Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre II. L'économie et ses rythmes

Chapitre II. Les moyens de l’économie : main-d’œuvre et technique

Texte intégral

1Une augmentation de la production nécessaire, semble-t-il, à la santé de l’économie castillane, pour répondre à une population croissante, à une abondance nouvelle de signes monétaires, à une demande encore accrue par l’ouverture de nouveaux marchés, n’était possible que par l’emploi d’une main-d’œuvre plus nombreuse ou par une amélioration des rendements, fruit d’améliorations techniques. En quels termes se sont posés ces problèmes à Valladolid ?

I. — LA MAIN-D’ŒUVRE

2Les considérations développées dans le chapitre précédent à propos de la population active suggèrent l’idée d’une structure sociale mal disposée à une augmentation de la production puisque proposant une main-d’œuvre peu nombreuse. Effectivement, l’agriculture et l’industrie vallisolétaines ont dû faire face à des problèmes de main-d’œuvre souvent difficiles et de nature parfois contraire.

Insuffisance et excès de main-d’œuvre.

3L’essor démographique de la ville et de la campagne, évident quoique modéré jusqu’à la veille de 1560, aurait dû pourtant favoriser un développement des activités productrices. En réalité, les choses se présentèrent d’une manière beaucoup moins simple.

  • 1 Ramón Carande avait déjà attiré l'attention des historiens sur l'insuffisance numérique et techniqu (...)
  • 2 Cf. infra, livre II, chap. v, p. 318-320.

4Ainsi, pendant la grande période de Valladolid, disons de 1540 à 1560, l’insuffisance de la main-d’œuvre fut certaine1. Les travailleurs étaient sollicités par nombre d’entreprises dont certaines nous sont connues, dont d’autres restent à découvrir. Pendant ces vingt ans, on le sait, la construction publique et privée s’accélère considérablement. Le bâtiment offre donc des possibilités d’embauche fort importantes. Le séjour continu de la Cour et de ses services, entretenant la présence des nobles, des artistes, des marchands, des étrangers, provoque une forte hausse de la demande de gens de maison : laquais, valets, cuisiniers, filles de service. Au même moment, l’avance que les prix du vin prennent sur ceux du blé, l’accroissement de la consommation de vin par une population à haut niveau de vie, donnèrent une vivacité nouvelle à l’élan de la viticulture ; ce sont partout plantations de nouveaux vignobles et les anciens sont régénérés2. La vigne, culture peuplante, qui exige des bras, des soins !. Que dire encore des tentations de la vie picaresque qu’une clientèle riche développe à Valladolid ? Cela bien entendu alors que l’artisanat bénéficie au maximum de la croissance de la ville. Plein emploi sans aucun doute pour les travailleurs, difficultés pour propriétaires et entrepreneurs.

  • 3 A.M.V., Livres d'Actes, 28 février et 15 avril 1551.

5De ces difficultés les textes témoignent, et les statistiques, pour incertaines, pour insuffisantes qu’elles soient. Ainsi les Cortès de 1552 se plaignirent de l’insuffisance des journaliers, proposèrent de contraindre les vagabonds au travail pour pallier cette carence. Ces plaintes, les députés de Valladolid sans doute les reprirent à leur compte ; au cours de la séance de l’Ayuntamiento du 28 février 1551, les regidores déclarent que les prix payés aux journaliers sont excessifs ; de plus, la journée de travail commence trop tard. Le 15 avril, la même question est à l’ordre du jour : les journaliers ne quittent-ils pas leurs villages pour venir travailler à Valladolid alors que déjà l’on s’affaire dans les champs et les vignes ? A croire que ces journaliers travaillent d’abord chez eux3.

6Les ordonnances rédigées par l’Ayuntamiento de Valladolid le 29 juillet 1552 en application d’une provision royale datée de Madrid le 17 juin apparaissent comme la conséquence logique de tels soucis. Le texte royal, réponse aux sollicitations de la magistrature urbaine, évoque le désordre des salaires, affirme que certaines propriétés ne pourraient être cultivées, certains travaux ne pourraient se faire, certains édifices devraient être abandonnés, faute de journaliers (jornaleros y trabajadores) ou à raison des salaires exagérés demandés par ceux-ci. Les ordonnances se présentent alors comme une réaction autoritaire contre ces excès. Elles rappellent que les journaliers doivent se rassembler dès l’aube, sur le heu d’embauche avec leurs outils et leur nourriture. Le travail s’entend du lever au coucher du soleil, soit qu’il s’exécute sur place ou presque, soit qu’il nécessite un déplacement.

  • 4 A.M.V., Leg. 378.

7Les ordonnances fixent ensuite le salaire maximum que peuvent réclamer les différentes catégories de travailleurs en tenant compte de l’inégale longueur de la journée de travail : ainsi le salaire quotidien des ouvriers agricoles peut-il être de mai à août le double de celui de décembre et janvier (60 maravédis contre 30). Les variations prévues sont moindres dans le bâtiment4.

  • 5 Cf. infra, livre II, chap. iv, p. 293 à 302.

8Un coup d’œil sur les courbes de salaires explique cette tentative tout en démontrant son inefficacité qui confirme, localement au moins, la carence du marché du travail5. Entre les années 1540 et 1551 les salaires agricoles (salaires nominaux) augmentent considérablement : ceux des vendangeurs de 50 %, ceux des tailleurs de vigne (ouvriers spécialisés) de 70 %. Le salaire du manœuvre longtemps immobile (de 1525 à 1545 semble-t-il) augmente également de 50 %. Adaptation aux prix, sans doute, mais adaptation brutale exigée par le plein emploi. Et la tentative de réduction des salaires échoue : en 1552 et 1553 sans doute les salaires sont diminués tout en demeurant d’ailleurs au-dessus du maximum fixé (ainsi celui du tailleur de vigne est en mars de 68 maravédis alors que les ordonnances n’autorisent que 60, celui des manœuvres durant le même mois de 48 au lieu de 45) mais en 1554 la hausse reprend irrésistiblement. De 1557 à 1559 les salaires dépassent largement ceux atteints en 1551 : ils sont alors le double de ce qu’ils étaient en 1540. Durant ces deux décennies ils ont augmenté plus vite que les prix sur lesquels, il est vrai, ils avaient pris précédemment quelque retard. Avant 1540 en revanche la situation a sans doute été plus favorable aux employeurs mais ceux-ci avaient-ils alors les mêmes besoins ? A partir de 1560 la situation est différente : le départ de la Cour et de nombreuses familles d’hidalgos, de commerçants, d’artisans, l’abandon de travaux de construction libèrent, si l’on peut dire, beaucoup de travailleurs. De 1559 à 1560 les salaires baissent. Mais en 1561, c’est le grand incendie.

  • 6 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 95.

9Dès lors la situation du marché du travail est fort complexe. Dans l’artisanat traditionnel, même le plus huppé, la crise évidente se traduit par un excès probable de main-d’œuvre, par l’émigration ou la reconversion. Le document de 1575 déjà utilisé dans le chapitre précédent indique que beaucoup de gens ont quitté ou quittent la ville : le curé de San Julián allègue le manque de travail (« ay mucha necesidad de trabajos ») et celui de l’Église Majeure le confirme en déclarant que de nombreux ateliers d’artisans (tiendas de oficiales) ont été fermés. Le curé de San Juan évoque le temps jadis : alors, on avait tant de manières de gagner son pain. Aujourd’hui, « an cesado los oficios », le chômage règne. Tel autre pasteur ajoute que beaucoup d’habitants céderaient leurs affaires s’ils le pouvaient. Il est à croire qu’ils n’embauchent plus, bien au contraire qu’ils débauchent6.

  • 7 A.M.V., Livres d'Actes, 17, 24 et 29 novembre 1568 ; 20 décembre 1568.
  • 8 A.M.V., Livres d'Actes.

10D’autre part la création d’un Hôtel des Monnaies à Valladolid par une provision du 12 juillet 1559 semble avoir prévu les nouvelles disponibilités en main-d’œuvre offertes par la ville. De fait, le recrutement du personnel de cet Hôtel est significatif : les deux premières listes de nomination d’ouvriers et de monnayeurs en novembre 1568 comprennent de nombreux artisans : orfèvres même, bourrehers, passementiers, ferronniers, chaussetiers, etc. Ceux-ci n’auraient certes pas abandonné leur métier s’il avait conservé une rentabilité satisfaisante7. Et de 1565 à 1584 l’Ayuntamiento accepte régulièrement sans protester (sauf une fois en 1566) les fréquentes demandes d’autorisations présentées par des officiers royaux pour lever des soldats à Valladolid, comme si les regidores étaient heureux de pouvoir se débarrasser de nombreux sans-travail devenus gênants. Avant 1560, après 1584, il en va différemment et les privilèges de la ville sont souvent allégués pour protester contre le recrutement de la troupe8.

11Dernier signe : nos courbes de salaires agricoles s’arrêtent malheureusement en 1560. Mais le salaire du manœuvre, malgré la demande provoquée par les grands travaux consécutifs à l’incendie, reste stationnaire : de 1567 à 1572 il est identique à celui de 1560. L’incendie n’en a pas moins eu des effets bénéfiques pour les travailleurs en limitant le chômage.

  • 9 A.M.V., Leg. 416, fol. 3.
  • 10 A.G.S., Estado, Leg. 227.
  • 11 Juan Agapito Revilla, Las Calles de Valladolid, op. cit., p. 48.

12En revanche ces grands travaux ont dû faire face à la pénurie de spécialistes du bâtiment : de 1567 à 1572 les salaires des ouvriers spécialisés (charpentiers, maîtres ou oficiales, carriers, plâtriers, etc.) bondissent et de 1551 à 1572 ces salaires ont augmenté de 50 % au moins, ont doublé parfois. Qu’alors on ait engagé n’importe qui aux dépens d’une nécessaire qualification, les accidents survenus (effondrements de maisons reconstruites à plusieurs reprises) le prouvent. Ce n’est qu’en 1583, lorsque les travaux approchent de leur terme, qu’on peut rédiger et promulguer les ordonnances des maîtres plâtriers ; les exigences de main-d’œuvre diminuent9. Entre-temps, l’arrivée des morisques de Grenade a pu rendre des services : plusieurs d’entre eux connaissaient en effet l’office de charpentier, de plâtrier, de carrier, et en 1609, à la veille de l’expulsion, ils étaient encore quelques-uns à exercer ces métiers10. Dès avant 1571 d’ailleurs, les morisques étaient nombreux à Valladolid dans le bâtiment : n’avaient-ils pas, au début du siècle, participé à l’érection du collège de San Gregorio11 ?

  • 12 A.M.V., Livres d’Actes, 22 février 1585 et 27 novembre 1587.
  • 13 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196. Le document de 1594 (A.H.N., Inquisición, Leg. 2109, pièce 1 (...)
  • 14 A.M.V., Livres d’Actes.

13A partir de 1580, un peu avant peut-être, la conjoncture se modifie à nouveau par une réanimation de l’économie vallisolétaine à laquelle les morisques n’ont pas été étrangers. Il est certain par exemple que leur arrivée à Valladolid a fait naître dans cette ville l’industrie de la soie et stimulé d’autres industries textiles tout en développant le commerce des toiles. Un important texte de février 1585 se réfère à la soie travaillée dans les moulins et les teintureries nouvellement établis dans cette ville pour demander l’étude des ordonnances en vigueur sur le travail de la soie à Tolède et Grenade : ces ordonnances seront effectivement promulguées en novembre 1587 et elles font allusion à des contrats passés entre la ville et les morisques à propos des moulins à soie12. Il est regrettable que le recensement des morisques effectué en 1589 n’indique qu’exceptionnellement leurs métiers : cependant on signale parmi eux deux négociants en soieries dont l’un réalise un chiffres de 8 000 ducats et deux tisserands de soie13. Et de 1583 à 1590, 10 marchands de toiles ou soyeux sollicitent et obtiennent de 1’Ayuntamiento le droit de vecindad14.

  • 15 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196.
  • 16 A.G.S., Estado, Leg. 227.
  • 17 Carmelo Viñas y Mey, El problema de la tierra en la España de los siglos xvi y xvii, Madrid, 1941.

14Dans l’agriculture encore, les morisques ont rendu des services : techniciens affirmés de la culture irriguée ils ont été engagés fréquemment par les propriétaires de huertas : 23 familles au moins, dont 13 dans la paroisse de San Pedro, indique le rapport de 1589, très incomplet puisque plusieurs paroisses ne donnent pas de renseignements professionnels15. En 1609, 51 vecinos morisques étaient hortelanos16. Leur arrivée a-t-elle freiné la hausse des salaires agricoles ? Les ouvriers agricoles se sont plaints en ce sens aux Cortès de 1573 à 158917.

  • 18 A.M.V., Livres d’Actes, 1er juin 1584, 14 juin 1585, 10 mai 1586, etc.
  • 19 A.M.V., Livres d’Actes, 21 novembre 1586.

15A la même époque pourtant, les signes de tension reparaissent sur le marché du travail, alors qu’un nouvel essor démographique affecte villes et campagnes. En juin 1584, juin 1585, mai 1586, en 1588 encore, les regidores protestent contre les levées continuelles de gens de guerre effectuées à Valladolid par les capitaines de Sa Majesté et dans un cas, en 1584, refusent au nom des privilèges de la cité18. En novembre 1586 une délibération de l’Ayuntamiento évoque les exigences des filles de service : celles-ci refusent lessives et nettoyages (lavar y fregar), demandent s’il y a des enfants avant d’accepter une place dans une famille19. Témoignage sur un niveau de vie élevé, indication de la marge qui sépare une demande en expansion et une offre soudain rétive. Simultanément le salaire du manœuvre recommence à monter. Plus tard, après 1590, les textes déploreront les campagnes dépeuplées, les terres en friches. Mais il ne s’agit plus alors d’expansion, bien au contraire.

  • 20 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 1028.
  • 21 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 740.

16Il est peu probable que les esclaves, assez nombreux à Valladolid, on le sait, aient exercé une influence importante sur la production. L’esclave est déjà au xvie siècle un article de luxe. Au reste les propriétaires d’esclaves sont rarement des entrepreneurs, presque toujours des nobles ou des letrados. Dans quelques cas cependant lorsqu’ils appartenaient à un marchand ou à un artisan, ils ont pu être assimilés à des travailleurs ordinaires. Quand un fabricant de chandelles achète un esclave, c’est sans doute pour l’employer dans son métier20. Il est possible aussi que le système sévillan considérant l’esclave comme un capital susceptible d’investissement ait été pratiqué, mais nous n’en avons trouvé qu’un exemple : location d’un esclave et de deux ânes à un potier pour le transport de glaise21.

  • 22 Cf. supra, livre I, chap. vi, p. 188.

17Bien entendu, pour résoudre ses problèmes de main-d’œuvre, Valladolid a recouru à l’immigration. On a déjà eu l’occasion de montrer l’attraction de la ville sur les Espagnols du Nord : Asturiens, Montañeses, Biscayens, Basques22. Et beaucoup de manœuvres sans doute étaient originaires du Nord. Contrats d’apprentissage et de service nous offrent d’ailleurs un moyen supplémentaire de confirmer le fait et de vérifier l’existence d’une structure démographique et économique exactement opposée à l’actuelle puisque les provinces périphériques de l’Espagne d’aujourd’hui sont beaucoup plus peuplées et actives que celles du Centre dont elles attirent les habitants.

18Nous avons pu étudier, de 1530 à 1600, 100 contrats indiquant sans erreur possible l’origine des apprentis ou des garçons et des filles placés au service d’habitants de Valladolid. Le tiers, trente-trois, concerne des Vallisolétains mais la grande majorité des immigrants venait du Nord, et pour une part notable de l’extrême Nord : vingt et un de ces jeunes gens venaient ainsi des provinces maritimes (Galice, Asturies, Montaña, provinces basques) et du Léon septentrional. Vingt-cinq autres venaient de régions moins lointaines, mais du Nord encore, parfois de villes (Burgos par exemple), mais le plus souvent des campagnes et surtout de la Tierra de Campos. Plus des deux tiers des immigrants (46 sur 67) étaient donc originaires du Nord. Peut-être la proportion réelle était-elle plus forte encore : parmi tant de jeunes gens mineurs dont nous n’avons pu retenir les cas parce que le tuteur dont ils étaient pourvus par l’Ayuntamiento après leur arrivée solitaire à Valladolid (généralement un avoué près la Chancellerie) n’avait pas fait mention de leur origine dans le contrat, les noms à consonance basque ou asturienne sont nombreux.

  • 23 Livres d’Actes. Quant aux contrats d’apprentissage évoqués dans les paragraphes précédents, ils se (...)

19Les environs de Valladolid fournissent un contingent inférieur à celui qu’on pouvait attendre. Peut-être est-ce un signe de la pénurie de main-d’œuvre dont souffrirent les campagnes au xvie siècle. Quant aux régions orientale et méridionale de la Vieille Castille, leur apport est moindre : 7 et 4 respectivement. Deux Madrilènes complètent l’effectif. Mais il va sans dire qu’il ne faut pas accorder une valeur exagérée à cet échantillonnage : trop de documents nous manquent contenant, par exemple, l’activité des padres de mozos ou des madres de mozas, véritables agents de placement chargés de procurer contre une modeste rétribution un emploi à tous les garçons ou filles venus à Valladolid pour s’embaucher comme laquais, page, écuyer, garçon d’écurie, muletier, femme de chambre, etc. Alors que les ordonnances générales de 1549 les considèrent comme intermédiaires obligatoires, il fallut en novembre 1586 supprimer les madres ou ponedoras de filles accusées de jouer le rôle d’entremetteuses et d’inciter les jeunes campagnardes à la prostitution23.

  • 24 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7.

20On accordera une attention particulière au travail féminin dont les textes affirment l’importance. Il s’accorde sans doute avec les métiers traditionnels de la femme : lavandière, couturière, aubergiste ou cabaretière, boutiquière, fruitière. Mais au-delà de l’épisode saisonnier des vendanges il concerne les champs. Pedro de Medina déjà nous a présenté ces femmes castillanes, dures et résistantes, para mucho trabajo : elles qui « dans certaines parties de la Castille accomplissent les travaux des champs qu’ont l’habitude de faire les hommes ». De fait, le recensement de 1570 fait de l’agriculture le moyen de subsistance des veuves de Castronuevo par exemple et de plusieurs de celles de Valladolid, ainsi dans la paroisse de San Ildefonso : « la plupart travaillent aux champs… ». Dans d’autres paroisses on évoque aussi la labranza comme une de leurs principales activités24. Enfin les femmes apportent une contribution importante au travail industriel : lavage des laines, des draps et même des cuirs.

Conditions de l’embauche et qualification de la main-d’œuvre.

21Les possibilités de recrutement de la main-d’œuvre semblent donc avoir beaucoup varié au cours du siècle. Ces variations n’ont pas modifié les régimes de l’embauche mais ont pu favoriser tour à tour l’un aux dépens de l’autre.

22Les ouvriers agricoles se réunissaient généralement un peu avant le lever du soleil sur la place de Santa María : ils étaient alors embauchés au gré des besoins pour un salaire qui variait considérablement (du simple au double) selon la saison et par conséquent selon la durée de la journée de travail, définie par le voyage apparent du soleil. Il en était de même des manœuvres du bâtiment. En revanche les propriétaires de huertas qui voulaient conserver la direction de l’exploitation engageaient pour l’année un jardinier et ils étaient imités par beaucoup de propriétaires de vignobles soucieux de faire effectuer par le même ouvrier tous les travaux préparatoires (labours, binages, taille des sarments, etc.). Dans ce cas bien entendu, le salaire est forfaitaire. Il s’accompagne souvent sur les huertas du logement, la maison étant située dans le jardin même. Les registres de notaires concernent d’assez nombreux contrats de ce genre.

  • 25 A.H.P.V. Comme exemples de ce mouvement de concentration voir : Leg. 43, fol. 729 ; Leg. 44, fol. 5 (...)

23Ces registres témoignent sur les débuts d’une concentration capitaliste dans le travail industriel. Dans le tissage, la chandelle, la poterie, la passementerie, la pelleterie par exemple certains maîtres s’assurent les services exclusifs de confrères moins riches de capitaux ou d’initiatives pour des périodes variables, un an généralement, parfois quelques mois seulement, plus rarement deux ans. Le paiement s’effectue à la pièce dans la pelleterie, il est au mois ou à l’année dans les autres cas. On notera que, dans la pelleterie par exemple, ce mouvement de concentration paraît important de 1560 à 1575, c’est-à-dire lors d’une période difficile pour les travailleurs : la sécurité garantie par ces contrats vaut bien alors de probables sacrifices sur les salaires25.

24Contrats d’apprentissage et ordonnances des corporations font mieux connaître les conditions de formation de la main-d’œuvre et sa qualification. La durée de l’apprentissage est inégale selon les métiers et l’âge de l’apprenti mais elle est souvent assez longue : de 5 à 8 ans pour un tisserand, de 4 à 6 pour un pelletier, de 4 à 5 pour un passementier (avec une exception : 2 ans et demi), de 3 à 7 pour un orfèvre. Dans les autres métiers la durée oscille entre 2 et 4 ans et elle est régulièrement assez courte chez les tailleurs : 2 à 3 ans, jamais plus, jamais moins. Il est prévu que le temps de maladie doit être rattrapé.

  • 26 A.H.P.V., Leg. 55, fol. 1542 et Leg. 65, fol. 293.

25La plupart des artisans prennent les apprentis au pair. Mais dans quelques cas, toujours les mêmes, le paiement est de règle. Il garantit alors la considération dont jouit la profession dans la hiérarchie des métiers. Ainsi l’apprentissage est toujours payant chez les tailleurs (de 5 à 9 ducats pour les années 1548, 1561, 1562) ; chez les tailleurs de chausses (1 ou 2 ducats), chez les brodeurs (8 ducats), chez les barbiers. Il est surprenant de rencontrer deux orfèvres qui n’exigent pas de paiement de leurs apprentis, car dans deux autres cas le tarif est sensiblement plus élevé que chez les autres artisans (22 ducats en 1559, 21 en 1570)26.

  • 27 A.H.P.V., Leg. 63, fol. 1094 ; Leg. 46, fol. 213 ; Leg. 65, fol. 293.

26L’apprenti est toujours logé, nourri, habillé, blanchi par le maître qu’il doit servir « dans toutes les choses honnêtes » de sa profession, et à la fin de l’apprentissage reçoit un équipement complet, du bonnet aux souliers, et parfois un outillage. Le maître, comme il se doit, prépare l’apprenti à vaincre les épreuves de l’examen qui lui donnera le titre d’oficial et le certificat (testimonio) nécessaire à son embauche future ; à l’occasion le contrat précise certaines des techniques que le garçon doit acquérir : « faire un soulier rond, une bottine de femme, un brodequin de femme, une mule… ; ouvrir le cuir, le racler, le mettre au net et le tanner… ; dessiner, ciseler et graver, travailler l’argent au marteau… »27. En cas d’échec à l’examen le maître devra à l’ancien apprenti un salaire de jeune oficial.

  • 28 A.M.V., Leg. 5, n° 13.

27Cet examen, les ordonnances des corporations, celles que nous connaissons du moins, le décrivent comme difficile. L’exigence de qualification paraît réelle : tailleurs de chausses et pourpointiers ayant satisfait aux épreuves professionnelles dans une autre ville ne peuvent s’établir à Valladolid sans justifier de 18 mois de travail après ces épreuves ; il s’agit d’éviter que des ouvriers ne profitent de la facilité de l’examen dans une autre cité pour ouvrir un atelier à Valladolid sans avoir la compétence désirable. D’ailleurs les chaussetiers ne peuvent se présenter à l’examen de maîtrise et ouvrir un atelier sans avoir travaillé au moins 4 ans dans la profession (2 ans d’apprenti et 2 ans d’oficial). Les épreuves proposées au tisserand de toiles comportent la confection d’une bobine, le tissage d’une nappe et d’un mouchoir, le montage d’un métier, le nettoyage d’un peigne28. Le maître maçon doit exécuter une arche de 20 pieds de large et 11 pieds de haut, savoir combien de briques compte un mur « royal » de 10 pieds de long, 5 de large et 3 d’épaisseur, utiliser le fil à plomb et connaître les mesures, faire un chambranle, une porte et une fenêtre, calculer la hauteur et l’épaisseur des murs d’une église pour pouvoir élever la voûte à 60 pieds, etc.

  • 29 A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259 et 316.

28La surveillance du travail était confiée aux contrôleurs élus par chaque corporation : la saisie fréquente d’articles déficients que révèlent les procès montre qu’une chasse assez vigilante était menée contre l’usage de matériaux de mauvaise qualité et de procédés vicieux destinés à l’eurrer le client. Les procédés de fabrication étaient d’ailleurs soigneusement définis par les ordonnances29. Bien entendu, banal problème, il reste à savoir si ces procédés étaient assurance de qualité ou obstacle aux améliorations techniques, consécration de la routine. On notera, en guise de réponse, que les ordonnances des corporations de Valladolid sont généralement tardives et se réfèrent donc aux méthodes de fabrication (ou de construction) les plus récentes : les ordonnances des chaussetiers de 1537 sont révisées et précisées en 1568 ; celles des tisserands de toile sont de 1550 ; celles des passementiers de 1532 ; celles qui concernent la fabrication de la soie sont de 1587, celles des maîtres maçons de 1583. Le cadre corporatif ne paraît donc pas pouvoir, dans ces conditions particulières, constituer un obstacle au progrès technique : il a permis un meilleur contrôle du travail et des conditions de vie des travailleurs.

II. — TECHNIQUE ET OUTILLAGE

29La faible élasticité du marché du travail permet-elle cependant une augmentation probable des rendements ? La question concerne d’abord la production agricole.

Les méthodes de culture.

  • 30 Eugenio Larruga y Boneta, Memorias Políticas y Económicas, Madrid. Les tomes XXI à XXVI concernent (...)

30Aucune révolution technique, aucune transformation sensible même ne paraît avoir affecté au xvie siècle l’agriculture vallisolétaine. Pour l’essentiel elle reste conforme en ses méthodes à celle des siècles précédents, à celle des deux siècles suivants aussi car la réalité que nous observons au xvie siècle est presque celle que décrivent parallèlement au xviiie siècle Larruga et l’enquête de La Ensenada30.

  • 31 Gabriel Alonso de Herrera, Agricultura General. Texte original de 1513. Un récent article d’un gran (...)

31Sur toutes les terres porteuses de pain (tierras de panllevar), la pratique de la jachère biennale règne sans partage : les baux nous le rappellent qui obligent le locataire de la terre à laisser en jachère, la dernière année du bail, la moitié du sol afin de permettre au nouveau fermier de préparer dès février ou mars les terres qu’il ensemencera l’automne venu. Dans son fameux Traité d’Agriculture générale dont la première édition parut en 1513, Herrera considérait d’ailleurs qu’une terre était bonne lorsqu’elle pouvait se contenter d’une année de repos sur deux31. Et il est bien vrai que le climat exige cette jachère biennale : après la moisson la terre durcie par la sécheresse estivale ne pourrait être préparée pour les semences de l’automne ; il est nécessaire de la labourer après la première pluie, ensuite de pulvériser à plusieurs reprises la couche superficielle afin d’éviter les phénomènes de capillarité et de conserver au sol la totalité de l’eau tombée. Pratique empirique du dry-farming, que l’agronomie moderne a réhabilitée, et que, sur de vastes espaces, la Tierra de Campos conserve aujourd’hui selon les procédés décrits par les ordonnances de Rioseco au xvie siècle.

32Pour modifier, au moins localement, cette structure agraire multi-séculaire, il eût fallu une plante nouvelle comme le maïs. Il n’en est pas question au xvie siècle dans la région de Valladolid où, au milieu du xviiie siècle, il ne s’est pas encore installé puisque Larruga déplore son absence. Un recours important à l’engrais n’est pas plus plausible : dans la première moitié du xvie siècle l’effectif du troupeau de moutons augmente mais la région de Valladolid est pauvre en bétail et le fumier est réservé en priorité aux huertas. Les paysans ignorent alors, comme ils l’ignorent au xviiie siècle, le marnage des terres sableuses dont les successives éditions du livre d’Herrera ne disent rien.

33Alors, les façons culturales ? Avant tout les labours (arar), et les binages (cavar) pour ouvrir la terre, l’égaliser, la brasser, l’ameublir, bref la rendre propre à accueillir la moindre pluie. Herrera conseille de brûler les chaumes avant les labours qu’il souhaite fréquents : quatre sur les terres lourdes, deux ou trois sur les terres légères, plus profitables s’ils précèdent la pluie.

34Labours à la charrue, par le secours du bétail ? Labours à la houe, faute de bétail ? Charrues tirées par des bœufs ou par des mules ? Questions auxquelles on peut donner des éléments de réponse.

  • 32 Juan de Arrieta, Despertador que trata de la gran fertilidad, riqueza, baratos, armas y caballos qu (...)
  • 33 Carmelo Viñas y Mey, op. cit.

35On sait que Juan de Arrieta attribuait en 1578 le déclin déjà perceptible de l’agriculture castillane au remplacement des bœufs par les mules dans le labour. Seuls, à son avis, les bœufs pouvaient grâce à leur force obtenir du labour les sillons profonds nécessaires en ce pays pour que la terre puisse absorber et utiliser toute l’eau, pour que le blé, plus profondément fixé, se défende mieux. Avec les mules on égratigne seulement la terre, et rien ne remplace le fumier de bœuf : « La cause de la totale perte de l’Espagne fut et reste l’abandon du labour, de la semence, du battage avec les bœufs… Et l’introduction, l’invention pour les remplacer, des mules qui provoquent des dépenses excessives, dont le travail est mauvais, inutile et très pernicieux quand celui des bœufs est bon, utile, merveilleux… » (Juan de Arrieta). Arrieta affirme qu’à l’époque de Charles Quint les bœufs demeuraient plus utilisés que les mules mais n’explique pas les causes de leur effacement32. Aujourd’hui Carmelo Viñas y Mey l’attribue au désir de gagner du temps alors que les espaces cultivés s’accroissent : les mules labourent et se déplacent plus rapidement que les bœufs33.

36Mais ce remplacement est-il au cours du xvie siècle aussi complet que l’affirme Arrieta et que l’ont admis beaucoup d’auteurs après lui ? Et la mule de labour n’est pas une invention du xvie siècle : Columelle l’évoquait !

  • 34 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 115 et 269.
  • 35 A.H.P.V., Leg. 14349, fol. 311 et 348.
  • 36 A.H.N., Clero, Leg. 7924. Cahier des ordonnances de Villafrechos.
  • 37 A.H.N., Clero, Leg. 7703.

37Pour régler la question, dans le cas des campagnes vallisolétaines, il eût fallu de nombreux inventaires de biens de laboureurs. Malheureusement de tels inventaires sont assez rares et beaucoup d’entre eux sont visiblement incomplets, pour de multiples raisons. Nous n’avons pu en retenir que seize concernant des laboureurs de Valladolid et des villages voisins (Tudela, Cigales, Villanubla), échelonnés de 1536 à 1598. Ce sondage est à l’avantage des mules : dix de ces laboureurs ont des mules ou des mulets (26 à eux 10) dont la destination n’est généralement pas précisée. Dans quelques cas cependant elles sont dites « de charrette » ou « de labour ». Seuls deux laboureurs de Villanubla possèdent chacun deux bœufs de labour : leurs inventaires datant de 1594 et 1598 prouvent, malgré tout, qu’à la fin du siècle le bœuf n’a pas quitté complètement l’horizon du laboureur34. D’autres documents l’attestent : l’un des rares registres de notaire conservés pour Cigales comporte deux contrats de vente de bœufs de labour (bueyes de arado) en 157735. Les ordonnances de Villafrechos promulguées en 1587 prévoient à deux reprises l’entrée sur les chaumes des « mules et bœufs de labour »36. Cependant si l’on songe qu’en 1502 le monastère de San Benito possédait pour le travail onze bœufs (quatre dont il se réservait l’usage et sept qu’il louait à des paysans) mais pas de mule, la tendance du siècle semble être au remplacement progressif des bœufs par les mules37.

38Pourquoi ? La raison alléguée par Viñas y Mey a une grande valeur : les mules permettaient de gagner du temps, surtout si l’on considère la structure extrêmement morcelée de la propriété dont on reparlera. Ajoutons à Valladolid la rareté des pâturages déjà démontrée qui rendait difficile l’entretien des bœufs : si à Villanubla, à Cigales plusieurs laboureurs ont conservé des bœufs, n’est-ce pas parce qu’ils vivent à proximité immédiate des Montes de Torozos, seule grande zone de pâturage de cette région ? Il faut aussi envisager la consommation croissante de viande de bœuf, « nourriture de pauvres » disent les textes, qui accompagne l’ascension démographique de Valladolid.

  • 38 Par exemple A.H.P.V., Leg. 14943, fol. 3 et Leg. 52, fol. 460 à 472. Le terme de charrue ne doit pa (...)
  • 39 A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1881 ; Leg. 39, fol. 461.

39L’outillage est presque toujours rudimentaire, parfois très complet lorsqu’on a affaire à un riche laboureur. Onze outillages seulement ont pu être étudiés : dix d’entre eux comportent plusieurs houes (azadas, azadones), tel paysan en possède jusqu’à onze. Quatre seulement comportent une charrue (arado) avec un soc métallique (reja) mais l’un des paysans a quatre charrues, un autre deux38. Il est probable qu’ils en louaient à leurs voisins moins fortunés : ainsi le labour principal était généralement effectué par la charrue, les houes servant aux labours ultérieurs plus rapides, et aux binages pour lesquels plusieurs paysans disposent également de binettes (legones). En revanche la herse (trillo) si précieuse en pays de dry-farming pour couvrir les semis et ameublir le sol superficiel est plus rare : on la trouve cependant à quatre reprises dans les inventaires les plus conséquents qui avouent aussi fourches de toutes sortes, à deux, trois et quatre dents (horcas, bieldos, garios), pioches (piquetas), pelles (palos), filets pour la paille (barcinas), râteaux, etc. La découverte de semoirs, en deux occasions, peut laisser croire que la semence s’effectuait parfois au sillon, technique plus économique selon Herrera, qui recommande cet instrument, que la semence à la volée39. Il manque évidemment une description de ces divers outils : parions pour la charrue romaine et pour la grande houe à fer pointu (azadón de pico).

40L’outillage du vigneron, très simple, est facile à imaginer : houes et binettes ici encore, plus serpes et faucilles. L’embauche pratiquée par l’hôpital de l’Esgueva pour le travail de ses vignes nous indique le soin apporté à cette culture de tradition : de février à juin, arrachage du chiendent, sarclage, binage, taille : les hauts salaires qui distinguent les ouvriers spécialistes de la taille (podadores) de leurs camarades montrent l’importance justement accordée à cette opération dans le calendrier des travaux. Les pressoirs (lagares) comportent une viga, système de pales en bois tournant autour d’un cylindre en bois à vis hélicoïdale (husillo) pour presser le fruit, cela dans le meilleur des cas. Mais il n’y a là que fidélité à l’usage.

  • 40 Par exemple A.H.P.V., Leg. 52, fol. 460 à 472 ; Leg. 35, fol. 497, etc.

41L’importance du fumier est attestée par le soin avec lequel les inventaires de biens en mentionnent éventuellement l’existence, précisant l’emplacement. Mais ce sont le plus souvent des maraîchers (hortelanos) qui possèdent ce fumier. C’est donc le jardinage qui s’en réserve, ou presque, l’emploi40.

42Tout cela pour dire qu’il est vain de croire à une augmentation de la production au xvie siècle par une amélioration du rendement ; sauf occasionnellement grâce à un effort supplémentaire du paysan, véritable travail marginal. Mais quel est ce rendement ?

  • 41 A.H.P.V., Leg, 14943, fol. 3. La fanega valant 12 celemines cette production représentent alors 400 (...)

43Au milieu du xviiie siècle, Larruga indique que le quart de la récolte de blé est conservé pour la semence, ce qui suggère des rendements espérés de 4 pour 1 ; quant à l’enquête de La Enseñada, elle établit qu’à Valladolid une yugada de bonne terre donne des rendements courant de 3,2 pour I en froment (96 celemines pour une semence habituelle de 30) et de 6 pour 1 en orge (336 celemines pour 54) ; une yugada de terre médiocre un rendement de 4 pour 1 en seigle (48 celemines pour 12). Or nous n’avons qu’une seule occasion de calculer approximativement grâce à ces indications un rendement du xvie siècle. En 1549, 55 yugadas de terre appartenant à Sebastián de Balboa, laboureur de Cigales, ont produit 4 800 celemines de blé, 4 800 d’orge et 960 de seigle. Quelle que soit la superficie attribuée à chacune de ces céréales, les rendements ont, dans ce cas, été supérieurs aux rendements moyens du xviiie siècle, si la quantité de semence était la même. La répartition la plus logique, compte tenu des quantités produites, serait à peu près la suivante : 32 yugadas de blé, 12 de seigle, 11 d’orge. Les rendements auraient alors été respectivement de 5,6½ et 8 pour 1. On ne peut évidemment rien conclure de cet exemple isolé sinon admettre la capacité des cultivateurs du xvie siècle à obtenir, en bonne année, des résultats fort honorables. On observera en effet que la récolte de 1549 fut bonne, comme l’indique le prix du blé en 1549-1550. Et Sebastián de Balboa, possesseur de 4 charrues, de 3 mules de labour ferrées, était un des laboureurs les mieux équipés de son village.41

44Cette dernière remarque ne change rien à l’essentiel : les méthodes de culture n’ont subi au cours du siècle aucune modification profonde, aucune plante n’a joué de rôle révolutionnaire comparable à celui du maïs et de la pomme de terre au xviiie siècle. Une augmentation quantitative ou qualitative de la production n’a donc pu être obtenue que par l’extension des cultures ou par le progrès des unes aux dépens des autres : vignes et huertas par exemple conquérant les friches et les terres de panllevar.

L’outillage industriel.

  • 42 Par exemple A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1925 et A.M.V., Livres d’Actes, 6 septembre 1560.

45Une étude de l’outillage industriel, dans la mesure où elle est possible, autorise des conclusions semblables : à Valladolid, le siècle ne se caractérise pas par un progrès technique capable de révolutionner les structures de la production. Certes le nombre des machines utilisées par les hommes (métiers à tisser, moulins à foulon, petites forges) a pu sensiblement augmenter. Nous n’avons malheureusement aucun moyen de le vérifier. Tout au plus avons-nous l’impression d’une utilisation plus intensive des forces hydrauliques par la meunerie. De nombreuses roues de moulins tournent sur le Duero, sur le Pisuerga, sur l’Esgueva ; des moulins sont remis en état, d’autres sont construits : en 1527 l’un des moulins de Berrocal emporté par la crue du Pisuerga est aussitôt reconstruit avec deux meules ; en 1531 un vieux moulin à foulon désaffecté, à Linares sur le Pisuerga, est remplacé par un moulin neuf construit pour le compte d’un riche financier, Pero López de Calatayud ; en 1557 on remet en état à Bellotiblla sur le Pisuerga deux roues de moulin qui ne tournent pas ; en 1560, au même endroit, le docteur Vázquez fait construire un moulin neuf42. L’intérêt manifesté par de riches personnages pour les moulins est significatif. Il est fort probable que d’autres moulins ont été mis en service ailleurs.

  • 43 A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1137.

46Pour le reste ? Une technique artisanale très évoluée sans doute, mais qui n’est que l’aboutissement des recherches médiévales : technique capable de satisfaire les exigences de qualité d’une clientèle raffinée, non d’élever la production. Voici l’outillage de Cristóbal Remón, l’un de ces orfèvres de Valladolid, les plus capables d’Espagne : outillage abondant et très différencié. Une meule à poignée, une forge à soufflet, enclumes de diverses tailles, marteaux et maillets à forger, tenailles de toutes sortes, certaines pour étirer les fils, d’autres pour les tordre ; burins et poinçons de toutes dimensions ; rivoires pour marqueter le métal ; filières pour donner au fil un calibre uniforme ; pierres à affiler, dites de Candie ; ciseaux spéciaux ; couteaux pour piquer le métal ; alêne d’acier ; brucelles ; grilles de fer ; verres grossissants de différentes tailles ; moules à émailler ; vérificateur de perles ; viroles, pointeaux, râpes, limes : quarante limes ! plusieurs compas. Cet outillage donne l’idée d’un travail de précision et la variété des objets fabriqués dont l’inventaire atteste la complexité du métier, explique la longueur de l’apprentissage43. C’est un outillage de ce type quoique moins riche que possèdent les ferronniers : forges à soufflet, enclumes, bigornes, limailles, marteaux, limes, etc. Quant aux instruments des artisans ordinaires (cordonniers, pelletiers, etc.), ils sont des plus classiques.

  • 44 A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259.

47Faut-il ajouter que le souci majeur des ordonnances est de garantir une bonne fabrication ? Qualité et non quantité. Protection du consommateur dont l’intérêt (l’intérêt immédiat, dirons-nous) est préservé bien plus que stimulant du producteur qu’entravent les définitions strictes et les interdits multiples. Comportement médiéval sans doute, mais dont on aurait tort de croire qu’il était purement théorique : les procès démontrent le contraire. La soie doit être coupée selon un biais naturel pour éviter l’effilochement, les diverses qualités de soie ne peuvent être mélangées, aucun article de soie ne doit peser moins d’une once et quart ; les doublures doivent toujours être fermées, arrêtées comme les articles de passementerie ; l’usage de la frisette de Flandres est interdit pour les semelles des chausses44. S’agit-il de carder ? On proscrit les cardes de fer qui enlèvent trop de laine. Et cependant, l’on saisit souvent des articles de qualité médiocre, faits d’étoffes inférieures, d’étoffes mixtes notamment et, comme telles, prohibées. La pression des prix, l’exigence quantitative d’une clientèle plus large cherchent à briser les contraintes de la tradition et du goût inspiré par les riches.

48Mais dès qu’on se détourne des artisanats consacrés de la confection, du cuir, du métal, dès qu’il s’agit d’aller vite aussi, comme elle s’avère déficiente, la technique du xvie siècle ! Le pont de San Benito, sur l’Esgueva, construit en 1503 par le maître Juan de Aranda, s’effondre presque aussitôt après son inauguration. En 1494 les « ingénieurs » morisques Yusa et Mahoma de Almodovar s’étaient engagés à réaliser en six mois (de mars à septembre) les travaux d’adduction de la fontaine des Marinas : en 1496 l’eau arrivait à peine à la Puerta del Campo et Yusa ne put l’amener jusqu’à la Plaza Mayor. Repris par Juan Mallorquín, les travaux sont achevés en 1499. Mais à partir de 1513, il faut procéder à des réparations importantes. Plus tard, lorsque le siècle s’épuise, il s’agit de capter l’eau des sources d’Argales et de Juan Sevillano : les travaux durent de 1585 à 1621 et ne donnent que trois fontaines quand on en prévoyait huit. Il faut aussi réempierrer fréquemment les rues. Et des maisons neuves, construites après le grand incendie de 1561, s’effondrent.

***

49Résumons-nous. Tout ce que nous savons déjà de Valladolid suppose une consommation forte. Or les conditions locales ne sont pas très favorables à ce qu’elle soit permise par les revenus issus directement de la production. Certes la conjoncture générale du premier demi-siècle au moins, la population croissante, l’abondance monétaire et la présence de ce large marché urbain sollicitent l’augmentation de la production : il importera de l’étudier en ses aspects les plus dynamiques, aux champs et à la ville. Valladolid pouvait aussi retenir la richesse nécessaire en développant son rôle d’intermédiaire commercial et financier, exploiter le talent ou le génie de ses artistes, la science de ses letrados. Elle ne faillit point à ces invitations. Mais pour cette économie fondée sur la consommation du luxe et des loisirs, il fallait davantage : des revenus étrangers à la ville. Considérés dans le cas particulier de notre étude, les revenus sont moins les produits d’une économie qu’ils n’en sont les moyens. Ils se comportent alors comme l’instrument d’une dépense excessive en même temps qu’ils alimentent le crédit pour se renouveler partiellement.

Notes

1 Ramón Carande avait déjà attiré l'attention des historiens sur l'insuffisance numérique et technique de la main-d'œuvre dans l'industrie castillane entre 1540 et 1590. Cette industrie n'a-t-elle pas dû recourir à l'embauche des mendiants et des vagabonds ? Cf. Ramón Carande, Carlos V y sus banqueros, t. I, chap. vii.

2 Cf. infra, livre II, chap. v, p. 318-320.

3 A.M.V., Livres d'Actes, 28 février et 15 avril 1551.

4 A.M.V., Leg. 378.

5 Cf. infra, livre II, chap. iv, p. 293 à 302.

6 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 95.

7 A.M.V., Livres d'Actes, 17, 24 et 29 novembre 1568 ; 20 décembre 1568.

8 A.M.V., Livres d'Actes.

9 A.M.V., Leg. 416, fol. 3.

10 A.G.S., Estado, Leg. 227.

11 Juan Agapito Revilla, Las Calles de Valladolid, op. cit., p. 48.

12 A.M.V., Livres d’Actes, 22 février 1585 et 27 novembre 1587.

13 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196. Le document de 1594 (A.H.N., Inquisición, Leg. 2109, pièce 1) confirme ce rôle des Morisques.

14 A.M.V., Livres d’Actes.

15 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196.

16 A.G.S., Estado, Leg. 227.

17 Carmelo Viñas y Mey, El problema de la tierra en la España de los siglos xvi y xvii, Madrid, 1941.

18 A.M.V., Livres d’Actes, 1er juin 1584, 14 juin 1585, 10 mai 1586, etc.

19 A.M.V., Livres d’Actes, 21 novembre 1586.

20 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 1028.

21 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 740.

22 Cf. supra, livre I, chap. vi, p. 188.

23 Livres d’Actes. Quant aux contrats d’apprentissage évoqués dans les paragraphes précédents, ils se trouvent tous, évidemment, dans les registres notariaux

24 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7.

25 A.H.P.V. Comme exemples de ce mouvement de concentration voir : Leg. 43, fol. 729 ; Leg. 44, fol. 531 ; Leg. 56, fol. 1731 ; Leg. 57, fol. 226 et 286 Leg. 59. fol. 173 ; Leg. 64, fol. 360.

26 A.H.P.V., Leg. 55, fol. 1542 et Leg. 65, fol. 293.

27 A.H.P.V., Leg. 63, fol. 1094 ; Leg. 46, fol. 213 ; Leg. 65, fol. 293.

28 A.M.V., Leg. 5, n° 13.

29 A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259 et 316.

30 Eugenio Larruga y Boneta, Memorias Políticas y Económicas, Madrid. Les tomes XXI à XXVI concernent Valladolid.
Voir également le Cadastre du Marquis de L a Ensenada. A.G.S., Dirección General de Rentas, Liv. 325, fol. 17 pour Valladolid ; Liv. 646, fol. 4, 5, 6, 8, 9, etc., pour Cabezón, Castronuevo, Ciguñuela, Geria, Herrera del Duero, etc.

31 Gabriel Alonso de Herrera, Agricultura General. Texte original de 1513. Un récent article d’un grand intérêt, confirme l’observation d’Herrera. La jachère biennale ou año y vez distingue les bonnes terres du centre de la Vieille Castille alors que la pénéplaine, à l’Ouest, est réduite au cultivo al tercio : une année de culture et deux de jachère. Voir Jesús García Fernández, « Champs ouverts et champs clôturés en Vieille Castille », Annales, E.S.C., juillet-septembre 1965, p. 692 et suiv.

32 Juan de Arrieta, Despertador que trata de la gran fertilidad, riqueza, baratos, armas y caballos que España solia tener…, Madrid, 1578.

33 Carmelo Viñas y Mey, op. cit.

34 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 115 et 269.

35 A.H.P.V., Leg. 14349, fol. 311 et 348.

36 A.H.N., Clero, Leg. 7924. Cahier des ordonnances de Villafrechos.

37 A.H.N., Clero, Leg. 7703.

38 Par exemple A.H.P.V., Leg. 14943, fol. 3 et Leg. 52, fol. 460 à 472. Le terme de charrue ne doit pas égarer. Il s’agit, bien entendu, de l’araire. Quant au trillo c’est aussi le traîneau à silex utilisé lors du dépiquage.

39 A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1881 ; Leg. 39, fol. 461.

40 Par exemple A.H.P.V., Leg. 52, fol. 460 à 472 ; Leg. 35, fol. 497, etc.

41 A.H.P.V., Leg, 14943, fol. 3. La fanega valant 12 celemines cette production représentent alors 400 fanègues de blé, autant d’orge et 80 de seigle. Selon la mesure droite d’Ávila la fanègue équivalait à 55 litres. Ce sont alors 22 000 litres de blé qu’auraient produits les 32 yugadas emblavées, soit 154,93 quintaux : 4,84 quintaux par yugada. Le malheur est que nous ne connaissons pas exactement la superficie de la yugada vallisolétaine : entre 40 et 50 ares. Il faut alors accepter un rendement de 10 quintaux à l’hectare, très remarquable reste possible de croire à une évaluation pessimiste du Cadastre de La Ensenada.

42 Par exemple A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1925 et A.M.V., Livres d’Actes, 6 septembre 1560.

43 A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1137.

44 A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540