Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre II. L'économie et ses rythmes

Chapitre VII. L’exploitation du savoir

Texte intégral

  • 1 Narciso Alonso Cortés, Bol. de la Soc. Cast. de Exc, t. I, p. 112.

1Les marchands ou les financiers de Valladolid peuvent être riches. Sauf exception, un Pero Hernández de Portillo, un Fabio Nelli de Espinosa, voire un Pedro Gutiérrez, ils ne figurent pas au sommet de la hiérarchie sociale. Pour éprouver leur vanité, pour susciter leur envie, il n’est pas que le faste des grands seigneurs. Les letrados, gens de la Chancellerie ou maîtres de l’Université surtout, jouissent d’une considération supérieure : selon l’ordre des préséances qui règle les cérémonies publiques, la Chancellerie représentée par le Président et les auditeurs précède le Tribunal du Saint-Office, l’Abbé et le chapitre cathédral, le Recteur et les docteurs de l’Université. Le corregidor et les regidores ne viennent qu’ensuite. Or les marchands ne peuvent guère espérer mieux que l’accès au regimiento par l’achat d’un office1.

  • 2 Juan Ruiz de Alarcón, La Verdad Sospechosa.

2Mais il ne s’agit pas seulement de considération. On a vu plus haut que les fortunes des letrados égalaient ou dépassaient le plus souvent, sauf exception je le répète, celles des marchands. En ce sens une ville comme Valladolid justifie le Don Beltrán de La Vérité Suspecte, homme d’un autre temps, n’est-il pas vrai : « Le chemin des lettres est celui qui conduit le plus sûrement à la fortune et pour un fils cadet c’est la meilleure porte qui conduit aux honneurs de ce monde »2. Le capitalisme de Valladolid, en dépit de ses quelques réussites, était trop timide pour susciter une production ou un courant d’échanges de grande ampleur, capable de créer une classe riche, consciente et persévérante. Il ne savait enrichir que des individus. Peut-être la « classe sociale » s’est-elle mieux constituée — ou préparée — par l’exploitation du savoir. C’est d’abord une vérité d’ordre numérique : les marchands qui comptent, laissons les boutiquiers, sont peut-être 120 en 1561, 90 en 1570; les hommes de loi et les letrados sont au moins quatre fois plus nombreux : 186 docteurs, licenciés ou bacheliers en 1561, 173 en 1570 et au moins 300 hommes de loi de quelque importance.

I. — L’UNIVERSITÉ

3L’Université offre donc la possibilité d’accéder à la fortune. Elle l’offre à ceux qui veulent devenir ses maîtres et continuer à vivre dans son sein. Elle l’offre aussi à ceux qui entendent exploiter leur titre et leurs acquisitions, la connaissance de la loi, celle des moyens, réels ou supposés, de guérir le corps, celle encore de la théologie. Magistrats, avocats ou procureurs, médecins ou chanoines exhibent volontiers le titre de licencié ou celui de docteur.

  • 3 « Les falta el recogimiento y mucho estudio de Salamanca por culpa del mucho vicio de la terra. » (...)
  • 4 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 89.

4Il est certain que l’Université de Valladolid a grandi avec le siècle. Andrés Navagero en 1526 n’en fait pas grand cas : elle a, dit-il, peu d’étudiants. En revanche l’édition de 1595 des Grandezas de España attribue de nombreux étudiants à Valladolid, quoiqu’ils soient moins travailleurs qu’à Salamanque3. Il ne s’agit pas là de différences dues à la relativité de l’appréciation mais de la constatation d’un changement. Un texte important qu’il n’a pas été possible de dater exactement mais qui doit avoir été rédigé en 1584 ou 1585 confirme cet essor : l’Université s’est beaucoup développée après le départ de la Cour au point d’atteindre un effectif de 2 400 étudiants. Son recrutement ne s’adresse pas, comme celui de Salamanque, à toutes les provinces du Royaume de Castille. Il reste cependant très large : la Vieille Castille y compris la Rioja et la Montaña, la Navarre, la Biscaye et les Asturies donnent à Valladolid sa clientèle estudiantine4.

  • 5 Juan Agapito Revilla, « El edificio de la Universidad de Valladolid », Bol. de la Soc. Cast. de Ex (...)
  • 6 A.H.N., Clero, Leg. 352.
  • 7 A.M.V., Livres d’Actes, 16 septembre 1577 ; 3 mai 1586 ; 17 mars 1592.

5Le nombre des étudiants augmente mais les études se diversifient et de nouvelles chaires se créent. En Droit (Leyes), c’est une seconde chaire d’Institutes et en 1591 une chaire de Digeste qui viennent compléter l’enseignement assuré par les chaires de Prima, de Vísperas, de Code ancien et moderne et d’Institutes. En Droit canon on ajoute une chaire de Clémentines à celles de Prima, Vísperas, Décrets et Decrétales. L’enseignement de la philosophie, comportant déjà les chaires de Logique et de Philosophie et Physique, puis, dès 1500, celle de Philosophie naturelle, était enrichi en 1599 par la création de la chaire de Mathématiques. La théologie est également renouvelée puisque, après l’inauguration d’une chaire de saint Thomas en 1533, les études bibliques bénéficient d’une promotion analogue en 1542. En 1564 apparaissent simultanément les enseignements de grec, d’hébreu, de rhétorique. Enfin les études de médecine qui jouissaient à Valladolid d’une grande réputation sont complétées en 1594 par la création due au Roi lui-même, d’une chaire de Chirurgie. Bref, à la fin du siècle l’Université au sens strict, « le Cloître », comptait une trentaine de chaires5. Mais d’autres leçons de même niveau étaient dispensées aux pensionnaires du collège de San Gregorio. De plus les « Écoles Mineures » assuraient l’enseignement de la grammaire et du latin. Il en fut ainsi jusqu’en 1576. Mais à partir de 1577 le collège jésuite de San Ambrosio prit en charge l’organisation de ces études « à la prière et sur les instances de l’Université de cette ville ». Pour répondre à cette nouvelle vocation le nombre des religieux de cet établissement passa de 25 à 35. Le nouveau régime devait durer quatre ans, il fut en fait prolongé indéfiniment6. Et la Municipalité qui avait subventionné le collège en 1577 émit vainement, en 1586, puis en 1592, des vœux en faveur du rétablissement des écoles mineures de l’Université, afin de sauvegarder une bienfaisante émulation7.

6L’organisation de l’Université, assez proche de celle de Salamanque, lui assurait une certaine liberté. Le Chancelier était, depuis 1346, l’Abbé de Valladolid, à partir de 1595 l’Évêque qui prit la succession de l’Abbé. Il faisait respecter les statuts, avait la faculté de présider aux examens et à la collation des grades. Mais le Recteur, élu chaque année par les maîtres et docteurs, avait des pouvoirs importants : il présidait la juridiction de l’Université dont relevaient les étudiants, au civil comme au criminel ; organisait la fête de saint Nicolas, patron de l’Université. Toutefois la juridiction du Recteur était subordonnée à la Chancellerie et c’était le Président ou un auditeur de la Chancellerie qui présidait la cérémonie de remise d’une chaire. Le contrôle de la Chancellerie limitait l’indépendance de l’Université.

  • 8 Enrique Cock, La Jornada de Tarazona, op. cit.
  • 9 A.M.V., Leg. 380, n° 35, fol. 6.
  • 10 Pedro de Medina, Las Grandezas de España, op. cit.
  • 11 Cf. supra, livre II, chap. iv.

7Mais, détail essentiel, l’élection des professeurs aux chaires vacantes était la chose des étudiants. Or la possession d’une chaire était d’un excellent rapport. Tous les témoignages concordent : « professeurs de toutes facultés et sciences aux salaires fort élevés », dit Cock8 ; « chaires d’un gros rapport et de grande considération », écrit en 1586 le docteur Guíaz, titulaire de la chaire de Vísperas de Droit, syndic de l’Université9. Pedro de Medina, ou du moins son continuateur, est plus précis : le revenu des chaires oscille entre 300 et 700 ducats, écrit-il10. Le revenu moyen, 500 ducats, c’est presque cinq fois le gain d’un maître artisan du bâtiment à la même époque. Proportions qui sont fort loin des nôtres11.

8Aussi l’élection à une chaire est-elle l’occasion d’une compétition féroce. Tous les coups sont de mise, il ne s’agit plus de distinguer le talent et la culture. Guerre ouverte entre les concurrents et bien souvent vilaine guerre, telle est la règle.

  • 12 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 12.

9Généralement l’élection met en présence deux candidats : celui du Collège Majeur de Santa Cruz et celui dit de la ville, étudiant libre de l’Université ou pensionnaire du collège dominicain de San Gregorio ou du collège jésuite de San Ambrosio. Le premier, qui a bénéficié de la formation privilégiée donnée au Collège Majeur où l’on ne reçoit que 22 étudiants, qui a pu utiliser une bibliothèque de grande valeur, est soutenu au maximum par les autres élèves du Collège, leurs amis ou serviteurs (criados), le second est beaucoup plus livré à lui-même. Toutefois le collège de Santa Cruz dresse contre lui l’opinion en prétendant à un régime de faveur : ainsi dès 1514 il entend éviter à ses bacheliers le paiement des droits exigibles pour accéder au grade de licencié et les soustraire à l’obligation d’offrir le repas traditionnel12. Plus tard il prétend monopoliser au bénéfice de ses pensionnaires les chaires mineures (cátedras pequeñas). En toute occasion il témoigne à la ville une attitude hostile qui se marque par exemple par le port du chapeau lors des défilés. Ce comportement rétablit l’équilibre de l’élection.

  • 13 A.M.V., Livres d’Actes, 16 novembre 1580.
  • 14 A.M.V., Livres d’Actes, 15 septembre 1586.

10De nombreux textes décrivent les abus provoqués par la compétition. En 1580 une chaire de Vísperas est vacante. Le licencié Gordejuela, un fin lettré, est candidat. Mais ne dit-on pas que d’autres candidats essaient d’obtenir la chaire en subornant les électeurs13 ? Quelques années plus tard le Conseil municipal s’émeut et décide d’agir : « les excès lors de la provision des chaires sont notoires et l’expérience démontre qu’ils se développent de plus en plus ». Il faut donc y remédier. Cette séance se tient le 15 septembre 1586; elle doit être suivie de démarches auprès de l’Université, de la Chancellerie, du Conseil de Sa Majesté14. Un résultat de ces démarches est certainement le rapport du docteur Guíaz, avocat à la Chancellerie en même temps que titulaire de la chaire de Vísperas de droit et syndic de l’Université. Il met nettement le collège de Santa Cruz en accusation : il affirme que le collège achète les votes des étudiants. Les colegiales doivent payer une cotisation annuelle de 100 réaux destinée à l’achat des votes. Ceux-ci sont acquis pour 200, 250, 300, voire 400 réaux, selon l’importance de la chaire convoitée. Durant la vacance, des collations et des repas somptueux sont offerts au collège à ceux dont il s’agit de s’assurer le bulletin. Ce rapport peut paraître orienté, mais un autre va plus loin : au cours des réceptions offertes au collège pour gagner les votes, on organise des jeux déshonnêtes où l’on se sert des femmes. Ce rapport ajoute que les concurrents préviennent les épiciers, confiseurs et pâtissiers afin qu’ils autorisent les étudiants à consommer librement dans leurs magasins : ils régleront la note ensuite. On devine que cette liberté était allégrement fêtée.

11Bien entendu les conséquences sont désastreuses. Beaucoup d’étudiants ne s’inscrivent que pour voter puisque le droit de vote est d’un si fructueux rapport. Afin de voter le plus souvent possible ils s’inscrivent à un grand nombre de cours : dix, douze, voire quinze ; il s’agit d’être en place lors de l’élection à toutes les chaires dont on prévoit la vacance. Le travail est donc négligé, et durant une vacance il est complètement délaissé, les étudiants ne pensant qu’à mener joyeuse vie aux frais des candidats.

  • 15 A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1, fol. 17.
  • 16 A.H.P.V., Sección Simón Ruiz, Leg. 124.

12Les mesures prises en 1586 pour en finir avec les abus (interdiction des invitations pendant une vacance, interdiction de l’accès du collège de Santa Cruz pendant une telle période, limitation des inscriptions aux cours selon les études suivies, etc.) ne furent pas d’une efficacité totale. En 1597 le licencié Melchior de Torres se trouvait dans la prison de l’Université parce qu’il n’avait pas accepté le succès de son concurrent, Diego López de Salcedo, colegial de Santa Cruz, élu à la chaire de Décrets. Melchior, soutenu par un fort parti d’étudiants, avait provoqué une émeute : le cortège conduisant Melchior juché sur une mule s’en était pris aux maisons de plusieurs notabilités (auditeur, professeurs, etc.) et les vitres brisées n’avaient pas manqué15. D’autre part Fabio Nelli de Espinosa écrivant à Simón Ruiz le 3 avril 1599 criait au miracle parce qu’un « pauvre étudiant » avait enlevé une chaire contre le docteur Soria, un colegial de Santa Cruz, malgré « de grandes négociations du collège et de Soria ». Cela prouve tout de même que les élections pouvaient parfois être honnêtes16.

  • 17 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281.

13Ainsi la conquête d’une chaire est l’objet d’une lutte dont le caractère économique est évident. Elle assure l’accès à la richesse. Outre que la chaire n’exclut pas d’autres fonctions (comme le montre l’exemple du docteur Guíaz) elle vaut des avantages financiers comme l’exemption fiscale dont bénéficiaient aussi les étudiants. On ne prétend pas juger de l’ensemble des professeurs de l’Université par l’exemple de Pedro Enríquez titulaire de la chaire de Prima de Philosophie. Mais le personnage était à l’abri du besoin ! Un portefeuille de rentes d’une valeur de 14 500 ducats, une belle maison principale, une esclave, une chaise à porteurs, un mobilier d’une extraordinaire richesse, une profusion d’argenterie et de bijoux, des collections de tapisseries, de tableaux, d’estampes et de porcelaines, des armoires pleines de linge, l’office bien pourvue, et la plus belle bibliothèque permise par l’époque17.

II. — LA MÉDECINE

14L’enseignement de la médecine a donné à l’Université de Valladolid une partie de sa réputation. Il ne s’agit pas de pure spéculation, de répéter simplement Galien ou Hippocrate. C’est la faculté de guérir, peut-être surestimée, ou celle de prévenir les maladies, qui est appréciée et rémunérée en conséquence. Dans la Valladolid du xvie siècle le médecin n’est pas mal placé au départ de la course aux honneurs de ce monde.

  • 18 Narciso Alonso Cortés, « Médicos Vallisoletanos », dans Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 432.
  • 19 Luis de Mercado, El Libro de la peste, présenté par don Nicasio Mariscal, Madrid, 1921, p. 88 et s (...)

15Les médecins célèbres en leur temps n’ont pas manqué : Francisco de Villalobos, Alonso López « Pinciano », Dionisio Daza Chacón, médecin de Charles Quint puis de l’hôpital de la Cour entre 1557 et 1563, plus encore Luis de Mercado (1526-1611), titulaire de la chaire de Prima de Médecine de 1572 à 1592, puis médecin de la Chambre royale dès 1578 et conservant cette fonction auprès de Philippe II, puis de Philippe III jusqu’en 161118. La gloire de Mercado passa les frontières de l’Espagne comme les limites du xvie siècle puisque Jourdan écrivait dans sa biographie médicale en 1824: « C’est le plus célèbre des médecins espagnols du xvie siècle et celui que les étrangers connurent le plus », puisqu’une mission allemande se rendit en Espagne au début du xviiie siècle pour obtenir l’autorisation d’imprimer à Francfort les œuvres du fameux médecin. Et ne dit-on pas que le portrait d’un médecin réalisé par le Greco est celui de Luis de Mercado19 ? Ce ne serait pas trop pour celui dont les œuvres complètes furent éditées à Madrid et à Valladolid, à Venise en 1609, à Francfort en 1614 et 1620, dont divers livres furent publiés à Bâle, Cologne ou Padoue, dont enfin le Livre de la Peste était réédité à Madrid en 1921 par l’Académie royale de Médecine. Ces œuvres qui concernent presque toutes les spécialités : la puériculture et la pédiatrie, l’obstétrique et la gynécologie, la circulation du sang, les maladies vénériennes, l’angine et le croup (pour le traitement duquel Mercado préconise l’alun trois siècles avant Bretonneau), les fièvres pernicieuses, la typhoïde, enfin et surtout la peste, donnent une idée assez favorable de la médecine espagnole au xvie siècle.

  • 20 A.M.V., Livres d’Actes, n° 7.
  • 21 Voir par exemple A.M.V., Livres d’Actes, 6 décembre 1503.

16Il est vrai que les efforts ne sont pas ménagés pour développer les connaissances médicales et le savoir des médecins. En 1580 le Conseil de Sa Majesté envoie à Valladolid le docteur Romano, célèbre dans tout le royaume par sa méthode de guérison de la rétention d’urine. Il soigne gratuitement les malades et donne son enseignement aux médecins désireux de connaître son traitement. Huit médecins et chirurgiens se présentent aussitôt, manifestant ainsi leur souci de perfection20. Plus tard Philippe III demandera à Luis de Mercado d’écrire un livre à propos de la terrible peste de la fin du siècle et ouvrira un crédit de 2 000 ducats pour l’impression de ce livre. Mais l’exercice de la médecine, s’il est encouragé, est sérieusement contrôlé : une commission médicale désignée par l’Ayuntamiento vérifie périodiquement le droit à cet exercice comme celui des pharmaciens frappés de lourdes amendes lorsqu’ils sont coupables de négligences dangereuses pour la santé publique21. Bien entendu, il est interdit aux médecins de quitter la ville en période d’épidémie.

  • 22 A.G.S., Contadurías Generales, Leg. 886. Mais le docteur Hernando de Abarca, par exemple, est en m (...)
  • 23 A.H.P.V., Leg. 61, fol. 968.

17Ceci dit, la profession médicale est assez rémunératrice. Les salaires des médecins et des chirurgiens de la Cour, tels qu’ils apparaissent dans les livres de comptes de 1545 ou de 1548, peuvent sembler seulement convenables : ils oscillent entre 60 000 et 90 000 maravédis par an22. Mais l’état de médecin de la Cour n’interdit nullement une clientèle privée, source de nouveaux profits. Généralement, d’ailleurs, une collectivité ou une famille, quand elle est riche, s’abonne au service d’un médecin : elle a alors recours à lui chaque fois qu’il est nécessaire. Ainsi en 1565 Luis de Mercado, encore assez peu connu puisqu’il avait obtenu le grade de docteur en médecine en 1560, était médecin du monastère de la Concepción pour un salaire annuel de 6 000 maravédis (16 ducats). Mais il l’était aussi du monastère de Santa Isabel, de la maison du marquis de Dénia, de celle du licencié de Burgos. Il lui restait toute la clientèle privée pour atteindre un revenu important23.

  • 24 A.M.V., Livres d’Actes, n° 16, fol. 156.
  • 25 Ibid., fol. 728.

18Il y a aussi les missions peut-être dangereuses mais souvent fructueuses. Lorsque la rumeur publique s’inquiète d’un village de la région où l’on signale une maladie contagieuse, une information est ouverte. Il arrive, si la menace paraît grave, qu’un médecin soit envoyé dans le village en question : il est alors fort bien payé. Ainsi le 16 juin 1597, alors que la peste procédant des rivages cantabriques semble gagner la Castille, le docteur Ruiz est envoyé à Villavaquerín de Campos, à une quinzaine de lieues de Valladolid, avec mission de ramener un rapport sur l’état sanitaire de ce bourg. Son salaire, tous frais compris, fixé d’abord à 4 ducats par jour, est porté quatre jours plus tard à 6 ducats24. En août 1599 les villages de Villanubla et Ciguñuela, ravagés par la peste, sont pourvus par Valladolid de médecins. Mais il y a alors danger de mort25.

19L’intérêt de la population pour la science du médecin est confirmé par le désir des bourgs et villages qui cherchent à s’assurer une assistance médicale régulière. Cigales, agglomération de plus de 2 000 habitants, à 3 lieues de Valladolid, peut fournir un bon exemple.

  • 26 A.H.P.V., Leg. 14949, fol. 197.

20A partir de 1578 au moins, Cigales passe un contrat avec un médecin qui doit résider, en compagnie de sa famille s’il y a lieu, dans le bourg, pendant la durée du contrat. Le premier engagé est le licencié Jerónimo Mejía, un Vallisolétain. Il doit visiter chaque jour tous les malades de la ville ainsi que la famille de l’alcalde mayor et passer quotidiennement à l’hôpital Saint-Jean. Son salaire est de 90 000 maravédis pour l’année. Le bois à brûler lui est fourni gratuitement et la ville de Cigales prend à son compte les frais de son déménagement. La somme nécessaire au traitement du médecin est obtenue grâce au versement d’une cotisation par tous les habitants solvables26.

  • 27 A.H.P.V., Leg. 14950, fol. 241.

21Un médecin de Villalón, Luis Castro, lui succéda pour deux ans. La ville de Cigales s’était cependant réservé le droit de le congédier au cours des six premiers mois s’il ne donnait pas satisfaction, tout en prévoyant une déduction de son salaire s’il était malade plus de huit jours. Ce salaire était réduit à 80 000 maravédis par an et la fourniture de bois à brûler était maintenue27.

  • 28 A.H.P.V., Leg. 14951, fol. 176.

22La durée de ce contrat ne fut cependant que de vingt mois et, en juin 1581, c’était le licencié Espinosa, un Vallisolétain celui-ci, qui devenait pour quatre ans le médecin de Cigales. Il était précisé qu’il devait soigner également les enfants confiés en nourrice aux femmes de Cigales. Mais ce qui est plus intéressant, c’est de voir le proche village de Cohorcos (aujourd’hui Corcos) chercher à profiter de l’effort de Cigales, avec l’accord des autorités de ce bourg. Le licencié Espinosa doit effectuer tous les quinze jours à Cohorcos, distant d’une lieue et demie, une visite, et répondre éventuellement à un appel urgent de ce village. Il reçoit pour ce service trois charges de blé et une demi-charge d’orge par an : heureuse certitude par ces temps de pénurie ! Et Cigales peut ainsi ne pas améliorer les conditions de salaire de son médecin : 80 000 maravédis et le bois à brûler28.

23Voici donc en place à Cigales un système original de sécurité sociale dont bénéficiait la totalité de la population. On jugera peut-être que le revenu du médecin reste modeste : un peu plus du double d’un maître artisan du bâtiment, en fait davantage grâce aux prestations en nature. Mais le médecin du xvie siècle n’a pas autant que le nôtre le pouvoir de faire reculer la mort. Son prestige est moindre, et moindre le tribut de la société.

  • 29 A.H.P.V., Leg. 61, fol. 968.

24Au reste il ne s’agit là que de médecins ordinaires. On devine que le sort de Luis de Mercado fut différent. Ses débuts avaient cependant été difficiles. Rédigeant en 1565, à l’occasion d’une maladie, un premier testament, il reconnaissait qu’au jour de son mariage avec Juana de Toro, il possédait seulement une mule, quelques livres et ses vêtements. Le tout ne valait pas 100 ducats29. La dot de sa femme, 500 ducats, lui fut certes très utile. Mais ce n’est pas cette dot qui lui procura sa richesse. Elle procéda bien davantage de ses gains de médecin : ainsi lorsque Mercado devint médecin de la Chambre royale en 1578 il touchait 80 000 maravédis par an. Mais en même temps il percevait le revenu de sa chaire à l’Université et les honoraires que lui versaient ses clients.

  • 30 A.H.P.V., Leg. 59, fol. 1112.
  • 31 A.H.P.V., Leg. 61, fol. 767.
  • 32 Narciso Alonso Cortés, « Luis de Mercado », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 93.

25On ne sait pas quelle fut exactement la fortune de Mercado. Mais dès 1563 il commençait l’acquisition d’une maison de 600 000 maravédis dans la rue des Dames30. En 1565 il achetait une propriété à Valdestillas, comportant maison et cave entourées de 23 aranzadas de vignes31. A la fin de sa vie il possédait diverses vignes à Valdestillas et Viana, des huertas à Valladolid, plusieurs maisons dans les rues des Dames, de Cantarranas et du Cañuelo. Il avait aussi acquis des titres de rentes. Il pouvait acheter et faire reconstruire par un artiste connu, Juan de Nates, la chapelle de Saint-Hyacinthe dans le couvent de Saint-Paul32. Tout indique l’opulence, ici fruit du savoir.

III. — LA LOI

26Bien plus que la médecine, la connaissance et l’exercice de la loi ouvrent alors les portes dorées de la richesse et de la considération sociale. Mais ce sont portes d’accès difficile. Les hautes charges de la Chancellerie supposent toujours le savoir et la culture, souvent la naissance, déjà l’aisance. Les autres charges, ou les fonctions d’avocat, d’avoué, de procureur, de receveur, celles de notaire aussi, supposent l’achat ou l’héritage d’un office coûteux. Ainsi la richesse déjà acquise, la transmission de l’office par filiation ou par vente, jointes à l’habitude de placer les capitaux en rentes (juros ou censos), créent entre les gens qui servent la loi et qui se servent d’elle un réseau de relations complexes, fortifiées par les mariages, celles mêmes qui préparent la classe sociale.

  • 33 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 35.
  • 34 A.R.C.V., Libros de Acuerdos, I, fol. 27, 29, 55, 116.
  • 35 Ibid., fol. 252.
  • 36 Ibid., II, fol. 39.
  • 37 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1106.
  • 38 A.R.C.V., Libros de Acuerdos, II, fol. 140.
  • 39 Ibid., fol. 186.
  • 40 Ibid., I, fol. 43.

27Les hauts fonctionnaires de la Chancellerie, le Président, les seize auditeurs, les quatre alcaldes, le Grand Juge de Biscaye, les alcaldes des hidalgos, les procureurs (fiscales) et les notaires (notarios) sont tous licenciés ou docteurs. Plusieurs portent le titre de « Don », ainsi en 1575 Don Pedro de Castilla, Don Pedro Enríquez, Don Fernando Nuño de Guévara, Don Lorenzo de Córdoba, Don Pedro de Guévara33. Ils sont nommés par le Conseil de Sa Majesté lorsqu’une vacance se produit. Poste envié, poste rare : une place d’auditeur à la Chancellerie de Valladolid, c’est bien souvent une étape sur le chemin qui mène aux grands conseils de gouvernement34. La Chancellerie de Valladolid est en effet plus considérée que celle de Grenade comme le prouve le fait que le Président de Grenade est souvent nommé ensuite à Valladolid. La réciproque n’est jamais vraie. Cependant les salaires qui rétribuent ces hauts fonctionnaires peuvent paraître à peine décents. En 1550 si le Président touche 280 000 maravédis, les seize auditeurs n’en reçoivent que 150 000, ainsi que les deux procureurs, les quatre alcaldes 100 000, le Grand Juge de Biscaye 70 00035. 150 000 maravédis, c’est six fois seulement le revenu d’un maître du bâtiment à la même époque (moyenne 1551-1560) ; 100 000, quatre fois et 70 000 moins de trois fois. Mais il ne s’agit là que d’un fixe complété par les ayudas de costa payées sur le produit des amendes, dont le montant est variable selon les années mais qui sont rarement inférieures à la moitié des traitements. Ceux-ci ont d’ailleurs suivi la hausse des prix. Auditeurs, procureurs et alcaldes sont augmentés de 50 000 maravédis en 1561 et à la fin du siècle le salaire d’un auditeur est de 330 000 maravédis36. En 1566 le salaire du Grand Juge de Biscaye est porté de 70 000 à 100 000 maravédis car, avoue la cédule royale qui accorde cette augmentation, « vous ne pouvez vous sustenter étant donné la cherté des temps »37. L’ayuda de costa annuelle du Grand Juge de Biscaye est maintenue à 50 000 maravédis, soit la moitié du nouveau traitement38. De plus, avantage non négligeable, le Président, les auditeurs, les alcaldes et les procureurs sont « libres et exempts de tous impôts, taxes et contributions ». Leurs parents vivent avec eux et leurs domestiques bénéficient du même régime39. Encore faut-il ajouter que le drap nécessaire aux costumes des magistrats pour l’ordinaire comme pour les cas d’exception (deuil officiel par exemple) n’est pas à leur charge : il est payé par le dépositaire officiel à la Chancellerie40. Tous ces avantages supplémentaires assurent aux principaux fonctionnaires du Tribunal une situation économique très favorable.

  • 41 A.G.S., Cámara de Castilla, Títulos y Obligaciones, Leg. 33 et Sección Pueblos : Valladolid, fol. (...)

28Les autres postes importants de la Chancellerie, ceux de notaire de chambre, de notaire du crime ou de notaire de province (escribano de cámara, del crimen, de provincia) sont pourvus par achat ou par transmission d’office. Les hommes de loi qui gravitent autour de la Chancellerie, avocats (abogados), avoués (procuradores), solliciteurs (solicitadores) doivent également être titulaires d’un office ainsi que les notaires ordinaires (escribanos). Ces offices sont en nombre limité, ce qui explique la dénomination : procuradores del número, escribano del número, receptor del número. Il y a ainsi une différence importante entre un notaire et un avoué du nombre et un simple notaire (dit de Su Majestad), un simple avoué (dit de causas). Au début du siècle les procuradores del número étaient trente, les escribanos del número étaient vingt, mais les souverains créèrent et mirent en vente de nouveaux offices, cinq de procuradores, cinq d’escribanos et des offices de receptores (j’en ignore le nombre)41. La situation des solicitadores qui devaient seulement obtenir une licence de la Chancellerie était inférieure.

  • 42 A.H.N., Clero, Leg. 7794.
  • 43 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 359 et Leg. 580, fol. 392.
  • 44 A.H.P.V., Leg. 767, fol. 524. A Valladolid aussi « les offices sont... pour la bourgeoisie le moye (...)

29Les offices les plus importants, ceux des notaires de la Chancellerie (escribanos de cámara surtout), atteignent des prix énormes qui témoignent du profit et de la considération qu’on en peut espérer. En 1556 l’escribanía del crimen détenue par Pedro Arias est évaluée à 4 500 ducats42. En 1590 une escribanía de provincia de la même Chancellerie est vendue à Pedro Sánchez receveur du second nombre pour 4 700 ducats et en 1593 une autre est vendue par Luis González à Domingo Ruiz déjà escribano del número, pour 5130 ducats43. En 1598 Pedro de Ángulo, fils de l’orfèvre Francisco de Ángulo, achète une escribanía de cámara pour la somme très considérable de 15 150 ducats44.

  • 45 A.H.N., Clero, Leg. 7794.

30Les possibilités d’enrichissement sont en effet certaines dans ces professions nourries par la chicane et le crime : pendant la durée de son mariage avec Francisca de Vega, durée que j’ignore malheureusement mais qui n’a pas dû excéder vingt-cinq ans, le notaire du crime Pedro Arias a prospéré puisqu’il s’est enrichi de près de 5 300 ducats, achetant notamment une maison principale et des rentes45. Et s’il est difficile de suivre le processus d’enrichissement des notaires de la Chancellerie ou des notaires ordinaires (part des droits levés sur les procès ou sur les actes judiciaires), il est facile de comprendre celui des avocats ou des avoués : ceux-ci, lorsqu’ils ont une réputation, suivent les procès pour le compte des villes, des collectivités civiles ou ecclésiastiques, des grands nobles, de riches marchands, des notables. Comme ces gens ont toujours quelque affaire en train ils paient à leur avocat ou à leur avoué un salaire annuel : le cumul de ces salaires constitue un joli revenu.

  • 46 A.H.P.V., Leg. 767, fol. 1100.

31Voici le cas du licencié de Abaunza avocat auprès de la Chancellerie. A l’heure de sa mort il était notamment l’avocat des villes de Madrid, Olmedo, Alcalá, Puente del Arzobispo et de diverses petites villes. Madrid lui payait 6 000 maravédis par an, Puente del Arzobispo 4 000, Alcalá et Olmedo on ne sait. Parmi ses clients figurent des notables comme le capitaine Luis de Temiño, de Valladolid, Lorenzo Mediana regidor de Salamanque, le docteur Salazar regidor de Palencia, l’un pour 3 000 maravédis, l’autre pour 2 225 ; des hidalgos comme Don Diego Sarmiento, Don Pedro Osorio, Don Diego de Vargas pour 6 000, 6 000 et 4 000 maravédis ; des groupes d’habitants de Mucientes, Boecillo, Tudela... Au total un revenu annuel de plus de 120 000 maravédis. Mais il ne s’agit là que de causes servies des années durant. Il faudrait compter encore avec les procès d’occasion. Le licencié est riche de terres et de plusieurs rentes de grande valeur46.

  • 47 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 624.
  • 48 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 824.
  • 49 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 75.
  • 50 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 961.
  • 51 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 763. A l’occasion du mariage de Mariana avec le licencié Martín de Cellor (...)
  • 52 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 741.
  • 53 A.H.P.V., Leg. 570, fol. 77 et 134.

32Il ne faudrait pas croire que le licencié de Abaunza jouissait d’une situation privilégiée. Si l’on veut prendre la mesure d’une situation privilégiée il faut alors envisager le cas d’un autre avocat, le licencié Antonio Vaca. Celui-ci en 1582 ne possédait pas moins de 167 clients dont il suivait les affaires régulièrement, les salaires les plus fréquents étant de l’ordre de 6 000 maravédis. Le revenu annuel de Vaca, procédant de sa seule activité d’avocat, atteignait 743 600 maravédis, près de 2 000 ducats ! Parmi ses clients figurent quelques-unes des plus grandes familles d’Espagne : Connétable de Castille, princesse d’Eboli, duc de Nájera, comtes de Monterrey, d’Oropesa et de Fuen-salida, comtesse de Salinas, marquis d’Astorga, d’Aguilar, ou de Mon-déjar, etc. On conçoit qu’une activité d’une telle ampleur exigeait l’emploi d’un grand nombre de sous-ordres, adjoints ou secrétaires. Elle avait en tous cas assuré au licencié une florissante situation économique ; ses rentes, à elles seules, formaient un capital de plus de 13 000 ducats. Les maisons, les terres, l’argenterie et les bijoux, le mobilier, la bibliothèque, deux voitures enfin, achèvent le portrait économique de l’opulent personnage47. La fortune de sa veuve, décédée douze ans plus tard en 1594, dépassait 28 000 ducats. Entre-temps les enfants avaient prélevé leur part, la moitié en principe, déduction faite de la dot de leur mère. On pourrait en conclure que la fortune d’Antonio Vaca avait dépassé 50 000 ducats48. Position exceptionnelle sans doute mais d’autres sont brillantes : celle du licencié Diego Nuño de Valencia dont l’inventaire révèle des biens d’une valeur de plus de 41 000 ducats49 ; celle d’un autre avocat à la Chancellerie, fondant pour son fils le licencié Bernardino de Galdo un majorat de plus de 16 000 ducats50, celle aussi du licencié Juan Gómez de Almoroz, possesseur en 1566 d’une fortune de plus de 14 000 ducats ou encore celle du notaire de l’Inquisition Pedro de Arce faisant à sa fille Mariana une dot de 3 500 ducats51 ; celles des auditeurs Francisco de Barrio-nuevo, Alvaro de Valdes, ou Juan González de Solorzano qui acheta à la comtesse de Castille la ville de Las Cabanas pour 7 900 ducats52. A la vérité, je n’ai trouvé qu’un seul letrado qui parût pauvre ou ruiné, le licencié Jerónimo de Carabeo dont l’épouse, Beatriz de Arceo, répudiait l’héritage53.

  • 54 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 187 ; Leg. 42, fol. 43 ; Leg. 45, fol. 747 ; Leg. 663, fol. 2240 ; Leg. 53 (...)

33Avoués ou notaires sont généralement de moindres personnages. Mais ils ne sont pas pitoyables. C’est fréquemment l’aisance que révèle l’inventaire de leurs biens, ainsi ceux des procuradores Pedro de Salazar, Diego de Alfaro ou Andrés Granada en 1536, 1544 et 1567, 1599 respectivement ou ceux des escribanos Miguel Pérez de Lerzundi et Diego de Joara en 1557 et 159754.

  • 55 Voir par exemple A.H.P.V., Leg. 63, fol. 560, 562, 752, 762, 766. Mais on peut trouver chaque anné (...)

34On ne peut guère douter que l’exercice d’un office de ce genre soit économiquement une bonne affaire. Ses possibilités sont plus considérables qu’on ne le soupçonne généralement. Faut-il citer par exemple le cas du notaire Melchior de La Serna qui s’était fait une fructueuse spécialité de l’obtention des dispenses matrimoniales. Grâce à ses bons mais coûteux services tant de cousins au troisième ou quatrième degré de consanguinité purent convoler en justes noces ou régulariser ainsi devant l’Église une situation fort compromise. Car Melchior s’engageait même à obtenir « clandestinement » par le soin de ses agents en Cour de Rome des dispenses pour les mariages déjà consommés. Sa réputation d’habileté avait dû s’étendre fort loin car Melchior avait d’innombrables clients venus de la Tierra de Campos, de la région d’Astorga, de la Montagne, des Asturies et bien entendu de la région de Valladolid. Et les ducats de pleuvoir dans l’escarcelle de notre notaire55.

  • 56 A.H.P.V., Leg. 662, fol. 218.

35Il est des signes dont la valeur est plus générale ; ce peut être l’enrichissement indiscutable du titulaire de l’office : Diego de Joara s’est marié en 1584 avec Catalina Alfonso. Les biens du jeune ménage n’atteignaient alors que 406 250 maravédis. Or à la mort de Diego, en 1597, ils s’élèvent à 1 419 191 maravédis (plus de 3 500 ducats) : leur valeur a plus que triplé en treize ans et la composition de cette fortune démontre qu’elle a été acquise par le notaire grâce à son travail56.

  • 57 A.G.S., Cámara de Castilla, Títulos y Obligaciones, Leg. 33.

36Ou encore sait-on que les trente procuradores del número furent menacés en 1597 de perdre le droit de résigner leur office, cette résignation devant être accomplie vingt jours avant la mort pour être reconnue. Afin de conserver leur privilège les trente procuradores versèrent au Roi 9 000 ducats. Les cinq procuradores dont les offices avaient été créés plus récemment (dits acrecentados) durent, pour leur part, payer 1 000 ducats57.

  • 58 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 185 ; Leg. 66, fol. 358 ; Leg. 439, fol. 1535.
  • 59 A.H.P.V., Leg. 60, fol. 408 ; Leg. 63, s.f. ; Leg. 66, fol. 867. Cette hausse est cependant fort i (...)
  • 60 A.H.P.V., Leg. 60, fol. 408 ; Leg. 66, fol. 867 ; Leg. 577, fol. 359 ; ou A.M.V., Livre d’Actes, n (...)

37Enfin le prix de ces offices monte considérablement au cours du siècle et cette augmentation est supérieure à celle des prix, ce qui fixe l’estime dans laquelle sont tenues ces fonctions. Un office de procurador del número est vendu pour 500 ducats en 1544, pour 1 310 ducats en 1571, pour 2 300 en 159658. Un office d’escribano del número est vendu pour 1 000 ducats en 1564, un autre pour 1 100 ducats en 1568, un troisième pour 1 200 ducats en 157159. Je ne connais pas d’exemple inverse. Certes les offices d’escribano del número acrecentados ont été vendus en 1574 pour 800 ducats seulement mais c’est le Roi qui vend un office tout neuf et la clientèle reste à constituer. Seuls les offices de regidores, plus honorifiques que rentables, ont connu sans doute un enchérissement moindre. La limitation du nombre de ces offices et les revenus qu’ils assurent, sans grand risque de crise, expliquent qu’ils soient jalousement conservés ou avidement recherchés. Ce sont des biens de famille transmis le plus souvent à un fils, ce sont aussi les termes de l’ambition pour les « officiers » de rang inférieur : lorsqu’ils le peuvent ils achètent l’office qui renforcera la considération dont ils jouissent et les moyens d’acquérir la richesse. De simples notaires du Roi achètent un office de notaire du nombre, un receveur de la Chancellerie achète un office de notaire de province : c’est une promotion remarquable60.

  • 61 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, s.f.

38Il faut insister cependant sur le fait qu’un office n’est pas seulement le privilège de la naissance ou de l’argent. Il suppose aussi le savoir dont il permet l’exploitation. Il ne suffit pas qu’un quidam achète un office pour pouvoir l’exercer. Encore faut-il qu’il ait la compétence nécessaire. Cela est surtout vrai des offices qui dépendent de la Chancellerie : le Président et les auditeurs examinent tout nouveau notaire, tout nouveau receveur ou rapporteur (relator) et l’examen n’est pas pure formalité : ainsi Président et auditeurs font-ils au Roi un rapport défavorable à propos d’un certain Francisco Sánchez qui avait acquis l’escribanía du défunt Ortiz. Il ne possède pas, disent-ils, les qualités nécessaires à cette charge : il ne lit et n’écrit pas assez bien, ne sait pas établir les actes qui relèvent de sa fonction ; il est vrai qu’il n’a aucune expérience du métier car il est marchand de toiles61. De toutes façons la résignation d’un office est toujours soumise à l’approbation royale.

  • 62 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 358.
  • 63 A.R.C.V., Libros de Acuerdos, I, fol. 102.

39L’exemple précédent a une signification supplémentaire. Francisco Sánchez n’est pas seul de son espèce. Car la marchandise peut bien donner la richesse, cela ne signifie pas que le marchand — ou l’artisan — souhaite voir son fils le continuer en donnant plus d’ampleur à son affaire, cela ne signifie pas davantage que ce fils désire le continuer, en bref cela ne signifie nullement que l’un ou l’autre envisagent la possibilité d’accéder par la pratique du commerce à l’idéal qu’ils poursuivent. Ils placent cet idéal dans l’accession à une autre classe. Tel est pour eux le vrai signe de la réussite économique et sociale. Comportement qui au xvie siècle n’est propre ni à l’Espagne ni à Valladolid, mais qui à Valladolid s’exaspère puisque cette ville fait la part belle aux letrados et aux gens de loi. Les exemples notables de ce mouvement ne manquent pas. On sait déjà que les López de Calatayud, les Nelli de Espinosa, les Boniseni ont recherché les honneurs du regimiento. Hernández de Portillo n’a pas seulement acquis lui aussi un office de regidor mais encore celui de l’escribanía mayor del adelantamiento de Castilla, estimé à 2 666 ducats en 1550 alors qu’il en avait coûté 1 800 en 153562. Le fils de l’épicier Lucas de Barcena, Pedro, a conquis le grade de docteur et une chaire à l’Université, Pedro de Ángulo, le fils de l’orfèvre, achète une escribanía de cámara à la Chancellerie ; Alonso Berruguete, le célèbre sculpteur, détenait pour sa part un office de notaire du crime à la Chancellerie qu’il résigna en 1554 sans l’avoir jamais exercé63. Toutes ces familles glissent du négoce ou de l’art, activités créatrices de richesses, vers quelque magistrature qui leur coûte cher et ne produit que procédure. Le capitalisme de Valladolid n’est pas seulement né qu’il se suicide. Il s’avère impuissant à créer une classe sociale assurée d’elle-même et de ses lendemains. Il ne rêve que trahison car il ne sait imaginer d’autre idéal que l’idéal seigneurial. Et c’est pourquoi sans doute si le présent fut éclatant, lamentable fut l’avenir. Mais ces gens ne désiraient pas connaître l’avenir, seulement le présent de la classe qui leur servait de modèle. Ils n’avaient pas encore inventé le sacrifice de la première génération.

IV. — LES PETITS MÉTIERS DU SAVOIR

  • 64 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 89.
  • 65 A.H.P.V., Leg. 44, fol. 210.
  • 66 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 803.

40Au moins l’Université, le Tribunal et plus généralement le goût intéressé du savoir donnent-ils les moyens de vivre à tout un peuple de subalternes. Les étudiants pauvres d’abord. Et l’on dit que ces étudiants pauvres sont légion à Valladolid, 1 000 au moins sur les 2 400 des années quatre-vingt. C’est davantage, paraît-il, qu’à Alcalá ou qu’à Salamanque, proportions gardées, évidemment. Les clercs vivent en disant des messes ou grâce aux revenus des chapellenies. Les laïques s’accommodent dans les monastères, ils servent surtout d’adjoints aux avoués, aux avocats de la Chancellerie, voire aux notaires64 ; ce sont aussi les scribes publics, une partie au moins de ces III escribanos recensés en 1561. Ce sont les maîtres d’enfants (maestros de niños ou de amostrar mozos) qui tiennent pension et enseignent à leurs élèves la lecture (en latin et en romance) l’écriture et notamment les quatre formes d’écrire, la ronde, la courtisane, l’écriture de Chancellerie et le tirado, enfin le calcul et ses quatre règles de base : compter, additionner, soustraire et multiplier. En 1544 il n’en coûte que 6 ducats à Hernando de Carrión pour faire ainsi instruire son fils deux années durant par le maître Juan de Medina. Mais l’enfant n’est ni logé ni nourri65. En 1590 le tarif est de 36 ducats par an mais la pension est comprise66. Il y avait en 1561 à Valladolid une douzaine de personnes vivant de cette industrie et les élèves ne leur manquaient pas, tant s’affirmait le prestige du savoir. Hernando de Carrión, si soucieux de l’instruction de son fils, n’était qu’un marchand de chevreaux.

41Ce sont aussi les libraires, groupés dans la rue de la Librairie, à quelques pas de l’Université et du collège de Santa Cruz, ce sont les imprimeurs, comme Fernández de Córdoba, beaucoup moins nombreux les uns et les autres qu’à Salamanque mais d’une activité notable. Le recensement de 1561 indique aussi un traducteur : est-ce parce que Valladolid est une ville très ouverte aux étrangers ?

  • 67 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7 ; Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

42L’exercice de la médecine nécessite aussi des adjoints : d’abord les barbiers, ces saigneurs d’ancien régime auxquels recourent volontiers les pauvres car leurs services sont moins coûteux. Et dans les villages, qui peuvent rarement prétendre à faire bien vivre un médecin (exception faite de Tudela et, à partir de 1579, de Cigales), la présence d’un barbier est fréquente. Selon le recensement de 1570 Villanubla, Peña-flor, Villabáñez, Sardón, avaient un barbier et Tudela, pourvue également d’un pharmacien, en possédait même trois. Celui de 1561 en attribuait aussi un à Olmos, Velliza, Adalia, mais ces documents sont souvent incomplets et d’autres villages ont pu compter avec le secours d’un barbier67.

  • 68 Voir par exemple A.H.P.V., Leg. 49, fol. 1630.
  • 69 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1827.

43Il arrivait au barbier de s’enrichir et de placer ses capitaux en rentes ou de constituer à sa fille une belle dot de 2 000 ducats68. Toutefois la situation du pharmacien était généralement meilleure : un personnage comme Juan de Frías avait même atteint un niveau fort enviable de fortune69. Mais il est sans doute excessif de considérer la pharmacie parmi les petits métiers du savoir.

44Il y a enfin tout le petit personnel de la Chancellerie : huissiers et alguaciles et, aux marges de ce monde, maîtres d’escrime ou maîtres de danse, gens de spectacle autant que de savoir.

45Tous ceux-ci ne sont qu’auxiliaires. Mais les autres, qui ont lu au livre de la science, composent en vérité, avec les nobles, la caste des puissants. Et ce sont leurs comportements qui définissent le style de vie de la cité. Les attitudes des autres catégories sociales, et notamment celles des producteurs, sont le fait de la sujétion, de la nécessité. Au mieux, elles n’aspirent qu’à l’imitation.

Notes

1 Narciso Alonso Cortés, Bol. de la Soc. Cast. de Exc, t. I, p. 112.

2 Juan Ruiz de Alarcón, La Verdad Sospechosa.

3 « Les falta el recogimiento y mucho estudio de Salamanca por culpa del mucho vicio de la terra. » Pedro Medina, op. cit.

4 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 89.

5 Juan Agapito Revilla, « El edificio de la Universidad de Valladolid », Bol. de la Soc. Cast. de Exc, t. IV, p. 389.

6 A.H.N., Clero, Leg. 352.

7 A.M.V., Livres d’Actes, 16 septembre 1577 ; 3 mai 1586 ; 17 mars 1592.

8 Enrique Cock, La Jornada de Tarazona, op. cit.

9 A.M.V., Leg. 380, n° 35, fol. 6.

10 Pedro de Medina, Las Grandezas de España, op. cit.

11 Cf. supra, livre II, chap. iv.

12 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 12.

13 A.M.V., Livres d’Actes, 16 novembre 1580.

14 A.M.V., Livres d’Actes, 15 septembre 1586.

15 A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1, fol. 17.

16 A.H.P.V., Sección Simón Ruiz, Leg. 124.

17 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281.

18 Narciso Alonso Cortés, « Médicos Vallisoletanos », dans Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 432.

19 Luis de Mercado, El Libro de la peste, présenté par don Nicasio Mariscal, Madrid, 1921, p. 88 et suiv., p. 135-139.

20 A.M.V., Livres d’Actes, n° 7.

21 Voir par exemple A.M.V., Livres d’Actes, 6 décembre 1503.

22 A.G.S., Contadurías Generales, Leg. 886. Mais le docteur Hernando de Abarca, par exemple, est en même temps médecin de la Princesse de Portugal, ce qui lui vaut un salaire supplémentaire.

23 A.H.P.V., Leg. 61, fol. 968.

24 A.M.V., Livres d’Actes, n° 16, fol. 156.

25 Ibid., fol. 728.

26 A.H.P.V., Leg. 14949, fol. 197.

27 A.H.P.V., Leg. 14950, fol. 241.

28 A.H.P.V., Leg. 14951, fol. 176.

29 A.H.P.V., Leg. 61, fol. 968.

30 A.H.P.V., Leg. 59, fol. 1112.

31 A.H.P.V., Leg. 61, fol. 767.

32 Narciso Alonso Cortés, « Luis de Mercado », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 93.

33 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 35.

34 A.R.C.V., Libros de Acuerdos, I, fol. 27, 29, 55, 116.

35 Ibid., fol. 252.

36 Ibid., II, fol. 39.

37 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1106.

38 A.R.C.V., Libros de Acuerdos, II, fol. 140.

39 Ibid., fol. 186.

40 Ibid., I, fol. 43.

41 A.G.S., Cámara de Castilla, Títulos y Obligaciones, Leg. 33 et Sección Pueblos : Valladolid, fol. 68.

42 A.H.N., Clero, Leg. 7794.

43 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 359 et Leg. 580, fol. 392.

44 A.H.P.V., Leg. 767, fol. 524. A Valladolid aussi « les offices sont... pour la bourgeoisie le moyen de s’élever dans la hiérarchie sociale ». Roland Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Rouen, 1945, p. 54.

45 A.H.N., Clero, Leg. 7794.

46 A.H.P.V., Leg. 767, fol. 1100.

47 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 624.

48 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 824.

49 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 75.

50 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 961.

51 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 763. A l’occasion du mariage de Mariana avec le licencié Martín de Cellorigo dont le nom devait passer à la postérité. Autres exemples de dots importantes de 2 000 à 4 000 ducats dans le même milieu : A.H.P.V., Leg. 43, fol. 794 et Leg. 571, fol. 1328.

52 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 741.

53 A.H.P.V., Leg. 570, fol. 77 et 134.

54 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 187 ; Leg. 42, fol. 43 ; Leg. 45, fol. 747 ; Leg. 663, fol. 2240 ; Leg. 53, fol. 932 ; Leg. 662, fol. 218.

55 Voir par exemple A.H.P.V., Leg. 63, fol. 560, 562, 752, 762, 766. Mais on peut trouver chaque année dans les registres d’Antonio de Cigales de nombreux témoignages de cette activité particulière de Melchior de La Serna.

56 A.H.P.V., Leg. 662, fol. 218.

57 A.G.S., Cámara de Castilla, Títulos y Obligaciones, Leg. 33.

58 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 185 ; Leg. 66, fol. 358 ; Leg. 439, fol. 1535.

59 A.H.P.V., Leg. 60, fol. 408 ; Leg. 63, s.f. ; Leg. 66, fol. 867. Cette hausse est cependant fort inférieure à celle constatée en France au début du xviie siècle. On rappellera que Roland Mousnier a établi que le prix d’un office de conseiller au Parlement de Rouen était passé de 7 000 livres en 1593 à 84 000 livres en 1633. Il est vrai que cette hausse extraordinaire a été suivie d’une baisse sensible. Roland Mousnier, op. cit., p. 333 à 338.

60 A.H.P.V., Leg. 60, fol. 408 ; Leg. 66, fol. 867 ; Leg. 577, fol. 359 ; ou A.M.V., Livre d’Actes, n° 3, fol. 572.

61 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, s.f.

62 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 358.

63 A.R.C.V., Libros de Acuerdos, I, fol. 102.

64 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 89.

65 A.H.P.V., Leg. 44, fol. 210.

66 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 803.

67 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7 ; Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

68 Voir par exemple A.H.P.V., Leg. 49, fol. 1630.

69 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1827.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540