Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre II. L'économie et ses rythmes

Chapitre VI. De l’artisanat au capitalisme

Texte intégral

1Ainsi la pénétration de l’agriculture par le capitalisme s’avère en dernière analyse plus stérilisante que créatrice. Sans doute, elle a favorisé l’extension des cultures, et ce n’est pas à négliger. Mais en réduisant, voire en annulant les profits des paysans, elle a tué l’initiative et préparé la désertion des campagnes. Cela ne signifie évidemment pas que l’action du capital ait été aussi négative pour les autres secteurs de la vie économique.

I. — L’ARTISANAT TRADITIONNEL

2Cependant la structure de la production artisanale à Valladolid reste le plus souvent traditionnelle. L’importance des entreprises est presque toujours très faible, et leur nombre relativement élevé suggère l’idée d’une atomisation de la production.

  • 1 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

3L’enquête de 1561 relative au mouvement des affaires pendant les cinq années précédentes est révélatrice à cet égard1. Évidemment il faut se garder d’accorder une confiance aveugle aux déclarations des artisans sollicités d’indiquer leur chiffre d’affaires parce que, craignant une augmentation de la fiscalité, ils ont tendance à le sous-estimer… A moins que certains, soucieux du paraître, ne cherchent surtout à donner de leur affaire une image flatteuse, aux dépens de leurs concurrents, et tant pis si le fisc sanctionne cette vanité. Une telle attitude apparaît quelquefois. De toute façon reste connu le montant de la contribution au titre de l’alcabala. Et cette contribution permet d’établir la hiérarchie des entreprises. Malheureusement certaines corporations sont exemptes d’alcabalas, tels les orfèvres ou les armuriers.

4Très rares sont les entreprises dont la contribution annuelle atteint ou dépasse les 1 000 maravédis. Or il semble possible d’admettre en interprétant les déclarations des artisans et en les comparant à leurs impositions, qu’un maravédis d’alcabala corresponde approximativement à un ducat de chiffre d’affaires. Dans ces conditions les entreprises réaliseraient rarement un chiffre d’affaires supérieur à  1 000 ducats.

5Certaines professions restent très au-dessous de ce chiffre. Ainsi les potiers dont le plus imposé paie 600 maravédis et qui vendrait à l’en croire pour 180 à 200 ducats de marchandises ; les bourreliers (guarnicioneros) qui déclarent avoir été cruellement touchés par le départ de la Cour et qui paient tous moins de 250 maravédis ; leurs ventes annuelles seraient de l’ordre de 100 à 150 ducats. Les chaudronniers dont le plus imposé paie 400 maravédis et qui ne vit guère que de réparations, à l’instar de ses collègues, plus pauvres que lui, les ventes d’objets neufs représentant tout au plus 20 ducats par an ; les chapeliers : ils sont 15 ou 16 dont la contribution globale est de 3 000 maravédis ; aucun fabricant n’a pris de place remarquable puisque le plus imposé verse 306 maravédis : il vend, dit-il, cinq à six chapeaux par jour et n’emploie que deux ouvriers. Les passementiers (cordoneros), eux, se répandent en lamentations : ils peuvent à peine vivre. Le plus important en effet ne paie que 170 maravédis. Mais il s’agit là d’une circonstance provisoire. Dans les vingt dernières années du siècle, par exemple, on assiste au contraire à un beau développement de l’industrie de la soie.

6Bien petites gens encore les fabricants de sparterie dont cinq paient plus de 200 maravédis, 306 au maximum. Ils travaillent surtout à l’occasion des foires franches, aussi bien à Valladolid qu’à Medina del Campo ou à Rioseco. Pendant le reste de l’année le plus considérable vend à peine pour 50 ducats. Les pelletiers, dans leur grande majorité, n’apparaissent guère plus notables : 17 d’entre eux n’émargent à l’alcabala que pour des sommes oscillant entre 100 et 400 maravédis ; trois autres paient entre 400 et 600, deux seulement versent plus de 1 000 maravédis. L’un des artisans interrogés, Alonso Gutiérrez, déclare que quatre entreprises seulement ont de l’importance. Les autres « son de poca cantía… y tienen poco caudal ». Les très nombreux cordonniers (102 contribuables) sont dans le même cas puisque 70 de ces fabricants paient entre 100 et 500 maravédis ; 16 dépassent ce chiffre mais d’assez peu en général et Juan de Peñafiel, le mage de la corporation, paie 850 maravédis seulement.

7Peu nombreux, les artisans du laiton et de l’étain se situent à un niveau légèrement plus élevé en moyenne mais encore fort modeste : les deux plus importants ont une vente annuelle de l’ordre de 700 à 750 ducats.

8En définitive si l’on s’en tenait aux renseignements fournis par l’enquête de 1561 on retiendrait l’idée d’une production artisanale très fragmentée assurée par des entreprises à caractère familial employant tout au plus deux ou trois ouvriers. Seuls deux ou trois artisans jouiraient d’une situation assez importante : le vitrier Juan de Barahona qui paie 2 040 maravédis et qui encaisse environ 4 ducats quotidiens, dont le chiffre d’affaires annuel serait de l’ordre de 1 400 ducats ; surtout le pelletier Pedro Gutiérrez qui paie 3 000 maravédis et qu’il ne faut certainement pas croire lorsqu’il avoue 700 ducats de chiffre d’affaires. Mais le contraste entre la médiocrité de la grande majorité des pelletiers et Pedro Gutiérrez ou même son oncle Alonso est déjà significatif du caractère capitaliste vallisolétain. Car, ainsi que le déclare Alonso Gutiérrez, « il y a dans cette ville quatre maisons principales de pelleterie. Les autres… pendant la plus grande partie de l’année travaillent ce que leur donnent les quatre maisons en question… ». L’étude de la pelleterie vallisolétaine nous permettra précisément de considérer le passage de la production artisanale à la production capitaliste. Mais l’enquête de 1561 affirme l’incontestable supériorité des négociants (merciers, épiciers, etc.) sur les artisans : il est vrai que nombre de boutiquiers ont une situation à peine comparable à celle des artisans.

  • 2 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1797.
  • 3 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1440.
  • 4 A.H.P.V., Leg. 662, fol. 28.
  • 5 A.H.P.V., Leg. 50, fol. 1089.
  • 6 A.H.P.V., Leg. 574, fol. 787.
  • 7 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 425 et 697.

9Les inventaires après décès confirment généralement les enseignements de cette enquête. La vente aux enchères des biens de Luis López, cordonnier, ne produit en 1599 que 12 328 maravédis, une trentaine de ducats, c’est bien peu2. La même année le pelletier Diego Alonso laisse des biens évalués à 38 692 maravédis, une centaine de ducats ; il n’a pas de maison lui appartenant3. Et quand on a payé les dettes du serrurier Diego Hernández, les frais de ses funérailles et des messes dites ou à dire pour le bien de son âme, il ne reste que 29 242 maravédis, moins encore. Pas de maison ici non plus, mais seulement quelques marchandises en magasin, quelque monnaie, des meubles, des vêtements, etc.4. En revanche nous n’avons trouvé aucun inventaire d’artisan témoignant d’une réelle fortune s’il nous est arrivé de rencontrer l’aisance : celle du dinandier Juan de Baltanás, possesseur en 1575 de 11 maisons, de valeur médiocre d’ailleurs ; disposant d’un stock de plusieurs centaines de livres de métal, d’étain notamment, et d’un magasin bien achalandé5. Celle du tailleur Gaspar Hernández qui n’avait ni maison, ni terres, ni rentes mais un ameublement confortable, de l’argenterie, de nombreux bijoux, plusieurs centaines de réaux en caisses et diverses créances6. Et encore celle du pâtissier Pedro Pérez qui possédait quatre maisons, 16 aranzadas de vigne, un mobilier abondant, des livres et des bijoux, qui pouvait constituer à sa fille Juana lorsqu’elle se maria en 1574 une dot coquette de 550 ducats7. En fait, lorsqu’un artisan parvient à la richesse, tel le pelletier Pedro Gutiérrez, c’est parce qu’il ajoute à son métier premier d’autres sources de profit. C’est seulement ainsi qu’il peut rivaliser avec les grands négociants.

  • 8 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194. Recensement de 1561.

10On comprend mieux alors que la production artisanale conserve le plus souvent un caractère médiéval. Le petit nombre des oficiales employés par chaque maître suppose une différenciation très faible entre le capital et le travail. Le groupement des artisans d’une même profession dans une même rue ou un même quartier demeure la règle : ainsi tous les bâtiers (albarderos) habitaient dans la Boeriza (paroisse de Santiago). Dans la même paroisse, autour de la Panadería et dans le Malcocinado vivaient et travaillaient presque tous les chapeliers (17 sur 22). De très nombreux charpentiers ainsi que presque tous les potiers et alfatiers habitaient le quartier de Santa María ; tous les tanneurs et la majorité des aiguilletiers habitaient les Tanneries, dans la paroisse de San Andrés où se trouvaient tous les marchands d’huile. Les pelletiers se groupaient dans la rue Cantarranas mêlés à 7 passementiers, 10 tailleurs de chausses, à plus de 20 cordonniers, quelques orfèvres, quelques chapeliers ; et dans la même rue vivaient tous les fabricants de violes. La majorité des ciriers (14 sur 19), les deux tiers des armuriers (15 sur 22), plusieurs doreurs, se retrouvaient dans la Cerería (paroisse de San Salvador) avec tous les fabricants d’outres ; les bourreliers étaient concentrés dans la Frenería ; et la signification de certains noms de rues : Ropería, Lencería, Joyería, est évidente8.

  • 9 A.M.V., Leg. 5, fol. 13 et A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259.
  • 10 A.M.V., Leg. 5, fol. 13.

11Bien entendu cette activité artisanale est très fortement réglementée, la concurrence étant très limitée. Ainsi l’ordonnance n° 10 des tisserands de toiles comme l’ordonnance n° 10 des tailleurs de chausses interdit aux maîtres de débaucher les ouvriers de leurs collègues pour les engager et aux ouvriers de quitter leurs maîtres pour d’autres qui leur offriraient un plus haut salaire9. Et les tisserands de toiles ne peuvent, sauf licence, utiliser plus de quatre métiers, ce qui tend à limiter l’ampleur des entreprises10. De même la répartition des tâches, des fabrications, est très scrupuleusement définie par les ordonnances des diverses corporations dont on sait déjà qu’elles ont souvent été élaborées ou modifiées au cours du xvie siècle. C’est vrai des tisserands de toiles et de draps, des bourreliers, des tailleurs et des tailleurs de chausses, des passementiers, des tanneurs et corroyeurs, parmi d’autres. Ces règlements n’empêchent pas les contestations, les procès : les roperos peuvent-ils ou non confectionner et vendre des grègues, ce que les calceteros contestent ? C’est l’objet d’un interminable procès, puisqu’il dure de 1573 à 1582: les roperos, prétendent les calceteros, peuvent seulement confectionner les habits « qui se vêtissent », et non ceux qui « se chaussent ». A la même époque un autre procès, fort long lui aussi, commencé en 1573 et conclu en 1578, oppose roperos et joyeros aux cordoneros à propos de fabrication et de vente de rubans de soie. C’est toujours la même lutte entre la conception du monopole et celle de la liberté qui se réclament toutes deux de l’intérêt du public : les unes disent qualité, les autres prix avantageux. Mais la lecture des papiers de justice montre une réglementation en échec parce qu’il faut produire vite pour satisfaire une demande pressante : l’édifice constitué par les diverses ordonnances qui déterminent la nature de la qualité des étoffes et des cuirs utilisés, interdisent la fabrication et la vente de certains articles, soumettent tous les ouvriers à un examen au succès duquel est subordonné l’exercice de leur office et assujettissent les membres des diverses corporations aux visites fréquentes des contrôleurs (veedores), est sapé par de quotidiennes infractions.

  • 11 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 58.
  • 12 A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259.
  • 13 Ainsi, en 1567 Gerónimo Gallego et Cristóbal Martínez ; en 1571 Pablo Alonso, Martín Cristofol, He (...)
  • 14 Ibid.

12Nous savons que beaucoup d’anciens ouvriers travaillaient secrètement à leur compte sans avoir subi l’examen, ainsi des ouvriers calceteros, et cela dès 151311; que les roperos faisaient en dépit des ordonnances des culottes bouffantes (zaraguelles), des grègues (gregüescos), des chausses (calzas). Et le public accourait à la Ropería où on trouvait en abondance ces articles vendus à meilleur marché qu’ils ne l’étaient par les calceteros12. Les mêmes roperos et les joyeros, analogues à nos merciers, vendaient aussi des rubans et des fils non conformes aux ordonnances, prétendus de soie pure, alors qu’ils étaient « mélangés ». Il leur arrive d’être poursuivis et frappés13. D’ailleurs les joyeros n’ont pas de contrôleurs : ils jouissent donc d’une liberté telle qu’ils vendent des articles de qualité douteuse14. L’heure est aux gens doués d’initiative même si ces initiatives défient les règlements. Aussi l’étroit corset médiéval dans lequel était pris l’artisanat craquait de toutes parts.

II. — DE L’ARTISANAT AU CAPITALISME

Les progrès de la concentration.

  • 15 Ramón Carande, op. cit., t. 1, p. 189.
  • 16 A.M.V., Livres d’Actes, janvier 1558.

13Ramón Carande attribue à Valladolid la production de draps verts et bruns15. Et de fait, parmi les corporations contrôlées en 1558 figuraient les tondeurs, les tisserands de toiles et les tisserands de draps, les fabricants de couvertures et les marchands drapiers16. Or tout indique, comme le pense Ramón Carande, que le travail des draps faisait l’objet d’une concentration assez importante.

  • 17 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 98.
  • 18 A.M.V., Leg. 4, fol. 14.
  • 19 A.M.V., Leg. 5, fol. 13.

14Ainsi en 1516 on lave et on traite à Valladolid une forte quantité de laine : pour 60 000 à 70 000 ducats, et les affaires prennent de l’extension puisque l’on construit de nouveaux lavoirs à laine sur l’Esgueva, en amont de la ville. Cette entreprise provoque une réaction de la Chancellerie qui juge ces lavoirs préjudiciables à la salubrité de la ville et au lavage des draps qui s’effectue sur les berges du Pré de la Madeleine. Nous apprenons en effet par ce même texte que de très nombreuses femmes de Valladolid vivent de ce lavage des draps et que les nouveaux lavoirs intéressent seulement deux ou trois habitants de Valladolid dont le majordome de l’Hôtel de Ville, parent de quelques regidores. Ce qui signifie que ce travail est contrôlé par un petit nombre de personnes17. D’autre part les ordonnances des tondeurs de draps (tundidores), des tisserands de toiles et de draps, se réfèrent explicitement au travail à façon : il est précisé que les tondeurs ne peuvent recevoir de drap d’un marchand si ce drap n’est marqué ; aucun tisserand ne doit recevoir de laine filée, pour la tisser, sans la peser et on doit effectuer une seconde pesée avant de rendre l’ouvrage18. Les rédacteurs des ordonnances des tisserands de toiles déclarent dans l’exposé des motifs que beaucoup d’ouvriers ou de maîtres sont partis en emportant les filés ou les toiles qui leur avaient été confiés pour façon19.

15Dans le précieux petit livre qu’il a consacré aux marchands du xvie siècle, Pierre Jeannin considère que les marchands ont favorisé le passage de la production artisanale à la production capitaliste en accomplissant deux démarches successives :

  • s’assurer la disposition exclusive de la production d’un fabricant par un contrat de livraison ;
  • fournir au fabricant une avance en argent pour garantir sa dépendance ou lui faire travailler à façon la matière première qu’on lui livre.
  • 20 Pierre Jeannin, Les marchands au xvie siècle, Paris, 1957, P. 92_93.

16Le terme de l’évolution est atteint lorsque l’artisan, devenu le débiteur du marchand ou d’un autre fabricant, lui engage son métier puis lui en cède la propriété. Un nouveau personnage apparaît : le marchand fabricant20.

17Ces diverses démarches peuvent être observées à Valladolid à propos du travail de la laine, de la soie ou des cuirs. Il en est même d’autres, préliminaires.

  • 21 A.H.P.V., Leg. 43, fol. 878.
  • 22 A.H.P.V., Leg. 55, fol. 671 et Leg. 56, fol. 603.
  • 23 A.M.V., Livres d’Actes, n° 7, fol. 94.
  • 24 A.H.P.V., Leg. 62, fol. 1162 et Leg. 63, fol. 711.
  • 25 Par exemple A.H.P.V., Leg. 57, fol. 286 ; Leg. 59, fol. 1307 ; Leg. 60, fol. 593 ; Leg. 61, fol. 2 (...)
  • 26 A.H.P.V., Leg. 59, fol. 160 ; Leg. 60, fol. 119 ; Leg. 61, fol. 1127 ; Leg. 66, fol. 249, etc.

18Ainsi le marchand drapier Marcos Segoviano, habitant de Valladolid, s’assure par un contrat d’exclusivité la laine des troupeaux de Juan Núñez de Espinosa, ceci le 23 novembre 154521. De même, en 1559, puis de nouveau en 1560, Pedro Díez, habitant d’Arroyo, s’engage à fournir toute la laine de son troupeau (163 têtes en 1559,160 en 1560), à Martín Galindo de Segovia, fabricant de couvertures de Valladolid22. On voit aussi les fabricants de couvertures se grouper pour l’achat de toute la laine qui leur est nécessaire et engager un courtier pour effectuer cet achat23. Pareillement Martín Navarro s’engage à livrer au pelletier Alonso Gutiérrez toutes les peaux blanches ou noires et toute la montería qu’il pourra se procurer avec l’aide de ses employés entre le 12 septembre 1566, date du contrat, et Pâques 1567. Il reçoit une avance de 25 ducats. C’est un engagement identique qu’il prend à l’égard du pelletier Blas de Salinas en mai 1568 pour la période comprise entre Noël 1568 et Pâques 1569 mais il ne reçoit cette fois qu’une avance modeste de 80 réaux24. Quant au pelletier Pedro Gutiérrez dont nous suivons l’activité de 1561 à 1575, il passe de nombreux contrats d’exclusivité à son profit : soit qu’il envoie d’autres pelletiers de Valladolid, passés à son service, chercher des peaux en Tierra de Campos, dans la région de Soria et d’Almazán, dans les royaumes de Navarre et d’Aragon, par les terres de Zamora ou en Nouvelle Castille : ainsi Hernando de San Miguel et Alonso de Villalón en 1561, Juan Alonso en 1563, Hernán López en 1564, Cristóbal de Fuentes en 1565, et celui-ci reçoit la forte avance de 350 ducats ; Hernando de San Miguel encore en 1570, et d’autres25… ; soit que Pedro s’assure la fourniture des peaux réunies par des pelletiers d’autres villes, comme Juan Rodríguez de Salamanque, Juan García de Soria, Francisco González de Salamanque, Martín Sánchez d’Almazán, et bien d’autres encore26. Ces diverses opérations permettent de conclure que Pedro Gutiérrez contrôle une partie notable des peaux produites par la région de Salamanque, celle de Sigüenza, celle de Soria et d’Almazán, très importante tant à propos de moutons que d’animaux à fourrure, voire la Navarre et l’Aragon. Il s’agit aussi bien de peaux de moutons et d’agneaux que de renards, chats sauvages, fouines, martres, putois, loutres, loups-cerviers, comme le montrent les contrats.

  • 27 A.H.P.V., Leg. 62, fol. 49, 605, 963 ; Leg. 61, fol. 742.

19Mais ce n’est là qu’une étape. Le travail à façon de certains artisans pour d’autres fabricants dont ils dépendent plus ou moins complètement en est une autre. Alonso Gutiérrez, le pelletier, engage en juillet 1565 Damián Aguado, autre pelletier, pour deux ans : il confectionnera des zamarros, c’est-à-dire des vestes de peaux d’agneau ; cependant il disposera pour son compte de la période comprise entre le 1er septembre et Noël ; Alonso engage également Santiago González et sa femme pour exécuter le même travail en 1566 et 1567, donc pendant la même période ; à la Saint-Michel il s’assure les services d’un autre pelletier, Pedro Gonzalez, qui signe un contrat de neuf ans : il doit lui préparer (adobar) les peaux et Diego de Arévalo lui prêtera main-forte d’août à la Toussaint. Le paiement à la pièce est de rigueur : la confection d’un zamarro vaut 6 réaux, le traitement d’une douzaine de peaux vaut 24 maravédis27.

  • 28 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 226, 276, 286, 315, 358, 387 ; Leg. 59, fol. 30, 173, 179, etc.

20Mais Pedro Gutiérrez est à la tête d’une entreprise beaucoup plus considérable qui concerne toutes les opérations relatives à la préparation, à la transformation et au commerce des peaux. Il n’est pas exagéré de parler à son sujet de concentration verticale. On a vu qu’il engageait des pelletiers pour aller chercher des peaux dans les régions de production ; il s’assure les services d’autres artisans pour tanner les peaux, vend une partie des peaux ainsi traitées, fait transformer les autres par des pelletiers à sa discrétion et vend de nombreux articles finis. En 1561 il compte sur Hernando de San Miguel et Alonso de Villalón pour la recherche des peaux, sur Cristóbal Sánchez et tous ses ouvriers, qu’il a engagés pour deux ans afin de tanner les peaux, sur Alonso de Villalón et Lucas Pérez pour préparer les vestes en peaux de moutons ; en 1565 il dispose d’une équipe plus fournie puisque Pedro Gonzalez et Martín de La Inojosa se consacrent à la préparation des peaux entre mars et la Toussaint, tandis que Cristóbal de Fuentes part en quête de peaux et que Juan Sevillano vient confectionner des zamarros. Chaque année jusqu’en 1575 Pedro Gutiérrez fait travailler de diverses manières plusieurs pelletiers28. En plus des travaux mentionnés il fait doubler de fourrure des vêtements d’homme ou de femme : il est constamment question de ventes de « ropillas aforradas en peña blanca y negra ».

  • 29 A.H.P.V., Leg. 67, fol. 341.

21D’autre part Pedro Gutiérrez réalise d’importantes opérations commerciales. Il lui arrive de revendre les peaux brutes avec un substantiel bénéfice, ainsi ces peaux de fouine sur lesquelles il gagne 23 %. Surtout il fournit en peaux tannées, en vestes de peaux de moutons, ou en vêtements de fourrures les foires de Medina del Campo : ainsi il fait d’importantes affaires avec Juan de Castellanos en 1560, 1565, 1566, 1569, 1573; avec Alonso de Cuenca en 1565, 1569, 1573; autres négociants de Medina del Campo qui effectuent d’importants achats à Pedro : Juan Gómez, Diego de Valladolid en 1565 et 1566, Cristóbal de Oviedo, Cristóbal de Toro, etc. Mais il advient aussi à Gutiérrez de traiter directement avec des marchands d’Anvers : avec Bonter Goesen en 1563, avec Nicolás de Verone et David de Nique en 1566 et 1572. En 1572 il vend au seul David de Nique 1 500 douzaines de peaux communes, 639 renards et chats sauvages, 207 martres, 119 fouines, 70 loutres, 4 loups : soit une vente de 8 125 réaux, près de 740 ducats : or en 1561 Gutiérrez prétendait ne vendre que 700 ducats de marchandises par an ! Mentait-il ou ses affaires avaient-elles pris, depuis, tant d’extension ? Les deux sans doute29. Car dès 1566 les quelques opérations que nous avions relevées représentaient plus de 200 000 maravédis, l’Anversois David de Nique notamment ayant remis à Gutiérrez 2 000 réaux d’arrhes en passant une commande pour la Pentecôte 1566. En 1573 encore les opérations connues représentent une vente de 296 000 maravédis. Mais il est à peu près certain que d’autres nous échappent.

  • 30 A.H.P.V., Leg. 61, fol. 597 et Leg. 65, fol. 203.

22On comprend alors que certains artisans soient parvenus, par l’usage de ces procédés capitalistes, à une fortune enviable. Alonso Gutiérrez est présenté par son gendre Francisco de Barahona comme un homme riche dont les biens peuvent être évalués à 8 000 ducats. Sa première fille a d’ailleurs reçu une dot de 1 000 ducats et la seconde de 700. Lorsqu’il meurt en 1569 l’inventaire de ses biens fait notamment apparaître 3 maisons dont une maison « principale » dans la rue Cantarranas, où il demeura et mourut, dotée d’une cave pourvue de 9 tonneaux pleins de vin rouge et blanc, un mobilier et un vestiaire abondants ; surtout une belle propriété de 130 aranzadas (c’est-à-dire 57 200 pieds de vigne) à Arroyo avec maison, cave, pressoir, et une tannerie dans la rue… des Tanneurs30.

  • 31 A.H.P.V., Leg. 59, fol. 943.
  • 32 Supra, livre II, chap. v.
  • 33 A.H.P.V., Leg. 50, fol. 1320.

23Quant à Pedro Gutiérrez, c’est un personnage d’une taille beaucoup plus forte. Son activité multiforme d’inspiration typiquement capitaliste l’avait mis à la tête d’une grande fortune que nous ne pouvons malheureusement évaluer exactement faute d’un inventaire comparable à celui de son oncle Alonso. Nous avons eu l’occasion de connaître ses spéculations sur les blés et les vins, nous savons aussi qu’il pratiquait le prêt amical, de préférence à l’égard de pelletiers ou de vignerons, ce qui, en les plaçant sous sa dépendance, favorisait ses entreprises, pelleterie ou commerce des vins : prêt de 10, 20, 30 ducats, voire davantage, ainsi 60 à Andrés de Arze, laboureur de Valladolid, en 1573. Nous savons que les investissements en rentes de Pedro entre 1563 et 1573 représentent une valeur de plus de 13 000 ducats ; nous savons encore qu’il possédait plusieurs maisons dans la rue Cantarranas et de quelque valeur puisqu’elles étaient louées pour 20, 30, 45 ducats annuels ; et un vignoble à Arroyo près de celui de son oncle, produisant en 1563 par exemple 130 muids de vin31. Or il doit posséder d’autres vignes encore car sa production de 1561 était de 280 muids32. Enfin, lorsque sa femme, Isabel Díez, meurt en 1575, elle fait à sa belle-sœur, ses neveux et nièces, d’importants legs dont le montant global atteint 1 400 ducats33. Bref la fortune de Pedro pouvait être de l’ordre de 30 000 ducats, peut-être davantage. Mais il ne s’agit ici que d’une approximation.

  • 34 Par exemple A.H.P.V., Leg. 35, fol. 1008.
  • 35 A.H.P.V., Leg. 56, fol. 1731.
  • 36 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196.

24Bien entendu la pelleterie n’est pas le seul secteur de la production où s’opère ce phénomène de concentration. On le retrouve dans le tissage, certains tisserands devenant dépendants de leurs confrères34. A n’en pas douter il affecta aussi l’industrie de la soie. Mais nous sommes beaucoup moins bien renseignés. Il est bien peu de savoir que le passementier Juan Sevillano a pu engager son confrère Antonio Calderón en 1560-1561 pour un travail à façon payé au forfait : 60 réaux par mois, la soie et les matériaux nécessaires étant évidemment fournis par Juan Sevillano35. Il est déjà plus intéressant d’apprendre qu’en 1585 des moulins à soie et des ateliers de teinture de la soie fonctionnaient depuis peu à Valladolid où l’on adoptait, sur le modèle de Tolède et de Grenade, des ordonnances sur le travail de la soie, où un accord était passé entre la ville et les morisques, l’un de ces morisques, Lázaro López, âgé seulement de trente ans, s’arrogeant une situation prépondérante et profitant du travail de ses frères de race au point de réaliser un chiffre d’affaires annuel de 8 000 ducats36.

  • 37 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 530 ; Leg. 43, fol. 456 ; Leg. 53, fol. 1925 ; Leg. 80, fol. 22 et 201 ; L (...)
  • 38 A.M.V., Livres d’Actes, 14 avril 1589.

25L’industrie de la meunerie est un autre point d’application du capitalisme. Les meuniers ne sont jamais que locataires des moulins dont les propriétaires sont parmi les grands de ce siècle : le riche marchand Pero Hernández de Portillo possesseur des moulins de Simancas sur le Pisuerga ; le licencié de Estrada et le docteur Vázquez à qui appartiennent les moulins de Bellotilla sur ce même fleuve ; les familles de Santiesteban ou López de Calatayud propriétaires de moulins installés sur le Duero près de Tudela ou sur l’Esgueva en amont du Pré de la Madeleine ; le docteur Morales qui a pignon sur fleuve à Tudela et le monastère de la Merci pour qui tourne le moulin de Santa Olalla à Villanubla, ou le licencié Ramiro de Soto possesseur d’un moulin à Rioseco37. Mais une concentration peut s’effectuer au niveau de la location ou, si l’on veut, de l’utilisation : n’est-ce point le boulanger de Cour Barnabé Tellez qui contrôle tous les moulins de la ville en 1589: « tiene tomados todos los azeños y molinos de la villa ». A en croire les regidores, ce « trust » présente beaucoup d’inconvénients38.

  • 39 Ramón Carande a signalé la diffusion de ce système dans l’Espagne du xvie siècle, op. cit., t. I, (...)

26Le besoin de capitaux explique le succès d’une forme d’organisation bien connue et qui paraît s’être beaucoup développée à Valladolid, à tous les niveaux, le plus modeste comme le plus élevé : la compagnie39.

  • 40 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 948.
  • 41 A.H.P.V., Leg. 63, fol. 893. Autre exemple du même type dans Leg. 36, fol. 47.
  • 42 A.H.P.V., Leg. 40, fol. 765.
  • 43 A.H.P.V., Leg. 37, fol. 407.

27Les formules de constitution de compagnies sont assez diverses. L’égalité totale se rencontre assez souvent : les associés apportent le même capital, vivent ensemble, fournissent le même travail et se partagent également les gains ou les pertes lorsque survient le terme fixé à l’existence de la compagnie. Telle l’association infiniment modeste conclue entre les tailleurs Francisco Martínez et Gonzalo del Valle : ils apportent chacun la petite somme de 6 ducats et ils poussent le souci de l’égalité… et les précautions jusqu’à conserver chacun l’une des deux clefs nécessaires à ouvrir leur coffre40. C’est une égalité complète qui caractérise aussi la compagnie formée par les éleveurs de moutons et de chèvres del Pedro Palomino et Francisco Gallo en 1568. Comme à l’origine le premier possède 3 332 têtes de bétail contre 2 462 au second, celui-là commence à vendre à celui-ci autant d’animaux qu’il est nécessaire pour qu’un équilibre parfait soit assuré au niveau de la propriété comme il doit l’être à celui du financement, des gains ou des pertes41. Les changeurs Antonio de Lalo et Juan de Palencia constituent également en 1540 une compagnie sur la base de l’égalité mais celle-ci n’a qu’un objectif limité et ne concerne pas l’ensemble de leurs activités : il s’agit seulement d’aller acheter des porcs et autres « marchandises » à la foire de Plasencia. C’est dans ce but que chacun des deux associés fournit 120 000 maravédis42. La compagnie formée entre le même Juan de Palencia et le peintre Francisco Martín en 1537 avait un caractère analogue : il s’agissait cette fois d’acheter et de revendre du vin nouveau et à cette fin les deux associés apportaient chacun 60 ducats43.

  • 44 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 44.
  • 45 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 15. Autre exemple : Leg. 38, fol. 372.

28Le régime de la compagnie peut être fort différent, ainsi lorsqu’il associe le capital de l’un au travail de l’autre. Lorsqu’en 1554 le passementier Pedro de Mena et le marchand Sancho Hernández forment une compagnie pour une durée de deux ans afin de faire commerce de chausses, d’onguents, de parfums et autres marchandises dont une partie devait venir d’Angleterre, pour être écoulées à la Cour, il est prévu que Pedro de Mena fournira 400 ducats tandis que Sancho Hernández livrera sa personne et son travail, les bénéfices ou les pertes devant être partagées également44. Du même genre était la compagnie établie en théorie pour huit ans en 1533 (en fait elle fut rapidement dissoute) entre le courtier M… de Villafranca et le boulanger Francisco García pour la fabrication et la vente de pain de cour : le premier fournissait le four, l’outillage et l’argent nécessaire à l’achat du blé ; le second apportait son travail et l’égalité était prévue en cas de bénéfice comme en cas de perte45. Dans de tels cas, il s’agit donc pour l’un de faire fructifier un capital inemployé, pour l’autre de se procurer les fonds nécessaires à son activité.

  • 46 A.H.P.V., Leg. 55, fol. 1772.
  • 47 A.H.P.V., Leg. 38, fol. 372.

29La formule peut évidemment être intermédiaire : ainsi lorsqu’elle suppose de la part des partenaires un effort inégal de capital. Dans ce cas si les bénéfices doivent être partagés également, l’associé impécunieux fournit un supplément de travail : l’orfèvre Pedro Miguel n’apportant que 266 ducats à la compagnie, alors que la part de son confrère Pedro Alarça est de 300, devra tenir les livres de l’association46. Mais le plus souvent le partage des bénéfices éventuels tient compte de cette inégalité : le changeur Francisco Daza percevra les trois cinquièmes des bénéfices de la compagnie qu’il a formée avec Antonio de San Miguel pour tenir une table de change car il investit 100 000 maravédis et San Miguel 50 ducats seulement : son travail et « son industrie » ne peuvent compenser la différence. Ou bien dans la compagnie familiale formée entre les marchands Pero Hernández de Portillo et Alonso de Portillo, la participation du premier est des deux tiers, celle du second est du tiers : gains et pertes sont conformes à cette proportion47.

  • 48 Ibid.

30On notera cependant que ces associations sont généralement modestes. Les seules compagnies importantes sont celles qui groupent des fermiers de rentes ou des marchands. On peut donner comme exemple celle fondée le Ier août 1516 par Pero Hernández de Portillo et Alonso de Portillo. Elle dura jusqu’au 15 mars 1538 et mettait en jeu des sommes importantes puisque lors de la dissolution, l’actif de la compagnie s’élevait à plus de 80 000 ducats et plusieurs grands nobles comme le duc de Sesa, les comtes de Medellín et d’Alva de Linte, les marquis de Denia et d’Astorga figuraient parmi ses principaux débiteurs48. Bref, l’étude des compagnies confirme qu’à Valladolid les marchands se situent à un niveau beaucoup plus élevé que les artisans ou les fabricants. Cela ne doit évidemment surprendre personne.

Le grand commerce.

31Considérons la liste des corporations, des gremios. Il y a les gremios menores dont le nombre varie légèrement selon l’époque, une quarantaine approximativement, et les cinq gremios mayores. Or quels sont les gremios mayores ? Ce ne sont que gremios de grands marchands. Les voici :

  • Draps, soieries et mercerie
  • Épicerie
  • Lingerie
  • Cirerie et confiturerie
  • « Onze maisons » (?) et marchands de fer
  • 49 Mariano Alcocer Martínez, Fuentes para la historia de los gremios, Valladolid, 1921.
  • 50 A.M.V., Leg. 377.

32Et l’administration des gremios est confiée à deux diputados mayores nommés tous les trois ans, l’un par les propriétaires de vignobles, l’autre par la corporation des draps et soieries. Voilà qui revient à fixer les hiérarchies, celle de l’agriculture comme celle du commerce49. D’ailleurs certains voyageurs du premier tiers du siècle, tels Antoine de Lalaing ou Andrés Navagero, soulignent le rôle commerçant de Valladolid et le Vénitien attribue la présence de ces riches marchands, dont plusieurs étrangers, à la proximité des foires de Castille. Le géographe Pedro de Medina donne en 1545 la même raison à l’existence de ces marchands « ricos y de gran trato ». Et la réédition de son livre, en 1595, évoque encore de très riches marchands de même qu’une déclaration du notaire Juan de Gamarra, faite en 1616, affirmait qu’il y avait à Valladolid en 1601, avant l’arrivée de la Cour, de très nombreux marchands de draps et de soieries de grand prix50. A priori l’importance des marchands de Valladolid apparaît donc comme un fait de structure. Ces marchands n’ont sans doute pas la taille des Burgaleses d’avant 1570. Ils n’en dominent pas moins l’activité économique de leur cité.

  • 51 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.
  • 52 Le montant de la contribution a une valeur indicative d’autant plus grande qu’il est fixé par les (...)

33L’enquête de 1561 fournit une fois encore d’intéressantes possibilités de contrôle. Elle confirme que la contribution comme le chiffre d’affaires des grands marchands sont fort supérieurs à ceux des artisans huppés51. Car si les artisans dont la contribution dépasse 1 000 maravédis se comptent sur les doigts d’une main, plusieurs dizaines de marchands sont dans ce cas. Or c’est bien, en définitive, le prélèvement de l’alcabala qui peut donner l’information la plus sûre. Ou bien nous sommes les dupes de l’intérêt des uns, de la vanité des autres. Qui croire en effet ? Gonzalo de Salcedo qui paie 2 300 maravédis d’alcabala et avoue un chiffre d’affaires de 1 000 ducats ou Miguel de Castro dont la contribution est identique (2 300 maravédis) mais qui prétend vendre de la marchandise pour une valeur de 6 000 ducats ? Et que penser alors de Francisco de La Cueva : 9 180 maravédis d’alcabala et une vente de l’ordre de 1 500 ducats52 !

34Il est donc plus simple de s’en remettre aux chiffres ci-dessous :

Marchands payant plus de 1 000 maravédís d’alcabala

Marchands payant plus de 1 000 maravédís d’alcabala

35Ce court tableau est déjà significatif de la différence entre artisans et marchands. Il reste beaucoup trop terne cependant. Voici un peu de couleur : sept des marchands de draps et soieries paient plus de 2 000 maravédis, dont Francisco de La Cueva, 9 180, Carlo Marteli 3 400 et Gonzalo de Salcedo 3 468, quatre des commerçants en toiles et cotonnades dépassent les 3 000 maravédis, à leur tête Gonzalo de Salcedo, encore lui, avec 4 093; des négociants en picotes et bures, comme Francisco de Aranda, dépassent également 2 000 voire 3 000 maravédis, et l’épicier le plus considérable, Alonso Fernández de Espinosa, paie 4 500 maravédis, quatre de ses confrères en versent plus de 2 000 aux alcabaleros.

36De plus, on l’a déjà compris par l’exemple de Gonzalo de Salcedo, nombre de marchands vendent diverses sortes d’étoffes. Leurs chiffres d’affaires sont donc beaucoup plus importants qu’il n’y paraît au premier abord. On peut en juger par les exemples suivants :

Contribution annuelle de quelques grands négociants (en maravédis)

Contribution annuelle de quelques grands négociants (en maravédis)

37Ainsi, compte tenu des épiciers, une bonne douzaine (13 à la douzaine) de négociants vallisolétains atteignent ou dépassent, parfois très largement, la contribution de 3 000 maravédis. Il est d’ailleurs curieux d’observer que l’épicier Alonso Hernández de Espinosa apparaît pour 1 200 maravédis sur les relevés de la rente de picotes y sayales, devenant ainsi, après Gonzalo de Salcedo et Francisco de La Cueva, le troisième contribuable vallisolétain à l’alcabala. Ces versements au fisc supposent un important négoce et les affaires qui traitent plusieurs milliers de ducats par an ne sont pas rares. Miguel de Castro est sans doute glorieux quand il déclare que sa maison est la más caudalosa: sa contribution est inférieure de moitié à celle du prudent Salcedo ! Mais il n’exagère guère, peut-être, lorsqu’il parle d’un chiffre d’affaires de 6 000 ducats : son collègue, Francisco Hernández, dont le versement est un peu moindre, pense vendre pour 5 à 6 000 ducats. Et le fermier des draps et soieries, Julián de La Fuente, reconnaît que si on devait lever strictement l’alcabala sur ces articles, c’est-à-dire un droit de 3 % au heu d’un forfait, il offrirait 3 000 ducats. Ce qui suppose, en réservant les bénéfices du fermier, un chiffre d’affaires de plus de 100 000 ducats, rien qu’en draps et soieries, abstraction faite des transactions qui se font en foire ; or nous sommes en 1561, la Cour est dans l’émigration, et le malheureux Francisco de La Cueva se plaint de la chute des affaires. En épicerie les entreprises sont peut-être d’importance moindre mais plusieurs dépassent les 1 500 et les 2 000 ducats de ventes annuelles. Il y a encore le commerce des cuirs, avec deux contribuables dépassant les 2 000 maravédis, celui du bois, sans parler des monopoles ou plutôt des oligopoles institués autour de la vente de viande, de poisson, ou de chandelles et dont nous verrons qu’ils pouvaient être occasion de beaux bénéfices.

  • 53 Pierre Jeannin, op. cit., p. 42.
  • 54 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 572 à 578.

38Plusieurs de nos négociants méritent le nom de « merciers » si l’on se souvient de la remarque de Pierre Jeannin : « Le propre de ces gens est de vendre de tout »53. Pénétrons dans le magasin du défunt Sansin de Villanueva, « mercador andante en corte », à la suite des marchands qui, à la demande de la veuve, vont en 1554 faire l’inventaire du stock. Le rayon des étoffes est bien pourvu : laines des Flandres de diverses couleurs, draps de Hollande, toiles de Brabant, « bretagnes » probablement originaires de la région de Pontivy, « brins » de La Ferté-Bernard et « angers » de l’Anjou, toiles de lin de diverses provenances, chamelote du Levant, soie de Grenade, soie de Tolède, soie morisque ; dentelle de Madrid, de Tolède ou de Portugal ; cotonnades des Flandres, futaines ou certaines étoffes dont nous ignorons la nature comme les crisoles; au rayon de la bonneterie les chemises de femmes en laine ou en soie, les chemises d’hommes en laine ou en coton, les chausses de divers modèles, les chausses de laine, les cols, les ceintures de laine ou de soie, certaines de Tunis ; des gants par douzaines, gants pour hommes en peau de mouton, gants de femmes ouvragés ; on trouve aussi (est-ce cela, la mercerie ?) du fil blanc ou du fil mauve, des boutons d’étain ou de tissu, des aiguilles et des épingles (épingles de Paris !), des bourses de soie de Venise ou de Paris, des escarcelles en velours, des peignes de Rouen, de Paris ou d’ailleurs, et quelques lieues de rubans ou de cordons de soie ; la bijouterie offrait des boucles d’oreilles et des pendentifs, certains en argent, des bagues, des perles vraies ou fausses comme les camées, des objets de corail, des articles en ivoire : boîtes d’ivoire, sceaux d’ivoire, montres en ivoire, car Sansin de Villanueva vendait aussi des horloges de toutes tailles, rondes ou carrées, montées sur bois ou sur métal. Il faisait commerce de livres et de papeterie : bréviaires, livres d’heures ou de comptes, cartes à jouer de toutes sortes. Enfin son magasin était un vrai bazar : on y trouvait des miroirs pour tous les goûts, des miroirs d’acier émaillé bien souvent, parfois doré, des miroirs de cristal à cadre doré, des miroirs à horloge, des miroirs à moulures ; on y trouvait une abondante quincaillerie : ciseaux ordinaires ou dorés, ciseaux de tailleurs ; couteaux de toutes provenances : d’Allemagne, de Bohême, de Flandres, de Vergara et même de Valladolid ! limes d’Allemagne, articles en étain, chandeliers ou sifflets, tenailles… Et tant d’autres choses encore : des coffres dorés de huit modèles différents, des écritoires, des statuettes, une arquebuse, des éperons, de l’ambre… et tous les objets que je n’ai pu parvenir à identifier54.

  • 55 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 13.

39En revanche une visite au magasin de Bartolomé de Ávila, faite en 1542, nous eût donné l’exemple des tissus qu’un marchand spécialisé en draps et soieries pouvait offrir au public : drap grossier (basto) du pays ou d’Aragon (paño buriel), voire de Ségovie ; drap légèrement supérieur de la voisine Palencia, en blanc, en orangé ou en rouge ; drap de Cuenca en vert, rouge ou violet ; drap de Tolède blanc, grenat ou rouge ; drap de Perpignan en gris, en sable ou en orange ; drap de Rouen aux multiples couleurs : vert clair et vert foncé, blanc, argenté, jaune ; drap noir de Florence. Ou encore les étamines et les canevas. Puis les velours : velours léger de Grenade et de Tolède (a un pelo y medio) bleu, cramoisi, orangé, violet ; velours plus lourd de Valence (a dos pelos) vert ou orange. Les satins : satin cramoisi ou blanc de Tolède, satin blanc de Valence, satin violet de Grenade, satin noir ou blanc de Florence et de Venise ; taffetas de Grenade, Tolède et Valence ; damas de ces deux dernières villes, violet ou cramoisi. Bref, une grande richesse en étoffes de prix, propres à satisfaire les vanités d’une Cour55.

  • 56 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 1115 et suiv.

40L’inventaire des stocks de l’épicier Lucas de Barcena Carrasa, pratiqué en 1595, offre une gamme de produits moins riche sans doute que celle d’un mercier mais encore variée : épices bien sûr, poivre, gingembre, cannelle, piment, safran, cumin, câpres, mais aussi conserves de fruits et de confitures, des fruits secs et confits, des amandes accommodées de diverses façons, des sucres, des huiles, des graisses, du papier, des rubans, des aiguilles, des laines, de l’alun, de la rhubarbe ; et aussi des colorants (pastel, garance, ocre), des métaux : étain, cuivre, laiton, soufre, etc.56.

  • 57 Ramón Carande, op. cit., t. I, chap. ix.
  • 58 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, s.f.

41Toutefois, malgré l’importance indiscutable de leur négoce les grands marchands de Valladolid sont d’une taille inférieure à ceux de Burgos, du moins à l’époque de Charles Quint. Ramón Carande a souligné cette prééminence des négociants Burgaleses qui contrôlent l’exportation comme l’importation57. D’autres textes accusent cette dépendance des Vallisolétains à l’égard de Burgos, par exemple cette pétition des marchands de Valladolid qui, en 1514, protestent contre la saisie de draps étrangers : ces draps, disent-ils, sont importés par les marchands de Burgos à qui ils les achètent eux-mêmes58

  • 59 Henri Lapeyre, op. cit., p. 520.
  • 60 A.H.P.V., Sección Simón Ruiz, Caja 4, fol. 215 et 216 ; Caja 5, fol. 266 ; Caja 17, lettres des 14 (...)

42Le déclin de Burgos autour des années 1570 a pu développer l’indépendance des marchands de Valladolid et j’ai des raisons de croire à l’essor du grand commerce vallisolétain pendant les vingt dernières années du siècle. On y reviendra. Cependant beaucoup de négociants restent soumis à l’influence du grand marchand de Medina, Simón Ruiz, même si celui-ci, comme l’indique son historien Henri Lapeyre, a réduit ses importations après 157059. La correspondance de Simón Ruiz avec Valladolid atteste cette influence et il est assez fréquent que des négociants de Valladolid, ainsi Francisco de Benavente, Hernando de Vega ou Diego Díez, commandent à Simon Ruiz des étoffes françaises, telles qu’angeos, sanbrioques ou malobrinas et des étoffes flamandes, notamment des bayettes60.

  • 61 A.H.P.V., Leg. 40, fol. 290 et suiv.
  • 62 Henri Lapeyre, op. cit., p. 83.
  • 63 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 782 et suiv. Dont 12 000 ducats en maisons, plus de 35 000 en propriétés f (...)

43Il y eut cependant à Valladolid un négociant de grande taille dont l’activité se déroule pendant la première moitié du siècle : il s’agit de Pero Hernández de Portillo, el abuelo. L’inventaire de ses biens réalisé en février 1540 suppose une fortune de 29 464 358 maravédis, c’est-à-dire 78 571 ducats61. Nous sommes loin en apparence des 363 000 ducats de Simón Ruiz. Mais 1540 n’est pas 1596 et un ducat de 1540 en vaut bien trois de 1596. A l’échelle du pouvoir d’achat la fortune de Pero Hernández de Portillo en 1540 représentait beaucoup plus de la moitié de celle de Simón Ruiz en 1596. Or, écrit Henri Lapeyre à propos de Simón Ruiz : « c’était pour l’époque une fortune prodigieuse »62. Encore la richesse des Hernández de Portillo devait-elle s’accroître : en 1595, celle de Pero el nieto atteignait au moins 125 000 ducats63. Elle dépassait de loin alors, comme déjà celle du grand-père, la fortune de tous les letrados que les documents m’ont livrés. Mais ce n’était plus la marchandise qui la nourrissait, sinon les revenus des rentes et des propriétés foncières.

  • 64 A.H.P.V., Leg. 38, fol. 390 et suiv.

44C’était en tous cas la marchandise qui avait créé cette opulence. En 1538 lorsque la compagnie entre Pero Hernández et Alonso de Portillo fut dissoute, la part de Pero avait été de 21 678 603 maravedís64. C’est-à-dire les trois quarts de la fortune qui devait lui être reconnue par l’inventaire de 1540.

  • 65 Narciso Alonso Cortés, « Fabio Nelli », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 693.

45Il est vrai que Pero Hernández a dû pratiquer quelques opérations de crédit. Mais c’est là le lot des grands marchands et c’est comme toujours le commerce de l’argent qui fait les nababs de l’économie. Alors, bien sûr, il faut évoquer la figure de Fabio Nelli de Espinosa dont la fortune, à sa mort en 1611, était de 310 000 ducats, c’est-à-dire assez proche de celle de Simón Ruiz. Seulement si Fabio était né à Valladolid, si son père Alfonso, venu d’Italie en 1525, avait prospéré à Valladolid en compagnie d’autres Italiens, puis s’était marié avec Damiana de Espinosa, il reste que Fabio constitua sa richesse sur la place de Séville. Et ce n’est qu’aux alentours de 1590 qu’il vint en jouir à Valladolid où il fit construire ce très beau palais herrérien actuellement en voie de restauration65.

  • 66 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 1115 ; A.H.N., Clero, Leg. 7856 ; A.H.P.V., Leg. 60, fol. 1359. Autre exe (...)

46Auprès de ces géants, les autres retournent à la modestie, même le dynamique Pedro Gutiérrez dont nous avons déjà examiné le cas Ils ne sont cependant pas négligeables : l’épicier Lucas Barcena de Carrasa est riche en 1595 de 16 000 ducats, le marchand Luis Falaguer originaire de l’Aragon en a 28 000 en 1567, l’adjudicataire des boucheries Juan de Toro 12 500 en 156466. Ce ne sont plus là que de riches négociants. Il est vrai que l’histoire de Valladolid au xvie siècle ne m’a pas livré tous ses secrets.

  • 67 A.H.P.V., Leg. 43, fol. ?
  • 68 A.H.P.V., Leg. 58, fol. 214.
  • 69 A.M.V., Livres d’Actes, n° 7.
  • 70 A.M.V., Livres d’Actes, 27 janvier 1500.

47Le rayon d’action de la plupart des négociants de Valladolid est donc assez court. Le rayon inscrit un cercle sur lequel se trouvent Burgos au Nord, Ségovie au Sud-Est, Salamanque au Sud-Ouest et à l’intérieur duquel les villes de foires, Medina del Campo, Rioseco ou Villalón jouent un rôle essentiel. Mais la richesse de ces négociants est assurée par le pouvoir élevé de consommation de leur ville, surtout en période de Cour, et il arrive aussi aux hommes d’affaires vallisolétains d’établir directement des relations plus lointaines sans le secours des gens de Burgos ou des marchands des villes de foires. On a déjà vu que la clientèle de Pedro Gutiérrez s’étendait à presque toute la Vieille Castille, atteignait l’Aragon ou la Navarre, et le pelletier traitait avec des marchands d’Anvers. Il en est souvent de même du commerce des étoffes de prix : les créances du passementier Hernando de La Dueña par exemple concernent la Nouvelle Castille (Madrid, Tolède, Ocaña, Almagro, Talavera) et le Levant (Valence)67. Les seigneurs du Léon viennent acheter à Valladolid les brocarts de Milan ou les soies de Grenade68. D’ailleurs, si le siège des foires échappe à Valladolid, beaucoup de négociants ou de changeurs vivent dans cette ville dont le séjour est plus agréable et les possibilités d’activité plus grandes. Ainsi une partie du bénéfice des foires revient à la ville dont la fonction commerciale est plus grande qu’il n’apparaît d’abord. Seules d’importantes affaires peuvent expliquer que soient établis à Valladolid dans les années cinquante de nombreux changeurs et de nombreux courtiers en draps et soieries : en 1557 les premiers sont 14, les seconds au nombre de 19, et ils déposent, les uns et les autres, une garantie de 2 000 ducats. Sept autres courtiers de paños y joyas versent pour leur part une garantie de 1 000 ducats69. Bien sûr, il s’agit des années d’apogée, mais dans les années 1500 déjà, des changeurs considérables prospéraient à Valladolid puisqu’en l’an 1500 quatre d’entre eux versaient une fianza de 3 000 ducats70 !

48Le rapprochement de ces deux dernières dates, 1500 et 1550, ne doit évidemment pas autoriser une conclusion abusive : celle de la pérennité de la fortune. Car si l’importance du grand commerce est à Valladolid fait de structure, observable tout au long du siècle, la conjoncture n’est pas à mépriser. C’est d’elle qu’ont vécu les hommes, c’est par elle qu’ils ont gagné ou perdu.

Les variations du siècle et les possibilités d’enrichissement.

49L’histoire de l’économie vallisolétaine au xvie siècle est celle d’un long développement, commencé dès avant le début de ce siècle, troublé ou interrompu sans doute par diverses crises, mais accéléré après 1540 jusqu’en 1559, suivi par une dépression profonde qui dure au moins vingt ans et à laquelle succède un renouveau prometteur prolongé jusqu’au retour provisoire de la Cour. A une telle chronologie, nous sommes déjà préparés.

  • 71 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid.

50a) La première période ne connaît qu’une crise grave, celle des Comunidades: les désordres, les émeutes, les luttes entre factions qui caractérisèrent cet épisode furent évidemment très défavorables au négoce. Une pétition signée le 17 juin 1521 par seize marchands de Valladolid se réfère à ces troubles pour expliquer la difficile situation des marchands et propose un plan de remise en ordre : ils rappellent que les dernières foires, celle d’octobre à Medina del Campo, celle de février-mars à Villalón, celle de Pasquilla à Rioseco, n’ont pas eu heu. Les lettres de change n’ont pas été honorées et les paiements ne se sont pas effectués ; quant au commerce, il a été paralysé. Pour comble la junte des comuneros les a lourdement imposés et ils se trouvent sans aucune disponibilité pour faire face aux paiements de l’actuelle foire de mai qui doit liquider le passé. Des faillites ont eu heu, d’autres sont à craindre si des délais raisonnables ne sont pas accordés71.

  • 72 Juan Agapito Revilla, Las Calles de Valladolid, op. cit., p. 186.

51C’est également au cours des Comunidades, le 21 août 1520, que fut attaquée et pillée la maison du riche marchand Pero Hernández de Portillo parce qu’il avait refusé de se joindre aux comuneros: ses meubles furent brisés ; ses stocks d’étoffes précieuses, brocarts, soieries, draps, furent brûlés et les dégâts évalués, peut-être avec excès, à 50 000 ducats72. On sait que Pero Hernández reconstitua sa fortune.

  • 73 A.H.P.V., Leg. 38, fol. 390 et suiv.
  • 74 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 584.
  • 75 A.H.P.V., Leg. 45, fol. 450.

52Car après les Comunidades, comme avant, les temps paraissent favorables aux marchands et aux artisans. Il arrive qu’une « peste » suspende le mouvement des affaires, et les « pestes » ne sont pas rares. Mais l’impression générale est bonne. La ville grandit, cela est sûr. Les séjours de la Cour sont fréquents. L’aristocratie apprécie la ville du Pisuerga. Évidemment, il ne faut pas conclure de l’enrichissement de quelques-uns à la prospérité générale d’un secteur de l’économie mais certains exemples sont de quelque poids : c’est à la fin du xve siècle et au début du xvie que López de Calatayud et les Hernández de Portillo construisent leur fortune par la marchandise. Après l’épreuve des Comunidades, Pero Hernández de Portillo sait toujours gagner de l’argent : en trois ans, de 1535 à 1538, les bénéfices de la compagnie de Pero Hernández et d’Alonso de Portillo s’élèvent à 2 224 799 maravédis, soit près de 6 000 ducats73 ! Mais Pero Hernández n’est pas seul à prospérer. Un autre marchand opulent peut offrir en 1544 à sa fille María une dot royale de 6 500 ducats74 et celle de la belle-fille du changeur Juan de Palencia (plus de 1 000 ducats) est encore très confortable75.

  • 76 A.M.V., Livres d’Actes, années 1540 à 1559.

53b) De 1540 à 1559, on devine que la situation devient encore plus favorable aux profits. Elle est suffisamment connue sans qu’il soit nécessaire d’insister longuement : séjour continu de la Cour, afflux d’immigrants, fièvre de construction, grandes fêtes et grands événements favorables à la dépense. On apportera seulement quelques pièces supplémentaires au dossier. Pendant ces années, nombreux sont les marchands (mercader, tratante, lencero, joyero) qui sollicitent du Regimiento de Valladolid le droit de vecindad, et parmi eux des étrangers comme le Florentin Carlo Marteli en 1558 ou des gens importants comme les changeurs Rafael Salvo, Diego Enríquez ou Juan Juánez et le courtier Miguel Zamora que nous retrouvons sur les listes des courtiers autorisés de ces mêmes années. Au même moment des artisans (zapateros, herradores, torneros) ou des boutiquiers sollicitent eux aussi ce droit de vecindad76.

  • 77 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

54L’enquête de 1561 va dans le même sens. Cette enquête concerne, rappelons-le, les années 1557-1561. Or les fermiers des alcabalas, Julián de La Fuente pour tous les tissus, Juan López pour le peso y cotillo, Gregorio Román pour les bois et les fruits, opposent leurs bénéfices des années 1557-1559 à leurs pertes des armées 1560-1561, quoiqu’ils aient tendance à minimiser leurs bénéfices : ainsi Gregorio Román reconnaît avoir gagné 100 000 maravédis en 1558 alors que son successeur prétend en avoir perdu 500 000 depuis le départ de la Cour. Et le produit de l’alcabala est, bien entendu, en raison directe de l’intensité des affaires77.

  • 78 Ibid.
  • 79 A.H.P.V., Sección Simón Ruiz, Caja 12, fol. 89 ; Caja 17, lettre du 14 avril 1572.
  • 80 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 95. Cf. supra, livre I, chap. VIII ; livre II, chap. i (...)
  • 81 A.M.V., Livres d’Actes, 26 février 1580.
  • 82 Henri Lapeyre, op. cit., p. 481 et suiv.

55c) La dépression qui fait suite à ces belles années n’est pas douteuse. Déjà en 1561 le marchand Francisco de La Cueva parle d’un déclin du commerce des étoffes et évoque certaines faillites : « … este trato de trapería ha menguado mucho de algunos años a esta parte por lo que han quebrado algunos y otros los han dejado… »78. Nouvelles difficultés et nouvelles faillites quelques années plus tard touchant des négociants importants. En 1570 Francisco de Benavente sollicite de Simón Ruiz des délais de paiement ; en 1572 il est emprisonné pour dettes et certains biens de sa femme sont saisis. La même année Diego Diez fait faillite et ses biens sont vendus à l’encan79. A la même époque très rares sont les commerçants ou artisans qui sollicitent le droit de vecindad. On peut citer deux Flamands et un Portugais en 1565, possibles gens d’affaires, ou un mercier en 1575, un orfèvre en 1566, mais c’est fort peu. Pendant quatre années, de 1576 à 1579, pas un seul droit de vecindad n’est sollicité. Bien au contraire les fabricants et les marchands s’en vont : l’enquête de 1575 est précieuse à ce point de vue bien qu’inégalement conduite. Seul, malheureusement, le fonctionnaire chargé de la paroisse de San Salvador indique les propriétaires des maisons désertées : parmi eux des marchands dont l’un des plus importants de la ville, Francisco Hernández, et des artisans. Ailleurs on peut s’étonner de recenser plusieurs maisons vides dans des rues ou des places aussi commerçantes que la Costanilla, la Rinconada, Cantarranas, par exemple. On est bien obligé alors de croire les curés dont on a déjà utilisé les témoignages80. On rappellera qu’ils attribuent le déclin des affaires qui au départ de la Cour, qui à la hausse récente de l’alcabala fixée désormais à 10 % ad valorem. Et ce sont ces raisons que la ville allègue le 26 février 1580 pour se dérober à l’exigence royale en gens de guerre : longue absence du Roi, augmentation des alcabalas et des impôts, dépenses dues à la réédification du quartier détruit. En 1577 le produit de l’alcabala a été inférieur de 1 669 000 maravédis à la contribution exigée. C’est un procès-verbal de détresse81. Comment enfin ne pas observer que cette période correspond très exactement aux mauvaises années de Medina, à ce que Henri Lapeyre appelle « le grand désordre des foires » (1559-1578), les années 1575-1578 correspondant même à la suspension totale de ces foires82.

  • 83 A.H.N., Clero, Leg. 7856.
  • 84 A.H.P.V., Leg. 68, fol. 1219.
  • 85 A.H.P.V., Leg. 60, fol. 1359.

56Toutes les affaires ne périclitent pas cependant. Le négociant Luis Falaguer meurt riche en 1567 mais le tiers de sa fortune ou presque est composé de créances non encore recouvrées83. Le tratante Diego de Valladolid, rédigeant son testament en 1573, reconnaît qu’il a gagné beaucoup durant son union avec María Ruiz84. L’ « obligé » des boucheries, Juan de Toro, continue à gagner de l’argent : les bénéfices des boucheries sont de 485 250 maravédis en 1561-1562, 722 090 en 1562-1563, 439 100 en 1563-1564, plus de 4 500 ducats en trois ans85 ! Mais le bonheur des uns ne fait pas celui de tous.

  • 86 Cf. supra, livre II, chap. iv, p. 305.
  • 87 A.M.V., Livres d’Actes, années 1583 à 1587 surtout.
  • 88 A.M.V., Livres d’Actes, 22 février 1585 ; mars à mai 1587.

57d) Après 1580, le changement de décor est évident. Aux marques de la dépression et du marasme succèdent celles de la prospérité et de l’activité commerciale. Valladolid redevient une grande place de négoce, et le trafic des étoffes y joue un rôle prépondérant : la part des tissus de toute sorte dans l’alcabala qui était de 8,2 % en 1577 est de 12,6 % en 159686. Les marchands affluent à Valladolid : en quelques années une dizaine de lenceros sollicitent le droit de vecindad et le mouvement se prolonge dans les années quatre-vingt-dix. Avec eux d’autres négociants87 et, ce qui accrédite l’idée d’un commerce important, de nombreux étrangers. L’industrie de la soie s’organise autour de moulins tout neufs, avec la promulgation d’ordonnances faites sur le modèle de celles de Grenade et de Tolède88. Pedro de Medina et Dámaso de Frías exaltent une ville prospère où fleurit le négoce. En 1616 Juan de Gamarra déplorant l’état de la ville, rappellera qu’en 1601, avant la venue de la Cour, elle était très peuplée et comptait parmi ses habitants de nombreux marchands de draps et de soieries, fort riches.

58Comment expliquer un retournement de situation aussi brutal et aussi réel puisqu’il s’accompagne, peut-être est-il opportun de le rappeler, d’un renouveau démographique, jusqu’en 1590 au moins ? Car enfin, la Cour n’est pas revenue.

  • 89 Henri Lapeyre, op. cit., p. 494.
  • 90 Ibid., p. 495.

59Mais le nouvel essor commercial de Valladolid coïncide précisément avec la réorganisation des foires de Castille. Celle-ci est couronnée par la cédule royale du 7 juillet 158389. Or c’est justement à partir de cette année 1583 que les demandes de droit de vecindad présentées par des marchands, essentiellement des lenceros, réapparaissent et se multiplient, après des années de néant. Henri Lapeyre signale aussi qu’après cette réorganisation les foires « pendant plus de dix ans… allaient fonctionner dans des conditions normales »90. Nouvelle coïncidence, l’afflux des marchands à Valladolid se poursuit jusqu’en 1595, puis cesse avant de reprendre en 1601 avec le retour de la Cour.

  • 91 A.M.V., Livres d’Actes, 1er janvier, 19 mars, 8 et 17 octobre 1586.

60Il ne s’agit pas cependant de se contenter de cette seule explication. Le déclin de Burgos, l’euphorie de la draperie ségovienne, le rôle nouveau de Madrid comme place financière ont pu favoriser un glissement vers le Sud des organismes commerciaux. Il est certain encore que l’arrivée d’un fort contingent de morisques à Valladolid fut à la source de la création de l’industrie de la soie : plusieurs textes dont on s’est déjà servi le prouvent. Cette industrie a pu utiliser aussi de vieux-chrétiens sans emploi dans une ville où l’expansion démographique a repris. Enfin, last but not least, je crois que l’annexion du Portugal en 1580 a servi Valladolid, relativement proche des frontières de ce royaume avec lequel elle a noué de plus actives relations. On a déjà évoqué le paradoxal achat de blé au Portugal de 1594. Mais ce n’est pas tout. Les Portugais viennent s’établir à Valladolid ; pendant la seule année 1586 cinq marchands portugais, Miguel Francisco, Miguel Rodríguez de Motas, Antonio Alvárez, Manuel López, Jorge Núñez, ce dernier « que trata en lencería », sollicitent de la Municipalité vallisolétaine le droit de vecindad91. Ainsi la conjoncture, du moins la conjoncture commerciale, s’est-elle renversée en faveur de notre ville.

  • 92 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 1115 et suiv.
  • 93 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 144 et suiv.
  • 94 A.H.P.V., Leg. 767, s.f.
  • 95 Pedro de Medina, op. cit., cap. 97.

61Les inventaires après décès des marchands morts au cours de ces années donnent une impression de grande aisance, voire d’opulence. Qu’il s’agisse de l’épicier Lucas de Barcena Carrasa92 ; du marchand Roberto Esborlato, un Piémontais d’Asti mais vecino de Valladolid, qui se permet des legs à ses neveux et à certains monastères ou des fondations de messes d’une valeur totale supérieure à 2 500 ducats et dont on ignore malheureusement la fortune laissée à son neveu Clemente Formento93 ; ou encore du cirier Antonio de Montoya. Il est facile de mesurer l’enrichissement de ce dernier. En 1561 il ne contribue que très modestement à l’alcabala du peso y corrillo (pour 612 maravédis) et en 1567, lors de son second mariage, la valeur totale de ses biens est seulement de 393 890 maravédis, moins de 1 100 ducats. En 1598, à la mort de sa troisième femme, sa fortune atteint 2 512 257 maravédis, quelque 6 500 ducats : elle a été multipliée par 6 en trente ans. Ses deux mariages ne sont pour rien dans l’affaire, ou si peu, puisque les dots de ses deuxième et troisième femmes se sont élevées respectivement à 157 000 et 23 800 maravédis94. Encore une fois il ne s’agit là que d’individus. Mais dans l’édition de 1595 des Grandezas y cosas memorables de España, beaucoup plus complète à propos de Valladolid que celle de 1548, Diego Pérez de Mesa, qui continue Pedro de Medina, écrit : « Toda la gente en común es muy rica »95. Or cette phrase ne se trouvait pas dans l’édition de 1548. Il ne s’agit donc pas d’une répétition sans valeur.

III. — LES ÉTRANGERS A VALLADOLID

  • 96 A.H.P.V., Leg. 70, fol. 2034.
  • 97 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 1020.

62Tout au long de ce siècle, chaque fois qu’il s’agissait de commerce ou de finance, j’ai rencontré les étrangers. Des Flamands venus à la suite de Philippe le Beau ou de Charles Quint et à qui les gens d’Église de Valladolid fermaient la porte au nez au grand scandale de Laurent Vital, des Flamands comme le changeur Álvaro de Bruxelles, comme Nicolás de Erque, ce marchand mort en 1561 à la tête d’une affaire assez florissante96 ou comme le tapissier André de Nivelle. Des Portugais, tel ce Pedro Luis qui en 1561 contribuait à l’alcabala pour plus de 3 000 maravédis (2 250 à la renta de toiles et cotonnades, 816 à celle du peso y corrillo), tels les marchands venus s’installer en 1586. Des Français aux situations plus modestes, parfois cependant amateurs de joyaux castillans comme ce Pierre Dupon, marchand rouennais97, mais avant tout, des Italiens.

63Le recensement de 1561 pourrait égarer. Ils ne sont là qu’une quarantaine d’étrangers tout au plus, douze Portugais, neuf Français, dix Italiens dont sept Génois (et deux Florentins seulement), six Flamands, un Allemand, un Bourguignon… Mais outre que le nombre signifie moins en l’occurrence que le rôle et l’influence, on sait que l’année 1561 n’est pas très favorable à l’observation. Les Italiens à la poursuite de la fortune n’ont guère à espérer de la Valladolid de ce temps.

  • 98 Narciso Alonso Cortés, « El traductor Ottavanti », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 611.
  • 99 A.M.V., Livres d’Actes, 1er mars 1557.

64Narciso Alonso Cortés, ce merveilleux connaisseur du passé de sa ville, précise les choses en mettant en rapport l’installation de la Cour dans la ville du Pisuerga et l’afflux des Italiens. De 1548 à 1559, dit-il, la Cour réside constamment à Valladolid : aussi les Italiens sont fort nombreux, banquiers, marchands, asentistas. Parmi les Florentins il cite Rainaldo et Juan Bautista Strozi, Francisco et Pedro Loti, Luis Sosteni, Juan Barancheli, Rafael Achaioli, Jacome Verti, Cosme Martelli et l’agent de change Ottavanti ; parmi les Génois, Francisco Lomehn, Galeote Centurion, Juan Bautista Saudi98. Je pourrais ajouter que Galeote Centurion mais aussi Barnabe Centurion figurent parmi les changeurs en foire les plus importants des années 1557, 155899.

  • 100 A.H.N., Clero, Leg. 7789 et 7794 ; Narciso Alonso Cortés, « Fabio Nelli », Miscellanea Vallisoleta (...)
  • 101 A.H.N., Clero, Leg. 7794. On ajoutera que la parfaite démonstration de Felipe Ruiz Martín vient d’ (...)
  • 102 A.H.P.V., Leg. 38, fol. 301.
  • 103 A.H.N., Clero, Codex 898 b.

65Mais je répète que la présence italienne concerne tout le siècle ou presque. C’est dès la fin du xve siècle que le Siennois Lorenzo Bertini (ou Vertini) vient se fixer à Valladolid où ses affaires prospèrent : lorsqu’il meurt en 1530 sa fortune espagnole est estimée à 20 000 ducats. Ses enfants naturels, Juan Francisco, Francisco et Galban Boni formeront ensuite une compagnie avec un autre Siennois, Alfonso Nelli, venu à Valladolid en 1525, avec le Florentin Jacome Verti et d’autres encore, Juan Antonio Picolo, Jerónimo Severin100. Ainsi se préparaient les hauts destins de plusieurs grandes familles vallisolétaines : les Bertin, les Boniseni (ce nom étant fabriqué à partir de Boni et de Sena, Sienne), les Nelli de Espinosa. Galban Boniseni par exemple, chargé d’administrer les 3 000 ducats laissés à Francisca, fille de Lorenzo Bertini, pratiquait avec cet argent change et rechange et gagnait ainsi 2 400 ducats en six ans. Ensuite, spéculant grâce aux guerres d’Italie et de France, constituait une grande fortune101. Les opérations de crédit, grandes ou petites, avaient en effet la faveur des Italiens : c’est par elles que Fabio Nelli, fils d’Alfonso, faisait florès sur la place de Séville. Jacome Verti, pour son compte, jouait le rôle de prêteur aux marchands de Valladolid désireux d’ouvrir un magasin ou d’amplifier une entreprise102. Un autre « Florentin » au patronyme romain, Francisco Orsini, était en 1537 le dépositaire général de la Congrégation de Saint-Benoît dans cette ville où il avait pris la succession d’Andrea Belluti103.

  • 104 A.H.P.V., Leg. 573, fol. 1433, 1480, 1729 ; Leg. 575, fol. 135, 269, 846, 913.
  • 105 A.H.P.V., Leg. 574, fol. 1141.

66Plus tard, alors que la Cour avait quitté Valladolid, nous retrouvons des Italiens voués au commerce de l’argent : le Génois Francisco Lomelin est toujours à Valladolid en 1562, le Florentin Felipe Mazaqui en 1571. Dans les années 1586-1590 nous pouvons suivre les opérations de crédit du Milanais Vincencio Becaria dont la spécialité est de remettre des crédits sur Rome, en écus d’or. Ainsi en quelques mois, de novembre 1586 à septembre 1587, on le vit ouvrir des crédits représentant plusieurs milliers d’écus d’or104. Becaria faisait également des opérations différentes telles que le commerce des livres105.

  • 106 A.H.N., Clero, Leg. 7709.
  • 107 A.H.P.V., Leg. 574, fol. 420.

67Cependant les Italiens n’ont pas négligé la marchandise : Carlo Marteli et Leonardo Robelli comptent de 1558 à 1561 parmi les grands marchands d’étoffes de Valladolid et le premier au moins habitait toujours la ville en 1569 en compagnie de son frère Jean-Baptiste106. Plus tard le Piémontais Roberto Esborlato, un autre Italien Nicolao de Raimundo de probable origine siennoise, figurent dans l’aristocratie marchande de la ville107.

  • 108 A.H.N., Clero, Leg. 7789.
  • 109 En 1562. A.H.N., Clero, Leg. 7795.
  • 110 Narciso Alonso Cortés, « El traductor de Ludovico Dolce », Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 629

68Seulement l’aristocratie marchande ? Non pas. Ces Italiens ont fait souche à Valladolid. Lorenzo Vertini avait eu quatre enfants naturels d’une jeune noble castillane, Francisca de Rivadeneyra, enfants qu’il fit légitimer d’ailleurs, dès 1504, par les Rois Catholiques tandis que Francisca allait expier ces amours illégitimes au couvent de San Quirce108, où une Catalina Bertin serait plus tard sous-prieure109. Son fils Francisco poursuivait l’expiation, en restant dans le siècle cependant, puisqu’il fut prieur et chanoine de l’Église Majeure, mais sa fille Francisca épousait le bachelier Cristóbal Alderete. Alfonso Nelli entrait dans la considérable famille des Espinosa de Rioseco en épousant Damiana de Espinosa et son fils Fabio s’unissait à Doña Violante de Rivadeneyra. Les Lomelin s’allièrent aux López de Calatayud en 1562 quand Pero López épousait Doña Blanca Lomelin110. Les Achaioli s’alliaient aux Pérez, les de Raimundo aux de Cañizares.

  • 111 A.H.P.V., Leg. 484, fol. 457.
  • 112 A.M.V., Livres d’Actes, n° 13.

69Les Italiens installés à Valladolid atteignaient les honneurs et les responsabilités. Dans le chapitre de l’Église Majeure figurent en 1586 Simon Achaioli et Claudio Nelli, le frère de Fabio111. Et à la même époque ils prenaient place dans l’Ayuntamiento: ainsi en 1590 le licencié Falconi qui a été reçu dans le lignage Reoyo, Don Cristóbal Boniseni de Nava, membre du lignage de Tovar, comme Fabio Nelli de Espinosa qui renonçait en 1595 à son office en faveur de Galban Boniseni, deuxième du nom112. Voici donc nos Italiens soucieux d’offices ! S’ils stimulèrent un temps le capitalisme timide de Valladolid, ils finissent comme les Castillans dont le sang coule maintenant dans leurs veines. La richesse n’est que le chemin des honneurs, une invitation à la rente, et les Italiens n’y peuvent rien, fussent-ils génois !

Notes

1 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

2 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1797.

3 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1440.

4 A.H.P.V., Leg. 662, fol. 28.

5 A.H.P.V., Leg. 50, fol. 1089.

6 A.H.P.V., Leg. 574, fol. 787.

7 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 425 et 697.

8 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194. Recensement de 1561.

9 A.M.V., Leg. 5, fol. 13 et A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259.

10 A.M.V., Leg. 5, fol. 13.

11 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 58.

12 A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259.

13 Ainsi, en 1567 Gerónimo Gallego et Cristóbal Martínez ; en 1571 Pablo Alonso, Martín Cristofol, Hernando de la Fuente, Simón de La Calle, etc., furent condamnés à diverses amendes, quelques centaines de maravédis en général. A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 316.

14 Ibid.

15 Ramón Carande, op. cit., t. 1, p. 189.

16 A.M.V., Livres d’Actes, janvier 1558.

17 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 98.

18 A.M.V., Leg. 4, fol. 14.

19 A.M.V., Leg. 5, fol. 13.

20 Pierre Jeannin, Les marchands au xvie siècle, Paris, 1957, P. 92_93.

21 A.H.P.V., Leg. 43, fol. 878.

22 A.H.P.V., Leg. 55, fol. 671 et Leg. 56, fol. 603.

23 A.M.V., Livres d’Actes, n° 7, fol. 94.

24 A.H.P.V., Leg. 62, fol. 1162 et Leg. 63, fol. 711.

25 Par exemple A.H.P.V., Leg. 57, fol. 286 ; Leg. 59, fol. 1307 ; Leg. 60, fol. 593 ; Leg. 61, fol. 207, etc.

26 A.H.P.V., Leg. 59, fol. 160 ; Leg. 60, fol. 119 ; Leg. 61, fol. 1127 ; Leg. 66, fol. 249, etc.

27 A.H.P.V., Leg. 62, fol. 49, 605, 963 ; Leg. 61, fol. 742.

28 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 226, 276, 286, 315, 358, 387 ; Leg. 59, fol. 30, 173, 179, etc.

29 A.H.P.V., Leg. 67, fol. 341.

30 A.H.P.V., Leg. 61, fol. 597 et Leg. 65, fol. 203.

31 A.H.P.V., Leg. 59, fol. 943.

32 Supra, livre II, chap. v.

33 A.H.P.V., Leg. 50, fol. 1320.

34 Par exemple A.H.P.V., Leg. 35, fol. 1008.

35 A.H.P.V., Leg. 56, fol. 1731.

36 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196.

37 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 530 ; Leg. 43, fol. 456 ; Leg. 53, fol. 1925 ; Leg. 80, fol. 22 et 201 ; Leg. 81, fol. 147 ; Leg. 569, fol. 70 ; Leg. 572, fol. 220 ; A.M.V., Livres d’Actes, 6 septembre 1560.

38 A.M.V., Livres d’Actes, 14 avril 1589.

39 Ramón Carande a signalé la diffusion de ce système dans l’Espagne du xvie siècle, op. cit., t. I, chap. ix.

40 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 948.

41 A.H.P.V., Leg. 63, fol. 893. Autre exemple du même type dans Leg. 36, fol. 47.

42 A.H.P.V., Leg. 40, fol. 765.

43 A.H.P.V., Leg. 37, fol. 407.

44 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 44.

45 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 15. Autre exemple : Leg. 38, fol. 372.

46 A.H.P.V., Leg. 55, fol. 1772.

47 A.H.P.V., Leg. 38, fol. 372.

48 Ibid.

49 Mariano Alcocer Martínez, Fuentes para la historia de los gremios, Valladolid, 1921.

50 A.M.V., Leg. 377.

51 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

52 Le montant de la contribution a une valeur indicative d’autant plus grande qu’il est fixé par les professionnels eux-mêmes. La profession est imposée pour une somme globale, à charge pour ses membres de fixer la quote-part de chacun. En 1561 Gonzalo de Salcedo, Pedro de Nieva, Pedro de Aranda et Juan de Sevilla sont les repartidores de la rente de toiles et cotonnades.

53 Pierre Jeannin, op. cit., p. 42.

54 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 572 à 578.

55 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 13.

56 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 1115 et suiv.

57 Ramón Carande, op. cit., t. I, chap. ix.

58 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, s.f.

59 Henri Lapeyre, op. cit., p. 520.

60 A.H.P.V., Sección Simón Ruiz, Caja 4, fol. 215 et 216 ; Caja 5, fol. 266 ; Caja 17, lettres des 14 et 17 avril 1572, du 30 août 1572.

61 A.H.P.V., Leg. 40, fol. 290 et suiv.

62 Henri Lapeyre, op. cit., p. 83.

63 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 782 et suiv. Dont 12 000 ducats en maisons, plus de 35 000 en propriétés foncières, 24 000 en juros, 24 000 en censos, etc. Mais cet accroissement n’est pas nominal.

64 A.H.P.V., Leg. 38, fol. 390 et suiv.

65 Narciso Alonso Cortés, « Fabio Nelli », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 693.

66 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 1115 ; A.H.N., Clero, Leg. 7856 ; A.H.P.V., Leg. 60, fol. 1359. Autre exemple, le cirier Antonio de Montoya, riche en 1598 de 6 700 ducats. A.H.P.V., Leg. 767, s.f.

67 A.H.P.V., Leg. 43, fol. ?

68 A.H.P.V., Leg. 58, fol. 214.

69 A.M.V., Livres d’Actes, n° 7.

70 A.M.V., Livres d’Actes, 27 janvier 1500.

71 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid.

72 Juan Agapito Revilla, Las Calles de Valladolid, op. cit., p. 186.

73 A.H.P.V., Leg. 38, fol. 390 et suiv.

74 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 584.

75 A.H.P.V., Leg. 45, fol. 450.

76 A.M.V., Livres d’Actes, années 1540 à 1559.

77 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

78 Ibid.

79 A.H.P.V., Sección Simón Ruiz, Caja 12, fol. 89 ; Caja 17, lettre du 14 avril 1572.

80 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 95. Cf. supra, livre I, chap. VIII ; livre II, chap. ii.

81 A.M.V., Livres d’Actes, 26 février 1580.

82 Henri Lapeyre, op. cit., p. 481 et suiv.

83 A.H.N., Clero, Leg. 7856.

84 A.H.P.V., Leg. 68, fol. 1219.

85 A.H.P.V., Leg. 60, fol. 1359.

86 Cf. supra, livre II, chap. iv, p. 305.

87 A.M.V., Livres d’Actes, années 1583 à 1587 surtout.

88 A.M.V., Livres d’Actes, 22 février 1585 ; mars à mai 1587.

89 Henri Lapeyre, op. cit., p. 494.

90 Ibid., p. 495.

91 A.M.V., Livres d’Actes, 1er janvier, 19 mars, 8 et 17 octobre 1586.

92 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 1115 et suiv.

93 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 144 et suiv.

94 A.H.P.V., Leg. 767, s.f.

95 Pedro de Medina, op. cit., cap. 97.

96 A.H.P.V., Leg. 70, fol. 2034.

97 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 1020.

98 Narciso Alonso Cortés, « El traductor Ottavanti », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 611.

99 A.M.V., Livres d’Actes, 1er mars 1557.

100 A.H.N., Clero, Leg. 7789 et 7794 ; Narciso Alonso Cortés, « Fabio Nelli », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 693.

101 A.H.N., Clero, Leg. 7794. On ajoutera que la parfaite démonstration de Felipe Ruiz Martín vient d’établir à l’évidence la sujétion du petit capitalisme castillan à l’égard du grand capitalisme génois. Felipe Ruiz Martín, entre Lettres marchandes échangées Florence et Medina del Campo, Paris, 1965.

102 A.H.P.V., Leg. 38, fol. 301.

103 A.H.N., Clero, Codex 898 b.

104 A.H.P.V., Leg. 573, fol. 1433, 1480, 1729 ; Leg. 575, fol. 135, 269, 846, 913.

105 A.H.P.V., Leg. 574, fol. 1141.

106 A.H.N., Clero, Leg. 7709.

107 A.H.P.V., Leg. 574, fol. 420.

108 A.H.N., Clero, Leg. 7789.

109 En 1562. A.H.N., Clero, Leg. 7795.

110 Narciso Alonso Cortés, « El traductor de Ludovico Dolce », Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 629.

111 A.H.P.V., Leg. 484, fol. 457.

112 A.M.V., Livres d’Actes, n° 13.

Table des illustrations

Titre Marchands payant plus de 1 000 maravédís d’alcabala
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Contribution annuelle de quelques grands négociants (en maravédis)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable