans tous les styles « primitifs ».

  • 85 Cf. les travaux d’E. Salin et A. France-Lanord sur les techniques des métaux : E. Salin, Rhin et O (...)

118Selon Strzygowski (troisième position) et Rostovtsev au contraire, ce seraient les envahisseurs du Nord qui auraient apporté dans les pays du Sud les principes d’un art décoratif original : thèmes géométriques, stylisation d’animaux et de végétaux, techniques savantes successivement intégrées à l’art chaldéen, puis assyrien, puis parthe, enfin sāssānide, et transmises aux ive et ve siècles jusqu’en Occident. En réalité, l’art touranien est un art « barbare » : c’est une imitation, schématisée et déformée de thèmes et de techniques inventés et perfectionnés dans les vieilles civilisations de l’Orient ; art qui émeut notre goût du « primitif » au même titre que l’art nègre, art populaire, déformation d’un art savant. C’est par ces imitations, par ces déformations, transmises par les steppes pontocaspiennes, la plaine hongroise et les pistes forestières de l’Europe du Nord et du Centre, que l’Occident a surtout connu des techniques, des sujets et un style qui appartenaient à l’Orient85. En même temps que ces influences orientales cheminaient en se déformant à travers le monde nomade du Nord, elles pénétraient par une autre route dans le monde méditerranéen classique, par l’intermédiaire des grandes villes hellénistiques du Levant, Antioche et Alexandrie, au moment où s’orientalisait le monde romain (cultes orientaux) et par la suite avec l’expansion du christianisme.

119Il y a donc deux routes du cheminement vers l’ouest des arts orientaux — et en particulier sāssānides : la Méditerranée, par le relais des villes du Levant et grâce au rôle dans le commerce international des Syriens et des Juifs ; la route du Nord, à travers le monde nomade et grâce aux envahisseurs barbares, Goths, Burgondes, Francs. D’un côté comme de l’autre, l’évolution est sensible : les Barbares apportent leur sens de la schématisation et de la massivité et donnent à l’art un caractère de beauté sauvage ; les villes hellénistiques du Levant au contraire, milieu raffiné, incorporent aux traditions orientales des éléments helléniques, faits de délicatesse, voire de maniérisme. L’Occident, tout en perpétuant certaines techniques romaines et, par delà, celtiques, accueillera les apports orientaux par l’une et l’autre voie.

120A partir du iiie siècle, avec la dynastie sāssānide, se dessine une véritable renaissance nationale dont le centre est le Fārs. L’art du métal qui renaît alors est étroitement lié aux exigences accrues de l’armée et du luxe. Les vieilles façons orientales ressuscitent, refoulant l’hellénisme, et réveillent partout les traditions indigènes : en Asie Mineure, en Syrie, en Égypte, et jusque dans l’Occident chrétien dont le premier art est foncièrement oriental. L’art iranien, après avoir été le point de confluence où aboutirent tous les vieux courants de l’Orient, constituera le substratum de l’art musulman : aux splendeurs de Séleucie-Ctésiphon succéderont celles de Bagdad.

3. L’AVANCE DES TECHNIQUES INDIENNES ET CHINOISES

121Avant d’étudier plus en détail les mondes « barbares », depuis la steppe touranienne jusqu’à la grande forêt nordique, nous évoquerons deux grandes civilisations situées à l’est de l’Iran, l’Inde et la Chine. Du point de vue de l’histoire du travail des métaux qui nous occupe ici, l’une et l’autre présentent un grand intérêt, car elles ont développé très tôt une exceptionnelle métallurgie du fer. Et comme l’une et l’autre ont été pour ainsi dire de tout temps en contact, par l’intermédiaire des populations de l’Asie centrale, la question du transfert des techniques s’avère particulièrement attachante.

a) L’acier « ondanique »

122Durant les premiers siècles de notre ère, des conquérants descendus des passes du nord-ouest, n’ont cessé de troubler l’ordre du Sind et de la vallée du Gange : invasions des Huns Hephtalites, formation du royaume des Kouchanes, développement de la culture dite « grécobouddhique » dans la région du Gandhara. Au ive siècle, une nouvelle dynastie, celle des Gupta, parvient à reconstituer un grand empire dans l’Inde du Nord et étend son autorité sur certains royaumes dravidiens du sud de la péninsule. Cette unité maintenue tant bien que mal jusqu’au viie siècle disparaîtra avec le morcellement de l’empire de Harsa Vardhan (647).

  • 86 Herodote, Vii, 66 ; Ctesias, éd. Muller, p. 80.
  • 87 Le fait est mentionné dans le Périple de la mer Erythrée et le ferrum indicum figure dans la liste (...)
  • 88 Pline, Hist. Nat., 39, 15 : «... ex omnibus generibus palma serico ferro est. Seres hoc cum vestib (...)
  • 89 S. Krauss, Talmudische Archäologie, Leipzig, 1910-1912, t. II, p. 299.
  • 90 H. D. Austin, H. & R. Kahane, « Byzantine indanikos sideros, frankisch andanicum, indian steel », (...)
  • 91 Cf. Avicenne, De anima, v.
  • 92 Bïrünï, Kitāb al-gamahir fi ma’rifat al-gawahir, éd. F. Krenkow, Hyderabad, 1936-1937, p. 138.
  • 93 Idrīsī, Nuzhat al-muštaq-fīhtirāq al-āfāq, trad. A. Jaubert, La Géographie d’Edrisi, Paris, 1837-1 (...)

123On trouve de nombreuses mentions du « fer indien » chez les auteurs classiques86, ainsi que chez les Romains qui en importaient dès le ier siècle de notre ère au moins87. Pline parle du ferrum sericum et, dans ce cas, les Seres auxquels il pense ne sont pas les Chinois mais les Chera du sud de l’Inde88. L’acier indien est mentionné dans le Talmud89, ainsi que dans plus d’un texte latin du Moyen Age où il est désigné du nom d’andanicum ou d’« ondanique »90 par déformation du persan hindawānī et par allusion à sa texture damassée, comparable à un liquide ondoyant ou aux nervures de l’onyx. Les Arabes sont également pleins d’admiration pour ce produit. Avicenne distingue trois sortes de fer : le premier peut servir à frapper, le deuxième à trancher, le troisième est l’andena91. Bīrūnī écrit qu’aucune nation n’en sait autant que les Indiens sur l’acier damassé92 et Idrïsï qu’ « ils fabriquent les sabres les plus estimés de l’Univers »93, et il ajoute : « C’est ainsi que les fers du Sind, de Serendib et du Yémen rivalisent entre eux sous le rapport de la qualité aussi bien que sous celui de l’art de la fabrication, de la fonte, de la forge, de la beauté, du poli, de l’éclat ; mais il est impossible de trouver rien de plus tranchant que le fer de l’Inde ; c’est une chose universellement reconnue et que personne ne peut nier. »

  • 94 M. N. Banerjee, « Iron and steel in the Rgvedic age », Ind. Hist. Quarterly, V, 2, 1929, pp. 432-4 (...)
  • 95 N. T. Belaiew, La cristallisation des métaux, trad. G. R. Delbaert, Paris, 1934, P. 122 ; et aussi (...)

124Certains termes relatifs à la métallurgie du fer sont déjà mentionnés dans les textes védiques94 et la fameuse colonne de fer dite « de Delhi » témoigne de la maîtrise indienne. Elle se dresse aujourd’hui près du Qutb Minar, dans les environs de New Delhi. Haute de plus de 7 m, elle a un diamètre de 40 cm et pèse plus de 6 tonnes. Une inscription sanskrite permet de la dater du ive siècle de notre ère95. A signaler aussi les poutrelles de fer qui sont entrées dans la construction de plusieurs temples de l’Orissa (xiie siècle).

  • 96 Idrīsī, op. cit., p. 65 ; et il ajoute : « Bien qu’il en existe dans les îles et dans les mines de (...)

125Le minerai de fer abonde en Inde. Les principales exploitations se trouvent de nos jours dans le Bengale et dans l’Orissa, mais les principaux centres de la production ancienne sont situés plus au sud, dans les actuels États de Mysore et de Hyderabad. Les forgerons avaient également recours aux minerais importés d’Afrique et il faut citer ici l’intéressant témoignage d’Idrïsï sur l’exploitation et le commerce du fer du Sofala : « Les habitants sont pauvres, misérables et n’ont d’autre ressource pour vivre que le fer. En effet, il existe un grand nombre de mines de ce métal dans les montagnes du Sofala. Les habitants des îles de Zanğ et des autres îles environnantes viennent chercher ici du fer pour le transporter sur le continent et dans les îles de l’Inde où ils le vendent un bon prix, car c’est un objet de grand commerce et de grande consommation dans l’Inde »96.

126La transformation du minerai s’opérait en deux temps : on obtenait d’abord le fer, puis l’acier au creuset. On utilisait un petit four conique comportant un orifice à la base, qui était fermé avec de l’argile pendant l’opération de fonte. Un tuyau de terre envoyait à la base un courant d’air produit par deux soufflets de peau actionnés alternativement à la main. Le four était chauffé au charbon de bois et, une fois qu’il était bien chaud, on introduisait de petites quantités de minerai, dont on saupoudrait le foyer incandescent. On obtenait une masse pâteuse de fer malléable mélangé de scories ; le fer était affiné par les cuissons et martelages successifs.

127Ensuite, coupé en petits morceaux, ce fer était entassé dans un creuset d’argile avec des morceaux de bois sec ; le tout, recouvert de feuilles vertes, était scellé avec de l’argile. Deux douzaines de ces creusets étaient empilés en cônes dans un petit four rempli de charbon de bois allumé et soumis pendant deux heures à une forte ventilation. Une fois que les creusets étaient refroidis et brisés, on obtenait un gâteau d’acier (acier au creuset).

  • 97 Nous transcrivons ici intégralement le très intéressant passage que Tavernier consacre à l’acier :(...)

128Ce gâteau d’acier était porté pendant plusieurs heures à une température un peu plus basse que celle de la fonte et exposé à un courant d’air, afin de rejeter l’excès de carbone et de provoquer un point de fusion très bas. C’est au cours de cette opération que se produisait une cristallisation « dendritique », qui donnait l’aspect « damassé ». L’acier était ainsi produit par culots de 600 à 700 gr, auxquels Kindï dorme le nom de al-dws, qui est devenu wootz. Au xviie siècle, Tavernier raconte que les Persans tiraient leur « acier de Damas » de Golconde, et qu’il se vendait sous la forme « de boules grosses comme un pain d’un sou »97, signe de la permanence d’une technique arrivée à son point de perfection.

  • 98 V. Rickard. L’homme et les métaux, trad. R. V. Maperra, Paris, 1938, pp. 349 et suiv ; N. T. Belai (...)

129Une grosse dépense de charbon de bois était nécessaire : il fallait quarante tonnes de combustible pour moins de huit cents kg d’acier ; une grosse proportion de métal était perdue dans les scories : pour un minerai comportant 72 % de métal, on obtenait seulement 15 % du poids d’origine de fer. Mais le produit élaboré était une merveille dont le rôle, dans l’économie d’alors, pouvait correspondre à celui des aciers spéciaux dans notre civilisation moderne. Les forgeages légers, suivis de chauffe étaient le traitement qui assurait la « sphéroïdisation » de toutes les particules de cémentite98, et la tension superficielle venait modifier la structure au point de rendre aussi ductile que le cuivre un produit primitivement inforgeable.

  • 99 Au xiiie siècle, Sa’dī rapporte une conversation qu’il eut dans l’île de Kiš avec un riche négocia (...)

130La virtuosité technique des forgerons indiens explique en définitive la valeur marchande élevée de leur production et son exportation à travers tout l’ancien monde ; non seulement vers l’Arabie et le monde méditerranéen, mais vers l’Insulinde et jusqu’en Chine99. Au xvie siècle, les Portugais essayèrent de s’approprier le commerce de l’acier indien ; en 1591, ils capturèrent une cargaison de wootz en route vers l’Arabie du Sud, mais les forgerons ibériques s’avérèrent incapables d’en tirer parti...

b) L’acier fondu chinois

131A la suite d’une longue période de bouleversements sociaux et de fractionnement politique (période dite des « Royaumes combattants »), les pays chinois se trouvent rassemblés, en 221 av. J. -C., sous l’autorité du premier empereur, Qin shi Huang di. Cette unité se maintient pendant environ quatre siècles (dynastie des Han, antérieurs puis postérieurs), depuis le iie siècle av. jusqu’au iie siècle ap. J. -C. Au cours du iiie siècle, commence, pour la Chine comme pour l’Empire romain, la période des « grandes invasions ». Les barbares pénètrent au nord-ouest de l’Empire et y organisent des principautés autonomes, mais selon un processus comparable à celui qui a été étudié en Occident, ils se sédentarisent peu à peu et adoptent la civilisation des vaincus. Depuis l’Inde, et par les relais d’Asie centrale, arrive une nouvelle idéologie, le bouddhisme, qui, tel le christianisme en Europe, marque de son sceau la société qui s’élabore. Une nouvelle unification se réalise avec la dynastie Sui (début du viie siècle), puis c’est le grand essor de l’empire des Tang (viie-ixe siècles), sensiblement contemporain de l’essor musulman.

132Depuis le vie siècle av. J. -C. au moins, l’usage du fer est connu en Chine, et plus précisément dans la moyenne vallée du fleuve Jaune, qui constitue le cœur même de la Chine historique. Il y a même lieu de penser que son apparition fut une des raisons majeures des grandes transformations des vie-iiie siècles. En permettant des défrichements considérablement plus rapides, l’apparition de l’outillage en fer entraînait un bouleversement radical de l’équilibre écologique et social.

  • 100 Voir surtout J. Needham, The Development of Iron and Steel Technology in China, Newcome Society, L (...)

133Les sources, tant textuelles qu’archéologiques, sont ici plus nombreuses, et aussi mieux étudiées100, ce qui permet de mieux discerner le rôle essentiel joué, au cours des siècles, par la métallurgie. Le grand fait est ici l’apparition du fer fondu dès le ive siècle av. J. -C., soit dix-sept siècles avant que l’Occident puisse y parvenir. Selon J. Needham, cette technique impliquait dès l’origine, l’usage de minerais particulièrement riches en phosphore, ainsi que de bonnes argiles réfractaires, et la connaissance d’un système de soufflet à deux cylindres. La soufflerie aurait été perfectionnée petit à petit et notamment au ier siècle de notre ère, par l’adjonction d’un moteur hydraulique ; l’usage du charbon aurait été connu dès le iie siècle av. notre ère, date probable d’un site fouillé en 1958 à Tie sheng ou (près de Gong xian, dans l’actuelle province de He nan) où ont été retrouvés dix-sept fours avec des saumons de fonte à 33 % de carbone.

134Dès l’époque des Han antérieurs, le commerce du fer tenait une place importante dans la vie économique de l’empire. Les fabricants de la région du fleuve Jaune exportaient les outils et les armes vers les provinces périphériques, notamment vers le Si-chuan et la vallée du Yang-zi. Certains gros commerçants s’enrichissaient dans ce trafic et un célèbre traité du ier siècle av. J. -C. est consacré aux problèmes posés par la production et la répartition du sel et du fer dans l’Empire. En 183 av. J. -C., à la suite d’une interdiction d’exporter des outils de fer vers le sud — promulguée temporairement par l’impératrice Lü — les populations autochtones se révoltèrent.

  • 101 J. Needham, op. cit., p. 20.
  • 102 J. Needham, op. cit., p. 21, qui cite le Jiu Tang shu, ch. 183, p. 13 a ; le Xin Tang shu, ch. 76, (...)

135Les textes nous ont conservé le souvenir de nombreux chefs-d’œuvre techniques construits au cours des siècles par les métallurgistes chinois. Dès le vie siècle de notre ère, on nous parle de ponts suspendus, faits de chaînes de fer, dans les régions montagneuses du sudouest et nous savons que dans les monastères bouddhistes, on n’hésite pas à couler de grandes statues en fonte, voire à construire des pagodes en plaques de fer. La plus ancienne pagode de ce type qui nous ait été conservée est celle du Yu-quan-si, à Tang-yang (au He-bei) ; elle fut construite en 1061. Elle a treize étages, 70 pieds de haut et représenterait un poids de 53 tonnes101. Parmi les réalisations les plus monumentales figure le grand temple édifié en 688 par l’impératrice Wu Ze-tian, en l’honneur de la nouvelle dynastie Zhou qu’elle espérait substituer à celle des Tang, dont l’étage supérieur était supporté par neuf énormes dragons en fonte et surmonté par un phénix en fonte dorée de 10 pieds de haut. Plus extraordinaire encore, l’ « Axe célestre commémorant la vertu de la dynastie Zhou », construit en 695 par le neveu de la grande impératrice : sur une « colline » artificielle de fonte (20 pieds de haut et 170 pieds de circonférence) se dressait une grande colonne octogonale de 105 pieds de haut et 12 d’épaisseur, avec une superstructure de 10 pieds de haut soutenant quatre dragons en bronze de 12 pieds chacun. La quantité totale de métal a été évaluée à 1 325 tonnes et comme il y avait quelque difficulté à réunir un pareil volume de fer, une taxe « en nature » fut prélevée sur les outils des paysans de la région102.

136Ces monuments « de prestige » prouvent assez à quel point de perfection était parvenue la technique chinoise. S’ils frappent notre imagination, ils posent aussi la question de savoir si une des causes de la grandeur des dynasties Han, Tang et Song n’est pas à rechercher dans leur suprématie sidérurgique. L’usage généralisé de la fonte, rendu possible par l’existence d’abondantes forêts, garantissait à la fois un outillage et un armement efficaces ; il a peut-être été à l’origine de l’équilibre agricole et de la suprématie militaire.

c) La question du transfert de la technique

  • 103 A. Haudricourt, « Ce que peuvent nous apprendre les mots voyageurs », Mélanges d’Histoire Sociale,(...)
  • 104 A. Mazaheri, « Le Sabre contre l’Épée, ou l’origine chinoise de l’Acier au creuset », Annales ESC,(...)

137L’antiquité de la fonte chinoise paraît bien établie. En utilisant des documents de nature différente, deux auteurs ont étudié la lente progression de cette technique d’est en ouest. En recherchant des jalons linguistiques, A. Haudricourt103 a montré le rôle probable joué par les populations turques d’Asie centrale dans ce transfert ; si les langues occidentales n’ont pas de terme spécial pour désigner la « fonte » (cast iron, Gusseisen), les langues d’Europe occidentale utilisent un terme apparenté au turc oriental tchouiun (russe : tchogun, bulgare : tsougun), lui-même peut-être dérivé du chinois chu (anc. prononc. *tiug) qui signifie « fondre ». En s’appuyant sur des textes et sur des documents figuratifs, A. Mazaheri104 s’est attaché quant à lui à l’histoire du sabre en acier fondu et a montré que, inventé en Chine, vers le iiie siècle av. J. -C., il était connu des sāssānides et des Hindous du nord-ouest aux iie-iiie siècles de notre ère, des Turcs altaïques aux ve-vie siècles et des Russes de Kiev aux xiie-xiiie siècles ; selon cet auteur, c’est au sabre « fondu » qu’il faudrait imputer les succès des armées Han en Asie centrale, puis ceux des hordes asiatiques qui d’est en ouest « déferlèrent depuis les steppes d’Asie centrale, sur le monde romain et l’Europe médiévale ».

138Une question demeure cependant : celle du retard considérable avec lequel la technique même de la fonte s’est propagée. Le monde musulman ne l’a pas adoptée, alors que, nous l’avons vu, plusieurs de ses auteurs en avaient connaissance et l’Europe occidentale ne la découvrit pas avant la fin du xive siècle.

139La chose peut surprendre lorsqu’on sait combien les contacts ont été nombreux entre l’Europe et le Moyen-Orient d’une part, l’Inde et l’Extrême-Orient d’autre part. Dès le iie siècle de notre ère, Ptolémée nous parle de la route de la soie. Les marchands se rendaient alors d’Antioche, à travers l’Empire parthe jusqu’à Bactres et à la « Tour de pierre », où ils recevaient les ballots de soie acheminés à travers les oasis du bassin du Tarim qui était alors sous domination chinoise ; par ces mêmes oasis, le bouddhisme pénétrait en Chine depuis le bassin de l’Indus et l’Afghanistan. Plus tard, au ive siècle, sous les derniers Kouchanes, l’influence de la Perse sāssānide se substitue à l’influence grecque et une civilisation « sassano-bouddhique » succède à la civilisation « gréco-bouddhique » dans toute la Haute Asie ; la route des oasis est une fois de plus le trait d’union entre les civilisations de la Chine, de l’Inde et de l’Iran, et la technique de la soie passe jusqu’à Byzance. Au viie siècle l’avènement de l’Islam ne fait que donner un nouvel élan à ces échanges ; on sait que c’est au viiie siècle (plus précisément au lendemain de la bataille du Talas, en 751) que la technique du papier passa de Chine dans le monde musulman et Chang-an, la capitale des Tang, était connue par son cosmopolitisme et par l’abondance des « barbares de l’ouest » (musulmans, nestoriens, manichéens) qui s’y étaient établis.

  • 105 M. Lombard, « Un problème cartographié, le Bois dans la Méditerranée musulmane (viie-xie siècles)  (...)

140Les routes des influences artistiques et religieuses sont aussi les routes des techniques, et plus spécialement de celles du métal. Or le procédé au creuset ne s’est pas transmis par l’intermédiaire du monde musulman. La raison doit peut-être en être recherchée dans le fait que ce procédé exige d’énormes quantités de bois (quarante tonnes de combustible pour moins de huit cents kilogrammes de fer affiné), alors que le Moyen Orient, pays de vieille civilisation, en était désormais cruellement dépourvu. Comme, plus tard, la technique de la xylographie, celle de l’acier fondu est peut-être venue buter sur les étendues déboisées du monde musulman pour suivre un cheminement plus lent, celui qui, en lisière de la grande silve eurasiatique, devait finir par la conduire jusqu’au cœur de l’Europe centrale105.

4. LES PROMESSES DE LA STEPPE

a) Le cadre physique et humain

  • 106 Voir ce qu’en dit Ammien Marcellin : « Nullusque apud eos interrogatus respondere unde oritur pote (...)

141Nous décrirons d’abord physiquement cette longue bande de l’Eurasie, où se sont déroulés les déplacements, migrations et invasions des peuples barbares106. Cette bande a la forme d’un immense entonnoir de steppes, entre, au nord, l’orée méridionale de la zone forestière (taiga) et, au sud, les hauts reliefs du Tibet, de l’Iran, de l’Asie Mineure et de l’Europe alpine. Elle est couverte de prairies steppiques, bons pâturages, ou de désert : le desséchement de l’intérieur de l’Asie explique les pulsations propres au monde barbare du nord, composé de nomades pasteurs. Cette zone découverte est le pays de la cavalerie, des raids, de l’armement léger, des sociétés équestres.

142Ce vaste entonnoir vient aboutir par un goulot au cœur de l’Europe, dans les plaines du moyen Danube : les Hongrois sont les derniers en date des occupants nomades implantés en cet endroit. Deux voies y confluent, l’une au nord des Carpathes, dans la région découverte entre les pentes boisées de ce massif et les grandes forêts marécageuses de Pologne, par les vallées du Haut Dniestr, du San, de la Vistule à travers la Podolie, la Galicie, la Porte de Moravie, entre l’arc carpathique et le massif de Bohême ; l’autre, au sud des Carpathes, par la vallée du Bas Danube et le défilé des Portes de Fer.

143Deux autres « détroits » sont importants dans cette large bande de terrain découvert et plat : d’une part, la porte ouralo-caspienne, entre le nord de la Caspienne et le sud de l’Oural, zone de faible relief, mais où la forêt avance vers le sud : c’est la porte de l’Asie centrale vers la Russie du Sud ; d’autre part, la porte de Dzoungarie, entre l’Altaï au nord et le Tian shan au sud : c’est la porte de l’Asie centrale vers la Mongolie et la Chine.

144Le premier théâtre des opérations est la steppe : c’est le domaine des peuples touraniens ; tout d’abord, les conquérants jaunes, ouraloaltaïques, les Huns, les Avars, les Hongrois, les Turcs, les Mongols, qui déferlent à l’est, par la Porte de Dzoungarie vers la Chine et la Grande Muraille ; et vers l’ouest, par la porte ouralo-caspienne, vers l’extrême Occident, l’Europe centrale, et occidentale, où ils se heurtent à la muraille de Justinien, au nord de la Crimée, et au limes danubien. Ensuite, c’est le domaine des Iraniens nomadisés : les Touraniens, envahisseurs de la Perse, les Scythes, envahisseurs du monde grec, les Sarmates et les Alains, envahisseurs du monde romain, les Parthes, envahisseurs de l’Iran séleucide. Ils doivent leur armement à l’Iran : cotte de mailles, casque, longue épée.

145Second cadre de migration : la forêt, avec ses chapelets de clairières qui vont de la Sibérie du Sud à la Russie du Nord et la toundra, au nord de la grande forêt, domaine des hyperboréens. D’est en ouest, circulent les Finnois, peuples jaunes, qui vont jusqu’aux bords de la Baltique ; d’autre part, les Slaves qui, lorsqu’ils affleurent à l’histoire, sont dans la forêt polono-russe, entre Vistule et haut Dniepr. De là, leur poussée s’effectue vers l’est dans le domaine des Finnois, vers le sud, en Bohême, et dans les Balkans, vers l’ouest, jusqu’à la Saale et l’Elbe, à la place occupée auparavant par les Germains.

146Enfin, une série de migrations nord-sud, opérées à partir de la Scandinavie et des bords de la Baltique, mène les Germains vers le sud-est, le sud et le sud-ouest. Ils débouchent dans la zone des steppes, soit vers la Russie du Sud, soit dans les plaines du moyen Danube où ce courant germanique nord-sud interfère avec le courant asiatique est-ouest.

6. Les empires entre la steppe et la mer (seconde moitié du ve siècle)

147Ce monde germanique ne forme pas un bloc. Les parcours géographiques des peuplades avant le ve siècle et leur installation dans l’Empire d’Occident permettent de distinguer deux groupes : les Germains occidentaux et les Germains orientaux. Ils correspondent à deux faisceaux de migrations partant d’une origine commune, la Scandinavie, et divergeant ensuite, l’un vers l’ouest, l’autre vers l’est. Ces directions premières sont importantes, en raison des différences dans les conditions géographiques rencontrées par les peuples en mouvement et leurs modes de vie, ainsi que par les contacts qu’ils purent établir avec les mondes civilisés voisins. Parmi les Germains occidentaux, les Jutes, les Angles, les Saxons, les Frisons, occupent l’angle rentrant des côtes de la mer du Nord, depuis la presqu’île du Jutland jusqu’aux îles frisonnes ; quant aux Suèves, aux Francs, et aux Alamans, ils habitent dans les forêts d’Allemagne moyenne et méridionale, entre l’Elbe, le Rhin et le haut Danube. Parmi les Germains orientaux, les Lombards sont, entre l’Elbe et l’Oder, plus tard sur le moyen Danube ; les Vandales et les Burgondes, en arrière de la côte baltique, entre l’Oder et la Vistule ; enfin, les Goths, à l’est des Carpathes et sur le mer Noire.

148Le centre de dispersion du premier groupe semble être la presqu’île du Jutland. Peut-être leur habitat primitif était-il la péninsule Scandinave. Quant au second groupe, les toponymes permettent d’affirmer qu’il était de la péninsule Scandinave : les Burgondes, venus de Bornholm (Burgundaholm) ; les Goths, venus du Gothaland (Suède méridionale) et de l’île de Gotland. La langue gothique, dans laquelle Wulfila, apôtre des Goths, traduisit la Bible au milieu du ive siècle, est plus proche du norrois, ancêtre commun du danois, du norvégien, de l’islandais et du suédois, que des parlers des Germains occidentaux.

149La Scandinavie a toujours été un réservoir d’hommes, vagina nationum dit Jordanès ; après les coulées des peuplades germaniques de l’Antiquité, ce furent au haut Moyen Age (viiie et ixe siècles) les Normands, émigrant à la fois vers l’ouest (mer du Nord, Angleterre, France, Irlande, Islande) et vers l’est (Baltique, régions des fleuves russes, mer Noire, Caspienne). La Scandinavie est comme la poignée d’un éventail ethnographique, dont les branches vont à la fois vers l’ouest et vers l’est.

150Si, du point de vue des migrations, il existe deux grandes divisions, du point de vue des genres de vie le cadre physique impose trois grandes divisions : la forêt, la mer, et la steppe.

1° La forêt

  • 107 De Bello gallico, vi, 22, 1 ; voir aussi Tacite, Germ., 15.

151La grande, profonde et presque impénétrable forêt hercynienne, recouvre la plus grande partie de la Germanie, prolonge la taïga russosibérienne, et se continue par les forêts de la Gaule septentrionale : forêt coupée de clairières, de marécages et baignée de brumes. Le genre de vie est fonction du milieu profondément forestier ; les instruments de base sont la hache du bûcheron, du défricheur (la francisque), et le couteau du chasseur (scramasax). L’agriculture est pauvre : quelques cultures temporaires dans les clairières, autour des huttes de bois ; il y a peu de terres fertiles, faciles à cultiver, beaucoup moins qu’en Gaule : [Germani] agriculturae non student, dit César107. Ces peuples sont plus pasteurs qu’agriculteurs ; le troupeau, qui vit dans la forêt, tient lieu de monnaie, il est signe de la richesse. Ce genre de vie est commun aux Germains occidentaux et orientaux, qui, partis de la Baltique, n’ont pas débouché dans les steppes du sud-est : Francs, Alamans, Suèves, Vandales et Burgondes, Lombards enfin, avant qu’ils n’arrivent dans les plaines du moyen Danube et en Italie du Nord (fin du ve-début du vie siècle). Il n’est pas fondamentalement différent de celui des populations slaves à l’est, ou des populations gallo-romaines des campagnes à l’ouest, dans le pays forestier et marécageux qu’était alors la Gaule du Nord. Dans la grande écharpe forestière qui va de la Sibérie à l’Atlantique, le genre de vie est toujours plus rude, l’économie toujours plus dégradée d’ouest en est, mais n’est pas de nature différente. Ce fait général explique l’infiltration germanique et l’occupation ethnique d’une partie de la Gaule, comme il explique l’infiltration et l’occupation ethnique d’une partie de l’ancienne Germanie par les Slaves, qui viendront remplacer, jusqu’à l’Elbe et à la Saale, les peuplades germaniques émigrées vers l’ouest.

152En Gaule, il n’y eut pas de rupture dans les habitudes au moment des invasions, puisqu’une économie quasi-fermée, celle du domaine y régnait déjà : le limes du Rhin n’était pas une frontière naturelle entre deux aires différentes. L’apport germanique accentuera ces caractères fondamentaux ; les Gallo-Romains emprunteront les termes de la forêt, de la chasse, du travail du bois, des baies forestières, des oiseaux, aux langues germaniques. Il y aura adaptation réciproque et fusion. Hors de la Gaule, les Suèves s’établirent dans le coin nord-ouest de la péninsule ibérique (Asturies, Galice) ; région forestière, de vie rurale et sauvage, où ils se maintinrent. En revanche, les Vandales, installés sur les plateaux ibériques, en Andalousie (Vandalusia), et en Afrique du Nord, disparurent, par suite de leur inadaptation à la vie méditerranéenne. L’élément vandale a été comme brûlé par la nature méditerranéenne.

153Dernier caractère commun à ces Germains forestiers : ce sont non pas des cavaliers, mais des combattants à pied ; pour proclamer le chef, on l’élève sur le pavois, ce qui implique l’absence du cheval. L’armée mérovingienne est une armée de piétons. La cavalerie s’est introduite sous l’influence du Midi et à cause des nécessités de la lutte contre des peuples cavaliers : les Wisigoths, puis les Musulmans.

2° La mer

154La mer donne ses caractères communs aux régions côtières de la Baltique et de la mer du Nord, presqu’île du Jutland, embouchures de l’Elbe, de la Weser, de l’Ems, région des Marschen, Frise ; mer brumeuse et froide, côtes plates, dunes, îles basses et découpées (Rügen, archipel danois, îles frisonnes). Dans ces contrées, les populations vivent de la mer et sur la mer : pêche, piraterie et razzias sur les côtes voisines de la Bretagne et de la Gaule, de l’embouchure du Rhin à celle de la Garonne. Comme plus tard les Normands, les Jutes, les Angles, les Saxons et les Frisons se livrent à des attaques continuelles sur les côtes de la mer du Nord, de la Manche et de l’Atlantique ; ils commencent par l’aventure maritime et le débarquement inopiné ; puis ce sont des établissements temporaires ; ensuite la conquête violente de l’intérieur et l’assujettissement étroit des populations agricoles par les « rois de la mer ».

155Les invasions anglo-saxonnes et la domination de ces Germains sur les Celtes de Bretagne ont un caractère tout différent des invasions franques : ces dernières se présentent comme l’aboutissement d’un cheminement lent à travers la forêt, de clairière en clairière, de vallée en vallée, de la Germanie à la Gaule, non pas comme une domination sur les premiers occupants du sol, mais comme une fusion avec eux.

3° La steppe

156Autre paysage, autre genre de vie. Ici dans un pays découvert, aux larges étendues herbeuses, sans un arbre, l’homme mène une vie nomade, sous la tente et à cheval, avec ses troupeaux ; l’économie est pastorale, l’alimentation de viande et de laitage. Parmi les peuples de la steppe, l’un des plus typiques est celui des Huns : leur horde (ordu « camp ») s’est déplacée de la Chine au Danube et au delà, lors des raids en Europe occidentale.

157C’est dans cette zone de nomadisme des steppes de la Russie du Sud (Don, Dniepr, Dniestr) parcourue par des tribus touraniennes, que viennent déboucher, après avoir traversé la bande forestière, les tribus gothiques : Ostrogoths (« Goths brillants ») et Wisigoths (« Goths sages »). Les Goths se sont adaptés à la vie des steppes ; ils ont adopté le cheval, la lance et l’arc. Pour proclamer leur chef, ils lui font faire un tour d’honneur à cheval. La cavalerie légère d’Alaric a semé l’épouvante dans l’Italie du Nord et jusqu’à Rome ; en 451, Aetius fait appel à Théodoric, roi des Wisigoths, pour opposer aux Huns ses raids rapides et lointains.

158Les invasions gothiques ont un aspet tout différent des invasions franques : ce sont des chevauchées rapides, comme celles des Huns. La domination établie par les Goths a un caractère superficiel ; elle n’a pas laissé de traces durables en Gaule du Midi : sitôt partis, sitôt évanouis. Le caractère méditerranéen de l’espace couvert par les invasions ostrogothiques et wisigothiques est significatif. En Grèce, Italie, Gaule du Midi, Espagne, ces gens de la steppe s’accommodent de la nature méditerranéenne, découverte et sèche.

159Ainsi, trois genres de vie, correspondant à trois milieux différents : la forêt, la mer, la steppe, définissent trois formes d’invasion et de domination. Une infiltration lente à travers les forêts, une occupation du sol plus qu’une conquête brutale : les Francs ; une conquête violente par la mer, un assujettissement très dur des populations indigènes : les Anglo-Saxons ; les chevauchées rapides des cavaliers des steppes, une domination fragile et une distinction maintenue avec les peuples conquis : les Goths.

4° Les contacts

160Les contacts avec les mondes voisins déterminent des niveaux de civilisation différents. Le monde germanique touche à l’ouest et au sud, au monde celtique plus ou moins romanisé, aux franges de l’Empire romain ; au nord-est, au monde slave ; au sud-est, au monde touranien, et, à travers lui, aux civilisations grecques et iraniennes.

161Le monde gallo-romain n’eut guère d’influence sur la Germanie transrhénane. Les Germains qui passaient le limes s’établissaient en terre d’Empire comme foederati, s’enrôlaient dans l’armée, se romanisaient progressivement ; mais il ne semble pas qu’il y ait eu une forte influence culturelle de l’Empire sur les Germains indépendants, et l’évangélisation fut tardive. Il y eut un courant d’hommes de la « Barbarie » vers la Romanitas, mais pas de courant d’influence civilisatrice de la Romanitas vers la « Barbarie ». Ainsi les Germains occidentaux les plus voisins de l’Occident romain, sont-ils les plus barbares.

162Les rapports du monde slave avec les Germains sont inconnus, car les Slaves n’entrent dans la lumière de l’histoire qu’après leur poussée vers l’ouest et le sud, entre le vie et le ixe siècle.

163Du côté du monde touranien, la steppe est largement ouverte sur l’Orient civilisé. Les migrateurs d’Asie centrale sont en contact avec la Chine et, par les oasis d’Asie, avec l’Iran ; les Sarmates, les Alains sont des Iraniens nomadisés, en contact direct avec la civilisation iranienne d’une part, la civilisation grecque, d’autre part, par les villes des bords de la mer Noire.

164Un double centre de rayonnement à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Age exerce son influence : les provinces orientales de l’Empire romain, avec Constantinople, et l’Empire séleucide, avec Séleucie et Ctésiphon. La Russie du Sud-Est est dans la zone de rayonnement de ces deux centres. Dans le travail du métal et le décor, on retrouve chez les Scythes et les Sarmates, des éléments composites grécoiraniens, qui seront transmis aux Goths. L’orientalisation des peuples gothiques se traduit d’une part, dans l’esthétique : l’ « art barbare », vieil art animalier des steppes, est tout imprégné d’influences helléniques et iraniennes, et, d’autre part, dans la religion, les Goths empruntent au domaine byzantin : Wulfila, au milieu du ive siècle, évangélise les Goths, alors établis sur le Danube, et traduit la Bible en gothique.

165Les Goths firent passer ces influences à l’ouest et les communiquèrent à leurs voisins du monde germanique : Burgondes, Vandales et Lombards ; Wisigoths et Ostrogoths les apportèrent eux-mêmes au cours de leurs migrations vers l’Empire d’Occident. Ainsi, les Germains de l’Est ont-ils connu le christianisme (sous la forme arienne) et se sont-ils frottés d’une teinture de civilisation, tandis que les influences orientales, particulièrement dans le domaine des arts du métal, ne sont arrivées que d’une manière indirecte et comme estompée aux Alamans, aux Francs, aux Anglo-Saxons, Barbares païens, isolés par les forêts, les marécages et la mer.

b) Antiquité de la métallurgie des steppes

  • 108 Pour une étude synthétique du néolithique et de l’âge du bronze sibérien et chinois, cf. V. Elisse (...)

166Nous avons noté les contacts établis par la Chine des Han (202 av. à 220 de notre ère) avec les civilisations de l’Asie occidentale (Iran, Mésopotamie), contacts directs par la route de la soie ; contacts indirects aussi par l’intermédiaire des mondes barbares du Nord, l’emploi par les Chinois de mercenaires touraniens dont certains venaient du rebord septentrional du Caucase, les grandes invasions hunniques en Chine du Nord au début du ive siècle (311-312 : sac de Luo-yang et de Chang-an). C’est ainsi que thèmes décoratifs et procédés techniques de l’Asie occidentale ont été transportés vers la Chine et cela, depuis une époque reculée, antérieure même aux Han. Au xe siècle avant J. -C. comme aux alentours de l’ère chrétienne, une forme d’art, et surtout de l’art des métaux, s’est propagée de la mer Noire à la mer Jaune, dès les Zhou (Tcheou) (iiii-481 av. J.-C.) et l’époque des Royaumes Combattants (481-221 av. J.-C.). Le centre caucasien des métaux semble avoir été le grand foyer de dispersion de cet art, que les peuples de la steppe ont ensuite transporté vers l’est, avec le relais de l’Altaï, région minière et métallurgique ancienne108.

167Complétons maintenant ce schéma vers l’ouest : des contacts directs ont été instaurés entre la civilisation de l’Orient (Iran, Mésopotamie) et le monde méditerranéen (Asie Mineure, Syrie, Égypte) par l’intermédiaire des grandes villes hellénistiques. Des contacts indirects ont été établis par les mondes barbares du Nord (voie de la steppe ponto-caspienne) depuis le centre caucasien et, de là, à travers le monde « scythe », par les Sarmates, jusqu’au monde germanique. Au ive siècle de notre ère, au moment de la grande poussée hunnique vers l’ouest (370), l’empire des Alains (Sarmates) est installé entre Caucase, Oural et Don ; il est voisin de l’Empire gothique, qui occupe les steppes entre Don et Danube, et est lui-même en contact à l’ouest avec les peuplades germaniques de la forêt. De ce monde des Germains orientaux, et du monde sarmate lui-même, artisans, esclaves, mercenaires arrivent dans le monde romain : ces infiltrations se manifestent dans l’art romain tardif du Bas-Empire : taille bisautée du métal, issue du travail du bois, d’origine pontique, que l’on trouve dans l’orfèvrerie caucasienne ; figurations animales, véhiculées par l’art des steppes ; incrustations sur métal (or ou cuivre sur fer), pratiquées par les barbaricarii, Sarmates employés dans les arsenaux romains au damasquinage des armes : qu’on regarde, par exemple, la boucle de ceinture trouvée à Mayence, lors des fouilles de Behrens et Forrer et qui appartient à l’art du Bas-Empire. Puis, après les infiltrations, ce sont les invasions et l’établissement de royaumes germaniques dans la Pars Occidentis de l’Empire romain : les Huns détruisent en 375 l’empire ostrogothique, les Wisigoths s’installent sur le Danube en 376, et, en 406, fuyant devant la menace des Huns, Vandales, Suèves et Alains franchissent le Rhin ; cependant, les Huns eux-mêmes arrivent en Hongrie ; les Avars, puis les Hongrois leur succèdent : le monde touranien est au cœur de l’Europe. Comme l’Altaï sur la route des steppes vers l’est et la Chine, il existe, sur la route des steppes vers l’ouest européen, un important relais pour les arts des métaux : le massif bohémien.

7. Diffusion des techniques du métal et des thèmes décoratifs, depuis le centre caucasien

168Pour bien saisir dans quelles conditions se développent les arts du métal aux ive et ve siècles, il faut esquisser l’histoire et la préhistoire de la métallurgie dans les pays bordiers de la longue bande steppique où se sont propagées les invasions barbares.

169La métallurgie est d’abord fondée sur le travail de l’or, de l’argent et du cuivre natifs ; l’or en particulier est à l’origine de nombreuses civilisations protohistoriques, que l’on évoque sous le signe de l’« Age d’or ». C’est ensuite l’art d’extraire le métal du minerai, ou métallurgie proprement dite : les métaux sont coulés et alliés, comme le bronze composé de cuivre et d’étain. Le fer ne vient qu’ensuite : vers l’an 1000 avant J. -C., il est couramment employé en Égypte ; vers 750, en Mésopotamie : dans les ruines du palais de Sargon II (722-705), à Khorsabad, il y avait 160 tonnes de fer destinées à l’exportation. En Chine, le fer est d’emploi courant au viie siècle avant J. -C. et en Inde, vers 500 avant J. -C.

170Les gros producteurs, dans l’Antiquité reculée, sont les peuples pré-aryens des rives sud et est de la mer Noire : Asie Mineure orientale, Caucase. Ces peuples pré-aryens, se divisent en trois groupes.

171Le groupe ouest, gravitant autour de la civilisation crétoise ; le fer a gagné l’Europe par la Crète. A ce groupe appartiennent les Étrusques, qui émigrèrent vers l’Italie et furent d’habiles métallurgistes, comme l’attestent leurs splendides statues de bronze qui sont à base de cuivre de Toscane et la production de fer de l’île d’Elbe.

172Le groupe du Centre, de l’Halys au Tigre supérieur, comprenant les Mitani (entre haut Euphrate et Tigre supérieur) et les Hittites (entre haut Euphrate et Halys). L’Empire hittite fut gros producteur de fer pour toute l’Asie Mineure.

  • 109 Texte de Si-ma Qian cité par J. Needham, Sciences and Civilization in China, t. I, Cambridge, 1954 (...)

173Le groupe est, dans l’Ourartou (Ararat), c’est-à-dire l’Arménie et le Caucase, habités par les Chalybes, qui ont joué un grand rôle dans la métallurgie du fer. Chez les Grecs, le fer se disait : χἀλνψ et les Chalybes (χάλυбες) étaient un peuple du Pont renommé pour son habileté à travailler le fer ; d’après Hérodote, ils enseignèrent leurs techniques à leurs voisins, les Tibarènes ( Тιбαρηνοί dans la région de Trébizonde), dont le nom est peut-être à rapprocher du « Tubal » de la Bible. Par Tibarènes, il faut entendre les Scythes des plaines ponto-caspiennes, qui passèrent à l’âge du fer au viie siècle, après en avoir appris les techniques lors de leurs grandes invasions au Caucase, en Arménie, en Médie et dans l’empire assyrien. Il est à noter cependant que, selon un auteur chinois du ier siècle avant notre ère, ce serait à des déserteurs chinois que les Scythes durent l’art de « fondre » des armes et autres outils de fer109.

  • 110 M. I. Rostovtzeff, Iranians and Greeks in South Russia, Oxford, 1922.

174En même temps que les techniques, les Scythes adoptent le répertoire décoratif de la Mésopotamie assyro-babylonienne : la hache de fer et d’or de Kélermès au Kuban (vie siècle av. J. -C.) reprend un vieux thème assyro-babylonien, que l’on retrouve dans les bronzes du Luristān : deux bouquetins dressés de chaque côté de l’arbre de vie, et des cervidés, inspirés de l’art animalier assyrien, avec un emploi déjà plus décoratif, caractéristique de l’art des steppes. Les techniques du fer et le décor animalier mésopotamien passent donc par le Caucase chez les Scythes ; ils sont diffusés vers l’est jusqu’à Minusinsk (sud de la Sibérie) et vers le nord jusqu’à Avanino (près de Kazan) ; vers l’ouest, vers les centres miniers des Alpes orientales et du massif bohémien et se retrouvent dans l’art celte du Danube (Halstatt). Il est un second apport des Scythes, dû à leur contact prolongé avec les villes grecques du fond de la mer Noire, attesté par les objets trouvés dans les kourganes de la Russie du Sud, dont le décor offre à la fois des thèmes animaliers orientaux, et des thèmes helléniques110.

175Dans la seconde moitié du iiie siècle avant J. -C., les Sarmates, de même race que les Scythes, c’est-à-dire Iraniens nomades du Nord, qui vivaient jusque-là au nord de la mer d’Aral, passent la Volga et envahissent les steppes de la Russie du Sud, en refoulant les Scythes vers la Crimée. Les Scythes étaient des archers à cheval, une cavalerie légère aux vêtements amples ; les Sarmates sont une cavalerie lourde de lanciers, au casque conique et portant la cotte de mailles. L’art des Sarmates est plus géométrique de stylisation plus poussée, à base d’incrustations de pierres de couleur et d’émaux, sans influence grecque. Son origine est dans le deuxième point de contact avec les arts de Mésopotamie et d’Iran, dans la région de l’Oxus et des oasis iraniennes de la route de la soie. Cet art, réaction orientale contre la plastique gréco-romaine, annonce, dans l’Europe de l’Est, l’art de notre pré-Moyen Age ; les Sarmates le transmettront aux Goths, et ceux-ci aux autres Germains. L’art sarmate remplace l’art scythe aux iiie et iie siècles avant J. -C. dans la Russie du Sud ; il se répand dans l’Est jusqu’en Sibérie occidentale, à Minusinsk et Pimele Grando, et vers le nord jusqu’à Pianobor (Avanino). Or, vers 200 de notre ère, les Goths débouchent dans la Russie du Sud ; ils attaquent en 230 la ville romaine d’Olbia sur la mer Noire. La Russie du Sud est alors partagée entre les Goths, à l’ouest du Don, et les Sarmates et Alains, à l’est. Du milieu du iiie siècle datent les nécropoles gothiques de Tcherniakov (au sud de Kiev) et de Nikolaïevska (près de Cherson, sur le bas Dniepr), ainsi que les nécropoles sarmates du Kuban.

176D’un côté comme de l’autre, ce sont les mêmes techniques et les mêmes thèmes décoratifs d’un art de nomades et de primitifs. Quels sont les éléments auxquels se réduisent les besoins artistiques des nomades ? L’aménagement de la tente, l’équipement des chevaux, les armes et les vêtements. D’où, un art textile (tentes et vêtements), un art du cuir (chevaux), un art du métal (harnais et armes). Les caractères généraux de cet art sont le goût des surfaces entièrement recouvertes d’ornements avec des thèmes se répétant à l’infini, exprimant l’horreur du vide ; d’autre part, la tendance à la stylisation et à la symétrie, une prédilection pour la faune représentée de façon antithétique (animaux affrontés ou adossés) ou synthétique (animaux entrelacés ou s’entre-dévorant) ; enfin, l’amour de la richesse jusqu’au clinquant, des couleurs vives et chatoyantes.

177L’art sarmate aux ive et ve siècles s’est étendu dans toute la zone des plaines d’Eurasie, depuis la Sibérie jusqu’à l’Atlantique, simplifié jusqu’à l’appauvrissement d’une production industrielle chez les Francs, les Burgondes, les Lombards et les Vandales. Au contraire, dans les pays occupés par les Huns, en Hongrie et en Valachie, là où le contact avec l’Asie s’est maintenu plus vivant, les objets retrouvés dans les tombes témoignent d’une grande magnificence dans l’art et la matière.

c) La synthèse hunnique

1° Le domaine hunnique aux ive et ve siècles

178Il y a trois grands groupes de tribus hunniques, les Xiong-nu des Chinois, les Hunna des Indiens ; elles constituent une fédération de clans sous un chef de guerre. Leur centre de dispersion est la HauteMongolie et l’Altaï. Ce sont les Huns occidentaux, les Huns du Centre, les Huns orientaux.

179Les Huns orientaux ont glissé vers la Chine, qui présentait pour eux l’attrait d’un pays civilisé et sont établis au iiie siècle dans la boucle du fleuve Jaune, dans la steppe de l’Ordos, devant la Grande Muraille. Peu à peu, ils se sont infiltrés et l’Empire chinois leur a concédé des territoires ; ils ont joué un rôle analogue à celui des tribus germanique fédérées établies sur les bords du limes du Rhin, au ive siècle, par les empereurs romains. Les chefs huns fréquentaient la capitale chinoise de Luo-yang. Puis, ce fut la conquête, et le sac de la ville en 311, l’installation d’un empire hun en Chine du Nord ; cette domination instable se désagrégea sous la pression de nouvelles hordes venues de la steppe mongole : les Turcs Tuo-ba (T’o-pa, « Tabgatch ») s’infiltrent à leur tour, puis conquièrent, au ve siècle, la Chine du Nord : ce sont des bouddhistes sinisés, comme le montrent les sculptures bouddhiques de l’époque Wei (ve et vie siècles) ; ils luttent eux-mêmes contre de nouveaux barbares venus du Nord, les Mongols Ruan-ruan (Jouan-Jouan). Pour la Chine, les ive et ve siècles sont une période de grandes invasions.

180Les Huns du Centre ou « Huns blancs », « Huns Hephtalites » des Byzantins, « Huns Hayatélites » des Persans, originaires de l’Altaï, descendent des steppes du Turkertan russe, au sud du Balkaš et de la mer d’Aral. Cette horde ou confédération de tribus prend une grande importance dans le deuxième quart du ve siècle et attaque l’Empire perse sāssānide ; vers 440, ils occupent la Sogdiane, la Transoxiane, la Bactriane, puis le Hurāsān, c’est-à-dire toute l’extrémité nord-est de l’Empire perse. Ils profitent des querelles de palais de la cour : le sāssānide Karāḏ, chassé de Ctésiphon, se réfugie chez eux, épouse la nièce du Han, et, avec l’aide de l’armée hunnique, récupère son trône en 499. Ainsi la Perse sāssānide connaît-elle également, au ve siècle, ses grandes invasions ; mais elle est trop bien défendue pour s’ouvrir complètement à la domination barbare. Les Huns Hephtalites dirigent alors leurs attaques vers le sud (Kābul) et envahissent la vallée de l’Indus et l’Empire gupta, aux ve et vie siècles. Les barbares détruisent les centres de la culture grécobouddhique (Gandhara) et persécutent le bouddhisme : les Huns ont conservé dans la littérature bouddhique une réputation terrible.

181Les Huns occidentaux ont mené une existence obscure depuis le ier siècle avant J. -C., date à laquelle ils quittent la Haute-Mongolie et émigrent le long de la route des steppes, au nord du Balkaš et de la mer d’Aral. Ils réapparaissent à la lumière de l’histoire au ive siècle, lors de leurs contacts avec le monde romain.

182Au ive siècle, les Alains sont installés au pied nord du Caucase, sur le Térek, au Kuban, et à l’est du Don ; les Goths, sur le bas Dniepr et à l’ouest du Don ; les Ostrogoths, entre Don et Dniestr ; les Wisigoths, entre Dniestr et Danube ; les Gépides, dans la Dacie, évacuée en 270 par Aurélien.

183Les Huns font irruption dans les plaines de la Russie du Sud vers 374. Ils subjuguent les Alains, dont une partie grossit les hordes hunniques dans leur mouvement vers l’ouest, et dont l’autre est refoulée vers le Caucase : ce sont les « Al-lan » des auteurs musulmans ; ils sont installés près de la passe du Darial, où ils ont construit des châteaux ; ce sont aussi les Ossètes, convertis au christianisme par Byzance au xe siècle.

184Les Huns attaquent ensuite les Ostrogoths, détruisent leur empire ; c’est à ce moment que les Wisigoths, fuyant devant l’attaque, passent le Danube et pénètrent dans l’Empire romain d’Orient (376).

185Les Huns sont alors maîtres de toute la zone des plaines, de l’Oural aux Carpathes. Les Gépides sont soumis en 405-406. Attila, qui apparaît en 434, commence les grandes razzias à partir de la plaine hongroise en 441, et de là fond sur les Balkans, la Gaule et l’Italie ; il meurt en 453. A la mort d’Attila, l’Empire hunnique se désagrège ; ses sujets barbares se révoltent, Sarmates, Alains, Goths, Gépides ; ils composent le « matériel humain » de la dernière armée romaine, sous Odoacre, fils d’Édecon, conseiller d’Attila et sans aucun doute Hun lui-même, premier chef barbare de l’Empire d’Occident, qui dépose Romulus en 476.

186Le gros des forces hunniques reflue alors du moyen Danube vers la Russie du Sud, et nomadise désormais au nord de la mer Noire, aux environs de la mer d’Azov et de l’embouchure du Don. Les luttes terribles que se livrent ces deux hordes sont attisées par la diplomatie byzantine. Au vie siècle, entrent en scène de nouvelles hordes asiatiques, les Avars, dont on ne sait s’ils sont d’origine Ruan-ruan ou Huns Hephtalites.

187Cette description fait apparaître l’importance de l’élément ouraloaltaïque dans les grandes invasions, non seulement son rôle « mécanique » dans la mise en mouvement des peuples fuyant devant les cavaliers nomades, les Turcs Tuo-ba, Attila ou Odoacre, mais son rôle dans la transmission des arts et des techniques. Ces nomades sont aussi des transporteurs ; ils véhiculent un répertoire décoratif, des techniques du métal empruntées aux vieilles civilisations voisines, comme l’attestent les tombes hunniques de l’Ordos, dans la boucle du fleuve Jaune et celles de la plaine danubienne ; enfin, des techniques équestres : étrier, harnachement, transport par chariots, colliers d’attelage, contribution essentielle des nomades cavaliers et charretiers de la steppe à la civilisation d’Extrême-Occident comme à la civilisation d’Extrême-Orient.

2° Le luxe métallique et le travail des métaux chez les Huns

  • 111 Ammien Marcellin, xxxi, 2.

188Comme tous les Barbares, les Huns d’Occident avaient un goût sans frein pour l’or : Hunni... auri cupidine immensa flagrantes, nous dit Ammien111. Toute la steppe est bordée de zones aurifères : Altaï, Oural, Caucase. Les pillages, les tributs arrachés aux peuples civilisés qui voulaient être épargnés sont à l’origine d’une magnificence vraiment fabuleuse et d’entassements de trésors chez les grands chefs de la steppe. Théodose II (408-450) offre aux chefs des Huns des habits de soie, des monceaux d’or et des pierreries de l’Inde pour les détourner de Constantinople.

  • 112 Priscus, Excerpta de legationibus gentium ad Romanos, « Corpus script, hist. Byzantinae », Bonn, 1 (...)
  • 113 « ... noctuque secreto cadaver terra reconditum copercula primum auro, secundum argento, tertium f (...)

189Priscos, après son ambassade auprès d’Attila112 nous a laissé une description éblouie du palais du chef hun : palais fait de toile et de bois sculpté, tourné et poli, assemblé avec art, qui reprend le plan circulaire de la tente, la yurta, et est entouré lui-même d’une enceinte ronde de bois. Le sol est recouvert de tapis de laine historiés. La reine et ses esclaves étaient occupées à des travaux de broderie. La vaisselle est d’or, le mobilier, en or massif, les armes et les harnachements sont couverts d’or et de pierres précieuses. Jornandès113 a décrit les funérailles d’Attila : sous une tente de soie, et sa sépulture : dans un triple cercueil, de fer, d’argent et d’or ; ses armes et ses bijoux incrustés de pierreries étaient amoncelés près de lui. Les esclaves qui creusèrent la fosse furent mis à mort, pour qu’ils ne puissent révéler l’emplacement du trésor enfoui.

  • 114 E. Chavannes, « Voyage de Song Yun dans l’Udyāna et le Gandhara (518-522 p. C.) », Bulletin de l’É (...)

190Même luxe métallique chez les Huns Hephtalites. Le voyageur bouddhique Song Yun, lors de son pèlerinage de Chine au Gandhara, haut lieu du bouddhisme, rendit visite en 520 au Han des Hephtalites dans sa résidence d’été sur les pentes nord du Pamir, au Badakhchan. Les Hephtalites passaient, en effet, l’hiver dans la plaine de Bactriane avec leurs troupeaux, et l’été dans les montagnes du Badakhchan. Song Yun visita ensuite le tegin, lieutenant du Han, au Gandhara. Voici ce qu’il écrit : « Ils ne demeurent pas dans des villes murées ; c’est dans un camp mobile qu’ils ont le siège de leur gouvernement. Leurs habitations sont en feutre. Ils se déplacent à la recherche des eaux et des pâturages, se rendant en été dans les endroits frais, en hiver, dans les cantons tempérés... Leur roi fait dresser pour lui une grande tente de feutre qui est un carré de 40 pieds de côté (12 m) ; tout autour, les parois sont faites de tapis de laine. Le roi porte des vêtements de soie ornée. Il est assis sur un ht d’or, dont les pieds sont constitués par quatre phénix d’or... Son épouse principale porte aussi un vêtement de soie ornée qui traîne par terre sur une longueur de trois pieds... Sur la tête, elle porte une longue corne... avec des ornements de pierres précieuses de cinq couleurs... elle s’assied sur un lit d’or qui a la forme d’un éléphant blanc à six défenses et de quatre lions »114

  • 115 S. Julien, « Documents historiques sur les Tou-kioue (Turcs), extraits du Pien-i-Tien », Journal A (...)
  • 116 Il s’agit du sabre courbe de cavalerie dont les Hongrois conservèrent longtemps l’usage. L’épée di (...)
  • 117 Le loup était le totem des tribus turques. Les compagnons du roi s’appelaient büri, « les loups », (...)

191Autre description d’un auteur chinois, à la fin du vie siècle115 : « Ils laissent flotter leurs cheveux et habitent sous des tentes de feutre. Ils se transportent d’un canton à l’autre, suivant qu’ils y trouvent de l’eau et des pâturages. Leur principale occupation est l’élève des troupeaux et la chasse... Pour armes, ils ont l’arc, la flèche sifflante, la cuirasse, la lance, le sabre et l’épée116. Leurs ceintures sont des ornements métalliques en creux et en relief. Au sommet de la hampe de leurs drapeaux, ils placent une tête de louve en or »117.

192Vers la même époque, l’ambassadeur de Justin II auprès du Han turc Dizabul nous dit que sa demeure était tendue de soie ; des tapis historiés recouvraient le sol ; les colonnes de bois qui soutenaient la tente étaient plaquées d’or ciselé. La vaisselle était d’or ; d’or, le lit du Han supporté par quatre paons. Dans le vestibule, se trouvaient des chars avec des ornements d’or et d’argent ; le Han affectionnait particulièrement les travaux de métal, les plats sur lesquels étaient ciselés des animaux et « qui ne le cédaient pas en élégance et en beauté aux ouvrages grecs ». Un autre renseignement nous est encore fourni par Théophylacte : un Han des Avars retourne à l’empereur Maurice (582-602) un lit d’or que celui-ci lui avait envoyé, parce qu’il ne le trouvait pas assez magnifique pour son usage.

3° Les trouvailles

193L’art des steppes a deux provinces, qui sont les ailes d’un même ensemble d’origine commune irano-caucasienne : l’art hunnique, turco-mongol, à l’est ; l’art scythe-iranien, à l’ouest. Nous énumérerons rapidement les principales trouvailles qui, d’est en ouest, permettent de jalonner la progression des influences.

194Art des Xiong-nu orientaux. On a retrouvé, en Transbaïkalie, des tombes datant des iie et ier siècles avant J. -C. ; au nord de Kiakhta (sud du Baïkal) des monnaies des Han (iie siècle avant-iiie siècle après J. -C. ) ; à Nain-Oula (près d’Ourga), la mission soviétique Kozlov a découvert la tombe d’un prince Xiong-nu, renfermant des bronzes et des tissus de laine historiés, décorés de griffons, de dragons et d’entrelacs, une laque chinoise de l’an 2 après J. -C., un tissu hellénistique provenant du Bosphore ; en Dzoungarie, des monnaies grecques de Panticapée, du iiie siècle avant J. -C. Au sud, dans l’Ordos et à la frontière nord du Shân-xi (Chen si), on a retrouvé des bronzes hunniques de l’époque chinoise des Royaumes Combattants (ve-iiie siècles) et des Han (iie siècle avant J. -C. -début du iie siècle après J. -C.) : plaques de ceinturons, appliques, agrafes, boutons d’équipement et de harnachement, fibules, qui présentent des rapports étroits avec des objets trouvés en Hongrie.

  • 118 A. M. Tallgren, Collection Tovostine des antiquités préhistoriques de Minousinsk, Helsingfors, 191 (...)

195Culture dite de Minusinsk. Elle se situe en arrière et au nord-ouest du domaine Xiong-nu et Ruan-ruan, dans le Haut-Iénissei, à la lisière de la forêt. Elle correspond à la phase dite des « cavaliers nomades » (Reiternomadenkultur de Nandor Fettich) : elle est représentée par des garnitures, des plaques de ceinturons, des boucles et appliques de bronze, des mors de chevaux, des étriers, des couteaux, des poignards, des sabres, des lances, des selles, conservés au musée de Minusinsk et à Helsinki dans la collection Tovostin118. Les analogies sont frappantes avec les trouvailles faites en Hongrie et datant de l’époque avare. Si les Ruan-ruan ne sont pas des Avars, les uns et les autres sont tout au moins des peuples ayant gravité autour du même centre culturel.

196Tombes sarmates. Dans le domaine de l’Empire des Alains du Terek et du Kuban, détruit par les Huns en 374, on a trouvé des tumuli datant des ier, iie et iiie siècles (à Tifliskaïa, Voznesenskaïa, Armavir, dans le bassin du Kuban et à Panticapée (Kertch) sur le détroit entre mer Noire et mer d’Azov). Ils contenaient des plaques d’orfèvrerie, des fibules caractéristiques de l’art sarmate. Une fresque trouvée à Panticapée représente un cavalier sarmate portant le casque conique, la cotte de mailles, la lance, l’épée droite et muni d’étriers. L’influence sarmate se manifeste également au nord, à la limite de la zone forestière de la Russie orientale, dans le matériel trouvé dans les tombes de la région de Pianobor, près de Kazan (ier-ive siècles), où elle est l’héritière locale de la culture scythe d’Avanino.

197Nécropoles gothiques des bords du Dniepr. Dans les nécropoles de Tcherniakov, au sud de Kiev, et de Nikolaïevska (près de Cherson), on trouve un art de même inspiration, mais avec quelques apports plus nets de décoration romaine, sur le fond hellénistique transmis par les anciennes villes grecques de la mer Noire. L’influence de cet art gothique vers le nord dans la région de Kaluga (iiie-ive siècles), comme du côté de Pianobor, est encore vivante, mais appauvrie : les vieilles civilisations d’Orient sont déjà loin.

198Trouvailles de l’époque hunnique à l’ouest. Nous signalons ici trois trésors importants.

  • 119 Le trésor de Petrossa (Pietroasa) a été intégralement exposé lors de l’exposition Trésors de l’art (...)

199Le trésor de Pétrossa (Pietroasa), découvert en Roumanie en 1837, est exposé au Musée de Bucarest119. Il comprend plusieurs tasses d’or ; l’une est octogonale, faite de huit panneaux de cristal de roche, enchâssés dans un réseau d’or (comme la coupe de Chosroès, qui se trouve à la Bibliothèque Nationale de Paris) ; les anses sont formées par des corps de guépards, dont les mouchetures sont représentées par de petits grenats et des parcelles de nacre ; l’autre, dodécagonale, lui est comparable. On y a trouvé en outre des fibules en forme d’oiseaux semés de perles et de grenats, dont un épervier aux ailes déployées et plusieurs autres oiseaux de proie stylisés.

200Le trésor de Nagy-Szent-Miklos, trouvé au sud de la Hongrie, est déposé au musée de Vienne. Il renferme 23 coupes d’or incrustées d’émaux colorés, dont il ne reste que des traces, et 7 buires décorées d’éléments en relief : rinceaux, tiges ondulées chargées de feuilles. Un des motifs : un losange à croix centrale inscrit dans un cercle, se retrouve dans l’art caucasien et sur les bronzes de l’Ordos. Sur une des coupes, au milieu d’un médaillon perlé, un cavalier au casque pointu, chaussé de grosses bottes, portant la lance avec une banderole sur l’épaule, tient un captif par les cheveux ; sur une autre, un archer chevauchant un griffon couronné à tête humaine, se retourne pour lancer une flèche contre un lion qui se dresse sur ses pattes. C’est un motif de type sāssānide qui est peut-être un objet d’importation.

201Le trésor de Szilágy-Somlyô renferme des fibules incrustées, des monnaies d’or impériales, enchâssées dans des médaillons de verroterie cloisonnée ; des tasses portant des guépards mouchetés de pierres précieuses, des plaques de ceinturons représentant des combats d’animaux ou le groupe antithétique des griffons affrontés.

202Partout, le long de la route des steppes, apparaissent les mêmes motifs décoratifs dont les principaux sont le griffon, qu’on retrouve depuis la Mongolie (ier-iiie siècles), en passant par l’Iran hellénistique, jusqu’en Hongrie (ve-siècle) ; le dragon, originaire de Chine qui figure sur les bronzes incrustés découverts en Hongrie ; le swastika dont les branches sont terminées par des têtes d’animaux (ours, griffon, chien de chasse), motif caractéristique des sceaux iraniens d’époque parthe qui figure également en Hongrie ; oiseaux stylisés (phénix, paon), qu’offrent à la fois les plaques découpées et ajourées du Caucase et de Kesztely, en Hongrie. Comme les tombes gothiques ou sarmates d’Ukraine, de Crimée et du Caucase, les tombes de Hongrie ont livré en abondance des fibules en forme d’abeilles ou de mouches qu’on retrouvera dans les tombes mérovingiennes comme celle de Childéric à Tournai.

Notes

1 « Occurrit Chalybum memorabilis Ilua metallis
Qua nihil uberius Norica gleba tulit.
Non Biturix largo potior strictura camino
Nec quae Sardonico cespite massa fluit. »
Rutilius Namatianus, De reditu suo, vers 351-354, éd. et tr. J. Vessereau et F. Préchac. Paris,.1933 (Coll. Budé), p. 19. Cf. Pline, Hist. nat., xxxiv (Coll. Budé), Paris, 1953, p. 156 et 11. p. 303.

2 Dans cette région on a trouvé de nombreuses traces de ces multiples petites forges : ferrières des forêts champenoises, crasses des forêts bourguignonnes, laitiers des forêts limousines.

3 Notitia imperii dignitatum per G allia, in : Script, rer. gallic, et francic., t. I, p. 126. Cf. C. Jullian, Hist. de la Gaule, t. VIII, p. 51 et notes.

4 Voir croquis 2 : Le fer de Norique.

5 Voir E. Ardaillon, art. Metalla, in : Dict. antiq. grec, et rom., t. VI, pp. 1840-1873 et les références données en notes.

6 Diodore, v, 33, éd. Teubner, II, p. 47 ; Martial, iv, 55, 11, éd. et trad. H. J. Izaac, Paris, 1969, p. 134.

7 Sénèque, De Beneficiis, v, 24, 3, éd. et trad. F. Préchac, II, Paris, 1927, P32.

8 Chypre « possède à Tamassos des mines de cuivre très riches, donnant en même temps de la couperose et du verdet, deux substances fort utilement employées en médecine. Si ce que dit Eratosthène est vrai, toutes les parties basses de l’île anciennement étaient tellement boisées que les arbres envahissaient tout et ne laissaient pas à proprement parler de place à la culture. L’exploitation des mines, à vrai dire, enraya un peu le mal en nécessitant de fréquents abatis d’arbres pour cuire et fondre le cuivre et l’argent... ». Strabon, Géographie, xiv, 6, 5 ; « On extrait aussi du cuivre d’un autre minerai appelé chalcitis, dans l’île de Chypre, où l’on découvrit le cuivre ; mais il ne tarda pas à être complètement déprécié lorsqu’on eut trouvé dans d’autres pays, des minerais de qualité supérieure. », Pline, Hist. nat., xxxiv, II, 2, éd. et trad. H. Le Bonniec, p. 109. Le cuivre de Chypre était célèbre dès l’époque homérique. L’île donna son nom au métal.

9 E. Dhorme, « Les Amorrhéens », Revue biblique, 1931, p. 164 ; T. Frank, An Economic survey of ancient Rome, t. IV, Syria, Baltimore, 1938, p. 157.

10 Daremberg et Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris, 1877-1919, s. v. metalla, avec une carte des mines dans le monde antique, p. 1846 ; R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique, Paris, 1940 (Bibl. des Éc. fr. d’Athènes et de Rome, fasc. 149), p. 237 et p. 248 ; C. Domergue et G. Tamain, « Note sur le district minier de Linares-La Carolina (Jaén, Espagne) dans l’Antiquité », Mélanges A. Varagnac, Paris, 1971, pp. 199-229.

11 Strabon (d’après Posidonius), iii, 2, 9 : Dans les mines de Turdétanie (Bétique), « le cuivre pur représente le quart de la masse de terre extraite » ; Pline, Hist. nat., xxxiv, ii, 2, éd. Le Bonniec, p. 109 : « Le minerai de la région de Huelva qu’on nomme aussi le Cordouan (Cordubense) jouit maintenant de la plus grande renommée... ». Strabon (d’après Posidonius) parle, en outre, de « l’industrie et de l’activité que déploient les Turdétans soit pour creuser leurs profondes et sinueuses syringes, soit pour épuiser à l’aide de la limace égyptienne l’eau des fleuves souterrains qui de temps à autre leur barrent le passage. », iii, 2, 9

12 P. V. Hill, R. A. G. Carson et J. P. C. Kent, Late Roman bronze coinage (A. D. 324-498), Londres, 1960.

13 Strabon, III, 2, 9.

14 O. Davies, Roman Mines in Europe, Oxford, 1935, p. 147.

15 Pline, Hist. nat., xxiv, 49, pp. 162-163.

16 R. Dussaud, sur le poème phénicien de « La naissance des dieux gracieux et beaux », C. r. de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1933, pp. 375-376 ; sur la question des métaux précieux avant les conquêtes musulmanes, voir M. Lombard, Études d’Économie médiévale, t. I. Monnaie et Histoire d’Alexandre à Mahomet, Paris, 1971, pp. 97 et suiv.

17 Hérodote, Histoires, iv, 196, éd. et trad. Legrand, Paris, 1939.

18 J. Carcopino, Le Maroc antique, Paris, 1943, ch. II. Le Maroc marché punique de l’or, pp. 73-163.

19 «... Il est très rare qu’un pays possède au même degré l’un et l’autre avantage : fertilité du sol et richesse minière ; très rare aussi que, dans les limites étroites d’un même canton, les différentes espèces de métaux se trouvent réunies. La Turdétanie cependant, comme aussi le pays qui y touche, jouit de ce double privilège et à un degré tel qu’il n’y a pas d’expression admirative qui ne demeure bien au-dessous de la réalité. Nulle part, jusqu’à ce jour, on n’a trouvé l’or, l’argent, le cuivre et le fer à l’état natif dans de telles conditions d’abondance et de pureté. Pour ce qui est de l’or, on l’y extrait non seulement des mines, mais aussi du lit des rivières au moyen de la drague... », Strabon, iii, 2, 8 ; « Posidonius célèbre l’abondance et la supériorité des métaux de l’Ibérie et, dans ce passage, non seulement il ne s’abstient pas des figures de rhétorique qui lui sont familières, mais il se laisse aller, on peut dire, à toute les hyperboles du lyrisme... Cette terre... n’est pas riche seulement par ce qu’elle montre, elle l’est plus encore par ce qu’elle cache... ». Ibid., iii, 2, 9.

20 Strabon (d’après Posidonius), ibid.

21 « Aurum invenitur in nostro orbe : ut omittamus indicum a formicis aut apud Scythas gryphis erutum. Apud nos tribus modis : fluminum ramentis, ut in Tago Hispaniae, Pado Italiae, Hebro Thraciae, Pactolo Asiae, Gange Indiae. Nec ullum absolutis aurum est, ut cursu ipso trituque perpolitum. », Pline, Hist. nat., xxxiii, 21 ; Strabon, Géogr., m, 2, 8 ; A. Solmi, « La raccolta dell'oro nei fiumi dell’Italia superiore », in « L'amministrazione finan-ziaria nel regno italico nell'alto Medio Evo », Bollettino délia Societa Pavese di Storia Patria, XXXI, 1931, pp. 129-138 ; voir aussi les ouvrages cités dans la Bibliographie, i°, b.

22 Strabon, vii, Fragm., 37, 39 ; voir M. Lombard, Monnaie et Histoire, p. 98.

23 Voir le croquis 5 : L’or du Caucase.

24 «... Les torrents de leur pays roulent des paillettes d’or que ces Barbares [les Soanes] recueillent à l’aide de vans percés de trous et de toisons à longue laine, circonstance qui aurait suggéré, dit-on, le mythe de la Toison d’or. », Strabon, xi, 2, 19.

25 Strabon, xi, 14, 9.

26 Grégoire l’Illuminateur, de Césarée de Cappadoce (mort vers 326), convertit Tiridate iii d’Arménie et bâtit la ville sainte d’Etchmiadzin ; ses descendants furent à la tête de l’Église arménienne. C’est une captive cappadocienne, Nino, qui, au temps de Constantin, convertit le roi d’Ibérie. Cf. P. Asdourian, Die politischen Beziehungen zwischen Armenien und Rom, Venise, 1911.

27 Psaumes, lxxii, 15 ; Rois, 10.

28 « Le territoire occupé par ces peuples est traversé par un fleuve qui roule des paillettes d’or ; malheureusement ils ne savent pas mettre en œuvre le précieux métal. La nation des Dèbes (tel est le nom qu’on leur donne) se partage en tribus nomades et en tribus agricoles... J’ajouterai qu’il s’y trouve des mines d’or et que dans ces mines l’or se présente non pas en simples paillettes, mais bien à l’état de pépites, grosses au moins comme un noyau, au plus comme une noix, mais le plus habituellement comme une nèfle, et n’ayant avec cela besoin que d’un très léger affinage. Les gens du pays percent ces pépites et les enfilent en les faisant alterner avec de petites pierres transparentes, puis ils s’en entourent les poignets et le cou. Ils vendent leur or aux populations voisines à un prix très bas, en donnant le triple pour du cuivre, le double pour du fer et le décuple pour de l’argent, ce qui s’explique, tant par leur inexpérience métallurgique que par cette circonstance, que les autres métaux qu’ils prennent en échange de leur or manquent absolument dans leur pays et sont bien autrement nécessaires aux besoins et aux usages de la vie. », Strabon, Géogr., xvi, 4, 18.

29 Strabon, xvii, 2, 2 ; Diodore de Sicile, iii, 12-14.

30 Voir J. Filliozat, Les Relations extérieures de l’Inde. I. Les Échanges de l’Inde et de l’empire romain aux premiers siècles de l’ère chrétienne, Pondichéry, 1956.

31 Strabon, iii, 2, 8-11 ; voir croquis 5 : L’argent d’Espagne.

32 « Polybe nous parle, en décrivant Carthage-la-Neuve, de mines d’argent très considérables situées à 20 stades environ de cette ville et mesurant 400 stades de circuit : ces mines, qui occupaient de son temps, et cela tout le long de l’année, une population de 40 000 ouvriers, rapportaient à la République romaine 25 000 drachmes par jour... Nous rappellerons seulement ce qu’il dit de la pépite argentifère que roulent les eaux des rivières : après l’avoir pilée, on la passait au crible sur l’eau ; le sédiment était pilé de nouveau et lavé encore à grande eau ; puis l’on recommençait à piler le sédiment de la seconde opération et ainsi de suite ; enfin, à la cinquième, on faisait fondre le sédiment, le Plomb se séparait sous l’action de la chaleur et dégageait en même temps argent complètement purifié... », Strabon, iii, 2, 10.

33 « Reperitur [argentum] in omnibus paene provinciis, sed in Hispania pulcherrimum... », Hist. nat., xxxiii, 31.

34 Hérodote, Hist., éd. et trad. Legrand, III, 57, p. 78 ; cf. M. Lombard, Monnaie et Histoire, p. 102.

35 Cf. M. Lombard, Monnaie et Histoire, pp. 109-110.

36 P. Couissin, Les armes romaines. Essai sur les origines et l’évolution des armes individuelles du légionnaire romain, Paris, 1926.

37 Hist. nat., xxxiv, 41, p. 157.

38 L’épée longue parvint, depuis l’Iran et l’Asie centrale, jusqu’en Occident, par l’intermédiaire des Barbares. C’est l’épée de l’Orient sāssānide et de l’Arabie, celle du spatharios byzantin, l’épée mérovingienne aussi, qui deviendra l’arme par excellence des chevaliers.

39 Pline, Hist. nat., xxxiv, 41, p. 157 ; cf. infra, pp. 36-37.

40 Voir fig. I.

41 C’est celle que donne P. Couissin, op. cit., p. 513.

42 Voir infra, p. 34, n. 3.

43 Julien, In Constantii laudem, 1, 37 : cf. P. Couissin, op. cit., p. 515.

44 Code Théodosien, x, 19, 8 et 13.

45 E. Schönbauer, « Beiträge zur Geschichte des Bergbaurechts », Münchener Beiträge zur Papyrusforschung, xii, 1929, 208 p. ; et, du même auteur : « Vom Bodenrecht zum Bergrecht », Zeitschrift der Savigny-Stiftung, lv, 1935, pp.183-225.

46 Roman Mines in Europe, p. 2.

47 Code Théodosien, iv, 6, 3.

48 M. Bloch, « Comment finit l’esclavage antique », Annales ESC, II, 1947.

49 S. Gsell, « Vieilles exploitations minières dans l’Afrique du Nord », Hespéris, VIII, 1928, pp. 1-21.

50 Ammien Marcellin, officier d’origine grecque, qui servit dans l’armée romaine du limes mésopotamien et prit part aux grandes batailles de 363 contre Šapur II, décrit l’armée perse : « Et primo lucis exordio, cum essent hostes jam in contuitu, visi tunc primitus corusci galeis et horrentes indutibus rigidis... ; splendor ferri intermicans Romanorum metum augeret ;... ferrea nimirum facie omni, quia laminae singulis membrorum lineamentis cohaerenter aptatae, fido operimento totam hominis speciem contegebant ». Rerum gestarum, lib. xxiv, 2 ; « Contra haec Persae objecerunt instructas cataphractorum equitum turmas sic confertas, ut laminis coaptati corporum flexus splendore praestringerent occurantes obtutus... », xxiv, 6.

51 Cf. la description de Tabarï, trad. all. de T. Nöldeke, Leyde, 1879, pp. 248-249.

52 A. Christensen, L’Iran sous les sāssānides, Copenhague, 1936, pp. 202 sq. et p. 363.

53 L’armure épousait les formes du corps ; le métal chauffait au soleil. Ammien dit qu’au cours du combat les Perses durent se réfugier dans Ctésiphon parce qu’ils ne pouvaient plus longtemps supporter l’échauffement de leurs armures (calefactis armis), xxiv, 6 ; « Erant omnes catervae ferratae ita per singula membra densis laminis tectae ut juncturae rigentes compagibus artuum convenirent... », Ammien, xxv, i, 12-13.

54 F. W. Schwarzlose, Die Waffen dey alten Araber aus ihren Dichtern dargestellt, Leipzig, 1886 ; et la bibliographie indiquée ; voir aussi infra, pp. 152 sq.

55 P. H. Lammens, « Les Ahabis et l’organisation militaire de La Mecque au siècle de l’Hégire », Journal Asiatique, iie série, VIII, juil. -déc. 1916, pp. 425-482.

56 Voir infra, p. 173 sq.

57 La cotte de mailles se dit en arabe zirah, d’où, en espagnol : jacerina, et dans l’Occident chrétien : jazerar, jazerenc.

58 Firdawsī, auteur du Šāhnāmè (Livre des Rois), mourut en 1020. Son œuvre est une source importante pour la connaissance de la civilisation sāssānide, malgré la date tardive de sa composition.

59 « Ce pays produit de l’or, de l’argent, du laiton, du cristal de roche. », Mémoires sur les contrées occidentales, liv. xi, trad. S. Julien, t. II, Paris, 1858, p. 179.

60 M. Lombard, « Un problème cartographié. Le bois dans la Méditerranée musulmane (viie-xie siècles) », Annales ESC, XIV, 1959, pp. 234-254 et les cartes jointes.

61 Cf. les travaux archéologiques russes sur l’Asie centrale et la Sibérie du Sud et l’excellente mise au point de V. V. Barthold, La découverte de l’Asie, Paris, 1947. bibl., P358.

62 M. Lombard, Monnaie et Histoire, p. 100 et fig. 3.

63 « Onésicrite parle, en outre, d’un fleuve de la Carmanie qui roule des paillettes d’or », Strabon, xv, 2.

64 Hist., III, 102-105. Il s’agit de peuplades de la région aurifère du Nord de l’Inde, qui creusaient des galeries comme des fourmis (pipïlaka). Cette région au pied de l’Himalaya, était très froide et les mineurs se couvraient de peaux et de fourrures, ce qui ajoutait à l’illusion. Cf. M. Lombard, op. cit., p. 104.

65 « ... minimaque computatione miliens centena milia sestertium annis omnibus India et Seres et paeninsula illa Arabia imperio nostro adimunt. » Hist. nat., xii, 41, éd. Ernout, p. 47.

66 « Reges Parthorum non potest quisquam salutare sine munere », Sénèque, Lettres, xvii, II, éd. Préchac, Paris, 1969, p. 71.

67 Voir le bas-relief de Naqš-i-Rustem qui représente le triomphe de Šāpūr Ier sur Valérien.

68 A. Christensen, op. cit., p. 468.

69 Plusieurs auteurs nous ont laissé la description de ce drafš ī kavyān qui mesurait 8 aunes de large sur 12 de long, A. Christensen, op. cit., pp. 496-498.

70 Nīzām al-Molk, éd. et trad. Ch. Schefer, Siasset Namèh, t. II, p. 50 ; voir aussi p. 37.

71 Kitāb at-tanbīh, éd. de Goeje, p. 95, trad. Carra de Vaux, p. 137.

72 A. Christensen, op. cit., pp. 159 et suiv.

73 O. M. Dalton, Treasure of the Oxus, Londres, 1905.

74 A. Christensen, op. cit., p. 473, fig. 48.

75 Voir infra, p. 238.

76 Voir infra, p. 239 et n. 1.

77 Voir infra, p. 238 et texte cité n. 1.

78 J. de Morgan, Mission scientifique au Caucase, T. I. Les premiers âges des métaux dans l’Arménie russe, Paris, 1889, fig., pl. et cartes.

79 W. Wroth, Catalogue des monnaies parthes, Londres, 1903.

80 Cf. Xuan-Zang, à propos du royaume de Po-la-sse (Parsa) : « Dans le commerce ils font usage de larges monnaies d’argent... Chaque famille est soumise à un impôt qui est de quatre pièces d’argent par personne », Mémoires sur les contrées occidentales, liv. xi, trad. S. Julien, t. II, Paris, 1858, p. 179.

81 J. I. Smirnoff, Argenterie orientale, Saint-Pétersbourg, 1909.

82 Voir les ouvrages essentiels de Ch. de Linas, Les origines de l’orfèvrerie cloisonnée. Recherches sur les divers genres d’incrustation, la joaillerie et l’art des métaux précieux, Paris, 1877-1887, 3 vol. ; et J. Strzygowski, Altaï-Iran und Völkerwanderung, Leipzig, 1917. (Arbeiten des Kunsthistorischen Instituts der k. k. Universität Wien, V.)

83 Ch. de Linas, op. cit., p. 394.

84 Ibid., p. 453.

85 Cf. les travaux d’E. Salin et A. France-Lanord sur les techniques des métaux : E. Salin, Rhin et Orient, t. I. Le Haut Moyen Age en Lorraine d’après le mobilier funéraire, Paris, 1939 ; t. II. Le fer à l’époque mérovingienne, Paris, 1943 ; La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire, Paris, 1950-1953, 4 vol.

86 Herodote, Vii, 66 ; Ctesias, éd. Muller, p. 80.

87 Le fait est mentionné dans le Périple de la mer Erythrée et le ferrum indicum figure dans la liste des objets soumis à droit de douane à Alexandrie (Digeste, xxxix, 15, 5-7) ; cf. W. H. Schoff, « The eastern iron trade of the Roman empire », Journal of the American Oriental Society, 35, 1915, pp. 231-236.

88 Pline, Hist. Nat., 39, 15 : «... ex omnibus generibus palma serico ferro est. Seres hoc cum vestibus suis pellibusque mittunt » ; cf. J. Kennedy, « Seres or Cheras », Journal of the Royal Asiatic Society, 1904.

89 S. Krauss, Talmudische Archäologie, Leipzig, 1910-1912, t. II, p. 299.

90 H. D. Austin, H. & R. Kahane, « Byzantine indanikos sideros, frankisch andanicum, indian steel », Byzantina-Metabyzantina, t. I, i, 1946. Marco Polo parle de l’acier et de l’andanique, à propos du Kirmān : « Ci devise du royaume de Cherman... On y trouve aussi des veines d’acier et d’andanique. Ils s’occupent à fabriquer tous les harnois de chevaliers : freins, éperons, épées... », éd. Hambis, Paris, 1955, p. 39 et n. p. 361. A noter qu’en espagnol, alhinde, alinde signifie « acier », puis « miroir en acier poli » et enfin « miroir » ; dans certains dialectes modernes du nord de l’Afrique, al hint signifie encore « acier ».

91 Cf. Avicenne, De anima, v.

92 Bïrünï, Kitāb al-gamahir fi ma’rifat al-gawahir, éd. F. Krenkow, Hyderabad, 1936-1937, p. 138.

93 Idrīsī, Nuzhat al-muštaq-fīhtirāq al-āfāq, trad. A. Jaubert, La Géographie d’Edrisi, Paris, 1837-1841, t. I, p. 66.

94 M. N. Banerjee, « Iron and steel in the Rgvedic age », Ind. Hist. Quarterly, V, 2, 1929, pp. 432-440.

95 N. T. Belaiew, La cristallisation des métaux, trad. G. R. Delbaert, Paris, 1934, P. 122 ; et aussi J. Filliozat, « La technologie en Inde », in : Les origines de la Civilisation technique, Paris, 1962, p. 327.

96 Idrīsī, op. cit., p. 65 ; et il ajoute : « Bien qu’il en existe dans les îles et dans les mines de ce pays, cependant il n’égale pas le fer du Sofala, tant sous le rapport de l’abondance que sous celui de la bonté et de la malléabilité. Les Indiens excellent dans l’art de le fabriquer, dans celui de préparer le mélange des substances au moyen desquelles, par la fusion, on obtient le fer doux qu’on a coutume de désigner sous le nom de fer de l’Inde ». Voir aussi : Ibn Sa’īd al-Maġribī, Bibl. Nat., ms arabe 2 234, fol. 4 v° et 5 v° » ; Ibn al-Wardī, Kitāb harīdat al-’ağa’ ib wa farīdat al-garā’ib, trad. de Guignes, « Perles des merveilles. Mélanges de géographie et d’histoire naturelle », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque du Roi, t. II, 1789, pp. 40-41.

97 Nous transcrivons ici intégralement le très intéressant passage que Tavernier consacre à l’acier :
« Les Persans sçavent parfaitement bien damasquiner avec le vitriol, comme des sabres, des coûteaux et choses semblables ; mais la nature de l’acier dont ils se servent y contribue beaucoup, vü qu’ils n’en pourroient faire autant ni avec le leur, ni avec le nôtre. Cet acier s’apporte de Golconda et c’est le seul qui se puisse bien damasquiner. Aussi est-il différent du nostre : car quand on le met au feu pour luy donner sa trempe, il ne luy faut donner qu’une petite rougeur comme couleur de cerise, et au lieu de le tremper dans l’eau comme nous le faisons, on ne fait que l’enveloper dans un linge mouillé, parce que si on luy donnoit la mème chaleur qu’aux nôtres, il deviendroit si dur que dés qu’on le voudroit manier il se casseroit comme du verre. On vend cet acier en pain gros comme nos pains d’un sou, et pour sçavoir qu’il est bon et s’il n’y a point de fraude, on le coupe en deux, chaque morceau suffisant pour faire un sabre : car il s’en trouve qui n’a pas été bien préparé et qu’on ne sçauroit damasquiner. Un de ces pains d’acier qui n’aura coûté à Golconda que la valeur de neuf ou dix sols, vaut quatre ou cinq Abassis en Perse, et plus il va loin plus il devient cher. Car en Turquie on vend le pain jusqu’à trois piastres, et il en vient à Constantinople, à Smyrne, à Alep, et à Damas où anciennement on le transportoit le plus, quand le negoce des Indes se rendoit au Caire par la mer Rouge. Mais aujourd’huy autant que le Roy de Golconda apporte de difficulté à laisser sortir de l’acier de son païs, autant le Roy de Perse tache d’empescher qu’on n’enleve de celuy qui est entré dans son Royaume. Je fais toutes ces remarques pour désabuser bien des gens, qui croyent que les sabres et coûteaux qui nous viennent de Turquie se font d’acier de Damas ; ce qui est une erreur, parce que, comme j’ay dit, il n’y a point d’acier au monde que celuy de Golconda qu’on puisse damasquiner sans que l’acier se mange comme le nostre », Les six voyages de Jean Baptiste Tavernier... Paris, 1679, t. I : « Où il n’est parlé que de la Turquie et de la Perse », pp. 674-675.

98 V. Rickard. L’homme et les métaux, trad. R. V. Maperra, Paris, 1938, pp. 349 et suiv ; N. T. Belaiew, La cristallisation des métaux, pp. 122-125.

99 Au xiiie siècle, Sa’dī rapporte une conversation qu’il eut dans l’île de Kiš avec un riche négociant qui se proposait d’importer de l’acier de l’Inde à Alep et d’y prendre du verre pour le porter dans le Yémen. Gulistān, trad. C. Defrémery, Paris, 1858, p. 179. Sur l’exportation de l’acier indien vers l’Insulinde et la Chine, cf. Hirth et Rockhill, Ch. au Ju-Kua on the Chinese and Arab trade, rééd. Amsterdam, 1966 ; p. iii (fer cité au nombre des produits de l’Inde) ; pp. 61 et 78 (importation du fer à Palembang et à Java) ; p. 19 et n. 2 (mention d’« acier », bin-tie ou « fer dur », dans une liste de produits importés en Chine en 999, d’après le Song-shi, 186, 18 b).

100 Voir surtout J. Needham, The Development of Iron and Steel Technology in China, Newcome Society, Londres, 1958 (et la bibl. qui y est donnée).

101 J. Needham, op. cit., p. 20.

102 J. Needham, op. cit., p. 21, qui cite le Jiu Tang shu, ch. 183, p. 13 a ; le Xin Tang shu, ch. 76, p. 8 b, et le Tong jian gang mu, ch. 41, p. 99 b.

103 A. Haudricourt, « Ce que peuvent nous apprendre les mots voyageurs », Mélanges d’Histoire Sociale, vol., I, 1942, p. 25 ; « La fonte en Chine ; comment la connaissance de la fonte de fer a pu venir de la Chine antique à l’Europe médiévale », Techniques et Civilisations, vol. 2, 1952, p. 37.

104 A. Mazaheri, « Le Sabre contre l’Épée, ou l’origine chinoise de l’Acier au creuset », Annales ESC, oct. -déc. 1958, p. 669.

105 M. Lombard, « Un problème cartographié, le Bois dans la Méditerranée musulmane (viie-xie siècles) », Annales ESC, avr. -juin 1959, p. 251.

106 Voir ce qu’en dit Ammien Marcellin : « Nullusque apud eos interrogatus respondere unde oritur potest, alibi conceptus, natusque procul et longius educatus », xxxi, 2.

107 De Bello gallico, vi, 22, 1 ; voir aussi Tacite, Germ., 15.

108 Pour une étude synthétique du néolithique et de l’âge du bronze sibérien et chinois, cf. V. Elisseeff, in : A. Varagnac éd., L’homme avant l’écriture, Paris, 1959, pp. 284 et suiv. et la bibl. pp. 431-432.

109 Texte de Si-ma Qian cité par J. Needham, Sciences and Civilization in China, t. I, Cambridge, 1954, PP. 234-235.

110 M. I. Rostovtzeff, Iranians and Greeks in South Russia, Oxford, 1922.

111 Ammien Marcellin, xxxi, 2.

112 Priscus, Excerpta de legationibus gentium ad Romanos, « Corpus script, hist. Byzantinae », Bonn, 1892, pp. 133-139.

113 « ... noctuque secreto cadaver terra reconditum copercula primum auro, secundum argento, tertium ferri rigore communiunt, significantes tali argumento potentissimo regi omnia convenisse : ferrum, quod gentes edomuit, aurum et argentum, quod ornatum reipublicae utriusque acceperit. Addunt arma hostium caedibus adquisita, faleras vario gemmarum fulgore praetiosas et diversi generis insignia, quibus colitur aulicum decus. Et, ut tantis divitiis humana curiositas arceretur, operi deputatos detestabili mercede trucidarunt, emersitque momentanea mors sepelientibus cum sepulto », De origine actibusque Getarum, xxxiv et xlix, éd. Th. Mommsen, Mon. Germ. Hist., Auct. antiq., V, 1, pp. 104 et 124-125.

114 E. Chavannes, « Voyage de Song Yun dans l’Udyāna et le Gandhara (518-522 p. C.) », Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient, III, 1903, pp. 404-405.

115 S. Julien, « Documents historiques sur les Tou-kioue (Turcs), extraits du Pien-i-Tien », Journal Asiatique, 6e sér., IV, 1864, passim.

116 Il s’agit du sabre courbe de cavalerie dont les Hongrois conservèrent longtemps l’usage. L’épée dite « de Charlemagne », conservée à Vienne en est un intéressant spécimen du début du xie siècle. Cf. W. Boeheim, « Eine militärtechnische Studie über Säbel Karls des Grossen in der kaiserlichen Schatzkammer Wien », Zeitschrift für hist. Waffenkunde, I, 1, 1897, pp. 6-8 ; et J. Hampel, « Die sogenannte Säbel Karls des Grossen », ibid., pp. 45-49.

117 Le loup était le totem des tribus turques. Les compagnons du roi s’appelaient büri, « les loups », d’où viendrait peut-être le mot baron.

118 A. M. Tallgren, Collection Tovostine des antiquités préhistoriques de Minousinsk, Helsingfors, 1917, 93 p., fig. et pl.

119 Le trésor de Petrossa (Pietroasa) a été intégralement exposé lors de l’exposition Trésors de l’art ancien en Roumanie (Petit Palais). Paris, mai-sept. 1970. Voir les reproductions en noir et en couleurs dans le Catalogue ; voir aussi A. Odobescu, Le Trésor de Pétrossa, Paris, 1889-1900.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Légende 1. Gisements métalliques dans le monde romain
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende 2. Le fer de Norique
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende 3. L’or du Caucase
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/276/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende 4. Les arrivées d’or dans l’Empire romain d’Orient
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/276/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende 5. L’argent d’Espagne
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/276/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Fig. i. Casque embouti. ier siècle (trouvé à Weisenau, près de Mayence) Technique romaine. Survivances jusqu’au viie siècle
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/276/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. i bis. Casque rivé. Fin du ive siècle (Worms) Technique barbare, introduite par les Ostrogoths, employée par les Mérovingiens
Légende d’après L. Lindenschmidt. Reprod. P. Couissin, Les armes romaines,fig. 103 et 190
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/276/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 6. Les empires entre la steppe et la mer (seconde moitié du ve siècle)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/276/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Légende 7. Diffusion des techniques du métal et des thèmes décoratifs, depuis le centre caucasien
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/276/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540