Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre II. L'économie et ses rythmes

Chapitre IV. Mesure des mouvements économiques : prix, loyers, salaires, produit fiscal

Texte intégral

1Voici que s’accumulent, au long des pages, les éléments divers d’une connaissance de l’évolution économique et sociale accordée, en ses variations, à la chronologie. Déjà se dessinent, suggérées par la rencontre de détails, d’exemples, de chiffres, les étapes marquantes de l’histoire de la ville en ce siècle. D’abord l’histoire d’une croissance, lente mais à peu près régulière jusqu’aux années 1540-1543, parfois interrompue mais jamais compromise par les crises cycliques. Et la croissance s’accélère ensuite durant quinze années fiévreuses, apparemment irrésistible jusqu’à ce que se consomme la trahison de Philippe II envers sa ville natale. Alors s’ouvre une ère difficile et trouble où les symptômes de la décadence coexistent avec ceux de l’adaptation à une existence nouvelle. Et le siècle s’achève en catastrophe, fin d’une belle aventure urbaine, prolongée trompeusement encore, avec le nouveau siècle, par l’éclat factice d’une Cour très provisoirement revenue.

2Il est temps maintenant de dater avec précision et de mesurer ces variations, ou, plus exactement, de chercher à le faire. Ce travail suppose l’usage d’instruments de mesure éprouvés par d’autres : prix, loyers, salaires, produit fiscal. Mais, il faut l’avouer, nos instruments ne sont pas bons. Si mauvais soient-ils, nous aurions pu sans doute leur demander davantage, élaborer avec eux un travail d’une qualité meilleure : au prix d’un tel effort que nous avons reculé. Il nous a paru plus précieux d’orienter nos recherches en des voies mal connues que de refaire entièrement pour la seule Valladolid l’ouvrage déjà réalisé et bien accompli, pour l’ensemble de l’Espagne, par Hamilton. Nous nous en sommes tenus à l’essentiel, au relativement connaissable. Notre conscience est entière de la faiblesse de ce livre en matière d’histoire des prix, surtout si on le compare à des ouvrages exemplaires d’histoire urbaine, tels ceux de MM. Delumeau et Goubert, ou d’histoire régionale, tels ceux de MM. Baehrel et Vilar. Nous l’admettons avec une franchise d’autant plus grande que nous avons conscience d’avoir exploré d’autres domaines. Aventure commune aux historiens, esclaves de leurs sources : mesquines les unes, généreuses les autres, et change le livre de visage.

I. — LE MOUVEMENT DES PRIX AGRICOLES

Les sources et leur utilisation.

  • 1 Earl J. Hamilton, op. cit., p. 140 et 144. La supériorité de la mercuriale sur la comptabilité hosp (...)

3Pas de mercuriale. Pas plus que Pierre Vilar en Catalogne nous n’en avons trouvé trace. Il fallait donc en appeler à la source de secours, disons à une comptabilité hospitalière. Ce fut celle de l’hôpital de Santa María de Esgueva, dont Earl J. Hamilton s’est servi pour composer son grand œuvre1. Toutefois, pour élaborer sa série Vieille Castille-Léon, Hamilton a utilisé également les comptabilités d’autres établissements hospitaliers situés à Palencia, Medina del Campo et près de Léon. Les lacunes des unes étaient compensées par les autres. Nous n’avons pas eu cette ressource, les villages ou bourgs voisins étant dépourvus, à notre connaissance, de livres de comptes hospitaliers ou municipaux. Il fallait donc, ou accepter les lacunes que révèle l’étude des livres de l’hôpital, ou chercher à les combler par le recours à des sources annexes, c’est-à-dire composer des séries à l’aide de documents hétérogènes. Dans un cas, celui de la viande de mouton, nous avons accepté les lacunes parce que nous disposons malgré tout de soixante-sept années assez bien réparties, quoique avec deux « trous » importants : 1539-1545 et 1559-1562. On pouvait ici, à la rigueur, sauver l’homogénéité de la source. Dans d’autres cas, en revanche (blé, orge, vin), il fallait renoncer à composer une série ou chercher ailleurs.

4Les Livres d’Actes de la Municipalité nous ont apporté quelques secours à propos du blé et du vin. L’existence d’une alhóndiga à Valladolid supposait, on l’a vu, l’achat et la vente de blé par les services municipaux : les indications des prix de ces ventes et de ces achats sont assez fréquentes dans les Livres d’Actes et paraissent dignes de foi. La situation est différente pour le vin. Jusqu’en 1558, la comptabilité de l’hôpital de l’Esgueva est très précieuse car l’hôpital exploitait directement ses vignes et vendait son vin : la source utilisée jusqu’à cette date est donc d’une homogénéité rare puisqu’il s’agit toujours du vin des mêmes vignes. Mais à partir de 1559, l’hôpital ayant renoncé au faire-valoir direct, cette source disparaît. Heureusement à la même époque, la Municipalité fixe le prix du vin avec le concours des députés des viticulteurs. Trois catégories sont distinguées : vin nouveau, vin de l’année précédente (añejo), vin de deux ans (trasañejo). D’une manière générale, le prix du vin est réévalué trois à quatre fois par an. Mais cette source elle-même défaille souvent à la fin du siècle et il faut alors reprendre les livres de compte de l’hôpital et rechercher les prix du vin acheté pour les goûters des malades les jours de fête : Noël, Mardi gras, Ascension. On conçoit que la vérité ainsi atteinte soit fort approximative.

5Enfin, quelques prix d’orge et de blé proviennent des archives notariales. Nous avons évité presque toujours cette source dangereuse parce que les prix peuvent alors être faussés par des opérations usu-raires, nous le prouverons plus tard à propos de vin et de blé. Seuls des prix offrant apparemment toutes garanties ont été retenus.

6Le prix le plus sûr est de très loin celui de la viande de mouton : il s’agit alors d’un prix journalier sanctionnant les achats quotidiens de l’hôpital pour l’alimentation des malades. Il était donc facile d’effectuer à partir de ces notations quotidiennes les moyennes mensuelles puis annuelles et ce prix ne pose aucun problème.

7Nous n’en dirons pas autant des autres. Jusqu’en 1580 environ le prix du vin que nous proposons doit être assez proche de la vérité : d’abord parce que l’hôpital, espaçant les ventes du vin de ses vignes, fournit des indications concernant à peu près toutes les saisons sauf exceptions ; ensuite parce que la taxation paraît souple et que les modifications assez fréquentes du prix signalent les variations de l’état du marché. Mais après 1580, les données restent fragmentaires, même si elles sont assez bien réparties au long de l’année.

  • 2 Les sources utilisées pour l'histoire des prix sont : A.M.V., Livres de l'Esgueva, nos 1 à 85 et Li (...)

8Les garanties sont moindres encore à propos des céréales. Quelques années bien connues (ainsi 1541, 1546 à 1555, 1557 à 1559, 1577 à 1587, etc.) parce que nous disposons alors de nombreuses indications annuelles, voire de plusieurs indications mensuelles, mais nous sommes souvent réduits à trois ou quatre mentions et même, dans les premières années du siècle par exemple, à un prix unique. Ajoutons enfin que, sauf confirmation par un document complémentaire, nous avons renoncé à utiliser les prix exactement conformes à la taxation qui n’était généralement pas respectée2.

  • 3 A.M.V., L.A., n° 14.

9On nous reprochera sans doute de n’avoir pas choisi comme unité statistique l’année-récolte dont la supériorité comme instrument d’analyse des mouvements courts est éclatante, Jean Meuvret, par exemple, en ayant fait la démonstration. Nous l’aurions pu, à la rigueur, pour le vin. Mais c’était presque impossible pour le blé. En effet, nous ne connaissons pas toujours les dates auxquelles se sont effectuées les opérations d’achat ou de vente. Ainsi, en 1594 nous savons que les services de la alhóndiga ont acheté en tout 10 291 charges au prix moyen de 80 1/4 réaux ou 2 728 maravedís3. Mais nous ignorons quelles furent les quantités respectives achetées avant et après la récolte. Nous nous sommes donc contentés des années civiles. On sait d’ailleurs qu’elles conviennent aussi bien que les années-récoltes à l’étude des mouvements longs.

10Nous avons raisonné presque toujours, sauf en matière de variations saisonnières, à partir des indices afin de réduire des chiffres fort divers à une échelle commune. Nous avons établi également des indices décennaux, mais en raison des lacunes signalées plus haut, nous avons renoncé à notre grand regret à construire des moyennes mobiles. A notre sens la technique statistique ne peut être utilisée dans tous ses développements si l’on ne dispose point de chiffres complets et exacts (ou présentant le même coefficient probable d’erreur).

  • 4 Au sujet de cette controverse, voir notamment R. Baehrel, Une Croissance : la Basse Provence rurale (...)

11Enfin, il ne nous était pas nécessaire de prendre parti dans la controverse qui oppose les tenants des prix nominaux aux défenseurs des prix en argent. La magnifique stabilité des monnaies d’argent espagnoles durant tout le xvie siècle et celle des monnaies d’or, le ducat d’abord, l’écu ensuite, nous en dispense, en nous autorisant à utiliser sans inquiétude les prix nominaux exprimés en monnaie de compte : l’analyse de nombreux paiements nous a convaincu que les pièces d’or, d’argent et même de billon étaient acceptées régulièrement pour leur valeur légale en monnaie de compte, les différences étant infimes4.

Les mouvements saisonniers.

12Ils ne présentent pas d’originalité particulière. On peut cependant signaler que l’inélasticité de l’offre en matière de produits alimentaires donne parfois une réelle ampleur à ces variations.

  • 5 P. Goubert, op. cit., p. 379.
  • 6 A.M.V., Livres Esgueva, nos 29, 43, 44. L.A., n° 14.

13Cela est particulièrement vrai des céréales et du vin même si parfois, comme l’a remarqué Pierre Goubert à propos du Beauvaisis, la variation saisonnière n’est qu’un épisode du mouvement cyclique5. S’agit-il d’une année de récolte douteuse ? L’époque de la soudure est celle des plus hauts prix : en mai et juin les prix dépassent facilement de 50, 60, 80 % le niveau de l’automne précédent ou du début de l’hiver, il arrive même qu’ils doublent. En janvier 1546 la charge de blé s’achète à 34 ou 35 réaux ; en mai et juin elle vaut 53 à 55 réaux : l’augmentation est de 57 à 58 %. Mais il s’affirme assez vite que la récolte est bonne, et en septembre on cède la charge à 30 réaux. En octobre 1556 la charge vaut 33 réaux : elle atteint 70 réaux en juin 1557 à l’issue d’une ascension dont les principales étapes sont novembre-décembre et fin mars-fin mai. La hausse dépasse 100 %. En juillet le prix est retombé à 59 réaux, ce qui est l’indice d’une récolte très moyenne. En 1594, année de pain très cher, les prix ont oscillé entre 59 et 103 réaux6.

  • 7 A.M.V., Livres Esgueva, nos 1, 12, 15, 37.

14Pareillement vigoureuses sont les variations du prix du vin, plus conséquentes même. En 1502 le vin rouge nouveau vaut 5 maravédis l’azumbre, en octobre il vaut le double ; en 1524, même variation du simple au double : le vin courant vendu à 7 ou 8 maravédis en avril-mai vaut 9 maravédis en août, monte rapidement au cours du mois de septembre à 10, 12, 13 maravédis parce que la mauvaise récolte se précise, poursuit son ascension en novembre et se vend à 16 durant tout le mois de décembre. Là encore le prix a doublé en quelques mois. Il n’est pas loin de tripler en 1530 : le vin se négocie en janvier-février à 8 ou 9 maravédis l’azumbre, atteint déjà 16 à 18 maravédis en août et quand la vendange a confirmé le désastre se hausse à 20-22 maravédis en octobre, à 22-24 en novembre-décembre. Le prix de janvier a été multiplié par 2,7. Une hausse un peu moins forte est enregistrée en 1551. Les variations saisonnières paraissent moins amples dans la deuxième moitié du siècle, mais l’insuffisance de nos sources n’est-elle pas alors en cause7 ?

  • 8 A.M.V., Livres Esgueva, n° 31.
  • 9 A.M.V., L.A., n° 8.

15A l’inverse, que se prépare une bonne récolte, qu’elle paraisse se confirmer, et le printemps salue la débâcle des prix. Les accapareurs, profiteurs habituels de la misère publique, se hâtent d’écouler leurs stocks pour diminuer leurs pertes : en 1547 le blé qui vaut 38 réaux la charge en janvier, maintient à peu près son prix en février, baisse franchement en avril-mai : il ne vaut plus que 21 réaux à la fin mai. En juin-juillet la baisse continue : 18 1/2 réaux, elle se confirme en août (16 à 18 réaux) et le prix se stabilise de septembre à décembre autour de 17 réaux. Ainsi, la valeur du blé a diminué de plus de moitié8. En 1562 l’azumbre de vin courant vaut 20 maravédis en juillet, il tombe à 12 en décembre grâce à une vendange abondante9.

  • 10 A.M.V., Livres Esgueva, nos 301, 302, « i » et 80.

16Les variations de la viande de mouton n’ont jamais une telle ampleur. Les prix les plus élevés sont régulièrement atteints de février à avril et les cours baissent toujours pendant l’été, parfois dès le mois de juin. Les variations les plus fortes sont de l’ordre de 50 %. En 1551 le prix exceptionnellement stable de janvier à août (12 1/2 maravédis la livre) tombe cependant à 9 en septembre. En 1552 le maximum est de 13 en février, le minimum de 9 en octobre ; en 1569, de 17 en février et de 11 en juin ; en 1594 de 22 en mars et de 15 en juillet-septembre10.

  • 11 Voir supra, Ire partie, chap. iv : « Une ville bien approvisionnée ».

17Si peu originales que soient ces variations, elles furent, on l’imagine facilement, durement ressenties par la population. Pour les classes pauvres elles signifiaient une réduction provisoire du pouvoir d’achat de l’ordre de 40, 50, 60 %. Heureusement les hauts prix de la fin du printemps coïncidaient avec les plus hauts salaires, du moins dans l’agriculture et le bâtiment, puisque le salaire dépendait de la longueur de la journée de travail et celle-ci du soleil. Il reste que l’ampleur des oscillations rendait plus précieuse encore l’existence d’une halle aux grains susceptible de freiner la hausse des prix ou même de procéder à des distributions gratuites11.

Les mouvements cycliques.

18A l’instant d’étudier les mouvements cycliques il convient de présenter nos chiffres. On les trouvera dans les tableaux suivants composés à l’aide des sources déjà indiquées.

Tableau 1. Prix annuels de 1499 a 1600

Tableau 1. Prix annuels de 1499 a 1600

Les indices sont établis sur la base 1541-1550 = 100.
Les prix sont en maravédis. Les mesures sont en charges (blé, orge), azumbres (vin), livres (mouton).

19L’analyse du tableau précédent montre, en dépit de lacunes graves et fort gênantes, que la durée et l’ampleur de ces cycles ne sont pas plus régulières à Valladolid qu’ailleurs. A Valladolid comme ailleurs, on observe cycles courts et cycles longs : 5 ou 6 ans pour les premiers, une douzaine d’années pour les seconds ; ou encore cycles violents et cycles modérés. Toutefois, comme l’étude du mouvement saisonnier l’avait déjà suggéré, les poussées des prix sont particulièrement violentes, les hasards de la conjoncture venant appuyer le mouvement de longue durée orienté à la hausse comme tout ce que l’on sait du xvie siècle espagnol pouvait le laisser prévoir. Mais les choses ne sont pas les mêmes selon que l’observation concerne les céréales, le vin ou la viande de mouton.

a) Les céréales.

20Malgré les réserves que suscitent les lacunes de notre documentation, il ne semble pas que le mouvement cyclique présente des caractères différents selon que l’on considère les divers moments du siècle. Il est vrai que les prix sont près de tripler de 1504 à 1506, qu’ils triplent effectivement de 1526 ou de 1529 à 1530 et encore de 1553 à 1557 tandis qu’ils doublent seulement de 1589 à 1594. Mais c’est qu’alors l’élan du mouvement de longue durée est tel qu’il amortit les oscillations propres à chaque cycle.

21Ceci dit, nous connaissons mal le premier tiers du siècle. Pas assez mal cependant pour ne pas distinguer au moins deux cycles d’une dizaine d’années chacun, correspondant aux deux maxima, extrêmement élevés, de 1506 et de 1530 (1501-1510, 1526-1534). Ce que nous savons des années 1504-1505-1506 authentifie les prix de l’automne 1506, trois fois supérieurs à ceux du début de l’été 1504, quatre fois supérieurs à ceux de l’année 1500 et à ceux de 1510, la chute des cours étant aussi brutale que leur ascension, le mouvement séculaire n’ayant pas encore commencé. Le second cycle reconnu marque une hausse presque aussi violente mais une chute plus modérée : les prix diminuent seulement de moitié entre 1530 et 1534. On observe ici l’apparition d’un premier maximum modéré, celui de 1528. Les prix de l’orge sont trop épisodiques pour qu’on puisse correctement observer leur comportement.

22Vient ensuite un long cycle de treize ans (1541-1553), d’une ampleur considérable quoique inférieure à celle des précédents : un premier maximum modéré est atteint dès 1543, puis, après le répit très marqué de 1544, la hausse reprend pour culminer en 1546 avec un prix multipliant par 2,37 celui de 1541. Dès 1547 les prix s’effondrent, puis se maintiennent jusqu’en 1550, baissent encore lentement à partir de 1551 ; en 1553 leur niveau est très proche de celui de 1541. Cette fois les prix de l’orge ont suivi assez fidèlement ceux du blé, leur maximum intervenant dès 1545.

23Le cycle 1554-1559 est très court mais très violent. L’observation des prix de l’orge en 1560 nous autorise à considérer ce cycle comme terminé dès 1559 malgré notre lacune de 1560-1561. En tous cas, le maximum de 1557 porte le prix du blé à des hauteurs encore inconnues : il a triplé depuis 1553. L’orge suit fidèlement mais à distance : ses cours ne présentent que des oscillations atténuées, ce qui peut s’expliquer par le rôle moindre qu’elle joue dans l’alimentation humaine.

24La décennie 1561-1570 offre quelque originalité : elle se distingue par la stabilité relative des prix du blé et de l’orge, à un niveau très modéré. De nouvelles lacunes rendent malaisée la recherche des origines d’un nouveau cycle dont le maximum doit se situer entre 1574 et 1576. Hélas ! Nous n’avons pour le blé et l’orge que le prix de la taxe, certainement faux (comme toujours) car nous connaissons la misère paysanne de ces années.

25Nouveau cycle, très modéré celui-ci, de 1578 à 1587. Le maximum de 1582 ne marque qu’une augmentation de 40 % sur le minimum de 1578. La chute est plus forte : elle est de l’ordre de 80 %. Le prix de 1587 est le plus bas qui ait été enregistré depuis 1564. Dans ce cas, la courbe des prix de l’orge n’est pas parallèle à celle du blé : 1582 n’est pour elle qu’un premier maximum, très au-dessous de celui de 1585.

26Dès 1588 s’amorce une remontée de la vague des prix, vague d’une puissance insolite qui hausse les cours au maximum absolu du siècle, celui de 1594, à 267 % au-dessus du minimum de 1587. L’orge a connu son maximum absolu dès 1592. Ce que nous savons des années 1598-1599 nous rend d’autre part suspects les prix de ces années, très probablement au-dessous de la vérité. En tous cas, le minimum de 1595 ne fut qu’un répit de courte durée.

27Ainsi, les variations cycliques des prix des céréales sont-elles conformes en leur amplitude à la représentation économique que l’on a du xvie siècle. Elles suggèrent, comme l’observation du mouvement saisonnier, beaucoup de misère et bien des drames, de faciles bénéfices aussi pour les spéculateurs avisés et, par définition, sans scrupules.

b) Le vin.

28Le comportement des prix du vin est différent : ils composent des cycles courts et violents qu’un climat continental et une altitude forte, très irrégulièrement favorables à la vigne, contribuent à expliquer. Ces cycles durent généralement quatre ou cinq ans. De 1502 à 1503 la hausse est de 63,8 % ; de 55,5 % de 1517 à 1518 et de 55,5 % de 1521 à 1523. La chute est souvent aussi rapide. Passé le premier quart du siècle les pointes cycliques s’élèvent beaucoup plus haut : de 1528 à 1531, de 1535 à 1537, de 1541 à 1543, de 1548 à 1550 les prix sont multipliés respectivement par 2,68 ; 2,57 ; 2,26 ; et 2,37. C’est dire qu’ils sont toujours au-delà du doublement, qu’ils approchent parfois le triplement. Les minima succédant à chaque pointe sont encore très bas malgré l’intervention du mouvement de longue durée : de 1531 à 1533, de 1550 à 1551 les prix diminuent de moitié.

29Le troisième quart du siècle se caractérise par l’affaiblissement des oscillations : la plus notable augmenta le prix du vin de 79 % entre 1559 et 1562, cette hausse étant aux trois quarts résorbée dès l’année suivante. La décennie 1561-1570, prolongée jusqu’en 1573, est une période de prix stables et modérés. Comment ne pas rappeler qu’on avait fait une observation semblable à propos des prix des céréales ? Coïncidence remarquable d’autant plus que maxima et minima des céréales et du vin coïncident rarement (sauf en 1530-1531 et en 1546). On verra plus loin ce qu’il faut en penser.

30Mais une violente pulsion emporte les prix dès 1574 peut-être pour atteindre en 1575 un premier maximum, largement dépassé en 1577 : en cette année le vin vaut deux fois et demie plus qu’en 1573. Ce cycle donne le signal du puissant mouvement qui exaspère les prix en cette fin de siècle : si le minimum de 1584 est exactement semblable à celui de 1573, le maximum de 1587 (année de pain bon marché !) est très au-dessus de celui de 1577 (augmentation de 271 %). Et si le prix de 1599, maximum absolu du siècle, ne double pas celui de 1596, c’est d’abord parce que ce minimum est peu marqué, ensuite parce que le mouvement de longue durée s’accélère alors.

c) La viande de mouton.

31Dans ce dernier cas le mouvement cyclique n’offre pas un grand intérêt. Il est d’ailleurs fort difficile à distinguer. Le prix de la viande de mouton augmente très régulièrement, porté par la vague séculaire. Maxima et minima cycliques sont peu marqués et il est même impossible de déceler dans le premier tiers du siècle autre chose qu’une hausse sensible et continue. De 1531 à 1537 on peut à la rigueur observer un cycle dont le double maximum, très modeste, se place en 1535-1536 (hausse de 14 % par rapport à 1531). Un autre cycle de 1546 à 1552 est plus sensible : la hausse de 1546 à 1551 est de 47,5 % mais la baisse de 1552 est faible. Une importante lacune de 1559 à 1562 ne permet pas d’apprécier la période 1553-1568 ; par contre le cycle 1569-1575 apparaît nettement : hausse de 36,4 % jusqu’en 1572 suivie d’une lente décrue, les prix diminuant de 30 %. Enfin nouveau cycle du même type quoique d’une ampleur plus faible de 1582 à 1591 avec un maximum en 1585 et un minimum en 1591 presque égal à celui de 1582. On en juge, rien de comparable aux impressionnantes variations qui ont affecté les prix des céréales et ceux du vin. Et cependant, la hausse de longue durée de la viande de mouton n’est pas tellement inférieure à celle des autres produits étudiés. Ajoutons que les maxima cycliques ne correspondent pas à ceux de ces produits.

LES PRIX A viande

LES PRIX A viande

Le mouvement de longue durée.

32Il sera plus facile à évaluer après consultation d’un tableau des indices décennaux.

Tableau 2. Indices décennaux (Base 1541-1550 = 100)

Tableau 2. Indices décennaux (Base 1541-1550 = 100)
  • 1 Dans cette première décennie on a retenu, en ce qui concerne le blé, les prix de 1499 et 1500 (il s (...)
  • 2 Sont éliminées de ce calcul les 3 années 1597, 1598, 1599 pour lesquelles on ne dispose que du prix (...)

Note *1
Note **2

33Ces tables expriment en toute clarté le sens de la période marquée par une forte hausse des prix nominaux, qui coïncident presque d’ailleurs avec les prix réels. Mais nous n’apprenons rien à personne en constatant que le xvie siècle castillan est, en termes économiques, une phase A. Il est plus intéressant de mesurer l’ampleur de la hausse à Valladolid.

34En gros, les prix ont quadruplé. Une comparaison entre les indices des dernière et première décennies montre que le rapport des prix s’établit à 4,05 pour le blé ; à 3,44 pour le vin ; à 3,39 pour le mouton. Mais si l’on choisit pour le vin la décennie 1511-1520, ce qui est sans doute préférable puisqu’elle témoigne sur 6 années et non sur 4, ce rapport est de 3,93. Comme le prix de l’orge paraît lui aussi avoir quadruplé, on peut admettre, semble-t-il, l’affirmation initiale. Évidemment une comparaison entre les maxima et les minima absolus du siècle propose des rapports beaucoup plus impressionnants, sauf à propos du mouton : 8,91 pour le blé (1594 et 1510) ; 7,39 pour l’orge (1592 et 1512) ; 8,16 pour le vin (1599 et 1506). Mais 4,13 seulement pour le mouton (1585 et 1503), ce qui confirme, soit dit en passant, la faible ampleur des mouvements cycliques des prix concernant ce produit.

  • 12 F. Braudel, op. cit., p. 284.

35Il reste à dater le démarrage de cette hausse de longue durée que la fin du siècle n’achève point. Or un rapide coup d’œil sur les tables décennales suggère que ce démarrage ne s’est pas produit dans tous les cas au même moment. Il est évident, par exemple, que la hausse des prix du vin a commencé avant celle qui affecta les céréales. C’est entre 1520 et 1530 que les prix du vin se gonflent brutalement : la hausse est de l’ordre de 50 % et elle a le caractère d’une impulsion décisive même si la progression est lente au cours des deux décennies suivantes. La hausse des prix céréaliers se produit avec 15 ou 20 ans de retard, entre 1540 et 1550, mais elle est aussi très brutale puisqu’elle rejoint le niveau atteint par le vin. C’est vrai pour le blé comme pour l’orge. Après 1560 les prix du vin reprennent une sensible avance qu’ils conservent toujours mais la progression des prix céréaliers n’en est pas moins considérable. Comme la hausse des cours de la viande de mouton semble bien avoir commencé dès le début du siècle, avant même celle du vin peut-être, il est probable que le retard de la hausse céréalière doit être imputé à une relative abondance. Doit-on alors en revenir à l’observation de Fernand Braudel ? Dans la première moitié du siècle, le blé ne manque qu’occasionnellement dans les zones céréalières de la Méditerranée. La situation est toute différente passé le cap des années cinquante12. Il ne faut pas en tout cas se contenter d’une relation trop simple entre afflux de métaux précieux et prix. Ceci dit, le nouveau bond en avant des prix dans le dernier quart du siècle doit beaucoup à l’accélération de l’exploitation minière américaine. Mais déjà nous croyons devoir substituer la réflexion à la description.

Réflexions à propos de comparaisons élémentaires.

  • 13 Infra, 2e partie, chap. v : « Essor et déchéance de l'agriculture ».
  • 14 P. Vilar, op. cit., t. II, p. 377.

36L’antériorité du démarrage des prix du vin sur celui des céréales dans la région de Valladolid a grande force d’explication en histoire économique. L’avance prise par les prix du vin au cours de la décennie 1521-1530, conservée au cours des dix années suivantes, ne pouvait qu’orienter de façon décisive les options des exploitants dans une campagne où les deux grands objets de culture étaient les céréales et la vigne. Il est donc parfaitement logique que les registres notariaux signalent entre 1530 et 1550 par de multiples indications un puissant mouvement de reconversion des terres en faveur de la vigne13. On rappellera que Pierre Vilar a effectué une observation analogue à propos de la Catalogne du xviiie siècle14. Ainsi s’affirme une fois de plus le rôle joué par la viticulture comme élément dynamique de l’expansion agricole. Après 1560 d’ailleurs, les prix du vin repartent en flèche et ne peuvent qu’encourager les plantations ou les replantations de vignes dont, on le verra, les textes témoignent effectivement.

37D’autre part l’analyse des mouvements cycliques a révélé la relative stabilité des divers prix au cours de la décennie 1561-1570. Il est possible que la forte et soudaine diminution de la population vallisolétaine après le départ de la Cour ait atténué les variations des cours en instituant une relative abondance. L’allure du mouvement cyclique durant cette période est trop originale pour qu’on ne recherche pas une explication satisfaisante.

  • 15 Earl J. Hamilton, op. cit., p. 190 et 191.
  • 16 Ibid., p. 199, table 24.

38Il est certain aussi qu’une comparaison s’impose entre nos chiffres et ceux d’Hamilton. Elle est suggestive. Hamilton situe comme nous le démarrage des prix dans la décennie 1521-1530 et il attribue, non sans raison, une grande influence dans le déclenchement du mouvement aux comunidades et aux Germanias15. De même les tables d’Hamilton signalent-elles le gonflement des prix à la fin du siècle16. Enfin on retrouve chez l’auteur américain presque toutes nos pointes cycliques les plus remarquables : 1506, 1530, 1546, 1557, 1575-1576, 1594 pour le blé (l’année 1582 manque dans le tableau d’Hamilton) ; 1518, 1523, 1537. 1543, 1546, 1556, 1575 et 1577, 1587 pour le vin (l’année 1531 manque). En revanche Hamilton ne signale pas la pointe de 1562 et, ce qui est plus étonnant, indique un bas prix pour 1599.

39Mais la situation de Valladolid n’en est pas moins profondément originale au sein de l’ensemble Léon-Vieille Castille : elle se caractérise par la précocité du démarrage des prix comme si cette ville, plus largement ouverte au monde, avait donné le ton, déclenché le mouvement de hausse. Négligeons un instant les indices et considérons les prix réels, réduits à leurs moyennes décennales, des deux principaux produits, étant entendu que nous avons seulement retenu pour effectuer nos calculs, d’après les prix établis par Earl. J. Hamilton, les années dont nous disposions nous-même.

Prix comparés de la Vieille Castille et de Valladolid

40Mesures en charges et en azumbres

41Prix en maravédis

  • 17 A.M.V., L.A., n° 14.

42L’antériorité de la hausse des prix à Valladolid en ce qui concerne le blé (et les céréales) est évidente. Le cas de la décennie 1521-1530 ne doit pas égarer. Quelques conjonctures locales expliquent la différence. A Valladolid le démarrage décisif se produit après 1540, dans le reste de la Vieille Castille après 1550 seulement. Et les prix de Valladolid demeurent toujours en flèche. Toutefois nous croyons qu’il ne faut pas accorder grand crédit aux prix indiqués par Hamilton pour les dix dernières années du siècle : ils sont, comme les nôtres, au-dessous de la vérité, mais sans doute en sont-ils plus éloignés encore. En effet, on doit remarquer que le prix d’Hamilton est un peu trop uniforme : il est le même en 1592, 1594, 1596, 1597, 1598, 1599. Ce qui signifie que l’historien d’Harvard a retenu le prix de la taxe, 1 904 maravédis la charge. Or nous avons pu démontrer qu’en 1594 par exemple le prix réel était bien supérieur à celui de la taxe : 2 728 maravédis en moyenne17.

43Les choses se sont passées d’une manière un peu différente avec le vin : là encore Valladolid donne le signal dans les années 1521-1530. Mais les prix des villes voisines suivent rapidement : dès la décennie suivante ils rattrapent ceux de Valladolid pour les distancer très sérieusement après 1540 et n’être rattrapés qu’au-delà de 1560 avant de se détacher à nouveau à la fin du siècle. Il est vrai que le vignoble vallisolétain est alors avec celui de Medina le plus important de Vieille Castille et qu’il suffit presque toujours à la consommation locale lorsqu’il ne produit pas un excédent exportable, ce qui n’est pas le cas de Palencia ou du Léon septentrional par exemple.

44Il y a une autre manière de fixer l’antériorité de la hausse des prix à Valladolid. Si l’on choisit pour base la décennie 1541-1550 en lui attribuant l’indice 100, d’après les chiffres d’Hamilton comme d’après les nôtres, on obtient pour la fin du siècle avec les chiffres d’Hamilton les indices 314,4 pour le blé ; 325,3 pour le vin ; 218 pour le mouton. Alors que les nôtres s’élèvent seulement à 219,3, 239,1, 186 respectivement. Et cependant les prix réels sont assez proches les uns des autres, parfois plus élevés à Valladolid (1 985 maravédis la charge pour le blé contre 1 809,6 ; 17,3 maravédis la livre de viande de mouton contre 16,9 ; et 27,5 maravédis l’azumbre de vin contre 33,5). Ce qui signifie que les prix vallisolétains avaient pris de l’avance dans une première période. Toutefois le fait que cette avance ait été annulée ou réduite à une faible marge, malgré l’importance de ce marché de consommation, le premier de tout le Nord-Ouest, accrédite l’idée déjà développée dans ce livre d’une certaine sécurité et d’une certaine abondance des approvisionnements à Valladolid.

45Il est très regrettable que nous ne disposions pas de prix d’autres produits : nous avons fait quelques tentatives pour connaître le prix d’un produit agricole entièrement importé (l’huile), d’une matière première industrielle (la laine), de charbon de bois. Les résultats auxquels nous sommes parvenus sont si fragmentaires qu’ils ne méritent pas d’être mis en œuvre. Nous ne possédons de données sérieuses concernant l’huile qu’entre 1578 et 1590 : elles sont d’ailleurs assez déconcertantes, suggérant une stagnation, voire même une diminution des prix. Quant à la laine il ne s’agissait jamais des mêmes qualités. Il était donc préférable de s’abstenir.

Le prix de la terre.

  • 18 Ce calcul a été effectué à partir de plusieurs documents de l'A.H.P.V. : Leg. 33, fol. 176, 188 et (...)

46La hausse des prix agricoles a dû produire une augmentation du prix de la terre. Du moins tant que les campagnes castillanes cherchèrent à répondre au stimulus de la hausse. Nous avons vainement cherché dans les registres notariaux quelques exemples de terres vendues et revendues à divers moments du siècle afin de mesurer la croissance de leur valeur. Faute de mieux nous nous sommes risqués à calculer deux moyennes d’après les prix de terres vendues en deux moments différents : le premier moment, à l’amorce de la hausse, en 1529, 1530, 1531. Le second alors que cette hausse est pleinement déclenchée : 1555. Seules ont été retenues des terres de panllevar, dispersées dans le territoire vallisolétain. Dans le premier cas voici neuf terres et une superficie totale de 30 yugadas : elles ont été vendues pour une somme totale de 96 750 maravédis, ce qui met la yugada à 3 225 maravédis. Dans le second cas ce sont six terres d’une superficie totale équivalente, cédées pour 180 000 maravédis, soit 6 000 maravécus la yugada. La différence entre les deux prix moyens est de 86,4 %. On ne peut évidemment pas s’autoriser à des conclusions péremptoires après d’aussi faibles démonstrations. Disons que l’évolution des prix de la terre semble accompagner la hausse des denrées agricoles18.

II. — LE MOUVEMENT DES LOYERS URBAINS

47Sans aboutir à des résultats brillants notre effort pour connaître le mouvement des loyers urbains a obtenu un léger succès parce qu’il a été parfois possible de suivre dans les registres notariaux la progression des loyers des mêmes maisons. Ne pavoisons pas cependant ! Nos exemples sont assez peu nombreux et nous ignorons tout de possibles réparations ayant pour effet de justifier une augmentation du loyer. Nous croyons cependant pouvoir affirmer que s’est produite à Valladolid une hausse continue des loyers jusqu’en 1559, cette hausse s’accélérant après 1540, et la situation se compliquant beaucoup après 1559, l’incendie de 1561 suivant de très près, de trop près dira l’historien, le départ de la Cour.

Le début du siècle.

  • 19 A.H.P.V., Leg. 1 et 2 : registres de Francisco Sánchez de Sant Esteban.

48Dès le premier quart du siècle les loyers sont plus chers que ceux pratiqués au xve siècle. Le réajustement des baux ad vitam des maisons appartenant à l’Église Majeure le démontre. Lorsqu’un locataire meurt et cède sa maison à ses héritiers ou y renonce, le chapitre en profite pour augmenter les prix : ainsi une maison de la place Santa María louée ad vitam en 1501 d’abord, en 1518 ensuite pour 500 maravédis et trois paires de poules par an, est relouée en 1523 après la mort du locataire, Cristóbal de Valera, pour 650 maravédis et trois paires de poules. En 1510 un loyer annuel de 200 maravédis, datant du xve siècle, est élevé à 350. Une autre maison louée pour 300 maravédis en 1500, est cédée en 1517 pour 325. Enfin, une autre maison du chapitre qui en 1462 avait été louée ad vitam pour 350 maravédis et trois paires de poules voit son loyer s’élever en 1520 à 800 maravédis et quatre paires de poules quand un contrat est conclu avec un nouveau locataire19.

  • 20 A.H.P.V., Leg. 35, fol. 983 ; Leg. 36, fol. 169 et Leg. 36-II, fol. 452.
  • 21 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 70 et Leg. 37, fol. 80.

49La hausse se poursuit dans les années 1530-1540 : ainsi le 20 juin 1531 Pero López de Calatayud loue une maison située dans la rue de la Cárcava à un tisserand de toiles, Francisco de Espinosa, pour 60 réaux ; en juin 1533 il reloue la même maison au même pour la même somme mais agrémentée de trois paires de poules ; en septembre 1535, nouveau bail avec le même tisserand pour un an et pour 66 réaux. Ainsi en 5 ans le loyer a augmenté de 10 %20. Le même propriétaire a pratiqué la même augmentation sur le loyer d’une autre maison située dans la même rue : 60 réaux en mars 1533, puis 66 en février 1536, le contrat étant conclu avec un autre locataire21.

Les années 1545-1559.

50Le « boom » de Valladolid que tous les témoignages, et d’abord cette frénésie de construire étudiée naguère, signalent à notre enquête s’est traduit aussi par une hausse considérable des loyers. Voici deux exemples précis :

  • 22 A.H.P.V., Leg. 44, fol. 309 et Leg. 53, fol. 69.
  • 23 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 104 et Leg. 57, fol. 64.

51Une maison située sur la place de la Rinconada et comportant un four à pâtisserie, appartenant aux héritiers de la pâtissière María de Miranda fut louée en septembre 1546 pour cinq ans à raison de 9 000 maravédis par an. En janvier 1557 cette même maison est louée à un autre locataire pour 15 000 maravédis. De 1546 à 1557 l’augmentation est de 66 %22. Une autre maison située hors les murs à la porte de Santiesteban avec enclos et cave, propriété des héritiers de Diego de Lalo, louée en février 1548 pour quatre ans au prix annuel de 20 ducats est cédée en mai 1561 à une autre personne pour quatre ans au prix de 33 ducats. En mai 1561, cependant, les loyers sont plutôt à la baisse. Mais depuis 1548 la hausse est ici encore de l’ordre de 66 %23. La valeur de ces exemples nous paraît réelle parce que nous n’avons trouvé aucune indication contraire.

  • 24 A.H.P.V., Leg. 44, 45, 46, 53, 54.

52On peut encore verser au dossier quelques éléments quantitatifs d’une valeur moindre mais qui ont le mérite de coïncider avec les précédents. Ainsi la moyenne de 6 loyers de maisons situées dans le faubourg de Saint-Jean est en 1546-1550 de 2 664 maravédis ; la moyenne de 10 loyers de maisons situées dans le même faubourg en 1556-1560 est de 4 040 maravédis. Ou bien, calculons la moyenne des loyers dont les contrats sont enregistrés par un même notaire, Antonio de Cigales. Pour les années 1546-1549, 27 cas : le prix moyen est de 3 502 maravédis. Pour les années 1556-1559, 54 cas : le loyer moyen s’élève à 6 242 maravedis24. Pour contestable que soit une telle méthode, elle suggère des augmentations de loyer équivalentes à celles connues de manière certaine. Il semble bien qu’en une douzaine d’années les loyers des maisons de Valladolid aient été augmentés de 50 à 80 %.

Après 1559.

53Deux événements de signe contraire bouleversent la situation : le départ de la Cour qui libère quantité de maisons et l’incendie de 1561 qui détruit 440 maisons principales. Comment le mouvement des loyers a-t-il réagi à ces sollicitations contradictoires ?

  • 25 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 775 ; Leg. 54, fol. 623 ; Leg. 57, fol. 568.

54La « trahison » de la monarchie a provoqué la chute des prix. Ainsi la Casa blanca, propriété du licencié Santander, sise au chemin du Pré de la Madeleine, est louée pour 6 000 maravédis par an le 11 mai 1557, relouée au même prix le 15 avril 1558, mais le loyer tombe à 3 750 maravédis le 28 avril 1561. La diminution est considérable25.

55Mais survient le désastre de la Saint-Mathieu : les loyers remontent ; la maison de Francisco de Bermeo dans la rue de Francos, située entre celles des Montoya et des Quintana, louée pour 30 ducats annuels le 4 mai 1558 (mais pour un an seulement) est relouée au même prix, pour six ans, le 21 juin 1563. On notera enfin que les baux sont généralement courts avant 1559, les propriétaires désirant garder la possibilité d’augmenter leurs prétentions aussi souvent que possible.

  • 26 A.H.P.V., Leg. 490, fol. 15 et 491-III, fol. 33 par exemple.

56A la fin du siècle la hausse des loyers ne paraît pas avoir repris. Pour sept exemples de relocation d’une même maison, nous enregistrons cinq contrats au prix antérieur et deux assortis d’une très légère augmentation26.

57Ainsi le mouvement des loyers, beaucoup plus sensible que celui des prix agricoles au fait urbain, illustre avec fidélité les fortunes de la ville et ses avatars.

III. — LE MOUVEMENT DES SALAIRES

Les sources et leur utilisation.

58A l’instant d’étudier les salaires nous retrouvons comme source essentielle la comptabilité de l’hôpital de l’Esgueva. Elle présente de réels mérites mais aussi des carences regrettables. Ainsi l’exploitation des vignes de l’hôpital assure l’accumulation de notations relatives aux journées de salaire des ouvriers agricoles (tailleurs ou podadores, bineurs, vendangeurs). L’abondance des derniers permet ici la constitution de séries intéressantes, offrant de réelles garanties. Malheureusement, comme Earl J. Hamilton l’avait déjà noté, l’exploitation directe des vignes par l’hôpital s’interrompt en 1561. Et aucune source ne vient prendre un si nécessaire relais.

59Le problème posé par la variation saisonnière des salaires agricoles a été résolu d’une manière simple qu’on pourra sans doute critiquer. Le mois choisi comme référence a été le mois de mars parce que ce mois équinoxial est celui du salaire moyen, aussi bien du salaire de décembre que celui offert en mai ou juin. On devine déjà que ce choix ne concerne pas les vendangeurs.

  • 27 Pour les salaires, il faut donc signaler comme sources supplémentaires l'A.H.N., Clero, Leg. 7703, (...)

60Notre comptabilité hospitalière livre une deuxième catégorie de salaires : ceux des gens du bâtiment (charpentiers, carriers, couvreurs, plâtriers) répartis en trois classes : maîtres, ouvriers spécialisés (c’est-à dire les oficiales ayant subi un examen professionnel) et manœuvres (appelés indifféremment obreros ayudantes, peones, trabajadores). Mais le travail de ces ouvriers étant subordonné à la nécessité de réparations, nous manquons de données aussi régulières que celles intéressant l’agriculture. En revanche ces données concernent tous les moments du siècle. De plus il a été possible d’utiliser des sources complémentaires : nous avons trouvé à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid plusieurs livres de comptes de monastères (San Benito, San Pablo, Nuestra Señora del Prado, par exemple) qui ont permis de combler quelques lacunes27. Enfin il convient de dire que les lacunes concernant les salaires sont moins graves que celles intéressant les prix puisque la variabilité des salaires est fort inférieure à celle des prix. A notre sens, l’absence de deux ou trois années dans une série décennale n’a guère d’importance.

61Beaucoup plus gênante est l’absence d’indications suffisamment complètes à propos des salaires de l’artisanat : nous espérions parvenir à constituer des séries grâce aux contrats d’apprentissage, ceux-ci prévoyant qu’au terme de l’apprentissage l’ouvrier percevra le salaire d’un jeune oficial, même s’il n’a pas passé son examen avec succès. Malheureusement ce salaire n’est qu’assez rarement précisé. Les indications recueillies à propos des tailleurs, des passementiers, des orfèvres par exemple sont si fragmentaires que nous avons dû renoncer, pour le moment du moins, à les utiliser. C’est d’autant plus grave que les salaires du bâtiment constituent un fort mauvais instrument de mesure après 1561 car la reconstruction qui suivit le désastre de 1561 a provoqué une forte demande de spécialistes. C’est dire qu’après 1560 nos moyens de connaissance sont réduits : la seule série vraiment riche d’information, au plan du général, est celle des manœuvres que la demande de spécialistes ne concerne pas.

L’évolution des salaires.

62Elle est exprimée par les tableaux suivants :

Tableau 1. La viticulture : les salaires annuels de 1501 à 1560 (en journées de travail et en maravédis)

Tableau 1. La viticulture : les salaires annuels de 1501 à 1560 (en journées de travail et en maravédis)

Tableau 2. La viticulture : moyennes et indices décennaux (en journées de travail et en maravédis). Base 1541-1550 = 100

Tableau 2. La viticulture : moyennes et indices décennaux (en journées de travail et en maravédis). Base 1541-1550 = 100

Tableau 3. Les salaires du manœuvre : moyennes et indices décennaux (en journées de travail et en maravédis). Base 1541-1550 = 100

Tableau 3. Les salaires du manœuvre : moyennes et indices décennaux (en journées de travail et en maravédis). Base 1541-1550 = 100

Tableau 4. Les salaires du bâtiment : moyennes et indices décennaux (en journées de travail et en maravédis). Base 1541-1550 = 100

Tableau 4. Les salaires du bâtiment : moyennes et indices décennaux (en journées de travail et en maravédis). Base 1541-1550 = 100

N.B. — Ces moyennes et indices ont été établis en utilisant les salaires des oficiales charpentiers, couvreurs, carriers et plâtriers ; des maîtres charpentiers, couvreurs et plâtriers.

63Les enseignements de ces tableaux paraissent évidents. Jusqu’en 1550 l’avance des prix sur les salaires est très sensible. Comparons l’évolution des prix agricoles et des salaires du manœuvre et des ouvriers viticoles : de 1511-1520 (1521-1540 en ce qui concerne le blé) à 1541-1550, le blé augmente de 43,8 %, le vin de 64,4 %, la viande de mouton de 41,2 %. Dans le même temps les salaires des ouvriers viticoles augmentent seulement de 29,5 % et ceux des manœuvres de 31,2 % seulement. Il est certain que la conjoncture du premier demi-siècle est favorable aux propriétaires fonciers, notamment aux propriétaires viticulteurs : d’abord parce que le démarrage des prix du vin est antérieur aux autres, ensuite parce que la différence entre la hausse des prix du vin et celle des salaires distribués aux viticulteurs reste forte. Avant 1550 l’agriculture doit permettre l’accumulation d’intéressants profits.

64Au cours de la décennie 1551-1560 la situation est transformée : les salaires effectuent un véritable bond et l’avance prise par les prix est effacée. De 1511-1520 à 1551-1560 (1521-1530 pour le blé) la hausse est de 67,4 % pour le blé ; de 94,4 % pour le vin ; de 86,8 % pour la viande de mouton. Dans le même temps les salaires des ouvriers viticulteurs ont augmenté de 91,6 %, ceux des manœuvres de 95,1 %. C’est dire qu’en quelques années la différence a été comblée et au-delà puisque cette hausse dépasse celle des denrées agricoles sauf celle du vin qu’elle égale.

65Or ces années sont celles de l’apogée de Valladolid. Ainsi, comme nous l’avions déjà suggéré dans un chapitre précédent, cette élévation énorme du taux des salaires ne doit pas seulement être considérée comme un ajustement à la vie chère. Elle exprime la tension du marché du travail dans une ville où la main-d’œuvre manque. C’est d’ailleurs dans des proportions aussi notables que s’élèvent alors les salaires du bâtiment.

66Malheureusement les salaires agricoles après 1560 nous sont inconnus et une condition très importante de la formation des profits nous échappe ainsi. Les salaires agricoles ont-ils accompagné désormais l’ascension des prix, restreignant ainsi les bénéfices de l’exploitation agricole ? Nous l’ignorons. On peut cependant remarquer que le salaire du manœuvre après avoir marqué le pas dans les années 1561-1570, progresse à un rythme égal à celui des prix : en 1581-1590 il y a entre ce salaire et celui de 1511-1520 un rapport de 2,72 ; le rapport est de 2,48 pour le blé ; 2,65 pour le mouton ; 3,24 pour le vin. C’est seulement dans les dix dernières années du siècle que l’avance des prix redevient très sensible ; elle crée alors une situation dramatique pour les salariés sans pour cela apporter la fortune aux propriétaires. Car ces prix élevés ne doivent pas tout au trésor américain, ils expriment aussi d’inquiétantes carences.

67D’autre part, un retour au tableau annuel des salaires viticoles met en valeur l’année 1544 : elle donne le signal d’augmentations définitives. Mais c’est en 1544 que la Cour et ses services se fixent à Valladolid. Cette observation et celles faites à propos des années 1561-1570 renouvellent une conclusion déjà énoncée : Valladolid est à la merci de la royauté.

68Mais les salaires du bâtiment ? Bien entendu, ils déforment la réalité. Si au-delà de 1561 ils contiennent leur délirante ascension, et pour longtemps car ils ne se stabiliseront qu’en 1577, c’est à l’incendie, à la reconstruction monumentale entreprise selon les directives de Philippe II qu’ils le doivent. La situation de Valladolid est tout à fait exceptionnelle comme le prouve une comparaison avec les résultats d’Earl Hamilton. Pour donner la rigueur nécessaire à cette comparaison, nous avons refait nos calculs indiciaires en prenant pour base 100 la décennie 1571-1580, choisie par Hamilton. Dans ces conditions, le rapport entre 1591-1600 et 1511-1520 est à Valladolid de 3,24. Dans l’ensemble de la Vieille Castille (Valladolid comprise, qui force la moyenne !) ce rapport est de 2,45 seulement. Nous avons pourtant pris comme base de calcul un salaire moyen entre celui de l’oficial et celui du maître dont la hausse est atténuée.

69La situation des gens du bâtiment a donc été très favorable jusqu’en 1580. De 1560 à 1580 leurs salaires qui s’étaient précédemment ajustés aux prix les débordent très largement. Après 1580 ils augmentent beaucoup plus lentement mais l’avance acquise était telle qu’elle protège charpentiers, couvreurs, plâtriers, carriers et autres contre un avilissement exagéré de leur niveau de vie malgré la flambée de prix qui achève le siècle. Et les seuls oficiales sont encore mieux pourvus : en 1591-1600 le rapport de leurs salaires à ceux de 1511-1520 est de 4,17 (blé : 4,05 ; vin : 3,93 ; mouton : 3,30). La situation est beaucoup moins favorable pour les maîtres et pour les manœuvres (rapport : 2,73).

70Les maîtres sont perdants : avilissement de la maîtrise ou carence de main-d’œuvre spécialisée ? En tous cas le siècle voit l’écrasement de la hiérarchie artisanale. De 1511 à 1530 le salaire du maître est le double de celui de l’oficial. En 1590, il lui est peu supérieur : de 14 % environ.

71Les manœuvres aussi : jusqu’en 1540 le salaire ne distingue pas l’oficial de l’obrero ou du peón. Au-delà de 1540 la différence ne cesse de se creuser. Il faut conclure alors à la valeur de l’examen professionnel.

72Pour exceptionnelle qu’ait pu être à Valladolid la situation des travailleurs du bâtiment l’on est en droit de penser qu’elle a exercé une influence sur le marché du travail. Elle n’a pu peser que dans le sens d’une augmentation générale des salaires.

73Voici donc définie une condition défavorable à l’entreprise capitaliste. Et dans une société que n’habite pas le démon de cette entreprise. Et s’il en était de même aux champs ? Après tout, l’hôpital de l’Esgueva a bien vendu ses vignes pour acheter des rentes. Et en 1560, après la première forte fièvre des salaires. Pourquoi n’aurait-il pas fait école ?

LES SALAIRES QUOTIDIENS (en maravédis)

LES SALAIRES QUOTIDIENS (en maravédis)

74N’exagérons rien. Pour les petits propriétaires voués au faire-valoir direct dont l’exploitation conservait un caractère familial, la hausse des prix demeurait un stimulant, la hausse des salaires était sans objet. Mais pour les propriétaires non exploitants se confirme la tentation de la rente. Tous les chemins castillans mènent au drame du xviie siècle.

IV. — LE PROBLÈME DU PRODUIT FISCAL

75L’évolution du produit fiscal global ne peut en aucun cas être considérée comme un instrument de mesure de l’économie vallisolétaine puisqu’elle dépend alors moins de la conjoncture locale ou régionale que des besoins du pouvoir central. Toutefois elle a exercé une certaine influence sur la vie économique. D’autre part l’évolution des composantes de ce produit fiscal global mérite d’être observée car elle exprime plus ou moins le progrès ou la régression de certaines activités économiques. Bien entendu notre étude se fonde essentiellement sur les alcabalas.

76Le tableau ci-dessous peut donner une idée approximative de la contribution de Valladolid et de son territoire, au titre de l’alcabala.

Alcabalas payées par Valladolid et son territoire

Alcabalas payées par Valladolid et son territoire

77Une comparaison entre le premier et le dernier de ces chiffres laisse croire à une fiscalité modérée. Après tout de 1515 à 1597 le coefficient de multiplication de l’alcabala n’est que de 3,17 : il est inférieur à celui des prix et des salaires. Mais cette remarque reste superficielle.

78En réalité on doit considérer que jusqu’en 1561 au moins l’augmentation de Y alcabala a été dérisoire : cette augmentation correspond à une baisse réelle puisque simultanément les prix connaissent une ascension de plus en plus verticale. On note même une baisse du montant nominal entre 1536 et 1543, provoquée probablement par l’octroi de la franchise sur l’alcabala du grain (blé, orge, etc.), destinée à favoriser le ravitaillement de la cité. Même au temps de sa grande prospérité, après 1540, Valladolid ne verse guère au Trésor que des sommes comparables à celles du début du siècle payées alors par une population moindre et sans aucun doute moins fortunée. Il est évident que cet affaiblissement de la fiscalité constitue une circonstance particulièrement heureuse pour le développement économique de Valladolid. Ainsi, tous les témoignages se rassemblent qui suggèrent une conjoncture favorable jusqu’en 1560. Dans les années cinquante d’ailleurs, la ville réalise de substantiels bénéfices en affermant les diverses alcabalas : elle obtient par exemple en 1555, 9 403 046 maravédis alors qu’elle doit en payer 7 706 524. Voilà le moyen de financer travaux publics, fêtes et cérémonies fastueuses, gestion souvent déficitaire du magasin de blé. Il est aussi à supposer que les adjudicataires faisaient pour leur part de bonnes affaires : au cours de la grande enquête de 1561 sur l’alcabala certains admirent effectivement avoir gagné des sommes plus ou moins importantes en année de Cour (sur le bois, les fruits, les produits maraîchers, l’épicerie, par exemple). Et comme ils n’étaient pas sans savoir les buts avoués de l’enquête, chargée d’évaluer les possibilités d’augmentation des alcabalas, ils n’avaient guère intérêt à faire état de bénéfices ; ils prennent bien soin, il est vrai, de déclarer tous, ou presque, des pertes considérables depuis le départ de la Cour.

  • 28 A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 819.

79C’est au moment même où la ville est affaiblie par une série d’événements bien connus et déjà plusieurs fois évoqués dans ce livre, que la fiscalité se renforce, puis s’exaspère ; en trente-cinq ans le montant des alcabalas triple presque et en moins de vingt ans, entre 1561 et 1578, il a beaucoup plus que doublé. Le rythme d’augmentation des alcabalas dépasse alors et très largement celui des prix. Il est impossible que l’économie vallisolétaine, déjà condamnée à la dépression par la désertion de la monarchie, n’ait pas éprouvé durement ce nouvel avatar. A la même époque le poids des services ordinaires et extraordinaires dits de millones ne cesse de s’alourdir. En 1593 les pecheros de Valladolid ne paient encore que 429 730 maravédis au titre du service. A partir de 1594 ils doivent en payer 747 900 : ils sont, paraît-il, en cette année 5 158, ce qui suppose une contribution moyenne de 145 maravédis, comme à Medina, à Madrid ou à Ségovie (145, 150 et 150), moins qu’à Cordoue ou à Séville (165 et 170) mais plus qu’à Salamanque, Burgos ou Léon (130, 120, 100). D’ailleurs les villes comptant une faible proportion de pecheros étaient favorisées : Burgos ne doit payer que 68 000 maravédis, Léon 61 900… et Madrid 600 000. Une fois encore tous les signes se rassemblent qui soulignent les difficultés de Valladolid après 156028.

80Mais l’étude du produit fiscal peut inspirer certaines réflexions sur l’inégale évolution des diverses activités. Examinons le tableau suivant :

  • 29 Les sources sont : A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194 pour 1515 ; Escorial Codex LI-19 pour 1553-15 (...)

Évolution des diverses alcabalas29

Évolution des diverses alcabalas29

81Il n’est pas facile d’interpréter certains de ces chiffres encore que l’on puisse rendre compte de quelques anomalies. Ainsi la faible augmentation de l’alcabala de la viande de 1515 à 1557 est due à l’existence, en époque de Cour, des boucheries franches de la Cour, ce qui diminuait les achats de viande aux boucheries municipales. L’effondrement de l’alcabala du grain s’explique par la quasi-franchise accordée à ce produit essentiel pour en garantir l’approvisionnement ; à la fin du siècle la contribution du commerce de grains reste relativement très faible. La très nette augmentation de l’alcabala du bois de construction et du bois à brûler doit être attribuée à la poussée démographique et à la fièvre de construction qui caractérise le milieu du siècle et que confirme la hausse sensible de l’alcabala de la pierre et de l’argile. De même l’impôt sur les ventes de propriétés est en 1555 d’un rapport considérable : le prix élevé des maisons et de la terre peut expliquer ce gonflement. A la fin du siècle malgré la forte augmentation générale ces dernières alcabalas produisent moins : invoquons la décadence de la ville et les difficultés agricoles.

82Mais à quoi attribuer l’affaiblissement considérable des alcabalas du cuir ? En 1596 elles rapportent moins qu’en 1515 alors que le montant total de l’impôt a plus que triplé. S’agit-il d’un déclin des industries et du commerce des cuirs ? Peut-être, et cependant nous savons que le travail et le négoce des peaux ont été très actifs entre 1560 et 1580 au moins. De même doit-on supposer que de petites industries (cor-derie, sparterie, sellerie, etc.) sont presque ruinées à la fin du siècle.

83Autre phénomène intéressant : la progression spectaculaire des alcabalas concernant le commerce des étoffes. Elle s’accorde avec d’autres témoignages déjà évoqués pour faire de Valladolid dans le dernier quart du siècle une place essentielle de ce négoce. Les diverses alcabalas du textile (toiles, cotonnades, bures, draps, etc.) comptent pour 2 577 748 maravédis en 1596, c’est-à-dire 12,6 % du total contre 8,2 % en 1577. On note qu’une contribution particulièrement forte est celle des paños y joyas, draps et étoffes de prix. L’installation à Valladolid de nombreux lenceros, la naissance dans cette ville d’une industrie de la soie, le déclin de Medina del Campo, autant d’éléments que l’on doit associer à cette nouveauté.

84On s’explique aisément le rendement accru de l’alcabala du vin de 1515 à 1555 : de 31,2 % alors que dans le même temps la hausse est seulement de 20 %. Il correspond à l’élan de la viticulture. Mais pourquoi ce rendement demeure-t-il à peu près identique à la fin du siècle, ce qui suppose en fait une fiscalité bien plus légère ? Faut-il en appeler à la participation croissante des viticulteurs de Valladolid, jouissant de la franchise pour ce qui est de la consommation locale ?

  • 30 D'après A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

85Enfin, les renseignements trop fragmentaires que nous possédons sur l’évolution des alcabalas payées par les villages ne permettent pas de dégager des conclusions importantes : remarquons seulement que la baisse régulière des contributions de Renedo et de Castronuevo confirme la paupérisation croissante de la vallée de l’Esgueva alors que celle du Duero se voit de plus en plus taxée, Tudela surtout, pour la raison inverse. Geria et Mojados figurent parmi les localités que l’augmentation très sensible de leurs impositions désigne à l’attention. La hausse beaucoup plus modeste des alcabalas de villages comme Wamba, Peñaflor, Zaratán, pourrait indiquer une situation difficile30.

***

86Pour insuffisants que soient nos instruments de mesure, ils ne sont pas inutiles. Ainsi les pointes cycliques des prix correspondent aux mauvaises années de la démographie : 1546, 1555-1559, 1575-1576, dernières années du siècle. Car si la hausse séculaire des prix peut être favorable à la paysannerie, les pointes cycliques correspondent à de très mauvaises récoltes, et ce ne sont pas alors les paysans qui profitent des hauts prix mais les spéculateurs que nous retrouverons dans les pages à venir. Pour l’heure prenons acte de coïncidences qui ne peuvent être fortuites. Il nous reste à découvrir gens de la terre et de la ville dans leurs activités de travail.

Notes

1 Earl J. Hamilton, op. cit., p. 140 et 144. La supériorité de la mercuriale sur la comptabilité hospitalière comme source de l'histoire des prix, objet d'une controverse célèbre entre Ernest Labrousse et Earl J. Hamilton, ne nous paraît pas faire de doute. La pratique des comptabilités hospitalières révèle une certaine raideur des prix dont les documents d'Hamilton témoignent d'ailleurs. Les mercuriales indiquent une plus grande sensibilité aux sollicitations de la conjoncture. L'Espagne n'est cependant pas dépourvue de mercuriales : ainsi Ségovie. Voir Gonzalo Anes Alvarez y Jean-Paul Le Flem, « Las crisis del siglo xvii : Producción agrícola, precios e ingresos en tierras de Segovia », Moneda y Crédito, junio 1965, p. 11.

2 Les sources utilisées pour l'histoire des prix sont : A.M.V., Livres de l'Esgueva, nos 1 à 85 et Livres d'Actes du xvie siècle ; A.H.P.V., Leg. 35, fol. 371 et 372, fol. 299 ; Leg. 33, fol. 200 ; Leg. 36, fol. 12 et 122 ; Leg. 569, fol. 1587 ; Leg. 14959, fol. 405 et 432, etc.

3 A.M.V., L.A., n° 14.

4 Au sujet de cette controverse, voir notamment R. Baehrel, Une Croissance : la Basse Provence rurale (fin du xvie siècle-1789), préface, p. 2 à 20.

5 P. Goubert, op. cit., p. 379.

6 A.M.V., Livres Esgueva, nos 29, 43, 44. L.A., n° 14.

7 A.M.V., Livres Esgueva, nos 1, 12, 15, 37.

8 A.M.V., Livres Esgueva, n° 31.

9 A.M.V., L.A., n° 8.

10 A.M.V., Livres Esgueva, nos 301, 302, « i » et 80.

11 Voir supra, Ire partie, chap. iv : « Une ville bien approvisionnée ».

12 F. Braudel, op. cit., p. 284.

13 Infra, 2e partie, chap. v : « Essor et déchéance de l'agriculture ».

14 P. Vilar, op. cit., t. II, p. 377.

15 Earl J. Hamilton, op. cit., p. 190 et 191.

16 Ibid., p. 199, table 24.

17 A.M.V., L.A., n° 14.

18 Ce calcul a été effectué à partir de plusieurs documents de l'A.H.P.V. : Leg. 33, fol. 176, 188 et 193 ; Leg. 37, fol. 497 et 840 ; Leg. 52, fol. 460 à 472. D'après ce dernier document on peut également noter que la huerta et la maison de Sebastián de Pesquera évaluée en 1528 à 100 000 maravédis est estimée en 1555 à 354 382 maravédis. Même si l'on tient compte des améliorations probables apportées à la maison et à la huerta, on doit conclure à une hausse très sensible du prix de la huerta.

19 A.H.P.V., Leg. 1 et 2 : registres de Francisco Sánchez de Sant Esteban.

20 A.H.P.V., Leg. 35, fol. 983 ; Leg. 36, fol. 169 et Leg. 36-II, fol. 452.

21 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 70 et Leg. 37, fol. 80.

22 A.H.P.V., Leg. 44, fol. 309 et Leg. 53, fol. 69.

23 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 104 et Leg. 57, fol. 64.

24 A.H.P.V., Leg. 44, 45, 46, 53, 54.

25 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 775 ; Leg. 54, fol. 623 ; Leg. 57, fol. 568.

26 A.H.P.V., Leg. 490, fol. 15 et 491-III, fol. 33 par exemple.

27 Pour les salaires, il faut donc signaler comme sources supplémentaires l'A.H.N., Clero, Leg. 7703, Lib. 16811, 16813, 17298 ; A.H.P.V., Leg. 37, fol. 4.

28 A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 819.

29 Les sources sont : A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194 pour 1515 ; Escorial Codex LI-19 pour 1553-1556 ; A.G.S., Contadurías Mayores de Cuentas, 2e époque, Leg. 187, pour 1596.

30 D'après A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

Notes de fin

1 Dans cette première décennie on a retenu, en ce qui concerne le blé, les prix de 1499 et 1500 (il s’agit donc de 7 années connues sur 12).

2 Sont éliminées de ce calcul les 3 années 1597, 1598, 1599 pour lesquelles on ne dispose que du prix de la taxe.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Prix annuels de 1499 a 1600
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Les indices sont établis sur la base 1541-1550 = 100.Les prix sont en maravédis. Les mesures sont en charges (blé, orge), azumbres (vin), livres (mouton).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre LES PRIX A viande
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre VALLADOLID
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 2. Indices décennaux (Base 1541-1550 = 100)
Légende Note *1Note **2
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 1. La viticulture : les salaires annuels de 1501 à 1560 (en journées de travail et en maravédis)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 2. La viticulture : moyennes et indices décennaux (en journées de travail et en maravédis). Base 1541-1550 = 100
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 3. Les salaires du manœuvre : moyennes et indices décennaux (en journées de travail et en maravédis). Base 1541-1550 = 100
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 4. Les salaires du bâtiment : moyennes et indices décennaux (en journées de travail et en maravédis). Base 1541-1550 = 100
Légende N.B. — Ces moyennes et indices ont été établis en utilisant les salaires des oficiales charpentiers, couvreurs, carriers et plâtriers ; des maîtres charpentiers, couvreurs et plâtriers.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre LES SALAIRES QUOTIDIENS (en maravédis)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre A VALLADOLID
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Alcabalas payées par Valladolid et son territoire
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Évolution des diverses alcabalas29
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/255/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 596k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540