Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre II. L'économie et ses rythmes

Chapitre V. Essor et déchéance de l’agriculture

Texte intégral

  • 1 . A ce propos voir infra, livre III, chap. 1, p. 395 et suiv.

1Les gens de la terre, ce sont d’abord les plus nombreux, ceux qui exercent aussi le labeur le plus fécond. C’est l’immense majorité de la population des villages et des bourgs, quelque 3 000 vecinos si nous nous limitons aux environs immédiats de la ville, aux terres soumises à sa juridiction, auxquelles il faut ajouter 650 ou 700 vecinos de Valladolid voués au travail de la terre. Ce sont déjà 18 000 personnes environ vivant directement de l’agriculture parmi les 60 ou 65 000 qui habitent dans le cadre le plus étroit de notre enquête. Mais bien davantage si ce cadre s’élargit aux dimensions de l’économique et du social. Alors, avec les bourgeois vallisolétains propriétaires de terres à blé ou de vignes, titulaires de rentes, nous pénétrons les terroirs de Campos ou de Cerrato qui fournissent à Valladolid une part de son grain, de sa viande, une part de sa rente. C’est dire que les revenus agricoles concernent d’autres gens encore qui ne travaillent point la terre mais qui en vivent, et mieux que les paysans. Des bourgeois, des nobles et les religieux de couvents, percepteurs de dîmes, de tercias et de préstamos1. Ainsi l’évolution de ces revenus en relations évidentes avec celle de la production est un moyen de connaissance indispensable.

I. — INVENTAIRE DE LA PRODUCTION AGRICOLE

2Mais quelle est donc cette agriculture ? Et quels sont ses produits ? Faut-il répondre simplicité, uniformité ou diversité, traduisons polyculture ?

  • 2 . Pedro de Medina, op. cit., p. 134.

3S’il s’agit d’exprimer une vérité générale, approximative, il est certain que l’agriculture vallisolétaine se définit par une dualité essentielle : les céréales et la vigne, les premières et la seconde fruits de la culture sèche. Mais s’il s’agit d’exprimer toute la variété du réel, cette définition sommaire ne suffit plus et doit se colorer alors de nuances fort diverses. Les textes du xvie siècle témoignent tous ou presque de la vocation céréalière de Valladolid et de sa région. En 1543 Pedro de Medina écrivait : « Tiene mucho pan así de la mesma villa como de lo que se trae contino de su comarca que la tiene grande y muy buena »2. Et les voyageurs confirment. Mais le pain, c’est encore au xvie siècle un mot vague.

Les céréales.

  • 3 . Alonso de Herrera, op. cit.

4Nos céréales, c’est-à-dire surtout le blé et l’orge. Les baux en nature, les plus nombreux, comportent presque toujours des livraisons partagées également entre blé et orge. Il faut bien écrire le blé et non « les blés » ; la nature de ce blé est précisée dans les baux : trigo candial, c’est-à-dire blé blanc, le plus commun dans les deux Castilles, nous dit Herrera, tel qu’aujourd’hui ou peu s’en faut. Herrera précise les caractéristiques de ce blé qui porte un épi chamorro, c’est-à-dire sans barbe, presque lisse, et qui donne un grain blanc, tendre, parfois doré, avec une petite bosse à la base (joroba)3.

  • 4 . Eugenio Larruga y Boneta, op. cit., t. XXIII.

5Le blé est la céréale la plus cultivée. Certes les quantités d’orge produites sont souvent équivalentes ou même supérieures mais il ne faut pas oublier que la capacité moyenne de production de la terre était trois à quatre fois plus élevée pour l’orge que pour le blé. Au xviiie siècle, selon Larruga, le rapport des superficies ensemencées en blé et en orge aurait été de trois à un4. Les données que nous possédons pour le xvie siècle laissent penser que la proportion n’était pas alors très différente, peut-être légèrement plus favorable à l’orge qu’au xviiie siècle.

  • 5 4. A.H.N., Clero, Leg. 7714.
  • 6 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

6Les autres céréales jouent un rôle secondaire. Toutefois la place du seigle varie assez sensiblement selon les zones considérées. En Tierra de Campos, sur le páramo de Torozos, de Peñaflor à Villanubla, et autour de Valladolid, elle est très faible comme le montre l’étude des dîmes, des préstamos. Ainsi en 1604 les revenus du monastère de San Benito procédant des dîmes de Valladolid, Renedo, Santovenia et Villanubla s’élèvent à 112 % charges de blé, 69 1/2 charges d’orge, 6 1/2 charges de seigle, 1 1/2 charge d’avoine. Ainsi le seigle ne représente que 3 % de la production de céréales de ces localités5. Effectivement nous connaissons la production totale de grain du territoire de Valladolid durant les années 1590 à 1595 : elle fut de 11 623 charges et la part du seigle se limitait à 488 charges, soit un peu plus de 4 %6.

  • 7 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322.
  • 8 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

7A Santovenia de 1558 à 1563 le seigle représente moins de 2 % du grain des tercias7. Il en est plus ou moins de même dans les villages de la Tierra de Campos et de Torozos. Ainsi à Wamba les dîmes des années 1590-1591 représentent 1 010 fanegas de blé, 429 fanegas d’orge, 68 fanegas de seigle et 6 d’avoine. Le seigle constitue un peu plus de 4 % du total8.

  • 9 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322.

8En revanche le seigle occupe une place notable au Sud du Duero ou à proximité de ce fleuve. On ne s’en étonnera pas puisqu’il s’agit souvent de terres sableuses riches en silice où la culture du seigle peut se révéler parfois moins décevante que celle du blé. Les dîmes de San Benito provenant des villages de Viana, Boecillo, Laguna de Duero, Herrera de Duero, Tudela de Duero, Simancas, etc., comportent toujours du seigle. A Mojados le produit total des tercias pour les six années 1558-1563 s’élève à 1 084 fanegas de grain dont 250 fanegas de seigle, c’est-à-dire près du quart, proportion fort supérieure à celle calculée précédemment, quoique encore sensiblement inférieure à celles du blé (425 fanegues, plus de 40 %) et de l’orge (402 fanegues)9. En revanche la production d’avoine, parfois nulle, est toujours infime.

La vigne.

  • 10 . Il s’agit bien entendu de : Ernest Labrousse, La Crise de l’Économie Française à la veille de la (...)
  • 11 . A.M.V., Leg. 6-21 ou Livres d’Actes, 25 août 1590.
  • 12 . Eugenio Larruga y Boneta, op. cit., t. XXIII, p. 72 et 73.
  • 13 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

9Quoique couvrant des surfaces inférieures à celles des céréales, la vigne a sans doute exercé un rôle plus grand dans l’économie valliso-létaine du xvie siècle au xviiie siècle. Ce dynamisme de la viticulture ne surprendra pas les historiens habitués aux travaux magistraux d’Ernest Labrousse et de Pierre Vilar10. Les contemporains en avaient quant à eux parfaite conscience. Les ordonnances sur le vin publiées en 1590 à Valladolid s’ouvrent sur un préambule qui fait du vin « la principale affaire et négoce de cette ville et de sa terre » ; le même préambule dédia d’ailleurs à la vigne et au vin un vibrant hommage que nos vignerons d’aujourd’hui découvriraient avec délice. Le vin n’est-il pas « si nécessaire à la santé humaine » ? Et la vigne n’est-elle pas une culture bénie des hommes puisque par ses travaux et ses récoltes elle fait vivre tant de personnes sans elle réduites au vagabondage ou à pire destin, pour le moins à la mendicité11 ? Au xviiie siècle Larruga déplorant d’ailleurs que de si vastes étendues soient consacrées à la vigne affirme que « les producteurs de vin constituent une corporation parfaitement autonome et depuis plusieurs siècles la plus active et la plus puissante »12. De fait en 1591 et 1592 par exemple les ventes de vins à Valladolid s’élèvent respectivement à plus de 58 et de 53 millions de maravédis, c’est-à-dire plus de deux fois et demie le produit total des alcabalas payées par la ville et les villages de sa juridiction. En 1560, 447 producteurs paient l’alcabala du vin. Cependant une douzaine d’entre eux seulement produisent plus de 500 hl, le principal producteur, un notaire, approchant les 1 000 hl : 941 exactement. Et trente-cinq autres plus de 250 hl. Il est vrai que les monastères, souvent possesseurs de vignes fort étendues (tels San Pablo, San Benito, Nuestra Señora del Prado) étaient exempts de l’alcabala. La grande majorité des producteurs est cependant faite de petits propriétaires13.

  • 14 . A.H.N., Clero, Leg. 7862.
  • 15 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 407, fol. 2.
  • 16 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.
  • 17 . Ibid. L’enquête de 1596 propose en effet les statistiques suivantes pour les six années 1590-1595 (...)

10L’importance du vignoble vallisolétain, constatée d’ailleurs par les voyageurs tout au long du siècle, d’Antoine de Lalaing à Enrique Cock en passant par Navagero, s’accompagne d’une inégalité certaine de la répartition. Sur les plateaux du Nord et de l’Ouest la vigne ne joue qu’un rôle insignifiant. Par exemple nous savons qu’à la fin du siècle il n’y avait aucune vigne sur le territoire de Peñaflor14. En revanche le rebord oriental des Montes de Torozos, très festonné, débité en coteaux bien exposés, était couvert de vignes, de Cigales ou de Cohorcos jusqu’à Geria. De même les grandes vallées, celles du Pisuerga et plus encore du Duero, voire celle de l’Esgueva, sont riches en vignes. La vega de Tudela est remarquable à cet égard : la vigne en est la culture essentielle. De 1553 à 1558 sur 523 contrats de ventes passés devant cinq notaires de Tudela 258, soit presque 50 %, concernent les vignes. La proportion est impressionnante puisque ventes de maisons, de terres de panllevar, de pinèdes, de huertas, de vergers comptent dans ce total15. Et le vin est la ressource principale de nombreux villages, son commerce la source première de l’impôt. A Boecillo il en représente 60 à 80 %, à Renedo 50 à 75 %, à Herrera toujours 50 % au moins, soit qu’il s’agisse de la seule alcabala de la taverne, soit qu’il se combine avec celui du « vent » produit par les ventes faites hors du village16. A Valladolid même plusieurs lieux-dits (pagos) sont plantés presque exclusivement en vignes comme l’on en peut juger par les actes notariaux : El Almendro, Bambilla, Campo, Cuestahermosa, Molar, Las Medinas, Tardeconejo, Terradillo, Traslleganto… Le vin est d’ailleurs de loin la première production du territoire propre à la ville : dans les dernières années du siècle sa valeur représentait plus de deux fois celle des céréales. Ainsi pour les six années 1590-1595, 44 426 643 maravédis contre 18 417 000, c’est-à-dire plus de 70 % du revenu agricole de base, le produit des huertas et des autres récoltes n’étant pas connu17.

11Ces vignes sont le plus souvent des vignes à vin : toutefois la présence d’assez nombreuses vignes moscatel, surtout autour de Simancas, peut laisser penser qu’une partie de ce muscat était consommée sous forme de raisin de table.

  • 18 . Ibid.

12La production du vignoble vallisolétain, lato sensu, est une des rares que l’on puisse évaluer approximativement à deux moments du siècle d’après les entrées de vin à Valladolid, les ordonnances interdisant sauf licence spéciale l’importation de vin d’autres régions sauf lorsqu’il provenait de vignes appartenant à des Vallisolétains. En 1557-1561 ces entrées s’élèvent en moyenne à 51 600 hl ; en 1590-195 à 59 380 hl tandis que le seul territoire de la ville produit en moyenne, durant ces dernières années, 7 453 hl, la catastrophique année 1593 affaiblissant sensiblement cette moyenne18. Les lieux de plus forte production sont Tudela, Herrera, Laguna, Geria, Simancas. Il faut noter que Cigales était en dehors de la juridiction de Valladolid.

Les autres cultures.

  • 19 . Les légumes les plus courants sont les oignons, les artichauts, les piments, les fèves, les laitu (...)

13Tous les autres produits agricoles sont d’une importance bien moindre19. Cependant les huertas méritent une attention particulière en raison de la valeur et de la variété de leurs productions. D’ailleurs la situation de Valladolid au centre d’une zone de confluence permettait aux huertas une certaine extension. Le Vénitien Navagero a observé qu’elles accompagnaient généralement les riberas, ruban de verdure étiré au long des fleuves et des rivières. Il a vu aussi des huertas autour de Valladolid. Observation juste : les huertas dessinent du Sud-Est au Nord-Est une auréole autour de la ville. Elles se sont étendues parfois en suivant le chemin de Boecillo (vers le Sud) ou celui de Cabezón (vers le Nord), profitant des alluvions répandues par les bras Nord et Sud de l’Esgueva dans une plaine d’inondation assez vaste. De plus elles sont nombreuses sur les deux rives du Pisuerga vers Santovenia, Cabezón, Simancas et sur celles du Duero autour de Puente de Duero, Boecillo, Laguna et surtout de Tudela. Huertas généralement clôturées de tapias, c’est-à-dire de murs de briques crues tels qu’on les voit sur certaines estampes du xvie siècle.

  • 20 . Revue Cérès, 1er novembre 1942. On rappelle que l’aranzada comporte 440 pieds de vigne.

14La production de ces huertas est celle que l’on peut supposer, légumes verts d’une certaine variété : salades, poireaux, carottes, choux, oseille, origans, oignons, aulx, artichauts, petits pois ; et des fruits, cerises, prunes, poires (les meilleures poires d’Espagne selon Pedro de Medina tandis qu’Enrique Cock voyait beaucoup de cerisiers autour de Simancas). On doit malgré tout faire une place importante à certaines cultures : celles des légumes secs, pois chiches et lentilles surtout. Les dîmes payées à San Benito par les paysans de Valladolid, Renedo, Santovenia, Viana, Boecillo, Tudela, Laguna, Geria comprennent pois chiches et lentilles. D’autre part, les melons : certaines huertas de Valladolid, Simancas, Puente de Duero sont spécialisées dans la culture du melon : on sert aujourd’hui dans les hôtels de Valladolid « le melon de Simancas ». Il faut ajouter que certains arbres fruitiers se trouvent aussi dans les vignes : guigniers (guindos), cerisiers, amandiers notamment, parfois dans les lieux très abrités abricotiers et figuiers. D’ailleurs une ordonnance municipale de février 1499 avait prétendu obliger tous les propriétaires de vignes à planter trois arbres fruitiers par aranzada, recommandant amandiers, figuiers, pruniers et cerisiers20.

  • 21 . A.H.N., Clero, Leg. 7711. Pierre Vilar a montré le rôle important joué par la garance de Mojados (...)
  • 22 . A.H.P.V., Leg. 37, fol. 19.
  • 23 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 465, fol. 5 ; A.H.N., Clero, Leg. 7865.
  • 24 . A.H.N., Clero, Leg. 7711 et 7865.

15Quelques autres cultures méritent une mention : celle de la garance, destinée à un bel avenir au xviiie siècle dans la région de Mojados et qui était cultivée au xvie autour de Tudela puisque ce village en payait la dîme à San Benito21 ; celle du safran cultivée sur certaines terres autour de Valladolid, après 1535, sans que l’on puisse juger exactement de l’importance de cette culture22 ; celle du chanvre pratiquée dans divers villages des environs, ainsi à Traspinedo, à Hornillos de Cerrato à 10 lieues au Nord de Valladolid, pour le compte du propriétaire vallisolétain, Pedro Hernández de Portillo, à Rábano encore qui en fournissait San Pablo23 ; enfin celle du sumac, arbrisseau dont les feuilles et les bourgeons étaient employés comme tan par les corroyeurs de Valladolid, et qui était menée assez activement autour de Simancas et de Geria, à Bercero (qui en 1542, par exemple, en fournit 69 arrobas à San Pablo, à titre de préstamo) et près de Valladolid24.

  • 25 . A.H.N., Clero, Leg. 7703.
  • 26 . A.H.N., Clero, Leg. 7924.
  • 27 . A.M.V., Leg. 378 et A.H.N., Clero, Leg. 7938.

16D’autre part les paysans de la région pratiquent l’apiculture dans les environs de Laguna et de Geria surtout et, couramment, l’élevage des volailles : poulets, canards (à Laguna et Viana), pigeons ou porcs. Les bovins sont rares mais existent : en 1502 le monastère de San Benito possède 11 bœufs et 14 vaches, ces dernières toutes louées à mi-fruit25, et le village de Peñaflor possédait, vers 1565, 200 bovins. Cependant le troupeau principal est celui des ovins, assez nombreux en Tierra de Campos, encore que la rareté des pâturages limite leur développement : ainsi les ordonnances de Villafrechos, un village de la Tierra de Campos, interdisent à tout habitant de posséder plus de 300 têtes de bétail26. A Valladolid dès 1485 la limite était de 500 têtes pour les caballeros et de 300 pour les laboureurs et artisans. Un procès de 1518 à 1525 maintint ces maxima : le plus important propriétaire de moutons de Valladolid, le monastère del Prado, qui en possédait 1 500 environ, ne pouvait en faire paître que 300 à Valladolid, les autres paissant dans la région de Mucientes27. Cependant à Peñaflor dont le territoire était assez vaste il est vrai, il y aurait eu 12 à 14 000 moutons vers 1565. La livraison au titre des dîmes de toisons et d’agneaux par un grand nombre de villages confirme la réalité de cet élevage, très limité cependant dant les environs immédiats de Valladolid, parfois assorti de celui des chèvres.

17Voici donc qualitativement composé le tableau de la production agricole vallisolétaine. Mais il serait aussi intéressant de connaître les variations quantitatives de cette production : malheureusement nous ne pouvons parvenir à cette connaissance faute de données statistiques continues. Au moins pouvons-nous poser et partiellement résoudre le problème de l’expansion agricole.

II. — POSSIBILITÉS ET FORMES DE L’EXPANSION AGRICOLE

Les possibilités.

18Nous avons déjà reconnu les deux facteurs qui sollicitent une élévation de la production agricole : une croissance démographique suffisamment longue pour être impérative, une hausse des prix suffisamment forte et prolongée pour donner confiance aux producteurs et leur garantir des bénéfices plus substantiels. Mais deux obstacles majeurs à cette élévation nous sont également connus : une technique quasi immobile dont il serait vain d’espérer des rendements accrus, une main-d’œuvre rare, donc chère, en conjoncture favorable parce que d’autres activités s’offrent à elle. Il faut aussi compter avec une autre difficulté : le morcellement infini de la terre, au niveau de la propriété comme de l’exploitation, qui signifie pertes de temps continuelles et frais supplémentaires.

  • 28 . La yugada équivaudrait à 39,30 ares dans la région de Palencia ; à 46,58 ares dans la province de (...)

19Les baux et les inventaires après décès donnent une idée inquiétante de ce morcellement. L’unité de mesure agraire est l’iguada ou yugada, c’est-à-dire l’étendue labourable en un jour par un attelage. En Vieille Castille elle varie entre 40 et 50 ares28. Or, bien des parcelles sont inférieures à une yugada. De même l’unité de surface dans la viticulture vallisolétaine est l’aranzada qui compte 440 pieds. Les vignes d’une demi-aranzada apparaissent fréquemment dans les textes.

  • 29 . A.H.P.V., Leg. 41, fol. 64.
  • 30 . A.H.P.V., Leg. 67, fol. 374.
  • 31 . A.H.P.V., Leg. 67, fol. 47, 115.
  • 32 . A.H.P.V., Leg. 14943 (année 1550), fol. 30.
  • 33 . A.H.P.V., Leg. 41, fol. 286.

20Les exemples sont innombrables de ce morcellement, parfois même accompagné d’un émiettement : en 1543 l’hôpital de Saint-Lazare loue à un paysan de Laguna 5 parcelles dont la superficie totale n’atteint que 2 yugadas et demie, deux d’entre elles étant réduites à un huitième de yugada ; encore ces 5 parcelles sont-elles situées à des endroits divers292 ; à sa mort en 1572 le regidor de Valladolid, Diego Mudarra, possède 137 parcelles de terres dont la superficie totale dépasse légèrement 188 yugadas : la plus grande a un peu plus de 8 yugadas et 19 dépassent 3 yugadas mais beaucoup sont inférieures à l’unité, 4 ne couvrent même pas un sixième de yugada et la plus petite n’en représente qu’un dixième30. Les 17 parcelles que le docteur Romero possède à Portillo n’atteignent pas ensemble 24 yugadas et ses 6 vignes ne font que 4 aranzadas31. Ailleurs, à Castrodeza, Juan de Figueroa, autre regidor, dispose de 23 parcelles pour 35 yugadas et, à Palenzuela, Juan Fernández de Salazar, encore un regidor, de 10 pour 17 et demie : c’est dire que la superficie de la parcelle moyenne est fréquemment inférieure à l’hectare. Ou si la moyenne de la parcelle s’élève la dispersion est telle qu’elle rend difficile l’exploitation : Sebastián de Balboa, paysan aisé de Cigales, possédait en 1550 33 parcelles mesurant 60 yugadas mais celles-ci étaient dispersées en 28 lieux-dits, 26 à Cigales et 2 à Mucientes32 ; de même le riche Pero López de Cala-tayud louait-il en 1575 17 parcelles d’une superficie de 77 yugadas (moyenne beaucoup plus élevée) mais réparties en divers lieux-dits : Terradillo, Tardeconejo, Traslleganto, Hoyos, Camino Ondo, chemin de Zarzuela, etc. Et les 17 parcelles de Doña María de Medina, faisant 44 yugadas, étaient à peu près aussi dispersées. Il est rare de trouver des propriétés bien groupées comme celle que Pedro Catalán s’était constituée au lieu-dit de Tardeconejos, faite de trois parcelles attenantes d’une superficie de 12 yugadas avec une vigne contiguë de 2 aranzadas et demie. Mais on observera qu’il s’agit là d’une bien petite propriété33.

  • 34 . A.H.P.V., Leg. 80 et 81.
  • 35 . Par exemple A.H.P.V., Leg. 30, fol. 32 et suiv.
  • 36 . Par exemple A.H.P.V., Leg. 33, fol. 176 et 188 ; Leg. 35, fol. 20, 205, 558, 840.

21Il est certain que les contemporains étaient conscients de cet inconvénient et qu’ils ont parfois cherché à le surmonter. Ainsi le monastère de San Pablo vendit-il ses vignes de Cabezón pour en acheter autour de Simancas et de Geria afin de rassembler son vignoble. De même à Tudela dans les années 1555-1561 par exemple on observe des trocs assez nombreux (au moins une douzaine dans deux registres d’un seul notaire) entre propriétaires afin de regrouper les parcelles de vigne34. D’autres trocs de même genre se produisent épisodiquement autour de Valladolid dans les deux premiers tiers du siècle surtout comme les notaires nous l’apprennent35. Ou encore les achats de certains bourgeois ou laboureurs vont dans le sens d’un regroupement des terres : les parcelles achetées (labours ou vignobles) jouxtent des terres déjà acquises : les propriétés s’arrondissent36.

22Quel que soit l’intérêt qu’offrent ces tentatives de remembrement, il est peu probable qu’elles aient résolu efficacement le problème du morcellement : elles ont seulement pu l’atténuer ici ou là, au bénéfice de quelques individus. Ainsi des pertes de temps considérables subsistaient au plan de l’exploitation puisque les baux nous prouvent que l’on baillait aux locataires des parcelles isolées les unes des autres et que les petits propriétaites possédaient le plus souvent des terres aussi dispersées. Or dans le cas d’une entreprise marginale comme l’est généralement la petite propriété ou la petite exploitation, le temps de travail est l’investissement dont le paysan est le moins avare, dont il est d’ailleurs le plus riche. Ainsi plusieurs contraintes se rassemblent qui limitent l’élasticité de l’offre malgré les sollicitations nouvelles de la demande.

23Pour tirer un bon parti de la conjoncture il ne reste donc à la paysannerie vallisolétaine que deux possibilités : l’extension des cultures afin d’accroître la masse de la production et le développement de certaines cultures aux dépens des autres par des reconversions afin de profiter des prix les plus favorables.

L’extension des cultures.

  • 37 . Carmelo Viñas y Mey avait déjà signalé l’extension des cultures aux dépens des pâturages dans la (...)

24La première de ces possibilités fut très certainement la mieux utilisée. Jusque vers 1560 au moins s’accroissent les superficies cultivées par une conquête des friches, des terres « vaines » (ou tierras valdias), par la mise en exploitation des communaux (tierras concejiles), par les replantations de vignes perdues, par le recul des pâturages grignotés par les laboureurs. Car dans la région de Valladolid, zone densément peuplée il est vrai, la lutte entre l’agriculteur et l’éleveur dont il est courant de dire qu’elle se déroule à l’échelle de l’Espagne au bénéfice du second grâce à la Mesta, voit, à n’en pas douter, la victoire du premier37.

25Les signes sont nombreux, évidents, de ce besoin de terres et d’une extension réelle des cultures dont les textes témoignent. Et dès le début du siècle. Nous ne pouvons malheureusement ni mesurer, ni même cartographier ce mouvement de conquête du sol mais nous ne pouvons pas douter du fait.

  • 38 . A.M.V., Livres d’Actes, 31 mars 1503 et jours suivants.
  • 39 . A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 21, fol. 45 ; A.M.V., Livres d’Actes, 24 mai 1512.

26Déjà en 1503 des habitants, et fort nombreux, de Puente de Duero et de Viana, sont poursuivis par la justice de Valladolid pour avoir planté des vignes, créé des vergers et des potagers, labouré sur les terres communales de Valladolid proches de leurs villages38. Le 19 juillet 1509 est promulguée une commission permettant aux habitants de Valladolid de labourer avec des mules les terres du Val de Carros, jusqu’alors exclusivement réservées au pâturage mais le 24 mai 1512 ordre est donné aux gardes de se saisir de ceux qui laboureraient ou sèmeraient dans la plaine de la Cuesta del Lepanto et de leurs mules. Il s’agit donc de céder à la demande de terres tout en conservant cependant quelques réserves au pâturage39.

  • 40 . A.M.V., Leg. 378.

27Cependant le mouvement s’accélère irrésistiblement. En suivant les débats d’un procès entre les éleveurs et le Conseil de la Ville appuyé des députés des cuadrillas (c’est-à-dire des quartiers), nous apprenons que la ville de Valladolid a beaucoup grandi ; que de nombreux laboureurs sont venus vivre dans la ville, en ont peuplé les faubourgs, ont semé du blé et planté des vignes, ce qui a provoqué le recul des pâturages et l’exil des troupeaux sur les hauteurs. Toutes les terres communales sont désormais louées aux laboureurs et ne sont plus disponibles pour le bétail. Et le procès se termine en 1525 par la défaite des éleveurs40.

  • 41 . A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid ; A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 1.
  • 42 . Voir aussi A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 118, fol. 166.

28Ainsi on partage les communaux : à Cabezón les terres communales sont semées et travaillées alternativement par des groupes d’habitants. A Arroyo, les terres communales sont, tardivement il est vrai, partagées entre les habitants moyennant une rente en grain41. Mais les puissants ont découvert la valeur nouvelle de la terre : ils cherchent donc à s’en saisir. Les habitants de Laguna font un procès au regidor de Valladolid, Juan de Herrera, qu’ils accusent d’avoir accaparé leurs terres communales ; les alcaldes et regidores de Cabezón cherchent à profiter de leur position pour s’emparer également des communaux, ce qui les conduit en prison ; les paysans de Castronuevo sont dépouillés de la moitié de leur terroir par un grand seigneur42. Et voici vérifiée par un exemple local une autre des idées de Carmelo Viñas y Mey dans un essai dont la lucidité nous apparaît toujours plus évidente.

  • 43 . A.H.P.V., Leg. 35, fol. 515 ; Leg. 41, fol. 233 et 805 ; Leg. 43, fol. 64 ; Leg. 46, fol. 36 et 1 (...)

29La vogue des emphytéoses est une preuve de la reconquête des friches : même quand le texte n’est pas explicite (mais il lui arrive de l’être) la modicité du loyer demandé par le propriétaire démontre la faiblesse du rendement de la terre au moment du contrat, ou même sa nullité. Parfois le document déclare une vigne perdue (perdida) ou en friche (erial) et prévoit la replantation en vigne jeune (majuelo). Nous pouvons en signaler de nombreux exemples d’après les seuls livres d’Antonio de Cigales, autour de Valladolid, en 1523, 1543, 1545, 1547, I548, 1554, 1557, I559, 1562, 1565, situées aux lieux-dits Perales, Campo, Pella Pellón, etc.43. Il s’agit souvent de vignes assez importantes : 5 aranzadas, 8, 12, 17, voire 30 ! Même lorsqu’il n’est pas question de vigne perdue l’emphytéose signifie la prise de possession de la terre par un laboureur (presque toujours) et ce laboureur a la possibilité d’accéder à la propriété totale pour une somme correspondant à 15 ou 20 loyers annuels. D’autre part les emphytéoses concernent le plus souvent des vignes, c’est-à-dire une culture demandant un soin particulier que le propriétaire n’est pas en état de donner : les 9/10e des emphytéoses conclues par-devant Antonio de Cigales de 1528 à 1561, plus de 50, intéressent des vignes. Comme dans la Catalogne du xviiie siècle mais dans de plus faibles proportions l’emphytéose fut le moyen le plus courant de l’extension de la viticulture aux dépens de terres plus ou moins abandonnées.

  • 44 . A.H.N., Clero, Lib. 17663.

30Un autre texte, capital celui-ci, nous donne une idée de l’augmentation des surfaces cultivées en Tierra de Campos. Avant 1552, les paysans de Castroverde, Castromocho, Villamarciel, Villafrechos, etc…, occupèrent sans aucun droit les terres vaines, communales ou royales (valdias, concejiles o realengas), les labourèrent et les semèrent. Dans le seul village de Santa Efemia dépendant de la juridiction de Villafrechos 2 183 yugadas furent ainsi gagnées à la culture. Durant plusieurs décennies les paysans ne furent pas inquiétés. Mais en 1584 l’administration de Philippe II, toujours à la recherche de ressources supplémentaires, décida de vendre ces terres vaines. Les occupants tentèrent de s’organiser en syndicats pour les acheter eux-mêmes. Ils ne rencontrèrent malheureusement aucune aide de la part des pouvoirs publics. Les terres furent acquises moitié par un habitant de Villalpando, moitié par un consortium de Rioseco et les paysans, ainsi évincés, durent quitter la terre et se disperser. Le pouvoir a donc contribué à décourager l’élan spontané de l’agriculture castillane44.

Les reconversions.

31Quant aux reconversions elles sont nées naturellement des différences observées par les agriculteurs dans l’évolution des prix. Ces différences ne pouvaient guère que favoriser la vigne aux dépens des céréales. Certes, à la mesure du siècle, les céréales, le blé surtout, ont enchéri autant que le vin. Mais l’antériorité de la hausse du vin, sensible dès les années vingt, demeure, qui poussait les paysans à substituer la vigne aux céréales dès que les conditions de sol et d’exposition paraissaient propices. Comment ne pas rappeler d’autre part que les prix du vin, une première fois rattrapés par ceux des grains, reprennent une légère avance durant les années cinquante ?

  • 45 . Cf. supra, livre II, chap.IV, p. 289.
  • 46 . A.M.V., Livres d’Actes, 6 décembre 1557.

32Pourquoi d’ailleurs se contenter des seuls prix de Valladolid ? Passé le milieu du siècle les prix du vin à Valladolid ne sont-ils pas anormalement bas, comparés à ceux de Palencia et de la partie septentrionale du plateau castillan45 ? L’exportation vers ces régions dont la production est fort insuffisante n’est-elle pas une tentation séduisante ? Les textes restent cependant discrets au sujet d’une telle exportation. Mais ce n’est pas le silence total : après 1550 les échevins se plaignent souvent de la pénurie de vin à Valladolid, ce qui peut surprendre, tant les plantations paraissent nombreuses dès avant 1550. Il est vrai que la ville se gonfle alors de jour en jour, il est vrai qu’elle est séjour de riches qui ont le goût du vin. Mais l’exportation ne serait-elle pas élément d’explication ? En décembre 1557, lors d’une délibération, des échevins déclarent que le bas prix des vins pousse les gens de Valladolid à vendre ces vins aux forasteros46. Déclaration intéressée peut-être de propriétaires de vignobles qui souhaitent élever leurs profits ? Encore n’est-ce pas sûr, les échevins propriétaires étant écartés des discussions relatives à la fixation des prix. Le vignoble vallisolétain a pu ainsi être stimulé par les hauts prix des régions voisines, ce qui expliquerait mieux encore les accaparements importants réalisés par quelques capitalistes avisés.

33Il reste que le mouvement de reconversion est évident et qu’il semble avoir eu une intensité particulière entre 1530 et 1560, avec une accélération probable après 1550, ce qui justifie, semble-t-il, les observations qui précèdent. Les environs immédiats de Valladolid et ceux de Tudela ont été très touchés par ce mouvement mais d’autres régions (Simancas, Geria, par exemple) ont fort bien pu l’être, l’absence de documents notariaux expliquant dans ce cas notre ignorance.

  • 47 . A.H.P.V., Leg. 33-III, fol. LVII.

34Les textes qui donnent connaissance de ce mouvement sont des contrats entre le propriétaire d’une terre de panllevar, à la saison productrice de grains, et un laboureur chargé de planter cette terre en vigne jeune (majuelo). Ce qui signifie que l’observation nous échappe, des transformations de ce genre apportées à une terre par son propriétaire lui-même, processus fréquent très probablement, que le hasard parfois nous révèle : ainsi lorsqu’il s’agit de cette terre de Luis González de Villa, Grand Juge de Biscaye, convertie en vignoble par les soins du laboureur Alonso Carretero, et voisine d’une terre de Juan de Mansilla, que celui-ci plante alors en vigne47.

  • 48 . A.H.P.V., Leg. 39-II, fol. 68 ; Leg. 33-III, fol. LVII et LXI ; Leg. 80, fol. 176 ; Leg. 81, fol. (...)

35A Tudela ces conversions se sont accompagnées de contrats originaux dits a medias. La plantation devait être effectuée dans un délai de deux à cinq ans, parfois les premiers fruits (ceux de deux ou trois récoltes) allaient au planteur ; ensuite la nouvelle vigne était partagée également entre le propriétaire et le planteur. Des plantations de ce genre se produisirent dans les années trente comme dans les années cinquante48.

  • 49 . Par exemple A.H.P.V., Leg. 49, fol. 337 ; Leg. 50, fol. 1 ; Leg. 51, fol. 1206 ; Leg. 52, fol. 86 (...)
  • 50 . A.H.P.V., Leg. 55, fol. 772.

36Autour de Valladolid la formule de la plantation a medias ne paraît pas avoir été utilisée. Presque toujours le contrat de plantation est assorti d’une emphytéose. Les cas de conversion sont particulièrement nombreux dans les années cinquante, de 1553 à 1557 surtout. Il est même question de la transformation d’une huerta de hortaliza en vigne complantée d’arbres fruitiers : 100 pieds de vigne et 12 arbres fruitiers (amandiers, noyers, pruniers) seront plantés chaque année pendant neuf ans. Cet exemple, exceptionnel il est vrai, souligne le dynamisme de la viticulture en ces années qui sont, d’ailleurs, celles de la grande propriété vallisolétaine49. Il arrive aussi qu’une terre soit transformée en huerta grâce à l’extension de l’irrigation. Mais c’est assez rare. Toutefois par ce moyen la culture des melons a réalisé des progrès50.

37On observera que la conversion des terres à céréales en vignobles ou la reconquête des friches suppose un certain investissement dont la rémunération n’est pas immédiate. Le recours au crédit s’avère alors nécessaire. Or c’est précisément pendant cette période 1530-1560 que les petits propriétaires paysans ont fait le plus grand usage des rentes constituées, ce moyen essentiel du crédit rural.

38D’autre part la multiplication des emphytéoses et des contrats a medias a pu modifier quelque peu, au bénéfice de la petite propriété de fait ou de droit, la structure agraire de la région de Valladolid. Dans ce cas l’accumulation territoriale signalée par Carmelo Viñas y Mey, et qui semble bien en effet caractériser la fin du XVIe et le xviie siècle, aurait été au moins retardée.

III. — L’AGRICULTURE COMME POSSIBILITÉ D’ENRICHISSEMENT

39Les pages qui précèdent révèlent un effort certain de l’agriculture vallisolétaine pour tirer parti de la conjoncture malgré de nombreuses difficultés. Cet effort a-t-il produit les effets désirés, c’est-à-dire un enrichissement ? La réponse à cette question est délicate et diffère selon les catégories considérées.

Les exploitants.

40La situation des exploitants s’est-elle améliorée ? Jusqu’en 1560 probablement oui. Les locataires de terres à céréales ont bénéficié de baux de longue durée : de 1530 à 1600 nous n’avons pas trouvé trace de baux d’une durée inférieure à cinq ans et la très grande majorité des baux sont conclus pour sept ans au moins, les plus courants étant ceux de neuf et dix ans. La longueur de ce bail et la fixité du loyer ne pouvaient qu’encourager l’exploitant à améliorer sa terre mais la stipulation de ce loyer en nature, dans 90 % des cas au moins, ne lui permettait pas de profiter au maximum de la hausse des prix. Les locataires des huertas étaient parfois plus favorisés, le contrat prévoyant assez souvent, outre la livraison de quelques fruits, un paie ment en argent ; mais les baux ont généralement une durée plus courte, quelquefois même réduite à un ou deux ans, qui restreint cet avantage. Quant aux locations de vignes, elles ont presque toujours un caractère emphytéotique qui suppose, on l’a vu, une remise en état.

41Les propriétaires exploitants ont dû, théoriquement, profiter de la hausse des prix, surtout s’ils pouvaient se passer du concours des salariés dont la rémunération s’est adaptée, assez vite, on le sait, à cette hausse.

  • 51 . A.H.P.V., Leg. 69, fol. 415 ; Leg. 81, fol. 839.
  • 52 . A.H.P.V., Leg. 52, fol. 460-72.

42On dispose de peu d’éléments pour apprécier l’amélioration de la condition de ces exploitants. Cependant l’impression n’est pas défavorable. Au milieu du siècle les inventaires après décès des laboureurs et des maraîchers, sans révéler l’aisance, encore moins la richesse, protestent contre l’idée d’une pauvreté générale. Il existe même des paysans aisés et il est réel que certains se sont enrichis. Hernando de Urueña n’avait que 12 ducats lorsqu’il s’est marié pour la première fois ; au jour de son second mariage il possédait déjà plusieurs maisons et plusieurs vignes, meubles et vêtements en abondance, qu’il ne devait point à la dot de sa première femme ; à sa mort, en 1568, il peut faire divers legs, prévoir plus de 200 messes pour le repos de son âme, laisser une somme à sa seconde femme, et l’un des fils de son premier mariage est prêtre, pourvu d’un bénéfice. Andrés Maestro, qui habitait Tudela, est parvenu à acquérir après son mariage plus de 13 aranzadas de vignes, 5 820 pieds au total, plus une terre d’une yugada et demie51. Quant au maraîcher Sebastián de Pesquera, pendant la durée de son union avec Isabel Nicolás, c’est-à-dire de 1528 à 1555, il s’était enrichi remarquablement : en effet, déduction faite de la plus-value acquise par les biens qu’il possédait déjà lors de son mariage, les acquêts s’élevaient à 726 727 maravédis52.

  • 53 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.

43D’autre part l’enquête de 1570 sur les villages ne considère comme pauvres que Castronuevo et Puente de Duero. Elle déclare que les laboureurs de Geria sont possesseurs de biens raisonnables. Le recensement précis effectué à Mojados, en 1567 signale 17 chefs de famille riches sur 259 : ils ont des biens en cantitad ou sont quantiosos ; 153 vecinos sont de petits propriétaires, possèdent au moins leur maison et deux ou trois petites vignes, parfois aussi une terre, une huerta ou une pinède ; 45 autres vivent seulement de leur travail dont quelques hidalgos mais il y a aussi 35 vecinos pauvres53. Un autre texte affirme que vers 1565 Peñaflor était un bourg prospère où la plupart des habitants étaient propriétaires et muy ricos. Mais comme il s’agit d’opposer ce passé idyllique à la triste réalité de 1595 on peut nourrir quelques soupçons. Il demeure que les précisions données, dont il faudra reparler pour juger la fin du siècle, et la mesure démographique, semblent justifier cette prospérité.

Les propriétaires non exploitants.

  • 54 . A.H.P.V., Leg. 33, fol. 177, 188, 193 ; Leg. 36, fol. 99 ; Leg. 36-II, fol. 395 et 497.
  • 55 . Le monastère de San Pablo fit faire l’arpentage de ses terres à Valladolid et Cabezón en 1547 ; à (...)
  • 56 . A.H.P.V., Leg. 663, fol. 782.
  • 57 . Ces chiffres constituent des minima. A.H.N., Clero, Leg. 7860 et 7938.

44Seule une connaissance approfondie de la rente foncière et de son évolution pourrait nous renseigner. Or nous n’avons pu calculer qu’exceptionnellement cette rente foncière et seulement pour les années 1529-1535 parce que connaissant le prix de quelques terres et leur loyer, le blé étant évalué selon le prix de l’année. Les six calculs effectués indiquent un rapport oscillant de 4,03 à 15 % mais cinq sur six de ces rapports sont compris entre 4,03 et 7,13 %, celui de 15 % étant tout à fait exceptionnel. Il est vrai que les trois rapports les plus faibles : 4,03, 4,32 et 5 % correspondent à l’année 1529 qui est une année de blé à bon marché. Alors comment ne pas remarquer qu’à cette date le démarrage des prix du grain ne s’est pas encore produit ? Il est sûr que la rente foncière s’est élevée par la suite. Déjà en 1533, ou en 1535, elle oscille entre 6 et 7 %54. Après 1540 lorsque les prix des céréales bondissent, avant que celui de la terre ne soit réajusté, le profit a dû se gonfler. De plus toute mauvaise année est une grande année pour le propriétaire puisque la rente est fixe : il gagne gros à l’occasion de chaque mauvaise récolte. Bref tout cela éclaire l’attention avide portée à la terre, les tentatives d’usurpation évoquées plus haut. Et pourquoi fait-on alors tant d’arpentages, tel le monastère de San Pablo, redoutant que les paysans n’aient occupé indûment les terres qu’il possède sur le territoire de Cabezón55. La terre appelle l’investissement des fortunes urbaines, elle compte grandement dans les majorats du milieu du siècle, ainsi dans ceux institués par Pero Hernández de Portillo pour ses deux petits-fils : dans le premier les propriétés foncières valaient plus de 50 000 ducats sur un total de 105 000, mais avec les immeubles dépassaient 60 000 ducats56. Les grands propriétaires de vignobles sont des gens de la ville, tels les notaires, ou des monastères comme Nuestra Señora del Prado et San Pablo qui détiennent respectivement 163 et 110 aranzadas de vignes sur les territoires de Valladolid et Simancas. Les hiéronymites avaient d’ailleurs aussi plus de 250 yugadas de terres (à Valladolid et Arroyo) et les dominicains sans doute davantage57.

Les spéculateurs.

  • 58 . C’est en ce sens que je me rallie à l’avis de Pierre Vilar lorsqu’il évoque : « … la société rura (...)

45Mais les principaux bénéficiaires de l’essor agricole ce sont, n’en doutons guère, les spéculateurs. Et leurs opérations fixent une limite aux possibilités réelles d’enrichissement des petits exploitants58.

46L’étude de la documentation notariale nous livre le mécanisme simple de la spéculation. Au printemps lorsqu’il s’agit de grain, au printemps ou en été lorsqu’il s’agit de vin, un capitaliste avance à un laboureur ou à un vigneron dans la gêne une certaine somme, de 10 à 25 ducats généralement. Cette avance est assortie d’un contrat selon lequel le paysan s’engage à livrer à son bailleur de fonds une partie ou la totalité de sa récolte. Lorsque le prix d’achat de ce grain ou de ce vin est fixé, ce qui n’est pas toujours le cas, il est clair que cette vente anticipée de récolte s’accompagne d’une opération usu-raire. De plus, en accaparant une partie importante de la récolte, les plus entreprenants de ces capitalistes se donnent les moyens d’agir sensiblement sur les prix.

  • 59 . A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1510.
  • 60 . A.H.P.V., Leg. 896, fol. 255 à 270.
  • 61 . A.H.P.V., Leg. 50 et 58 à 69.

47Parmi ces spéculateurs, des bourgeois surtout, comme ce Juan de San Miguel qui en 1559 acquiert ainsi 150 moyos au moins59, ou comme le notaire Francisco de Fanega, déjà propriétaire notable de vignoble puisqu’il figure sur l’état de 1560 pour une production de 124 moyos, comme Francisco de Bermeo qui accomplit de nombreuses opérations en 1558 par exemple ; des ecclésiastiques, tel Alonso Rodríguez, curial de Rome, acheteur en 1560 de 144 moyos à des vignerons de Geria, des laboureurs même, ainsi Andrés de Urueña ou Diego de Castro60dont les entreprises sont d’ailleurs modestes ; des commerçants, comme le tripier Nicolás Paz ou des artisans, si l’on peut ainsi qualifier le peaussier Pedro Gutiérrez dont les fructueuses activités nous serviront d’exemple. Ce personnage doué d’un entregent hors du commun a réalisé sur le grain et plus encore sur le vin de fort importantes opérations. Nous avons pu examiner plus de 250 contrats de ventes anticipées le concernant durant les années 1562-157561.

48Pedro Gutiérrez ne s’est occupé qu’assez rarement de céréales mais avec beaucoup d’opportunité puisqu’il semble avoir effectué la plupart de ses achats anticipés durant les mauvaises années 1574-1577 à des laboureurs du Cerrato, Esguevillas et Cubillas principalement. Ainsi dès mai 1574 Pedro paie d’avance 10 charges de blé et 10 charges d’orge, livrables au 15 août ; il paie le blé 24 réaux la charge et l’orge 10 réaux : or les prix de la taxe pendant l’année 1575, sans aucun doute inférieurs aux prix réels, furent respectivement 44 et 22 réaux, ce qui nous donne la mesure des profits de Pedro. En 1575 ses achats sont moins avantageux puisqu’il paie le blé à 38 réaux mais il n’achète que le 12 juillet pour une livraison au 15 août et le prix réel du blé, théoriquement limité par la taxe, a dû augmenter encore. Toutefois les achats de grain de Gutiérrez ne concernent que des quantités médiocres : au maximum 30 à 35 charges d’orge en 1566. Il n’en est pas de même lorsqu’il s’agit de vin.

  • 62 . A.H.P.V., Leg. 59, fol. 916, 935, 1001, 1002.

49De 1562 à 1575, Pedro Gutiérrez passe chaque année de nombreux contrats avec des vignerons de Herrera et de Tudela de Duero surtout, mais aussi de Laguna, Renedo, Geria, etc. Il s’assure ainsi, moyennant le versement d’arrhes, généralement un ducat par moyo, d’importantes quantités de vin en profitant des besoins d’argent immédiats des producteurs. Ainsi en 1562 les 19 contrats s’échelonnent du 9 mars au 22 août ; en 1565 ils sont passés entre le 4 mai et le 16 juillet mais en 1566 les opérations commencent dès le 29 janvier pour s’achever seulement le 21 septembre et en 1568 elles débutent plus tôt encore, le 3 janvier. Gutiérrez manifeste une prédilection certaine pour le vin blanc et cette spécialisation doit lui donner une forte influence sur le marché de ce vin blanc : d’ailleurs plusieurs des clients de Pedro s’engagent à ne pas vendre de vin blanc à d’autres personnes. La volonté d’accaparement est donc évidente62.

50Les quantités achetées sont élevées : près de 350 moyos de vin blanc en 1562, 150 environ en 1563, 166 en 1564, 190 en 1565, 266 en 1566, 250 en 1568, 176 en 1569, 320 en 1570, auxquels il faut ajouter une trentaine de moyos de vin rouge chaque année. De plus il s’agit là de quantités minima car certains contrats indiquent seulement que tout le vin du producteur sera livré à Gutiérrez. Comme notre homme est lui-même un important producteur, inscrit en troisième position sur l’état des propriétaires viticulteurs de Valladolid avec 280 moyos (chiffre vraisemblablement au-dessous de la vérité), on peut affirmer qu’il dispose en certaines années de plus de 600 moyos, c’est-à-dire de plus de 1 500 hl. Qu’il y ait dix personnes dans son cas, et ces dix personnes dominent le marché.

  • 63 . A.H.P.V., Leg. 68, fol. 1986.
  • 64 . On se souvient de ce que les entrées totales de vin à Valladolid atteignaient en moyenne 51 300 h (...)
  • 65 . Six fois sur neuf, semblerait-il, mais nous n’avons pas de registre pour l’année 1567.

51L’ampleur des entreprises de Gutiérrez semble s’être encore accrue après un ralentissement en 1571-1572. Elle fut considérable en 1573 peut-être parce que l’an était « muy trabajoso y estéril »63. Considérable encore en 1574 et 1575, le peaussier commençant à acheter dès décembre 1573 la vendange de 1574. Il n’est plus possible de mesurer les quantités accaparées parce que presque toujours le contrat prévoit désormais la livraison de tout le « moût » du producteur à Gutiérrez. Mais ce qui est sûr, c’est que le nombre de ses clients s’accroît et qu’il étend même son influence à d’autres villages, par exemple Boecillo et même Portillo. Il est fort possible que Pedro ait acquis alors quelque 2 500 hl, contrôlant une bonne partie de la production de vin blanc de certains villages : ainsi 24 vignerons d’Herrera sont en relations avec lui alors que ce village ne comptait que 63 chefs de famille selon le recensement de 156164. Et certains de ces vignerons sont devenus clients réguliers de Gutiérrez, sans doute contraints et forcés : Hernando de Ortega et Llorente de Olmedo, vignerons d’Herrera, lui vendent chaque année sans exception leur vin blanc, de 1562 à 1570. Mateo de La Landa, d’Herrera lui aussi, apparaît six fois sur huit65. A Tudela de Duero, Andrés Pelillo est un client de tous les ans cependant que Juan Zurdo signe cinq fois sur huit, Alexo Vallestero et Juan de Villabáñez quatre fois.

  • 66 . Supra, livre II, chap. VI, tableau I.
  • 67 . A.M.V., Leg. 621. On pourrait signaler aussi le cas d’Andrés Velázquez, homme d’affaires de l’Ami (...)

52Le caractère usuraire des opérations de Gutiérrez ne fait aucun doute. En 1563 il achète d’avance la vendange à un prix moyen de 8 maravédis l’azumbre : le prix moyen de l’année 1564 (vin de l’année) sera de 16,6 maravédis. En 1564 il achète à 7,3 maravédis et le prix de 1565 s’élèvera à 18 maravédis. En 1566 il achète à 5 maravédis : le prix de 1567 est de 14,6. En 1568 il obtint le vin à 6,5 et le prix de cette année-là atteint 1666. En bref son prix est toujours inférieur de plus de moitié à celui des ventes au détail de la campagne suivante. Certes demeurent à sa charge les pertes dues aux lies et fermentations, le coût du transport. Mais il s’agit aussi de vin blanc dont le prix est presque toujours un peu plus élevé que celui du rouge. Et Gutiérrez loue des caves à Tudela, à Portillo aussi (par exemple en 1571 au licencié de San Martín) où il fait vieillir le vin afin de le vendre plus cher comme vin añejo. Ce personnage dont les profits furent considérables est un bon type de ces accapareurs à qui l’exposé des motifs des ordonnances de 1590 attribuait la responsabilité de la décadence de la viticulture vallisolétaine67.

IV. — LA DÉCADENCE DE L’AGRICULTURE ?

Les signes du déclin.

53Car à la fin du siècle cette agriculture devient sujet de plaintes. Il est question de pauvreté, de dettes, de terres abandonnées. Et ces plaintes paraissent s’accorder à la décadence démographique déjà constatée dans les campagnes castillanes qui touche aussi, en ces années, les environs de Valladolid, la vallée de l’Esgueva tout particulièrement.

  • 68 . A.H.P.V., Leg. 951 et 952. Pierre Vilar a déjà souligné le caractère fatal des pointes cycliques (...)
  • 69 . A.H.P.V., Leg. 662, fol. 629.

54Parmi les signes de déclin d’abord des carences nouvelles. Nous ne rencontrons plus, ou presque plus, dans les registres, de contrats d’emphytéoses et, surtout, de plantations ou de reconversions. Le recours des paysans au crédit devient rarissime sauf en année de disette : il s’agit alors de manger ou de semer. Les inventaires après décès des paysans de Villanubla, en 1598 et 1599, laissent l’impression d’un grand dénuement68. Des histoires de paysans ruinés encombrent les textes, telle celle de deux habitants de Castronuevo morts avec plus de 200 ducats de dettes, dont il faut vendre tous les biens pour désintéresser les créanciers69. En 1593 on craint que beaucoup des terres de la « province » ne soient pas semées. En 1597 le bourg de Laguna invoque la grande pauvreté de la plupart de ses habitants, 130 vecinos payant moins de 20 maravédis d’alcabala. Plus généralement c’est le temps du mémorial des laboureurs à Philippe II.

55Quelques précisions d’ordre géographique sont possibles : les ordonnances sur la vigne et le vin de 1590 affirment que plusieurs vignobles des environs de Valladolid ont été abandonnés, livrés à la friche : ainsi Argales, Las Marinas, Lleganto et Traslleganto, Terradillo, Bar-bancillo, Hayo de Nalda, Vega Arenilla… De fait en 1587, par exemple, la récolte de vin a été si insuffisante que des villages comme Cabezón et Valdestillas ont reçu l’autorisation d’importer du vin de l’extérieur. Cependant les chiffres demeurent, qui indiquent à la fin du siècle une plus forte production d’ensemble. Alors ? La réponse est sans doute celle-ci : la décadence de la viticulture n’est pas encore généralisée, ainsi le vignoble de Tudela de Duero jouit toujours d’une grande prospérité que sa démographie conquérante, même en cette fin de siècle, exprime bien.

  • 70 . A.H.P.V., Leg. 951, fol. 189.

56Mais qu’en est-il des terres à grain ? Le cas de Peñaflor a-t-il valeur d’exemple ? Peñaflor qui avait vers 1565 quelque 300 vecinos, « la mayor parte de ellos ricos y hacendados », qui n’en a plus en 1595 que 150, « casi todos pobres y jornaleros », où 40 maisons tombent en ruines parce que leurs habitants s’en sont allés ou sont morts, où plus de la moitié des terres sont maintenant en friches, privées de labours et de semences. Car si grandes sont la nécessité et la pauvreté des laboureurs qui demeurent que, pour n’avoir plus de quoi travailler leurs terres ils les laissent « perdidas y por labrar ». Et subsistent seulement 3 000 moutons et 50 bovins sur un territoire qui en nourrissait naguère 12 000 et 200. Il est vrai que la plus grande partie des terres est aux mains de gens exempts de l’impôt : bourgeois de Valladolid, prêtres et confréries… Faisons la part de l’exagération. Il reste qu’il s’agit d’une enquête officielle qui doit aboutir à diminuer de moitié le pecho real acquitté par Peñaflor70.

Les raisons du déclin.

57N’en doutons pas. Si la décadence n’est pas encore éclatante, comme elle le sera à la fin du règne de Philippe III, tratadistas et arbitristas décrivant alors à longueur de pages les maux de l’Espagne et cherchant, au-delà du diagnostic, une thérapeutique, elle est cependant ébauchée. Pourquoi ? Car enfin la conjoncture favorable paraît se survivre : la hausse des prix va toujours aussi allégrement et le recul démographique est trop récent pour avoir produit déjà des effets profonds.

  • 71 . Carmelo Viñas y Mey, op. cit.

58Dans son essai Carmelo Viñas y Mey a répondu à ces questions comme d’ailleurs à presque toutes celles que pose le destin de l’agriculture et des classes rurales en ce temps. Il accuse la concentration territoriale dont naissent les grands propriétaires absentéistes et qui répartit entre un nombre toujours moindre de petits propriétaires un impôt toujours croissant. Mais l’historien espagnol observe aussi que la formation des grands domaines (laïques ou ecclésiastiques), s’accompagne à la fin du siècle d’un désintéressement de la bourgeoisie urbaine pour l’entreprise agricole ou pastorale, les investissements se dirigeant de plus en plus vers les juros ou les censos et faisant de la classe moyenne un groupement de parasites. Enfin Viñas y Mey pense comme nous-même que les censos ont été une des causes capitales de la ruine des paysans lorsque la conjoncture, d’abord favorable, s’est renversée71.

59Il reste à déterminer le moment de ce renversement. En Andalousie, en Nouvelle Castille il ne s’est peut-être pas produit avant le règne de Philippe IV. Pierre Chaunu a d’ailleurs émis la séduisante hypothèse d’un glissement vers le Sud de la population et de la richesse castillane : puissance de l’attraction américaine. Mais une telle hypothèse postule une antériorité de la décadence en Vieille Castille. Nous croyons bien qu’il en fut effectivement ainsi dans la région de Valladolid. Ne peut-on penser par exemple que l’abandon de la ville par la Cour a provoqué, ici plus tôt qu’ailleurs, l’absentéisme de quelques grands propriétaires ? Il est sûr également que la bourgeoisie ne s’occupe plus guère que de rentes, constitutions de majorats et inventaires après décès l’attestent. Et les bourgeois, mais aussi les artisans, vendent des terres pour acquérir des rentes : naguère les laboureurs vendaient des rentes pour acquérir de la terre…

60Nous croyons aussi à l’effet désastreux de mauvaises récoltes de plus en plus fréquentes, celles des années 1573-1577 par exemple, puis celles de la dernière décennie, qui ont accru dans de fortes proportions l’endettement des laboureurs. On comprend fort bien que jusqu’alors la majorité des paysans n’aient pas cherché à profiter des bonnes années pour se libérer : la hausse des prix diminuait chaque année la valeur réelle de la rente qu’ils devaient acquitter.

  • 72 . Supra, livre II, chap. iii.

61Mais la situation se modifie lorsque la répétition des mauvaises années accroît leurs charges en supprimant leurs profits. Et cela est d’autant plus vrai des petits propriétaires qui sont aussi fermiers de quelque terre puisqu’ils paient une rente fixe en nature. Or on a déjà signalé l’ampleur du recours des ruraux à la rente en ces années de désastre72. Le seul Pedro Gutiérrez en a profité pour devenir le créancier de plusieurs villages : Castronuevo, Ciguñuela, Villalar, Esguevillas…

  • 73 . A.H.P.V., Leg. 952, fol. 57.

62D’ailleurs la spéculation ne prive-t-elle pas beaucoup de laboureurs ou de vignerons des profits que la hausse des prix pouvait leur laisser espérer ? Si les clients de Pedro Gutiérrez ou de Francisco de Bermeo doivent vendre dès avant la récolte leur orge, leur blé ou leur vin à un prix deux fois inférieur au prix de campagne, quels peuvent être leur bénéfice et leur espoir ? Et le pouvoir, comme en Tierra de Campos, décourage les paysans en les chassant des terres vaines. Les plaintes des regidores de Valladolid, déplorant le recul de la viticulture, celles des laboureurs de Peñaflor alors se comprennent mieux dans leur tragique vérité. Et l’endettement continue jusqu’à la fin : ainsi le Conseil de Villanubla emprunte en 1599 pour acheter du blé73. Il y a quelque chose de pourri dans ce royaume où durant un demi-siècle encore les fêtes seront belles et réel leur pouvoir, puisqu’un peuple en fut drogué et l’Europe abusée.

Notes

1 . A ce propos voir infra, livre III, chap. 1, p. 395 et suiv.

2 . Pedro de Medina, op. cit., p. 134.

3 . Alonso de Herrera, op. cit.

4 . Eugenio Larruga y Boneta, op. cit., t. XXIII.

5 4. A.H.N., Clero, Leg. 7714.

6 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

7 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322.

8 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

9 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322.

10 . Il s’agit bien entendu de : Ernest Labrousse, La Crise de l’Économie Française à la veille de la Révolution, et de Pierre Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne.

11 . A.M.V., Leg. 6-21 ou Livres d’Actes, 25 août 1590.

12 . Eugenio Larruga y Boneta, op. cit., t. XXIII, p. 72 et 73.

13 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

14 . A.H.N., Clero, Leg. 7862.

15 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 407, fol. 2.

16 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

17 . Ibid. L’enquête de 1596 propose en effet les statistiques suivantes pour les six années 1590-1595 dont nous avons totalisé les productions :
Blé......... 4 135 charges (cargas)
Orge……… 7 000 —
Seigle…….. 488 —
Vin………. 17 338 muids (moyos)
La valeur a été calculée d’après les prix moyens de ces six années, tels qu’ils sont connus par les tableaux des chapitres précédents : le procédé, certes, est élémentaire mais ne fausse pas les proportions. On observera que celles-ci sont fort différentes de celles établies par J. Gentil Da Silva en Nouvelle Castille (« Villages castillans et types de production au xvie siècle », Annales, E.S.C., juillet-août 1963, p. 729).

18 . Ibid.

19 . Les légumes les plus courants sont les oignons, les artichauts, les piments, les fèves, les laitues, les aulx. A.H.P.V., Leg. 67, fol. 670.

20 . Revue Cérès, 1er novembre 1942. On rappelle que l’aranzada comporte 440 pieds de vigne.

21 . A.H.N., Clero, Leg. 7711. Pierre Vilar a montré le rôle important joué par la garance de Mojados dans l’économie catalane au xviiie siècle, op. cit.

22 . A.H.P.V., Leg. 37, fol. 19.

23 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 465, fol. 5 ; A.H.N., Clero, Leg. 7865.

24 . A.H.N., Clero, Leg. 7711 et 7865.

25 . A.H.N., Clero, Leg. 7703.

26 . A.H.N., Clero, Leg. 7924.

27 . A.M.V., Leg. 378 et A.H.N., Clero, Leg. 7938.

28 . La yugada équivaudrait à 39,30 ares dans la région de Palencia ; à 46,58 ares dans la province de Valladolid. Je propose cette dernière équivalence sous toutes réserves. C’est elle cependant que retient Jesús García Fernández dans son article : « Champs ouverts et champs clôturés en Vieille Castille », Annales, E.S.C., juillet-août 1965, p. 704. La traduction proposée de yugada est bovée.

29 . A.H.P.V., Leg. 41, fol. 64.

30 . A.H.P.V., Leg. 67, fol. 374.

31 . A.H.P.V., Leg. 67, fol. 47, 115.

32 . A.H.P.V., Leg. 14943 (année 1550), fol. 30.

33 . A.H.P.V., Leg. 41, fol. 286.

34 . A.H.P.V., Leg. 80 et 81.

35 . Par exemple A.H.P.V., Leg. 30, fol. 32 et suiv.

36 . Par exemple A.H.P.V., Leg. 33, fol. 176 et 188 ; Leg. 35, fol. 20, 205, 558, 840.

37 . Carmelo Viñas y Mey avait déjà signalé l’extension des cultures aux dépens des pâturages dans la première moitié du xvie siècle.

38 . A.M.V., Livres d’Actes, 31 mars 1503 et jours suivants.

39 . A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 21, fol. 45 ; A.M.V., Livres d’Actes, 24 mai 1512.

40 . A.M.V., Leg. 378.

41 . A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid ; A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 1.

42 . Voir aussi A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 118, fol. 166.

43 . A.H.P.V., Leg. 35, fol. 515 ; Leg. 41, fol. 233 et 805 ; Leg. 43, fol. 64 ; Leg. 46, fol. 36 et 183 ; Leg. 51, fol. 489 ; Leg. 53, fol. 1917 ; Leg. 58, fol. 872 ; Leg. 61, fol. 142.

44 . A.H.N., Clero, Lib. 17663.

45 . Cf. supra, livre II, chap.IV, p. 289.

46 . A.M.V., Livres d’Actes, 6 décembre 1557.

47 . A.H.P.V., Leg. 33-III, fol. LVII.

48 . A.H.P.V., Leg. 39-II, fol. 68 ; Leg. 33-III, fol. LVII et LXI ; Leg. 80, fol. 176 ; Leg. 81, fol. 691, etc.

49 . Par exemple A.H.P.V., Leg. 49, fol. 337 ; Leg. 50, fol. 1 ; Leg. 51, fol. 1206 ; Leg. 52, fol. 865 et 1146 ; Leg. 53, fol. 1, 163, 75, etc. On précise souvent que la plantation sera faite en calagrana y alblillo : il s’agit d’un cep donnant un raisin blanc et précoce, très savoureux. Le feuillage de ces vignes est mince et tendre.

50 . A.H.P.V., Leg. 55, fol. 772.

51 . A.H.P.V., Leg. 69, fol. 415 ; Leg. 81, fol. 839.

52 . A.H.P.V., Leg. 52, fol. 460-72.

53 . A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.

54 . A.H.P.V., Leg. 33, fol. 177, 188, 193 ; Leg. 36, fol. 99 ; Leg. 36-II, fol. 395 et 497.

55 . Le monastère de San Pablo fit faire l’arpentage de ses terres à Valladolid et Cabezón en 1547 ; à Renedo en 1490, 1501, 1524, 1547, 1578 ; à Santovenia en 1504 et 1547 ; à Torrelobatón en 1545, 1572. A.H.N., Clero, Leg. 7863.

56 . A.H.P.V., Leg. 663, fol. 782.

57 . Ces chiffres constituent des minima. A.H.N., Clero, Leg. 7860 et 7938.

58 . C’est en ce sens que je me rallie à l’avis de Pierre Vilar lorsqu’il évoque : « … la société rurale castillane née plus démocratique mais où la petite propriété, sur le marché unique et agité des céréales, entre dans la concurrence avec de petits moyens ». Le fait que le marché ne soit pas seulement, en l’occurrence, celui des céréales mais aussi celui du vin ne modifie pas sensiblement la situation. Pierre Vilar, op. cit., t. I, p. 578.

59 . A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1510.

60 . A.H.P.V., Leg. 896, fol. 255 à 270.

61 . A.H.P.V., Leg. 50 et 58 à 69.

62 . A.H.P.V., Leg. 59, fol. 916, 935, 1001, 1002.

63 . A.H.P.V., Leg. 68, fol. 1986.

64 . On se souvient de ce que les entrées totales de vin à Valladolid atteignaient en moyenne 51 300 hectolitres en 1557-1561.

65 . Six fois sur neuf, semblerait-il, mais nous n’avons pas de registre pour l’année 1567.

66 . Supra, livre II, chap. VI, tableau I.

67 . A.M.V., Leg. 621. On pourrait signaler aussi le cas d’Andrés Velázquez, homme d’affaires de l’Amiral de Castille. Il louait à Valladolid plusieurs caves, la sienne n’étant pas suffisante pour serrer le vin qu’il accaparait et stockait. Lorsqu’il mourut, en mars 1599, il disposait de neuf caves où se trouvaient 531 muids de vin nouveau, rouge ou blanc, et 296 muids de vin vieux : añejo et trasañejo. Cet exemple est révélateur de la manière dont ont été appliquées les ordonnances de 1590.

68 . A.H.P.V., Leg. 951 et 952. Pierre Vilar a déjà souligné le caractère fatal des pointes cycliques particulièrement nombreuses à la fin du siècle (op. cit., p. 567).

69 . A.H.P.V., Leg. 662, fol. 629.

70 . A.H.P.V., Leg. 951, fol. 189.

71 . Carmelo Viñas y Mey, op. cit.

72 . Supra, livre II, chap. iii.

73 . A.H.P.V., Leg. 952, fol. 57.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540