Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre II. L'économie et ses rythmes

Chapitre premier. La production comme activité de minorité : Valladolid ou le triomphe du tertiaire

Texte intégral

  • 1 C’est à propos d’une réhabilitation des fondements biologiques de l’histoire de Paris que Louis Che (...)

1Dans l’introduction de son livre : Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Louis Chevalier accuse les sociologues (ou les historiens ?) d’avoir dressé de Paris un tableau simplifié à l’extrême : ils auraient considéré la ville comme si tous les problèmes, même celui du repos, se ramenaient à un problème unique, celui du travail1 !

2Une attitude semblable à l’égard de la Valladolid du xvie siècle conduirait à une erreur majeure, donnerait une vision profondément déformée de la réalité. Ce n’est pas en analysant les conditions et les formes de travail que l’on se préparera le mieux à comprendre l’histoire de cette ville au meilleur de son temps. Oserai-je écrire que l’étude des loisirs, celle du luxe, celle des spectacles qu’elle donna à ses visiteurs et d’abord à elle-même, l’éclaireront mieux ?

3Il reste qu’à la limite toute économie repose sur le travail et qu’il n’est pas d’épanouissement matériel ou intellectuel sans un support économique. Mais est-il certain que le travail de ses habitants ait été essentiel à l’économie de Valladolid ? Ou vivait-elle d’abord du travail des campagnes voisines et de celui des grands domaines, parfois lointains, qui fournissaient aux familles nobles résidant dans la ville des revenus souvent considérables ; et des dépenses de la Cour ou de son entourage, des salaires que l’État versait à ses hauts fonctionnaires de la Chancellerie, de l’Université, de l’Inquisition ? Dépenses seules capables de donner à cette ville par leur orientation le style particulier qui fut le sien.

4A considérer cependant comme essentiel à notre enquête le travail des habitants de Valladolid, quelles furent les formes les plus importantes de ce travail ? Ici, la réponse s’impose, dès l’issue d’un rapide examen. Les activités productrices tenaient dans l’économie de Valladolid une place secondaire, les services au sens large une place capitale. L’usage d’un vocabulaire actuel attribuerait à Valladolid une vocation « tertiaire » nettement affirmée : la production du secteur secondaire était elle-même orientée par le développement de ce secteur tertiaire, car c’est une production qui recherche la qualité bien plus que la quantité. Rentiers et courtisans, letrados et hommes de loi, commerçants, fonctionnaires et religieux comptaient bien plus dans la ville du Pisuerga que tisserands ou tanneurs, tailleurs ou charpentiers. Ils n’étaient pas seulement plus riches et plus puissants, ils étaient d’abord plus nombreux.

I. — LE PROBLÈME DE LA POPULATION ACTIVE

  • 2 Ces chiffres résultent de l’étude du recensement de 1561 déjà utilisé, notamment au chapitre vi, li (...)

5Si l’on accordait un crédit total au recensement de 1561, on pourrait même considérer que le travail était à Valladolid un fait de minorité. Ce document qui donne, on le sait, 6 642 vecinos à la ville, n’attribue qu’à 2 425 d’entre eux une fonction sociale nettement définie : métier, charge politique, sacerdoce. Mais il est évident qu’on ne peut se contenter d’un bilan aussi sommaire2 :

  • d’abord parce que l’enquête semble oublier des catégories de citadins dont on connaît l’existence par d’autres documents : les changeurs, une vingtaine au début du siècle, dont les registres notariaux confirment l’activité au milieu du siècle ; les ganapanes ou portefaix, alors qu’une liste nominative établie par la Municipalité en 1563 en recensait 51. D’autre part, comme dans les autres villes (ainsi Salamanque), le recensement de 1561 ignore les étudiants et, bien sûr, les femmes mariées qui travaillent ;

  • ensuite parce que le caractère fiscal du recensement qui vise seulement les chefs de famille exclut automatiquement des listes trois catégories de travailleurs largement représentées à Valladolid : les domestiques mineures (ou les servantes majeures mais mariées), les apprentis, les esclaves.

  • 3 Il faut rapprocher, dans la série Expedientes de Hacienda, les legajos 125 (Medina del Campo), 165 (...)

6Il est difficile de croire que les autres, plus de 4 200 vecinos, aient été dépourvus de toute activité professionnelle. Il est vrai qu’il faut compter avec 634 pauvres attendant leur subsistance de la charité privée, des fondations d’assistance ou des legs de leurs concitoyens soucieux d’être conduits à leur dernière demeure par l’escorte de ces pauvres pour lesquels était si facile l’entrée du royaume des cieux, avec près de 1 000 veuves dont seules quelques-unes exerçaient un métier (boulangère, lavandière, aubergiste...), et 378 femmes seules parmi lesquelles sans doute, à en croire les contemporains, bon nombre de péripatéticiennes. Mais les autres : ces 40 étrangers devenus vecinos de Valladolid ? Et tant d’autres encore dont les listes ne nous apportent que le nom : faut-il voir en eux les chefs de familles hidalgas dédaignant, lorsqu’ils le pouvaient, toute profession qui n’intéressât point le service du Roi ? Certes le recensement de 1591 attribue à Valladolid 2 500 hidalgos sur 8 112 vecinos. Mais un autre document, auquel nous ferons largement appel dans un instant, nous incite à croire que le recensement de 1561 pèche par imprécision et que la population active de Valladolid était plus nombreuse qu’il ne le donne à penser. Beaucoup moins cependant, toutes proportions gardées, que celle de Medina del Campo ou celle de Ségovie. Une comparaison fondée sur les chiffres de 1561 propose des taux de 40 % pour Valladolid, 64,7 % pour Medina et 73,7 % pour Ségovie3. Quelles que soient les insuffisances du document vallisolétain, la différence ne peut être éliminée : de toutes les grandes villes de la Meseta septentrionale, Valladolid était celle qui travaillait le moins, celle aussi dont les séductions étaient les plus évidentes à des gens venus d’horizons très divers mais qui se rejoignaient dans l’oisiveté, pouilleuse ou dorée. Cette vérité n’est ni atténuée ni renforcée par une constatation nouvelle : la présence dans les couvents de Valladolid de quelque 1 200 religieux des deux sexes, effectif que les villes voisines n’approchent pas. Mais si la mission première de ces religieux était l’oraison, plusieurs d’entre eux exerçaient une activité intellectuelle ou artistique importante.

  • 4 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7. Ce recensement est différent de celui de 1561. Il ne (...)

7Un document postérieur, qui nous paraît d’un intérêt considérable, permet tout à la fois d’éliminer certaines des imprécisions du recensement de 1561 et de comprendre le sens des transformations économiques (et sociales) qui affectèrent Valladolid lorsqu’elle fut délaissée par la royauté. Il s’agit d’un rapport adressé en 1570 à la Cámara de Castilla, déjà utilisé à propos de notre étude démographique : il se présente comme un état de la population des diverses paroisses, les vecinos étant groupés par catégories socio-professionnelles dans chaque paroisse et ses indications peuvent être résumées dans le tableau suivant4 :

RÉPARTITION DE LA POPULATION A VALLADOLID EN 1570 PAR CATÉGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES

RÉPARTITION DE LA POPULATION A VALLADOLID EN 1570 PAR CATÉGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES

Note * : Quatre catégories d’oficiales nous ont paru devoir être transférées du secteur secondaire au secteur tertiaire : libraires, pharmaciens, charcutiers et pâtissiers. Faute de mieux, nous avons utilisé les chiffres de 1561.

  • 5 On a indiqué pourquoi, à notre sens, on pouvait penser ainsi. Livre I, chap. vi, p. 167-168. Ainsi (...)
  • 6 Alors qu’il est certain que nombre d’oficiales ont émigré après le départ de la Cour et le grand in (...)

8Même si cet état pèche par défaut, comme nous le croyons, et si l’on doit relever l’effectif à 6 0005, il permet de poser quelques questions : comment admettre, alors que la population a diminué de 10 % et que la ville se trouve dans une période de difficile adaptation, que le nombre des trabajadores et celui des oficiales aient si fortement augmenté ? Le premier serait passé de 219 à 673, le second de 1230 à 18706 . Il paraît plus vraisemblable de croire que beaucoup de personnes dont la profession n’était pas indiquée, ou cataloguées comme pauvres en 1561, auraient dû en réalité être inscrites dans l’une ou l’autre de ces catégories. Par contre, les vecinos omis dans l’état de 1570 sont beaucoup plus probablement des rentiers ou des pauvres que des travailleurs.

  • 7 Livre I, chap.vi, p. 167-168 et 186-187.

9Ceci dit, il reste que l’émigration ou le recours au travail se présentaient comme les seules solutions possibles à ceux qui avaient tout attendu, subsistance ou loisirs, de la présence de la Cour. L’émigration évidente et déjà démontrée de 1561 à 15707 a pu être le fait des nobles soucieux de suivre la Cour mais aussi d’artistes, de commerçants, d’artisans, de picaros, de pauvres. Quant au recours au travail, il participe d’une réadaptation de l’économie vallisolétaine dont il sera question plus loin. Ainsi les différences entre les documents de 1561 et de 1570 ne s’expliquent pas seulement par des différences de méthodes mais aussi par des transformations démographiques et économiques.

II. — FAIBLESSE DES ACTIVITÉS PRODUCTRICES

10Toutefois si l’on considère l’ensemble du siècle et malgré l’évolution amorcée après 1560, l’économie de Valladolid demeure caractérisée par la faiblesse des activités productrices. Secteurs primaire et secondaire ne représentent que 19 % des vecinos recensés en 1561 contre plus de 48 % à Medina et plus de 57 % à Ségovie. Même si l’on considère l’état de 1570 qui leur fait pourtant la part belle, ces deux secteurs ne parviennent pas à réunir la moitié de la population : 48,2 %.

  • 8 Ces expressions sont notamment utilisées dans le document d’A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, (...)

11La différence observée entre les deux documents à propos des vecinos occupés par l’agriculture n’est peut-être pas sans relations avec les fluctuations de la masse des manoeuvres, partagés entre le chômage et le travail des champs mais sollicités parfois par le travail du bâtiment. L’enquête de 1561 a pu enregistrer sérieusement laboureurs et maraîchers mais négliger beaucoup de ces journaliers sans qualification occupés tel jour « a cavar », tel autre « a labrar en el campo » ou « a echar agua para esta villa en bestias » ou encore « a otras obras que se hazen en esta villa » au gré de l’embauche matinale8. Au contraire, l’état de 1570 a regroupé tous ces gens dans la même catégorie. La répartition de ces travailleurs entre les paroisses accrédite cette hypothèse : dans les deux cas, ce sont les mêmes quatre paroisses (San Juan, San Pedro, San Nicolás, San Andrés) qui les abritent presque tous : 186 sur 219 en 1561 et 530 sur 673 en 1570. Il est alors logique de conclure que les nombreux vecinos restés sans qualification sur les listes constituées dans ces paroisses en 1561 étaient des trabajadores.

12Il est beaucoup plus difficile de résoudre le problème posé par la différence entre les deux statistiques relatives aux oficiales. L’avantage de la seconde apparaît paradoxal : les textes, celui de 1575 en particulier, insistent sur le dépeuplement, la ruine des affaires et du commerce, la fuite des artisans. On est donc obligé de recourir, pour expliquer ce paradoxe, aux défaillances du recensement de 1561 dont on connaît le but fiscal : la profession de plusieurs vecinos aurait été omise pour éviter une taxation excessive des divers gremios de la ville.

  • 9 A Ségovie 1905 vecinos employés dans les opérations de base de l’industrie textile, de la tonte, du (...)

13On peut s’interroger sur le nombre des producteurs, non sur la nature de leurs productions. Celles-ci ne visent qu’à satisfaire le marché local en biens de consommation : les cardeurs, les peigneurs, les tisserands, les drapiers ne fréquentent guère Valladolid. Les industries textiles qui comptent à Valladolid sont celles de la confection : tout un peuple de tailleurs, de faiseurs de pourpoints ou de chausses, de passementiers, de chapeliers, de fripiers, de gantiers, de brodeurs s’affairait dans les ateliers pour habiller au mieux la première ville de Vieille Castille. Mais la matière première venait, pour l’essentiel, de l’extérieur : le recensement de 1561 avoue 53 vecinos employés à l’apprêt des étoffes (tisserands, tondeurs, cardeurs) contre 433 aux diverses formes de la confection9. A Ségovie, les proportions étaient exactement inverses.

14Un phénomène comparable mais moins caractérisé peut être observé à propos des industries du cuir, le deuxième poste industriel de Valladolid : sur les 234 travailleurs du cuir, 64 seulement se consacraient à l’apprêt de la matière première : tanneurs, corroyeurs, peaussiers ; encore ces derniers livraient-ils certains produits finis. Les autres (cordonniers, fabricants de claques, selliers, bourreliers, maroquiniers, gainiers, fabricants d’outres) se vouaient à la transformation du cuir, à son utilisation pour l’élaboration d’articles de qualité demandés par une clientèle exigeante parce que riche et fastueuse. Mais la répartition des artisans entre les différents métiers du cuir était tout de même plus équilibrée qu’elle ne l’était dans le textile.

15On ne peut davantage s’étonner de la répartition de la main-d’œuvre entre les petites industries qui employaient un peu plus de 200 personnes : une vingtaine de forgerons préparaient le métal qu’utilisaient une centaine de couteliers, d’armuriers, de chaudronniers ou même d’aiguilletiers et, bien sûr, de cerrajeros, faiseurs de grilles plus que serruriers. Nombre de ces artisans façonnaient eux-mêmes leur métal comme les quelques étameurs ou ferblantiers qui figurent sur la liste. Tourneurs, potiers, chaisiers, fabricants de chandelles, horlogers, tonneliers, arbalétriers, etc., complétaient la gamme de ces petits artisans.

16Par contre, on doit souligner l’importance des industries d’art qui groupaient au moins 120 vecinos : il faudrait aussi leur adjoindre nombre de ces cerrajeros dont les admirables créations en fer forgé concernent l’art autant que le bâtiment ou la métallurgie. Mais deux catégories méritent une attention particulière : les orfèvres, sans doute les plus célèbres d’Espagne, au nombre de 64, parmi lesquels certains ont laissé un nom parvenu jusqu’à nous ; ensuite sculpteurs, peintres et doreurs associés dans l’industrie du retable, appelée dans un proche avenir à une prodigieuse fortune dont tant d’églises de Vieille Castille et du Léon témoignent aujourd’hui avec profusion.

17Une centaine de vecinos seulement dont une forte majorité de charpentiers s’inscrivent en l’été 1561 au poste du bâtiment : marasme naturel après le départ de la Cour et de nombreux habitants, mais très provisoire car le grand incendie de 1561 va stimuler vigoureusement cette industrie. Il est dommage que l’état de 1570 ne distingue pas les divers oficiales et ne permette ainsi d’apprécier la reprise du bâtiment ; mais l’élévation considérable du nombre des trabajadores peut en partie s’expliquer par cette conjoncture.

18Une conclusion définitive s’impose déjà dont il faudra, au long des chapitres suivants, mesurer les conséquences économiques et sociales, tant elle peut aider à la définition du caractère singulier de cette ville, de son destin divers et de son style de vie. La préparation des matières premières n’occupait qu’une partie infime de sa population : le plus grand nombre des producteurs qu’elle abritait ne travaillait guère que pour l’autre partie de la population : gens de Cour, aristocrates de grande lignée ou de courte hidalguía, gens d’Église, hauts fonctionnaires, gens de Robe, étrangers de passage, riches marchands ou artistes déjà prestigieux. La nature originale de cette clientèle dont le pouvoir d’achat était élevé commandait l’orientation de la production vers la qualité et la beauté. L’économie productrice de Valladolid nourrissait le luxe et se nourrissait de lui. Elle était donc fragile. Ainsi la ville a-t-elle pu apparaître à quelques années de distance et avec autant de vérité, brillante et riche aux yeux des uns, mourante de langueur et misérable aux yeux des autres.

III. — PRIMAUTÉ DES ACTIVITÉS TERTIAIRES

  • 10 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7. Certains inventaires de biens après décès concernant (...)

19Le tableau composé d’après l’état de 1570 attribue au secteur tertiaire un effectif identique à celui du secteur secondaire. Ce faisant il masque la nette supériorité de celui-là sur celui-ci, comme pourrait la masquer un tableau similaire établi d’après le recensement de 1561. Cette supériorité peut cependant être déduite de la statistique de 1570 au prix d’une analyse plus poussée : d’abord parce que dans plusieurs paroisses (Santa María la Mayor, San Miguel, San Pedro, San Juan, La Magdalena, Santiesteban, San Andrés), les veuves vivant de leurs rentes ne sont pas distinguées statistiquement des autres. La formule est toujours plus ou moins semblable à celle-ci : « algunas de ellas viven de sus rentas y hacienda y las más de su trabajo ». Ainsi, un certain nombre des 544 veuves de ces paroisses sont en réalité des rentières bien qu’elles n’aient pu être classées dans cette catégorie et le nombre des rentiers a été sous-évalué dans le tableau évoqué. D’autre part, et dans ce cas encore, nous manquons de chiffres, plusieurs des veuves dépourvues de rentes vivaient du logement qu’elles pouvaient offrir aux gens de passage à Valladolid, à ceux qui venaient suivre le cours de leurs affaires auprès de la Chancellerie en particulier. La chose est nettement précisée par plusieurs paroisses : San Pedro, San Martín, Santiesteban, La Magdalena, San Miguel, La Antigua, « viven... de acoger huéspedes de los que vienen a negociar à la Real Chancillería »10. Toutes ces veuves, si elles pouvaient être comptées, se classeraient dans le secteur tertiaire, comme une partie des autres encore, les dernières, vivant « de coser y labrar... y otros servicios ». Faut-il enfin rappeler que beaucoup d’oficiales étaient commerçants aussi bien qu’artisans : tels les orfèvres, changeurs et parfois banquiers autant que ciseleurs de l’or et de l’argent. Tant il est difficile d’adapter les modèles actuels aux économies anciennes.

  • 11 Voir livre I, chap. IV.

20Mais la supériorité indiscutable du secteur tertiaire à Valladolid est d’une nature beaucoup plus qualitative que quantitative. Les gens que l’on peut classer dans ce secteur sont généralement plus importants que les autres : c’est vrai des grands marchands et des courtiers, vrai des hommes de loi, vrai des letrados, vrai des religieux les plus éminents. Et des hauts fonctionnaires. Les hommes de loi n’étaient pas seulement presque aussi nombreux que les artisans de la confection en tous genres. Ils étaient aussi beaucoup plus riches et leur influence beaucoup plus grande dans la société vallisolétaine. Comme celle des propriétaires de vignobles comparée à celle des fabricants du cuir. Ou si l’on considère les sommets de chaque hiérarchie, il faudra placer au rang de la fortune, au rang de la considération, les letrados (auditeurs, professeurs d’Université, voire médecins), beaucoup plus haut que les orfèvres. Pour un Pedro Gutiérrez ou un Esteban Jordán, parvenus, l’un du travail des peaux, l’autre du travail du bois à la richesse et à la renommée, il y eut quelques dizaines de hauts fonctionnaires, de robins, de marchands... sans parler des grands seigneurs11.

21Cependant, une ville comme Medina del Campo possédait pareillement un secteur tertiaire prépondérant. Pour apprécier l’originalité de Valladolid, il convient alors de prendre garde à la répartition, très différente de celle de Medina, des gens entre les catégories socioprofessionnelles qui composent ce secteur.

22Ainsi, à suivre le recensement de 1561, 547 personnes au moins (car le nombre des prêtres nous paraît sous-estimé) servaient l’Église ou l’État, la loi, voire la chicane ; d’autres parmi eux veillaient à la santé de leurs concitoyens, d’autres encore apprenaient à lire ou à tirer l’épée, préparaient leurs plats ou géraient leurs maisons : ainsi prêtres, inquisiteurs, regidores et alcaldes, crieurs publics et huissiers, hommes de confiance, domestiques et cuisiniers, maîtres de grammaire ou d’escrime, médecins, chirurgiens, barbiers et pharmaciens, notaires et scribes, avoués et avocats, gens de la Chancellerie enfin, constituaient un groupe proportionnellement important, totalement en marge de la production : 22,5 % des « actifs », près du quart ! A Medina les mêmes professions ne réunissaient que 14,7 % des actifs. Et à Ségovie, sans les prêtres il est vrai, 6,18 %.

23L’opposition avec Medina s’accentue lorsque progresse l’analyse : le grand commerce (marchands, facteurs, courtiers, marchands d’étoffes et de joyaux, épiciers, lingers, banquiers) réunissait 172 vecinos à Medina et 101 seulement à Valladolid dont la population était deux fois plus nombreuse. Au contraire, et logiquement, le commerce de détail est plus largement représenté à Valladolid, et pareillement l’hôtellerie. Ou les petits métiers qui prolifèrent toujours sur le corps d’une ville riche comme y prolifèrent les pauvres, ce luxe, jadis, des puissants. S’offrent enfin à l’évocation les couvents et l’aristocratie des rentiers, dont on pourrait sans doute contester l’appartenance au secteur tertiaire parce qu’ils ne sont pas des « actifs ». Mais tant de « tertiaires » sont aussi, on le démontrera, des rentiers !

24Ainsi déjà, par la seule présentation des catégories socio-professionnelles dont les appendices offriront le détail, s’ébauche la vision de l’économie de cette ville et sa société. Mais les revenus et les rentes dont jouissaient les privilégiés, en dernière analyse la ville tout entière, provenaient pour une large part, directement ou indirectement, des campagnes, voisines ou lointaines. Alors se pose le problème du travail dans les campagnes.

IV. — LE TRAVAIL DANS LES CAMPAGNES

25Problème facile à résoudre s’il s’agit seulement de la distribution de ce travail. A ce propos, l’enquête de 1570, au contraire de celle de 1561, est très précieuse. Sans doute le fait essentiel qu’elle établit, en indiquant l’occupation professionnelle des habitants des villages, n’est-il qu’un truisme. Mais précisions et nuances ne manquent pas.

26On ne s’étonnera pas d’apprendre que la grande majorité des habitants de 28 villages (ceux indiqués au chapitre VI, plus Castrodeza, Peñalva, Sardón, Valbuena, Valdestillas, Villanueva de los Infantes, plus aussi le hameau d’Arroyo, moins Cigales et Mucientes) se livrait au travail des champs : 2 806 vecinos sur 3 303. Presque tous laboureurs ou journaliers qui vivent « de sus labranzas de pan y vino » ou de « traer pan a vender a esta villa ». Champs de blé et vignobles, telle est, retrouvée, la dualité essentielle des campagnes vallisolétaines où le pâturage n’est qu’accessoire : 80 bergers seulement sur ses 2 806 vecinos, auxquels on peut ajouter 8 maraîchers. Tels sont les horizons offerts au travail quotidien car dans ces campagnes où l’oisiveté ne pouvait se nourrir ni de fêtes et de spectacles, ni de la soupe des couvents, ni de la libéralité des nobles, le travail agricole est pour la plupart le seul moyen d’existence.

27Propriétaires ou brassiers ? Il est presque toujours difficile de répondre. Rarement comme à Cabezón on distingue entre les 143 laboureurs qui vivent « de ganar jornales así en el dicho lugar como en esta villa » et les 40 qui vivent en faisant valoir leurs propriétés comme 5 hidalgos, leurs voisins. Dans certains villages cependant la formule semble bien concerner les paysans propriétaires : pour Olmos, Renedo, Castronuevo, Tudela, Herrera, Villabáñez, Olivares, Arroyo, les textes évoquent des laboureurs qui vivent de leurs propriétés, avec des nuances diverses. Ainsi, à Tudela, ils subsistent « de la culture de leurs vignes et de l’exploitation de leurs biens ». A Villabáñez, « en cultivant leurs propriétés et en portant le pain à vendre dans cette ville ». A Castronuevo : « par la culture de leurs propriétés de pain et de vin ils s’entretiennent quoique pauvrement ». Pour Geria, c’est presque une déclaration d’aisance : les laboureurs y vivent « de leurs cultures, de pain et de vin ; c’est une localité d’une richesse raisonnable pour des laboureurs ».

28Ailleurs, la formule associe propriétaires et salariés sans qu’il soit possible de mesurer l’importance respective du faire-valoir direct et du travail salarié comme moyen d’existence : ils vivent alors comme à Valdestillas « de leurs propriétés et de leurs cultures et des journées qu’ils gagnent ». De même à Villanubla, Viana, Zaratán, Mojados, Wamba, Traspinedo, Villanueva de los Infantes. A Boecillo, « quelques-uns sont des travailleurs et les autres vivent de leurs propriétés et cultures ». Le nombre des journaliers semble particulièrement important dans les villages situés aux environs immédiats de Valladolid comme Cabezón, Boecillo, Santovenia surtout où, aux 4 vecinos qui exploitent leurs haziendas y granxerias, s’opposent les 40 qui vivent de leurs travaux et par le gain de journées dans cette ville (c’est-à-dire Valladolid). Enfin, dans d’autres villages encore la formule est trop vague pour permettre la moindre hypothèse. Ainsi à Castrodeza où les laboureurs vivent « par le travail des champs » ou à Peñaflor et Ciguñuela : « en cultivant le pain et en le portant dans cette ville pour le vendre ».

29Dans certains villages bien situés sur les grandes routes une ressource d’appoint est fournie par le logement des voyageurs. C’est le cas de Puente de Duero et de Valdestillas « por ser lugar de paso para muchas gentes ». Quelques aubergistes sont également signalés : 3 à Mojados, 3 à Peñaflor, 2 à Villanubla.

30Il est intéressant d’observer que plus de la moitié des bergers (44 sur 80) sont groupés dans trois villages voisins : Villanubla, Peñaflor, Ciguñuela, situés à la limite méridionale ou occidentale des Montes de Torozos, principale zone de pâturages de la région de Valladolid. Il est d’ailleurs curieux que le village de Wamba, voisin des précédents, n’avoue aucun berger alors que le recensement de 1561, peu fertile en indications de ce genre, lui en attribuait sept. Ces 4 villages comptent d’ailleurs 10 des 15 meuniers inscrits, ce qui témoigne de la vocation céréalière des plateaux de l’Ouest.

31Presque tous les autres « actifs » sont des artisans de village, relativement nombreux, semble-t-il, surtout les tailleurs : 43 dont 10 à Tudela. Notons pour mémoire 24 cordonniers, 17 charpentiers, 16 forgerons, 9 maréchaux-ferrants, 7 charretiers, et de tout un peu : maçons, vanniers, teinturiers, peaussiers, Tudela offrant évidemment la gamme la plus variée. Ce dernier bourg, presque une ville, était seul à posséder un médecin et un pharmacien, assistés de trois barbiers. Ailleurs, et dans le cas le plus favorisé, le service de santé était réduit à un barbier : à Villanubla, Peñaflor, Villabáñez, Sardón. Il est étonnant que la présence de notaires (deux) soit seulement signalée à Mojados alors que nous savons, pour avoir travaillé sur leurs registres, que Tudela et Cabezón par exemple en possédaient aussi. Cigales également, mais ce bourg, on le sait, ne figure pas sur l’état de 1570.

32Enfin ce document atteste la présence d’une petite industrie textile dans les campagnes vallisolétaines, celles-ci abritant même, semble-t-il, plus de tisserands et de cardeurs que la capitale (32 et 20 respectivement contre 29 et 2, mais ces derniers chiffres extraits du recensement de 1561, celui de 1570 ne distinguant pas, on le sait, les oficiales). Le principal foyer de cette industrie était la région d’Olivares-Valbuena-Villabáñez, ces trois villages voisins comptant 17 tisserands et 13 cardeurs, la plupart des autres se trouvant réunis à Tudela et à Peñaflor, c’est-à-dire dans des villages importants. Le recensement de 1561, dépourvu généralement d’indications professionnelles, mentionnait lui aussi des tisserands à Olivares.

33Ainsi tous les vecinos de ces villages ont une occupation connue, généralement laborieuse. Ceux que nous avons négligés jusqu’à présent sont presque toujours des veuves (distinguées par quelques villages seulement) et beaucoup d’entre elles travaillent : ainsi à Castronuevo où « de labrar las heredades aunque pobremente se mantienen ». Certes on a déjà évoqué les lacunes probables de ce recensement de 1570 qui ignore presque toujours les hidalgos (sauf à Cabezón) alors que celui de 1591 en comptera 102 dans les mêmes villages (à quelques variations près) dont 24 à Tudela. Et le même document signalera 116 prêtres contre 54 seulement dans celui de 1570, plusieurs villages les ayant alors omis. Mais ces lacunes ne peuvent modifier sensiblement la réalité qui se découvre à nous : celle d’une opposition entre les campagnes vouées à un dur labeur et une ville seigneuriale dont les créations étaient belles mais peu nombreuses et qui consommait bien plus qu’elle ne produisait. Les campagnes voisines travaillaient dans une large mesure pour cette ville, c’est évident d’entrée de jeu, mais il restera à définir les aspects de cette dépendance. La ville travaillait peu pour la campagne mais elle avait le mérite d’exister et son vaste marché, longtemps en continuelle extension, a stimulé le travail rural et peut-être adouci, par ce qu’il portait d’espérances, la peine des hommes.

***

34Au terme de ces brèves analyses, les problèmes que pose toujours la réflexion sur les moyens d’une économie s’éclairent, croyons-nous, d’une manière nouvelle :

  • parce que la production compte peu à Valladolid, la connaissance des moyens techniques de cette production, ceux qui concernent notamment main-d’œuvre et outillage, n’est pas essentielle sauf lorsqu’il s’agit de l’agriculture. Bien entendu cela ne nous dispensera pas de les étudier : car une production destinée à satisfaire le luxe doit être maîtresse de techniques évoluées, voire raffinées et posséder l’outillage adéquat. Il peut être intéressant de mesurer la différence entre ces techniques et celles des métiers ordinaires. Mais il est plus intéressant d’étudier la main-d’œuvre rurale et la technique agricole face à la demande croissante d’une consommation en expansion (jusqu’en 1560 au moins) ;

  • en revanche puisque la production de la ville ne pouvait suffire, il s’en faut, à la faire vivre selon le train qu’elle avait adopté, il est du plus haut intérêt de connaître quelles étaient les rentes, quels étaient les revenus des gens de la ville. La campagne sans doute pouvait donner beaucoup à la ville si les classes urbaines détenaient une part notable de la propriété foncière ou si, par l’investissement de leur capital dans les régions rurales, elles devenaient rentières du sol. Hélas, si nous connaissons bien, par les rentes constituées, ce dernier aspect de la question, le problème de la rente foncière s’est posé à nous en termes insolubles. Il est certain cependant que la campagne a sué pour payer les coûteuses folies de la ville, son vin, ses taureaux, ses étoffes de grand prix, sa vaisselle d’argent, ses fêtes. Toutefois, une part importante des ressources de la ville provenait des sommes reçues de l’État sous forme de salaires ou de rentes (juros), provenait aussi d’autres parties du monde hispanique où telle grande famille percevait des revenus. Comment, par exemple, négliger la découverte suivante : les rentes sur l’État (juros) perçues par les habitants de Valladolid dépassaient le montant des impôts payés par la ville ! Voici déjà reconnue l’une des sources de l’économie vallisolétaine. Bien entendu, on ne négligera pas d’évaluer l’abondance des signes monétaires. C’est donner, indirectement, un fragment de réponse à la question posée sur les revenus.

35Alors seulement, en fonction des réponses données à ces premières questions, l’évaluation des prix et des salaires mesurera les rythmes de l’économie vallisolétaine.

Notes

1 C’est à propos d’une réhabilitation des fondements biologiques de l’histoire de Paris que Louis Chevalier propose cette remarque. Ce n’est pas l’une des idées moindres de cette admirable introduction. Voir Louis Chevalier, Classes laborieuses et Classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, introduction, p. xxv à xviii.

2 Ces chiffres résultent de l’étude du recensement de 1561 déjà utilisé, notamment au chapitre vi, livre I. A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

3 Il faut rapprocher, dans la série Expedientes de Hacienda, les legajos 125 (Medina del Campo), 165 (Ségovie) et 194 (Valladolid).

4 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7. Ce recensement est différent de celui de 1561. Il ne donne pas des listes d’individus mais seulement le nombre de chefs de famille et de veuves par catégories socio-professionnelles dans chaque paroisse « clérigos, letrados, caballeros y escuderos que de sus rentas y granjerias se sustentan, escribanos y receptores, solicitadores y procuradores, mercaderes y tratantes, oficiales, etc. ».

5 On a indiqué pourquoi, à notre sens, on pouvait penser ainsi. Livre I, chap. vi, p. 167-168. Ainsi le document de 1570 semble avoir « oublié » la plupart des pauvres.

6 Alors qu’il est certain que nombre d’oficiales ont émigré après le départ de la Cour et le grand incendie. On n’en peut douter après consultation de l’enquête de 1575. A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 95.

7 Livre I, chap.vi, p. 167-168 et 186-187.

8 Ces expressions sont notamment utilisées dans le document d’A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7. L’embauche des journaliers se pratiquait à l’aube, sur la place de Santa Maria.

9 A Ségovie 1905 vecinos employés dans les opérations de base de l’industrie textile, de la tonte, du cardage, peignage, tissage, teinture, etc. (moins 47 marchands drapiers) contre seulement 170 pour la confection. Biens de production à Ségovie, biens de consommation à Valladolid : il y a séparation de fonctions entre deux villes fort différentes : on le sait déjà.

10 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2159, fol. 7. Certains inventaires de biens après décès concernant des veuves sont d’ailleurs fort abondants en literie pour ce motif.

11 Voir livre I, chap. IV.

Table des illustrations

Titre RÉPARTITION DE LA POPULATION A VALLADOLID EN 1570 PAR CATÉGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES
Légende Note * : Quatre catégories d’oficiales nous ont paru devoir être transférées du secteur secondaire au secteur tertiaire : libraires, pharmaciens, charcutiers et pâtissiers. Faute de mieux, nous avons utilisé les chiffres de 1561.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540