Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Conclusion

Texte intégral

1Voici tant bien que mal analysée, mesurée et jugée l’économie de cette ville où la Castille se reconnaît dans les aspirations les plus constantes de son âge moderne. Certes Valladolid n’est pas toute la Castille. Parce que son économie manque d’énergie interne, est dépourvue d’élan créateur, il serait injuste de méconnaître l’effort de Burgos ou celui de Ségovie, effort si vrai et si méritoire qu’il permet un instant d’infléchir le destin. Mais à Valladolid comme dans l’ensemble de la Castille et sans doute de l’Espagne, les signes et les moyens de la puissance n’appartiennent en majorité ni aux producteurs, ni aux hommes d’affaires. Peut-être parce que les conditions de l’accumulation capitaliste n’étaient pas idéales, sans doute aussi parce qu’ils ne savaient pas persévérer dans leur vocation, enfin parce qu’ils étaient paralysés par la forte présence des ordres privilégiés, ceux-ci n’ont pas su créer une classe dirigeante.

2A Valladolid comme dans l’ensemble de la Castille, les signes et les moyens de la puissance appartiennent aux grands propriétaires nobles nés de la Reconquête et aux fonctionnaires, aux magistrats, aux lettrés qui assurent dans le pays la diffusion de la puissance royale et des idéaux révérés par le pouvoir. Ce sont eux qui donnent le ton, ce sont eux que l’on regarde. Ils font le spectacle. A Valladolid le spectacle concurrence le travail.

3Et cependant l’étude de l’économie vallisolétaine permet d’isoler une période, celle des années 1544-1559, qui présente très exactement les symptômes du « boom », tels qu’on les peut définir par l’observation de phénomènes contemporains : essor démographique provoqué simultanément par le croît naturel et l’immigration, fièvre de construction accompagnée de spéculation foncière et d’une hausse évidente des loyers ; poussée des prix associée à une hausse très marquée des salaires et signes certains de tension sur le marché du travail ; recherche avide de crédit ; augmentation de la production agricole par l’extension des cultures et de la production artisanale stimulée par une augmentation de la consommation et par le luxe ; développement des entreprises commerciales ; attention intéressée de la finance internationale représentée ici par les Italiens.

4Mais ce « boom » correspond très exactement aux seize années de présence permanente de la Cour. Il s’achève avec la fin de cette présence. Plus que jamais Valladolid paraît à la merci de la royauté. Le bel effort de la fin du siècle demeure mais il a été servi par la politique royale de remise en ordre des foires de change, par un fait politique : l’annexion du Portugal. Ainsi l’étude du facteur économique nous persuade qu’il n’est pas prépondérant dans une ville où tant de revenus procèdent de l’extérieur et de fortunes acquises, où les décisions politiques sont si lourdes de conséquences. Mais l’économique n’en contribue pas moins à expliquer et à définir le style de vie d’une société.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540