Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Serments et paroles efficaces

Varia

La notion d'agalma dans les inscriptions grecques, des origines à la fin du classicisme

Nicole Lanérès

Résumé

L’interprétation du terme courant ἄγαλμα est certes difficile mais la conviction qu’il désigne une « statue », aujourd’hui répandue parfois au prix de toute évidence, ne fait qu’accroître la confusion. Or un examen attentif du corpus épigraphique montre que, dans l’ensemble de l’espace grec jusqu’aux premiers temps de l’époque romaine, le terme ἄγαλμα s’applique à des objets de toute sorte, parmi lesquels des statues, et n’est synonyme ni de « statue » en particulier ni non plus « d’offrande » en général. De fait il ne désigne pas un objet en tant que réalité matérielle mais un objet en tant que s’y applique une notion spécifique : l’objet défini comme ἄγαλμα est en quelque sorte le support au travers duquel se noue la relation entre les hommes et les dieux, ce qui rend sa présence indispensable dans l’espace sacré.

The interpretation of the frequent term agalma is certainly difficult, but the conviction that it means a «statue», very often repeated despite the evidence, only adds to confusion. A careful examination of the epigraphical corpus shows that, in the whole Greek space, until early Roman times, the term agalma is applied to all sorts of objects, among which statues, and it is not a synonym of «statue» in particular, nor of «offering» in general. Actually it does not indicate an object as a material reality, but an object to which a specific notion is applied: the object defined as an agalma is in a way the support through which is established the relation between men and gods, which makes indispensable its presence in the sacred space.

Entrées d'index

Mots clés :

statue, offrande, éclat, dôron, charis

Texte intégral

1À la fin du Ve siècle avant J.-C. à Athènes le terme ἄγαλμα s’appliquait aux « statues représentant les dieux », ainsi cet exemple d’Aristophane, qui se moquait d’elles :

  • 1 Assemblée des femmes 778-783, où il est question de sortir les meubles dans la rue.

ἀλλὰ λαμβάνειν | ἡμᾶς μόνον δεῖ νὴ Δία. Καὶ γὰϱ οἱ θεοί·
γνώσει δ'ἀπὸ τῶν χειϱῶν γε τῶν ἀγαλμάτων·
ὅταν γὰϱ εὐχώμεσθα διδόναι τἀγαθά,
ἕστηϰεν ἐϰτείνοντα τὴν χεῖϱ᾿ ὑπτίαν,
οὐχ ὥς τι δώσοντ᾿ ἀλλ᾿ ὅπως τι λήψεται1.

  • 2 Le terme ἄγαλμα (plur. ἀγάλματα) ne sera pas traduit, mais transcrit agalma (plur. agalmata).

recevoir il ne nous faut faire que cela par Zeus ; ainsi font les dieux. Tu t’en rendras compte en regardant les mains des agalmata2, car quand nous les prions de nous accorder leurs faveurs, elles sont là debout qui tendent le creux de la main non pour donner mais pour recevoir.

  • 3 Voir par ex. E. Kpiapa, Νέο Λεξιϰό της Σύγχϱονης Δημοτιϰής Γλώσσας, Athènes, 1995.

2Dans le corpus épigraphique de Délos et sur l’acropole d’Athènes le terme ἄγαλμα semble en effet avoir le sens de « statue de culte » à partir du IVe siècle. Pausanias, au IIe p. C., utilise encore partout ἄγαλμα dans cette acception, tandis que le grec moderne, qui a conservé ce mot, l’emploie dans un sens plus général : άγαλμα · γλυπτό ή χυτό ομοίωμα ανθϱώπινης μοϱϕής ή ζώου3, « représentation sculptée ou moulée d’une forme humaine ou animale ».

3Pourquoi faudrait-il donc s’interroger sur le terme ἄγαλμα si l’on est sûr qu’il désignait partout une « statue anthropomorphe » debout sur son socle ?

4La réponse se trouve dans les insuffisances des traductions qui montrent que l’emploi de ἄγαλμα renvoie à une réalité largement méconnue. Il arrive en effet que les traducteurs hésitent, comme dans la clause finale d’une inscription locrienne,

  • 4 Les chiffres entre parenthèses numérotent les dédicaces selon leur ordre d’apparition.
  • 5 Vers 500 a.C., Naupacte, loi sur la répartition des terres, IG IX 12 3, 609 B, lignes 22-25.

(1)4 [αἰ δὲ τοὶ] δαμιοϱγοὶ ϰεϱδαίνοιεν ἄλλο
το͂ν γεγϱαμένōν, hιαϱὸν τõ Ἀπόλλο-
νος : ἐχέτο ἄγαλμα δι’ ἐννέα ƒετ-
έον, ϰαὶ μὲ ποτιγϱάψαι ϰέϱδος5.

  • 6 Carl Darling Buck, The Greek Dialects, Chicago, 1955, n° 59.
  • 7 Ulrich von Wilamowitz, Sitzungsberichte der Deutschen Akademie der Wissenschaft zu Berlin, 1927 ; G (...)

5où ἄγαλμα désigne pour les uns une offrande « consacrée à » Apollon6, pour les autres une statue dédiée à Apollon Echetos7, alors qu’anticipant sur cette enquête, une traduction simple offrirait un sens plus satisfaisant – à ceci près que la notion d’agalma reste à déterminer :

au cas où les démiurges feraient un autre gain que les gains enregistrés, qu’il soit propriété sacrée d’Apollon ; (et que le dieu) le détienne pendant neuf ans comme agalma ; et ne pas enregistrer de gain supplémentaire.

6D’autres fois un usage systématique de « statue » conduit à des traductions aberrantes, quand ἄγαλμα n’est pas tout simplement supprimé.

7La difficulté est particulièrement évidente dans les traductions des dialogues platoniciens, qui fourmillent d’interprétations de ἄγαλμα arbitraires ou étranges. Dans sa traduction du Phèdre Léon Robin présente par exemple les ϰόϱαι comme des « figurines » tandis que les ἀγάλματα seraient des « statues des dieux »,

ἥ τε αὖ πηγὴ χαϱιεστάτη ὑπὸ τῆς πλατάνου ῥεῖ μάλα ψυχϱοῦ ὕδατος, ὥστε γε τῷ ποδὶ τεϰμήϱασθαι. Νυμϕῶν τέ τινων ϰαὶ Ἀχελῴου ἱεϱὸν ἀπὸ τῶν ϰοϱῶν τε ϰαὶ ἀγαλμάτων ἔοιϰεν εἶναι.

  • 8 Platon, Phèdre, 230b, traduction de Léon Robin, et note 1, Paris, CUF, 1966.

Et encore, le charme sans pareil de cette source qui coule sous le platane, la fraîcheur de son eau : il suffit de mon pied pour me l’attester. C’est à des Nymphes, c’est à Achéloüs, si j’en juge par ces figurines, par ces statues des dieux, qu’elle est sans doute consacrée8.

8Le moins qu’on puisse dire est que ces traductions ne sont pas éclairées par l’explication donnée en note : statuettes votives de terre cuite, figures en marbre d’Achéloüs, le patron des eaux potables et des rivières.

9À chaque fois les traducteurs cherchent des aménagements, comme dans cet épisode du Banquet où Socrate est comparé à un « silène » parce qu’il « contient des ἀγάλματα à l’intérieur » : les « statues » sont alors réduites à la taille de « statuettes ». On pourrait multiplier les exemples de ce genre.

10Or il est clair que le terme ἄγαλμα n’a pas toujours servi à désigner des statues. Dans l’épopée homérique par exemple il désigne des objets divers, allant du cheval de Troie au collier de Pénélope en passant par la jambe de Ménélas. À Sparte le poète lyrique Alcman en fait un usage similaire ; Pindare l’utilise pour désigner son chant. La tragédie attique et la comédie d’Aristophane attestent encore une grande diversité de sens.

  • 9 Epigrafia Greca II, Rome, 1969, p. 24.

11S’agirait-il d’une simple évolution sémantique au terme de laquelle ἄγαλμα se serait spécialisé dans l’acception « statue représentant un dieu » ? Cette explication, classique, est toutefois insuffisante et Margherita Guarducci faisait remarquer qu’en pleine époque hellénistique ἄγαλμα signifie l’objet sacré et en particulier l’objet votif : « ἄγαλμα infatti significa propriamente la statua di culto, o anche, in senso piu esteso, l’oggetto sacro e quindi, in particolare, l’oggetto votivo »9.

12Des siècles plus tard le lexique d’Hésychius donne du terme ἄγαλμα une autre définition que « statue de culte » : *<ἄγαλμα> · πᾶν ἐϕ’ ᾧ τις ἀγάλλεται, οὐχ ὡς ἡ συνήθεια τὸ ξόανον, « agalma : tout ce dont on s’enorgueillit, et non, comme [on le dit] d’habitude, le xoanon ». Et Athénée (V, 205f) qualifie d’ἀγάλματα εἰϰονιϰά, « iconiques », les statues représentant des souverains montrant par là que ἄγαλμα ne suffit pas à désigner une représentation anthropomorphe.

13De fait le sens de « statue d’homme » paraît dériver de l’habitude, prise à l’époque hellénistique et impériale romaine, de décerner aux personnages en vue des ἰσόθεοι τιμαί, « honneurs qui rendent égaux aux dieux ». Quant à la tendance à croire que dans les textes anciens tout ἄγαλμα serait à traduire par « statue » ou « statue de culte », elle doit surtout être imputée à l’histoire de l’art occidental, en particulier à celle de la sculpture, qui a longtemps privilégié les statues humaines de marbre blanc comme l’héritage suprême de la Grèce antique.

  • 10 Studies in the Treasure Record of Artemis Brauronia, Stockholm, 1972, p. 215, n° 70.

14Il apparaît en tout cas que les difficultés de compréhension du terme ἄγαλμα ne tiennent pas à la nature de l’objet auquel il fait référence, qu’il s’agisse d’une statue de dieu, d’homme, ou d’autre chose. De ce point de vue on appréciera à sa juste valeur cette remarque de Tullia Linders : « ἄγαλμα est souvent rapporté à la “statue de culte” d’un sanctuaire. Cependant, étant donné la série multiple de significations, cela peut signifier la (statue) dédiée »10. En somme la question posée est celle du rapport qu’entretient la notion d’agalma avec l’objet à laquelle elle s’applique.

15Parce qu’il pose directement la question de ce rapport, le corpus épigraphique, celui des dédicaces surtout quand elles contiennent le mot ἄγαλμα, est particulièrement précieux. On se limitera ici à l’étude des inscriptions les plus anciennes jusqu’aux confins du classicisme.

Statues ?

  • 11 480-475 a.C. ? Athènes, Acropole, IG I3 828 ; DAA 229 ; Maria-Letizia Lazzarini, Le formule delle d (...)
  • 12 Par ex. 600-575 a.C., ID 4 ; Lilian-Hamilton Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece, Oxford, (...)
  • 13 Cf. Lazzarini 1976, n° 987, Θεσσαλοὶ τὸν hίππον ἀνέθεν…
  • 14 472 a.C., Olympie, IvO 144, base de statue, Lazzarini 1976, n° 853 :
    Εὔθυμος Λοϰϱὸς Ἀστυϰλέος τϱὶς Ὀ (...)

16On concèdera que dès les inscriptions les plus archaïques le terme ἄγαλμα appliqué à des « statues » semble faire concurrence pour indiquer la ressemblance à des termes plus techniques tels que ϰόϱη « statue de jeune fille »11, ἀνδϱιάς « statue d’homme »12, ἵππος statue de cheval13, et εἰϰών « image »14 ; ἄγαλμα serait-il un terme générique ?

17Ainsi selon certains « Cléobis et Biton », les kouroi jumeaux de Delphes, auraient été des ἀγάλματα « de » Castor et Pollux, c’est à dire des portraits ressemblant :

  • 15 610-580 a.C., SEG 32, 549, fragment I (B), inscription très effacée ; cf. Paul Faure, BCH 106, 1982 (...)

(2) [τô] ν ƒανάϙο̄ν τοὶ ỊỊỊ[.]Ị ἐποί[ƒε]το[ν] τἀγάλμ[ατα], etc…15

les [?] ont fait les agalmata des Seigneurs [= les Dioscures]

18Si l’on en croit la dédicace, les korai de l’Héraion de Samos étaient au VIe siècle également des agalmata :

  • 16 570-560 a.C., musée du Louvre Ma 686 ; Ernst Buschor, Altsamische Standbilder V, Berlin, 1961, p. 8 (...)

(3) Χηϱαμύης μ’ ἀνέθηϰην τἤϱηι ἄγαλμα16

Chéramyès m’a consacré à Héra comme agalma.

  • 17 570-560 a.C., musée de Berlin 1750 ; Ernst Buschor, op. cit., p. 83, fig. 341-344 ; Hansen 1983, 42 (...)

Χηϱαμύης μ’ ἀνέθηϰε θ<ε>ῆι πεϱιϰαλλὲς ἄγαλμα17

Chéramyès m’a consacré à la déesse comme magnifique agalma.

  • 18 Par ex. IG II2 1424.
  • 19 Vers 350 a.C., IG II2 1514, lignes 42-43, πεϱὶ τῶι ἀγάλμ[α] |τι τῶι ὀϱθῶι. Après 335/4, IG II2 1524 (...)

19La série interminable des « statues de culte » nommées ἄγαλμα à partir du IVe siècle, ἄγαλμα de Niké18 sur l’acropole d’Athènes, ἄγαλμα d’Artémis à Brauron19, ἄγαλμα d’Aphrodite, d’Apollon, d’Artémis, à Délos, etc…, conduit à tenir pour une évidence que les jumeaux d’Argos sont des « portraits » des Dioscures, et, pourquoi pas, à prendre les ϰόϱαι de Samos pour des représentations d’Héra.

  • 20 409/8 a.C., IG I3 474.

20Mais comment des ἀγάλματα archaïques pourraient-ils être des « portraits » des Dieux quand pour les époques ultérieures l’hypothèse du portrait ressemblant se heurte encore aux plus graves objections ? Pourrait-on croire que τὸ ἀϱχαῖον ἄγαλμα, « l’antique agalma » de l’Érechthéion20, un xoanon probablement, était le « portrait » d’Athéna ? Et que dire du phallos ?

21Car à Délos au IIIe siècle a.C. « l’agalma de Dionysos », n’est pas une statue anthropomorphe mais « le phallos » de bois peint à forme d’oiseau ailé, que l’on reconstruisait chaque année à grands frais en vue de la procession sacrée :

τὴν ἅμαξαν ἧι ἄγεται τὸ ἄγαλμα τοῦ Διονύσου Θεοϕάντωι ἐπισϰευάσαντι ├

  • 21 Vers 278 a.C., IG XI, 2, 161, inventaire.

pour Théophantos qui a construit le chariot sur lequel est transporté l’agalma de Dionysos : 1 Dr.21

22Il ne viendrait certes à l’idée de personne de prendre ce phallos pour le portrait du dieu. On notera du reste que la même inscription préfère ailleurs l’expression « l’agalma pour Dionysos », avec un datif d’attribution :

εἰς τὸ ἄγαλμα τῶι Διονύσωι ϰεϱαία παϱὰ Ἐλπίνου · ΔΔⱵⱵⱵ

en vue de l’agalma pour Dionysos un mât (de la part) d’Elpinos : 23 Dr.

23Car le génitif τοῦ Διονύσου est rare dans cette expression, les inventaires déliens privilégient presque toujours le datif :

  • 22 Fin IVe siècle, IG XI, 2, 144, ligne 33 ; ID 290, ID 440.

τῶι Διονύσωι ἄγαλμα παϱ’ Ἀναξιθέμιδος Γ · Καΐϰωι ἐϱγασαμένωι ΓⱵ ξύλα εἰς τὸ ϕαλλαγωγεῖον παϱ’Εὐδιδάϰτου ΓⱵⱵⱵ ποιήσαντι Καΐϰωι τ[ὸϕ]αλλαγωγεῖον Γ Ναννάϰωι γϱάψαντι τὸ ἄγαλμα ΔⱵⱵ· Καΐϰωι στήσαντι τὸ ἄγαλμα ϰαὶ [ἀλεί]ψαντι ⱵⱵ · ἧλοι εἰς τὸ ϕαλλαγωγεῖον ϰαὶ εἰς τὸ<μ> ϕαλλὸν ⱵΙ ΙΙ· εἰς τὰ ἄ[λ]λα τὰ πεϱὶ τὸ ἄγαλμα ΔⱵⱵ…22

pour Dionysos, agalma (sc. phallos) : (versement) d’Anaxithémis : 5 drachmes ; pour Kaïkos qui a travaillé : 6 ; bois pour le chariot du phallos, de la part d’Eudidactos : 8 ; pour Kaïkos qui a fait le chariot : 5 ; pour Nannakos qui a peint l’agalma : 7 ; pour Kaïkos qui a dressé l’agalma et l’a huilé : 2 ; clous pour le chariot et le phallos : 1 drachme 3 oboles ; pour les autres fournitures (?) concernant l’agalma : 12 drachmes.

  • 23 Vers 340 a.C., BCH 19,1895, p. 393, strophe XI, ligne 137 ; SEG 32, 552.

24Il est prudent en outre de supposer que l’usage délien n’est pas isolé. Ainsi « l’agalma de Bacchos » évoqué dans un péan delphique23 du IVe siècle est peut-être non pas une statue du dieu (le dieu sur son char est une scène récurrente de la peinture de vase) mais un ϕαλλόσ :

εὐοί ὦ ἰ[ὸ] Βάϰχ’, [ὦ ἰὲ Παι]άν·
τεύχειν, ἁλιοϕεγγ[έ]σ[ι]ν
δ’ ἀ[ντ]ο[λαῖς]ἴσον ἁβϱὸν
ἄγαλμα Βάϰχο[υ]
ἐν [ζεύγει] χϱυσέωλ λεόν
των στῆσα[ι], ζαθέωι τε τ[εῦ]-
ξαι θεῶι πϱέπον ἄντϱον·
[ἰ]ὲ Παιά[ν...

évohé Bacchos ! ié ! péan ! (le dieu ordonne) de construire, aussi splendide que les rayons du soleil levant, un agalma de Bacchos, de le dresser sur un attelage de lions d’or, et de creuser une grotte qui convienne au dieu tout divin ; (refrain) ié ! péan…

  • 24 430-404 a.C., IG I3 1455, IG IV 1588 ; sur ces deux déesses : cf. Hérodote, Histoires, V, 83-88.

25La même remarque s’applique à un ἄγα[λ]μα τõ Διονύσο hέν, agalma de Dionysos, remisé dans l’opisthodome du temple de Mnia à Égine24, au milieu de tout un bric à brac dont fait aussi partie un « petit agalma de Mnia », qui n’est pas nécessairement une statuette (cf. infra).

26Les « hermès », ces piliers ithyphalliques généralement surmontés d’une tête barbue et partout présents dans l’espace public athénien, cf. (39) et (45), ne sont pas non plus des « portraits » du dieu en trois dimensions.

27Avec Dionysos, avec Hermès, avec Mnia et avec Auxésia, on est donc bien loin de ces statues de culte anthropomorphes, dressées sur un piédestal et installées en majesté dans leur temple.

  • 25 Fin VIe/déb. Ve a.C., IvO 266, ce que Wilhlem Dittenberger, l’auteur du recueil, ne manque pas de s (...)

28On citera à l’opposé le cas de ces statues, ou groupes de statues, dressées à Olympie sur un même socle, qui, si l’on en croit les dédicaces inscrites aux deux extrémités, étaient l’œuvre de quatre sculpteurs différents, deux pour le groupe de gauche, deux autres pour le groupe de droite. La dédicace, placée au centre, indique que l’ensemble consacré à Apollon constitue un ἄγαλμα unique25 :

Le socle vu de dessus

Le socle vu de dessus

D’après Dittenberger, Inschriften von Olympia, p. 380.

Position des inscriptions sur le socle

Position des inscriptions sur le socle

IvO 266      Praxitèle de Syracuse et de Camarine a consacré cet agalma ; naguère, fils de Krinis, il habitait à Mantinée dans l’Arcadie riche en troupeaux, il était généreux et ceci (= cet agalma) est le souvenir de son excellence.
IvO 630      ceci est l’œuvre commune d’Athanodoros et d’Asopodoros ; l’un est Achaien, l’autre d’Argos à la vaste plaine.
IvO 631      Atotos d’Argos a fait, et Argeiadas fils d’Agelaidas l’Argien

29On retiendra enfin que toute sorte d’objets, qui ne sont certes pas des « portraits » de divinités, sont dédicacés comme ἀγάλματα.

  • 26 IG XI, 2, 145, ligne 35.

30Ainsi au IIe siècle a.C. les comptes de Délos enregistrent encore un curieux « agalma de myrte »26,

τοῖς ..Σ[— — — — ἐϱ]γάταις τὰ ἀγάλματα μύϱσινα τ(άλαντον) ἡ(μιτάλαντον ?)

Pour les S [… ?] ouvriers les agalmata de myrte 1,5 talent (?)

  • 27 Fin VIe a.C., édition, traduction et commentaire : William Kendrick Pritchett, Hesperia IX, 1, 1940 (...)
  • 28 Athènes, IG I3 573, fragment d’hydrie, 500-480 a.C. ? ; coupe, Lazzarini 1976, n° 710, Hansen 1983, (...)
  • 29 Athènes, amphore, Lazzarini 1976, n° 7717 ; Argos, fragment de bombylios, VIe a.C., IG V1, 231.
  • 30 Hansen 1983, nos 289, 290, 291, 292.

31Dans le corpus épigraphique le terme ἄγαλμα s’applique, sans compter les statues et les « bases », supports d’objets à jamais perdus, à une grande variété d’objets qui semblent n’avoir guère de rapport entre eux :
- des bassins de marbre (perirrhantêria)27 en Attique,
- des vases de terre cuite28, ou de bronze29, divers tessons30, dont un fragment inscrit de plat sicilien,

  • 31 Megara Hyblaia, SEG 26, 1098 ; IGASGM I2 14 ; IGDS, n° 18.

(5) ἄγ] αλμα · hο Ϙοϱύνθιος31

  • 32 Avant 550-525 a.C., Didyma 140 ; il pèse 93,07 kilos.
  • 33 550-525 a.C., sanctuaire d’Apollon Ptoios, Hansen 1983, n° 334.
  • 34 250-200 a.C., Lindos II 697 (IG XII, 1), plaque de marbre ; représente des époux avec leurs enfants (...)
  • 35 475-450 a.C., Sophie Minon, Les inscriptions éléennes dialectales, Paris, 2007, n° 15 et 16.
  • 36 Cité par Hérodote, Histoires V, 60, 1, et V, 61, 4.

32- une paire de lourds astragales de bronze provenant de Didyme, dont l’un est conservé au Louvre32, cf. (18),
- des plaques, de terre cuite en Béotie33, de marbre à Rhodes34, et à Élis35 une tablette et un disque de bronze munis de trous de suspension,
- des trépieds36 béotiens « gravés en lettres cadméennes ».

33On admettra à l’issue de ce bref inventaire que, jusqu’à l’époque hellénistique du moins, le terme ἄγαλμα n’était pas attaché à un objet particulier. Le seul point commun à ces objets a priori hétérogènes semble être le fait qu’ils étaient consacrés dans un sanctuaire ou plus généralement en relation avec l’espace sacré, comme l’étaient les « hermès » ou les objets en usage dans les processions.

34Cette seule indication sera-t-elle suffisante pour éclairer d’un jour nouveau la notion d’agalma ? Elle permet en attendant de sélectionner dans le vaste groupe des dédicaces la série plus restreinte des dédicaces agalmatiques.

Offrandes ? ἄγαλμα/ἀνάθημα

  • 37 Pour un inventaire exhaustif, cf. Lazzarini 1976, passim.

35Hormis les inventaires et les comptes dont il a été question dans les pages précédentes, et qui évoquent des ἀγάλματα, les dédicaces forment l’essentiel du corpus épigraphique où se rencontre le terme ἄγαλμα. S’ils ne sont pas des « statues de culte » les ἀγάλματα seraient-ils donc des ἀναθήματα, des offrandes37 ? Il est vrai qu’aucune différence ne se laisse percevoir de prime abord entre ce type de dédicaces et les autres, ni dans le choix du lexique ni dans celui des formules.

- les dédicants

36Les dédicants sont parfois des groupes de citoyens qui consacrent un ἄγαλμα pour une victoire aux chorégies :

(6) Athènes

  • 38 Avant 350 a.C., IG II2, 3096, Acropole.

[Τιμο]σθένης Μειξωνίδο
Μειξωνίδης Τιμοσθένος
Κλεόστϱατος Τιμοσθένος
χοϱηγοῦντες νιϰήσαντες ἀνέθεσα[ν]
τῶι Διονύσωι τἄγαλμα ϰαὶ τὸμ [βωμόν]38

Timosthénès fils de Meixonidos, Meixonidès fils de Timosthénès, Cléostratos fils de Timosthénès, qui étaient chorèges, après leur victoire ont consacré à Dionysos l’agalma et l’autel.

  • 39 Λυσιστϱάτη, IG I3 953. Θεογένεια, ArchEph, 1916, p. 17, 271.
  • 40 Χϱυσίνα, IK Knidos I, 131 ; Ἀϱχώ, Astypalea, IG XII 3,192 [1] ; Τελεστοδίϰη, Paros IG XII 5, 216 ; (...)
  • 41 Paros, IG XII 5, 215.

37Comme ailleurs, les dédicaces privées, plus nombreuses, émanent essentiellement d’individus isolés qui ont nom Χηϱαμύης, Πλɛστιάδας, Χαλϙοδάμανς, Πϱαξιτέλɛς, Πύθων, Λύσōν, Αἰγλάτας, Διονύσιο[ς], Αἰσχίνες, [Αἰδ]έσιος, Τελεσῖνος, Οἰν[όβιο]ς ϰεϱυχς, Φαιδιμίδης, Ἐχέστϱοτος, Λαϕάνης, Μελάνθιoς, Ἀλϰίμαχος, Ἀλϰμεονίδες, auxquels se mêlent quelques femmes comme Λυσιστϱάτη, ou Θεογένεια une prêtresse thessalienne39, et des mères, Χϱυσίνα, Ἀϱχώ, Τελεστοδίϰη, Μιϰύθη40. On trouve aussi des couples comme à Paros Δημοϰύδης et son épouse Τελεστοδίϰη41 ; ou bien des parents avec leurs enfants :

(7) Athènes

  • 42 500-450 a.C., base de marbre, IG II2 4318 ; cf. avant 350 a.C., Hansen 1989, n° 759.

[Ἀθηναίαι Ἐϱγά]νηι Πολιάδι ἀνέθηϰε
[Δεινομένης ? Λυ ?]ϰίνο ϰαὶ ἡ γυνὴ ϰαὶ οἱ παῖδες.
[σῶν δεϰάτην δ]ώϱων, θεὰ Ἐϱγάνη, εὐ [ξ] άμενός σοι
[ϰαλὸν Δεινομέ ?] νης στῆσεν ἄγαλμα τόδε42

à (Athéna Erga)né Poliade [- - -] ès, fils de (Ly)kinos, sa femme et ses enfants ont consacré. [Comme dîme sur tes ?] dons, ô déesse Ergané, [- - -] nès pour toi a dressé en ex-voto ce (bel) agalma.

- le verbe

  • 43 Cf. Jean Rudhardt, Notions fondamentales de la pensée religieuse et actes constitutifs du culte dan (...)
  • 44 IG I3 573.

38Comme dans toutes les dédicaces le verbe le plus fréquemment exprimé est ἀνατίθημι (parfois le simple τίθημι) consacrer à, suivi du datif ; ce verbe décrit exactement le geste de la consécration, qui consiste à « soulever » (ἀνα-) pour « poser/déposer » (τίθημι)43. Il est sans exception à l’aoriste, sg. ἀνέθηϰε (ou le simple θῆϰεν44), plur. ἀνέθεσαν, ἀνέθεν ou autres variantes dialectales. En revanche l’ordre des mots varie :

(8) Athènes

  • 45 Vers 510-500 a.C., chapiteau, IG I3 631 ; DAA 48 ; Hansen 1983, n° 202 ; Lazzarini 1976, n° 680.

Αἰσχίνες ἀνέθεϰεν
Ἀθεναίαι τόδ’ ἄγαλμα...45

Aischinès a consacré à Athéna cet agalma.

39ou bien

(9) Athènes

  • 46 Vers 510-500 a.C., Acropole, IG I3 647 ; DAA 290 ; Hansen 1983, n° 205.

Παλ(λ)άδι Ἀθαναίαι Λύσον ἀνέθεϰεν ἀπαϱχὲν46
hõν αὐτõ ϰτ [εά] νον, τɛι δὲ θεõι χαϱίεν
Θεβάδες ἐπ [οίεσεν hο Κ]ύ[ϱ]νο παῖς τόδ’ἄγαλμα.

à Pallas Athéna Lysôn a consacré en prémices sur ses propres ressources ; pour le plaisir de la déesse Thébadès le fils de Kyrnos a fait l’agalma que voici.

  • 47 ποιῶ, IG I2 522 ; ἵστημι, IG II2 4318 ; IG I3 953 ; Acarnanie, IG IX 12, 2, 238 ; Paros, IG XII 5, (...)

40Parfois des verbes plus « techniques » tels que ποιῶ faire, ἵστημι dresser47, ἕζω asseoir, installer, précisent ou remplacent ἀνατίθημι :

(10) attique

  • 48 Vers 475-450 a.C. ?, le Pirée, IG I3 1018.

Πύθων Ἑϱμῆι ἄγαλμα Ἑϱμοστϱά | το Ἀβδηϱίτης
ἔστησεμ πολλὰς | θησάμενος πόληας. ∶
Εὔϕϱων ἐ | ξεποίησ’ οὐϰ ἀδαὴς Πάϱιος48

Pythôn d’Abdère, fils d’Hermostratos, a dressé un agalma pour Hermès, lui qui a visité tant de villes ; Euphrôn l’a exécuté, un Parien qui n’est pas sans habileté.

(11) Halicarnasse

  • 49 IVe/IIIe a.C., retour indemne d’une traversée, Halikarnassos 121 ; SEG 28, 838 ; εἷσεν, 3e pers. sg (...)

Ἀϕϱοδίτηι | Φάεινος | Ζηνοδώϱου
[Φάεινο]ς σοὶ τόδε, Κύπϱι, ϰαλὸγ ϰαλῆι εἷσεν ἄγαλ[μα]
[πλήϱ]εσιν ἐξ ἔϱγων χεϱσὶν ἀπαϱξάμενος,
[ἦ γὰϱ] ἐπεί ποτέ νιμ μέγαν ἔμποϱον εἰς ἅλα ἔβησα[ς]
[ἐ]ξ ὁσίων ὅσιος δῶμα συνέσχεν ἀνήϱ49

Pour Aphrodite Phaeinos fils de Zénodoros. [Phaein]os a installé pour toi, belle Cypris, le bel agalma que voici en prémices sur ses œuvres, les mains pleines (?) ; [car] lorsqu’un jour tu l’as fait entrer comme marchand sur la mer immense, homme pieux entre les pieux, il a sauvegardé sa maison.

41Il arrive aussi que la dédicace ne fasse aucune référence au geste de « soulever pour déposer » mais rappelle la formule prononcée à l’instant de la consécration. Le verbe est alors δέχομαι recevoir, ou un synonyme :

(12) Mélos

  • 50 VIe a.C., IG XII, 3, 1075, colonne de marbre ; Jeffery 1961, p. 320, et n° 23 p. 324 et 413 ; Hanse (...)

παῖ Διός, Ἐϰπhάντōι δέϰσαι τόδ’ ἀμενπhὲς ἄγαλμα·
σοὶ γὰϱ ἐπευϰhόμενος τοῦτ’ἐτέλεσσε Γϱόπhōν (γϱόπhōν ?)50

fille de Zeus, d’Ekphantos reçois l’irrépochable agalma que voici : pour toi en ex-voto c’est Grophon qui l’a exécuté.

- un bénéficiaire

42Il est rare, mais il peut se faire, que les dédicaces « agalmatiques » désignent un bénéficiaire, différent du dieu destinataire,

(13) Thessalie

  • 51 Vers 450-425 a.C., IG IX, 2 575, SEG 35, 590, b, Πϱαϰτιϰά του Ά Ιστοϱιϰού-Αϱχαιολογιϰού Συμποσίου, (...)

Ἀϱγεία : μ’ ἀνέθɛϰε [:] ὑπὲϱ π[αι]δὸς
τόδ’ ἄγαλμα : εὔξατο : δ’ Ἁγέ[τ]ōϱ
Ϝαστιϰᾶι : Ἐνοδίᾱι51

au nom de son enfant Argeia (une argienne ?) m’a consacré, moi l’agalma que voici — et Agétor a fait le vœu — à Enodia urbaine.

- les motifs de la consécration

43Quant aux motifs de la consécration, très divers, ils sont ceux de toutes les offrandes qui visent à conserver le souvenir,

(14) Acarnanie

  • 52 IG IX, 12 2, 238.

Μαχάτας <ἐ> πόησε.
τὸν Διὸς Ἀλϰμήνης τε γόνον τιμαῖσιν ἀέξων
υἱὸς Λασθένεος στῆσεν ἄγαλμα τόδε
μνήμην ἀθάνατον σώζων πατϱός τε ϰαὶ αὑτοῦ,
Λαϕάνεος, ϰλεινῷ Λοξίου ἐν τεμένει52

Machatas a fait. À la gloire du fils de Zeus et d’Alcmène, le fils de Lasthénès, Laphanès, a dressé cet agalma pour conserver la mémoire immortelle de son père et la sienne propre, dans l’enclos illustre de Loxias.

44ou bien ce sont des oracles, des rêves,

(15) Cnide

  • 53 IVe a.C., IK Knidos I, 131 ; GIBM IV, 1, n° 813 ; British Museum GR 1859.12 - 26.36.

Κούϱαι ϰαὶ Δάματϱι οἶϰον ϰαὶ ἄγαλμ’ ἀνέθηϰεν | Χϱυσογόνη[ς]
μήτηϱ, Ἱπποϰϱάτους δὲ ἄλοχος, | Χϱυσίνα, ἐννυχίαν ὄψιν
ἰδοῦσα ἱεϱάν · | Ἑϱμῆς γάϱ νιν ἔϕησε θεαῖς Τάθνηι πϱοπολεύειν53

à Coré et à Déméter la mère de Chrysogoné, épouse d’Hippocratès, Chrysina a consacré un bâtiment et un agalma pour avoir eu en rêve une sainte vision : Hermès lui a dit de servir les déesses à Tathné.

45des commémorations, à Halicarnasse (11),

(16) Laconie

  • 54 Déb. Ve, victoire à la course, IG V1, 222.

Αἰγλάτας τõι Καϱνείō[ι | τ]όδ’ ἄγαλμ’ ἀνέθɛϰε,
πε | νπάϰι νιϰάσας τὸ[ν] | μ[αϰϱ]ὸν |...54

Aiglatas à Karneios a consacré l’agalma que voici pour avoir gagné cinq fois la course longue…

46des remerciements pour un gain, pour une issue favorable,

(17) Paros

  • 55 Vers 500 a.C., base de statue, IG XII, 5, 215 ; Jeffery 1961, planche 56, n° 34 ; Hansen 1983, n° 4 (...)

Δημοϰύδης τόδ’ ἄγαλμα Τε | λεστοδίϰη τ’ ἀπὸ ϰοινῶν
εὐχσάμενοι στῆσαν παϱ | θένωι Ἀϱτέμιδι
σεμνῶι ἐνὶ ζαπέδωι ϰό | ϱηι Διὸς αἰγιόχοιο.
τῶν γενεὴν βιοτόν τ’ α | ὖχσ’ ἐν ἀπημοσύνηι55

Démokydès et Télestodiké ont dressé l’agalma que voici, sur leurs fonds communs, en ex-voto pour Artémis Parthénos sur son sol vénérable, la fille de Zeus porteur de l’égide ; leur descendance et leurs ressources, elle les a accrus en toute quiétude.

- dîmes et prémices

47En outre l’objet consacré représente comme souvent la dîme ou les prémices d’un avoir. Isée indique par exemple qu’à Athènes la coutume voulait que les citoyens les plus en vue consacrent dans les grandes occasions une offrande prélevée sur la « dîme » ou les « prémices » de leur fortune :

  • 56 Sur la succession de Dikaiogénès, 41-42, traduction Pierre Roussel, Paris, CUF, 1960.

Καίτοι, ὦ ἄνδϱες, οἱ ἡμέτεϱοι πϱόγονοι οἱ ταῦτα ϰτησάμενοι ϰαὶ ϰαταλιπόντες πάσας μὲν χοϱηγίας ἐχοϱήγησαν, εἰσήνεγϰαν δὲ εἰς τὸν πόλεμον χϱήματα πολλὰ ὑμῖν ϰαὶ τϱιηϱαϱχοῦντες οὐδένα χϱόνον διέλιπον. Καὶ τούτων μαϱτύϱια ἐν τοῖς ἱεϱοῖς ἀναθήματα ἐϰεῖνοι ἐϰ τῶν πεϱιόντων, μνημεῖα τῆς αὑτῶν ἀϱετῆς, ἀνέθεσαν, τοῦτο μὲν ἐν Διονύσου τϱίποδας, οὓς χοϱηγοῦντες ϰαὶ νιϰῶντες ἔλαβον, τοῦτο δ‘ ἐν Πυθίου · ἔτι δ‘ ἐν ἀϰϱοπόλει ἀπαϱχὰς τῶν ὄντων ἀναθέντες πολλοῖς, ὡς ἀπὸ ἰδίας ϰτήσεως, ἀγάλμασι χαλϰοῖς ϰαὶ λιθίνοις ϰεϰοσμήϰασι τὸ ἱεϱόν56.

Et pourtant, juges, nos ancêtres, qui ont acquis ou laissé une telle fortune, se sont acquitté de toutes les chorégies, ils ont versé à la cité des sommes considérables pour la guerre : ils n’ont à aucun moment cessé d’exercer la triérarchie. Vous avez comme témoins de leur conduite les offrandes qu’ils ont consacrées dans les sanctuaires sur l’excédent de leur fortune, monuments de leur vertu civique, dans le sanctuaire de Dionysos, les trépieds que leur ont valus leurs victoires chorégiques, d’autres dans le Pythion. Sur l’acropole aussi, ils ont consacré la dîme de leur avoir ; ils ont orné ce lieu sacré de statues de bronze et de marbre dont le nombre est grand pour une fortune privée.

  • 57 Cf. Lazzarini 1976, p. 87 sq. La plupart des objets consacrés ayant disparu, il est difficile d’en (...)

48Les dédicaces retrouvées sur l’acropole d’Athènes, qu’elles contiennent le terme ἄγαλμα ou non, confirment ce témoignage puisqu’elles consacrent des statues, des chevaux de bronze, des quadriges, comme « prémices » ou « pris sur la dîme »57, cf. (9).

49À l’origine ἀπαϱχή, prémices, devait désigner la première récolte, et δεϰάτη, dîme, une part d’un gain, ou d’un butin :

(18) Didyme

  • 58 Didyma 140, poids de bronze.

τάδε τἀγάλματα
ἀπὸ λείō Ἀϱιστόλοχ[ος]
[ϰαὶ] Θϱάσων ἀνέθεσαν τ[ὠ]-
πόλλωνι δεϰάτην· ἔχε[ε]
δ’ αὐτὰ <Τι>σιϰλῆς ὁ Κυδιμ[.]ν58

ces agalmata (c’est) sur leur butin qu’Aristolochos et Thraôn les ont consacrés à Apollon, comme dîme. Tisiklès de Cydim […] les a fondus.

50Avec le temps les deux termes semblent être devenus synonymes — c’est le cas chez Isée — pour prendre en définitive le sens « d’offrande votive ». C’est ainsi que sur l’acropole d’Athènes, δεϰάτη, dîme, forme avec le participe aoriste du verbe εὔχομαι « faire un vœu » (plus rarement le présent εὐχόμενος) une formule εὐξάμενος δεϰάτην qui signifie « en ex-voto, comme dîme », ou tout simplement « en ex-voto » :

(19) Athènes

  • 59 Fin VIe a.C., Acropole d’Athènes, IG I3 617 ; DAA 148 ; Lazzarini 1976, n° 679. Hansen 1983, n° 194 (...)

[Παλ(λ)]άδι μ’ ἐγϱεμάχαι Διονύσιο[ς] | [τό]δ’ ἄγαλμα
στɛσε Κολοίο παῖς [εὐχσ] | άμενος δεϰάτɛν59

à Pallas qui excite au combat le fils de Kolos, Dionysios, m’a dressé, agalma que voici, en ex-voto, comme dîme.

- ex-voto

51Car comme toute offrande l’objet agalmatique est volontiers consacré « à la suite d’un vœu » comme en Thessalie, cf. (13), à Paros, cf. (17), ou à

(20) Athènes

  • 60 510-500 a.C., Acropole d’Athènes, colonne, IG I3 631 ; DAA 48 ; Lazzarini 1976, n° 680 ; Hansen 198 (...)

Αἰσχίνɛς ἀνέθɛϰεν | Ἀθɛναίαι τόδ’ ἄγαλμα
εὐχσάμενος δεϰάτɛν παιδὶ Διὸς μεγάλō60

Aischinès a consacré à Athéna cet agalma, en ex-voto, comme dîme, à la fille du grand Zeus.

- demande de contrepartie

52Enfin comme tous les ex-votos de la Grèce antique, les offrandes « agalmatiques » ne s’envisagent pas sans demande de contrepartie, que celle-ci soit discrète,

(21) Laconie

  • 61 IG V1, 919.

Πλɛστιάδας μ’ ἀ[νέθɛϰε] | Διοσϰṍϱοισιν ἄ[γαλμα] |
Τινδαϱιδᾶν δ[ιδύμōν] | μᾱνιν ὀπιδ(δ)όμ[ενος]61

Plestiadas m’a consacré aux Dioscures comme agalma pour détourner le courroux des jumeaux Tyndarides.

(22) Laconie

  • 62 VIe/Ve a.C. ? base, IG V1, 1562 ; IvO 252.

[δέξ]ο ƒάν[α]ξ Κϱονίδα Ζεῦ Ὀλύνπιε ϰαλὸν ἄγαλμα
hιλέƒō[ι θυ]μõι τοῖ(λ) Λαϰεδαιμονίο[ις]62

accueille Seigneur Cronide, Zeus Olympien, un bel agalma d’un cœur favorable aux Lacédémoniens.

53ou appuyée. Qu’elle prenne la forme d’un souhait à l’optatif,

(23) Athènes

  • 63 Vers 500 a.C., Acropole d’Athènes, IG I3 728 ; DAA 40 ; Hansen 1983, n° 227 ; colonne, peut-être su (...)

Φαϱθένε ἐν ἀϰϱοπόλει Τελεσῖνος | ἄγαλμ’ ἀνέθεϰεν
Κέτ(τ)ιος hõι χαίϱοσα διδοίες | ἄλ(λ)ο ἀναθεναι63

ô Parthénos, toi qui es sur l’acropole, Télésinos (du dème) de Kettos a consacré un agalma ; à Kettos, charmée, puisses-tu donner (l’occasion) d’en consacrer un autre.

54ou soit plus brutale, au vocatif,

  • 64 Avant le IVe a.C., base de marbre, IG II2 4319, Hansen 1989, n° 760.

(24) Athènes
Φαιδιμίδης ἀνέθηϰεν [Ἀθ]ηναίαι τόδ’ ἄγαλμα
ὑὸς Πϱωτάϱχο Πϱοβαλίσιος, ὧι σὺ δὸς ὄλβον
αὐτῶι ϰαὶ παισὶν τοῖς τ’ ἐπιγιγνομένοι[ς]64

Phaidimès, fils de Protarchos du dème de Probalis, a consacré à Athéna cet agalma ; accorde-lui le bonheur, à lui, à ses enfants et à ses descendants.

(25) Astypalea

  • 65 Début IVe a.C., tablette (?) de pierre, IG XII, 3 192 [1] ; IG XII, Suppl. p. 82.

εὐξαμένα μ’ ἀνέθηϰ | εν ὑπὲϱ Χάϱιος τόδ | ε ἄγαλμα
Ἀϱχὼ Ἐλει | θύᾱι, τᾶι χάϱιν ἀντ | ιδίδο(υ)65

en ex-voto Archô m’a consacré à Eleithyia pour Charis, moi l’agalma que voici ; à Archô accorde en échange ta faveur.

55En fin de compte ἄγαλμα ne désignerait-il pas tout simplement une offrande, un δῶϱον ? car les deux termes sont parfois synonymes :

(26) Athènes

  • 66 Vers 475 a.C., Acropole d’Athènes, DAA 296 ; Hansen 1983, n° 268.

[Πυθ]όδοϱός μ’ | ἀνέθεϰ’ Ἀϕϱοδ | ίτει δõϱον ἀπα | ϱχὲν ⋮⋮
πότνια τ | õν ἀγαθõν τõ | ι σὺ δὸς ἀϕθον | ίαν ⋮⋮ |...66

Pythodoros m’a consacré à Aphrodite comme offrande ; ô maîtresse des biens, toi donne-lui l’abondance…

56Mais ἄγαλμα ne signifie pas plus « offrande » qu’il ne signifie « statue ». Certes l’objet sur lequel est gravé « ἄγαλμα » est une offrande, un δῶϱον, mais l’inverse n’est pas nécessairement vrai et tout δῶϱον n’est pas un ἄγαλμα.

- valeur

  • 67 Sur cette question, cf. bien entendu Louis Gernet, « La notion mythique de la valeur en Grèce », Jo (...)

57Offrande et ἄγαλμα diffèrent par la valeur67 qui leur est attachée. Tandis qu’une offrande aux dieux peut être un objet modeste, utilitaire, voire usagé, un ἄγαλμα est immédiatement reconnaissable à sa valeur, au fait que l’objet est conçu tout exprès aux fins d’être un ἄγαλμα. On pense aux ἀγάλματα que sont sur l’acropole d’Athènes les statues de culte couronnées d’or et rehaussées d’ivoire, ou celles que décrivent les inventaires de Délos. Mais l’étalage du luxe ne fait pas à lui seul la valeur d’un ἄγαλμα, qui est aussi religieuse et subjective. Tant il est évident que le ϕαλλός en bois peint de Dionysos, reconstruit chaque année, que le petit ἄγαλμα de Mnia en bois de cyprès, ou l’ἀϱχαῖον ἄγαλμα de l’Érechthéion, ont pour la société entière une valeur subjective inestimable.

  • 68 IG I3 1469.
  • 69 Halikarnassos 122 ; cf. Ch. Daremberg et E. Saglio, Dictionnaire des Antiquités, s.v. mnamones ; et (...)

58Il est vrai aussi qu’en tant qu’offrande privée l’agalma est souvent un objet de grand prix, consacré par des membres de l’élite sociale, ou bien la dîme d’un gain exceptionnel. Les ἀγάλματα consacrés sur l’acropole d’Athènes proviennent de ces « grands hommes, nos ancêtres », évoqués par Isée, qui furent triérarques et chorèges. Ainsi une dédicace, cf. (6), évoque une consécration par des chorèges, une autre par l’Eupatride Alkimachos, cf. (43), trésorier d’Athéna, une autre par l’Alcméonide Alkméonidès68, fils d’Alcméon et peut-être frère cadet de Mégaclès, une autre par ce Télésinos, cf. (23), qui aurait été archonte éponyme en 487/8. Panamyès était à Halicarnasse μνήμων69, la « mémoire » de la cité ; à Didyme, Charès, cf. (51), était un ἀϱχός, un haut magistrat ; à Didyme encore, deux frères furent assez riches pour faire fondre deux poids de bronze de près de 100 kgs chacun, cf. (18).

  • 70 Certaines, il est vrai, ne contiennent pas le terme ἄγαλμα ; on supposera que l’objet offert, quand (...)

59En tout cas, quel que soit le prix de l’objet, les dédicaces « agalmatiques », toutes gravées avec le plus grand soin, par des professionnels sans doute, exaltent la valeur de l’objet sous toutes ses formes70.

60Le terme δῶϱον est rare au contraire avant l’époque impériale, ce qui est certainement imputable au peu de diffusion de l’écriture à une époque aussi ancienne : qui irait solliciter les services d’un graveur professionnel pour inscrire le mot δῶϱον sur une offrande de peu de prix ?

- destination

61Plus considérable encore est la différence de destination. Contrairement au terme ἄγαλμα, δῶϱον apparaît dans des dédicaces à connotation érotique pour désigner l’offrande de coupes de vin lors de banquets,

(27) Béotie

  • 71 450-425 a.C. ? Thespies, canthare à vernis noir, Louvre MNC 670 et 670 bis ; IG VII 3467 ; Jeffery (...)

Μογέα δίδōτι τᾶι γυναι | ϰὶ δõϱον Εὐχάϱι/
τɛὐτϱɛτιϕάντō ϰό | τυλον, ὅς χἄδαν πίɛ71

Mogéas offre en cadeau à Eucharis la femme d’Eutrétiphantos un cotyle pour qu’elle boive « à pleine bouche (?) ».

(28) attique

  • 72 Seconde moitié du Ve siècle, attique, SEG 24, 72.

Κηϕισοϕῶντος ἡ ϰύλιξ· ἐὰν δέ τι | ς ϰατάξηι, δϱαχμὴν ἀποτείσε,
δῶϱον ὂν παϱὰ Ξενύλ[ου]72

la coupe appartient à Képhisophôn ; si quelqu’un la casse qu’il paye une drachme ; car c’est un cadeau de Xénylos.

62mais désigne tout aussi bien les offrandes funéraires,

(29) attique

  • 73 Hesperia 16, 1947, p. 289, 2 ; ἀχνυθὲν : lire ἀχνυόεν ? cf. Anthologie Palatine, VI 343, 3.

ἀχνυθὲν τόδε δῶ | ϱον ὑπὲϱ τάϕον εἵσα | το μήτηϱ |
παιδὶ ϕάου[ς] | ὀλίγου πάμπαν ἀπο<ϕθι> | μένου·
οὔνομα δ’ ἐστι - - - -73

une mère a placé l’offrande de douleur que voici sur la tombe pour son enfant, la lumière de sa vie venant de s’éteindre pour toujours ; il/elle se nomme…

63alors que ἄγαλμα, ne se rencontre pas en contexte funéraire avant l’époque romaine,

(30) Délos

  • 74 150-100 a.C., Rhénée, EAD 30, 482.

δύστηνοι γενέται, Ζήνων, σέθεν, οἷσι λέλοιπας
ἄλγεα ϰαὶ ϰωϕοῦ ψυχϱὸν ἄγαλμα τάϕου.
οὔνομά μοι Ζήνων· μέλλεις, ξένε, τοῦτο γὰϱ ἡμέων
πεύθεσθαι· νούσῳ δ’ εἰς Ἀΐδαν ϰατέβαν74

malheureux tes parents, Zénon, à qui tu n’as laissé que des souffrances et le froid agalma d’une tombe muette. Mon nom est Zénon ; car tu es destiné à apprendre cela de nous, ô étranger ; de maladie ils sont descendus chez Hadès.

64Il apparaît donc que l’objet auquel est appliqué le terme ἄγαλμα ne peut avoir pour destinataire un être humain, vivant ou mort, la destination de l’agalma étant à la fois plus restreinte et plus élevée que celle d’une simple offrande. Car l’agalma a pour destinataire la divinité, et pour domaine l’espace sacré.

65Du reste les Grecs eux-mêmes ne se privaient pas de marquer la différence entre δῶϱον et ἄγαλμα, comme dans cette inscription rupestre thessalienne du IVe siècle :

(31) Thessalie

  • 75 I. Thess I 73.

τούτων ἐστὶ τ[ά]δ’, ὦνα Πάν, ἱαϱώτατ’ ἐν αὐτῶι
ἔμϕυτα ϰαὶ πίναϰες ϰαὶ ἀγάλματα δῶϱά τε πολλ[ά]75

à ces dieux dans la grotte appartiennent, ô seigneur Pan, ces objets très sacrés, plantes, tablettes, agalmata et offrandes de toute sorte.

  • 76 430-404 a.C., IG I3 1455 ; IG IV 22 1588.

66Ni statue de culte ni simplement « offrande » l’agalma semble donc se situer à un niveau intermédiaire, dont l’inventaire du sanctuaire de Mnia et Auxésia à Égine76 donne une bonne idée.

67Cet inventaire dresse une liste d’objets hétéroclites, hors d’usage, ou remisés dans l’attente de leur utilisation. Dans le temple de Mnia s’entasse tout un bric à brac, une base de cratère de fer, divers objets de bronze — encensoirs, lampe, cratère, base de cratère, panier — et « sur la table un agalma », qui est un « petit agalma de Mnia » :

ἄγαλμα ἐπὶ τɛς τϱαπέζες ϰυϕαϱίσινον hέν· μιϰϱὸν ἄγαλμα τɛς Μνίας·

agalma sur la table en bois de cyprès, un ; petit agalma de Mnia.

68Dans l’opisthodome du même temple un ἄγαλμα de Dionysos — ἄγα[λ]- μα τõ Διονύσο hέν — côtoie des objets de bronze (bassin percé, bouclier, cuirasse, phiales, tablette, hachette, robinet), de fer (agrafes, caducée), de bois (estrade), et d’osier (panier).

69Dans le temple d’Auxésia sont également remisés des objets de bronze (lampe, encensoir, petit panier, vase à boire, cuirasse, phiales), de fer (agrafes et fermetures d’agrafe), de bois (sièges, socles, coffre) ainsi qu’un agalma d’Auxésia, minuscule :

  • 77 Αὐζεσίας : variante graphique de Αὐξεσίας.

ἄγαλμα Αὐζεσίας77 hέν· ἀγαλμάτιον μιϰϱόν

agalma d’Auxésia, un ; petit agalma, tout petit.

  • 78 Cf. Hérodote, Histoires, V 83-88 : ἐς τὸ ἰϱὸν τῶν θεῶν τουτέων πεϱόνας μάλιστα ἀνατιθέναι τὰς γυναῖ (...)

70Ces objets se laissent répartir en trois groupes ; d’un côté des offrandes masculines, cuirasses et boucliers, et des agrafes de vêtements féminins78 ; de l’autre le mobilier du temple, fait de socles de bois et de sièges, ainsi que le matériel sacrificiel dont font partie une table, des paniers, une hache, des lampes, des encensoirs, des chaudrons. Les ἀγάλματα constituent le dernier groupe, à part ; ce sont des objets — figurines ou tout autre chose — petits, manipulables, utilitaires et sacrés tout à la fois, nécessaires à l’exercice du culte.

71Ce sont probablement des objets du même type qui sont évoqués dans un passage de la « loi sacrée » de Sélinonte, où d’énigmatiques ἀγάλματα apparaissent dans un contexte également sacrificiel :

  • 79 Vers 460-450 a.C., SEG 43, 630, l. 17-22 ; SEG 46, 1273 ; IGASMG I2 53 bis ; à l’exception de ἀγαλμ (...)

θυόντō hōσπεϱ τοῖς θεοῖς τὰ πατϱôια : τõι ἐν Εὐθυδάμō : Μιλιχίōι : ϰϱιὸν
θ[υ]| όντō. ἔστō δὲ ϰαὶ θῦμα πεδὰ ƒέτος θύɛν. τὰ δὲ hιαϱὰ τὰ δαμόσια
ἐξh‹α›ιϱέτō ϰαὶ τϱά[πεζα]| ν : πϱοθέμεν ϰαὶ ϙōλέαν ϰαὶ τἀπὸ τᾶς τϱαπέζας :
ἀπάϱγματα ϰαὶ τōστέα ϰα[τα]| ϰᾶαι· τὰ ϰϱᾶ μἐχϕεϱέτō. ϰαλɛτō [h]όντινα λɛι,
ἔστō δὲ ϰαὶ πεδὰ ƒέτ[ος ƒ]| οίϙοι θύɛν : σϕαζόντō δὲ ϰαὶ βõ[ν πϱ]ὸ ἀγαλμάτōν
[…]ΔΕΣ[…] | Ο θῦμα ὅτι ϰα πϱοχōϱɛι79·

que l’on procède aux sacrifices ancestraux comme on le fait pour les dieux. Qu’au Milichios qui se trouve dans la chapelle d’Euthudamos on offre un bélier. Qu’il soit aussi possible de sacrifier une victime l’année suivante. Que l’on [écarte ?] les objets civiques consacrés, que l’on installe devant [la tombe] une table et que l’on brûle en entier une cuisse, les offrandes qui viennent de la table, ainsi que les os. Il est interdit d’emporter les viandes ; on invitera qui on veut. Qu’il soit également possible l’année suivante de faire des sacrifices à la maison. Que l’on égorge un bœuf devant les agalmata.. (?)... la victime qui convient.

72Un fragment de la « loi sacrée » de Lycosoura en Arcadie, certes tardive mais d’évidence conservatrice, comme la plupart des « lois sacrées », surtout dans une région aussi reculée que l’Arcadie, est tout aussi explicite. Divisé en deux parties, le texte commence par énoncer les interdits ; il formule ensuite les prescriptions concernant les sacrifices ; viennent d’abord les prescriptions générales, qui énumèrent les ingrédients et les ustensiles à employer pour les sacrifices, puis les prescriptions particulières, propres sans doute à chacune des divinités de la triade :

  • 80 IIe a.C., IG V2, 514 ; on préfèrera à ἀγάλματ[ι] la restitution ἀγάλμασ[ι] proposée par Emmanuel Vo (...)

τὸς δὲ θύοντας πὸς θύ[η]-
σιν χϱέεσθαι ἐλαίαι, μύϱτοι, ϰηϱίο[ι],
ὀλοαῖς αἰϱολογημέναις, ἀγάλμασ[ι],
μάϰωνσι λευϰαῖς, λυχνίοις, θυμιά-
μασιν, ζμύϱναι, ἀϱώμασιν· τὸς δὲ θ[ύ]-
οντας τᾶι Δεσποίναι θύματα θύ[ην]
θήλεα λευϰ[ὰ ..] ο…ος80

Que ceux qui sacrifient utilisent pour les sacrifices de l’huile, du myrte, des rayons de miel, des graines d’orge sans ivraie, des agalmata, des pavots blancs, des lampes, des parfums à brûler, de la myrrhe, des aromates ; que ceux qui sacrifient à Despoina sacrifient des victimes femelles blanches.

73Dans ce contexte, sacrificiel comme les précédents, prescription est donnée d’« utiliser » les ἀγάλματα — le verbe est χϱέεσθαι (att. χϱάομαι) — tout comme on doit « utiliser » des lampes et les ingrédients requis pour l’accomplissement du rite, graines, myrrhe, aromates, miel, et huile. On conçoit que ces ἀγάλματα, bien que tout aussi énigmatiques que les précédents, sont petits et destinés à être manipulés selon les exigences du rite.

74De ces derniers documents on conclura que, dans les cas tout au moins où il n’est pas un ex-voto consacré à titre privé, le terme ἄγαλμα désigne plutôt un objet indispensable à la pratique religieuse, objet de valeur bien supérieure à un simple « cadeau » fait aux dieux. Il semble du reste que les punitions prévues pour atteinte à un agalma aient été particulièrement lourdes :

75Élis

  • 81 324 a.C. ou avant ; à l’exception du terme ἄγαλμα la traduction est celle de Sophie Minon, op. cit.(...)

Aἰ δέ τιϱ ἀδεαλτώαιε τὰ’ στάλαν,
ὠϱ ἀγαλματοϕώϱαν ἐόντα πάσχην81

si quelqu’un faisait disparaître la stèle, qu’il soit puni comme un voleur d’agalmata.

76À la différence des offrandes l’agalma n’est donc jamais un objet quelconque. Par sa « valeur », que celle-ci tienne au prix, à l’excellence de la fabrication, à la beauté et à l’émotion qu’elle suscite, ou à son caractère sacré quand il est instrument du culte, l’objet « agalmatique » semble toujours voué à produire un effet sur un spectateur qui, sous l’emprise de cette sorte de plaisir qu’est la χάϱις, est au sens propre médusé.

77C’est pourquoi les objets « agalmatiques » ne sont pas des objets d’usage courant, mais des « chefs d’œuvre » exécutés tout exprès par des experts,

(32) attique

  • 82 Fin VIe a.C., IG I2 522, Vasen Akr. II, 1348, fr. bassin (?) ; Lazzarini 1976, n° 822 ; Hansen 1983 (...)

- - - | ἄνδϱες ἐποίεσαν σοϕίαισιν ϰαλὸν ἄγαλμα82

…(dont) les hommes (?) ont fait, grâce à leurs compétences, un bel agalma.

78qui sont
- des sculpteurs, comme à Halicarnasse, cf. (38), ou à Abdère, cf. (10),
- des bronziers, comme Tisiklès à Didyme, cf. (18), qui fut capable de fondre près de 100 kg de bronze,
- des peintres peut-être, comme à Mélos, cf. (12),
- et même un ϕοινιϰογϱάϕος, spécialiste de la gravure en « lettres phéniciennes » :

(33) Lesbos

— ἐπὶ] | [Κλε]οσ[τϱάτω] πϱ[ο]τάνιος στεϕανώθεντες ὑπὸ τᾶ[ς] βόλλας ϰ[αὶ]
[τῶ] δάμω ἀνέθηϰαν τὸ ἄγαλμα ϰαὶ ταὶς ἐξέδϱαις Ἔϱμα Ἐναγωνί[ω]

I. [Ἠϱ]ωίδας Καίϰειος
[Χα]ϱίας Διοϰλείδαος
[..]ιτας Ἐ[σ]πεϱίταος
[…]ας Μ[αλ]οίσιος
[Ἀϱι]στόμαχος Θεοδότειος
[Κϱα]τίδας Βάϰχιος

II. Πολυϰϱέων Δαλιόϰλειος
Ἀνάξιππος Ζαιθώνειος
Λαΐϰλης Κϱιναγόϱαος
Μέλανχϱος Πιθώνειος
Καϊϰώνυμος Τιμαϕένειος
[…….] Ἀνδϱώνειος

  • 83 IIIe a.C., Mytilène, IG XII 2, 96.

ϕοινιϰόγϱαϕος Ἰ[α…….άλ]ϰειος
[γϱα]μμ[ά]τευς Μ — — — — —83

sous la prytanie de Cléostratès (?), couronnés par le peuple et le Conseil, ont consacré à Hermès Enagônios l’agalma et les exèdres,

Héroïdas fils de Caïkos, [suivent onze autres noms]
Le graveur en lettres phéniciennes (était) I […] keios, le secrétaire M […

79Les artisans n’ont qu’une consigne, la perfection, qui, pour que l’agalma atteigne le dieu sa cible, est l’exigence première. Au sens où il ne saurait être que parfaitement réussi, un agalma est nécessairement déclaré « beau », ϰαλόν :

(34) Laconie

  • 84 VI/Ve a.C., IG V1, 1562 ; IvO 252.

[δέξ]ο ƒάν[α]ξ̣ Κϱονίδα Ζεῦ Ὀλύνπιε ϰαλὸν ἄγαλμα
h ιλέƒ ō[ι θυ]μõι τοῖ(λ) Λαϰεδαιμονίο[ις]84

accueille, Seigneur Cronide, Zeus Olympien, un bel agalma d’un cœur favorable aux Lacédémoniens.

(35) Béotie

  • 85 550-525 a.C., Ptoion, fragment de plaque de terre cuite vernissée, SEG 29, 449 ; Jeffery 1961, n° 1 (...)

ϰαλƒὸν ἄγαλμα ƒάναϰτι ƒ[εϰαβόλοι Ἀ | πόλονι]…85

un bel agalma au Seigneur [Apollon qui tire au loin]…

(36) Béotie

  • 86 Vers 540 ? a.C., Ptoion, chapiteau dorique, IG I3 1469 ; Jeffery 1961, n° 30, p. 73 et 78 ; Lazzari (...)

[Φοί]βō μέν εἰμ’ ἄγαλ [μα Λ]ατ[οί]δα ϰαλ[ό]|ν86

de Phoibos, fils de Latô, je suis le bel agalma.

80« magnifique »

(37) Béotie

  • 87 Vers 550-500 a.C., à Apollon Ptoios, Hansen 1983, n° 335.

] |
[ Φοίβ] οι πεϱιϰαλδὲς ἄγ [αλμα]87.

des compagnons [……] à Phoibos magnifique agalma

81ou « irréprochable », cf. (12) Mélos,

82Il pare, il orne, il est un ϰόσμος,

(38) Athènes

  • 88 Vers 450 a.C. ?, IG I3 953, Éleusinion ἐν ἄστει. L’interprétation de στεϕάνω/στεϕανὼ (Maas) est dis (...)

[ἀ]ϱϱήτō τελετῆς πϱόπολος σῆς, πότνια Δηοῖ,
ϰαὶ θυγατϱὸς πϱοθύϱō ϰόσμον ἄγαλμα τόδε
ἔστησεν στεϕάνω Λυσιστϱάτη, οὐδὲ παϱόντων
ϕείδεται, ἀλλὰ θεοῖς ἄϕθονος ἐς δύναμιν88.

servante de ton culte ineffable et de celui de ta fille, ô souveraine Déô, Lysistraté a dressé comme ornement de ta porte l’agalma que voici, deux couronnes ; elle ne se soucie pas de son patrimoine (? mot à mot, de ce qui est présent), au contraire pour les dieux elle ne compte pas.

83il rayonne :

(39) Halicarnasse

  • 89 Hansen 1983, n° 429 ; Halikarnassos 122.

αὐδὴ τεχνήεσσα λίθο λέγε, τίς τοδ’ ἄ[γαλμα]
στῆσεν Ἀπόλλωνος βωμὸν ἐπἀγλαΐ[σας]
Παναμύης υἱὸς Κασβώλλιος εἴ μ’ ἐπ[οτϱύνεις ?]
ἐξειπɛν, δεϰάτην τήνδ’ ἀνέθηϰε θε[ῶι]89

voix que l’art fait sortir du marbre, dis-nous qui a dressé l’agalma que voici, illuminant l’autel d’Apollon ? C’est Panamyès, fils de Kasbôllis, si tu me pousses à le proclamer, qui l’a consacré comme dîme au dieu.

84Par sa perfection l’objet agalmatique est destiné à produire un effet. « Médusé » le spectateur se trouve, devant l’agalma, emporté par cette force que les Grecs nommaient χάϱις, le plaisir, à distinguer de la joie, χαϱά, et du plaisir intime, ἡδονή. Or procurer la χάϱις entraîne en réponse remerciement, gratitude, grâce, faveur accordée, autant d’autres formes de la χάϱις.

χάϱις

  • 90 Cf. Bonnie MacLachlan, The Age of Grace, Charis in early Greek Poetry, Princeton, 1993, p. 4 sq.
  • 91 Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, 1 (...)

85En somme la χάϱις, en reliant les hommes à travers l’échange fait de plaisirs et de dons réciproques, agit comme une « expérience de sociabilité »90. Elle suppose la réunion, le partage, la réciprocité, et de ce point de vue n’est pas très éloignée de la notion de don et contre-don mise en évidence par Marcel Mauss91.

  • 92 Sur l’importance sociale des Charites, cf. Aristote, Éthique à Nicomaque, 1133a.

86On doit ajouter que, sous quelque forme qu’elle se manifeste, la χάϱις est toujours identique à elle-même, unique, insécable, et extrinsèque à l’objet. Car elle est une puissance indépendante représentée par des divinités spécifiques, les Charites (les Grâces). Et si tel objet mérite le nom d’ἄγαλμα c’est qu’au moment de sa consécration les Charites92 ont reconnu sa perfection et envahi de χάϱις les différentes instances, dédicant, bénéficiaire, spectateur, divinité destinataire, chacune selon sa place dans l’échange :

(40) attique

  • 93 Vers 460 a.C., hermès de marbre, IG I3 983 ; Hansen 1983, n° 312. Les restitutions sont garanties p (...)

[Σ]τϱοίβο ⋮ παῖ, τόδ’ ἄ[γαλ]μα, ⋮ Λεόϰ[ϱατες, εὖτ’ ἀνέθεϰας]
Hεϱμɛι, ϰαλλιϰόμως (sic) οὐϰ ἔλαθες [Χάϱιτας]93

fils de Stroibos, Léocratès, lorsque tu as consacré cet agalma à Hermès, tu n’as pas échappé aux (regards des) Charites à la belle chevelure.

87Car l’objet « agalmatique » mobilise toute une collectivité, de son commanditaire à ceux qui l’ont vu lors du rituel de consécration et jusqu’aux passants « d’aujourd’hui ».

88Cependant l’agalma est consacré aux dieux, non aux hommes, puisqu’il a par définition pour fin de capter le regard des dieux en leur procurant la χάϱις, le plaisir, qui en réponse fera descendre sur les hommes la faveur divine. On conçoit qu’il faille, pour opérer cette « captation » des dieux, se hisser au niveau du divin. Or excellence, perfection, beauté, sont d’essence divine : c’est par sa perfection même, et la χάϱις qui en résulte, que l’objet atteindra sa cible. Car qui réjouit les hommes, réjouit les dieux dès lors qu’ils sont convoqués par le rite. Dans son unicité la χάϱις agit sur les dieux comme elle agit sur les hommes ; c’est là une certitude, exprimée dans l’épopée homérique,

  • 94 Homère, Odyssée III, 438.

ἱϱῶν ἀντιόωσα. γέϱων δ’ ἱππηλάτα Νέστωϱ
χϱυσὸν ἔδωχ’· ὁ δ’ ἔπειτα βοὸς ϰέϱασιν πεϱίχευεν
ἀσϰήσας, ἵν’ ἄγαλμα θεὰ ϰεχάϱοιτο ἰδοῦσα94

(Athéna) vint aussi jouir du sacrifice. Nestor, le vieux conducteur de chevaux, donna l’or, et l’artisan le coula autour des cornes de la vache pour que la déesse se réjouisse à la vue de l’agalma.

89et que ne démentent pas les dédicaces ; Thébadès, par exemple est convaincu que l’agalma par lui dédié est nécessairement τɛι δὲ θεõι χαϱίεν « pour la déesse plein de charme », cf. (9).

90Provoquer la χάϱις divine c’est donc « obliger » les dieux, les contraindre par un effet pour ainsi dire magique. Au travers de la χάϱις c’est un charme qui agit, qui lie les dieux aux hommes. Dès lors que le plaisir divin est provoqué, s’étend en retour sur les hommes, pour ainsi dire mécaniquement, la bienveillance divine. Souhaits à l’optatif, injonctions à l’impératif, par exemple à Astypalea τᾶι χάϱιν ἀντιδίδο(υ) « donne en échange la χάϱις », cf. (25), n’en sont que l’expression rhétorique.

  • 95 Cf. Homère, Iliade XIV, 235 et 267, le dialogue entre Héra et Hypnos ; Iliade XVIII 380 sq., où l’o (...)

91Ainsi l’offrande d’un ἄγαλμα est-elle la promesse d’un échange95. Baigné de χάϱις, l’agalma, « beau, magnifique, irréprochable », fonctionne comme une sorte de piège à dieux, par qui les hommes accèdent au divin et par qui les dieux se voient obligés d’accéder aux demandes des hommes.

92En somme la χάϱις se manifeste par une sorte de flux continu circulant entre ces deux pôles, que l’initiateur soit l’homme qui a prié pour obtenir du dieu une heureuse traversée, ou le dieu qui l’a sauvé du naufrage. Car l’agalma est aussi bien action de grâce qu’ex-voto. Plaisir des hommes, plaisir des dieux, faveur accordée, reconnaissance des hommes, le cycle est virtuellement sans fin ainsi que le prouve cette étonnante dédicace de l’Acropole d’Athènes, cf. (23),

  • 96 Vers 500 a.C., IG I3 728.

hõι χαίϱōσα διδοίες | ἄλ(λ)ο ἀναθɛναι96

(agalma) par lequel charmée, puisses-tu donner (l’occasion) d’en consacrer un autre.

93Ce qu’est l’objet « agalmatique » se laisse désormais mieux cerner : parce qu’il lie, et relie, les dieux et les hommes, il est le lieu par excellence de leur échange. Aussi se rencontre-t-il souvent près des autels, qu’il soit statue, statuette, figurine, céramique, plaque de pierre ou tablette de bronze. En son absence l’échange ne se fait plus, au risque de provoquer la séparation des hommes et des dieux. Voilà pourquoi l’agalma n’est jamais un objet quelconque, mais un objet toujours empli de χάϱις.

94On prendra garde cependant que la χάϱις, puissance indépendante, extérieure à l’objet, ne définit pas l’agalma. Pour tenter de comprendre comment cette fonction d’échange est associée au terme ἄγαλμα un rappel étymologique sera utile.

- Remarques étymologiques

  • 97 Cf. Charles de Lamberterie, BSL 73/1, 1978, p. 269-276.

95Les notions de lumière, d’éclat, comme celles de grâce, de beauté, ne sont pas plus intrinsèques à l’agalma que celle de χάϱις à l’objet « agalmatique ». On a parfois rapproché ἄγαλμα de la famille de ἀγλαός brillant, en rapport avec γελάω, rire, issu de la racine *gel « briller »97 ; mais si le rapprochement est possible il ne peut être que secondaire, et procéder d’une étymologie populaire.

- le suffixe -μα

  • 98 Pierre Chantraine, Formation des noms, Paris, 1933, p. 182.

96Ἄγαλμα s’inscrit dans une série de termes en -μα très anciens qui, au contraire des formations plus récentes, ne désignent pas le résultat d’une action mais « dénomment souvent des objets qui sont pour l’homme une protection, ou au contraire les phénomènes qui manifestent une puissance extérieure et redoutable… Le dérivé en -μα exprime aussi volontiers la manifestation sensible d’une force : σῆμα signifie souvent un signe envoyé par la divinité et νεῦμα a entre dans la même catégorie. On peut rapprocher des mots comme ϰαῦμα, ϕλέγμα, μνῆμα, δεῖμα, χάϱμα. Il semble qu’un certain nombre de ces termes sont encore chargés de notions religieuses ou magiques… »98.

  • 99 Ibid., p. 177-180, § 137-138.
  • 100 Le suffixe moyen -μενος est une invention du grec, ibid, p. 215.

97D’autre part le suffixe -μα est lié au système verbal99. Des paires comme ἅλμα/ἅλλομαι, δέϱμα/δείϱω, ὕϕασμα/ὑϕαίνω, etc…, en sont la preuve. De fait le suffixe *-mn servait à former des participes actifs ; en grec *-mṇ/*-mn > -μα/-μν (ο)100.

- la base ἀγαλ-

98Le substantif ἄγαλμα serait à l’origine un quasi-participe d’un verbe actif ἀγάλλω, inusité chez Homère — qui ne connaît que le moyen ἀγάλλομαι être fier de, s’enorgueillir — mais « réinventé » à l’époque classique. Avec cette valeur participiale ἄγαλμα équivaudrait à quelque chose comme « qui magnifie, qui rehausse, qui exalte », ou « propre à magnifier, à exalter, à rehausser ». Car l’hypothèse étymologique la plus probable apparente ἀγαλ- à μεγα-« grand » :

  • 101 Georges Pinault, MSS 38, 1979, p. 165-166.

ἀγαλ- < *ṃĝh2-l, degré ø de *ṃeĝh2-l > μεγαλ-101.

99À l’origine ἄγαλμα devait donc énoncer un processus, définir une activité, et non pas désigner un type particulier d’objets. Cette fonction qualifiante quasi-verbale se laisse encore percevoir dans les dédicaces, à commencer les dédicaces « d’objets parlant ».

- Objets parlants

- με … ἄγαλμα

  • 102 Mario Burzachechi, « Oggetti parlanti nelle epigrafi greche », Epigraphica 24, 1962, p. 3-54.

100On entend par « objets parlant » ceux dont la dédicace est rédigée à la première personne102. Quelle que soit l’identité de la voix qui dit « Je » — le problème est difficile et discuté — la syntaxe est sans ambiguité : ἄγαλμα n’y est pas le complément d’objet du verbe ἀνέθηϰε mais un attribut à traduire « comme, en tant qu’agalma ». La valeur verbale sous-jacente équivaudrait à des expressions comme « en tant que magnifiant », « dans un acte d’exaltation ».

101En l’absence de τόδε, l’emploi attributif de ἄγαλμα est évident :

(41) Athènes

  • 103 600-550 a.C. ?, Acropole d’Athènes, IG I3 552.

— — — ϕõν ⋮ μ’ ἀνέθεϰεν ⋮ ἄγ<α>λμα ⋮ τἀθɛναίᾱ[ι]103

…phôn m’a consacré comme agalma à Athéna.

(42) Argos

  • 104 Vase de bronze, IG V1, 231, alphabet argien.

Χαλϙοδάμανς με ἀνέθɛϰε θιιοῖν πεϱιϰαλλὲς ἄγαλμα104

Chalkodamas m’a consacré aux deux déesses (comme) magnifique agalma.

(43) Égypte

  • 105 VIe a.C., Memphis, SB 1, 1694.

Μελάνθιός με ἀνέθηϰε τῶι Ζηνὶ Θηβαίωι ἄϰαλμα105

Mélanthios m’a consacré à Zeus Thébain comme agalma.

cf. (21) Laconie

  • 106 VIe a.C., stèle, IG V1, 919.

Πλɛστιάδας μ’ἀ[νέθɛϰε]| Διοσϰōϱοισιν ἄ[γαλμα]…106

Plestiadas m’a consacré aux Dioscures comme agalma.

102La voix de la « performance », celle du dédicant en train de prononcer la formule de consécration : « Moi Un Tel, je te consacre comme agalma … » est désormais devenue la voix prêtée à l’objet, censé lui-même répondre après coup à la question du passant « Qui es-tu, toi, objet que je vois ? ». La formule de consécration est de fait remodelée afin de tenir compte du changement des instances spatio-temporelles.

- με… τόδε ἄγαλμα

103Lorsqu’apparaît le déictique τόδε la construction reste inchangée. La formule performative « Moi Un Tel, je te consacre, objet que voici, comme agalma » est devenue « moi, objet que voici, Un tel m’a consacré comme agalma », où τόδε, qui connotait le temps et l’espace du dédicant, fait désormais référence à celui du « passant », cf. (19),

(44) Athènes

  • 107 527-514 a.C. ? Acropole d’Athènes, IG I3 618 ; DAA 6 ; Lazzarini 1976, n° 732 ; Hansen 1983, 195.

Ἀλ | ϰίμαχος μ’ ἀνέ{σ}θɛϰε Διὸς ϰόϱɛι τόδ’ ἄγαλμα
εὐ | χολὲν ἐσθλõ δὲ πατϱὸς hῦς Χαιϱίονος ἐπεύχεται <ἐ>να[ι]107

Alkimachos m’a consacré à la fille de Zeus « comme l’agalma que voici », en exvoto ; il se glorifie d’être le fils de Chairion, un noble père

- τόδε ἄγαλμα

  • 108 Cf. Nicole Lanérès, La phrase nominale dans l’Iliade, thèse Univ. Paris Diderot-Paris 7, 1993.

104Ces quelques exemples montrent que, même en l’absence de με, le syntagme τόδε ἄγαλμα était originellement une construction attributive qui signifiait « ceci en tant qu’agalma » ; et l’on se méfiera de l’évidence d’une traduction comme τόδε ἄγαλμα « cet agalma ». Épigrammes poétiques, ces dédicaces ignorent en effet l’article défini et le syntagme τόδε ἄγαλμα équivaut autant à τόδε τὸ ἄγαλμα « cet agalma », où ἄγαλμα est un nom, qu’à τόδε < > ἄγαλμα « ceci (est) agalma », où ἄγαλμα est attribut. C’est probablement à la suite du déclin de la « phrase nominale », qui a supprimé la pause entre les deux termes108, désormais combinés dans un syntagme unique, que s’est imposé le sens « cet agalma » :

(45) Égine

  • 109 Vers 480-470, colonne, IG IV 7 ; Lazzarini 1976, n° 719 ; Hansen 1983, n° 349.

hός τόδ’ ἄγαλμ’ ἀνέθɛϰε, | Φιλόστϱατός ∶ ἐστ’ ὄνυμ’ αὐτõι·
πατϱὶ δὲ τõι τἐνο Δαμο | ϕόōν ὄνυμα109

Celui qui a consacré ceci comme agalma/l’agalma que voici a pour nom Philostratos. Au père de cet homme Damophon est le nom.

105Par la complexité de sa formule une dédicace de l’Éleusinion d’Athènes met en évidence les difficultés et les ambiguités de la construction :

(38)

πϱοθύϱō ϰόσμον ἄγαλμα τόδε ἔστησεν στεϕάνω

(Lysistrate) a dressé comme ornement de ta porte l’agalma que voici/ceci en tant qu’agalma, deux couronnes.

- ici et maintenant τόδε

106Déictique de « l’ici et maintenant », de l’instant où « Je » parle, τόδε a la permanence d’un éternel présent, présent de l’instant de la consécration, énoncé au passé désormais, et présent du temps infiniment répété de la lecture, cf. (25) Astypalea.

107Issue de la nécessité de modifier la formule performative originelle de manière à ce qu’elle soit réactivée à chaque nouvelle lecture, la superposition des instances spatio-temporelles, par l’intermédiaire de cet « embrayeur de temporalité » qu’est le déictique τόδε, forme en fin de compte un jeu à plusieurs voix extraordinairement complexe à la faveur duquel se modifient en profondeur le statut du terme ἄγαλμα d’une part, la position du dieu destinataire de l’autre.

De l’attribut à la chose ou la réification d’ἄγαλμα

108Le fait est que, l’instant de la consécration une fois révolu, l’objet consacré « en tant qu’agalma » est désormais devenu « ce » μνῆμα, « ce monument » dans toute sa matérialité, ici, maintenant sous le regard. C’est à partir du présent du spectateur que s’active dorénavant le souvenir :

cf. (4), Olympie

  • 110 Fin VIe/début Ve a.C., ou vers 456 a.C. ? IvO 266.

ϰαί ƒοι μνᾶμα τόδ’ ἐστ’ ἀϱετᾶς110

et ceci (cet agalma) est le souvenir de son excellence.

cf. (14), Acarnanie

  • 111 IG IX, 12 2, 238, lignes 3-4.

… ἄγαλμα τόδε
μνήμην ἀθάνατον σώζων πατϱός τε ϰαὶ αὑτοῦ111

pour conserver la mémoire immortelle de son père et de lui-même…

109L’agalma est enfin devenu un objet, « cet objet » placé sous les yeux ; et si le verbe est « effacé » au point de n’être plus qu’à peine évoqué par le maintien du datif du nom du dieu, l’attention est alors tout entière focalisée sur l’objet support de la dédicace.

(46) Athènes

  • 112 550-525, Agora 21, G 1.

Hεϱμεῖ | μ’ἄγαλ | μα112

pour Hermès, moi, agalma.

110L’ambivalence du syntagme τόδε ἄγαλμα est désormais levée. Le lecteur de la dédicace n’a plus affaire qu’à « l’agalma que voici », à savoir un bel objet, un « bel agalma », expression où la valeur attributive de ἄγαλμα a disparu.

(34) Laconie

[δέξ]ο ƒάν[α]ξ Κϱονίδα Ζεῦ Ὀλύνπιε ϰαλὸν ἄγαλμα

accueille, Seigneur Cronide, Zeus Olympien, un bel agalma.

cf. (11), Halicarnasse

σοὶ τόδε, Κύπϱι, ϰαλὸγ ϰαλῆι εἷσεν ἄγαλ[μα]

a installé pour toi belle Cypris le bel agalma que voici.

111Avec le temps — dès le premier instant peut-être — n’est plus demeuré comme trace de la consécration que l’objet même.

- θεῷ/θεοῦ, du datif au génitif

112Mais dès l’instant où le rituel de consécration est passé, la relation établie entre les protagonistes s’est trouvé modifiée, et en premier lieu la position du dieu par rapport à l’objet, empli comme il l’est désormais de la présence divine.

113Car dès lors que, par le truchement de la χάϱις, le dieu a été touché, de destinataire de la consécration qu’il était, au datif, le dieu, qui est « descendu » sur l’objet et l’a rempli de sa puissance, en est devenu comme le détenteur, au génitif, quelle que soit du reste l’interprétation à donner de cette affirmation de « propriété ». L’objet est désormais ἄγαλμα du dieu et les formules « je suis/voici l’agalma de… » ou « ceci est un agalma de », où le nom du dieu est au génitif, témoignent de ce renversement :

(47) Délos

  • 113 500-450 a.C. ? ID 17 ; Hansen 1983, n° 407.

Ἀϱτέμιδος τόδ’ ἄγαλμ[α]· ἀνέθɛϰε {ν} δέ μ’ Ε[ὔ]πολις αὐτɛι...113

Voici un agalma d’Artémis (= à Artémis appartient l’agalma que voici). Eupolis m’a consacré…

(48) Delphes

  • 114 Claude Vatin, « Les kouroi d’Argos », BCH 106, 1982, p. 516-518, cf. supra, note 15.

[Θεόδοτος Πολυμἐδɛς ἐποίƒε]τον τṓνδε τάδ’ ἀ[γ]άλμ[ατα]114

[Théodotos et Polymédès ont fait] les agalmata de ceux-ci.

(49) Égypte

  • 115 Vers 400 a.C., Memphis, Saqqāra, SEG 27, 1107.

Ζηνῆς Θεοδότō Σελήνης ἄ|γαλμα ἐπο|ιήσατο115

Zénès fils de Théodotos a fait l’agalma de Séléné.

(36) Béotie

[Φοί]βō μέν εἰμ’ ἄγαλ [μα Λ]ατ[οί]δα ϰαλ[ό]|ν

de Phoibos fils de Letô je suis un bel agalma…

114Il est manifeste que ce génitif n’a aucun rapport avec une quelconque ressemblance entre l’objet et le dieu. L’expression « agalma du dieu » indique seulement quelque chose de la relation du dieu à l’objet et donc en dernière instance de la relation entre les hommes et le dieu telle qu’elle s’est établie au travers de l’objet.

115Il n’est de ce fait pas étonnant que des tablettes de bronze éléennes, parce qu’elles scellent des arbitrages internationaux, ou énoncent une décision publique importante, soient déclarées ἀγάλματα de Zeus, investies comme elles le sont de la présence du dieu qui garantit les contrats, et si inviolables que quiconque y toucherait encourrait le châtiment divin :

(50) Élis

  • 116 475 a.C., arbitrage international, Minon 2007, n° 15, p. 104-112.

ἄγαλμα Διός· Πύϱϱō γϱ[α]ϕέας vac.
v ϰαὶ Χαϱίξενος ϰαὶ τοὶ μαστϱοὶ vac.
[τ]αὶϱ δίϰαις, ταὶϱ ϰὰ(τ) τõν Βοιοτõν Μένανδϱος
[ϰ]ἀϱιστόλοχος τοῖϱ Ἀθαναίος ἐδιϰαξάταν vac.
[ἀ]πέγνον ϰαὶ τοῖ(ϱ) Θεσπιέσσιν ϰαὶ τοῖϱ σὺν αὐτὸς
[μ]ὲ διϰαίōς διϰαστᾶμεν, ϰἀπὸ τõν Θεσαλõν vacat
[ἀ]πεδίϰαξαν. vacat116

agalma de Zeus. Le secrétaire Pyrrhôn, Charixénos et les mastroi, ont décidé en révision que les condamnations que Ménandros et Aristolochos avaient prononcées contre les Béotiens en faveur des Athéniens n’avaient pas été prononcées justement en faveur aussi des Thespiens et de leurs alliés, et ils ont levé (la condamnation) des Thessaliens.

(51) Élis

  • 117 475-450 a.C., droit de cité, Minon 2007, n° 16, p. 113-117.

Τοὶ Fαλεῖοι Ἀθανάδαν ϰαὶ Fϱίνōνα ἔθεαν ϰαὐτō ϰἀπογένειαν ƒαλείō· ϰ‹ε›ν ϕυλὰν
ἐνίμεν ὀποῖαν λɛν, ϰαὶ τᾶϱ ἐπιFοιϰίας τᾶϱ ἐν Σπάϱται ϰἐν Εὐβοίαι ϰοιν-
αν εν ὀποῖαν λɛν, ϰαὶ τᾶϱ ἐπιFοιϰίας τᾶϱ ἐν Σπάϱται ϰἐν Εὐβοίαι ϰοιν-
ανεν ϰαι ταν θε‹α›ϱίαν δέϰεσαι ΤΑΡΕΟΙ.ΙΣΚΡΟ ἐπι τἄμισον Ἀθα-
νάδαν ϰαὶ Κιϰύσια. Ὀ δε πίναξ ἄγαλμα τõ Διός117.

Les Éléens ont fait Éléens Athanadas et Wrirôn, eux-mêmes et leur descendance ; qu’ils entrent dans la tribu de leur choix. Qu’ils soient associés à la colonie de Sparte et (à celle) d’Eubée, et reçoivent la délégation des théares… Athanadas… à moitié aussi Kikysion. La tablette est un agalma de Zeus.

116Il semble désormais établi qu’aux premiers siècles de l’hellénisme et jusqu’aux confins du classicisme, un ἄγαλμα n’est pas une statue. On en voudra néanmoins une dernière preuve : le magistrat Charès avait à Didyme une statue assise à son image, devant laquelle les processions faisaient une pause en chantant le péan. La dédicace déclarait cette statue de Charès « agalma d’Apollon » :

(52) Didyme

  • 118 Avant 550 a.C., la loi des Molpes, Didyma 139 ; Jeffery 1961, p. 332, n° 29 ; Lazzarini 1976, n° 95 (...)

Χαϱῆς ειμι ὀ Κλέσιος Τειχιóσης ἀϱχός·
ἄγαλμα τõ Ἀπόλλωνος118

je suis Charès fils de Klésis, premier magistrat de Teichiousè, agalma d’Apollon.

117Que les « jumeaux d’Argos » fussent ou non « Cléobis et Biton », cf. (2), il est certain qu’ils ne « représentaient » pas les Dioscures. Tout au plus pourrait-on supposer que leur gémellité faisait référence à Castor et Pollux au même titre qu’à Sparte les représentations des dokana, des amphores doubles ou des deux bonnets pointus. Mais en tant qu’ἀγάλματα ils devaient avoir d’une façon ou d’une autre le pouvoir d’assurer l’échange entre les hommes et les dieux jumeaux.

118Au terme de ce parcours épigraphique on concèdera peut-être que l’objet désigné comme ἄγαλμα n’est ni tout à fait une offrande ni tout à fait un ex-voto, bien qu’il puisse avoir les caractéristiques de l’un et de l’autre. Toujours consacré à un dieu il peut être aussi instrument du culte, entreposé dans l’attente d’être manipulé ou installé près des autels, ainsi que l’attestent si souvent les inscriptions, et aussi les textes littéraires.

119Difficile à classer, cet objet n’est pas non plus défini par sa forme. Polymorphe, il est aussi bien ϕαλλός dionysiaque que pilier hermaïque, vase de terre cuite, lamelle de bronze, trépied, ou statue d’homme. Aussi chacun de ces objets, s’il a été consacré « à » un dieu comme ἄγαλμα, peut être dit ἄγαλμα « du » dieu. En tant qu’ἄγαλμα l’objet désigné par le génitif comme « appartenant » au dieu n’est donc jamais une représentation mimétique du dieu, quand bien même serait-il une statue anthropomorphe.

120Ainsi, n’étant appliqué à aucun objet particulier, le terme ἄγαλμα indique qu’un objet donné est ἄγαλμα en tant qu’il est investi des qualités qui en font un ἄγαλμα. L’une de ces qualités concerne probablement les rituels de consécration, impliqués par les formules des dédicaces.

121Mais c’est surtout parce qu’il se distingue des menus objets habituellement consacrés aux dieux, et souvent issus de la vie quotidienne, que l’agalma n’est pas un objet ordinaire.

122Conçu pour plaire, l’agalma est un objet d’exception dont les qualités techniques, la beauté, l’éclat, le prix même, attirent les regards, à moins qu’il ne soit investi d’une forte charge émotive : il se caractérise, ainsi que le montre Gernet, par sa valeur, matérielle ou mesurable, subjective ou religieuse.

123L’agalma n’est pourtant pas défini par la notion de valeur, qui n’est qu’une condition de la réalisation de l’objet comme ἄγαλμα. Car la valeur de l’agalma tient elle-même à la χάϱις, au plaisir partagé, commun aux hommes et aux dieux, qui confère à l’objet « agalmatique » le pouvoir d’attirer les dieux. C’est parce qu’ils éprouvent la χάϱις que les dieux ne se dérobent pas à l’obligation de rendre la χάϱις, sous forme de faveur, de grâce accordée. Le terme ἄγαλμα ne désigne donc l’objet qu’en tant qu’il est investi du pouvoir d’atteindre le dieu et de le retenir, qu’en tant qu’il exerce un charme sur un dieu impuissant à se dérober.

124L’objet agalmatique est en somme une sorte de piège ; le dieu n’a pas d’autre choix que de l’investir de sa présence, et de sa puissance.

125Support au travers duquel s’établit un échange avec les dieux, l’agalma est cet intermédiaire, ce créateur de lien, sans lequel la cité, la famille, l’individu, perdraient leur assise, à n’être plus sous le regard des dieux, et sans lequel le sacrifice semble voué à manquer sa cible. On conçoit qu’une telle notion offre quelque résistance aux efforts de traduction des contemporains d’Occident.

  • 119 Homère, Iliade, IV, 144, pour peu que l’on veuille pousser la comparaison à son terme.
  • 120 Pindare, Néméennes VIII, 28 ; Bacchylide, Épinicie X, 1, 11.
  • 121 Euripide, Héraklès Furieux 425.
  • 122 Euripide, Suppliantes 633.
  • 123 Eschyle, Agamemnon 208.

126Mais si telle est sa signification, il faut supposer que l’emploi du terme ἄγαλμα ne se résume pas aux objets matériels retrouvés sur les champs de fouille. Une brève incursion dans l’espace littéraire suggère que ces étranges ἀγάλματα que sont la jambe ensanglantée de Ménélas119, les odes de victoire120, les travaux d’Héraklès121, les guerriers morts au combat122, ou les jeunes filles tragiques123, trouveraient leur explication dans cette fonction d’échange avec les dieux que le dossier épigraphique a permis d’entrevoir.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

Recueils d’inscriptions

IG : Inscriptiones Graecae, publiées par l’Académie de Berlin. Le chiffre romain qui suit correspond à une région.

BE : Bulletin Épigraphique, dans la Revue des Études Grecques, Paris.

SEG : Supplementum Epigraphicum Graecum, vols. 1-25, 1923-1971, Leiden, vols. 26-, 1976-, Amsterdam.

Compléments épigraphiques par régions

Athènes

Agora 21 : Mabel Lang, Graffiti and Dipinti, « The Athenian Agora », 21, Princeton 1976.

DAA : Antony E. Raubitschek, Dedications from the Athenian Akropolis. A Catalogue of the Inscriptions of the Sixth and Fifth centuries B.C.. With the collaboration of Lilian H. Jeffery, Cambridge, 1949.

Delphes

Fouilles de Delphes, III. Épigraphie. Paris 1929, Fasc. 3, Inscriptions depuis le trésor des Athéniens jusqu’aux bases de Gélon, vol. 2, Georges Daux (1943).

Olympie

IvO 144 : Wilhelm Dittenberger und Karl Purgold. Die Inschriften von Olympia, Berlin, 1896.

Thessalie

I. Thess I : Jean-Claude Decourt, Inscriptions de Thessalie, Vol. 1, Les cités de la vallée de l’Énipeus, Études épigraphiques 3, Athènes, 1995.

Mer Égée

EAD 30 : Marie-Thérèse Couilloud, Les monuments funéraires de Rhénée, Paris, 1974.

ID : Inscriptions de Délos, Paris, 1926-1972.

Asie Mineure

Didyma : Donald F. McCabe, Didyma Inscriptions. Texts and List, Princeton (1985) ; inclut : Albert Rehm, Didyma, II. Die Inschriften, Berlin, 1958.

GIBM IV, 1 : The Collection of Greek Inscriptions in the British Museum, London, 1916, vol IV, 1 : Cnide, Halicarnasse.

Halikarnassos : Donald F. McCabe, Halikarnassos Inscriptions. Texts and List, London 1874-1916. Part IV, Sect. I, Ch. II, Halikarnassos, 1893.

IK Knidos I : Wolfgang Blümel, Die Inschriften von Knidos I,« Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien » 41, Bonn, 1992.

Lindos II : Chr. Blinkenberg, Inscriptions [fouilles danoises], Copenhague, 1941.

Égypte

SB 1 : Sammelbuch griechischer Urkunden aus Ägypten, Friedrich Priesigke, Friedrich Bilabel, Emil Kiessling und Hans-Albert Rupprecht (ed.), vol. 1, Strasbourg, 1915.

Italie, Sicile

IGASMG I2 : Renato Arena, Iscrizione arcaiche di Sicilia e Magna Grecia, Iscrizioni di Sicilia, volume I, 2e édition, Iscrizioni di Megara Iblea e Selinunte, Pise, 1994.

IGDS : Laurent Dubois, Inscriptions grecques dialectales de Sicile, Coll. E. F. Rome (CEFR 119), 1989.

Revues

ArchEph : Archaiologike Ephemeris, Athènes.

BCH : Bulletin de Correspondance Hellénique, Paris.

BSL : Bulletin de la Société de Linguistique, Paris.

CRAI : Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris.

MSS : Münchener Studien zur Sprachwissenschaft, Dettelbach, Röll.

Notice bibliographique

Buck 1955 : Carl Darling Buck, The Greek Dialects, Chicago.

Guarducci 1967 : Margherita Guarducci, Epigrafia greca, vol. 1, Caratteri e storia della disciplina. La Scrittura greca dalle origini all’età imperiale, Rome.

Guarducci 1969 : Margherita Guarducci, Epigrafia Greca II, Epigrafi di carattere pubblico, Rome.

Guarducci 1978 : Margherita Guarducci, Epigrafia Greca IV, Epigrafi sacre pagane e cristiane, Rome.

Hansen 1983 : Peter Allan Hansen, Carmina Epigraphica Græca I, VIIIe-Ve siècles avant J.-C.

Hansen 1989 : Peter Allan Hansen, Carmina Epigraphica Græca II, IVe siècle avant J.-C.

Jeffery 1961 : Lilian-Hamilton Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece, Oxford, 1961 ; édition révisée avec supplément par A. W. Johnston.

Lazzarini 1976 : Maria-Letizia Lazzarini, Le formule delle dediche votive, Atti della Accademia Nazionale dei Lincei serie 8, 19, Rome.

Meiggs-Lewis 1988 : Russel Meiggs and David Lewis, A Selection of Greek Historical Inscriptions to the End of the fifth century B.C., revised ed. Oxford.

Minon 2007 : Sophie Minon, Les inscriptions éléennes dialectales, Paris.

Notes

1 Assemblée des femmes 778-783, où il est question de sortir les meubles dans la rue.

2 Le terme ἄγαλμα (plur. ἀγάλματα) ne sera pas traduit, mais transcrit agalma (plur. agalmata).

3 Voir par ex. E. Kpiapa, Νέο Λεξιϰό της Σύγχϱονης Δημοτιϰής Γλώσσας, Athènes, 1995.

4 Les chiffres entre parenthèses numérotent les dédicaces selon leur ordre d’apparition.

5 Vers 500 a.C., Naupacte, loi sur la répartition des terres, IG IX 12 3, 609 B, lignes 22-25.

6 Carl Darling Buck, The Greek Dialects, Chicago, 1955, n° 59.

7 Ulrich von Wilamowitz, Sitzungsberichte der Deutschen Akademie der Wissenschaft zu Berlin, 1927 ; Günther Klaffenbach, IG IX 12 3 ; Russel Meiggs and David Lewis, A Selection of Greek Historical Inscriptions to the end of the fifth century B.C., Oxford, 1969, p. 24.

8 Platon, Phèdre, 230b, traduction de Léon Robin, et note 1, Paris, CUF, 1966.

9 Epigrafia Greca II, Rome, 1969, p. 24.

10 Studies in the Treasure Record of Artemis Brauronia, Stockholm, 1972, p. 215, n° 70.

11 480-475 a.C. ? Athènes, Acropole, IG I3 828 ; DAA 229 ; Maria-Letizia Lazzarini, Le formule delle dediche votive, Accademia Nazionale dei Lincei : Classe di scienze Morali : Memorie, serie 8, 19, 2, Rome, 1976, n° 639.

12 Par ex. 600-575 a.C., ID 4 ; Lilian-Hamilton Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece, Oxford, 1961, éd. révisée 1990, n° 10, p. 304 et 412, [τ]õ ἀϝυτõ {²6αὐτõ}²6 λίθō ἐμὶ ἀνδϱιάς, du même je suis la statue de marbre…

13 Cf. Lazzarini 1976, n° 987, Θεσσαλοὶ τὸν hίππον ἀνέθεν…

14 472 a.C., Olympie, IvO 144, base de statue, Lazzarini 1976, n° 853 :
Εὔθυμος Λοϰϱὸς Ἀστυϰλέος τϱὶς Ὀλύμπι ἐνίϰων·
εἰϰόνα δ’ ἔστησεν τήνδε βϱοτοῖς ἐσοϱᾶν…
Euthymos Locrien fils d’Astyclès, j’ai été trois fois vainqueur à Olympie ;
et il a dressé l’image que voici à voir pour les mortels…

15 610-580 a.C., SEG 32, 549, fragment I (B), inscription très effacée ; cf. Paul Faure, BCH 106, 1982, p. 65 ; Claude Vatin, « Les kouroi d’Argos », BCH 106, 1982, p. 509-525. Depuis l’étude de David Sansone, « Cleobis and Biton at Delphi », Nikephoros 4, 1991, p. 121-132, on s’accordait à voir dans ces deux statues une représentation des Dioscures. Vincenz Brinkmann, Die Polychromie der archaischen und frühklassischen Plastik, Munich, 2003, ph., ne lit pas [τô]ν ƒανάϙōν τοὶ ỊỊỊ mais ἔ[.]γαγον τοῖδ᾿ υἱ[ο]ί, ce qui réhabilite la première hypothèse. Cf. Michel Sève, BE, 2005, n° 67.

16 570-560 a.C., musée du Louvre Ma 686 ; Ernst Buschor, Altsamische Standbilder V, Berlin, 1961, p. 83, fig. 340 ; Jeffery 1961, n° 4, p. 328 et planche 63.

17 570-560 a.C., musée de Berlin 1750 ; Ernst Buschor, op. cit., p. 83, fig. 341-344 ; Hansen 1983, 422.

18 Par ex. IG II2 1424.

19 Vers 350 a.C., IG II2 1514, lignes 42-43, πεϱὶ τῶι ἀγάλμ[α] |τι τῶι ὀϱθῶι. Après 335/4, IG II2 1524, πεϱὶ τῶι ἀγάλματι τῶι ἑστηϰότι.

20 409/8 a.C., IG I3 474.

21 Vers 278 a.C., IG XI, 2, 161, inventaire.

22 Fin IVe siècle, IG XI, 2, 144, ligne 33 ; ID 290, ID 440.

23 Vers 340 a.C., BCH 19,1895, p. 393, strophe XI, ligne 137 ; SEG 32, 552.

24 430-404 a.C., IG I3 1455, IG IV 1588 ; sur ces deux déesses : cf. Hérodote, Histoires, V, 83-88.

25 Fin VIe/déb. Ve a.C., IvO 266, ce que Wilhlem Dittenberger, l’auteur du recueil, ne manque pas de souligner : « Daß zwischen beiden Signaturen in der Mitte der gesamten Vorderfläche angebrachte Dedikationsepigramm beweißt, daß beide von Praxiteles geweiht waren ».

26 IG XI, 2, 145, ligne 35.

27 Fin VIe a.C., édition, traduction et commentaire : William Kendrick Pritchett, Hesperia IX, 1, 1940, p. 97-101 ; Botho Graef, Die antiken Vasen von der Akropolis zu Athen II, Berlin, 1933, p. 1348 ; IG I3 914 ; DAA 336 ; Hansen 1983, n° 226.

28 Athènes, IG I3 573, fragment d’hydrie, 500-480 a.C. ? ; coupe, Lazzarini 1976, n° 710, Hansen 1983, n° 285.

29 Athènes, amphore, Lazzarini 1976, n° 7717 ; Argos, fragment de bombylios, VIe a.C., IG V1, 231.

30 Hansen 1983, nos 289, 290, 291, 292.

31 Megara Hyblaia, SEG 26, 1098 ; IGASGM I2 14 ; IGDS, n° 18.

32 Avant 550-525 a.C., Didyma 140 ; il pèse 93,07 kilos.

33 550-525 a.C., sanctuaire d’Apollon Ptoios, Hansen 1983, n° 334.

34 250-200 a.C., Lindos II 697 (IG XII, 1), plaque de marbre ; représente des époux avec leurs enfants dédiant un petit temple, ainsi que les images du culte et l’autel.

35 475-450 a.C., Sophie Minon, Les inscriptions éléennes dialectales, Paris, 2007, n° 15 et 16.

36 Cité par Hérodote, Histoires V, 60, 1, et V, 61, 4.

37 Pour un inventaire exhaustif, cf. Lazzarini 1976, passim.

38 Avant 350 a.C., IG II2, 3096, Acropole.

39 Λυσιστϱάτη, IG I3 953. Θεογένεια, ArchEph, 1916, p. 17, 271.

40 Χϱυσίνα, IK Knidos I, 131 ; Ἀϱχώ, Astypalea, IG XII 3,192 [1] ; Τελεστοδίϰη, Paros IG XII 5, 216 ; Μιϰύθη, Athènes, IG I3 857.

41 Paros, IG XII 5, 215.

42 500-450 a.C., base de marbre, IG II2 4318 ; cf. avant 350 a.C., Hansen 1989, n° 759.

43 Cf. Jean Rudhardt, Notions fondamentales de la pensée religieuse et actes constitutifs du culte dans la Grèce classique, Paris, 1992, p. 214.

44 IG I3 573.

45 Vers 510-500 a.C., chapiteau, IG I3 631 ; DAA 48 ; Hansen 1983, n° 202 ; Lazzarini 1976, n° 680.

46 Vers 510-500 a.C., Acropole, IG I3 647 ; DAA 290 ; Hansen 1983, n° 205.

47 ποιῶ, IG I2 522 ; ἵστημι, IG II2 4318 ; IG I3 953 ; Acarnanie, IG IX 12, 2, 238 ; Paros, IG XII 5, 215.

48 Vers 475-450 a.C. ?, le Pirée, IG I3 1018.

49 IVe/IIIe a.C., retour indemne d’une traversée, Halikarnassos 121 ; SEG 28, 838 ; εἷσεν, 3e pers. sg. aoriste de ἵζω. La traduction des deux dernières lignes n’est pas sûre.

50 VIe a.C., IG XII, 3, 1075, colonne de marbre ; Jeffery 1961, p. 320, et n° 23 p. 324 et 413 ; Hansen 1983, n° 418 ; ἀμ[ε]νπhὲς = attique ἀμεμϕές. Ἐϰπhάντωι est un datif locatif : δέχομαι a ici le sens de « recevoir de » : cf. Eduard Schwyzer, Griechische Grammatik II, p. 169c. Γϱόπhōν serait nomen ex arte. On pourrait comprendre aussi « il en a exécuté la peinture ». Ekphantos aurait été dans ce cas peintre et sculpteur ; pour l’interprétation cf. Guarducci 1967, p. 323.

51 Vers 450-425 a.C., IG IX, 2 575, SEG 35, 590, b, Πϱαϰτιϰά του Ά Ιστοϱιϰού-Αϱχαιολογιϰού Συμποσίου, Λάϱισα, 1985, p. 113-115.

52 IG IX, 12 2, 238.

53 IVe a.C., IK Knidos I, 131 ; GIBM IV, 1, n° 813 ; British Museum GR 1859.12 - 26.36.

54 Déb. Ve, victoire à la course, IG V1, 222.

55 Vers 500 a.C., base de statue, IG XII, 5, 215 ; Jeffery 1961, planche 56, n° 34 ; Hansen 1983, n° 414.

56 Sur la succession de Dikaiogénès, 41-42, traduction Pierre Roussel, Paris, CUF, 1960.

57 Cf. Lazzarini 1976, p. 87 sq. La plupart des objets consacrés ayant disparu, il est difficile d’en faire l’inventaire.

58 Didyma 140, poids de bronze.

59 Fin VIe a.C., Acropole d’Athènes, IG I3 617 ; DAA 148 ; Lazzarini 1976, n° 679. Hansen 1983, n° 194, restitue : Διονύσιο[ς ἐν | θά]δ’ ἄγαλμα.

60 510-500 a.C., Acropole d’Athènes, colonne, IG I3 631 ; DAA 48 ; Lazzarini 1976, n° 680 ; Hansen 1983, n° 202.

61 IG V1, 919.

62 VIe/Ve a.C. ? base, IG V1, 1562 ; IvO 252.

63 Vers 500 a.C., Acropole d’Athènes, IG I3 728 ; DAA 40 ; Hansen 1983, n° 227 ; colonne, peut-être surmontée d’un cheval de bronze : Lazzarini 1976, n° 805.

64 Avant le IVe a.C., base de marbre, IG II2 4319, Hansen 1989, n° 760.

65 Début IVe a.C., tablette (?) de pierre, IG XII, 3 192 [1] ; IG XII, Suppl. p. 82.

66 Vers 475 a.C., Acropole d’Athènes, DAA 296 ; Hansen 1983, n° 268.

67 Sur cette question, cf. bien entendu Louis Gernet, « La notion mythique de la valeur en Grèce », Journal de psychologie 41, 1948, p. 415-462 ; repr. Anthropologie de la Grèce antique, Paris, 1982, p. 121-179.

68 IG I3 1469.

69 Halikarnassos 122 ; cf. Ch. Daremberg et E. Saglio, Dictionnaire des Antiquités, s.v. mnamones ; et Jean Labarbe, « Survie de l’oralité dans la Grèce archaïque », dans Claude Baurain et al., Phoinikeia Grammata. Lire et écrire en Méditerranée, Actes du colloque de Liège, 15-18 Novembre 1989, Namur, 1991, p. 499-532.

70 Certaines, il est vrai, ne contiennent pas le terme ἄγαλμα ; on supposera que l’objet offert, quand il est du même ordre, est aussi un ἄγαλμα : en Grèce le mot n’est pas toujours nécessaire pour désigner la chose.

71 450-425 a.C. ? Thespies, canthare à vernis noir, Louvre MNC 670 et 670 bis ; IG VII 3467 ; Jeffery 1961, n° 18 p. 95 et 402 ; Hansen 1983, n° 446 ; SEG 49, 542. Μογέα serait un nominatif asigmatique. L’interprétation de ὅς χἄδαν est conjecturale, certains comprennent ὁς χάδαν = ὡς χανδόν (G. Dittenberger, IG VII, 3467), d’autres ὅς ϰα ἅδᾱν (ἅδην) (Hansen).

72 Seconde moitié du Ve siècle, attique, SEG 24, 72.

73 Hesperia 16, 1947, p. 289, 2 ; ἀχνυθὲν : lire ἀχνυόεν ? cf. Anthologie Palatine, VI 343, 3.

74 150-100 a.C., Rhénée, EAD 30, 482.

75 I. Thess I 73.

76 430-404 a.C., IG I3 1455 ; IG IV 22 1588.

77 Αὐζεσίας : variante graphique de Αὐξεσίας.

78 Cf. Hérodote, Histoires, V 83-88 : ἐς τὸ ἰϱὸν τῶν θεῶν τουτέων πεϱόνας μάλιστα ἀνατιθέναι τὰς γυναῖϰα (88).

79 Vers 460-450 a.C., SEG 43, 630, l. 17-22 ; SEG 46, 1273 ; IGASMG I2 53 bis ; à l’exception de ἀγαλμάτōν la traduction est celle de Laurent Dubois, « La nouvelle loi sacrée de Sélinonte », CRAI, 2003, p. 124-125.

80 IIe a.C., IG V2, 514 ; on préfèrera à ἀγάλματ[ι] la restitution ἀγάλμασ[ι] proposée par Emmanuel Voutiras, Chiron 29, 1999, p. 233-249 ; cf. Madeleine Jost, « La vie religieuse à Lycosoura », KTEMA 33, 2008, p. 93-110.

81 324 a.C. ou avant ; à l’exception du terme ἄγαλμα la traduction est celle de Sophie Minon, op. cit. (note 35), n° 30, ll. 12-13, « prescriptions relatives à l’amnistie des bannis », à propos d’une tablette de bronze fixée sur une stèle dressée dans le sanctuaire d’Olympie.

82 Fin VIe a.C., IG I2 522, Vasen Akr. II, 1348, fr. bassin (?) ; Lazzarini 1976, n° 822 ; Hansen 1983, n° 291.

83 IIIe a.C., Mytilène, IG XII 2, 96.

84 VI/Ve a.C., IG V1, 1562 ; IvO 252.

85 550-525 a.C., Ptoion, fragment de plaque de terre cuite vernissée, SEG 29, 449 ; Jeffery 1961, n° 10, p. 92 et 95 ; Lazzarini 1976, n° 796 ; Hansen 1983, n° 334.

86 Vers 540 ? a.C., Ptoion, chapiteau dorique, IG I3 1469 ; Jeffery 1961, n° 30, p. 73 et 78 ; Lazzarini 1976, n° 856 ; Hansen 1983, n° 302.

87 Vers 550-500 a.C., à Apollon Ptoios, Hansen 1983, n° 335.

88 Vers 450 a.C. ?, IG I3 953, Éleusinion ἐν ἄστει. L’interprétation de στεϕάνω/στεϕανὼ (Maas) est discutée. Celle de Margherita Guarducci, 1978, p. 192, me paraît la plus plausible. La suite est également difficile : cf. William Kendrick Pritchett, Hesperia 9, 1940, p. 97, n° 18 ; et Leslie Threatte, The Grammar of Attic Inscriptions I, 1980, p. 36, n° 26.

89 Hansen 1983, n° 429 ; Halikarnassos 122.

90 Cf. Bonnie MacLachlan, The Age of Grace, Charis in early Greek Poetry, Princeton, 1993, p. 4 sq.

91 Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, 1923.

92 Sur l’importance sociale des Charites, cf. Aristote, Éthique à Nicomaque, 1133a.

93 Vers 460 a.C., hermès de marbre, IG I3 983 ; Hansen 1983, n° 312. Les restitutions sont garanties par l’Anthologie Palatine VI, 144 :
Στϱοίβου παῖ, τόδ’ ἄγαλμα, Λεώϰϱατες, εὖτ’ ἀνέθηϰας
Ἑϱμῇ, ϰαλλιϰόμους οὐϰ ἔλαθες Χάϱιτας
Cf. Leslie Threatte, The Grammar of Attic Inscriptions I, Berlin-New York, 1980, p. 47-49, et n° 5.

94 Homère, Odyssée III, 438.

95 Cf. Homère, Iliade XIV, 235 et 267, le dialogue entre Héra et Hypnos ; Iliade XVIII 380 sq., où l’on voit que Xάϱις est l’épouse d’Héphaïstos le dieu forgeron. Sur cette question de l’échange et de son rapport à la χάϱις voir M. Rocchi, « Contributi allo studio delle Charites », Studii Clasici 18, 1979, p. 5-16.

96 Vers 500 a.C., IG I3 728.

97 Cf. Charles de Lamberterie, BSL 73/1, 1978, p. 269-276.

98 Pierre Chantraine, Formation des noms, Paris, 1933, p. 182.

99 Ibid., p. 177-180, § 137-138.

100 Le suffixe moyen -μενος est une invention du grec, ibid, p. 215.

101 Georges Pinault, MSS 38, 1979, p. 165-166.

102 Mario Burzachechi, « Oggetti parlanti nelle epigrafi greche », Epigraphica 24, 1962, p. 3-54.

103 600-550 a.C. ?, Acropole d’Athènes, IG I3 552.

104 Vase de bronze, IG V1, 231, alphabet argien.

105 VIe a.C., Memphis, SB 1, 1694.

106 VIe a.C., stèle, IG V1, 919.

107 527-514 a.C. ? Acropole d’Athènes, IG I3 618 ; DAA 6 ; Lazzarini 1976, n° 732 ; Hansen 1983, 195.

108 Cf. Nicole Lanérès, La phrase nominale dans l’Iliade, thèse Univ. Paris Diderot-Paris 7, 1993.

109 Vers 480-470, colonne, IG IV 7 ; Lazzarini 1976, n° 719 ; Hansen 1983, n° 349.

110 Fin VIe/début Ve a.C., ou vers 456 a.C. ? IvO 266.

111 IG IX, 12 2, 238, lignes 3-4.

112 550-525, Agora 21, G 1.

113 500-450 a.C. ? ID 17 ; Hansen 1983, n° 407.

114 Claude Vatin, « Les kouroi d’Argos », BCH 106, 1982, p. 516-518, cf. supra, note 15.

115 Vers 400 a.C., Memphis, Saqqāra, SEG 27, 1107.

116 475 a.C., arbitrage international, Minon 2007, n° 15, p. 104-112.

117 475-450 a.C., droit de cité, Minon 2007, n° 16, p. 113-117.

118 Avant 550 a.C., la loi des Molpes, Didyma 139 ; Jeffery 1961, p. 332, n° 29 ; Lazzarini 1976, n° 952.

119 Homère, Iliade, IV, 144, pour peu que l’on veuille pousser la comparaison à son terme.

120 Pindare, Néméennes VIII, 28 ; Bacchylide, Épinicie X, 1, 11.

121 Euripide, Héraklès Furieux 425.

122 Euripide, Suppliantes 633.

123 Eschyle, Agamemnon 208.

Table des illustrations

Titre Le socle vu de dessus
Crédits D’après Dittenberger, Inschriften von Olympia, p. 380.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Position des inscriptions sur le socle
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

Auteur

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540