Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre II. L'économie et ses rythmes

Chapitre III. Les moyens de l’économie (II) : monnaie, crédit, revenus

Texte intégral

1Les conclusions du chapitre précédent méritent sans doute une large illustration : le rôle du crédit, celui des revenus étrangers ne peuvent cependant être appréciés dans leur plénitude si l’on n’est pas instruit des ressources monétaires de Valladolid.

***

2Depuis le célèbre travail de Hamilton, établissant l’importance et le rythme des arrivées du métal précieux américain, l’aisance monétaire dont a joui l’Espagne du xvie siècle est l’un des lieux les plus communs de la littérature historique. Valladolid paraît avoir participé largement à cette aisance.

I. — VALLADOLID, MARCHÉ MONÉTAIRE

  • 1 A.G.S., Contadurías Generales, libro 826.

3Les signes sont nombreux qui l’indiquent. Pourquoi ne pas reprendre l’argumentation de l’Ayuntamiento de Valladolid sollicitant la création d’un Hôtel des Monnaies à Valladolid, et l’obtenant par le privilège du 2 juillet 15591 :

  • Valladolid se trouve à proximité immédiate des villes où se tiennent les foires de Castille et où s’effectuent d’importants paiements en monnaie métallique : Medina del Campo, Rioseco, Villalón. La ville se trouve même entre les deux premières de ces villes, les plus actives.

  • Le Roi et la Cour font de fréquents séjours à Valladolid, ce qui suppose de grands mouvements d’argent.

  • La résidence de la Chancellerie apporte à la ville de grands profits : hauts salaires, produit des amendes, dépôt des garanties exigées de plaideurs, personnes physiques ou morales.

  • 2 A.G.S., ibid.
  • 3 Pour tout ce qui précède, voir A.M.V., Livres d'Actes à la date indiquée.
  • 4 A.G.S.,Contadurías Generales, libro 826.

4L’Hôtel des Monnaies où l’on frappera de la monnaie d’or, d’argent et de billon selon l’usage des autres établissements d’Espagne, répondra donc aux importants besoins de Valladolid : la ville est bien un marché monétaire de première catégorie. Il est donc normal qu’elle ait obtenu un atelier du même rang que ceux existant déjà à Burgos, Ségovie, Tolède, ses ouvriers jouissant des privilèges et exemptions habituels. Il ne semble pas cependant que l’effectif des travailleurs ait correspondu aux prévisions (160 monnayeurs et ouvriers d’après le mémoire de 1568)2. La première liste d’ouvriers, le 17 novembre 1568, ne comportait que 52 noms ; elle était complétée les 24 et 29 novembre, le 20 décembre encore, par 49 nominations nouvelles. En tout une centaine de nominations, pas davantage. En 1571 l’effectif ne dépassait pas 107 personnes (capataces, obreros, monederos). Il semble s’être abaissé à 72 en 15813. Il est vrai qu’en 1584 l’atelier de Burgos n’employait lui-même que 83 personnes4.

  • 5 A.M.V., Livres d'Actes : 1er octobre 1568.

5L’activité de l’Hôtel des Monnaies nous est mal connue. Il semble que la première frappe ait été celle de 12 000 marcs de billon destinés « à aider la reconstruction de quartiers détruits » : cette frappe fut ordonnée par une cédule royale du 1er octobre 15685. Par la suite, plusieurs frappes d’argent furent exécutées : la correspondance de Simón Ruiz signale celle de 1599.

  • 6 A.M.V., Livres d'Actes, nos 1 et 2.

6Les preuves de la richesse de Valladolid en métal précieux sont cependant plus immédiates. On rappellera d’abord la présence de très nombreux orfèvres (64 selon le recensement de 1561). Mais la ville abrita aussi tout au long du siècle quantité de changeurs (cambios) ou d’agents de change (corredores de cambios). La liste établie par la Municipalité le 27 janvier 1500 reconnaît l’existence de 22 changeurs. Leur importance peut être évaluée grâce à celle des garanties (fianzas) qu’ils sont obligés de déposer en espèces auprès de l’Ayuntamiento. Quatre de ces changeurs (Francisco de San Pedro, Pedro de Monzón, Juan de La Haya et Fernando de Valladolid) durent déposer 3 000 ducats, somme considérable. Un encore 2 000 (Alonso Román), six 1 000, les autres de 500 à 800. Au cours des années suivantes, les garanties exigées furent moindres mais la liste de 1503 comportait encore vingt noms6.

  • 7 A.H.P.V., Leg. 39, fol. 51, 62, 102, 142, 160, 417, etc.
  • 8 A.M.V., Livres d'Actes : 22 avril 1552 et 1er mars 1557.

7Dans les années trente et quarante, les registres notariés nous fournissent les noms de plusieurs changeurs associés à diverses opérations de crédit. Au cours de la seule année 1539 par exemple, nous relevons les noms de Juan de Burgos, Juan de Palencia, Antonio de Lalo, Juan de Morales, Álvaro de Encinas, Francisco et Lope de Palenzuela7… Enfin, dans les années cinquante l’Ayuntamiento établit à plusieurs reprises la liste des agents de change autorisés (corredores de cambios del número). Ce sont les successeurs de nos changeurs de 1501 ou 1502. Ils sont quinze en 1552, et parmi eux, deux vecinos de Valladolid depuis vingt ou trente ans. En 1557 ils sont quatorze, sollicités chacun de déposer 2 000 ducats en garantie. Le titre qui leur est donné, corredores de cambios de ferias, affirme leur rôle dans les foires de Castille : on ne sera pas surpris de trouver parmi eux deux Génois, Barnabé et Galeote Centurion8.

  • 9 Voir par exemple l'inventaire de S. de Balboa : A.H.P.V., Leg. 14943 (année 1550), fol. 3 ; celui d (...)

8Les inventaires de biens après décès constituent a priori une source de premier ordre pour la connaissance de la richesse monétaire. Il ne convient cependant pas d’en surestimer la valeur. Il serait vain, par exemple, de prétendre établir le pourcentage des gens qui possédaient des espèces au moment de leur mort d’après ces documents. Certes les inventaires de biens des paysans de Villanubla en 1598 et 1599 donnent une telle impression de pauvreté que l’on n’est guère surpris de les voir totalement démunis, à une exception près, de toutes espèces sonnantes. Mais dans bien d’autres cas l’inventaire évoque l’aisance ou même la richesse : l’absence des espèces est alors suspecte et ne prouve rien. Nous partageons les soupçons de Pierre Goubert à l’égard des successions heureuses qui n’avouent pas la moindre piécette : telle à Cigales celle du laboureur Sebastián de Balboa, bien meublé, bien vêtu, possesseur d’une trentaine d’hectares de labours et de plusieurs vignes, de 4 charrues, 3 mules de labour, 70 ovins, d’une bonne cave. Prudence paysanne ? Oui, sans doute. Mais partagée souvent par des citadins : Nicolás Paz, le riche tripier ; le licencié Francisco Sánchez, chirurgien, ou, bien mieux, le licencié Abaunza, avocat à la Chancellerie, et le regidor de Valladolid, Juan Fernández de Salazar, dont la richesse est évidente9.

  • 10 A.H.N., Clero, Leg. 7856. Malheureusement le document ne permet pas d'établir la composition métall (...)
  • 11 A.H.P.V., Leg. 767, fol. ? Fin du registre.
  • 12 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1136.

9Les inventaires n’en sont pas moins précieux, car, en d’autres cas, ils démontrent l’abondance des espèces métalliques dans certaines successions. Cela est particulièrement vrai dans le cas des marchands : lorsque Luis Falaguer, négociant d’origine aragonaise installé à Valladolid, meurt en 1567 à la tête de plus de 10 millions de maravédis (dont 3 millions de créances à récupérer) il laisse 2 827 976 maravédis, plus du quart de cette belle fortune, en argent liquide10. Moindre est la richesse du « cirier » Antonio de Montoya qui possède cependant en 1598 2 512 257 maravédis, presque exactement le quart, en espèces. Et Antonio avait surtout thésaurisé le métal jaune : en valeur l’or représentait les cinq sixièmes de cette réserve métallique, soit 1 269 écus en pièces de 1, 2 ou 4 contre 3 millions et demi de réaux d’argent11. Moins fortunée une autre marchande, la veuve Jeanne d’Iniesta, décédée en 1599, est créditée de 352 604 maravédis dont 58 000 en espèces, 15 % environ, ce qui reste fort notable : en valeur l’or l’emporte sur l’argent, la proportion étant des trois cinquièmes12.

  • 13 A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1137 et Leg. 572, fol. 1385.

10Les successions des orfèvres laissent parfois apparaître aussi une réelle abondance des espèces, ce qui n’est pas si surprenant. Chez Cristóbal Remón, en 1551, le métal monnayé compte encore pour près d’un cinquième des biens. Ici l’argent domine : 1 895 réaux (64 430 maravédis), et 47 couronnes d’or (18 800 maravédis), comme il domine chez un autre orfèvre, plus modeste, Estacio de Melgar : 1 012 réaux, 31 couronnes, en tout 47 898 maravédis pour un total impossible à évaluer exactement mais inférieur à 400 000. Proportion encore notable des espèces, oscillant entre 13 et 15 % semble-t-il13.

  • 14 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 1104.
  • 15 A.H.P.V., Leg. 767, fol. 227.

11Les autres catégories socio-professionnelles faisaient, sauf exception, la part moins belle aux espèces métalliques mais celles-ci conservent une réelle présence : à la mort de Pedro de Peñafiel, le maraîcher, ses biens sont évalués à 199 436 maravédis ; dans cette somme comptent 203 ½ réaux, 6 919 maravédis, soit 3,5 %14. L’adjudicataire des boucheries, Juan de Toro, a en 1564, 6 743 000 maravédis dont 148 000 en monnaie, un peu plus de 2 %. Un autre adjudicataire, fermier des revenus d’évêchés et d’abbayes, Andrés Ramírez Mucientes, n’était riche, en 1597, que de 1 434 782 maravédis mais un coffre contenant 6 600 réaux d’argent constituait presque 16 % de ce capital. Voici la veuve d’un petit artisan ferronnier : elle n’avait, elle, que 40 réaux d’argent, un peu plus de 2 % de ses biens15.

  • 16 A.H.P.V., Leg. 574, fol. 787 et Leg. 38, fol. 155.

12Prolonger cette énumération déjà fastidieuse serait déplacé. Nous voulons indiquer encore cependant que le métal, sous sa forme monétaire, compte généralement peu dans les plus grosses fortunes connues grâce aux successions, celles des letrados, et probablement, à en juger par leurs fréquents emprunts, dans celles des grands nobles. Il est exceptionnel de rencontrer un personnage comme le licencié Hernando de Vallejo Alderete dont la fortune exacte n’est pas connue mais qui n’atteignait pas 2 millions et demi de maravédis : or ce licencié possédait plusieurs sacs pleins de réaux, plus de 9 600 et une trentaine d’écus d’or, soit 340 904 maravédis dont la presque totalité en métal blanc. Mais si le pourcentage des espèces métalliques dans ces fortunes est faible, la valeur absolue de celles-ci reste notable, voire élevée. Chez Cristóbal de Ocampo, chez le licencié Antonio Vaca, chez Pedro Enríquez, professeur de philosophie à l’Université, chez Inés de Quintana, veuve du licencié Ramiro de Soto, chez bien d’autres encore dont on nous pardonnera d’omettre les noms, la monnaie, d’argent surtout, ne compte que pour 1, 2, 3 % ou plus. Mais Cristóbal a cependant 184 500 maravédis en liquide, Antonio 76 000, Pedro plus de 44 000, Inés 18 à 19 000. A quoi bon davantage, puisqu’ils ne vivaient pas dans la marchandise ? C’eût été thésauriser sans raison. Alors que les rentes constituées assuraient des profits certains, offraient de solides garanties foncières. L’on s’étonne moins de voir thésauriser dans la mesure de leurs moyens le tailleur Gaspar Hernández, possesseur en 1587 de 42 ducats et d’un écu d’or, dè plus de 450 réaux d’argent ; ou plus encore le laboureur Hernando de Herrera qui, à sa mort en 1538, avait rassemblé 78 beaux doublons et 257 réaux, c’est-à-dire en monnaie de compte 65 895 maravédis, 16 % environ de sa fortune totale estimée à 450 417 maravédis, l’or valant dans ce trésor sept fois plus que l’argent16.

  • 17 Observation faite également à propos de Beauvais et le Beauvaisis par P. Goubert, op. cit., p. 139. (...)

13Nous n’avons pas accumulé les chiffres par l’effet de quelque sadisme. Il s’agissait seulement de rendre éclatante une réalité différente de celle que les travaux de MM. Doucet, Raveau, Meuvret nous découvrent pour la France du xvie siècle17. A Valladolid les inventaires signalant les espèces monétaires sont aussi nombreux que les autres, certains suspects, on l’a vu. Souvent les sommes ainsi enregistrées sont considérables, et pas seulement dans les successions issues de la marchandise. Il faudrait d’ailleurs dire que les espèces effectivement versées constituent une part notable des dots à côté du trousseau, des propriétés foncières, des rentes. Encore que cette part paraisse diminuer à la fin du siècle. Mais il s’agit là d’une simple impression. La « largesse » monétaire de la Castille, peut-être plus accusée à Valladolid que dans certaines autres villes, n’est pas un mythe.

14Est-il possible d’apprécier la part respective des divers métaux dans ces mouvements d’argent évoqués au milieu du siècle par le mémoire de l’Ayuntamiento ? L’analyse des paiements révélés par les registres notariés permet à ce sujet quelques remarques. Mais d’une valeur modeste, car il est assez rare que les actes livrent la composition exacte de la somme versée. On trouvera les indications recueillies dans le tableau de la page suivante.

  • 18 Ce tableau a été réalisé à l'aide d'observations faites à partir d'actes notariés qu'on peut retrou (...)

Rôle des diverses monnaies dans les paiements18

Rôle des diverses monnaies dans les paiements18

Abréviations : A : argent C : cuivre ou billon
O : or Mvs : maravédis

15Ces indications concernent, on le voit, trois périodes qui présentent un trait commun et quelques traits différents.

16D’une manière générale en effet lorsqu’il s’agit du paiement de sommes d’importance moyenne ou considérable la monnaie de billon (tarjas, blancas, quartos) ne joue qu’un rôle très accessoire. Elle ne sert qu’à assurer le complément nécessaire pour parvenir à la somme fixée en monnaie de compte. Dans deux cas seulement et les deux fois au cours de la première période (1526, 1533) la monnaie de billon constitue une part très importante ou la totalité du versement. Cette carence du billon, régulièrement absent des inventaires, ne doit pas cependant être considérée comme totale. Le billon jouait certainement un rôle actif dans la vie quotidienne et on rappellera que l’Hôtel des Monnaies de Valladolid commença sa carrière en frappant 12 000 marcs de billon, dont une partie destinée aux salaires des ouvriers qui travaillaient à la reconstruction de la ville.

17D’autre part l’or intervient sous les formes du ducat, voire du doublon, et de la couronne dans presque tous les paiements des années trente, concurremment avec l’argent selon des proportions variables mais toujours notables, parfois majoritaires.

18Dans les années 1543-1547, l’or paraît se raréfier et l’argent, sous les espèces du réal, devient le moyen de paiement essentiel. Toutefois, la situation est différente au cours de l’année 1548 : tous les paiements de cette année font appel à l’or, ou presque ; mieux, l’or en est l’élément principal, l’argent ne servant souvent qu’à compléter le versement.

19A la fin du siècle, l’or n’est plus guère utilisé dans les affaires courantes. Il nous faudrait de plus nombreuses références pour garantir l’autorité de cette notation : cependant, l’or n’apparaît qu’une fois dans le cas de paiements de sommes d’importance moyenne. En revanche il intervient dans les grosses affaires. Il s’agit alors de lourdes pièces : écus doubles ou quadruples valant 800 ou 1 600 maravédis. Pour autant que l’on puisse conclure, on doit, sauf cas d’année exceptionnelle comme 1548, enregistrer les progrès de l’argent comme instrument d’échange. La dévaluation du métal blanc par rapport au jaune a d’ailleurs pu encourager une thésaurisation de ce dernier métal. Ces résultats nous paraissent trop logiques pour ne pas être admis, provisoirement au moins, quoique les sondages effectués soient insuffisants.

II. — LE CRÉDIT : JUROS ET CENSOS

20Richement pourvue de métal précieux et monnayable (les ordonnances des changeurs évoquent d’ailleurs en 1549 les grandes quantités d’or et d’argent travaillées dans la ville) Valladolid fut aussi et surtout au xvie siècle un marché très important de valeurs mobihères : rentes d’État (juros), rentes constituées (censos), ces dernières gagées aussi bien d’ailleurs par la fortune foncière que par les revenus d’État mais pesant en dernière analyse sur les personnes, physiques ou morales. L’économie de Valladolid et le genre de vie de ses habitants seraient incompréhensibles sans une analyse approfondie de ces phénomènes. Une première démarche de l’esprit, sans doute, peut considérer comme aberrante notre conception qui fait des rentes sous toutes leurs formes un moyen de l’économie de cette ville au lieu de les envisager comme un produit, ce qu’en première analyse elles sont évidemment. Mais une seconde démarche doit, croyons-nous, autoriser notre interprétation : le service du crédit a été la source la plus fructueuse de la fortune vallisolétaine ; le capital déjà acquis à l’entrée du siècle et, plus encore, celui obtenu par les salaires des hauts fonctionnaires, des hauts magistrats, les produits des offices, les gains des artistes, les bénéfices de la propriété foncière, parfois relativement lointaine (en Campos, en Cerrato, par exemple) a permis l’exploitation de l’État grâce aux juros, celle de la haute aristocratie et de la paysannerie grâce aux censos. Les paiements annuels de ces rentes incroyablement nombreuses n’expliquent-ils pas, en dernier ressort, l’aisance monétaire déjà constatée ?

Les juros.

  • 19 A.G.S., Contaduría Mayor de Cuentas, primera época, Leg. 840, pour 1555 ; et Contaduría Mayor de Cu (...)

21Le portefeuille en rentes d’État de Valladolid n’a cessé de se gonfler en cours de siècle, suivant l’ascension des revenus royaux sur lesquels ces rentes étaient situées, pour reprendre la terminologie du temps. Au point de les absorber presque totalement. Ainsi, en 1555, les alcabalas payées par Valladolid et son territoire s’élèvent à 7 708 524 maravédis : la même année les juros payables sur ce revenu atteignent 7 050 638 maravédis. En 1597 Valladolid et sa terre paient pour le compte de l’alcabala 20 379 450 maravédis : or l’année précédente, les juros situés sur ces revenus s’élèvent à 19 612 623 maravédis. Ce qui revient à dire que les sommes payées théoriquement par la ville au Trésor royal sont en réalité réparties pour leur plus grande part entre un certain nombre de ses habitants19.

  • 20 A.G.S., Contadurías Generales, libro 2000.
  • 21 A.H.N., Clero, Leg. 7938.
  • 22 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1.
  • 23 A.H.P.V., Leg. 573, fol. 390.
  • 24 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 961
  • 25 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281.
  • 26 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 782.

22Il est vrai que certains de ces juros sont payables à des personnes ou à des collectivités étrangères à Valladolid. Les habitants de la ville, ses églises et ses couvents, ses confréries, détiennent cependant la plus grande partie de ces rentes, on le montrera. De plus les Vallisolétains possèdent quantité de juros situés sur les revenus royaux de villes ou de terres plus ou moins lointaines. Il a été malheureusement impossible d’en chiffrer le montant mais il est très élevé, sans aucun doute : ainsi le beau portefeuille de juros de Don Pedro Pimentel, marquis de Viana, vecino de Valladolid, contient surtout, à la fin du siècle, des titres gagés par les revenus royaux de Zamora, Toro, Salamanque, Madrid, etc. Les alcabalas de Valladolid ne fournissent annuellement au marquis que 70 000 maravédis sur les 375 545 procurés par ses juros20. De même le monastère hiéronymite de Nuestra Señora del Prado perçoit plus des trois quarts de ses juros sur les fermes royales de Burgos, Palencia, Campos, Olmedo, et surtout des puertos secos : 337 942 maravédis annuels contre 101 869 fournis par ceux de Valladolid21. Même chose encore pour le collège jésuite de San Ambrosio ; et tant de particuliers sont dans le même cas, ainsi le licencié Diego Núño de Valencia : plus de la moitié de ses quelque 150 000 maravédis de juros proviennent des alcabalas de Tordehumos et de Villalba22 ; ou Juan Gómez de Caballos qui attend chaque année 56 645 maravédis du servicio y montazgo23. Lorsque le licencié Fresno de Galdo, avocat à la Chancellerie, crée en 1599 pour son fils Bernar-dino un majorat il incorpore dans ce majorat des juros sur les alcabalas de Burgos qui s’élèvent à 346 440 maravédis24. Le professeur Pedro Enríquez a 37 500 maravédis sur les alcabalas de Madrid et Doña Inés de Quintana 29 250 sur ceux de Tordesillas25. Cette situation n’est pas particulière à la fin du siècle. Lorsqu’en 1540 s’effectue l’inventaire des biens du riche marchand Pedro Hernández de Portillo on inscrit à son actif 141 950 maravédis de juros annuels de provenances diverses (Burgos, Cervatos, Becerril, Najera, service de montazgo) ; le négociant n’a pas de juros sur les alcabalas de Valladolid et lorsqu’en 1550 son petit-fils augmente le majorat qu’il destine à son héritier le revenu annuel en juros, tous étrangers à Valladolid, atteint 206 950 maravédis26. Il est raisonnable de prétendre que le portefeuille de rentes d’État de Valladolid dépassait largement le montant des impôts payés par la ville au Trésor royal.

23Il est facile de suivre l’accroissement de la richesse en titres des communautés, très difficile d’observer ce même accroissement chez les particuliers car les titres changent alors de mains au gré des héritages. Les monastères, églises, confréries, hôpitaux de Valladolid voient ainsi leur avoir nominal quadrupler de 1505 à 1597 comme le prouve le court tableau suivant :

  • 27 Tableau composé, comme le suivant, grâce aux documents d'A.G.S. : Escribanía Mayor de Rentas, Leg. (...)

Rentes d’État des collectivités religieuses de Valladolid27 (en maravédis annuels)

Rentes d’État des collectivités religieuses de Valladolid27 (en maravédis annuels)

24Toutefois ce gonflement ne va pas sans une certaine dispersion. Seize communautés seulement figurent sur la liste des juros en 1505, vingt-huit en 1555, trente-trois en 1597. Il est donc normal que la période de plus fort accroissement de la richesse en valeurs d’État soit la première moitié du siècle. Il est vrai aussi que la répartition de ces juros entre les parties prenantes est très inégale comme le tableau ci-dessous en convaincra. Les collectivités les plus riches et les plus puissantes de Valladolid, sept dont trois monastères d’hommes (San Benito, San Pablo, Nuestra Señora del Prado), trois de femmes (Las Huelgas, Santa Clara, San Quirce) et l’hôpital de l’Esgueva, possèdent à elles seules beaucoup plus de la moitié des juros : 1 016 860 sur 1 695 602 en 1597. Un seul absent de marque dans cette distribution : le monastère de San Francisco. Voilà en tous cas signalée l’une des ressources importantes des monastères, agents fort actifs de la vie vallisolétaine, consommateurs notables, par exemple de riches étoffes, de livres et d’objets d’art. On n’oubliera pas en effet que les juros provenant d’autres villes sont majoritaires dans certains budgets (cas de Nuestra Señora del Prado).

Les rentes d’État (juros) des collectivités religieuses de Valladolid (Somme des juros perpetuos y al quitar, en maravédis)

Les rentes d’État (juros) des collectivités religieuses de Valladolid (Somme des juros perpetuos y al quitar, en maravédis)

N.B. — Il s’agit seulement ici des juros gagés par les alcabalas de Valladolid et de son territoire.

25La part des collectivités civiles est moins importante. Cependant le Président et les Auditeurs de la Chancellerie sont crédités d’une somme considérable qui dépasse le million de maravédis en 1597. L’Ayuntamiento de Valladolid, celui de Tudela et l’Université possèdent aussi des juros : 1 313 447 maravédis en 1597 : c’est dire que les collectivités religieuses et civiles de Valladolid perçoivent plus de 2 300 000 sur un total de 11 500 000 en 1567, plus de 3 millions sur 19 700 000 en fin de siècle.

26Mais c’est au crédit des particuliers que s’inscrivent surtout les juros. Les listes des Contadurías generales, notre source essentielle en la matière, manquent malheureusement de précision : il est assez rare qu’elles indiquent l’origine du titulaire de la rente. Nous avons pu cependant déterminer l’origine d’un assez grand nombre de ces titulaires : ainsi pour les années 1567-1569, les vecinos de Valladolid émargent pour 4 233 335 maravédis au moins au budget des juros de Valladolid. Collectivités et individus assurent dans l’hypothèse la plus défavorable plus de 6 500 000 maravédis sur les 11 700 000 distribués annuellement. En réalité la part de la ville était certainement supérieure car plusieurs des gens qui nous demeurent inconnus l’habitaient sans doute.

27Ce sont les grandes familles nobles et les letrados qui monopolisent les juros : les Pimentel, comtes de Benavente, marquis de Viana ou de Tavara, selon l’ordre de la naissance, dont les représentants ne perçoivent pas moins de 839 000 maravédis en 1567, les Santiesteban et les Guévara leurs alliés, les Baeza et les Zúñiga, les Daza, les Vivero, les Bravo de Lagunas, les de Soto, les Sarmiento, les Tovar, les Franco de Guzmán. La part des gens de finance ou de marchandise, tels les Espinosa, Benavente, López de Calatayud était infiniment moindre. Signalons parmi les importants titulaires de 1597 le célèbre médecin Luis de Mercado, crédité de 259 282 maravédis.

28Beaucoup de ces juros ont été acquis, il est vrai, mais d’autres sont le fruit de faveurs royales en échange de services rendus : ces derniers sont souvent perpétuels, les autres plus fréquemment rachetables (al quitar) ; la proportion des rentes rachetables n’a cessé de s’élever. L’intérêt, par contre, s’est abaissé : dans la première moitié du siècle ils sont souvent encore vendus au denier 14 (intérêt de 7,14 %). Par la suite le denier 20 s’impose (intérêt de 5 %).

Les censos.

29Quel qu’ait pu être le secours offert par les juros à la dépense des monastères, des églises, des couvents ou à celle de deux à trois centaines de familles (en 1597 les particuliers, titulaires de juros de Valladolid, étaient au nombre de 232), leur rôle dans l’économie castillane en général et dans celle de Valladolid en particulier fut bien loin d’approcher celui des rentes constituées (censos perpetuos o al quitar). Octroyé, le juro représentait une injection supplémentaire et régulière d’argent dans la ville. Acheté, il n’était que le revenu d’un emprunt accordé à la grande machine de l’État, généralement sans effet immédiat sur la vie de la région. Le censo fut tout autre chose : instrument de crédit essentiel au progrès agricole d’abord, puis détourné de cette destination première pour n’être plus que le moyen de l’oisiveté, la source de revenus alimentés par le travail paysan dont les bénéficiaires profitent pour abandonner les activités productrices ; instrument des hommes de loi et des letrados pour déposséder la grande noblesse de son patrimoine en lui consentant de considérables avances, seules capables de maintenir son fastueux train de vie. Valladolid fut, durant le xvie siècle, un des marchés les plus fréquentés d’Espagne par les gens avides de crédit. Paysans de Vieille Castille et hommes de confiance des grands seigneurs accourent chez ses notaires en quête des capitaux dont dispose la ville. Ainsi se préparait une mutation économique et sociale dont les résultats tragiques avaient été dès 1600 annoncés par le clairvoyant Martín de Cellorigo.

  • 28 Voir B. Bennassar, « Ventes de rentes en Vieille Castille dans la première moitié du xvie siècle », (...)

30Sans doute la fondation de rente (fundamento de censo) n’était-elle pas l’unique moyen de crédit dont disposaient les candidats à l’emprunt. Outre les lettres de change, instrument favori du grand commerce, les artisans, négociants, laboureurs, soucieux d’obtenir un crédit à court terme pouvaient se voir accorder un « prêt amical ». Nous avons eu l’occasion de montrer dans un article déjà ancien que ce genre de prêt était fort en usage dans la Valladolid du xvie siècle : les écrits des notaires prétendent qu’il s’agit pour le prêteur de « hacer honra y buena obra » à son emprunteur. N’en croyons rien bien sûr. Philippe Wolff, Paul Ourliac et Jean de Malafosse ont exposé avec une suffisante clarté qu’il s’agissait de prêts à intérêt camouflés pour tourner les interdictions canoniques. Les prêteurs d’ailleurs sont des spécialistes dont les noms reviennent souvent dans les registres : les changeurs et les notaires eux-mêmes. L’importance de ces opérations, à elle seule, prouve qu’il ne s’agissait pas de philanthropie : ainsi pendant la seule année 1543 le changeur Juan de Burgos consent au moins onze prêts d’un montant total de 575 000 maravédis. Vers la même époque un autre changeur, Juan de Palencia, effectue un assez grand nombre de prêts du même type : les marchands figurent fréquemment parmi les emprunteurs, ainsi Álvaro del Pino, Alonso de Aviles, Gonzalo de Las Cuevas, Francisco de Segovia. Il est très probable que les sommes prêtées ne provenaient pas seulement des capitaux des changeurs, ceux-ci recueillant les dépôts, parfois notables, de divers épargnants. Nous avons trouvé à diverses reprises trace de ces dépôts28.

  • 29 A.H.P.V., Leg. 569 et 570.

31Cependant, on l’a dit, il s’agit là d’un crédit à court terme qui ne pouvait satisfaire tous les besoins. Pour la masse de la population, pour les paysans, les artisans, les bourgeois et les nobles, l’instrument le plus courant du crédit à long terme fut la rente constituée : cette institution connue depuis le xviiie siècle prit au xvie un essor étonnant, dès les années vingt sans nul doute, plus encore dans les années trente : dans la deuxième moitié du siècle, elle fleurit avec une profusion inquiétante, tout en acquérant une grande souplesse et en prenant des formes nouvelles. Les contrats relatifs aux rentes tiennent une place grandissante dans les registres de notaires : ainsi les deux registres d’Alonso Pérez Cerón correspondant aux années 1582-1583 contiennent 800 actes dont 187 intéressent directement les rentes, sans parler des procurations données par les titulaires de censos à leurs fondés de pouvoir pour percevoir les annuités de ces rentes. Le pourcentage approche le quart (23,3 %)29.

  • 30 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 1102.

32Il ne paraît pas nécessaire de s’attarder à décrire un système déjà défini par d’autres auteurs : « moyen de mobilisation de la propriété foncière », a-t-on justement écrit, et Philippe Wolff précisait : « le propriétaire d’un fonds vend le droit de percevoir sur lui une rente annuelle en argent ou en nature et obtient ainsi la somme dont il a un besoin immédiat ». Nous avons eu l’occasion d’indiquer pour notre part qu’en Vieille Castille, une fois passé le premier tiers du siècle, disons vers 1535, la rente constituée est toujours rachetable et payable en argent ; auparavant elle était presque constamment stipulée en nature (blé), et le créancier pouvait refuser le rachat : il prévoyait même parfois, tel le rapace Pero López de Calatayud, une clause interdisant le rachat. Un paysan de Zaratán ayant prétendu, en 1553, racheter une rente vendue en 1511 à Juan López de Calatayud, il dut pour se libérer payer le double de la somme reçue 42 ans plus tôt, parce qu’à cette époque on ne connaissait que les censos perpetuos30. Désormais au contraire, le censo est dit perpetuo al quitar : perpétuel, transmissible aux héritiers du créancier, payable par ceux du débiteur… s’il n’est pas racheté. Les modifications intervenues vers 1535 faisaient du fundamento de censo un véritable instrument de crédit : intérêt fixe désormais, presque toujours au denier 14 (7,14 %), possibilité de rachat, stipulation en monnaie de compte, le tout à l’avantage du débiteur. Ces modifications intervenaient alors que les campagnes castillanes, sollicitées par une demande croissante et par la hausse des prix, appelaient les investissements afin d’étendre les zones cultivées et de développer les productions les plus rémunératrices. Ainsi se précise le premier rôle de la rente constituée : fomenter le crédit rural.

a) Les emprunteurs.

33Ce rôle a été bien tenu. Pendant longtemps les paysans propriétaires, les laboureurs furent les plus nombreux à visiter les notaires pour se procurer, par ce moyen, les crédits nécessaires. On peut d’ailleurs tenter de mesurer leur participation comparée à celle des autres classes sociales, mais il a paru préférable de limiter l’observation aux registres d’un seul notaire pour conserver à la série documentaire une entière homogénéité, les divers notaires recrutant souvent leurs clientèles dans des milieux différents. L’évolution des pourcentages en cours de siècle n’en prendra alors que plus de sens.

  • 31 Voir B. Bennassar, article cité. Le tableau suivant a été composé à l'aide des registres d'Antonio (...)

34Le notaire Antonio de Cigales offrait un bon exemple parce qu’il a poursuivi sa tâche pendant plus d’un demi-siècle, de 1526 à 1577, parce qu’importante son activité, et variée sa clientèle. Le tableau ci-dessous rassemble les chiffres établis après étude de ces registres31.

Les vendeurs de rentes (emprunteurs) de 1526 A 1577

Les vendeurs de rentes (emprunteurs) de 1526 A 1577
  • 32 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 228.
  • 33 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 22.
  • 34 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 170.
  • 35 A.H.P.V., Leg. 80 et 81.

35Ainsi la participation paysanne, largement majoritaire dans la première moitié du siècle, diminue ensuite sans jamais devenir négligeable. Il est difficile de ne pas établir une relation entre l’intérêt manifesté par les paysans pour le crédit et les besoins de l’agriculture déjà évoqués plus haut. Il est possible de montrer d’ailleurs que les sommes ainsi obtenues par les paysans ont parfois été réemployées presque aussitôt dans l’achat de terres ou la transformation de celles-ci : nous en avions déjà donné deux exemples pour les années 1533 et 1544, l’emprunt étant suivi de l’achat d’une ribera ou d’une vigne. On en peut citer d’autres : Gómez et Sebastián de Pesquera, « laboureurs », achètent une propriété importante de 80 aranzadas de vignes au monastère de Belén ; ils paient comptant 120 ducats et, pour le solde (200 ducats), vendent au monastère une rente annuelle rachetable de 5 357 maravédis32. Tel Francisco de Bermeo achète une vigne de 15 aranzadas pour 60 000 maravédis : pour se procurer l’argent qui lui manque presque totalement il vend pour 56 000 maravédis une rente annuelle de 4 00033. Un maraîcher précise que la somme reçue va être convertie en terres34. Jusqu’en 1560, au moins, l’emploi de tels procédés a dû être fréquent et le système a joui d’une large diffusion. Dans les années cinquante, par exemple, les gens de Tudela en ont fait grand usage, comme le montrent les registres des notaires de ce bourg qui disposait de capitaux notables35.

  • 36 M. Bernard Schnapper a fait la même constatation pour la France dans son ouvrage : Les Rentes au xv (...)
  • 37 A.H.P.V., Leg. 70 et 71.
  • 38 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 839.
  • 39 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 843 et 1179.

36Le fléchissement de la demande paysanne de crédit après 1550 est d’abord un fléchissement relatif et indique la découverte et l’utilisation progressives d’un instrument de crédit par d’autres catégories sociales36. Il est également absolu, après 1560 : il peut signifier l’avènement de temps difficiles pour la paysannerie castillane. La reprise très marquée des années 1576-1577 n’est pas un signe contraire, il s’en faut : elle correspond en fait aux années catastrophiques 1574-1576. Les paysans n’empruntent plus pour développer leurs cultures, pour acheter de la terre mais pour faire face à leurs obligations, pour acheter du blé afin de semer ou, plus simplement, de manger. Aux individus se substituent souvent les municipalités villageoises qui avouent explicitement la raison de leur emprunt : la misère provoquée par la stérilité des années précédentes. Ainsi le Conseil de Ciguñuela, celui de Villalar37. Chez un autre notaire on trouve mention de la vente d’une rente semblable par le Conseil de San Cebrián de Mazote, le 28 janvier 1575, le village parvenant à la racheter en 158538. En 1574 vingt-huit habitants de Castronuevo s’étaient groupés pour vendre une rente, sous l’empire de la même nécessité, et en février 1575 le village de Wamba agit de même. En 1575 c’est le tour du Conseil de la ville de Palencia, plus tard, en 1582, celui de Sardón et de Renedo « por la gran necesidad que ay de pan »39. L’importance des emprunts mesurée à celle des villages (375 000 maravédis pour Ciguñuela, autant pour Villalar ; 262 500 pour San Cebrián ; 75 000 pour Sardón et Renedo) dit assez leur détresse mais aussi leur volonté de faire face : Ciguñuela et Renedo entendent construire et remplir un magasin à blé.

37Les sommes demandées par les paysans, souvent modestes en valeur absolue (de 7 000 à 42 000 maravédis généralement), sont importantes si l’on considère les ressources moyennes d’un artisan ou d’un travailleur agricole. Ces sommes représentent les gages d’un tailleur de vignes durant six mois à deux ans vers 1550 ; or le podador est déjà un travailleur spécialisé. Ces emprunts supposent une rente annuelle équivalant le plus souvent à un ou deux mois des gages d’un tel ouvrier. Ils n’étaient donc accessibles qu’aux petits propriétaires, élément moteur de la paysannerie castillane.

  • 40 A.H.P.V., Leg. 58, fol. 491.
  • 41 A.H.P.V., Leg. 48, fol. 701.
  • 42 A.H.P.V., Leg. 52, fol. 127.

38Mais malheur aux paysans qui n’ont pas su profiter des bonnes années pour racheter les rentes ! Certains y sont parvenus sans doute, totalement ou partiellement car beaucoup de créanciers n’ont pas exigé le strict respect de la clause obligeant l’emprunteur à effectuer le rachat en une seule fois. Ainsi Pedro de Portillo et Hernando de Uestares, vecinos de Tudela, rachètent dès 1553 la moitié d’une rente de 1 000 maravédis (capital 14 000), vendue en 1552 au bachelier Cristóbal de La Quadra, puis se libèrent définitivement en mai 156240. Juan de Valencia, habitant de Cigales, rachète en février 1550 une partie de la rente vendue en septembre 1548 : il verse 17 000 maravédis alors qu’il en avait reçu 42 000. S’est-il libéré totalement par la suite ? Nous l’ignorons41. Le « laboureur » Juan Domínguez, lui, rembourse d’un coup en février 1555 les 21 000 maravédis reçus en mars 154542On a déjà vu que le village de San Cebrián s’était libéré lui aussi en 1585, dix ans après l’emprunt : c’est d’ailleurs dans les années quatre-vingt que les rachats paraissent les plus nombreux, plus fréquents alors que les renouvellements mais beaucoup moins cependant que les constitutions de rentes nouvelles, ce qui signifie que la dette et son service continuent à s’accroître.

39Après une mauvaise récolte, la charge de l’intérêt devient lourde, le paysan éprouve de la peine à payer, parfois n’y parvient pas, s’endette : il doit vendre une nouvelle rente ou même vendre des terres. Le fundamento de censo, instrument de progrès en conjoncture favorable, devient le moyen d’une régression sociale en conjoncture défavorable.

40Les inventaires de biens après décès témoignent des difficultés paysannes : ils signalent en effet les arrérages de rentes dus aux défunts, les reconnaissances de dettes signées par les retardataires en leur faveur, ces arriérés atteignant parfois un niveau élevé. Fréquents témoignages ! Lorsque la veuve Juana López meurt en 1534, elle possède 59 titres de rentes et les arrérages représentent presque la valeur d’une année de revenus ; en 1540 un paysan de Castronuño doit à Pero Hernández de Portillo plus de six annuités. L’issue est fatale : les documents nous donnent quelques exemples de ces dénouements.

  • 43 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 888.
  • 44 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 337.
  • 45 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 79.

41Le bachelier Cristóbal de La Quadra meurt en 1561 à la tête de très nombreuses rentes : il n’a pas moins de 103 débiteurs dont la plupart sont des laboureurs. Certains, nous apprend le document, vont être ejecutados par ses héritiers, l’église de la Madeleine et l’hôpital de l’Esgueva. C’est-à-dire saisis : ils vont perdre leurs terres ou leurs maisons parce qu’ils ne peuvent plus payer43. Déjà en 1550 les Gobernado, de Fuensaldaña, avaient dû vendre une terre pour racheter une partie de la rente qu’ils avaient vendue au bachelier et pour lui régler l’arriéré44. De même, en 1573, Alonso et Juan de Palencia, fils de Juan de Palencia, laboureur, doivent vendre une terre pour acquitter les arrérages dus par leur père à la Confrérie de l’église San Juan. En 1594, plusieurs habitants de Villanubla sont saisis pour n’avoir pas payé les intérêts de rentes vendues en 157945. Exemples isolés, sans doute, mais nous n’avons pas vu, il s’en faut, tous les registres notariaux et nous savons par les renouvellements de contrats que la menace pèse toujours sur la paysannerie à la veille des terribles années de la fin du siècle : en 1594, 1595, plusieurs vecinos de Villanubla continuent à payer pour des sommes reçues en 1561, en 1566 et dont sans doute il ne reste plus trace.

  • 46 A.H.P.V., Leg. 59, fol. 849 et 1184 ; Leg. 60, fol. 890.

42Les censos n’ont pas seulement joué le rôle de crédit rural. Mais celui aussi, par exemple, de crédit immobilier. Sait-on pourquoi le pourcentage des artisans utilisateurs de censos augmente très sensiblement au cours de la décennie 1561-1570 ? Parce que le départ de la Cour a valu aux artisans de réelles difficultés d’adaptation ? Peut-être. Mais surtout parce que beaucoup, des orfèvres notamment, empruntent pour reconstruire leur maison après le grand incendie qui a détruit complètement la Platería. Telle est l’origine de plusieurs des contrats des années 1563 et 1564 selon la lettre même de ces contrats : on comprend mieux alors que durant ces deux années les artisans emprunteurs soient 24 pour 6 paysans seulement46 !

  • 47 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 185.

43Il ne faut pas négliger davantage l’utilisation croissante du censo par les letrados, les gens de justice, les officiers. Il ne s’agit plus alors de planter. Il s’agit parfois encore de bâtir. Mais aussi d’acheter un office : de notaire (escribano), d’avoué à la Chancellerie (procurador de causas). Ainsi en 1544 Lope Amado achète à Ana Vázquez l’office de procurador de causas qui appartenait à son mari pour 500 ducats : il paie comptant 100 ducats et fonde pour les 400 ducats restants une rente annuelle de 10 714 maravédis (au denier 14 par conséquent), gagée par une maison et par une rente dont il est lui-même possesseur47. On verra de même plus tard les emprunteurs garantir leur solvabilité par des juros : le censo, ainsi, ne mobilise plus seulement la propriété foncière, il utilise également les valeurs mobilières, il est d’un maniement toujours plus souple. Les municipalités s’en servent aux fins les plus diverses : celle de Tudela pour faire une avance à l’adjudicataire des boucheries, celle de Villabáñez pour loger et nourrir les hommes d’armes établis dans le village, devenus menaçants faute d’avoir perçu leur solde. Enfin celle de Valladolid vend des rentes pour régler le déficit de la halle aux blés, des boucheries, pour payer les fêtes les plus somptueuses… Quant à l’usage du censo al quitar par la noblesse, il fut d’une telle importance qu’il méritera une analyse particulière. Il ne s’agit plus alors de sommes modestes : il ne peut s’agir de prêteurs ordinaires.

b) Les prêteurs.

44Précisément quels sont ces prêteurs ?

  • 48 A.H.P.V., Leg. 62, fol. 1197.

45Ils se répartissent surtout en trois catégories : gens d’Église, collectivités (églises, monastères, confréries, hôpitaux), bourgeoisie des letrados et des gens de justice. Les veuves, nombreuses elles aussi à acheter des rentes, appartiennent souvent à la dernière de ces catégories, parce qu’épouses, jadis, de quelque licencié, avoué ou notaire. Si l’on admet cette appartenance 215 achats sur les 293 relevés dans les registres d’Antonio de Cigales entre 1553 et 1577 furent effectués par des gens issus de ces trois catégories. On trouve dans ces milieux de véritables collectionneurs de rentes : les prêtres tels Francisco Sánchez, bénéficier de La Antigua, Pedro de Tapia, et surtout Cristóbal de La Quadra, ce dernier possesseur, on le sait, de 103 titres à sa mort, représentant plus d’un million de maravédis en capital ; l’avoué Diego de Alfaro qui s’était assuré un revenu annuel de 82 500 maravédis ; l’huissier Marcial de Valdés, le licencié Diego Flórez de Carpio, etc.48.

  • 49 A.H.P.V., Leg. 768, fol. 2132.
  • 50 A.H.P.V., opérations dispersées dans les legajos 59 à 72.

46Cependant l’investissement sous forme de censos a tenté bien d’autres épargnants : les artistes, ainsi deux des plus grands : Alonso Berruguete, acheteur de 9 petites rentes d’avril 1529 à janvier 1530, et Estéban Jordán, qui incorpora une importante rente de 26 786 maravédis dans le majorat qu’il fonda en 1598 pour sa fille Madeleine49 ; les artisans : au premier rang d’entre eux comment ne pas citer le peaussier Pedro Gutiérrez, un personnage remarquable dont il faudra longuement reparler. De 1564 à 1577 il a acheté 21 rentes, certaines fort importantes, investissant quelque 13 000 ducats, ce qui au taux habituel de 7,14 % lui procurait un revenu annuel de 362 000 maravédis, bien supérieur à celui de Cristóbal de La Quadra malgré ses 103 rentes50 ; les marchands comme le richissime Pero Hernández de Portillo ; les gens de finance, tel Pero López de Calatayud ; et les laboureurs eux-mêmes : dans les années 1565 à 1568 Hernando de Urueña, laboureur, effectue d’assez nombreux achats de petites rentes à des artisans, des charretiers, d’autres paysans. Son inventaire, dressé en 1574, fit apparaître quinze titres de rentes dont le revenu était de 15 000 maravédis environ. Nous soupçonnons même Hernando d’avoir vendu quelques terres pour acheter des rentes. L’idéal de la rente s’emparant de la paysannerie aisée ? Sans doute. Car nous commettions une erreur lorsque, il y a quelques années, nous accusions les acheteurs de rentes de viser les terres sur lesquelles se fondaient ces rentes. Leur seul souci était la rente : faciles profits, instrument négociable, pour l’immédiat du moins ! Mais lendemains dramatiques. Voilà un problème si essentiel à l’explication du xviie siècle espagnol et de ses tragédies que nous voudrions en faire la conclusion de ce livre.

c) L’aristocratie à l’épreuve.

47Les livres d’Antonio de Cigales pourraient laisser croire que la haute noblesse resta à l’écart du système. L’erreur serait majeure. L’aristocratie, à vrai dire, ne fréquentait guère chez Cigales. Le recours à d’autres registres qui nous livrent contrats de rentes et inventaires permet de rétablir la vérité.

48Vérité d’importance : dans les vingt dernières années du siècle l’endettement de la haute noblesse à l’égard des letrados par l’intermédiaire des rentes constituées devient catastrophique. Les letrados, on le sait, sont en nombre et en force à Valladolid. Par eux les grands nobles sont les débiteurs de la ville.

49Voici quelques-uns des plus grands noms d’Espagne : ducs d’Albu-querque, d’Osuna, de Béjar ; comtes de Benavente, d’Olivares, de Miranda, de Monterrey, d’Osorno, de Lemos, de Salinas, de Ribadavía ; marquis de Santa Cruz, d’Aguilar, d’Aguilafuente, d’Astorga, d’Alma-zán, de Poza, de Viana, de Tavara, de Frómista… Voici l’Amiral de Castille. Sur leurs fortunes, sur leurs revenus, fonciers ou mobiliers, s’opère chaque année un prélèvement considérable au bénéfice des letrados dont, aux premières loges, ceux de Valladolid. Pourquoi ces grands seigneurs ont-ils eu recours à des emprunts, emprunts massifs on le verra ? Parce que la hausse des prix dévalue ceux de leurs revenus qui sont fixes. Pour payer leurs procès, ainsi le duc d’Albuquerque en 1597 ; pour fournir à Sa Majesté 20 ou 40 lances, tels le comte de Monterrey et le marquis d’Aguilar en cette même année ; pour payer au roi d’importants arrérages d’alcabalas comme le comte d’Olivares en 1581 ; pour constituer la fabuleuse dot de 45 000 ducats offerte à sa fille, Doña María Pimentel, par le comte de Benavente à l’occasion de son mariage avec Don Fadrique de Toledo, héritier du duc d’Albe en 1581. En bref, pour maintenir, malgré les menaces du temps, un train de vie superbe.

50Mais ces opulents patrimoines résistent mal à de telles ponctions. En 1596, les biens du comte de Lemos sont hypothéqués jusqu’à 63 000 ducats. Et ce sont 20 500 000 maravédis, près de 55 000 ducats, que le comte d’Olivares reçoit l’autorisation d’emprunter sur son majorat en 1581.

51Seuls des gens déjà riches pouvaient avancer aux aristocrates les sommes énormes dont ils avaient besoin : il s’agit cette fois de plusieurs centaines de milliers de maravédis, voire d’un ou deux millions à verser d’un coup. A Valladolid seuls les gens de la Chancellerie (avocats ou docteurs), des banquiers comme Fabio Nelli de Espinosa, quelques marchands comme Marcos de Paz, quelques letrados tel Pedro Enriquez, quelques collectivités enfin étaient capables de le faire.

  • 51 Inventaires de biens, constitutions et « réductions » de rentes ont permis la confection de ce tabl (...)

52Nous avons essayé d’exprimer par un tableau l’endettement des grands seigneurs à l’égard des gens de Valladolid. Ce tableau est bien loin d’être exhaustif : nous avons volontairement laissé de côté quelques aristocrates à propos desquels nos documents manquaient de précision. Et il est bien évident que d’autres documents nous ont échappé : ainsi n’avons-nous pas examiné tous les registres notariaux de la fin du siècle : pour un seul individu, la tâche était trop lourde51.

L’endettement de la haute noblesse envers Valladolid

L’endettement de la haute noblesse envers Valladolid

N.B. — Ce tableau a été composé à l’aide des registres notariaux nos 567, 568, 569, 570, 571, 577 ; 438. 439, 440 et 883 ; 767.

53Ce tableau offre quelques certitudes et pose quelques questions. Certitude : des communautés religieuses, gens de justice et letrados, banque, voire marchandise, tirent de la haute noblesse une rente annuelle de plusieurs millions de maravédis. Ressource à laquelle s’ajoutent les revenus perçus par le même moyen sur les campagnes, parfois sur les municipalités des villes : l’endettement des unes et des autres à l’égard des riches classes urbaines est considérable à la fin du siècle. Il ne s’agit pas seulement d’individus, mais de collectivités dont les emprunts sont gagés à la fois par les biens communaux et par les propriétés privées : Conseils de Palencia, d’Aranda de Duero, de Villalar, de Villavaquerín, de Ciguñuela, de Renedo, de Sardón, des groupes d’habitants de Castronuevo et de Zaratán figurent parmi les débiteurs. Et les créanciers sont souvent les mêmes : pour un artisan enrichi comme Pedro Gutiérrez, combien de « licenciés » ! Il est bien vrai que le métier des lettres est alors avec celui des armes l’un des deux grands moyens de conquérir la fortune en cette rare Espagne.

54D’autre part on aura retrouvé, prêteurs de comtes et de ducs, plusieurs fois les mêmes hommes : les licenciés Ortiz de Barrio Nuevo, Álvarez de Soto, Ñuño de Valencia, le doctor Enríquez. Pour ceux-ci, il s’agit de grosses sommes. Mais ne leur convient-il pas de convertir l’essentiel de leur fortune en rentes ?

55Les questions procèdent des variations du taux de l’intérêt révélées par le tableau. L’intérêt n’est plus uniformément de 7,14 % (denier 14). Il peut être beaucoup plus élevé, jusqu’à 16,66 % (denier 6) ! Ou beaucoup plus bas : 5,55 % (denier 18). L’explication de ces variations démontrera la prodigieuse souplesse acquise par ce grand instrument de crédit que fut le fundamento de censo.

  • 52 Par exemple A.H.P.V., Leg. 569, fol. 1119.
  • 53 A.H.P.V., Leg. 570, fol. 1007.

56L’apparition de taux d’intérêt très élevés signale l’avènement des rentes viagères (censos de por vida) qui se développent beaucoup dans la deuxième moitié du siècle. Toutes les rentes aux deniers 5, 6, 7, 8 sont des rentes à vie. Elles étaient assurées du succès chez un peuple qui aime le jeu : la rente à vie est un pari macabre. Généralement elle est payable durant la vie du créancier par l’emprunteur et, éventuellement, ses héritiers52. Mais la rente peut aussi être payable pour deux vies (censo de dos vidas) : ainsi en octobre 1583 Pedro Francisco Gutiérrez, marchand de Valladolid, achète à Pedro de Herrera, sa fille et son gendre, habitants de Mucientes, une rente de 5 357 maravédis pour un versement de 37 500 (denier 7) : rente payable chaque année la vie durant de Beatriz Gutiérrez et Francisca Gutiérrez, femme et fille de Francisco. Celui-ci prend, en quelque sorte, une assurance pour procurer un revenu régulier à sa femme et à sa fille53. On voit par cet exemple que la rente viagère fut utilisée dans tous les milieux, ce qui n’est pas surprenant. Mais l’aristocratie en a fait grand usage, comme d’ailleurs le prouve le tableau. Les rentes pour deux vies sont généralement conclues aux deniers 7 et 8, la rente pour une vie aux deniers 5 et 6. L’âge de l’acheteur intervenait-il ? Sans doute.

  • 54 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 1537.

57De plus il arrive, assez rarement cependant, que la rente soit payable durant la vie du débiteur et devienne caduque dès sa mort : ainsi en allait-il de la rente de 100 000 maravédis achetée pour 600 000 (denier 6) par le licencié Juan Boccalan au comte de Benavente : payable « durante la vida e días del dicho Conde e no más tiempo ». Bien entendu, dans ce cas, la rente est due, le cas échéant, aux héritiers du créancier54.

58Les taux d’intérêt bas (deniers 15, 16, 17, 18, 20) réclament une explication différente. L’endettement de l’aristocratie atteint dans le dernier quart de siècle des proportions si catastrophiques que la monarchie, soucieuse de sauver la noblesse, de préserver son patrimoine, décide les crecimientos de censos, expression que nous traduisons paradoxalement par réduction de rente. Mais ces réductions ne sont possibles qu’après octroi d’une provision ou cédule particulière à chaque famille : les comtes de Benavente et d’Olivares par exemple l’ont obtenue dès 1580 ou 1581 (le 9 janvier 1581 pour le comte d’Olivares), le comte de Lemos en 1596 seulement (le 2 octobre), mais de nombreux autres grands seigneurs ont profité de la mesure : les ducs d’Albuquerque, de Béjar ; les comtes d’Osorno, de Monterrey ; les marquis de Viana, d’Aguilafuente, beaucoup d’autres sans doute. Les villes, comme celle de Valladolid, en profitèrent aussi. Mais la mesure est bien sanitaire : elle ne protège que les organismes malades. Simultanément, l’achat de rentes portant l’intérêt habituel de 7,14 % continue pour le vulgaire.

  • 55 A.H.P.V., Leg. 883, fol. 321.
  • 56 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 1333 et Leg. 568, fol. 1792
  • 57 A.H.P.V., Leg. 570 et 571.

59Le processus de la réduction est simple. Le titulaire de la rente accepte une transformation du contrat (du denier 14 au denier 16, 17 ou 18 généralement ; du denier 6 au denier 7 ou 8 s’il s’agit d’une rente à vie) et un abaissement de son revenu annuel : ainsi en 1583 le banquier Fabio Nelli accepte de ne plus recevoir du duc d’Osuna que 157 200 maravédis au lieu de 180 000 pour une rente qu’il avait achetée en 1579, remplaçant le denier 8 par le denier 755. Si le créancier refuse, le débiteur se libère en lui rachetant la rente : il se procure l’argent nécessaire en vendant de nouvelles rentes au taux le plus favorable, le denier 16 généralement, parfois le 17 ou le 18, le privilège royal autorisant même le denier 20 s’il se trouve bailleur de fonds à ce prix56. Les documents montrent que les grands nobles ont réussi à opérer cette avantageuse réduction, telle était la demande de rentes. Les registres notariaux montrent nombre de ces réductions. Considérons par exemple les livres d’Alonso Pérez Ceron en 1582 et 158357.

60Philippe II est donc parvenu à diminuer la lourde charge qui pesait sur sa noblesse, détournait ses revenus. Rémission trop provisoire. Au cours des vingt dernières années du siècle, ducs, comtes, marquis pratiquent toujours l’appel à l’emprunt. Ainsi s’oriente vers le patriciat, et celui de Valladolid notamment, une part notable des revenus des grands domaines seigneuriaux comme déjà se détournait vers lui une part du produit agricole ; comme encore, grâce aux juros, une importante fraction des revenus de l’État.

Les réductions de rentes en 1582-1583

Les réductions de rentes en 1582-1583
  • 58 F. Braudel, op. cit., p. 619 et suiv.
  • 59 Martín González de Cellorigo, Memorial de la política necesaria y útil restauración de España, Vall (...)

61Phénomène capitaliste sans doute. Mais ce capitalisme est sans grandeur et sans dynamisme, qui exploite bien plus la richesse créée qu’il n’en crée de nouvelle. Trahison de la bourgeoisie, écrivait Fernand Braudel58. Inconsciente à demi, ajoutait-il, car il n’y a pas encore de classe bourgeoise évidente à elle-même. C’est bien cela. Mais, ce faisant, la bourgeoisie castillane prépare ses tragiques destins : elle s’en remet à la fortune de l’État, à celle de l’agriculture. Elle est donc à leur merci. L’édifice de la rente manque de fondements solides. Cellorigo annonçait dès 1600 son effondrement59.

62Voici pour les lendemains. Mais à l’heure du xvie siècle, l’appel à la rente par le juro ou par le censo crée, avec un revenu régulier garanti par la fortune foncière ou par le produit fiscal, les conditions idéales d’une économie de consommation dans une ville où les classes dominantes ne pensent jamais en termes de production ni même en termes d’échanges.

Notes

1 A.G.S., Contadurías Generales, libro 826.

2 A.G.S., ibid.

3 Pour tout ce qui précède, voir A.M.V., Livres d'Actes à la date indiquée.

4 A.G.S.,Contadurías Generales, libro 826.

5 A.M.V., Livres d'Actes : 1er octobre 1568.

6 A.M.V., Livres d'Actes, nos 1 et 2.

7 A.H.P.V., Leg. 39, fol. 51, 62, 102, 142, 160, 417, etc.

8 A.M.V., Livres d'Actes : 22 avril 1552 et 1er mars 1557.

9 Voir par exemple l'inventaire de S. de Balboa : A.H.P.V., Leg. 14943 (année 1550), fol. 3 ; celui de Juan Fernández de Salazar : A.H.P.V., Leg. 570, fol. 1547.

10 A.H.N., Clero, Leg. 7856. Malheureusement le document ne permet pas d'établir la composition métallique de cette fortune.

11 A.H.P.V., Leg. 767, fol. ? Fin du registre.

12 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1136.

13 A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1137 et Leg. 572, fol. 1385.

14 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 1104.

15 A.H.P.V., Leg. 767, fol. 227.

16 A.H.P.V., Leg. 574, fol. 787 et Leg. 38, fol. 155.

17 Observation faite également à propos de Beauvais et le Beauvaisis par P. Goubert, op. cit., p. 139. Il va sans dire que nous ne pouvons considérer cette « largesse » comme un signe favorable. Elle est plutôt témoignage de stérile thésaurisation.

18 Ce tableau a été réalisé à l'aide d'observations faites à partir d'actes notariés qu'on peut retrouver en suivant la chronologie dans les registres nos 29, 33, 35, 36, 37. 38. 39, 41. 42, 43, 44, 45, 46, etc. Également pour la dernière période, 567, 569, 572, 575.

19 A.G.S., Contaduría Mayor de Cuentas, primera época, Leg. 840, pour 1555 ; et Contaduría Mayor de Cuentas, segunda época, Leg. 187 pour 1597.

20 A.G.S., Contadurías Generales, libro 2000.

21 A.H.N., Clero, Leg. 7938.

22 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1.

23 A.H.P.V., Leg. 573, fol. 390.

24 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 961

25 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281.

26 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 782.

27 Tableau composé, comme le suivant, grâce aux documents d'A.G.S. : Escribanía Mayor de Rentas, Leg. 498 (année 1505) ; Contaduría Mayor de Cuentas, primera época, Leg 840 (année 1555) ; Contaduría Mayor de Cuentas, segunda época (années 1567 et 1597).

28 Voir B. Bennassar, « Ventes de rentes en Vieille Castille dans la première moitié du xvie siècle », Annales, E.S.C., nov.-déc. 1960, p. 1115-1126. Voir aussi A.H.P.V., Leg. 42, fol. 48 et 163 ; Leg. 46, fol. 637.

29 A.H.P.V., Leg. 569 et 570.

30 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 1102.

31 Voir B. Bennassar, article cité. Le tableau suivant a été composé à l'aide des registres d'Antonio de Cigales : A.H.P.V., Leg. 35 à 71.

32 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 228.

33 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 22.

34 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 170.

35 A.H.P.V., Leg. 80 et 81.

36 M. Bernard Schnapper a fait la même constatation pour la France dans son ouvrage : Les Rentes au xvie siècle. Histoire d'un instrument de crédit, Paris, 1957.

37 A.H.P.V., Leg. 70 et 71.

38 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 839.

39 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 843 et 1179.

40 A.H.P.V., Leg. 58, fol. 491.

41 A.H.P.V., Leg. 48, fol. 701.

42 A.H.P.V., Leg. 52, fol. 127.

43 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 888.

44 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 337.

45 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 79.

46 A.H.P.V., Leg. 59, fol. 849 et 1184 ; Leg. 60, fol. 890.

47 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 185.

48 A.H.P.V., Leg. 62, fol. 1197.

49 A.H.P.V., Leg. 768, fol. 2132.

50 A.H.P.V., opérations dispersées dans les legajos 59 à 72.

51 Inventaires de biens, constitutions et « réductions » de rentes ont permis la confection de ce tableau.

52 Par exemple A.H.P.V., Leg. 569, fol. 1119.

53 A.H.P.V., Leg. 570, fol. 1007.

54 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 1537.

55 A.H.P.V., Leg. 883, fol. 321.

56 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 1333 et Leg. 568, fol. 1792

57 A.H.P.V., Leg. 570 et 571.

58 F. Braudel, op. cit., p. 619 et suiv.

59 Martín González de Cellorigo, Memorial de la política necesaria y útil restauración de España, Valladolid, 1600. C'est tout le traité qu'il faut lire.

Table des illustrations

Titre Rôle des diverses monnaies dans les paiements18
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Abréviations : A : argent C : cuivre ou billonO : or Mvs : maravédis
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Rentes d’État des collectivités religieuses de Valladolid27 (en maravédis annuels)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Les rentes d’État (juros) des collectivités religieuses de Valladolid (Somme des juros perpetuos y al quitar, en maravédis)
Légende N.B. — Il s’agit seulement ici des juros gagés par les alcabalas de Valladolid et de son territoire.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Les vendeurs de rentes (emprunteurs) de 1526 A 1577
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/254/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre L’endettement de la haute noblesse envers Valladolid
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/254/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/254/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende N.B. — Ce tableau a été composé à l’aide des registres notariaux nos 567, 568, 569, 570, 571, 577 ; 438. 439, 440 et 883 ; 767.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/254/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Les réductions de rentes en 1582-1583
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/254/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540