Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Normativité

Varia

Flavius Josèphe et la reine veuve : à la recherche d’un modèle judéo-hellénistique de légitimité successorale ?

Serge Bardet

Résumé

Le livre XIII des Antiquités juives de Flavius Josèphe obéit à un double souci : Josèphe lui a donné une composition rigoureuse et symétrique ; il cherche à y faire apparaître un modèle successoral apte à surmonter les perturbations, voire le chaos inhérents au modèle hellénistique de succession royale, dans lequel la veuve du souverain défunt (tant juif que séleucide) tient un rôle crucial. En proposant d’intégrer des femmes à un édifice institutionnel, Josèphe s’inscrit radicalement à contre-courant d’une tradition occidentale (antiorientale et antiféministe) incarnée par Diodore de Sicile et par Justin, abréviateur de Trogue Pompée.

Within his Jewish Antiquities, Josephus composed the 13th book in a strict order and symmetry and attempted to evolve a succession pattern which would be able to overcome the difficulties, if not the chaos, due to the royal Hellenistic successions; in his proposed pattern, the royal widow (either Jew or Seleucid) has a crucial part. Describing an institutional model where women have a part, Josephus is radically opposed to an occidental, anti-oriental and anti-feminist tradition conveyed by Diodorus Siculus and Justin (Pompeius Trogus’abbreviator).

Texte intégral

Est-ce la faute de la légitimité si le légitime est un imbécile ?
Stendhal, Lucien Leuwen, chapitre xi.

1Le livre XIII des Antiquités juives retrace les événements qui secouent la Judée maccabéenne, l’Égypte et le royaume séleucide entre les années 161 av. J.-C. (après la mort de Judas Maccabée) et 67 av. J. -C. (la mort de la reine Alexandra, veuve d’Alexandre Jannée et régente d’Aristobule II). Josèphe y expose la décadence et l’avilissement de la dynastie séleucide, lui opposant plus ou moins discrètement la grandeur conservée des Lagides. Entre les deux, les Maccabées, qui se constituent en dynastie – les Hasmonéens – oscillent entre l’attachement aux valeurs juives et la fascination pour ce modèle séleucide en perdition.

2Ce livre répond à un rigoureux souci de composition en diptyque : alors que la première partie du livre évoque des successions toutes collatérales, que – très traditionnellement – les hommes sont seuls à organiser et qui se révèlent toutes malheureuses dans la dynastie séleucide (à la différence des deux successions qui s’opèrent en Judée, où le pouvoir est militaire, administratif et sacerdotal, mais pas encore royal), la seconde moitié du livre repose sur une suite de successions originales, principalement – mais pas toutes – en ligne collatérale chez les Grecs et directe chez les Hasmonéens, dans lesquelles, sans que rien l’annonce ou le prépare, la reine veuve joue un rôle de plus en plus actif, y compris au sein d’une famille maccabéenne (ou hasmonéenne) ralliée au modèle royal et de plus en plus hellénisée.

3La coupure intervient très exactement au milieu du livre : même si ces critères sont superficiels, il est assez révélateur de constater que chacune de ces deux parties occupe respectivement 217 et 215 paragraphes ; respectivement 12 et 13 chapitres dans le sommaire, probablement ancien, que comportent plusieurs manuscrits.

4Tandis que la première moitié du livre retrace prioritairement les aléas des successions séleucides (trois sur un total de cinq, plus une sixième, virtuelle, avec l’usurpation de Tryphon du vivant d’Antiochos VI), la seconde moitié se concentre davantage sur les successions au sein de la famille des Maccabées (quatre sur un total qui excède la quinzaine ; mais le modèle politique « devient fou » dans le royaume séleucide et plusieurs successions n’y sont qu’anecdotiques ; l’une des successions grecques, intervenue dans l’Égypte lagide, se présente comme un récit enchâssé, rapporté au récit principal en raison d’une évidente analogie dans le thème et les personnages).

5À l’évidence, Josèphe a opéré des choix parmi les anecdotes et traditions qu’il a pu recueillir : son exposé ne coïncide ni avec celui du Bellum Judaicum, écrit vingt ans auparavant, ni avec celui d’autres sources historiographiques, que nous examinerons à la fin de cette étude. Nous nous proposons donc de montrer qu’il construit délibérément, a posteriori, un discours original sur la question successorale, en opposition avec l’idéologie romaine comme avec la pratique la plus courante des monarchies du Proche-Orient.

6Nous commencerons par étudier la structure de la première moitié. On peut aisément mettre en évidence (voir tableau I) un plan symétrique, en cinq parties, dans lequel la partie centrale est isolée par deux exposés religieux des deux parties initiales et des deux parties finales, dans lesquelles, chaque fois, alternent – en chiasme – successions judéennes et successions séleucides.

7À chaque fois, nous ferons ressortir la relation familiale entre prédécesseur et successeur, les critères de légitimation du nouveau dirigeant et, le cas échéant, une éventuelle présence féminine, en suivant le récit joséphien et sans nous attacher particulièrement aux questions d’exactitude historique, puisqu’il s’agit ici d’isoler un discours sur la succession légitime, pas les faits en eux-mêmes.

Tableau I : composition de la première moitié du livre XIII

Tableau I : composition de la première moitié du livre XIII

8Le douzième livre s’était fermé sur la mort de Judas Maccabée (§ 430-434), le treizième s’ouvre sur une brève vacance du pouvoir et la désignation dans l’urgence de son frère Jonathan. Il y a alors deux sources de légitimité : d’abord le choix des ἑταῖϱοι de Judas (§ 5) : ce que, au propre comme au figuré, nous appellerions aujourd’hui la garde rapprochée de son frère ; ensuite, la capacité et la puissance de Jonathan étant clairement établies sur le champ de bataille, les deux prétendants séleucides qui se déchirent au même moment, Alexandre Balas (§ 45), puis Démétrios I (§ 51), se décident à confirmer l’autorité de Jonathan sur la Judée et à le faire grand prêtre (ce que n’était pas Judas Maccabée), dans l’espoir de s’attirer son concours actif : double effet de légitimation, par l’autorité du souverain et par la force militaire propre. Mais les choses, ici, sont indissociables.

9Il n’est à aucun moment question de son épouse ; a fortiori, on ignore son nom.

10De son côté, Alexandre Balas vient à bout de son cousin germain Démétrios I, qui meurt au combat (§ 61). Là encore, deux sources de légitimité : d’abord la victoire (§ 60-61) ; puis le mariage, sollicité par Alexandre, avec Cléopâtre, la fille du Lagide Ptolémée VI Philomètôr (§ 80-82).

  • 1 Entre les deux épisodes se situe un excursus apparent dans le livre XIII, 62-79 : la fondation du t (...)

11Mais1 Alexandre témoigne de son ingratitude en complotant contre son beau-père (§ 106-108). Du coup, Ptolémée dissout le mariage avec sa fille pour délégitimer Alexandre Balas (§ 109) et la donne à Démétrios (fils de Démétrios I), signe par lequel il lui reconnaît la légitimité royale (§ 110). Josèphe mentionne la filiation directe entre les deux Démétrios quand il expose le raisonnement de Ptolémée, sans en faire alors explicitement un argument de légitimité.

  • 2 Peu importe alors qu’il s’agisse en l’occurrence d’un dynaste arabe, comme il est dit au § 117, ou (...)

12Démétrios II Nicatôr succède ainsi (§ 120) à son cousin issu de germain ; à la légitimité offerte par le puissant voisin et beau-père s’ajoutent d’une part la reconnaissance civique de Rome et d’Antioche (la puissance montante et la plus grande des cités grecques du royaume, § 114), puis d’autre part sa victoire militaire (§ 116), qui légitime symétriquement l’exécution d’Alexandre Balas par un tiers2.

13Notons que cet épisode central dans la liste des successions (de la première moitié du livre) marque deux nouveautés qui ne trouveront leur concrétisation que dans la seconde partie :
- Pour la première fois dans l’économie du récit, les sources de légitimité anticipent l’accession réelle au trône ; la chose est clairement affirmée au § 116 et elle revêt une importance fondamentale, puisqu’elle suggère qu’il est possible d’établir des critères de légitimité a priori, capables de transcender les aléas des guerres, des intrigues et des conflits de légitimités concurrentes, que leur multiplicité affaiblit et qui sont en réalité autant de facteurs d’instabilité et d’insécurité.
- La reine devient à ce moment l’un de ces facteurs de légitimité successorale, mais encore à titre d’instrument passif.

14Mais, à son tour, Démétrios trahit son beau-père (§ 120) et donne aux Antiochiens (§ 135) comme aux Juifs, pourtant loyaux et activement fidèles (§ 136-142), un sentiment d’ingratitude, contrairement au sage Jonathan, qui sait rester durablement l’ami de Rome (§ 163-165).

  • 3 Le second excursus expose la constitution à cette époque des trois αἱρέσεις, Pharisiens, Sadducéens (...)

15Le Séleucide témoigne ainsi de l’inefficacité du dispositif imaginé par Ptolémée3.

16Le dispositif du Lagide était d’autant plus inefficace que, pendant que le gendre trahissait son beau-père, un puissant στϱατηγός nommé Diodotos Tryphon vient offrir légitimité et succession effective au fils du feu roi Alexandre Balas, cousin au deuxième degré du roi Démétrios II : Tryphon excipe de la légitimité conférée par la filiation (§ 132) pour offrir d’abord au jeune Antiochos VI le diadème (§ 144) ; puis la victoire achève de le légitimer (§ 144-145).

  • 4 Il est nécessaire, pour comprendre la pleine signification de cette défaite, d’avoir en mémoire les (...)

17Dans l’économie du texte, nous nous trouvons donc dans une situation intermédiaire, puisque le couronnement intervient en vertu d’une qualité préexistante d’Antiochos (il est le fils du dernier roi déclaré légitime – pour les besoins de la cause, évidemment), mais avant la victoire du prétendant sur le roi en place et bien avant la capture de Démétrios dans les Hautes Satrapies (autre figure de la légitimité perdue, § 184-185)4.

18Entre les deux défaites de Démétrios, il y a eu un règne double, simultané, des deux rivaux : il y a donc un conflit aigu de légitimité, qui montre que, des différents critères mis en avant, aucun n’est déterminant. Il n’y a donc pas de réelle légitimité, ce que concrétise la tentative d’usurpation menée par Tryphon, le « faiseur de roi » qui voulut être roi lui-même : c’est en apprenant la capture du roi Démétrios par les Parthes qu’il prétend au trône pour son propre compte (§ 187), réduisant par là même à rien la validité des arguments au nom desquels il avait prétendu légitimer Antiochos VI.

19Josèphe reste très allusif là où Diodore avait été explicite. Pour Diodore, le « lignage royal » (XXXIII, 28, 1 : ἀπὸ τοῦ βασιλικοῦ γένους) est, pour la légitimité, ce qui distingue Tryphon de son prédécesseur et ce qui l’oblige à « renforcer sa position, puisqu’il était passé de l’état privé à la royauté » (ibidem 28 a : Ὅτι Τϱύφων ἐξ ἰδιώτου βασιλεὺς γεγονὼς ἔσπευδε τὴν δυναστείαν αὑτῷ βεβαιῶσαι) ; c’est ainsi qu’il demande un sénatus-consulte au Sénat romain, lequel lui adresse un humiliant camouflet en ne le reconnaissant pas. Après les Ides de mars (Diodore), la remarque était de bon ton ; sous les Flaviens (Josèphe), il n’était pas utile de manquer de tact. Nous verrons infra des oppositions nettement plus importantes entre Josèphe et d’autres auteurs.

20Les épouses sont de nouveau absentes : Josèphe ne les mentionne même pas.

21À défaut de réussir, la tentative de Tryphon fait néanmoins perdurer la dualité du pouvoir et confirme l’inanité des critères de légitimité dans le monde hellénistique. Tryphon est cependant un grand chef de guerre et un maître fourbe : il parvient à capturer Jonathan Maccabée, qu’il fait immédiatement mettre à mort (§ 192).

22C’est ainsi que Simon Maccabée succède à son frère Jonathan. Sa légitimité est double : premièrement, il place lui-même sa désignation dans le cadre du Temple (§ 197), prélude à son investiture comme grand prêtre (§ 213) ; deuxièmement, il reçoit sa légitimité de l’approbation massive du peuple, que Josèphe caractérise par trois termes différents, liés à trois nuances complémentaires : le peuple réuni comme entité socio-politique (τὸν δῆμον, § 197), comme entité ethnique et religieuse, juive (τὸν λαόν, § 201) et comme masse populaire (τοῦ πλήθους, § 201), ce qui pourrait correspondre aux trois titres portés par Simon selon 1 M 13.42, de grand prêtre, de στϱατηγός et d’ἡγεμών des Juifs. Il manque le terme ἔθνος, qui correspondrait au titre d’ethnarque, que lui attribue Josèphe (§ 214), mais qui pourrait être anachronique.
On ne sait strictement rien de son épouse.

23La cohérence formelle et littéraire de cette première partie est assurée par divers procédés :
L’architecture générale de cette moitié de livre peut difficilement être le fruit du hasard : chaque succession royale formellement accomplie est séparée des deux autres par un excursus consacré aux affaires religieuses juives (excursus qui trouveront chacun son écho dans la seconde moitié du livre) ; la succession entre frères Maccabées vient encadrer le tout au début et à la fin. Il y a donc un effort particulier de symétrie dans la composition d’un ensemble événementiel, au cours duquel l’évolution est inverse d’une dynastie à l’autre : tandis que les successions séleucides se déroulent dans un climat qui se dégrade, les successions maccabéennes marquent un affermissement du pouvoir local.

24Le texte est parcouru par un motif récurrent : celui de l’amitié en trompe-l’œil et de la loyauté faussement proclamée. On en trouve un exemple particulièrement net (mais un parmi tant d’autres) lorsque Tryphon endort la méfiance de Jonathan « par des cadeaux et des démonstrations d’amitié » (δώϱοις καὶ φιλοφϱονήσει), « pour le convaincre de son eunoia » (§ 189), alors qu’il l’attire dans un piège. Faut-il en accuser la naïveté du Maccabée ? Que non point : Josèphe souligne (sans ironie perceptible) sa prévoyante sagesse, sa πϱόνοια (§ 195). Il y a quelque chose de pourri au royaume séleucide et plus rien n’assure ni de la légitimité réelle du pouvoir, ni de sa fiabilité morale ou politique. Encore s’agit-il d’un usurpateur ; mais les rois de la dynastie se conduisent de même.

25Josèphe prend d’ailleurs bien soin d’épargner ses critiques à l’homme remarquable qu’est Ptolémée VI (§ 114-115) : il peut y avoir par surcroît un parti pris antiséleucide, mais ce qui est en cause, c’est le système successoral et politique hellénistique, pas forcément les hommes.

26Rompant avec le discours hellénistique pour imposer celui de la liberté, de la piété et d’un certain nombre de valeurs morales (§ 198-200 : modestie, courage, esprit de sacrifice…), soutenu par des critères de légitimité bien plus solides (l’onction religieuse au § 213 et le consensus populaire au § 201), Simon Maccabée concrétise cette supériorité en libérant la Judée du joug séleucide (§ 213). Josèphe indique explicitement et solennellement (c’est-à-dire lourdement) que commence alors une nouvelle période dans l’histoire juive, placée sous le triple signe du cumul des fonctions civiles et presbytérales ; de la conquête victorieuse ; de l’exaltation du lieu religieux juif aux dépens du lieu symbolique de l’oppression passée (celui-ci étant proprement recouvert par celui-là aux § 216-217 dont, telle quelle, l’historicité est assez douteuse).

27Cela posé, Simon ne s’arrête pas là et, par le biais d’un programme architectural et funéraire propre à frapper les esprits (§ 211-212) met en avant un quatrième et nouveau critère de légitimité pour l’avenir : la légitimité dynastique.

28Ce faisant, il recrée une pluralité des critères de légitimité, facteur potentiel d’instabilité.

  • 5 Jusque-là, tous les enchaînements d’un épisode à l’autre s’étaient faits, de manière très répétitiv (...)

29C’est autour du fort connecteur logique Μετ’ οὐ πολὺ δέ (§ 218) que s’articule le passage de la première à la seconde moitié du livre xiii et le basculement dans une autre logique politique5. Examinons de la même manière l’enchaînement des successions, qui se fait en trois mouvements séparés, comme dans la première moitié, par deux excursus. Le mouvement central est entièrement consacré aux rois hasmonéens, tandis que le mouvement initial et le mouvement final font alterner Séleucides et Judéens (voir tableau II).

  • 6 Son père Ptolémée VI est alors mort et ce n’est pas son oncle Ptolémée VIII Évergète II qui cherche (...)

30L’usurpateur Tryphon finit par mettre à mort sa créature, Antiochos VI (§ 218). Josèphe, qui a simplement évoqué la jeunesse du roi (§ 132) ne précise pas qu’il est alors âgé d’environ sept ans. Mais survient inopinément un conflit de prétendants : aux φίλοι de Tryphon, qui portent naturellement leur chef au trône (§ 219-220), s’opposent ceux de la reine Cléopâtre Théa, toujours veuve de Démétrios, assignée à résidence avec ses enfants dans Séleucie. Sur leur conseil, elle offre à son beau-frère à la fois le mariage et le trône (§ 222), parce que l’armée l’a ralliée, mais aussi parce que les deux sont manifestement liés dans son esprit. Assiégé dans Apamée, Tryphon est vaincu, pris et exécuté tandis qu’Antiochos VII offre φιλία καὶ συμμαχία à Simon Maccabée (§ 223). La reine reprend donc l’élément de légitimation qui avait servi à assurer le pouvoir de ses deux premiers époux, Alexandre Balas et Démétrios II. Mais cette fois, elle le fait de son propre chef, comme actrice politique6.

Tableau II : composition de la seconde moitié du livre XIII

Tableau II : composition de la seconde moitié du livre XIII
  • 7 Simon, échaudé par les malheurs de son frère, n’était déjà plus dupe des manœuvres de Tryphon et pe (...)

31Antiochos perpétue la traditionnelle trahison des serments de φιλία καὶ συμμαχία et se retourne contre Simon (§ 225), qui le vainc sans grande difficulté7.

32Simon meurt à son tour, assassiné par son gendre Ptolémée, qui retient prisonniers la veuve (anonyme) et deux fils du défunt ethnarque. Le peuple de Jérusalem, garant de la tradition du consensus et de l’investiture presbytérale, se soulève (§ 229) et Jean Hyrcan, un troisième fils de Simon, l’assiège dans Dagon (§ 230-234). Sauvé par l’année sabbatique, il tue la reine et les deux princes avant de fuir vers Philadelphie, aux mains d’un tyran, usurpateur de surcroît (§ 235).

33Hyrcan, institué grand prêtre (§ 230), semble avoir un bilan militaire peu flatteur, même si Josèphe fait tout son possible pour rendre ses échecs discrets : il ne parvient ni à vaincre Ptolémée, ni à repousser Antiochos VII, doit verser tribut et donner des otages, ce qui le conduit à violer la tombe de David pour payer son armée ; ce n’est pas de ce côté que viendra sa légitimité.

34Simon était le dernier dirigeant de la génération du soulèvement (quelque trente ans se sont écoulés). Sa succession amorce une première évolution : le consensus populaire et l’aura archipresbytérale restent des éléments fondamentaux ; mais pour la première fois, la veuve apparaît comme un élément potentiellement important, puisqu’elle reçoit le même traitement, physiquement et littérairement, que deux de ses fils. Enfin, pour des raisons incontournables (Simon était le dernier frère vivant), il fallait envisager un autre mode de succession que de frère à frère et, la famille des Maccabées ayant manifestement enraciné son pouvoir, l’hypothèse de la transmission par filiation devenait nécessairement la solution la plus plausible.

  • 8 . Selon une tradition tardive (Appien, Syr. 67, § 356), Démétrios est devenu son gendre depuis qu’e (...)

35Là-dessus, Antiochos VII meurt à son tour dans les Hautes Satrapies, laissant la place à son frère l’ancien roi Démétrios II, toujours vivant et libéré par le roi des Parthes8. Il reste néanmoins un roi défait (et désargenté de surcroît) : l’armée le refuse et va demander une solution au Lagide Ptolémée VIII (désormais surnommé Physcôn, le Bouffi). Celui-ci leur envoie un cousin ( ?) séleucide, un certain Alexandre II Zebinas, qui défait Démétrios (§ 267-268). Ce dernier cherche alors refuge auprès de son (ancienne) épouse Cléopâtre Théa, qui lui refuse tout secours : il est pris et exécuté (§ 268-269). Mais Alexandre II Zebinas voit se dresser devant lui Antiochos VIII Grypos, fils des mêmes Cléopâtre et Démétrios ; lequel, sitôt vainqueur et couronné, doit affronter son demi-frère utérin Antiochos IX le Cyzicène, fils d’Antiochos VII (§ 270-274) : leur lutte durera vingt-cinq ans environ, avec des bonheurs alternés.

36Josèphe n’a pas mentionné Rodogune, l’épouse parthe ; pas dit un mot sur un quelconque choix maternel (alors qu’il explique en détail la filiation des frères rivaux), ni sur le fait qu’en Égypte la reine mère Cléopâtre III soutient Antiochos VIII Grypos contre Ptolémée IX, partisan d’Antiochos IX le Cyzicène (au contraire, il parle brièvement d’un désengagement égyptien, § 274). Ce qu’il faut donc manifestement retenir de cet exposé, c’est que le royaume séleucide s’enfonce encore un peu plus dans une crise de légitimité, cependant qu’Hyrcan vit en paix, neutre et méprisant, indépendant de fait (§ 272-273).

37Il est pourtant question de la même reine lagide Cléopâtre III dans un excursus (§ 284-287) qui fait directement écho à celui des § 62-79 (suivi d’un second excursus, qui fait, lui, directement écho à celui des § 171-173).

  • 9 . Voir Justin XXXIX, 1, 9 – 3, 12. Justin (Marcus Junianus Justinus) abrège au début du IIIe s. une (...)

38Autrement dit, Josèphe ne s’embarrasse pas de détails capables de brouiller son schéma de légitimation. On est en face d’un parti pris littéraire, historiographique et politique rigoureusement inverse à celui de Justin9, l’une de nos rares sources complémentaires sur les mêmes événements, qui, dans un récit plus proche des caractéristiques du roman, se concentre sur les événements égyptiens pour souligner la malfaisance des reines.

  • 10 . Ce que l’étude des monnaies ne confirme pas. Les monnaies d’Aristobule I ou II sont frappées à le (...)

39À la mort de Jean Hyrcan, son fils Aristobule se proclame roi de sa propre initiative10. Comme Ptolémée l’avait fait à la mort de son beau-père Simon, Aristobule emprisonne la veuve (anonyme), sa propre mère, et trois de ses frères cadets (n’épargnant que son frère préféré, Antigone). Mais la mère et le fils ont franchi un pas : elle a réclamé l’exercice du pouvoir et lui l’a laissée mourir en prison (§ 301-302) avant de faire exécuter son frère Antigone, suite aux calomnies et manœuvres, en particulier de la nouvelle reine (alors anonyme quoique rien n’empêche de la nommer dès maintenant, puisqu’elle le sera ensuite ; § 302-309).

  • 11 La majorité des commentateurs préfèrent traduire par « il porta le titre de Philhellène » ; mais ri (...)

40Sorte de Macbeth avant l’heure, il meurt dans les délires du remords (§ 314-318). Mais, quelle que soit la traduction qu’on donne à l’expression χϱηματίσας φιλέλλην11, ce n’est pas par hasard que Josèphe introduit ici le qualificatif de « philhellène » : comme Ptolémée, dont le nom même disait assez l’hellénisation, Aristobule (dont le nom hébraïque, Jehoudah, ne sera mentionné qu’incidemment au livre xx § 240) a voulu se rallier au modèle hellénistique, royal, dynastique, guetté faute de règles précises par la rivalité entre frères ; et la succession, perpétrée dans le sang, le parricide, le fratricide, la trahison et finalement une insupportable culpabilité, s’est révélée catastrophique. Au demeurant, Josèphe établit de l’homme et de son règne un bilan extrêmement positif (§ 318-319) : c’est son accession au pouvoir qui est illégitime au regard de la tradition juive et de la morale.

41À la mort d’Aristobule, la reine anonyme devient la veuve du roi, nommée Salomé Alexandra : elle prend l’initiative de libérer ses beaux-frères ; et elle établit sur le trône l’aîné des survivants, Alexandre Jannée en raison et de son aînesse, et de ses capacités (tous ces aspects sont explicites dans le texte joséphien, § 320), c’est-à-dire qu’elle l’épouse (ceci restera implicite jusqu’à la mort de Jannée, mais il est probable que pour un lecteur ancien, elle n’avait pas d’autre moyen de l’établir sur le trône).

42Autrement dit, Salomé Alexandra se conduit très exactement comme Cléopâtre, fille de Ptolémée VI avec son beau-frère Antiochos VII et cela fonctionne tout aussi bien, même si humainement Jannée ne vaut pas mieux que le Séleucide et fera aussi du mal aux Juifs. Pour l’heure, il s’attaque aux villes côtières de Syrie, puisque les deux Séleucides sont trop occupés à s’entrebattre pour le repousser.

43Sur ces entrefaites intervient, second excursus, un récit enchâssé dans l’histoire du règne d’Alexandre Jannée.

  • 12 Pour quelques repères, voir cependant Édouard Will, Histoire politique du monde hellénistique, 1967 (...)

44À la mort de Ptolémée VIII, la veuve Cléopâtre III, un temps reine mère associée à son fils Ptolémée IX Sôter II Lathyros, le chasse et établit le cadet à sa place (§ 331-334 ; aujourd’hui, on est bien en peine de définir une chronologie à peu près précise pour confirmer ou infirmer le récit)12.

45On a donc ici affaire à une reine qui inverse le schéma hellénistique imposé par sa sœur homonyme devenue séleucide : au lieu de corriger une injustice et d’établir pour son époux une légitimité, elle crée la perturbation et se place dans une position dominante qui efface toute légitimité particulière. Son rôle de chef militaire (§ 348-351) s’inscrit dans la même figure de l’inversion, même si elle ne fait pas plus mal que ces messieurs en dirigeant les opérations contre son fils.

46En effet, pour combler le vide politique local, les cités de Syrie ont appelé à la rescousse Ptolémée Lathyros, jusque alors replié dans Chypre (§ 328-329). Impressionné par sa puissance militaire, Jannée feint de composer, lui fait une offre de συμμαχίας καὶ φιλίας et traite en sous-main, mais pas assez discrètement, avec la reine mère (§ 334-335). Cette fois-ci, c’est le souverain juif qui, trahissant la tradition maccabéenne, fait du langage de l’eunoia le langage de la duplicité et le souverain hellénistique qui en est victime (ce qui, bien entendu, se retourne contre Jannée et les Juifs, puisque, en représailles, Ptolémée ravage la Galilée et la Judée avec la plus grande cruauté, § 337-347). C’est la reine mère, respectueuse de son alliance avec Jannée, qui refuse explicitement de le trahir (§ 354-355 : μηδὲν ἀδικῆσαι… ἀλλὰ συμμαχίαν ἐποιήσατο) ; elle est bien la seule : la trahison et la violation des valeurs les plus sacrées ont gagné tous les dirigeants impliqués dans ce conflit, Grecs, Juifs, Arabes (§ 356-365). Mais la désagrégation du modèle politique grec se poursuit.

47Bref, l’histoire illustre ce qui se passe quand on va trop loin et qu’on met le monde à l’envers : femme valeureuse et cœur noble, Cléopâtre III a néanmoins semé la subversion et l’horreur en se substituant aux hommes. Imprudemment, impudemment hellénisé, Alexandre Jannée s’est avili, trahissant comme un Séleucide, violant les sanctuaires, se trouvant finalement délégitimé par ses défaites, puisqu’il s’est inscrit dans la logique hellénistique.

48Il ne faut pas s’étonner que, dans ces conditions, la succession séleucide soit abandonnée à la seule violence du complot et des guerres : les deux demi-frères séleucides sont éliminés (§ 365-366), Antiochos VIII Grypos assassiné par un proche, Antiochos IX vaincu et exécuté par le fils du précédent, Séleucos VI (§ 367). Séleucos VI lui-même est bientôt assassiné par la population de Mopsueste ameutée contre sa rapacité (§ 368). Antiochos X, fils d’Antiochos IX, entre alors en conflit avec son cousin au deuxième degré Antiochos XI, fils d’Antiochos VIII (et frère de Séleucos VI). Bien vite liquidé, Antiochos XI est remplacé par son frère Philippe I (§ 369). Mais Ptolémée Lathyros, de Chypre, suscite un troisième roi, qui est aussi un quatrième frère, Démétrios III (curieusement surnommé Akairos par les manuscrits, alors que son épiclèse officielle était évidemment Eukairos : en somme, l’Importun au lieu du Fortuné ; § 370). Voici qu’Antiochos X meurt en allant combattre aux côtés d’une autre et brave reine combattante, une reine arabe nommée Laodice (§ 371). Les deux frères survivants se partagent ce qu’il reste du royaume. Le système hellénistique, sans contrepoids, est arrivé au bout de sa logique, dans une tuerie rendue à la fois tragique et burlesque par l’extrême concentration du temps dans le récit joséphien.

49On notera que, pendant ce temps, Cléopâtre Séléné, une nouvelle princesse lagide, a (selon Strabon XVI, 749 et Appien, Syrie 69) épousé successivement Antiochos VIII, IX et X, mais que Josèphe n’en souffle mot, même quand il la nomme dans un autre contexte (§ 420) : une forte femme, rappelant Cléopâtre Théa, ne cadrerait pas dans le tableau ; simplement, dans un monde où les hommes sont si peu légitimes, c’est elle qui organisera avec Salomé Alexandra la résistance contre le roi d’Arménie (selon Strabon, elle sera d’ailleurs faite prisonnière lors de la prise d’Akko/Ptolémaïs et exécutée sur la route du retour en Arménie, à Zeugma, ce dont Josèphe ne dit rien, malgré une vague allusion au siège d’Akko dans le Bellum Judaicum I, 68).

50Comme à Mopsueste, le peuple de Judée se retourne contre son souverain Alexandre Jannée, jugé indigne du trône ; on trouve un prétexte : la rumeur court que sa mère était une captive et qu’il ne peut donc pas être légitimement grand prêtre. Les commentateurs se perdent en conjectures sur cette histoire ; il me semble qu’ils vont inutilement « chercher midi à quatorze heures » : sa mère (anonyme), c’est la reine (anonyme) jetée en prison (par Aristobule) en même temps que lui à la mort d’Hyrcan. Et peu importe que cela n’ait rien à voir avec sa naissance (l’interdit s’expliquant par le fait qu’on ne devait pas avoir de soupçon sur la naissance du grand prêtre) ; de bonne ou de mauvaise foi, peu importe, on aura pris à la lettre une règle capable de cristalliser le sentiment d’illégitimité du roi : outre ce qui fait la légitimité du roi hellénistique, il lui manque désormais tout ce qui faisait celle du dirigeant maccabéen : le consensus populaire et la légitimité sacerdotale. L’échec personnel de Jannée, c’est l’échec global du modèle hellénistique plus l’abandon du modèle juif. Josèphe tire de son règne un bilan extrêmement négatif : il a été inhumain, intempérant… mauvais pharisien et mauvais stoïcien pourrait-on dire, puisque Josèphe a fait lui-même le rapprochement entre ces groupes (Vie, 12).

51Mais, si mauvais souverain qu’il ait été, rien n’est perdu, il a au moins le talent de ménager, on peut même dire de planifier une habile succession :
- Sa veuve Salomé Alexandra (sincèrement éplorée) est explicitement chargée du pouvoir (§ 400).
- Puisqu’il est en campagne en Transjordanie, on cachera sa mort jusqu’à la victoire et Alexandra bénéficiera de l’aura qu’elle procure (§ 401).
- Comme Simon et conformément au testament de son mari, elle harangue et rallie les pieux (§ 405), qui tiennent lieu du consensus populaire ; mais elle n’oublie pas de frapper le peuple par l’apparat pathétique de funérailles grandioses (§ 406), propres aussi à entretenir la fibre dynastique, et jouit (selon Josèphe) d’une réelle popularité, la foule la tenant pour innocente des turpitudes de son mari (§ 407 ; par deux fois, § 419 et 425, Josèphe souligne la communauté de sentiments où elle est avec son peuple, τὸ ἔθνος).
- Elle innove aussi : elle distingue clairement le sacerdoce (qu’elle réserve à son aîné Hyrcan, peu désireux de régner) et le pouvoir politique, auquel elle prépare le cadet Aristobule II (§ 407-408), bien qu’il n’ait pas de capacités extraordinaires (§ 418) ; mais elle équilibre ainsi le pouvoir. D’une certaine manière, elle revient à la situation qui prévalait sous Judas Maccabée, à ceci près que le grand prêtre n’était pas alors de la même famille : il y a bien eu entre temps une concentration du pouvoir sur laquelle il n’est pas question de revenir.
- Conformément aux conseils de son défunt mari, elle confie la réalité du gouvernement intérieur à un conseil religieux (tenu par les pharisiens), revenant aux lointains fondements posés par la charte d’Antiochos III : un conseil aristocratique chargé de faire appliquer localement les πάτϱια νόμιμα (§ 408 : κατὰ πατϱῴαν παϱάδοσιν). Elle a raison : ce sont eux qui se salissent les mains (§ 410) et elle qui se trouve en position d’intercession (§ 412).

  • 13 Contrairement au titre donné in margine par R. Marcus, le traducteur et annotateur de la collection (...)

52L’aigre remontrance du fade Aristobule (§ 418) vient rappeler à la fois que la guerre doit rester chose virile (Alexandra montre en retour qu’elle sait rester à sa place, mieux que Cléopâtre III), que si les femmes règnent, c’est par manque d’hommes d’envergure (il est lui-même incapable « d’accomplir quoi que ce soit de notable » à la tête de l’armée), qu’elles ne doivent néanmoins pas régner sans frein13 : l’édifice institutionnel complexe qu’elle a mis sur pied se trouve donc implicitement approuvé par « les faits » (c’est-à-dire par Josèphe, évidemment).

53Les leçons de l’histoire auront (pour une fois) été tirées : Jannée et elle auront été attentifs à ne rien négliger de ce qui faisait efficacement la légitimité des Maccabées comme celle des rois hellénistiques.

54Cette légitimité ne pouvait pas passer par la seule victoire, trop capricieuse ; pas non plus par le seul consensus populaire, trop fragile ; pas même par la simple filiation ; et tout au long de ce livre, Josèphe suit avec une attention toute particulière le rôle des femmes dans la recherche de solutions institutionnelles et politiques.

  • 14 Si Josèphe, Bellum Judaicum I, 37 fait explicitement de Judas le fils aîné (malheureusement, il n’e (...)

55Pourquoi la veuve ? Les femmes auraient-elles, dans l’esprit de Josèphe, des qualités qui les désignent pour exercer le pouvoir ? Certainement pas, puisqu’il note souvent que ces femmes ne sont précisément pas « féminines » : leur être et leur conduite les mettent en marge de leur sexe. Il faut donc que la veuve soit choisie en tant que veuve du roi, pour ses qualités fonctionnelles. Or elle présente plusieurs avantages :
- D’abord, son identification est indiscutable (la société juive de cette époque est alors exclusivement monogame, tandis qu’il ne semble pas y avoir d’obligation en la matière chez les Séleucides).
- Son choix peut apporter un surcroît de légitimité au fils choisi, puisqu’il n’y a aucune règle de primogéniture dans le monde grec, ce qui est une source de conflits entre frères : de même, rien n’assure le moins du monde que les Maccabées se soient succédé dans l’ordre de primogéniture14.
- Il n’y a ainsi aucune solution de continuité entre deux générations ou deux souverains et en opérant la passation de légitimité, elle la renforce.
- En outre, dans le cadre du judaïsme, la judéité de la veuve est aussi garante de celle du fils ; non que la transmission de cette judéité soit encore matrilinéaire (elle est, sans aucun doute possible, patrilinéaire à cette époque), mais la présence active de la veuve juive peut servir à inhiber des attaques comme celles qui ont visé Alexandre Jannée à travers sa mère et entamé sa légitimité.

56Applicable au monde grec, le schéma ainsi proposé semble néanmoins particulièrement adapté au monde juif.

  • 15 Voir Liliane Vana, « Épitropos, une fonction féminine méconnue aux premiers siècles », in Simon C. (...)

57Dans le cas d’Alexandra comme dans celui des reines hellénistiques, il ne s’agit en aucune façon d’une tutelle léguée par le père sur des orphelins15, mais bien d’une formule de légitimation solidaire de la veuve et du successeur : au-delà de ressemblances superficielles dans le mode de désignation, la femme épitropos d’enfants mineurs est révoquée de sa fonction si elle se remarie ; or le plus souvent, c’est précisément par le remariage que la veuve légitime le successeur mâle, et si Alexandra ne s’est pas remariée après la mort d’Alexandre Jannée – elle avait alors soixante-quatre ans –, c’est pourtant bien ce qu’elle avait fait vingt-six ans plus tôt, veuve d’Aristobule I, avec un homme de quinze ans son cadet. Elle n’a prêté sous aucune forme le serment exigé de l’épitropos, homme ou femme, tuteur ou gérant, à qui l’on transfère une autorité par défaut : la reine veuve est porteuse d’une part de légitimité, même si, il faut le croire, cette part est insuffisante pour obtenir une reconnaissance universelle.

58Dans le même temps, l’édifice brillamment pensé par le couple royal, le moribond fiévreux et la femme comme sortie de son sexe (on a le droit de penser que Josèphe rend les choses plus romanesques que ne l’était la réalité), n’est pas qu’une addition de légitimités tout aussi opposables les unes aux autres (ce qui constituait la grande faiblesse des solutions hellénistiques), mais un ensemble cohérent, équilibré, dans lequel chaque élément conforte l’autre et lui est donc nécessaire :
- la veuve et les fils pour une absolue continuité dynastique ;
- le roi et le grand prêtre pour l’équilibre dans l’héritage et les ambitions humaines ;
- la famille royale, l’assemblée aristocratique sacerdotale et l’affection populaire pour une adaptation réaliste en Orient du régime mixte de Polybe (que Josèphe a lu, à n’en pas douter, au moment où il écrit les Antiquités juives).

59Toute la fin du livre est ainsi consacrée par Josèphe à tirer le bilan de cette reine : elle était une vraie femme d’État (c’est-à-dire qu’elle n’avait rien d’une femme : § 430), ce que ne furent jamais ses successeurs mâles ; avant de mourir, dans une sorte de testament politique, elle passe à son tour le relais au pouvoir sacerdotal (§ 428-429), à charge pour lui de s’imposer face au roi, son imbécile de fils n’ayant même pas pu attendre sa mort (imminente) pour tenter de s’emparer seul du pouvoir par un soulèvement militaire. C’est son grand échec : elle avait inventé un système institutionnel équilibré, admis par presque tous, prêt à durer, elle avait garanti la paix intérieure et extérieure. Bref, elle avait réussi à donner forme viable au projet hasmonéen d’une synthèse hellénistico-maccabéenne ; mais elle n’a pas su préparer un successeur à la hauteur (§ 431-432). Aristobule II défera l’écheveau tissé par sa mère et le livre xiv montrera l’apparition et l’ascension de l’Iduméen Antipater, le père d’Hérode ; mais « c’est une autre histoire »…

60Ce qui frappe par ailleurs, sans vraiment surprendre chez Josèphe, c’est la discrétion des éléments de transcendance dans les fondements de la légitimité : avec ou sans tiare pontificale sur la tête de l’ethnarque ou du roi, de toute façon Dieu est silencieux. Ou il s’exprime à travers la Loi des pharisiens ; mais ils gouvernent, ils ne règnent pas : ils n’incarnent ni le pouvoir, ni sa légitimité. Dans une société antique, c’est certainement une faiblesse ; mais aussi une forme de pragmatisme : on sait que le Dieu de Josèphe est un Dieu le plus souvent caché.

61Un bon système politique, ce sont donc des hommes et des institutions : l’un ne va pas sans l’autre, telle est la leçon du treizième livre. Les hommes de l’Empire romain étaient certainement bien mieux préparés à la tirer que les Grecs des royaumes. Ce peut aussi être des institutions et des femmes ; et le monde juif était peut-être mieux préparé que d’autres à le penser.

62Nous avons donc pu suivre tout au long du livre xiii l’émergence de figures féminines légitimes et légitimantes dans le couple royal, ou à la place du roi, en particulier du roi défunt.

  • 16 Vana, art. cit., p. 203 et n. 14.
  • 17 « Déjà » parce que, si le gros des Proverbes semble écrit au début du Ve s. av. J.-C., les Psaumes (...)
  • 18 Vana, art. cit., p. 196-202.

63À vrai dire, cette accession des femmes au pouvoir actif est une innovation bien plus surprenante dans le monde grec et romain que dans la société juive, où l’on pouvait lire l’histoire de la reine de Saba : le rédacteur du premier livre des Rois ne s’offusque pas particulièrement de ses pouvoirs ; et si Ps 45.14 (« majestueuse la fille de roi est à l’intérieur ») a pu être interprété, à la grecque, comme une intimation adressée aux femmes de rester confinées à l’univers domestique16, on pouvait, après tout, choisir de privilégier le verset 17 : « Tes fils remplaceront tes pères et tu en feras des princes sur toute la terre ». Proverbes 31 n’est-il pas déjà17 écrit à la gloire de la femme active, guide avisé de ses fils ? C’est seulement au cours du IIIe siècle apr. J. -C. que les femmes seront ravalées dans un statut systématiquement inférieur et empêchées d’agir dans la sphère publique18.

64Dans le livre premier du Bellum Judaicum (écrit vers 75), où Josèphe traite plus brièvement des mêmes événements, sans s’attarder aucunement sur les questions de procédure successorale, il évoque déjà quelques-unes de ces femmes.

  • 19 Comparer 2 M 7 et Josèphe, Bellum Judaicum I, 57-60.

65La première, la veuve anonyme de Simon Maccabée, victime transparente dans le récit des Antiquités, est ici traitée comme un personnage édifiant probablement calqué sur celui de la mère des sept martyrs dans le récit de 2 Maccabées, ou du moins de la même inspiration apologétique, un exemple de vertu héroïque face au félon hellénisé19.

  • 20 Josèphe, Bellum Judaicum I, 71 pour la veuve de Jean Hyrcan ; § 85, 107-120 pour Alexandra.

66En revanche, on reconnaît plus nettement dans la narration du Bellum Judaicum l’embryon du récit développé dans les Antiquités à propos de la veuve anonyme de Jean Hyrcan, « qui s’était dressée contre [son fils Aristobule I] au sujet du pouvoir », et d’Alexandra (appelée Salomé dans les Antiquités, mais tout laisse à penser qu’il s’agit de la même femme et qu’on a affaire à un cas très banal de double dénomination, l’une juive et l’autre grecque), l’épouse d’Aristobule, puis d’Alexandre Jannée : anonyme jusque dans son mariage avec Jannée, elle est désignée par son nom au moment de son veuvage. Il est donc manifeste que, si Josèphe a jugé bon de délaisser ensuite la source pieuse du martyre macabéen, il continue de fonder son récit politique des Antiquités sur celle qu’il avait déjà entre les mains pour rédiger le Bellum Judaicum. Mais l’exploitation qu’il en fait n’est pas du tout la même : dans le premier récit, Alexandra n’est qu’une « faible femme » d’une « piété ardente », largement entre les mains des pharisiens qui la poussent à se faire l’instrument de leurs vengeances avant de tomber malade et de mourir sans avoir pu ni construire, ni empêcher quoi que ce soit. On est loin, alors, de la « tête politique » dont Josèphe explique en détail le projet institutionnel (il se contredit même, puisqu’il explique incidemment dans son premier récit que la reine associait son fils Hyrcan au pouvoir, alors que dans les Antiquités, elle lui donne en partage la charge archipresbytérale, pour qu’il ne se mêle pas du gouvernement, qui doit échoir à l’autre fils, Aristobule II)20 !

67Il y a donc eu entre les deux ouvrages un travail à la fois considérable et sélectif pour élaborer, à partir d’un premier récit événementiel et schématique, judéocentrique, une vision politique qui mette en perspective la Judée et le monde hellénistique, séleucide en particulier.

68De fait, sous le principat romain, il n’était pas forcément très habile d’insister sur les femmes lagides ; d’abord parce qu’elles sont loin d’être toutes édifiantes (ainsi qu’on va le voir sous la plume de Justin et de Diodore), et surtout parce qu’il plane encore dans les consciences l’ombre de Cléopâtre VII, noircie à l’envi par la propagande augustéenne.

69Et il n’est pas impossible, nous semble-t-il, d’avancer l’hypothèse que Josèphe s’est placé là au cœur d’une polémique dans laquelle, loin de complaire aux Romains, comme on l’en a tant accusé, il s’oppose de front à toute une historiographie d’origine hellénistique, mais occidentale (des historiens majoritairement de langue grecque mais, à un titre ou à autre, directement liés à Rome ou à ses intérêts). Car il est assez frappant que Trogue Pompée (ou son abréviateur Justin) et Diodore de Sicile montent en épingle des épisodes sur lesquels Josèphe passe discrètement ; ou l’inverse.

  • 21 Tite-Live, Periochae LIX, 14.
  • 22 Diodore XXXIV-XXXV, 14 et Justin, XXXVIII, 8, 11-15, qui n’épargne aucun des époux rivaux.
  • 23 Justin XXXIX, 1, 2.

70Ainsi, à la mort de Ptolémée VI (racontée en détail aux § 116-119), Josèphe délaisse les événements égyptiens, pourtant tout aussi liés à son propos que les événements syriens et tout aussi connus de lui, puisqu’il y fait assez longuement allusion dans le Contre Apion (II, 50-51), écrit probablement juste après les Antiquités juives. Au contraire, Diodore et Justin y reviennent plusieurs fois : Cléopâtre II, la sœur et veuve de Ptolémée VI, assure la régence du jeune Ptolémée VII et prend en réalité le pouvoir ; le peuple alexandrin se soulève alors pour obtenir le retour de Ptolémée VIII (il règne sur Cyrène) et elle doit composer en acceptant d’épouser son frère et beau-frère. Il n’avait guère de légitimité a priori, mais le soulèvement populaire lui en donnait une par défaut : Cléopâtre n’était pas un homme et on ne l’acceptait pas. Une bonne douzaine d’années plus tard, Ptolémée s’est rendu suffisamment odieux pour que le peuple (à l’instigation de la reine ?) réclame et proclame Cléopâtre seule reine21. Ptolémée, contraint de gagner Chypre, fait assassiner le fils né de leur mariage et lui envoie pour son anniversaire le cadavre découpé en morceaux22 ! La population grecque et juive semble favorable à Cléopâtre, les Égyptiens plus partagés : éclate une guerre civile sur laquelle on est très mal renseigné. Mais pour se renforcer contre son époux, Cléopâtre aurait offert la couronne d’Égypte au Séleucide Démétrios II23.

71Du témoignage de Josèphe dans le Contre Apion, de 3 Maccabées et peut-être de la Lettre d’Aristée, on infère que non seulement le monde savant, mais les Juifs soutenaient Cléopâtre contre Ptolémée. Mais ce couple dont la lutte permanente fait sombrer l’Égypte dans l’horreur et la discorde, c’est évidemment le contraire de ce que souhaitait montrer Josèphe.

  • 24 Justin XXXIX, 1, 9 et 2, 7.
  • 25 Ibidem, 2, 9 ; au § 10, lui-même montre qu’il ne vaut guère mieux que sa mère en tentant d’empoison (...)

72La comparaison est encore plus édifiante si l’on s’attache à ce que Justin écrit de Cléopâtre Théa, la fille de Ptolémée VI (et par conséquent la nièce des deux précédents). La relation de Josèphe, purement factuelle, se garde bien de chercher à pénétrer les ressorts de son attitude : le fait est (dans le récit) qu’elle se remarie, qu’elle repousse son ex-mari retour de Parthie, et que deux de ses fils se disputent le pouvoir, sans qu’on sache trop quel parti elle prend. Au contraire, Justin fait de Cléopâtre Théa une épouse traîtresse au lien conjugal (peu importe alors que Démétrios ait entre-temps épousé Rodogune, peu importe qu’il ait été, selon le même Justin, un agent retourné par les Parthes), il l’accuse d’avoir fait assassiner son fils Séleucos V (dont Josèphe ne souffle mot), lequel avait voulu régner sans elle ; quant à Antiochos VIII Grypos, il n’est que la marionnette de sa mère, une criminelle qui assouvit à travers lui sa soif de pouvoir, puis en fait bientôt « la cible de ses pièges : cette femme qui désirait le pouvoir, après avoir trahi son mari, Démétrios, et tué l’un de ses fils, souffrait de voir son ascendant (dignitatem) amoindri par la victoire de celui-ci »24. Et Justin d’enchaîner sur cette romanesque affaire de la coupe empoisonnée qui constitue le cinquième acte dans la Rodogune de Corneille. La reine mère ayant expiré, c’est alors, alors seulement, que le roi peut conférer sa paix et son repos à son royaume25.

  • 26 Diodore XXXII, 9 c.

73Diodore de Sicile26, par une autre considération, s’oppose tout autant à Josèphe. En lui transférant sa fille, Ptolémée VI n’assure pas du tout la légitimation de Démétrios, mais au contraire change seulement d’homme de paille : « il désirait ajouter la Coelé Syrie à son domaine » (τὴν Κοίλην Συϱίαν ἐπιθυμῶν πϱοσκτήσασθαι) et l’installation de Démétrios sur le trône est assimilée à un « arrangement privé » (συνέθετο κοινοπϱαγίαν ἰδίᾳ) ! Au bout du compte, le maître, c’est Ptolémée (κυϱιεύειν Πτολεμαῖον τῆς Συϱίας).

74La légitimité ne se transfère pas ainsi et les officiers qui (dans sa version) fomentent la mise à mort d’Alexandre Balas sont « non seulement des traîtres à leur roi, mais des assassins » (οὐ μόνον πϱοδόται τοῦ βασιλέως ἀλλὰ καὶ φονεῖς ἐγενήθησαν). Dans le même paragraphe, le mariage avec Cléopâtre (Séléné), qui, elle aussi, épousera successivement un Lagide et trois Séleucides, n’est encore qu’un vague élément de puissance pour le satrape Aeschrion, l’assurance qu’il est bien en cour : on est loin d’un élément de légitimité !

  • 27 Justin XXXIX, 3, 1.
  • 28 Ibidem, 4-5, 1.

75Au même moment, Ptolémée VIII meurt à son tour et laisse sa couronne à sa seconde femme Cléopâtre III « et à celui de ses deux fils qu’elle choisirait ». Justin exulte : « Comme si vraiment l’Égypte pouvait être plus tranquille que le royaume de Syrie quand une mère, ayant choisi l’un de ses deux fils, se serait donné l’autre pour ennemi !27 » D’ailleurs, ces femmes ne peuvent être que des mères abusives et dénaturées : comme sa demi-sœur Cléopâtre Théa, elle est prête à faire le malheur de ses enfants : obligée par le peuple (encore lui) à porter son choix sur l’aîné (elle préférait le cadet), elle l’oblige à répudier sa sœur épouse, dont il avait déjà deux enfants, pour épouser une nouvelle sœur cadette : « non materno judicio », juge Justin. Mais bientôt, « trouvant pesant cet associé au trône », elle chasse son aîné pour le remplacer par le cadet chéri, fait exécuter le stratège chargé d’éliminer l’aîné (et qui a échoué), provoquant l’abdication du cadet épouvanté ; finalement, celui-ci l’assassine juste à temps pour prévenir son projet symétrique et le peuple (toujours lui) obtient son abdication au profit de son aîné, qui n’avait pas de sang sur les mains28.

  • 29 Ibidem, 4, 6.

76Le jugement de Justin est alors de la même eau que pour Cléopâtre Théa : sa vie avait été marquée par « un déshonneur bien digne de cette mort, elle qui avait chassé sa mère du lit nuptial [Justin ne s’embarrasse pas de cohérence avec ses propres explications antérieures : elle avait été violée et épousée de force par son père], rendu veuves ses deux filles […], porté la guerre à l’un de ses fils qu’elle avait exilé et, à l’autre, arraché le trône et machiné sa perte par ses ruses »29.

  • 30 Ibidem, 2, 3.
  • 31 Ibidem, 3, 5-12.

77L’épouse répudiée, c’est Cléopâtre Séléné, qui va épouser successivement les Antiochos VIII, IX et X et dont Josèphe ne souffle mot non plus. Justin nous laisse entendre par son imprécision que c’est de sa propre initiative qu’elle part en Syrie épouser un roi séleucide30 ; mais pour lui, il s’agit d’Antiochos le Cyzicène, Grypos étant marié à une autre fille de Ptolémée VIII, Cléopâtre Tryphaina (ou Tryphène). Et, selon lui, quand Antiochos VIII Grypos élimine Antiochos IX Cyzicène, Tryphène fait assassiner sa (belle-) sœur dans un temple, ajoutant l’impiété à l’injustice que lui refusait son mari (moyennant quoi, le Cyzicène la fera exécuter quand il vaincra à son tour)31.

  • 32 Justin, Préface, 4. Plus généralement, voir le propos introductif à Epitome of the Philippic histor (...)

78La conclusion qu’il faut tirer des faits racontés par Diodore et Justin est claire : stabilité, continuité dynastique, paix (ou au moins victoire sur l’ennemi), équilibre dans le pouvoir, assentiment populaire, tout ce qui faisait la légitimité des reines dans le modèle joséphien, est ici subverti, voire nié (et Justin ignore tout à fait les valeurs de l’eunoia). À coup sûr, si on laisse les femmes s’emparer ou même se mêler du pouvoir, au mieux cela entraînera une spirale de désordres, guerres, crimes, impiétés, malheurs qui les dépasseront, au pire (le plus souvent) elles y prendront une part active. Justin (c’est-à-dire Trogue Pompée ?) et Diodore de Sicile avec plus de discrétion relèvent d’une tradition conforme aux valeurs romaines, aussi antiféministe qu’antiorientale (d’où le fait que les hommes ne valent pas mieux que les femmes dans ces affaires). Derrière Justin, obscur rhéteur provincial (africain ? espagnol ? narbonnais ? occidental en tout cas, selon toute apparence) du temps des Sévères, il est probable que c’est plutôt la vision de Trogue Pompée qui est en cause : celui-ci, dont le grand-père avait fait les campagnes contre Sertorius, écrit probablement un peu après l’avènement d’Auguste : un violent parti pris antioriental et antiféministe est alors dans l’air du temps. Le choix original d’une histoire qui ne soit pas centrée sur Rome permet de mettre en évidence un monde livré au chaos, une inversion de Rome et de ses valeurs, dans laquelle le pouvoir romain n’apparaît qu’en creux comme un facteur d’ordre et de raison ; de ce point de vue, l’histoire de Trogue Pompée est un peu le symétrique de la géographie de Strabon, où Auguste est celui qui, de Rome, ordonne le monde en un cosmos concentrique. Si la lecture de Justin induit si violemment la condamnation du monde hellénistique, c’est aussi probablement un effet de la démarche explicitement morale de l’abréviateur : il vise à constituer un recueil d’exempla pour les orateurs32. Mais dans tous les cas, il faut défendre les valeurs romaines traditionnelles.

  • 33 Sauf erreur de lecture, il n’y a pas un mot sur aucune femme dans la thèse de Blanche Parsi, Désign (...)

79À Rome, les femmes peuvent être tuées avec leur impérial mari (Caesonia, la dernière épouse de Caligula), voire tremper dans son assassinat (Domitia Longina, la dernière épouse de Domitien) ; elles sont totalement étrangères aux successions et même la forte Livie, qui avait pourtant intrigué tant et plus auprès d’un mari bien plus hellénisé qu’il ne voulait le paraître, n’eut pas d’autre héritage que privé ; il est vrai qu’elle avait déjà fait le nécessaire pour obtenir sur le tard la désignation de son fils ; mais précisément, l’intrigue, c’est ce qui reste à celles (et ceux) qui n’ont pas le droit d’agir à visage découvert. De même, Agrippine a fait tout ce qu’il fallait pour préparer l’avènement de son fils et partager son pouvoir ; mais au jour de la succession, elle est transparente33.

80À cette vision des choses s’oppose une tradition peut-être hellénistique, mais plus sûrement juive, que la participation des femmes aux affaires publiques n’est pas pour effrayer. Josèphe recourt d’ailleurs à une histoire tout aussi apologétique que le courant opposé, chacun promouvant les épisodes qui lui donnent raison et occultant les autres.

81Et il n’est peut-être pas sans intérêt de rappeler que les milieux messianistes, auxquels Josèphe est si manifestement hostile, sont, dans l’ordre politique, purement masculins (c’est du moins ainsi que les montrent Josèphe de l’extérieur et de l’intérieur les écrits qumraniens) : leur pouvoir s’exerce sans femmes ni contrepoids autre que la violence la plus crue.

82Le modèle retient assurément son intérêt. S’en fait-il pour autant le chantre et le propagandiste ? L’histoire juive n’est pas l’histoire romaine : si Rome peut se prévaloir alors d’avoir victorieusement surmonté toutes les épreuves, d’avoir gagné toutes les guerres, même quand elle perdait des batailles, il n’en va pas de même à Jérusalem. La lecture du Bellum Judaicum, c’est, entre autres clés, le cheminement d’un manquement à l’autre, d’une colère divine à l’autre, d’une catastrophe à l’autre.

  • 34 Josèphe, Bellum Judaicum IV, 402-407.

83À la date où il écrit les Antiquités juives, Josèphe sait pertinemment que la question de la légitimité s’est, au premier chef, posée à Vespasien, qu’il a fait le pari de suivre. Et dans le long travail des Flaviens pour renforcer une légitimité qui en avait besoin, Josèphe ne pouvait pas méconnaître l’efficacité de la victoire ; l’onction du grand pontificat et du culte impérial (désormais systématisé), qui fournit au prince la transcendance qui lui faisait défaut (et dont Josèphe prétend lui avoir apporté les premiers éléments en lui adressant son discours oraculaire)34 ; la collection des titres (consulats, censure…) et des pouvoirs entre les mains du prince, au prix d’un sérieux effacement du sénat ; et l’affirmation sans ambiguïté aucune de la logique dynastique (avec la primogéniture en l’occurrence), sans qu’il soit jamais question de faire intervenir l’impératrice, évidemment. Bref en tout ou presque, le contraire du schéma qu’il a décortiqué pour en montrer essentiellement les aspects positifs.

  • 35 Pierre Vidal-Naquet, « Flavius Josèphe et les prophètes », Les Juifs, la mémoire et le présent, II, (...)
  • 36 Voir là-dessus Serge Bardet, Le Testimonium Flavianum. Examen historique, considérations historiogr (...)

84On peut donc voir dans cette sympathie pour un modèle de succession judéo-hellénistique, au choix, la simple nostalgie pour une occasion que le monde juif a laissé échapper, une fois de plus, de mettre à profit un outil politique original et porteur d’équilibre (mais la comparaison entre le récit de Bellum Judaicum et celui des Antiquités laisse penser à une construction a posteriori, sans grand rapport direct avec la réalité historique) ; ou un modèle possible pour une hypothétique restauration politique. Car nous pensons fermement que Josèphe n’a jamais envisagé l’histoire juive comme une histoire close. Relevant l’importance, pour Josèphe, du songe de Nabuchodonosor (Dn 2), Pierre Vidal-Naquet en concluait que « Flavius Josèphe annonce, ou tout au moins suggère, une Rome éternelle, conforme aux thèmes répandus par les idéologues de l’Empire »35 ; quand bien même, cela ne signifierait pas l’abaissement éternel du judaïsme ; mais nous croyons, quant à nous, que l’une des originalités de Josèphe dans le judaïsme tient à ce que, sans rejeter aucunement le modèle romain pour le présent, il n’exclut pas la possibilité d’une restauration juive pour l’avenir (ne déplaise aux mânes de P. Vidal-Naquet, il ne faut pas négliger dans la prophétie de Daniel la pierre qui vient pulvériser le géant) : la puissance de ce monde n’est jamais sans retour. Et, alors, un bon modèle de légitimité sera utile36.

Notes

1 Entre les deux épisodes se situe un excursus apparent dans le livre XIII, 62-79 : la fondation du temple de Léontopolis par Onias. En réalité, l’affaire a déjà eu une fonction emblématique importante dans l’architecture du Bellum Judaicum et, ici, permet d’introduire dans le récit le roi lagide Ptolémée VI Philomètôr, puis de souligner sa bienveillante attention au judaïsme avant de l’inscrire dans le récit principal par le mariage de sa fille.

2 Peu importe alors qu’il s’agisse en l’occurrence d’un dynaste arabe, comme il est dit au § 117, ou de ses propres officiers, comme l’affirme Diodore XXXII, 9 : les deux versions marquent avec une égale vigueur la déchéance du roi vaincu, qui n’est même plus en droit d’attendre le respect de la loyauté comme de l’hospitalité.

3 Le second excursus expose la constitution à cette époque des trois αἱρέσεις, Pharisiens, Sadducéens et Esséniens (§ 171-173). Là encore il s’agit d’un renvoi, explicite cette fois-ci, au Bellum Judaicum et d’un jalon important dans la compréhension des événements ultérieurs.

4 Il est nécessaire, pour comprendre la pleine signification de cette défaite, d’avoir en mémoire les considérations de Polybe XI, 34, 14-16 (en particulier) sur la campagne du jeune Antiochos III dans les Hautes Satrapies. Cf. John Ma, Antiochos III et les cités de l’Asie Mineure occidentale, Paris, 2004, p. 50-52. Voir encore Justin, XXXVIII, 10, 6 sur Antiochos VII.

5 Jusque-là, tous les enchaînements d’un épisode à l’autre s’étaient faits, de manière très répétitive, au moyen des simples particules οὖν et δέ, éventuellement couplées à un participe aoriste.

6 Son père Ptolémée VI est alors mort et ce n’est pas son oncle Ptolémée VIII Évergète II qui cherchera à l’assister.

7 Simon, échaudé par les malheurs de son frère, n’était déjà plus dupe des manœuvres de Tryphon et persévère dans l’alliance loyale avec Rome (§ 227).

8 . Selon une tradition tardive (Appien, Syr. 67, § 356), Démétrios est devenu son gendre depuis qu’en captivité il a épousé Rodogune, mais Josèphe n’en souffle mot.

9 . Voir Justin XXXIX, 1, 9 – 3, 12. Justin (Marcus Junianus Justinus) abrège au début du IIIe s. une histoire « universelle » (par ailleurs perdue) de Trogue Pompée (fin du Ier s. av. J.-C.).

10 . Ce que l’étude des monnaies ne confirme pas. Les monnaies d’Aristobule I ou II sont frappées à leur nom hébraïque : tous deux s’appellent apparemment Jehoudah (Judas). Pour attribuer (ou non) les émissions à l’un ou à l’autre, voir en particulier David Hendin, A Guide to Biblical Coins, New York, 20014, p. 115-116 et Ya’akov Meshorer, Ancient Jewish Coinage I, New York, 1982, p. 46-47 : les deux auteurs sont d’accord pour penser que toutes les monnaies au nom de Judas/Aristobule doivent être attribuées au même monarque ; mais Hendin (qui revendique pour lui le sentiment majoritaire) penche pour Aristobule I et Meshorer les attribue à Aristobule II en se fondant sur le nombre de coins différents répertoriés (supérieur à ce qu’on attendrait pour le bref règne du premier). Quoi qu’il en soit, aucune ne mentionne le titre royal.

11 La majorité des commentateurs préfèrent traduire par « il porta le titre de Philhellène » ; mais rien ne s’oppose réellement à ce qu’on traduise par « il eut la conduite d’un philhellène », voire « …d’un partisan de l’hellénisme ». D’ailleurs, au lieu de pointer (p. 386, n. a au § 317) comme un anachronisme que « the words attributed to Aristobulus are more Hellenistic than Jewish in spirit, and remind one of the dramatic passages on Herod’s family relations ; they point to Nicolas of Damascus as the source », R. Marcus, le traducteur et annotateur de la collection Loeb, aurait peut-être été mieux inspiré d’y voir la marque même de son hellénisation intime (qu’elle soit historiquement avérée ou que ce soit une création littéraire).

12 Pour quelques repères, voir cependant Édouard Will, Histoire politique du monde hellénistique, 1967, II, p. 440-441 ; dans tout ce chapitre, cet auteur (par ailleurs majeur, ô combien) nous semble manquer un peu de distance critique à l’égard de certaines sources tardives, précisément discutées infra.

13 Contrairement au titre donné in margine par R. Marcus, le traducteur et annotateur de la collection Loeb, p. 437, Aristobule (quelles que puissent être ses arrière-pensées) ne dénonce pas le soutien apporté par sa mère aux pharisiens : il dénonce explicitement l’amour du pouvoir (φιλαρχίαν) chez une femme.

14 Si Josèphe, Bellum Judaicum I, 37 fait explicitement de Judas le fils aîné (malheureusement, il n’entre pas dans les habitudes de l’historiographie hellénistique d’expliquer sur quels documents elle assied ce genre d’assertions), 1 M 2.4 le place (mais sans expliciter l’ordre qui prévaut pour cette liste) en troisième position parmi les fils de Mattathias, après Simon, qui est pourtant le dernier à parvenir au pouvoir.

15 Voir Liliane Vana, « Épitropos, une fonction féminine méconnue aux premiers siècles », in Simon C. Mimouni et Isabelle Ullern-Weité (éd.), Pierre Geoltrain ou comment « faire l’histoire » des religions ?, Turnhout, 2006, p. 191-196.

16 Vana, art. cit., p. 203 et n. 14.

17 « Déjà » parce que, si le gros des Proverbes semble écrit au début du Ve s. av. J.-C., les Psaumes sont l’objet d’une réécriture qui s’échelonne jusqu’au IIe s. av. J.-C. environ (et le psaume 45 pourrait bien porter la trace de l’influence hellénistique sur le monde juif).

18 Vana, art. cit., p. 196-202.

19 Comparer 2 M 7 et Josèphe, Bellum Judaicum I, 57-60.

20 Josèphe, Bellum Judaicum I, 71 pour la veuve de Jean Hyrcan ; § 85, 107-120 pour Alexandra.

21 Tite-Live, Periochae LIX, 14.

22 Diodore XXXIV-XXXV, 14 et Justin, XXXVIII, 8, 11-15, qui n’épargne aucun des époux rivaux.

23 Justin XXXIX, 1, 2.

24 Justin XXXIX, 1, 9 et 2, 7.

25 Ibidem, 2, 9 ; au § 10, lui-même montre qu’il ne vaut guère mieux que sa mère en tentant d’empoisonner son frère.

26 Diodore XXXII, 9 c.

27 Justin XXXIX, 3, 1.

28 Ibidem, 4-5, 1.

29 Ibidem, 4, 6.

30 Ibidem, 2, 3.

31 Ibidem, 3, 5-12.

32 Justin, Préface, 4. Plus généralement, voir le propos introductif à Epitome of the Philippic history…, Oxford, 1997, p. 30-34, dont l’auteur (W. Heckel) discute l’hypothèse selon laquelle Trogue Pompée tirerait lui-même son matériau de Timagène d’Alexandrie, un « agent de change » contemporain de César (à vrai dire, tout cela, quoique plausible, est bien hypothétique : on a tout perdu ou presque de Timagène et Trogue Pompée pourrait tout aussi bien s’opposer à lui, d’où une possible communauté de sujets).

33 Sauf erreur de lecture, il n’y a pas un mot sur aucune femme dans la thèse de Blanche Parsi, Désignation et investiture de l’Empereur romain, Paris, 1963. Julia Domna aurait peut-être pu y figurer, mais elle est trop tardive pour être connue de la plupart des auteurs ici considérés.

34 Josèphe, Bellum Judaicum IV, 402-407.

35 Pierre Vidal-Naquet, « Flavius Josèphe et les prophètes », Les Juifs, la mémoire et le présent, II, Paris, 1991, p. 33.

36 Voir là-dessus Serge Bardet, Le Testimonium Flavianum. Examen historique, considérations historiographiques, Paris, 2002, p. 165, n. 2, à quoi nous n’avons rien à changer.

Table des illustrations

Titre Tableau I : composition de la première moitié du livre XIII
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Tableau II : composition de la seconde moitié du livre XIII
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Université d’Évry-Val-d’Essonne, L.H.E.S.T.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540