Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Émotions

Résumés

Texte intégral

1Dossier : Émotions

David BOUVIER

2Du frisson (phrike) d’horreur au frisson poétique : interprétation de quelques émotions entre larmes chaudes et sueurs froides chez Platon et Homère

3Posant la question d’une universalité des émotions, cette étude prend l’exemple des larmes et du frisson pour démontrer, dans un cheminement qui remonte de Platon à Homère, les divergences et contradictions de leurs interprétations. Dans la République, Platon prend à dessein l’exemple du frisson de peur et des plaintes pour renverser les valeurs de l’Iliade et démontrer le danger d’une telle poésie dans la cité idéale. Dans une démonstration qui postule un effet émollient de la peur et des pleurs, il dénonce une poésie qui amollit, en la réchauffant, la virilité des auditeurs. Ce postulat platonicien est en totale contradiction avec la poésie homérique où les larmes chaudes (dakrua therma) constituent, ainsi que les pleurs abondants, un signe de virilité. Dans la poésie homérique, les larmes chaudes ont un effet amollissant et liquéfiant sur la seule beauté féminine. Quant au frisson de peur, loin de réchauffer, il a, sur les héros homériques, un effet glaçant. Le chaud et le froid ne sont pas chez Homère ce que Platon affirme. Rien d’universel donc dans la manière de décrire et ressentir une émotion.

4Mots-clé : Platon – Homère – émotion – peur – frisson

5Taking into account the cultural diversity of emotions, this study considers the examples of tears and shivering (phrikê). It aims to confront Plato’s and Homer’s opposite conceptions. In the Republic, Plato examines the effects of poetry on listeners. He claims that descriptions of tears and scenes of fear affect the soul and make it warmer and softer; this process affects the virility. Poetry of lamentation should be left to women. Such a conception is in total contradiction with the Homeric poems, where hot tears (dakrua therma) are, as well as abundant tears, a sign of virility. In Homeric poetry, the hot tears are dangerous only for women. We must emphasize another opposition. Shivering does not have a warming effect (as for Plato) but is described as cold and glacial. Hot and cold emotions in Homer are not what Plato makes us to believe. Plato invents a new theory of emotion that supports his critic of Homeric poetry.

6Keywords: Plato – Homer – emotion – fear – shivering

Douglas L. CAIRNS

7Looks of Love and Loathing : Cultural Models of Vision and Emotion in Ancient Greek Culture

8Cette étude s’occupe de l’interaction des modèles culturels de l’émotion. Plus particulièrement elle examine l’amour et la jalousie, notamment en rapport avec les modèles populaires et scientifiques de la vision tels qu’ils étaient perçus dans l’antiquité. Alors que le rôle joué par les yeux dans l’expression des émotions s’entrelace avec les croyances largement répandues sur la vision comme processus matériel tactile équivalent au touché et provoquant un contact physique direct entre celui qui perçoit et celui qui est perçu, les concepts émotionnels semblent résister à une théorie unique et globalisante couvrant les effets physiques du regard et de la vue. Les modèles culturels spécifiques de la vision (« active », « passive » ou « interactive ») sont ici catalogués à l’aide des formes culturelles de l’émotion là où ils sont appropriés ; ils sont modifiés là où ils sont moins adéquats, voire négligés quand ils n’ont pas de pertinence.

9Mots-clé : émotion – jalousie – erôs – vision – comportement non-verbal

10This paper considers the intersection of cultural models of emotion, specifically love and envy, with folk and scientific models of vision in Greek antiquity. Though the role of the eyes in the expression of these emotions can intersect with widespread beliefs in vision as a «haptic», material process, analogous to touch and involving physical contact between perceiver and perceived, none the less the emotional concepts resist absorption into a single over-arching theory of the physical effects of seeing and being seen. The specific cultural models of vision («active», «passive», and «interactive») are enlisted in support of cultural models of emotion where they fit, modified where they fit less well, and ignored when they do not fit at all.

11Keywords: emotion – envy – erôs – vision – non-verbal behaviour

Geneviève HOFFMANN

12Le lit des funérailles civiques athéniennes

13Pendant la procession athénienne en l’honneur des morts à la guerre, décrite par Thucydide, un lit vide rend évidente l’absence de ces agathoi, dont les corps sont perdus à jamais. Bien qu’aucun parent de sexe féminin ne soit autorisé à témoigner de sa douleur, ce lit peut renvoyer à l’exposition (prothesis) et au rôle joué par les femmes dans le patrios nomos.

14Mots-clé : agathoi – Athènes – femmes – funérailles – lit – mer – patrios nomos

15During the Athenian procession in honour of the war dead, described by Thukydides, an empty bed makes obvious the missing of those agathoi, whose bodies were lost for ever. Though any female relative of the deceased was permitted to cry, this bed can suggest the prothesis and the play devoted to women in the patrios nomos.

16Keywords: agathoi – Athens – women – funeral – bed – sea – patrios nomos

Seth SCHEIN

17The Language of Hatred in Aeschylus and Sophocles

18Eschyle et Sophocle donnent à leurs personnages une façon d’exprimer leur haine qui s’accorde avec les propres thèmes et valeurs de leurs pièces. Eschyle utilise le langage de la haine pour mettre en scène les relations à l’intérieur de la famille, où l’amour et la haine, l’amitié et l’hostilité, la solidarité et la division se trouvent inextricablement liés, voire confondus. Sophocle, pour sa part, n’a que peu d’intérêt pour les relations pathologiques en tant que telles, mais s’intéresse plutôt aux personnages qui y sont engagés et qui développent une forme de haine à l’intensité anormale, composante primordiale de leur héroïsme distinctif.

19Mots-clé : Eschyle – Sophocle – tragédie – haine – héroïsme – relations intra-familiales

20Aeschylus and Sophocles make their characters express and perform hatred in accordance to the distinctive themes and values of their plays. On the one hand, Aeschylus uses the language of hatred primarily to represent intra-familial relationships, in which love and hate, friendship and enmity, solidarity and divisiveness are inextricably combined and confused. Sophocles, on the other hand, is less concerned with such dysfunctional relationships in their own right than with the individual characters who participate in them, who hate with a more than human intensity and whose hatred is a prime component of their distinctive heroism.

21Keywords: Aeschylus – Sophocles – tragedy – hatred – heroism – intra-familial relationships

Anastasia SERGHIDOU

22Logiques des émotions, sociabilité et construction de soi. De la caractérologie aristotélicienne au prosôpon tragique

23Cette étude s’interroge sur les questions théoriques que pose pour l’histoire ancienne l’« homme sentiment ». Partant de premières interrogations posées par L. Febvre, nous examinons la question du sensible comme objet d’histoire et nous avançons une réflexion qui propose une nouvelle lecture de l’impact historiographique des émotions. L’étude se développe à partir du cadre théorique proposé par Aristote sur la formation des caractères et aboutit à un questionnement plus précis sur la canalisation théâtralisée de sentiments par le visage tragique.

24Mots-clé : histoire de la sensibilité – émotions – prosôponpersonapathos

25This study questions the theoretical problems raised by the ancient history on the «man of sensibility». Based on the first questions asked by L. Febvre, we examine the problem of sensibility as a matter of history and propose an encouragement of a new reading of the historiographical impact of the emotions. The study is developed on the basis of Aristotles’theoretical frame of involving the formation of characters and finishes on a more specific question attached to the dissemination of sentiments by the tragic face.

26Keywords: affective history – emotions – prosôponpersonapathos

Cristina VIANO

27Théorie éthique et pratique judiciaire : passions et délits passionnels chez Platon, Aristote et Lysias

28On se propose ici d’analyser et comparer les opinions de Platon et d’Aristote sur les délits passionnels, et notamment les cas des meurtres dictés par la colère en réponse à un outrage. Comme on le sait, un acte de hubris était l’injustice la plus grave que pouvait subir un citoyen de la polis, une offense intolérable qui compromettait à la fois son identité privée et publique. Les opinions de Platon et d’Aristote sur la gravité morale et juridique de l’outrage concordent mais leurs évaluations de la colère sont très différentes, et témoignent d’un désaccord radical. Or, quel rapport peut-on établir entre les réflexions éthiques sur la colère de ces deux philosophes et la pratique des tribunaux ? On évoquera à ce propos un célèbre discours de Lysias, Sur le meurtre d’Ératosthène, où il est justement question d’un meurtre provoqué par un outrage.

29Mots-clé : Aristote – colère – hubris – Lysias – Platon

30The aim of this paper is to analyse and to compare Aristotle’s and Plato’s opinions on crimes of passion; in particular crimes caused by anger in answer to an offence. In fact, an act of hubris was the worst injustice directed against a polis’citizen, an intolerable offence compromising his private and public identity. Plato’s and Aristotle’s opinions on moral and juridical weight of this offence agree; threfore their evaluations of anger are very different, almost opposite. So, which relationship can be established between the ethical considerations on anger of those two philosophers and the forensic practice, is a question to be answered. On this purpose, we will quote a famous speech of Lysiason a crime provoked by an offence, On the murder of Eratosthenes.

31Keywords: Aristotle – anger – hubris – Lysias – Plato

32Varia

GWENOLA COGAN

33Les concours des cités à l’époque de Pindare : panhelléniques et chrêmatites ?

34Le présent article se propose d’étudier la nature et la place des concours des cités grecques par l’intermédiaire de plusieurs athlètes loués par Pindare et Bacchylide — leur parcours faisant état de l’importance considérable de certaines compétitions dans les cités. L’examen approfondi de ces agônes et des prix qui y étaient remis fait apparaître le caractère proprement panhellénique de ces célébrations et apporte ainsi des éléments supplémentaires sur la nécessité de reconsidérer les distinctions entre concours « stephanites » et concours « chrêmatites » dès l’époque classique.

35Mots-clé : Concours – épinicie – parcours d’athlètes – prix – inscriptions

36The point of this article is the study of the nature and place of the greek cities contests. The itineraries of some victors lauded by Pindar and Bacchylides show the significant importance of these competitions held in greek cities. Such an analysis of these agônes and the prizes rewarded bring out the existence of panhellenic festivals such as Olympia and Delphi, and the need to reconsider the differences between «stephanites» and «chrematites» contests as early as classical time.

37Keywords: competition – festivals – epinikia – athlete – prize – inscriptions

Efimia KARAKANTZA

38In Quest of the Father in the Narratives of Origin and Movement in Œdipus Tyrannus

39Cette lecture de la tragédie de Sophocle se fonde sur les notions lacaniennes concernant le Père comme symbole du discours du logos, la voix divine comme autorité, et le parcours téléologique de la vie d’un individu. Tandis que le logos du Père indique le chemin vers la découverte de la vérité sur la vie d’Œdipe (la question d’identité), la voix maternelle (représentée par Jocaste, le Sphinx, et tuchê) dirige le héros vers des fausses certitudes et une méfiance envers la voix oraculaire. Ainsi, tantôt le héros avance vers la vérité (en s’approchant du Père), tantôt il s’en éloigne, dérouté (quand il s’identifie avec la Mère). Le second outil méthodologique est l’analyse narratologique du texte. Celui-ci impose sa propre logique au déroulement des évènements, qui est parfois en contradiction avec la cohérence rationnelle. Le but est de créer une cohérence discursive qui s’avère plus puissante et convaincante.

40Mots-clé : Lacan – Père – identité – logos – Mère – narratologie

41The paper is a reading of the Sophoclean tragedy based on the Lacanian postulates on the notion of Father representing the discourse of logos, the authoritative divine voice, and the teleological course in a person’s life. While the logos of the Father points to the discovery of the truth of Oedipus’life (the question of identity), the maternal voice (represented by Iokaste, the Sphinx, and tuchê) misleads the hero towards false certainties and misbeliefs in the oracular voice. Thus, at times the hero moves towards the truth (approaching the Father), at other times is led astray (when identifying with the Mother). The second methodological tool is the narratological analysis of the text that superimposes its own logic on the course of events. This sometimes violates the rational coherence in order to create a discourse coherence that proves more powerful and convincing.

42Keywords: Lacan – Father – identity – logos – Mother – narratology

Francesco MAMBRINI

43Diventare eroe. Note per una lettura antropologica di Sofocle, Aiace 646-92

44Le langage du troisième discours d’Ajax (Sophocle, Ajax 646-692) s’apparente, du point de vue typologique, aux réponses des oracles et aux interventions directes des dieux dans les tragédies de Sophocle. Les énoncés du discours s’offrent à une double lecture et les interlocuteurs humains sont par nature dépourvus des capacités nécessaires pour décoder le message. Dans son sens profond, la rhêsis prépare le suicide du protagoniste comme réponse aux chefs de l’armée achéenne et montre pour la première fois les pouvoirs que le héros acquerra une fois enterré. Les images et les thèmes utilisés appartiennent à un répertoire souvent convoqué dans le théâtre de Sophocle (Œdipe à Colone, Électre). L’aspect formel (la nature « oraculaire » du discours) et le contenu sont liés : le suicide pour vengeance d’Ajax établira le pouvoir chthonien du héros de nuire aux ennemis et d’aider les amis.

45Mots-clé : Sophocle – Ajax – étiologie – culte héroïque – tombeau

46The language of Ajax’third speech (Soph., Ajax 646-92) is typologically related to oracular responses and to the speeches directly uttered by gods in other Sophoclean tragedies. Each sentence is reliable to a double interpretation and human audiences are naturally incapable to decode the message. At the deep signification level, the rhêsis announces the suicide of the main character as an effective reprisal against the chiefs of the Achaean army; it also points to the tomb of the hero as the seat of his future powers. Images and themes used in the speech to substantiate this reference belong to a repertoire which is quite frequent in the extant production of Sophocles (see Oedipus at Colonus and Electra). The formal aspects (the «oracular» features) and the subject of the speech are bound together: Ajax’suicide for vengeance will establish the chthonic power of the hero to help his friends and harm his enemies.

47Keywords: Sophocles – Ajax – aetiology – heroic cult – tomb

Valeria GAVRILENKO

48Toucher, ne pas toucher, telle est la question. Réflexions autour du corps d’Alceste chez Euripide

49Cet article propose une lecture alternative de la tragédie d’Euripide Alceste. L’intérêt porte ici sur la représentation du désir sexuel, de l’élan érotique, où l’erôs est décrit en termes de rituels funéraires. Le désir d’Admète, suscité par Alceste, sa femme perdue, est comparé à une obsession, voire une maladie voisinant la mort au point de ne s’en distinguer qu’à peine. Le deuil qu’Admète éprouve pour Alceste figure comme un fantasme qui concerne le corps mort de l’héroïne et qui est surtout centré autour des sensations du toucher.

50Mots-clé : tragédie grecque – deuil – mort – corps – toucher

51The article proposes an alternative reading of Euripides’tragedy Alcestis. We address ourselves to the representation of «sexual» desire, where erôs is depicted in funerary ritual terms. Desire that Admetus experiences towards Alcestis, his lost wife, is compared to an obsession, even an illness neighbouring the death so that it becomes difficult to distinguish one from another. Admetus’grief for Alcestis figures as a phantasm that concerns the dead body of the heroine and that is centered upon the sensation of touch.

52Keywords: Greek tragedy – grief – death – body – touch

Stefano JEDRKIEWICZ

53Sign, logos, and Meaning : the Platonic Socrates and his Daemonic Experience

54L’événement démonique propre à Socrate (couramment dénommé daimonion) est étudié en tant qu’élaboration littéraire ayant une fonction narrative propre à l’intérieur du texte platonicien. Cette approche prend en considération « Socrate » exclusivement en tant que personnage littéraire. Une lecture serrée suggère que les contradictions et les ambiguïtés qui semblent émerger du texte platonicien peuvent être considérées comme spécifiquement fonctionnelles au récit, dans le cadre d’une stratégie d’auteur visant à créer un personnage exceptionnel, le philosophe-héros. Cette description est d’ailleurs cohérente avec les vues platoniciennes à l’égard de la religion et de la mythologie traditionnelle. La valeur de l’événement démonique réside précisément dans son effet négatif (apotreptique) : il rappelle à Socrate que sa sophia humaine est fondamentalement limitée. La tentative constante de Socrate de vivre en accord avec la justice et la vérité reçoit ainsi une impulsion supplémentaire.

55Mots-clé : Socrate – Platon – religion – divination – to daimonion

56Socrates’daemonic occurrence (the so-called daimonion) is investigated as a literary construction playing a specific narrative function within the Platonic text. This approach considers «Socrates» exclusively as a literary character. Close reading suggests that all contradictions and ambiguities apparently laying within the Platonic renderings of the phenomenon may be considered, rather than semantic or conceptual infelicities, as deliberate narrative devices, being functional to an authorial strategy aimed at creating a unique character, the philosophical hero. The overall description is moreover consistent with the prevailing Platonic approach towards traditional religion and mythology. The value of the daemonic occurrence resides precisely in his negative (apotreptic) impact: it reminds Socrates of the basic limitation of his human sophia. Socrates’constant endeavour at living in accordance with justice and truth is thus granted an additional impulsion.

57Keywords: Socrates – Plato – religion – divination – to daimonion

Aurélie RIVIÈRE-ADONON

58Les « Grands Yeux » : une mise en scène visuelle

59Entre 540 et 490 avant J.-C., deux « Grands Yeux » autour d’un nez, un personnage ou un objet apparaissent sur 2225 vases attiques. Leur sens a fait l’objet de nombreuses hypothèses : la prophylaxie, le « vase-masque », le « vase-visage » ou miroir, jusqu’à ce que leur diversité finisse par leur attribuer une fonction purement ornementale. Cependant, en partant des valeurs de l’œil en Grèce ancienne, de son caractère actif et des multiples formes de vases à yeux (kyathoi, skyphoi, mastoïdes, amphores, cratères, hydries, oenochoés et lécythes), le motif apparaît comme un véritable opérateur, capable de structurer l’espace du vase et de produire un effet particulier. Il introduit, valorise, dissimule ou révèle, ce que confirme la psychologie de la perception montrant que les artisans du Céramique en maîtrisaient de nombreux mécanismes. Principalement peints sur des vases « sympotiques », les yeux, avec les satyres, Dionysos et Gorgô, accompagneraient le buveur dans son cheminement vers l’ivresse, vers l’Autre, par l’expérimentation d’une émotion.

60Mots-clé : psychologie de la perception – regard – émotion – opérateur visuel – espace du vase

61Between 540 and 490 B.C., two «Wide-Eyes» around a nose, a personage or an object appear on 2225 attic vases. Their meaning was the object of numerous hypotheses: drunkenness prevention, the «vase masks», the «vase face» or mirror, until their variety finishes by to leave them a purely ornamental function. Nevertheless, while leaving the values of the eye in ancient Greece, of his active character and multiples shape of eyes-vases (kyathoi, skyphoi, mastoids, amphorae, craters, hydrias, oenochoes and lekythoi), the motive appears as a true operator, able to structure the space of the vase and to produce a special effect. It introduces, promotes, conceals or reveals, which confirms perception psychology showing that the craftsmen of the Ceramic control many mechanisms. Principally painted on vases for the Symposion, the eyes, with the satyrs, Dionysos and Gorgô, would accompany the drinker in his progression towards the drunkenness, towards the Other, by the experimentation of an emotion.

62Keywords: psychology of perception – gaze – emotion – visual operator – vases’space

Nikolaus DIETRICH

63Anthropologie de l’espace en céramique grecque : du difficile passage de « Hestia-Hermès » aux images

64Le présent article traite, sur l’exemple de l’anthropologie de l’espace, des difficultés que rencontre l’approche comparatiste lorsqu’elle tente de mettre en relation textes et images. Dans un premier temps, l’analyse de quelques images sur des vases attiques du Ve siècle av. J.-C. montrera l’incapacité de notre notion moderne d’espace en image d’expliquer, en céramique peinte grecque, les phénomènes, et met ainsi en évidence l’écart d’ordre anthropologique qui nous sépare de l’image grecque dans son caractère spatial. Dans un deuxième temps, les tentatives de définition d’une notion grecque de l’espace dans les recherches de Vernant et Vidal-Naquet sont présentées. Or ces recherches se fondent essentiellement sur des textes. Dans un troisième temps alors, les problèmes que pose l’application directe de cette notion grecque de l’espace à l’étude des images sont mis en évidence. Transposée aux images, cette notion ne conserve que son nom en perdant la structure qui la définissait. Par conséquence, on retournera, dans un dernier temps, aux images pour proposer un modèle de l’espace pictural développé cette fois à partir de l’analyse des images et non des textes.

65Mots-clé : anthropologie – espace – céramique grecque – perspective – gynécée

66Basing the analysis within the framework of spatial anthropology, this article tries to tackle the difficulties that we encounter working with text and image comparatively. In a first step, the analysis of a set of pictures on Attic vases of the 5 th-century throws into relief that our modern concept of pictorial space fails to explain the phenomena we encounter in Attic vase-painting, opening up an ‘anthropological gap’ that separates us from the spatial dimension of Greek imagery. In a second step, I will present the efforts of classicists like Vernant or Vidal-Naquet to describe a Greek concept of space, all of which based primarily on the evidence of written sources, not pictures. In a third step, I will discuss the problems around applying such a concept of Greek space directly on the images. On its way toward the images, that notion preserves only its name, while the structure within which it functions gets lost. Therefore, I will finally get back to the starting point, Attic vase-painting, and suggest a model of pictorial space developed from the pictures themselves.

67Keywords: anthropology – space – attic vase-painting – gynaikonitis («women’s quarter»)

Antoine PIETROBELLI

68La scientia sexualis des médecins grecs : histoire et enjeux du corpus Peri aphrodisiôn

69Le corpus de textes Περὶ ἀφροδισίων, compilé par le médecin Oribase au IVe siècle de notre ère, n’a longtemps connu qu’un faible lectorat jusqu’à ce que paraissent dans les années 1980 deux ouvrages qui touchèrent un plus vaste public : le Porneia d’Aline Rousselle (1983) et l’Histoire de la sexualité de Michel Foucault (1984). Ces derniers écrits se situent au fondement des études anthropologiques sur la sexualité et le genre. Il m’a semblé intéressant de revenir sur le corpus oribasien, en le retraduisant, en le réinterprétant et en en retraçant l’histoire. Les Collections médicales, rédigées par Oribase à la demande de l’empereur Julien l’Apostat, s’érigent comme un dernier rempart pour défendre le mode de vie hérité de la paideia grecque contre une morale chrétienne qui prône le renoncement à la chair. Comprendre Oribase, c’est aussi restituer une polémique des médecins et des philosophes grecs autour de la pratique du coït. Enfin, si ce petit corpus eut peu d’échos dans le monde chrétien, il faut signaler l’incroyable fortune qu’il connut dans le monde islamique, donnant naissance dès le IXe siècle à un véritable genre littéraire De coitu.

70Mots-clé : médecine – sexualité – Oribase – Galien – Rufus – aphrodisia

71The text corpus Περὶ ἀφροδισιῶν, compiled by the fourth-century physician Oribasius did reach a limited readership until the publication of two books, during the 80s, that reached a broader audience: Aline Rousselle’s Porneia (1983) and Foucault’s History of Sexuality (1984). These writings have set in motion the anthropological studies on gender and sexuality. In this paper I want to turn back to the oribasian corpus, suggesting a new french translation, giving a new interpretation and writing an history of the text. The Collectiones medicae, written by Oribasius for his patron, the emperor Julian the Apostate, are built like a last rampart to defend the Greek paideia way of life against the Christian morality which recommends sexual renunciation. To understand Oribasius means to restore the ancient philosophical and medical polemics on coitus. At last, this small text corpus had almost no impact in Christian world during the Middle Ages but its fortune was very prolific in the islamic world, giving birth by the ninth century to a specific type of De coitu literature.

72Keywords: medicine – sexuality – Galen – Oribasius – Rufus – aphrodisia

Andrea COZZO

73F.A. Wolf, la scienza dell’antichità e noi: come possiamo uscire dal XIX secolo?

74L’Altertumswissenschaft historico-philologique de Wolf, avec sa délimitation de l’espace et du temps, ses procédures techniques et rhétoriques, sa vision des Anciens comme miroir des idéaux des modernes, était un savoir académique au service de la Nation. Sa crise actuelle dépend sans doute du déclin de l’État-Nation et du processus de mondialisation en cours, mais aussi du développement d’outils spécialisés et de domaines de recherche fragmentés. Ce développement, solidaire avec notre société technocratique, a constitué de fait une fermeture de la corporation des « experts » vers l’environnement social et il a posé de manière forte le problème du sens de l’étude de l’antiquité. Les tentatives de récupération du sens, comme, par exemple, l’histoire des réceptions et l’histoire culturelle, ont produit à leur tour des formes de projection spécifiquement académiques, tandis que d’autres, par exemple l’anthropologie du monde ancien, risquent de constituer une évasion de l’actualité. Loin de vouloir « faire de l’anthropologie avec les Grecs » (Detienne), ou recourir à la comparaison des anciens avec d’autres peuples exotiques pour faire retour à nous (Calame), l’auteur de cette étude propose de faire soit de l’histoire des formes de lutte non-violente, soit de l’histoire contrefactuelle et de l’écriture contextuelle, qui examinent les possibles alternatives des Anciens à la violence, soit de l’anthropologie fondée sur une comparaison entre nous et les Anciens, en nous situant explicitement, par une écriture transparente et non autoritaire, en fonction d’un projet social clair et déclaré. Cette opération demande que le savant situe autant l’objet de l’enquête que soi-même. Un but analogue en philologie pourrait être atteint par des éditions de textes informatisées plurielles, à savoir des éditions dans lesquelles la différence entre texte (où se trouvent les leçons considérées correctes) et apparat critique (où sont reléguées les leçons réputées fausses) disparaitrait.

75Mots-clé : Wolf F. A. – Altertumswissenschaft – réappropriation de l’Antiquité – comparatisme positionné – histoire contrefactuelle – histoire des formes de conflit non violentes

76Wolf’s historical-philological Altertumswissenschaft was an academic knowlegde helpful to the State because of its space and time limits, its methods and rhetoric, his idea of the Ancients as a mirror of modern ideals. The present crisis of this paradigm can be related to State’s decline and to modern globalisation, then to the development of fragmented research fields. This development isolated scholars from society and strengthened the problem of the meaning of studies. We can find a possible meaning of these studies for example: 1) by writing the history of the non-violent fights, 2) by trying the counterfactual history or the countertextual writing, examining the alternatives possibilities to the violence, 3) by comparing us with the Ancients starting from a clear social project. As for philology, this aim could be achieved by computer editions without any difference between text and apparate.

77Keywords: Wolf F. A. – Altertumswissenschaft – reappropriation of Antiquity – comparatisme positionné – contrefactual history – history of non-violent conflicts

Claude MOSSÉ

78Cornelius de Pauw et la justice athénienne

79L’ouvrage que publie en 1788 Cornelius de Pauw se singularise par l’image qu’il donne de la justice athénienne. Loin de tenir pour dangereux le recrutement par tirage au sort des juges du tribunal populaire et leur rétribution, il y voit au contraire le fondement du fonctionnement d’une justice véritable qui fait preuve de modération dans l’établissement des peines. Plus qu’à Solon, c’est à Clisthène qui supprima les anciennes factions locales et à Périclès qui diminua les pouvoirs de l’Aréopage que revient le mérite d’avoir ainsi doté Athènes d’une justice exemplaire, qui ne s’altéra qu’avec le déclin de la cité après la guerre du Péloponnèse.

80Mots-clé : Cornelius de Pauw – historiographie – Clisthène – Areopagus – justice – tirage au sort

81The work which publishes Cornelius de Pauw in 1788 distinguishes itself by the image which il gives of the Athenian justice. Far from considering as dangerous the recruitment by lots of the judges of the popular court and their remuneration, he sees there the foundation of the functioning of a real justice which shows moderation in the establishment of the punishments. More than to Solon, it is Cleisthenes – who eliminated the former local factions – and to Pericles – who decreased the powers of the Areopagus – who are to be praised of giving Athens an exemplary justice, who deteriorated only with the decline of the city after the Peloponnesian War.

82Keywords: Cornelius de Pauw – historiography – Cleisthenes – Areopage – justice – lot

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable