Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 1

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre premier. L'espace, la ville et les hommes

Chapitre VI. Au xvie siècle : le nombre des hommes

Texte intégral

1Voici l’instant d’introduire dans ces premiers cadres autant esquissés que tracés les hommes qui leur donnèrent vie et qui sont, et qui font la substance même de ce livre. Nous les avons seulement jusqu’ici imaginés à l’œuvre, plantant les pinèdes, construisant les ponts, parcourant les routes marchandes. Nous savons qu’ils se nourrissaient surtout de pain, de viande, de poisson et qu’ils aimaient le vin. Beaucoup de grands, de princes, de rois, firent de cette ville leur séjour, orientèrent son destin, nous le savons. Mais les autres hommes, comment se présentaient-ils, combien étaient-ils ? C’est leur nombre surtout qui fera question.

I. — LES VIEUX-CASTILLANS DU XVIe SIÈCLE VUS PAR LEURS CONTEMPORAINS

  • 1 Barthélemy Joly, op. cit.
  • 2 Andrés Navagero, op. cit., par. 74.
  • 3 Laurent Vital, op. cit., par. LXXII, LXXXIV, LXXXVI.
  • 4 Enrique Cock, La Jornada de Tarazona, op. cit., p. 1422.

2Alors que s’ouvre le xviie siècle, un Français, Barthélemy Joly, venu à Valladolid où la Cour a fait retour, décrit les Castillans : de petite stature, de carnation brune, de peau sèche, noirs de poil, portant la barbe très courte1. Les femmes, le Vénitien Navagero les disait belles et il est facile de le croire, les choses n’ayant pas changé depuis lors2. Laurent Vital admirait leur goût pour la parure, il note qu’elles se fardaient beaucoup, que leurs maris étaient très fiers d’elles3. Les choses, là encore, n’ont guère changé. D’ailleurs les hommes sont naturellement fiers, orgueilleux, vaniteux, prétend Enrique Cock qui les accuse de « soberbia y mucha presunción »4.

  • 5 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci.

3Ils ont le goût du faste, ce dont témoignent tous les voyageurs étrangers, ainsi Joly encore qui juge cette « nation » soumise entièrement au souci des apparences. Mais c’est un Français qui parle. Cependant Pedro de Medina nous présente une population citadine courtoise, ahidalgada, modeste, grave, sans arrogance ni orgueil, parce que procédant des meilleurs lignages d’Espagne5. Finalement, qui croire ?

  • 6 Ibid., cap. lxxiv.

4Pedro de Medina est seul à nous décrire les paysans de Vieille Castille : il les considère comme grossiers et ignorants, rustiques. Mais le peuple castillan dans son ensemble est fort, courageux. Les femmes des campagnes, viriles (varoniles !), dures au travail, participent au labeur des champs, moissonnent, battent, nettoient le grain6. Voilà qui est bien peu, l’enquête tourne court. Il faudra cependant nous en contenter. Nous avons tout dit de ce qu’il est possible de répéter à la suite des témoignages contemporains.

II. — LE NOMBRE DES HOMMES

Les difficultés de l’analyse quantitative.

5On ne trouvera pas dans ce chapitre une étude démographique exhaustive. A cela plusieurs raisons. Si nous disposons de dénombrements par feux relativement abondants, utilisables, en revanche nous ne disposons pas de registres paroissiaux complets. D’où les difficultés de notre enquête quantitative, qui justifient peut-être le caractère approximatif des résultats obtenus.

  • 7 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis au xviie siècle, p. 26.

6L’historien a raison de dire : « En ce qui concerne l’interprétation des divers dénombrements une seule question devrait se poser : comment ce dénombrement a-t-il été effectué ? »7.

  • 8 Guillermo Herrero Martínez de Azcoitia, La Población Palentina en los siglos xvi y xvii, Palencia, (...)

7Ces dénombrements avaient presque tous une vocation fiscale : mais ils n’ont pas été effectués dans les mêmes conditions ; ou bien ils furent effectués sous le contrôle de l’administration centrale du fisc et l’historien est alors tenté de penser à un gonflement des effectifs ; ou bien ils le furent par les pouvoirs municipaux, et l’on songe au contraire à une sous-estimation de la population afin d’éviter une augmentation vraisemblable des charges fiscales ou d’obtenir un dégrèvement8. Ainsi, dans le cas de Valladolid, je serais tenté de croire à une sous-estimation des recensements de 1561 et de 1570, à une surestimation de ceux de 1530 (peut-être) et de 1591 (probablement).

  • 9 Tomás González, Censo de Población de las Provincias y partidas de la Corona de Castilla en el sigl (...)
  • 10 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194 (documents constitués par l’administration de Valladolid) (...)

8Voilà des différences inquiétantes vu la proximité des années considérées : elles renforcent notre méfiance. Comment admettre par exemple comme également véridiques, dans le cas de Valladolid, la relation abbatiale de 1587 proposant 6 941 vecinos et le document de Simancas utilisé par l’historien Tomás González qui, en 1591, recense 8 112 vecinos9 ? Comment accepter que le bourg de Tudela pour lequel nous disposons, exceptionnellement, d’une remarquable série de dénombrements ait 576 vecinos en 1587, 584 en 1593 (documents très précis des archives provinciales de Valladolid) et 482 seulement en 1591 (document de Simancas) ? A tel point que dans ce cas précis nous avons conclu à une erreur pure et simple de 100, erreur que nous avons cru devoir rectifier. Mais pour l’année 1561 nous disposons le plus souvent de deux documents, l’un et l’autre à Simancas : le premier constitué par l’administration de Valladolid, le second enregistré par l’administration centrale du Trésor. Il leur arrive de coïncider parfaitement (Renedo : 86 vecinos ; Cabezón : 205 ; Mojados : 212 ; Olivares : 318, etc.) ; mais assez souvent le second propose des chiffres légèrement plus élevés (Villabáñez : 209 au lieu de 207 ; Wamba : 173 au lieu de 170 ; Traspi-nedo : 185 au lieu de 177 ; Viana : 74 contre 63 ; Geria : 135 contre 114 ; plus un cas aberrant, celui d’Olmos : 114 contre 66). Le cas contraire ne se produit que deux fois et la différence est infime10.

  • 11 La guerre des coefficients prendra-t-elle fin un jour ? Henri Lapeyre a pu, en tout cas, montrer (à (...)
  • 12 J. Ruiz Almansa, « La Población de España en el siglo xvi », Revista Internacional de Sociología, v (...)
  • 13 Fernand Braudel, op. cit., p. 348.
  • 14 Guillermo Herrero, op. cit., p. 16.
  • 15 Colección de nomenclatores estadísticas de la Provincia de Valladolid, B.N.M., Caja 2366-3.
  • 16 A.M.V., Archivo del Hospital del Esgueva, Leg. 29 à 45.

9Les contradictions entre documents ne sont pas le seul problème posé par les dénombrements. Ceux-ci posent l’énigme, capitale, du coefficient. Et les avis des spécialistes divergent à son propos. Pour la seule Espagne on a proposé plusieurs multiplicateurs du nombre des feux, et très différents : Cavaignac allait jusqu’à sept11 ; Ruiz Almansa propose six12 ; Fernand Braudel recommande un multiplicateur plus faible, quatre et demi13 ; Guillermo Herrero au sujet de Palencia déclare s’en tenir à cinq, coefficient souvent utilisé14. Mais il considère que les monographies démontrent les variations considérables de ce coefficient selon les régions. Tel est bien notre avis et, s’il est une chose dont nous sommes certains, c’est que dans l’Espagne du xvie siècle le coefficient attribué au « feu » urbain doit être plus important que celui dont on gratifie les villages. D’ailleurs les choses ont-elles tellement changé ? Le recensement espagnol de 1866 offre simultanément le nombre des feux et celui de la population totale : le coefficient de Valladolid est de 4,67. Or, sur onze villages choisis au hasard dans les environs neuf ont un coefficient inférieur, souvent très inférieur : Velilla, 3,49 ; Cigales, 3,90 ; Villanueva de los Infantes, 3,99 ; Simancas, 4,10. Alors que deux seulement ont un coefficient très légèrement supérieur : Villabáñez, 4,71 ; Viana, 4,7915. Quant au xvie siècle, notre conviction procède de diverses réflexions dont la valeur est peut-être plus grande que pour d’autres villes : le séjour de l’aristocratie garantit une nombreuse domesticité (valets, laquais, etc.) dont les membres ne figurent pas sur le dénombrement pas plus que les nombreux apprentis logés chez les artisans de la ville ou que les filles de service ; il y avait aussi des esclaves à Valladolid, il sera facile de la prouver ; enfin, si l’on peut connaître avec précision le nombre des religieux, on ignore celui des malades abrités par les hôpitaux importants de la ville mais on le sait considérable : de 1546 à 1555, il y a toujours 400 à 500 malades par semaine à l’hôpital de l’Esgueva, le plus grand, non le seul16. Toutes ces considérations me persuadent, malgré le nombre élevé des veuves, que le coefficient est loin d’être exagéré pour Valladolid.

  • 17 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.

10Ces raisons ne valent évidemment pas pour les campagnes où les esclaves sont presque absents (sauf à Cigales et Simancas), où les domestiques et les apprentis sont plus rares ; seuls les bourgs notables, Tudela, Simancas, Cigales, Laguna, avaient un hôpital. D’autre part, un document plus précis nous a permis, dans un cas particulier, celui du village de Mojados en 1567, le nombre des vecinos étant connu et celui de la population totale pouvant être calculé avec de grandes chances d’exactitude, d’établir le coefficient. Or, il est très bas : 3,30 (259 vecinos et 865 habitants)17. Bien entendu, il ne convient pas de conclure du particulier au général. Cependant il me paraît que le coefficient de 4 est suffisant pour les villages. Et pour l’ensemble de la Castille celui de 4,5 est probablement le plus proche de la vérité.

11L’utilisation des registres paroissiaux révèle d’autres difficultés. Matérielles d’abord. Les registres ont été conservés par les paroisses, il faut aller les consulter dans les presbytères ou les sacristies. D’où de fréquentes expéditions, inutiles souvent : les registres ont disparu, ou n’ont pas été conservés, ou sont inutilisables ; le curé est absent, parti à Valladolid, en pèlerinage à Lourdes, à la pêche ou à la baignade. Au temps de notre enquête le précieux Guide de l’Église espagnole ne donnait pas encore les dates de début des registres pour la province de Valladolid et d’autres recherches, dans le Nord à propos de la peste de 1599, m’ont prouvé que les indications de ce guide n’étaient pas toujours exactes. Impossible de téléphoner car dans nombre de ces villages il n’y a pas de téléphone. Parfois, il a fallu vider un grenier : heureux quand, ainsi à Laguna, on découvre après une heure d’un travail auquel le curé, soutane retroussée, participe vaillamment, un précieux registre ouvert en 1501 ! Dirai-je que je ne regrette pas ces voyages, ces après-midi à travers les admirables campagnes de Vieille Castille ? Tant de paysages insolites en marge des grandes routes, tant de chefs-d’œuvre des artistes de jadis m’ont été révélés et des visages inconnus sont devenus ceux des amis...

12La plupart du temps cette quête m’a valu seulement l’utilisation des registres de baptêmes. Les registres de décès commencent plus tard, se limitent très souvent à inscrire les gens qui léguaient une partie de leurs biens à l’Église : il est rare qu’ils offrent, comme à Simancas, de réelles garanties. Quant aux registres de mariages, presque toujours absents, ils n’ont véritablement pu être utilisés que dans un village, celui de Villabáñez.

13Bref, il était impossible d’utiliser la remarquable méthode mise au point par MM. Henry et Fleury ou de refaire pour nos villages (sans parler des paroisses urbaines qui posent, on le sait, des problèmes plus complexes encore) les analyses que Pierre Goubert a réalisées pour le Beauvaisis ou René Baehrel pour la Basse Provence. Mais l’apport des registres de baptêmes et, lorsque ce fut possible, des autres, ne m’a pas paru négligeable. Et leur étude a procuré, je crois, de précieux éléments de travail : soit que la courbe des naissances révèle le mouvement général de la démographie, soit que celle des décès démontre la crise de la fin du siècle, coïncidences qui ne peuvent être fortuites, avec le beau travail de Guillermo Herrero sur la voisine Palencia. De plus les registres des paroisses urbaines sont documents de mœurs et dans un cas au moins on a pu s’essayer à une reconstitution sommaire des familles.

Les évaluations.

  • 18 Il suffit, pour s’en persuader, de consulter A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301.
  • 19 Ibid.

14A s’en tenir au recensement de 1591 (et non de 1594 comme l’indique faussement l’ouvrage classique de Tomás González qui s’est fondé sur ce document dont on peut retrouver l’original à Simancas)18, Valladolid et ses campagnes se trouvent au centre d’une région très peuplée. L’ensemble de la Vieille Castille et du Léon aurait compté alors, en conservant le coefficient 5,2 007 100 habitants : la densité au kilomètre carré atteignant 20,2 et dépassant nettement la moyenne espagnole, 16,3, alors qu’aujourd’hui la situation est inversée. Encore cet ensemble ignore-t-il la province castillane de Santander et donne-t-il une idée trompeuse du peuplement des zones centrales (Palencia et la Tierra de Campos, Valladolid, Burgos) car des provinces faiblement peuplées comme celles de Soria, Léon, Zamora, affaiblissent la moyenne19.

15Les différentes évaluations dont nous disposons pour le siècle permettent d’établir que la petite région, objet de notre enquête, comptait alors 50 à 65 000 habitants dont un peu moins des deux tiers pour la ville. Il faut augmenter en effet les chiffres fournis par ces évaluations car certains villages situés à l’intérieur de notre zone n’ont pu être pris en compte faute de documents, ainsi Fuensaldaña, Villanueva de Duero, Simancas...

16Cinq dénombrements, dont quatre effectués pendant la seconde moitié du siècle, permettent de connaître approximativement les effectifs de la population de Valladolid. Voici d’abord les nombres de vecinos qu’ils proposent :

Les Dénombrements de Valladolid

Les Dénombrements de Valladolid
  • 20 Les sources, pour Valladolid comme pour les villages, sont les suivantes :
    1530 : A.G.S., Contaduría (...)

Note 2020

17Il reste impossible de porter un jugement sur le dénombrement de 1530 (ou de 1528). Le document de Simancas ne donne pour chaque localité qu’un nombre, sans autre renseignement. En revanche, les autres relevés appellent précisions et commentaires.

18Le recensement de 1561 est le document le plus précieux sur la population de la ville : effectué paroisse après paroisse, rue après rue, maison après maison, « feu » après « feu », il comporte des indications diverses sur l’état civil ou la profession des chefs de famille. Il a été réalisé un an et demi environ après le départ de la Cour dont il est logique de supposer qu’il a provoqué une forte émigration. Autrement dit, un recensement effectué en 1558 ou au début de 1559 aurait concerné une population plus nombreuse. D’autre part, malgré sa précision relative, le document de 1561 comporte des lacunes certaines et d’autres possibles : il ignore les moines et les religieuses (1 140 en 1591), les malades des hôpitaux ; il signale la présence de 118 prêtres auxquels on peut ajouter 16 chanoines et 6 dignitaires de l’Église (prieurs, abbés, etc.) mais ce nombre paraît difficilement acceptable parce que trop faible. Certes, le recensement de 1570 indique un nombre voisin (100 prêtres, une paroisse étant omise) mais on verra que ce recensement est probablement au-dessous de la vérité et celui de 1591 propose 350 prêtres, soit un effectif beaucoup plus considérable. Il n’est pas question de ganapanes ou portefaix dans le dénombrement de 1561, alors que les listes de ganapanes comportant une cinquantaine de noms sont fréquemment établies dans les livres d’actes. De même le nombre des courtiers (19 corredores) est faible et ne correspond pas aux listes de ces mêmes livres. On peut s’étonner aussi que l’effectif des trabajadores et jornaleros (journaliers ou manœuvres employés soit aux labeurs des champs, soit dans les grands travaux urbains) soit limité à 112 ; même si l’on tient compte des 97 laboureurs et maraîchers, le total obtenu est étrangement inférieur à celui de 1570 : 673 vecinos voués à ce genre d’activités, alors même que le dénombrement de 1570 recense une population bien moindre. Mais il peut se faire que plusieurs des gens auxquels le document de 1561 n’attribue pas de profession aient été des journaliers ou des manœuvres, ou aient été inscrits comme pauvres. On doit évidemment déplorer la différence des critères utilisés par les fonctionnaires qui effectuaient les recensements mais nous croyons qu’à condition d’être considéré comme un minimum, et compte tenu de l’omission des religieux, le nombre de 6 644 « feux » pour 1561 est assez près de la vérité.

19Le dénombrement de 1570 avoue seulement 5 267 vecinos (après vérification des chiffres, non 4 709 comme il est écrit à la fin du document !). Voilà qui pose un autre problème. Certes il est normal que la population ait diminué depuis 1561, car le caractère définitif du départ de la Cour s’est affirmé alors qu’on pouvait le considérer comme provisoire encore en 1561, et les destructions du grand incendie de cette même année ont pu provoquer une émigration supplémentaire ; les courbes de baptêmes confirment le fait. Cependant il est difficile d’admettre que le déclin ait pu être aussi accentué : Valladolid aurait perdu, en neuf ans, 1 387 vecinos, soit plus de 21 % de ses habitants après en avoir perdu déjà beaucoup de 1559 à 1561. Or un document de 1616 évalue à 1 500 la perte de vecinos subie par Valladolid abandonnée définitivement par la Cour en 1606. Pourquoi aurait-elle été très supérieure de 1559 à 1570, alors que ce même dénombrement recense 1 959 oficiales de toute classe (y compris pharmaciens, pâtissiers, charretiers, libraires) et celui de 1561, plus généreux pourtant, 1 319 seulement ? 673 travailleurs des champs ou manœuvres contre un peu plus de 200, un plus grand nombre d’hommes de loi et de letrados, à peu près autant de marchands et de petits commerçants, beaucoup plus de gens de service, autant de veuves (1 001 contre 998)... Il est probable que ce dénombrement est incomplet : seule une paroisse indique ses pauvres ou du moins ses mendiants alors que 634 vecinos avaient droit à la qualité de pauvres en 1561. Il est vrai qu’une partie de ces pauvres sont des veuves et que d’autres sont pourvus de métiers mais les uns et les autres, en 1561, représentaient à peine 45 % de l’ensemble. D’autre part, les femmes célibataires ou vivant seules, non recensées comme veuves (378, en 1561) sont absentes du document de 1570 ainsi que les étrangers (39 en 1561). Bref, il faudrait sans doute relever l’effectif des « feux » jusqu’à 6 000 pour retrouver une approximative vérité. La comparaison entre les populations des paroisses affirmerait le caractère exagéré de certaines différences : ainsi la paroisse de Santiago avait 1 237 vecinos en 1561 ; elle n’en a plus que 597 d’après le dénombrement de 1570 : certes la paroisse de San Ildefonso a été, entre-temps, créée sur le territoire de celle de Santiago mais elle n’a que 197 vecinos et le déficit de 40 % paraît difficile à admettre.

20Enfin, comment se satisfaire de la différence entre les chiffres de 1587 (6 941 vecinos) et 1591 (8 112 vecinos) ? il est certain que la reprise démographique se manifeste dès 1578, mais comment, sans le retour de la Cour, Valladolid aurait-elle gagné 2 000 vecinos en vingt ans, ce qui signifierait un accroissement de 30 à 35 % en vingt ans, ou en quatorze, si, comme nous le croyons, la crise s’est prolongée jusqu’en 1577 ? Guillermo Herrero a pu démontrer l’exagération des chiffres de 1591 pour la voisine Palencia, nous sommes près de penser que Valladolid a été dans le même cas. La relation abbatiale de 1587 nous paraît plus proche de la vérité : nous connaissons d’ailleurs le nombre total des baptêmes effectués à Valladolid pendant les quatre années 1595, 1596, 1597, 1598, les dernières avant la grande peste : la moyenne annuelle est de 1 317. Pour une population de 41 000 habitants (document de 1591), le taux de natalité s’établirait à 32,9 ‰ ; pour une population de 36 000 habitants (document de 1587), il serait de 36,5 ‰, taux plus conforme sans doute aux mœurs de l’époque. Mais cette observation n’a qu’une valeur relative. Si l’on retenait les chiffres de 1587 (6 941 vecinos sans les religieux, alors que ceux-ci sont comptés à raison de un vecino pour dix dans le document de I591), on considérerait que la ville de Valladolid avait alors dépassé le niveau de 1561 sans avoir pour autant retrouvé celui des années 1558-1559. La ville aurait donc compté 45 000 habitants environ à cette époque, peut-être un peu moins, quelque 30 000 seulement vers 1570-1575, pour remonter à près de 40 000 à la fin du siècle car l’expansion démographique continua certainement jusqu’en 1591. Un tel effectif faisait de Valladolid la troisième ou quatrième ville de Castille (après Séville et Tolède, sur le même rang que Grenade ou Cordoue, du moins avant le départ de la Cour).

21Les dénombrements concernant les villages offrent plus de garanties : les erreurs sont plus faciles à éviter, les fraudes moins aisées à camoufler lorsqu’il s’agit de collectivités numériquement peu importantes. Pour la plus grande partie des villages, nous disposons de quatre dénombrements (1530, 1561, 1570, 1591) et pour un assez grand nombre d’entre eux, de celui de 1587. On peut renouveler à propos de celui de 1570 les observations faites lorsqu’il s’agissait de Valladolid : il est incomplet, on peut le constater en considérant les indications détaillées qui sont fournies. Ainsi, les veuves n’ont pas été comptées dans plusieurs villages : à Geria où elles étaient 21 en 1561, à Cabezón où elles étaient 28, à Villanubla où on en comptait 18, à Villabáñez et à Olivares où elles étaient respectivement 34 et 52, dans bien d’autres villages encore, à moins que ces veuves n’aient été confondues avec les autres vecinos ; souvent les prêtres sont oubliés : à Olivares, à Mojados, à Laguna, à Wamba. Il ne faut pas s’étonner si le total de 1570 est nettement inférieur à celui de 1561 alors même que les courbes de baptêmes des villages sont à la hausse durant cette décennie.

  • 21 Dans ce cas, il faut recourir à des sources accessoires :
    Mojados : A.G.S., Expedientes de Hacienda, (...)

22D’autre part, nous possédons quelques recensements supplémentaires pour plusieurs bourgs : Mojados (1566), Laguna (1593 et 1597), Wamba (1595) et surtout Tudela de Duero21. Dans le cas de cette importante localité, nous disposons d’une série exceptionnelle puisque, entre 1530 et 1593, douze dénombrements, et certains fort précis, nous permettent d’étudier la remarquable progression démographique de ce chef-lieu du vignoble. En bref, la connaissance de la population rurale nous apparaît plus accessible et plus sûre de résultats que celle de la population urbaine, ce qui ne surprendra personne. Le tableau ci-dessous, qui concerne les quatre dénombrements généraux, montre que la population mise en cause aurait oscillé de 1530 à 1591 entre 13 828 et 16 692 (choix du coefficient 4) ou entre 15 655 et 18 778 (choix du coefficient 4,5, le maximum à notre avis). Rappelons cependant que certains villages, dont le bourg important de Simancas, manquent. Nous savons seulement que Simancas avait 314 vecinos en 1591. Au total, il s’agit donc de quelque 20 000 personnes. Mais d’ores et déjà, un simple coup d’œil sur ces colonnes de chiffres nous renseigne sur le sens de l’évolution démographique.

Population en « vecinos » (feux)

Population en « vecinos » (feux)

III. — LE SENS DE L’ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE

L’évolution de la Vieille Castille.

  • 22 Albert Girard, « Le Chiffre de la Population de l’Espagne dans les Temps Modernes », Revue d’Histoi (...)

23Voici en effet que l’étude de la démographie rurale corrige l’impression trompeuse laissée par l’examen des chiffres relatifs à la ville. Car Valladolid est un cas aberrant. Les séjours de la Cour, ses départs, interviennent trop directement dans l’évolution démographique pour que celle-ci ait une signification autonome. Il en va différemment avec les campagnes qui subissent sans nul doute l’influence des errances de la Cour mais d’une manière beaucoup moins immédiate. Or, à ne considérer que les villages, le sens de l’évolution démographique apparaît nettement : il est positif. Au cours du xvie siècle, du moins jusqu’en 1591, la population des campagnes a augmenté. Nos recherches confirment ainsi, pour une petite région, les conclusions de Fernand Braudel, entièrement opposées à celles d’Albert Girard qui imagine pour le xvie siècle une diminution de population22.

  • 23 Pour l’année 1561 : A.G.S., Contadurías Generales, Leg. 2304, 2305, 2306.
    — 1584 : — — —, Leg. 2307, (...)

24Plusieurs documents de Simancas permettent d’ailleurs d’étendre la valeur de ces affirmations à l’ensemble de la Vieille Castille, du moins à propos de la seconde moitié du xvie siècle. Trois dénombrements datant de 1561, 1584 et 1591, le second n’existant malheureusement pas pour la région de Valladolid, laissent penser que le maximum démographique a été atteint vers 1580-1585, le reflux commençant aussitôt après, reflux rapide, accéléré par les épidémies. Le tableau suivant qui concerne des zones essentiellement rurales, composé sans arbitraire, imposé par les documents (il fallait choisir les régions pour lesquelles on disposait des trois statistiques), en convaincra23.

25Pour autant que l’on puisse accorder confiance à ces chiffres qui ne mettent en jeu aucune ville importante, les années 1561-1584 semblent marquées par une expansion démographique modérée qui atteint 8,8 % ; cette expansion n’est que la prolongation d’un mouvement de longue durée sensible pendant toute la première moitié du xvie siècle. Mais la rupture de tendance est brutale, peut-être exagérée par le document ; puisque le niveau de 1591 se situe très au-dessous de celui de 1584 (— 20,3 %) et même nettement au-dessous de celui de 1561 (— 13,4 %). Qu’en est-il des campagnes de Valladolid ?

Évolution de la population en Vieille Castille de 1561 à 1591

Évolution de la population en Vieille Castille de 1561 à 1591

L’évolution des campagnes de Valladolid.

26Le tableau de la page 170 démontre que l’évolution des villages des environs de Valladolid n’est pas exactement identique à celle des campagnes septentrionales de la Vieille Castille. De 1530 à 1561 l’expansion est assez vigoureuse : pour 23 villages elle atteint 14,7 %. De 1561 à 1591 la population totale de ces 23 villages reste presque stationnaire : elle n’augmente plus que de 2 %. Encore cette augmentation ferait-elle place à une diminution du même ordre si Tudela del Duero était absent du tableau.

27Si le dénombrement de 1570 était complet on pourrait penser que la population, après avoir nettement décliné de 1561 à 1570, les campagnes subissant elles aussi le départ de la Cour, aurait repris sa croissance après cette date. En fait, on l’a vu, ce dénombrement est incomplet et il est plus probable, comme le démontreront les courbes de naissances de quelques villages, que l’expansion démographique poursuivie jusqu’aux abords de 1580-1585 a fait place ensuite à un reflux. Mais celui-ci a été beaucoup moins accusé que le déclin des campagnes nordiques. En tout cas, le bilan des 60 ans (1530-1591) est très nettement positif pour 24 villages (Cigales en plus des 23 précédents) : il se traduit par un gain de 20,7 % dont 12,1 % au bénéfice des seuls bourgs de Tudela et Cigales. Il reste que, même délaissées ces localités, le signe reste positif. Si l’hypothèse de Pierre Chaunu, celle du glissement vers le Sud, est juste, comme je le crois, il est normal que le reflux démographique ait concerné l’extrême Nord de la Castille avant la région de Valladolid.

BAPTEMES A CABEZON ET LAGUNA. Cabezon (1544-1600)

BAPTEMES A CABEZON ET LAGUNA. Cabezon (1544-1600)

Laguna (1502-1600)

Laguna (1502-1600)

28Mais l’observation précédente n’en introduit pas moins la notion de diversité à l’intérieur du cadre géographique pourtant restreint de notre étude. En fait, presque tous les villages qui ont pris place dans le tableau se répartissent en quatre zones géographiques :

  • la vallée du Duero : Olivares, Tudela, Herrera, Boecillo, Laguna, Puente de Duero, Viana ;

  • la vallée du Pisuerga : Cigales, Cabezón, Santovenia, Geria (et à la rigueur, Mucientes) ;

  • la vallée de l’Esgueva : Renedo, Olmos, Castronuevo ;

  • les plateaux de l’Ouest : Peñaflor, Villanubla, Wamba, Zaratán, Ciguñuela, Velliza.

29Or, l’évolution de ces zones ne s’opère pas dans le même sens : les deux premières qui correspondent à deux grandes voies de passage sont en progrès constants, la troisième vallée, un cul-de-sac, manifeste une régression très prononcée et la dernière zone une stagnation d’ensemble qui n’est que la mesure de fortes oscillations particulières.

30Ainsi les sept villages de la vallée du Duero qui avaient 988 feux en 1530 en ont 1189 en 1561 (+ 20,4 %) et 1 333 en 1591 (soit + 35 % par rapport à 1530 et + 12,1 % par rapport à 1561). Il faut cependant signaler qu’après 1561 seules Laguna et Tudela continuent à se développer, Olivares se maintenant et les petites localités déclinant. Les villages de la vallée du Pisuerga parmi lesquels on déplore de ne pouvoir considérer le cas de Simancas, se signalent par un mouvement démographique analogue. De 1530 à 1561, quatre d’entre eux (Cigales ne pouvant être compté) augmentent de 22,4 %. Ces mêmes villages ne se développent que très faiblement de 1561 à 1591 mais sur l’ensemble de la période, et cette fois avec l’appoint de Cigales, cette zone enregistre un gain de 35,7 %.

31En revanche, les trois villages de la vallée de l’Esgueva se dépeuplent régulièrement. Possédant 294 feux en 1530, ils n’en ont plus que 252 en 1561 (—14,2 %) et 217 en 1591, soit au total une perte de 25,8 %. Il est à noter qu’un autre village de la même vallée, Villanueva de los Infantes, confirme cette évolution puisque le nombre de ses feux passe de 59 en 1530 à 32 en 1561.

32Quant aux villages du plateau, si Wamba décline régulièrement, ils se caractérisent surtout par une grande instabilité démographique dont les effets contraires produisent une stagnation : 928 feux en 1530, 952 en 1561, 943 en 1591. Cette zone n’a donc pas influencé le mouvement d’ensemble.

BAPTEMES A CIGALES (de 1527 à 1600)

33N.B : Cigales est le bourg de plus forte croissance démographique après Tudela de Duero.

LES BAPTEMES DANS LES CAMPAGNES DE VALLADOLID

LES BAPTEMES DANS LES CAMPAGNES DE VALLADOLID

34En dernière analyse, on notera la tendance des localités importantes à se développer, celle des petites à se dépeupler : dans le premier cas, Tudela, Cigales, Laguna, Mucientes, Cabezón et même Villanubla quoique Peñaflor et Traspinedo déclinent ; dans le second, Olmos, Boecillo, Herrera, Viana, avec l’exception de Puente de Duero pour des raisons routières. Il semble donc qu’on assiste à une concentration de la population.

  • 24 Les registres utilisés se trouvent dans les archives paroissiales :
    à Valladolid : San Andrés (1557- (...)

35Quelles nuances peut apporter à cette étude l’examen des registres paroissiaux24 ? L’examen des livres m’a conduit à renoncer à l’utilisation de beaucoup d’entre eux faute de garanties suffisantes (pages arrachées, mois manquants, registres brouillés, etc.). J’ai pu finalement conserver les registres de quatre gros villages de 1530 à 1600 : Tudela, Laguna, Cigales, Olivares. On se souviendra de ce que les trois premiers de ces bourgs sont en plein développement au cours du siècle, le dernier demeurant égal à lui-même. Il faudra donc se garder de tirer des conclusions générales de cette analyse. D’autre part, j’ai pu ajouter à ces quatre villages pour les années 1566-1600, cinq autres localités : Cabezón, Mucientes, Simancas, Villabáñez et Ciguñuela ; les registres des quatre premières localités en question offrent de réelles garanties ; par contre, j’ai hésité beaucoup à propos de Ciguñuela car les registres étaient dans un tel état qu’il a fallu retrouver une foliation complètement égarée ; je ne crois cependant pas que mes erreurs possibles, et même probables dans le cas de ce dernier village, aient pu modifier le mouvement d’ensemble. On voudra bien, d’ores et déjà, considérer les courbes qui ont été construites à partir des calculs effectués selon les divers registres.

36La première courbe (1530-1600) offre de très utiles renseignements : l’augmentation du nombre des naissances est très nette de 1530 à 1554 bien qu’elle soit ralentie par quelques mauvaises années (1540, 1546 en particulier).

37D’autre part, la crise des années 1555-1559 est très accusée et d’autant plus remarquable qu’elle se produit, nous le verrons, alors que les naissances continuent à augmenter à Valladolid, avant le départ de la Cour. Le problème des origines de cette crise se pose donc en entier. En revanche, la courbe accuse peu de sensibilité à l’égard du départ de la Cour. Dès 1560, elle remonte et son sens est alors totalement opposé à celui de la courbe urbaine. Cependant, ce n’est qu’en 1570 que les chiffres de 1550-1554 seront dépassés.

38En troisième lieu, on constate que l’altitude de la courbe atteint son maximum pendant les deux décennies 1571-1580 et 1581-1590, avec un léger avantage pour la première, les chiffres les plus élevés étant atteints en 1578 et 1581. Cependant, la crise des années 1575-1576 est bien marquée.

39Enfin, les années 1591-1600 marquent un reflux très net que l’examen de la seconde courbe urbaine soulignera. Les chiffres de 1597 et 1599 sont particulièrement bas.

40Si l’on fait la synthèse de ces enseignements, on constatera que l’augmentation des naissances, considérée à la mesure de la décennie, est très régulière malgré les crises jusqu’en 1580 : 1 787 en 1541-1550, 2 169 en 1551-1560, 2 380 en 1561-1570, 2 577 en 1571-1580. Le niveau élevé se maintient au cours de la décennie suivante : 2 589. Puis à la fin du siècle, c’est la chute brutale : 2 145 naissance en 1591-1600. On ne peut ignorer la remarquable coïncidence que fait apparaître l’étude des deux sources, dénombrements et registres paroissiaux, la seconde fixant les moments de l’évolution que la première établit. D’autre part, l’augmentation des naissances signale l’accroissement naturel comme responsable de l’expansion démographique en zone rurale, ce qui est logique. Enfin, les registres paroissiaux établissent un fait nouveau : en 1600, la population était certainement inférieure à ce qu’elle était en 1591. Ou du moins, le déclin se préparait-il.

41La seconde courbe rurale double la première à partir de 1566. Elle lui est à peu près parallèle et confirme donc sa signification. On notera cependant que les maxima sont légèrement déplacés : ils sont en 1570 : 497 baptêmes, et en 1572 : 480, au lieu d’être en 1578 et 1581 ; cependant le total de 1581, 479, est très comparable. En revanche, la décennie 1581-1590 dépasse légèrement la précédente : 4 341 baptêmes contre 4 308. Simples nuances qui ne modifient en rien les observations précédentes. Des calculs effectués par périodes quinquennales mettent en pleine lumière la stabilité du palier des années 1571-1590 : 2 189 naissances en 1571-1575, 2 119 en 1576-1580, 2 119 encore en 1581-1585, 2 222 en 1586-1590. La courbe s’effondre de la même manière au cours de la décennie suivante : 2 002 naissances en 1591-1595, 1 698 seulement en 1596-1600, et là encore les chiffres de 1597 et 1599 sont les plus bas. Par rapport à la décennie précédente, la diminution est de l’ordre de 15 %. Mais malgré la crise finale, le bilan démographique du siècle reste positif. Si l’on revient à la première courbe, le niveau de 1591-1600 reste bien supérieur à celui de 1531-1540.

  • 25 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2162-11, fol. 36.

42Nous ajouterons que l’arrivée des morisques déportés du Royaume de Grenade et répartis dans la région n’a pas modifié sensiblement l’effectif humain des campagnes vallisolétaines. D’après un rapport du 29 mars 1571, plusieurs de ces morisques étant morts, il en restait 253 dans les villages des environs dont 21 à Tudela, 27 à Simancas, 19 à Peñaflor, 20 à Villanubla, 13 à Cabezón, 12 à Laguna, 14 à Mojados, etc. Il semble d’ailleurs que les morisques se soient efforcés de se regrouper peu à peu à Valladolid25.

43Enfin, il faut signaler la présence de quelques religieux dans certains villages : en particulier à proximité de Laguna où résidaient les trente franciscains du couvent de 1’Abrojo, à Traspinedo où vivaient conjointement les douze bénédictins de Nuestra Señora del Duero, les douze hiéronymites de Nuestra Señora de la Armedilla et les douze prémontrés de Nuestra Señora de la Retuerta ; à Valbuena de Duero, près d’Olivares, où s’étaient établis les douze cisterciens de San Bernardo ; à Villanubla on trouvait aussi sept augustins et à Tudela deux bénédictins, tous ces chiffres étant fournis par le recensement de 1591.

Un cas d’expansion : Tudela de Duero.

44L’abondance des documents concernant Tudela de Duero et l’importance de ce bourg paraissent mériter une étude particulière. Voici d’abord l’évolution de la population de Tudela telle qu’elle apparaît à travers les douze dénombrements que nous possédons entre 1530 et 1593. Il faut savoir que huit de ces dénombrements, ceux qui ne figurent pas sur le tableau collectif, ont été effectués dans les mêmes conditions, c’est-à-dire par l’alcalde ordinaire et les regidores de Tudela, donc par des fonctionnaires municipaux, pour servir d’assiette au paiement de l’alcabala : ces dénombrements offrent donc des garanties. Ils sont d’ailleurs suivis des listes des contribuables avec mention de la somme payée par chacun d’eux.

  • 26 Les références concernant les divers recensements ont été données par les notes 3, p. 166 et 1, p. (...)

La population de Tudela de Duero (par feux)26

La population de Tudela de Duero (par feux)26

Note * : Cet astérisque désigne les recensements déjà inclus dans le tableau collectif et dont on a donné la référence.

BAPTEMES A TUDELA DE DUERO (de 1512 à 1600)

BAPTEMES A TUDELA DE DUERO (de 1512 à 1600)

N.B : Tudela de Duero, centre du vignoble, est le bourg de plus forte croissance démographique. Il est aussi celui où la crise de la fin du siècle est la moins marquée.

45Cette série donne l’idée d’une progression continue, et, semble-t-il, régulière de 1530 à 1559 : 23,8 % en 30 ans, soit un taux quelque peu supérieur à celui de l’ensemble de la vallée du Duero. Puis, après une légère régression (jusqu’en 1566), le développement du bourg reprend à une allure qui s’accélère après 1570, au point de surprendre ; certes on pourrait croire à une sous-estimation du dénombrement de 1570 qui ne procède pas de la même source, mais ceux de 1572 et de 1578 ont été effectués de manière identique : en six ans le taux d’accroissement est de 20,3 %, ce qui est énorme. Par la suite, Tudela ne cesse de grandir quoique le rythme se ralentisse. Cependant, le niveau atteint en 1583 avec 587 feux est considérable : en 63 ans, la population de Tudela a augmenté de 81,7 %. Taux infiniment plus élevé que celui des autres villages (un peu plus de 35 % avons-nous dit pour les vallées du Duero et du Pisuerga, la première comprenant d’ailleurs Tudela, soit les régions les plus favorisées). Comment alors ne pas observer que Tudela fut le centre du vignoble vallisolétain, particulièrement prospère en ce siècle ! Et Cigales, un autre bourg dont l’économie était fondée sur la vigne, témoigne pareillement d’un taux important d’accroissement : 53 % de 1530 à 1591.

46Les soupçons que l’on pouvait concevoir à propos de la forte augmentation constatée après 1570 disparaissent après l’examen des registres paroissiaux dont les résultats s’harmonisent parfaitement avec les leçons des recensements. Les séries décennales de naissances se présentent comme suit :

47On constate déjà que l’augmentation des naissances accompagne fidèlement celle du nombre des feux ; le recul marqué par les dénombrements de 1561 et 1566 est illustré par une légère diminution des naissances pendant la décennie correspondante et durant la suivante le « boom » des baptêmes est le résultat logique de l’apparition de nombreux nouveaux feux. Une analyse plus poussée éclaire mieux le phénomène. Si l’on divise la période 1551-1560 en deux phases quinquennales, l’on s’aperçoit que la première a été beaucoup plus féconde que la seconde : 419 baptêmes contre 305. Ce sont les nombreux enfants nés entre 1541 et 1555 qui, après 1570, parvenus à l’âge du mariage et de la procréation, ont fondé en masse de nouvelles familles dont les chefs, devenus vecinos, figurent désormais sur les listes des recensements.

48Enfin, malgré le grand nombre d’enfants nés entre 1571 et 1580, Tudela accuse la crise de la fin du siècle, infiniment moins cependant que d’autres bourgs et villages : de 1591 à 1600, les naissances restent beaucoup plus nombreuses qu’elles n’étaient avant 1570 et l’existence du registre de décès à partir de 1592 permet de constater que la période 1592-1600 est encore marquée par un excédent des naissances sur les décès : 790 contre 578, alors que les autres exemples sûrs que nous possédons témoignent d’un bilan négatif. La prospérité démographique de Tudela paraît donc confirmée.

L’évolution de Valladolid.

49L’histoire démographique de Valladolid est sans doute plus difficile à faire. On peut au moins la connaître dans ses grandes lignes.

50L’augmentation du nombre des habitants de la ville est certaine jusqu’en 1559 mais ne peut être appréciée quantitativement puisque le deuxième dénombrement, celui de 1561, se situe deux ans environ après le départ de la Cour ; il est donc impossible de savoir combien d’hommes la ville a gagnés avant 1530, puis de 1530 à 1559. Mais l’expansion n’en est pas moins certaine.

  • 27 A.G.S., Patronato Real, Leg. 4, fol. 55 : « Esta villa es de mucha parte de la gente que ha venido (...)
  • 28 Voir supra, chap. v, p. 140-147.

51Un document du début du siècle indique que beaucoup d’habitants de Valladolid ne sont pas originaires de la ville mais sont venus s’y établir27. D’autre part, on sait que plusieurs centaines de maisons ont été construites, entre 1540 et 1560 surtout, pour loger les nouveaux arrivants28. Et au début de ce chapitre on a fait remarquer que le recensement de 1561 indiquait une population aussi nombreuse que celui de 1530, ce qui supposait un effectif bien supérieur deux ans plus tôt. Enfin l’utilisation des registres paroissiaux, pour incomplète qu’elle soit dans ce cas, apporte des confirmations d’ordre statistique.

  • 29 San Miguel, Santiago, La Magdalena.

52A partir de 1541, nous disposons des registres de baptêmes de trois paroisses dont deux des plus peuplées de la ville, Santiago (d’assez loin la plus peuplée) et San Miguel. L’évolution de 1541 à 1550 donne les chiffres suivants29 :

Mouvement annuel des naissances dans trois paroisses de 1541 à 1550

Mouvement annuel des naissances dans trois paroisses de 1541 à 1550

LES BAPTEMES A VALLADOLID. Courbe des baptêmes de 8 paroisses de Valladolid (de 1550 à 1600)

LES BAPTEMES A VALLADOLID. Courbe des baptêmes de 8 paroisses de Valladolid (de 1550 à 1600)

53Ces 8 paroisses groupaient, lors du recensement de 1561, 4Z04 “vecinos” sur un total de 6644, soit un peu moins de 64 %
Il s’agit des paroisses suivantes Santiago, San Miguel, El Salvador , San Nicolas, La Magdalena , Nuestra Señora de la Antigua , San Pedro , San Llorente

54Les chiffres de 1541 sont bas, ce qui est normal car l’année 1540 fut une année de peste et de famine. Par la suite, le nombre des naissances augmente régulièrement. Toutefois une crise courte, mais violente, caractérise les années 1546-1547 : résultat de la difficile année 1546. On se souviendra des indications analogues fournies par la courbe rurale : minima de 1540-1541, 1545-1547.

55En 1546, nous pouvons faire entrer en scène trois autres paroisses, moins importantes il est vrai, celles de San Nicolás, de San Juan, de San Llorente. En totalisant les naissances des six paroisses au cours des années 1546-1550, nous obtenons :

Mouvement annuel des naissances dans six paroisses de 1546 à 1550

Mouvement annuel des naissances dans six paroisses de 1546 à 1550

56Chiffres qui accusent la faiblesse des années 1546-1547 et le dynamisme de la reprise qui suivit.

  • 30 Il faut regretter de ne pas disposer à ce moment-là des registres de San Andrés dont la croissance (...)

57Enfin, à partir de 1551, le registre de la paroisse de San Juan défaillant mais trois autres apparaissant, ceux d’El Salvador, de La Antigua et de San Pedro, nous possédons alors les registres de huit paroisses sur les quinze que comptait alors la ville. Mais d’après le dénombrement de 1561 ces paroisses réunissaient 64 % des feux. Nous avons constitué une courbe concernant ces huit paroisses pour le deuxième demi-siècle. Par chance, ces paroisses sont assez bien réparties dans tous les secteurs de la ville : paroisses d’artisans et de commerçants (Santiago, El Salvador, dans une moindre mesure La Antigua) ; paroisses pauvres, voire faubouriennes comme San Nicolás, La Magdalena, San Pedro ; secteurs à demi bourgeois, San Miguel et San Llorente30.

58Considérons pour l’instant la première décennie de ce demi-siècle pour laquelle les chiffres des huit paroisses sont les suivants :

Mouvement annuel des naissances dans huit paroisses de 1551 à 1560

Mouvement annuel des naissances dans huit paroisses de 1551 à 1560

59D’autre part, si nous ne possédons pas les registres de San Andrés, la croissance considérable de cette paroisse à la même époque est certaine. En 1554, le majordome de San Andrés, Juan de Almazán, déclarait que durant les dernières années, la paroisse avait gagné de 500 à 600 vecinos et, ajoutait-il, elle en gagne sans cesse.

60Ainsi, il est clair que l’expansion qui caractérisait la décennie précédente s’est continuée malgré un léger reflux de 1556 à 1558 parallèle à celui qui se manifeste dans les villages. Quant au recul de 1560, il s’explique facilement par le départ de la Cour.

61Cet événement introduit une période nouvelle de l’histoire de Valladolid et, bien sûr, de son histoire démographique. La diminution de la population a certainement été considérable et elle concerne une période assez longue : 1560 à 1578 environ. Le dénombrement de 1570 propose 5 258 feux. On a expliqué pourquoi on le jugeait incomplet, pourquoi l’on croyait devoir relever le nombre des feux à 6 000. Cela suppose déjà depuis 1561 une perte de substance humaine de 10 % environ, s’ajoutant à celle subie de 1559 à 1561.

  • 31 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 95.
  • 32 Cf. supra, chap. v, p. 145.

62D’autre part, une enquête fut réalisée en 1575 sous la direction de l’échevin Galaz de Burgos31. Bien sûr, on ne peut aborder ce document sans méfiance puisqu’il est destiné, comme il l’avoue naïvement, à démontrer au Roi la pauvreté de la ville et l’ampleur de son dépeuplement. On ne peut cependant le négliger, telle est l’étendue du mal qu’il dénonce. Dans le chapitre précédent, d’ailleurs, nous en avons fait une première utilisation : l’existence, en 1570, de 578 maisons désertes, certaine neuves, est significative32.

63Parmi les personnes interrogées par la commission d’enquête figurent tous les curés. Ils sont unanimes. Celui de San Juan exagère sans doute : il déclare qu’étant vicaire de Santiago, il participa à une visite de la paroisse et qu’elle comptait alors 3 600 vecinos contre 500 maintenant ! Mais le curé de Santiago affirme qu’il n’a jamais eu moins de paroissiens ; un des chanoines de l’Église Majeure dit que beaucoup d’échoppes d’artisans sont fermées et leurs propriétaires ont quitté la ville qui a beaucoup perdu depuis trente ans. Le curé de San Pedro ne compte plus les maisons de sa paroisse vides, en ruines ou inhabitables et le curé de San Martin dit la même chose. Celui de Santiesteban estime que la ville n’a jamais eu tant de pauvres et si peu d’habitants. Beaucoup de gens ont émigré, sont allés à la Cour ou ailleurs. Un vicaire de San Salvador a pu mesurer au confessionnal la diminution du nombre de ses ouailles. Tous rendent responsable de cette crise le départ de la Cour et quelques-uns accusent aussi l’augmentation des alcabalas. Les autres témoins disent plus ou moins la même chose que les curés, insistent sur le marasme des affaires, ajoutent que beaucoup d’autres personnes auraient émigré si elles avaient pu se défaire à un prix convenable de leurs biens et de leurs vivre trois commerces. Dans de grandes maisons où pourraient ou quatre familles, il n’en réside qu’une.

  • 33 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2162, fol. 192-193.
  • 34 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196.

64Et cependant, en 1570-1571, Valladolid a reçu un important contingent de morisques : un premier rapport de mars 1571 en signale 139 vivants ; un second daté de juillet en dénombre 23133. Il ne s’agissait là que des premiers arrivants puisque la précise relation de l’abbé de Valladolid en 1589 fait état de 1 171 morisques (hommes, femmes, enfants) et indique leur répartition selon les paroisses34. Or, il est probable que la plupart de ces morisques, installés dans 350 maisons, étaient à Valladolid dès 1575.

  • 35 Certes, la courbe présente quelques imperfections : les années 1562-1565 manquent pour La Magdalena (...)

65Enfin, les registres paroissiaux qui témoignent en faveur de l’expansion démographique avant 1559 attestent après cette date la réalité de la crise35. La courbe des huit paroisses descend régulièrement de 1559 à 1563 : de l’une à l’autre de ces deux années, le nombre des naissances diminue de 31 % alors même que la courbe rurale est en pleine ascension. Une légère reprise se manifeste dès 1564 mais timide, incertaine, et les chiffres de 1568 et 1569 sont les plus bas qui aient été enregistrés depuis 1550. Le déficit des naissances de la décennie 1561-1570 par rapport à la précédente est de 19 %. Si Valladolid comptait approximativement 6 000 feux en 1570, faudrait-il croire alors qu’elle en avait environ 8 000 vers 1555-1559 ? C’est-à-dire 40 000 habitants ? Nous le croirions volontiers.

66Mais la décadence de Valladolid n’était pas définitive et une reprise démographique vigoureuse s’est manifestée pendant une vingtaine d’années. Plusieurs signes s’accordent à le démontrer. D’abord les dénombrements de 1587 et 1591. Même si le second est exagéré, il est logique de penser que la population a augmenté de 1587 à 1591 parce que les naissances sont particulièrement nombreuses en ces années. Valladolid a certainement alors dépassé les 7 000 feux, probablement atteint les 7 500. C’est-à-dire que le niveau de la période 1555-1559 a dû être approché.

67Il semble que le changement de tendance se soit amorcé après 1570 et se soit affirmé à partir de 1578 : les naissances sont un peu plus nombreuses de 1571 à 1580 que pendant la décennie précédente. Après 1578 l’augmentation est soutenue et la courbe atteint même en 1588-1589 les maxima les plus élevés du demi-siècle. Avec 8 418 baptêmes, la décennie 1581-1590 dépasse les résultats obtenus de 1551 à 1560. Précisément les nombreux enfants nés à cette époque sont pour quelque chose dans ce renouveau. Mais cette explication n’est pas suffisante.

  • 36 A.M.V., Livres d’Actes, de 1551 à 1600.

68On a déjà dit qu’en 1589 Valladolid abritait près de 1 200 morisques répartis entre 350 feux. Mais la ville a reçu d’autres immigrants. C’est ainsi que des personnes sollicitent en assez grand nombre le droit de vecindad, analogue, semble-t-il, au droit de bourgeoisie français : or l’obtention de ce droit est suspendue à l’engagement de résider pendant dix ans en casa poblada à Valladolid. Les demandes étaient assez nombreuses avant 1560 (67 en neuf ans, de 1551 à 1559) ; elles diminuent beaucoup ensuite : 33 au cours des neuf années suivantes (1560 à 1568) ; elles deviennent plus rares encore de 1573 à 1580 : 12 seulement en huit ans. Mais à partir de 1581, elles augmentent sensiblement : 41 de 1581 à 158936.

  • 37 G. Herrero, op. cit., p. 52.

69Seuls cependant les riches sollicitent le droit de vecindad : les marchands, nombreux à la fin du siècle, et c’est un signe favorable, les hidalgos. Les pauvres s’installent plus discrètement. Valladolid a reçu alors des immigrants nordiques : Biscayens, Asturiens, gens de la montaña, Galiciens. Les quelques registres de décès conservés permettent de le noter. Ainsi sur les 86 morts de la paroisse San Nicolás en 1590, il y a trois Asturiens, trois Biscayens, un Galicien, deux montañeses ; en 1591, sur 177 morts, neuf Asturiens, trois Biscayens, un Galicien. Dans la paroisse de Santiesteban, on trouve aussi distingués les morts montañeses : 5 en 1592 sur 39 morts, 2 sur 39 en 1593. Pour que ces précisions soient données, il faut sans doute que l’établissement n’ait pas une origine très ancienne. Guillermo Herrero a pu constater lui aussi, grâce aux registres paroissiaux, l’ampleur de l’immigration des montañeses à Patencia37.

70Il reste à considérer deux éléments particuliers de la population de Valladolid, l’un dont il est difficile d’apprécier les changements numériques en cours de siècle, les religieux ; l’autre, soumis sans aucun doute à d’importantes variations : les esclaves.

  • 38 Escorial, Bibliothèque, Manuscritos Castellanos, L. 12.
  • 39 A.H.P.V., Leg. 60, fol. 1.
  • 40 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 416.

71A en juger par un document de l’Escurial, Valladolid possédait onze monastères d’hommes et quatorze de femmes qui réunissaient 615 moines et 525 moniales, soit 1 140 religieux38. Mais le recensement ne nous paraît pas complet. Parmi les couvents de femmes, il omet au moins ceux de Santa María de Belén qui abritait 30 religieuses en 156539, et de San Felipe de la Penitencia qui en comptait 40 en 156240. Ce sont au moins 1 200 religieux qui vivaient alors à Valladolid.

  • 41 Matías Sangrador, Histoire de Valladolid, 1851.
  • 42 A.M.V., Leg. 360.
  • 43 A.H.N., Clero, Leg. 7794.
  • 44 A.H.P.V., Leg. 76, fol. 811. En fait, ces chiffres sont au-dessous de la vérité. N’ont pu être comp (...)
  • 45 A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301.

72Comment ce nombre a-t-il évolué au cours du siècle ? Certes plusieurs couvents furent créés : en 1543, la première maison des jésuites, en 1544 le couvent des minimes de Saint-François-de-Paule, Nuestra Señora de la Victoria, en 1551 le couvent du Carmen calzado ; voilà pour les hommes. Et des maisons de femmes : en 1521 le monastère de Nuestra Señora de la Concepción, en 1530 celui de San Felipe de la Penitencia, en 1540 celui du Corpus Christi, plus tard celui des carmélites descalzas41. Mais ces fondations ne prouvent pas que les religieux soient en 1591 plus nombreux qu’au milieu du siècle par exemple. Car l’effectif de certains couvents est plus faible à cette date qu’en certaines périodes antérieures : ainsi le monastère de San Francisco avait 120 religieux en 1532 et 70 seulement en 159142 ; le couvent des cisterciennes de San Quirce 47 moniales au moins en 1577 et 25 en 159143 ; et le couvent de Las Huelgas plus de 40 en 1576 contre 30 en 159144. Quoi qu’il en soit, Valladolid comptait plus de religieux réguliers qu’aucune autre ville de Vieille Castille. Le recensement de 1591 en attribue 474 à Medina del Campo, 523 à Ségovie, 460 à Ávila, 798 à Burgos, 987 à Salamanque. Mais Tolède en comptait 194245.

  • 46 Barthélemy Joly, Voyage en Espagne.
  • 47 A.M.V., L.A., 23 mai 1594.

73Il est plus difficile d’évaluer la quantité des esclaves car à notre connaissance, il n’existe pas de dénombrement les concernant. Nombreux, ils le furent : en temps de Cour, bien sûr. Au début du xviie siècle, Barthélemy Joly observe la présence de beaucoup d’esclaves noirs46. D’autre part les registres paroissiaux des années 1550-1559 par exemple mentionnent fréquemment des baptêmes d’esclaves. Ainsi les examens portant sur sept paroisses (El Salvador, Santiesteban, San Julián, San Nicolás, La Magdalena, La Antigua, San Llorente) révèlent un baptême d’esclave ou d’enfant d’esclaves en 1556, dix en 1557, six en 1558, trois en 1559, soit vingt en quatre ans. Mais en l’absence de la Cour, Valladolid eut encore de nombreux esclaves : dans les livres de baptêmes de la fin du siècle, il est encore question d’esclaves, et davantage dans les livres de décès : plusieurs Noirs périssent à San Martín ou à San Benito de 1595 à 1600 ; ou encore à Santiesteban : sept de 1592 à 1597, dans une paroisse pourtant peu peuplée, car les letrados et parfois même les ecclésiastiques, les artisans ont possédé des esclaves : les documents notariaux où apparaissent de temps à autre des actes de vente d’esclaves s’accordent, pour l’affirmer, avec les registres paroissiaux. Il y a là un fait dont la signification sociale est grande et qui méritera plus ample illustration. Mais voici un texte de 1594 : « en esta villa ay muchos esclavos ». Ils se débauchent, car ils vont boire et jouer dans les tavernes, ce qui suppose qu’ils volent leurs maîtres. Le crieur public fera donc savoir par toute la ville qu’il est interdit d’admettre les esclaves dans les tavernes47.

74Mais religieux et esclaves n’interviennent guère dans la détermination du sens de l’évolution. En tous cas, au terme de cette analyse, on doit conclure que ce sens fut positif. Dans les campagnes, sans aucun doute. Mais dans la ville même, qui parvint à surmonter la crise née de l’infidélité de la Cour, puisqu’en 1590, la population de Valladolid était sans aucun doute supérieure à ce qu’elle était en 1530.

IV. — ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCE DE LA POPULATION

75Il semble que soit résolue, au moins sommairement, une question d’importance. Il en subsiste d’autres que dénombrements et registres paroissiaux permettent de poser.

Le problème des veuves.

76Les divers recensements relatifs aux villes et villages castillans du xvie siècle nous convient d’abord à une étonnante découverte : le nombre très élevé des veuves, dont le tableau suivant témoigne.

  • 48 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.

77Ainsi, Valladolid compte moins de veuves que les villes voisines, et le pourcentage des veuves en zone rurale n’est pas sensiblement différent de ce qu’il est en zone urbaine. Mais il est toujours considérable et probablement très supérieur à celui des veufs. Un seul témoignage en ce sens : un recensement effectué dans le village de Mojados en 1567 signale 37 veuves contre 17 veufs seulement48. Faut-il en conclure à une plus forte mortalité masculine, incriminer les guerres, l’émigration vers l’Amérique, s’en prendre à des causes biologiques ? Une certitude demeure : le grand nombre des veuves accroît les charges sociales de la population, favorise sa paupérisation. Nous avons eu l’occasion de démontrer le caractère surtout féminin du paupérisme de Medina del Campo et de Ségovie, le veuvage contribuant pour une large part à l’expliquer.

  • 49 Dans le recensement de 1561, à propos de Valladolid et de ses campagnes, sont comptées comme veuves (...)

Le nombre des veuves49

Le nombre des veuves49

La natalité.

78Mais si nombreuses sont les veuves, les familles demeurées complètes ont beaucoup d’enfants. Car une population en expansion, malgré les prélèvements périodiques des épidémies, suppose fréquemment une natalité vigoureuse. Celle-ci semble telle, en effet, pour autant que dénombrements et registres paroissiaux permettent de l’apprécier. Bien entendu, la vérité à laquelle nous sommes parvenus ne peut être qu’approximative.

79Dans le cas de villages, dont les recensements de 1561 et de 1591 nous sont connus, nous avons déterminé une population moyenne en usant du multiplicateur quatre. Puis, nous avons calculé la moyenne annuelle des baptêmes de la période 1561-1590. Voici les résultats obtenus par cette méthode sommaire sur l’exactitude de laquelle nous ne nourrissons pas d’illusions exagérées.

Taux de natalité de quelques villages

Taux de natalité de quelques villages

80Ces taux sont assez variés. Cependant, ceux de Laguna, Mucientes, Villabáñez sont comparables. On observe aussi que le plus faible, celui d’Olivares, appartient à un village qui manifeste de 1561 à 1591 une légère tendance au dépeuplement alors que les autres correspondent tous à des villages en voie de développement parfois très faible, parfois important, comme dans le cas de Laguna dont le taux approche 40 ‰.

81Le taux exceptionnellement élevé de Tudela de Duero pose un problème. On peut essayer de le résoudre en étudiant les variations de ce taux grâce aux nombreux dénombrements que nous possédons pour ce bourg. En l’occurrence, on a déterminé une population moyenne à partir de recensements rapprochés et calculé la moyenne annuelle des naissances pendant la période correspondante. Voici comment s’expriment les variations du taux de la natalité à Tudela :

Variations du taux de natalité à Tudela

Variations du taux de natalité à Tudela

82Le taux exceptionnel de 1572-1578 est factice et ne doit pas égarer. Entre 1572 et 1578, en effet, la population est plus nombreuse que ne le laisse paraître le comptage des vecinos : c’est alors que beaucoup de jeunes gens nés avant 1555 fondent des feux nouveaux, on l’a déjà signalé. C’est dire que l’usage du coefficient 4 en 1572 ne correspond pas à la réalité, c’est dire aussi que la moyenne simple établie entre les 433 feux de 1572 et les 521 de 1578 risque de tromper. Le coefficient 4 est-il, pour l’ensemble de la période, insuffisant à propos de Tudela ? La question peut être posée d’autant plus qu’il s’agit d’une agglomération importante, presque une petite ville. L’usage du multiplicateur 4,5 ramènerait le taux de natalité à Tudela à 44,4 ‰.

83Ce dernier taux reste élevé. Mais, en tout état de cause, il est logique de constater que le taux de natalité le plus fort caractérise précisément le bourg dans lequel la poussée démographique s’est manifestée avec le plus d’ampleur pendant le cours du siècle.

  • 50 Supra, chap. VI, p. 168.
  • 51 Ces huit paroisses sont : La Magdalena, San Miguel, Santiago, San Lorenzo, San Nicolás, San Juan, S (...)
  • 52 G. Herrero, op. cit., p. 38.

84La connaissance de la natalité urbaine est plus difficile encore à approcher. On a déjà eu l’occasion de signaler que le taux pourrait s’établir à 32,9 ‰ à la fin du siècle si l’on acceptait le recensement sans doute exagéré de 1591 et à 36,5 ‰ si l’on comptait avec une population de 36 000 habitants que suggère le dénombrement de 158750. Un calcul de vérification peut également être réalisé pour la période 1551-1570 grâce au document de 1561 et à la connaissance du nombre des baptêmes pendant ces deux décennies51. Ces huit paroisses réunissaient, en 1561, 4 204 feux, soit 21 020 habitants. Certes, elles étaient plus peuplées vers 1555-1559, mais elles l’étaient moins vers 1565-1570, puisqu’on a vu le dépeuplement se continuer de 1561 à 1570. Il n’est donc pas déraisonnable de retenir l’effectif de 1561 comme ayant une valeur moyenne pour la période 1551-1570 au cours de laquelle se produisirent 14 865 baptêmes, soit 743,2 par an. Le taux de natalité aurait été alors de 35,3 ‰, très proche de celui que nous proposons pour la fin du siècle. On remarquera aussi que Guillermo Herrero parvient à des résultats équivalents pour Palencia. Connaissant tous les baptêmes et possédant plusieurs recensements, il a pu établir que de 1561 à 1595, le taux de natalité avait oscillé de 34,81 ‰ à 37,48 ‰52.

85Une dernière observation : la natalité fléchit fortement en certaines années, les mêmes, en ville et dans les campagnes : 1540-1541, 1545-1546, 1557-1558, 1575-1576, 1582-1584, et durant les dernières années du siècle. De telles concordances appellent l’explication économique.

La mortalité.

86Notre connaissance de la mortalité est encore bien plus imparfaite parce que nous ne possédons de registres de décès que pour la dernière décennie du siècle, marquée par une surmortalité telle qu’elle a tous les caractères d’une crise de structure et que nous l’étudions comme telle à la fin de ce chapitre. Deux exceptions seules permettent d’aborder l’étude de la mortalité normale.

87A Simancas, le registre de décès commence comme celui des baptêmes en 1555 et il est tenu avec un soin tel que son utilisation semble offrir toutes garanties. Malheureusement, nous ne possédons pour Simancas que des dénombrements tardifs : ceux de 1587 et 1591 (317 et 314 feux). Si on les utilise comme base de calcul, en acceptant le multiplicateur 4, on doit admettre une forte mortalité : avec 1 767 décès de 1565 à 1590, soit 49 par an, la mortalité atteint, pour 1 256 habitants, 38,3 ‰ : elle est au même niveau que la natalité et l’accroissement naturel est presque nul : 1 787 baptêmes pendant la même période.

88A Tudela, le registre des décès, utilisable durant la décennie 1561-1570, propose des conclusions très différentes. La mortalité à cette époque paraît faible : avec 316 morts en dix ans, le taux atteint 20,2 ‰. Il faut cependant remarquer que cette période ne comporte aucune année de surmortalité ; par conséquent, même si ces chiffres sont exacts, la mortalité moyenne à Tudela devait être un peu supérieure. Mais il reste vrai que nous avons surtout, à propos de ce bourg, des témoignages de prospérité. Et le très fort excédent des baptêmes sur les décès (384, de 1561 à 1570) semblerait indiquer que l’accroissement naturel est très largement responsable de l’essor remarquable de Tudela, même si, comme il est probable, la mortalité s’élevait normalement au-dessus du niveau de 1561-1570.

89L’étude de ces deux cas, dont l’un est exceptionnel, ne permet pas d’aboutir à des résultats satisfaisants. Il eût fallu disposer d’exemples plus abondants. Et nous n’avons aucun moyen de connaître, en temps normal, c’est-à-dire avant 1591, la mortalité urbaine. On peut seulement observer que de 1586 à 1590 la paroisse de San Nicolas qui, d’après le document de 1587, compte 450 feux et donc, approximativement, 2 250 habitants, perd 357 personnes, le taux de mortalité s’établissant durant ces années à 31,7 ‰, nettement au-dessous du taux de natahté qui serait de 42,8 ‰ (483 naissances). Ou envisager le cas de la paroisse de La Magdalena qui, de 1582 à 1590, perd en neuf ans 188 personnes alors que le même recensement de 1587 lui prête 190 feux et donc 950 habitants : le taux de mortalité n’est plus alors que de 22,1 ‰, alors que le taux de natalité s’élèverait à 45,7 ‰. Peut-être ces notations auront-elles au moins le mérite de faire valoir l’ampleur de la surmortalité de la fin du siècle et de signaler l’une des conditions de l’essor démographique qui l’a précédée.

  • 53 Il est difficile de donner une définition convenable de criatura. Les textes autorisent cependant n (...)

90Le problème de la mortalité infantile est d’une approche difficile. Cette mortalité était certainement très élevée. A Simancas, le registre des baptêmes totalise 2 234 actes de 1555 à 1600 et, durant le même temps, le livre des décès collectionne 916 sépultures de criaturas, c’est-à-dire de très jeunes enfants53 ; la durée de cette période rend, croyons-nous, les deux séries comparables : les pertes s’évalueraient alors à 41 %.

  • 54 G. Herrero, op. cit., p. 47, 48.

91La tentation est grande aussi de mettre à profit les confirmations qui sont enregistrées dans certains livres de baptêmes. Ainsi à Cabezón, l’évêque est venu confirmer en 1565, 1571, 1582, 1590 et 1598. Si, comme l’affirme Guillermo Herrero, les confirmations ne concernent que les enfants âgés de sept ans au moins, l’évêque aurait confirmé au cours des quatre dernières tournées, celle de 1565 étant exclue, tous les enfants nés de 1559 à 1591 : en effet, ceux qui étaient nés de 1559 à 1565 étaient trop jeunes pour être confirmés en cette dernière année. Or les confirmés furent au total 624, un peu moins de la moitié de ceux qui vinrent au monde, 1 269. Évidemment, certains avaient pu, à la suite de leurs familles, quitter le village. Ou faut-il penser que 50 % des enfants de Cabezón mouraient avant de parvenir à l’âge de sept ans ? Cette proportion est vraisemblable : Herrero obtient pour Palencia des chiffres plus inquiétants : 68 % de 1576 à 160054.

  • 55 Pierre Goubert, op. cit., p. 39.

92La même opération effectuée à Cigales donne des résultats analogues, ce qui peut servir l’autorité du procédé. Il y eut confirmations à Cigales en 1563, 1578 et 1590 : éliminons la confirmation de 1563 ; on peut penser que tous les enfants encore vivants nés de 1557 à 1583 furent confirmés en 1578 et en 1590 : les enfants gratifiés du second sacrement furent 1 039 alors que 1 926 avaient reçu le premier, c’est-à-dire 53,9 %. On ne peut manquer d’être impressionné par la concordance des chiffres. Il est donc probable que 40 à 50 % des enfants disparaissaient avant d’entrer dans leur huitième année. On rappellera que Pierre Goubert obtenait des résultats du même ordre pour Auneuil et pour la période 1656-173555.

Mariage et composition des familles.

93L’existence d’un registre des mariages correctement tenu à Villabáñez a permis l’application partielle dans ce village de la méthode Henry-Fleury. Partielle seulement, puisque le livre de décès, trop tardif, n’a pu être utilisé pleinement ; et dans la limite, évidemment, des renseignements succincts fournis par les actes. Voici les résultats auxquels nous sommes parvenus.

BAPTEMES ET MARIAGES A VILLABANEZ (de 1565 à 1610)

94NB : Villabañez n’a subi que modestement la crise de La fin du siècle.

1570 1589, 8 ‰149 940 1570 1589). 4,20 (1590-1599), 2,83.

95Les Castillans se mariaient, semble-t-il, beaucoup plus tôt que les Beauvaisins. Mais notre enquête est fort limitée : elle ne concerne que des premiers mariages contractés entre 1590 et 1605, intéressant des femmes et des hommes dont nous avons pu retrouver les actes de baptême. L’âge moyen au mariage des 35 femmes qui sont dans ce cas est de 20 ans et 2 mois. On peut dire que l’âge modal se situe avant 20 ans : 19 femmes (54 %) se marient avant leur vingtième année, et 2 seulement après 25 ans, 1 après 30 ans. Le quart de ces femmes (9 sur 35) se sont mariées avant d’avoir atteint 18 ans. Les hommes, il est vrai, sont plus âgés : l’âge moyen au mariage de 18 hommes est de 23 ans et 9 mois, et l’âge modal coïncide avec lui car il est de 23-25 ans : 10 hommes se sont mariés après 23 ans et avant 25 ans ; 2 seulement avaient plus de 25 ans, aucun n’avait atteint la trentaine, un seul avait moins de 20 ans.

96Mais ce mariage précoce ne valait pas aux femmes de Villabáñez une période de fécondité plus longue que celle des Beauvaisines. Comme Pierre Goubert, nous pouvons dire qu’il est rare que cette période s’étende au-delà de vingt années. Nous avons suivi jusqu’à leur terme les 149 unions réalisées de 1570 à 1589. Ces 149 unions concernent seulement 135 femmes, car 14 d’entre elles se sont mariées deux fois. Or sur ces 135 femmes, 6 seulement ont eu une période de fécondité supérieure à vingt ans : la plus longue dura vingt-quatre ans et permit à Isabel Ortega, mariée en 1583, d’avoir 10 enfants d’avril 1586 à avril 1610 ; 5 autres femmes eurent une durée de fécondité oscillant entre vingt et vingt-trois ans pour 8 et 10 enfants. Parmi les quelques mariages étudiés célébrés après 1589, on peut signaler deux périodes dépassant vingt ans pour 10 et 11 enfants et une période de dix-huit ans et dix mois (décembre 1597-octobre 1615) pour 11 enfants. Aucune des 149 unions étudiées n’obtint plus de 11 enfants.

4,20 1570-1589. 561570 1592 4 225 33 (33,33), 8 18 7

97Revenons aux 149 couples formés entre 1570 et 1589 : 110 d’entre eux seulement ont eu des enfants ; des 39 autres, certains peut-être ont quitté Villabáñez, d’autres ont pu être détruits par la mort, certains rester improductifs. Les 110 couples qui ont eu des enfants en ont obtenu 380. La moyenne est de 3,45. Elle est faible. Éliminons encore les 22 familles qui ont eu un seul enfant. La moyenne intéressant les 88 ménages qui demeurent remonte à 4,06. Elle n’est pas très élevée. Signalons cependant que plusieurs de ces unions ont été brutalement rompues par la mort au cours de la période 1591-1600 qui est une époque de crise et la valeur de nos calculs en est altérée. Il est très probable que si nos calculs avaient pu concerner le milieu du siècle, la moyenne aurait été plus élevée. On peut s’étonner en effet que 30 de nos familles seulement aient eu 5 enfants ou davantage, 11 au maximum. En tous cas, l’on peut supposer raisonnablement que « le taux de remplacement » est resté à cette époque inférieur à l’unité et que s’est préparée alors la décadence démographique du siècle à venir. Mais c’est la dernière décennie du xvie siècle qui constituera le véritable tournant.

1580 1592, 3,39 (234 69

98Les registres paroissiaux nous valent bien d’autres renseignements à propos des naissances illégitimes ou anticipées par exemple. Mais nous pensons qu’ils ne concernent pas le seul mouvement démographique : ils éclairent les mœurs, l’idée et l’expression de l’amour. On nous permettra d’en différer l’étude. En revanche, ces registres apportent une contribution majeure à la connaissance de la terrible crise qui affecte les dernières années du siècle et dont nous pensons qu’elle présente tous les caractères d’une crise de structure : nous croyons que la décennie 1591-1600 marque le passage d’une démographie en expansion, depuis plus d’un siècle peut-être, à une démographie en complète décadence jusqu’au début du xviiie siècle.

La grande crise de la fin du siècle.

  • 57 Méndez Silva, Población General de España, Madrid, 1644.
  • 58 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 1066.
  • 59 A.G.S., Dirección General de Rentas, Libro 325, fol. 17.

99Crise de structure ? Peut-être ne faut-il accorder qu’une confiance très limitée à la Población general de España de Méndez Silva qui, en 1644, n’accorde que 4 000 vecinos à Valladolid, 4 000 à Ségovie, 1 200 à Medina del Campo, 900 à Burgos, 2 000 à Ávila ; la Vieille Castille paraît un peu trop maltraitée, alors que Madrid se voit créditer de 60 000 feux et Séville de 24 000, le second effectif paraissant beaucoup plus plausible que le premier57. Mais un rapport au Conseil des Finances, daté de 1683, attribue également à Valladolid 4 000 feux, affirme que la ville ne vit plus que d’un commerce mesquin et de la production de vin ; on ne fait point de constructions nouvelles parce que les anciennes sont plus que suffisantes et l’on ne relève plus des bâtiments qui s’effondrent58. Au milieu du xviiie siècle, le cadastre du marquis de La Enseñada, document de première valeur, atteste que Valladolid n’a pas 5 000 feux59. Voilà pour faire apparaître le caractère artificiel, éphémère, du bref retour de prospérité qui, à l’aube du xviiie siècle, avec la Cour revenue grâce aux manœuvres intéressées du duc de Lerme, put leurrer, quelques années durant, les espoirs retrouvés des Vallisolétains.

  • 60 G. Herrero, op. cit., p. 26 et 36.

100Il va sans dire que les dernières années du siècle ne sont pas seules responsables de cet affaissement tragique. Mais elles paraissent particulièrement importantes parce qu’elles marquent un renversement de la tendance qui concerna probablement la plus grande partie de la Vieille Castille. Même Palencia qui parvint au cours du xviie siècle à se maintenir à un niveau convenable ne retrouva jamais alors l’effectif de population atteint vers 1587-1591 et si le « trend » des naissances au xvie siècle s’oriente à la hausse, celui du xviie siècle est horizontal60.

101Car ces années, qui finissent le siècle, le finissent mal. La mortalité croît, les naissances sont moins nombreuses. Les textes de toute origine dénoncent la pestilencia comme responsable. Mais les graphiques des prix, de ceux du blé notamment, ont, ici comme ailleurs, une grande affinité avec ceux des décès.

  • 61 A.M.V., L.A., 4 septembre 1503 ; 9 février 1506.
  • 62 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 132, fol. 191 ; A.G.S., Estado, Leg. 6, fol. 80.
  • 63 Andrés Navagero, op. cit., par. 76.
  • 64 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 248 et 250.
  • 65 Nous nous proposons de le montrer dans un autre livre. La documentation à cet égard est d’une grand (...)

102La peste est, au xvie siècle, un vieux fantôme dont les hommes savent inéluctables les périodiques apparitions, dont ils se défendent avec opiniâtreté mais sans illusions. Au cours de ce siècle, ce fantôme a souvent visité Valladolid et les campagnes voisines : en compagnie de sa vieille amie, la famine. Plusieurs fois dans les premières années du siècle : en 1502 et 1503 peut-être, en 1506 sûrement61. En 1518 et 1519 la peste est cruelle : la Chancellerie et les riches ont quitté Valladolid et en avril 1519, l’Ayuntamiento de Valladolid ne peut obtenir le retour du Tribunal malgré son insistance62. Nouveau retour offensif en 1527 : Charles Quint et la Cour quittent la ville en août pour se réfugier à Palencia, tandis que la Chancellerie émigre à Olmedo où elle se trouve encore en janvier 152863. En 1533, la peste rôde à travers les campagnes alentour, affecte les villages de Castrodeza, de Wamba, de Mucientes, touche quelques paroisses pauvres de la ville à partir de septembre : San Pedro, San Nicolás, mais l’épidémie reste légère64. En 1540 la famine provoque une nouvelle et grave épidémie qui resurgit en 1542. En 1547, en 1575 ou 1576 encore, la peste manifeste sa présence mais à la fin du siècle, elle s’installe pour culminer en 1599 : en cette terrible année, elle ravagea avec une rare violence la région de Valladolid, une grande partie de la Vieille Castille et sans doute de nombreuses provinces d’Espagne65.

103Partout, des signes de maladie et de mort. Les années de surmortalité se multiplient qui ne sont pas toujours les mêmes en tous lieux. Difficile année 1591 : Villanubla, qui a environ 1 000 habitants, en perd 81 contre 25 en moyenne lors des années précédentes : la mortalité y atteint 80 ‰. A Valladolid, où nous ne possédons pour cette année que les registres de décès de trois paroisses, une surmortalité affecte deux d’entre elles : San Nicolás, qui perd 177 personnes sur une population approximative de 2 250 (mortalité approchant 80 ‰) et La Magdalena qui en perd 61 sur 950 (mortalité égale à 64 ‰). Difficile année 1592 : même le prospère bourg de Tudela, où le taux de mortalité est généralement faible, on l’a vu, est touché : le registre annonce 120 morts contre une cinquantaine habituellement (taux de 50 ‰). A Simancas qui compte 84 morts, le taux de mortalité atteint 66 ‰. A Valladolid, si la mortalité redevient normale à La Magdalena, si elle reste seulement forte à Santiesteban (48 ‰), elle atteint 90 ‰ à San Pedro (184 morts sur 2 040 habitants) et approche 70 ‰ à San Nicolás. Difficiles encore, ici ou là, l’année 1594 ou l’année 1596 : en cette dernière année, la mortalité dépasse 63 ‰ à Santiesteban et 90 ‰ à San Pedro.

BAPTEMES ET SEPULTURES A SIMANCAS (de 1555 à 1600)

BAPTEMES ET SEPULTURES A SIMANCAS (de 1555 à 1600)

104A partir de 1597, la menace se fait plus lourde. Un redoutable fléau parti des provinces cantabriques rôde en Vieille Castille frappant successivement villes et villages. A Laguna, 90 personnes meurent dont 60 après le 10 octobre, ce qui suppose un taux de mortalité de 80 ‰, et Wamba dépasse ce taux puisque ce village de 420 habitants est litéralement décimé : 44 morts. L’année suivante, l’épidémie continue à dévaster Laguna, faisant 67 morts jusqu’au 15 août, date qui vit le registre s’interrompre brutalement. A Simancas, le chiffre des morts est élevé, comme il l’est à Valladolid dans les paroisses de San Pedro, La Magdalena et même San Martín. Bien entendu, ces faits sont d’autant plus significatifs que, faute de documents, nous ignorons ce qui s’est passé dans beaucoup d’autres paroisses urbaines ou rurales.

  • 66 A.M.V., L.A. 16, fol. 728.

105En 1599, c’est la catastrophe. Beaucoup de curés le notent laconiquement sur leur livre ; celui de Wamba : « année de pestilence, que celui qui se sauve la raconte » ; celui de Villanubla écrit au-dessous de l’acte de décès du Ier juillet : « avec celui-ci commença la peste » ; celui de Cabezón écrit en 1600 : « l’année passée, de 1599, fut de grande mortalité », et on trouve sur le livre, datant de la même année, cette épigraphe enluminée : « Benedictus Dominus Deus meus qui liberavit nos a peste. » La mortalité atteint des taux exceptionnels. Tudela est favorisée avec ses 112 morts, moins de 50 ‰. Mais Villanubla perd 161 personnes sur 1 000 peut-être ; Cabezón plus de 100 sur 850 environ : 40 adultes et plus de 60 enfants, niños y criaturas. Castronuevo, qui n’a guère que 330 habitants, perd 41 adultes et de nombreux enfants : « otros muchos entierros abido este año de 99 de niños y niñas... ». C’est dire que ces villages ont connu, de juillet à octobre, comme le démontrent les registres, une mortalité extraordinaire, le taux oscillant entre 120 et 200 ‰, dépassant peut-être ce niveau à Castronuevo par exemple. Des villages comme Villabáñez et Simancas, moins touchés, n’en dépassèrent pas moins les taux de 65 et de 78 ‰. Il est probable que beaucoup d’autres villages dépourvus aujourd’hui de registres subirent des pertes comparables. Ainsi en fut-il certainement de Ciguñuela, ravagée en août par la contagion dans la même mesure que Villanubla, selon les textes66.

  • 67 A.M.V., L.A. 16, 15 juillet 1599.
  • 68 A.M.V., L.A. 17, 28 août et 10 septembre 1599.

106A Valladolid, l’épidémie sévit avec une violence analogue. Dès 1597, les livres de délibérations de la Municipalité sont pleins des marques d’inquiétude que suscite la proximité toujours plus grande de la menace : garde renforcée aux portes de la ville, établissement d’une liste noire où s’inscrivent les régions et les villes touchées par la peste, constitution de réserves de médicaments, nettoyages et incinérations diverses, autant de précautions qui se révélèrent finalement inefficaces. Lorsque la maladie se déchaîne pendant l’été 1599, il faut parer au plus pressé, ouvrir de nouveaux hôpitaux. On alla jusqu’à transformer en hôpital la maison publique de prostitution : le document ne précise pas toutefois si le changement de fonction de l’établissement s’accompagna d’une mutation du service social prêté par le personnel67. En août, en septembre, les hôpitaux comptent 1 500 malades malgré tous ceux qui sont morts, tous ceux qui sont restés chez eux68.

LA CRISE DE LA FIN DU SIECLE A LAGUNA ET VILLANUBLA

LA CRISE DE LA FIN DU SIECLE A LAGUNA ET VILLANUBLA

107Si l’on en juge par les six registres de décès dont nous pouvons disposer pour cette année, la mortalité fut très forte : ces six paroisses ont perdu, en 1599, 1 105 personnes dont l’immense majorité à partir de juillet : ainsi à San Nicolas, 344 morts sur 411 au cours des trois mois d’été. Ces paroisses comptaient, en 1587, 1908 feux, ce qui supposerait une population de 9 540 habitants, soit un taux de mortalité de 115 ‰. Mais il s’agit là d’un minimum, d’abord parce que la population avait dû diminuer depuis 1587 en raison de la surmortalité des années qui suivirent 1590, ensuite parce que le registre de San Pedro, une des paroisses les plus atteintes, s’arrête le 23 août, enfin parce qu’étant donné les circonstances, certaines inscriptions ont pu être omises.

108D’ailleurs un précieux document de Simancas résout en grande partie le problème. Il s’agit d’un mémoire des personnes mortes à Valladolid du 1er juin au 6 août dans les paroisses et dans les hôpitaux. Le nombre des victimes, véritablement impressionnant, s’élève à 3 568. Or, le 6 août, l’épidémie est loin d’être achevée. Elle bat son plein au contraire, les deux dernières semaines ayant été des plus cruelles : 950 morts du 23 au 30 juillet et 647 du 31 juillet au 6 août. D’ailleurs, les quelques registres de décès conservés montrent que le mois d’août fut presque aussi désastreux que celui de juillet et septembre fit encore des ravages. A Santiesteban, il y a eu 34 morts en juin-juillet mais 59 en août-septembre. A San Nicolas, 193 en juin-juillet et 174 en août-septembre. Certes, la première semaine d’août, très meurtrière, est comptée dans le mémoire. Mais la comparaison entre le document de Simancas et les registres conservés (celui de San Pedro — jusqu’au 23 août seulement — et celui de San Juan vont dans le même sens) permet d’évaluer les pertes, de juin à septembre, à 6 000 personnes. D’ailleurs, le 12 août, il y a 1 486 malades dans les hôpitaux et le mal atteint chaque jour de nouvelles victimes.

  • 69 A.G.S., Estado, Leg. 184, fol. 288 ; Archivos parroquiales de San Juan, San Nicolas, San Pedro, San (...)

109Pour obtenir le nombre total des personnes mortes pendant l’année, il faut encore tenir compte des décès de janvier à mai et d’octobre à décembre. A San Nicolás et Santiesteban, ils représentent le dixième des victimes de l’année. Si nous retenons cette proportion, nous parvenons au chiffre de 6 600 morts, qui est vraisemblable : Valladolid a perdu environ 17 à 18 % de sa population. En cette tragique année, le nombre des baptêmes s’est abaissé à 958 : niveau très bas69.

110Cette mauvaise période, dont l’année 1599 ne constitue que le couronnement, a vu un fort excédent des décès sur les naissances. Dans les six paroisses considérées, et compte tenu naturellement des seules années complètes, à l’actif et au passif (dix années pour certaines paroisses, six seulement pour San Martín, quatre seulement pour San Juan) le bilan incomplet de la décennie se solde par un déficit de 1 793 individus : 4 059 décès et 2 266 baptêmes (les nombreux morts des hôpitaux n’interviennent pas dans ce total de décès). Alors que San Nicolas avait gagné 126 individus en cinq ans (1586-1590), il en perd 743 en dix ans !

111Le déficit dans les villages paraît moins important : un calcul effectué à partir des registres de cinq villages (Simancas, Laguna, Villanubla, Olivares, Villabáñez), fait apparaître 1 836 décès contre 1 512 naissances. Il est vrai que l’année la plus dure, 1599, manque à Laguna. Il est vrai qu’Olivares et Villabáñez furent parmi les moins châtiés. Il est vrai que des villages très éprouvés, comme Cabezón, Wamba, Castronuevo, Ciguñuela, n’entrent pas en compte dans notre statistique. En revanche, on le sait, l’expansion démographique de Tudela continue : dans ce bourg, l’excédent des naissances, s’il diminue, reste important.

112Un retour à l’examen des graphiques de naissances qui mettent en jeu plusieurs villages dépourvus de livres de décès est suggestif. On l’a vu, les deux courbes rurales fléchissent nettement, les chiffres de 1597 et 1599 sont très bas : la crise démographique a bien affecté l’ensemble de la région. Cette observation est d’autant plus importante que le fléchissement de la courbe des baptêmes urbains, qui est tout aussi marqué, aurait pu être expliqué par l’émigration provisoire des populations bourgeoises fuyant l’épidémie. Les ruraux n’avaient guère les moyens de quitter leurs villages et cependant ils eurent, eux aussi, beaucoup moins d’enfants. En fait, c’est une grande partie de l’Espagne qui a subi la crise.

  • 70 Luis de Mercado, El libro de la peste, publié par la Real Academia Española de Medicina, B.N.M. 4-2 (...)
  • 71 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 189.

113On pourrait être tenté de penser que malgré sa violence, cette crise n’est qu’une crise cyclique d’une ampleur particulière. Ce n’est pas notre avis. Il n’est malheureusement pas possible d’étudier les effets immédiats de la peste de 1599 à Valladolid, parce que le retour de la Cour (1601-1606) fausse le libre jeu des facteurs naturels. Mais un rapide examen des registres de décès de la première moitié du xviie siècle révèle que la crise de la fin du XVIe siècle ouvre la série des grandes catastrophes démographiques : 1615, 1630-1631..., étapes d’une évolution qui explique les 4 000 feux de 1644 ou de 1683 et qui correspondent aux pointes des prix des grains. Dans son remarquable Livre de la Peste, que nous avons l’intention d’évoquer plus largement dans un autre ouvrage, le médecin vallisolétain Luis de Mercado affirmait l’évidence des rapports entre la famine et l’épidémie70. Dès avant la peste, certains bourgs criaient leur malheur, tel celui de Peñaflor qui en 1595, pour obtenir un dégrèvement fiscal il est vrai, faisait établir par-devant notaire la réalité de son appauvrissement et de son dépeuplement : au heu de, voici trente ans, 300 vecinos, presque tous riches et propriétaires, 150 maintenant, tous pauvres et journaliers71. Pour trop clairement orienté que soit ce document, une réalité demeure : dans les dernières années du xvie siècle, un nouveau régime démographique se définit, qui ne concerne d’ailleurs pas la seule Valladolid, déjà se prépare une démographie de la misère.

  • 72 René Baehrel, Une croissance, la Basse Provence rurale (fin du xvie siècle-1789), p. 268, 269.

114Certes la population durement affectée par l’épidémie gardait pleinement l’instinct de conservation de l’espèce. Il fallait d’abord remplacer les unions brisées par la mort par d’autres unions. René Baehrel s’étonne à tort de compter après la peste autant d’unions qu’avant. Que l’on nous entende bien : nous ne prétendons pas juger de la peste provençale de 1720 dont nous ne savons rien et il est probable qu’elle ne fut pas aussi désastreuse que l’affirment les textes, car les arguments statistiques de René Baehrel sont convaincants72. Mais un maintien du nombre des mariages ou même une augmentation de ce nombre ne prouve rien contre la gravité d’une épidémie. Bien au contraire. Car cette augmentation est due aux remariages : veuves et veufs affluent vers les autels. Peut-être aussi des laissés-pour-compte durent-ils leur mariage à la peste. Il serait intéressant d’étudier les variations de l’âge au mariage en temps d’épidémie : peut-être observerait-on que les mariés sont, ou très jeunes, ou presque d’âge mûr. Pour l’instant, que l’on considère d’abord les chiffres suivants : ils concernent la seule paroisse de Valladolid dont soit conservé pour ce temps un livre des mariages. Hélas, elle n’a pas de registres de décès.

115Les deux chiffres les plus élevés concernent l’année de la peste et celle qui suivit. Ce n’est pas un hasard. Mais un retour au village de Villabáñez permet de pousser la démonstration. Alors que la moyenne annuelle des mariages s’établit de 1570 à 1589, c’est-à-dire en temps normal, à 7,45, elle bondit de 1590 à 1599, en période de crise, à 9,90. Encore cette moyenne ignore-t-elle les 17 mariages de l’année 1600, celle qui suivit la peste ! A la campagne comme à la ville, même manière de défendre l’espèce contre la mort.

Les mariages dans la paroisse de La Antigua

Les mariages dans la paroisse de La Antigua
51 198 1590-1598, (27 24 1570 1599, 25 298, 8 % 2,83 1590-1599. 1600 !1590-1599, 38 % 26 % 1587 1589, 5,99 9,54 ‰1599 1600, 13,61 19,99 ‰73

CONCLUSION

  • 74 Les seuls travaux sur Villabáñez ont exigé huit déplacements successifs de 50 kilomètres chacun, ma (...)

116On reprochera peut-être à cette étude, outre son caractère approximatif dont l’auteur est pleinement conscient, une pauvreté doctrinale et une simplicité de vocabulaire que l’on peut juger dépassées. En fait, nous avouons notre goût modéré pour les spéculations pures et pour le langage savant qui ne sert qu’à gonfler l’histoire de vaine apparence. Ceci dit, nous n’en regrettons pas moins profondément de n’avoir pu nous livrer à des enquêtes dont nous croyons la valeur très grande : par exemple, une esquisse de démographie sociale différentielle, telle que celle réalisée par Pierre Goubert pour le Beauvaisis. Nous regrettons aussi de n’avoir pas tenté la comparaison qui nous avait été suggérée entre statistiques d’années ordinaires et d’années-récoltes. Mais les conditions d’exploitation des registres paroissiaux ne nous l’ont pas permis74.

117Et cependant, en dépit de ses limites, cette étude nous paraît utile. Si elle reste fort insuffisante à définir une structure dont les éléments ne nous paraissent pas fondamentalement différents de ceux qui ont été décrits à propos de l’ancienne France, elle indique des conjonctures d’histoire rurale ou d’histoire urbaine que quelques faits éclatants signalaient déjà. Mais s’il est vrai que la démographie vallisolétaine est fidèle aux fluctuations les plus marquées des prix, s’il est vrai que se prépare, à la chute du siècle, une démographie de la misère, alors s’imposent à notre quête, impossibles à différer davantage, l’analyse économique, l’analyse sociale.

Notes

1 Barthélemy Joly, op. cit.

2 Andrés Navagero, op. cit., par. 74.

3 Laurent Vital, op. cit., par. LXXII, LXXXIV, LXXXVI.

4 Enrique Cock, La Jornada de Tarazona, op. cit., p. 1422.

5 Pedro de Medina, op. cit., cap. xci.

6 Ibid., cap. lxxiv.

7 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis au xviie siècle, p. 26.

8 Guillermo Herrero Martínez de Azcoitia, La Población Palentina en los siglos xvi y xvii, Palencia, 1961, p. 9.

9 Tomás González, Censo de Población de las Provincias y partidas de la Corona de Castilla en el siglo xvi, 1829.

10 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194 (documents constitués par l’administration de Valladolid) et Contadurías Generales, Leg. 2306 (document enregistré par l’administration centrale) pour l’année 1561.
Pour les recensements de Tudela, voir A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 29, fol. 3. Pour 1591, A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301.

11 La guerre des coefficients prendra-t-elle fin un jour ? Henri Lapeyre a pu, en tout cas, montrer (à propos des Morisques de Valence) qu’il ne convenait pas de surestimer le coefficient en milieu rural : Géographie de l’Espagne Morisque, p. 24, 25. Des exemples indiscutables puisque l’on connaît à la fois le nombre des feux et celui des habitants limitent le coefficient à 4,5 ou, au maximum, 4,7. Ramón Carande, dans son grand ouvrage, Carlos Quinto y sus banqueros, rappelle les évaluations outrancières de E. Cavaignac, op. cit., p. 44 et 344.

12 J. Ruiz Almansa, « La Población de España en el siglo xvi », Revista Internacional de Sociología, vol. III, n° 4, oct.-déc. 1943. Les raisons invoquées par J. Ruiz Almansa pour justifier le coefficient élevé qu’il propose ne manquent pas de valeur mais nous croyons qu’elles ne peuvent être retenues que pour le milieu urbain (population flottante, vagabonds, hôpitaux, couvents, casernes, prisons, etc.).

13 Fernand Braudel, op. cit., p. 348.

14 Guillermo Herrero, op. cit., p. 16.

15 Colección de nomenclatores estadísticas de la Provincia de Valladolid, B.N.M., Caja 2366-3.

16 A.M.V., Archivo del Hospital del Esgueva, Leg. 29 à 45.

17 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.

18 Il suffit, pour s’en persuader, de consulter A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301.

19 Ibid.

20 Les sources, pour Valladolid comme pour les villages, sont les suivantes :
1530 : A.G.S., Contadurías Generales, Lib. 768.
1561 : A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194, ou A.G.S., Contadurías Generales, Leg. 2306.
1570 : A.G.S., Cámara de Castilla, 4e série, Leg. 2159.
1587 : Tomás González, op. cit.
1591 : A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301, ou Escorial, Bibliothèque, L. 1-14.

21 Dans ce cas, il faut recourir à des sources accessoires :
Mojados : A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.
Laguna : A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 112.
Wamba : A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.
Tudela de Duero : A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 29, fol. 3 pour les recensements de 1542, 1545, 1566, 1572, 1578, 1587, 1593 ; A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 407 pour le recensement de 1559.

22 Albert Girard, « Le Chiffre de la Population de l’Espagne dans les Temps Modernes », Revue d’Histoire Moderne, 1928.

23 Pour l’année 1561 : A.G.S., Contadurías Generales, Leg. 2304, 2305, 2306.
— 1584 : — — —, Leg. 2307, 2308.
Il y a là des chiffres qui concernent une bonne partie du Royaume de Castille. Pour l’année 1591, comme déjà dit, A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301.

24 Les registres utilisés se trouvent dans les archives paroissiales :
à Valladolid : San Andrés (1557-1600) ; La Antigua (1531-1600) où l’on trouve aussi le registre de la Iglesia Mayor (1592-1600) ; San Martín (1569-1600) où se trouve aussi San Benito el Viejo (1570-1600) ; San Juan (1544-1600) ; San Miguel (1529-1600) où a été recueilli le registre de San Julián (1553-1600) ; San Lorenzo (1543-1600) ; La Magdalena (1538-1600) ; San Pedro (1550-1600) ; San Nicolás (1545-1600) ; El Salvador (1550-1600) qui possède aussi le registre de Santiesteban ; Santiago (1541-1600).
Les registres des villages que l’on a pu utiliser sont : Cabezón (1544-1600) ; Castronuevo (1575-1600) ; Cigales (1502-1600) ; Ciguñuela (1565-1600) ; Laguna (1502-1600) ; Mucientes (1566-1600) ; Olivares (1528-1600) ; Simancas (1555-1600) ; Tudela (1512-1600) ; Villabáñez (1565-1600) ; Villanubla (1567-1600).
Les dates indiquées sont celles des registres de baptêmes. Les registres de décès commencent toujours plus tard ou presque ; ceux des mariages sont presque toujours inutilisables. On a tiré quelque parti de ceux de Geria, et surtout de ceux de Villabáñez en prolongeant l’examen au-delà de 1600.

25 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2162-11, fol. 36.

26 Les références concernant les divers recensements ont été données par les notes 3, p. 166 et 1, p. 169.

27 A.G.S., Patronato Real, Leg. 4, fol. 55 : « Esta villa es de mucha parte de la gente que ha venido de fuera parte a vivir a ella. » Ge document nous a été aimablement communiqué par Joseph Pérez dont on attend avec impatience le livre relatif aux comunidades.

28 Voir supra, chap. v, p. 140-147.

29 San Miguel, Santiago, La Magdalena.

30 Il faut regretter de ne pas disposer à ce moment-là des registres de San Andrés dont la croissance a été considérable.
A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 353, fol. 84.

31 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 95.

32 Cf. supra, chap. v, p. 145.

33 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2162, fol. 192-193.

34 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196.

35 Certes, la courbe présente quelques imperfections : les années 1562-1565 manquent pour La Magdalena et les années 1572-1576 pour San Nicolás. Nous avons, dans ces deux cas, utilisé des chiffres arbitraires, établis d’après ceux des années antérieures et postérieures, et, comme ces deux paroisses ne comptent pas parmi les plus peuplées, nous ne croyons pas que le sens de la courbe soit sensiblement modifié.

36 A.M.V., Livres d’Actes, de 1551 à 1600.

37 G. Herrero, op. cit., p. 52.

38 Escorial, Bibliothèque, Manuscritos Castellanos, L. 12.

39 A.H.P.V., Leg. 60, fol. 1.

40 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 416.

41 Matías Sangrador, Histoire de Valladolid, 1851.

42 A.M.V., Leg. 360.

43 A.H.N., Clero, Leg. 7794.

44 A.H.P.V., Leg. 76, fol. 811. En fait, ces chiffres sont au-dessous de la vérité. N’ont pu être comptés que les religieux ou religieuses rassemblés au chapitre et dont il est dit qu’ils constituent la mayor parte du monastère.

45 A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301.

46 Barthélemy Joly, Voyage en Espagne.

47 A.M.V., L.A., 23 mai 1594.

48 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.

49 Dans le recensement de 1561, à propos de Valladolid et de ses campagnes, sont comptées comme veuves, outre les femmes qualifiées de viudas, celles indiquées par la mention la de... Fulano. Il s’agit certainement dans ce dernier cas de femmes veuves ou abandonnées par leur mari car les femmes non mariées sont désignées purement et simplement par leurs nom et prénom.
D’autre part, les 25 villages sont ceux de : Adalia, Bamba, Boecillo, Cabezón, Castronuevo, Ciguñuela, Geria, Herrera, Mojados, Olivares, Olmos, Peñaflor, Peñalva, Puente de Duero, Renedo, Santoveña, Sardón, Traspinedo, Tudela, Velliza, Viana, Villabáñez, Villanubla, Villanueva de los Infantes, Zaratán.
Le dénombrement de 1570 omet presque toujours les veuves. Six villages, cependant, font exception : Renedo, Castronuevo, Olmos, Tudela, Peñalva et Castrodeza, ce dernier village ne figurant pas au compte de 1561.

50 Supra, chap. VI, p. 168.

51 Ces huit paroisses sont : La Magdalena, San Miguel, Santiago, San Lorenzo, San Nicolás, San Juan, San Pedro, El Salvador. Les chiffres de La Antigua sont trop incertains pour être utilisés à cette époque.

52 G. Herrero, op. cit., p. 38.

53 Il est difficile de donner une définition convenable de criatura. Les textes autorisent cependant notre interprétation.

54 G. Herrero, op. cit., p. 47, 48.

55 Pierre Goubert, op. cit., p. 39.

56 Pierre Goubert, op. cit., p. 34.

57 Méndez Silva, Población General de España, Madrid, 1644.

58 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 1066.

59 A.G.S., Dirección General de Rentas, Libro 325, fol. 17.

60 G. Herrero, op. cit., p. 26 et 36.

61 A.M.V., L.A., 4 septembre 1503 ; 9 février 1506.

62 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 132, fol. 191 ; A.G.S., Estado, Leg. 6, fol. 80.

63 Andrés Navagero, op. cit., par. 76.

64 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 248 et 250.

65 Nous nous proposons de le montrer dans un autre livre. La documentation à cet égard est d’une grande abondance.

66 A.M.V., L.A. 16, fol. 728.

67 A.M.V., L.A. 16, 15 juillet 1599.

68 A.M.V., L.A. 17, 28 août et 10 septembre 1599.

69 A.G.S., Estado, Leg. 184, fol. 288 ; Archivos parroquiales de San Juan, San Nicolas, San Pedro, Santiesteban.

70 Luis de Mercado, El libro de la peste, publié par la Real Academia Española de Medicina, B.N.M. 4-20 105, p. 201, 202.

71 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 189.

72 René Baehrel, Une croissance, la Basse Provence rurale (fin du xvie siècle-1789), p. 268, 269.

73 G. Herrero, op. cit., p. 50, 51.

74 Les seuls travaux sur Villabáñez ont exigé huit déplacements successifs de 50 kilomètres chacun, malgré l’aide précieuse que nous a portée l’excellent curé de ce village.

Table des illustrations

Titre Les Dénombrements de Valladolid
Légende Note 2020
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Population en « vecinos » (feux)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Évolution de la population en Vieille Castille de 1561 à 1591
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre BAPTEMES A CABEZON ET LAGUNA. Cabezon (1544-1600)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Laguna (1502-1600)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre LES BAPTEMES DANS LES CAMPAGNES DE VALLADOLID
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre La population de Tudela de Duero (par feux)26
Légende Note * : Cet astérisque désigne les recensements déjà inclus dans le tableau collectif et dont on a donné la référence.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre BAPTEMES A TUDELA DE DUERO (de 1512 à 1600)
Légende N.B : Tudela de Duero, centre du vignoble, est le bourg de plus forte croissance démographique. Il est aussi celui où la crise de la fin du siècle est la moins marquée.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Mouvement annuel des naissances dans trois paroisses de 1541 à 1550
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre LES BAPTEMES A VALLADOLID. Courbe des baptêmes de 8 paroisses de Valladolid (de 1550 à 1600)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Mouvement annuel des naissances dans six paroisses de 1546 à 1550
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Mouvement annuel des naissances dans huit paroisses de 1551 à 1560
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Le nombre des veuves49
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Taux de natalité de quelques villages
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Variations du taux de natalité à Tudela
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre BAPTEMES ET SEPULTURES A SIMANCAS (de 1555 à 1600)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre LA CRISE DE LA FIN DU SIECLE A LAGUNA ET VILLANUBLA
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Les mariages dans la paroisse de La Antigua
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/250/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable